du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires"

Transcription

1 Les maladies autoinflammatoires : le point de vue du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires de l enfant

2 Adam, 2 ans 1/2 Consultation en octobre 2010 pour avis sur fièvre à répétition 2 e enfant d une fratrie de 2 Origine sépharade Depuis 4 mois de vie : épisodes de fièvre à répétition (au moins 1 par mois) Durée 2 à 5 jours Douleurs abdominales pendant et en dehors de la fièvre

3 Adam, 2 ans 1/2 Le carnet de santé : Otites (>5) Bronchites (>3) CRP pendant les épisodes de fièvre : entre 25 et 30, négative en dehors de la fièvre Examen clinique : Rhinite ADP cervicales, amygdales volume Douleurs abdominales, le matin avant d aller à l école pt 15 min

4 La fièvre de «crèche-ite» Fièvre = 1 er symptôme motivant consultation Parcours normal (environnement antigénique) Anxiogène pour parents (et certains médecins!) La majorité des fièvres à répétition est bénigne Infections virales à répétition (crèche) Infections bactériennes à répétition (ORL, urines, ) Fièvre à répétition pathologique Sentiment des parents ou du médecin que la fièvre est «trop fréquente»

5 Fièvre récurrente : une définition de pédiatre

6 Fièvre récurrente auto-inflammatoire Signes cliniques en rapport avec l activation de l immunité innée : fièvre douleurs musculaires inflammation des séreuses Signes biologiques en rapport avec la sécrétion cytokinique de l immunité innée (IL1β, IL6 et TNFα) : Augmentation des protéines de la phase aigue Disparition spontanée des signes cliniques et biologiques en l absence d activation de l immunité adaptative

7 C est quoi un «syndrome inflammatoire significatif»???

8 La CRP Produite par le foie après stimulation IL1β, TNFα et IL6 Au cours de poussées de maladies autoinflammatoires des chiffres très élevés ne sont pas rares Début de la sécrétion 6 heures après le début de l activation du système immunitaire inné Sécrété aussi dans une moindre mesure en cas d infection virale Quel cut-off???

9 La procalcitonine : le marqueur? Produite par le parenchyme thyroïdien Sous l influence du TNFα Faux positifs Situations cliniques entraînant une sécrétion anormale de TNFα (SAM, Kawasaki, polytraumatisé, ) Anomalies du tissu thyroïdien Faux négatifs Infections localisées (abcès des parties molles, médiastinite, appendicite non compliquée, ) Antibiothérapie efficace au moment du dosage

10 Utilisation de la PCT dans les maladies immunitaires Marqueur correct pour discrimination maladies du système immmunitaire adaptatif Scire (Clin Exp Rheumatol) 2006 Mauvais marqueur pour les maladies impliquant essentiellement la réponse immunitaire innée??? (cf maladie de Still et maladie de Kawasaki)

11 Quand évoquer alors une MAI? Signes cliniques intermittents séparés par des intervalles peu ou asymptomatiques Répétition de «crises» stéréotypées Au moins 6 épisodes identiques Présence d un syndrome inflammatoire significatif en dehors d une infection bactérienne

12 Méline, née le 14/05/ mois ½ Fièvre à 38,5 avec ADP cervicale de 2 cm Syndrome inflammatoire Traitement antibiotique de principe Régression symptomatologie en 4 jours A partir de l hiver : Épisodes fébriles à répétition (< 3 jours) Parfois éruption cutanée («virale») Parfois isolés

13 Depuis l âge de 1 an Fièvre à 38,5-39 toutes les 5 semaines Durée d une poussée fébrile : 4 à 5 jours Aphtes ADP cervicales Parfois diarrhée Médicaments antipyrétiques sans effets Syndrome inflammatoire (CRP > 100) spontanément régressif

14 Oui, mais laquelle?? Analyse sémiologique rigoureuse des épisodes En cas de besoin s aider d un «carnet de fièvre»

15 Syndrome FMF MAPS = HIDS TRAPS CAPS PFAPA Hérédité Autosomique récessif Autosomique récessif Autosomique dominant Autosomique dominant, sporadique Aucune Populations prédisposées Pourtour méditerranéen et Moyen-Orient Age de début Habituellement avant 10 ans Europe Probablement ubiquitaire Ubiquitaire Ubiquitaire Ubiquitaire 1 ère année de vie Avant 20 ans 1 ère année de vie Après 1 an avant 6 ans Durée des accès 12 à 72 heures 5 à 7 jours Variable, > 7 jours Variable, > 5 jours 4 à 5 jours Signes abdominaux Signes articulaires Péritonite aseptique Arthrites Arthralgies Myalgies Vomissements diarrhée Arthrites Arthralgies Douleurs abdominales Arthrite Arthralgies Myalgies localisées Non Arthrites +++ Arthralgies Douleurs thoraciques Oui Non Oui Non Non Parfois douleurs abdominales Non Signes cutanés Pseudo-érysipèle Bursite Aphtose buccale Exanthème tronc Pseudo-cellulite Œdème des paupières Exanthème polymorphe Urticaire diffus Stomatite : aphtose buccale Adénopathies Non ou rares Cervicales +++ Non Non Cervicales +++ Autres signes Atteinte neurologique et neurosensorielle Angine aseptique

16 Critères pédiatriques de Yalçinkaya Critère Fièvre Douleur abdominale Douleur thoracique Arthrite ATCD familiaux de FMF Description Température axillaire > 38 C, durée 6 à 72 heures, 3 x durée 6 à 72 heures, 3 x durée 6 à 72 heures, 3 x durée 6 à 72 heures, 3 x 2 critères : sensibilité 86,5%, spécificité 93,6% 3 critères : sensibilité 77%, spécificité 95% Yalcinkaya F et al, Rheumatology 2009; 48 :

17 Conclusion Le diagnostic d une fièvre récurrente est difficile, surtout en pédiatrie Ne pas hésiter de suivre les enfants : la clinique se complète avec l âge

La fièvre est un symptôme majeur

La fièvre est un symptôme majeur Dossier Démarche clinique devant une fièvre récidivante de l enfant Véronique Hentgen Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles, Centre de référence des maladies auto-inflammatoires de l enfant,

Plus en détail

Enfants adultes : quelles différences? Dr. Véronique Hentgen CeRéMAI Service de pédiatrie Centre Hospitalier de Versailles

Enfants adultes : quelles différences? Dr. Véronique Hentgen CeRéMAI Service de pédiatrie Centre Hospitalier de Versailles Enfants adultes : quelles différences? Dr. Véronique Hentgen CeRéMAI Service de pédiatrie Centre Hospitalier de Versailles L enfant n est pas un adulte miniature Pour les philosophes depuis JJ Rousseau

Plus en détail

Fièvres Récurrentes E.Roblin, Lyon DES Pédiatrie Saint Etienne 12 et 13 décembre 2008

Fièvres Récurrentes E.Roblin, Lyon DES Pédiatrie Saint Etienne 12 et 13 décembre 2008 Fièvres Récurrentes E.Roblin, Lyon DES Pédiatrie Saint Etienne 12 et 13 décembre 2008 Caractéris risées par des épisodes fébriles f de quelques jours à quelques semaines, sépars parés s par des intervalles

Plus en détail

Maladies auto-inflammatoires Le point de vue de l interniste

Maladies auto-inflammatoires Le point de vue de l interniste DU maladies inflammatoires et systémiques Vendredi 29 mars 2013 Maladies auto-inflammatoires Le point de vue de l interniste Dr K. Stankovic Stojanovic Service de médecine interne Centre de référence des

Plus en détail

Les maladies auto-inflammatoires vues par le dermatologue

Les maladies auto-inflammatoires vues par le dermatologue Les maladies auto-inflammatoires vues par le dermatologue Aurélie Du-Thanh Département de Dermatologie CHRU de Montpellier a-du_thanh@chu-montpellier.fr Quelles MAI le dermatologue voit-il? Les fièvres

Plus en détail

De la fièvre au bon diagnostic clinique. Véronique Hentgen Séverine Guillaume CeRéMAI

De la fièvre au bon diagnostic clinique. Véronique Hentgen Séverine Guillaume CeRéMAI De la fièvre au bon diagnostic clinique Véronique Hentgen Séverine Guillaume CeRéMAI Une petite mise en jambes Ozgul, 6 ans Depuis «toujours» fièvre à répétition Durée 2 à 3 jours Irrégulier, non prévisible

Plus en détail

Guide d utilisation de la procalcitonine

Guide d utilisation de la procalcitonine Guide d utilisation de la procalcitonine bit.ly/procalcitonine Jeannot Dumaresq, microbiologiste-infectiologue CISSS de Chaudière-Appalaches 21 mars 2016 Généralités sur la procalcitonine (PCT) Prohormone

Plus en détail

Résumé table ronde pour les patients Vendredi, 4 septembre 2009 de 16 à 18 heures

Résumé table ronde pour les patients Vendredi, 4 septembre 2009 de 16 à 18 heures Résumé table ronde pour les patients Vendredi, 4 septembre 2009 de 16 à 18 heures Experts participants : Dr S Guillaume (Bicêtre) Dr G Hayem (Paris) Dr V Hentgen (Versailles) Dr M Hofer (Genève - Suisse)

Plus en détail

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation Dr E r i c C O P P A R D PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation EPU Rillieux du Petite synthèse personnelle de données existantes dans la littérature 20 Juin 2006 Qu est est-ce que la Procalcitonine?

Plus en détail

Fièvre périodique avec pharyngite aphteuse et adénite (PFAPA)

Fièvre périodique avec pharyngite aphteuse et adénite (PFAPA) www.printo.it/pediatric-rheumatology/fr/intro Fièvre périodique avec pharyngite aphteuse et adénite (PFAPA) Version de 2016 1. FIÈVRE PÉRIODIQUE AVEC PHARYNGITE APHTEUSE ET ADÉNITE (PFAPA) 1.1 Qu'est-ce

Plus en détail

Quelques repères cliniques

Quelques repères cliniques Quelques repères cliniques Marie France LE GOAZIOU RHUME (sfmg) coryza, common cold, rhinite aiguë Rhinorhée claire et abondante++ Obstruction nasale ++ Récent ++++ +- éternuements +-larmoiement, brûlures

Plus en détail

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1)

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) Fièvres éruptives Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) éléments éruptifs association topographie caractère prurigineux ou non caractères évolutifs Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (2) Contexte

Plus en détail

DES septembre 2016 E Solau-Gervais Poitiers

DES septembre 2016 E Solau-Gervais Poitiers DES septembre 2016 E Solau-Gervais Poitiers =artérite à cellule géante ou artérite temporale Prédominance féminine Moyenne de survenue entre 70 et 75 ans Céphalées unilatérale, temporale, d apparition

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE Dr Anware Maftouh Chirurgie viscérale Hôpital St Camille Mars 2016 Introduction La diverticulose colique est une anomalie fréquente dans les pays occidentaux, son incidence augmente

Plus en détail

Diagnostic génétique, pour qui, pourquoi, comment?

Diagnostic génétique, pour qui, pourquoi, comment? Diagnostic génétique, pour qui, pourquoi, comment? Isabelle Touitou Réseau national du diagnostic génétique des maladies auto inflammatoires héréditaires http://genmai.chu montpellier.fr/ Montpellier,

Plus en détail

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion

Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Infection par le virus Chikungunya à l Île de la Réunion Formes cliniques et prise en charge Patrice POUBEAU G. BORGHERINI Service Maladies Infectieuses G H Sud Réunion Marie Pierre MOITON Dominique FERRANDIZ

Plus en détail

Syndromes de fièvre périodique

Syndromes de fièvre périodique Syndromes de fièvre périodique Investigateur principal Paul Dancey, MD, FRCPC, Janeway Children s Hospital, université Memorial, St. John s (Terre-Neuve) A1B 3V6; tél. : 709-777-4766; téléc. : 709-777-4343;

Plus en détail

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Dr Carine BROCARD Biologiste médical Laboratoire BIOCEANE LE HAVRE Journée des référents anti-infectieux 23 juin 2016 Rouen

Plus en détail

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant.

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Y. AMEGNRAN, M. COLOMBIES, C. CASTRO, J. POISSON et F. TRONC, Service de Pédiatrie-néonatologie CH Carcassonne.

Plus en détail

Purpura d Henoch-Schönlein. Dr. Sergio Manzano

Purpura d Henoch-Schönlein. Dr. Sergio Manzano Purpura d Henoch-Schönlein Dr. Sergio Manzano 1 Introduction Epidémiologie Etiologie Diagnostic clinique Diagnostic différentiel Examens complémentaires Définition de cas Complications Traitement Suivi

Plus en détail

ANGINES Dr Xavier Lainé Département MG Lyon Document sous licence Creative Commons

ANGINES Dr Xavier Lainé Département MG Lyon Document sous licence Creative Commons ANGINES Dr Xavier Lainé Département MG Lyon Document sous licence Creative Commons 1 Angines érythémateuses ou érythémato-pultacée : étiologies Enfants Adultes virales : 60 à 75% strepto A : 25 à 40% virales

Plus en détail

PFAPA syndrome. Et autres fièvres récurrentes Comment éviter les examens inutiles? Dr A Pagnier 01/12/2007 1

PFAPA syndrome. Et autres fièvres récurrentes Comment éviter les examens inutiles? Dr A Pagnier 01/12/2007 1 PFAPA syndrome Et autres fièvres récurrentes Comment éviter les examens inutiles? Dr A Pagnier 01/12/2007 1 Fièvres d origine indéterminée chez l enfant En priorité définir le groupe syndromique : Fièvres

Plus en détail

Infarctus du myocarde révélant une maladie de Behcet. Dr Kachenoura Alger

Infarctus du myocarde révélant une maladie de Behcet. Dr Kachenoura Alger Infarctus du myocarde révélant une maladie de Behcet Dr Kachenoura Alger Maladie universelle prédominant autour du bassin méditerranéen et au japon Première en 1937 par H. Behcet : triade associant: aphtose

Plus en détail

Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas

Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas Procalcitonine: ce que l on sait et ce que l on ne sait pas Pro-hormone de la calcitonine Elle est secrétée par de nombreuses cellules de l organisme (FOIE++) en réponse à une agression infectieuse (bactérienne

Plus en détail

Algodystrophie (SDRC 1)

Algodystrophie (SDRC 1) Algodystrophie (SDRC 1) Physiopathologie Présentations cliniques Dr Joël DAMIANO Rhumatologue Définition Algodystrophie Syndromes douloureux régional complexe de type 1 (Complex regional pain syndrome

Plus en détail

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine générale Nicolas GROFFAL 19 avril 2012 INTRODUCTION(1) CRP

Plus en détail

Hypocholestérolémiants : fibrates et statines

Hypocholestérolémiants : fibrates et statines Toute polyalgie n est pas une fibromyalgie I. Interrogatoire Hypocholestérolémiants : fibrates et statines Laxatifs Barbituriques Bêtabloquants Produits myotoxiques -Hypothyroïdie -Hypoalbuminémie -Insuffisance

Plus en détail

La sémiologie de la température du corps :

La sémiologie de la température du corps : La sémiologie de la température du corps : 1- INTRODUCTION : Chaleur corporelle T =Cte Thermogénèse Centre thermorégulateur Thermolyse Activité physique Combustion des éléments Activité vasculaire Commentaire

Plus en détail

Syndrome inflammatoire de la personne âgée

Syndrome inflammatoire de la personne âgée Syndrome inflammatoire de la personne âgée Cours Capacité Gériatrie 12/02/2016 Dr DUBOS CCA Médecine Gériatrique 1 Syndrome inflammatoire Inflammation Biologie Étiologie et démarche diagnostique Complications

Plus en détail

Bronchiolite et problèmes respiratoires du nourrisson. Objectifs. Points importants. Métabolisme. Mécanique respiratoire

Bronchiolite et problèmes respiratoires du nourrisson. Objectifs. Points importants. Métabolisme. Mécanique respiratoire Bronchiolite et problèmes respiratoires du nourrisson Aurore Côté Médecine respiratoire Hôpital de Montréal pour enfants Objectifs Passer en revue les particularités du système respiratoire du nourrisson

Plus en détail

Agents immunomodulateurs :

Agents immunomodulateurs : Agents immunomodulateurs : Ustekinumab (STELARA ) STELARA Après la première injection, on injecte à nouveau STELARA après 4 semaines (1 mois) Après cette deuxième injection, on l injecte ensuite toutes

Plus en détail

Item 189 Vascularites systémiques Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 189 Vascularites systémiques Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 189 s systémiques Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Vascularites intéressant des vaisseaux de moyen calibre...3 2. Vascularites des petits vaisseaux... 5 2 1.

Plus en détail

La boiterie de l enfant

La boiterie de l enfant La boiterie de l enfant A. FAURE, T. MERROT Chirurgie Pédiatrique Hôpital Nord IFI T Joseph Croix Rouge Française Rappels d anatomie Rappels d anatomie Boiterie = altération des éléments fondamentaux du

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la toux chronique chez l enfant. DR Kabouya Société de Pédiatrie de l Ouest Adrar 5.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la toux chronique chez l enfant. DR Kabouya Société de Pédiatrie de l Ouest Adrar 5. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la toux chronique chez l enfant. DR Kabouya Société de Pédiatrie de l Ouest Adrar 5.12 2015 Introduction Motif de consultation fréquent Source d inquiétude

Plus en détail

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. MEDEC 17 mars 2005

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. MEDEC 17 mars 2005 Prise en charge de la fièvre chez l enfant MEDEC 17 mars 2005 Définitions Au niveau cérébral point d équilibre thermique déplacé vers le haut fièvre hyperthermie (exogène ou endogène) Température centrale

Plus en détail

La calprotectine fécale: un outil performant pour le diagnostic et le suivi des maladies inflammatoires chroniques de l intestin

La calprotectine fécale: un outil performant pour le diagnostic et le suivi des maladies inflammatoires chroniques de l intestin La calprotectine fécale: un outil performant pour le diagnostic et le suivi des maladies inflammatoires chroniques de l intestin Nathalie KAPEL Faculté de Pharmacie Paris Descartes GH Pitié-Salpêtrière,

Plus en détail

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt sur le sujet Définition Infection du parenchyme pulmonaire (alvéole et

Plus en détail

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Introduction Infections fréquentes Evoluent par bouffées épidémiques Virus multiples dominés par la grippe Transmission

Plus en détail

Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir?

Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir? Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir? Professeur Yves Hansmann Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Borréliose de Lyme tardive :

Plus en détail

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE FIEVRES ERUPTIVES

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE FIEVRES ERUPTIVES FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT Professeur Laïla EL HARIM - ROUDIES DEPARTEMENT DE PEDIATRIE SERVICE DE PEDIATRIE I MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE FIEVRES

Plus en détail

HEMOSIDEROSE PULMONAIRE IDIOPATHIQUE A PROPOS D UN D

HEMOSIDEROSE PULMONAIRE IDIOPATHIQUE A PROPOS D UN D HEMOSIDEROSE PULMONAIRE IDIOPATHIQUE A PROPOS D UN D CAS B. Zainoun, B.Radouane, M.Jidal, S.Chaouir,, T. Amil,, A. Hanine, M.Benameur, Service d imagerie médicale HMIMed V RABAT INTRODUCTION L hémosidérose

Plus en détail

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare.

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare. La maladie de Takayasu est une artérite inflammatoire des vaisseaux de gros calibre qui atteint avec prédilection l aorte et ses principales branches. Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle

Plus en détail

Infection VIH sida Quand penser en consultation? Dr TEGGAR service des maladies infectieuses EPH Tiaret

Infection VIH sida Quand penser en consultation? Dr TEGGAR service des maladies infectieuses EPH Tiaret Infection VIH sida Quand penser en consultation? Dr TEGGAR service des maladies infectieuses EPH Tiaret Introduction 1 34,2 millions personnes vivaient avec le VIH en 2011 1,5 sont décèdes de la maladie

Plus en détail

Suivi de Pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1)

Suivi de Pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) Bulletin n 9 21 octobre au 27 décembre 2009 26/11/2009 Suivi de Pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) 30/12/2009 Dans le cadre de la campagne nationale de vaccination contre la grippe A (H1N1)

Plus en détail

Angine et test de diagnostic rapide (d après les recommandations de l AFSSAPS 2005)

Angine et test de diagnostic rapide (d après les recommandations de l AFSSAPS 2005) Angine et test de diagnostic rapide (d après les recommandations de l AFSSAPS 2005) Par Lorraine Mokeddem Angines et test de diagnostic rapide I) Rappel sur les différents types anatomo pathologiques à

Plus en détail

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME Melle J.S 19 ans Observation ATCDS: Toux sèche paroxystique nocturne non explorée HDM: J-3, toux quinteuse, fièvre et dyspnée sifflante J0: douleur retro sternale,

Plus en détail

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale

Bronchiolite : nouvelles recommandations. Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale Bronchiolite : nouvelles recommandations Marion BAZIARD / DES de Médecine Générale 7 Avril 2015 2 nouvelles références en 2014 «Saisissez une citation ici.» Arch Pediatr. 2014 Jan;21(1):53-62 «Saisissez

Plus en détail

La réponse immunitaire. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon

La réponse immunitaire. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon La réponse immunitaire D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 15.10.2015 Nomenclature Rôle et implications du système immunitaire Composition du système immunitaire Fonction de chaque constituant

Plus en détail

RANDRIAMIARISOA Ny Aina Antananarivo, le 31 janvier 2016 Andrianantenaina Médecin Diplômé d Etat

RANDRIAMIARISOA Ny Aina Antananarivo, le 31 janvier 2016 Andrianantenaina Médecin Diplômé d Etat RANDRIAMIARISOA Ny Aina Antananarivo, le 31 janvier 26 Andrianantenaina Médecin Diplômé d Etat à Logement 455, cité Ampefiloha Madame La Présidente Antananarivo 1- Madagascar de Tel : 0331114310 0324276815

Plus en détail

Complications et décompensations aigues des maladies inflammatoires chroniques (non digestives) de l enfant

Complications et décompensations aigues des maladies inflammatoires chroniques (non digestives) de l enfant Complications et décompensations d aigues des maladies inflammatoires chroniques (non digestives) de l enfant Olivier RICHER Hôpital des enfants CHU Bordeaux Cas clinique 1 Pierre 5 ans Pas d antd antécédents

Plus en détail

ED Infections Respiratoires Hautes

ED Infections Respiratoires Hautes ED Infections Respiratoires Hautes CAS 1 Un jeune homme de 19 ans vous est amené en consultation par sa mère au mois de mai pour douleurs pharyngées évoluant depuis 24h avec une fièvre à 39,5 C Pas d ATCD

Plus en détail

Les angines sont elles en réalité si largement sur traitées par les antibiotiques

Les angines sont elles en réalité si largement sur traitées par les antibiotiques Les angines sont elles en réalité si largement sur traitées par les antibiotiques Étude à partir des données de l Observatoire de la médecine générale en 2007 Duhot D, Durel A, Santana P, Hebbrecht G Société

Plus en détail

Appendicite aigue chez l enfant Algorithme diagnostique et thérapeutique actualisé

Appendicite aigue chez l enfant Algorithme diagnostique et thérapeutique actualisé Appendicite aigue chez l enfant Algorithme diagnostique et thérapeutique actualisé Journées Parisiennes de Pédiatrie 3 octobre 2014 Docteur Henri KOTOBI Hôpital d enfants Armand TROUSSEAU - PARIS Introduction

Plus en détail

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une sinusite ou être secondaire à une affection oculaire

Plus en détail

VASCULITIS FOUNDATION Soutien Information Recherche

VASCULITIS FOUNDATION Soutien Information Recherche VASCULITIS FOUNDATION Soutien Information Recherche Qu est-ce qu une vascularite? Une vascularite est définie par l existence d une inflammation des vaisseaux sanguins, c està-dire des artères, veines

Plus en détail

La sphère ORL: Rappels anatomiques

La sphère ORL: Rappels anatomiques Les infections ORL La sphère ORL: Rappels anatomiques Cas clinique C est le petit Louis, 6 ans, qui a de la fièvre depuis 2 jours et qui se plaint d avoir mal à la gorge Voyons cette gorge Et cette gorge

Plus en détail

Qui et comment explorer?

Qui et comment explorer? Dyskinésies ciliaires: Qui et comment explorer en pneumologie pédiatrique? TAMALET Aline Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares Trousseau Qui et comment explorer? depuis 1985 mucoviscidose

Plus en détail

Diverticulose et complications A.OLIVER 2013

Diverticulose et complications A.OLIVER 2013 Diverticulose et complications A.OLIVER 2013 GENERALITES HAS 2006 La «diverticulose colique» correspond à un état asymptomatique : anomalie anatomique acquise du colon, caractérisée par la présence de

Plus en détail

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Section 10.3.4 10.3.4 : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Composition Un vaccin inactivé polysaccharidique 23-valent contre le pneumocoque (-23) est distribué au Canada : Pneumovax 23 (Merck).

Plus en détail

4. Diverticulose colique et ses complications

4. Diverticulose colique et ses complications 4. Diverticulose colique et ses complications HAS 2006 La «diverticulose colique» correspond à un état asymptomatique : anomalie anatomique acquise du colon, caractérisée par la présence de diverticules.

Plus en détail

membres et des extrémités

membres et des extrémités Diagnostic d une douleurs des membres et des extrémités Thierry Schaeverbeke Mr B., 64 ans Pas d antécédent notable Douleur de l aine laine droite irradiant vers le genou début progressif, accentuation

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

sommaire 2 AVANT-PROPOS 3 INTRODUCTION 5 LES MALADIES 39 PERSPECTIVES 49 LE QUOTIDIEN 71 INFORMATIONS UTILES

sommaire 2 AVANT-PROPOS 3 INTRODUCTION 5 LES MALADIES 39 PERSPECTIVES 49 LE QUOTIDIEN 71 INFORMATIONS UTILES sommaire 2 AVANT-PROPOS 3 INTRODUCTION 5 LES MALADIES 39 PERSPECTIVES 49 LE QUOTIDIEN 71 INFORMATIONS UTILES 120704 Livret Maladie fièvre Héréditaire interieur.indd 1 04/07/12 16:33 Avant-propos Fondation

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

Dr F. Sapin Spécialité en médecine d urgence Année académique seminaires iris

Dr F. Sapin Spécialité en médecine d urgence Année académique seminaires iris Dr F. Sapin Spécialité en médecine d urgence Année académique 2013 2014 Introduction Le développement d un sepsis suite à une chirurgie abdominale, même programmée, est grevé d une mortalité importante

Plus en détail

CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN

CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN Claire Laresche CHU Besançon, Pr Humbert Nancy, 28/10/2010 Mr M., 44ans Antécédents: Rectocolite hémorragique (RCH), diagnostiquée en 2002: Corticothérapie Ciclosporine

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Réactions Allergiques Traitements

Réactions Allergiques Traitements Traitements Anti-histaminiques (Symptomes) : blocage du R-H1(act sur vaisseaux & fibres nerveuses)! Immuno-spuresseurs (Corticostéroides) : TrT à long terme, cas de l asthme! Palliatifs que Curatifs :

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

Infections ORL. Infections ORL 2012/2013. A.Sotto

Infections ORL. Infections ORL 2012/2013. A.Sotto ECN n 77, 90, 98 Infections ORL Albert Sotto octobre 2013 «douleurs de gorge» Difficultés à la déglutition = odynophagie Fièvre > 38 C Amygdales inflammatoire ADP loco-régionales inflammatoires Angine

Plus en détail

Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques

Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques Dr Dahmane Nabila Service de pédiatrie, CHU Bab El Oued 10 ème congrès de lutte contre la douleur 8-9 Octobre 2015, Hôtel El Aurassi Introduction Quelle

Plus en détail

Allergies aux pénicillines chez l enfantl. enfant. JC Caubet Immuno-allergologie pédiatrique CHUV

Allergies aux pénicillines chez l enfantl. enfant. JC Caubet Immuno-allergologie pédiatrique CHUV Allergies aux pénicillines p chez l enfantl enfant JC Caubet Immuno-allergologie pédiatrique CHUV 12.02.2009 Monica, 2006 Fillette de 2 ans, BSH Le 2.01.2008: antibiothérapie par amoxicilline pour OMA

Plus en détail

Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire

Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire Résultats du premier tour d un audit de pratique réalisé par 189 médecins

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

Maladie à virus Ebola : recommandations de prise en charge des personnes de retour des zones affectées par Ebola (état :

Maladie à virus Ebola : recommandations de prise en charge des personnes de retour des zones affectées par Ebola (état : Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Division Maladies transmissibles Maladie à virus Ebola : recommandations de prise en charge

Plus en détail

Infections chez le sujet âgé. 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS

Infections chez le sujet âgé. 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS Infections chez le sujet âgé 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS Plan 1. Généralités 2. Le patient âgé 3. Séméiologie des principales pathologies infectieuses

Plus en détail

Patient de 70 ans, douleurs abdominales aiguës, fièvre, CRP élevée ; aucun antécédent digestif. Quels sont les principaux éléments sémiologiques à

Patient de 70 ans, douleurs abdominales aiguës, fièvre, CRP élevée ; aucun antécédent digestif. Quels sont les principaux éléments sémiologiques à Patient de 70 ans, douleurs abdominales aiguës, fièvre, CRP élevée ; aucun antécédent digestif. Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir, dans ce contexte F. Jausset,IHN CHR METZ-Bon-Secours

Plus en détail

Maladies infantiles. Dr Berlioz

Maladies infantiles. Dr Berlioz Maladies infantiles Dr Berlioz GENERALITES Les maladies contagieuses les plus fréquentes de l'enfant sont des maladies infectieuses le plus souvent dues à des virus et plus rarement à des bactéries. Ces

Plus en détail

LA LANGUE PATHOLOGIQUE

LA LANGUE PATHOLOGIQUE LA LANGUE PATHOLOGIQUE S.AGBO- GODEAU Consultation de Pathologie de la Muqueuse Buccale cmf- paris.fr FAMP- 17 janvier 2015 SOUVENT 3 DIAGNOSTICS EVOQUES MYCOSE HERPES APHTE CE QUI N EST PAS PATHOLOGIQUE

Plus en détail

Suivi Médical : Recommandations

Suivi Médical : Recommandations Suivi Médical : Recommandations Dr MJ. PEREZ CHRU Montpellier Suivi médical Langage Vivre avec une microdélétion 22q11 Développement psycho-social cognitif Malformations : Suivi spécialisé Surveillance

Plus en détail

Cas clinique MICI B. BRIEAU (DES) 30/03/12

Cas clinique MICI B. BRIEAU (DES) 30/03/12 Cas clinique MICI B. BRIEAU (DES) 30/03/12 Contexte clinique n Femme, 28 ans, consulte pour douleurs abdominales et diarrhée n Pas d antécédents médicaux, sauf pyélonéphrite aigue traitée par AUGMENTIN,

Plus en détail

Tout est dans le regard Symposium respiratoire d Aquitaine Le 15 octobre 2016

Tout est dans le regard Symposium respiratoire d Aquitaine Le 15 octobre 2016 Tout est dans le regard Symposium respiratoire d Aquitaine Le 15 octobre 2016 Dr François Galodé Mathéis, 3 mois - Gêne respiratoire + toux productive depuis le 10 ème jour de vie - Vomissements alimentaires

Plus en détail

Eruption prurigineuse

Eruption prurigineuse Eruption prurigineuse Cette éruption est prurigineuse, symétrique et bilatérale, à quoi vous pensez? Conduite pratique (solution) Conduite pratique (solution) Dermite de contact allergique. Dans ce cas

Plus en détail

MARQUEURS INFECTIEUX DANS LA MENACE D ACCOUCHEMENT PREMATURÉ

MARQUEURS INFECTIEUX DANS LA MENACE D ACCOUCHEMENT PREMATURÉ MARQUEURS INFECTIEUX DANS LA MENACE D ACCOUCHEMENT PREMATURÉ Dr Emmanuelle PETIT, gynécologue-obstétricien, CH de Calais Dr Elodie CLOUQUEUR, gynécologue-obstétricien, CHRU Lille Journée régionale de pathologies

Plus en détail

Nom de la personne ayant réalisé l investigation : Téléphone / / Institution : Téléphone / / Institution (ARS, SAMU ) :

Nom de la personne ayant réalisé l investigation : Téléphone / /   Institution : Téléphone / /   Institution (ARS, SAMU ) : QUESTIONNAIRE D EVALUATION DES CAS SUSPECTS D INFECTION A VIRUS EBOLA EN VUE DE LEUR CLASSEMENT, 24 NOVEMBRE 2014 Investigateur InVS (si questionnaire rempli à l InVS) Nom de la personne ayant réalisé

Plus en détail

Suivi de Pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1)

Suivi de Pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) Bulletin n 8 21 octobre au 20 décembre 2009 26/11/2009 Suivi de Pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) 23/12/2009 Dans le cadre de la campagne nationale de vaccination contre la grippe A (H1N1)

Plus en détail

Dermatomyosite Juvénile

Dermatomyosite Juvénile www.printo.it/pediatric-rheumatology/lu_fr/intro Dermatomyosite Juvénile Version de 2016 1. QU'EST CE QUE LA DERMATOMYOSITE JUVÉNILE? 1.1 Quelle est cette maladie? La dermatomyosite juvénile (DMJ) est

Plus en détail

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre La fièvre en réanimation Catherine Ract DAR Bicêtre Problèmes Difficultés diagnostiques avec risque vital de méconnaître une infection intrication de pathologies multiples clinique limitée gravité des

Plus en détail

Activité dermatologique aux urgences. Anne-Claire Fougerousse Daniel Vinciguerra HIA Sainte Anne Toulon

Activité dermatologique aux urgences. Anne-Claire Fougerousse Daniel Vinciguerra HIA Sainte Anne Toulon Activité dermatologique aux urgences Anne-Claire Fougerousse Daniel Vinciguerra HIA Sainte Anne Toulon Plan de la présentation n Résultats d une étude prospective sur l activité dermatologique aux urgences

Plus en détail

INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT: QUAND ET COMMENT EXPLOER? N.BENSAADI CHU Tizi-Ouzou 4 eme congrès national d ORL 13/11/2014 Hilton Alger

INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT: QUAND ET COMMENT EXPLOER? N.BENSAADI CHU Tizi-Ouzou 4 eme congrès national d ORL 13/11/2014 Hilton Alger INFECTIONS ORL RECIDIVANTES DE L ENFANT: QUAND ET COMMENT EXPLOER? N.BENSAADI CHU Tizi-Ouzou 4 eme congrès national d ORL 13/11/2014 Hilton Alger Introduction De nombreux médecins traitants sont confrontés

Plus en détail

UNIVERSITE SEGALEN BORDEAUX FACULTE DE MEDECINE

UNIVERSITE SEGALEN BORDEAUX FACULTE DE MEDECINE UNIVERSITE SEGALEN BORDEAUX FACULTE DE MEDECINE RANDRIAMIHANGY N. Avisoa (Madagascar) Directeur : Pr Patrick MERCIE PLAN Introduction Observation Discussion Conclusion 3 INTRODUCTION DEFINITION (Liliane

Plus en détail

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique.

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique. Absence d anticorps d anti HéparineH parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite par l héparine l chez le patient septique. Docteur Cécile Chopard Anesthésiste CHI Eure-Seine Evreux 31 Mai

Plus en détail

LES TESTS DE DIAGNOSTIC AU CABINET DU PÉDIATRE. DR Gérard BELEY

LES TESTS DE DIAGNOSTIC AU CABINET DU PÉDIATRE. DR Gérard BELEY LES TESTS DE DIAGNOSTIC AU CABINET DU PÉDIATRE. DR Gérard BELEY TDR Examens complémentaires Faits par le médecin Sans laboratoire Dans le temps de la consultation SENSIBILITÉ ( SE)- SPÉCIFICITÉ (SP) Évaluent

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie CAS CLINIQUE Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011 Jeune homme, 33 ans Marié depuis un an Sans antécédents pathologiques Rapports sexuels extraconjugaux non protégés avec des partenaires multiples

Plus en détail

Asthme Diagnostics différentiels. G. Bellon

Asthme Diagnostics différentiels. G. Bellon Asthme Diagnostics différentiels G. Bellon Asthme Diagnostics différentiels Dans l asthme, comme dans toute pathologie chronique ou récidivante, le diagnostic doit être régulièrement remis en question

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6 PC 004 Nb de pages : 1/6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE - Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé (ANAES). Diagnostic et traitement curatif de l infection bactérienne précoce du nveau-né.

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils Direction Générale de la Santé Informations et conseils Déficits immunitaires primitifs Primary Immunodeficiency Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins. Il

Plus en détail

INFECTION URINAIRE DESC

INFECTION URINAIRE DESC INFECTION URINAIRE DESC 2015 Introduction une des infections bactériennes les plus fréquentes en pédiatrie 2 situations selon le siège de l infection cystite (infection urinaire basse) pyélonéphrite aiguë

Plus en détail

UE 2.8.S3 - COURS MAGISTRAL N 6 : MALADIES DES VOIES BILIAIRES ET DU PANCREAS.

UE 2.8.S3 - COURS MAGISTRAL N 6 : MALADIES DES VOIES BILIAIRES ET DU PANCREAS. UE 2.8.S3 - COURS MAGISTRAL N 6 : MALADIES DES VOIES BILIAIRES ET DU PANCREAS. Ictère : o Métabolisme de la bilirubine : hème (hémoglobine) catabolisée en bilirubine -> transportée dans le plasma sous

Plus en détail

Herpes labial L interrogatoire retrouve la récidive après chaque exposition solaire non protégée.

Herpes labial L interrogatoire retrouve la récidive après chaque exposition solaire non protégée. Cheilite trainante Ce patient a consulté à plusieurs reprises pour une Cheilite trainante qui lui empoisonnait la vie depuis quelques mois, quel diagnostic évoquer et quelle conduite adopter? Herpes labial

Plus en détail