Maîtrise médicalisée des dépenses de santé Faculté de Médecine - Marseille mars 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maîtrise médicalisée des dépenses de santé Faculté de Médecine - Marseille mars 2010"

Transcription

1 Maîtrise médicalisée des dépenses de santé Faculté de Médecine - Marseille mars 2010 Direction régionale du Service médical PACA-C n 1

2 Plan Les dépenses de santé La maîtrise médicalisée - Le principe - Les acteurs - Les thèmes - Les référentiels de bonne pratique Les actions de l Assurance maladie - L accompagnement : des assurés, des professionnels de santé, des hôpitaux - Les contrôles avant et après paiement Les résultats de la maîtrise médicalisée Direction régionale du Service médical PACA-C n 2

3 Direction régionale du Service médical PACA-C n 3 Les dépenses de santé

4 Les dépenses de santé En 2009 : 128,9 milliards d euros (Régime Général) Elles ont progressé de 4,2 % par rapport à 2008 (en données corrigées des jours ouvrés) L ONDAM pour 2009 avait été fixé à 3,3%, toute dépense confondue Pour mémoire - 123,3 milliards d euros en 2008 (+ 4 % en données corrigées des jours ouvrés alors que l objectif était fixé à 2,8%) - 118,2 milliards d euros en ,5 milliards d euros en ,7 milliards d euros en 2005 Direction régionale du Service médical PACA-C n 4

5 Les dépenses de santé Donnés CNAMTS au Direction régionale du Service médical PACA-C n 5

6 Les dépenses de santé Le taux de croissance des remboursements en soins de ville atteint 3,1 % (en données corrigées des jours ouvrés) Remboursements soins de ville : 58,4 milliards d euros en 2009 Croissance des soins de ville hors produits de santé en 2009: progression de 3,9%, contre 3,1 % en 2008 et 3,9 % en 2007 Remboursements de médicaments : progression de 1,8% en 2009, contre 0,6 % de diminution en 2008 et 4,5 % de progression en 2007 Direction régionale du Service médical PACA-C n 6

7 La maîtrise médicalisée des dépenses Direction régionale du Service médical PACA-C n 7

8 Principe de la maîtrise médicalisée Améliorer l efficience de notre système de soins Un objectif de qualité des soins pour un meilleur usage des ressources collectives Permettre aux médecins de soigner mieux en dépensant mieux Les gains escomptés découlent du changement de comportement des acteurs du système de soins qu ils soient usagers ou professionnels de santé Direction régionale du Service médical PACA-C n 8

9 Politique de maîtrise médicalisée Elle correspond à une politique de maîtrise globale à la différence de la maîtrise comptable qui est une politique de maîtrise par les quantités et les prix Elle met en œuvre des actions portant sur l offre ou la demande et visant le juste recours au système de soins Elle vise à proscrire les comportements abusifs tout en améliorant la qualité des soins Direction régionale du Service médical PACA-C n 9

10 Les deux axes de la maîtrise médicalisée Le bon usage des soins sur la base de référentiels médicaux Le respect de la réglementation en vigueur Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 0

11 Les acteurs de la maîtrise médicalisée Les patients Les professionnels de santé L Assurance maladie Les principes de la maîtrise médicalisée prennent toute leur signification au travers des conventions régissant les rapports entre l Assurance maladie et les professionnels de santé, et plus particulièrement celle négociée avec les médecins Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 1

12 La maîtrise médicalisée conventionnelle La convention nationale des médecins Conclue le 12 janvier 2005 pour une durée de 5 ans, arrivée à échéance le 12 février 2010 Bertrand Fragonard doit rédiger un règlement arbitral d ici fin avril 2010 La précédente convention avait été signée entre l UNCAM et les 3 syndicats représentatifs des médecins libéraux : confédération des syndicats médicaux français (CSMF), syndicat des médecins libéraux (SML), Alliance Avenant n 27 MG France (2008) Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 2

13 La maîtrise médicalisée conventionnelle Premier axe Etendre le champ des recommandations de bonne pratique à l ensemble des soins : chaque année une liste d activités médicales est soumise à la HAS en vue de l établissement de références médicales opérationnelles Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 3

14 La maîtrise médicalisée conventionnelle Deuxième axe Développer l information des médecins et des patients sur les règles de prise en charge collective dès lors qu elles touchent aux taux de remboursement de certaines prestations ou à la fréquence de réalisation de certains actes Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 4

15 La maîtrise médicalisée conventionnelle Troisième axe Parvenir à une inflexion significative des dépenses de remboursement de certains produits de santé dès lors que, en comparaison avec des pays comparables au plan sanitaire, les évolutions constatées apparaissent manifestement sans rapport avec les besoins de santé Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 5

16 La maîtrise médicalisée conventionnelle La fixation d objectifs quantifiés annuels La convention nationale des médecins libéraux prévoyait que chaque année, avant le 15 décembre, les syndicats signataires et l UNCAM définissent les nouveaux objectifs en matière de maîtrise médicalisée - Engagement des partenaires sur des objectifs quantifiés déclinés régionalement - Suivi paritaire (médecins libéraux, assurance maladie) décentralisé en régions Chaque année ces dispositions faisaient l objet d un avenant Les économies réalisées permettent notamment de prendre en compte des revalorisations tarifaires (prix des consultations de généralistes) Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 6

17 Les thèmes de la maîtrise médicalisée Le bon usage du médicament - Les antibiotiques - Les médicaments anticholestérol : Statines - Les anxiolytiques hypnotiques - Les antiulcéreux : Inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) - Les antiagrégants plaquettaires (AAP) - Les antihypertenseurs : IEC sartans - Les médicaments génériques Le respect des règles de prise en charge collective - Patients en affection de longue durée (ALD 30) - Les prescriptions d arrêts de travail (indemnités journalières IJ) - Les prescriptions de transports Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 7

18 Les thèmes de la maîtrise médicalisée Sur chacun des thèmes retenus, les engagements peuvent répondre aux objectifs suivants : - Réduire les écarts de consommation de soins et de prestations non expliqués par l état sanitaire des populations observées - Porter également sur la réduction de surconsommations au regard de constats dans des pays comparables - Optimiser des pratiques de diagnostic ou de soins, notamment par le respect des recommandations ou des stratégies moins onéreuses à efficacité comparable (Accord de bon usage des soins) - Renforcer le respect des dispositions législatives et réglementaires relatives aux conditions de prise en charge des actes et des prescriptions Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 8

19 Les objectifs quantifiés de la maîtrise médicalisée des dépenses Thème Antibiotiques - 10 % - 10 % - 5 % - 5 % - 8 % Statines - 12,5 % Stabilisation des dépenses Stabilisation des dépenses Stabilisation + 6,5 % Anxio hypnotiques -10 % - 5 % - 5 % - 5 % - 2 % IPP % - 3 % - 2,9 % - 3 % Antihypertenseurs % + 6,8 % + 2 % IJ -1,6 % des dépenses -1 % des dépenses Stabilisation des dépenses + 3,4 % + 3 % ALD - 5 points - 4 points - 2 points - 1,8 point - 0,5 point Transports Stabilisation des dépenses + 4 % + 4 % Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 9

20 Les recommandations de bonne pratique Agence française en sécurité sanitaire des produits de santé : AFSSAPS - Recommandations en antibiothérapie en collaboration avec la HAS (octobre 2005) - Prise charge thérapeutique du patient dyslipidémique (2006) - Eradication de Helicobacter pylori en cas de maladie ulcéreuse gastro duodénale (septembre 2005) Haute Autorité en Santé : HAS - Prise en charge des patients atteints d hypertension artérielle essentielle (juillet 2005) - Bon usage des IPP (juin 2009) - Recommandations pour une prescription efficiente des antiagrégants plaquettaires (Accord de bon usage des soins de juillet Cet AcBUS comporte un guide de prescription des AAP élaboré à partir d une revue détaillée de la littérature et validé par l HAS (recommandations HAS en annexe de l acbus ) - Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgé (octobre 2007) Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 0

21 Exemple : le bon usage des ATB Les traitements antibiotiques inutiles La consommation d'antibiotiques est plus élevée en France que dans d'autres pays européens et particulièrement en hiver (+ 33 % en moyenne durant les mois d'hiver) plus importante que celle observée dans les pays du Nord de l'europe Certaines classes d'atb comme les céphalosporines de 3 ème génération enregistrent des niveaux de consommation très élevés en France comparativement au niveau observé dans d'autres pays européens Cette surconsommation d'atb dont le coût est élevé compromet l'efficacité des médicaments par l'émergence de plus en plus fréquente de souches bactériennes résistantes et l'apparition de phénomènes de multi résistances en milieu hospitalier Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 1

22 Exemple : le bon usage des ATB Répartition des classes (valeur absolue) DDD/ 1000 inhb ESAC Italy France Cyprus Geece Israel Slovakia Portugal Luxembourg Belgium Russian federation The Netherlands Austria Slovenia Denmark Sweden Norway Czech republic Hungary Bulgaria Finland Lithuania Spain Iceland Croatia Ireland Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 2 Other J01 classes Sulfonamides Quinolones Macrolid Tetracycline Cephalosporin Penicillin

23 Exemple : le bon usage des ATB Eviter les traitements antibiotiques inutiles pour : - Diminuer les résistances en baissant l exposition aux antibiotiques - Et en conséquence réaliser des économies «Soigner mieux en dépensant mieux» Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 3

24 Exemple : le bon usage des ATB Prescrire un antibiotique seulement quand cela est médicalement justifié Abstention Parmi les antibiotiques recommandés, choisir le plus économique Juste prescription Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 4

25 Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 5

26 Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 6

27 Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 7

28 Des informations sur l évolution des résistances (données 2008) En cours de validation Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 8

29 Les statines La France reste à la fois en tête des dépenses et des volumes consommés pour les médicaments anti-cholestérol dans leur ensemble avec 42 comprimés en moyenne par patient et par an, contre 27 comprimés en moyenne sur les 5 pays que son la France, l Allemagne, le Royaume-Uni, l Espagne et l Italie Les messages dans le cadre de la maîtrise médicalisée Importance des règles hygiéno-diététiques, particulièrement en cas de faible risque cardiovasculaire, avant d instaurer un traitement médicamenteux par les statines, minimum 3 mois Commencer par la dose la plus faible, en particulier pour les patients à faible risque cardiovasculaire Promouvoir les médicaments pouvant être prescrits dans le répertoire des génériques en première intention et plus largement Direction régionale du Service médical PACA-C n 2 9

30 En prévention primaire : Traitement diététique en monothérapie Rappel des recommandations Afssaps * LDL-C > 1,6 g/l ou au moins 1 facteur de risque cardiovasculaire Confirmé sur 2 EAL Traitement diététique en monothérapie au MINIMUM 3 MOIS + conseils d activité physique régulière + prise en charge des facteurs de risques associés Après au MINIMUM 3 MOIS de traitement diététique bien conduit : Objectif thérapeutique selon niveau de risque atteint? Nouvelle EAL oui non Poursuivre traitement diététique Poursuivre traitement diététique + traitement médicamenteux Dans tous les cas, le traitement diététique doit être poursuivi, en raison des bénéfices pour le patient sur la baisse du LDL-C Direction * Recommandations régionale du Service Afssaps médical PACA-C Prise en charge n 3 0 thérapeutique du patient dyslipidémique

31 Rappel des objectifs thérapeutiques selon le niveau de risque Recommandations Afssaps* * Recommandations Afssaps Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Direction régionale du Service médical PACA-C n 3 1

32 Mise à jour Mai 2009 Statines Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Coût d'un traitement par statines, hors associations fixes Molécule Nom commercial Posologie 1 Coût mensuel minimal au 1er mai 2009 Pravastine Simvastatine Fluvastatine Rosuvastatine Atorvastatine Génériques Elisor / Vasten Génériques Lodales / Zocor Génériques Fractal / Lescol Crestor Tahor 10 mg 6,52 20 mg 12,49 40 mg 23,35 10 mg 9,99 20 mg 19,42 40 mg 36,78 10 mg 7,10 20 mg 13,67 40 mg 23,50 10 mg 10,82 20 mg 21,10 40 mg 36,67 20 mg 9,55 40 mg 12,47 20 mg 14,04 40 mg 18,42 80 mg 30,82 5 mg 18,82 10 mg 27,37 20 mg 41,37 10 mg 18,82 20 mg 37,72 40 mg 43,08 80 mg 43,08 1 Conditionnement disponible en ville en boites de 28 comprimés Ce relevé de prix n'est pas destiné à la comparaison à dose égale des statines entre elles Pour en savoir plus Voir également le mémo Statines " Quel est l'objectif du LDL - Cholestérol? " Direction régionale du Service médical PACA-C n 3 2

33 Les inhibiteurs de la pompe à protons En 2007 les IPP ont généré plus un milliard d euro de dépenses pour l Assurance maladie soit près de 5% des dépenses de médicaments en ville Les messages dans le cadre de la maîtrise médicalisée Réserver la prescription de ces médicaments à leurs indications reconnues et scientifiquement établies Tous les IPP ont même efficacité et même tolérance Développer la prescription dans le répertoire des génériques Direction régionale du Service médical PACA-C n 3 3

34 Les inhibiteurs de la pompe à protons Direction régionale du Service médical PACA-C n 3 4

35 Les antiagrégants plaquettaires Aujourd hui en France plus de 20 millions de personnes sous AAP et chaque année environ nouveaux patients sont susceptibles de relever de ces thérapeutiques Dans un certain nombre de cas, l efficacité de l aspirine est reconnue au moins égale à celle des autres traitements AAP Or le coût de traitement se situe dans un rapport de 1 à 24 selon que l on choisisse l aspirine ou le clopidogrel (Plavix ) Face à ce constat, un accord de bon usage des soins a été signé entre les représentants des médecins libéraux et l UNCAM (JO du 5 janvier 2007). A travers cet accord, les parties signataires entendent mettre en place des actions permettant d optimiser les prescriptions d AAP Direction régionale du Service médical PACA-C n 3 5

calendriers de suivi et la coordination avec les autres professionnels de santé.

calendriers de suivi et la coordination avec les autres professionnels de santé. calendriers de suivi et la coordination avec les autres professionnels de santé. La qualité de la pratique médicale Les indicateurs mesurent l implication des médecins dans la prévention, le suivi et la

Plus en détail

La rémunération des médecins sur objectifs de santé publique : premiers résultats et avancées de la convention médicale

La rémunération des médecins sur objectifs de santé publique : premiers résultats et avancées de la convention médicale La rémunération des médecins sur objectifs de santé publique : premiers résultats et avancées de la convention médicale Séminaire Les modes incitatifs de rémunération des soins Mardi 29 novembre 2011 Philippe

Plus en détail

Usage des statines : une structure de consommation à améliorer, un potentiel d économies majeur pour le système de soins

Usage des statines : une structure de consommation à améliorer, un potentiel d économies majeur pour le système de soins Point d information 29 mai 2013 Usage des statines : une structure de consommation à améliorer, un potentiel d économies majeur pour le système de soins Les statines, médicaments destinés à traiter l excès

Plus en détail

Accord-cadre relatif au bon usage des statines dans les établissements de santé

Accord-cadre relatif au bon usage des statines dans les établissements de santé Accord-cadre relatif au bon usage des statines dans les établissements de santé Vu le code de santé publique, notamment les articles L.6113-12, D.710-1 à D710-5 ; Vu l avis des représentants des professionnels

Plus en détail

La maîtrise médicalisée: définition

La maîtrise médicalisée: définition La maîtrise médicalisée: définition Convention médicale de 2005 : «une régulation médicalisée des dépenses de santé, s appuyant sur des référentiels médicaux scientifiquement validés.» Convention de 2011

Plus en détail

Indicateur n 3-5 : Taux de réalisation des médecins rémunérés selon les objectifs de santé publique

Indicateur n 3-5 : Taux de réalisation des médecins rémunérés selon les objectifs de santé publique 120 Partie II / Objectif 3 : Améliorer la qualité de la prise en charge par le système de soins Indicateur n 3-5 : Taux de réalisation des médecins rémunérés selon les objectifs de santé publique Finalité

Plus en détail

Les conventions avec les professionnels de santé libéraux. - 1 Echelon régional du service médical PACA Corse pôle RPS - mars 2010

Les conventions avec les professionnels de santé libéraux. - 1 Echelon régional du service médical PACA Corse pôle RPS - mars 2010 Les conventions avec les professionnels de santé libéraux - 1 Echelon régional du service médical PACA Les conventions nationales Elles régissent les relations entre les Professionnels de santé et l assurance

Plus en détail

Note méthodologique du dispositif de paiement sur objectifs de santé publique. Les

Note méthodologique du dispositif de paiement sur objectifs de santé publique. Les Note méthodologique du dispositif de paiement sur objectifs de santé publique. Les indicateurs portant sur la qualité de la pratique médicale. CNAMTS/DIRECTION DELEGUEE A LA GESTION ET A L ORGANISATION

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1 ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage 1 ATB: actions de l Assurance Maladie! L assurance Maladie sur tous les fronts: " accompagnement des médecins prescripteurs

Plus en détail

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques Expériences vers les praticiens Réflexions et actions en cours dans la région Nord Pas-de-Calais Dr C. Lahoute, C. Dupont 4 ème

Plus en détail

Rémunération sur objectifs de santé publique. Résultats à fin septembre pour les médecins traitants

Rémunération sur objectifs de santé publique. Résultats à fin septembre pour les médecins traitants Rémunération sur objectifs de santé publique à fin septembre pour les médecins traitants mise en œuvre du dispositif depuis le 01/01/2012 octobre 2011 : visites DAM de présentation de la nouvelle convention

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau qualité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Décision du 9 mars 2009 de l Union nationale des caisses d assurance maladie relative à la création d un contrat type d

Plus en détail

Les réformes du marché du travail en Europe depuis la crise de Raymond Torres Directeur Département de la recherche du BIT

Les réformes du marché du travail en Europe depuis la crise de Raymond Torres Directeur Département de la recherche du BIT Les réformes du marché du travail en Europe depuis la crise de 2008 Raymond Torres Directeur Département de la recherche du BIT Une accélération du rythme des réformes depuis 2008 Nombre de mesures adoptées

Plus en détail

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION DISPONIBLES 5 III. ANALYSE DESCRIPTIVE DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN FRANCE DE 1991 A 1996 8 3.1. INTRODUCTION 8 3.2. EVOLUTION DES VENTES DES

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 24 avril Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 24 avril 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 19 octobre 1998 - (J.O. du 28

Plus en détail

Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 2014

Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 2014 Page 1 Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 214 Les médicaments antibiotiques ne sont délivrés que sur prescription médicale. Les données utilisées concernent la prescription

Plus en détail

Gestion du risque «Soigner mieux en dépensant mieux!»

Gestion du risque «Soigner mieux en dépensant mieux!» Gestion du risque «Soigner mieux en dépensant mieux!» ERSM PACA-Corse Public 1 Gestion du risque : définition Principal outil de régulation du système de santé Permettre à la population d être et de se

Plus en détail

Les IPP. La fiche BUM juin 09 Et quelques ajouts

Les IPP. La fiche BUM juin 09 Et quelques ajouts Les IPP La fiche BUM juin 09 Et quelques ajouts Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien, direct ou indirect, avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

Un problème social défini en termes de risques. Eléments d'analyse de la politique française de lutte contre l'usage de cannabis chez les jeunes

Un problème social défini en termes de risques. Eléments d'analyse de la politique française de lutte contre l'usage de cannabis chez les jeunes Un problème social défini en termes de risques. Eléments d'analyse de la politique française de lutte contre l'usage de cannabis chez les jeunes Ivana OBRADOVIC Pôle Evaluation des politiques publiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 30 août 2000 par arrêté du 22 août 2000 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Les chiffres de la santé LE MÉMENTO DU MÉDICAMENT

Les chiffres de la santé LE MÉMENTO DU MÉDICAMENT Les chiffres de la santé LE MÉMENTO DU MÉDICAMENT Édition 2011 Le marché du médicament en France Les ventes de médicaments en pharmacie MARCHÉ 30,2 milliards d euros 3 milliards de boîtes prescrit 28,2

Plus en détail

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007?

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? Point d information 4 décembre 2008 Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? A fin 2007, près de 10 millions de personnes en France étaient atteintes d une affection

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 GLUCOPHAGE 1000 mg, comprimé pelliculé (boîtes de 30 et de 50) Laboratoire

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

Quel bilan des dispositifs de réduction des risques infectieux chez les usagers de drogues en France?

Quel bilan des dispositifs de réduction des risques infectieux chez les usagers de drogues en France? Quel bilan des dispositifs de réduction des risques infectieux chez les usagers de drogues en France? OFDT 3 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine cedex Tel : 01 41 62 77 16 Fax : 01 41

Plus en détail

Le médicament économiseur de coûts

Le médicament économiseur de coûts Le médicament économiseur de coûts Etude réalisée pour le LEEM Présentation du 17 octobre 2011 BIPE 2011 La question posée et les pistes de réponses La question posée par le LEEM au BIPE était : «Dans

Plus en détail

Mise en œuvre et bilan du règlement pédiatrique

Mise en œuvre et bilan du règlement pédiatrique Mise en œuvre et bilan du règlement pédiatrique Séance thématique de l Académie Nationale de Pharmacie Présenté par L. Badis Bensaad, évaluateur scientifique, cellule pédiatrique, ANSM D après les données

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Note méthodologique : Mise en ligne des données

Note méthodologique : Mise en ligne des données Note méthodologique : Mise en ligne des données Les indicateurs s'appuient sur des données issues des bases de remboursement de l'assurance Maladie. Les données restituées concernent actuellement le Régime

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

s appuyant sur les soins primaires : la démarche de l assurance maladie

s appuyant sur les soins primaires : la démarche de l assurance maladie Politiques et organisation des soins primaires 21 octobre 2009 Accroître la qualité et l efficience l du système de santé en s appuyant sur les soins primaires : la démarche de l assurance maladie Dominique

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 juillet 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission a réexaminé les spécialités

Plus en détail

Le Président de l'office européen des brevets

Le Président de l'office européen des brevets CA/65/16 Orig. : en Munich, le 25.11.2016 OBJET : SOUMIS PAR : DESTINATAIRES : Révision au 1 er janvier 2017 des taux de l'indemnité journalière Le Président de l'office européen des brevets 1. Le Conseil

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 mai MOPRAL 20 mg, microgranules gastrorésistants en gélule B/7 B/14 et B/28

AVIS DE LA COMMISSION. 29 mai MOPRAL 20 mg, microgranules gastrorésistants en gélule B/7 B/14 et B/28 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 mai 2002 MOPRAL 20 mg, microgranules gastrorésistants en gélule B/7 B/14 et B/28 Laboratoires ASTRA FRANCE oméprazole Liste II

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

Vers quel système de santé va la société?

Vers quel système de santé va la société? Vers quel système de santé va la société? Claude LE PEN Université Paris-Dauphine 33 ème journées de la SFSPM Marseille, 11 Novembre 2011 Coût de la santé : 234 Mds euros Consommation de soins : 175 Mds

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 février 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 27 avril 1999 - (J.0. du 04

Plus en détail

"un choix individuel pour une rémunération jusqu à "

un choix individuel pour une rémunération jusqu à Confédération des Syndicats Médicaux Français Fiche argumentaire Le paiement à la performance pour valoriser la qualité "un choix individuel pour une rémunération jusqu à 9 100 " La valorisation de la

Plus en détail

Dossier de presse. 11 avril 2013

Dossier de presse. 11 avril 2013 REMUNERATION SUR OBJECTIFS DE SANTE PUBLIQUE : UNE MOBILISATION DES MEDECINS ET DE L ASSURANCE MALADIE EN FAVEUR DE LA QUALITE DES SOINS Dossier de presse 11 avril 2013 1 SOMMAIRE Communiqué de synthèse

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 27 mai 2016 Avis du Comité d alerte n 2016-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

LA REMUNERATION SUR OBJECTIFS DE SANTE PUBLIQUE. Bilan à 4 ans et perspectives d évolution UNE AMELIORATION CONTINUE EN FAVEUR

LA REMUNERATION SUR OBJECTIFS DE SANTE PUBLIQUE. Bilan à 4 ans et perspectives d évolution UNE AMELIORATION CONTINUE EN FAVEUR LA REMUNERATION SUR OBJECTIFS DE SANTE PUBLIQUE UNE AMELIORATION CONTINUE EN FAVEUR DE LA QUALITE ET DE LA PERTINENCE DES SOINS Bilan à 4 ans et perspectives d évolution Dossier de presse 21 avril 2016

Plus en détail

Les objectifs et les moyens du suivi des consommations d antibiotiques

Les objectifs et les moyens du suivi des consommations d antibiotiques Les objectifs et les moyens du suivi des consommations d antibiotiques Gérard MOULIN gerard.moulin@anses.fr Anses/ANMV 8 rue Claude Bourgelat - Parc d'activités de la Grande Marche - Javené BP 90203-35302

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 septembre 2002 ROCEPHINE 500 mg/2 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IM) ROCEPHINE 500 mg/5 ml, poudre et solution

Plus en détail

FORMATION/INFORMATION SANTÉ ET SECURITÉ AU TRAVAIL

FORMATION/INFORMATION SANTÉ ET SECURITÉ AU TRAVAIL 12 de Dezembro de 2008 FORMATION/INFORMATION SANTÉ ET SECURITÉ AU TRAVAIL Manuela Calado 19 DE SETEMBRO 2011 Établie en 1996 par l'union Européenne est située à Bilbao, en Espagne. L Agence constitue le

Plus en détail

Évolution de l utilisation des statines en Belgique

Évolution de l utilisation des statines en Belgique Dossier de presse Évolution de l utilisation des statines en Belgique 25- Les statines sont des hypocholestérolémiants. Depuis des années, Ce sont les médicaments les plus consommés en Belgique. Près de

Plus en détail

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Activité de soins de traitement du cancer Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Préambule : L activité de soins «Traitement du cancer» par chimiothérapie est soumise à autorisation,

Plus en détail

PSYCHOLOGUES EN EUROPE : UNE PROFESSION QUI S ORGANISE

PSYCHOLOGUES EN EUROPE : UNE PROFESSION QUI S ORGANISE PSYCHOLOGUES EN EUROPE : UNE PROFESSION QUI S ORGANISE CONFÉRENCE-DÉBAT APIRAF 20 MAI 2014 PHILIPPE SARNIN PROFESSEUR UNIVERSITÉ LYON 2 LES PSYCHOLOGUES EN EUROPE EFPA ( Fédération Européenne des Associations

Plus en détail

Le suivi des dépenses au régime agricole à fin décembre 2015

Le suivi des dépenses au régime agricole à fin décembre 2015 Le suivi des dépenses au régime agricole à fin décembre 2015 CST 10 février 2016 CCMSA/ DERS Suivi des dépenses Les patients consommant en soins de ville Evolution 2015 / 2014 Répartition par classe d'âge

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

CERIVASTATINE ET GEMFIBROZIL : LES DONNEES DE REMBOURSEMENT DE JUIN 2001 DU REGIME GENERAL DE L ASSURANCE MALADIE

CERIVASTATINE ET GEMFIBROZIL : LES DONNEES DE REMBOURSEMENT DE JUIN 2001 DU REGIME GENERAL DE L ASSURANCE MALADIE Direction du Service Médical Département Soins de Ville Mission Statistique Département des Produits Sanitaires CERIVASTATINE ET GEMFIBROZIL : LES DONNEES DE REMBOURSEMENT DE JUIN 2001 DU REGIME GENERAL

Plus en détail

Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes

Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes Point d information mensuel 19 octobre 2007 Pour comparer les pratiques françaises à celles de quatre autres

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 INEXIUM 20 mg et 40 mg, comprimés gastro-résistants (Boîtes de 7, 14 et 28 comprimés) Laboratoires ASTRAZENECA

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

Evaluation par classe des médicaments antihypertenseurs

Evaluation par classe des médicaments antihypertenseurs EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Evaluation par classe des médicaments antihypertenseurs Synthèse Mars 2013 Service de l évaluation économique et de la santé publique Service

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE-INVALIDITE Etablissement Public institué par la loi du 9 août 1963 AVENUE DE TERVUEREN BRUXELLES

INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE-INVALIDITE Etablissement Public institué par la loi du 9 août 1963 AVENUE DE TERVUEREN BRUXELLES INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE-INVALIDITE Etablissement Public institué par la loi du 9 août 1963 AVENUE DE TERVUEREN 211 1150 BRUXELLES SERVICE DES SOINS DE SANTE AVENANT A LA CONVENTION DE REEDUCATION

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro

Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro 17 Mars-2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU Rangueil Toulouse Définition d'un antibiotique "Toute substance chimique,

Plus en détail

Notre mission au service des patients

Notre mission au service des patients INST-2015-05-221 Faits et chiffres Avril 2015 Notre mission au service des patients Teva Laboratoires Un laboratoire nouveau pour une nouvelle santé Notre rôle thérapeutique Teva Laboratoires contribue

Plus en détail

«Le TTIP, un cheval de Troie pour des soins de santé de qualité accessibles à tous» 19/04/2016 Agnès Chapelle (ANMC)

«Le TTIP, un cheval de Troie pour des soins de santé de qualité accessibles à tous» 19/04/2016 Agnès Chapelle (ANMC) «Le TTIP, un cheval de Troie pour des soins de santé de qualité accessibles à tous» 19/04/2016 Agnès Chapelle (ANMC) Les enjeux pour la santé Les impacts potentiels sur l assurance maladie Les impacts

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 05 février 2003 ESTRAPATCH 80 µg/24 heures, dispositif transdermique (boîte de 4) Laboratoire PIERRE FABRE SANTE estradiol Liste

Plus en détail

Rapport Charges et Produits CCMSA 2016

Rapport Charges et Produits CCMSA 2016 agir ensemble Rapport Charges et Produits CCMSA 2016 www.msa.fr Sommaire 1. La réalisation de l'ondam au régime agricole en 2014 6 1.1. Les résultats pour l ensemble du régime agricole 6 1.1.1. L évolution

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par avis de renouvellement à compter du

Plus en détail

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE Mr D. 58 ans Caroline CHARPE ATCD Epicondylite du coude gauche Coronaropathie Diabète de type 2 Hydrocèle opérée Traitements Plavix clopidogrel Detensiel bisoprolol Tahor atorvastatine Rasilez aliskirène

Plus en détail

Sous-Titre 5. Compléter la rémunération pour valoriser la qualité des pratiques médicales et l efficience

Sous-Titre 5. Compléter la rémunération pour valoriser la qualité des pratiques médicales et l efficience Sous-Titre 5. Compléter la rémunération pour valoriser la qualité des pratiques médicales et l efficience Article 25. Les trois piliers de la rémunération : acte, forfait et objectifs de santé publique

Plus en détail

positionnement du pharmacien et des autres professionnels de santé

positionnement du pharmacien et des autres professionnels de santé Sevrage tabagique : positionnement du pharmacien et des autres professionnels de santé Pr Marie-Pierre SAUVANT-ROCHAT Clermont Université, Université d Auvergne, Faculté Pharmacie, Département Santé Publique

Plus en détail

Savoir gérer l assurance médicaments Stratégies, méthodes et politique d entreprise

Savoir gérer l assurance médicaments Stratégies, méthodes et politique d entreprise Savoir gérer l assurance médicaments Stratégies, méthodes et politique d entreprise Les objectifs 1) Les facteurs influençant la croissance des coûts 2) La politique des prix des médicaments 3) Les stratégies

Plus en détail

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori

Dépistage de l infection à Helicobacter pylori 130 RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection à Helicobacter pylori Pertinence et populations concernées Avril 2010-1 - Ces recommandations en santé publique sont téléchargeables sur www.has-sante.fr

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 mars 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 mars 2008 TARCEVA 25 mg, comprimé pelliculé (369 232-3) TARCEVA 100mg, comprimé pelliculé (369 234-6) TARCEVA 150 mg, comprimé pelliculé (369 235-2) B/ 30 Laboratoire

Plus en détail

Comment fonctionne la CNEDiMTS

Comment fonctionne la CNEDiMTS Comment fonctionne la CNEDiMTS L évaluation des dossiers de demande d inscription sous nom de marque sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables La Commission nationale d évaluation des dispositifs

Plus en détail

Charte Professionnelle du bon usage des traitements médicamenteux. Gérard Lévêque Hendrix-Genetics

Charte Professionnelle du bon usage des traitements médicamenteux. Gérard Lévêque Hendrix-Genetics Charte Professionnelle du bon usage des traitements médicamenteux Gérard Lévêque Hendrix-Genetics 1 Contexte Forte sensibilité de la société civile sur le problème de santé publique lié à la augmentation

Plus en détail

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010)

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses CHU F. Bourguiba - Monastir Tunis, 24 Février 2015 «En 2010, la consommation

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 12 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 12 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 janvier 1999 (JO du 5 février

Plus en détail

PRÉCONISATION 1. RENDRE OPÉRANTE LA VISITE MÉDICALISEE DES DÉLÉGUÉS DE L ASSURANCE MALADIE SUR LE MÉDICAMENT

PRÉCONISATION 1. RENDRE OPÉRANTE LA VISITE MÉDICALISEE DES DÉLÉGUÉS DE L ASSURANCE MALADIE SUR LE MÉDICAMENT PRÉCONISATION 1. RENDRE OPÉRANTE LA VISITE MÉDICALISEE DES DÉLÉGUÉS DE L ASSURANCE MALADIE SUR LE MÉDICAMENT Dispositif des DAM piloté par la CNAMTS Campagnes «expérimentales» Résultats obtenus Absence

Plus en détail

Profil de l'ehpad - année 2012

Profil de l'ehpad - année 2012 Identification de l'ehpad Raison sociale : xx N FINESS géographique : XXXXXXXXX Profil de l'ehpad - année 212 L'Assurance maladie vous propose un profil individualisé vous permettant de situer la consommation

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 7 octobre 2014 Avis du Comité d alerte n 2014-3 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie En application

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Le médicament. des dépenses

Le médicament. des dépenses Le médicament dans La régulation des dépenses Les données clés Fiche 1 Analyse rétrospective de l impact des lois de financement de la sécurité sociale Fiche 2 Poids du médicament dans les dépenses de

Plus en détail

PANORAMA DE LA SANTÉ 2015 QUELLES LEÇONS POUR LA FRANCE?

PANORAMA DE LA SANTÉ 2015 QUELLES LEÇONS POUR LA FRANCE? PANORAMA DE LA SANTÉ 15 QUELLES LEÇONS POUR LA FRANCE? Briefing pour l AJEF 3 novembre 15 La grande question La France a-t-elle toujours le meilleur système de santé au monde? (rapport de l OMS sur la

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 21 février 2000 (JO du 26 février 2000) CALCIUM

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 décembre 1998 (J.O. du 3 janvier 1999) MODOPAR

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 26 juin 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par avis de renouvellement d inscription à

Plus en détail

Bulletin d information en économie de la santé n 22 - septembre questions. Hypertendus Non-hypertendus. Autres soins. Pharmacie.

Bulletin d information en économie de la santé n 22 - septembre questions. Hypertendus Non-hypertendus. Autres soins. Pharmacie. Bulletin d information en économie de la santé n 22 - septembre 1 9 9 9 questions d économie de la santé résultats Repères Devant le poids important des dépenses de santé, les acteurs du système (médecins,

Plus en détail

Comment de velopper le marche des me dicaments ge ne riques et biosimilaires en France Constats et propositions

Comment de velopper le marche des me dicaments ge ne riques et biosimilaires en France Constats et propositions Comment de velopper le marche des me dicaments ge ne riques et biosimilaires en France Constats et propositions I. Le marché des médicaments génériques Une sous-utilisation du médicament générique en France

Plus en détail

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 janvier 2014 LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER DCI Code ATC (2013) Motif de l examen Liste concernée Indication(s)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 18 novembre 2013 fixant le contrat type de bon usage des médicaments et des produits et prestations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 7 septembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 21/07/2000 (JO du 02/08/2000) TIORFAN 10 mg NOURRISSONS, poudre orale

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 9 mai 2001 20 juin 2001 MODOPAR 100 mg / 25 mg, comprimé quadrisécable (Boîte de 60)

Plus en détail

PROTOCOLE. Plainte pour une suspicion d infection urinaire (cystite) REQUÊTE PRIMAIRE AOÛT Avec le soutien du laboratoire

PROTOCOLE. Plainte pour une suspicion d infection urinaire (cystite) REQUÊTE PRIMAIRE AOÛT Avec le soutien du laboratoire Plainte pour une suspicion d infection urinaire (cystite) REQUÊTE PRIMAIRE AOÛT 2011 PROTOCOLE Avec le soutien du laboratoire Préambule Champ d application de la recommandation Cette recommandation s applique

Plus en détail

LES PERSONNES HANDICAPÉES ET L EMPLOI QUELQUES DONNÉES D ENQUETES

LES PERSONNES HANDICAPÉES ET L EMPLOI QUELQUES DONNÉES D ENQUETES LES PERSONNES HANDICAPÉES ET L EMPLOI QUELQUES DONNÉES D ENQUETES Il n'existe que peu de données statistiques précises à propos de l emploi des personnes handicapées. Et ce pour trois raisons au moins

Plus en détail

Les chiffres de la santé LE MÉMENTO DU MÉDICAMENT ET DES DISPOSITIFS MÉDICAUX

Les chiffres de la santé LE MÉMENTO DU MÉDICAMENT ET DES DISPOSITIFS MÉDICAUX Les chiffres de la santé LE MÉMENTO DU MÉDICAMENT ET DES DISPOSITIFS MÉDICAUX Édition 2014 LE MARCHÉ DU MÉDICAMENT EN FRANCE Ventes de médicaments en pharmacie en 2013 29 Mds 2,9 Mds de boîtes NON PRESCRIT

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE HALTE A LA RESISTANCE BACTERIENNE SAUVONS LES ANTIBIOTIQUES LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE UNE VERITABLE BOMBE A RETARDEMENT

DOSSIER DE PRESSE HALTE A LA RESISTANCE BACTERIENNE SAUVONS LES ANTIBIOTIQUES LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE UNE VERITABLE BOMBE A RETARDEMENT DOSSIER DE PRESSE HALTE A LA RESISTANCE BACTERIENNE SAUVONS LES ANTIBIOTIQUES - LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE UNE VERITABLE BOMBE A RETARDEMENT Contact presse Sarah Izza 03.62.72.86.26 sarah.izza@ars.sante.fr

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 07 février Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois

Plus en détail

Economie de la santé

Economie de la santé Articulation économie et santé Les comptes de la santé Rôle de l état dans l économie de la santé Financement des soins La santé un service spécifique : o Le consommateur n est pas le décideur o Le consommateur

Plus en détail

AVENANT N 23 à la Convention Nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l'assurance Maladie signée le 12 janvier 2005

AVENANT N 23 à la Convention Nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l'assurance Maladie signée le 12 janvier 2005 AVENANT N 23 à la Convention Nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l'assurance Maladie signée le 12 janvier 2005 Vu le code de la sécurité sociale, et notamment l'article L162-5,

Plus en détail

Comparaison internationale de l emploi dans la distribution

Comparaison internationale de l emploi dans la distribution Comparaison internationale de l emploi dans la distribution Etude réalisée auprès des Missions économiques en Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Etats-Unis, Finlande, Grèce, Irlande, Italie,

Plus en détail