Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004"

Transcription

1 OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL BRUXELLES OBSERVATORIUM VOOR GEZONDHEID EN WELZIJN BRUSSEL Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale Commission communautaire commune

2 2 COLOPHON TABLE DES MATIÈRES Les Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale pour les années sont une actualisation de certains indicateurs publiés en 24 par l Observatoire de la Santé et du Social d le Tableau de bord de la santé; ces statistiques sont uniquement diffusées via notre site ( Les informations peuvent être copiées, moyennant mention de la source. Ce document est également disponible en néerlandais. Dit document is ook beschikbaar in het Nederlands onder de titel : «Mortaliteitsstatistieken in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest 23-24». Veuillez citer cette publication de la façon suivante :, Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 23-24, Commission communautaire commune, Introduction Mortalité générale et prématurée Causes de décès Causes spécifiques de mortalité Maladies cardiovasculaires Cancers Maladies respiratoires chroniques Diabète Les infections Santé mentale Alcool Accidents Mise en page : Centre de Diffusion de la Culture Sanitaire asbl : Nathalie da Costa Maya Numéro de Dépôt Légal : D/28/9334/33 5. Lieu de décès Repères méthodologiques Taux de mortalité Standardisation Pour plus d informations : Commission communautaire commune 183 avenue Louise 15 Bruxelles Tél. : 2/ Myriam De Spiegelaere Tél. : 2/ Peter Verduyckt Tél. : 2/

3 1. INTRODUCTION Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale En Belgique, lors de la déclaration d un décès à l état civil, un bulletin statistique est obligatoirement rempli [1]. Ce document présente les résultats de l analyse de ces bulletins statistiques de décès des résidents bruxellois pour les années Les statistiques de mortalité des Bruxellois ont, jusqu à présent, été publiées régulièrement d les Tableaux de bord de la santé (21, 24 et prochain prévu en 29). Pour permettre aux chercheurs, professionnels de la santé et décideurs politiques de suivre ces statistiques entre ces publications, une mise à jour d un certain nombre d indicateurs de mortalité de base est mise à disposition sur le site de l Observatoire de la Santé et du Social. Cette première version concerne les statistiques de décès des Bruxellois pour les années 23 et 24. Les tableaux et graphiques présentés ci-dessous sont accompagnés de commentaires qui se limitent le plus souvent à une courte description. Pour les interprétations et commentaires explicatifs plus détaillés, nous renvoyons vers la série des «Tableaux de bord de la Santé en Région de Bruxelles-Capitale». [1] Le lecteur trouvera de plus amples informations concernant le recueil des données de mortalité sur le site de l Observatoire de la Santé et du Social, Introduction

4 4 2. MORTALITÉ GÉNÉRALE ET PRÉMATURÉE Le nombre de décès de personnes résidant en Région bruxelloise s élevait à 1 17 en 23 (4 469 hommes et femmes) et 9 54 en 24 (4 25 hommes et femmes). Figure 1 : Evolution des taux de mortalité, Bruxelles, Hommes tout âge 1 161, 1 152, , , , ,4 1 8,8 1 66, 1 12,1 1 19,5 99,5 958,3 946,7 933,9 881,8 Hommes < ,7 358, 351,2 344, 341,5 352,2 325, 31,4 294,5 32,7 276,9 275, 271,9 262,6 243,7 Femmes tout âge 1 29,4 1 2, , , , , , ,7 1 98, ,9 1 76,4 1 52,1 1 6,1 1 72,2 1 7,7 Femmes < ,5 189,1 21,4 182,6 188,9 194,1 182, 165,9 169, 155,7 163,7 158, 148,6 167,7 138, La figure 1 présente l évolution des taux de mortalité (pour 1 habitants) entre 199 et 24. Le taux de mortalité générale des Bruxellois continue à diminuer, de manière un peu plus marquée pour les hommes que pour les femmes. Il s agit ici de taux bruts qui ne tiennent pas compte de l âge des personnes décédées. La proportion de personnes très âgées (donc avec un risque de mortalité plus élevé) étant nettement plus importante chez les femmes que chez les hommes, le taux de mortalité générale est plus élevé pour les femmes que pour les hommes. Après standardisation pour l âge, la mortalité générale a diminué de 15,3 % pour les femmes et 24, % pour les hommes entre 199 et 24. Le risque de décès avant 65 (mortalité prématurée) a également diminué au cours des 15 dernières années. En 23, 1 85 Bruxellois sont décédés avant 65 (1 11 hommes et 74 femmes) et en 24 (1 3 hommes et 586 femmes). Après standardisation pour l âge, la mortalité prématurée a diminué de 27,1 % pour les hommes et 24,4 % pour les femmes entre 199 et Mortalité générale et prématurée

5 5 Figure 2 : Rapport des taux de mortalité standardisés hommes/femmes, Bruxelles, ,5 2, SMR 1,5 1,,5, SMR hommes (femmes = 1) D chaque groupe d âge, le taux de mortalité des hommes est nettement plus élevé que celui des femmes. La figure 2 montre le rapport des taux de mortalité des hommes par rapport à ceux des femmes pour chaque groupe d âge (taux des femmes = 1) [2]. C est pour le groupe des 2-29 que les différences sont les plus marquées : à cette période de la vie, le risque de décès des hommes est deux fois plus important que pour les femmes. [2] D le groupe d âge 1-9, le rapport hommes/femmes est inversé pour la période Il s agit d un petit nombre de décès (42) et donc ceci peut être le résultat de fluctuations aléatoires Mortalité générale et prématurée

6 3. CAUSES DE DÉCÈS Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale Les causes de décès sont remplies par le médecin qui constate le décès. Ces causes sont ensuite codées suivant la classification internationale des maladies (ICD-1). Les codes qui sont mentionnés entre parenthèses pour les différentes causes de décès renvoient à cette classification ICD-1. Tableau 1 : Nombre de décès et taux de mortalité par cause (/1 ), Bruxelles, HOMMES (n) taux (n) taux (n) taux (n) taux (n) taux (n) taux (n) taux Mal. Infectieuses et parasitaires (A-B99) (86) 18,93 (94) 2,6 (134) 29,16 (115) 24,74 (118) 24,96 (129) 26,96 (177) 36,73 Tumeurs (C-D48) (1 369) 31,33 (1 341) 293,82 (1 39) 284,9 (1 275) 274,26 (1 294) 273,74 (1 218) 254,54 (1 198) 248,57 Maladies du sang (D5- D89) (6) 1,32 (13) 2,85 (15) 3,26 (11) 2,37 (13) 2,75 (9) 1,88 (11) 2,28 Mal. endocriennes et nutritionelles (E-E9) (63) 13,87 (9) 19,72 (81) 17,63 (67) 14,41 (93) 19,67 (9) 18,81 (81) 16,81 Troubles mentaux et du comportement (F-F99) (11) 24,21 (161) 35,28 (112) 24,38 (119) 25,6 (13) 21,79 (115) 24,3 (86) 17,84 Mal. du système nerveux (G-H95) (114) 25,9 (91) 19,94 (79) 17,19 (111) 23,88 (15) 22,21 (139) 29,5 (18) 22,41 Mal. cardiovasculaires (I-I99) (1 59) 332,15 (1 57) 33,19 (1 488) 323,86 (1 469) 315,99 (1 471) 311,19 (1 448) 32,6 (1 376) 285,5 Mal. respiratoires (J-J99) (592) 13,3 (583) 127,74 (575) 125,15 (576) 123,9 (581) 122,91 (618) 129,15 (543) 112,66 Mal. digestives (K-K93) (244) 53,71 (25) 54,78 (233) 5,71 (221) 47,54 (223) 47,18 (236) 49,32 (215) 44,61 Mal. de la peau (L-L99) (4),88 (15) 3,29 (12) 2,61 (13) 2,8 (14) 2,96 (14) 2,93 (11) 2,28 Mal. du système ostéoarticulaire (M-M99) (14) 3,8 (9) 1,97 (13) 2,83 (12) 2,58 (8) 1,69 (13) 2,72 (14) 2,9 Mal. de l appareil génitourinaire (N-N99) (41) 9,2 (56) 12,27 (52) 11,32 (54) 11,62 (62) 13,12 (44) 9,2 (44) 9,13 Malformations congénitales (Q-Q99) (4),88 (4),88 (4),87 (2),43 (4),85 (3),63 (2),41 Symptômes et états morbides mal définis (11) 22,23 (87) 19,6 (94) 2,46 (8) 17,21 (88) 18,62 (81) 16,93 (81) 16,81 (R-R99) Causes externes (V-Y89) (341) 75,6 (352) 77,12 (35) 76,18 (33) 7,98 (298) 63,4 (312) 65,2 (33) 62,87 Total (4 598) 1 12,6 (4 653) 1 19,49 (4 551) 99,51 (4 455) 958,28 (4 475) 946,67 (4 469) 933,93 (4 25) 881, Causes de décès

7 7 FEMMES (n) taux (n) taux (n) taux (n) taux (n) taux (n) taux (n) taux Mal. Infectieuses et parasitaires (A-B99) (18) 21,62 (132) 26,37 (143) 28,46 (144) 28,43 (142) 27,71 (218) 42,13 (25) 47,95 Tumeurs (C-D48) (1 265) 253,25 (1 25) 24,77 (1 24) 239,65 (1 219) 24,67 (1 19) 232,19 (1 212) 234,22 (1 211) 232,28 Maladies du sang (D5- D89) (24) 4,8 (2) 4, (2) 3,98 (21) 4,15 (13) 2,54 (14) 2,71 (22) 4,22 Mal. endocriennes et nutritionelles (E-E9) (132) 26,43 (153) 3,57 (134) 26,67 (121) 23,89 (131) 25,56 (149) 28,79 (137) 26,28 Troubles mentaux et du comportement (F-F99) (25) 41,4 (233) 46,55 (191) 38,2 (221) 43,63 (192) 37,46 (22) 39,4 (199) 38,17 Mal. du système nerveux (G-H95) (162) 32,43 (165) 32,97 (154) 3,65 (15) 29,61 (193) 37,66 (21) 4,58 (162) 31,7 Mal. cardiovasculaires (I-I99) (2 18) 422,2 (2 188) 437,18 (2 76) 413,21 (2 69) 48,49 (2 83) 46,44 (2 44) 395,1 (1 977) 379,2 Mal. respiratoires (J-J99) (557) 111,51 (586) 117,9 (66) 12,62 (567) 111,94 (625) 121,95 (693) 133,92 (568) 18,94 Mal. digestives (K-K93) (287) 57,46 (269) 53,75 (261) 51,95 (297) 58,64 (265) 51,71 (265) 51,21 (226) 43,35 Mal. de la peau (L-L99) (41) 8,21 (43) 8,59 (56) 11,15 (4) 7,9 (39) 7,61 (45) 8,7 (41) 7,86 Mal. du système ostéoarticulaire (M-M99) (48) 9,61 (35) 6,99 (28) 5,57 (22) 4,34 (31) 6,5 (27) 5,22 (25) 4,8 Mal. de l appareil génitourinaire (N-N99) (72) 14,41 (63) 12,59 (72) 14,33 (56) 11,6 (62) 12,1 (63) 12,17 (64) 12,28 Complications grossesse et accouchement (O-O99) (2),4 (1),2 (1),2 (3),59 (), (1),19 (1),19 Malformations congénitales (Q-Q99) (3),6 (4),8 (3),6 (2),39 (3),59 (2),39 (1),19 Symptômes et états morbides mal définis (19) 38,4 (157) 31,37 (175) 34,83 (15) 29,61 (176) 34,34 (138) 26,67 (115) 22,6 (R-R99) Causes externes (V-Y89) (283) 56,66 (316) 63,14 (284) 56,53 (247) 48,77 (288) 56,19 (265) 51,21 (255) 48,91 Total (5 487) 1 98,5 (5 57) 1 112,92 (5 48) 1 76,43 (5 329) 1 52,12 (5 433) 1 6,9 (5 548) 1 72,17 (5 254) 1 7, Causes de décès

8 8 Figure 3 : Répartition des causes de décès par sexe, Bruxelles, Hommes Femmes 14 % 19 % 7 % 5 % 32 % Cardiovasculaire Tumeurs Respiratoire Digestif 5 % 5 % 37 % 13 % Causes externes Autres 12 % 28 % 22 % Tant chez les hommes que chez les femmes, la majorité des décès sont dus aux maladies cardio-vasculaires et aux cancers. Toutefois pour les femmes, le poids des maladies cardiovasculaires est plus important et celui des cancers moins important que pour les hommes. On note aussi que les décès par cause externe (accidents, suicides et homicides) sont proportionnellement plus importants pour les hommes que pour les femmes Causes de décès

9 9 Les principales causes de décès varient avec l âge. Les causes externes de décès représentent la plus grande part des décès avant 35, tant chez les hommes que chez les femmes. Pour les hommes, elles représentent bien plus de la moitié de l ensemble des décès entre 15 et 35. Si les causes externes restent les plus importantes pour les hommes de 35 à 44, pour les femmes de ce groupe d âge ce sont les cancers qui prennent la première place. Ceux-ci représentent la principale cause de décès entre 45 et 75 tant les hommes que pour les femmes. Au-delà de 75, la plus grande part des décès est due aux maladies cardiovasculaires. Figure 4 : Répartition des causes de décès par groupes d âge, Bruxelles, % 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% Hommes Femmes 1% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% % Autres 3,8 15,6 29,9 23,6 26,5 3, 35,3 39,7 Causes externes 34,6 7,3 58,6 33,8 1,3 2,8 3, 4,6 Tumeurs 26,9 1,9 5,7 24,9 37,7 36,7 26, 15,1 Cardiovasculaires 7,7 3,1 5,7 17,8 25,6 3,6 35,7 4, ,7 13,8 21,7 31,2 23,2 29,3 35,1 4,6 23,3 48,3 43,3 26,6 8,8 3,7 3,5 3,7 23,3 31, 25, 3,5 47,7 39,2 23,3 11,5 6,7 6,9 1, 11,7 2,3 27,8 38,2 44,3 % n Total Causes de décès

10 1 L analyse des principales causes de décès prématurés (avant 65 ) démontre l importance des politiques de prévention. En effet, une proportion importante de ces décès sont liés à des habitudes de vie, des problèmes psychosociaux ou de sécurité domestique ou routière. Le cancer du poumon reste la première cause de décès avant 65 chez les hommes (11,5 % des décès prématurés) et la seconde chez les femmes (8,1 % des décès prématurés). Le cancer du sein reste la première cause de décès prématuré chez les femmes et cause à lui seul 13,5 % des décès prématurés. Figure 5 : Principales causes de mortalité avant 65 (Top 1), Bruxelles, Cancer du poumon* 29, Cardiopathie ischémique 23,4 Suicide 22,1 Accident domestique 1,5 Maladie cérébrovasculaire Alcool** 9,6 9,6 Maladie respiratoire chronique 8,2 Cancer colorectal Accident de circulation Tumeur tissus lymphatiques Cancer du sein Cancer du poumon* Suicide 5,2 5,1 5, 12,4 12,1 2,6 Hommes * Y compris cancers des bronches, trachée et larynx. ** Comprend les cirrhoses et pancréatites alcooliques, les intoxications aigues (accidentelles ou intentionnelles) et les affections dégénératives du système nerveux liées à l alcool (voir aussi figure 28). Cardiopathie ischémique 7,1 Maladie cérébrovasculaire 6,6 Cancer colorectal 4,7 Maladie respiratoire chronique 4,4 Accident domestique 4,1 Alcool** 3,4 Tumeur tissus lymphatiques 3,3 Femmes Causes de décès

11 11 4. CAUSES SPÉCIFIQUES DE MORTALITÉ 4.1 Maladies cardiovasculaires Au cours de la période 23-24, les maladies cardiovasculaires ont tué en moyenne 3 4 Bruxellois par an. Elles constituent la première cause de mortalité pour les femmes et les hommes. Les cardiopathies ischémiques et les maladies cérébrovasculaires sont les principales causes de décès par maladies cardiovasculaires. Figure 6 : Evolution des taux de mortalité par affections cardiovasculaire, Bruxelles, , Hommes (- - - modification ICD9-ICD1) cardiopathies ischémiques 143, 149,4 139,6 147,1 129,4 14,4 122,9 122,4 149,4 144,4 143,4 132,1 121,9 127,5 111,6 maladies cérébrovasculaires 84,8 86,2 84,9 77,7 76,6 73,9 81, 76,7 61,2 65,7 59,6 56,4 6,9 6,8 55, n cardiopathies ischémiques n maladies cérébrovasculaires Causes spécifiques de mortalité

12 12 Figure 7 : Evolution des taux de mortalité par affections cardiovasculaire, Bruxelles, , Femmes (- - - modification ICD9-ICD1) cardiopathies ischémiques 112,7 118,8 13, 118,1 96,4 19,4 12,9 97,1 128,7 133,1 121,4 11,8 114,3 18,4 15,7 maladies cérébrovasculaires 129,5 132,9 124,6 119,3 129,4 118,6 119, 123,6 17,7 99,9 88,6 92,2 95,6 83,9 97,2 n cardiopathies ischémiques n maladies cérébrovasculaires Le taux de mortalité par maladie cardiovasculaire diminue tant chez les hommes que chez les femmes [3]. [3] Une modification de la classification des causes de décès en 1998 (de l ICD-9 en ICD-1) rend difficile l interprétation des différences enregistrées entre 1997 et Causes spécifiques de mortalité

13 13 Figure 8 : Taux de mortalité par cardiopathie ischémique en fonction de l âge, Bruxelles, Hommes, 1,1 3,6 15,3 35,1 58,1 14,9 19,9 257,1 57,1 794, ,2 2 85,5 Femmes,, 1,3 2,9 6,2 16,6 4, 48,2 97,4 179,3 381, 74, , n total La mortalité par maladies cardiovasculaires augmente avec l âge. Les taux de mortalité par cardiopathies ischémiques sont plus élevés pour les hommes que pour les femmes d tous les groupes d âge Causes spécifiques de mortalité

14 14 Figure 9 : Taux de mortalité par maladies cérébrovasculaires en fonction de l âge, Bruxelles, Hommes 2,4 1,1 1,2 9,7 9,6 22,9 47,5 64,5 83,8 178,6 44,1 695, 1 683,9 Femmes 1,2 1,2 1,3 2,9 15,4 24,9 21,8 32,1 76, 122,6 38,1 64, , n total Les différences entre sexes sont beaucoup moins marquées pour les maladies vasculaires cérébrales Causes spécifiques de mortalité

15 Cancers Au cours de la période 23-24, le cancer a tué en moyenne Bruxellois par an. Il constitue la deuxième cause de mortalité et la première cause de mortalité prématurée tant pour les hommes que pour les femmes. Le taux de mortalité par cancer a nettement diminué entre 199 et 24 pour les hommes. Figure 1 : Evolution des taux de mortalité par cancer, Bruxelles, , Hommes Tout âge 335,2 322,4 324,3 322,9 325,9 328,7 312,1 33,1 296,5 289, 279,7 269,7 268,2 247,9 242,3 < 65 15,1 14, 12,2 19,1 94,5 114,1 97, 89,4 92,3 95,8 84,8 83,6 82,7 85,2 8, Causes spécifiques de mortalité

16 16 Cette diminution est moins marquée pour les femmes. Les différences de taux de mortalité (tous âges) par cancer entre hommes et femmes tendent donc à se réduire. Les différences de mortalité prématurée par cancer entre hommes et femmes restent cependant relativement stables. Figure 11 : Evolution des taux de mortalité par cancer, Bruxelles, , Femmes Tout âge 275,4 252,5 279, 271,4 262,3 267,3 249,1 255,8 245,6 236, 231,7 235,7 223,6 227,3 223,5 <65 77,4 76,3 86, 75,6 74, 82, 69, 74,9 7,9 64,2 65,9 69,5 61,4 73,1 59, Causes spécifiques de mortalité

17 17 Figure 12 : Taux de mortalité par cancer en fonction de l âge, Bruxelles, Hommes 2,9 5, 3,5 5,5 6,2 4,8 5,6 19,4 55,6 134, 212,9 332,6 65,1 82, , ,8 1 95,6 2 96,6 Femmes 4,5 3,5 3,7 1,8 11,3 9,2 8,3 29, 35,7 14,7 184,3 256,1 378,4 463,4 674, 947, , , n total Le taux de mortalité par cancer augmente aussi avec l âge mais de manière plus précoce que les maladies cardiovasculaires. Parmi les déjà, le taux de mortalité par cancer dépasse 1 pour 1. On observe aussi une différence importante entre hommes et femmes à partir de Causes spécifiques de mortalité

18 18 Le cancer du poumon est de loin le cancer le plus meurtrier chez l homme et le taux de mortalité (tout âge) par cancer du poumon est 3 fois plus élevé que le taux de mortalité par cancer de la prostate qui vient en deuxième position. Chez la femme, le cancer du sein représente la première cause de décès par cancer, suivi par le cancer du poumon. Tableau 2 : Taux de mortalité par type de cancer ( / 1 ), Bruxelles, Hommes Femmes Total Tout âge < 65 Tout âge < 65 Tout âge < 65 poumon, bronches et larynx 74,8 29, 32,1 12,4 52,6 2,7 sein 45,3 2,6 prostate 24,6 2, colorectal 22,4 5,2 29,1 4,7 25,9 5, tissus lymphatiques 18,5 5, 18,7 3,3 18,6 4,2 pancréas 11,8 4,3 13,1 2,2 12,5 3,3 ovaire 11,4 3,1 estomac 9,2 3,6 5,1 1,2 7,1 2,4 vessie 1,7 1,8 4,3,5 7,4 1,1 foie et voies bilaires 1,7 3,3 7, 1,5 8,8 2,4 lèvre, bouche, pharynx 7,5 4,9 2,9 1,3 5,1 3,1 utérus (corps) 7,5 1,3 col de l utérus 3,9 2, Causes spécifiques de mortalité

19 19 Figure 13 : Taux de mortalité en fonction de l âge pour les principaux cancers chez l homme, Bruxelles, Poumon 13,9 41,5 98,5 11,9 239,9 285,9 417,8 486,9 437,2 451,2 Colorectal 2,8 8, 8,8 19,8 49, 63,5 111,6 144,1 263,4 33,2 Tissus lymphatiques 6,9 6,4 12,3 13,9 31, 43,3 92,5 128,5 196,2 264,1 Prostate,, 7, 7,9 23,2 34,7 95,7 222, 291,5 748,4 Pancréas 1,4 11,2 1,6 23,8 18,1 46,2 51, 11,3 67,3 77, Lèvre, bouche, pharynx 1,4 8, 14,1 25,7 36,1 4,4 35,1 7,8 11,2 22, L évolution des taux de mortalité par type de cancer au cours de la vie met en évidence l augmentation nettement plus précoce des taux de mortalité par cancer du poumon chez l homme par rapport aux autres cancers. Au delà de 85, le cancer de la prostate devient la première cause de décès par cancer Causes spécifiques de mortalité

20 2 Figure 14 : Taux de mortalité en fonction de l âge pour les principaux cancers chez la femme, Bruxelles, Sein 14,3 36,9 58,1 79,9 98,6 95, 118, 143,5 174,8 274,5 Colorectal 4,3 1,8 11,6 12,7 34,4 45,1 77,2 122,3 194,2 294,8 Poumon 4,3 13,9 41,5 54,5 82,6 92,7 14,4 152,9 15,4 135,5 Tissus lymphatiques 1,4, 11,6 9,1 2,6 38, 59, 8, 13,4 145,7 Pancréas 1,4 3,1, 9,1 25,2 21,4 54,5 51,7 74,9 118,6 Ovaire, 1,5 11,6 16,3 16,1 38, 4,9 44,7 58,3 61, Chez les femmes, la mortalité par cancer du sein est plus importante que la mortalité par cancer du poumon avant 65. Le taux de mortalité par cancer du sein continue à croître avec l âge même d les groupes d âge élevé. Au delà de 8, la mortalité par cancer colorectal devient la première cause de décès par cancer Causes spécifiques de mortalité

21 21 Figure 15 : Evolution des taux de mortalité par cancer, Bruxelles, , Hommes Poumon 115,8 11,3 18,9 11,9 19,7 12, 18, 18,5 98,4 91,8 94,7 82, 81,2 71,9 77,6 Prostate 42,9 4,1 37,2 38,5 45,1 42,1 36,2 4,4 35,2 3, 3,7 31,1 29,8 27,4 21,8 Colorectal 32,8 32,1 28,5 29,6 29,1 29,5 27,3 25,4 26,9 23,2 26,8 24,1 24,5 21,5 23,2 L évolution d le temps des taux de mortalité depuis 199 (figures 15 et 16) montre que, pour les hommes, la mortalité pour les principaux cancers diminue Causes spécifiques de mortalité

22 22 Figure 16 : Evolution des taux de mortalité en fonction de l âge pour cancer, Bruxelles, , Femmes Sein 61, 54,9 53,4 52,2 56, 54,7 49,3 44,1 46, 45,4 49,2 46,4 44,5 47, 43,7 Colorectal 36,9 35,6 34,5 31,4 35,2 3,9 35,1 33,9 36,2 3,6 24,9 33,2 26,9 31,7 26,5 Poumon 22,5 25,5 32,5 27, 24,4 3,3 26,9 32,8 23,6 25,8 34,2 26,1 3,4 28,8 35,3 Pour les femmes, seul le taux de mortalité par cancer du sein a diminué entre 199 et Cette diminution ne s est pas poursuivie et les taux restent stable depuis Causes spécifiques de mortalité

23 Maladies respiratoires chroniques Les maladies respiratoires chroniques sont responsables de 4,8 % des décès. La mortalité par maladies respiratoires chroniques est nettement plus importante pour les hommes que pour les femmes. Depuis 199, la mortalité par maladies respiratoires chroniques est en constante augmentation (figure 17). Ceci n est pas lié au nombre de décès par asthme pour lequel le taux de mortalité diminue au cours des 15 dernières années (figure 18). On observe cependant une diminution du taux de mortalité par maladies respiratoires chroniques en 24, tant pour les hommes que pour les femmes. Figure 17 : Evolution des taux de mortalité par maladies respiratoires chroniques, Bruxelles, Hommes 4,3 45,6 53,5 57, 54,6 58,6 59,9 57,2 67,1 63,5 57,2 59,6 58,6 59,6 53,9 Femmes 2,3 2,3 24,7 34,2 26,6 41,7 34,9 34,3 42,4 38,2 39,4 39,7 41,6 44,3 32, n total Causes spécifiques de mortalité

24 24 Figure 18 : Evolution des taux de mortalité par asthme, Bruxelles, Hommes 5,3 7,1 7,8 7,3 4,9 5,1 4,9 4,9 8,6 3,9 3,7 4,5 3,4 2,3 1,9 Femmes 6,9 5,2 7,2 6,4 6,4 7, 6, 6,6 6, 7, 5, 6,3 4,5 3,7 3,1 n total Causes spécifiques de mortalité

25 25 Figure 19 : Taux de mortalité en fonction de l âge pour les maladies respiratoires chroniques, Bruxelles, Hommes 1,2 2,8 9,6 12,3 25,7 98, 17,4 229,6 44,1 667, 1 243,7 Femmes 1,3 1,4 7,7 5, 1,9 45,9 49,9 93, 159,9 235,8 488, n total La mortalité par maladies respiratoires chroniques augmente avec l âge et concerne surtout les personnes âgées Causes spécifiques de mortalité

26 Diabète L impact du diabète sur la mortalité est plus important que ce que ne le laisse penser les statistiques de décès «de base». En effet, si on ne prend en compte que les décès pour lesquels le médecin mentionne le diabète comme cause première du décès (appelée cause initiale d le bulletin statistique) la mortalité due au diabète est nettement plus faible que lorsqu on prend également en compte les décès pour lesquels le diabète est mentionné comme une cause associée du décès. Le diabète comme cause initiale ou associée du décès représente alors la 4 e cause de décès prématuré chez les hommes (11,5 pour 1 ) et la 7 e cause de décès prématuré chez les femmes (5,6 pour 1 ). Figure 2 : Taux de mortalité par diabète en fonction de l âge, Bruxelles, Hommes "initiale",, 6,4 8,8 9,9 1,3 43,3 41,5 7,1 95,3 242,1 Hommes "initiale+associée", 2,8 16, 31,7 55,4 95,5 21,8 319, 459,6 599, ,6 Femmes "initiale", 1,4 1,5 5, 5,4 16,1 19, 27,2 4, 99,9 155,9 Femmes "initiale+associée" 1,3 1,4 1,5 1, 2, 57,3 9,3 158,9 223,4 388,4 752, Causes spécifiques de mortalité

27 Les infections La mortalité liée aux maladies infectieuses est relativement faible d notre société où le niveau d hygiène et des soins de santé sont élevés. Parmi les personnes très âgées, le taux de mortalité par infections intestinales est cependant assez élevé. Figure 21 : Taux de mortalité en fonction de l âge pour les principales cause de décès par infection, Bruxelles, Hépatites,,,,,,,6,6,7 3,1 1,7,9 4,9 7,8 13,3 13,2 18,6 7,8 SIDA,,,,,,6 2,9 3,8 4,9 3,9 4,3 3,8 1,2 3,9,,,, Grippe,,,,,,,,,,,,, 1,3,, 5,6 18,1 Tuberculose,,,,,,, 1,3,7 1,6 2,6 1,9 3,6 1,3 1,3 4,4 14,8 7,8 Infections intestinales,,,,,,,,,,,9,, 7,8 14,6 2,5 44,5 121,8 Pneumonie à pneumocoques,7,,,,,,,,,,9 1,9, 1,3 5,3, 9,3 18, Causes spécifiques de mortalité

28 28 Figure 22 : Taux de mortalité par sida en fonction de l âge, Bruxelles, Hommes,,,,,, 4,46 3,64 4,17 4,79 5,28 3,96 2,58 5,78,,, Femmes,,,,, 1,15 1,18 3,95 5,71 3,8 3,32 3,63, 2,38,,, n Hommes n Femmes Au cours des années 23 et 24, 37 Bruxellois (21 hommes et 16 femmes) sont décédées du sida. La plupart des décès concernent des personnes d âge moyen Causes spécifiques de mortalité

29 Santé mentale Les principales causes de décès liées à la santé mentale sont le suicide, la démence et l abus de substances psycho-actives (drogues illégales, alcool, médicaments). Le taux de mortalité par démence augmente de façon exponentielle à partir de 6 (figure 23). Pour les plus de 85, le taux de mortalité (démence comme cause initiale du décès) dépasse 8 décès pour 1 habitants. Lorsqu on prend en compte également les décès pour lesquels la démence est mentionnée comme cause associée les taux de mortalité dépassent 2 pour 1 habitants de plus de 85. Figure 23 : Taux de mortalité par démence en fonction de l âge, Bruxelles, Démence (initiale),,7,,9,9 1,2 1,4 27,8 67,5 176,3 88,4 Démence (initiale + associée),,7,,9 4,7 1,9 3, 75,6 22, 597, ,4 n Démence (initiale) n Démence (initiale + associée) Causes spécifiques de mortalité

30 3 Figure 24 : Taux de mortalité par suicide et substances psycho-actives en fonction de l âge, Bruxelles, Suicides 8,2 14,8 13,5 17,8 22,1 21,8 36, 34,2 25,6 3,4 16,9 18,6 17,6 27,8 57, Substances psycho-actives, 2,2 4,1 8,6 7,6 4,2 11, 6, 6,6 12,1 11,7 2,7 5,9 5,6 2,6 n Substances psycho-actives n Suicides Source : Bulletins statistiques de décès, Observatoire de la Santé et du Social Figure 25 : Taux de mortalité par suicide en fonction de l âge, Bruxelles, Hommes, 1,9 26,4 2,4 23,4 27,9 25, 43,1 44, 31,7 41,3 17,3 28,7 23,4 56,1 143,1 Femmes 1,8 5,5 4,2 6,9 11,8 15,8 18,6 29,2 24,9 2, 2,6 16,6 11,3 14,1 13,9 3, n Hommes n Femmes Source : Bulletins statistiques de décès, Observatoire de la Santé et du Social Le taux de suicide est plus élevé pour les hommes que pour les femmes d tous les groupes d âge. On observe des taux de suicide plus élevés parmi les adultes d âge moyen (45-64 ) tant pour les hommes que pour les femmes. Pour les hommes, on observe une augmentation importante des taux de suicide avec l âge chez les plus de Causes spécifiques de mortalité

31 31 Figure 26 : Evolution du taux de mortalité par suicide selon le groupe d âge, Bruxelles, , Hommes ,6 48,6 6,3 63,6 45,2 36,8 38,4 41,6 71,5 43,4 45,2 35,3 35,4 37,1 37, ,3 29,6 33,7 47,5 35,1 37,2 31,6 38,3 32,8 35,8 32, 37,3 3,8 32,2 28, ,5 17,8 19,7 26,6 25,3 2,3 17,1 22,3 2,8 6,9 17,2 1,3 13,6 18,5 2, Figure 27 : Evolution du taux de mortalité par suicide selon le groupe d âge, Bruxelles, , Femmes ,4 22,4 2,6 16, 23,6 26,7 16,2 2,1 22,3 19,7 2,9 16,1 14,2 17,4 15, ,7 13,8 17, 17, 15,8 16,6 11,9 11,4 14,1 18, 14,4 16,5 13,6 2,1 15, ,9 4,9 8,2 1,7 6,7 6,7 6,7 1, 8,4 5, 11,6 6,6 3,3 4,8 4,8 Les figures 26 et 27 montrent l évolution des taux de suicide au cours des 15 dernières années Causes spécifiques de mortalité

32 Alcool La mortalité liée à l alcool a été analysée selon deux définitions différentes. D une part la mortalité liée aux affections qui sont directement et exclusivement liées à la consommation d alcool comme la cirrhose ou la pancréatite alcoolique, l intoxication aiguë à l alcool et les affections dégénératives du système nerveux liées à l alcool (= alcool strict) est représentée par les lignes pleines. Selon cette définition, les taux de mortalité sont les plus élevés pour les hommes entre 45 et 7. D autre part, une définition plus large de la mortalité liée à l alcool, reprenant également les cancers des voies aérodigestives supérieures (lèvres, cavité buccale et pharynx) pour lesquels l alcool joue un rôle important mais également d autres facteurs comme le tabagisme, est représentée par les lignes pointillées (= alcool large). Selon cette définition la mortalité liée à l alcool est bien plus élevée, particulièrement chez les hommes entre 55 et 8 parmi lesquels on enregistre environ 1 décès pour 1 Bruxellois. Alors que l alcool d sa définition stricte est la 6 e cause de décès prématuré chez les hommes et la 9 e chez les femmes (figure 5), la mortalité liée à l alcool prise d sa définition large devient la 4 e cause de décès prématurée chez les hommes (17,6 pour 1 ) et la 6 e cause pour les femmes (6,7 pour 1 ). L impact de l alcool d les accidents de la circulation et autres décès «violents» n est pris en compte d aucune de ces définitions. Figure 28 : Taux de mortalité liée à l alcool en fonction de l âge, Bruxelles, Hommes "alcool large", 4,5 1,2 13,9 47,9 36,9 87,1 98, 19,8 12,1 15,2 33,6 99,1 Hommes "alcool strict", 4,5 1,2 11,1 33,5 17,6 45,5 36,1 34,7 22,3 27,3 11,2 22, Femmes "alcool large",, 1,3 4,3 13,9 21,6 32,7 29,8 3,9 29,5 37,6 19,4 64,4 Femmes "alcool strict",, 1,3 2,9 9,2 11,6 18,2 6,9 7,1 18,2 11,8 2,8 3, Causes spécifiques de mortalité

33 Accidents Depuis 199, le taux de mortalité par accident de la circulation a diminué de façon continue. En 24, on observe une légère augmentation du taux de mortalité pour les hommes. Figure 29 : Evolution du taux de mortalité par accident de la circulation, Bruxelles, Hommes 16,6 15,8 16,7 14,2 13,5 14,4 13,3 11,5 8,1 9,9 11,5 8,2 5,7 5,9 7,1 Femmes 8,5 6,6 6,8 6,6 6,8 5,4 4,4 4,2 3, 4,2 4, 2,6 3,5 2,5 2,1 n Hommes n Femmes Causes spécifiques de mortalité

34 34 Figure 3 : Taux de mortalité spécifique (TMS) et % de décès par accident de la vie privée en fonction de l âge, Bruxelles % % 15% 1% 5% % des décès % TMS hommes 2,3 2,7 6,1 11,6 8,9 25,1 32,7 66,6 382,5 TMS femmes 4,, 1,9 4,4 3, 6,1 19,8 55,4 337,1 % décès hommes 16% 11% 9% 1% 3% 3% 2% 2% 3% % décès femmes 22% % 7% 7% 2% 1% 2% 2% 3% n Hommes n Femmes Les taux de mortalité par accident domestique (lignes pleines d la figure 3) augmente fortement d les groupes d âge élevé. Ceci signifie que le risque de décéder d un accident d la sphère privée est nettement plus élevé pour les personnes très âgées (pour lesquelles les décès suite à une chute ne sont pas rares). Le poids des accidents domestiques d le total des décès (lignes pointillées d la figure 3) est par contre beaucoup plus important pour les jeunes enfants, ils représentent 1 décès sur 5 pour les moins de Causes spécifiques de mortalité

35 5. LIEU DE DÉCÈS Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale En 23 et 24, plus de la moitié (55,5 %) des décès des Bruxellois sont survenus à l hôpital. Cette proportion est plus élevée pour les hommes (59,7 %) que pour les femmes (52,1 %). Près d un quart (24,8 %) des décès sont survenus d une maison de repos et 18,4 % à la maison. La répartition des lieux de décès en fonction de l âge et du sexe est représentée d les figures 31 et 32. Figure 31 : Répartition (%) des lieux de décès en fonction de l âge, Bruxelles, 23-24, Hommes 1% 8% 6% 4% 2% % Total Autres 3,1 2,6 4, 1,2,4,1,1,6 Voie publique 4, 17,2 14,2 8,5 2,9 1,1,7,3 1,7 Maison de repos,6 1,3 4,7 9,2 17,2 31,6 15,2 Hôpital 8, 43,8 34,2 46,9 57,1 65,8 63,7 53,1 59,7 Maison privée 16, 35,9 48,4 39,3 34,1 23,4 18,3 14,9 22,9 n total Lieu de décès

36 36 Figure 32 : Répartition (%) des lieu de décès en fonction de l âge, Bruxelles, 23-24, Femmes 1% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% % Total Autres 5,,7,2,1,1,2 Voie publique 3,3 3,4 5, 6,5 1,2,3,3,1,4 Maison de repos 1,3 3,8 13,2 26,6 5,3 32,5 Hôpital 76,7 55,2 63,3 62,3 65,8 65, 58,3 4,3 52,1 Maison privée 2, 41,4 26,7 29,9 28,4 21,1 14,8 9,2 14,8 n total Lieu de décès

37 37 Figure 33 : Répartition (%) des lieux de décès selon la situation familiale, 65 et plus, Bruxelles, % 8% 6% 4% 2% % Hommes non mariés Hommes mariés Femmes non mariés Femmes mariées Autre 1,,8,3,1 Maison de repos 27,2 12,4 4,1 17,4 Hôpital 56, 65,7 47,7 64, Maison privée 15,8 21,1 11,8 18,5 n total La proportion de personnes qui décède en maison de repos augmente avec l âge et pour les femmes cette proportion est nettement plus élevée que pour les hommes d les groupe d âge élevé. Ceci peut partiellement s expliquer par le fait que plus de femmes âgées sont seules au moment du décès, étant donné leur espérance de vie plus longue que les hommes, et les personnes seules décèdent plus souvent en maison de repos que les personnes vivant en couple (figure 33) Lieu de décès

38 38 Figure 34 : Evolution du nombre de décès selon le lieu de décès par sexe pour les plus de 65, Bruxelles, Hommes Femmes Maison privée Hôpital Maison de repos Autres La figure 34 présente l évolution d le temps du nombre de décès selon le lieu de décès pour les plus de 65. Ces nombres restent relativement stables au cours des dernières années Lieu de décès

39 39 Figure 35 : Evolution du nombre de décès selon le lieu de décès par sexe pour les moins de 65, Bruxelles, Hommes Femmes Maison privée Hôpital Autres L évolution du nombre de décès selon le lieu de décès pour les moins de 65 met en évidence que la diminution de la mortalité prématurée des hommes bruxellois se traduit par une diminution des décès à l hôpital pour les hommes de moins de Lieu de décès

40 4 Figure 36 : Lieu de décès : évolution de la répartition (% de décès) par sexe pour les 65 et plus, Bruxelles, % 8% 6% 4% 2% % Hommes Femmes Autres 1,1 1,2,8 1, 1,3 1,1,7,5,6,5,4,2,4,2 Maison de repos 16,5 16,3 17,3 18,5 18,3 19,4 18,3 32,5 35,9 34,9 35,3 37, 36,4 36,6 Hôpital 61,9 61,8 61,6 61,6 59,6 6,6 62,3 53, 49,6 51,2 5,4 49,8 5,2 5,4 Maison privée 2,4 2,8 2,3 18,8 2,8 18,9 18,6 14, 14, 13,4 13,9 13, 13, 12,8 La répartition des lieux de décès est relativement stable d le temps (figures 36 en 37) Lieu de décès

41 41 Figure 37 : Lieu de décès : évolution de la répartition (% de décès) par sexe pour les moins de 65, Bruxelles, % 8% 6% 4% 2% % Hommes Femmes Autres 1,5 9,8 11,7 11,8 12, 9,7 1,9 5,7 5,6 5,8 5, 7,5 5,8 6,3 Hôpital 58,6 56,5 57,2 53,6 55,8 54,7 53,6 68, 63,8 67, 67, 61, 65,7 64,8 Maison privée 3,9 33,8 31,2 34,6 32,3 35,6 35,5 26,3 3,6 27,2 28, 31,5 28,4 28,8 Les résultats d une analyse plus approfondie du lieu de décès sont disponibles d le dossier «Vivre chez soi après 65. Atlas des besoins et des acteurs à Bruxelles» (27), Lieu de décès

42 42 6. REPÈRES MÉTHODOLOGIQUES 6.1 Taux de mortalité 6.2 Standardisation C est le rapport, pour une période donnée, du nombre de décès d une population donnée à l effectif de cette population en milieu de période [4]. Il s exprime en nombre de décès pour 1 habitants et par année. Les sources sont, pour le numérateur : le fichier des décès, constitué à partir des bulletins statistiques de décès, et pour le dénominateur les effectifs de population fournis par la Direction générale Statistique et Information économique. Le taux de mortalité prématurée est calculé en divisant le nombre de décès de personnes de moins de 65 au cours de la période étudiée par le nombre de personnes de moins de 65 d la population en milieu de période. Il s exprime en nombre de décès pour 1 habitants et par année. Le taux de mortalité par cause est calculé en divisant le nombre de décès liés à une cause donnée au cours de la période étudiée par le nombre de personnes d la population en milieu de période. Il s exprime en nombre de décès pour 1 habitants. La standardisation est une méthode qui consiste à corriger les taux pour permettre les comparaisons entre des populations dont la pyramide des âges est différente. La plupart des méthodes de standardisation utilisent une moyenne pondérée de taux spécifiques d les catégories d âge (ici, nous ne parlerons que de l âge, mais on peut standardiser de la même façon pour une série d autres caractéristiques comme le sexe par exemple). Après avoir appliqué une méthode de standardisation, on obtient des taux de mortalité standardisés selon l âge (on dit aussi ajustés). Quand on compare des taux ajustés pour l âge, les différences observées entre les taux ne peuvent être dues à des différences de structures par âge des populations. Par opposition on parle de taux brut pour les taux non standardisés. D la standardisation indirecte, on utilise les taux d une population de référence pour calculer le nombre de décès qui auraient été prévus d la population étudiée si elle avait eu les mêmes taux de mortalité par âge que la population de référence. Ceci permet ensuite de calculer le rapport (ou ratio) standardisé de mortalité (RSM ou SMR). C est ce qui a été fait d ce document d la figure 2 en prenant les femmes comme population de référence. D la standardisation directe, les taux standardisés (ajustés) sont calculés en appliquant les taux d chaque catégorie d âge de la population à une population unique de référence. La population de référence peut être choisie comme l ensemble des deux populations comparées ou comme une population extérieure. C est ce qui a été fait d ce document pour le commentaire concernant l évolution de la mortalité générale et de la mortalité prématurée depuis 199, la population de référence utilisée étant la population de l année 199. [4] En pratique d ce document l effectif de la population considérée pour la période est égal à la somme des deux populations en milieu de période, populations estimées en effectuant la moyenne du nombre de personnes en début et en fin d année Repères méthodologiques

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

Le cancer en Suisse. Santé 1182-1000. Neuchâtel, 2011

Le cancer en Suisse. Santé 1182-1000. Neuchâtel, 2011 4 Santé 8-000 Le cancer en Suisse Swiss Childhood Cancer Registry (SCCR) Schweizer Kinderkrebsregister (SKKR) Registre Suisse du Cancer de l Enfant (RSCE) Registro Svizzero dei Tumori Pediatrici (RSTP)

Plus en détail

Le panorama de la santé en France

Le panorama de la santé en France 1 Le panorama de la santé en France PACES - UE 7 Santé publique cours n 5 Dr Virginie Migeot 16 février 2010 Panorama épidémiologique? 2 Caractériser l état de santé grâce à des indicateurs de santé standardisés

Plus en détail

Les décès dus au tabac en Suisse

Les décès dus au tabac en Suisse Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 23.03.2009, 9:15 14 Santé Neuchâtel, mars 2009 Les décès dus au tabac en Suisse Estimation pour les années

Plus en détail

Morbidité et mortalité à Ottawa, 2012

Morbidité et mortalité à Ottawa, 2012 Morbidité et mortalité à Ottawa, 212 Rapport sur l état de Santé publique Ottawa Janvier 212 ottawa.ca/sante 613-58-6744 ATS : 613-58-9656 Remerciements Ce rapport a été rédigé par : Stephanie Prince,

Plus en détail

Définition La mortalité prématurée est définie comme l'ensemble des décès survenant avant l'âge de 65 ans.

Définition La mortalité prématurée est définie comme l'ensemble des décès survenant avant l'âge de 65 ans. Mortalité prématurée Définition La mortalité prématurée est définie comme l'ensemble des décès survenant avant l'âge de 65 ans. Les chiffres Sur la période 2004 à 2009, la mortalité prématurée en Wallonie

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

sur la statistiques et indicateurs Observatoire Régional de la Santé de Midi-Pyrénées

sur la statistiques et indicateurs Observatoire Régional de la Santé de Midi-Pyrénées TABLEAU DE BORD sur la statistiques et indicateurs MIDI-PYRÉNÉES - 2010 Observatoire Régional de la Santé de Midi-Pyrénées > PRÉSENTATION Ce «tableau de bord régional sur la santé en MidiPyrénées» rassemble

Plus en détail

AUTEUR. Robert Choinière Unité Connaissance-surveillance Direction Développement et programmes Institut national de santé publique du Québec

AUTEUR. Robert Choinière Unité Connaissance-surveillance Direction Développement et programmes Institut national de santé publique du Québec AUTEUR Robert Choinière Unité Connaissance-surveillance Direction Développement et programmes Institut national de santé publique du Cette étude compare le à 19 pays ainsi qu au reste du Canada. L'utilisation

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE

MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES N 12 - OCTOBRE 2003 MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE Taux brut de Mortalité (décès pour 1.000 habitants) Guadeloupe Martinique Guyane Métropole

Plus en détail

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 SOUS EMBARGO JUSQU AU mercredi 29 mai 2013, 3 h 1, HAE Mai 2013 Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 En 2013 : On estime que 48 700 nouveaux cas de cancer seront

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DU TABAC SUR LES SPORTIFS

LES CONSEQUENCES DU TABAC SUR LES SPORTIFS Faiza Mehaoui Joséphine Roose Seconde 205 LES CONSEQUENCES DU TABAC SUR LES SPORTIFS Dossier de SVT. M. Terracol Les conséquences du tabac sur les sportifs En France, le tabac fait plus de 60 000 morts

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007

Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007 N 01 octobre 2008 Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007 L année 2007 est la première année de plein exercice du contrôle médical du RSI sur l ensemble des prestations d invalidité. Avant

Plus en détail

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001

Enquête de Santé par Interview Belgique 2001 Enquête de Santé par Interview Belgique 2001 Livre 1 Méthodologie IPH/EPI REPORTS nr 2002-22 Rue de Louvain, 44 1000 Bruxelles Section d'epidémiologie Rue Juliette Wytsman, 14 1050 Bruxelles Tél : 02/642.57.94

Plus en détail

Analyse de la mortalité des sapeurs-pompiers professionnels actifs au 1 er janvier 1979

Analyse de la mortalité des sapeurs-pompiers professionnels actifs au 1 er janvier 1979 Analyse de la mortalité des sapeurs-pompiers professionnels actifs au 1 er janvier 1979 Cohorte CPRIM - Bilan scientifique de la mortalité des sapeurs-pompiers professionnels actifs au 1 er janvier 1979

Plus en détail

Registre des cancers Nord Tunisie

Registre des cancers Nord Tunisie Registre des cancers Nord Tunisie Données 1999-2003 Evolution 1994-2003 Projections à l horizon 2024 Ministère de la Santé Publique Institut Salah Azaiez Institut National de la Santé Publique Ministère

Plus en détail

La situation du cancer, quelques chiffres clés. La recherche avance, la vie progresse.

La situation du cancer, quelques chiffres clés. La recherche avance, la vie progresse. La situation du cancer, quelques chiffres clés Les candidats médicaments 375 composés en phase II, III Les classes thérapeutiques à large spectre restent privilégiées (56%) Mais l innovation se trouve

Plus en détail

Chapitre Les Affections ALD Libellé. 38- Troubles permanents du rythme et de la conductivité

Chapitre Les Affections ALD Libellé. 38- Troubles permanents du rythme et de la conductivité Chapitre Les Affections ALD Libellé 15- Insuffisance cardiaque Insuffisance ventriculaire gauche : IVG Insuffisance ventriculaire droite secondaire :IVD Troubles de la conduction (BAV complet) 38- Troubles

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B Population 1 Période N A % État de santé générale 7 Période N A Mesure B Mtl Mesure B Mtl % Écart à Tendance C Écart à Tendance C Population totale 2006 216 702 na 8 Espérance de vie Hommes 2001-2003 na

Plus en détail

Années de Vie Ajustées sur l Incapacité (AVAI) ou Disability Ajusted Life Years (DALY) Indicateur synthétique créé par l'oms et la Banque mondiale au

Années de Vie Ajustées sur l Incapacité (AVAI) ou Disability Ajusted Life Years (DALY) Indicateur synthétique créé par l'oms et la Banque mondiale au Années de Vie Ajustées sur l Incapacité (AVAI) ou Disability Ajusted Life Years (DALY) Indicateur synthétique créé par l'oms et la Banque mondiale au début des années 90 (Global burden of disease (Murray

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

Thème 7.qxp 28/02/2007 15:26 Page 1. 7 - Pathologies

Thème 7.qxp 28/02/2007 15:26 Page 1. 7 - Pathologies Thème 7.qxp 28/02/2007 15:26 Page 1 7 - Pathologies ORS - 91 - Février 2007 Thème 7.qxp 28/02/2007 15:26 Page 2 ORS - 92 - Février 2007 Fiche 7.1_01-24.qxp 28/02/2007 15:39 Page 1 LA SANTE OBSERVEE dans

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Helena Mooser Theler, Promotion Santé Valais. Le point de vue d une femme

Helena Mooser Theler, Promotion Santé Valais. Le point de vue d une femme Helena Mooser Theler, Promotion Santé Valais Le point de vue d une femme Le deuxième attribut féminin Un symbole de féminité, de beauté, et d érotisme Est importante pour l intégrité physique Est le type

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Analyse spatiale de la mortalité par cancer dans les régions Nord Pas-de-Calais, Île-de-France, Picardie et Rhône-Alpes (1991-1999)

Analyse spatiale de la mortalité par cancer dans les régions Nord Pas-de-Calais, Île-de-France, Picardie et Rhône-Alpes (1991-1999) Analyse spatiale de la mortalité par cancer dans les régions Nord Pas-de-Calais, Île-de-France, Picardie et Rhône-Alpes (1991-1999) Phase II du projet CIRCÉ (Cancer Inégalités Régionales Cantonales et

Plus en détail

PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE. Philippe Batel MD, PhD

PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE. Philippe Batel MD, PhD PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE Philippe Batel MD, PhD Les enjeux Evaluer l écart des connaissances Comprendre les résistances à la connaissance Analyser la variation des représentations

Plus en détail

Paul Roumeliotis, M.D., C.M., F.R.C.P. ( C), FAAP Médecin hygiéniste (d), Bureau de santé de l est de l Ontario Professeur auxilière de pédiatrie,

Paul Roumeliotis, M.D., C.M., F.R.C.P. ( C), FAAP Médecin hygiéniste (d), Bureau de santé de l est de l Ontario Professeur auxilière de pédiatrie, Paul Roumeliotis, M.D., C.M., F.R.C.P. ( C), FAAP Médecin hygiéniste (d), Bureau de santé de l est de l Ontario Professeur auxilière de pédiatrie, Université McGill La santé publique représente ce que

Plus en détail

Le cancer dans la Capitale-Nationale : incidence et mortalité

Le cancer dans la Capitale-Nationale : incidence et mortalité Direction régionale de santé publique Le cancer dans la Capitale-Nationale : incidence et mortalité LE CANCER DANS LA CAPITALE-NATIONALE : INCIDENCE ET MORTALITÉ Direction régionale de santé publique Agence

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

Statistiques sur les assurances collectives de l Université du Québec

Statistiques sur les assurances collectives de l Université du Québec Statistiques sur les assurances collectives de l Université du Québec 2012 Direction des relations du travail et de la rémunération globale Novembre 2013 Table des matières 1.0 Assurance accident maladie...

Plus en détail

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Partie III : Les déterminants de la santé

Partie III : Les déterminants de la santé Partie III : Les déterminants de la santé La santé de la population bruxelloise dépend de nombreux facteurs qui interviennent à des niveaux différents. Au niveau individuel, outre les facteurs génétiques,

Plus en détail

Les de. Le comportement tabagique des jeunes en province de Luxembourg. Résultats de l Enquête Tabac 2015. Synthèse. Observatoire de la Santé

Les de. Le comportement tabagique des jeunes en province de Luxembourg. Résultats de l Enquête Tabac 2015. Synthèse. Observatoire de la Santé Les de E nquêtes Santé Le comportement tabagique des jeunes en province de Luxembourg Résultats de l Enquête Tabac 15 Synthèse Assuétudes Observatoire de la Santé Rue du Carmel, 1 B-9 MARLOIE Tél. : +3

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

TARIFICATION PRIVILÉGIÉE

TARIFICATION PRIVILÉGIÉE TARIFICATION PRIVILÉGIÉE Pour Solution 10 et Solution 20 Guide des critères 2015 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Table des matières À propos du présent guide...1 Taux privilégiés...1 Disponibilité...1 Catégories

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Trois Franciliens sur quatre déclarent

Trois Franciliens sur quatre déclarent 37 Excès de consommation d alcool et tabac vont de pair En Ile-de-France, 14 % des personnes boivent tous les jours de l alcool. Un tiers des Franciliens peuvent être considérés comme des consommateurs

Plus en détail

Une répartition des décès différente selon l âge et le sexe. Figure 1 Répartition des décès par sexe et par groupes d âge en 2005 (INSERM CépiDC)

Une répartition des décès différente selon l âge et le sexe. Figure 1 Répartition des décès par sexe et par groupes d âge en 2005 (INSERM CépiDC) N 9 - Septembre 2008 Les causes de décès à La Réunion : État des lieux en 2005 et évolution La mortalité reflète les conditions de vie et d hygiène d un pays ou d une région. La nette amélioration des

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

1 ère partie : Le diagnostic de l état de santé de la population

1 ère partie : Le diagnostic de l état de santé de la population Travaux Préparatoires au Plan Stratégique Régional de Santé 1 ère partie : Le diagnostic de l état de santé de la population Version 1 1 2 AVERTISSEMENT: Cette nouvelle version du diagnostic Etat de Santé

Plus en détail

LES CANCERS DE LA VESSIE

LES CANCERS DE LA VESSIE ATLAS DE LA MORTALITÉ PAR CANCER EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ÉVOLUTION 19-2004 89 LES CANCERS DE LA VESSIE Codes CIM 8: «188» CIM 9: «188» CIM 10: «C67» EFFECTIFS DE DÉCÈS PAR CANCER DE LA VESSIE HOMMES/FEMMES

Plus en détail

Arrêter de FUMER. Pourquoi et comment?

Arrêter de FUMER. Pourquoi et comment? Arrêter de FUMER Pourquoi et comment? Par Dr. Alex Barbey Illustrations par Helbé 2010 1 Les dangers du tabac Le tabac, utilisé en Amérique, fut introduit en Europe au cours du 16 ème siècle. Il était

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 2 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Recherche des données d incidence estimée des cancers au Maroc Recherche des données

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Le cancer au Nouveau-Brunswick 2002-2006

Le cancer au Nouveau-Brunswick 2002-2006 Le cancer au Nouveau-Brunswick 2002-2006 Message des co-chefs de la direction du Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick (RCNB) Le Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick est heureux de vous offrir le Rapport

Plus en détail

La mortalité au Québec en 2001 :

La mortalité au Québec en 2001 : Une première étude, publiée en 2003, comparant les statistiques québécoises de mortalité à celles des principaux pays industrialisés, montrait que le se situait au milieu du classement pour la mortalité

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Mesure de l état de Santé de la population Item 71 ECN. ECN - Item 71 - objectifs. Introduction. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes.

Mesure de l état de Santé de la population Item 71 ECN. ECN - Item 71 - objectifs. Introduction. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Mesure de l état de Santé de la population Item 71 ECN P. Fabbro-Peray Unité d épidémiologie clinique CHU Nîmes 2009-2010 Plan du cours Item 71 ECN - Objectifs Introduction Indicateurs démographiques de

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. l'alcool

Consensus Scientifique sur. l'alcool page 1/5 Consensus Scientifique sur l'alcool Source : OMS (2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - L alcool n est pas un produit ordinaire. Il fait partie de la civilsation humaine depuis des milliers

Plus en détail

Résultats pour la Région Wallonne Contacts avec le Médecin Spécialiste Enquête de Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Région Wallonne Contacts avec le Médecin Spécialiste Enquête de Santé, Belgique, 1997 7.2.1. Introduction Les consultations ambulatoires chez un médecin spécialiste constituent en Belgique, par le fait que les soins de deuxième ligne sont directement accessibles, une part importante de

Plus en détail

I- LES RATIOS NECESSAIRES A LA DETERMINATION DES DIFFERENTS INDICATEURS

I- LES RATIOS NECESSAIRES A LA DETERMINATION DES DIFFERENTS INDICATEURS I- LES RATIOS NECESSAIRES A LA DETERMINATION DES DIFFERENTS INDICATEURS 1. nombre de lits en service durant l année 2. nombre d admissions 3. nombre de journées d hospitalisation 4. population moyenne

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine 1 Introduction : estimations OMS 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% des décès peuvent être attribués à des facteurs

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Des modèles mathématiques et statistiques pour étudier les cancers

Des modèles mathématiques et statistiques pour étudier les cancers Des modèles mathématiques et statistiques pour étudier les cancers M. Filoche Laboratoire de Physique de la Matière Condensée CNRS, Ecole Polytechnique En collaboration avec L. Schwartz, Hôpital de la

Plus en détail

Contacts avec le médecin généraliste

Contacts avec le médecin généraliste Contacts avec le médecin généraliste Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642

Plus en détail

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple Mai 2015 Territoire en synergie Planification territoriale MRC d Abitibi LES PORTRAITS DE LA MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE La démographie En 2013, la population de la MRC d Abitibi se chiffrait

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Les accidents du trport routier de voyageurs Chapitre 6 LES ACCIDENTS DU TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS En 2000, le trport routier de voyageurs est une activité où le risque d'accident de travail avec

Plus en détail

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Introduction Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) offre, à tous les deux ans, une mammographie

Plus en détail

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Généralement, les premiers sentiments amoureux et l éveil de la sexualité apparaissent à l adolescence. Ce moment

Plus en détail

CANCER ET TABAC EN AFRIQUE. Hamdi Cherif Mokhtar

CANCER ET TABAC EN AFRIQUE. Hamdi Cherif Mokhtar CANCER ET TABAC EN AFRIQUE Hamdi Cherif Mokhtar EN AFRIQUE : Transition épidémiologique: - Amorce de la transition démographique - Transformations de l environnement - Changement des modes de vie -tabagisme

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs

Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Mai 2014 Site Web sur la PSS (régions et établissements) : indicateurs Comme nous l avons annoncé dans notre bulletin du 15 avril, l ICIS prévoit lancer son nouveau site Web interactif sur les données

Plus en détail

L usage du tabac dans la région desservie par les Services de santé du Timiskaming

L usage du tabac dans la région desservie par les Services de santé du Timiskaming L usage du tabac dans la région desservie par les Services de santé du Timiskaming Publié en mai 212 Au sujet du présent rapport Introduction n Ontario, chaque demi-heure, quelqu un meurt d une maladie

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Avec plus de 29 000 en 2007, le revenu net imposable moyen des habitants du Sud de l Oise est le

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines Etude de mortalité et d incidence des cancers autour du site de Soulaines B.VACQUIER Séminaire Environnement / Santé de l ANCCLI et de l IRSN 15 novembre 2012 Contexte Mise en place d un centre de stockage

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

Atlas nord-américain Texte méthodologique

Atlas nord-américain Texte méthodologique Atlas nord-américain Texte méthodologique Dans ce volet du Santéscope, les indicateurs de mortalité du Québec sont comparés à ceux des 9 autres provinces canadiennes et des 50 États américains et portent

Plus en détail

Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives*

Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives* Estimation de l incidence départementale des cancers à partir de données médico-administratives* Z Uhry 1, L Remontet 2, A Rogel 1, N Mitton 3,4, N Bossard 2, M Colonna 3,4 A Belot 1,2, P Grosclaude 4,

Plus en détail

vous guider enquête AGRICAN [ AGRIculture et CANcer ] Juin 2011 n Premiers résultats

vous guider enquête AGRICAN [ AGRIculture et CANcer ] Juin 2011 n Premiers résultats vous guider Particuliers Partenaires enquête AGRICAN [ AGRIculture et CANcer ] Juin 2011 n Premiers résultats Pour contacter l équipe Agrican Par téléphone : du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Épreuves du concours

Épreuves du concours Épreuves du concours 1. Quelle est l épreuve écrite d admissibilité? 2. Quelle est l épreuve orale d admission? 3. Quel est le programme des épreuves? Les épreuves de sélection du concours d entrée en

Plus en détail

CONCEPTION DES TABLEAUX ET FIGURES MISE EN PAGE

CONCEPTION DES TABLEAUX ET FIGURES MISE EN PAGE AUTEURS Jean-Marc Daigle Unité programmes de dépistage, génétique et lutte au cancer Direction systèmes de soins et politiques publiques Institut national de santé publique du Québec Michel Beaupré Direction

Plus en détail

Méthodologie utilisée

Méthodologie utilisée Dossier spécial Juillet 2010 La carte d identité du de la mutualité Exploitation par le CEREQ des DADS 2007 L Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité (OEMM) a poursuivi son travail de collaboration

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

Les effets de la fumée sur le corps

Les effets de la fumée sur le corps Fiche pédagogique Thème : Tabac, cannabis Niveau : Ecole (CM2), collège (5 ème ) Durée : 30 Les effets de la fumée sur le corps Personnes ressources : Enseignant de SVT, Infirmier scolaire, CESC l Référence

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais La représentation de la maladie, des risques et de la santé de chacun, c est-à-dire de la perception

Plus en détail

La fumée du tabac tue Protégez-vous!

La fumée du tabac tue Protégez-vous! La fumée du tabac tue Protégez-vous! Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Mai 2011 Le tabac tue plus de 5 millions de personnes par an. Le tabac est la deuxième cause de décès évitable dans

Plus en détail

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées.

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées. Brochure Wine in moderation Le vin: la culture de la modération La production et la consommation de vin font partie du patrimoine européen depuis des millénaires. L Union européenne est le plus grand producteur,

Plus en détail

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr La participation de votre enfant à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Esteban est une nouvelle étude nationale qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l exposition à certaines substances de

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

La population étudiante à Lyon. Eléments de cadrage Source Insee RP 2010 (moyenne 2008-2012)

La population étudiante à Lyon. Eléments de cadrage Source Insee RP 2010 (moyenne 2008-2012) La population étudiante à Lyon Eléments de cadrage Source Insee RP 2010 (moyenne 2008-2012) 1 Eléments de contextualisation générale : l ensemble de la population lyonnaise Répartition de la population

Plus en détail

SENSIBILISATION ALCOOL

SENSIBILISATION ALCOOL SENSIBILISATION ALCOOL PLACE DE L ALCOOL DANS L HISTOIRE DANS LA RELIGION DANS LA GASTRONOMIE DANS LA CULTURE DANS L ECONOMIE LA CONSOMMATION D ALCOOL DES FRANCAIS 14 % des Français sont des consommateurs

Plus en détail

Indicateurs de mortalité «prématurée» et «évitable» Collection Documents

Indicateurs de mortalité «prématurée» et «évitable» Collection Documents Indicateurs de mortalité «prématurée» et «évitable» Collection Documents Avril 2013 Indicateurs de mortalité «prématurée» et «évitable» Ce rapport a pour objectif de contribuer à la définition des indicateurs

Plus en détail

SITUATION DE L ABSENTÉISME POUR CAUSE DE MALADIE EN 2009

SITUATION DE L ABSENTÉISME POUR CAUSE DE MALADIE EN 2009 SITUATION DE L ABSENTÉISME POUR CAUSE DE MALADIE EN 2009 SALARIÉS DU SECTEUR PRIVÉ Analyse de l absentéisme Méthodologie 1. Champs étudiés Sont retenues toutes les occupations de tous les salariés du secteur

Plus en détail

Indicateurs de la santé Numéro 2 Septembre 2011

Indicateurs de la santé Numéro 2 Septembre 2011 Indicateurs de la santé Numéro 2 Septembre 2011 Le présent numéro est le deuxième d une série de bulletins d information publiés par le Bureau du médecin-hygiéniste en chef sur les indicateurs de la santé

Plus en détail

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie.

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Mahnane A. Hamdi Cherif M. Registre du Cancer de Sétif. Laboratoire Santé Environnement des Hauts Plateaux Sétifiens. INTRODUCTION Le cancer du sein est le cancer

Plus en détail