Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3 3

4 4

5 5

6 Couverture A Flamort, Poilu jouant avec trois petits enfants inv. : Page 3 Abel Jamas, The Blue boy inv. : Page 4 Carlo Sarrabezolles, Yoko inv. : Page 5 Michel Dufet, bureau inv. : Page 6 Jean Goulden, Les Monts de Champagne ; L'Arbre inv. : D (numéro du déposant FNAC 7651) Colonne de droite Antoine Bourdelle, La France, première maquette inv. : D (numéro du déposant MB br.1134) 6

7 INTRO 7

8

9 David Liot Directeur du musée des Beaux-Arts

10 SOMMAIRE

11 11

12 Les collections : enrichissement, présentation, recherche

13 2014 a été une année particulière pour la conservation avec l arrêt du projet Chipperfield, confirmé en fin d année après une période d incertitude, la proposition d aménagement et d extension de l actuel musée des Beaux- Arts, et l annonce du départ prochain de David Liot pour Dijon. D autres évènements ont également marqué cette année avec l arrivée de la deuxième partie de la donation Foujita qui place ainsi le musée dans les fonds de référence concernant cet artiste. Le récolement s est poursuivi : le nombre d œuvres récolées s est vu multiplier par deux par rapport à l année de mise en route. Ce travail a permis la première mise en ligne sur la base Joconde, d œuvres du musée des Beaux-Arts de Reims, entrainant une visibilité plus importante de nos collections a été l année du début des célébrations autour de la première Guerre mondiale. Cet évènement fut l occasion d une collaboration très forte du musée des Beaux-Arts avec le Von der Heydt Museum de Wuppertal pour l exposition Jours de guerre et de paix. Regard franco-allemand sur l art de 1910 à Une mise en valeur de la collection Lemétais a ainsi été rendue possible. Autre fait marquant de cette année 2014 : le lancement de la campagne de restauration des toiles peintes. Après une mise en place administrative difficile, le choix de l équipe de restaurateurs a été fait, il s agit du groupement autour de Lydiane Chomienne, et deux premières toiles vont être restaurées. Une renaissance attendue! Les Collections : enrichissement, présentation, recherche 13

14 LES COLLECTIONS Acquisitions et restaurations Acquisitions L acquisition de la salle à manger d Émile Gallé pour Henry Vasnier s est poursuivie en Les formalités administratives sont très longues et le changement de propriété État / Ville de Reims ne doit s effectuer qu en L exposition Jours de guerre et de paix. Regard franco-allemand sur l art de 1910 à 1930 a permis l acquisition d un vase de guerre des Établissements Gallé 1914 Heure viendra qui tout paiera. Dons et donations L enrichissement des collections s est poursuivi par le biais des dons et donations, montrant la confiance des donateurs qui s est confirmée envers le musée des Beaux-Arts de Reims. Ainsi, la donation Foujita faite par les héritiers de Kimiyo Foujita, s est enrichie d une deuxième partie : 1372 dessins, documents d archives, objets, livres ayant été réalisés ou ayant appartenu à Léonard Foujita sont entrés dans nos collections Le fonds Foujita du musée devient ainsi une des références mondiales pour la connaissance du maître. Peinture Monsieur Emmanuel Journé a fait don d une œuvre de Luc Simon, déjà présent dans nos collections. Le Cercle des mécènes du musée a fait don d une peinture préparatoire de Paul Huet l esquisse pour le Val d Enfer au pied de Sancy. Arts décoratifs Félix Marcilhac, grand galeriste parisien, a fait un don exceptionnel au musée. Il s agit d un bureau en zinc poli de Michel Dufet qui vient compléter l ensemble mobilier art déco du musée. Arts graphiques Trois œuvres d Abel Jamas, données par Madame Marie-Amélie Blanc, sont entrées au musée. Deux calligraphies de l artiste contemporain chinois Du Benji ont été données par l artiste lui-même lors d un passage à Reims. Madame Sarah Poulain a donné, quant à elle, une eau-forte de Camille Fonce. Une autre œuvre de Léonard Foujita a été donnée au musée par monsieur René Lecomte qui a aussi fait don d une lithographie publicitaire de André Devambez. Geneviève Appert-Sarrabezolles a fait don de trois dessins de son père Carlo Sarrabezolles, ainsi que de trente plaques photographiques et un négatif. Le fonds Maurice Denis concernant l église Saint-Nicaise s est vu enrichi de dessins donnés par Claire Denis Sculpture Outre les dessins, Geneviève Appert- Sarrabezolles et sa famille ont fait don de trente-huit sculptures. Madame Coutin et ses enfants ont fait don au musée d une sculpture de Jeanne d Arc de Robert Coutin. 14

15 Dépôts La totalité de la dation Fels est à présent au musée des Beaux-Arts. Suite à l exposition Jours de guerre et de paix, le Centre National des Arts plastiques a déposé au musée une huile sur contreplaqué de Jean Goulden, Les Monts de Champagne. L Arbre. Deux dépôts du musée Bourdelle sont aussi venus enrichir nos collections. Annexe 1 Restauration En ce qui concerne les restaurations, le musée a bénéficié en 2014 d un budget de ont été retirés à la somme initiale afin de financer l automatisation de la billetterie de la médiathèque Jean Falala et 5000 afin d acquérir un vase des Etablissements Gallé. Ce budget, tout de même très important, a permis de lancer les restaurations des derniers grands formats en peinture prévus dans l étude de programmation des collections (Perseval, Guérin, Herbé). Le musée a débuté également la restauration du lapidaire conservé dans la cave du musée. L exposition Jours de guerre et de paix a été également l occasion de présenter des œuvres récemment restaurées (vues de Reims en ruine de Paul-Hubert Lepage, œuvre représentant le cardinal Luçon de Wéry, sculpture d un poilu de Lardiller, monument de Guéniot, ) et de mettre en valeur plus d une centaine d œuvres de la collection d arts graphiques Lemétais traitées durant des journées de conservation préventive. Le marché de restauration des dix-huit premières toiles peintes des XV e et XVI e siècles, œuvres uniques sur le plan international, a été notifié fin Le montant total du marché s élève à ,34 et les engagements s échelonneront sur quatre années. Les deux premières toiles ont été engagées en fin d année 2014 ( TTC), les autres le seront progressivement au cours des trois prochaines années : en 2015, cinq toiles pour un montant de ,34 TTC, en 2016, cinq autres toiles pour la somme de ,95 TTC et enfin en 2017, les six dernières toiles pour ,05 TTC. Il est à noter qu un mécénat de la Fondation BNP Paribas avait été négocié à hauteur de répartis sur quatre ans. La convention de partenariat stipulait cependant que le versement du mécénat était conditionné à la mise en valeur des œuvres dans le futur musée des Beaux-Arts installé dans le bâtiment de David Chipperfield. Il restera à renégocier avec la Fondation BNP- Paribas afin qu elle maintienne son soutien financier. La politique de prêts d œuvres menée par le musée a permis également de procéder à la restauration d un certain nombre de pièces. En 2014, les musées emprunteurs ont pris en charge des restaurations et des encadrements d œuvres pour un montant total de ,93. Annexe 2 Annexe 1 Liste des acquisitions Annexe 2 Liste des restaurations Répartition des œuvres restaurées par secteurs patrimoniaux Les Collections : enrichissement, présentation, recherche 15

16 Réserves La situation des réserves du musée des Beaux-Arts reste préoccupante. Celles d attente créées en 2013 au niveau des salles XIX e ont permis de stocker les collections permanentes retirées pendant la période de l exposition Jours de guerre et de paix de même que la majeure partie de la Dation Fels (magnifique ensemble Art déco déposé par le musée du Louvre et le musée d Orsay) et les œuvres récemment revenues de restauration. Cependant, les autres restent saturées et certains lieux de stockage présentent d importants risques en termes de sécurité et de conservation (cave et combles du musée, réserves extérieures de Mazet et de l Ancienne Boulangerie de Champagne). Dans la perspective d un futur musée, ces espaces avaient été assumés pour une période limitée ; le report du futur musée obligera à trouver des solutions à court terme. De plus, la récente donation Foujita représente plus de 2000 œuvres ou objets-documents qui doivent être stockées. Si une grande partie peut être conservée à Fulton (réserve Arts graphiques), les grands formats qui vont être encadrés pour des raisons de conservation et de présentation ne pourront pas être mis en réserve à cet endroit. Une solution doit être trouvée rapidement sachant que plusieurs projets internationaux vont prochainement présenter cette collection extraordinaire. 16

17 Exposition permanente Suite à l exposition cent ans Œuvres, le 18 mai, le démontage des salles a été entrepris afin de commencer les travaux de scénographie de l exposition Jours de guerre et de paix. Les salles Jamot et Diancourt ont été complètement démontées afin de pouvoir construire de nouvelles cloisons. La réserve en salle Diancourt s est vue rallonger de quelques mètres carrés, ce qui permet de dissocier, dans l espace, le matériel muséal des œuvres. Mouvements d œuvres L équipe de régie est composée de quatre agents qui assument au quotidien toutes les tâches en rapport avec les œuvres (mouvements, accrochages, transports, gestion de la conservation préventive dans les salles et les réserves). Le service est handicapé par des absences répétées et par des restrictions médicales pour deux de ses agents. Les équipes du musée ont réalisé toutefois, durant l année 2014, vingt-huit transports en interne dans le cadre des restaurations et des nouvelles acquisitions du musée et vingt-quatre transports dans le cadre du montage de l exposition Jours de guerre et de paix... Ces déplacements en interne évitent le recours à des prestataires privés et permettent de réaliser ainsi des économies substantielles. L équipe de conservation a, quant à elle, effectué vingt et un convoiements afin de veiller à la sécurité des œuvres prêtées dans le cadre d exposition à travers le monde. LE SERVICE PHOTOGRAPHIQUE Le service photographique a poursuivi son travail de couverture des œuvres, en particulier cette année, de la collection Lemetais. Il travaille aussi régulièrement en liaison avec le service récolement. Quarante-neuf demandes d images ont été reçues. La recette pour les images payantes est de Les Collections : enrichissement, présentation, recherche 17

18 18

19 INVENTAIRE DES COLLECTIONS : AUTOUR DU RECOLEMENT Le récolement des collections du musée des Beaux-Arts de Reims s est poursuivi en 2014 en suivant le Plan de récolement décennal (P.R.D.) et le calendrier établi. Comme en 2013, l estimation du nombre d œuvres conservées par l institution s est vu actualisée en considérant les dernières acquisitions et les récents dépôts. Le fonds est désormais estimé à œuvres. Au-delà de la vérification de la présence des objets dans les espaces du musée, de leur état, le récolement permet également de valider la conformité du bien avec les registres d inventaire de l institution et les différentes sources documentaires. Il permet en outre d établir des constats d état systématiques qui sont utilisés par la régie des œuvres dans le cadre des projets d exposition. La méthodologie élaborée en 2012 a été conservée. Le vadémécum de saisie a été enrichi pour rendre compte des nouveaux cas qui se sont présentés (arts et traditions populaires, céramique, etc.). Dans la photothèque, le dossier réunissant les marques portées par les œuvres (cachets de collectionneur, de vendeur, de fabricant, marques d exécutant, etc.) a été enrichi de 230 marques clichés des œuvres (face, dos, détail, altérations, inscriptions, marques, cachets, etc.) ont été réalisés par le service. Missions du service Le récolement, débuté par le fonds de peinture (2800 œuvres recensées), s est poursuivi dans ces espaces au sein de la réserve 4 et dans les nouvelles réserves aménagées dans les anciennes salles d exposition consacrées au XIX e siècle. Le récolement du fonds de numismatique, conservé dans la réserve Pommery, a été initié avec l aide de deux stagiaires. Les planches, renumérotées, ont été traitées telles qu elles avaient été rangées dans le meuble-à-plans. Mille cinq cent quarante-neuf jetons, monnaies et médailles ont été récolés dans ce cadre. Il a été convenu que le service, pour ce fonds spécifiquement et en raison de son importance quantitative, réalisera la couverture photographique en haute définition à la place du service photographique du musée ; celui-ci retraitera toutefois les clichés. Les Collections : enrichissement, présentation, recherche 19

20 Actualité À cette logique spatiale se sont ajoutées d autres priorités en lien avec l actualité et la vie du musée. À propos de l inventaire et du récolement des acquisitions de l année, signalons l arrivée en mars 2014 du complément à la donation consentie par les héritiers de Kimiyo Foujita en mars 2013 grâce à laquelle le musée s enrichissait de 663 œuvres, réalisées principalement par Léonard Foujita. Cette année, ce sont 1695 objets personnels, éléments décoratifs, archives et correspondances, ouvrages annotés, coupures de presse, etc. parmi lesquels 139 dessins, qui sont venus enrichir les collections du musée. L année 2014 a été marquée par le dépôt de l ensemble architectural et mobilier dit «dation Fels», correspondant au décor et au mobilier composant le salon et la salle à manger de l hôtel particulier parisien du comte et de la comtesse André Frisch de Fels. Pour cet ensemble monumental, composé de plusieurs centaines d éléments, il a été choisi en avril de procéder à un récolement détaillant chaque partie ou élément composant un ensemble en raison de l hétérogénéité rencontrée, de l état de conservation constaté et des manques identifiés pour un même objet. Deux cent douze items ont ainsi été décomptés et récolés correspondant à 155 unités. À partir des documents photographiques réalisés lors du démontage et s appuyant sur une étude prospective relative au remontage du décor, les éléments existants manquants ont été identifiés. Les recherches au sein des réserves des Arts décoratifs se poursuivent. De même, plusieurs cartons apportés par erreur, contenant des collections sans rapport avec le dépôt, après avoir été isolés, doivent réintégrer leur institution propriétaire. Points particuliers Gestion des dépôts Le dépôt consenti par le musée à Cité Nature (ancien CESTAR) d Arras a pris fin en février 2014 par la restitution de toutes les pièces restant encore à cette date exposées dans le parcours permanent ; une première restitution concernant les pièces conservées en réserve avait été effectuée en février Cent sept pièces ont été alors récolées. Également, ont été traités en fin d année les documents graphiques et archives d Eugène Leblan déposés en 1991 chez Olivier Rigaud, service de l Urbanisme. Aux cent deux documents et estampes restitués, s ajoutaient trois cartons à dessins contenant les dessins préparatoires, photographies, épreuves des planches gravées et maquettes à divers état pour Les Monuments historiques de la Ville de Reims, parus en fascicules entre 1881 et 1883, sous la direction d Eugène Leblan, en collaboration avec les principaux érudits rémois de son temps (Louis Paris, abbé Cerf, Henri Jadart, Louis Demaison, Charles Givelet, Eugène Cauly, etc.). En raison de l importance d un tel fonds pour l histoire locale ainsi que de l organisation des dossiers, comportant pêle-mêle relevés (plans, coupes, élévations, détails), croquis, prises de cotes, photographies, estampes, reproductions photomécaniques, extraits de publications, etc., organisés vraisemblablement par le producteur luimême en chemises et sous-chemises annotées, il a été choisi de l inventorier à la pièce en respectant l ordre dans lequel apparaissaient les œuvres. Bien qu Eugène Leblan ait contribué à onze reprises à la fin du XIX e siècle à l enrichissement des collections du musée, par le biais de quatre ventes et sept dons, il n a pas été possible d identifier, parmi les quelques quatre 20

21 cents documents, la centaine de dessins inscrits sur le registre d inventaire ; il est d ailleurs probable que ces œuvres soient des dessins autonomes très aboutis comparés aux esquisses et relevés dont il est ici question. Un numéro rétrospectif a donc été attribué. La numérotation choisie ainsi que l arborescence résultant d une indexation fiche mère-fiches filles permet de dévoiler l organisation intellectuelle de l ensemble. Parmi les estampes et reproductions photomécaniques déposées, trois documents (un plan de Reims, une publicité gravée et un almanach extrait d un quotidien) présentaient, parfois conjointement avec un tampon du musée apposé a posteriori, des tampons ou annotations faisant référence aux collections de la Bibliothèque municipale. Ces pièces, isolées, devraient être reversées à Carnegie comme le laissaient entendre les échanges entre nos deux institutions. Arts graphiques Le travail initié en 2013, en préambule de l exposition Jours de guerre et de paix. L art franco-allemand de 1910 à 1930, s est poursuivi début Il consistait à vérifier la conformité avec le registre d inventaire et à donner un statut, le cas échéant, aux œuvres graphiques n en ayant pas. Les doublons de numéro au sein de la collection Lemétais ont été résorbés ; cinquante-neuf œuvres ont ainsi été régularisées. Ensuite, 195 œuvres jusqu alors «sans numéro», cent huit anciennement numérotées en et trente inventoriées à titre rétrospectif en 2007 ont pu être rattachées à la collection Lemétais par la confrontation aux archives. Enfin, dix-huit œuvres «sans numéro», deux anciennement numérotées en et quarante-trois en ayant trait à la première guerre mondiale ont été inscrites à l inventaire de manière rétrospective. Quatre cent cinquante-cinq œuvres ont été récolées dans ce cadre. Ce chantier, pour lequel chaque corpus a été défini par auteur, a en outre permis de donner un statut à de nombreux imprimés de Steinlen extraits de la revue Le Chat Noir. Les Collections : enrichissement, présentation, recherche 21

22 Inventaire des collections Inventaire rétrospectif À l issue de cette première campagne, 637 œuvres ont été inventoriées à titre rétrospectif en La majorité des œuvres relève des arts graphiques évoqués précédemment (Première guerre mondiale, archives Leblan). Deux têtes masculines, huiles sur toile sans châssis, provenant des collections de l École de dessin ont également été inscrites en avant leur départ en restauration en raison de l impossibilité de les identifier dans les registres. Cinq sculptures d Arthur Guéniot, identifiées à l issue d une recherche, ont bénéficié du même traitement ; ces œuvres, figurant pourtant sur les fiches documentaires numérotées versées par les héritiers Paillard en même temps que le fonds sculpté, ne semblent pas avoir été inscrites au registre d inventaire en Enfin, dans le cadre d une exposition organisée conjointement par les médiathèques Jean Falala et Laon-Zola et consacrée au monde de l enfance et aux jouets anciens, une photographie figurant Mademoiselle Berthe posant avec une des poupées entrées dans les collections par son legs en 1977 a été inventoriée ; celle-ci faisait sans doute partie du legs mais les recherches n ont pas permis de retrouver sa trace dans les inventaires. Parmi les œuvres dites «sans numéro», neuf n ont pas été inventoriées à titre rétrospectif. Sept relèvent de jetons, médailles ou monnaies pour lesquelles des recherches systématiques n ont pu être entreprises. La poursuite du récolement et la confrontation avec les manques constatés permettront probablement, par la suite, de régulariser leur statut. Pour les deux derniers, bien que les recherches menées soient restées infructueuses, il a été choisi en raison de leur nature de ne pas statuer cette année. Le premier, une cloche datée du XVIII e siècle, conservée sous la galerie de la cour, a été exposé dans les années 1970 dans la section histoire rémoise et Arts et traditions populaires (identifiée sur des photographies d époque) ; le second, une épreuve d artiste de René Lorrain figurant le chevet de la cathédrale de Reims, eauforte et aquatinte sur papier , anciennement encadrée, pourrait correspondre à une œuvre envoyée par l État le 8 mars Collections d études La question, posée en 2013, de l ouverture d un registre destiné aux œuvres dont l intérêt ou la qualité ne justifie pas une inscription à l inventaire, s est traduite par l attribution de numéros «documentaires» au préfixe DOC. et à leur saisie sur Micromusée. Un registre constitué d impressions annuelles des données, extraites de la base, s enrichit peu à peu. Aux découvertes faites dans le cadre du récolement (reproductions d œuvres, contenants méritant d être conservés, fragments dé-restaurés, etc.) s ajoutent divers objets sans statut, entrés de longue date ou récemment dans les collections mais ne méritant pas qu un numéro d inventaire leur soit attribué ; tel est le cas d un certain nombre d objets apportés au musée dans le cadre des deux donations Foujita mais n en faisant pas juridiquement partie. 22

23 Informatisation L outil de gestion des collections, Micromusée, s enrichit chaque année. Le nettoyage et l enrichissement des tables se poursuivent. De même, il a été choisi d insérer pour chaque notice le rapport de restauration, d intervention, d études scientifiques, etc. numérisé de longue date par la régie des œuvres. Cette opération s effectue systématiquement pour les interventions de l année écoulée ; elle se fera, au fur et à mesure, pour les années antérieures. Dans ce cadre, a également été élaboré un protocole de nommage des fichiers et photographies numériques liées à ces interventions afin de rationaliser l information et d en faciliter la consultation. Également, en décembre 2014, le musée des Beaux-Arts a effectué un premier versement de notices d œuvres sur la base Joconde, portail des collections des musées de France. 35 œuvres, choisies parmi les plus emblématiques des collections rémoises, sont désormais consultables en ligne. Cent autres devraient l être au début de l année Par la suite, l enrichissement de Joconde se fera en fonction du temps que pourra accorder la cellule Joconde au traitement des données du musée ; les peintures seront versées prioritairement bien qu est d ores-et-déjà prévu un versement consacré à la collection Lemétais afin d accroître la visibilité du musée dans le contexte de commémoration du Centenaire. Bilan chiffré Quatre mille neuf cent soixante-six œuvres ont été récolées au 31 décembre 2014, soit 66,3 % de l objectif pour la période du 1 er janvier 2014 au 31 décembre 2014 fixé à 7490 œuvres. Sept mille neuf cent soixante-neuf œuvres ont fait l objet d un récolement depuis le début de la campagne fin 2012, ce qui représente 15,07 % du total des collections. L objet chiffré en cette seconde année de récolement n a pas été atteint ; il n a été rempli qu à 66,3 %. Toutefois, lorsque l on fait le ratio entre les résultats obtenus entre les quinze premiers mois et l année écoulée, on constate que le récolement a progressé quasiment deux fois plus vite, ce qui reste très encourageant. Le récolement aurait dû s achever en juin À l échelle nationale, en regard des chiffres communiqués lors de la journée d études dédiée au Bilan du premier récolement décennal des musées de France, la proportion des collections récolées était de 34,76 % ; ce pourcentage à la même date, pour les musées comparables au musée des Beaux-Arts de Reims (conservant entre et biens), s élève à 46,63 %. À l échelle de la région Champagne-Ardenne, ces chiffres évoluent ; la moyenne régionale est de 52,43 % tandis qu elle chute à 29,16 % pour les musées de notre catégorie. Compte-tenu du retard avec lequel la quasi-totalité des musées de France a commencé son premier récolement décennal et en considérant la forte progression constatée ces trois dernières années, le Service des Musées de France a prolongé de dixhuit mois le délai imparti fixant le terme de l opération au 31 décembre Annexe 3 Récapitulatif du récolement 2014 Les Collections : enrichissement, présentation, recherche 23

24 24

25 CENTRE DE RESSOURCES RECHERCHE, DOCUMENTATION, BIBLIOTHEQUE Le centre de ressources du musée des Beaux-Arts a pour mission de proposer au plus grand nombre un ensemble de documents traitant de l histoire des arts de la renaissance à nos jours avec des pôles d excellence que sont entre autres : l Art déco et les métiers du patrimoine. Par ailleurs, il conserve précieusement toutes les informations relatives aux œuvres de la collection et participe à leur valorisation : l inventaire des collections, les dossiers d œuvres et de donateurs, les manuscrits ou encore les fonds d archives liés à l histoire du musée et aux expositions. Le responsable du service (partagé entre le centre de ressources et le département des arts graphiques) pilote la mise en œuvre de la politique documentaire ainsi que celle de la recherche, et contrôle la gestion des archives. Sur place ou par mail, la documentaliste, chargée du fonctionnement du service et de l encadrement des agents, répond aux demandes internes et externes. Trois agents rattachés à la documentation et à la bibliothèque aident au classement, à l archivage et à l inventaire des documents physiques ou numériques. Ponctuellement, quatre stagiaires, deux agents d accueil et de surveillance, disponibles suite à la fermeture de salles, ont également participé aux tâches quotidiennes du service. La responsabilité scientifique liée aux publications est de plus en plus importante. Cette année encore, le suivi éditorial du catalogue de l exposition Jours de guerre et de paix. Regard franco-allemand sur l art de 1910 à 1930 a bien monopolisé l équipe, parfois au détriment de certaines missions (catalogage, fiche de prêts, renseignements, archivage, classement). Cependant, cette participation à l action éditoriale, tout comme l implication dans l action culturelle ont été appréciées par l équipe et lui ont permis de valoriser ses compétences et ses travaux de recherches. Le centre de ressources est un lieu paisible, mais les espaces affectés restent peu appropriés à son organisation (manque de réserves, espaces éclatés dans différents bureaux correspondants à d anciennes pièces d habitation) et ses missions (il ne peut recevoir que deux chercheurs à la fois). Aussi, malgré des efforts faits ces deux dernières années en matière de réagencements et d achats de mobiliers, des inquiétudes apparaissent sur le fait de rester plusieurs années encore dans ces locaux qui, de plus, sont partagés avec l accueil administratif, ce qui n est pas sans poser quelques problèmes. À contrario, le service inventaire, qui échange régulièrement avec le centre de ressources et dont les missions ou pratiques se rejoignent, est géographiquement trop éloigné. La révision du PSC devrait permettre de repenser la place du centre de ressources au sein même du musée des Beaux-Arts, voire des musées de la ville de Reims. Les Collections : enrichissement, présentation, recherche 25

26 La documentation La documentation du centre de ressources assure ses missions traditionnelles d enrichissement des dossiers d œuvres et de services aux personnels du musée, aux chercheurs ou passionnés d art. Cette année encore, la production de dossiers documentaires a fortement augmenté. Et heureusement, grâce à la réorganisation des espaces et l acquisition de meubles à dossiers suspendus, ils ont pu être correctement rangés. Au cours de ces opérations de déménagements, la signalétique a été améliorée et des dossiers ont été renouvelés car abimés. Dans le cadre de l exposition sur la guerre 14-18, les recherches se sont centrées en grande partie sur l étude de la collection Lemétais acquise par la ville de Reims en Avec les opérations de récolement du service inventaire, beaucoup d œuvres ont été retrouvées ou ont changé de numéro d inventaire ; le service a dû créer de nouveaux dossiers et reprendre un certain nombre de classements physiques et informatiques. Des analyses iconographiques plus précises ont favorisé la diffusion de cette collection. L arrivée de la deuxième partie de la donation Foujita contenant mille-quatrecent-soixante-quatre items a également entrainé la multiplication de nouveaux dossiers d œuvres. Parallèlement, le plan de classement de la chapelle Foujita a été remanié en fonction de l indexation. Le dossier acquisition reste à trier afin de restituer, au plus juste, l histoire de l arrivée de cette collection au musée des Beaux-Arts de Reims depuis les premières tractations pour une dation en En 2014, sur notre base informatique documentaire Micromusée, la documentaliste a renseigné plus de cinq cent notices complétées ou corrigées dont cent-quarante-cinq (deux fois plus que l année précédente) sur les champs «bibliographie» ou «reproduction». Sur place, les lecteurs sont venus plus nombreux. L augmentation importante des scientifiques et des professionnels des musées compense la baisse non négligeable des étudiants et scolaires. En interne, les chiffres sont à temporiser, sans doute un peu faussés avec des utilisateurs aux actions difficiles à comptabiliser. Annexe 4 26

27 Fonds documentaires Suite à nos deux dernières expositions temporaires Les Arts de l effervescence. Champagne! et , cent ans, œuvres, le fonds «Art et personnalités en région» s est agrandi et celui sur l «Histoire du musée» qui se distingue des archives s est précisé. À titre d exemple, les coupures de presse gardées par les différentes équipes du musée depuis les années 1950 ont fait l objet d un inventaire détaillé. Recherches spécifiques Cette année, en dehors de la poursuite de nos échanges sur le thème de l art au cours de la première guerre mondiale, les travaux de recherches ont surtout concerné un public de spécialistes. Des conservateurs français ou étrangers sont venus ou nous ont interrogés sur nos fonds en vue de leur projet d exposition (les artistes Poulbot, Le Nain, Rousseau, le collectionneur Jamot par exemple). Notre collaboration est maintenant efficace avec des institutions patrimoniales de notre ville (archives municipales et départementales de Reims, bibliothèque municipale, musée Hôtel Le Vergeur, fort de la Pompelle, Palais du Tau) et de la région (musée d Épernay) mais aussi sur le plan national et international avec des lieux réputés comme le Louvre, le Getty. Citons pour la recherche universitaire, celle d une étudiante pour sa thèse autour des écoles de dessin et d une autre pour son mémoire de master I à l Université de Reims autour de la guerre et du patrimoine. Annexe 4 Fréquentation de la documentation Les Collections : enrichissement, présentation, recherche 27

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION CHARTE D ENGAGEMENT Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION Le SYCOPARC s engage à mettre en œuvre la programmation via son service de médiation culturelle. Il veille à la cohérence et à la pertinence des

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

1. http://gallica.bnf.fr 2. http://www.theeuropeanlibrary.org 3. http://www.europeana.eu

1. http://gallica.bnf.fr 2. http://www.theeuropeanlibrary.org 3. http://www.europeana.eu Signature d un partenariat entre la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg et la Bibliothèque nationale de France en vue du développement de la bibliothèque numérique de la BNU, première

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE Communauté de communes de la haute vallée du Thoré Rue de la mairie 81240 Saint-Amans-Valtoret 05 63 97 98 08 CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!!

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!! AssociationCinémal Ecran lundi8septembre2014 14,passagedel Aqueduc 93200SaintADenis Tel:0149336688 Introduction Projetd extensionducinémal ECRAN Le cinéma l Ecran dans le centreaville existe depuis 1991(sa

Plus en détail

SYNTHESE DU RAPPORT D ACTIVITE 2008. BILAN DU RESEAU DEPARTEMENTAL Période 2000-2008 BIBLIOTHEQUE DEPARTEMENTALE

SYNTHESE DU RAPPORT D ACTIVITE 2008. BILAN DU RESEAU DEPARTEMENTAL Période 2000-2008 BIBLIOTHEQUE DEPARTEMENTALE SYNTHESE DU RAPPORT D ACTIVITE 2008 BILAN DU RESEAU DEPARTEMENTAL Période 2000-2008 Bibliothèque départementale de Lot-et-Garonne BP9 - Rue du Pont de Marot 47301 Villeneuve-sur-Lot tél : 05 53 40 14 40

Plus en détail

La Sauvegarde de l Art Français, premier mécène des églises et chapelles de France

La Sauvegarde de l Art Français, premier mécène des églises et chapelles de France DOSSIER DE PRESSE ET D INFORMATION 2015 La Sauvegarde de l Art Français, premier mécène des églises et chapelles de France Acteur de premier ordre, la Sauvegarde de l Art Français œuvre depuis plus de

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

<< PLATFORM > < Grand Est >>

<< PLATFORM > < Grand Est >> PROGRAMME DE RÉSIDENCES DES FRAC DU GRAND EST EDITION 2008 // Appel à candidature >>> PRESENTATION DES FRAC >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Les Fonds régionaux d art contemporain du Grand

Plus en détail

Préambule. Tels sont les objectifs du projet «Bibliothèque virtuelle de Clairvaux- 1472».

Préambule. Tels sont les objectifs du projet «Bibliothèque virtuelle de Clairvaux- 1472». 1 Préambule La fondation en 1115 de l abbaye de Clairvaux, par le futur saint Bernard, constitue à l époque un événement non seulement religieux, mais aussi politique et culturel d importance. La bibliothèque,

Plus en détail

La création de La Fondation répond à un vœu exprimé dès. les années soixante par Hans Hartung et Anna-Eva Bergman. Elle

La création de La Fondation répond à un vœu exprimé dès. les années soixante par Hans Hartung et Anna-Eva Bergman. Elle u n e f o n d a t i o n d a r t i s t e s La création de La Fondation répond à un vœu exprimé dès les années soixante par Hans Hartung et Anna-Eva Bergman. Elle a été créée le 16 Février 1994, par un décret

Plus en détail

formations 2015 http://lajoieparleslivres.bnf.fr

formations 2015 http://lajoieparleslivres.bnf.fr formations 2015 Le Centre national de la littérature pour la jeunesse est un service du département Littérature et art de la Bibliothèque nationale de France. Dans le cadre de sa mission d encouragement

Plus en détail

Accueillir un spectacle à la bibliothèque

Accueillir un spectacle à la bibliothèque Accueillir un spectacle à la bibliothèque Objectifs : Faire découvrir le spectacle vivant. Valoriser un fonds de la bibliothèque en lien avec le spectacle (conte, théâtre, etc ). Valoriser les artistes.

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» L édition de CD/DVD Rapport rédigé par Peter Stockinger

Plus en détail

Présentation d'arago, le portail de la photographie en ligne www.photo-arago.fr

Présentation d'arago, le portail de la photographie en ligne www.photo-arago.fr Présentation d'arago, le portail de la photographie en ligne www.photo-arago.fr Le Ministère de la Culture et de la Communication a confié à la Rmn-Grand Palais, en liaison avec la mission de la photographie

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

ENRICHISSEMENT DES COLLECTIONS DE LA MEDIATHEQUE DU TAILLAN-MEDOC: LIVRES, CD, DVD MARCHE N 2015PAMFC01

ENRICHISSEMENT DES COLLECTIONS DE LA MEDIATHEQUE DU TAILLAN-MEDOC: LIVRES, CD, DVD MARCHE N 2015PAMFC01 MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Commune du Taillan Médoc - Hôtel de Ville Place Michel Réglade 33320 Le Taillan-Médoc Tél: 05 56 35 50 60 ENRICHISSEMENT DES COLLECTIONS DE LA MEDIATHEQUE

Plus en détail

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016 Projet LA DESCRIPTION DU PROJET Jeunes sur la piste du patrimoine mondial consiste à jumeler des écoles situées dans les

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Objectifs stratégiques Pays d Auge

Objectifs stratégiques Pays d Auge TBP du Pays d Auge Modèle général de présentation des objectifs s s s Pays d Auge 16 Elargir et fidéliser le public 17 Sensibiliser à la conservation du patrimoine 14 Développer le réseau des CIAP du territoire

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Auteur : Laurence MIENS, laurence.miens@ac-dijon.fr

http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Auteur : Laurence MIENS, laurence.miens@ac-dijon.fr Académie de Dijon LETTRES TICE http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com 1 FICHE PROFESSEUR De l INTERET d UTILISER les TICE pour MONTER une PIECE de THEATRE Un ATELIER THEATRE au COLLEGE :

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Renforcement de l offre advancity aux PME

Renforcement de l offre advancity aux PME APPEL D OFFRE POUR PRESTATION DE SERVICES Renforcement de l offre advancity aux PME Accompagnement généraliste des PME en matière de diagnostic stratégique et diagnostic marketing CAHIER DES CHARGES Paris,

Plus en détail

Missions de la documentation... 2. Public concerné... 2. Horaires et conditions d accès... 2. Services aux usagers... 3. Obligations des usagers...

Missions de la documentation... 2. Public concerné... 2. Horaires et conditions d accès... 2. Services aux usagers... 3. Obligations des usagers... CENTRE NATIONAL DE RESSOURCES POUR LES HANDICAPS RARES À COMPOSANTE ÉPILEPSIE SÉVÈRE - FAHRES RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DE LA DOCUMENTATION Tout usager des services documentaires du Centre National de

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION ET

POLITIQUE D ACQUISITION ET POLITIQUE D ACQUISITION ET DE GESTION D OEUVRES D ART VILLE DE LÉVIS RÉSOLUTION CV-2010-13-14 Le préambule Le 9 février 2004, le conseil de la Ville adoptait la nouvelle Politique culturelle de la Ville

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

CPIE Corte Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets

CPIE Corte Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets CPIE Corte Centre Corse A Rinascita Coordination régionale de la Fête de la Science Guide Appel à projets PREAMBULE LA FETE DE LA SCIENCE 2014 EN CORSE Depuis 3 ans le CPIE Corte Centre Corse, Pôle Territorial

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

L ÉCOLE D ARTS Un lieu d éducation, de formation et de diffusion

L ÉCOLE D ARTS Un lieu d éducation, de formation et de diffusion L ÉCOLE D ARTS Un lieu d éducation, de formation et de diffusion Sa singularité est l orientation pédagogique forte dans le domaine de l image, dans ses formes traditionnelles et émergentes. La volonté

Plus en détail

NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES

NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE NOUVEAUX ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 VENDREDI 4 JUILLET 2014-14H SALLE HENRI-MARTIN - HÔTEL DE VILLE CAHORS SOMMAIRE Communiqué de presse page 3 Les axes du projet éducatif

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

UNIVERSITE DE STRASBOURG INSTITUT D ETUDES POLITIQUES

UNIVERSITE DE STRASBOURG INSTITUT D ETUDES POLITIQUES UNIVERSITE DE STRASBOURG INSTITUT D ETUDES POLITIQUES Master «DROIT» Mention «Droit de l Union européenne» Spécialité «Droit de l économie et de la régulation en Europe» Adopté à l unanimité par le Conseil

Plus en détail

CPIE Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets

CPIE Centre Corse A Rinascita. Coordination régionale de la Fête de la Science. Guide. Appel à projets CPIE Centre Corse A Rinascita Coordination régionale de la Fête de la Science Guide Appel à projets PREAMBULE LA FETE DE LA SCIENCE 2015 EN CORSE Depuis 4 ans le CPIE Centre Corse A Rinascita, Coordination

Plus en détail

L Inspection des personnels

L Inspection des personnels Besançon le 15 septembre 2014 NOTE de Service N 3 Circonscription BESANCON 1 Luc GROSJEAN, Inspecteur 03 81 65 48 53 03 81 83 50 61 luc.grosjean@ac-besancon.fr Direction des Services Départementaux de

Plus en détail

Appel à exposition de produits éco-conçus

Appel à exposition de produits éco-conçus Appel à exposition de produits éco-conçus Colloque Eco-conception 2016 Les 2 et 3 mai 2016 à St-Etienne Co organisateurs : : Le présent document constitue le cahier des charges de l appel à projets «Exposition

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat I Notre organisme a) Les Statuts juridiques La Fondation Objectif Grandes Ecoles ne dispose pas de statuts propres puisqu elle est sous égide

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Musée Jacquemart-André. Institut de France. Un ascenseur pour l accessibilité à tous les publics. Dossier de mécénat

Musée Jacquemart-André. Institut de France. Un ascenseur pour l accessibilité à tous les publics. Dossier de mécénat Musée Jacquemart-André Institut de France Un ascenseur pour l accessibilité à tous les publics Dossier de mécénat Le Musée Jacquemart-André Un cadre unique, des œuvres exceptionnelles Édouard André (1833-1894),

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et édition de fonds photographiques et audiovisuels de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC Dossier de presse Janvier 2007 Service de presse MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC L Observatoire de la Qualité de la Construction

Plus en détail

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE :

BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : BILAN 2010 ACTIONS LOGEMENT TEMPORAIRE : ACCUEIL, INFORMATION, ORIENTATION LOGEMENT INTERGENERATIONNEL Le service logement temporaire de la Communauté de Communes du Diois est en place depuis février 2007.

Plus en détail

Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail (3 items / 7 aptitudes)

Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail (3 items / 7 aptitudes) Domaine 1 : S approprier un environnement informatique de travail (3 items / 7 aptitudes) 1.1 Utiliser, gérer des espaces de stockage à disposition 6 5 4 3 1.1.1 L'élève distingue les espaces accessibles

Plus en détail

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00

Date limite de dépôt des candidatures : Lundi 2 novembre 2015, à 12 : 00 Cahier des charges de l Appel à Projets communautaire 2015 «Actions d animations sportives» Le présent cahier des charges porte à la connaissance des porteurs de projets les conditions de sélection des

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE EN FAVEUR DE LA LANGUE BASQUE. Convention de partenariat 2010-2012

POLITIQUE LINGUISTIQUE EN FAVEUR DE LA LANGUE BASQUE. Convention de partenariat 2010-2012 Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 4 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE POLITIQUE LINGUISTIQUE EN FAVEUR DE LA LANGUE BASQUE Convention de partenariat 2010-2012

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

APPEL D OFFRES POUR LA CRÉATION D UN VISUEL GÉNÉRIQUE ET D UN SLOGAN

APPEL D OFFRES POUR LA CRÉATION D UN VISUEL GÉNÉRIQUE ET D UN SLOGAN Agence de valorisation de l économie de la culture en Limousin 19, boulevard de la Corderie 87000 Limoges 05 87 21 30 50 contact@avec-limousin.fr www.avec-limousin.fr APPEL D OFFRES POUR LA CRÉATION D

Plus en détail

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER

LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER LA LICENCE PROFESSIONNELLE DE GUIDE CONFERENCIER Responsables : Université de Nice Sophia Antipolis - Monsieur Ricardo Gonzalez, Professeur d'histoire et Archéologie antiques. Lycée Technique de l Hôtellerie

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Journées Portes Ouvertes

Journées Portes Ouvertes Journées Portes Ouvertes Samedi 26 janvier Samedi 2 mars Samedi 15 juin ECOLE Classe préparatoire aux concours des écoles supérieures d art et des formations en conservation-restauration des biens culturels

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault Préfecture de la région LR Direction Régionale des Affaires Culturelles Chambre de Commerce et d Industrie de Montpellier Chambre départementale des notaires de l Hérault Convention commune pour le développement

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Règlement et sujets de la 6 ème édition du challenge construction durable

Règlement et sujets de la 6 ème édition du challenge construction durable Règlement et sujets de la 6 ème édition du challenge construction durable IUT de La Rochelle, 2015 (Version provisoire v.2 du 21/11/2014) Article 1 Participants Concours ouvert aux étudiants de tous les

Plus en détail

FICHE METIER. «Documentaliste» Documentaliste en radiodiffusion APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Documentaliste» Documentaliste en radiodiffusion APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Documentaliste radio «Documentaliste» APPELLATION(S) DU METIER Documentaliste en radiodiffusion DEFINITION DU METIER Le documentaliste radio exerce trois missions principales : > Il gère le fonds documentaire

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

Cahier des charges : création de l identité visuelle du Salon des Solidarités 2012

Cahier des charges : création de l identité visuelle du Salon des Solidarités 2012 Cahier des charges : création de l identité visuelle du Salon des Solidarités 2012 Salon des Solidarités 2012 Création de l identité visuelle Page 1 Sommaire 1. CONTEXTE GENERAL ----------------------------------------------------------

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

Ville de Fleurance. 62, rue Gambetta - FLEURANCE. Renseignements :

Ville de Fleurance. 62, rue Gambetta - FLEURANCE. Renseignements : 62, rue Gambetta - FLEURANCE Renseignements : Ville de Fleurance Service Culturel - 100, rue Pasteur 32500 FLEURANCE 05 62 06 18 96 - bibliotheque3@villefleurance.fr Mot de Raymond VALL senateur-maire

Plus en détail

Projet culturel amplepuisien 2014-2020

Projet culturel amplepuisien 2014-2020 Projet culturel amplepuisien 2014-2020 «La culture, dans son sens large, est considérée comme l ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une

Plus en détail

Numérisation et valorisation des fonds patrimoniaux dans les collectivités

Numérisation et valorisation des fonds patrimoniaux dans les collectivités Numérisation et valorisation des fonds patrimoniaux dans les collectivités Les Archives municipales d Aubervilliers David Desbans Archives municipales et Documentation d Aubervilliers Objectifs et enjeux

Plus en détail

REGLEMENT BOURSE PROJETS JEUNES PATRIMOINE

REGLEMENT BOURSE PROJETS JEUNES PATRIMOINE REGLEMENT BOURSE PROJETS JEUNES PATRIMOINE Projets Jeunes La volonté de la Mairie est de faire d Oloron Sainte-Marie un Pôle Patrimonial et de Tourisme Culturel fort. Pour cela il s agit de mettre en œuvre

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

«Mise en œuvre des stratégies locales de développement», Mesure 323-E du PRDH : «Préservation et mise en valeur du patrimoine culturel» Fiche action

«Mise en œuvre des stratégies locales de développement», Mesure 323-E du PRDH : «Préservation et mise en valeur du patrimoine culturel» Fiche action 1. PRESENTATION DU PROJET Fiche action Libellé du projet : Résidence d artistes Mobil Home (2012) et Vivre ici (2013) Porteur de projet : La Compagnie Les Décisifs (2012) et l Association du Pays de Chaumont

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Administration et gestion des entreprises culturelles de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 «Évolution du concept de formation à travers l analyse de Cahiers de l Asdifle» C est dans le cadre d un partenariat entre l Asdifle et l Université Paris VII que j

Plus en détail

K1602 - Gestion de patrimoine culturel

K1602 - Gestion de patrimoine culturel Appellations Attaché / Attachée de conservation du patrimoine Chargé / Chargée d'études et d'inventaire patrimoine Conservateur / Conservatrice de musée Conservateur / Conservatrice des antiquités et objets

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux documentalistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en documentation

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées»

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Terre de curiosité et d'ouverture, la Lorraine propose au plus grand nombre une offre culturelle de qualité et encourage les expériences

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Le musée Ingres de Montauban: Plateformes collaboratives pour valoriser des fonds inédits. Modifiez le style des sous-titres du masque

Le musée Ingres de Montauban: Plateformes collaboratives pour valoriser des fonds inédits. Modifiez le style des sous-titres du masque Le musée Ingres de Montauban: Plateformes collaboratives pour valoriser des fonds inédits Modifiez le style des sous-titres du masque Juin 2014 : achèvement du récolement des œuvres inscrites à l inventaire

Plus en détail

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN UTOPIA : MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Projet à destination des classes de cycle 3 des écoles élémentaires de Strasbourg Les objectifs : Permettre aux enfants de : Découvrir «activement» le Strasbourg

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011 21 Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 mars 2011 Conclusion d'une convention de mécénat pour le musée Tomi Ungerer avec ES Energies Strasbourg. La société ES Energies Strasbourg développe de

Plus en détail

Accompagnement à la médiation culturelle : propositions d actions pour les travailleurs sociaux, animateurs et bénévoles des structures sociales

Accompagnement à la médiation culturelle : propositions d actions pour les travailleurs sociaux, animateurs et bénévoles des structures sociales Accompagnement à la médiation culturelle : propositions d actions pour les travailleurs sociaux, animateurs et bénévoles des structures sociales partenaires 1 Encore L accompagnement à la médiation culturelle

Plus en détail

SAINT-QUENTIN EN YVELINES (78)

SAINT-QUENTIN EN YVELINES (78) APPEL A CANDIDATURE DESSIN CONTEMPORAIN Résidence territoriale saison 2012-13 Six lieux partenaires SAINT-QUENTIN EN YVELINES (78) ELANCOURT La Commanderie des templiers de la Villedieu La Galerie de la

Plus en détail

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015 CPNE EDITION DU LIVRE CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE A JOUR DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE Octobre 2015 OBJET DE L APPEL D OFFRE Le présent appel d offre est lancé par l Afdas pour

Plus en détail

APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS

APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS Note d information La Fondation CNP Assurances lance un nouvel appel à projets dédié aux collectivités territoriales qui s engagent pour implanter des

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail