Septembre /09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur GRIPPE A H1N1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1"

Transcription

1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications et circulaires du Gouvernement, nous vous proposons ci dessous un point sur les mesures à envisager dans le cas d un développement de la Pandémie Grippale. La France est actuellement au stade 5A de la pandémie qui ne nécessite que des mesures d hygiène simples ci-dessous précisées. En ce qui concerne les salles de cinémas, il y a lieu de distinguer deux niveaux de réflexion. Celui qui relève de la spécificité d un établissement accueillant du public et celui qui relève de la responsabilité de protection de ses salariés qui incombe à tout employeur. NB : Compte tenu de l évolution des mesures et des informations disponibles à ce jour, cette note a vocation à être complétée ultérieurement, en fonction de l évolution de la pandémie. A/ Accueil du Public Concernant la mise en œuvre de procédures particulières vis-à-vis du public, seules les préfectures seront habilitées zone par zone à ordonner des mesures. Dans ce cas, vous n auriez aucune initiative à prendre dans ce domaine. Nous sommes dans l attente d une circulaire du Ministère de l Intérieur à ce sujet, et vous confirmerons dés que possible les procédures prévues à ce sujet. B/ Responsabilité de l employeur vis-à-vis des salariés La Direction Générale du Travail (DGT) a apporté par voie de circulaire, des éléments d information, sur la préparation des entreprises du secteur privé à la perspective d une pandémie grippale. Vous trouverez ci-dessous les points clés de cette circulaire. 1/ Mise en place de dispositions spécifiques pour protéger les salariés : L ensemble de ces dispositions doivent être reprises dans le document unique d évaluation des risques (DUER), (cf circulaire 34 adressée aux salles en 2003). Dans les cas où des institutions représentatives du personnel existent, elles doivent être consultées. Sinon l employeur doit simplement informer son personnel comme détaillé ci-dessous. a.) Adresser au personnel, une note d information sur les mesures individuelles d hygiène de base (se laver fréquemment les mains, éviter les contacts étroits ). Des adresses internet vous sont communiquées à la fin de ce document. Elles vous permettent de télécharger des affichettes ou des notes d information à destination de vos salariés. Page 1 sur 5

2 b.) Acheter de produits spécifiques et les mettre à disposition des salariés (savon liquide, serviettes et mouchoirs jetables, lingettes antibactériennes, poubelles, solutions antibactériennes si le salarié ne peut quitter son poste de travail ). Vous pouvez à ce sujet vous rapprocher de votre fournisseur habituel de matériel d hygiène. c.) Indiquer des consignes renforcées en termes de ménage des locaux : aires communes (rampes d escalier, poignées de porte, interrupteurs ), installations sanitaires (toilettes et lavabos ), surfaces et équipements de travail (bureaux, ordinateurs, manettes de machine ).. L employeur doit vérifier que ces mesures sont effectivement et correctement appliquées. Les locaux doivent être régulièrement ventilés. d.) Pour les points a, b et c se rapprocher de son centre de Médecine du travail pour toute information complémentaire. e.) Port du masque : Au regard des différentes informations disponibles actuellement, la décision de faire porter à ses employés des masques de type FFP2, fera l objet d une «forte recommandation» émise par la préfecture de département, territoire par territoire, et non par décision unilatérale de chaque entreprise, a fortiori de chaque salarié. Elle ne concernera probablement que les salariés en contact avec le public, et non le personnel de cabine ou administratif. Cette recommandation préfectorale pourra intervenir au stade 5B/6 et sera déclinée département par département, pour une durée donnée, au regard des situations locales. Il sera donc fortement recommandé de fournir aux salariés des masques et d en imposer le port. Si un salarié s y refusait, il s exposerait à des sanctions de la part de l employeur, il s agirait alors d une faute grave. Pour des salariés qui ne sont pas en contact avec le public seules les mesures d hygiène de base devraient suffire. Dans les zones où une telle recommandation serait émise, à défaut de masques mis à disposition des salariés en contact avec le public (par exemple, s ils n ont pas été livrés), la responsabilité de l employeur vis-à-vis de ses salariés est alors engagée. Il s expose à des sanctions de l Inspection du travail, ou à des recours de ses salariés. L obligation de l employeur d assurer la sécurité de ses salariés ne concerne pas le trajet domicile travail. Les points suivants sont à noter : - les délais de livraisons des masques sont parfois très long. - les simples masques chirurgicaux ne sont pas recommandés pour le personnel travaillant dans les entreprises recevant du public. - les masques FFP2 ont un usage limité à quelques heures (maximum 4 heures). Dans le cas où l obligation de porter ces masques serait avérée, il faudrait en prévoir plusieurs par jour et par salarié. Les entreprises prestataires (ménage, sécurité) seront soumises aux mêmes obligations que la salle de cinéma. Les exploitants sont invités à se coordonner avec elles. Ces informations nous ont été données par des représentants du Ministère du Travail et du Ministère de la Culture, une circulaire interministérielle devant paraître dans les prochaines semaines. 2/ Préparation du Plan de Continuité d activité Selon les différents éléments disponibles actuellement, la pandémie grippale est susceptible de toucher 1 personne sur 3 et d entraîner un taux d absentéisme très important. Pour se préparer à une éventuelle contagion du virus H1N1, il est conseillé aux TPE et PME d élaborer un «plan de continuité d activité» (PCA) qui leur permettra d'assurer le fonctionnement Page 2 sur 5

3 de l entreprise si leurs employés ou leurs fournisseurs sont touchés. Les recommandations en la matière ont fait l objet d une circulaire du Ministère du Travail (Circ. DGT n du 3 juillet 2009). Cette circulaire précise notamment les points suivants : Pour établir ce PCA, les entreprises devront se préparer pour prévenir les risques et protéger la santé des travailleurs (tel que décrit dans le partie B/ 1. ci-dessus); analyser les missions nécessaires à la continuité de l entreprise ; identifier des personnes pouvant relayer le chef d'entreprise, en cas d empêchement, pour mettre en œuvre le PCA ; identifier les fonctions de l entreprise devant être maintenues en priorité ; déterminer les effectifs strictement nécessaires à la continuité de l entreprise ; s'organiser autrement pour continuer l activité en cas de baisse des effectifs. Afin d'accompagner les responsables de TPE dans l élaboration de ce plan de continuité d activité, le gouvernement a créé un site Web dédié (www.pandemie-grippale.gouv.fr) sur lequel ils trouveront une méthodologie et des guides pratiques spécifiques à certaines professions ainsi que les 10 questions essentielles pour préparer un plan de continuité de l activité. 3 Fermeture de site Seul le préfet de département pourra au regard des différentes circonstances, prendre la décision de fermer les établissements cinématographiques, ainsi que les autres lieux recevant du public «non essentiels à la vie nationale». Chaque établissement sera individuellement informé de telles mesures. Par ailleurs, les préfectures via les DRAC organiseront des réunions d information avec les syndicats régionaux concernés. A ce jour ne nous connaissons pas précisément les mesures économiques qui pourraient être apportées dans ce cas aux entreprises (prise en charge par le chômage partiel ). Selon le Ministère du Travail, des modifications législatives et réglementaires devraient permettre d élargir le champ et les critères ouvrant droit à la prise en charge des salariés pour chômage partiel. Le taux de prise en charge risque par contre lui d être révisé à la baisse. Ces mesures devraient être prises d ici fin octobre. La FNCF a demandé à ce que le plus grand nombre de situations et d entreprises puissent être concernées par cette prise en charge. Nous nous sommes rapprochés des services des Ministères du Travail et de la Culture à ce sujet et nous ne manquerons pas de vous adresser par circulaire ces informations dés qu elles seront précisées. Adresses internet utiles - : affichettes, numéros de hotline d information, masques FFP2 pour les entreprises d Ile de France - : notamment la rubrique «vous êtes une entreprise», sur l évolution des mesures prises et préconisées et la conduite du PCA - : achat de masques. Vous pouvez également contacter votre fournisseur habituel de matériel de bureau et de produits d hygiène. - : informations employeur et affichettes - : sur l évolution de la pandémie grippale - : pour télécharger des affichettes et des documents d informations Pour toute question sur les plans de continuité des activités (PCA) et/ou sur le droit du Travail, vous pouvez vous adresser au service de renseignement téléphonique : (Travail Info Service). Page 3 sur 5

4 FICHE DES REGLES D HYGIENE ESSENTIELLES EXTRAITES DU SITE Introduction La vie en collectivité, l air confiné et la multiplication des déplacements des personnes et des transports de marchandises favorisent la transmission des virus et des maladies infectieuses respiratoires. Le respect des règles d hygiène permet de limiter ces risques. Les principaux modes de transmission des virus sont : La voie aérienne, c est-à-dire la dissémination dans l air de virus par l intermédiaire de la toux, de l éternuement ou des postillons ; Le contact rapproché avec une personne infectée par un virus respiratoire (lorsqu on l embrasse ou qu on lui serre la main) ; Le contact avec des objets contaminés par une personne malade. En cas de pandémie, le respect de mesures d hygiène élémentaires est une règle indispensable pour limiter les risques de contamination. Ces règles d hygiène essentielles concernent : Le lavage de mains ; Le mouchage ; Le nettoyage des objets et des surfaces ; Le traitement des déchets ; La limitation des contacts physiques ; Le port de masques. Leur respect est très important en situation de pandémie. Elles sont également utiles en cas de grippe saisonnière. Mouchage, éternuements, crachat, toux Se moucher, éternuer, cracher, tousser, sont des actions du quotidien qui peuvent être à haut risque en cas de maladie car elles disséminent les postillons. Pour freiner la pandémie et sauver des vies, quelques gestes simples font la différence. Il est nécessaire de respecter des règles d hygiène précises : Se couvrir la bouche quand on tousse, avec un mouchoir à usage unique ou avec le bras ou la manche ; Se couvrir le nez et la bouche lorsqu on éternue, avec un mouchoir à usage unique ou avec le bras ou la manche ; Ne cracher que dans un mouchoir ; Se laver les mains après avoir toussé, éternué et craché dans un mouchoir. Le mouchoir doit être en papier à usage unique. Après usage, il doit être jeté dans une poubelle munie d un sac poubelle doublé et, si possible, dotée d un couvercle. Lavage des mains Le lavage des mains joue un rôle clé dans l hygiène, puisque c est par les mains que se propage la majeure partie des maladies infectieuses. En situation de pandémie, le lavage régulier des mains constitue un geste essentiel de protection. Il vaut mieux éviter de serrer les mains. Quand se laver les mains? Il faut se laver les mains à l eau et au savon ou, à défaut, se les désinfecter avec une solution hydro-alcoolique le plus souvent possible et notamment à certains moments essentiels : Avant de préparer les repas et après avoir cuisiné ; Avant de manger ; Avant de nourrir les enfants ; Après s être mouché, avoir toussé ou éternué ou craché ; Chaque fois qu on rentre au domicile ; Après avoir utilisé les transports collectifs ; Après avoir rendu visite à une personne malade ou avoir eu un contact proche avec le matériel qu elle utilise ou ses effets personnels ; Avant de mettre ou d enlever ses verres de contact. Page 4 sur 5

5 Dans tous les cas, on se lavera les mains : Après avoir retiré un masque ; Après être allé aux toilettes ; Après avoir changé une couche ou aidé un enfant à aller aux toilettes ; Après avoir touché un animal ou ramassé ses excréments ; Après avoir manipulé des ordures ; A chaque fois que les mains sont sales. Comment bien se laver les mains? La méthode pour bien se laver les mains est très importante car le savon seul ne suffit pas à éliminer les germes. C est la combinaison du savonnage, du frottage, du rinçage et du séchage qui permet de se débarrasser des germes. Se mouiller les mains sous l eau chaude courante. Se savonner les mains, si possible avec du savon liquide. Se frotter les mains pour produire de la mousse. Ne pas oublier de frotter le dos de la main, entre les doigts, sous les ongles puis les poignets. Bien se rincer les mains sous l eau courante. Se sécher les mains avec une serviette propre à usage unique. Fermer le robinet avec une serviette ou un papier. Comment optimiser l efficacité du lavage des mains? Pour se laver les mains encore plus efficacement, voici quelques règles essentielles : Utiliser du savon, de préférence liquide ou du savon sans rinçage (ces solutions hydro-alcooliques sont vendues en pharmacie et en grandes surfaces). Les savons en pain ne sont pas aussi hygiéniques car ils restent humides et conservent les virus. Avoir des ongles propres et courts : pour éviter que les virus se cachent sous les ongles, les brosser régulièrement avec une brosse nettoyée et rincée. Avoir une peau saine : parce que des mains ou une peau abîmées peuvent se révéler de véritables nids à virus. Il faut utiliser une lotion hydratante pour garder une peau saine. Se laver les mains à l extérieur de la maison A l extérieur, il faut prévoir des solutions hydro-alcooliques ou des lingettes nettoyantes à usage unique, afin de pouvoir se laver les mains en l absence de savon liquide dans les toilettes publiques. En utilisant des serviettes jetables/à usage unique, vous éviterez les virus laissés par les autres sur une serviette en tissu. Sur le lieu de travail, on veillera à se laver les mains avant tout repas, pendant les pauses et en fin de journée de travail. Faut-il mieux se laver les mains ou mettre des gants? Les professionnels de santé savent utiliser des gants pour se protéger sans pour autant disséminer les virus qui se trouvent sur leurs gants. Si vous n avez pas bénéficié d une formation sur l utilisation des gants vous risquez de répandre le virus, notamment sur les objets de votre entourage. Vous allez ainsi contribuer à sa propagation. Il ne faut donc pas les utiliser. Il est donc préférable de se laver régulièrement les mains (avant et après avoir été en contact avec des malades ou avoir manipulé des objets potentiellement contaminés). Nettoyage des objets Tout autour de nous, les objets et surfaces peuvent être salis par la toux et les postillons de personnes grippées. Le nettoyage des objets et surfaces constitue un moyen efficace de lutte contre la contamination. Si quelqu un est malade à domicile : Les objets utilisés par le malade doivent subir un nettoyage rigoureux et régulier (au moins une fois par jour) ; Le linge du malade peut être lavé en machine ou à la main, en commun avec le linge du reste de la famille, avec la lessive habituelle à plus de 60 C ; Il en est de même pour la vaisselle qui doit être faite à l eau bien chaude et au savon ; Chaque membre de la famille doit disposer de son propre linge, de ses propres serviettes de toilette et de sa propre brosse à dents ; Les surfaces de contact (poignées de porte, meubles, cuvette des toilettes, télécommande, téléphone, etc.) doivent être lavées à l eau chaude, avec du savon ou des produits ménagers habituels. Page 5 sur 5

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

MOUSSAC INFO n 10 Septembre 2009

MOUSSAC INFO n 10 Septembre 2009 MOUSSAC INFO n 10 Septembre 2009 Le mot du Maire : Les vacances sont finies pour la plupart d entre vous. J espère que vous avez passé de très bons moments en famille ou avec des amis en profitant, notamment,

Plus en détail

Une fiche Dirigeants de TPE-PME, artisans, commerçants, professions libérales, votre activité est-elle prête face à une pandémie de grippe A-H1N1?

Une fiche Dirigeants de TPE-PME, artisans, commerçants, professions libérales, votre activité est-elle prête face à une pandémie de grippe A-H1N1? Ce kit contient Une fiche Dirigeants de TPE-PME, artisans, commerçants, professions libérales, votre activité est-elle prête face à une pandémie de grippe A-H1N1? Une fiche de préparation à un plan de

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage 0800/99.777 Commissariat Interministériel Influenza Eurostation II Place Victor Horta 40 Bte 10 1060 Bruxelles Pour plus d information : www.influenza.be info@influenza.be 0800/99.777 en semaine de 8 heures

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

RÈGLES D'HYGIÈNE EN CUISINE

RÈGLES D'HYGIÈNE EN CUISINE RÈGLES D'HYGIÈNE EN CUISINE Directives pour: Economes Cuistots Personnel auxiliaire cuisine Personnel auxiliaire d'entretien par Luk Wullaert Federaal Agentschap voor de Veiligheid van de Voedselketen

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009

Pandémie : pas de fermetures de classes Évaluation de la situation au 13 novembre 2009 Erziehungsdirektion des Kantons Bern Direction de l'instruction publique du canton de Berne Amt für Kindergarten, Volksschule und Beratung Office de l'enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil

Plus en détail

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant)

Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) Ce que les femmes enceintes doivent savoir au sujet de la grippe H1N1 (appelée grippe porcine auparavant) 3 mai 2009, 15 h HNE Sur cette page : Que dois-je faire si je contracte ce nouveau virus et que

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE

VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE VILLE D ASNIERES SUR SEINE PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE DES SERVICES MUNICIPAUX - PANDEMIE GRIPPALE A. EQUIPE PANDEMIE... 1 B. ORGANIGRAMME DEGRADE... 2 C. GESTION DES SERVICES DELEGUES... 4 D. FORMATION

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION Paris, le 11 septembre 2009 DOSSIER D INFORMATION Conduite à tenir en cas d épidémie de grippe A H1N1 pour les femmes enceintes Ce que les futures mamans doivent savoir... Les femmes enceintes doivent

Plus en détail

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 10 Septembre 2008 Infos Prévention LES LOCAUX SOCIAUX SOMMAIRE : LES LOCAUX SOCIAUX Introduction Les locaux de

Plus en détail

L hygiène corporelle. Nombre de séances : 5. Séance 1. Séance 2 Séance 3 et 4 Séance 5. Les bons gestes pour être propres

L hygiène corporelle. Nombre de séances : 5. Séance 1. Séance 2 Séance 3 et 4 Séance 5. Les bons gestes pour être propres CP L hygiène corporelle Instruction civique et morale 4 séances Compétences socle commun : - Appliquer des règles élémentaires d hygiène. Compétences BO : - Connaître et appliquer les principes élémentaires

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Pandémie & Entreprises

Pandémie & Entreprises Pandémie & Entreprises Dr. Elisabeth Conne-Perréard 29.09.09 28.10.2009 - Page 1 Département Office Qu'est-ce que la grippe et comment se transmet-elle? Comment se protéger contre la grippe? Que faire

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

Plateaux de bureau, bureaux

Plateaux de bureau, bureaux LOT 1 Siège central de Fedasil Plateaux de bureau, bureaux SOLS 2x par an Dépoussiérer tous les sols à l aide d un balai muni de voiles imprégnés Enlever les taches éventuelles sur les sols Aspirer à fond

Plus en détail

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION La méthode HACCP olet 3 : Ressource documentaire 1 Exemples de protocoles (A1 à A5) 2 Exemples de fiches de contrôle (B1 à B4) Année : 2005-2006 A - 1 PROTOCOLE DE FABRICATION

Plus en détail

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Quand vous accueillez les enfants le matin, prenez le temps d observer leur état de santé général. Tâchez de vous assurer qu ils sont assez bien pour participer pleinement au programme et qu ils n ont

Plus en détail

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD MC.PERROSSIER IFSI Croix Rouge VALENCE AU DELÀ DE NOS FRONTIÈRES Etudiants IDE 2 année

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire

Bonnes pratiques d hygiène lors du contrôle d un établissement actif dans la chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Brochure d information destinée à d autres services d inspection que ceux de l AFSCA, qui effectuent des contrôles dans des établissements où sont

Plus en détail

L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR

L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR Mali Septembre 2013 Promouvoir l hygiène à l école Pourquoi? 1. Pour apprendre aux élèves comment éviter les maladies les plus courantes : Les

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

PLAN DE LEÇON LAVAGE DES MAINS

PLAN DE LEÇON LAVAGE DES MAINS PLAN DE LEÇON LAVAGE DES MAINS Lave-toi les mains pour te débarrasser des germes! CLASSES DE 3 e et de 4 e ANNÉE Mai 2011 Titre : Bye-bye les germes Groupe cible : Élèves de 3 e et de 4 e année Domaine

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

1 Organiser et gérer. son poste de travail

1 Organiser et gérer. son poste de travail 1 Organiser et gérer son poste de travail r é f é r e n t i e l Modes de contamination (contamination initiale) Hygiène du personnel Prévention des risques professionnels Situation Dès son arrivée dans

Plus en détail

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement MESURES DE PRÉVENTION POUR LES ÉTABLISSEMENTS OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Les travailleurs œuvrant dans les établissements de santé ou communautaire offrant de l hébergement sont susceptibles d être confrontés

Plus en détail

démarche qualité Hygiène

démarche qualité Hygiène démarche qualité Hygiène SALLES DE CLASSE, BUREAUX Chaise, table, bureau, sols, armoire, tableau, portes, interrupteurs, poubelle 1 z LAVETTE z SEAU z BALAI z SYSTEME DE LAVAGE DE SOL 1 z Eliminer tous

Plus en détail

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE

DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE DES PILULES CONTRE TOUS LES MICROBES? DEUXIÈME ANNÉE Deuxième année, mai 2010 NIVEAU Des pilules contre tous les microbes? 2 e ANNÉE Aperçu Dans cette leçon, les élèves examineront la notion des bactéries

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Initiatives en matière d établissement de plans d urgence et de plans d action

Plus en détail

OSIRIS GRIPPE A H1N1

OSIRIS GRIPPE A H1N1 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE État-major opérationnel OSIRIS OSIRIS INFORMATION ÉTAT-MAJOR OPÉRATIONNEL POLICE Genève, le 13 mai 2009 Rapport mensuel Avis de précaution Message urgent GRIPPE A H1N1 Recommandations

Plus en détail

Protéger vos employés et votre entreprise de la pandémie de grippe humaine

Protéger vos employés et votre entreprise de la pandémie de grippe humaine Protéger vos employés et votre entreprise de la pandémie de grippe humaine Manuel d actions pour les petites et moyennes entreprises Tsuyoshi Kawakami Projet en rapport avec la grippe aviaire et la grippe

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

Le change. Des conseils pour le bien-être de votre enfant. Attention! Oups!

Le change. Des conseils pour le bien-être de votre enfant. Attention! Oups! Hygiène Page 15 Oups! Le change Des conseils pour le bien-être de votre enfant Le savon Utilisez de l eau et du savon avec du coton hydrophile ou un gant de toilette propre pour nettoyer les fesses de

Plus en détail

COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION

COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION Commune de Rochemaure Page 1 sur 11 Commune de Rochemaure 2 Place de la Mairie BP19 07400 ROCHEMAURE Maître d ouvrage COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION

Plus en détail

Qui suis-je? hydro-alcoolique pour la désinfection des mains. Je suis un produit

Qui suis-je? hydro-alcoolique pour la désinfection des mains. Je suis un produit Qui suis-je? Je suis un produit hydro-alcoolique pour la désinfection des mains Je dois être utilisé par les professionnels de santé, les patients et les visiteurs Utilisez-moi à tout moment de la journée.

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ?

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? N QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? :: Découpe les mots en bas de la feuille. :: Choisis mots pour dire ce que tu penses de chaque illustration et colle-les dessus. TACHÉ NETTOYÉ BRILLANT PROPRE SALE GRAS BOUEUX

Plus en détail

Mairie de Lérouville République Française Département de la Meuse

Mairie de Lérouville République Française Département de la Meuse Mairie de Lérouville République Française Département de la Meuse REGLEMENT INTERIEUR 2015 D UTILISATION DES SALLES COMMUNALES DE LEROUVILLE Adopté par le Conseil Municipal par délibération n 58 du 16

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE Attelle thoraco-brachiale

MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE Attelle thoraco-brachiale MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE Attelle thoraco-brachiale Définition : Une attelle thoraco-brachiale est un accessoire orthopédique qui sert à limiter les mouvements de l épaule afin de diminuer la douleur et faciliter

Plus en détail

Une pandémie d influenza...

Une pandémie d influenza... Une pandémie d influenza... Que feriez-vous avec seulement le 2/3 de vos effectifs? Ordre du jour Pandémie influenza Dr. Lucie-Andrée Roy, Santé publique Annick Bouchard, M.Sc.Env., Centre de sécurité

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

REPRESENTACION PERMANANTE DE ESPAÑA ANTE LA UNION EUROPEA

REPRESENTACION PERMANANTE DE ESPAÑA ANTE LA UNION EUROPEA CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES SERVICE D ENTRETIEN DES LOCAUX DE LA REPRESENTATION (BRUXELLES) 1. LOCAUX À ENTRETENIR Les bâtiments à nettoyer sont ceux situés : Bd. du Régent 50 à 1000 Bruxelles:

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Introduction : Le syndrome pulmonaire à Hantavirus est une maladie très grave mais rare dont on ne connaît que quatre

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Programme Intérêt de fabriquer ses produits Les principaux ingrédients

Plus en détail

Pour la création d une maison d assistants maternels

Pour la création d une maison d assistants maternels CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Mars 2011 CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Le Code de l Action Sociale et des Familles

Plus en détail

CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SEINE-MARITIME Chemin de la Bretèque BP59 76 232 Bois-Guillaume - Bihorel Cedex NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES LOCAUX

CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SEINE-MARITIME Chemin de la Bretèque BP59 76 232 Bois-Guillaume - Bihorel Cedex NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES LOCAUX CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SEINE-MARITIME Chemin de la Bretèque BP59 76 232 Bois-Guillaume - Bihorel Cedex NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES LOCAUX Règlement de consultation Date limite de réception des offres

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

Comment prévenir l érythème fessier

Comment prévenir l érythème fessier Comment prévenir l érythème fessier Cette publication vous apprendra ce qu il faut faire pour prévenir l érythème fessier (ou irritation de la peau sous une couche). Votre enfant reçoit des médicaments

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

INFORMATIONS DESTINÉES AUX PATIENTS OPÉRÉS DE LA COIFFE DES ROTATEURS

INFORMATIONS DESTINÉES AUX PATIENTS OPÉRÉS DE LA COIFFE DES ROTATEURS INFORMATIONS DESTINÉES AUX PATIENTS OPÉRÉS DE LA COIFFE DES ROTATEURS DESCRIPTION DU GESTE CHIRURGICAL 0-6 SEMAINES: PHASE DE REPOS Vous allez bientôt bénéficier d une réparation de la coiffe des rotateurs.

Plus en détail

gale - Brochure d information -

gale - Brochure d information - gale La - Brochure d information - Qu est-ce que la gale? La gale est une infection de la peau causée par un parasite. Celui-ci creuse un petit tunnel (sillon) dans la partie superficielle de la peau et

Plus en détail

ASSOCIONS-NOUS POUR CRÉER UN ENVIRONNEMENT PLUS PROPRE, PLUS SAIN ET PLUS SÉCURITAIRE POUR NOS AÎNÉS

ASSOCIONS-NOUS POUR CRÉER UN ENVIRONNEMENT PLUS PROPRE, PLUS SAIN ET PLUS SÉCURITAIRE POUR NOS AÎNÉS ASSOCIONS-NOUS POUR CRÉER UN ENVIRONNEMENT PLUS PROPRE, PLUS SAIN ET PLUS SÉCURITAIRE POUR NOS AÎNÉS Un programme d entretien durable conçu spécialement pour les résidents, les concierges et le personnel!

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES LE PRESIDENT FW/GB/ 149-2009 PLAN D ORGANISATIONET DE CONTINUITE DES ACTIVITES DE L ECOLE DES HAUTES ETUDES EN SCIENCES SOCIALES EN CAS DE PANDEMIE GRIPPALE (VERSION DU 30 JUILLET 2009) L objectif prioritaire

Plus en détail

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX Marché public pour la restauration scolaire (du 01/09/2015 au dernier jour précédent la rentrée scolaire 2016, renouvelable une fois) Date et heure limite de réception des offres

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

Chapitre 11. L hygiène

Chapitre 11. L hygiène 191 1. Un environnement et un corps propre 193 A. La toilette collective 193 B. Le linge 193 C. L endroit de camp 194 2. Les coups d œil (et non les inspections) 194 3. Les maladies de la nature 194 A.

Plus en détail

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 1 Etat des lieux Prévalence MRSA en 2007-2008 = 12% Formation en

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Hygiène alimentaire :

Hygiène alimentaire : Service juridique, des affaires réglementaires et européennes 03/07/2015 Hygiène alimentaire : - Bilan des contrôles officiels pour l année 2014 - Opération alimentation vacances 2015 La Direction Générale

Plus en détail

Cette page est TRES IMPORTANTE. La technique de lavage des mains doit être maitrisée et fait partie du contrôle de connaissance.

Cette page est TRES IMPORTANTE. La technique de lavage des mains doit être maitrisée et fait partie du contrôle de connaissance. Hygiène : Protection Module 3 Hygiène des mains Utilisation de gants Masque Blouse de protection Protection Isolement Bloc opératoire Hygiène des mains Les mains ne sont jamais totalement propres (c'est

Plus en détail

Infection à Candida ou muguet du mamelon et du sein Document à l intention des patients

Infection à Candida ou muguet du mamelon et du sein Document à l intention des patients Centre de médecine familiale Herzl, Clinique d allaitement Goldfarb Infection à Candida ou muguet du mamelon et du sein Document à l intention des patients Définition Le Candida albicans est un type de

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

I. L HYGIENE CORPORELLE

I. L HYGIENE CORPORELLE L HYGIENE AU SERVICE DU TATOUAGE 1) Un peu de vocabulaire pour se mettre d accord sur les mots : L Hygiène = c est une science qui a pour but d améliorer la santé et de la préserver. Microbe ( germe ou

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS PRIVÉES POUR AÎNÉS DANS LES RÉSIDENCES

GUIDE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS PRIVÉES POUR AÎNÉS DANS LES RÉSIDENCES GUIDE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS GUIDE DE PRÉVENTION DES INFECTIONS DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Avertissement aux lecteurs : Ce guide n est pas un protocole

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

Les punaises de lit : mythe et réalité

Les punaises de lit : mythe et réalité Les punaises de lit : mythe et réalité Mythe : Les punaises de lit sont trop petites pour être vues à l'œil nu. RÉALITÉ : Bien qu'étant difficiles à trouver parce qu'elles savent bien se cacher, les punaises

Plus en détail

Un plan départemental de prévention des déchets

Un plan départemental de prévention des déchets Un plan départemental de prévention des déchets Le Conseil Général s est engagé, accompagné de l Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Energie (ADEME), dans une démarche de réduction de la production

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail