Voici 15 ans, une banque prenait son sort en main sous les couleurs gabonaises. Elle quittait progressivement le giron de la Banque de Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Voici 15 ans, une banque prenait son sort en main sous les couleurs gabonaises. Elle quittait progressivement le giron de la Banque de Paris"

Transcription

1 1

2 Voici 15 ans, une banque prait son sort main sous s couurs gabonais. El quittait progrsivemt giron la Banque Paris et s Pays-Bas qui l avait créée 25 ans plus tôt. Qui, à l époque, eût parié sur la réussite la «petite» gabonaise BGFIBANK? Aujourd hui première banque la région, BGFIBank t vue porte-étdard du Gabon sur nombreus plac internationas. C t donc avec fierté et thousiasme que nous signons cette dédicace du succès à l occasion du 40 e anniversaire la banque. Nous félicitons tous s membr la direction généra et du personnel ainsi que s administrateurs et s actionnair privés gabonais et internationaux qui ont fait BGFIBank un groupe financier premier rang et gran réputation. Librevil, janvier 2011 Ali BONGO ONDIMBA Présidt la République gabonaise 1

3 2

4 Au mu du livre s 40 ans BGFIBank Préface Jean PING, Présidt la commission l Union africaine... 4 Le msage du 40 e anniversaire... 5 Coup projecteur sur 40 ans d histoire : la gèse la Banque Paris et s Pays-Bas Gabon : la transformation Banque Gabonaise et Française Internationa : s premiers développemts à l international sous la nouvel appellation abrégée BGFIBANK - Le Congo La Guinée équatoria Et pdant ce temps au Gabon : l émergce d un ar dans s métiers la banque et la finance spécialisée - Le développemt stratégique la banque commercia Un tournant décisif dans l organisation du groupe et la banque au Gabon De BGFIBANK à BGFIBank L émergce s servic financiers spécialisés Le développemt à l international L histoire racontée Témoignag au fil du temps Un homme, une treprise Tout commce Le profil 2011 du Groupe BGFIBank Le capital humain au cœur du développemt La pérnité au carrefour s défis Quarante ans défis revés avec succès L évolution s norm internationas bonne gouvernance bancaire et urs applications La maîtrise s risqu, garantie d un développemt pérne Au rz-vous la rtabilité et la solidité financière L excellce, moteur d un procsus managérial innovant Une révolution dans la culture d treprise La banque vue treprise citoyne Une treprise citoyne du mon Le Clit, moteur croissance et d ambitions partagé Un portail financier au service du clit L nouvels ambitions du Groupe BGFIBank La signature la performance Postface : une étoi africaine dans ciel international Msage d avir s administrateurs du Groupe BGFIBank

5 C t l histoire d un succès dont on ose affirmer la pérnité. Succès d un visionnaire, c t égamt celui d une treprise et tout s composant : s actionnair privés qui, puis quinze ans, donnt à la direction généra s moys financiers s ambitions ; s administrateurs qui cadrt urs directiv stratégiqu et urs conseils une équipe direction volontaire, voire volontariste ; l semb s membr du personnel qui répondt «présts» pour mer à terme s projets d treprise succsifs ; fin, s clits dont la fidélité récompse s efforts d un développemt qualitatif haut niveau. Petite banque gabonaise, BGFIBank a su se conquérir une place dans la cour s grands durant la rnière décnie, tirant parti s nombreux atouts : confiance s actionnair ; solidité financière avérée ; organisation efficace ; équipe managéria expérimtée et compétte ; effectif jeune, dynamique, dévoué et travailur et mise commun s intelligc. Ce faisant, el s impose désormais comme une banque africaine internationa référce raison son rpect strict s règs et norm d éthique s affair, sa bonne gouvernance, bref sa gtion qualité, saine et efficace, avec pour effet une rtabilité qui garantit la pérnité la croissance. Cel-ci se traduit notammt par développemt international BGFIBank, qui se poursuit avec l implantation filias dans plusieurs pays, Afrique Ctra, Afrique l Out, dans s pays l Océan Indi et Europe. A travers son expansion multinationa, BGFIBank s affirme comme un s acteurs du mouvemt décloisonnemt s frontièr nationas impulsé à la fois par la dynamique l intégration régiona et l ouverture nos économi sur marché international. Par ailurs, dans cadre ce même mouvemt, el contribue à l accroissemt du taux bancarisation du contint africain. Entreprise citoyne, courageant l innovation et la créativité à travers la recherche permante l excellce et la meilure performance, BGFIBank démontre, à son échel, la capacité s Africains à prdre ur stin mains, avec force et conviction. L compétc humain existt, s jeun Africains étant mieux mieux formés. Nombre d tre eux rtrt dans urs pays rpectifs après une première expérice profsionnel Europe ou aux Etats-Unis d Amérique. Puisst-ils, avec mostie et à la force ur intelligce et ur savoir-faire, suivre l exemp s homm et femm qui ont bâti la réputation BGFIBank. L interculturalité se décline ici comme une richse qu un groupe comme BGFIBank a su transformer atout au service d un projet plus que jamais international. Véritab portail d accès aux métiers la banque et la finance, Groupe BGFIBank s affirme égamt comme une vitrine du savoir-faire gabonais tant Afrique qu Europe. Motif fierté pour toute l Afrique, Groupe BGFIBank bril par l exemplarité du rô que s trepris africain sont appelé à jouer dans un mon quête nouveaux repèr croissance et développemt. Africains, notre avir t tre nos mains! Banquiers, trepreurs, homm politiqu et autr forc viv du contint, rassemblons nos énergi et nos intelligc pour impulser une nouvel dynamique à notre vironnemt économique et social. Ce livre va bi au-là la simp relation s faits historiqu qui ont jalonné s quarante anné la trajectoire du Groupe BGFIBank. Il conduit cteur au cœur la vie d un groupe financier africain qui a acquis peu temps s ttr nobsse. A cette occasion, il évoque l évolution récte s métiers la banque et la finance Afrique subsaharine et met évidce quelqu princip gtion, clés succès pour s créateurs d trepris du mon tier. A c différts titr, ce beau livre nous interpel et constitue même temps une inépuisab source d inspiration. Je vous souhaite donc une bonne cture. Jean PING Présidt la Commission l Union africaine Elu présidt la commission l Union africaine 1 er février 2008, Jean PING fut invti 29 avril Ministre d État la République gabonaise, il y occupa succsivemt, dès 1990, plusieurs fonctions ministériels dont, 1999 à 2008, cel ministre s Affair étrangèr, la Coopération et la Francophonie. En , il présida l Assemblée généra s Nations Uni. Il fut un temps administrateur BGFIBank. 4

6 Le msage du 40 e anniversaire Madame, Monsieur, Chers clits et partair, Chers collaborateurs, Chers cteurs, C t un msage simp et sans préttion que nous tdons partager avec vous : celui du bonheur et l poir. Tout d abord, bonheur d un voir accompli. Il se mérite, il t fruit d un dur labeur amorcé par nos prédécseurs, poursuivi par cels et ceux qui inlassabmt ont marqué ur empreinte la vie notre treprise. Autant la tâche peut s avérer dure et diffici, autant plaisir son accomplissemt vit source motivation à poursuivre sans fail un travail longue haine. L poir d un développemt pérne suite, car c t avec confiance et lucidité que nos regards se portt aujourd hui sur l avir notre groupe. Fort fondations désormais solis, reconnu et apprécié comme tels, c t un édifice trepreurial ambitieux qui émerge à l horizon notre actuel projet d treprise CAP Patrice OTHA L histoire BGFIBank t cel d homm et femm qui ont eu courage urs ambitions. Certains ne sont plus là pour partager avec nous la fête du 40 e anniversaire la banque au succès laquel ils ont contribué. Ils ont quitté ce mon mais nos psé s accompagnt, eux et urs famils. D autr vivt une retraite méritée ; la fête ce 40 e anniversaire t égamt la ur. Nous félicitons bi tdu cels et ceux qui chaque jour s attèlt à porter haut s couurs BGFIBank. Ils sont aujourd hui plus mil! Ils n ont pas tous ur photo dans ce livre, ils n ont pas pu être tous interrogés pour nous raconter ur histoire Mais tous y trouvt une place car il n t pas une ligne cet ouvrage qui aurait pu être écrite s ils n avait pas chacun contribué au succès la banque, du groupe et s filias. Nous s remercions et s courageons à poursuivre ur travail dans ss bi compris d une fierté partagée. Hri-Clau OYIMA Hri-Clau OYIMA Administrateur directeur général Patrice OTHA Présidt du conseil d administation 5 5

7 6

8 Coup projecteur sur 40 ans d histoire 7

9 8

10 : la gèse la Banque Paris et s Pays-Bas Gabon Créée avril 1971 à Librevil, la Banque Paris et s Pays-Bas Gabon naît la volonté la banque française s implanter dans un pays africain où l exploitation pétrolière naissante laisse trevoir un fort pottiel développemt économique. El s instal ainsi aux côtés trois autr succursas banqu français : la BNP, la Société Généra et Crédit Lyonnais. Un homme t à la base ce projet : Clau KÉMOULARIA (*). En 1967, il t appelé à travailr aux côtés Jean Reyre, présidt la Banque Paris et s Pays-Bas, qualité conseilr pour s qutions internationas. Clau KÉMOULARIA : «Dès mon arrivée, y voyant la vocation norma d une banque d affair, j avais convaincu notre présidt d affirmer notre présce dans s pays développemt ayant s richs naturels. M incsants voyag autour la planète et m tretis avec s rponsabs s économi la plupart s pays m avait convaincu qu une gran banque vait être préste dans s zon productric matièr premièr, car lorsque ur prix monte, système bancaire local ne suffit pas à traiter l argt qui afflue dans pays, tant s bénéfic financiers sont considérabs, et, quand s prix se tasst, il faut disposer bons représtants sur place pour prdre s mur prudce. L volée s prix du pétro allait confirmer cette loi. Nous avons heureusemt utilisé la formu dans plusieurs pays, notammt au Gabon. Dans ce gre montage, Paribas, associé à s affair En 1977, siège la banque déménage vers s installations plus spacieus qu il occupe toujours aujourd hui sur bouvard l Indépdance à Librevil. (*) «De par s différt fonctions à travers soixante anné d activités internationas à s post à haute rponsabilité cabinets ministériels, haut fonctionnaire international, banquier, ambassaur, administrateur group d importance mondia, Clau Kémoularia a sillonné mon ( )». A lire : «Une vie à tire-d ai», mémoir Clau Kémoularia, publié chez Fayard septembre

11 10 10 Au Au Au Au Au Au Au Au Au Au Au Au Au Au A 31 dé dé dé dé dé dé dé dé dé dé dé dé déce ce ce ce ce ce ce ce ce ce cemb mb mb mb mb mb mb mb mb mb mb mb m re re re re re re re re re re r , 2, 2, 2, 2, 2, 2, 2, 2, 2, 2 s cré ré ré ré ré ré ré ré ré ré ré rédi di di di di di di di di di d ts ts ts ts ts ts ts ts ts co co co co co co co co co co co co co cons ns ns ns ns ns ns ns ns ns n e ti ti ti ti ti ti ti ti ti ti ti ti tis pa pa pa pa pa pa pa pa pa pa pa pa par Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa P ri ri ri ri ri ri ri ri ri ri r ba ba ba ba ba ba ba ba ba ba ba bas Ga Ga Ga Ga Ga Ga Ga Ga Ga Ga Ga G bo bo bo bo bo bo bo bo bo bo bo bo bo b n à l l l l l l l l l l l léc éc éc éc éc éc éc éc éc éc éc éc éc éc écon on on on on on on on on on on onom om om om om om om om om om om om o ie ie ie ie ie ie ie ie ie ie gab ab ab ab ab ab ab ab abon on on on on on on on on on on on on onai ai ai ai ai ai ai ai ai ai ai a se se se se se se se se att tt tt tt tt tt tt tt tt tt ttei ei ei ei ei ei ei ei ei ei ei e gn gn gn gn gn gn gn gn gn gn gnai ai ai ai ai ai ai ai ai ai ai ai e t dé dé dé dé dé dé dé dé dé dé dé déjà jà jà jà jà jà jà jà jà jà jà jà jà jà ch ch ch ch ch ch ch ch ch ch ch c iff iff iff iff iff iff iff iff iff iff iff iff iffre 1,4,4,4,4,4,4,4,4,4,4 mil il il il il il il il il il il il il i li li li li li li li li li li li li l ar ar ar ar ar ar ar ar ar ar a d fra ra ra ra ra ra ra ra ra ranc nc nc nc nc nc nc nc nc nc ncs CF CF CF CF CF CF CF CF CF CF CF CF CFA. A. A. A. A. A. A. A. A Ils ls ls ls ls ls ls ls ls ls ls s é é é é é é é é é é va va va va va va va va va va va va va v ie ie ie ie ie ie ie ie ie ie ie ie ie it nt nt nt nt nt nt nt nt nt nt nt n à mil il il il il il il il il il illi li li li li li li li li li li li liar ar ar ar ar ar ar ar ar ar ar ar ar ards ds ds ds ds ds ds ds ds ds ds d fin , 6, 6, 6, 6, 6, 6, 6, 6, 6, 6, soi oi oi oi oi oi oi oi oi oit % du du du du du du du du du du du du du d tot ot ot ot ot ot ot ot ot ot ot ot otal al al al al al al al al al a s cré ré ré ré ré ré ré ré ré ré ré r di di di di di di di di di di dits ts ts ts ts ts ts ts ts ts ban an an an an an an an an an anca ca ca ca ca ca ca ca ca ca ca c ir ir ir ir ir ir ir ir ir ir ir du pa pa pa pa pa pa pa pa pa pa pays ys ys ys ys ys ys ys ys ys ys ys ys ys ys ys y.

12 locas, gardait la majorité dans une holding contrôlant la banque. Le plus souvt, je présidais la holding et un s directeurs Paribas prait la tête la banque.» Dans même temps, l Etat gabonais monte progrsivemt dans capital la banque, mieux connue désormais sous l appellation abrégée Paribas Gabon. Au Gabon, la holding qution s appel SOGAPAR (Société gabonaise participations), égamt actionnaire d une quinzaine d trepris industriels. La Banque Paris et s Pays-Bas Gabon démarre s activités avec une vingtaine personn. L objectifs stratégiqu fixés par la maison mère portt alors stielmt sur développemt s métiers la «banque gros», peu sur la banque détail au ss large. Entre 1971 et 1977, la banque ouvre plusieurs petit agc dans pays pour accompagner développemt économique. La plupart d tre els n existt plus, la banque ayant dû se rectrer ultérieuremt sur s ctr géographiqu s plus rtabs. Port-Gtil t principal exemp. Ctre l économie pétrolière du Gabon, la vil accueil puis 6 janvier 1977 une agce clé pour rayonnemt la banque. Cette même année, siège la banque déménage vers s installations plus spacieus qu il occupe toujours aujourd hui sur bouvard l Indépdance. Le personnel avait plus que doublé puis 1971, une quinzaine d employés ayant été gagés lors d un important procsus recrutemt, L quelqu anné qui suivt ne laisst pas apparaître faits marquants dans l histoire la Banque Paris et s Pays-Bas Gabon. Il faudra attdre 1985 et l arrivée d un jeune gabonais au poste directeur général adjoint, administrateur-directeur général six mois plus tard. Deux ans auparavant, présidt la République gabonaise avait clairemt fait comprdre son souhait voir arriver s cadr gabonais à la direction d trepris tels que la Banque Paris et s Pays-Bas Gabon. Le premier fut Hri-Clau OYIMA (lire chapitre 3). Le présidt la République gabonaise avait clairemt fait comprdre son souhait voir arriver s cadr gabonais à la direction d trepris tels que la Banque Paris et s Pays-Bas Gabon. Le premier fut Hri-Clau OYIMA. Mil neuf ct quatre-vingt-cinq t égamt l année au cours laquel la banque subit la seu et unique grève son histoire! El n t pas longue mais significative méconttemts qui toucht l semb du secteur bancaire. Le personnel Paribas Gabon contte principamt l autorité la direction généra alors aux mains d expatriés français. Le nouveau directeur général adjoint gabonais, poste à ce momt-là à Port-Gtil, t appelé à Librevil pour calmer s prits, négocier et confirmer s perspectiv du changemt annoncé à la tête l organisation la banque. Mission accomplie, Hri-Clau OYIMA rtre à Port-Gtil qu il quittera trois mois plus tard pour rejoindre définitivemt siège. Le 25 juin 1985, conseil d administration l officialise dans s nouvels fonctions d administrateur-directeur général. A cette époque, la banque compte quelque 80 personn réparti sur ux points vte : Librevil et Port-Gtil. El propose s servic financiers classiqu mais relativemt sommair et ne traite qu avec quelqu gros clits Corporate, particulier s pétroliers, et une petite clitè particuliers relativemt «V.I.P.». Ce qui n empêche pas la banque souffrir d un handicap qu el traînera plusieurs anné : une charge importante conttieux. Un objectif majeur t alors assigné au nouvel administrateurdirecteur général : nettoyer bilan la banque. Il crée une gran direction Juridique et Conttieux, tame s poursuit à l égard s débiteurs défaut, saisit cas échéant s bis immobiliers hypothéqués (s «bas») au point que, par plaisanterie, la banque se voit affublée du surnom «Paribas». En parallè, Hri-Clau OYIMA s applique à donner une dynamique commercia à la banque tout attachant une importance particulière à la gtion informatique qui était core sommaire et au développemt s rsourc humain par l gagemt progrsif et la formation cadr gabonais. Dans cette tâche, il t 11

13 fortemt appuyé par Francis Gérard CAZE, directeur Moy- Orit / Afrique Paribas 1986 à Egamt membre du comité direction Paribas, il vit un «ambassaur» inconditionnel d Hri-Clau OYIMA auprès s instanc du groupe à Paris, ne fût-ce que pour soutir financièremt la banque dans s momts difficis où la trésorerie lui fait défaut. Et ce jusqu 1995 et la fin du réseau international Paribas. De cette relation profsionnel rapprochée t née une amitié tre s ux homm. Ce n t donc pas sans raison, et fort d une confiance éprouvée dans s compétc profsionnels Francis Gérard CAZE, qu Hri- Clau OYIMA fera appel à lui 2002 pour trer au conseil d administration la banque vue tre-temps BGFIBANK, au titre d administrateur indépdant. Il prési actuelmt comité d Audit et s Risqu et comité bonne Gouvernance. Mil neuf ct quatre-vingt-huit et 1989 sont relativemt sombr pour Paribas Gabon qui peine à récupérer trop nombreus créanc douteus. Il t donc convu «nettoyer» bilan provisionnant et passant par pert & profits s crédits considérés comme irrécupérabs. Il apparaît toutefois évidt que la banque ne peut pas supporter poids d une tel perte sans une rtructuration draconine qui passera inévitabmt par une réduction s frais généraux. Un plan social t activé qui voit se réduire 30% s effectifs la banque, parmi squels plusieurs expatriés. Tout s autr sourc frais généraux sont comprsé et plusieurs invtissemts sont provisoiremt gelés. «Il fallait tout rééquilibrer une bonne fois pour tout, à défaut nous allions droit dans mur» analyse l administrateur-directeur général. L année suivante, s résultats reprnt un ss positif et ux ans plus tard, conseil d administration déci une augmtation capital afin bi structurer bilan et donner à la banque nouveaux moys d actions et développemt. La banque retrouve sourire Une photo la nouvel agce parue dans l Union avril En avril 1992, Paribas Gabon inaugure l agce d Owdo dans la zone portuaire située au sud-out la capita. La banque compte dès lors quatre implantations après cels Librevil, Lambaréné et Port-Gtil. El emploie 150 personn et se hisse, par son volume d activités, à la uxième place du secteur bancaire gabonais. Le 11 janvier 1994, survit la dévaluation 50% du franc CFA annoncée par la France, sous la prsion du Fonds monétaire international et la Banque mondia. Cette mure touche huit pays d Afrique l Out et six pays d Afrique ctra rattachés puis 1948 au franc français par une parité fixe. El vise la relance la compétitivité s pays la zone monétaire CFA dans l poir s sortir d une situation économique catastrophique Mais, dans même temps, el affecte pouvoir d achat s populations. 12

14 En 2010, l agce d Owdo a été tièremt réaménagée aux nouvels couurs du Groupe BGFIBank. 13

15 La dévaluation fut-el profitab? «Dès l instant où pays bénéficiait recett vis, ce qui était cas grâce principamt à l exportation matièr premièr, c recett se sont vu automatiquemt multiplié par ux. Encore ne fallaitil pas que la tte extérieure, par nature même exprimée vis, augmte ce qui fut, tout aussi automatiquemt, cas, analyse Hri-Clau OYIMA. Et dès lors, l avantage compétitif péré n eut pas totamt l effet compté.» La dévaluation du franc CFA a-t-el impacté la rtabilité du secteur bancaire? La réponse l administrateur-directeur général t sans équivoque : «Paribas Gabon tretait une importante trésorerie francs français auprès Paribas qui était son banquier corrpondant à Paris. Ce volant trésorerie servait à couvrir s crédits documtair et s transferts qu il fallait garantir à 100%. Automatiquemt, et à l instant même la dévaluation du franc CFA, nos positions change à l extérieur ont été réévalué. Nous avons fait rtrer c excédts tout nous acquittant auprès du Trésor gabonais l impôt convu et sous la condition imposée par la Commission bancaire que cet écart réévaluation soit incorporé dans s fonds propr la banque.» Ce bol d oxygène financier ainsi que la nouvel dynamique du secteur industriel local induite par la dévaluation, vont permettre à la direction généra la banque donner un élan décisif à son développemt commercial qui, dès cet instant, ne connut plus d interruption. Dès avant cette dévaluation 1994, il était toutefois clair, aux yeux l administrateur-directeur général, que Paribas se retirerait tôt ou tard du projet gabonais initié 23 ans plus tôt. Hri-Clau OYIMA : «Paribas voulait se retirer parce que volume s conttieux était tel qu il obérait la rtabilité l invtissemt.» Cert, s procsus recouvremt s créanc douteus avait conctré s énergi la direction généra. Mais tels procsus sont longs, voire quelqu fois incertains, et, pdant ce temps, la banque étouffait d un manque trésorerie. El ne survécut à la fin s anné 80 que sous perfusion régulière la maison mère. Le bol d oxygène qu apporte la dévaluation du franc CFA aux moys d actions la banque vit, paradoxamt, un élémt déclcheur la décision officiel Paribas se retirer progrsivemt. Le Gabon n t pas seul pays concerné ; André LÉVY-LANG, présidt Paribas à cette époque, time que s métiers la banque commercia ne font plus partie la stratégie Paribas. Dans la logique cette réfxion, il prd la décision se séparer son réseau international, et ce, malgré la rnière recommandation Clau KÉMOULARIA avant sa retraite «maintir notre effort auprès tous s pays pétroliers où nous jouissions d une situation exceptionnel disposant non filias, mais succursas extrêmemt productiv et à l avir prometteur». A ce momt toutefois, Paribas Gabon n t déjà plus succursa mais filia, au sein laquel Paribas n t plus majoritaire 14

16 : la transformation Banque Gabonaise et Française Internationa En 1996, Paribas t actionnaire minoritaire, détteur 43% du capital Paribas Gabon. La banque française avait progrsivemt cédé s parts capital à l Etat vu majoritaire 5 ans plus tôt et à s privés gabonais. En 1997, dans cadre sa politique désgagemt au profit du secteur privé, l Etat gabonais déci réduire sa participation au capital à 10%. Dans même temps, eu égard à sa participation minoritaire, Paribas ne souhaite plus apparaître dans la dénomination socia la banque qui prd l appellation Banque Gabonaise et Française Internationa (BGFI). Encore fallait-il bi comprdre la stratégie Paribas et apprécier à ur juste vaur s risqu et s conséquc pour la banque gabonaise. Hri-Clau OYIMA : «Entre 1996 et 1998, la gtion s avère diffici. On st relâchemt du côté Paribas qui vd s filias, tre autr turque, hollandaise et belge, s facilités trésorerie sont réduit au maximum et il nous t recommandé rechercher nouveaux corrpondants bancair.» En 1998, Hri-Clau OYIMA rd visite à André LÉVY-LANG, présidt Paribas, et lui propose se retirer totamt du Gabon. La rupture définitive t consommée trois mois plus tard Hri-Clau OYIMA : «Nous avions au Gabon s amis, trepreurs personn moras et personn physiqu, s relations qui ont cru notre projet. Ensemb, nous avons constitué un tour tab pour racheter s parts Paribas.» Dans même temps, BGFI se rapproche du CCF (Crédit Commercial France) qui vit son banquier corrpondant avec quel el signe un contrat d assistance technique, sans jamais trer dans s lis d une relation capitalistique. Le CCF n était pas prést au Gabon mais connaissait l Afrique et bénéficiait d un réseau international dans une quarantaine pays. D autre part, la banque française avait une culture commercia proche cel acquise au fil s ans par BGFI auprès Paribas : une banque quelque peu élitiste, visant une clitè grans trepris, PME performant et privés «haut gamme». Le contrat d assistance technique permettra à la banque gabonaise core petite à l époque d assurer s arrièr term gtion et d organisation pour pouvoir utimt conctrer s efforts sur développemt commercial. Être adossé à un réseau bancaire international référce s avère nécsaire pour garr la confiance s clits et obtir l accord la Commission bancaire sur la nouvel configuration du capital. «A l époque, se souvit Hri-Clau OYIMA, s commissions bancair d Afrique francophone subsaharine n autorisait pas s banqu africain à exercer urs activités sans avoir dans ur capital une banque référce internationa. Heureusemt, la personne du secrétaire général la COBAC, Adam MADJI, nous avons rcontré un rponsab ouvert à la culture du changemt, capab faire confiance davantage aux homm et à urs projets qu aux grans structur anonym.» Trois cadr du CCF sont détachés au Gabon. L un vit directeur général adjoint, l autre vidra directeur général adjoint la filia congolaise alors point mire et troisième prd charge s opérations. Le premier, Bernard PEDEPRAT-LAMECHINOU t aujourd hui directeur général BGFI International à Paris, et uxième, Eric GUYON, t toujours directeur général adjoint BGFIBank Congo, poste à Pointe-Noire. Fait marquant : l un et l autre signt 2000 un contrat avec la banque gabonaise dans laquel ils trouvt un projet d treprise ambitieux et passionnant, à tail humaine. Ils préfèrt risque d une bel avture trepreuria au confort mais égamt à l anonymat qu aurait pu ur proposer HSBC. Le 1 er avril 2000, HSBC, l un s plus grands group servic financiers et bancair au mon, lance une offre amica sur CCF! L Afrique ne fait pas partie s préoccupations cette gran banque internationa qui ne poursuivra pas avec la Banque Gabonaise et Française Internationa, vue tretemps BGFIBANK, s relations tamé ux ans plus tôt avec CCF. L lis ne sont pas rompus du jour au lmain, mais l administrateur-directeur général et son équipe reprnt ur bâton pèrin quête nouveaux corrpondants bancair sans squels il t impossib dénouer s opérations financièr internationas s clits. Suivront s accords relations commercias avec la banque Belgolaise et la BRED (Banque Populaire). 15

17 16

18 17 17 De De De De De De De De De De De De De De De De De Deux ux ux ux ux ux ux ux ux ux ux ux ans ns ns ns ns ns ns ns ns ns ns ns ns ns ns et mi mi mi mi mi mi mi mi mi mi mi mi mi mi mi mi sép ép ép ép ép ép ép ép ép ép ép ép ép ép épar ar ar ar ar ar ar ar ar ar e t ce ce ce ce ce ce ce ce ce ce ce ce ce c s ux ux ux ux ux ux ux ux ux ux ux ux ux ux ux art rt rt rt rt rt rt rt rt rt rt rt rtic ic ic ic ic ic ic ic ic ic ic ic icel el el el el el el el el el el el el el el el e e : av av av av av av av av av av av av av avri ri ri ri ri ri ri ri ri ri ri ri ril nov ov ov ov ov ov ov ov ov ov ov ov ov ov ov ovem em em em em em em em em em embr br br br br br br br br br br br br br bre

19 BGFI TERMINE LE XX E SIÈCLE EN BEAUTÉ. Cert retrait Paribas aura été un momt diffici BGFI a-tel s reins suffisammt solis pour faire face à s gagemts et conforter l épargne s clits sans un actionnaire bancaire référce internationa? La fiabilité s actionnair privés t-el certaine? Autant qutions que rumeurs circulait à Librevil jusque dans s taxis. La confiance ne fut pas longue à rétablir. Hri-Clau OYIMA : «Nous étions désormais maîtr chez nous, ctre décisions était à Librevil, nos dossiers ne vait plus monter à Paris pour se voir refuser faute d une bonne connaissance du terrain par s instanc parisin et d une proximité avec clit. Nous avons gagné fxibilité, réactivité et rapidité. Notre force commercia a pu fin donner la pine mure s talts.» Fin 1999, et malgré une conjoncture défavorab due à l effondremt s prix du pétro et à la crise dans s secteurs fortier et du BTP, BGFI affiche un total bilan plus 119 milliards francs CFA, hausse près 5% par rapport à l exercice précédt, croissance 34% 4 ans. «Avec c résultats, BGFI s affirme comme un partaire financier référce. Notre objectif principal étant la croissance, nous avons décidé bâtir un réseau distribution toute indépdance facilitant développemt national et international». Tel t msage l administrateur-directeur général à l aube du XXI e sièc. Le 17 mars 2000, la Banque Gabonaise et Française Internationa officialise sa dénomination sous l appellation désormais simplifiée BGFIBANK et amorce son développemt international. «Nous étions désormais maîtr chez nous, ctre décisions était à Librevil, nos dossiers ne vait plus monter à Paris» 18

20 : s premiers développemts à l international sous l appellation BGFIBANK Paribas, c t aussi une culture du développemt international et savoir-faire acquis auprès personnalités tels Clau L héritage KEMOULARIA et Francis Gérard CAZE : la banque doit être préste dans s pays rich matièr premièr et principamt dans s pays pétroliers. Dès l instant où BGFIBANK s était assuré une part significative son marché domtique, Gabon, s regards la direction généra appuyée par conseil d administration et s actionnair se sont tournés vers l international. Brazzavil Port Pointe Noire LE CONGO Le premier pays idtifié, producteur pétro, proche culturelmt et géographiquemt, t Congo voisin. De plus, pays, à peine sorti la guerre civi, doit reconstruire non seumt son économie mais égamt son système bancaire. Une banque fonctionne core correctemt au Congo : la FIBA (Banque française intercontinta), une banque du groupe Elf, préste France, au Gabon et au Congo. Début 2000, s autorités bancair français exigt la fermeture la FIBA, dans cadre la fusion d Elf avec Total, mais égamt suite aux affair judiciair qui avait taché la gtion d Elf Aquitaine à la fin s anné 90. Le 31 mars 2000, la FIBA doit fermer au Congo. Ce fait précipite l ouverture BGFIBANK à Brazzavil. La banque, qui avait mandé un agrémt quelqu mois auparavant, répond égamt à une man exprse s autorités congolais qui veult disposer sur ur territoire d un organisme financier qualité dès 1 er avril

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2013. Contact Presse : Laurent Durgeat 01 56 03 55 47 / 06 03 00 36 03 laurent@prformance.com www.creditrelax.

DOSSIER DE PRESSE 2013. Contact Presse : Laurent Durgeat 01 56 03 55 47 / 06 03 00 36 03 laurent@prformance.com www.creditrelax. DOSSIER DE PRESSE 2013 Contact Presse : Laurent Durgeat 01 56 03 55 47 / 06 03 00 36 03 laurent@prformance.com www.creditrelax.com En Bref CREDITRELAX, pionnier du marché depuis 2005, propose aux entreprises

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE CNIA SAADA Assurance est née de l union de deux grandes forces de l assurance, CNIA Assurance et Assurances Es Saada, qui ont mis en commun leurs compétences humaines

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation s Nations Unies pour le développemt industriel Distr. générale 5 juin 205 Français Original: anglais Conseil du développemt industriel Quarante-troisième session Vine, 23-25 juin 205 Point

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Discours de M. Mohammed ABBOU à l occasion du Symposium sur les Relations Économiques Maroc- Gabonaise

Discours de M. Mohammed ABBOU à l occasion du Symposium sur les Relations Économiques Maroc- Gabonaise Discours de M. Mohammed ABBOU à l occasion du Symposium sur les Relations Économiques Maroc- Gabonaise Libreville, Mercredi 24 septembre 2014 L honneur m échoit d être parmi vous aujourd hui à la tête

Plus en détail

Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets

Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets Banque des Entreprises au Luxembourg Des experts au cœur de vos projets Communication Marketing Juin 2011 bgl.lu Sommaire BGL BNP Paribas au service des entreprises 5 Un interlocuteur dédié 6 Un interlocuteur

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

Principales questions d un audit de conseil d administration

Principales questions d un audit de conseil d administration Principales questions d un audit de conseil d administration Afin d accompagner les établissemts de santé et de services sociaux dans la mise place d un outil diagnostic des pratiques de gouvernance des

Plus en détail

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Communiqué de presse 16 juin 2005 Fusion de Stock at Stake (membre du groupe Ethibel) et Vigeo : naissance du Groupe Vigeo, première agence européenne de mesure de

Plus en détail

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE)

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) Qu est ce que l intelligence économique (IE)? L intelligence économique (IE) consiste à collecter, analyser, valoriser, diffuser et protéger

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL)

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) 1 Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) Contexte Le problème de réduction de la pauvreté est au centre des préoccupations du gouvernement de la République de

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

L association «de France» est créée officiellement et immédiatement reconnue d utilité publique 1935 : L autorisation légale

L association «de France» est créée officiellement et immédiatement reconnue d utilité publique 1935 : L autorisation légale 1916 Confection s premiers bus tissu 1925 Création d ateliers confection furs bu tissu par s psionnaires s Invalis 1929 Autorisation vdre s furs bu ainsi confectionnées sur la voie publique 11 novembre

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

La Capitale en un coup d œil

La Capitale en un coup d œil La Capitale en un coup d œil Guidée par les valeurs mutualistes qui l animent, La Capitale accompagne les personnes pour bâtir, protéger et valoriser ce qu elles considèrent comme essentiel à leur sécurité

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon DISCOURS Prononcé par son Excellence Monsieur Jean Claude BOUYOBART Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité Solidement capitalisé et porté par une économie dynamique, le secteur bancaire éthiopien

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE DES ENTREPRISES

GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE DES ENTREPRISES CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2012 CONCOURS EXTERNE 5ème épreuve d admissibilité GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE DES ENTREPRISES (durée : cinq heures coefficient 2) Une composition portant sur la gestion

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

------------ -------------

------------ ------------- Ministère d Etat, République de Côte d Ivoire Ministre des Affaires Etrangères Union Discipline-Travail ------------ ------------- ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR CHARLES KOFFI DIBY MINISTRE D ETAT,

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr guide clarté Epargne 18-25 ans ÉPARGNEZ À PARTIR DE 15 PAR MOIS. www.creditmutuel.fr une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. Comme toutes les banques, le Crédit Mutuel vous parle d épargne

Plus en détail

La Banque de Savoie, une année florissante

La Banque de Savoie, une année florissante Communiqué de presse le 15 mai 2014, à Chambéry, La Banque de Savoie, une année florissante A l occasion de son Assemblée Générale qui s est tenue au Siège Social, le 22 avril 2014, la Banque de Savoie

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse Communiqué COMMUNIQUE Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse PARIS - 17 novembre 2009 SEITOSEI, agence de communication et marketing financiers, en partenariat avec la Fédération Française

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Conseil opérationnel en transformation des organisations

Conseil opérationnel en transformation des organisations Conseil opérationnel en transformation des organisations STRICTEMENT CONFIDENTIEL Toute reproduction ou utilisation de ces informations sans autorisation préalable de Calliopa est interdite Un cabinet

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU Monsieur Carlos LOPES, Directeur Général de l UNITAR et Sous-secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Edwin FORLEMU, Secrétaire Exécutif

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

Présentation de BTP Banque

Présentation de BTP Banque Sommaire Présentation de BTP Banque Gouvernance de BTP Banque BTP Banque en quelques chiffres L offre aux entreprises du BTP Un partenariat fort avec les acteurs de la Profession Conclusion Présentation

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement Fiche N : 504 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en garantie des financements bancaires Mots clés : Bpifrance, financements, investissements, international, garantie Objet : présenter

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

Réunion des analystes et conférence de presse Mars 2011

Réunion des analystes et conférence de presse Mars 2011 Réunion des analystes et conférence de presse Mars 2011 03/03/2011 1 Sommaire Année 2010: Efforts de développement tous azimuts Résultats et activité Décembre 2010 L action Attijari bank en bourse Rétrospective

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE?

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? SERVICES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? PRENDRE AVANTAGE DE L INFORMATION DISPONIBLE Un accès sécuritaire à de l information

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Un rapprochement pour donner naissance au premier acteur privé mondial de la mobilité durable. 5 mai 2010

Un rapprochement pour donner naissance au premier acteur privé mondial de la mobilité durable. 5 mai 2010 Un rapprochement pour donner naissance au premier acteur privé mondial de la mobilité durable 5 mai 2010 Un rapprochement pour donner naissance au premier acteur privé mondial de la mobilité durable Un

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Mon futur à composer Cardif Multiplus Perspective Mon assurance vie diversifiée aujourd hui pour mes projets de demain Cardif propose Cardif

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité Devenir agent général d assurance Entrepreneur Indépendant Relation onseiller Écoute Clients Libre Proximité Collaborateurs Assurance Quelques chiffres... 13 000 Les agents généraux d assurance sont au

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE!

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! BRED BANQUE PRIVÉE AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! VivifiO Un contrat individuel, sur-mesure, pour répondre À une seule exigence, la vôtre Au cours de votre vie, selon vos objectifs,

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS Par : Gilles Benoist CEO du Groupe CNP Assurances de 1998 à 2012

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Grant Thornton Côte d Ivoire : Un accompagnement sur mesure pour atteindre vos objectifs stratégiques

Grant Thornton Côte d Ivoire : Un accompagnement sur mesure pour atteindre vos objectifs stratégiques Grant Thornton Côte d Ivoire : Un accompagnement sur mesure pour atteindre vos objectifs stratégiques Audit Consulting Conseil juridique, fiscal et social Outsourcing Etudes sectorielles Conseil en RH

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique.

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. L audit de performance énergé Gérer son patrimoine, c est anticiper, analyser et agir! L immobilier représente

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

EMPRUNT OBLIGATAIRE «État Gabonais 5,50% net 2007-2013» CARACTERISTIQUES - RESULTAT & SYNTHESE Par M. Willy ONTSIA DIRECTEUR GENERAL BGFI BOURSE Arrangeur et Chef de File Chargé du Service Financier et

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Une vision claire de l expertise comptable

Une vision claire de l expertise comptable Une vision claire de l expertise comptable Toutes les prestations comptables et fiscales. L intégralité des prestations sociales. Les prestations juridiques d accompagnement. L ensemble des Depuis 1991,

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence. Legal & General. (France)

Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence. Legal & General. (France) es plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence (France) Un des plus grands groupes financiers européens en France Au service des Particuliers et des Entreprises 1836-2012 : plus de 175 ans d expertise

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS REUNION AVEC LES BATONNIERS ETRANGERS Rentrée du barreau de Paris 4 décembre 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 -

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - LA BANQUE POSTALE, UNE BANQUE UNIQUE ET SINGULIERE Un peu d histoire Groupe La Banque Postale UNIQUE POUR RELEVER DES DEFIS MULTIPLES Activités

Plus en détail

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE chiffres clés decp 2013 ÉPARGNE patrimoniale L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE Une plate-forme d expertise Une offre complète de produits patrimoniale et services La Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale

Plus en détail