L IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION PRÉSENTÉ PAR : JOHN F. HUGHES GESTION SÉCURITESS INC.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION PRÉSENTÉ PAR : JOHN F. HUGHES GESTION SÉCURITESS INC."

Transcription

1 ATELIER SANTÉ-SÉCURITÉ L IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION PRÉSENTÉ PAR : JOHN F. HUGHES GESTION SÉCURITESS INC.

2 Objectifs de la présentation Identifier l enjeu stratégique de la planification ; Proposer un outil pour faciliter la planification basée sur un système éprouvé.

3 ENJEUX STRATÉGIQUES QUEL RÔLE JOUE LA PLANIFICATION DANS L EXÉCUTION DES TRAVAUX?

4 AMÉLIORE L EFFICACITÉ Réduit les reprises de travail Meilleure compréhension des attentes Identification des critères de qualité requise Réduis les pertes de temps Meilleure organisation des tâches Meilleure planification des permis Une fois la planification effectuée, il sera plus facile de déterminer si les objectifs fixés sont réalisés, dépassés ou en cours d achèvement.

5 AMÉLIORE L EFFICACITÉ (Suite) Définir les conditions existantes Production Projet La planification générale des travaux : Livrables Nature des travaux (Canalisation de gaz, égouts, aqueduc, pipeline...) Critères de qualité

6 IDENTIFICATION DES ÉTAPES DE RÉALISATION Entre autres Obtention des permis; Plans de localisation avant la perturbation des sols; Achats des matériaux et équipements; Travaux civils; Emplacement des infrastructures; Fondations; Érection de structures; Revêtement; Installation des équipements; Mise en service.

7 IDENTIFICATION DES RISQUES POTENTIELS Impact socio-économique; Impact sur la sécurité des travailleurs (lors de la construction et de l exploitation); Impact sur l environnement;

8 SUGGESTION D APPROCHE DE PLANIFICATION SI VOUS DEVIEZ PLANIFIER UNE ACTIVITÉ DANS UNE COURTE PÉRIODE DE TEMPS, COMMENT VOUS PRENDRIEZ-VOUS?

9 NOUS PROPOSONS UNE APPROCHE UTILISÉE PAR CERTAINS SERVICES D URGENCE Police Pompiers Sécurité Civile Décisions doivent être prises rapidement Déploiement des ressources existantes et identification des besoins stratégiques

10 NOUS PROPOSONS UNE VERSION LÉGÈREMENT MODIFIÉE S.M.E.A.C. Situation Mission Exécution et Évaluation des dangers potentiels Administration et logistiques Coordination et contrôle Nous allons décrire chacun de ces thèmes

11 SITUATION Description : du contexte de départ; des lieux; du procédé Contexte géographique et économique; Considérations politiques; Considérations particulières

12 MISSION Objectif général Procédé d assemblage Objectif spécifique Projet livrable Conditions de succès Attentes anticipées Échéanciers

13 EXÉCUTION ET ÉVALUATION DES DANGERS Dans cette épate, il s agit d identifier les actions ou tâches pour effectuer les travaux; Les énumérer comme si vous voyez la réalisation du projet; Maintenir la mire sur la mission et tenir compte des points discutés dans la situation; La planification que vous allez faire est évolutive, surtout si les travaux sont réalisés pour la première fois.

14 EXÉCUTION ET ÉVALUATION DES DANGERS (à titre d exemple) EXÉCUTION Obtention des permis; Plans de localisation avant la perturbation des sols ; Achats des matériaux et équipements ; ÉVALUATION DES DANGERS Conflits avec d autres travaux ; Interruption de services, déversement, explosion, etc. Matériaux incompatibles perte de temps, dangers reliés aux matériaux ; Travaux civils ; Installation des infrastructures ; Déplacement d équipement, Tranchées, excavation, risques d éboulement ; Travail en espace clos, fuites, bris de conduit, mise à la terre manquante ; Contamination du sol;

15 EXÉCUTION ET ÉVALUATION DES DANGERS (à titre d exemple) EXÉCUTION Fondations ; Érection de structures ; Revêtement ; Installation des équipements ; Mise en service. ÉVALUATION DES DANGERS Stabilité de la fondation ; Stabilité de la structure, manutention de charge, grues ; Manutention du matériel, Travail en hauteur ; Manutention de charges ; Exposition aux sources d énergie à potentiel dangereux.

16 ADMINISTRATION ET LOGISTIQUE Quelles sont les ressources humaines et matérielles dont vous allez avoir besoin? Préparation de la documentation pour soumissions; Évaluation des soumissionnaires; Étapes de déploiement Qui débute? Quels sont les travaux prioritaires du départ? Quelles tâches peuvent se faire simultanément? Lorsqu un entrepreneur débute les travaux, peut-il enchaîner sans entraver la séquence d avancement des travaux?

17 ADMINISTRATION ET LOGISTIQUE (suite) Programme de prévention (Santé, sécurité) ; Transport pour personnel au site ; Hébergement et nourriture ; Installations sanitaires ; Disponibilité des services de santé ; Poste/clinique de premiers soins ; Ravitaillement et maintenance des équipements ; Trousse pour déversement et récupération ; Déchets domestiques et produits contaminés.

18 ADMINISTRATION ET LOGISTIQUE (suite) Moyens de communication (radios, téléphones, internet, etc.); Procédures en cas d urgence et le rétablissement des opérations; Procédures et mesures de mise en service; Cette étape doit tenir compte de la chronologie du déploiement (quand les services sont requis, temps pour la mise en place); Coûts associés à ces activités et disponibilité des fonds.

19 COORDINATION ET COMMUNICATIONS Maître d œuvre clairement identifié (ou responsable désigné) Propriétaire d usine pour procédé Selon la «Loi sur la Santé et la sécurité du travail» et le «Code de sécurité pour les chantiers de construction» pour les chantiers

20 COORDINATION ET COMMUNICATIONS (suite) Rencontres de coordination et avancement des travaux; Rencontres de production; Comités de santé sécurité/comité de chantier (selon les exigences légales); Rencontres début de quart de travail Aviser les travailleurs sur les dangers potentiels et moyens de protection Participation des travailleurs (selon la Loi sur la Santé et la sécurité du travail)

21 COORDINATION ET COMMUNICATIONS (suite) Rapport aux propriétaires/actionnaires sur : l avancement des travaux et les échéanciers les mesures en place pour assurer la sécurité des travailleurs, de l entreprise et du public (selon la nature des travaux) et leurs résultats Communications des changements de mandat à tous les niveaux Rapport sur les mises en service/vérification de la qualité

22 CONCLUSION Cette présentation ne visait que de donner un bref aperçu de l importance la planification pour la réalisation des travaux. Le contenu vise l importance stratégique, ainsi que l importance de l implication des travailleurs dans la planification. Une vision claire de ce que vous voulez réaliser est un élément essentiel au leadership pour sa réalisation.

23 CONCLUSION Décrire vos attentes, vos exigences en matière de santé et de sécurité du travail et impliquer vos travailleurs sont des ingrédients essentiels à la réussite de tout travail. Les travailleurs ont une bonne expérience sur les façons d exécuter les travaux de façon sécuritaire.

24 MERCI QUESTIONS? JOHN F. HUGHES PRÉSIDENT ET CONSEILLER PRINCIPAL GESTION SÉCURITESS INC

Conception du maintien de la circulation pour les travaux d infrastructures en milieu urbain

Conception du maintien de la circulation pour les travaux d infrastructures en milieu urbain Conception du maintien de la circulation pour les travaux d infrastructures en milieu urbain Mihai Butta, décembre 2014 Plan de la présentation Mot de bienvenue et présentation du conférencier Sujets abordés

Plus en détail

Défis et leçons apprises concernant le projet d assainissement de la mine Tundra vers

Défis et leçons apprises concernant le projet d assainissement de la mine Tundra vers Défis et leçons apprises concernant le projet d assainissement de la mine Tundra vers 2014-2015 27 avril 2016 Aperçu!Introduction au site de la mine Tundra Aperçu du projet d assainissement de la mine

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES QUALIFICATION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRENEURS DE CONSTRUCTION PROFIL DE COMPÉTENCES 13.1 - Entrepreneur en protection contre la foudre DES MODIFICATIONS AU CONTENU PEUVENT ÊTRE APPORTÉES EN TOUT TEMPS

Plus en détail

SINISTRALITE BTP. secteur de la construction en France. 8 % des salariés

SINISTRALITE BTP. secteur de la construction en France. 8 % des salariés SINISTRALITE BTP secteur de la construction en France 8 % des salariés 18 % des AT avec arrêt 21 % des AT avec Incapacité Permanente (IP) 29 % des AT mortels Nombreuses MP (Maladies Professionnelles) -

Plus en détail

La gestion des matières dangereuses et résiduelles

La gestion des matières dangereuses et résiduelles La gestion des matières dangereuses et résiduelles 2015 Manuel de référence Avril 2011 Page 1 Réalisation : Pascal Gagnon, conseiller à l APSAM Esther Thibault, conseillère à l APSSAP Le générique masculin

Plus en détail

UNE OBLIGATION, UN SERVICE

UNE OBLIGATION, UN SERVICE UNE OBLIGATION, UN SERVICE Le coordonnateur de sécurité et de protection de la santé (SPS) garantit au maître d ouvrage, à travers sa mission : une opération réalisée en toute sécurité, et une maintenance

Plus en détail

Planification stratégique et opérationnelle

Planification stratégique et opérationnelle Planification stratégique et opérationnelle Olivier PERRIN Directeur du développement NOTRE SOCIETE Organisme de formation professionnelle dans les domaines du transport, de la logistique et de la sécurité.

Plus en détail

LA NORME ISO 9001 : 2008, UN OUTIL DE GESTION

LA NORME ISO 9001 : 2008, UN OUTIL DE GESTION LA NORME ISO 9001 : 2008, UN OUTIL DE GESTION DANIEL OBLED Daniel Obled http://quali-conseil.com Quali-Conseil Inc 1 /20 ISO 9000? Daniel Obled http://quali-conseil.com Quali-Conseil Inc 2 /20 TABLE DES

Plus en détail

Prévention des dommages aux infrastructures souterraines

Prévention des dommages aux infrastructures souterraines Prévention des dommages aux infrastructures souterraines Gérant et gestionnaire de projet Aide-mémoire en excavation La prévention des dommages, c est la responsabilité de tous! Vous êtes gérant ou gestionnaire

Plus en détail

DESCRIPTION D EMPLOI INFORMATION GÉNÉRALE. Analyste d affaires senior PRÉPARÉ PAR CONTRÔLE DE VERSION POSITION. Department.

DESCRIPTION D EMPLOI INFORMATION GÉNÉRALE. Analyste d affaires senior PRÉPARÉ PAR CONTRÔLE DE VERSION POSITION. Department. INFORMATION GÉNÉRALE POSITION Analyste d affaires senior Department TI Effectif Position Permanent PRÉPARÉ PAR Propriétaire du document Date de préparation HR 204.01.3 4 mars 2014 CONTRÔLE DE VERSION Version

Plus en détail

Description de l expérience de travail Manœuvre en construction

Description de l expérience de travail Manœuvre en construction Description de l expérience de travail Manœuvre en construction Renseignements personnels (Veuillez écrire en caractères d imprimerie.) Prénom Initiale du second prénom Nom de famille Date de naissance

Plus en détail

CONFERENCE SÉCURITÉ SUR LES CHANTIERS. 20 juin 2014 Lyon

CONFERENCE SÉCURITÉ SUR LES CHANTIERS. 20 juin 2014 Lyon CONFERENCE SÉCURITÉ SUR LES CHANTIERS Lyon AFTES : Association Française des Tunnels et de l Espace Souterrain 15, rue de la Fontaine au Roi 75011 PARIS France http://www.aftes.asso.fr 1 ESPACE ETUDES

Plus en détail

Programme de formation d assistant en environnement et d initiation à la vie professionnelle

Programme de formation d assistant en environnement et d initiation à la vie professionnelle Programme de formation d assistant en environnement et d initiation à la vie professionnelle Produisant des avantages à plus long terme pour des communautés isolées Le 4 juin 2015 Aperçu u Introduction

Plus en détail

Du génie Des gens Des résultats. Guide pour la sélection des services de génie-conseil

Du génie Des gens Des résultats. Guide pour la sélection des services de génie-conseil Du génie Des gens Des résultats Guide pour la sélection des services de génie-conseil Du génie Des gens Des résultats Guide pour la sélection des services de génie-conseil Table des matières 1. INTRODUCTION..............................................................

Plus en détail

Norme ISO VERSION 2015

Norme ISO VERSION 2015 Norme ISO 14001 VERSION 2015 SYSTÈMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Exigences et lignes directrices pour son utilisation ENVIRONMENTAL MANAGEMENT SYSTEMS 1 Master 2 ICMS - Christian Virmaux LE SOMMAIRE

Plus en détail

POLITIQUE DE TRAVAIL SÉCURITAIRE

POLITIQUE DE TRAVAIL SÉCURITAIRE Objectif La présente politique établit les règles qui devront s appliquer lors de travaux de tranchée et d excavation afin de prévenir un événement accidentel. Champs d application La présente politique

Plus en détail

Le virage vert de la Société immobilière du Québec

Le virage vert de la Société immobilière du Québec Le virage vert de la Société immobilière du Québec La SIQ en bref Société d état créée en 1984 Notre mission: «Loger les ministères et organismes au meilleur rapport qualité / prix» 600 cadres, professionnels,

Plus en détail

Intégration de la problématique «branchements» dans la Charte qualité

Intégration de la problématique «branchements» dans la Charte qualité Intégration de la problématique «branchements» dans la Charte qualité Muriel TAUVERON - ASCOMADE 1 1 - Les engagements MOA - Phase Exploitation S assure de : la bonne réalisation des branchements particuliers,

Plus en détail

MODULE DE SOUTIEN ISO N 3 ISO : Les 8 clés de la réussite

MODULE DE SOUTIEN ISO N 3 ISO : Les 8 clés de la réussite MODULE DE SOUTIEN ISO 22000 N 3 ISO 22000 : Les 8 clés de la réussite Guide ISO 22000 : les 8 clés de la réussite 1. Les 8 clés de la réussite Il est tout à fait légitime que vous vous posiez la question

Plus en détail

INDICATEURS DE RÉSILIENCE RICHARD CHABOT YANNICK HÉMOND SIMON MORIN ISABELLE PRIMEAU BENOÎT ROBERT

INDICATEURS DE RÉSILIENCE RICHARD CHABOT YANNICK HÉMOND SIMON MORIN ISABELLE PRIMEAU BENOÎT ROBERT INDICATEURS DE RÉSILIENCE SYNTHÈSE DE L ATELIER DE TRAVAIL DU 29 NOVEMBRE 2012 RICHARD CHABOT YANNICK HÉMOND SIMON MORIN ISABELLE PRIMEAU BENOÎT ROBERT 1 L atelier s est déroulé le 29 novembre 2012 à l

Plus en détail

ISO 45001: vers une gestion intégrée Qualité, Environnement et Santé et sécurité

ISO 45001: vers une gestion intégrée Qualité, Environnement et Santé et sécurité ISO 45001: vers une gestion intégrée Qualité, Environnement et Santé et sécurité René Hould rhould@integriso.com Association québécoise pour l hygiène, la santé et la sécurité du travail 19 mai 2016 Plan

Plus en détail

Rapport d analyse des données Outil de rapport sur les dommages aux infrastructures (ORDI)

Rapport d analyse des données Outil de rapport sur les dommages aux infrastructures (ORDI) Rapport d analyse des données 2010-2011 Outil de rapport sur les dommages aux infrastructures (ORDI) Le présent document compile les données enregistrées dans l application ORDI de l Alliance pour la protection

Plus en détail

ISO 9001:2015 ISO 14001:2015 ISO 45001:2016 (DIS)

ISO 9001:2015 ISO 14001:2015 ISO 45001:2016 (DIS) ISO 9001:2015 ISO 14001:2015 ISO 45001:2016 (DIS) 4 Contexte de l organisme. 4 Contexte de l organisme 4 Contexte de l'organisation 4.1 Compréhension de l organisme et de son contexte 4.1 Compréhension

Plus en détail

DIRECTIVES SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTANA EXPO-2017»

DIRECTIVES SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTANA EXPO-2017» «APPROUVÉ» par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 DIRECTIVES SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTANA

Plus en détail

Les matières dangereuses

Les matières dangereuses Les matières dangereuses les accidents chimiques la formation des sapeurs-pompiers aide et moyens techniques les différentes phases d une intervention retour d expériences questions Plt Christian Schneider

Plus en détail

Avis d Appel à Consultation N 03/PCB/2012

Avis d Appel à Consultation N 03/PCB/2012 ROYAUME DU MAROC Ministère de l Energie, des Mines, de l'eau et de l Environnement Département de l Environnement Avis d Appel à Consultation N 03/PCB/2012 Le Programme «Gestion Sécurisée et Elimination

Plus en détail

Recyclages Conseillers en prévention

Recyclages Conseillers en prévention Recyclages Conseillers en prévention Assurer le bien-être et la sécurité des travailleurs, c est offrir à l entreprise les meilleures conditions pour améliorer sa productivité! Au-delà du respect des aspects

Plus en détail

LA PROFESSION DE PHARMACIEN AU QUÉBEC LES COMPÉTENCES REQUISES EN FONCTION DES RÔLES

LA PROFESSION DE PHARMACIEN AU QUÉBEC LES COMPÉTENCES REQUISES EN FONCTION DES RÔLES LA PROFESSION DE PHARMACIEN AU QUÉBEC LES REQUISES EN FONCTION DES S 1. FOURNIR DES SOINS PHARMACEUTIQUES - Évaluer : évaluer l information et détecter les problèmes pharmacothérapeutiques. - Établir le

Plus en détail

Guide EPI. Équipements de Protection Individuelle, Journées Techniques Strasbourg 28 Septembre 2012

Guide EPI. Équipements de Protection Individuelle, Journées Techniques Strasbourg 28 Septembre 2012 Guide EPI Équipements de Protection Individuelle, Journées Techniques Strasbourg 28 Septembre 2012 Guide EPI, Equipements de Protection Individuelle Contexte réglementaire Guide EPI Pourquoi un guide EPI?

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

POLITIQUE N o : 1004 ENVIRONNEMENT MONDIAL. Environnement et développement durable mondial

POLITIQUE N o : 1004 ENVIRONNEMENT MONDIAL. Environnement et développement durable mondial révision : Page : 1 de 9 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIF... 2 2. CHAMP D APPLICATION... 2 3. AUDIENCE... 2 4. DÉFINITIONS... 3 5. APERÇU... 4 6. PLANIFIER... 4 6.1. Identification et évaluation des Aspects

Plus en détail

Accroître la capacité concurrentielle de l industrie aérospatiale a

Accroître la capacité concurrentielle de l industrie aérospatiale a LES GRANDS FORUMS DE L AÉROSPATIALE CAMAQ Janvier 2007 Isabelle Dostaler,, Ph.D. École de gestion John Molson Université Concordia Accroître la capacité concurrentielle de l industrie aérospatiale a au

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SÉFM

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SÉFM MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SÉFM La Loi sur la Société d évaluation foncière des municipalités constitue la base du modèle de gouvernance qui établit la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

Rôle des conseillères et des conseillers pédagogiques TIC

Rôle des conseillères et des conseillers pédagogiques TIC Rôle des conseillères et des conseillers pédagogiques TIC Rencontre du 13 février 2004 PLAN D INTÉGRATION DES TIC Contribuer à l'élaboration et à l'application d'un plan d'intégration de TIC. Faciliter

Plus en détail

NOTICE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE ENVIRONNEMENTALE A N N E X E NOTICE ENVIRONNEMENTALE Mars 2012 L environnement... vos préoccupations, nos compétences Emetteur Projet Titre Date TAIREO Notice environnementale 22/03/2012 SOMMAIRE Fiche de révision de la

Plus en détail

Programme de parrainage (extraits)

Programme de parrainage (extraits) Programme de parrainage (extraits) Développé pour Cavalier Textiles - Sherbrooke Page 1 sur 11 Table des matières 1. LE CONTEXTE DU PROGRAMME... 2 2. L'INSTANCE RESPONSABLE DU PROGRAMME... 2 3. LES OBJECTIFS

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) FÉVRIER 2012 Définition et objectifs Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes

Plus en détail

Procédure de travail en lieu isolé. Université du Québec à Trois-Rivières

Procédure de travail en lieu isolé. Université du Québec à Trois-Rivières Université du Québec à Trois-Rivières Procédure de travail en lieu isolé Novembre 2016 i Table des matières 1. PRÉAMBULE... 3 2. OBJET, PORTÉE ET EXIGENCES LÉGALES... 3 2.1 Objet... 3 2.2 Portée... 3 2.3

Plus en détail

États généraux Table «Économie» Rapport de synthèse

États généraux Table «Économie» Rapport de synthèse États généraux Table «Économie» Rapport de synthèse «À long terme, la santé d une économie, qu elle soit locale ou nationale, dépend de son aptitude à cultiver et à exploiter les talents et les capacités

Plus en détail

Projet personnel. Pour une meilleure compréhension des critères

Projet personnel. Pour une meilleure compréhension des critères Projet personnel Pour une meilleure compréhension des critères CRITÈRE A : RECHERCHE (Enquête, découvertes, résoudre une problématique) Premier aspect à traiter dans ce critère Définir le but dans un contexte

Plus en détail

Processus logistique : sécurité des biens et des personnes

Processus logistique : sécurité des biens et des personnes Certification des établissements de santé Guide thématique des experts-visiteurs Processus logistique : sécurité des biens et des personnes Septembre 2014 Avertissement Caractérisation générale Planifier

Plus en détail

Infrastructure Opérateur de production signalisation énergie

Infrastructure Opérateur de production signalisation énergie DESCRIPTIF EMPLOI REPERE Infrastructure Opérateur de production signalisation énergie Intitulé court de l emploi repère Code ER Métier Op production SEG 10 Opérateur de production signalisation Autres

Plus en détail

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Croix - Rouge Guinéenne Secrétariat Exécutif National Département Gestion des Catastrophes et Réduction des Risques Termes de Référence relatif à l identification d un consultant pour appuyer la Croix-

Plus en détail

Le fonctionnement des comités de santé et sécurité du travail

Le fonctionnement des comités de santé et sécurité du travail Le fonctionnement des comités de santé et sécurité du travail Présentation de Serge Beaulieu Colloque en santé et sécurité du travail Trois-Rivières 23 et 24 octobre 2014 Plan de la présentation Quelques

Plus en détail

APERÇU DES CHANGEMENTS DANS ISO 9001:2015

APERÇU DES CHANGEMENTS DANS ISO 9001:2015 APERÇU DES CHANGEMENTS DANS ISO 9001:2015 Développée et animée par Pierre L Espérance, ing., MBA Le Groupe Qualiso Présentée par le POURQUOI RÉVISER LA NORME Révision périodique prescrite Besoin de satisfaire

Plus en détail

PREVENTION SECURITE. Stéphanie BOULLANGER. Journées Qualité en Chimie II octobre 2013, Autrans

PREVENTION SECURITE. Stéphanie BOULLANGER. Journées Qualité en Chimie II octobre 2013, Autrans PREVENTION SECURITE Stéphanie BOULLANGER Journées Qualité en Chimie II 15-18 octobre 2013, Autrans SOMMAIRE INTRODUCTION LA NOTION DE RISQUE LE MANAGEMENT DU RISQUE CONCLUSION INTRODUCTION Les 9 principes

Plus en détail

Plan stratégique

Plan stratégique Plan stratégique 2016-17 Objectifs, livrables et résultats du projet Haliburton Kawartha Lakes Peterborough Northumberland Contenu 1. Sommaire et priorités 2. Thèmes stratégiques Aperçu 3. Information

Plus en détail

Programme d approche palliative et de soins de fin de vie en CHSLD

Programme d approche palliative et de soins de fin de vie en CHSLD Outil de soutien clinique et de formation pour les différents intervenants : Programme d approche palliative et de soins de fin de vie en CHSLD Présentation dans le cadre du 26 e congrès annuel du RSPQ

Plus en détail

RESPONSABLE DE SECTEUR SERVICE A LA PERSONNE

RESPONSABLE DE SECTEUR SERVICE A LA PERSONNE 16, Bd de la Pointe Jarry ZI JARRY 97 122 BAIE-MAHAULT 0590 97 44 43 0690 09 97 22 RESPONSABLE DE SECTEUR SERVICE A LA PERSONNE TITRE PROFESSIONNEL DE NIVEAU III Gérer, Manager, Commercialiser PROCHAINE

Plus en détail

EMPLOI-QUÉBEC MANUTENTION DE PROPANE QUALIFICATION OBLIGATOIRE (MP) ( ) GUIDE D ENCADREMENT DE L APPRENTISSAGE

EMPLOI-QUÉBEC MANUTENTION DE PROPANE QUALIFICATION OBLIGATOIRE (MP) ( ) GUIDE D ENCADREMENT DE L APPRENTISSAGE EMPLOI-QUÉBEC MANUTENTION DE PROPANE LA QUALIFICATION OBLIGATOIRE (MP) (06-2015) GUIDE D ENCADREMENT DE L APPRENTISSAGE TABLE DES MATIÈRES RÔLE DU COMPAGNON OU DE LA COMPAGNE 3 ENCADREMENT DE L APPRENTI

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE FRANCOPHONE. Professeur Pierre FONKOUA ROCARE-Cameroun Université de Yaoundé-Cameroun

LA FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE FRANCOPHONE. Professeur Pierre FONKOUA ROCARE-Cameroun Université de Yaoundé-Cameroun LA FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE FRANCOPHONE Professeur Pierre FONKOUA ROCARE-Cameroun Université de Yaoundé-Cameroun CONSTAT GENERAL Nous assistons à : l accélération dans le développement

Plus en détail

Lignes directrices concernant la conservation des documents administratifs communs du gouvernement du Canada

Lignes directrices concernant la conservation des documents administratifs communs du gouvernement du Canada Généralités Affaires diverses et courantes non énumérées sous cette Fonction (Actif, Inactif 3 ans) Bâtiments Généralités (Actif, Inactif 3 ans) Acquisition par, achat, location ou transfert Correspondance

Plus en détail

RETEX EXERCICE PPI VALE NC

RETEX EXERCICE PPI VALE NC RETE EERCICE PPI VALE NC 1 EERCICE PPI VALE NC p Type d exercice: Exercice général de terrain et préparé p Type de risque: Risque technologique p Thème: Rupture du VEP SO2 (scénario majeur de Vale NC)

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe G Guide pour compléter le plan de redressement

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières ELABORATION D UNE STRATEGIE D IMPLICATION DE L ADMINISTRATION SUR L ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Cahier des clauses techniques particulières ELABORATION D UNE STRATEGIE D IMPLICATION DE L ADMINISTRATION SUR L ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE DIRECTION DES ESPACES VERTS ET DE L ENVIRONNEMENT AGENCE D ECOLOGIE URBAINE Division stratégie de développement durable MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Cahier des clauses techniques particulières

Plus en détail

La sécurité civile, une responsabilité partagée

La sécurité civile, une responsabilité partagée La sécurité civile, une responsabilité partagée ORSC Mme Christine Savard, directrice régionale Direction régionale de la sécurité civile et de la sécurité incendie de la Montérégie et de l Estrie 18 octobre

Plus en détail

Michel CHAVRET Ingénieur en chef Responsable de l agence de Lyon - SETEC ITS François JEANJEAN Ingénieur attaché d études - SETEC ITS

Michel CHAVRET Ingénieur en chef Responsable de l agence de Lyon - SETEC ITS François JEANJEAN Ingénieur attaché d études - SETEC ITS Michel CHAVRET Ingénieur en chef Responsable de l agence de Lyon - SETEC ITS François JEANJEAN Ingénieur attaché d études - SETEC ITS Année après année, les transports font appel à des technologies de

Plus en détail

Les points clés pour réussir un projet CLST

Les points clés pour réussir un projet CLST 9 mars 2017 CFIA - Rennes Les points clés pour réussir un projet CLST Eric DEPRES Sébastien CONAN Thierry PALKA Yannick QUELEN Pierre-Yves LE GALL SYNUTRA THEBAULT Ingénierie CARSAT Bretagne 1 1 Contexte

Plus en détail

Analyse de l offre de formation

Analyse de l offre de formation Analyse de l offre de formation Principaux constats Groupe d échange sur la formation à la tâche du CEGO 22 avril 2015 Contenu de la présentation Mise en contexte Méthodologie et livrables produits Unités

Plus en détail

PLAN D ACTION SPÉCIFIQUE

PLAN D ACTION SPÉCIFIQUE Minutes de la rencontre du comité SST du 16 septembre 2008 Notes Produire un rapport d analyse de risque VTech et Jocelyn 01/10/2008 Mettre des sectionneurs sur toutes les machines et s assurer qu ils

Plus en détail

LA LOI SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

LA LOI SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Par Natalie Savard Colloque en santé et sécurité du travail du SCFP-Québec Le 18 novembre à l hôtel Delta de Trois-Rivières LA LOI SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL PLAN DE LA PRÉSENTATION Articles

Plus en détail

Perception de la maintenance

Perception de la maintenance Perception de la maintenance Climat de travail difficile (gestionnaires et employés) Complexité des équipements (spécialisation des employés) Personnel qualifié difficile à recruter Relations de travail

Plus en détail

Recueil des politiques de gestion

Recueil des politiques de gestion 1 2006-05-01 Pour information : Ministère des Services gouvernementaux C.T. 203560 du 11 avril 2006 DIRECTIVE SUR LA SÉCURITÉ DE L'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (Loi sur l administration publique, L.R.Q.,

Plus en détail

Guichet unique : Une fenêtre à la logistique intégrée SWC2016

Guichet unique : Une fenêtre à la logistique intégrée SWC2016 Guichet unique : Une fenêtre à la logistique intégrée SWC2016 I Défis logistiques du commerce international II III Guichet unique : un outil facilitateur de la gestion intégrée des chaînes logistiques

Plus en détail

PROGRAMME DE PRÉVENTION

PROGRAMME DE PRÉVENTION Instrumentation et contrôle Électricité Automatisme Maintenance HVAC Industriel Commercial Résidentiel PROGRAMME DE PRÉVENTION En Conformité avec la Loi sur la Santé et la Sécurité au Travail CHANTIER

Plus en détail

L ERGONOMIE:QUELQUES DEFINITIONS...

L ERGONOMIE:QUELQUES DEFINITIONS... L ERGONOMIE:QUELQUES DEFINITIONS... ETYMOLOGIE (du Grec): Ergon:Travail Nomos: Loi naturelle A. WISNER : L ergonomie est l ensemble des connaissances scientifiques relatives à l homme et nécessaires pour

Plus en détail

Des textes spécifiques à la Fonction Publique Territoriale. Et..

Des textes spécifiques à la Fonction Publique Territoriale. Et.. 11/06/2013 Textes législatifs et réglementaires de référence Des textes spécifiques à la Fonction Publique Territoriale Et.. LE CODE DU TRAVAIL Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifié Décret n 85-603 du

Plus en détail

I Mise en place d un cahier des charges dans le projet

I Mise en place d un cahier des charges dans le projet Intervention de : PETIT DEJEUNER «Café Réseaux» Mardi 19 novembre 2002 «Site Internet : Ecrire un cahier des charges» - Monsieur Patrick Charni, Intervenant à l Ecole Multimedia, Ecole Multimedia Paris,

Plus en détail

Module 9. Programme de formation sur les matières dangereuses FORMATION SFI COMITE DE MISE EN ŒUVRE DE LA NORME SFI QUÉBEC QUEBEC SFI-01142

Module 9. Programme de formation sur les matières dangereuses FORMATION SFI COMITE DE MISE EN ŒUVRE DE LA NORME SFI QUÉBEC QUEBEC SFI-01142 FORMATION SFI COMITÉ DE MISE EN ŒUVRE DE LA NORME SFI QUÉBEC Module 9 Programme de formation sur les matières dangereuses COMITE DE MISE EN ŒUVRE DE LA NORME SFI QUEBEC SFI-01142 Version 1 Octobre 2015

Plus en détail

Commentaires de Gentilly-2 sur le document RD 99.1

Commentaires de Gentilly-2 sur le document RD 99.1 Commentaires de Gentilly-2 sur le document RD 99.1 Section/extrait Enjeu Modification suggérée Les délais relatifs à la soumission des rapports préliminaires sont reliés à la Spécifier les conditions pour

Plus en détail

Développement durable des ponts

Développement durable des ponts Notions élémentaires du Développement durable des ponts Introduction Le concept de développement durable est généralement reconnu par la Commission mondiale sur l environnement et le développement des

Plus en détail

Opérateur de machine Groupes de preuves clés

Opérateur de machine Groupes de preuves clés Opérateur de machine Groupes de preuves clés AttestPlus est une norme nationale et un programme de certification pour les travailleurs et les gestionnaires de premier niveau du secteur manufacturier au

Plus en détail

PLAN SOMMAIRE DE LA FORMATION

PLAN SOMMAIRE DE LA FORMATION PLAN SOMMAIRE DE LA FORMATION OBJECTIFS GÉNÉRAUX À la fin de la formation, les participants et participantes auront acquis les savoirs de base nécessaires au développement des compétences suivantes de

Plus en détail

Proposition Assurance pollution pour entrepreneurs Projet spécifique

Proposition Assurance pollution pour entrepreneurs Projet spécifique Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance pollution pour entrepreneurs

Plus en détail

ANNEXE 5. L évaluation du fonctionnement. social

ANNEXE 5. L évaluation du fonctionnement. social ANNEXE 5 L évaluation du fonctionnement social 1) Cadre de référence du fonctionnement social 2) Étapes de l évaluation du fonctionnement social 3) Contenu du rapport d évaluation psychosociale 4) Contenu

Plus en détail

Protection de la santé et sécurité au travail Travaux sur sites pollués

Protection de la santé et sécurité au travail Travaux sur sites pollués Service public de l emploi SPE Amt für den Arbeitsmarkt AMA Protection de la santé et sécurité au travail Travaux sur sites pollués Présentation d introduction à la sécurité au travail / feuillet CFST

Plus en détail

Bienvenue au WEBINAR sur l ISO 9001:2015

Bienvenue au WEBINAR sur l ISO 9001:2015 13 octobre 2015 Bienvenue au WEBINAR sur l ISO 9001:2015 1 SAFER, SMARTER, GREENER Objectifs Faciliter la transition de votre système de management vers l ISO 9001:2015 2 Contenu 1. Introduction 2. Le

Plus en détail

Faire de la région un exemple en matière de transparence et de modernisation des services publics

Faire de la région un exemple en matière de transparence et de modernisation des services publics Guide pour l ouverture des données opendatalab.fr Faire de la région un exemple en matière de transparence et de modernisation des services publics Pour cela, le projet met à disposition des acteurs publics

Plus en détail

DIRECTIVE INTERMINISTÉRIELLE SUR LES PLANS RESSOURCES

DIRECTIVE INTERMINISTÉRIELLE SUR LES PLANS RESSOURCES PREMIER MINISTRE DIRECTIVE INTERMINISTÉRIELLE SUR LES PLANS RESSOURCES n 30 / SGDN / PSE / PPS du 5 janvier 2001 établie en exécution de la directive générale interministérielle sur la planification de

Plus en détail

POLITIQUE DE TRAVAIL SÉCURITAIRE

POLITIQUE DE TRAVAIL SÉCURITAIRE Objectif La présente politique établit les règles qui devront s appliquer pour prévenir les risques liés aux travaux en espace clos dans les chantiers de construction. Champs d application La présente

Plus en détail

DÉMYSTIFIER L ERGONOMIE

DÉMYSTIFIER L ERGONOMIE DÉMYSTIFIER L ERGONOMIE PLAN DE LA PRÉSENTATION Introduction L ergonomie Évaluation ergonomique (outils) Étude de cas Culture SST 2 EN GUISE D ÉCHAUFFEMENT Où se situe votre entreprise et l ergonomie?

Plus en détail

Détection de terrains dangereux et mesures de prévention

Détection de terrains dangereux et mesures de prévention Détection de terrains dangereux et mesures de prévention 1.0 But EXIGENCES PARTICULIÈRES EN PRÉVENTION Cette fiche d'exigences particulières en prévention à pour but d'établir les principes directeurs

Plus en détail

d intensité variable : modèle lavallois Implantation d un d Le 17 mai 2007

d intensité variable : modèle lavallois Implantation d un d Le 17 mai 2007 Services régionaux r de soutien d intensité variable : Implantation d un d modèle lavallois Le 17 mai 2007 Plan de présentation du soutien d intensitd intensité variable à Laval Historique du suivi dans

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL

POLITIQUE SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA C RIVIERE-DU-LOUP Code : RH 2002 07 En vigueur : 2002-03-13 Approbation : Conseil des commissaires CC 2002-03-594 POLITIQUE SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL VOLET

Plus en détail

Ordre du jour. SustRem - April Montreal

Ordre du jour. SustRem - April Montreal Ordre du jour 1 La dimension de durabilité 2 Cadre juridique 3 Directive relative aux émissions industrielles (DEI) Exigences 4 Lignes directrices allemandes 5 Critères pour évaluer une hausse importante

Plus en détail

La démarche HQE -Aménagement

La démarche HQE -Aménagement La démarche HQE -Aménagement Un outil opérationnel pour des aménagements durables ( ecoquartier, ecocités, ecoaménagement, ) TS01D Bridging the Rural/Urban Divide Michel GREUZAT The High Environnemental

Plus en détail

Lignes directrices de l intervention non violente en situation de crise

Lignes directrices de l intervention non violente en situation de crise Lignes directrices de l intervention non violente en situation de crise Le ministère de l Éducation et les districts scolaires de Terre-Neuve-et-Labrador sont engagés à offrir des environnements d apprentissage

Plus en détail

1. Contexte gouvernemental

1. Contexte gouvernemental POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES 2016 Table des matières 1. Contexte gouvernemental... 2 2. Portée de la politique... 3 3. Objectifs de la politique... 3 4. Quelques définitions... 3 5. Contexte historique

Plus en détail

Séminaire d'administration pour Exadata et Database Machine

Séminaire d'administration pour Exadata et Database Machine Oracle University Appelez-nous: 0800 945 109 Séminaire d'administration pour Exadata et Database Machine Durée: 2 Jours Description Ce cours couvre deux sujets principaux : La première partie introduit

Plus en détail

LA DOCTRINE ONUSIENNE

LA DOCTRINE ONUSIENNE Ecoles d Été du CERIUM LA DOCTRINE ONUSIENNE APPROCHE ET OBJETCIFS Qu est-ce que c est la doctrine? «L ensemble des directives institutionnelles visant à appuyer et orienter le personnel chargé de préparer,

Plus en détail

La santé et la sécurité du travail : vous connaissez? Amélie Trudel Conseillère APSAM 23 avril 2010

La santé et la sécurité du travail : vous connaissez? Amélie Trudel Conseillère APSAM 23 avril 2010 La santé et la sécurité du travail : vous connaissez? Amélie Trudel Conseillère APSAM 23 avril 2010 Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur «affaires municipales» Organisme

Plus en détail

LA GOUVERNANCE DES PME L APPORT D UN CONSEIL CONSULTATIF

LA GOUVERNANCE DES PME L APPORT D UN CONSEIL CONSULTATIF LA GOUVERNANCE DES PME L APPORT D UN CONSEIL CONSULTATIF Montréal, 17 octobre 2008 Colloque sur la Gouvernance des PME Document présenté par Alain Robichaud Les objectifs de la rencontre d aujourd hui

Plus en détail

Agence technique locale départementale

Agence technique locale départementale Ministère de l Intérieur et des Collectivités Territoriales Agence technique locale départementale Programme de renforcement des capacités municipales 14 octobre 2016 GBGL Mise en contexte Le passage de

Plus en détail

La gestion des conséquences d une catastrophe selon l approche et les principes de la sécurité civile au Québec

La gestion des conséquences d une catastrophe selon l approche et les principes de la sécurité civile au Québec La gestion des conséquences d une catastrophe selon l approche et les principes de la sécurité civile au Québec Ministère de la Sécurité publique Steve Boivin, chef d équipe Spécialiste des mesures d urgence

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : TOUS RISQUES CHANTIER. Qualité : maître d ouvrage / entrepreneur / architecte /...

QUESTIONNAIRE : TOUS RISQUES CHANTIER. Qualité : maître d ouvrage / entrepreneur / architecte /... PAGE 1/6 Numéro producteur :... Personne de contact :... Téléphone :... Adresse Email :... Merci de nous renvoyer le questionnaire ci-dessous complété avec les annexes demandées : - par mail : team453@axa.be

Plus en détail

Position du Comité 4 de la CIPR sur les intervenants en situation d exposition d urgence et existante

Position du Comité 4 de la CIPR sur les intervenants en situation d exposition d urgence et existante Position du Comité 4 de la CIPR sur les intervenants en situation d exposition d urgence et existante Jean-François Lecomte IRSN/DAI GT-CIPR 27 juin 2013 Pourquoi un papier de position? Problème identifié

Plus en détail

La dématérialisation des procédures des marchés publics

La dématérialisation des procédures des marchés publics La dématérialisation des procédures des marchés publics Plan Rappel du contexte Objectifs Paliers et composantes Facteurs clés de réussite 2 Rappel du contexte Modernisation de l Administration Développement

Plus en détail

Manipulation de peintures et d apprêts contenant des isocyanates Aspect juridique

Manipulation de peintures et d apprêts contenant des isocyanates Aspect juridique Manipulation de peintures et d apprêts contenant des isocyanates Aspect juridique Lucie Huberdeau Direction de la prévention-inspection CSST Objectifs! Rassembler les éléments légaux qui expliquent comment

Plus en détail

le cadre d intervention en prévention-inspection ÉtablissementS guide d application Deuxième édition

le cadre d intervention en prévention-inspection ÉtablissementS guide d application Deuxième édition le cadre d intervention en prévention-inspection ÉtablissementS guide d application Deuxième édition Deuxième édition Ce document a été préparé par la Vice-présidence aux opérations et la Direction générale

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT POUR LA CONSTITUTION DE GROUPES DE COMPARAISON D INDICATEURS DE GESTION MUNICIPAUX

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT POUR LA CONSTITUTION DE GROUPES DE COMPARAISON D INDICATEURS DE GESTION MUNICIPAUX GUIDE D ACCOMPAGNEMENT POUR LA CONSTITUTION DE GROUPES DE COMPARAISON D INDICATEURS DE GESTION MUNICIPAUX Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2010 1 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail