CONVERSION DE PUISSANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONVERSION DE PUISSANCE"

Transcription

1 Spé y Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques centaines de watts. Une alimentation basse tension odinaie abaisse la tension altenative de 220V à quelques volts pa un tansfomateu, edesse, filte et égule le secondaie du tansfomateu pou donne, pa exemple, du 12V continu. Une telle alimentation, si elle devait founi 00W, en consommeait envion 1000 (les 700 estants seaient dégagées sous fome de chaleu). De plus, elle pèseait plus de 15 kilogammes. Devant ce dégagement themique qui se taduit pa un endement tès faible, les fabicants utilisent une aute méthode, l'alimentation dite à découpage. Les figues sont assemblées à la fin de l énoncé. Patie I ALIMENTATION A DECOUPAGE On étudie ici une stuctue simplifiée possible pou ce type d alimentation (figue 1). La souce de tension constant E modélise la tension obtenue à pati du secteu pa une cellule de edessement et de filtage non étudiée ici. On ne s intéesse qu au fonctionnement péiodique (on nomme T la péiode). La séquence de commande des inteupteus est la suivante : 0 t < αt, K femé, K ouvet αt t T, K ouvet, K femé. On considèe connus : E = 50 V ; T = 50 µs. On suppose dans un pemie temps que la chage, constituée pa l association R//C entouée en pointillés, se compote comme une souce de tension U = E. On se place dans l hypothèse où le couant dans la bobine d inductance L ne s annule jamais. I-1) Détemine les expessions de i L (t), i K (t) et i K (t), intensités des couants dans la bobine L et les inteupteus K et K, su une péiode (on note I m et I M les valeus minimale et maximale de i L ). I-2) Repésente i L (t), i K (t) et i K (t). I-) Détemine, en fonction de E et α, la valeu de U = E. I-4) On ègle α à la valeu α = 0,6. La puissance moyenne founie pa la souce de tension E est alos P = 150W. On accepte une «ondulation» i L = I M I m maximale i Lmax = 0, A pou cette valeu de α = 0,6. a) Détemine la valeu minimale de l inductance L. b) Pou la valeu de L touvée à la question pécédente, détemine les valeus minimale I m et maximale I M de i L. I-5) Choix et caactéistiques des inteupteus a) Tace les potions de la caactéistique couant-tension décites pa chaque inteupteu su les intevalles [0, αt[ d une pat et [αt, T[ d aute pat. Spé y page 1/6 Devoi n 6 PDF céé avec la vesion d'essai FinePint pdffactoy

2 b) En déduie les fonctions de commutation, tansisto ou diode, utilisables pou K et K (les inteupteus sont supposés idéaux). c) Que vaut la valeu moyenne V 0 de la tension v K aux bones de K? I-6) On se place à nouveau dans les conditions du 4 : α = 0,6 et P = 150W. En éalité, la tension U aux bones de l association R//C n est pas constante : c est une fonction péiodique qui pésente une légèe ondulation. On suppose que cela ne modifie patiquement pas i L, i K et i K, qui consevent les mêmes fomes que pécédemment. a) Détemine, littéalement et numéiquement, les intensités moyennes I R et I C des couants dans la chage R et dans le condensateu C en fonction de α, P et E. b) Détemine numéiquement les valeus moyennes P R et P C des puissances dissipées dans R et dans C. Patie II TRANSFORMATEUR D IMPULSIONS En éalité, on assue une isolation galvanique ente la souce de puissance E et la sotie de l alimentation. Pou cela on utilise un tansfomateu à noyau de feite dont la coube d aimantation est modélisée su la figue 2. La peméabilité magnétique elative de la feite sea notée µ. Ce noyau de fome toique a une longueu moyenne l et une section doite S unifome. On suppose la valeu de S suffisamment petite pou pouvoi considée tous les champs unifomes su cette suface. Le bobinage du pimaie contient N 1 spies et le secondaie N 2. II-1) Relation généale On suppose le tansfomateu alimenté pa une tension u 1 (t) de dépendance tempoelle quelconque et dont le secondaie est femé su une chage ésistive. On note Φ(t) le flux magnétique tavesant chaque section du noyau, appelé flux commun. On utilise les oientations indiquées su la figue. a) Expime Φ(t) en fonction du module du champ magnétique B dans le noyau. En déduie la coube Φ = f(h). Qu appelle-t-on fonctionnement linéaie et fonctionnement satué du tansfomateu? b) On néglige la ésistance du pimaie et du secondaie. Expime u 1 (t) en fonction de Φ(t) dans le fonctionnement linéaie. En déduie que Φ(t) est une fonction continue pou tout t. Établi la elation ente u 1 (t), u 2 (t). On poua pose m N 2 =. N c) Établi la elation ente i 1 (t), i 2 (t) et Φ(t) dans le fonctionnement linéaie (avec des gandeus constantes caactéistiques du système). Que peut-on conclue concenant la continuité de la fonction i 1 (t)? d) On étudie le fonctionnement satué (B = B SAT ). Que peut-on die du flux commun dans ce fonctionnement? En déduie u 2 (t) et i 2 (t). Monte que pou étudie le pimaie, on ne peut plus néglige sa ésistance (qui est néanmoins faible). Que se passe-t-il pou i 1 (t)? II-2) Compotement du tansfomateu dans l alimentation à découpage Dans le schéma de la figue 1, on veut place le tansfomateu ente la souce E et la chage R//C. a) Pouquoi ne peut-on place le pimaie du tansfomateu diectement en sotie de la souce constante E? b) On insèe un inteupteu commandé K ente la souce et le pimaie du tansfomateu (figue 4). Pou t < 0, on suppose K ouvet et Φ = 0 (noyau initialement démagnétisé). On feme l inteupteu K à l instant t = 0. On néglige la ésistance du pimaie. Expime Φ(t) pou Spé y page 2/6 Devoi n 6 1 PDF céé avec la vesion d'essai FinePint pdffactoy

3 t > 0. On note τ l instant où la satuation est atteinte. Expime le poduit E.τ en fonction de N 1, S et Β SAT. c) Tace les chonogammes de u 1 (t), u 2 (t) et Φ(t) pou t [0, τ ] avec τ > τ. Justifie le nom de tansfomateu d impulsions donné à ce dispositif. Peut-on éellement faie fonctionne le dispositif su le domaine [0, τ ]? d) Apès l impulsion de tension délivée au secondaie pendant une duée τ 1 (τ 1 < τ), il faut eplace le noyau magnétique dans l état initial non magnétisé (Φ = 0). Apès la phase étudiée ci-dessus suit donc une phase de duée τ 2 au cous de laquelle le flux Φ est amené à la valeu nulle en ouvant l inteupteu K. Explique qualitativement ce qui se poduit si la démagnétisation n est pas totale [Φ(τ 1 + τ 2 ) 0] los d un fonctionnement péiodique de l inteupteu. Patie III ALIMENTATION FORWARD Pou évite les effets de la satuation du noyau, il est nécessaie d avoi un fonctionnement cyclique. Plusieus montages sont possibles. Une alimentation de type fowad à le schéma epésenté figue 5. On a placé un toisième enoulement de N spies su le noyau magnétique du tansfomateu. Les diodes D 1, D 2 et D sont supposées pafaites. La chage, constituée pa l association R//C entouée en pointillés, se compote comme une souce de tension constante U = E. On ne s intéesse qu au fonctionnement péiodique (on nomme T la péiode de commande de l inteupteu K). La séquence de commande de l inteupteus est la suivante : 0 t < αt, K femé ; αt t T, K ouvet. III-1) En tenant compte des oientations indiquées su la figue, établi la elation ente i 1 (t), i 2 (t), i (t) et Φ(t) dans le cas généal. III-2) Pemièe phase de fonctionnement a) À l instant t = 0, on feme l inteupteu K. Monte que la diode D est bloquée quel que soit l intensité i 2. b) On suppose i 2 = 0. L intensité ciculant dans le pimaie est alos le couant magnétisant i m (t). Expime i m (t) à l aide des constantes E et L 1 (inductance pope du pimaie). On posea i m (t = 0) = 0. c) On suppose maintenant i 2 0. D 2 est passante. Monte que D 1 est bloquée. Expime i 2 (t) à l aide des constantes E, U, L et m. On posea i 2 (t = 0) = I m. d) Déduie des expessions de i m (t) et i 2 (t) obtenues ci-dessus, l expession de i 1 (t) valable tant que l inteupteu K est femé. III-) Deuxième phase de fonctionnement a) À l instant t = αt, on commande l ouvetue de K. D 1 et D deviennent passante E alos que D 2 se bloque. Monte qu alos i t L t T Eα T ( ) = ( α ) + (L inductance pope de L1 l enoulement tetiaie). b) Pou obteni la démagnétisation du noyau, il faut obteni i = 0. À quel instant t 1 = (α + β)t cela se poduit-il? Sachant que (α + β) < 1, tace les chonogammes des intensités au pimaie i 1 (t), i (t) et i(t). c) Étudie la tension au secondaie v 2 (t) et tace son chonogamme. En déduie <v 2 >. Spé y page /6 Devoi n 6 PDF céé avec la vesion d'essai FinePint pdffactoy

4 Patie IV MOTEUR SYNCHRONE AUTOPILOTE Les moteus sevant à la otation des disques dus ou des lecteus CD et DVD sont des moteus synchones auto-pilotés. IV-1) Le stato du moteu pote tois bobinages identiques, alimentés en couant tiphasé. Chacun d eux est assimilé à une spie plate, pacouue pa le couant i k (t) avec k {1, 2, }, et d axe n k. Les angles sont ( u X, n 2 ) = 2 π et ( u X, n ) = 4 π. L alimentation tiphasée est caactéisée pa l ensemble des couants : F 2π F i1( t) = I cos( ωt), i2 ( t) = I cos ωt, i( t) I cos ωt I HG K J = HG a) On admet que la spie pacouue pa le couant i k cée en tout point de l entefe le champ magnétique B k (t) = G.i k (t) n k. Calcule la composante su u X du champ ésultant B S (t) = B 1 (t) + B 2 (t) + B (t). b) On admet que la composante su u Y de B S (t) peut s écie B ( t ) = SY GI sin( ωt 2 ) Que peut-on die de la diection du champ B S (t) et de son module? IV-2) Le oto pote des aimants pemanents. Pou simplifie, on considèe un seul de ces aimants, de moment dipolaie M (t) de module M constant et de vecteu unitaie n (t). La position du oto est epéé pa l angle θ(t) ente n (t) et n 1. a) Le oto toune à la vitesse angulaie ω R et l on a θ(t) = ω R t θ 0. Expime la valeu algébique instantanée Γ(t) du moment des foces de Laplace execées su le oto. Pou quelle valeu de ω R la moyenne tempoelle de Γ(t), notée Γ, est-elle non nulle? Expime alos Γ en fonction de G, I, M et θ 0 et indique à quelle plage de valeus de θ 0 coespond le fonctionnement moteu de la machine. b) Le moteu synchone entaîne une chage dont le couple ésistant est noté Γ R. Quelle est la valeu maximale Γ M que peut pende Γ R en égime pemanent? c) En supposant 0 <Γ R < Γ M et 0 θ 0 2π, monte qu il existe deux points de fonctionnement en égime pemanent. Étudie la stabilité de ces égimes pa appot à d éventuelles petubations de la vitesse de otation. IV-) On s intéesse au flux Φ 1 (t) du champ magnétique poduits pa le oto dans la spie 1 du stato. Ce flux, dépendant de la position du oto pa l intemédiaie de l angle θ(t) est décit pa le pemie hamonique de son développement en séie de Fouie : Φ 1 (t) = Φ 10 cos[θ(t) + ϕ 1 ]. On convienda que Φ 10 est positif. a) Que epésente le plan contenant l axe (O, z) et le vecteu n (cf. figue 7) pou le système constitué de la spie modélisant le moment dipolaie du oto et les pièces métalliques? déphasage ϕ 1 b) Détemine les valeus de θ(t) endant le flux Φ 1 (t) nul. En déduie la valeu du c) En déduie, pou ω = ω R, la foce électomotice ε 1 (t) induite dans la bobine 1 du stato en fonction de Φ 10, ω, t et θ 0. Quelle est sa valeu efficace E 1EFF? d) Expime i 1 (t) et ε 1 (t) en fonction, en paticulie, de θ(t) et θ 0. En notant ψ l avance de phase de i 1 (t) su ε 1 (t), expime ψ en fonction de θ 0. 4π I K J Spé y page 4/6 Devoi n 6 PDF céé avec la vesion d'essai FinePint pdffactoy

5 IV-4) On modélise la bobine 1 du stato pa le schéma électique de la figue 8. Écie l équation donnant u 1 (t) en fonction de i 1 (t) et e 1 (t) = ε 1 (t). La epésentation de Fesnel de cette équation est donnée figue 9. En déduie une elation simple ente les valeus efficaces E 1EFF, U 1EFF et les déphasages ϕ et ψ dans le cas où l on néglige la chute ohmique de potentiel devant les autes tensions. IV-5) Le moteu est alimenté pa un convetisseu continu-altenatif qui est elié à une souce de tension constante de valeu U C telle que UC = 6 U1EFF cos( ϕ) et qui absobe le couant π constant d intensité I 0 (voi figue 10) Afin d'assue en pemanence le synchonisme ente le oto et le champ glissant céé pa le stato, ce qui évite tout isque de décochage, les signaux de commande des inteupteus du convetisseu sont élaboés à pati d'impulsions issues d'un capteu qui détecte tès pécisément la position du oto. Ainsi, il est possible d assevi la féquence des couants statoiques à la vitesse angulaie du oto ; de fixe le déphasage ψ ente le fondamental du couant i k (t) et la f.é.m. e k (t) pou chaque enoulement du stato, confomément aux oientations choisies su le schéma ci-dessus. Le moteu ainsi alimenté et contôlé est dit autopiloté. a) Monte que la vitesse de otation de l abe du moteu est popotionnelle à U C. b) Le convetisseu ayant un endement unitaie et en négligeant les petes dans le moteu, monte que le couple execé pa le moteu est popotionnel à I 0. c) Le type de moteu étudié ici, avec son pilotage, est souvent appelé moteu à couant continu sans balai ou bushless. Justifie cette expession et indique ses avantages pa appot au moteu à couant continu à excitation sépaée. On appelle les elations : 1 cos( a) cos( b) = cos( a + b) + cos( a b) 2 1 sin( a) cos( b) = sin( a + b) + sin( a b) 2 F a + b F a b cos( a) + cos( b) = 2cos cos 2 2 I HG K J I HG K J F a + bi a b HG K J F I HG K J 2 2 sin( a) + sin( b) = 2 sin cos Annexe 1 sin( a) sin( b) = cos( a b) cos( a + b) 2 F I HG K J F I HG K J F a bi a + b HG K J F I HG K J 2 2 a + b a b cos( a) cos( b) = 2sin sin 2 2 sin( a) sin( b) = 2sin cos Spé y page 5/6 Devoi n 6 PDF céé avec la vesion d'essai FinePint pdffactoy

6 Figues i L L i K K i K i C i R B SAT i 1 (t) i 2 (t) E K U C R H SAT H SAT H u 1 (t) u 2 (t figue 1 B SAT figue 2 figue i 1 (t) i 2 (t) i i 1 i 2 D 2 L E u 1 (t) K figue 4 i 2 (t) n 2 n u 2 (t) u Y i 1 (t) figue 6 n 1 i (t) E u X v 1 v K D N v D i v 2 v D1 D 1 U C R n (t) figue 7 figue 5 n 1 M (t) θ(t) i 1 (t) ψ U 1 u 1 (t) R 1 L1 e1(t) figue 8 ϕ I 1 figue 9 U C I 0 = CONV ~ i 1 u 1 MOTEUR SYNCHRONE Capteu de position α N figue 10 PILOTAGE Spé y page 6/6 Devoi n 6 PDF céé avec la vesion d'essai FinePint pdffactoy

7 Spé y Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Commentaies du D.S. Ce devoi popose des questions simples et d autes plus délicates autou du pincipe des alimentations à découpage (tès utilisées dans la vie couante) et des moteus bushless. Patie I Execice donné à CCP PSI en 2001 (deux pages d énoncé su neuf du poblème de physique) : il ne faut pas taîne. I-1) Il faut justifie la coissance de i L (t) dans la pemièe phase (pa le signe de E). Ne pas oublie le changement d oigine des temps dans la deuxième phase si l on veut égale la constante d intégation à I M. 2) Dessine plus qu une péiode pou bien monte l évolution des coubes. On peut dessine les segments veticaux aux discontinuités. Il sont visibles à l oscillo en T.P. ) Il suffit d applique la continuité de i L pou obteni le ésultat. 4-a) Pende l expession de l ondulation de couant utilisant E. b) La valeu moyenne d un poduit n est pas le poduit des valeus moyennes. Pa conte, on peut soti E de l intégale pace qu il est constant. Calcule <i L > pa la suface sous la coube, c est plus simple. Jusqu ici, les questions ont dans l ensemble été bien faites. 5-a) Il faut pécise l oientation tension-couant choisie pou les inteupteus. Le domaine de l intensité est boné et la valeu de la tension fixée losque l inteupteu est ouvet. b) Pou pécise comment sont place le tansisto et la diode, il faut edessine le cicuit complètement. c) Calcul tès simple mais cetain confonde les phase de fonctionnement. Le ésultat doit plutôt ête donné en fonction de la donnée E que E qui n est pas une donnée. 6-a) Tès peu d étudiants se endent compte que <i C > = 0. Le calcul de I R se fait là encoe en calculant la suface sous la coube. b) La puissance moyenne consommée dans le condensateu est nulle ca valeu moyenne d une déivée. Il n est donc pas nécessaie de connaîte la valeu de R pou calcule la puissance consommée pa la ésistance. Patie II Cette patie est voisine d un poblème donnée à CCP PC en 2001 et peut ête considéée comme un classique su le tansfomateu. 1-a) Dans le calcul du flux, c est la pojection de B su n Σ, c est-à-die la valeu algébique de B su la diection de n Σ, qui intevient et non le module de B. Ceux qui expime Φ(t) avec B n hésitent cependant pas à tace la coube Φ = f(h) avec des valeus négatives pou Φ! b) Tès peu elie l oientation de la f.e.m. d induction à la position de la bone homologue. Cela entaîne des eeus de signe. c) Le mot magique «Ampèe» ne suffit pas comme explication. Il faut une phase complète indiquant le contou utilisé et son oientation. L absence de ces deux mots fait pede des points. Un schéma du bobinage est bienvenu pou justifie le signe des couants. Φ appaaît comme une combinaison linéaie de i 1 et i 2. On ne peut conclue su leu continuité. d) Tès peu d étudiants se appellent que le pimaie est elié à la souce de tension et que donc u 1 est imposée pa cette souce et non pa l induction. Spé y page 1/2 Devoi n 6 PDF céé avec la vesion d'essai FinePint pdffactoy

8 2-a) Cetains imaginent le pimaie comme un généateu de tension. Ce n est pas le cas. Sans souce, il n y a pas de tension! b) L eeu de signe en 1-b conduit ici à une elation abeante ente gandeus positives avec un signe ente elles! Patie III 1) On applique le théoème d Ampèe avec les mêmes pécautions qu en II-1-c. Un schéma du bobinage est nécessaie, en tenant compte de manièe pécise de la position des bones homologues pou bien positionne la bobine 1 et la bobine. 2-a) Le blocage d une diode est la conséquence de la valeu de la tension à ses bones et non du couant. Il faut donc détemine la tension v D pou monte le blocage. b) Si l on admet le fonctionnement des diodes poposé, les calculs de i m, i 2 et i 1 sont tès simples. -a,b) Quate copies sont pavenues à peu pès au ésultat. Patie IV IV-1-a) Le calcul est bien fait dans une vingtaine de copies. Cetes les fomules tigo étaient données mais c est encouageant. b) Si l on évoque un champ tounant, il faut indique sa vitesse de otation. 2-a-b-c) Ces questions ne font que épéte le cous su la machine synchone. Mais il n est pas assez bien connu dans la plupat des copies. et 4) Questions un peu plus délicates (et tès peu abodées) mais abodant le pincipe de la machine synchone autopilotée. Conclusion Il y a eu moins d eeus gossièes dans ce devoi. Il est appau une cetaine familiaité avec le sujet. Cela se taduit pa une efficacité moyenne plus gande. Mais le tavail est top lent. Toutes les questions faciles ne sont pas abodées. Cetains ne espectent toujous pas les ègles de édaction. Ils sont pénalisés systématiquement. Spé y page 2/2 Devoi n 6 PDF céé avec la vesion d'essai FinePint pdffactoy

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 TSI Sciences Industielles GM DL N 1 COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 1.MISE EN SITUATION : L étude ci-apès pote su un compesseu de climatisation de véhicule automobile de maque SANDEN.

Plus en détail

Actionneurs Electriques

Actionneurs Electriques Plan Actionneus éluctants Actionneus électodynamiques Actionneus électomagnétique Actionneus hybides ou éluctants polaisés Actionneus classiques 1 Actionneus éluctants ou machine à éluctance vaiable Pas

Plus en détail

Equipement Electrique

Equipement Electrique Equipement Electique TEEM 1 èe Année Equipement Electique, TEEM 1 ee année, uno FRAÇO 1 ntoduction 2 Le pogamme * Champ magnétique, flux, induction électomagnétique, chages électiques et foces * La machine

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Poblème 1 Condensateu en égime vaiable (extait de l'examen S3SMPE 2002-2003) On considèe un condensateu plan à amatues ciculaies, de ayon a, distantes de d, alimenté

Plus en détail

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 ************************************************************************************************* EPREUVE

Plus en détail

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance STTIQUE 1.- Quel est l objectif de la statique? Pou étudie les conditions d équilibe des solides indéfomables. Remaques : - Un solide est considéé indéfomable tant que les défomations estent faibles. -

Plus en détail

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6 D M 6 Coection PCSI 1 013 014 RVUX DIRIGÉS DE M 6 Execice 1 : Pemie vol habité (pa un homme) Le 1 avil 1961, le commandant soviétique Y Gagaine fut le pemie cosmonaute, le vaisseau spatial satellisé était

Plus en détail

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire.

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire. Spé ψ 1-13 Devoi n 6 ONDES Des données et un fomulaie sont donnés à la fin du sujet Les câbles coaxiaux sont utilisés comme moyen de tansmission d infomations. Ils sont conçus pou tansmette des signaux

Plus en détail

A. Étude d une installation électrique domestique

A. Étude d une installation électrique domestique Banque «go Véto» - 3 PHYSIUE Duée : 3 h 3 L usage d une calculatice est autoisé pou cette épeuve Il sea tenu le plus gand compte dans la notation de la qualité de la édaction Si, au cous de l épeuve, un

Plus en détail

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables Leçon Foce nomale L applet Foce nomale simule les foces qui s execent su un bloc qui se déplace veticalement. Péalables L élève devait connaîte les concepts d accéléation et de foce, et le lien qui existe

Plus en détail

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE CIRCUITS COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE Philippe ROUX 4 CIRCUITS RLC COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE PARTIE : PRESENTATION DES CIRCUITS COUPLES ) LES FLUX DES CHAPS AGNETIQUES DANS DEUX BOBINAGES COUPLES

Plus en détail

Année universitaire 2012/2013

Année universitaire 2012/2013 Année univesitaie 1/13 Examen Electomagnétisme PEIP Aix-Maseille Univesité 15 janvie 13 5 poblèmes - ecto veso / Duée e l épeuve heues alculettes stanas autoisées / Fomulaie Page A4 autoisée 1. (4pts Quate

Plus en détail

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE Chapite : Magnétostatique CAPTRE MAGNETOTATQUE Une chage électique immobile cée un champ électique seulement; Une chage en mouvement (un couant) cée un champ électique et un champ magnétique. Définition

Plus en détail

Chaînes énergétiques

Chaînes énergétiques Chapite 7 Chaînes énegétiques Découvi Activité expéimentale n 1 Comment fonctionne une voitue utilisant une pile à combustible? Expéience n 1 Au niveau des ésevois, on obseve la fomation de bulles : des

Plus en détail

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode Tavaux Patiques Pépaation à l agégation intene de Sciences Physiques 009-010 Séance de TP n du jeudi 10 décembe 009 Manipulation Pé-equis Montages liés Etude d un cicuit passif passe bas application à

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique Cous d électomagnétisme EM15-Champ magnétique Table des matièes 1 Intoduction 2 2 Action d un champ électomagnétique su une paticule chagée 2 2.1 Foce de Loentz.................................. 2 2.2

Plus en détail

Exercices : 19 - Champ électrostatique

Exercices : 19 - Champ électrostatique 1 Execices : 19 - Champ électostatique Sciences Physiques MP 2015-2016 Execices : 19 - Champ électostatique A. Calculs de champ et de potentiel 1. Théoème de supeposition Une sphèe de ayon b pote une chage

Plus en détail

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées.

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées. I- PREAMBULE : La mécanique des fluides est l étude du compotement des fluides (liquides et gaz) et des foces intenes associées. Elle se divise en statique des fluides, l étude des fluides au epos, qui

Plus en détail

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition

Plus en détail

Construire une image médicale

Construire une image médicale Vol. 10 hive pintemps 2015 6 Autefois, on passait des adiogaphies. Maintenant, on va aussi passe un examen pa scanne : la technique s appelle la tomodensitométie axiale. Dans les deux cas, ce sont des

Plus en détail

IMPRIMANTE A TICKETS

IMPRIMANTE A TICKETS CPGE / Sciences Industielles pou l Ingénieu DS2 IMPRIMANTE A TICKETS Un hoodateu est un appaeil automatisé qui délive un ticket autoisant le stationnement, pou une duée limitée, à un client ayant payé

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S)

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S) Rèf : st Pincipe fondamental de la statique STI G.E. I Hypothèse de la statique En statique, les solides sont supposés géométiquement pafaits, indéfomables, homogènes et isotopes. Géométie : les aspéités,

Plus en détail

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30 Univesité Pais Ouest Nantee La Défense Année univesitaie 010-011 UFR SEGMI L Economie-Gestion Micoéconomie B Inteogation du Mecedi 4 Novembe 010 Duée : 1h30 Aucun document n est autoisé et les calculatices

Plus en détail

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 I. Champ tounant, otatioynchone, otation asynchone On appelle champ tounant un champ magnétique animé d'un mouvement de otation. On peut en cée un en faisant toune un

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S MECA NI QUE L yc ée F.B UISS N PTS I MUVEMENT D UNE PARTICULE SUMISE A UNE F R C E C E N T R A L E C N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I N A U X R B I T E S C I R C U L A I R E S PRELUDE Dans ce chapite,

Plus en détail

BACCALAUREAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BALISE MARITIME. Construction Mécanique

BACCALAUREAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BALISE MARITIME. Construction Mécanique BCCLURET SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électonique Étude des Systèmes Techniques Industiels BLISE MRITIME Constuction Mécanique Duée Conseillée 1h30 Lectue du sujet : 5mn Patie

Plus en détail

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1 OPTIQUE ONDULATOIRE Le caactèe ondulatoie de la luièe a été énoncé pou la peièe fois pa C. Huygens (678). Il a été ensuite lageent développé pa A. Fesnel (8) et elié plus tad, en 876, à l électoagnétise

Plus en détail

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A3 Chapite VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques I) Expéience de ten et Gelach (9) ) L expéience ) Valeus numéiques 3) Matices de

Plus en détail

Exemples d antennes (9)

Exemples d antennes (9) Exemples d antennes (9) II. Le pincipe des images : Pemet de considée le cas de souces placées au dessus d un sol qui peut ête assimilé à un conducteu pafait (en BF : σ >> ωε ). a) Cas d une antenne filaie

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions hapite 5 Les condensateus. Définitions a. ondensateu. Si on elie chacune des bones + et - d une pile (ou aute souce de difféence de potentiel) à un conducteu, on obtient un condensateu. Les deux conducteus

Plus en détail

PROBLEME DE PHYSIQUE

PROBLEME DE PHYSIQUE SESSION 211 PSIP28 C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 2 Duée : 4 heues NB : Le candidat attachea la plus gande impotance à la claté, à la

Plus en détail

CONSTANTES DIELECTRIQUES

CONSTANTES DIELECTRIQUES 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques

Plus en détail

Théorie : les modèles de composants

Théorie : les modèles de composants Théoie : les modèles de composants Pésentation Les composants qui entent dans la fabication des cicuits électoniques sont issus de difféentes technologies. L analyse ou la conception de ces cicuits, est

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit CONCOURS COMMUN 2006 DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES Epeuve spécifique de Sciences Industielles pou l Ingénieu Filièe PCSI, option PSI Vendedi 12 mai 2006 de 8h00 à 12h00 Instuctions généales

Plus en détail

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C.

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C. CHAPITRE 1 SUITES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autes sciences. Nous veons dans ce cous et les tavaux diigés dives exemples

Plus en détail

DIPÔLE MAGNÉTOSTATIQUE

DIPÔLE MAGNÉTOSTATIQUE DIPÔLE MAGNÉTSTATIQUE I DIPÔLE MAGNÉTIQUE I1 Moment magnétique d une distibution de couant Le moment magnétique M d une distibution de couant est défini de la manièe suivante : Dans le cas d un cicuit

Plus en détail

EXERCICES DE MAGNETISME ENONCES

EXERCICES DE MAGNETISME ENONCES Execice 1 : Champ magnétique teeste EXERCCES DE MAGNETSME ENNCES Un solénoïde compotant N = 1000 spies jointives a pou longueu = 80 cm. l est pacouu pa un couant d intensité. a) Faie un schéma su lequel

Plus en détail

VOYAGE A PARIS. 1- Musée des Arts et Métiers : CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur(e) Devoir de Vacances

VOYAGE A PARIS. 1- Musée des Arts et Métiers : CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur(e) Devoir de Vacances Devoi de Vacances VOYAGE A PARIS Los du voyage à Pais des étudiants de PCSI du lycée Bizeux, nous avons visité ente aute le musée des Ats et Méties ainsi que le palais de la découvete. Nous allons pa la

Plus en détail

LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES

LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES PSI Bizeux Ch. T4 : Phénomènes de diffusion - 36 - Etude de deux phénomènes de diffusion : LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES 1. LA DIFFUSION : UN MODE DE TRANSFERT SANS MOUVEMENT MACROSCOPIQUE

Plus en détail

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement Modélisation des actions mécaniques, statique des solides indéfomables, puissance et endement Les actions mécaniques. Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : 4modifie le mouvement

Plus en détail

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom INSTITUT NATIONAL DS SCINCS APPLIQUS D TOULOUS 5 ème Année Réseau et Télécom ANTNNS SUPPORT D COURS NONC D TRAVAUX DIRIGS Alexande Boye alexande.boye@insa-toulouse.f www.alexande-boye.f Antennes Octobe

Plus en détail

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques Chapite VIII Ondes électomagnétiques et fibes optiques I Les Ondes Electomagnétiques II Les lois de l optique géométique III La fibe optique : un guide de lumièe I Les Ondes Electomagnétiques I.1 Le champ

Plus en détail

Chapitre I. Description des milieux continus

Chapitre I. Description des milieux continus Chapite I Desciption des milieu continus OBJET Ce chapite est consacé à la desciption des milieu continus. On intoduia les notions fondamentales de desciption du mouvement au sens de Lagange et d Eule,

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2005-2006 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Patie I MOTEUR A COURANT CONTINU COMMANDE PAR UN HACHEUR On appelle (figue 1) le schéma équivalent du moteu à couant continu à excitation sépaée : u epésente

Plus en détail

MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM

MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM S. angui*, K. Bege *, B. Vincent*, E. Clavel**, R. Peussel*, C. Vollaie* (*) : Laboatoie Ampèe UMR CNRS 5005, Ecole Centale de Lyon,

Plus en détail

Année Universitaire UFR SSMT. Licence 2 PC, EEM, EEAI. ELECTOMAGNETISME 1 ère Session Durée 2heures

Année Universitaire UFR SSMT. Licence 2 PC, EEM, EEAI. ELECTOMAGNETISME 1 ère Session Durée 2heures Année Univesitaie 2012-2013 UFR SSMT Licence 2 PC, EEM, EEAI ELECTOMAGNETISME 1 èe Session Duée 2heues Execice 1 : Champ magnétique cée pa un câble coaxial On considèe un câble coaxial infini cylindique

Plus en détail

Le Véhicule Hybride du LAMIH

Le Véhicule Hybride du LAMIH Le Véhicule Hybide du LAMIH Une éalisation collective Le pojet véhicule hybide a été éalisé pa une équipe tansvesale du LAMIH egoupant des automaticiens et des mécaniciens. Leus domaines de echeche sont

Plus en détail

Chapitre II- Lois fondamentales de la magnétostatique

Chapitre II- Lois fondamentales de la magnétostatique 1 hapite - Lois fondamentales de la magnétostatique Aucune des lois fondamentales citées ici ne sea démontée. Elles constituent des faits d expéience taduits dans un fomalisme mathématique, apué au fil

Plus en détail

Robot industriel IRB.60

Robot industriel IRB.60 Noguet - Lycée Blaise Pascal Colma - Robot industiel IRB - D apès Mécanique 1 P. Agati ED. Dunod - 24/02/05-1/5 EXERCICES D APPLICATION CINEMATIQUE Chapite 4 : Etude du mouvement ciculaie 1. Pésentation

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM.

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM. Rabat, le 02 juillet 2004 CIRCULIRE N 02/04 RELTIVE UX CONDITIONS D ÉVLUTION DES VLEURS PPORTÉES À UN ORGNISME DE PLCEMENT COLLECTIF EN VLEURS MOBILIÈRES OU DÉTENUES PR LUI La pésente ciculaie vient en

Plus en détail

ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE

ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE Spé ψ 2011-2012 Devoi n 5 ÉLCTRONQU D PUSSANC PART MOTUR LCTRQU A COURANT CONTNU T SA COMMAND Le pincipe de la convesion d énegie électique en énegie mécanique epose su une inteaction champ magnétique-couant

Plus en détail

Matériel utilisée en plongée 10/08/2003 Niveau 2 Club de la Plaine Philippe Jugla. Le Matériel Niveau 2-1/ 1 -

Matériel utilisée en plongée 10/08/2003 Niveau 2 Club de la Plaine Philippe Jugla. Le Matériel Niveau 2-1/ 1 - Le Matéiel Niveau 2-1/ 1 - 1 MATEIEL NECESSAIE EN AUTONOMIE... 3 1.1 NIVEAU 2... 3 1.2 NIVEAU 3... 3 1.3 APPLICATION TIQUE... 3 1.4 MATEIEL INDISPENSABLE... 3 2 LES BOUTEILLES... 4 2.1 LE MAQUAGE DES BLOCS...

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées.

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées. Execices su le chapite «Les combustions» Execice n 1 : Lie l extait de texte ci-dessous avant de éponde aux questions posées. Essence et envionnement De nombeuses activités humaines sont susceptibles de

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU CONDUCION - - 53 - - [J. Bau], [006], INSA de Lyon, tous doits ésevés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU INRODUCION - 56 CHAPIRE - 57 GENERALIES

Plus en détail

PSI Brizeux Ch. DF3 : Dynamique locale des fluides parfaits 29 CHAPITRE DF3 D DYNAMIQUE LOCALE DES FLUIDES PARFAITS

PSI Brizeux Ch. DF3 : Dynamique locale des fluides parfaits 29 CHAPITRE DF3 D DYNAMIQUE LOCALE DES FLUIDES PARFAITS PSI Bizeux Ch. DF3 : Dynamique locale des fluides pafaits 9 CHAPITRE DF3 D DYNAMIQUE LOCALE DES FLUIDES PARFAITS Dans ce chapite, nous allons elie l écoulement d un fluide aux actions qu il subit. Nous

Plus en détail

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d Chapite 2: But: connaîte les lois auxquelles doit obéi un cops solide en équilibe. Ceci pemet de décie la station debout ainsi que les conditions nécessaies pou teni une tasse dans la main, souleve une

Plus en détail

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement LPHY 1113 B & D, Physique généale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eic Deleesnijde, www.eicd.be) L4.1 1. Intoduction (Benson 6.1) Leçon 4: Fottement On pose su une table hoizontale un objet de masse m. Si l'objet

Plus en détail

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI)

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI) écanique du oint : foces Newtoniennes (PCSI Question de cous On admet que, losqu'il est soumis à une foce Newtonienne F K u, la tajectoie d'un cos est lane et décite a mc K +e cosθ où C θ est une constante

Plus en détail

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Chapite 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Se epote à la bibliogaphie pou le détail des démonstations et la desciption de l expéience de Sten et Gelach. 3.1 Définitions a- Considéons

Plus en détail

La troisième loi de Newton

La troisième loi de Newton 6 CHAPITRE La toisième loi de Newton CORRIGÉ DES EXERCICES Execices SECTION 6. La loi de l action et de la éaction 6.. Pou se déplace los de leus soties dans l espace, les astonautes se sevent de populseus

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère.

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère. Lcée lemenceau S 1 - hsique Lcée lemenceau S 1 O.Ganie Le champ magnétique Le théoème d Ampèe Olivie GRANER Lcée lemenceau S 1 - hsique Énoncé du théoème d Ampèe Le théoème d Ampèe est «l équivalent» du

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

APPROCHE DESCRIPTIVE DES ÉCOULEMENTS ; RÔLE DE LA VISCOSITÉ. NOTION DE COUCHE LIMITE.

APPROCHE DESCRIPTIVE DES ÉCOULEMENTS ; RÔLE DE LA VISCOSITÉ. NOTION DE COUCHE LIMITE. CASSIFICATION DS ÉCOUMNTS APPOCH DSCIPTIV DS ÉCOUMNTS ; Ô D A VISCOSITÉ NOTION D COUCH IMIT Objectifs Connaîte l expession de la foce de taînée execée su un cops solide en mouement ectiligne unifome dans

Plus en détail

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs)

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs) Démache)Qualité)pou)mélioe)la)Communication) Pluidisciplinaie)ente)les)s)Checheus) Sommaie)! Intoction!...!1! 1.!Desciption!de!la!poblématique!...!1! 1.1.#Contexte#de#la#communication#ente#les#jeunes#s#...#1#

Plus en détail

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin Cous ADP-CGP2 GESTION DES STOCKS Plan du cous 1. Le ôle des stocs en gestion de poduction 2. Le poblème de Wagne-Witin 3. La quantité économique optimale et les politiques déivées 4. Modèle de gestion

Plus en détail

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE CORRECTIONS DES TRAVAUX DIRIGES. 4 ème Année Informatique et Réseau

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE CORRECTIONS DES TRAVAUX DIRIGES. 4 ème Année Informatique et Réseau INSTITUT NATIONAL DS SCINCS APPLIQUS D TOULOUS 4 ème Année Infomatique et Réseau ANTNNS CORRCTIONS DS TRAVAUX DIRIGS Alexande Boye alexande.boye@insa-toulouse.f http://www.alexande-boye.f Antennes Octobe.

Plus en détail

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D P.-Y. Lagée, Equation de la Chaleu en Axi & en 3D Equation de la Chaleu en Axisymétique & en 3D Dans ce chapite nous faisons un bilan d énegie pou établi l équation de la chaleu en axisymétique. On pouait

Plus en détail

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA Univesité 8 mai 1945 Guelma - Algéie cous de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES pofessé pa Hisao FUJITA YASHIMA 29-21 - Le cous a été dédié à des modèles mathématiques de phénomènes atmosphéiques

Plus en détail

Force et champ électrostatiques

Force et champ électrostatiques Mécanique & Électicité http://membes.lycos.f/wphysiquechimie Pemièes S Foce et champ électostatiques Execice 75 Soient deux chages immobiles placées dans le vide en A (q = - 0-8 C) et en B (q = 4.0-8 C).

Plus en détail

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy P MÉDECINE PHARMACIE DENTAIRE SAGE-FEMME UE3 A C Physique et biophysique Dounia Dahy E S Toute la physique en 1 volume Rappels de cous + de 300 QCM et execices Tous les coigés détaillés Table des matièes

Plus en détail

Thèse. Docteur de l Université Henri Poincaré, Nancy-I

Thèse. Docteur de l Université Henri Poincaré, Nancy-I FACULTE DES SCIENCES U.F.R Sciences & Techniques : S.T.M.I.A Ecole Doctoale : Infomatique-Automatique-Electotechnique-Electonique-Mathématique Dépatement de Fomation Doctoale : Electotechnique-Electonique

Plus en détail

COURANT CONTINU, MULTIMETRES, THEOREME DE THEVENIN... a) On considère le montage ci-dessous. Déterminer les intensités des courants I, I 1 et I 2.

COURANT CONTINU, MULTIMETRES, THEOREME DE THEVENIN... a) On considère le montage ci-dessous. Déterminer les intensités des courants I, I 1 et I 2. OUNT ONTINU, MULTIMETES, THEOEME DE THEVENIN... 1 Execice 1 a) On considèe le montage cidessous. Détemine les intensités des couants I, I 1 et I 2. p I ' I1 I 2 (E, ) 1 2 ' b) Si pou une aison quelconque,

Plus en détail

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques.

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques. Cée un obsevatoie de la concuence poblématique I Quelle est l'étendue d'un maché? Quelle pat du maché, une entepise peut-elle espée pende? Quels sont les atouts des entepises pésentes su le maché? ntéêt

Plus en détail

ÉTUDE DU CHAMP MAGNÉTOSTATIQUE CRÉÉ PAR DES COURANTS PERMANENTS

ÉTUDE DU CHAMP MAGNÉTOSTATIQUE CRÉÉ PAR DES COURANTS PERMANENTS ÉTUDE DU CHAP AGNÉTOTATQUE CÉÉ PA DE COUANT PEANENT. CHAP CÉÉ PA UN COUANT ECTLGNE.1 Fil ectiligne de longueu finie Voi chapite pécédent avec application de la loi de Biot et avat.. Fil illimité filifome

Plus en détail

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production SETIT 2009 5 th Intenational Confeence: Sciences of Electonic, Technologies of Infomation and Telecommunications Mach 22-26, 2009 TUNISIA La Suveillance Industiel Dynamique pa les Systèmes Neuo-Flous Tempoels

Plus en détail

Transferts de puissance sous régime sinusoïdal triphasé

Transferts de puissance sous régime sinusoïdal triphasé Tansfets de puissance sous égime sinusoïdal tiphasé Pésentation Patout dans le monde, la puissance électique est majoitaiement tanspotée sous égime sinusoïdal pa des systèmes de tensions tiphasées. ous

Plus en détail

Générateurs et récepteurs

Générateurs et récepteurs Les généateus de tension ls ont comme ôle de founi du couant électique (ou de l énegie électique) à un cicuit extéieu. ls doivent donc enteteni le mouvement des électons. n continu, les généateus sont

Plus en détail

Exercices de Mécanique

Exercices de Mécanique Eecices de écanique Cinéatique : epèes, bases, tajectoies et ouveents éthode 1. Une base locale (coe la base clindique) est définie : - en un point de l espace («localeent», donc!) - pa appot à tois diections

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE Floin CIUPRINA Petu V. NOŢINGHER SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE TRAVAUX PRATIQUES ET EXERCICES UNIVERSITATEA POLITEHNICA BUCUREŞTI Facultatea de Electotehnică Floin CIUPRINA Petu NOŢINGHER

Plus en détail

Mécanique du solide. (R ) est en rotation autour d un axe fixe de (R) : (O et O sont confondus) Composition des vitesses : r

Mécanique du solide. (R ) est en rotation autour d un axe fixe de (R) : (O et O sont confondus) Composition des vitesses : r Mécanique du solide Mécanique du solide I) Cinétique des systèmes matéiels : Rappel ; composition des vitesses et des accéléations : Soit (R) un pemie éféentiel (appelé «absolu», (y)) et (R ) un éféentiel

Plus en détail

Une approche neuronale modulaire pour l estimation de l orientation de l effecteur d un robot 4 axes

Une approche neuronale modulaire pour l estimation de l orientation de l effecteur d un robot 4 axes Une appoche neuonale modulaie pou l estimation de l oientation de l effecteu d un obot 4 axes Gilles HRMANN, Patice WIRA, Jean-Luc BUSSLR, Jean-Philippe URBAN Laboatoie MIPS Univesité de Haute-Alsace 4

Plus en détail

Cours n 5 Optique géométrique Réfraction

Cours n 5 Optique géométrique Réfraction Cous n 5 Optique géométique Réfaction La tansmission de l infomation dans les fibes optiques à haut débit et le guidage des ayons lumineux dans ces denièes est une conséquence du phénomène de éfaction

Plus en détail

Masse de Jupiter. 2) On a répertorié dans un tableau les périodes T et les rayons r de trois satellites de Jupiter :

Masse de Jupiter. 2) On a répertorié dans un tableau les périodes T et les rayons r de trois satellites de Jupiter : Masse de upite Execice : Cet execice a pou but de détemine la masse de upite en étudiant le mouement de cetains de ses satellites que son Euope, Ganymède et Callisto. On donne G = 6,67 10-11 N.m.kg -.

Plus en détail

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier Monnaie et finance 1 : Les machés financies Sommaie hapite 1 : Le système financie hapite 2 : Le maché des actions hapite 3 : Le maché obligataie hapite 4 : Le maché des poduits déivés Bibliogaphie : 1.

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.retronaut.com/2013/01/rotor-rides/

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.retronaut.com/2013/01/rotor-rides/ Dans un manège tel que celui monté su la figue, quelle est la péiode de otation maximale que doit aoi le manège pou que les pesonnes ne glissent pas es le bas de la paoi si le coefficient de fiction ente

Plus en détail

III - Approximation de l optique géométrique - rayon lumineux.

III - Approximation de l optique géométrique - rayon lumineux. III - Appoimation de l optique géométique - aon lumineu. Un faisceau lumineu de lage section peut ête, à l aide de diaphagmes, amené à un pinceau étoit. n peut mathématiquement idéalise ce pinceau pa une

Plus en détail

La Portance ou comment tuer un mythe.

La Portance ou comment tuer un mythe. La Potance ou comment tue un mythe. I Intoduction : Intenet est un outil meveilleux qui devait pemette de popage à tous la science sans bouge de chez soi puisque a pioi la science existait avant Intenet,

Plus en détail

Analyse hygrothermique d une structure tubulaire multicouche

Analyse hygrothermique d une structure tubulaire multicouche IM - ovembe Analyse hygothemique d une stuctue tubulaie multicouche A. Hocine (,. Boutiba (, F. Kaa Achia ( ( Dépatement de mécanique, Univesité Hassiba Benbouali hlef Email : hocinea_dz@yahoo.f, adhwane_cm@yahoo.f

Plus en détail

Chapitre 4.2a Trajectoire d une particule dans un champ magnétique

Chapitre 4.2a Trajectoire d une particule dans un champ magnétique hapite 4.a Tajectoie d une paticule dans un chap agnétique Moueent dans un chap agnétique unifoe onsidéons une chage positie q se déplaçant à itesse dans un chap agnétique unifoe B où la itesse est entièeent

Plus en détail

Cours d Electronique De Puissance IUT GEII 2ième année Option EEP

Cours d Electronique De Puissance IUT GEII 2ième année Option EEP EDP IUT GEII ième année Otion EEP 004/005 ous d Electonique De Puissance IUT GEII ième année Otion EEP haite 9 - Modélisation des alimentations à découage...3 9. Intoduction...3 9.. Plan de l étude...3

Plus en détail

Arbres et dérivée d une fonction composée

Arbres et dérivée d une fonction composée Abes et déivée d ue foctio composée Nous allos voi ici commet l o peut epésete les déivées successives d ue foctio composée pa u esemble d abes fiis. f et g désigeot deux foctio idéfiimet déivables, et

Plus en détail

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT Magistèe de Physique Fondamentale 2007-2008 Pojet expéimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT 1 DESCRIPTION DU PROJET... 2 1.1 OBJECTIFS... 2 1.2 MODE DE TRAVAIL... 2 2 LES JETS TURBULENTS...

Plus en détail