«Ny Betsileo tsa mba mamo fa ny toaka ro mahery» Proverbe en Betsileo. «Ny Betsileo tsy mamo fa ny toaka no mahery» Proverbe en malgache officiel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Ny Betsileo tsa mba mamo fa ny toaka ro mahery» Proverbe en Betsileo. «Ny Betsileo tsy mamo fa ny toaka no mahery» Proverbe en malgache officiel"

Transcription

1 «Ny Betsileo tsa mba mamo fa ny toaka ro mahery» Proverbe en Betsileo «Ny Betsileo tsy mamo fa ny toaka no mahery» Proverbe en malgache officiel «Les Betsileo ne sont jamais ivres, mais c est le rhum qui est trop fort» Traduction en français 1

2 Introduction Madagascar est la quatrième plus grande île du monde, après le Groenland, la Nouvelle Zélande et Bornéo. Ce pays, décrit comme «une omelette mal pliée couchée sur l océan Indien» par Gérald Durell1, est plus souvent représenté, par ses habitants, par la métaphore d une empreinte d un pied gauche ou la moitié d une feuille de «l arbre de Madagascar»2. L îlecontinent s étend sur km² (soit la France et le Bénélux réunis), et se situe à des latitudes tropicales. Cependant la Grande Ile se partage en trois parties. L épine dorsale structurante est incontestablement les Hautes Terres, qui laissent apparaître une plaine côtière à l est de la Falaise. Quant à l ouest, elles s ouvrent sur un dénivellement plus modéré, en «pentes douces» afin d aboutir aux plaines bordant le canal du Mozambique. L étude suivante s appuie exclusivement sur des espaces des Hautes Terres. Ce relief se divise, en réalité, en trois massifs montagneux ; le Maromokotro au nord de la capitale, l Ankaratra au sud d Antananarivo et l Andringitra au sud de Fianarantsoa. Trois foyers de peuplement façonnent les paysages de ces terres montagneuses : l Imerina autour de la «ville des milles guerriers», le Vakinankaratra dont la ville principale est Antsirabe, et tout au sud de ce substrat montagnard, le Betsileo dominé par Fianarantsoa. Cette région est plus verdoyante que les deux précédentes, du moins à première vue, puisque les basfonds sont occupés par les rizières et les pentes accueillent allègrement des vignes et d autres cultures fruitières et/ou légumières (voir carte p 3). Des vignes, effectivement! Le touriste ainsi que le géographe ne s attendent pas forcément à trouver cette plante d origine méditerranéenne sous les tropiques. Et pourtant ce végétal occupe des espaces dans le Betsileo, ainsi que quelques zones des Hautes Terres Centrales (voir carte p 4). La vigne représente plus qu une simple «exportation» coloniale. Elle est devenue un véritable moyen de mise en valeur des terrains agricoles. Les ceps servent même comme plante ornementale. En effet, il est facile de constater que la façade du commissariat d Ambohijatovo Atsimo à Antananarivo est recouverte d une vigne. Plus au sud, à Fianarantsoa, le long de la rue commerciale, plusieurs maisons de particuliers arborent un pied de vigne sur le mur extérieur. Le raisin devient un motif de décoration pour l artisanat malagasy (broderies, poteries, fer forgé ). La vigne demeure donc plus qu une simple 1 DURELL G., 1992, Le AyeAye et moi, Paris, Hachette Un arbuste qui est répandu un peu partout sur l île, et dont le feuillage est vert au dessus, blanc en dessous et les tiges sont rouges, les trois couleurs du drapeau malgache 2 2

3 3

4 4

5 fantaisie, elle modèle des espaces sur l Ile Rouge, ou du moins apparaît comme une culture exogène qui a trouvé une place parmi le système agricole des Hautes Terres malgaches. Selon P. Montagnac3, Perrier de la Bathie pense que la vigne serait arrivée sur l île avec les Arabes au Xème siècle. Rien ne le prouve réellement, et les historiens ne se sont pas penchés sur la question. Les premiers à mentionner l existence de ce végétal à Madagascar sont Gauche et de Flacourt, au XVIIème siècle. La vigne est alors implantée dans la région de Fort Dauphin. Cette expérience relève de volontés singulières, juste pour tenter de réussir des introductions. Et pourtant, l historicité accumule les temporalités et les essais se multiplient. Avec l arrivée des colons, l implantation de vigne est de plus en plus un leitmotiv, aussi bien pour le vin de messe, que pour la pérennité de la culture bachique. Cependant, ce phénomène est géographiquement marginal, puisque le vin produit n est que luxe aux yeux des Malgaches, une boisson du Blanc colonisateur, une boisson pour le riche, un luxe sans volupté!4 Pourtant la vigne s émancipe et «colonise» les terres rouges. Les vignobles apparaissent pourtant, après l indépendance (1960), comme un moyen de développement «local». Une coopération suisse va mettre au point un projet de création de vignobles paysans. En 1971, le centre vitivinicole du Betsileo (CVVB) voit le jour. A sa création, 11 hectares émergent à Soaindrana (20 km au sud de Fianarantsoa) et une cave moderne s érige. Les paysans sont sollicités, et peuvent planter plusieurs unités de base (25 ares). Le CVVB prévoyait ainsi la mise en place d un vignoble paysan «mosaïque» de ha. Rêve et désillusions rythment cette expérience. En 1986, le projet est au mains des décideurs locaux, et une société (Lazan i Betsileo) regroupant plusieurs actionnaires reprend la suite. Le système de la coopérative viticole est gardé, mais la gérance se libéralise. La débâcle s installe petit à petit, pour attendre son apogée depuis un demi lustre. Mais plusieurs vignobles s individualisent, et ne se ressemblent pas tous. Cependant, trois types peuvent être dégagés. La première catégorie s apparente aux espaces viticoles crées par le CVVB. Aujourd hui, les paysans «polyculteurs» les détiennent. Ils détiennent environ la moitié de la surface viticole de la Grande Ile. Les 600 actionnaires membres de Lazan i Betsileo cultivent quelques parcelles de vignes, formant un tout de 250 ha. Ces vignobles s intègrent à la logique de l exploitation agricole de base dans la Haute Matsiatra, à savoir une complémentarité des terroirs. Le vignoble jouxte les plantations de manioc, les rizières, les cultures pluviales, etc. De plus, les vignes sont complantées (les interlignes accueillent des 3 MONTAGNAC P., 1971, Les cultures fruitières à Madagascar en 1960, tome I et II, document n 9, Antananarivo, IRAM 4 Ces suppositions sont élaborés à partir des récits laissés après la colonisation 5

6 haricots, du soja, des arachides, du maïs ), ou au minimum enherbées. Ces petits vignobles sont entretenus de façon «bio» (de façon involontaire, car cette logique est une nécessité et non un choix), puisque les paysansviticulteurs utilisent le fumier de leurs zébus pour enrichir la terre pauvre et acide. Une deuxième catégorie de vignoble se démarque. Il s agit des champs de vigne aux mains des propriétaires de grands domaines. Ils se classent dans une logique entrepreneuriale. Un dizaine de grandes propriétés5 est présente dans le Betsileo, et deux autour d Antsirabe. Enfin, un troisième groupe structure les vignobles malgaches : ceux des religieux. Les pères et les frères détiennent plusieurs vignobles : Maromby (des trappistes cisterciens au nord de Fianarantsoa), Antrahamasina (propriété du diocèse de Fianarantsoa), Soavimbahoaka à Antananarivo, et Soamandrakizay Androhibe appartenant au cardinal de Madagascar. Le vin produit alimente les églises et les temples protestants en vin de messe (blanc pour les catholiques et rouge pour les protestants), mais les religieux ne se contentent pas de cela, ils vinifient aussi pour la vente des consommateurs lambda. Tous ces espaces forment le vignoble malgache, qui ne présente pas d unité cependant. Le tout s évalue à environ 550 hectares, ce qui renforce l impression de marginalité de ce vignoble, par rapport aux autres cultures. Face au contexte actuel du monde des vins, des vignobles émergent et souhaitent se faire une place dans le marché vinicole, afin de concurrencer les vins du Vieux Continent. Mais seuls les vignobles qui entrent dans la logique du vin aromatique (vin de cépage) ont une chance de «sortir gagnants». Et pourtant, des petits vignobles résistent, tant bien que mal (c est le cas du vignoble de Madagascar), et se trouve en position marginale (tout aussi bien dans le contexte mondiale qu au niveau local). La marginalisation se résume au fait d être en dehors du système, d être singulier, de se situer à l extérieur du modèle (celui qui dicte les évolutions ou bien celui qui s impose, finalement le modèle qui paraît légitime pour la majorité des acteurs concernés), de se trouver accessoirement en annexe d un phénomène global. Les espaces marginaux peuvent être étudiés selon différentes approches. Cette étude se penche surtout sur la problématique suivante. Les vignobles de Madagascar (donc marginaux) permettentils la mise en place d une véritable filière vitivinicole? Quelques sousquestions apparaissent à ce stade du problème. Qu estce qu une filière? Comment s organisetelle autour des espaces vitivinicoles malgaches? Comment se définit véritablement les impacts de la marginalité sur cette filière? L organisation d amont en aval des produits vinifiés estelle tricéphale6? N est5 Au dessus de 5 hectares de vigne Un amont autour du vignoble luimême, un noyau autour du vin et un aval orienté autour de la vente et de la consommation 6 6

7 elle pas plutôt systémique? Aboutitelle à des constructions spatiales liées à la consommation (voire la culture!) du vin? Quel est son avenir? La géographie est une science humaine, une science sociale. Mais elle reste inévitablement une discipline qui nécessite un travail de terrain (observation, analyse, enquêtes ). Ce mémoire n aurait pas pu voir le jour sans les études faites à Madagascar, notamment à cause de l absence d une bibliographie spécialisée sur le sujet. Cependant, les lectures tout au long de l année universitaire 2004/2005 ont permis d établir des bases de travail sur l île. Le voyage d étude s est déroulé du 28 février au 14 avril 2005, grâce aux aides du service des relations internationales de la faculté Michel de Montaigne (Bordeaux III), de mon laboratoire d accueil DyMSET (UMR ADES), ainsi que l apport de certaines personnes sensibilisées par le travail de recherche. Cette période d observation et d analyse sur place s est découpée en trois temps. Une semaine et demie fut nécessaire pour prendre des contacts avec des acteurs du vin et des vignobles à Antananarivo, ainsi que pour amplifier mon travail bibliographique (largement enrichi par les conseils de M. Andriamananjara Harivola [maître de conférences en géographie à l université d Antananarivo] codirecteur de ce mémoire de DEA). Puis le voyage s est prolongé par la «visite» des vignobles du Betsileo pendant un mois environ. Enfin, la dernière semaine (et demie) s est organisée autour des rencontres avec mon codirecteur à Tananarivo, ainsi que l analyse des vignobles de la capitale et d Antsirabe. Mais le travail de terrain sur l Ile Continent est déconcertant pour un occidental. La culture étant singulièrement différente, une méthode élaborée par des spécialistes est fondamentale pour cette approche. Le travail suivant se base sur la méthode proposée par Emmanuel Fauroux7. Cet anthropologue préconise une méthode articulée autour de l observation avant toute chose. Il avertit l éventuel chercheur travaillant sur Madagascar de se méfier des données chiffrées sur l île, souvent erronées. Cette affirmation a été vérifiée à maintes reprises et les chiffres proposés tout au long de cette analyse tentent de refléter le plus possible la réalité. Pour cela, les chiffres officiels utilisés sont ceux de l Ambassade de France, et pour les mesures de parcelles, l observation de ces dernières a permis la vérification des chiffres donnés par les interrogés. En outre, les tonnages et autres chiffres utilisés n ont pas pu être vérifiés totalement, mais seuls les chiffres vraisemblables (ou jugés comme tels) sont utilisés. Pour comprendre la filière vitivinicole de la Grande Ile, des enquêtes auprès des viticulteurs et des acteurs du vin sont apparus comme un bon moyen pour 7 FAUROUX E., 2002, Comprendre une société rurale, une méthode d enquête anthropologique appliquée à l ouest malgache, Paris, Collection Etudes et Travaux, GRET 7

8 avancer dans la recherche d informations. Les entretiens se font de manière informelle (comme le préconise E Fauroux) en ce qui concerne ceux faits auprès des paysans et des consommateurs. Toutefois, le problème des recherches à Madagascar est le besoin constant de montrer son attestation de recherche et l accord du responsable de la société Cet accord n a pas été évident à obtenir pour Lazan i Betsileo à cause des conflits internes à la société. Pour les autres vignobles, les recherches ont été largement bien accueillies et facilitées par les paysans et les gérants des grands domaines. Les enquêtes8 effectuées se faisaient selon un fil conducteur élaboré par des grilles de lecture (cf annexe), afin de répondre aux grands questionnements. Ces entrevues ont été réalisées selon deux procédés. Soit les interlocuteurs maîtrisaient parfaitement la langue française (en «ville», les Zanatany9, les Pères et les Frères religieux ) alors les questionnaires étaient directs entre l impétrant et les interrogés, soit les interviewés parlaient malgache (particulièrement en brousse), ce qui demandait un interprète (une étudiante de l université de la capitale travaillant sur le vignoble de la commune de Alakamisy Ambohimaha, et plus souvent le père de famille qui me logeait dans le Betsileo). Cette méthodologie est enrichie par les apports de la géographie, à savoir, en particulier, l analyse paysagère, la tentative de comprendre le compartimentage spatial (et sociétal), la diachronie enrichie de la synchronie, sans oublier bien sûr la lecture cartographique. Afin de répondre à la problématique, focalisée sur la filière (d autres choix s avèrent possibles, mais cet angle semble pertinent pour comprendre les espaces du raisin et du vin à Madagascar), le développement suivant s articule autour de trois grands chapitres. Le premier s intitulant «les vignobles sontils les premiers maillons d une filière vitivinicole malgache?» observe les espaces viticoles (marginaux) comme l amont de cette organisation. Il se penche aussi sur le fait de savoir si la marginalité n entrave pas le processus de «filiarisation». Puis le deuxième chapitre met en place une analyse du segment médian de la filière, en le «décortiquant» selon les vignobles paysans et les vignobles entreprises (y compris ceux aux mains des religieux). Enfin, le chapitre final «les espaceslieux du vin : l aval de la filière vitivinicole de l IleRouge» s intéresse aux lieux de vente (formels et informels), aux espaces qui tendent vers l anomie, et aux espaces «surfabriqués» enquêtes plus ou moins formelles, dont 21 chez les paysans viticulteurs. Blancs issus de la colonisation 8

9 CHAPITRE I : Les vignobles sontils les premiers maillons d une filière vitivinicole malgache? I) De la marginalisation spatiale des espaces vitivinicoles à la «filiarisation» : quelques éléments généraux. 9

10 A) Une filière dynamique peutelle être issue d espaces marginaux? Le vin est un produit qui est au cœur d une organisation en plusieurs pôles, tous dépendants les uns des autres. A Madagascar, une filière vitivinicole existe bel et bien, malgré la relative marginalité des vignobles. Les 550 hectares (environ) de vignes10 façonnent un chaîne géographique et socioéconomique qui demeure une filière contrôlée par différents acteurs. Pour comprendre le relatif dynamisme de cette organisation «linéaire» liée au vin sur l IleContinent, les notions utilisées doivent être définies. La marginalité est une notion complexe, qui peut s analyser selon plusieurs manières. La plus évidente est celle issue des statistiques, mais cette approche pose des problèmes vu la fiabilité des chiffres sur le sujet. La marge est considérée, ici, selon une géographie plus phénoménologique, qui relève de l espace vécu et ressenti. Selon Benoît Raoulx «la notion de marginalité implique une dimension spatiale forte ; elle renvoie à la question fondamentale des liens entre rapports sociaux et rapports spatiaux» 11,. R. Brunet pense que la marginalité représente un «caractère de ce qui ne fait pas pleinement partie du système, une mise à l écart et en situation dominée, dépendante, hors du centre de décision» 12.Une autre définition doit venir compléter ces propos. Le même auteur renvoie à la notion de marche, qui se définit comme «une frontière plus ou moins inculte, en marge du territoire de chaque clan, un espace de protection ou d expérimentation, tantôt insoumis, tantôt ignorés». Les vignobles malgaches répondent parfaitement à cette logique, puisqu ils sont ignorés de la mondialisation, et à l échelon national, ils ne correspondent qu à une logique spatiale secondaire, oubliée des politiques centralisées du gouvernement. La marge peut évoluer dans deux sens. Soit elle ne fait que s éloigner du centre actif, au point de vue géographique et socioéconomique, et là, la situation devient critique, soit elle sort de son état léthargique, en passant par le stade de la fragilité, afin de devenir émergente, et de ne plus être une marge. Cette deuxième voie semble, pour la majorité des vignobles, l évolution du futur proche de ces espaces, avec cependant, toutes les réserves possibles. Mais estce que cette marginalisation des espaces viticoles permetelle une véritable «filiarisation»? Avant toutes choses, le terme filière doit être observé de plus près. 10 estimation personnelle lors des enquêtes auprès des viticulteurs in FOURNIER J.M (et alii)., 2001, Faire la géographie sociale aujourd hui, Caen, PUC, p BRUNET R, FERRAS R, THERY H., 1993, Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Paris, Reclus, La découverte française

11 Pour Pierre Georges, le paysan «participe alors à un mouvement de concentration verticale qui lui donne un simple rôle d intermédiaire entre un amont qui lui fournit produits et services et un aval qui transforme et commercialise les aliments» 13. Cette définition se concentre essentiellement sur les deux extrémités d une filière classique. Le corps central est inexistant selon cette citation. D autres géographes enrichissent cette vision. Roger Brunet14 tente de démontrer que les filières sont des stratégies rassemblées par des liens. Une filière est un «ensemble des stades successifs d élaboration et de fabrication d un produit La filière s oppose à la branche en ce que, centrée sur le produit, elle met souvent en jeu plusieurs branches Une filière s étudie d amont en aval et s y divise entre stades de conception, de fabrication et de distribution, la fabrication ellemême comporte plus ou moins clairement un segment amont, un segment moyen ou médian, un segment aval [elle peut aussi se définir comme] un cheminement organisé avec des relais». Le dictionnaire de Yves Lacoste conçoit la filière comme un «ensemble des stades successifs de production et d élaboration d un produit industriel ou d origine agricole»15.ces approches restent les seules références, puisque les derniers dictionnaires de géographie omettent de définir ce terme. Ce fait s explique par le désintérêt que portent les «dernières géographies» à la notion de filière, perçue comme une notion de géoéconomie classique. Pourtant, cette approche permet de s intéresser à la spatialisation d un produit. Cette approche considère la filière comme une entrée qualitative, afin de sortir de la géoéconomie où est emprisonnée cette notion. Cependant, ces définitions possèdent des écueils. La première perçoit la filière, uniquement, comme produit de l agroalimentaire (l auteur prend soin d ajouter ce qualificatif au mot filière avant de le définir [il ne faut pas perdre de vue le contexte des années 1970 pour cette approche géographique qui explique en partie ce choix]), et la deuxième s oriente plus vers une optique industrielle. Enfin, la troisième est un mélange des deux. Ce mémoire étudie la filière en terme de construction linéaire qui aboutit à la mise en place d un géosystème. Le schéma classique s avèrent pertinent, même s il doit être enrichi par quelques points. La filière tourne autour de trois axes comme le montre la figure suivante. 13 GEORGES P., 1970, Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF 14 BRUNET R., 1993, ibid. LACOSTE Y., 2003, De la géopolitique aux paysages, dictionnaire de géographie, Paris, Armand Colin 15 11

12 AMONT AVAL pépinière intrants formation etc. distribution commercialisation consommation Production du vin Amont indispensable Intermédiaire dépendant de l encadrement Aval plus ou moins efficace Relation linéaire du circuit Interaction : l amont et l aval peuvent être contrôlés par la même structure Figure n 1 : Organisation d une filière vitivinicole Source : travail de terrain NB Ce schéma peut s appliquer pour la plupart des filières créées par des vignobles. Il n est pas spécifique de celles conçues par les vignobles de la Grande Ile. Et pourtant, il fonctionne aussi, malgré le caractère idiographique de ces derniers. Cependant les produits vinifiés naissent selon plusieurs logiques. Les vignobles détenus par les paysans interfèrent avec ceux des grandes propriétés. Deux filières parallèles cohabitent à Madagascar pour le vin. Mais la réalité paraît plus complexe. Pour comprendre le fonctionnement du système, la dissection des deux principales organisations est nécessaire. Pour les «vignobles entreprises», la filière reste contrôlée par les propriétaires. Plusieurs exemples illustrent ce fonctionnement. L ECAR Maromby (nord de Fianarantsoa), détenue par des frères trappistes, tente de maîtriser le plus possible sa production et ses écoulements. Ils vendent directement le vin de messe aux paroisses de l île, sans intermédiaires. Les ventes des produits vinifiés à destination de la grande distribution se réalisent grâce à leur réseau. En effet, les frères ont investi dans un minibus pour transporter leurs bouteilles dans les grandes villes de Madagascar. Ils se servent des autres couvents cisterciens comme dépôts pour stocker les demandes trop loin de la capitale Betsileo. Un deuxième exemple renforce cette idée. Le vin d Iharanany (ou vin de Mendrika, c est le même mais l appellation n est pas tout à fait fixée) se vend dans tout le pays. La famille productrice achalande ellemême les points de vente à proximité du lieu de 12

13 production (la Haute Matsiatra). Ceci s explique par la volonté des propriétaires de rester une entreprise artisanale, afin de s apparenter à une entreprise de «qualité». En revanche, pour les destinations plus lointaines (Tuléar, Diego ), la société fait appel à des transporteurs, mais ne passe pas par le biais de grossistes (pour l instant, puisqu elle est à la recherche d un distributeur). La chef d exploitation s engage personnellement à retirer les bouteilles dans les magasins quand cellesci ne sont plus présentables (audelà de trois ans, des dépôts se forment dans le vin et influencent négativement l image de la qualité). Les paysans, qui s apparentent à des polyculteurs (riz, cultures pluviales, maraîchage, élevage ), ne se contentent que de la production du raisin. Ils ne constituent que l amont classique de la filière. Ils achètent les intrants et profitent des recherches menées par les caves coopératives qui ramassent leurs fruits. Ils apparaissent uniquement comme un maillon de ce «système» linéaire. Pour conclure, il semble intéressant de comprendre l amont de la filière. Pour la plupart des géographes, l amont se limite à la recherche, à la formation, aux intrants, aux pépinières Pourtant, en terme spatial, une filière n existe pas si l espace n est pas le substrat de cette organisation. Tout au long de ce développement, l amont sera donc considéré comme les vignobles, non pas comme éléments producteurs de raisin, mais plus comme un espace structurant le reste de la filière. La marginalité des espaces supportant des vignes (aussi bien au point de vue de l exploitation, à l échelon du finage ou à l échelle nationale) entraîne donc une impression de fragilisation de la filière. Cette mise en marge des vignobles peut laisser penser que l organisation qui découle du vin ressemble à un château de sable rongé par la mer à sa base. Et pourtant, la filière vitivinicole malgache connaît un certain dynamisme, tout du moins pour une grande partie de celleci. Finalement, la crise touche uniquement les vignobles aux mains des paysans, qui ne sont qu une partie de l amont de cette filière. La marginalisation affecte donc principalement l espace des petits vignobles, et en terme géographique, elle ne concerne qu une partie de ces derniers. La marge se ressent plus au point de vue économique (qui se traduit par la baisse des prix d achat du raisin, donc des revenus moins importants pour les producteurs ), où là, toutes les zones viticoles paysannes souffrent d une certaine débâcle provoquée par plusieurs facteurs. La marge est une notion relative, et seule une analyse approfondie permet de définir les impacts sur la filière. L échelle du territoire national offre une certaine objectivité pour savoir si cette filière vitivinicole a une assise conséquente, en terme de viabilité. B) Madagascar possèdetelle vraiment une filière (liée aux vignobles) d importance nationale? 13

14 En terme de méthodologie, l approche statistique et quantitative pour les vignobles est difficile à cause du manque de données fiables. Tenter d en avoir relève du «folklore». L INSTAT (qui correspond à l INSEE en France) possède peu de chiffres sur la production du vin. Le ministère de l agriculture offre des données qui paraissent fortement pipées, et ne détaille pas distinctement la production de raisin des autres cultures. Pour répondre à la question, les informations recueillies à l ambassade de France, au service d expansion économique, sont de mise. Mme Andrianandrasana Angéla, responsable sectorielle élevage, pêche, agroalimentaire et beauté, avoue la faiblesse des statistiques à propos des espaces vitivinicoles. Dans sa fiche synthétique, elle met en garde les «utilisateurs» de ces chiffres : «en l absence d informations fiables il convient de traiter ces données chiffrées commerciales avec des réserves d usage» 16. Le vin est devenu un produit structurant une filière à Madagascar uniquement depuis 1948, au point de vue «protoindustriel». Le vignoble du Betsileo est le plus important, regroupant une dizaine de vitiviniculteurs, ainsi que 600 paysans viticulteurs. Mais ce n est pas la seule région viticole du pays. Voici une estimation sommaire de l importance des vignobles et de ses produits dérivés. En 2000 Surface en ha ? Betsileo Antsirabe Autres Production en hl Source : PEE Ambassade de France Tableau n 1 : Quelques chiffres de l Ambassade française La production «autres» s apparente, certainement, à la production des vignobles de la capitale, plus celle dite informelle. Les vignobles malgaches produisent, donc, environ hectolitres par an, qui se répartissent de la manière suivante : blanc : 65% de la production rouge : 20% de la production rosé : 15% de la production. Le vin gris est le grand manquant de cette estimation, et pourtant il occupe une part importante dans la distribution. Cependant, cette catégorie de vin doit être certainement pris en compte dans les rosés. 16 AMBASSADE DE FRANCE., 2000, Fiche de synthèse : filière vins et spiritueux, service d expansion économique, Antananarivo, fiche informatisée 14

15 Le vin subit les lois du marché international. Malgré la production nationale du «divin liquide», les importations sont nombreuses et entravent le fonctionnement interne de la filière, mais permet en même temps de la solidifier. Sur le total des boissons alcoolisées, les importations de vins représentent 30% de la quantité. Ce sont surtout des vins à faible valeur commerciale. Entre 1998 et 1999, les importations venues de France auraient augmenté de 62% (notamment à cause du Champagne, du Bordeaux et de quelques vins régionaux comme le Cahors). La France est le principal fournisseur. L Afrique de Sud représente 18% des importations et l Italie n atteint que 2% des importations (aussi bien en quantité qu en valeur). Elles évoluent ainsi ; Source : PEE Ambassade de France En 1998, les mousseux entrés sur le territoire s élevaient à Fmg, soit euro (1 euro = Fmg au mois de mars 2005, ), les champagnes à Fmg (environ euro) et les vins à Fmg, qui équivaut à euro. En contrepartie, les exportations sont minces, pour ne pas dire plus. Jusqu en 2002, certains vins (Lazan i Betsileo surtout) s exportaient principalement vers la Réunion, les Seychelles et la France Métropolitaine. Selon la douane, ces exportations en 1998 s estimaient à environ Fmg ( euro). A l heure actuelle, aucune exportation n est réalisée, selon l Ambassade de France. Mais, tout au long des enquêtes, certains exploitants vitiviniculteurs avouent qu ils exportent quelques cartons vers les Seychelles et Mayotte, tout particulièrement Clos Malaza. Enfin, la distribution se fait principalement par Leader Price, Cora Jumbo, Shoprite (les principales grandes surfaces du pays), la Cave à Vins, Royal Spirit et Cie, SOREDIM, 15

16 NETTER et MELVINO (des grossistes et/ou «embouteilleurs»). Elle passe aussi par le biais des hôtels et des restaurants. Le secteur de l informel joue également un rôle important et s opère de manière générale le long des côtes et dans les régions «isolées». Il est nécessaire de préciser, aussi, que l informel du vin gagne, de plus en plus, tous les espaces. Les vignobles restent des marges au niveau national, mais offrent une réelle organisation selon une logique de filière. L échelle du territoire politique reflète la structuration économique, principalement. Les déficiences commerciales handicapent le «système», surtout pour l aval. La commercialisation connaît des problèmes, mais la filière continue à exister. Il se pourrait que la filière vitivinicole de la Grande Ile résiste grâce au paradoxe de la marginalité. En effet, puisqu elle apparaît comme une marge, la rentabilité n est qu une préoccupation minime au niveau national, et du fait qu elle soit une périphérie des priorités du pays, elle subsiste toute seule tout en continuant d exister. Cependant, quelques vignobles (donc l amont de cette chaîne) se fragilisent, et disparaissent selon quelques cas, ce qui renforce encore plus la marginalisation de la sphère vitivinicole. II) La fragilisation d une partie des vignobles entraînetelle la déstructuration de la filière? A) Une filière entravée par la disparition de quelques vignobles, amplifiée par la déshérence de quelques parcelles de vigne. Les études des vignobles à Madagascar sont peu intenses, et encore aucun travail n a permis la cartographie intégrale des espaces viticoles de l Ile Rouge. Les premières études géographiques sur ce sujet datent des années 1970/80 (Montagnac, Salomon 17). Cependant, aussi complètes qu elles soient, elles n élaborent pas l exhaustivité de ces régions. M. Andriananananjara Harivola (maître de conférences à l université de Antananarivo) se passionne pour cette géographie, et en fait sa thèse nouvelle formule à paraître prochainement La présente analyse n a pas l ambition de cartographier tous les domaines viticoles, elle se veut plus idiographique. 17 MONTAGNAC P., 1971, Les cultures fruitières à Madagascar en 1960, tomme I et II, document n 9, Antananarivo, IRAM SALOMON J.N., 1980, «Les vignobles et les vins de Madagascar» in Les cahiers d outremer, n 132, vol 33 16

17 Pendant les enquêtes à Fianarantsoa, un événement majeur concernant le recensement des vignobles a été communiqué. Selon un géographe (Monsieur Eric) travaillant pour le PACT, un inventaire des vignobles du Betsileo est en cours. Ce regain d intérêt s explique par le fait que la culture du raisin fait partie d une des douze priorités de développement dans le cadre du plan régional de la Haute Matsiatra. Cette action reste un travail de fourmis, puisque plusieurs centaines de paysans possèdent quelques ares de vignes. La cartographie semble donc très délicate. La carte n 3 page 19 tente de montrer les principaux lieux (voire zones) de production du Betsileo. Par dessus devraient se greffer les vignobles paysans, mais la capacité des caves coopératives de Lazan i Betsileo donne des indications par rapport aux potentiels de production des paysans. Le temps manquant (un mois et demi paraît trop court), l étude partielle est de rigueur. Cependant les exemples essaient d être les plus représentatifs possibles. La carte illustre la concentration vitivinicole de la région de Fianarantsoa, capitale incontestable du vin à Madagascar, donc un nœud structurant pour la filière. Les différents espaces cartographiés ont été visités, sauf Nasandratrony puisque la société Lazan i Betsileo n a pas souhaité que l étude de cette cave régionale soit réalisée. Ce choix inexpliqué trouve certainement une réponse dans le fait que cette cave est l une des plus dégradé de toutes les caves coopératives (selon les propos recueillis surplace), ainsi qu elle devait, probablement, être vide actuellement. Une analyse sur la dernière décennie montre la dislocation de certains vignobles, donc une fragilisation de l amont de l organisation du vin à Madagascar. En 1997, Raharijaona Hans Christian (consultant) a réalisé un recensement, en voici les résultats : Sociétés Lazan i Betsileo Chan Foui Mac et Frères Ecar Maromby Ecar Antsahamasina Verger Lovasoa Les Bonnes grappes Tsara Laza Président Njatotsiory Côtes d Isandra Soamanpiadana Chan Fao Tong Surfaces en ha blanc rouge

18 SVS Amblard Autres TOTAL Source : Raharijaona Hans Christian Tableau n 2 : Recensement des vignobles en 1997 En ce qui concerne l état actuel (marsavril 2005), le constat est moindre. Tout d abord, Lazan i Betsileo déclare encore 250 ha (et des fois 300 ha), mais les enquêtes de terrain permettent de dire qu au moins 20 ha sont en abandon. De plus, les Côtes d Isandra n existent plus. C était l exploitation (106 ha) de Monsieur Fiévet, pionnier de la viticulture moderne à Madagascar. Elle demeurait le plus grand domaine viticole de l Afrique. La société a été vendue à M. Chan Kaye, un Chinois de la région d Isandra. Il avait agrandi ce vignoble avec les 28 ha des coteaux de Famoriana. A la mort de Win Chan Kaye, ses deux frères frères gérants sont partis au Canada, commencer une nouvelle aventure (dans le vin diton, mais ces dires n ont pas pu être vérifiés!). Le fils de Win a donc voulu reprendre le domaine, mais il ne connaissait rien en gestion et encore moins en vin. Aujourd hui l entreprise a un endettement de 45 milliards de Fmg envers la banque. Cette exploitation ne produit plus une seule goutte de vin et le vignoble est en déshérence. Enfin, les vignes d Amblard connaissent également des déboires. Cette entreprise de la région d Ihosy ne produit plus rien (elle était spécialisée dans les mousseux) depuis 1997, selon M. R, œnologue en retraite à Fianarantsoa. L addition, ou plutôt la soustraction est simple, il s avère que seuls 506 ha subsistent. Mais quelques vignobles expérimentaux commencent à voir le jour, d où un total de 550 ha pour toute l île. L extinction n est pas la seule fragilisation de la base de la filière. Plusieurs parcelles sont de moins en moins entretenues, et fournissent donc moins de raisin. Un paysan/instituteur en retraite à Andoharanomaitso, fokontany Betapoaka, village Imaha, 18

19 n hésite pas à faire part, de son désappointement face à l âge de ces ceps. Il délaisse de plus en plus ses pieds de vignes trop vieux, puisqu ils ne donnent presque plus de fruits. Cette année, il n a pas récolté son raisin lors des vendanges de février, car le travail n aurait pas était «rentabilisé» (d autant plus que la grêle de décembre lui a abîmé un grande partie de sa production). Les paysans ne sont pas les seuls à délaisser leur capital viticole. En effet, les religieux abandonnent certaines terres mises en valeur par la vigne. Le vignoble de Soavimbahoaka (couvent à Antananarivo) périclite, et l hémorragie ne cesse plus. La production diminue, et le vin peine à offrir des revenus satisfaisants au monastère. Lors de l entretien du 11 avril 2005, le caviste de Soamandrakizay Androhibe (autre monastère de la capitale) révèle que le vignoble date des années Sur les 21 ha appartenant au père diocésain et au cardinal de Madagascar, seuls 7 ha continuent à fournir du raisin. De plus, comme le montre la photographie n 1, les rangées sont discontinues et le spectacle conforte l impression «d abandon» des parcelles. Photographie n 1 : une parcelle de vignes en abandon Source : photographie personnelle Cette parcelle appartient au domaine Soamandrakizay Androhibe. Les plants sont du Petit Bouschet. Face aux vols récurrents, les frères préfèrent laisser les vignes en abandon, ainsi que remplacer les treilles en fil de fer par des tuteurs en bambou. Cependant ce domaine des religieux désire renouveler sa production et continuer à approvisionner les églises en vin de messe. Les 7 ha (dont 4 plantés en Couderc 13 [blanc] et 19

20 3 en Seyve Villard , Petit Bouschet et Isabelle) offrent, pour les vendanges de 2005, 20 tonnes de raisin, qui se transformeront en / litres de vin. Au vu du potentiel possible lié au vin, l extension du vignoble est prévu (grâce à des investisseurs réunionnais). Même si les vitiviniculteurs prennent conscience qu il faut renouveler les parcelles «encépagées», la déshérence de la majorité des terres aux mains des paysans et de certains grands propriétaires marginalise le socle de la filière vitivinicole de l IleContinent. Par dessus cette fragilisation, vient se greffer un deuxième constat négatif, le fait que le vignoble n est que secondaire pour les paysans des Hautes Terres Centrales. B) La production de raisin n est pas la «priorité» des paysansviticulteurs, quel en est l impact produit sur l organisation de la chaîne? La base de la filière naît donc des vignobles. Malgré l importance que ces espaces jouent dans la construction de la «filiarisation», les paysans (qui détiennent la moitié de la superficie viticole nationale) se préoccupent peu de ces vignobles. Parallèlement, la crise des caves coopératives renforce incontestablement le caractère secondaire de ces espaces, au sein même de l exploitation. Le fait de planter des ceps est né, pour les «agriculteurs» de la Matsiatra, avec la coopération suisse, en Cette culture entre dans la logique culturale uniquement, au départ, pour augmenter leurs revenus. La totalité des paysans rencontrés affirme qu ils se sont intéressés aux vignobles, au départ, uniquement pour les gains engendrés. La vigne, en revanche, ne concurrence pas les autres terres ainsi que le calendrier agricole au niveau de l exploitation. Ces faits expliquent, en partie, le développement de l intérêt des paysans pour la vigne, tout en lui accordant une importance moindre par rapport au reste, notamment à la riziculture. La complémentarité suit la logique des trois types de sols. Les basfonds rizicoles s apparentent à des cuvettes alluviales. Les premières pentes, marquées par la présence de colluvions, accueillent surtout les cultures pluviales et/ou maraîchères. Enfin les parties plus accidentées des tanety (collines) supportent les vignobles. D après Justin Razafindrakoto, les sols des vignobles sont «des sols rouges ferralitiques compacts, imperméables, difficilement pénétrés par les racines et l air, donc les bactéries fertiles sont restreintes» 18. Ces sols, qui ne semblent pas être le seul élément explicatif de la présence des vignes, contiennent des hydroxydes d alumine et de fer, se mêlant à une proportion élevée d argile, d où une acidité importante. 18 RAZAFINDRAKOTO J., 1978, Comparaison des conditions écologiques du vignoble de Madagascar et de celui de la côte Vaudoise, mémoire de technicum pour branches agricoles spéciales, Nyon p

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Stratégies commerciales et rentabilité en viticulture : les enseignements de 2011

Stratégies commerciales et rentabilité en viticulture : les enseignements de 2011 Stratégies commerciales et rentabilité en viticulture : les enseignements de 2011 L antenne viticole de la chambre d agriculture du var analyse régulièrement les prix de vente et les coûts de production

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Chapitre IV Habiter le monde rural

Chapitre IV Habiter le monde rural Chapitre IV Habiter le monde rural 1 e Leçon Y a-t-il beaucoup d agriculteurs dans les campagnes des pays riches? Ex : l Amérique du Nord Projection de la vidéo Galilée : un paysage rural du Middle West

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LE VIGNOBLE MALGACHE?

QUEL AVENIR POUR LE VIGNOBLE MALGACHE? Harivola ANDRIAMANANJARA RAMBELOSON Département de Géographie Faculté des Lettres et Sciences Humaines Université d Antananarivo Introduction I. Le vignoble malgache, un vignoble national II. Les impacts

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes

CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes L exemple du Comité de Bâle Julien Benomar Culture d entreprise et

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Introduction Le patrimoine bâti n est pas un produit éphémère et périssable. C est un

Plus en détail

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION Etude 2013 Usages et pratiques des jeunes tarnais en matière de recherche d information Contexte général : La Fédération

Plus en détail

LES VIGNERONS INDÉPENDANTS LANCENT LEUR SITE DE VENTE DIRECTE

LES VIGNERONS INDÉPENDANTS LANCENT LEUR SITE DE VENTE DIRECTE LES VIGNERONS INDÉPENDANTS LANCENT LEUR SITE DE VENTE DIRECTE La plus large offre de vins en ligne à acheter directement auprès des Vignerons Indépendants DOSSIER DE PRESSE 2015 www.vente-directe-vigneron-independant.com

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Cela fait plus de 20 ans que l association. La formation continue des conseillers agricoles à Madagascar

Cela fait plus de 20 ans que l association. La formation continue des conseillers agricoles à Madagascar La formation continue des conseillers agricoles à Madagascar A Madagascar, l association de coopération internationale (Formation pour l épanouissement et le renouveau de la terre), en partenariat avec

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

L Architecture des Marques

L Architecture des Marques L Architecture des Marques Gérer profitablement les portfolios complexes des marques Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39, rue Vautier CH 1227 Genève-Carouge

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012 Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Sommaire : Introduction... 1 Contexte... 2 Définition... 2 Les types d investissements...

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/08.824 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale AGIR pour les filières AGIR pour

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Département fédéral des finances DFF Régie fédérale des alcools RFA RCP Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Rapport final synthétisé Basé sur : Institut LINK, Comportements de

Plus en détail

Émilien FOURNEL Le chai d Émilien

Émilien FOURNEL Le chai d Émilien CRÉATION DOMAINE VITICOLE Émilien FOURNEL Le chai d Émilien Lieu d implantation : Sussargues Date de création : 1 er janvier 2013 Contacts : contact@lechaidemilien.com 06 99 50 45 38 19 L exploitation

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Expérience de la restauration écologique de sites sensibles dans les Pyrénées Paul Laurent 1 Résumé

Plus en détail

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Les enjeux des domaines skiables européens Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Par Laurent Reynaud Délégué Général de Domaines Skiables de France Représentant de la FIANET Fédération Internationale des

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Réalité des installations en agriculture paysanne en France et besoins financiers

Réalité des installations en agriculture paysanne en France et besoins financiers Réalité des installations en agriculture paysanne en France et besoins financiers L'agriculture paysanne «L agriculture paysanne doit permettre à un maximum de paysans répartis sur tout le territoire de

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME 1 6060 MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLE ET COOPERATION INTERNATIONALE

Plus en détail

1 Introduction aux études de marché export

1 Introduction aux études de marché export 1 Introduction aux études de marché export Avec des marchés de plus en plus compétitifs à travers la planète, les études de marché sont à l ordre du jour d un nombre croissant d organisations, qu elles

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h)

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) Les dynamiques des espaces productifs français dans la mondialisation ETUDE DE

Plus en détail

ENTREPRISES FAMILIALES VITICOLES DE COGNAC (FRANCE, 1997-2005)

ENTREPRISES FAMILIALES VITICOLES DE COGNAC (FRANCE, 1997-2005) BNDES, Rio de Janeiro, 23 octobre 2009. Colloque Sécurité alimentaire et sécurité énergétique : stratégies d expansion de la production d aliments et d agrocarburants en Europe et au Brésil. SESSION n

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail