GUIDE DE PRATIQUE En matière de retrait du milieu familial et du placement d un enfant

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DE PRATIQUE En matière de retrait du milieu familial et du placement d un enfant"

Transcription

1 Centre jeunesse de Québec Institut universitaire GUIDE DE PRATIQUE En matière de retrait du milieu familial et du placement d un enfant Direction du développement de la pratique professionnelle Révisé en avril 2005

2

3 Avant-propos On trouvera dans cette section le cadre juridique spécifique applicable à chaque type de mesure prise ainsi que la liste exhaustive de toutes les interactions qui doivent intervenir entre toutes les catégories d acteurs impliqués dans le retrait du milieu de vie et le placement d un enfant. L information est regroupée autour des différents types de mesure ainsi que les différentes facettes de la pratique à savoir : la décision et l application du retrait en urgence d un enfant (retrait en urgence et décision de maintien d un retrait provisoire); la décision de placement d un enfant; la préparation des acteurs au placement d un enfant; le suivi et l encadrement des acteurs lors du placement d un enfant. Pour chacune de ces facettes de la pratique, une liste d interactions intervenant entre les différentes catégories d acteurs impliqués est présentée sous forme de tableaux à double entrée. Les catégories d acteurs retenues sont : l intervenant de l usager (peut être l Urgence sociale); le gestionnaire; le conseiller clinique et à l accès; le réviseur (au sens de la L.P.J.); l éducateur en services externes; l intervenant-ressources ou l Urgence sociale (retrait d urgence); la ressource d hébergement : les C.R., les R.T.F. et les R.I. Ainsi, pour chaque facette de la pratique, on retrouve un tableau à double entrée ainsi construit : en ordonnée se trouvent les catégories d acteurs, alors qu en abscisse sont identifiées les cibles de leurs interventions. Ces cibles sont d abord l enfant et ses parents, puis les acteurs des autres catégories. On retrouve donc dans chaque case du tableau un énoncé de ce que chacun doit accomplir en regard de chacun des autres acteurs cibles, autrement dit, un énoncé des interactions qui lient tous les acteurs entre eux. À la fin de chacune des quatre sections, on retrouve une liste des outils cliniques recommandés pour supporter les actions à accomplir. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page i

4 Table des matières Tableau 1 - DÉCISION ET APPLICATION DU RETRAIT D UN ENFANT (retrait en urgence et décision de maintien d un retrait provisoire) Cadre juridique applicable (décision et application du retrait en urgence d un enfant) page 3 Cadre juridique applicable (décision ou maintien de retrait provisoire d un enfant) page 7 Tableau des interactions page 10 Outils cliniques à utiliser page 14 Tableau 2 DÉCISION DE PLACEMENT D UN ENFANT Cadre juridique applicable page 17 Tableau des interactions page 18 Outils cliniques à utiliser page 20 Tableau 3 - PRÉPARATION DES ACTEURS AU PLACEMENT D UN ENFANT Cadre juridique applicable page 23 Tableau des interactions page 26 Outils cliniques à utiliser page 29 Tableau 4 SUIVI ET ENCADREMENT DES ACTEURS LORS DU PLACEMENT D UN ENFANT Cadre juridique applicable page 33 Tableau des interactions page 34 Outils cliniques à utiliser page 38 Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page ii

5 Tableau 1 DÉCISION ET APPLICATION DU RETRAIT D UN ENFANT (retrait en urgence et décision de maintien d un retrait provisoire)

6

7 Cadre juridique applicable DÉCISION ET APPLICATION DU RETRAIT EN URGENCE D UN ENFANT (retrait en urgence et décision de maintien d un retrait provisoire) Tout intervenant impliqué dans le processus de retrait ou de placement d un enfant ou d un jeune doit avoir en mémoire les dispositions législatives fondamentales qui régissent l ensemble des actions. **En cas de doute, on doit consulter un avocat. 1. DÉCISION ET APPLICATION DU RETRAIT EN URGENCE D UN ENFANT (L.S.S.S.S. ET 24 HEURES EN L.P.J.) (SPÉCIFICITÉS) À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Centre local de services communautaires La mission d'un centre local de services communautaires est d'offrir en première ligne des services de santé et des services sociaux courants et, à la population du territoire qu'il dessert, des services de santé et des services sociaux de nature préventive ou curative, de réadaptation ou de réinsertion. La mission préventive et curative des CLSC en matière de services sociaux et de réadaptation. Loi sur les services de santé et les services sociaux (L.R.Q. c.s-4.2) L.S.S.S.S. Article 80 Responsabilité de l'établissement À cette fin, l'établissement qui exploite un tel centre s'assure que les personnes qui requièrent de tels services pour elles-mêmes ou pour leurs familles soient rejointes, que leurs besoins soient évalués et que les services requis leur soient offerts à l'intérieur de ses installations ou dans leur milieu de vie, à l'école, au travail ou à domicile ou, si nécessaire, s'assure qu'elles soient dirigées vers les centres, les organismes ou les personnes les plus aptes à leur venir en aide. Mission La mission d'un tel centre est également de réaliser des activités de santé publique sur son territoire, conformément aux dispositions prévues dans la Loi sur la santé publique (chapitre S-2.2). 1991, c. 42, a. 80; 1998, c. 39, a. 36; 2001, c. 60, a La mission d un C.P.E.J. notamment en matière de placement d enfants. Loi sur les services de santé et les services sociaux (L.R.Q. c.s-4.2) L.S.S.S.S. Article 82 Centre de protection de l enfance et de la jeunesse La mission d'un centre de protection de l'enfance et de la jeunesse est d'offrir dans la région des services de nature psychosociale, y compris des services d'urgence sociale, requis par la situation d'un jeune en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse (chapitre P-34.1) et de la Loi sur les jeunes contrevenants (Lois révisées du Canada (1985), chapitre Y-1) ainsi qu'en matière de placement d'enfants, de médiation familiale, d'expertise à la Cour supérieure sur la garde d'enfants, d'adoption et de recherche des antécédents biologiques. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 3

8 À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS La mission d un C.P.E.J. notamment en matière de placement d enfant. Loi sur les services de santé et les services sociaux (L.R.Q. c.s-4.2) L.S.S.S.S. Article 82 Évaluation des besoins À cette fin, l'établissement qui exploite un tel centre s'assure que les besoins des personnes qui requièrent de tels services soient évalués et que les services requis par elles-mêmes ou par leur famille leur soient offerts soit directement, soit par les centres, les organismes ou les personnes les plus aptes à leur venir en aide. SUITE 1991, c. 42, a. 82. Centre de réadaptation La mission d'un centre de réadaptation est d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui, en raison de leurs déficiences physiques ou intellectuelles, de leurs difficultés d'ordre comportemental, psychosocial ou familial ou à cause de leur alcoolisme ou autre toxicomanie, requièrent de tels services de même que des services d'accompagnement et de support à l'entourage de ces personnes. La mission des centres de réadaptation notamment en ce qui concerne les jeunes en difficulté d adaptation. Loi sur les services de santé et les services sociaux (L.R.Q. c.s-4.2) L.S.S.S.S. Article 84 Évaluation des besoins À cette fin, l'établissement qui exploite un tel centre reçoit, sur référence, les jeunes en difficulté d'adaptation et les personnes présentant une déficience et, principalement sur référence, les personnes alcooliques ou les autres personnes toxicomanes et les mères en difficulté d'adaptation; il s'assure que leurs besoins soient évalués et que les services requis leur soient offerts à l'intérieur de ses installations ou dans leur milieu de vie, à l'école, au travail ou à domicile ou, si nécessaire, s'assure qu'ils soient dirigés le plus tôt possible vers les centres, les organismes ou les personnes les plus aptes à leur venir en aide. 1991, c. 42, a. 84. Placements d adultes Un établissement public identifié par la régie régionale peut recourir aux services d'une ressource de type familial aux fins de placement d'adultes ou de personnes âgées. Protection de l'enfance Sous réserve du troisième alinéa, seul un établissement qui exploite un centre de protection de l'enfance et de la jeunesse peut recruter et recourir aux services d'une telle ressource aux fins de placement d'enfants. Il veille cependant à ce que le suivi professionnel de l'enfant soit assuré par l'établissement le plus apte à lui venir en aide. Seul un C.P.E.J. peut recruter et recourir aux services des ressources de type familial aux fins de placement d enfant. Loi sur les services de santé et les services sociaux (L.R.Q. c.s-4.2) L.S.S.S.S. Article 310 Centre de réadaptation Un établissement qui exploite un centre de réadaptation pour les personnes présentant une déficience intellectuelle ou ayant une déficience physique peut, pour sa clientèle, recruter et recourir aux services de pareilles ressources pour enfants pourvu, toutefois, que le placement dans ces ressources s'effectue conformément aux dispositions de l'article 357 et du règlement pris en vertu du paragraphe 10 de l'article , c. 42, a Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 4

9 À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Une ou deux personnes qui accueillent chez elles au maximum neuf enfants en difficulté qui leur sont confiés par un établissement public peuvent être reconnues familles d accueil afin de répondre à leurs besoins et leur offrir des conditions de vie favorisant une relation de type parental dans un contexte familial. Loi sur les services de santé et les services sociaux (L.R.Q. c.s-4.2) L.S.S.S.S. Article 312 Famille d accueil Peuvent être reconnues à titre de famille d'accueil, une ou deux personnes qui accueillent chez elles au maximum neuf enfants en difficulté qui leur sont confiés par un établissement public afin de répondre à leurs besoins et leur offrir des conditions de vie favorisant une relation de type parental dans un contexte familial. Résidence d'accueil Peuvent être reconnues à titre de résidence d'accueil, une ou deux personnes qui accueillent chez elles au maximum neuf adultes ou personnes âgées qui leur sont confiés par un établissement public afin de répondre à leurs besoins et leur offrir des conditions de vie se rapprochant le plus possible de celles d'un milieu naturel. 1991, c. 42, a Les CLSC et les CPEJ ont l obligation respective de rendre accessibles les services d urgence requis par une personne. Règlement sur l organisation et l administration des établissements. Article 47 Un centre local de services communautaires ou un centre de services sociaux doit prendre les mesures nécessaires pour que toute personne dont l état nécessite des services d urgence les reçoive. Le directeur de la protection de la jeunesse reçoit le signalement, décide de sa recevabilité et si des mesures d urgence s imposent. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 45 Signalement transmis au directeur Tout signalement à l'effet que la sécurité ou le développement d'un enfant est ou peut être considéré comme compromis est transmis au directeur. Celui-ci détermine s'il est recevable et si des mesures d'urgence s'imposent. 1977, c. 20, a. 45; 1984, c. 4, a. 21. Mesures d urgence À titre de mesures d'urgence, le directeur peut: a) retirer immédiatement l'enfant du lieu où il se trouve; b) confier l'enfant sans délai à un établissement qui exploite un centre de réadaptation ou un centre hospitalier, à une famille d'accueil, à un organisme approprié ou à toute autre personne; c) (paragraphe abrogé). La loi prévoit les mesures d urgence que le directeur de la protection de la jeunesse peut prendre. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 46 Accueil obligatoire Lorsque la mesure retenue est de confier l'enfant à un établissement visé au paragraphe b du premier alinéa, le directeur doit préciser si la mesure comporte un hébergement. L'établissement désigné est tenu de recevoir l'enfant. 1977, c. 20, a. 46; 1981, c. 2, a. 11; 1984, c. 4, a. 22; 1992, c. 21, a. 222; 1994, c. 35, a. 26. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 5

10 À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Consultation sur les mesures d urgence L'enfant doit être consulté sur l'application des mesures d'urgence; ses parents doivent l'être également dans toute la mesure du possible. L enfant doit être consulté de même que ses parents dans toute la mesure du possible dans la décision de prise d une mesure d urgence. Dans le cas où les parents ou l enfant s opposent à des mesures d urgence, le directeur peut les y contraindre pour 24 heures après quoi, il doit saisir le Tribunal. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 47 Opposition Si les parents ou l'enfant s'opposent à l'application des mesures d'urgence, le directeur peut les y contraindre. Il doit toutefois soumettre le cas au Tribunal dans les plus brefs délais. Le directeur ne peut jamais appliquer des mesures d'urgence pendant plus de 24 heures, sans obtenir une ordonnance du Tribunal qui en constate la nécessité. Une telle ordonnance peut être rendue par le greffier lorsque le juge est absent ou empêché d'agir et qu'un retard risquerait de causer un préjudice sérieux à l'enfant. La décision du Tribunal ou du greffier ne peut avoir d'effet pour une durée supérieure à cinq jours ouvrables. Prolongation de l'application des mesures d'urgence Lorsque le délai de 24 heures se termine un samedi ou un jour non juridique, que le juge et le greffier sont absents ou empêchés d'agir et que leur interruption risque de causer un préjudice sérieux à l'enfant, le directeur peut, sans ordonnance, prolonger l'application des mesures d'urgence qui se terminent alors le premier jour juridique qui suit. 1977, c. 20, a. 47; 1979, c. 42, a. 12; 1984, c. 4, a. 23; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11; 1994, c. 35, a. 27; 1999, c. 40, a Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 6

11 Cadre juridique applicable 2. DÉCISION OU MAINTIEN DE RETRAIT PROVISOIRE D UN ENFANT (L.P.J. ET L.S.S.S.S) (SPÉCIFICITÉS) À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Dans un contexte L.S.S.S.S., il n y a pas de spécificité juridique distinguant la décision de retrait de la décision du maintien du retrait. Se référer à la section 1 : Décision et application du retrait en urgence. Article 47 Consultation sur les mesures d urgence. L'enfant doit être consulté sur l'application des mesures d'urgence; ses parents doivent l'être également dans toute la mesure du possible. Opposition Si les parents ou l'enfant s'opposent à l'application des mesures d'urgence, le directeur peut les y contraindre. Il doit toutefois soumettre le cas au Tribunal dans les plus brefs délais. Le directeur ne peut jamais appliquer des mesures d'urgence pendant plus de 24 heures, sans obtenir une ordonnance du Tribunal qui en constate la nécessité. Une telle ordonnance peut être rendue par le greffier lorsque le juge est absent ou empêché d'agir et qu'un retard risquerait de causer un préjudice sérieux à l'enfant. La décision du Tribunal ou du greffier ne peut avoir d'effet pour une durée supérieure à cinq jours ouvrables. Lorsque les parents ou l enfant s opposent au maintien du retrait provisoire, le directeur doit saisir le Tribunal. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Articles 47, 74, 74.1 Prolongation de l'application des mesures d'urgence Lorsque le délai de 24 heures se termine un samedi ou un jour non juridique, que le juge et le greffier sont absents ou empêchés d'agir et que leur interruption risque de causer un préjudice sérieux à l'enfant, le directeur peut, sans ordonnance, prolonger l'application des mesures d'urgence qui se terminent alors le premier jour juridique qui suit. 1977, c. 20, a. 47; 1979, c. 42, a. 12; 1984, c. 4, a. 23; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11; 1994, c. 35, a. 27; 1999, c. 40, a Article 74 Mesure d urgence Le directeur saisit le Tribunal relativement à l'application d'une mesure d'urgence lorsque les parents ou l'enfant s'y opposent. 1977, c. 20, a. 74; 1979, c. 42, a. 14; 1981, c. 2, a. 18; 1984, c. 4, a. 38; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 7

12 À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Lorsque les parents ou l enfant s opposent au maintien du retrait provisoire, le directeur doit saisir le Tribunal. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Articles 47, 74, 74.1 Article 74.1 Sécurité ou développement compromis Le directeur ou la Commission peut saisir le Tribunal du cas d'un enfant dont la sécurité ou le développement est considéré comme compromis. SUITE Droits lésés La Commission peut également saisir le Tribunal de toute situation où elle a raison de croire que les droits de l'enfant ont été lésés par des personnes, des organismes ou des établissements. 1981, c. 2, a. 18; 1984, c. 4, a. 38; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11, a. 12. Le Tribunal peut rendre une ordonnance, pendant l instance, de l une ou l autre mesure applicable. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 76.1 Ordonnance pendant l instance Le Tribunal peut, s'il l'estime nécessaire pour la sécurité ou le développement de l'enfant, rendre toute ordonnance pour l'exécution, pendant l'instance, de l'une ou de plusieurs des mesures applicables en vertu de l'article 91. Révision de la décision Le Tribunal peut, à tout moment, réviser cette décision. 1981, c. 2, a. 19; 1984, c. 4, a. 39; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11. Le Tribunal peut ordonner l hébergement obligatoire provisoire de l enfant s il y a risque de tort sérieux pour une période de trente jours qui peut être prolongée d un autre trente jours. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 79 Hébergement obligatoire provisoire En application de l'article 76.1, le Tribunal ordonne l'hébergement obligatoire provisoire de l'enfant par une famille d'accueil ou un établissement qui exploite un centre de réadaptation si, après étude de la situation, il en vient à la conclusion que le maintien ou le retour de l'enfant chez ses parents ou à son lieu de résidence, risque de lui causer un tort sérieux. Avis aux parents Le Tribunal avise sans délai les parents de l'enfant qui fait l'objet d'une mesure prise en vertu du présent article. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 8

13 À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Le Tribunal peut ordonner l hébergement obligatoire provisoire de l enfant s il y a risque de tort sérieux pour une période de trente jours qui peut être prolongée d un autre trente jours. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 79 Hébergement obligatoire provisoire Une mesure d'hébergement obligatoire provisoire ne peut excéder 30 jours. Cependant, si les faits le justifient, le Tribunal peut ordonner une seule prolongation pour une période d'au plus trente jours. 1977, c. 20, a. 79; 1981, c. 2, a. 20; 1984, c. 4, a. 40; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11; 1992, c. 21, a. 236; 1994, c. 35, a. 48. SUITE Avis aux parties intéressées Si le directeur constate que la sécurité ou le développement de l'enfant n'est pas compromis, il doit en informer l'enfant et ses parents et en faire part à la personne qui avait signalé la situation. Si la sécurité ou le développement de l enfant ne sont plus compromis, le directeur doit informer l enfant et les parents des ressources disponibles pouvant leur venir en aide. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 50 Ressources disponibles Le directeur doit, en outre, informer l'enfant et ses parents des services et des ressources disponibles dans leur milieu ainsi que des modalités d'accès à ces services et à ces ressources. Il peut, s'ils y consentent, les diriger vers les établissements, les organismes ou les personnes les plus aptes à leur venir en aide. À cette fin, il peut, le cas échéant, les conseiller sur le choix des personnes ou des organismes pouvant les accompagner et les assister dans leur démarche. 1977, c. 20, a. 50; 1994, c. 35, a. 30. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 9

14 Guide de pratique DÉCISION ET APPLICATION DU RETRAIT D UN ENFANT (retrait en urgence et décision de maintien d un retrait provisoire) Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- OU URGENCE SOCIALE D HÉBERGEMENT Dans les situations de retrait il faut : - Rencontrer l enfant, les parents et voir le milieu. - Évaluer la situation. INTERVENANT DE L USAGER (N.B. : En dehors des heures régulières, l intervenant de l Urgence sociale agit à titre d intervenant de l usager et d intervenantressources) - Tenter d abord le rétablissement de la situation conflictuelle dans l environnement de la famille pour éviter le retrait. Si la situation ne peut se régler dans le milieu, effectuer un retrait sur une base volontaire d abord sinon utiliser les mesures appropriées. - Pendant la période de retrait, on commence déjà à se préoccuper de l orientation de l enfant. Travailler avec l enfant et les parents à identifier les éléments qui font difficulté et les impliquer dans la résolution du problème. - Évaluer régulièrement la capacité à reprendre l enfant, le retour à la maison constitue la première priorité. Interpeller le chef de service ou le cadre de garde pour discuter de toutes les situations de retrait. À l étape EO, faire SSP- Retrait en collaboration avec celui-ci. Lui présenter un plan d action en lien avec l objectif de réunification familiale. Peut être interpellé pour participer à la décision de retrait à titre d appui clinique et de soutien à la décision. Interpeller le réviseur pour les cas AM pour discuter de toutes les situations de retrait. Faire le SSP- Retrait en collaboration avec celui-ci. Si l hébergement se fait en famille d accueil, communiquer avec lui pour lui transmettre toutes les informations pertinentes qui concernent le jeune et sa famille en lien avec la situation de retrait. Dans le cadre des objectifs d intervention ciblés : entrer en contact avec la ressource et lui communiquer toutes les informations pertinentes. Donner le support nécessaire à la ressource pour mieux intervenir et encadrer le jeune sous sa responsabilité. - S assurer que les parents sont en relation continue avec l enfant et la ressource qui l héberge (à moins de contre-indication). Accompagner l enfant dans le déplacement de son milieu de vie vers la ressource d hébergement. N.B. Il est à noter qu en LPJ, le retrait s effectue après un signalement retenu. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 10

15 DÉCISION ET APPLICATION DU RETRAIT D UN ENFANT (retrait en urgence et décision de maintien d un retrait provisoire) Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- OU URGENCE SOCIALE D HÉBERGEMENT GESTIONNAIRE - Dans toutes les situations, s assurer de recevoir toute l information pertinente concernant l enfant et sa famille. - S assurer que le SSP-Retrait est fait. - Collaborer à la prise de décision pour le retrait. - Dans les cas EO prendre la décision du retrait. - Assumer la coordination clinique. - Fournir soutien et encadrement à l intervenant. N.B. En dehors des heures régulières, le cadre de garde autorise la décision de retrait. Interpeller le conseiller clinique et à l accès pour actualiser la décision et pour la question relative à l accès au type de ressource requise. S assurer que le réviseur est interpellé pour effectuer le SSP-Retrait et prendre la décision. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 11

16 DÉCISION ET APPLICATION DU RETRAIT D UN ENFANT (retrait en urgence et décision de maintien d un retrait provisoire) Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- OU URGENCE SOCIALE D HÉBERGEMENT CONSEILLER CLINIQUE ET À L ACCÈS Dans les cas PJ connus et non connus : Si le retrait est statué; prendre la décision du type de ressource de réadaptation pour l hébergement. Dans les cas LSSSS : Statuer sur le retrait de l enfant de son milieu. Prendre la décision de la ressource d hébergement. Décider de la durée du retrait et du retour de l enfant dans son milieu. Dans toutes les situations, s assurer de recevoir toute l information pertinente concernant l enfant et sa famille pour assurer la relance. Dans les cas PJ : Informer du choix du type de la ressource. S il y a lieu, s associer avec le réviseur dans la discussion des situations. Faire les démarches auprès des ressources foyers de groupe et Informer l intervenantressources du retrait et centres du choix de la ressource réadaptation d hébergement. de pour l accueil d un enfant lors d un retrait. RÉVISEUR Dans toutes les situations à l AM, s assurer de recevoir toute l information pertinente concernant l enfant et sa famille. Statuer sur le retrait de l enfant de son milieu avec l aide du SSP-Retrait.. Prendre la décision entre une ressource de type familiale ou de réadaptation. S associer avec le chef de service dans la discussion des situations. Peut être interpellé pour participer à la décision de retrait à titre d appui clinique et de soutien à la décision. Décider ou recommander la durée du retrait et le retour de l enfant dans son milieu. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 12

17 DÉCISION ET APPLICATION DU RETRAIT D UN ENFANT (retrait en urgence et décision de maintien d un retrait provisoire) Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- OU URGENCE SOCIALE D HÉBERGEMENT ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES S il y a présence d un éducateur externe au suivi du jeune, au moment de retirer ce dernier de son milieu de vie, continuer d intervenir auprès de ce dernier si c est jugé pertinent. Collaborer au rétablissement de la situation qui fait conflit ou empêche la réunification. Continuer d intervenir auprès de ce dernier si c est jugé pertinent. Collaborer au rétablissement de la situation qui fait conflit ou empêche la réunification, si cela est approprié. Continuer d intervenir auprès de l usager si c est jugé pertinent. Collaborer avec la ressource au rétablissement de la situation qui fait conflit ou empêche la réunification. INTERVENANT- OU URGENCE SOCIALE Communiquer à l intervenant demandeur les coordonnées de la ressource. Lui donner les informations pertinentes en lien avec cette ressource. FA et RI : Rechercher la bonne ressource (pairage). Communiquer avec la ressource pour lui demander de recevoir un enfant dans une mesure de retrait. Lui fournir les informations pertinentes de nature à lui permettre de mieux accueillir et encadrer le jeune. Donner du support à la ressource pour s assurer qu elle a les moyens adéquats de bien répondre aux besoins de l enfant. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 13

18 DÉCISION ET APPLICATION DU RETRAIT D UN ENFANT (retrait en urgence et décision de maintien d un retrait provisoire) Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- OU URGENCE SOCIALE RESSOURCE D HÉBERGEMENT D HÉBERGEMENT S assurer de répondre aux besoins immédiats de l enfant. Collaborer avec les parents. Être en contact avec l intervenant et collaborer aux demandes qui lui sont transmises dans l objectif de mieux répondre aux besoins de l enfant. Fournir des éléments d observation de la situation. S inscrire comme collaborateur au plan d intervention. La ressource partage l information et reçoit du soutien dans le rétablissement de la situation qui fait conflit ou empêche la réunification. Discuter avec lui des modalités d hébergement. OUTILS CLINIQUES À UTILISER (aide à la décision) OUTILS CLINIQUES - Appui et soutien clinique (CJQ-IU) - Cadre de référence sur la LPJ et la LSSSS - Cadre de référence sur le retrait et le placement d un enfant (CJQ-IU) - Document sur la pratique professionnelle et les ressources de type familiale - Guide d accès aux services (CJQ-IU) - Liste à jour des RTF disponibles et leurs caractéristiques - Plan National de Formation - Politique d encadrement de la pratique professionnelle - Politique de continuité de services (CJQ-IU) - SIRTF - SSP (Évaluation et retrait d urgence) - Autres outils cliniques pertinents Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 14

19 Tableau 2 DÉCISION DE PLACEMENT D UN ENFANT

20

21 Cadre juridique applicable DÉCISION DE PLACEMENT D UN ENFANT À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Dans un contexte L.S.S.S.S., il n y a pas de spécificité juridique distinguant la décision de retrait de la décision du maintien du retrait et du placement. Voir cadre juridique applicable Étape 1 Orientation de l enfant Lorsque le directeur est d'avis que la sécurité ou le développement d'un enfant est compromis, il prend la situation de l'enfant en charge et décide de son orientation. À cette fin, le directeur propose l'application de mesures volontaires ou saisit le Tribunal de la situation. Le directeur de la protection de la jeunesse décide de l orientation de la situation de l enfant. Il propose l application de mesures volontaires ou saisit le Tribunal de la situation de l enfant. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 51 Prise en charge Le directeur, s'il l'estime à propos, informe la personne visée au premier alinéa de l'article 39 qui avait signalé la situation de l'enfant que celle-ci est prise en charge. 1977, c. 20, a. 51; 1981, c. 2, a. 12; 1984, c. 4, a. 27; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11; 1994, c. 35, a. 31. Refus des mesures Le directeur, lorsqu'il propose à l'enfant et à ses parents l'application de mesures volontaires, doit, avant de convenir d'une entente avec eux, les informer que l'enfant de 14 ans et plus et ses parents ont le droit de refuser l'application de mesures volontaires. Il doit cependant favoriser l'adhésion de l'enfant de moins de 14 ans à l'entente lorsque ses parents acceptent l'application de mesures volontaires. L enfant de 14 ans et plus ou ses parents ont le droit de refuser une entente sur mesures volontaire. Lorsque aucune entente n est intervenue dans les 10 jours suivant la proposition d orientation, le directeur doit saisir le Tribunal. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 52 Entente L'entente sur les mesures volontaires doit contenir les mesures les plus appropriées pour mettre fin à la situation qui compromet la sécurité ou le développement de l'enfant et pour éviter qu'elle ne se reproduise. Demande au Tribunal Le directeur doit saisir le Tribunal de la situation de l'enfant si aucune entente n'est intervenue dans les 10 jours et que la sécurité ou le développement de l'enfant demeure compromis. 1977, c. 20, a. 52; 1984, c. 4, a. 27; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11; 1994, c. 35, a. 32. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 17

22 Guide de pratique DÉCISION DE PLACEMENT D UN ENFANT Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- D HÉBERGEMENT INTERVENANT DE L USAGER Évaluer la situation ou compléter celle-ci suite à un retrait en référence aux étapes 1 à 4 du processus d accès (Guide d accès aux services). Rappeler que dans le processus de décision d un placement, ce sont les parents qui sont les premiers responsables de l enfant. Impliquer l enfant et les parents dans la préparation de l orientation qui s inscrit dans l objectif général visé par l intervention et qui jette les premières balises du plan d intervention. Expliquer le sens et la décision du placement. Inviter l enfant et les parents à participer au comité d étude et de décision de placement. Discuter avec lui de la pertinence et la justification du placement. Faire la demande pour la tenue d un comité d étude et de décision de placement. Préparer la documentation nécessaire pour le comité d étude et de décision de placement. Collecter toute l information nécessaire auprès des personnes concernées par la situation ou susceptibles de l être. S entendre avec l accès sur les personnes à inviter. Participer au comité d étude et de décision de placement. L inviter pour la rencontre du comité d étude et de décision de placement. L inviter pour la rencontre du comité d étude et de décision de placement si nécessaire. L inviter pour la rencontre du comité d étude et de décision de placement si nécessaire. Offrir du support à la ressource si besoin est. Recueillir et transmettre l information nécessaire. L inviter pour la rencontre du comité d étude et de décision de placement si nécessaire. GESTIONNAIRE S assurer de recevoir toute l information nécessaire et pertinente concernant l enfant et ses parents de manière à prendre une décision éclairée. Questionner le placement en réadaptation interne pour les jeunes de 17 ans et plus pour favoriser l expérimentation de périodes de réinsertion sous supervision avant leur majorité. Collecter toute l information nécessaire. Voir à l application des règles de l établissement en regard de l accès aux services. Faire les suivis nécessaires pour assurer la trajectoire continue de services en accord avec les règles internes de l établissement. S assurer aussi d offrir des mesures de support et d aide à la décision à son intervenant. Faire la demande pour la tenue d un comité d étude et de décision de placement. Participer au comité d étude et de décision de placement. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 18

23 DÉCISION DE PLACEMENT D UN ENFANT Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- D HÉBERGEMENT CONSEILLER CLINIQUE ET À L ACCÈS Prendre connaissance de la situation, s assurer de recevoir toute l information pertinente concernant l enfant et les parents. En LSSSS, traduire la décision à l enfant et ses parents. En collaboration avec celui-ci, déterminer les modalités, la composition, la plage horaire et les stratégies à utiliser pour la tenue du comité d étude et de décision de placement. Coordonner et animer le comité d étude et de décision de placement. RÉVISEUR Lorsqu il est concerné, s assurer de recevoir toute l information pertinente concernant l enfant et les parents de manière à prendre une décision éclairée en regard du placement. Est imputable de la décision de l orientation. Participer à la rencontre du comité d étude et de décision de placement. ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES S il y a présence d un éducateur externe, continuer d intervenir au besoin auprès de l enfant et des parents. Participer à la décision du placement, transmettre toute l information nécessaire et continuer d intervenir dans son champ d activités si c est approprié. Participer à la rencontre du comité d étude et de décision de placement s il y a lieu. Offrir du support à la ressource si besoin est. Recueillir et transmettre l information nécessaire. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 19

24 DÉCISION DE PLACEMENT D UN ENFANT Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- D HÉBERGEMENT INTERVENANT- Dans le cas d un jeune déjà hébergé, transmettre toute l information pertinente en vue de la décision de placement. Participer à la rencontre du comité d étude et de décision de placement s il y a lieu. Offrir du soutien à la ressource si besoin est. Recueillir et transmettre l information nécessaire. D HÉBERGEMENT Dans le cas d un jeune déjà hébergé, la ressource continue d intervenir auprès de l enfant et des parents. Transmettre les éléments d observation pertinents en vue de la décision de placement. Les ressources de réadaptation participent à la rencontre du comité d étude et de décision de placement s il y a lieu. OUTILS CLINIQUES À UTILISER (aide à la décision) OUTILS CLINIQUES - Appui et soutien clinique (CJQ-IU) - Cadre de référence sur la LPJ et LSSSS - Cadre de référence sur le retrait et le placement d un enfant (CJQ-IU) - Guide d orientation : La pratique professionnelle et la ressource de type familial (référence aux critères de jumelage) - Guide d accès aux services (CJQ-IU) - Liste à jour des RTF disponibles et leurs caractéristiques - Plan National de Formation - Politique de continuité de services (CJQ-IU) - SIRTF - Autres outils cliniques pertinents Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 20

25 Tableau 3 PRÉPARATION DES ACTEURS AU PLACEMENT D UN ENFANT

26

27 Cadre juridique applicable PRÉPARATION DES ACTEURS AU PLACEMENT D UN ENFANT À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Dans un contexte L.S.S.S.S., il n y a pas de spécificité juridique distinguant la décision de retrait de la décision du maintien du retrait. Se référer à la section 1 : Décision et application du retrait en urgence. Article 47 Consultation sur les mesures d urgence. L'enfant doit être consulté sur l'application des mesures d'urgence; ses parents doivent l'être également dans toute la mesure du possible. Opposition Si les parents ou l'enfant s'opposent à l'application des mesures d'urgence, le directeur peut les y contraindre. Il doit toutefois soumettre le cas au Tribunal dans les plus brefs délais. Le directeur ne peut jamais appliquer des mesures d'urgence pendant plus de 24 heures, sans obtenir une ordonnance du Tribunal qui en constate la nécessité. Une telle ordonnance peut être rendue par le greffier lorsque le juge est absent ou empêché d'agir et qu'un retard risquerait de causer un préjudice sérieux à l'enfant. La décision du Tribunal ou du greffier ne peut avoir d'effet pour une durée supérieure à cinq jours ouvrables. Lorsque les parents ou l enfant s opposent au maintien du retrait provisoire, le directeur doit saisir le Tribunal. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Articles 47, 74, 74.1 Prolongation de l'application des mesures d'urgence Lorsque le délai de 24 heures se termine un samedi ou un jour non juridique, que le juge et le greffier sont absents ou empêchés d'agir et que leur interruption risque de causer un préjudice sérieux à l'enfant, le directeur peut, sans ordonnance, prolonger l'application des mesures d'urgence qui se terminent alors le premier jour juridique qui suit. 1977, c. 20, a. 47; 1979, c. 42, a. 12; 1984, c. 4, a. 23; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11; 1994, c. 35, a. 27; 1999, c. 40, a Article 74 Mesure d urgence Le directeur saisit le Tribunal relativement à l'application d'une mesure d'urgence lorsque les parents ou l'enfant s'y opposent. 1977, c. 20, a. 74; 1979, c. 42, a. 14; 1981, c. 2, a. 18; 1984, c. 4, a. 38; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 23

28 À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Lorsque les parents ou l enfant s opposent au maintien du retrait provisoire, le directeur doit saisir le Tribunal. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Articles 47, 74, 74.1 Article 74.1 Sécurité ou développement compromis Le directeur ou la Commission peut saisir le Tribunal du cas d'un enfant dont la sécurité ou le développement est considéré comme compromis. SUITE Droits lésés La Commission peut également saisir le Tribunal de toute situation où elle a raison de croire que les droits de l'enfant ont été lésés par des personnes, des organismes ou des établissements. 1981, c. 2, a. 18; 1984, c. 4, a. 38; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11, a. 12. Le Tribunal peut rendre une ordonnance, pendant l instance, de l une ou l autre mesure applicable. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 76.1 Ordonnance pendant l instance Le Tribunal peut, s'il l'estime nécessaire pour la sécurité ou le développement de l'enfant, rendre toute ordonnance pour l'exécution, pendant l'instance, de l'une ou de plusieurs des mesures applicables en vertu de l'article 91. Révision de la décision Le Tribunal peut, à tout moment, réviser cette décision. 1981, c. 2, a. 19; 1984, c. 4, a. 39; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11. Le Tribunal peut ordonner l hébergement obligatoire provisoire de l enfant s il y a risque de tort sérieux pour une période de trente jours qui peut être prolongée d un autre trente jours. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 79 Hébergement obligatoire provisoire En application de l'article 76.1, le Tribunal ordonne l'hébergement obligatoire provisoire de l'enfant par une famille d'accueil ou un établissement qui exploite un centre de réadaptation si, après étude de la situation, il en vient à la conclusion que le maintien ou le retour de l'enfant chez ses parents ou à son lieu de résidence, risque de lui causer un tort sérieux. Avis aux parents Le Tribunal avise sans délai les parents de l'enfant qui fait l'objet d'une mesure prise en vertu du présent article. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 24

29 À RETENIR PIÈCE LÉGISLATIVE ARTICLE(S) LIBELLÉ DES ARTICLES CONCERNÉS Le Tribunal peut ordonner l hébergement obligatoire provisoire de l enfant s il y a risque de tort sérieux pour une période de trente jours qui peut être prolongée d un autre trente jours. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 79 Hébergement obligatoire provisoire Une mesure d'hébergement obligatoire provisoire ne peut excéder 30 jours. Cependant, si les faits le justifient, le Tribunal peut ordonner une seule prolongation pour une période d'au plus trente jours. 1977, c. 20, a. 79; 1981, c. 2, a. 20; 1984, c. 4, a. 40; 1988, c. 21, a. 119; 1989, c. 53, a. 11; 1992, c. 21, a. 236; 1994, c. 35, a. 48. SUITE Avis aux parties intéressées Si le directeur constate que la sécurité ou le développement de l'enfant n'est pas compromis, il doit en informer l'enfant et ses parents et en faire part à la personne qui avait signalé la situation. Si la sécurité ou le développement de l enfant ne sont plus compromis, le directeur doit informer l enfant et les parents des ressources disponibles pouvant leur venir en aide. Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. c. P-34) L.P.J. Article 50 Ressources disponibles Le directeur doit, en outre, informer l'enfant et ses parents des services et des ressources disponibles dans leur milieu ainsi que des modalités d'accès à ces services et à ces ressources. Il peut, s'ils y consentent, les diriger vers les établissements, les organismes ou les personnes les plus aptes à leur venir en aide. À cette fin, il peut, le cas échéant, les conseiller sur le choix des personnes ou des organismes pouvant les accompagner et les assister dans leur démarche. 1977, c. 20, a. 50; 1994, c. 35, a. 30. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 25

30 Guide de pratique PRÉPARATION DES ACTEURS AU PLACEMENT D UN ENFANT Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- D HÉBERGEMENT INTERVENANT DE L USAGER La préparation se réalise en fonction du développement et des caractéristiques de l enfant (module 104 du PNF). Préparer l enfant et la famille en fonction de l âge de ce dernier. Convenir avec les parents des contacts et liens à maintenir avec l enfant et son milieu. Informer sur le rôle de la ressource. Clarifier les attentes mutuelles face aux résultats à atteindre lors du placement. Informer l enfant et les parents de leurs droits, devoirs et responsabilités (confidentialité, contacts, être entendu, être impliqué, le processus de plainte, etc.). Explorer avec eux les impacts prévisibles (vie familiale, affective, sociale, scolaire,) pour envisager les attitudes à adopter. Examiner avec l enfant et ses parents le milieu le plus adéquat en fonction des besoins et des ressources disponibles à l intérieur du cadre préétabli. Convenir du moment et du déroulement des visites pré-placement dans la ressource identifiée. Accompagner l enfant et ses parents dans les visites et dans les déplacements. Soutenir l enfant et ses parents lors des visites pré-placement et après celles-ci, permettre l expression du vécu et l impression sur le choix de la ressource. Planifier une rencontre pour l élaboration du plan d intervention. Rendre compte des démarches actualisées et en cours. Rendre compte de l examen fait avec les parents et l enfant du milieu le plus adéquat en fonction des besoins et des ressources disponibles. S il est déjà au suivi de l enfant : Travailler de concert, en complémentarité et cohérence avec ce dernier. S il est porteur de la demande : Échanger sur les besoins, les caractéristiques, les intérêts et les aspects légaux de la situation du jeune et des parents. Planifier le moment des visites pré-placement du jeune et des parents dans la ressource. Expliquer l objectif visé par le placement et la durée prévue. Prévoir avec la ressource d accueil le moment et les activités des visites préplacement en fonction de l âge de l enfant, ainsi que des besoins et caractéristiques de l enfant et de ses parents. Remettre à la ressource un rapport contenant les informations essentielles de la situation de l enfant, les données personnalisées, les contacts prévus avec les parents ou autres personnes, le scolaire, l état de santé, ses incapacités et les soins en cours et les intervenants à rejoindre en cas d urgence. Suite aux visites pré-placement, permettre l expression du vécu et recueillir le point de vue de la ressource. Planifier la rencontre pour l élaboration du plan d intervention. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 26

31 PRÉPARATION DES ACTEURS AU PLACEMENT D UN ENFANT Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- D HÉBERGEMENT GESTIONNAIRE Encadrer et supporter dans le processus du placement. S assurer que le processus de préparation au placement se réalise dans les meilleures pratiques et selon nos engagements envers l enfant, les parents et les ressources impliquées et identifiées. Encadrer et supporter dans le processus du placement. S assurer que le processus de préparation au placement se réalise dans les meilleures pratiques et selon nos engagements envers l enfant, les parents et les ressources impliquées et identifiées. CONSEILLER CLINIQUE ET À L ACCÈS Confirmer la place disponible et le moment d intégration dans les ressources de réadaptation. Interpeller celui-ci pour vérifier et confirmer la disponibilité des places dans les ressources de type familial. Vérifier et confirmer la disponibilité des places dans les ressources de réadaptation. RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES S il y a lieu, supporter les parents et l enfant dans la démarche du placement. Échanger sur les besoins, caractéristiques et intérêts de l enfant et de ses parents. Apporter sa contribution si nécessaire à la réalisation et au retour des visites préplacement. Partager l information pour favoriser un meilleur pairage. Apporter sa contribution si nécessaire à la réalisation et au retour des visites pré-placement. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 27

32 PRÉPARATION DES ACTEURS AU PLACEMENT D UN ENFANT Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- D HÉBERGEMENT Dans l activité de jumelage, présenter l information concernant les besoins et les caractéristiques de l enfant et sa famille. Identifier la ressource. S assurer de recevoir de l information suffisante pour procéder au jumelage. Convenir des visites préplacement. Supporter la ressource dans le choix d activités en visites préplacement. INTERVENANT- Assurer un jumelage adéquat. Discuter des jumelages possibles pour décision. Mettre l intervenant en contact avec la ressource disponible. Convenir du moment du placement dans la ressource d accueil choisie le cas échéant. Rester en contact avec l intervenant de l enfant. Permettre, après les visites préplacement, l expression du vécu, recueillir le point de vue de la ressource et ses intentions de recevoir l enfant. Le placement décidé dans cette ressource : Convenir du moment du placement. Prévoir un moment pour établir le plan de soutien de la ressource. Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 28

33 PRÉPARATION DES ACTEURS AU PLACEMENT D UN ENFANT Acteurs Cibles ENFANT ET PARENTS INTERVENANT DE L USAGER GESTIONNAIRE CONSEILLER CLINIQUE / ACCÈS RÉVISEUR ÉDUCATEUR EN SERVICES EXTERNES INTERVENANT- D HÉBERGEMENT D HÉBERGEMENT Accueillir l enfant et les parents et les aider à exprimer leurs questions sur la ressource. Présenter la ressource d accueil, les règles, politiques, le fonctionnement et les services du milieu. Exprimer ses propres attentes. Faire visiter les lieux. Faire valoir l importance de l implication parentale. S il y a lieu, collaborer à la préparation de l enfant et ses parents au placement. Prévoir les activités d accueil, le déroulement et le moment des visites pré-placement. Collaborer au retour sur les visites pré-placement. Exprimer ses besoins et attentes face au placement éventuel. Donner leur accord au jumelage. Exprimer leurs besoins et attentes face au placement éventuel. OUTILS CLINIQUES À UTILISER (aide à la décision) OUTILS CLINIQUES - Appui et soutien clinique (CJQ-IU) - Cadre de référence sur le retrait et le placement d un enfant (CJQ-IU) - Guide d orientation : La pratique professionnelle et la ressource de type familial (référence aux critères de jumelage) - Plan National de Formation - Politique d encadrement de la pratique professionnelle (CJQ-IU) - Politique de continuité de services (CJQ-IU) - Autres outils cliniques pertinents Guide de pratique sur le retrait et le placement d un enfant page 29

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

LA LOI ET VOS DROITS. La loi sur la santé et les services sociaux. Autisme Québec

LA LOI ET VOS DROITS. La loi sur la santé et les services sociaux. Autisme Québec LA LOI ET VOS DROITS La loi sur la santé et les services sociaux Quels sont mes droits dans le réseau de la santé et des services sociaux? Que puis-je demander? «La nature crée des différences, la société

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ PAR MADAME DOMINIQUE VIEN MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX SERVICES SOCIAUX LE 12 MAI 2011

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ PAR MADAME DOMINIQUE VIEN MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX SERVICES SOCIAUX LE 12 MAI 2011 TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI N O 16 Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière de santé et de services sociaux afin notamment de resserrer le processus de certification des résidences

Plus en détail

Rôle de la RSG. Responsabilités de la RSG. Gestion administrative : Qualité service : - sécurité. Service client :

Rôle de la RSG. Responsabilités de la RSG. Gestion administrative : Qualité service : - sécurité. Service client : Rôle de la RSG La responsable d un service de garde en milieu familial est une travailleuse autonome, c'est-à-dire qu'elle est propriétaire de son service de garde, de plus au sens de la Loi elle est une

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION

TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION Nous présentons ici un tableau synthèse des objectifs poursuivis et des recommandations faites.

Plus en détail

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE SOUS LA SUPERVISION DU SERVICE DES JEUNES ET DES FAMILLES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

Projet de loi n o 125 (2006, chapitre 34) Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 125 (2006, chapitre 34) Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d autres dispositions législatives DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 125 (2006, chapitre 34) Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d autres dispositions législatives Présenté le 20 octobre

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL (RH-P-02) ADOPTION : CC 9610-1200 MISE EN VIGUEUR : 1 er octobre 1996 AMENDEMENT : Septembre 2000 1. ÉNONCÉ Le présent programme s'inscrit dans les orientations

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Loi sur la protection. de la jeunesse

Loi sur la protection. de la jeunesse Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q., chapitre P-34.1) Le présent document répond à des besoins pratiques. Le texte officiel de

Plus en détail

Activité réservée 3.6.5

Activité réservée 3.6.5 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines : la personne au premier plan Évaluer une personne dans le cadre d une décision du Directeur de la protection de la

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement Règlement de Fonctionnement Service Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs Le règlement de fonctionnement est établi conformément aux dispositions du décret N 2008-1504 du 30 décembre 2008.

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1 CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1 Composition Art. 213 LSSSS Un conseil des médecins, dentistes et pharmaciens est institué pour chaque établissement

Plus en détail

Politique et procédures inter-centre jeunesse

Politique et procédures inter-centre jeunesse Politique et procédures inter-centre jeunesse 17 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 1 OBJECTIFS DE LA POLITIQUE ET DES PROCÉDURES INTER-CENTRE JEUNESSE 3 COMITÉ DE SUIVI DE LA POLITIQUE ET DES PROCÉDURES

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er septembre 2012 Ce document a valeur officielle. Règlement sur la contribution réduite

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er septembre 2012 Ce document a valeur officielle. Règlement sur la contribution réduite Éditeur officiel du Québec À jour au 1er septembre 2012 Ce document a valeur officielle. c. S-4.1.1, r. 1 Règlement sur la contribution réduite Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance (L.R.Q.,

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale RÉPUBLIQUE FRANÇAISE NOR : [ ] AVANT-PROJET DE LOI Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale L article 372-2 du code civil

Plus en détail

POLITIQUE D INCLUSIO N DES

POLITIQUE D INCLUSIO N DES C E N T R E D E L A P E T I T E E N F A N C E L E S B O U R G E O N S - S O L E I L POLITIQUE D INCLUSIO N DES ENFANTS AYA NT DES BE SOINS PARTICULIERS É LA BORÉ PAR M ARIE JOSÉE LE LIÈVRE E T SOPHIE LE

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

Dépôt légal. Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014 Bibliothèque et Archives Canada, 2014. ISBN : 978-2-89547-217-9 (Version imprimée)

Dépôt légal. Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014 Bibliothèque et Archives Canada, 2014. ISBN : 978-2-89547-217-9 (Version imprimée) Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014 Bibliothèque et Archives Canada, 2014 ISBN : 978-2-89547-217-9 (Version imprimée) ISBN 978-2-89547-218-6 (PDF) Toute reproduction totale

Plus en détail

EMPLOYÉS / STAGIAIRES GUIDE DE PRATIQUE. Évaluation, orientation et traitement en protection de la jeunesse

EMPLOYÉS / STAGIAIRES GUIDE DE PRATIQUE. Évaluation, orientation et traitement en protection de la jeunesse EMPLOYÉS / STAGIAIRES GUIDE DE PRATIQUE Évaluation, orientation et traitement en protection de la jeunesse Août 2008 Table des matières Table des matières... i Liste des formulaires... v Liste des annexes...

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION CONSEILLERS & DIRECTEURS AJ - EQUIPES SOS ENFANTS PROTOCOLE

Plus en détail

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant RÈGLEMENT 32 Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec concernant La procédure d examen des plaintes des usagers Règlement adopté par le conseil d administration,

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Une première édition de cette Politique a été diffusée en 2010. La présente version en est une adaptation, revue et corrigée en décembre 2014.

Une première édition de cette Politique a été diffusée en 2010. La présente version en est une adaptation, revue et corrigée en décembre 2014. Politique générique du RUIS de l UdeM Encadrant les activités de télésanté effectuées Par les professionnels de la santé et le personnel de l établissement Une première édition de cette Politique a été

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Édition Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction de l organisation des services,

Plus en détail

Le conseil d'établissement comprend au plus 20 membres et il est composé des personnes suivantes:

Le conseil d'établissement comprend au plus 20 membres et il est composé des personnes suivantes: CONSEIL D'ÉTABLISSEMENT 1. Composition 42. Est institué, dans chaque école, un conseil d'établissement. Le conseil d'établissement comprend au plus 20 membres et il est composé des personnes suivantes:

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, DES RESSOURCES HUMAINES ET

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS Note au lecteur : le premier document concernant les droits et responsabilités des patients a été adopté par le Conseil d administration

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Liste des recommandations du rapport annuel 2009-2010 ADMINISTRATION PUBLIQUE COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES DE RETRAITE ET D ASSURANCES CONSIDÉRANT QUE les citoyens sont

Plus en détail

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE Direction de la gestion des espaces et des services auxiliaires CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE 1. OBJECTIF Le présent cadre de gestion a pour objet de définir des règles minimales

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION

INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION FICHE TECHNIQUE #38 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION L efficacité en prévention passe inévitablement par l implication et la concertation

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION SCECR-DIR-07-01 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Conseillère-cadre à l évaluation, aux communications et à la recherche

Plus en détail

GESTION DU PLAN D INTERVENTION

GESTION DU PLAN D INTERVENTION GESTION DU PLAN D INTERVENTION 1. ENCADREMENTS LÉGAUX ET CADRES DE RÉFÉRENCE - Loi sur l instruction publique (LIP) - Une école adaptée à tous ses élèves : Politique de l adaptation scolaire (MELS) - Organisation

Plus en détail

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE SECTION 5.3: LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL POLITIQUE INSTITUTIONNELLE RELATIVE À LA SANTÉ ET LA PAGE: 1 CHAPITRE: V Adoptée : CAD-7600 (26 08 03) ÉNONCÉ Assurer à la

Plus en détail

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT INSTITUT DE TECHNOLOGIE AGROALIMENTAIRE Campus de La Pocatière Campus de Saint-Hyacinthe DIRECTION GÉNÉRALE 5 FÉVRIER

Plus en détail

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Mars 2011 Table des matières Présentation du milieu 3 But de la politique d inclusion 3 Définition de la clientèle 3 Objectifs spécifiques

Plus en détail

Le Comité d identification, de placement et de révision (CIPR)

Le Comité d identification, de placement et de révision (CIPR) Le Comité d identification, de placement et de révision (CIPR) IMPORTANT : LIRE AUSSI LE MODULE : PRÉPARATION AU CIPR Objectifs Connaître le processus complet pour identifier les élèves en difficulté d

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil général de la Banque centrale européenne (1er septembre 1998)

Règlement intérieur du conseil général de la Banque centrale européenne (1er septembre 1998) Règlement intérieur du conseil général de la Banque centrale européenne (1er septembre 1998) Légende: Règlement intérieur du Conseil général de la Banque centrale européenne, adopté le 1er septembre 1998.

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes 1 L école face aux conflits parentaux 2 La coéducation : une complémentarité entre l école et les familles En entrant à l école, l enfant devient un élève ; son père et sa mère deviennent des parents d

Plus en détail

NORMES ET RÈGLES RELATIVES À L ÉVALUATION DE L APPRENTISSAGE ÉTUDIANT DU DÉPARTEMENT DE PHILOSOPHIE Juin 2002 (modifications février 2007)

NORMES ET RÈGLES RELATIVES À L ÉVALUATION DE L APPRENTISSAGE ÉTUDIANT DU DÉPARTEMENT DE PHILOSOPHIE Juin 2002 (modifications février 2007) Politique d évaluation des apprentissages en philosophie NORMES ET RÈGLES RELATIVES À L ÉVALUATION DE L APPRENTISSAGE ÉTUDIANT DU DÉPARTEMENT DE PHILOSOPHIE Juin 2002 (modifications février 2007) Le plan

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE)

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le retrait préventif Pour appuyer vos démarches visant à obtenir un retrait préventif, un congé de maternité ou les prestations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D ARBITRAGE DES COMPTES DES MEMBRES DE L ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC SECTION I CONCILIATION Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 88; 1994,

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE POUR ÉLABORER DES PROJETS CLIINIIQUES EN TENANT COMPTE DES BESOIINS ET DES PARTIICULARIITÉS DES PERSONNES D EXPRESSIION ANGLAIISE ET DU CADRE LÉGIISLATIIF EN PLACE L AIDE-MÉMOIRE SECRÉTARIAT À L ACCÈS

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

Paiement et modalités

Paiement et modalités Paiement et modalités Utilisateurs de machine à affranchir En vigueur Le 11 janvier 2016 MC Marque de commerce de la Société canadienne des postes. MO Marque officielle de la Société canadienne des postes.

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1362-00-10 Nombre de pages : 6 Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Adoptée par le Conseil

Plus en détail

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire.

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire. Loi sur la santé et la sécurité du travail soyez plus sécuritaires soyez plus productifs INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Information à l intention de l employeur, du maître d œuvre et du travailleur

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE ET DU GESTIONNAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE ET DU GESTIONNAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE ET DU GESTIONNAIRE PROGRAMME POUR UNE MATERNITÉ SANS DANGER SERVICE DE SANTÉ DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL ET DES RESSOURCES

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) Titre : Responsable de l'application : Santé et sécurité du travail Direction des services des ressources humaines Adoption : 23 mars 1998 (98-03-23-05) Entrée

Plus en détail

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 )

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 ) AJ2011-04 Émis le 2011-06-02 AU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION AU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU DIRECTEUR DES SERVICES FINANCIERS AU RESPONSABLE DU PROGRAMME PALV AU RESPONSABLE DU PROGRAMME SOINS À DOMICILE

Plus en détail

Direction réseau personne perte d autonomie

Direction réseau personne perte d autonomie Mai 2012 Véronique Fortin, Arh CSSS du Suroît CLSC Salaberry-de-Valleyfield Direction réseau personne perte d autonomie Suivi préventif dans le cadre d une relocalisation en résidence privée pour personnes

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail