Compte-rendu Réunion générale. Grenoble, le 29 juin 2011 URBASIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu Réunion générale. Grenoble, le 29 juin 2011 URBASIS"

Transcription

1 URBASIS Sismologie urbaine : évaluation de la vulnérabilité et des dommages sismiques par méthodes innovantes ANR09RISK009 URBASIS Compterendu Réunion générale Grenoble, le 29 juin 2011 Participants: J. Totems (ONERA), P.A. Davoine (LIG), J. Gensel (LIG), C. Negulescu (BRGM), P. Guéguen (ISTerre), G. Debigault (ISTerre), M. Vieira (GIPSALab), E. Pathier (ISTerre), M. Perrault (ISTerre), J. Chanussot (GIPSLab), P. Matsuka (GIPSALab/ISTerre), Fatima Nasser (GIPSA Lab), T. Leduc (LIG/CERMA Video conf) Excusés: F. Gonzales (CoLIG), N. Martin (GIPSALab)

2 Résumé du projet ANRURBASIS L'augmentation des populations dans des noyaux urbains de plus en plus grands, exposés aux séismes et constitués dʼun habitat hétérogène sont les ingrédients qui positionnent le milieu urbain parmi les éléments les plus critiques du risque sismique. Sa connaissance devient alors un élément important à maîtriser pour gérer, prédire et évaluer sa vulnérabilité et son intégrité postsismique. La variabilité de la réponse dʼʼune structure à un séisme introduit une incertitude importante dans lʼévaluation de sa vulnérabilité mais aussi dans lʼestimation des dommages. Bien souvent deux échelles dʼespace (échelle de la ville ou du bâtiment) et trois échelles de temps (avant, pendant et après le séisme) sont invoquées lors des études sismiques en milieu urbain. Nous proposons de développer des méthodes dʼévaluation de la vulnérabilité et des dommages sismiques à lʼéchelle de la ville et de la structure. Basée sur lʼutilisation de photographies aériennes et satellites, lʼévaluation de la vulnérabilité se fera par analyse des schémas urbains et recherche des paramètres structuraux essentiels (hauteur, forme, toit, etc). La détection des changements avant et après le séisme permettra dʼévaluer et de quantifier les zones urbaines endommagées. Nous proposons également de mieux comprendre lʼendommagement dʼune structure particulière par la recherche de ses paramètres modaux (fréquence, amortissement et déformées modales). Des développements technologiques et algorithmiques en traitement du signal permettront leur estimation en période normale (inter sismique), lʼétude de leur variation pendant la sollicitation sismique (cosismique), et après la sollicitation (postsismique) afin dʼévaluer lʼendommagement des structures. La sensibilité des paramètres modaux à l'intégrité de la structure sera évaluée afin d'explorer la capacité de cette approche pour une estimation de l'endommagement selon l'echelle Européenne Macrosismique EMS98. Enfin un outil navigant/ communicant de collecte insitu d'informations structurale (vulnérabilité et dommage) sera développer afin de faciliter le recueil des données urbaines. Un système de représentation de la vulnérabilité et des dommages à lʼéchelle dʼune ville sera finalement développé pour faciliter la gestion de la crise sismique. Partenaires Institut des Sciences de la Terre ISTerre Grenoble Laboratoire Images Parole Signal Automatique GIPSALab Grenoble Office National d'etudes et de Recherches Aérospatiales ONERA Palaiseau BRGM Orléans Laboratoire d Informatique de Grenoble

3 Ordre du jour Programme 09:30: Accueil à ISTerre 10:00 : Analyse bibliographique et tests sur la classification des formes urbaines P. Matsuka Présentation du document sur l évaluation de la vulnérabilité et des dommages sismique par remote sensing RS: Délivrable D1. Remote sensing: méthodologie basée sur le potentiel des VHR pour les formes urbaines. Mélange de différentes données pour extraire le maximum d informations. Difficulté également sur la fusion de données RS et insitu. Objectifs: dégrader les informations pour savoir ce qui peut être obtenu comme description de l urbain en fonction des données qui seraient disponibles. En gros tester quelles sont les informations indispensables. Dans un premier temps, extraction des formes des toits depuis des images VHR, en utilisant par exemple les contrastes dus aux bords et au fait du toit. Test sur Grenoble relation entre la vulnérabilité et les formes de toit extraites des DEM ou des orthoimages pour comparaison. A tester: quelques erreurs sur les contours foot prints des bâtiments qui ne sont pas exactement correspondant à un seul bâtiment: donc différents toits sur un même bloc. Futurs travaux: Support Vector regression SVR pour améliorer l évaluation des formes de toit. Nécessité d avoir sur un site, même limité en espace (un quartier par exemple), la vérité terrain. 10:45 : Algorithme de traitement pour la caractérisation et le suivi des vibrations d une structure au cours d une sollicitation sismique. Michelle Vieira, ZhongYang Li Présentation du modèle de traitement du signal pour extraire les paramètres physiques (fréquence et amortissement) Plusieurs modèles ont été choisis depuis la modulation d amplitude polynomiale, modulation d amplitude amortie avec fonction d amortissement constante positive et modulation d amplitude amortie avec fonction d amortissement polynomiale. Estimation au centre de la fenêtre N/2,N/2 pour avoir la meilleure estimation au centre de la fenêtre et les erreurs aux bords avec ensuite en perspective de pouvoir additionner les segments analysés du signal. Résultat sur des signaux simulés (en tiret) selon les trois méthodes. On observe au centre de la fenêtre l erreur la plus faible (voir ppt de Vieira). Temps de calcul sur signaux simulés: de l ordre de 30 secondes pour 6 secondes de signaux, mais avec une 30aine d échantillons (décimation des signaux). Application à l hôtel de ville sur données réelles: toujours après décimations car on ne regarde que vers 1 Hz. Application à la tour Taipo de Taiwan, comparaison des différents algorithmes. Test sur signal sismique de Loma Prieta: difficulté des variations brusques de composantes (naissance et mort des composantes) Perspectives: analyse vibratoire durant séisme. naissance et mort des composantes. analyse des signaux plus longs par fusion des analyses des signaux de durée courte. Accorder le modèle du signal avec le modèle physique. 11:30 : Développement instrumental d un LIDAR à détection cohérente hétérodyne Julien Totems

4 Présentation du système et du développement LIDAR (dimensionnement et conception achevés à partir des contraintes d encombrement, de sécurité oculaire et de performances souhaitées). Rappel des spécifications du LIDAR. Validation en simulation du LIDAR. Points forts: analyse temps réels des signaux, plusieurs faisceaux synchrones pour l analyse des modes propres, distance de visée et précision, têtes optiques compactes. Repérage des bâtiments sur Grenoble (Arpej, Hôtel de Ville, Ile Verte) en fonction des possibilités de visées (vues dégagées et distances de visées) Programme: JuilletSeptembre 2011 Implémentation des têtes optiques / tourelle Mise en place architectures optiques et électronique : 1 voie puis 3 voies Septembre Calibration (niveaux de bruits) et essais en laboratoire OctobreNovembre Essais en extérieur, conditions réelles (Onera Palaiseau & Châtillon) Printemps 2012 Campagne de mesures Urbasis à Grenoble 12:15 14:00 Déjeuner 13:30 : La base de données de mouvements forts Présentation du délivrable D6 M. Perrault Présentation du Délivrables 6 sur la base de données de mouvements forts enregistrés dans les bâtiments. Plusieurs données ont été transmises à GIPSALab pour tester les algorithmes de traitement. L analyse des premières données contenues dans la base montrent que plusieurs bâtiments ont dû subir des dommages: intérêt pour la détection des dommages et l influence des indicateurs des nocivité. La structure des table est présentée, la table 4 sur les paramètres qui seront calculés étant ouverte actuellement. Base de données à mieux structurer si on veut une vrai base de données: travail avec LIG pour optimiser la base de données. 14:00 : C. Negulescu détection dommages et sensibilité des paramètres physiques Tâche qui démarre seulement maintenant. Un recrutement est en cours (problème de visa pour le postdoc. Les expériences sur les bâtiments des Antilles sont prévues fin 2011: à préciser rapidement entre les partenaires ISTerre et BRGM. 14:30 : P.A. Davoine/T. Leduc: Infrastructure des données géospatiale et dispositif mobile. Le cahier des charge du dispositif mobile est terminé: le développement commence juillet 2011 pour une première version (prototype) en septembre Infrastructure des données: Rappel des tâches et des planning: Spécifications des besoins (Année 2) Présentation des données de l IGN mises à disposition des partenaires par LIG: BDTopo avec focus sur le thème bâti (nature de la fonction des bâtiments), hauteur, altitude min et max du bâtiment. BD parcellaire, avec information sur le contour parcellaire, et sur le contour du bâti. L adresse de la plateforme où récupérer les données est : okenite.obs.ujfgrenoble.fr Présentation des spécifications de la plateforme: GearScape SIG dédié à l analyse spatiale. GGL Langage de script.

5 T. Leduc présente l avancement des travaux sur la caractérisation des milieux urbains. Caractérisation morphologique du bâti et analyse des espaces ouverts pour caractériser l urbanisation. Plusieurs techniques: analyse de propriétés morphométriques de bâti, de configurations spatiales et topologiques (emboîtement bâti/parcellaire/îlot) contrainte de continuité spatiale, exploiter la multicentralité (intercalaire, de proximité) du graphe de rues (ou de son dual) pour détecter des zones morphologiques particulières, Approche par l'analyse systématique des espaces ouverts (assimilés, en première approche, au «dual» du bâti), application à Grenoble. 15:00 : Estimation des vulnérabilités à partir des données INSEE G. Debigault Sur Grenoble, à partir des informations disponibles bâtiment par bâtiment, regroupé dans les ilots INSEE, des matrices de vulnérabilité sont proposées en n utilisant que les données INSEE ou bien complétées par la forme des toits qui pourraient être extraites des images VHR. Cette application a été faite sur Grenoble, à vérifier si les mêmes tendances sont reproduites sur Nice par exemple (données INSEE + données bâtiment par bâtiment). 15:45 : Discussions générales: Présentation du rapport T0+18: validation. Plan de travail pour T0+18 à T0+30 prévoir zone test avec une vérité terrain prévoir expériences Lidar+Vélocimtérie sur Grenoble en deux fois pour approfondissement des interprétations et des données. Expériences aux Antilles fin 2011/début Organisation des expériences date commune et diffusion à l ensemble. Publications et congrès Panagiotas: D1 à publier dans une conférence Congrès AFPS (2011), EVACES (2011), 15WCEE (2012) Comité de pilotage Prévoir doodle pour janvier. 16:30 Fin

un module de simulation des évolutions urbaines http://geopensim.ign.fr Présentation

un module de simulation des évolutions urbaines http://geopensim.ign.fr Présentation un module de simulation des évolutions urbaines http://geopensim.ign.fr 12 mars 2009 Anne Ruas Annabelle Mas Julien Perret Présentation Plateforme open source d analyse et de simulation des évolutions

Plus en détail

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Anticipare la gestione dei danni di un terremoto

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Anticipare la gestione dei danni di un terremoto Atelier 1 groupe de travail sismique franco-italo-suisse du projet Interreg Alcotra RiskNET Atelier 1 gruppo di lavoro sismico franco-italo-svizzero del progetto Interreg Alcotra RiskNET Anticiper la gestion

Plus en détail

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Christine TURCK 1 * et **, Christiane WEBER**, Dominique THOME*

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

Master Informatique Aix-Marseille Université

Master Informatique Aix-Marseille Université Aix-Marseille Université http://masterinfo.univ-mrs.fr/ Département Informatique et Interactions UFR Sciences Laboratoire d Informatique Fondamentale Laboratoire des Sciences de l Information et des Systèmes

Plus en détail

La continuité des activités informatiques. Intégrer un PCA dans mon entreprise Prangins 17 Janvier 2008

La continuité des activités informatiques. Intégrer un PCA dans mon entreprise Prangins 17 Janvier 2008 La continuité des activités informatiques Intégrer un PCA dans mon entreprise Prangins 17 Janvier 2008 Pas de recette toute faite!!! Vérité n 1 : «il existe autant de PCA différents que de sociétés» Votre

Plus en détail

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments dont le permis de construire est déposé à partir du 1 er mai 2011 Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Accélérer l agilité de votre site de e-commerce. Cas client

Accélérer l agilité de votre site de e-commerce. Cas client Accélérer l agilité de votre site de e-commerce Cas client L agilité «outillée» devient nécessaire au delà d un certain facteur de complexité (clients x produits) Elevé Nombre de produits vendus Faible

Plus en détail

Kal-Haiti : une base de donnée recherche pour la gestion des risques et la reconstruction durable en Haïti.

Kal-Haiti : une base de donnée recherche pour la gestion des risques et la reconstruction durable en Haïti. Direction du centre spatial de Toulouse Sous direction Charges utiles scientifiques & Imagerie Mmes et MM les Participants AFFAIRE SUIVIE PAR : ALAIN.GIROS@CNES.FR Objet : Avancement de Kal-Haïti à fin

Plus en détail

Dan Istrate. Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier

Dan Istrate. Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier Détection et reconnaissance des sons pour la surveillance médicale Dan Istrate le 16 décembre 2003 Directeur de thèse : Eric Castelli Co-Directeur : Laurent Besacier Thèse mené dans le cadre d une collaboration

Plus en détail

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Intervenant Service Date Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Jean-Matthieu Monnet UR Écosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Mickaël Bergem 25 juin 2014 Maillages et applications 1 Table des matières Introduction 3 1 La modélisation numérique de milieux urbains

Plus en détail

La collecte et la gestion des données dans le cadre de la prospection d énergie solaire

La collecte et la gestion des données dans le cadre de la prospection d énergie solaire Conférence SIG 2012 - ESRIFRANCE La collecte et la gestion des données dans le cadre de la prospection d énergie solaire Serge MANG-JOUBERT GAIAGO Eric VIDALENC - ADEME 1 Auteurs : Rodrigo MARIONI, Serge

Plus en détail

La Ville Numérique : un outil innovant pour faciliter la mise en débat

La Ville Numérique : un outil innovant pour faciliter la mise en débat La Ville Numérique : un outil innovant pour faciliter la mise en débat Souheil SOUBRA CSTB Responsable de la division MOD-EVE (Modélisation des phénomènes physiques & Environnements Virtuels Enrichis)

Plus en détail

WP2T23 «APPLICATION de de REFERENCE» Prototypage rapide d une application de traitement d images avec SynDEx EADS

WP2T23 «APPLICATION de de REFERENCE» Prototypage rapide d une application de traitement d images avec SynDEx EADS WP2T23 «APPLICATION de de REFERENCE» Prototypage rapide d une application de traitement d images avec SynDEx EADS Avec l appui de l INRIA www-rocq.inria.fr/syndex 1 PLAN I. Présentation du sujet II. Présentation

Plus en détail

Figure 1 : représentation des différents écarts

Figure 1 : représentation des différents écarts ulletin officiel spécial n 9 du 30 septembre 2010 Annexe SIENES DE L INGÉNIEUR YLE TERMINAL DE LA SÉRIE SIENTIFIQUE I - Objectifs généraux Notre société devra relever de nombreux défis dans les prochaines

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Mieux produire et préserver : Quelles approches pour les forêts au sein des territoires? Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Pour mieux affirmer ses missions, le

Plus en détail

Apprentissage Automatique

Apprentissage Automatique Apprentissage Automatique Introduction-I jean-francois.bonastre@univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr Définition? (Wikipedia) L'apprentissage automatique (machine-learning en anglais) est un des champs

Plus en détail

Traitement bas-niveau

Traitement bas-niveau Plan Introduction L approche contour (frontière) Introduction Objectifs Les traitements ont pour but d extraire l information utile et pertinente contenue dans l image en regard de l application considérée.

Plus en détail

Méthodes d estimations de population

Méthodes d estimations de population Méthodes d estimations de population Comparaisons et seuils de validité Certu centre d Études sur les réseaux, les transports, l urbanisme et les constructions publiques 9, rue Juliette Récamier 69456

Plus en détail

N. Paparoditis, Laboratoire MATIS

N. Paparoditis, Laboratoire MATIS N. Paparoditis, Laboratoire MATIS Contexte: Diffusion de données et services locaux STEREOPOLIS II Un véhicule de numérisation mobile terrestre Lasers Caméras Système de navigation/positionnement STEREOPOLIS

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A

ACOUPHEN ENVIRONNEMENT GROUPEMENT COORDONNE PAR LA COMMUNE DE MONTESSON ETUDE REALISEE POUR LE COMPTE DU : RAPPORT D ETUDE RA-080001-07-A MANAGEMENT DE L SONORE WWW.ACOUPHEN-.COM CONTACT@ACOUPHEN-.COM SIEGE SOCIAL LYON CAMPUS DE LA DOUA 66, BD NIELS BOHR B.P. 52132 69603 VILLEURBANNE CEDEX TEL / 33 (0)4 72 69 01 22 FAX / 33 (0)4 72 44 04

Plus en détail

Laboratoire d'infochimie, ULP, Strasbourg - INTERNET - Version multi-utilisateurs de SXD in house Partie 1: Concept. Partie 2: Description du logiciel

Laboratoire d'infochimie, ULP, Strasbourg - INTERNET - Version multi-utilisateurs de SXD in house Partie 1: Concept. Partie 2: Description du logiciel Version multi-utilisateurs de SXD in house Partie 1: Concept a. Présentation de SXD Internet b. Architecture c. Caractéristiques d. Formats supportés e. Niveaux d utilisation Partie 2: Description du logiciel

Plus en détail

COMOTEX COMmande temps réel de systèmes d Optique adaptative à Très grands nombres de degrés de liberté pour les télescopes EXtrêmement grands

COMOTEX COMmande temps réel de systèmes d Optique adaptative à Très grands nombres de degrés de liberté pour les télescopes EXtrêmement grands COMOTEX COMmande temps réel de systèmes d Optique adaptative à Très grands nombres de degrés de liberté pour les télescopes EXtrêmement grands Morgan GRAY Cyril PETIT, Sergey RODIONOV, Marc BOCQUET Laurent

Plus en détail

Chapitre 2 Caractéristiques des ondes

Chapitre 2 Caractéristiques des ondes Chapitre Caractéristiques des ondes Manuel pages 31 à 50 Choix pédagogiques Le cours de ce chapitre débute par l étude de la propagation des ondes progressives. La description de ce phénomène est illustrée

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS ARCHITECTURE & INGÉNIERIE DU LOGICIEL & DU WEB

MASTER (LMD) PARCOURS ARCHITECTURE & INGÉNIERIE DU LOGICIEL & DU WEB MASTER (LMD) PARCOURS ARCHITECTURE & INGÉNIERIE DU LOGICIEL & DU WEB RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : INFORMATIQUE Spécialité

Plus en détail

Projet CNRS-Mastodons ANalyse d IMages fondée sur des Informations TEXtuelles

Projet CNRS-Mastodons ANalyse d IMages fondée sur des Informations TEXtuelles Projet CNRS-Mastodons ANalyse d IMages fondée sur des Informations TEXtuelles Bruno Crémilleux, Pierre Gançarski, Mathieu Roche, Christian Sallaberry, Maguelonne Teisseire et al. Strasbourg novembre 2014

Plus en détail

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs MONTRANO Système de surveillance continue pour transformateurs Surveillance conditionnelle pour transformateurs La connaissance de l'état diélectrique d'uneisolation est fondamentale Un amorçage du diélectrique

Plus en détail

Hébergement et maintenance des sites risques MEDDTL-DGPR BRGM. Rapport final

Hébergement et maintenance des sites risques MEDDTL-DGPR BRGM. Rapport final Hébergement et maintenance des sites risques MEDDTL-DGPR BRGM Rapport final BRGM/RP-60476-FR novembre 2011 Hébergement et maintenance des sites risques MEDDTL-DGPR BRGM Rapport final BRGM/RP- 60476-FR

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Introduction En analyse d images, la segmentation est une étape essentielle, préliminaire à des traitements de haut niveau tels que la classification,

Plus en détail

Dossier justificatif des travaux de R&D déclarés au titre du CIR

Dossier justificatif des travaux de R&D déclarés au titre du CIR Dossier justificatif des travaux de R&D déclarés au titre du CIR I PRÉSENTATION DE LA SOCIETE Présenter l activité de la société en quelques lignes ou au moyen d une plaquette publicitaire et replacer

Plus en détail

La solution à vos mesures de pression

La solution à vos mesures de pression Mesure de force linéique La solution à vos mesures de pression Sensibilité Répétabilité Stabilité Le système X3 de XSENSOR propose un concept innovant spécialement adapté pour vos applications de mesure

Plus en détail

Visual Information Solutions. ENVI LiDAR. L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR

Visual Information Solutions. ENVI LiDAR. L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR Visual Information Solutions ENVI LiDAR L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR Créer des visualisations réalistes. Extraire des objets 3D. Générer des produits

Plus en détail

Définitions et méthode

Définitions et méthode Définitions et méthode C ontour des activités métropolitaines supérieures (AMS) Le périmètre des activités métropolitaines supérieures s appuie sur une nomenclature des secteurs d activités en treize regroupements

Plus en détail

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21 IODAA de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage IODAA Informations générales 2 Un monde nouveau Des données numériques partout en croissance prodigieuse Comment en extraire des connaissances

Plus en détail

IMMEUBLES A VIVRE BOIS UN PROJET EN MOUVEMENT

IMMEUBLES A VIVRE BOIS UN PROJET EN MOUVEMENT ACTIONS ADIVBOIS 2014-2017 Fonctionnement et communication Groupe de pilotage 3 ans 1 Suivi techno-administratif Equipe permanente, secrétariat des commissions + frais / Rétribution d'experts / Suivi /

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Projet IGGI. Infrastructure pour Grappe, Grille et Intranet. Fabrice Dupros. CASCIMODOT - Novembre 2005. Systèmes et Technologies de l Information

Projet IGGI. Infrastructure pour Grappe, Grille et Intranet. Fabrice Dupros. CASCIMODOT - Novembre 2005. Systèmes et Technologies de l Information Projet IGGI Infrastructure pour Grappe, Grille et Intranet CASCIMODOT - Novembre 2005 Fabrice Dupros CONTEXTE > Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC) Sous la tutelle des Ministères

Plus en détail

Réduction des modèles numériques

Réduction des modèles numériques Réduction des modèles numériques Mickaël ABBAS EDF R&D Chef de Projet Méthodes Numériques Avancées Développeur Code_Aster 03 février 2014 Mines ParisTech Plan de la présentation Éléments de contexte industriel

Plus en détail

FAG Detector II le collecteur et l analyseur de données portatif. Information Technique Produit

FAG Detector II le collecteur et l analyseur de données portatif. Information Technique Produit FAG II le collecteur et l analyseur de données portatif Information Technique Produit Application La maintenance conditionnelle Principe de fonctionnement Application Le FAG II est, à la fois, un appareil

Plus en détail

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER Utilisation d images dérivées d un jeu de données LIDAR pour la détection automatisée de vestiges archéologiques (programme de recherche méthodologique LiDARCHEO) Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET,

Plus en détail

GKR. Geological Knowledge Representation Base de connaissances métallogéniques

GKR. Geological Knowledge Representation Base de connaissances métallogéniques GKR Geological Knowledge Representation Base de connaissances métallogéniques Objets Organiser un ensemble d informations complexes et hétérogènes pour orienter l exploration minière aux échelles tactiques

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Jérémy Renard. en collaboration avec J. Gaffuri, C. Duchêne et G. Touya. CartAGen. Une nouvelle plate-forme de recherche en généralisation automatique

Jérémy Renard. en collaboration avec J. Gaffuri, C. Duchêne et G. Touya. CartAGen. Une nouvelle plate-forme de recherche en généralisation automatique Jérémy Renard en collaboration avec J. Gaffuri, C. Duchêne et G. Touya CartAGen Une nouvelle plate-forme de recherche en généralisation automatique 1 Journées de la Recherche IGN - 11 mars 2011 CartAGen

Plus en détail

Inspection des bâtiments suite à tremblement de terre. Exemple italien. Journée technique du 28 mai 2013

Inspection des bâtiments suite à tremblement de terre. Exemple italien. Journée technique du 28 mai 2013 Journée technique du 28 mai 2013 La gestion post-catastrophe, un chantier complexe à anticiper Inspection des bâtiments suite à tremblement de terre Exemple italien Lucie Chever Service bâtiment construction

Plus en détail

Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie. Ordre du jour

Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie. Ordre du jour Action 3 projet MASSA Objectif 2, Mesure 2.2 du programme ALCOTRA 2007 2013 Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie Partenaires Présents POLITO ; Marina Pirulli 3S

Plus en détail

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 Analyse de la vidéo Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet 10 mars 2015 Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 La représentation d objets Plan de la présentation 1 La représentation

Plus en détail

Elaboration d un Plan Local d Urbanisme / d un Agenda 21

Elaboration d un Plan Local d Urbanisme / d un Agenda 21 Elaboration d un Plan Local d Urbanisme / d un Agenda 21 Phase diagnostic Par : P. Mordelet, Université Toulouse 3 C. Aschan-Leygonie, Université Lyon 2 F. Boussama, Université Montpellier 1 C. Mathieu,

Plus en détail

BRANCHE PROFESSIONNELLE DES PRESTATAIRES DE SERVICES DANS LE DOMAINE TERTIAIRE

BRANCHE PROFESSIONNELLE DES PRESTATAIRES DE SERVICES DANS LE DOMAINE TERTIAIRE Rapport BRANCHE PROFESSIONNELLE DES Etude PRESTATAIRES DE SERVICES DANS LE DOMAINE TERTIAIRE Soustitre de la présentation Proposition d assistance pour la maitrise d œuvre d un rapport économique et social

Plus en détail

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi?

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Guillaume Fantino CNRS-ENS / Environnement, Villes, Société Observatoire des Sédiments du Rhône Plan: Informations

Plus en détail

4.2 Unités d enseignement du M1

4.2 Unités d enseignement du M1 88 CHAPITRE 4. DESCRIPTION DES UNITÉS D ENSEIGNEMENT 4.2 Unités d enseignement du M1 Tous les cours sont de 6 ECTS. Modélisation, optimisation et complexité des algorithmes (code RCP106) Objectif : Présenter

Plus en détail

Établissement Public Foncier d'ile-de-france

Établissement Public Foncier d'ile-de-france Établissement Public Foncier d'ile-de-france Entretien du 22 janvier 2013 avec Julien Place, administrateur SIG Mail : jplace@epfif.fr Tél: 01 40 78 91 36 Organisme d accueil Présentation L Établissement

Plus en détail

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques?

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques? Contributions pratiques d une géostatistique raisonnée en environnement : méthodes et application à la cartographie nationale de la pollution par l ozone en France Nicolas Jeannée, GEOVARIANCES 49bis av.

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014/2015 Produits & Logiciels

CATALOGUE FORMATION 2014/2015 Produits & Logiciels CATALOGUE FORMATION 2014/2015 Produits & Logiciels [1] I. Formation produits & Logiciels. Une offre complète de qualité : Nous vous proposons de vous familiariser avec les instruments que nous commercialisons

Plus en détail

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com Systèmes d Information à Référence Spatiale Utilisation d un Estimateur de Régression avec des Données Landsat pour l Estimation de l Etendu et des Changements du Couvert Forestier du Gabon de 1990 à 2010

Plus en détail

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Introduction à l informatique temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 -Définition et problématique - Illustration par des exemples -Automatisme:

Plus en détail

Projet de Système d Information National (SIN) SAMU Grippe A H1N1 / Déploiement dans les SAMU Centre 15

Projet de Système d Information National (SIN) SAMU Grippe A H1N1 / Déploiement dans les SAMU Centre 15 Projet de Système d Information National (SIN) SAMU Grippe A H1N1 Déploiement dans les SAMU-Centre 15 Mission de préfiguration ASIP 9, rue Georges Pitard 75 015 Paris Tél 01 58 45 32 50 Fax 01 58 45 33

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail

MEU Une plateforme web et cartographique pour le management et la planification énergétique de zones urbaines

MEU Une plateforme web et cartographique pour le management et la planification énergétique de zones urbaines MEU Une plateforme web et cartographique pour le management et la planification énergétique de zones urbaines Massimiliano Capezzali 1, Gaëtan Cherix 2, 1 Energy Center, Ecole Polytechnique Fédérale de

Plus en détail

Direction Eau, Environnement & Ecotechnologies. H. Leprond et N. Chauvin

Direction Eau, Environnement & Ecotechnologies. H. Leprond et N. Chauvin Espace collaboratif de l opération «Diagnostic des sols dans les lieux accueillant les enfants et les adolescents» Mode d emploi à l usage des bureaux d études et des laboratoires V4. Avril 2013 H. Leprond

Plus en détail

pour applications spatiales

pour applications spatiales Systèmes d imagerie 3D flash LiDAR pour applications spatiales Alexandre Pollini, Centre Suisse d Electronique et de Microtechnique Toulouse, 07.04.2013 atelier "Systèmes embarqués d'imagerie 3D par laser"

Plus en détail

OPTION SCIENCES BELLE-ISLE-EN-TERRE

OPTION SCIENCES BELLE-ISLE-EN-TERRE Serge Combet Professeur Mathématiques Collège de Belle-Isle-En-Terre OPTION SCIENCES BELLE-ISLE-EN-TERRE 2011-2012 Mathématiques & Informatique Sommaire I. Introduction... 5 II. Choix des logiciels...

Plus en détail

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable

Anticiper la gestion d'un séisme dommageable Atelier 1 groupe de travail sismique franco italo suisse du projet Interreg Alcotra RiskNET Anticiper la gestion d'un séisme dommageable 12 décembre 2013 9h30 / 16h30 NICE Centre Européen des Entreprises

Plus en détail

TP5 - Morphologie mathématique

TP5 - Morphologie mathématique TP5 - Morphologie mathématique Vincent Barra - Christophe Tilmant 5 novembre 2007 1 Partie théorique 1.1 Introduction La morphologie mathématique [1] est un outil mathématique permettant au départ d explorer

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Caractérisation et visualisation d un signal complexe en 3 Dimensions

Caractérisation et visualisation d un signal complexe en 3 Dimensions Caractérisation et visualisation d un signal complexe en 3 Dimensions Introduction Le but de ce TP est de caractériser et de visualiser en 3 Dimensions des signaux simples et complexes sans recourir à

Plus en détail

SITI Agri La nouvelle génération du Système Intégré de Gestion et de Contrôle pour l administration des subventions

SITI Agri La nouvelle génération du Système Intégré de Gestion et de Contrôle pour l administration des subventions SITI Agri La nouvelle génération du Système Intégré de Gestion et de Contrôle pour l administration des subventions Fichier des exploitations agricoles Dossier du bénéficiaire personnalisable Categories

Plus en détail

TUTORIEL D UTILISATION DE L APPLICATION STOT-NC

TUTORIEL D UTILISATION DE L APPLICATION STOT-NC Sommaire Présentation générale... 2 Accessibilité... 3 TUTORIEL D UTILISATION DE L APPLICATION STOT-NC Accès «interface cartographique»... 3 Connexion... 3 Fonctionnalités disponibles... 3 Accès «Saisie

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1 Génie logiciel Concepts fondamentaux Bruno MERMET, Université du Havre 1 Nécessité du Génie Logiciel Bruno MERMET, Université du Havre 2 Développement d un logiciel Caractéristiques souhaitées : Adéquation

Plus en détail

Algorithme des fourmis appliqué à la détection et au suivi de contours dans une image

Algorithme des fourmis appliqué à la détection et au suivi de contours dans une image IN52-IN54 A2008 Algorithme des fourmis appliqué à la détection et au suivi de contours dans une image Etudiants : Nicolas MONNERET Alexandre HAFFNER Sébastien DE MELO Responsable : Franck GECHTER Sommaire

Plus en détail

Urbanisme et Standards Covadis

Urbanisme et Standards Covadis Urbanisme et Standards Covadis 12 Octobre 2012 Service Connaissance des Territoires et Prospective Unité SIG / Valorisation de données Sommaire 1/ les différents standards de la COVADIS du thème Urbanisme

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

BASES DES RESEAUX UNITE DE FORMATION

BASES DES RESEAUX UNITE DE FORMATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE BASES DES RESEAUX UNITE

Plus en détail

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes) Toxicologie Mycologie & Aérobiologie Toxicologie Sciences biomédicales Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Plus en détail

HPC-Desk. HPC et SaaS scientifique : l évolution. nécessaire des outils SaaS. Jérémie Bellec Structure Computation

HPC-Desk. HPC et SaaS scientifique : l évolution. nécessaire des outils SaaS. Jérémie Bellec Structure Computation HPC-Desk HPC et SaaS scientifique : l évolution nécessaire des outils SaaS. Jérémie Bellec Structure Computation Structure Computation Plate-forme is-sim (www.is-sim.com) 2 Structure Computation Missions

Plus en détail

L échelle des Technology Readiness Levels (TRL ou Niveaux de maturité technologique) : Comment la prendre en compte dans nos métiers?

L échelle des Technology Readiness Levels (TRL ou Niveaux de maturité technologique) : Comment la prendre en compte dans nos métiers? RÉVEIL EN FORM L échelle des Technology Readiness Levels (TRL ou Niveaux de maturité technologique) : Comment la prendre en compte dans nos métiers? Plan de l exposé Intervenants TRL : Le concept Cadre

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique

Profil d études détaillé. Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Section : Informatique et systèmes Finalité : Technologie de l informatique Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera

Plus en détail

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014.

Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives. Equinox-Cognizant, tous droits réservés. 2014. Practice Finance & Risk Management BCBS 239 enjeux et perspectives 2014 Contexte du BCBS 239 2 Une nouvelle exigence Les Principes aux fins de l agrégation des données sur les et de la notification des

Plus en détail

Parcours en deuxième année

Parcours en deuxième année Parcours en deuxième année Unités d Enseignement (UE) ECTS Ingénierie des réseaux haut 4 débit Sécurité des réseaux et 4 télécoms Réseaux mobiles et sans fil 4 Réseaux télécoms et 4 convergence IP Infrastructure

Plus en détail

L utilisation du lidar terrestre en foresterie. Richard Fournier Département de géomatique appliquée

L utilisation du lidar terrestre en foresterie. Richard Fournier Département de géomatique appliquée L utilisation du lidar terrestre en foresterie Richard Fournier Département de géomatique appliquée Problématique Inventaire traditionnel : photographie aérienne imagerie satellitaire relevés manuels sur

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

III Caractérisation d'image binaire

III Caractérisation d'image binaire III Caractérisation d'image binaire 1. Généralités Les images binaires codent l'information sur deux valeurs. Rarement le résultat direct d'un capteur, mais facilement obtenues par seuillage dans certains

Plus en détail

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Le projet de recherche européen FlexWood («Flexible wood supply chain»)

Plus en détail

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme * Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme Le programme, lancé en 2009** et coordonné par FCBA, a pour objet d affiner les connaissances sur le comportement au séisme des habitats

Plus en détail

ITIL Gestion de la capacité

ITIL Gestion de la capacité ITIL Sommaire 1 GENERALITES 3 2 PERIMETRE DE LA GESTION DES CAPACITES 3 3 ACTIVITES ET LIVRABLES DE LA GESTION DES CAPACITES 4 3.1 ACTIVITES ITERATIVES OU GESTION DE PERFORMANCES : 4 3.2 GESTION DE LA

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

Mesure agnostique de la qualité des images.

Mesure agnostique de la qualité des images. Mesure agnostique de la qualité des images. Application en biométrie Christophe Charrier Université de Caen Basse-Normandie GREYC, UMR CNRS 6072 Caen, France 8 avril, 2013 C. Charrier NR-IQA 1 / 34 Sommaire

Plus en détail

GENIE STATISTIQUE GESTION DES RISQUES ET INGENIERIE FINANCIERE MARKETING QUANTITATIF ET REVENUE MANAGEMENT

GENIE STATISTIQUE GESTION DES RISQUES ET INGENIERIE FINANCIERE MARKETING QUANTITATIF ET REVENUE MANAGEMENT Remarque : Tous les cours sont en français, sauf contre-indication. Pour des traductions anglaises des titres, des descriptifs, et plus de renseignements, consultez l intégralité du Programme des enseignements

Plus en détail