Etude des effets et impact des projets du Programme Muensingen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude des effets et impact des projets du Programme Muensingen"

Transcription

1 HELVETAS Swiss Intercooperation Madagascar Etude des effets et impact des projets du Programme Muensingen Capitalisation des projets de formation professionnelle et scolarisation Antananarivo, novembre 2015

2 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 2 Auteur(s) : Révision : AJIPAD Conforme STEINER, Christian, Country Director, HELVETAS Swiss Intercooperation Madagascar RANDIMBISOA, Julia, Directrice Adjointe, HELVETAS Swiss Intercooperation Madagascar RAFIRINGASON Angèle, Coordinatrice du Programme Muensingen Soumission à : Distribution : COMMUNE DE MUENSINGEN, Suisse FELBER, Georg, Senior Advisor Value Chains & Market Development, Programme Coordinator Madagascar, HELVETAS Swiss Intercooperation Suisse BRANDT, Philippe, Ambassadeur de Suisse à Madagascar, Ambassade Suisse Publication : SUR DEMANDE Référence : HELVETAS Swiss Intercooperation Madagascar, Plan Stratégique «Rapport étude et impact PP Münsingen» Contacts : HELVETAS Swiss Intercooperation MADAGASCAR Lot III L 72 ; Rue Alidy Ampanjaka, Soanierana, BP 3044, 101 Antananarivo Tel : Profil en bref: Compte postal : IBANCH BICPOFICHBEXXX Membre de : HELVETAS forme un réseau international d'organisations partenaires affiliées et indépendantes, engagées dans le domaine de la coopération au développement et de l aide d'urgence. Non-profit / Fondée en 1955 / Certifié ZEWO /Fusion entre Helvetas et Intercooperation en 2011 /1400 collaborateurs en 33 pays / Budget annuel 140 million CHF (2014) / siège à Zürich, Suisse / active à Madagascar depuis 1984, avec 20 collaborateurs/-trices et un budget annuel de 3.4 million CHF (2015) / Plan stratégique approuvé pour L organe de direction supérieur d HELVETAS Swiss Intercooperation est le comité central composé de 15 membres, y compris le président (Elmar Ledergerber). Organe de direction suprême, il définit les orientations stratégiques d HELVETAS et approuve la planification et le budget annuels. Il est secondé par un conseil consultatif pour les questions de politique de développement. La direction est composée du directeur (Melchior Lengsfeld) et de cinq autres personnes. Elle dirige l ensemble des activités, réparties en quatre secteurs: programmes internationaux, services de conseils, communication & recherche de fonds, finances et services. Vision : Notre vision est celle d un monde juste, ou les êtres humains vivent dans l auto- détermination, dans la dignité et la sécurité, tout en utilisant les ressources naturelles de manière durable et en prenant soin de l environnement. Mission : Aide à s aider soi-même. Nous nous engageons avec nos partenaires pour un développement librement choisi des personnes et des communautés défavorisées dans les pa s en développement et proposons pour cela une aide a s aider soi-même. Nous promouvons un accès équitable aux ressources vitales, et nous soutenons la protection des droits sociaux, économiques, politiques, environnementau et culturels. en Suisse, nous nous engageons pour la solidarité et soutenons une politique cohérente, qui réponde aux besoins des personnes et des communautés des pays en voie de développement.

3 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 3 ACRONYMES ET ABREVIATIONS AFT Alliance Française d Antananarivo CNAPS Caisse Nationale de Prévoyance Sociale DCTP Plateforme de Développement des Compétences Techniques et Professionnelles DDC Direction du Développement et de la Coopération. F3E Fonds pour la promotion des Etudes préalables, des Etudes transversales et des Evaluations OSC Organisation de la Société Civile OSTIE Organisation Sanitaire Tananarivienne Inter-Entreprises PFSCE Plateforme de la Société Civile pour l Enfance VOZAMA VOnjeo ny ZAza Malagasy

4 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 4 Table des matières Méthodologie de l étude... Erreur! Signet non défini. PARTIE 1- Réinsertion sociale des jeunes par des projets professionnels RESUME EXECUTIF I- Hôtel-école, vers la professionnalisation des jeunes au métier de l hôtellerie et de la restauration Le projet en quelques mots et quelques chiffres Naissance du projet Le Projet Effets/Impacts du projet Pour les formateurs : renforcement de capacité et meilleure compréhension des besoins des jeunes en formation professionnelle Pour les jeunes bénéficiaires : Pour les structures de stages et employeurs des jeunes Leçons apprises Recommandations II - Favoriser la réinsertion sociale des jeunes par le Projet Professionnel de Graines de Bitume 1. Le projet en quelques mots Naissance du projet Le projet Professionnel Effets/Impacts du projet Pour les formateurs : renforcement de la vocation professionnelle Pour les jeunes bénéficiaires Conclusion Leçons apprises Recommandations Partie 2 La préscolarisation chez VOZAMA, une préparation pour un avenir meilleur RESUME EXECUTIF I LE PROJET Contexte historique Les partenaires locaux de VOZAMA Education préscolaire : évolution dans l environnement familial de l enfant Contextes familiaux Une école familiale au village Les motivations des parents : pour un meilleur encadrement scolaire de leurs enfants... 40

5 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Les agents de l éducation : appartenance à une grande famille et un réseau structuré Le contenu de la formation : la méthode APS privilégiée Accompagnement des parents : un appui de VOZAMA en vue de l autonomie Formation des parents : savoir pour mieux agir dans la vie Autre activité de VOZAMA Les effets/impacts Insertion scolaire : un bilan positif Satisfaction des agents de l éducation Les impacts de la formation VOZAMA auprès des enfants : motivés et autonomes Les impacts auprès des enfants accueillis au centre VOZAMA : brillants et disciplinés Les enfants transférés à l école publique Impact de la formation parentale Impact des formations et appuis des parents en matière agricole Impact relatif à l accès en eau potable Impacts des actions sur l hygiène et assainissement Règles d hygiène : une meilleure information pour la meilleure santé Impacts des actions sur la préservation de l environnement Difficultés rencontrées et suggestions II. Conclusion III. Nouvelles perspectives et recommandations... 58

6 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 6 METHODOLOGIE DE L ETUDE Définition Effets et Impacts Pour mener à bien notre démarche, il est nécessaire de définir les mots-clés de cette étude, nous emprunterons dans ce paragraphe les définitions proposées par le document d évaluation d impact proposé par F3E 1. Les effets d un programme d actions sont ses résultats accompagnés des dynamiques ou des contraintes du milieu. Les effets d une action ou d un projet d actions permettent d étudier «l incidence de l action sur le milieu environnant». Les effets peuvent être énoncés dans le document de projet mais ils ne sont ni figés ni délimitée, ils peuvent évoluer dans le contexte. A cet effet, F3E nous cite «les effets couvrent un champ plus large que celui de l action programmée, ce champ augmente avec le temps». L impact c est la combinaison du résultat de projet avec les effets de l action et les facteurs indépendants du projet. L étude de l impact d un projet exige l analyse de l action du projet dans toute sa globalité, et c est la raison pour laquelle des facteurs indépendants du projet sont intégrés dans l analyse pour mieux apprécier cet impact. L impact est une «nouvelle situation issue de l ensemble des effets», il doit signifier des changements auprès des bénéficiaires et sur l environnement du projet de développement. Ces changements, déterminants d impact revêtent des caractéristiques : «L impact d une action de développement, c est la situation issue de l ensemble des changements significatifs et durables, positifs ou négatifs, prévus ou imprévus, dans la vie et l environnement des personnes et des groupes et pour lesquels un lien de causalité direct et indirect peut être établi avec l action de développement». L impact serait appréciable quand il demeurera après l action, quand son importance est ressentie, quand il agit dans la vie de la population cible et celle plus élargie. L approche de ces deux notions va permettre d éclaircir notre démarche d étude. Avant de présenter cette démarche d étude, nous exposerons brièvement le cadre contextuel de l étude en présentant Helvetas Madagascar puis le projet qui nous concerne. L intervention de HELVETAS Madagascar HELVETAS Swiss Intercooperation est une ONG internationale présente à Madagascar depuis plus de 30 ans. Elle agit dans le domaine du développement rural, le développement des capacités, la gouvernance, l'économie locale, la gestion durable des ressources et l eau, l hygiène et l assainissement. Elle aspire à renforcer les capacités des partenaires locaux pour que ceux-ci puissent jouer leurs rôles dans les processus de développement avec le plus d'efficacité possible. Son intervention couvre ainsi plusieurs régions de Madagascar, le projet qui nous intéresse dans cette étude sera le programme Muensingen, qui est un programme de coopération décentralisée et cofinancé par la DDC, Solidarit eau et la commune de Münsingen en Suisse. Les projets concernés par l étude Le programme Muensingen prend en charge, finance et monitore les projets dans trois domaines principaux : le développement local, le domaine socioculturel y compris l'éducation et 1 F3E : Fonds pour la promotion des Etudes préalables, des Etudes transversales et des Evaluations

7 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 7 la formation professionnelle, l eau, l hygiène et l assainissement et la gouvernance locale au comme thème transversal. Les projets concernés par l étude concernent huit partenariats du programme de la Commune de Muensingen ayant pour objectifs principaux l'amélioration des conditions de vie de la population et la pratique d'une bonne gouvernance locale : 3 partenariat avec la société civile intervenant surtout dans la dimension sociale (Graines de Bitume, VOZAMA et ENDA Océan Indien) et 5 partenariats intervenant dans le développement local avec des Communes (Ihazolava, Ambohimanambola, Tsiroanomandidy ville, Fihaonana, Ambatolampy). Le résultat de l étude se trouve dans 2 rapports séparés : un rapport sur le projet professionnel et scolarisation et un deuxième rapport sur l eau, assainissement et hygiène. Mission du consortium : objectifs, résultats attendus L étude des effets et impacts vise à apprécier globalement les changements engendrés à moyen terme par les actions des projets sur la vie de la population cible, au-delà des résultats attendus et atteints à la fin de l action. Il s agit aussi de tirer des leçons et enseignements visant à améliorer la conduite et l efficacité du programme dans le court et moyen termes. Pour la partie capitalisation des expériences, elle est basée sur la documentation des bonnes pratiques et des histoires de vie des bénéficiaires finaux des projets. Les deux activités de la mission consiste alors à mener les investigations d abord auprès des bénéficiaires finaux et aussi aux institutions dans les zones d intervention du Programme. Les livrables de l étude sont illustrés par des témoignages, des études de cas et des photographies. Enfin, le consortium avait pour mission de : - étudier les effets et l impact des projets - capitaliser les expériences du programme - conduire des missions de terrain - réaliser des études de cas Ce travail associait les acteurs concernés par le programme : bénéficiaires finaux, autorités communales, partenaires du programme, équipes des projets. Cadre méthodologique L étude associe des méthodes aussi bien qualitatives que quantitatives et favorise les démarches participatives et inclusives. Elle a mobilisé une panoplie d approches et d outils, à la fois différents mais complémentaires. Recherche bibliographique et documentaire Elle concerne la revue de la littérature existante sur les projets eau et assainissement et la réinsertion sociale des jeunes. Les documents fournis par Helvetas sont constitués principalement de rapports d étude et de recherche sur les projets, des comptes rendu de réunions et d ateliers. Les partenaires du projet ont mis à disposition des outils de travail et des rapports. Enquêtes qualitatives par des entretiens auprès des partenaires des projets Les informateurs clés sont les responsables des projets, des centres, des communes, des associations, des entreprises. Ils ont été interviewés à partir d un guide d entretien avec des questions ouvertes sur des thèmes correspondants à leur domaine d intervention. Ils ont été questionnés notamment sur leurs démarches et méthodes, leurs stratégies de sortie du projet des bénéficiaires, les

8 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 8 changements observés au niveau des bénéficiaires et sur les points à améliorer pour pérenniser leurs actions. Focus group au niveau des bénéficiaires Cette approche est basée sur la DAP (Démarche d Animation Participative). Elle favorise au sein du groupe la réflexion collective. Le consultant, à la fois facilitateur et enquêteur, assiste les participants à ces focus groups en vue de connaitre leurs opinions sur les projets et leurs effets et impacts sur leur vie. Avec cette méthode, les informations permettant de présenter les indicateurs d effets et d impacts relatifs à l amélioration du cadre de vie des bénéficiaires du projet sont collectées. Globalement, elle s intéresse également à leurs appréciations par rapport à l évolution du projet : le déroulement, le rapport entre acteurs concernés, l implication des bénéficiaires et les diverses contraintes rencontrées. L idéal était de constituer un groupe de 8 à 12 personnes qui sont identifiés avec les responsables locaux. Toutefois, en raison des contraintes i et des aléas sur le terrain, le nombre de participants variaient d un projet à un autre 2. Un guide d entretien de groupe a été élaboré avec des questions ouvertes. Le consultant a animé les réunions, pris des notes et rédigé des comptes rendus complets. La dimension «genre» était particulièrement prise en compte dans la constitution des groupes. Enquêtes quantitatives auprès des bénéficiaires finaux des projets Les enquêtes quantitatives ont été menées auprès des bénéficiaires finaux des projets. Un échantillon a été interviewé à partir d un questionnaire structuré et standardisé concernant leur situation au début du projet et celle à la fin du projet. Il s agit de collecter les informations sur les changements observés par eux-mêmes en termes d amélioration des conditions de vie. Un tableau récapitulant les réalisations est donné dans la partie suivante. Les données des enquêtes quantitatives sont saisie sous le Logiciel de traitement statistique Sphinx et sont importées sur Excel pour faciliter leur vérification, elles constituent alors une base de données de l enquête. Elles sont traitées avec Sphinx pour un traitement statistique plus approfondi. Les tris à plat et les tris croisés permettent de construire des tableaux statistiques, des représentations graphiques. La combinaison de variables ont permis d affiner l analyse des données. Histoire de vie par des entretiens approfondis Les histoires de vie (HdV) permettent de recueillir des informations approfondies et plus en détail sur des cas de bénéficiaires. Elles concernent leur histoire de vie avant, pendant et après le projet. A partir de leur témoignage, des portraits de familles ou d individus, de jeunes sont dressés et illustrés avec des success stories. Un guide d interview approfondie, spécifique pour chaque projet et chaque site d intervention a été utilisé, avec des questions totalement ouvertes. Il a été demandé aux bénéficiaires sélectionnés pour les histoires de vie de raconter leur histoire personnelle et leur parcours de vie afin d appréhender comment ils ont adhérer au projet et comment ils en sont sortis. Capitalisation des expériences Elle est basée sur la documentation existante et les études de cas. Six thématiques sont proposées : 2 Le tableau récapitulant les réalisations en focus groups est donné dans la partie suivante.

9 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 9 Projets eau : - Maitrise d'ouvrage communal et gouvernance de l'eau multi acteurs - Changement de comportements des bénéficiaires, contribution à l'amélioration des conditions de vie de la population - Le système payant et la pérennisation des systèmes Projets sociaux : - Formation et professionnalisation des jeunes aux métiers porteurs - Education au service de développement - Facteurs clés permettant de sortir de la situation de vulnérabilité Réalisation effective Quatre méthodes de recherches ont été effectuées dans chaque projet : des entretiens semidirectifs, des focus group, des enquêtes par questionnaires et de histoires de vie. Le tableau suivant présente la réalisation effective de ses activités de terrain. Nombre de personnes impliquées : Sites Interview semi structuré Focus Group Enquêtes Histoire de Vie Ambohimanambola 11 annulé 32 1 Ihazolava Tsiroanomandidy Graines de Bitume Enda OI 5 1 Observation Classe 1 visite Carlton Non programmé 2 Vozama Ambositra Vozama Fianarantsoa Les rapports d étude des effets et impacts ont fait l objet de profonds feedback de la part des partenaires concernés, ainsi que de la part de la Commune de Muensingen en Suisse et la version finale a été revue et améliorée par HELVETAS Madagascar.

10 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 10 PARTIE 1- REINSERTION SOCIALE DES JEUNES PAR DES PROJETS PROFESSIONNELS RESUME EXECUTIF L étude des effets et de l impact porte sur le projet de l Hôtel Ecole de Enda OI et le projet professionnel de Graines de Bitume. Les cibles sont : - les jeunes en situation d exclusion et de marginalisation dans la société ; - les jeunes déscolarisés tôt ; - les jeunes en situation de rue avec bagage scolaire très faible (voir même) illettrés ; - les jeunes exclus du système éducatif officiel ; - les jeunes avec des perspectives d avenir instable. Pour la première organisation, il s agit en fait de soutenir l insertion professionnelle des jeunes à travers une mallette pédagogique, qui est un outil conçu et mis à disposition aux 25 membres de la plateforme d ONGs. Cette mallette contient tous les éléments nécessaires, d une part à la remise à niveau des jeunes et à leur formation, d autre part. Les composantes de cet outil ont été adaptées aux profils des jeunes bénéficiaires, de 14 à 22 ans, pour la plupart en situation d exclusion et de marginalisation sociale, déscolarisés assez tôt ou exclus du système éducatif officiel. Le projet Hôtel Ecole consiste à la création d une structure pérenne de formation et d application aux métiers de l hôtellerie et de la restauration. L adhésion des jeunes au projet se fait par voie de concours (test écrit et oral). Durant les deux premières années du projet, 229 candidats ont été enregistrés pour le concours. 43 d entre eux ont suivi la formation et actuellement 20 jeunes sont insérés dans des hôtels et restaurants et 23 sont en fin de formation. La mallette pédagogique a permis de renforcer ces jeunes dans le cadre de leur formation et stage professionnel. Outre le côté académique, les jeunes apprentis ont constaté des changements significatifs sur leur vie personnelle ainsi que celle de leur famille respective. Pour la deuxième organisation, il s agit d appuyer le projet professionnel des jeunes pour avoir un emploi décent. D une manière générale, le cursus consiste à (i) une remise à niveau des jeunes dans le centre d accueil, (ii) une période de découvertes durant laquelle les jeunes apprennent différents métiers, (iii) une période de formation, (iv) un stage en milieu professionnel, (v) une recherche d emploi et insertion professionnelle. Depuis, le lancement du projet professionnel, 300 jeunes ont bénéficié du projet, 56 ont eu un emploi stable. Le taux d abandon est très élevé et l une des causes principales pour les jeunes filles est la grossesse. Les jeunes en situation d emploi sortis de ces 2 projets professionnels ont en général une rémunération supérieure au salaire minimum. Les principales recommandations sont : - amélioration des outils pédagogiques en faisant constamment appel aux partenaires techniques tels que l Alliance Française, et le Groupe d Enseignement des Mathéma-

11 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 11 tiques à Madagascar, notamment pour améliorer l apprentissage du français lors de la remise en niveau ; - introduction progressive de l anglais qui constituera un atout dans le métier de l hôtellerie et de la restauration ; - amélioration du taux d insertion professionnelle par : o la mise en place d un réseau de partenariat et de relation avec le monde professionnel, o la mise en place d un système de suivi des jeunes ayant fini leur formation et en situation d emploi ou non, o le renforcement de l efficacité du bureau pour l emploi, o la possibilité de s étendre et de rechercher des partenariats en province, o de faire une étude pour s aligner avec la politique nationale de l emploi et de la formation professionnelle et d identifier les secteurs porteurs, o de développer le plaidoyer avec la PFSCE et la plateforme DCTP (Développement des Compétences Techniques et Professionnelles), o développer une approche permettant de valoriser les acquis des jeunes même s ils sortent avant la fin du parcours (car ils auront acquis quand même des compétences transversales servant leur insertion professionnelle, exemples : attitudes et savoir-être, connaissance de leurs droits, estime de soi, confiance en soi, etc.). - Réduire le taux d abandon en renforçant le travail d éducation sociale ; de réfléchir sur une prise en charge plus courte pour certains jeunes (selon leur profil et parcours) pour diminuer le risque d abandons, de réfléchir sur une approche genre avec des mesures aidant les jeunes filles à finir le cursus avant d être enceinte.

12 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 12 I- Hôtel-école, vers la professionnalisation des jeunes au métier de l hôtellerie et de la restauration 1. Le projet en quelques mots et quelques chiffres 1.1. Naissance du projet Le projet Hôtel-Ecole consiste à la création d une structure pérenne de formation et d application aux métiers de l hôtellerie et de la restauration (un centre hôtel restaurant école) reconnue par l Etat et les professionnels du secteur et qui cible les jeunes de 14 à 22 ans en situation d exclusion sociale, scolaire et professionnelle. L objectif global de l action est d assurer la formation, l insertion sociale, et l accès à l emploi des jeunes en situation de marginalisation. L Hôtel-Ecole forme des jeunes aux métiers demandés par le marché du travail de l hôtellerie et de la restauration, à savoir : agents pour service en salle, commis de cuisine, aide boulanger, pâtissier, personnel d étage. L accès des jeunes vulnérables à ces métiers est conditionné par une offre de formation adéquate. La formation alterne enseignement théorique et pratique avec une application en situation de travail à l hôtel Carlton. Ce projet professionnel pour les jeunes est mis en œuvre par une équipe composée d une coordonnatrice et de six formateurs (dont une femme). Cette équipe assure la formation théorique des jeunes, la recherche de partenariats pour les stages et l insertion professionnelle. Le programme de la Commune de Muensingen a appuyé le projet tout à ses débuts en 2010 sur la partie pédagogique relative à l élaboration d un cursus de formation (la mallette pédagogique) et d outils à travers une plateforme d ONGs. Encadré 1 : la mallette pédagogique Les référentiels et cursus de formation sont montés avec l objectif pédagogique de répondre aux besoins des professionnels du secteur de l hôtellerie et de la restauration, pour des compétences sur des métiers d exécution. Ils comprennent un volet technique et un volet «matières générales». 1) Volet technique : Des référentiels CQP (Certificat de Qualification Professionnelle) seront mis en place. Ce volet comprend une alternance entre la pratique au sein de l hôtel école et des stages en entreprise (faisant l objet d un contrat école entreprise). 2) Volet «matières générales» malagasy, français, mathématiques, civisme, comportements à risque, formation à la recherche d emploi. Ces matières sont dispensées par une responsable pédagogique, qui disposera de 4 mallettes pédagogiques axées vers les filières de l hôtellerie et de la restauration. Elle sera formée à l utilisation des mallettes techniques, et son appropriation de la méthode et des outils seront évalués sur site auprès des jeunes en formation. 3) Organisation de la formation Les jeunes sont en formation à raison de 40 heures par semaine. Les modules et les cours sont élaborés et adaptés tout au long du parcours du groupe pilote de jeunes, de façon à les adapter en permanence aux besoins de ces derniers semaines de formation initiale, alternant pratique et théorie selon une fréquence modulable tout au long de l année, mais reposant sur un rythme de 1/3 de formation technique et 2/3 d application.

13 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 13 -Un volet d apprentissage des techniques de la filière choisie et un volet matières générales qui peuvent être communs à l ensemble des apprenants et enseignés par la responsable pédagogique (français, mathématiques, malgache, formation à la recherche d emploi, etc.) semaines de stage : 2 stages de 3 semaines (stages formatifs en entreprise) et 1 de 4 semaines (stage certificatif en entreprise) 4) Evaluation - des jeunes et validation des acquis pour l obtention du CQP 3 : par les formateurs (évaluation continue) et les professionnels qui ont accueilli le jeune en stage. La proximité avec les professionnels du secteur de l hôtellerie et de la restauration permet un suivi régulier des jeunes lors des stages et des recrutements. Cette proximité permet aussi de répondre précisément à leurs attentes en termes de formations et d adapter les référentiels. - des formateurs et outils : Au terme de la période de test au sein de l hôtel partenaire, une évaluation permet d affiner les référentiels d activité et de consolider les outils et méthodes pédagogiques ainsi que l équipe encadrant. Vingt cinq associations d accueil de jeunes en situation difficile ont bénéficié de 4 mallettes pédagogiques (mathématiques, comportement à risque et MST 4 et français, civisme et hygiène). Les animateurs en charge du transfert des connaissances auprès des jeunes en situation de difficulté ont été formés avec un taux de participation aux séances de formations de l ordre de 70%. L élaboration de la mallette se situe au cœur du processus. De nature essentiellement technique, elle a vu la participation de compétences diversifiées, tant au niveau du contenu de chaque mallette qu à celui de la pédagogie de formation adaptée à chaque mallette. Cinq principaux intervenants ont interagi dans la mise en œuvre des activités d élaboration du manuel pédagogique : PFSCE, AFT, GEMMA, Mme Ramiandrisoa, Enda OI Le Projet Le profil des jeunes cibles Les cibles de ce processus d élaboration de mallettes pédagogiques sont les : jeunes en situation d exclusion et de marginalisation dans la société ; jeunes déscolarisés tôt ; jeunes en situation de rue avec bagage scolaire très faible (voir même) illettrés ; jeunes exclus du système éducatif officiel ; jeunes avec des perspectives d avenir instable. L entrée en formation La formation proprement dite a commencé en 2014 avec une phase de transition à l hôtel Carlton en attendant la finition de la construction de l hôtel-école. 3 CQP : Certificats de Qualification Professionnelle 4 MST : maladies sexuellement transmissibles

14 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 14 La réussite aux épreuves écrites et orales garantit l entrée en formation de ces jeunes. Tableau 1 : Nombre de jeunes bénéficiaires Année 1 Année 2 du projet hôtel-école dans la première année de formation Filles Garçons Filles Garçons Jeunes inscrits aux tests Réussite au concours Jeunes formés Jeunes insérés 9 11 nd nd Source : BDD Hôtel Ecole Enda OI, 2015 Pour la première année, 67 jeunes se sont présentés aux tests mais seuls 29 % d entre eux ont été retenus. Ils ont suivi leur formation et sont insérés dans différents établissements de la ville. L année 2 a vu augmenter le nombre de candidats. Il y a eu deux fois et demie de plus de jeunes à passer le concours. Mais vu que les places sont limitées, seuls 23 d entre eux ont été reçus et sont actuellement en formation à l hôtel Carlton. Pour les deux années, les filles sont plus nombreuses à se porter candidates aux concours d entrée. Par contre, elles réussissent moins que les garçons. Figure 1 : les filières choisies par les jeunes Source : BDD Hôtel-école Enda OI, 2014 Cette figure montre que les jeunes ont été formés sur ces quatre filières, avec plus d intérêt au service en salle, cuisine et hébergement. Ce projet développe des partenariats avec les OSC 5 et les hôtels et restaurants de la capitale qui accueillent les jeunes en stage. L hôtel Carlton accueille les jeunes en formation pour leur enseignement pratique. 5 OSC : organisation de la société civile

15 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 15 ENDA : Stage au Carlton_20 jeunes formés La figure suivante montre le mode de sélection de jeunes pour le projet Hôtel-école. Figure 2 : Mode de sélection des jeunes de l hôtel-école en quatre étapes L une des particularités du projet professionnel Hôtel Ecole est ses méthodes de recrutement des jeunes à former. Les jeunes doivent être âgés de 17 à 22 ans et proposés par des OSC, qui préparent leurs dossiers de candidature. Figure 3 : OSC d origine des jeunes formés

16 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 16 Les jeunes passent des épreuves écrites et seuls ceux ayant réussi ce passage sont présélectionnés pour les épreuves orales sous forme d entretien. Les matières faisant l objet des épreuves écrites sont : le malagasy : dictée, compréhension de texte, Grammaire, rédaction le français : compréhension de texte, vocabulaire, Phrases les mathématiques et la géométrie. Pour ceux qui les réussissent, leur centre d origine ou leur famille doivent participer financièrement à leur adhésion au programme. Une somme forfaitaire de Ar est demandée pour l achat de la tenue durant la formation. Cela demande la mobilisation des familles ou les OSC et montre leur motivation afin d éviter l abandon au cours de la formation. Actuellement le bâtiment de l hôtel-école est en cours de finition. Le partenariat avec l hôtel Carton a permis aux jeunes de mettre en pratique les formatons théoriques. Ils sont répartis dans différents services : hébergement, buanderie, service en salle, cuisine, nettoyage des espaces communs. On note la présence permanente des formateurs au Carlton, qui supervisent les jeunes. ENDA_Stage au Carlton_service salle ENDA_Stage au Carlton_service étage ENDA_Stage au Carlton_boulangerie ENDA_Stage au Carlton_service salle

17 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Effets/Impacts du projet 2.1. Pour les formateurs : renforcement de capacité et meilleure compréhension des besoins des jeunes en formation professionnelle La mallette pédagogique capitalise plusieurs secteurs. Elle est conçue pour les niveaux 7 e à 5 e alors que les élèves ont un niveau de 6 e à 3 e et sert de référence pour concevoir les exercices en fonction des profils des élèves, surtout pour les activités spécifiques à l hôtellerie. Elle contribue fortement à l augmentation des capacités des élèves dans l assimilation des cours. Bien que très précis, les formateurs rencontrent parfois des difficultés dans l utilisation des manuels. Par exemple : les cours de mathématiques sont en malgache, avec des termes difficiles, les formateurs passent beaucoup de temps à traduire et à interpréter les cours ; le français : cours conçu par l Alliance Française, le vocabulaire utilisé n est pas facile à apprendre pour les élèves. Ainsi, les formateurs apportent des modifications pour améliorer les cours et pour bien les transmettre aux apprenants. Néanmoins, du point de vue pratique, les mathématiques sont surtout utilisées pour la section cuisine et boulangerie car il y des calculs à faire (mesure des ingrédients, poids des produits, etc.). Pour les services en chambre et en salle, le niveau de français s est amélioré et il est plus facile de faire les cours. Pour la section cuisine, auparavant le cours était copié au tableau, actuellement il se fait en dictée et seuls les mots difficiles sont écrits au tableau. La mallette pédagogique a servi pour la préparation des jeunes en classe alternative dans les centres de référence avant le passage au concours et à l entrée dans le programme hôtel- école d Enda OI. 25 animateurs ont été formés sur la mallette pédagogique. Les 25 OSC membres de la plateforme ont utilisé la mallette dans la préparation des jeunes pendant environ une année pour une remise à niveau avant le concours d entrée. 2.2 Pour les jeunes bénéficiaires : Changement de comportement Les formations dispensées incitent à des changements dans la manière de vivre des jeunes. Même au cours de leur formation, des changements importants sont constatés. D abord, des efforts sur la manière de s habiller, de parler, de se présenter ne sont pas passés inaperçus par leur entourage. Ils sont plus propres qu avant, leurs vêtements sont bien repassés, les cheveux sont bien coiffés et attachés pour les filles. Ils accordent une importance particulière à leur aspect physique extérieur. Ensuite, leurs relations sociales et familiales se sont améliorées. Si au début ces jeunes étaient pointés du doigt dans leur quartier car ils n allaient plus à l école ou bien qu ils étaient restés chez eux à s occuper des frères et sœurs plus jeunes ou tout simplement à errer dans le quartier, mais aussi ils avaient honte de leur situation de pauvreté et n osaient plus sortir

18 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 18 de chez eux, aujourd hui ils sont plus responsables et prouvent à leur entourage que grâce à leur formation, il est possible de changer et d avoir un projet de vie sur le long terme. Tous les jeunes en formation ont déclaré qu ils sont plus ouverts aux autres, ils prennent la parole sans difficulté, soit entre amis, avec les voisins ou même avec des autorités. Ils constatent également qu ils ont appris à respecter les autres, à être polis avec les gens. Et en retour, les gens les considèrent et ne les stigmatisent plus. Puis le fait d être en formation, en stage ou occupant un emploi, a permis de diminuer les charges parentales/familiales. En effet, les jeunes prennent leur déjeuner sur les lieux de formation, de stage ou de travail. Leurs frais de déplacement étant également pris en charge. Ceux qui occupent déjà un emploi manifestent beaucoup de volonté dans leur travail. Les employeurs en sont satisfaits. Ils sont plus responsables et donnent le meilleur d eux-mêmes dans l accomplissement de leur travail. En voici quelques exemples : - pour le service hébergement, la discrétion est demandée et le travail doit être fait dans les meilleurs délais - pour le service en salle, la communication avec les clients est primordiale - pour la cuisine, il est important de bien suivre les consignes et préparer les commandes dans les délais prévus Du côté des jeunes, ils gèrent eux-mêmes leurs salaires et ont acquis une culture d épargne pour se préparer à la vie une fois sortis du cocon parental. Témoignage de Natiora, 22 ans : A l approche de la fin de ma période d essai chez Ibis, j ai commencé à mettre de l argent de côté et j ai ouvert à mon nom un compte dans une mutuelle de crédit et d épargne. Emploi décent, salaire décent, accès à un revenu stable A la fin des stages, l Hôtel-école a accompagné ces jeunes à trouver du travail : rédaction d une lettre de motivation et présentation d un curriculum vitae. L objectif étant qu à la fin de la formation, les jeunes accèdent à un emploi stable et perçoivent une rémunération équivalant au moins au SME 6. Pour la première promotion, 12 jeunes sont insérés dans divers établissements de la capitale. La figure suivante montre le poste occupé par chacun d entre eux. 6 Salaire Minimum d Embauche : Ar/mois pour le secteur privé

19 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 19 Figure 4 : poste occupé par les jeunes insérés Source : BDD Hôtel Ecole Enda OI, 2014 La plupart de ces jeunes ont commencé avec une période d essai de trois à six mois. Leur recrutement, en contrat à durée indéterminée (CDI), a donné lieu à un contrat de travail leur permettant de bénéficier d une protection sociale : assurance maladie et cotisation pour la retraite. Le salaire est variable selon les postes occupés et les établissements employeurs. On note que le montant du salaire perçu par ces jeunes professionnels dépasse le SME 7, allant de Ar à Ar par mois. On note que les femmes de chambre perçoivent un salaire plus élevé par rapport aux autres postes. Grace à cette stabilité de l emploi et la perception de manière régulière d un salaire, les jeunes peuvent aider financièrement leurs familles et contribuent ainsi aux dépenses quotidiennes du foyer. Cette participation peut aller jusqu à 50 % du salaire, donnée le plus souvent à la mère de famille. Elle est surtout destinée à payer le loyer ou à participer à la scolarisation des frères et sœurs plus jeunes. Amélioration des conditions de vie en général des jeunes et de leurs familles Ce projet professionnel a des effets tache d huile car finalement il touche à la fois plusieurs familles et plusieurs personnes. Outre sa contribution à l amélioration des revenus de la famille, la participation aux dépenses, il participe également à améliorer les conditions de vie en général. Pour l alimentation, le nombre de repas pris par jour est passé de seulement un ou deux repas à trois repas, avec une variation (même minime) des menus : un peu de viande ou de poisson, plus de fruits et légumes. Grâce à l amélioration du niveau de vie, les jeunes s équipent en vêtements, chaussures, accessoires, etc. L accès aux soins et aux médicaments devient plus facile, si auparavant l automédication ou le recours à des guérisseurs traditionnels était fortement pratiqués. Dans la majorité des cas, ces jeunes sont issus d une famille nombreuse qui ne disposait qu une pièce de vie, actuellement nombreux d entre eux ont réussi à payer un loyer pour avoir une pièce supplémentaire et accéder à une douche et une toilette. 7 SME : salaire minimum d embauche

20 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 20 Enfin, leur salaire contribue à faciliter l accès à l eau potable au niveau des bornes fontaines ou aux toilettes publiques (pour ceux qui ne disposent pas de toilette individuelle ou partagée) dont l accès est payant. Encadré 2 : témoignage de Charles Tojo, 21 ans, commis d hébergement chez Lapasoa J étais chez Manda auparavant, puis j ai réussi mon examen de fin de primaire pour entrer en classe de 6e dans une école privée. Nous avons nous-mêmes choisi le collège Dumas à Anosibe. J y suis resté jusqu en classe de 3 e. J ai raté mon brevet de collège et j ai dû quitter Manda pour aider ma mère. Mais j avais aussi besoin de travailler et arrivé à ma majorité, je suis retourné chez Manda pour trouver une formation. Il y avait tellement d offres de formation que j ai été accepté pour la filière ouvrage bois. Avant même le début de la formation, une opportunité s est présentée chez Enda OI pour une formation en hôtellerie. J ai passé deux fois le concours avant d être sélectionné. Je suis arrivé un peu en retard à la formation et il n y avait plus trop le choix, c est alors que j ai suivi la formation en garçon d étage. J ai réussi mes examens et Enda OI m a aidé à trouver mon stage. L hôtel Lapasoa m a pris comme stagiaire pendant trois mois. A l issue j ai été embauché comme salarié, il y a quatre mois déjà. Le salaire est satisfaisant. Toutefois lors de mon entretien nous avons déjà discuté avec mon employeur mon affiliation à l OSTIE et CNAPS, mais il faudrait attendre une année d ancienneté pour avoir les cartes d affiliation. ENDA_Charles au Kudeta Effet non prévu : la stigmatisation du métier de l hôtellerie par les proches des jeunes Pour Enda OI, six jeunes sont encore en recherche d emploi, pour diverses raisons : - les offres d emplois ne correspondent pas à leurs attentes ; - ils ne sont pas encore prêts à entrer dans le monde du travail; - et particulièrement pour les filles quand elles sont en couple, leurs partenaires ont encore dans l esprit que le métier de l hôtellerie induit les jeunes femmes à se prostituer. Le manque d information à ce sujet pour l entourage des jeunes favorise encore

21 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 21 plus la stigmatisation du métier alors que la formation vise à professionnaliser les jeunes. 2.3 Pour les structures de stages et employeurs des jeunes Ils ont exprimé vivement leur souhait d accueillir d autres stagiaires de l Hôtel-école. La formation et les jeunes formés apportent de la valeur ajoutée aux établissements employeurs, notamment sur les points suivants : - l apport en connaissance théorique, - le professionnalisme des jeunes, avec des points à renforcer évidemment (notamment pour la pratique de la langue française car ils sont amenés à communiquer avec les clients), - leur capacité d adaptation, - leur touche personnelle dans tout ce qu ils effectuent, - leur persévérance, assiduité, sérieux, le métier de l hôtellerie est assez particulier, - leur compétence technique par rapport à d autres jeunes issus d autres écoles, - aucun signe de mépris de la part des collègues, - leur participation active à la vie de l entreprise. Voici quelques témoignages des employeurs : Ibis, Orion, Carlton Notre hôtel offre une opportunité aux jeunes pour leur formation pratique. Nous sommes vraiment satisfaits de nos stagiaires de l Hôtel-école et nous sommes prêts à en accueillir d autres (Mme Fara, Hôtel Ibis) Quand Heritiana est arrivé chez nous pour son stage, j ai tout de suite vu qu il était différent. C est un jeune sérieux, poli, respectueux (Mme Caroline, restaurant Orion) Ces jeunes constituent une valeur ajoutée à l hôtel car ils pallient à l insuffisance de personnel (il y a eu des licenciements à cause de la crise, les retraités ne sont pas remplacés, etc.), ils apprennent vite et partagent aussi ce qu ils savent faire ; par rapport aux autres apprenants des autres écoles, ils ont autres choses qui vont de pair avec la formation en hôtellerie, par exemple le civisme et le savoir vivre ; leur formation présente bien des avantages : tous les apprenants sont obligés de passer par tous les services ; ils sont sans complexe, même avec des fautes de français, n hésitent pas à discuter avec les clients pour décrire un menu par exemple (sous-chef Ambroise (cuisine), Jean et Bertin (service étage), hôtel Carlton)

22 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 22 Photo Heritiana (Orion), Natiora (Ibis) Encadré 3 : Observations en classe La confiance en soi. Tél était le thème d un exposé présenté le 31 mars 2015 au centre de formation d Enda OI. Chaque apprenant présentait les résultats de ses recherches à tour de rôle. Il s agissait non seulement de les laisser s exprimer en langue française mais aussi de montrer qu ils avaient bien retenu les consignes donnés par le formateur : respect du temps de parole (5mn), choix de la méthodologie de recherche (Internet, bibliothèque, dictionnaire, autres personnes ressources, etc.). Une autoévaluation a été réalisée et les jeunes ont pu en tirer des leçons à savoir : -Efforts pour parler français, sans hésiter, sans avoir peur même si on fait des fautes -Parler fort pour se faire entendre -Affronter le regard des autres -Bien se tenir quand on parle en public -Faire le premier pas, avoir confiance en soi, on a des amis, on n est pas seul Photo : jeunes en formation Enda OI, avril 2015

23 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Conclusion Le projet professionnel Hôtel-école mis en œuvre par Enda OI a bénéficié de l appui technique de HELVETAS. La mallette pédagogique, conçue par un collectif de professionnels a aidé les centres de référence au renforcement de capacités des formateurs et des jeunes apprenants. Les connaissances théoriques et les applications pratiques ont aussi permis aux jeunes de se professionnaliser dans le métier de l hôtellerie et de la restauration. Néanmoins, quelques difficultés dans l utilisation des outils ont été signalées par les formateurs, notamment sur la langue d enseignement des mathématiques (malgache). Après deux ans de mise en œuvre, les effets du projet sont palpables chez les jeunes : on note un changement de comportement aussi bien dans la réception de la formation que dans leur vie quotidienne. Leur engagements et motivation dans le travail sont reconnus et ont permis à la première promotion d accéder à un emploi décent, stable et rémunérateur. Plus largement encore, leur famille en bénéficie. Toutefois, les jeunes ne pensent pas s arrêter au stade où ils sont actuellement. Ils sont ambitieux et ont des projets de vie : se perfectionner en langue, se professionnaliser et inciter les autres jeunes de leur quartier à adhérer le projet Hôtel-Ecole. 4. Leçons apprises De cette contribution de HELVETAS Madagascar à la formation des jeunes, quelques leçons ont pu être tirées de cet outil qu est la mallette pédagogique : d abord la préparation et remise à niveau des jeunes est primordiale au sein de leur centre de référence ; ensuite, la mallette pédagogique utilisée par les centres de référence uniformise les niveaux des jeunes à l entrée de la formation et contribue à préparer les jeunes à passer le concours ; enfin, la mallette pédagogique a favorisé les synergies d actions, de complémentarité entre les partenaires, la plateforme, les associations d accueil des jeunes. 5. Recommandations La formation professionnelle offerte dans le cadre du projet Hôtel-école contribue à prendre en charge les jeunes en situation de vulnérabilité. Les recommandations concernent principalement : - l utilisation de la mallette pédagogique, la valorisation, la vulgarisation et l enrichissement (du contenu, de la technique et de la pédagogie) qui garantit la pérennisation des acquis de ce processus - Renforcement de l apprentissage de la langue française, exprimé par les jeunes euxmêmes, - introduction progressive de l anglais qui constituera un atout dans le métier de l hôtellerie et de la restauration - Evaluation de la mallette pédagogique et son utilisation par les OSC, les animateurs et les équipes pédagogiques.

24 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 24 II - Favoriser la réinsertion sociale des jeunes par le Projet Professionnel de Graines de Bitume 1. Le projet en quelques mots 1.1. Naissance du projet L Association Graines de Bitume intervient depuis 2000 à Antananarivo, elle se développe au sein de 2 centres 8 et un bureau pour l Emploi (ISA 9 ). Elle se donne pour objectif de favoriser la réinsertion scolaire ou professionnelle de jeunes en situation difficile à Antananarivo. La composante Projet Professionnel (ou Projet Professionnel) de Graines de Bitume est appuyée depuis 2006 par le Programme de la commune de Muensingen sur 5 phases. Le Projet Professionnel est un accompagnement éducatif, un suivi individuel de jeunes entre 16 et 22 ans dans un programme de formation professionnelle où ils bénéficient des apprentissages 10 pour la réalisation de leurs projets. Les jeunes ayant choisi une orientation professionnelle sont accompagnés dans la réalisation de leur projet de vie. La finalité est de les responsabiliser dans leur choix afin de leur permettre de construire eux-mêmes leur avenir et devenir autonome en accédant à un travail décent rémunéré Le projet Professionnel L équipe de projet est composée de 5 personnes, d une coordinatrice sur l ensemble des programmes menés, d un responsable de programme qui est aussi l assistante sociale référente des jeunes, d un responsable du bureau pour l emploi qui est également éducateur en insertion professionnelle, d un éducateur en charge de la classe de remise à niveau et d un éducateur d insertion professionnelle. Le programme «Projet Professionnel» permet chaque année aux jeunes de se former au métier de leur choix et de bénéficier d un accompagnement dans leur recherche d emploi. Dans ce programme le jeune est au centre du dispositif, il est suivi et accompagné par une assistante sociale et les éducateurs, pour autant il fait lui-même ses choix d orientation à chaque étape du projet. Ces jeunes reçus en Projet Professionnel se construisent, durant cet accompagnement un choix de parcours qui va façonner leurs attitudes et capacité dans le travail, en vue de l obtention d un emploi durable qui soit source de revenus et d épanouissement Le Projet Professionnel dure en général 2 ans et est construit sur 5 étapes : - La remise à niveau au centre avec des cours, des ateliers et conférences, découverte des fiches métiers (6 mois) - La familiarisation avec le monde professionnel, 5 métiers en découverte, Graines de Bitume va placer les jeunes dans un centre qui se chargera de sa formation dans chaque métier et cela pendant 5 semaines chacun, - Une période de formation où le jeune sera placé dans un établissement du métier qu il a choisi, - Le stage en milieu professionnel, - La recherche d emploi. Pour compléter le Projet Professionnel, Graines de Bitume poursuit le programme socioéducatif et le programme hygiène-santé-alimentation. Avec le programme socio-éducatif, 8 Deux centres à Andavamamba et à Antsakaviro 9 L ISA est situé dans le centre-ville économique d Antananarivo, dans le quartier de Soarano. 10 Des apprentissages de leur choix dans un ensemble de propositions.

25 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 25 Graines de Bitume permet aux jeunes du Projet Professionnel de bénéficier de l accompagnement individuel, tout en permettant aux éducateurs de connaître l environnement et l histoire de chaque jeune. Cette prise en charge spécifique commence dès la première étape du Projet Professionnel. L insuffisance alimentaire et l absence de soin pouvant constituer un obstacle à la scolarisation, le programme alimentation-santé-hygiène est maintenue : un repas chaque jour, une prise en charge médicale ou une consultation gratuite aux centres et une sensibilisation à l hygiène En complément des interventions sur la santé reproductive et les addictions aux drogues sont mises en place. Un travail sur l estime de soit est menée individuellement et collectivement par les équipes d assistantes sociales Modalités d adhésion au Projet Professionnel Le Projet Professionnel s adresse aux jeunes filles et garçons âgés de plus de 16 ans issus : de leur propre programme pédagogique : cela concerne les jeunes qui ont été scolarisés par Graines de Bitume et qui ne sont plus scolarisés (pour des raisons de niveau ou d âge), ils ont alors la possibilité de passer en projet professionnel. Dans ce cas, la demande de passage en Projet Professionnel du jeune est étudiée conjointement par la responsable du Projet Professionnel, l assistante sociale de référence et le référent pédagogique. des quartiers et familles visités par les éducateurs en travail de rue : les éducateurs visitent des quartiers d habitation des familles à raison de deux soirées par semaine. Ce travail de rue a pour objectif de maintenir le lien avec les bénéficiaires de Graines, de mieux connaître l environnement de vie des familles et de repérer de nouveaux bénéficiaires. des associations partenaires de Graines de Bitume : celles qui ne développent pas de programmes de formation professionnelle, peuvent référer certains jeunes à Graines de Bitume. De plus, celles qui mènent un programme de formation professionnelle peuvent orientés le jeune au bureau pour l emploi pour l étape de recherche de stage et/ou d emploi Ce sont les éducateurs qui sont chargés de l enquête sociale d admission et qui va mettre en place le lien entre Graines de Bitume et les familles. Les dossiers d admissions sont transmis aux assistantes sociales, ces dernières vont procéder par la suite aux dépouillements selon les critères. L équipe a ainsi défini des critères d admissibilité, les enfants et jeunes sont accueillis au sein de l association selon les critères suivants : une situation familiale instable ou monoparentale, un revenu du foyer est inférieur à Ar/jour, une condition de vie précaire, un enfant non scolarisé, nécessité d une réelle volonté d adhésion de l enfant et de sa famille au projet. Figure 5 : Procédure de sélection au Projet Professionnel de Graines de Bitume

26 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 26 Les éducateurs/ animateurs de Graines de Bitume sont tous des hommes, les difficultés du travail de rue se déroulant de 17h à 19h n incitent plus les femmes à intégrer l équipe opérationnelle des animateurs, à côté de cela, les assistantes sociales sont présentes à Graines de Bitume et mènent des visites à domicile la journée Lors des recrutements de jeune, Graines de Bitume ne tient pas compte de la question du genre. La question de parité ne prédétermine pas la sélection des dossiers d admission. Mais la baisse de participation des jeunes filles en Projet Professionnel 11 peut inciter Graines de Bitume à avoir des penchants pour l admission des jeunes filles 12 (dont le taux d abandon est élevé). Effets/Impacts du projet 2.1. Pour les formateurs : renforcement de la vocation professionnelle Les différentes situations rencontrées avec les jeunes enrichissent la professionnalisation des éducateurs. On assiste à un renforcement de la volonté et de la passion des encadreurs pour leur métier, cela grâce à un sentiment de satisfaction personnelle et le fait de constater les incidences du projet professionnel sur les jeunes. L implication des éducateurs-formateurs les amène à une autocritique : «on veut que ses jeunes soient quelqu un de bien à leur sortie de Graines de Bitume, on veut qu ils soient satisfaits de ce qu on fait avec lui» «on se demande toujours si on a tout fait pour un jeune» Les principales préoccupations des responsables du projet professionnel sont tournées vers le bien être des jeunes, vers les acquis relationnel et social. Pour les formateurs ces points doivent être la première base pour leur insertion professionnelle Pour les jeunes bénéficiaires Les jeunes touchés Le tableau suivant résume l effectif du projet professionnel depuis l année Les personnes non insérés comprennent : ceux qui ont abandonné le projet professionnel en cours de parcours, ceux qui ont suivi la formation sans avoir eu une embauche et ceux qui ont été réorientés. Tableau 2 : Tableau général des jeunes de Graines de Bitume de 2000 à 2015 En Projet Professionnel Garçons Filles Embauchés Abandons En formation Source : Projet Professionnel - Graine de bitume, Cette baisse de la participation des filles est liée à la grossesse, la situation de jeune mère, à la nécessité de travailler ou de participer activement aux tâches domestiques. 12 La liste des dossiers étudiés aux admissions aurait pu nous informer sur le nombre de jeunes filles reçu à l étape de l admission, mais les données ne sont pas disponibles. Ce sont les responsables du projet qui, dans nos entretiens, nous évoque une tendance à favoriser autant que possible les jeunes filles. Pour autant, le nombre jeunes filles admis chaque année ne confirme pas ce penchant ; les garçons sont aussi nombreux que les jeunes filles. Cela peut laisser penser à un manque de motivation des jeunes filles, car le critère motivationnelle est primordial pour être admis à Graines de Bitume.

27 jusq juin 2015 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 27 Le Projet Professionnel a accueilli 300 bénéficiaires depuis le début du projet ( ), dont 127 jeunes filles (42%) et 173 garçons (58%), 56 jeunes dont 14 garçons et 42 filles ont obtenu un travail dans le cadre de ce projet (soit 18%); et 183 jeunes (soit 61%) n ont pas terminé le Projet Professionnel jusqu à la fin. 61 jeunes sont en cours de formation actuellement. La mixité parmi les bénéficiaires doit être nuancée, puisqu elle connaît des évolutions importantes d une année sur l autre, comme le récapitule le tableau ci-dessus. De manière générale, le pourcentage de jeunes filles bénéficiaires est inférieur à celui des garçons. Il n a atteint les 40% qu au cours de 4 années du projet. Cette disproportion peut être expliquée par deux facteurs : Un nombre inférieur de jeunes filles par rapport aux garçons remplissant les critères de Graines de Bitume pour être prises en charge (déjà mariées ou mamans) Une tendance des familles à prioriser l éducation et la formation des garçons et à solliciter les filles pour les aider dans les tâches domestiques. Les embauches Figure 6 : Courbe des embauches au sein du Projet Professionnel Embauche Embauc Source : Projet Professionnel Graines de Bitume, 2015 Figure 7 : jeunes insérés de 2000 à 2014, selon le genre

28 jusq juin 2015 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Embauche Garçons Embauche Filles 0 Source : Projet Professionnel Graines de Bitume, 2015 Le nombre de jeunes insérés est de 56 : 14 garçons et 42 filles embauchés Répartition des jeunes non réinsérés Abandon : La première cause de non réinsertion est l abandon. Les jeunes n ont pas entrepris la formation jusqu à la fin pour diverses raisons 13 Limite : les jeunes ayant quitté le projet pour des raisons indépendant au système 14 Non référencé : les jeunes en formation, ceux sortis du projet sans que la raison soit connue par Graines de Bitume. Changement de comportement Les conseils et formations proposés par le Projet Professionnel de Graines de Bitume incitent les jeunes à des changements dans la manière de vivre : des efforts sur la manière de s habiller, de parler, d aller vers les autres sont constatés. Ils apprennent durant leur parcours à se respecter eux-mêmes et cela passe par exemple par l hygiène corporelle et le souci apporté à la tenue vestimentaire. 13 Les motifs d abandon sont : le mariage, la grossesse, la démotivation. 14 Arrêt suite à une décision familiale ou non-conformité au règlement intérieur de Graines de Bitume

29 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 29 La réinsertion à la scolarisation donne un espoir aux jeunes sur les possibilités d avoir un métier. On notera un changement dans la mentalité des jeunes, ils sont motivés et reconnaissent qu ils ont en fin de compte des capacités, une identité et l espoir d un avenir meilleur. De plus le Projet Professionnel leur permet une adaptation et une orientation des connaissances dans un métier. L admission à Graines de Bitume ouvre aux jeunes un nouveau monde qui leur permet un développement personnel et un renforcement de leur capacité. Du côté des jeunes insérés, la gestion des finances peut différer d une personne à un autre, leur point commun est la capacité à gérer leur salaire mensuel. Vololona Coiffeuse Exemple de Vololona : elle aide sa mère à raison de 50% de son salaire (loyer, repas, écolage de sa sœur cadette), toutefois, elle n arrive pas a faire de l épargne. Les autres 50% sont destinés à ses besoins personnels puis à son frais de transport. Encadré 4 : Témoignage de Vololona, 23 ans, aujourd hui employée chez Lanto Coiffure, située dans le quartier d Andavamamba Vololona a été prise en charge par Graines de Bitume pendant 13 ans d abord dans le programme pédagogique puis en Projet Professionnel, elle constate des changements dans sa vie qui lui a permis de s épanouir humainement : On avait une vie assez limitée et sans aucune ouverture externe, on ne voyait que ce qui se passait à la maison avec notre mère. Notre arrivée à Graines de Bitume nous a permis de savoir plein de choses que je n ai pas eu connaissance dans ma vie d avant Graines de Bitume. On a eu la possibilité d ouvrir nos horizons comme tout le monde! Comme les gens qui ne sont pas pauvre!» «Au début j ai eu peur d être rejeté par mes collègues de travail parce que je viens de famille pauvre. Dès que j ai commencé ce travail, j étais tracassé par le fait du comment les gens allaient m accueillir. Du coup j ai pris mon courage et je me suis dite que je vais réussir ce travail et de plus je dois travailler». Avant notre maison était composé d une seule pièce, avec juste un lit pour dormir, c était tout simple. Après on a pu s acheter des assiettes, une table, etc. et aujourd hui on a aménagé une seconde pièce qui fait usage de chambre à coucher».

30 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 30 «Mes conseils : on doit faire des efforts, toujours prendre en compte les bons côté des choses et s efforcer, il ne faut pas se laisser tenté par les mauvaises intentions, surtout pas abandonné en cours de parcours parce que les gens nous donne une chance, on nous tend la main alors il ne faut pas refuser cette aide». Amélioration des conditions de vie en général des jeunes et de leurs familles L admission du jeune à Graines de Bitume a allégé la charge des parents : Graines de Bitume prend en charge le suivi médical, le déjeuner, les frais scolaires durant toutes les étapes, puis s ajoute le transport, les bourses, les écolages des formations professionnelles, l impression des dossiers de candidatures d emploi, les coûts de communication pour prendre RDV pour les entretiens. Après les jeunes insérés sont devenus autonomes financièrement. Joseph au Techmarine Encadré 5 : Témoignage de Jean Joseph, 26 ans, employé chez Techmarine RASAMIMANANA Jean Joseph, 26 ans, marié et un enfant, aîné d une fratrie de 2 sœurs (dont une en formation à Graines de Bitume). Il a arrêté sa scolarisation après un échec à l examen de la fin de primaire. Une rencontre avec les médecins sans frontières l incite à intégrer Graines de Bitume de 2010 à décembre Il réintègre l école secondaire grâce à Graines de Bitume et effectue la scolarisation jusqu en classe de 3ème. Puis il intègre le projet professionnel de Graines de Bitume (6 mois), durant cette formation il découvre plusieurs branches : un stage dans la filière Ouvrage Bois, une formation en informatique, formation au centre CFAE, formation chez CFTP. Il prend en charge 2 années de sa formation puis réussit un examen d Etat DEP 15. «J avais fini ma formation au CFTP, mais je suis encore resté chez Graines de Bitume pour ma recherche d emploi en Janvier C est là que j ai trouvé un travail à Majunga dans le domaine de l ouvrage bois. J y ai juste travaillé une semaine et ils m ont affecté chez Techmarine». Il débute chez TECHMARINE en février 2014 avec un contrat à durée déterminée de 6 mois renouvelables, et il y est encore aujourd hui. Ayant trouvé un travail, il a aussi trouvé sa stabilité : il est marié 15 DEP : Diplôme d Etude Professionnelle

31 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 31 depuis un an, il a construit sa maison, fait lui-même ses achats de matériels, et poursuit les finitions. Il équipe sa maison d un téléviseur, de meubles et il fait une épargne avec sa femme (enseignante). Joseph a constaté des changements majeurs dans sa vie : meilleure condition de vie, vie plus sereine, motivé pour le travail et volonté de faire plus. Le bureau pour l emploi Pour poursuivre son objectif d accompagnement à l insertion professionnelle, Graines de Bitume a mis en place un bureau pour l emploi. Pour tous les jeunes prise en charge, cet espace est particulièrement dédié à la recherche d emploi mais c est également là que sont organisés les conférences métiers, les initiations à l informatique, la rédaction de CV et lettre de motivation, la recherche d offre d emploi via internet, la documentation sur les métiers. Le graphe ci-après montre en effet la présence massive des jeunes de Graines de Bitume au bureau de l ISA et peut laisser paraître la synergie entre le Projet Professionnel et l ISA, la participation des jeunes externes à Graines de Bitume est encore en phase de démarrage. Nb moyen de visites de jeunes/jour depuis l ouverture d Isa il y a 18 mois : 21 passages/jour : 15 pour les jeunes pris en charge par Graines de Bitume, 2 pour les jeunes des ONG adhérentes et 4 pour les jeunes de l extérieur Au bureau de l emploi Figure 8 : nombre de jeunes bénéficiaires de l ISA par mois

32 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 32 Source ISA Graines de Bitume Bien que ce bureau pour l emploi, ISA, soit en phase de structuration, il agit pleinement auprès des jeunes 16 : - c est un endroit d échange et de rencontre pour les jeunes, ISA permet aux jeunes de rester en contact, - c est un endroit qui permet d entretenir les bonnes habitudes sociale (tenue vestimentaire, expression orale, politesse, etc.) - c est un endroit qui permet de conserver la motivation des jeunes : d une part un des deux responsables est toujours présent sur les lieux pour garder le contact convivial avec les jeunes, d autre part les offres d emploi proposées sont destinées à ces jeunes (compte tenu de leur niveau général, compétence et capacité ) - il est la continuité logique du projet professionnel, il permet à Graines de Bitume de s ouvrir encore plus vers l environnement du travail et vers l emploi, - les jeunes externes à Graines de Bitume ont un droit d accès au bureau de l ISA et bénéficient du même accueil et accompagnement. - Enfin, le bureau pour l emploi agit aussi en faveur des autres associations. Pour réaliser cet accompagnement, une première structuration a été réalisée au niveau des infrastructures ; ISA dispose depuis Août 2014 de son bureau, avec un espace spécialement décoré et aménagé pour installer les matériels nécessaires (ordinateurs, tables, bancs, documentations). Cette phase de structuration est aussi manifeste par le fait que : - le personnel responsable de l ISA gère deux responsabilités au sein du Projet Professionnel et au sein de l ISA. - Les outils de gestion et de suivi sont aussi en phase d élaboration et de ce fait les données d adhésions et les fréquentations au sein de l ISA ne sont pas encore en phase d exploitation. - La coordination avec les associations adhérentes n est pas encore mise en harmonie 16 Nous avons rencontrés les jeunes de l ISA de manière informelle lors de passages et observations au bureau (courant mois de Mars), aucune méthodologie n a été programmée pour ce volet.

33 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 33 Des jeunes fréquentant le bureau de l emploi Conclusion Le public accompagné par Graines de Bitume est bien déterminé, des jeunes socialement en grande difficulté, il est nécessaire de le rappeler pour pouvoir cerner globalement le niveau de vie, social et niveau d étude de ces jeunes bénéficiaires de projet. Le Projet Professionnel favorise la construction personnelle de chaque jeune en intervenant principalement sur l attitude, le comportement social et professionnel du jeune. Les effets du projet sont palpables chez les jeunes : on note un changement de comportement aussi bien dans la réception de la formation que dans leur vie quotidienne. On a noté un regain de motivation et des engagements personnels dans le milieu familial. Ils ont acquis des ambitions personnelles et se font des projets d avenir. L usage des fiches métiers, des étapes de découverte, des visites et des conférences métiers a aussi renforcé la construction personnelle des jeunes. L accès à un travail étant en premier lieu conditionné par le diplôme, les jeunes en difficulté sociale sont doublement sanctionnés, d où la démarche par la formation qualifiante du Projet Professionnel. Aussi, Graines de Bitume doit redoubler d effort pour impliquer les entreprises dans le domaine social puis pour trouver des partenariats 17 ou pour les renouveler. Et pour renforcer cette démarche d insertion des jeunes dans le monde du travail, la mise en place du bureau pour l emploi ou ISA. Actuellement, Graines de Bitume est en phase de construction d une synergie entre le projet et les partenaires : le Projet Professionnel, les partenaires de stage, les partenaires d embauches, les associations adhérentes, les réseaux d offres d emploi. Cette synergie devrait amorcer le développement de l ISA et ouvrir des portes aux jeunes bénéficiaires. Leçons apprises Ce que nous retiendrons dans ce projet : Le Projet Professionnel de Graines de Bitume est particulièrement freiné par le poids du versant social : les jeunes recrutés sont issus de milieu en grande difficulté sociale et cela peut 17 En effet, quand un partenaire embauche 2 ou 3 jeunes, à la prochaine phase d insertion de jeunes il ne faut plus solliciter ce partenaire, il est préférable d attendre quelques années pour renouveler son partenariat.

34 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 34 pencher le projet vers une démarche sociale largement orientée vers la construction personnelle de chaque jeune (comportement, expression, tenue, ), avant de pouvoir privilégier et travailler le côté professionnalisant proprement dit. Le recrutement de jeunes en formation professionnelle, ici basé sur le critère social, nécessite une démarche très laborieuse, Il faudrait aussi se reconnaître que la réussite du projet dépend en premier lieu de la volonté, de la motivation et de l investissement de chaque jeune, et sur ce point l on revient sur la question du recrutement puis de la place du travail éducatif dans l encadrement des jeunes. Les ambitions initiales du projet sont louable mais nécessitent une démarche assez laborieuse : le projet doit penser pallier aux lacunes d éducation et scolaires des jeunes puis de proposer une démarche vers des attitudes et des savoirs professionnalisant. La démarche de recherche-action de ce projet ne peut pas être plus fructueux qu avec des moyens supplémentaires (humains, procédures de suivi, procédures spécifiques d étude et d analyse). L objectif du projet étant l insertion sociale des jeunes par le biais de l insertion professionnelle de maximum de jeunes dans un emploi stable, nous constatons en effet que le taux d insertion de jeunes est faible et la cause principale se trouve plutôt dans un taux d abandon élevé. Les jeunes qui sont arrivés à la fin du parcours trouvent souvent un emploi. Les principales causes d abandon sont la démotivation, suite à une décision familiale ou la non-conformité au règlement intérieur de Graines de Bitume, et le mariage, et surtout la grossesse pour les filles Recommandations Les recommandations que nous avançons concernent principalement : Les acquis à maintenir : - L accompagnement de proximité des jeunes durant la formation, les stages et la recherche d emploi - La place importante du travail social mis en place par Graines de Bitume, - Le critère social d entrée à Graines de Bitume, cela fait sa particularité du fait que les entrées en formation professionnelle se font généralement par voie de concours. Amélioration du taux d insertion professionnelle Compte tenu des difficultés d insertion des jeunes, ISA présente le meilleur recours à cette insertion professionnelle par la mise en place d un réseau de partenariat et de relation professionnelle. Pour ce faire, il sera primordial de mettre en place un outil de développement et de suivi du projet ISA. La procédure de suivi doit être revue pour pouvoir suivre les jeunes formés : en effet nous n avons pas de données concernant les jeunes ayant fini la formation, sur leur devenir, si ils ont eu des occasions d embauche bien plus tard, et si la formation en Projet Professionnel a un apport sur l emploi qu ils occupent. En vue des ambitions du bureau pour l emploi, un réel appui en ressources humaines et financiers serait nécessaire, son développement favorisera les synergies d actions et de complémentarité entre les associations d accueil, la plateforme et les partenaires. Il est pertinent de mutualiser le bureau pour l emploi avec d autres organisations afin d en faire un lieu collectif (dans un 1 er temps : Clarifier le positionnement, les engagements de Graines de Bitume vis-à-vis des ONG adhérentes (pré requis attendus, coût par jeune, etc.)

35 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 35 Graines de Bitume pourrait aussi vérifier les possibilités de s étendre en province, tout en restant sur des villes car l expertise de Graines de Bitume se situe dans le milieu urbain, selon les secteurs porteurs actuels, s ils correspondent aussi aux aspirations et capacités des jeunes et aussi si on a vérifié qu il n y a pas de freins pour eux à l éloignement alors se rapprocher des opérateurs économiques pour vérifier s ils seraient prêt à accueillir en stage ou embauche des jeunes issue de la capital et vérifier si le tissus associatif local serait prêt à faire le suivi de ces jeunes pour éviter le déplacement des équipes de Graines de Bitume en province. Le niveau de français des jeunes doit être renforcé car demeure un obstacle à leur embauche. Les orientations de formation devraient s aligner à la politique nationale de l emploi et de la formation professionnelle et s orienter vers les 5 secteurs identifiés comme «porteurs» et «créateurs d emploi» à savoir : les technologies de l information et de la communication ; le BTP 18 ; le tourisme, hôtellerie et restauration ; le textile, habillement et accessoires ; le développement rural. Il est aussi recommandé : - de maintenir une veille sur le contexte malagasy de l emploi, et de la formation professionnelle et technique. ; - de développer le plaidoyer avec la PFSCE et la plateforme DCTP (Développement des Compétences Techniques et Professionnelles) pour la reconnaissance des formations pro et/ou le développement de curricula de formation validé par les ministères de l éducation nationale ; de la jeunesse et du travail ; la mise en place de système de validation des acquis de l expérience ; - développer une approche permettant de valoriser les acquis des jeunes même s il sort avant la fin de parcours (car il aura acquis quand même des compétences transversales servant sont insertion professionnelle ex : attitudes et savoirs êtres, connaissance de ses droits, estime de soi, confiance en soi, etc.) Réduction taux d abandon Le second chantier de ce projet serait de pallier au risque d abandon de parcours. Les raisons de l abandon des jeunes étant indépendantes de la structure de formation, c est un énorme travail d éducation sociale qui serait la première clé de la situation, étant donné que le critère social est le premier critère de recrutement des jeunes. Les initiatives qui pourraient être entreprises par Graines de Bitume seraient de renforcer les procédures de recrutement car c est à ce niveau que la motivation des jeunes doit être explicite. S en viendra par la suite le renforcement de la démarche de sensibilisation et d éducation sociale en interne. Une prise en charge plus courte pour certain jeunes (selon leur profil et parcours) pourrait être pertinente pour diminuer le risque d abandons. Enfin, des initiatives genre pourraient être lancées pour aider les jeunes filles à se maintenir dans la formation et éviter les situations favorisant l abandon comme la grossesse précoce. Outils pédagogiques Faire une capitalisation des expériences en matière de valorisation des outils pédagogiques élaborés tout en faisant constamment appel aux partenaires techniques tels que l Alliance Française, et le Groupe d Enseignement des Mathématiques à Madagascar, lesquels disposent la capacité de capitaliser, de dupliquer les outils et méthodes élaborées.) 18 BTP : Bâtiment et Travaux Publics

36 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 36 PARTIE 2 LA PRESCOLARISATION CHEZ VOZAMA, UNE PREPARATION POUR UN AVENIR MEILLEUR RESUME EXECUTIF Le modèle d école de proximité, initié par l ONG VOZAMA, s avère une solution adapté en milieu rural. Le poste VOZAMA, du genre une école familiale, se trouve dans un local mis à disposition par la communauté. Les parents souhaitent inscrire leurs enfants au centre VO- ZAMA principalement pour l avenir meilleur de leurs enfants, la proximité de l école ou la possibilité d occupation des enfants pendant les travaux de champs. L ONG VOZAMA s appuie sur une équipe de 635 personnes dans la mise en œuvre de son programme d éducation. Cette structure rattachée à l église catholique, mais ouvert à toutes confessions religieuses, recrute la majorité des collaborateurs dans les régions d intervention que leurs connaissances du terrain et leurs intégrations constituent les principales exigences. Les agents de l éducation, appelés moniteurs, ont pour mission d animer le poste par les activités liées à l éducation des enfants et des interventions auprès des parents. De 1996 à 2015, enfants sont passés par les écoles de VOZAMA. Le suivi des enfants entrant dans l école primaire n a commencé qu en 2005, et on a constaté que environ 84% des enfants de VOZAMA a pu finir la fin du primaire. Dans sa politique de développement intégré qui consiste à conjuguer différents efforts auprès de l entourage de l enfant afin d atteindre l objectif visé. L ONG VOZAMA propose donc aux parents des séries d activités durant lesquelles les parents peuvent acquérir des connaissances et bénéficier des encadrements permettant d améliorer leurs conditions de vie et surtout au profit de l éducation de leurs enfants. D ailleurs, ils sont donc préparés déjà à subvenir aux besoins de leurs enfants après les années préscolaires au poste VOZAMA et quand ces derniers seront transférés à l école primaire de la commune. Par ailleurs, grâce à l appui de l ONG VOZAMA, les parents sont mieux armés sur le plan professionnel de faire face à la période de soudure, à partir du mois de décembre jusqu en mars. Grace aux séances de formations en agriculture que les parents reçoivent des connaissances sur la technique agricole et la nouvelle variété de plante, comme l igname. A travers son réseau de 700 postes, l ONG VOZAMA fait la promotion de cette pratique culturale pour que les villageois aient accès à une alimentation de qualité. En collaboration avec le pouvoir public, l ONG mène dans son programme de réinsertion en faveur des enfants une campagne de sensibilisation auprès des parents pour l acquisition des actes d états civils. Les efforts menés par les parents avec l appui opérationnel de l équipe VOZAMA, en matière de sensibilisation, démarches administratives et organisation des tribunaux forains, le taux d accès à l acquisition des copies d états civil a nettement augmenté, surtout à Ambositra. Actuellement, plus de copies sont livrés, attestant l identité légale des enfants. Dans son programme en faveur du bien-être des enfants malgache, l ONG VOZAMA intervient aussi dans le domaine de nutrition auprès des enfants en milieu rural. Les parents sont encouragés de mettre en place le système de cantine scolaire au sein du poste VOZAMA du village. Ils s organisent pour la collecte des ingrédients et la préparation du repas. L ONG VOZAMA essaie de diversifier les domaines d activités dans sa zone d intervention. Après l éducation et la sécurité alimentaire, l accès à l eau potable est aussi un cheval de bataille. De plus, la sensibilisation au respect des règles l hygiène est intégrée dans le programme éducatif de VOZAMA. Les moniteurs consacrent donc plusieurs sessions d activités liées à l éducation sanitaire et hygiène dont les cibles ne sont pas seulement les enfants

37 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 37 mais l ensemble de la famille. La campagne de lavage des mains concerne tout les villageois comme la sensibilisation sur l assainissement. Parmi les actions de l ONG VOZAMA en milieu rural, le programme de sensibilisation et de reboisement qui a démarré en 2006, est un volet d activité assez important de l organisme dont l objectif consiste à améliorer les cadres de vie des villageois. Deux pépinières situées au siège de l ONG à Fianarantsoa et dans l enceinte de la direction régionale à Ambositra, produisent des milliers de jeunes plantes d eucalyptus, jacaranda, pins, etc. Lesquels sont destinés pour les activités de reboisement au sein du réseau VOZAMA. VOZAMA s adresse aussi au public plus large dans son opération de reboisement. Une partie de la production des jeunes plantes est consacrée à la vente auprès des particuliers ou des organismes œuvrant à l amélioration de l environnement. L ONG VOZAMA travaille en étroite collaboration avec différents partenaires institutionnels, pédagogiques et communautés de base pour ses actions en faveur de l insertion scolaire des enfants. Les partenaires de VOZAMA comprennent 300 écoles, publiques et privées. Après les années préscolaires au poste VOZAMA, 48 % des élèves sont transférés dans une école publique, 28 % dans les écoles privées et 2 % dans les centres de réinsertion. 91 % des enfants sont suivis en classe primaire, une partie, 9%, peut bénéficier de l intervention de VOZAMA en classe secondaire. A l échelle de la communauté en générale, les enfants sortants de VOZAMA démontrent une qualité exceptionnelle d après les responsables locaux de la commune et les parents. D après le résultat de notre enquête, plus de ¼ des enfants ont pour ambition d accéder à un statut élevé, c'est-à-dire devenir personnes influentes et respectueuses dans la région, comme les fonctionnaires, ou religieux. I LE PROJET 1. Contexte historique En 1996, le jésuite Père Boltz a lancé VOZAMA ou Vonjeo ny Zaza Malagasy (au secours des enfants malgaches) afin de donner au début un cadre éducatif aux nombreux enfants qu il a rencontré dans les villages de sa circonscription pastorale à Imito, dans le district d Imady. Puis le projet s étend dans la commune d Ambositra, Ambohimahasoa puis Fianarantsoa. En fait, la pauvreté des ménages affecte la motivation des parents d envoyer leurs enfants à l école. Pour ses actions en faveur de l alphabétisation des enfants en milieu rural, VOZAMA bénéficie des aides de différents partenaires financiers. La majorité du budget provient des organismes d aide au développement comme l AFD, le programme de la Commune de Muensingen de HELVETAS Swiss Intercooperation, et MISEREOR Allemagne. Une petite partie représente les fonds alloués grâce au système de parrainage qui assure le financement des sites d alphabétisation. Par ailleurs, certaines activités sont financées par participation des parents. Le programme de la Commune de Muensingen de HELVETAS a appuyé le programme VO- ZAMA depuis 1998 jusqu à maintenant. Ces appuis permettent à VOZAMA de réaliser des actions concrètes comme la mise en place des 700 postes d alphabétisation scolaire et la scolarisation de plus de élèves par an. Il est difficile d atteindre le principal objectif de VOZAMA sans prendre compte les paramètres liés à l environnement immédiat de l enfant comme les conditions de vie des parents et les contraintes socio-économique de la localité. En effet, même si VOZAMA vise essen-

38 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 38 tiellement l éducation préscolaire des plus jeunes, l intervention auprès des parents s avère aussi indispensable par la mise en œuvre des projets de développement local. Figure 9 : principaux domaines d intervention de VOZAMA Figure 10 : localisation des zones d intervention de VOZAMA

39 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Les partenaires locaux de VOZAMA Dans la mise en œuvre de ses actions, l ONG VOZAMA comptent sur différents partenaires. Cependant, les parents figurent parmi les premiers partenaires financiers de VOZAMA dont l apport financier des parents s élève à , soit 5% du budget annuel pour l année scolaire Les autorités locales comme les responsables de fokontany et les maires apportent leurs soutiens nécessairement sur le plan administratif. Parfois, ils démontrent leurs enthousiasmes dans la mise en œuvre du projet par la mise à la disposition d un local ou l équipement en matériels. Afin d atteindre son principal objectif de mettre les enfants sur les rails des écoles, VOZAMA fait appel à l équipe de DREN 19 lors de la préparation du programme d éducation préscolaire. Dans le domaine de développement agricole, VOZAMA a formé un consortium avec Saha Betsileo et ONN dans le cadre de la mise en œuvre d un projet de promotion de culture d igname. Le partenariat avec l ONG Fert permet à VOZAMA de mettre en œuvre un projet pilote d agriculture et de mise en place de GCV dans deux communes Sambavy et Ambalamahasoa L ADES a lié un partenariat avec VOZAMA à travers un projet de sensibilisation à la préservation de l environnement par l utilisation de fatana mitsitsy et la promotion de four solaire. 260 fatana sont vendus aux parents du réseau VOZAMA. Avec l Office Régionale de la Nutrition (ORN), la collaboration consiste à l intégration au sein d un réseau des acteurs et surtout aux échanges d informations et de documents. La Direction de Développement Rural (DDR) permet au VOZAMA de bénéficier des échanges des fiches techniques. Enfin les institutions d éducation partenaires de VOZAMA comprennent 300 écoles, publiques et privées. 3. Education préscolaire : évolution dans l environnement familial de l enfant 3.1. Contextes familiaux Les investigations de terrain ont montré que 19% des enfants vivent dans une famille monoparentale. La taille moyenne d une famille est de 7 personnes. 42 % des familles ont plus de six enfants. 68 % des parents exercent des activités agricoles, puis l artisanat occupe 14 % d entre eux. Ceux qui détiennent un métier d enseignant ou d éducateur représentent 9%. 5 % des parents sont salariés et les commerçants et les sans emplois représentent respectivement 2 % des parents. Concernant les revenus des ménages, 58 % gagnent moins de Ariary par mois. Les produits émanant des activités agricoles sont destinés à la consommation familiale (55%) tandis que 36% sont destinés à la vente. 9 % sont convertis en épargne. 19 Direction Régionale de l Education Nationale

40 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 40 Photo 1 : le poste VOZAMA Soanihasina Photo 2 : monitrice à Ankarandoa 3.2. Une école familiale au village Face à la difficulté ressentie par les parents de s occuper des enfants jusqu à l âge où ils peuvent envoyer à l école primaire, l ONG VOZAMA apporte une solution qui répond justement aux soucis des parents pour l éducation de leurs enfants : l implantation d un poste VOZAMA où les enfants reçoivent de l éducation préscolaire. «L éducation préscolaire (l équivalent de la maternelle et première année primaire) permet d améliorer de manière significative les résultats scolaires futurs des enfants. A la demande des parents et lorsque les conditions s y prêtent, un poste d alphabétisation préscolaire est créé dans un village afin de susciter progressivement le besoin de faire scolariser les enfants». Le poste VOZAMA prend en charge pour le programme d éducation préscolaire les enfants entre 5 à 9 ans. Mais avant de bénéficier de ce système d insertion scolaire, les parents doivent remplir les conditions suivantes s ils souhaitent l implantation du poste VOZAMA dans le village : - la prise de responsabilité des parents pour les démarches à effectuer, - le recrutement du moniteur, - la recherche de local pour le poste VOZAMA, - l organisation autour du fonctionnement du centre Les motivations des parents : pour un meilleur encadrement scolaire de leurs enfants La motivation des parents d inscrire leurs enfants au centre VOZAMA touche divers domaine : pour un avenir meilleur, la proximité ou l occupation pendant la période de travail. En effet, les parents sollicitent l implantation du poste VOZAMA dans le village en promettant leurs apports sur le plan logistique et la démarche administrative. L implication de la Commune de rattachement est même sollicitée par les parents non seulement pour le soutien dans les démarches administratives mais aussi pour la dotation de certains matériels. Selon le maire, la commune de Tsarasaotra a alloué en 2004 deux tables bancs pour les quatre postes VOZAMA de sa circonscription. Il se peut aussi que le fokontany ou la commune assure la recherche du local adapté pour le projet VOZAMA. Par ailleurs, dans certaines communes, la mise en place des centres d éducation préscolaire figure déjà dans le plan communal de développement. Ce qui explique le dynamisme de l équipe dirigeante et la population de la commune sur la démarche d acquisition d un poste VOZAMA.

41 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Les agents de l éducation : appartenance à une grande famille et un réseau structuré. L ONG VOZAMA s appuie sur une équipe de 635 personnes dans la mise en œuvre de son programme d éducation. La majorité des collaborateurs sont recrutés dans les régions d intervention que leurs connaissances du terrain et leurs intégrations constituent les principales exigences. Les agents de l éducation, appelés moniteurs, ont pour mission d animer le poste par les activités liées à l éducation des enfants et des interventions auprès des parents. «De simples jeunes filles ou jeunes mamans, les monitrices deviennent par le fait de leur formation et de leur emploi des «références» au sein de leur village.» Elles constituent le premier relais de VOZAMA pour la mise en œuvre sur terrain des projets VOZAMA. A la rencontre de la communauté villageoise, ils mobilisent les parents de réagir par rapport aux problèmes spécifiques liés à l éducation, l hygiène et la santé. Par ailleurs, ces passeurs de savoirs bénéficient aussi des formations afin de renforcer leurs compétences. Le plan de formation destiné aux moniteurs visé nécessairement à harmoniser les actions et faire le suivi de la mission de chacun. «Pour pallier au niveau disparate des monitrices des postes d alphabétisation, l action s appuie sur un dispositif de formation et de suivi draconien. 240 sessions de formation ont été organisées en ». Ils perçoivent des indemnités à chaque session de formation. Outre le regroupement des moniteurs pour la journée de renforcement des capacités, ils reçoivent la visite des inspecteurs qui viennent pour constater la situation des postes VO- ZAMA, recueillir des informations liées à l évolution des actions sur terrain et apporter des conseils. Le passage des inspecteurs offrent aussi l occasion de former les moniteurs sur un domaine spécifique et régler certains problèmes personnels ou autre. «La présence quotidienne sur le terrain de nos inspecteurs et de nos formateurs permet une proximité rare avec l ensemble des communautés villageoises partenaires et favorise la mise en place d actions complémentaires.» Le VOZAMA établit un système de formation en cascade pour ses agents d éducation. Les inspecteurs suivent aussi une session de formation à chaque fin de mois. 1/3 de budget est consacré au renforcement des compétences. Il est à signaler que les moniteurs ne sont pas tous salariés de VOZAMA, certains d entre eux consacrent leurs temps bénévolement afin d assurer le fonctionnement du poste VOZA- MA. L ancienneté des moniteurs est en moyenne 10 ans. Le plus ancien a travaillé au VOZAMA depuis plus de 20 ans. Leur salaire est d environ Ariary/mois pour le volume horaire de 3h par jour et 4 jours par semaines, mais en régularité. 82% sont des femmes ce qui montre la place prépondérante des femmes dans l animation des postes d éducation préscolaires dans les zones d intervention de VOZAMA.

42 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 42 Photo 3 : élèves préscolaires du poste VOZAMA à Morarano 3.5. Le contenu de la formation : la méthode APS privilégiée Au rythme de 12 heures par semaine réparties en 4 jours et en séances de 20 min que les enfants suivent le programme d éducation VOZAMA qui se réfère à celui de la première année de l école officielle (lecture, écriture, calcul, éducation civique dessin, etc.). Mais, en plus des matières de bases, les enfants reçoivent également de l enseignement sur le respect des règles d hygiène et la protection de l environnement. D ailleurs, l intervention de VOZA- MA auprès des enfants est basée sur les grands principes pédagogiques suivants : - faire évoluer l enfant via la méthode APS (Approche par les situations), - introduire une pédagogie fondée sur l éveil et le jeu où l enfant apprend à l école tout en développant les 5 sens, - accorder une attention particulière sur l hygiène, - exiger au profit des enfants de l ensemble du village la proximité de l établissement scolaire. Figure 3 : Contenu de la formation préscolaire La grande partie de formation est consacrée aux matières d enseignement standards de l éducation de base, 45% : écriture, lecture, arithmétique mais certaines matières permettent aux enfants de découvrir d autres aspects essentiels de la vie comme l agriculture/élevage, environnement. Ces matières préparent déjà les enfants de s imprégner et acquérir des connaissances sur le monde rural. L équipe pédagogique de VOZAMA, dirigée par Sœur Elisabeth, a élaboré des documents de travails qui facilitent les tâches des moniteurs auprès des enfants scolarisés. En aout 2012, sont sortis deux premiers manuels pédagogiques : un livre de lecture et un cahier d exercices de mathématiques. Photo 4 : emploi du temps VOZAMA

43 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Accompagnement des parents : un appui de VOZAMA en vue de l autonomie Les parents s engagent à remplir leurs missions d artisans des initiatives de développement dans le village local. En effet, une fois regroupés au sein d un comité villageois qu ils ont formé eux mêmes, les parents doivent accepter les conditions suivantes : - trouver à un local mis à la disposition de VOZAMA pour accueillir les enfants préscolarisés. - payer régulièrement la participation financière à titre de frais de scolarité, AR/mois/fratrie (0.30 euro). - Participer à des sessions de formations sur des thèmes liées au développement local (planning familial, hygiène et santé, techniques agricoles, etc.) - s impliquer à des activités génératrices de revenus. - en consacrer le bénéfice des frais de scolarités à l équipement du poste VOZAMA (achat d un tableau noir, de tables et de bancs, etc.). Au total, les postes VOZAMA à Fianarantsoa regroupent 4387 parents d élèves Formation des parents : savoir pour mieux agir dans la vie Dans sa politique de développement intégré qui consiste à conjuguer différents efforts auprès de l entourage de l enfant afin d atteindre l objectif visé. L ONG VOZAMA propose donc aux parents des séries d activités. Durant lesquelles les parents peuvent acquérir des connaissances et bénéficier des encadrements permettant d améliorer leurs conditions de vie. Les parents sont formés la plupart de temps par l équipe de VOZAMA, à 97%. La formation se déroule généralement pendant une journée à trois jours. La fréquence de formation varie selon les besoins. Les postes VOZAMA de la commune de Tsarasaotra reçoivent une fois par bimestre une session de formation sur les thématiques de l amélioration des conditions de vie des ménages. Une fois par mois que la réunion des parents est consacrée sur la comptabilité et l épargne familial. Bref, les parents bénéficient des activités d accompagnement de l ONG VOZAMA qui embrassent différents aspects de la vie. Les parents disposent donc des bagages de connaissances au profit de l éducation de leurs enfants et l amélioration des revenus. Ils sont donc préparés déjà à subvenir les besoins de leurs enfants après les années préscolaires au poste VOZAMA et quand ces derniers seront transférés à l école primaire de la commune. L agriculture tient une place importante, 39%, puis l éducation parentale, 23%. Ceci permet aux parents d acquérir des connaissances de base sur les rapports avec les enfants et le suivi des leçons à la maison Figure 4 : Contenu formation parents A travers les séances de formations en agriculture que les parents reçoivent des connaissances sur la technique agricole et la nouvelle variété de plante, comme l igname. A travers son réseau de 700 structures, l ONG VOZAMA fait la promotion de cette pratique culturale pour que les villageois aient accès à une alimentation de qualité. La culture d igname s avère

44 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 44 une solution alternative face aux problèmes de malnutrition dans la région. «Elle est connue pour son intéressante valeur nutritionnelle, c est un aliment de grand secours dans la lutte contre l insécurité alimentaire. Sa valeur énergétique permet de la substituer au riz là où l accessibilité ou la disponibilité ne sont pas constantes au long de l année.» De plus, les rendements sont beaucoup plus élevés que ceux du manioc et des patates douces. En 2012, les parents ont eu une récolte satisfaisante, kg d ignames. Photo 5 : Champs de culture d igname et collecte d igname La situation de pauvreté dans la région s explique certes par le problème de sécurité alimentaire. Mais, la question de non inscription au registre d Etat-civil accentue le phénomène d exclusion de l enfant Autre activité de VOZAMA : Opération actes d états civils : pour l identité légale des enfants En collaboration avec le pouvoir public, l ONG mène dans son programme de réinsertion en faveur des enfants une campagne de sensibilisation auprès des parents pour l acquisition des actes d états civils. Dans les postes VOZAMA, des réunions d information- formations sont donc organisés pour montrer l intérêt d une copie d acte de naissance pour la famille et la démarche à faire en vue d obtention de ce document. Source : Document de Synthèse Auto-évaluation du VOZAMA 2014 Figure 5: Taux d élèves ayant une copie de naissance Figure 6 : Taux d élèves ayant une identité légale Les efforts menés par les parents avec l appui opérationnel de l équipe VOZAMA, en matière de sensibilisation, démarches administratives et organisation des tribunaux forains, le taux d accès à l acquisition des copies d états civil a nettement augmenté, surtout à Ambositra. Actuellement, plus de copies sont livrés, attestant l identité légale des enfants.

45 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 45 Fianarantsoa Ambositra 4. Les effets/impacts 4.1. Insertion scolaire : un bilan positif De 1996 à 2015, enfants sont passés dans les écoles de VOZAMA. Après les années préscolaires au poste VOZAMA, 48 % des élèves sont transférés dans une école publique, 28 % dans les écoles privées et 2 % dans les centres de réinsertion. 91 % des enfants sont suivis en classe primaire. Environ 84% des enfants ont pu terminer la fin du primaire. 9%, ont pu bénéficier de l intervention de VOZAMA en classe secondaire. Nombreux sont les effets générés par VOZAMA Satisfaction des agents de l éducation 86% des agents d éducation au niveau des villages déclarent être satisfait de leurs tâches auprès des enfants. Les raisons principales évoquées comprennent surtout l épanouissement personnel, et la contribution au développement local à travers l éducation des enfants. Ceux qui ne sont pas satisfaits se plaignent du salaire pas motivant, le manque de moyens humains et matériels.

46 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Les impacts de la formation VOZAMA auprès des enfants : motivés et autonomes 79 % des enfants affirment la motivation à l école comme changement qu ils ont constaté grâce à la présence de VOZAMA dans le village. 15 % déclarent qu ils deviennent autonomes. Figure 7 : Changement de l enfant 4.4. Les impacts auprès des enfants accueillis au centre VOZAMA : brillants et disciplinés D après 28% des parents, le projet contribue à l amélioration du niveau scolaire des enfants, et aussi ils deviennent plus intelligents, et plus dynamique, Figure 8 : Impacts auprès des enfants bénéficiaires Figure 9 : Notation discipline Figure 10 : éducation civique

47 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 47 A l échelle de la société en générale que les enfants sortants de VOZAMA démontrent une qualité exceptionnelle. Ils ont acquis des sens de civisme que les gens ont remarqués lors d un événement important dans la commune, comme la fête de l indépendance du 26 juin. Les élèves de VOZAMA sont impressionnants lors du défilé. Ils sont très disciplinés Les enfants transférés à l école publique D après le témoignage des directeurs de l EPP, les anciens élèves VOZAMA sont brillants à l école. Des écarts sont constatés du niveau des connaissances entre les anciens bénéficiaires de VOZAMA et ceux qui ont passé directement l EPP Impact de la formation parentale 46% constatent qu ils ont obtenus les meilleurs résultats de productions. Les suivis des enfants constituent l un des bilans positifs de l accompagnement des parents, 26%. 76% déclarent que grâce à cette formation, ils peuvent s organiser et témoigner leurs solidarités en vue d entreprendre des activités de développement local. Les parents affirment qu ils peuvent se consacrer davantage à leurs activités quand leurs enfants sont envoyés au poste VOZAMA, sous la garde du moniteur. D après les parents, l un des avantages de l implantation du centre dans le village consiste que les enfants ont des occupations pendant la journée. Ils ne se trainent pas dans les champs de culture ou les rizières pour des jeux ou autres activités récréatives ou non comme garder les bœufs, les volailles.

48 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 48 Photo 6 : deux enfants errant Cliché 1 : activité récréative au poste VOZAMA Plus de la moitié des parents, démontrent l intérêt de cet accompagnement qui impacte sur la quantité satisfaisante de récolte. 12% déclarent qu ils ne voient pas de changement. L implantation de VOZAMA dans le village permet aux parents de créer ou renforcer des liens à travers le lancement des activités génératrices de revenus. Ils se réunissent périodiquement non seulement afin de discuter le fonctionnement du poste VOZAMA ou le suivi de leurs enfants, mais de s organiser par rapport à une opportunité qui se présente au profit de leurs activités professionnelles comme la formation en petits élevages, technique agricole et la distribution des semences. Dans le cadre de l association des parents, la solidarité est confirmée même en dehors des activités liées au poste VOZAMA. Les parents se donnent à l entraide pendant les différentes périodes de l année pour les travaux de labour ou la récolte. Par ailleurs, grâce à l appui de l ONG VOZAMA, les parents sont mieux armés sur le plan professionnel de faire face à la période de soudure, à partir du mois de décembre jusqu en mars.

49 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Impact des formations et appuis des parents en matière agricole : qualité améliorée et variée de l alimentation L augmentation de consommation de repas de type tubercule est soulevé par les enfants, L apparition de oviala dans leurs habitudes alimentaires grâce au VOZAMA est signalé par 3% des enquêtés. D après les parents, la consommation de brèdes a diminué, La consommation de légume a monté. Les familles consomment davantage de viande. Une fillette devant le champ d igname L ONG VOZAMA intervient aussi dans le domaine de nutrition auprès des enfants en milieu rural. Les parents sont donc encouragés de mettre en place le système de cantine scolaire au sein du poste VOZAMA du village. Ils s organisent pour la collecte des ingrédients et la préparation du repas. Par exemple, l association des parents du poste VOZAMA d Andondona exige aux membres de fournir 4 à 5 kg de riz par ménage lors de la rentrée scolaire. Les parents s arrangent de s occuper la cuisine selon la disponibilité de chaque membre Impact relatif à l accès en eau potable : moins de corvée et meilleure qualité de service d eau L ONG VOZAMA essaie de diversifier les domaines d activités dans sa zone d intervention. Après l éducation et la sécurité alimentaire, l accès à l eau potable est aussi un cheval de bataille. En effet, «les inspecteurs AEP (pour adduction d eau potable) parcourent les villages, veillent au bon entretien des bornes fontaines installées et prospectent d autres sites du voisinage de VOZAMA pour d éventuelles nouvelles adductions.» En partenariat avec Terre des Hommes France, VOZAMA a réalisé son premier projet d accès à l eau et à l assainissement, près de Fianarantsoa, au bénéfice de 900 personnes. Il s agit des constructions d un système de captage de la source, aérateur décanteur, système de filtrage pour le traitement physique de l eau, un réservoir de 20m3, 13 bornes fontaines, 4 blocs sanitaires comprenant 2 douches et un lavoir et des latrines améliorées.

50 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 50 L apport en main d œuvre de la communauté bénéficiaire permet de creuser près de 5000 mètres de tranchées pour les tuyaux. Photo 2 : Une borne fontaine à Morarano, Ambositra Photo 3 : Borne fontaine à Ankarandoha, Fianarantsoa La majorité des enfants déclarent avoir accès à l eau. Une minorité affirme qu ils ont un problème d accès à l eau actuellement. Figure11 : Accès eau d après les enfants La plupart des ménages ont accès à l eau dans les villages bénéficiaires du projet eau

51 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 51 55% ont affirmés leurs satisfactions au sujet de l accès à l eau, avant le projet contre 53% après le projet. La situation avant le projet semble satisfaisant d après 24% des enquêtés contre 22% après le projet. Figure12 : Avis sur l accès à l eau 4.9. Impacts des actions sur l hygiène et assainissement : la bonne pratique prouvée depuis l école La sensibilisation au respect des règles l hygiène est intégrée dans le programme éducatif de VOZAMA. Les moniteurs consacrent donc plusieurs sessions d activités liées à l éducation sanitaire et hygiène dont les cibles ne sont pas seulement les enfants mais l ensemble de la famille. La campagne de lavage des mains concerne tous les villageois comme la sensibilisation sur l assainissement. Par ailleurs, les dispositifs nécessaires sont pris à l école pour que les enfants assimilent la bonne pratique d hygiène et d assainissement. Chaque école doit avoir une toilette. Il y a un bac à ordure. Afin de veiller sur l hygiène dentaire des enfants, chaque enfant possède une brosse à dent. Afin garantir plus d efficacité dans l approche auprès des enfants, l équipe du volet éducation à l hygiène et sanitaire a créé des jeux d éducation. Pendant, la session de formation mensuelle qu on fait découvrir aux moniteurs les outils de sensibilisation et les approches adaptées. 90% des ménages mettent leurs déchets dans un endroit réservé, lava-pako. Il s agit d un grand trou où les déchets généralement des débris végétaux sont stockés. Ils sont transformés en compost après avoir brulé. De ce système de recyclage des déchets, les villageois disposent des engrais pour leurs cultures.

52 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 52 Cliché4 : Equipements pour l hygiene dentaire Cliché5 : lavage des mains, poste Sahamamy Source : Document de Synthèse Auto-évaluation du VOZAMA 2014 Figure 19 : Pratiques d hygiène Règles d hygiène : une meilleure information pour la meilleure santé Figure13 : lavage des mains enfants Figure14 : Lavage des mains parents 46% des enfants ont pris l habitude de se laver la main avant de prendre le repas, presque le même pourcentage que les parents ayant déclarés cette pratique.

53 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation Impacts des actions sur la préservation de l environnement : pour un reboisement socialement responsable et l éducation environnementale efficace Parmi les actions de l ONG VOZAMA en milieu rural, le programme de sensibilisation et de reboisement qui a démarré en 2006, est un volet d activité assez important de l organisme dont l objectif consiste à améliorer les cadres de vie des villageois. «Par de nombreuses actions éducatives et formatrices VOZAMA sensibilise enfants, parents, monitrices et communes à la nécessaire protection de l environnement. Une démarche délibérément communautaire, pour faire évoluer les mentalités grâce à des chantiers concrets.» Deux pépinières situées au siège de l ONG à Fianarantsoa et dans l enceinte de la direction régionale à Ambositra, produisent des milliers de jeunes plantes d eucalyptus, jacaranda, pins, etc. Lesquels sont destinés pour les activités de reboisement au sein du réseau VO- ZAMA. Une opération dénommée «1 enfant = 1 arbre» consiste à inciter les enfants à la préservation de l environnement par l implantation d un arbre que ses parents ont acheté pour lui, à un prix avantageux. «La sensibilisation des plus jeunes aide à faire évoluer les mentalités, plus qu un long discours auprès des adultes. L attachement des enfants à leurs arbres et l engagement financier symbolique des familles pérennise les plantations.» VOZAMA s adresse aussi au public plus large dans son opération de reboisement. Une partie de la production des jeunes plantes est consacrée à la vente auprès des particuliers ou des organismes œuvrant à l amélioration de l environnement. Depuis 2008, VOZAMA donne un exemple en matière de la promotion de l agroforesterie dans sa région d intervention par une opération de reboisement sur un terrain de 30ha, dans la vallée de la Vakoa à proximité de Fianarantsoa arbres sont implantés. Derrière cette démarche, les paysans sont incités de s initier à la création et à l entretien d une forêt. Dans le cadre de formation des parents d élèves pour qu ils aient les meilleures cadres de vie, l ONG VOZAMA leur a réservé plusieurs sessions de formation-sensibilisation sur la protection de l environnement. 55% des parents d élèves ont suivi une formation sur l environnement. Il est à noter que certaines régions n ont pas pu bénéficier cette formation pour les raisons suivantes : - nouveaux sites VOZAMA, - éloignements, - manque de personnels, - parents peu dynamique. Figure 20 : Formation environnement

54 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 54 Figure 21 : Pratique reboisement Figure 22 : Types de plantes 70 % des parents d élèves et élèves participent au reboisement organisé par le Poste VOZAMA. L ONG VOZAMA a un slogan 1 élève = 1 arbre. La plupart des plantes d arbres sont de type eucalyptus, 40%. A Tsarasaotra, les parents sont particulièrement incités pour la plantation des arbres fruitiers. Source : Document de Synthèse Auto-évaluation du VOZAMA 2014 Figure 23 : Evolution de la production des jeunes plantes

55 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 55 Cliché6 : Pépinière à Ambositra Cliché7 : Terrains de reboisement à Vakoa, Fianarantsoa 5. Difficultés rencontrées et suggestions Figure : Difficultés rencontrées D après les responsables de postes VOZAMA, dans l exécution de leurs tâches en faveur des enfants, ils ont rencontré souvent des problèmes liés au manque de responsabilité des parents, Ils se plaignent aussi la charge de travail et la manque de moyens nécessaires. Figure : Amélioration souhaitée

56 Rapport de l étude des effets et impacts du programme Muensingen Programme Professionnel et scolarisation 56 L amélioration souhaitée par les moniteurs concerne surtout la révision de la grille salariale. Ils proposent également de d améliorer la relation entre les parents et les responsables du poste VOZAMA et de renforcer les moyens pédagogiques. Sinon, voici quelques points essentiels qui méritent de soulever par rapport aux remarques des personnes que nous avons rencontrés : -L extension de VOZAMA jusqu en classe de T3 mérite une réflexion. Les parents souhaitent maintenir la période de préparation préscolaire pour une durée assez longue, pourtant l école publique confirme que la meilleure classe de réinsertion est le T2 comme on le fait maintenant. -La concertation entre les autorités locales et les parents d élèves en vue de mise en place d un poste VOZAMA. La commune n est pas consultée pour la mise en œuvre d un projet dans sa circonscription. -Pas de données statistiques sur les activités de VOZAMA à la commune. Les responsables communaux ont besoins des informations périodiques sur l éducation des enfants. Cliché8 : Panneau d information sur la RN7 Cliché9 : Panneau d indication sur une piste rurale

ACCOMPAGNEMENT À LA MOBILITÉ NOUVEAUTÉ 2013

ACCOMPAGNEMENT À LA MOBILITÉ NOUVEAUTÉ 2013 2 ACCOMPAGNEMENT À LA MOBILITÉ ACCOMPAGNEMENT À LA MOBILITÉ 2 Les formations à l accompagnement à la mobilité répondent à l objectif n 1 des orientations stratégiques de la formation pour la période 2011

Plus en détail

Appel à Proposition de Projets N o 2 & 3 (CFP#2) (CFP#3)

Appel à Proposition de Projets N o 2 & 3 (CFP#2) (CFP#3) Termes de Référence pour l Evaluation Finale des Projets de la Fondation Rio Tinto Appel à Proposition de Projets N o 2 & 3 (CFP#2) (CFP#3) Termes de Référence (TDR) Page 1 sur 8 Sommaire A. Contexte de

Plus en détail

Appel à Proposition de Projets N o 1 (CFP#1)

Appel à Proposition de Projets N o 1 (CFP#1) Termes de Référence pour l Evaluation Finale des Projets de la Fondation Rio Tinto Appel à Proposition de Projets N o 1 (CFP#1) Termes de Référence (TDR) Page 1 sur 7 Sommaire A. Contexte de l Evaluation...

Plus en détail

impact du congé individuel de formation sur le parcours professionnel des franciliens

impact du congé individuel de formation sur le parcours professionnel des franciliens L impact du congé individuel de formation sur le parcours professionnel des franciliens Synthèse des résultats de l enquête réalisée en par l institut CREDOC Ce qu il faut retenir... Chiffres et données-clés

Plus en détail

Référentiel de compétences en éducation pour la santé

Référentiel de compétences en éducation pour la santé Référentiel de compétences en éducation pour la santé Version synthétique septembre 2012 Comité consultatif pour l élaboration des programmes de formation en éducation pour la santé (Décret n 2006-57 du

Plus en détail

Structurer avec les procédures de pilotage en lien avec les projets

Structurer avec les procédures de pilotage en lien avec les projets 1 OF3-1 Structurer avec les procédures de pilotage en lien avec les projets Le pilotage et la coordination des projets nécessitent la définition et l élaboration en préalable d outils décrivant les modes

Plus en détail

Mise en œuvre au sein de la CEPAL des dispositions des articles 3.2 et 4.5 de l accord Groupe GPEC du 20 janvier 2015

Mise en œuvre au sein de la CEPAL des dispositions des articles 3.2 et 4.5 de l accord Groupe GPEC du 20 janvier 2015 Mise en œuvre au sein de la CEPAL des dispositions des articles 3.2 et 4.5 de l accord Groupe GPEC du 20 janvier 2015 Période du 1 er janvier 2015 au 31 décembre 2017 La CEPAL met en œuvre les engagements

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF LOCAL ans

LE PROJET EDUCATIF LOCAL ans LE PROJET EDUCATIF LOCAL 3-18 ans PROJET EDUCATIF DE LA VILLE Une priorité La réduction des inégalités L étude diagnostique réalisée en 1999/2000 sur les actions éducatives proposées dans les temps péri

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement du coordonnateur du Programme d Analyse des Systèmes Éducatifs des pays membres de la CONFEMEN (PASEC)

Termes de référence pour le recrutement du coordonnateur du Programme d Analyse des Systèmes Éducatifs des pays membres de la CONFEMEN (PASEC) Termes de référence pour le recrutement du coordonnateur du Programme d Analyse des Systèmes Éducatifs des pays membres de la CONFEMEN (PASEC) Titre du poste : Coordonnateur du programme PASEC de la CONFEMEN

Plus en détail

FICHE DE POSTE ANIMATEUR PERMANENT INTITULE DE L EMPLOI NOM ET PRENOM DU TITULAIRE : FICHE REALISEE LE : SIGNATURE EMPLOYEUR : MJC RICHEMONT PAR :

FICHE DE POSTE ANIMATEUR PERMANENT INTITULE DE L EMPLOI NOM ET PRENOM DU TITULAIRE : FICHE REALISEE LE : SIGNATURE EMPLOYEUR : MJC RICHEMONT PAR : FICHE DE POSTE INTITULE DE L EMPLOI ANIMATEUR PERMANENT NOM ET PRENOM DU TITULAIRE : FICHE REALISEE LE : SIGNATURE EMPLOYEUR : MJC RICHEMONT PAR : SIGNATURE SALARIE 1. PRESENTATION DU POSTE. Positionnement

Plus en détail

Mission Encadrant Technique de Sécurité Emploi Service Activités d Insertion par l Economique

Mission Encadrant Technique de Sécurité Emploi Service Activités d Insertion par l Economique Mission Encadrant Technique de Sécurité Emploi Service Activités d Insertion par l Economique Poste d Encadrant Technique Activités d Insertion par l Economique ETAIE pouvant se rattacher au code ROME

Plus en détail

08 jours de travail effectif/expert Durée de contrat. 2 mois

08 jours de travail effectif/expert Durée de contrat. 2 mois Termes de référence pour le recrutement d'un bureau d'études ou d un groupe de consultants pour la formation des chef-fe-s de service femme et des chef-fe-s de projets appelé(e)s à gérer le Programme National

Plus en détail

Termes de référence pour l évaluation du projet 2012/2015 de la plateforme ELSA

Termes de référence pour l évaluation du projet 2012/2015 de la plateforme ELSA Termes de référence pour l évaluation du projet 2012/2015 de la plateforme ELSA CADRE ET OBJET DE L EVALUATION Contexte Créée en mars 2002 sur l initiative de cinq associations françaises de lutte contre

Plus en détail

AIDE-SOIGNANT : STAGE D INTEGRATION

AIDE-SOIGNANT : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE-SOIGNANT

Plus en détail

ELABORATION DU PROJET PROFESSIONNEL

ELABORATION DU PROJET PROFESSIONNEL Haute Ecole Robert Schuman Département pédagogique administration Retour à la liste ELABORATION DU PROJET PROFESSIONNEL Titulaire : Schockert Catherine Section : Instituteur primaire Instituteur primaire

Plus en détail

Rappel des caractéristiques clés de l emploi du secteur Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Rappel des caractéristiques clés de l emploi du secteur Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit Rappel des caractéristiques clés de l emploi du secteur L effectif salarié total du secteur (NAF 6920Z) a augmenté de +23% en 15 ans, passant de 105 708 à 129 904 salariés La majorité des effectifs se

Plus en détail

Instance Générale de Suivi des Programmes Publics (IGSPP), Présidence du Gouvernement-PNUD

Instance Générale de Suivi des Programmes Publics (IGSPP), Présidence du Gouvernement-PNUD Instance Générale de Suivi des Programmes Publics (IGSPP), Présidence du Gouvernement-PNUD Termes de référence pour un cycle de formation sur les techniques et méthodes d évaluation des politiques publiques

Plus en détail

CYCLE DIRECTEUR D ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT ARTISTIQUE VOUS ÊTES ARTISTE, VOUS GÉREZ DES ÉQUIPES, DEVENEZ MANAGER

CYCLE DIRECTEUR D ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT ARTISTIQUE VOUS ÊTES ARTISTE, VOUS GÉREZ DES ÉQUIPES, DEVENEZ MANAGER CYCLE DIRECTEUR D ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT ARTISTIQUE VOUS ÊTES ARTISTE, VOUS GÉREZ DES ÉQUIPES, DEVENEZ MANAGER 2 CYCLE DIRECTEUR D ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT ARTISTIQUE L Institut national spécialisé

Plus en détail

REFERENTIEL DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DU PROFESSEUR DES ECOLES STAGIAIRE EN FIN DE FORMATION INITIALE

REFERENTIEL DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DU PROFESSEUR DES ECOLES STAGIAIRE EN FIN DE FORMATION INITIALE Bulletin Officiel de l Education Nationale (BOEN) n 43 - p. 3126 du 24/11/1994 REFERENTIEL DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DU PROFESSEUR DES ECOLES STAGIAIRE EN FIN DE FORMATION INITIALE Extrait de la

Plus en détail

Bureau de Coordination des Programmes Emploi (BCP-Emploi)

Bureau de Coordination des Programmes Emploi (BCP-Emploi) République de Côte d Ivoire Union Discipline Travail Le C2D, un partenariat au service du développement Bureau de Coordination des Programmes Emploi (BCP-Emploi) -------------------------------------------------

Plus en détail

L ENGAGEMENT QUALITE

L ENGAGEMENT QUALITE 1 La Région Ile de France, avec, L Union Régionale des Organismes de Formation, La Fédération de la Formation Professionnelle, Le réseau des GRETA de l Education Nationale, Les Universités, La Chambre

Plus en détail

CQP TUTEUR(TRICE) EN ENTREPRISE

CQP TUTEUR(TRICE) EN ENTREPRISE CQP TUTEUR(TRICE) EN ENTREPRISE DEFINITION ET DESCRIPTION DE LA CERTIFICATION Le (la) tuteur (trice) est un salarié d une entreprise du secteur TMC qui, indépendamment de son poste et de sa fonction, possède

Plus en détail

Étude préalable. 1 Présentation de l étude préalable. 1.1 Définition

Étude préalable. 1 Présentation de l étude préalable. 1.1 Définition Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser l innovation dans les actions de développement et analyser en amont les conditions et les leviers des changements qu elles visent, pour en renforcer

Plus en détail

Faculté de médecine Vice décanat à la recherche et à l innovation scientifique. Exemple. de guide de. mentorat

Faculté de médecine Vice décanat à la recherche et à l innovation scientifique. Exemple. de guide de. mentorat Faculté de médecine Vice décanat à la recherche et à l innovation scientifique Exemple Octobre 2014 Le vice-décanat à la recherche et à l innovation scientifique de la Faculté de médecine de l Université

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES FORMATION RSS

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES FORMATION RSS UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES ECOLE DE SANTÉ PUBLIQUE RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES FORMATION RSS Certificat universitaire en initiation à la Recherche pour le renforcement des Systèmes de Santé Option «Economie

Plus en détail

Informations relatives à l accueil des stagiaires

Informations relatives à l accueil des stagiaires MASTER Travail social et politiques sociales Programme d études «Problèmes sociaux, action sociale et préventions des risques» Informations relatives à l accueil des stagiaires Fribourg, Octobre 2014 Informations

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Il est placé sous la hiérarchie du directeur de la mission locale de Bordeaux.

FICHE DE POSTE. Il est placé sous la hiérarchie du directeur de la mission locale de Bordeaux. Bordeaux, le 13 avril 2015 FICHE DE POSTE Emploi repère CCN : Responsable de secteur Cotation 15 Intitulé de poste : Responsable de secteur Garantie Jeunes CONTEXTE ET DEFINITION La Garantie Jeunes est

Plus en détail

CHARTE DE PROMOTION DE L ALTERNANCE DANS LES ARDENNES

CHARTE DE PROMOTION DE L ALTERNANCE DANS LES ARDENNES CHARTE DE PROMOTION DE L ALTERNANCE DANS LES ARDENNES Charte de promotion de l alternance dans les Ardennes Page 1 sur 7 Charte de promotion de l alternance dans les Ardennes Page 2 sur 7 Préambule L alternance,

Plus en détail

PENSER, LIRE, ECRIRE, PARLER : ÇA S APPREND!

PENSER, LIRE, ECRIRE, PARLER : ÇA S APPREND! PENSER, LIRE, ECRIRE, PARLER : ÇA S APPREND! 1) Présentation du dispositif «Compétences clés» Les objectifs de la formation Les conditions d accès Volume horaire minimum Volume horaire maximum Volume horaire

Plus en détail

La diversité des situations d accompagnement

La diversité des situations d accompagnement La diversité des situations d accompagnement 1 Pour quelles raisons le tutorat fait-il un retour en force dans l actualité entrepreneuriale : simple effet de mode, incitation gouvernementale, emploi des

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Mettre en relation les demandeurs d emploi suivis par le Plie avec le potentiel d offres des entreprises

FICHE DE POSTE. Mettre en relation les demandeurs d emploi suivis par le Plie avec le potentiel d offres des entreprises Bordeaux, le 29 juin 2015 FICHE DE POSTE Intitulé de poste : Chargé de Relations Entreprises Plie FONCTION Assurer un soutien à la recherche d emploi, repérer les besoins du public et les traduire pour

Plus en détail

CALENDRIER ET PLAN DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS DES EXPERTS CURSUS «MARKETING»

CALENDRIER ET PLAN DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS DES EXPERTS CURSUS «MARKETING» CALENDRIER ET PLAN DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS DES EXPERTS CURSUS «MARKETING» COMMENTAIRE GÉNÉRAL L École Supérieure des Affaires, établissement de promotion sociale, organise le cursus en marketing depuis

Plus en détail

PROTOCOLE DE SUIVI-EVALUATION

PROTOCOLE DE SUIVI-EVALUATION UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR (UCAD) INSTITUT FONDAMENTAL D'AFRIQUE NOIRE (IFAN) LABORATOIRE DE RECHERCHE SUR LES TRANSFORMATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES (LARTES-IFAN) PROJET D EVALUATION DES APPRENTISSAGES

Plus en détail

Les formations de base au tutorat

Les formations de base au tutorat Les formations de base au tutorat FRAJE - Promouvoir la fonction de tutorat et définir les conditions nécessaires à sa mise en place - Améliorer la qualité d accueil des stagiaires dans les lieux de stage

Plus en détail

Source : CCCA-BTP, édition du 4 mars 2011

Source : CCCA-BTP, édition du 4 mars 2011 1 LE MAÎTRE D APPRENTISSAGE 2 LE MAÎTRE D APPRENTISSAGE QUEL EST LE RÔLE DU MAÎTRE D APPRENTISSAGE? Le maître d apprentissage est au cœur du dispositif de la formation alternée et de sa réussite. Il a

Plus en détail

Déclaration d activité enregistrée sous le numéro auprès de la Préfecture de la Région Réunion.

Déclaration d activité enregistrée sous le numéro auprès de la Préfecture de la Région Réunion. Déclaration d activité enregistrée sous le numéro 98 97 027 3797 auprès de la Préfecture de la Région Réunion. PLAN DE FORMATION DEJEPS, spécialité : Animation socio-éducative Mention : Développement,

Plus en détail

Licence Sciences de l éducation

Licence Sciences de l éducation Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de l éducation Institut catholique de Lyon - UCLY Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI A LA FORMATION PROFESSIONNELLE, PHASE IV (PAFP4) TERMES DE REFERENCE

PROGRAMME D APPUI A LA FORMATION PROFESSIONNELLE, PHASE IV (PAFP4) TERMES DE REFERENCE PROGRAMME D APPUI A LA FORMATION PROFESSIONNELLE, PHASE IV (PAFP4) TERMES DE REFERENCE FORMATION EN ANALYSE RAPIDE DES MARCHES (ARM) AVEC L APPROCHE CHAINE DE VALEUR (CDV) Novembre 2016 1. CONTEXTE Le

Plus en détail

1. Présentation de l association et du contexte

1. Présentation de l association et du contexte TERMES DE RÉFÉRENCE POUR L ACCOMPAGNEMENT DE CARE FRANCE DANS LA MISE EN ŒUVRE DE SON PLAN D ACTION EN MATIÈRE DE PRISE EN COMPTE DE L ÉGALITE DE GENRE 1. Présentation de l association et du contexte CARE

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION PROTOTYPE D ÉPREUVE MATHÉMATIQUE Fin du 1 er cycle du primaire 022-210 MATHÉMATIQUE Fin du 2 e cycle du primaire 022-410 2008 Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

CQP FORMATEUR(TRICE) INTERNE

CQP FORMATEUR(TRICE) INTERNE CQP FORMATEUR(TRICE) INTERNE DEFINITION ET DESCRIPTION DE LA CERTIFICATION Le (la) formateur (trice) interne analyse la demande, conçoit, organise et assure des actions de formation interne pour adultes

Plus en détail

Accès à l éducation au Maroc rural

Accès à l éducation au Maroc rural Accès à l éducation au Maroc rural NEAR EAST FOUNDATION UK Partenaires dans le développement communautaire TERMES DE REFERENCES : GESTION DES CONFLITS I. Contexte Le projet «Accès à l Education au Maroc

Plus en détail

L OFFRE DE SERVICE AUX ENTREPRISES 15 FÉVRIER 2013

L OFFRE DE SERVICE AUX ENTREPRISES 15 FÉVRIER 2013 L OFFRE DE SERVICE AUX ENTREPRISES Pépinières d entreprises La Roche sur Yon, le 04.02.2014 UNE OFFRE DE SERVICE ADAPTÉE Des services personnalisés et adaptés à chacun de vos recrutements, selon : les

Plus en détail

La gestion communautaire des écoles. par Tounkara Diélika TOGOLA Plan Mali

La gestion communautaire des écoles. par Tounkara Diélika TOGOLA Plan Mali La gestion communautaire des écoles par Tounkara Diélika TOGOLA Plan Mali Présentation de Plan Mali Plan est une organisation humanitaire internationale de développement centré sur l enfant sans aucune

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE :

TERMES DE REFERENCE : Le C2D, un Partenariat au service du développement Union Discipline -Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité

Plus en détail

Termes de Référence Evaluation externe du programme, 2013

Termes de Référence Evaluation externe du programme, 2013 Termes de Référence Evaluation externe du programme, 2013 «Traitements médicaux enfants roumains en France» I. INTRODUCTION Le programme «Traitements médicaux enfants roumains en France» a permis depuis

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATIQUE DEFINIR ET CONSOLIDER SON PROJET ASSOCIATIF FICHE PRATI QUE www.clae.lu Définir et consolider son projet associatif Un projet associatif peut être compris comme un projet de développement

Plus en détail

Apprentis et lycéens. au cinéma. CHARTE D ENGAGEMENT Règles, droits, devoirs engagements et développements

Apprentis et lycéens. au cinéma. CHARTE D ENGAGEMENT Règles, droits, devoirs engagements et développements Apprentis et lycéens au cinéma CHARTE D ENGAGEMENT 2016-2017 Règles, droits, devoirs engagements et développements Préambule Pour la salle de cinéma, comme pour l établissement scolaire, la participation

Plus en détail

Allier une prise en charge pédagogique commune et concertée, et la différenciation pour la réussite de tous

Allier une prise en charge pédagogique commune et concertée, et la différenciation pour la réussite de tous Collège Diderot - Besançon Allier une prise en charge pédagogique commune et concertée, et la différenciation pour la réussite de tous - Rapport d étape - Résumé du projet : Nous abordons le problème par

Plus en détail

Partenariat Fonds MAE IEPSCF-Uccle. Organisation et Calendrier

Partenariat Fonds MAE IEPSCF-Uccle. Organisation et Calendrier Partenariat Fonds MAE IEPSCF-Uccle Organisation et Calendrier Début : Février 2017 Fin : Janvier 2020 Lieu : Rue Gatti de Gamond 95 1180 Uccle Tél : 02/332.11.66 Fax : 02/33.10.87 http://www.iepscf-uccle.be/

Plus en détail

ANNEXE IV DÉFINITION DES ÉPREUVES. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 41

ANNEXE IV DÉFINITION DES ÉPREUVES. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 41 ANNEXE IV DÉFINITION DES ÉPREUVES Mention complémentaire Organisateur de réceptions 41 ÉPREUVE E 1 : ÉTUDE TECHNIQUE DE RÉCEPTIONS U1 Coefficient : 3 Objectifs et contenu de l épreuve L épreuve vise à

Plus en détail

Le guide des parents. autrement RÉUSSIR. autrement. Pour RÉUSSIR

Le guide des parents. autrement RÉUSSIR. autrement. Pour RÉUSSIR Pour RÉUSSIR autrement Le guide des parents Union Nationale des Maisons Familiales Rurales 58, rue Notre-Dame de Lorette 75009 PARIS Tél : 01 44 91 86 86 Fax : 01 44 91 95 45 E-mail : unmfreo@mfrassofr

Plus en détail

Rôle des conseillères et des conseillers pédagogiques TIC

Rôle des conseillères et des conseillers pédagogiques TIC Rôle des conseillères et des conseillers pédagogiques TIC Rencontre du 13 février 2004 PLAN D INTÉGRATION DES TIC Contribuer à l'élaboration et à l'application d'un plan d'intégration de TIC. Faciliter

Plus en détail

Les guides de l employeur territorial L ENTRETIEN PROFESSIONNEL GUIDE CDG39

Les guides de l employeur territorial L ENTRETIEN PROFESSIONNEL GUIDE CDG39 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL GUIDE Les guides de l employeur territorial Le présent guide a pour objectif d accompagner les évaluateurs dans la conduite des entretiens professionnels. Les éléments figurant

Plus en détail

UN PROGRAMME D ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE

UN PROGRAMME D ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE UN PROGRAMME D ÉTUDES EN FORMATION PROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Travailler dans le domaine de la formation professionnelle exige d avoir une vision juste, ainsi qu une bonne compréhension

Plus en détail

PARCOURS des METIERS et des FORMATIONS 2014/2015

PARCOURS des METIERS et des FORMATIONS 2014/2015 PARCOURS des METIERS et des FORMATIONS 2014/2015 MISE EN OEUVRE DU P.D.M.F. : En application : De la résolution du 21 novembre du Conseil de l Union Européenne sur «Mieux inclure l orientation tout au

Plus en détail

(** Se reporter au référentiel des compétences attendues pour chaque module de formation)

(** Se reporter au référentiel des compétences attendues pour chaque module de formation) FORMATION AU TUTORAT Le tuteur a pour fonctions, dans l environnement professionnel : D organiser l accueil et le parcours de l apprenant au sein de l institution. De favoriser la co-construction avec

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. 2 ème EDITION DU SALON DE LA RECHERCHE AU SERVICE DU SECTEUR ECONOMIQUE ET DE L EMPLOI

TERMES DE REFERENCE. 2 ème EDITION DU SALON DE LA RECHERCHE AU SERVICE DU SECTEUR ECONOMIQUE ET DE L EMPLOI TERMES DE REFERENCE 2 ème EDITION DU SALON DE LA RECHERCHE AU SERVICE DU SECTEUR ECONOMIQUE ET DE L EMPLOI PARTENARIAT UNIVERSITE D ANTANANARIVO, FIVMPAMA ET BIT I. Contexte et justifications La l innovation

Plus en détail

Maison de l Emploi et de la Formation en pays Beaujolais Elargi

Maison de l Emploi et de la Formation en pays Beaujolais Elargi 1 place Faubert 69400 Villefranche S/ Saône Maison de l Emploi et de la Formation en pays Beaujolais Elargi Des solutions RH au service des entreprises et des actifs du territoire Qu est ce que la MdEF?

Plus en détail

SOMMAIRE. Les références de l étude

SOMMAIRE. Les références de l étude 1 SOMMAIRE Le présent sommaire donne une vue d ensemble du résultat d une étude sur les jeunes et la formation en agriculture. Il se divise en deux points; le premier expose les références de l étude tandis

Plus en détail

MARS 2013 HOTEL COLBERT

MARS 2013 HOTEL COLBERT AJOUTER UNE PHOTOGRAPHIE EN ACTION ALPHABETISATION PAR LA METHODE REFLECT ET APPRENTISSAGE DES PETITS METIERS AUX JEUNES DESCOLARISES ANDRIAMAMPILAZASOA Fidy Herman CATEGORIE: EDUCATION ET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Etudes métiers en collectivités : Chef de secteur / responsable régional Chef de production Pâtissier / chef pâtissier

Etudes métiers en collectivités : Chef de secteur / responsable régional Chef de production Pâtissier / chef pâtissier Etudes métiers en collectivités : Chef de secteur / responsable régional Pâtissier / chef pâtissier DATA SERVICES TECHNOLOGY INSIGHT 1 PARTIE 1 : CONTEXTE & OBJECTIFS 2 CONTEXTE & OBJECTIFS Objectifs de

Plus en détail

Master MEEF - Mention MEEF 1 er degré - Parcours professorat des écoles bilingue - M

Master MEEF - Mention MEEF 1 er degré - Parcours professorat des écoles bilingue - M 0 Master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation (MEEF) Mention MEEF premier degré / Parcours professorat des écoles bilingue Objectifs de la formation Le master MEEF, mention premier

Plus en détail

Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres

Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres Projet pilote de mentorat- Journal de bord des rencontres Date de la rencontre : Thème, sujet, besoin, problématique Compétence professionnelle (SEJ 2008, adapté du Mels, 2004 ) Action Rôle ou fonction

Plus en détail

Référentiel professionnel DEES du 20 juin 2007

Référentiel professionnel DEES du 20 juin 2007 Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

25 NOUVEAUX «CDISABLES» RENFORCENT LA GRANDE FAMILLE DU CONSEIL GÉNÉRAL

25 NOUVEAUX «CDISABLES» RENFORCENT LA GRANDE FAMILLE DU CONSEIL GÉNÉRAL 25 NOUVEAUX «CDISABLES» RENFORCENT LA GRANDE FAMILLE DU CONSEIL GÉNÉRAL Lundi 15 octobre 2012 Dossier de presse Communication du Conseil Général Tél. : 0262 21 86 30 Fax : 0262 21 39 45 www.cg974.fr Le

Plus en détail

CAHIER DE BORD POUR LA REALISATION DE L U32

CAHIER DE BORD POUR LA REALISATION DE L U32 CAHIER DE BORD POUR LA REALISATION DE L U32 (Préparer et mettre en œuvre un projet) Bac Professionnel SPVL 1 Quelques conseils : L objectif de ce cahier de bord est de vous aider dans la préparation et

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU SERVICE DE LA PROFESSIONNALISATION

LES DISPOSITIFS DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU SERVICE DE LA PROFESSIONNALISATION Uniformation, OPCA de l Ec LES DISPOSITIFS DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU SERVICE DE LA PROFESSIONNALISATION Comprendre le nouveau paysage de la formation professionnelle continue et le rôle

Plus en détail

FORMATION CYCLE DIRECTEUR ET DIRECTEUR ADJOINT

FORMATION CYCLE DIRECTEUR ET DIRECTEUR ADJOINT FORMATION CYCLE DIRECTEUR ET DIRECTEUR ADJOINT Un programme sur mesure pour les directeurs d Alliances Françaises, Instituts Français, Centres de langues. Ré-inventer le développement du Francais, www.alliancefr.org

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN D ÉVALUATION

GUIDE POUR L ENTRETIEN D ÉVALUATION OCTOBRE 2006 Rectorat 20, boulevard d Alsace-Lorraine 80063 Amiens cedex 9 GUIDE POUR L ENTRETIEN D ÉVALUATION Présentation générale Comment préparer l entretien? A quoi sert l entretien? Comment se déroule

Plus en détail

BONNES PRATIQUES POUR UNE DEMARCHE QUALITE : L'EXPERIENCE DU CLUB QUALITE DE LA CCI ROUEN

BONNES PRATIQUES POUR UNE DEMARCHE QUALITE : L'EXPERIENCE DU CLUB QUALITE DE LA CCI ROUEN BONNES PRATIQUES POUR UNE DEMARCHE QUALITE : L'EXPERIENCE DU CLUB QUALITE DE LA CCI ROUEN Ce document est une initiative des Membres du Club Qualité. Ils ont jugé important de partager leurs expériences

Plus en détail

EDUCATEUR : STAGE D INSERTION

EDUCATEUR : STAGE D INSERTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR

Plus en détail

Volontaire ou stagiaire? Deux statuts à distinguer

Volontaire ou stagiaire? Deux statuts à distinguer PREFET DES ALPES-MARITIMES Volontaire ou stagiaire? Deux statuts à distinguer DDCS 06 1 Avant propos Initié par la loi du 10 mars 2010, le service civique commence à être connu au plan national et dans

Plus en détail

Encadrant Technique d Activités d Insertion par l Economique (ETAIE)

Encadrant Technique d Activités d Insertion par l Economique (ETAIE) Appellation de l emploi-type : Encadrant Technique d Activités d Insertion par l Economique (ETAIE) REFERENTIEL DES ACTIVITES ET DES COMPETENCES Variabilité de l activité L encadrant technique travaille

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN FORMATION PRATIQUE AU SERVICE DES TRANSITIONS RÉUSSIES FPT ET LA RÉPARTITION DES STAGES POUR LES ÉLÈVES HDAA

LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN FORMATION PRATIQUE AU SERVICE DES TRANSITIONS RÉUSSIES FPT ET LA RÉPARTITION DES STAGES POUR LES ÉLÈVES HDAA LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN FORMATION PRATIQUE AU SERVICE DES TRANSITIONS RÉUSSIES FPT ET LA RÉPARTITION DES STAGES POUR LES ÉLÈVES HDAA AQETA 22 mars 2012 Alain Bertrand, conseiller pédagogique

Plus en détail

FICHE DE COMMUNICATION DU PROJET

FICHE DE COMMUNICATION DU PROJET FICHE DE COMMUNICATION DU PROJET Nom de l association Site internet Association Groupe Urgence Réhabilitation Développement www.urd.org Intitulé de l'opération Lieu d'intervention Type de projet Thématique(s)

Plus en détail

Parcours VAE. La validation des acquis de l expérience. Synthèse des résultats de l étude réalisée par le Fongecif Île-de-France

Parcours VAE. La validation des acquis de l expérience. Synthèse des résultats de l étude réalisée par le Fongecif Île-de-France Parcours VAE La validation des acquis de l expérience Synthèse des résultats de l étude réalisée par le Fongecif Île-de-France février 2012 Contexte Instaurée par la loi du 17 janvier 2002, la validation

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE FORMATIONS :

PROJET PEDAGOGIQUE FORMATIONS : PROJET PEDAGOGIQUE FORMATIONS : Tuteur de proximité : les bases Tuteur de proximité : l approfondissement Tuteur référent Maître d apprentissage Formation labellisée par UNIFAF au titre de la CPNE de la

Plus en détail

Contenu de l action de formation BTS BANQUE conseiller de clientèle

Contenu de l action de formation BTS BANQUE conseiller de clientèle Contenu de l action de formation BTS BANQUE conseiller de clientèle Le BTS Banque a été mis en place face à la demande insistante de l Association française des banques pour faire face aux très nombreux

Plus en détail

1. Remarques générales 2. Indications concernant la préparation et le déroulement de l entretien

1. Remarques générales 2. Indications concernant la préparation et le déroulement de l entretien Direction de l instruction publique le canton de Berne Office de l enseignement préscolaire et obligatoire, du conseil et de l orientation Guide relatif au bilan de situation et à la convention d objectifs

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 sur «Elaboration d une stratégie financière pour l organisation»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 sur «Elaboration d une stratégie financière pour l organisation» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

Licence professionnelle Droit de l immobilier

Licence professionnelle Droit de l immobilier Formations Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit de l immobilier Université de Rouen Campagne d évaluation 2015-2016 (Vague B) Formations Pour le HCERES, 1 Michel Cosnard, président En vertu

Plus en détail

Les enquêtes de l Observatoire. Synthèse Décembre n 6. Gros plan sur un nouveau dispositif de certification.

Les enquêtes de l Observatoire. Synthèse Décembre n 6. Gros plan sur un nouveau dispositif de certification. Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 6 Synthèse Décembre 2011 Gros plan sur un nouveau dispositif de certification les CQP Propreté Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 6 Synthèse

Plus en détail

PROGRAMME PILOTE DE PLACEMENT DES ENFANTS EN FAMILLES D ACCUEIL

PROGRAMME PILOTE DE PLACEMENT DES ENFANTS EN FAMILLES D ACCUEIL PROGRAMME PILOTE DE PLACEMENT DES ENFANTS EN FAMILLES D ACCUEIL Association Marocaine des Villages d Enfants SOS Termes de références Evaluation externe à mi-parcours du programme pilote de placement des

Plus en détail

Il se présente comme un travail écrit comprenant mots, bibliographie et annexes non-comprises.

Il se présente comme un travail écrit comprenant mots, bibliographie et annexes non-comprises. Faculté des Lettres Département de pédagogie spécialisée (DPS) Section de pédagogie curative clinique et éducation spécialisée (PCC/EdSp) DIRECTIVES DE LA SECTION DE PEDAGOGIE CURATIVE CLINIQUE & EDUCATION

Plus en détail

Guide de renseignements généraux pour l appel de projets

Guide de renseignements généraux pour l appel de projets Financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Guide de renseignements généraux pour l appel de projets Les projets peuvent être déposés à l adresse suivante : ann-marie.picard@crevale.org

Plus en détail

Résultats de l étude prospective relative au métier de contrôleur allocataire

Résultats de l étude prospective relative au métier de contrôleur allocataire Résultats de l étude prospective relative au métier de contrôleur allocataire INC du 11 mars 2016 La Caisse nationale réalise régulièrement des enquêtes destinées à identifier les évolutions qui pèsent

Plus en détail

Fiche descriptive de la TP Sport ACADEMY Session

Fiche descriptive de la TP Sport ACADEMY Session 1 I. Contexte : Le projet d une TP Sport Academy est né de la volonté de deux clubs d s, FACE Val de Marne et Le Regard, souhaitant expérimenter «une plateforme à vocations» dans le secteur des Travaux

Plus en détail

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education. Evaluer un projet. Damien Canzittu Stéphanie Malaise Alizée Tutak

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education. Evaluer un projet. Damien Canzittu Stéphanie Malaise Alizée Tutak Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Evaluer un projet Damien Canzittu Stéphanie Malaise Alizée Tutak Place du Parc 18, B-7000 Mons http://www.umons.ac.be/inas Evaluation de projet : état

Plus en détail

Licence professionnelle Développement des ingrédients pour les produits cosmétiques, de nutrition et de santé

Licence professionnelle Développement des ingrédients pour les produits cosmétiques, de nutrition et de santé Formations Rapport d'évaluation Licence professionnelle Développement des ingrédients pour les produits cosmétiques, de nutrition et de santé Université de Bretagne-Sud - UBS Campagne d évaluation 2015-2016

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES المملكة المغربية رئيس الحكومة Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement TERMES DE REFERENCES REFERENCE OBJET TITRE PROJET Appel à candidature 02/ONDH/ONU/2016 Recrutement d un(e) consultant(e) national(e)

Plus en détail

1. DOMAINES D ACTIVITÉS

1. DOMAINES D ACTIVITÉS 1. DOMAINES D ACTIVITÉS DOMAINES D ACTIVITÉS OBJECTIFS OPÉRATIONNELS ACTIVITÉS ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE CONCEVOIR ET ASSURER DES SÉQUENCES DE FORMATION - Mettre en œuvre des pratiques pédagogiques différenciées

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : METHODOLOGIE APPLIQUEE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPERIEUR DE TRANSITION

AIDE FAMILIAL : METHODOLOGIE APPLIQUEE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPERIEUR DE TRANSITION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales La fonction commerciale a évolué vers une personnalisation de l offre et de la relation client ainsi qu au développement des services

Plus en détail

PREMIERE EMBAUCHE. 19 novembre Centre de Congrès > CAEN

PREMIERE EMBAUCHE. 19 novembre Centre de Congrès > CAEN PREMIERE EMBAUCHE Vous envisagez d embaucher votre premier salarié pour faire face au développement de votre activité? Réussir son premier recrutement est un enjeu très important pour l avenir de votre

Plus en détail

Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la conduite routière

Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la conduite routière Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la routière Les modules communs Activité 1 Activité 2 ; CCP1 CCP2 Nom du module Items du module Profils des Module Pédagogique

Plus en détail

Concevoir une politique d'accueil de la petite enfance

Concevoir une politique d'accueil de la petite enfance détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Concevoir une politique d'accueil de la petite enfance Comprendre les enjeux actuels de la petite enfance L évolution des politiques nationales et institutionnelles

Plus en détail

Projet de veille éducative

Projet de veille éducative Projet de veille éducative 1) Objectifs du projet Le dispositif s adresse aux enfants de 2 à 17 ans. Il s agit d accompagner ceux qui présentent des signes de fragilité ou qui risquent de rencontrer des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chimie analytique de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail