La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC"

Transcription

1 La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant sur des outils permettant notamment de gérer la complexité et les interfaces entre des interventions relevant de responsables et de maîtres d ouvrage multiples. Parallèlement au management financier et à la gestion de la qualité du projet dans sa traduction en opérations, la gestion temporelle des interfaces est indispensable. Définir l enchaînement optimal des tâches, assurer la tenue des délais, anticiper les risques de dérapage : tels sont les enjeux auquel répond la logique de l OPC urbain (ou OPCU) dont la pratique est en rapide émergence depuis le lancement des projets de rénovation urbaine. Sur les 115 projets passés en Comité d Engagement, plus des 3/5ème ont prévu, sous différentes appellations une démarches correspondant aux finalités de l OPCU ; plus de la moitié de ceux-ci en ont lancé l appel d offre ou la réalisation de telles missions en interne. La présente note de synthèse développe les premiers enseignements de l étude en cours lancée par l ANRU et la CDC sur l OPC urbain et sa place dans la conduite des projets de rénovation urbaine. Elle s adresse en priorité aux porteurs et directeurs de projet, aux délégués territoriaux de l Agence ainsi qu à l ensemble des partenaires locaux concernés. Elle vise à appréhender les objectifs et les modalités de cette démarche dont l ANRU souhaite encourager la mise en œuvre. Cette étude débouchera sur l édition d un guide qui paraîtra à la rentrée Le document aborde successivement les aspects suivants : I Pourquoi et comment lancer une mission d OPC urbain II Contenu et déroulement III Modalités de commande et de réalisation des missions IV Déontologie et suivi OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

2 I Pourquoi et comment lancer une mission d OPC urbain Un outil essentiel pour tenir les délais et maîtriser les risques I 1 Qu est ce qu un OPC urbain Sa nature : c est un dispositif de «gestion de projet» qui s inscrit en appui de la direction de projet dans l ensemble de la «conduite de projet» (ou «management de projet» : maîtrise du temps, de la qualité et des coûts) mis en place par le porteur de projet qu est la collectivité locale. L OPCU cible particulièrement la dimension temporelle. Ses finalités : il s agit de mettre en œuvre un programme par la maîtrise d un planning, l optimisation du rôle de chacun des maîtres d ouvrage et la gestion des interfaces entre un ensemble d opérations interdépendantes. Son positionnement : c est un outil de la «direction de projet», qui contribue à l efficacité de sa conduite opérationnelle. I 2 Dans quels cas faut-il un OPC urbain Dans tous les projets de rénovation urbaine, il y a un impératif d efficacité dans l action et dans le temps, l anticipation et le suivi temporel du projet sont incontournables. L OPC urbain n aura toutefois pas la même importance et le même contenu selon l ampleur et la complexité du projet. Ainsi, dans les cas de projets simples et d opérations très indépendantes (pas de chemin critique), le «noyau dur» de l OPCU pourrait être internalisé par la direction de projet et développé de façon minimum (planning prévisionnel simplifié et mises à jour assez espacées). I 3 A quel moment convient-il de lancer l OPC urbain Il est intéressant de se poser la question le plus tôt possible, car ce type de mission peut s avérer utile dès le stade de la finalisation du dossier ANRU, afin de vérifier la faisabilité des opérations et des conditions de réalisation du programme dans son ensemble ainsi que de faciliter l instruction et l engagement du dossier. Il n est toutefois pas toujours évident de définir la mission à un stade très amont, d où l intérêt de l option qui consiste à mettre en place une première mission dès le stade de la finalisation du projet et du dépôt du dossier à l ANRU afin d optimiser l opérationnalité du programme et de faciliter le lancement des procédures, voire des premières actions, puis de lancer un OPC urbain complet pour le développement de la phase opérationnelle du projet. Une AMO courte pourrait permettre de préparer le cahier des charges visant à la mise en œuvre de l OPCU. I 4 Qui passe commande de l OPCU et pilote la mission Le porteur de projet, par l intermédiaire de son représentant, le directeur (ou chef) de projet, est maître d ouvrage. La qualité de la direction de projet est une condition de réussite essentielle de la mission d OPCU. C est donc la collectivité locale (commune ou EPCI) qui passe la commande, ou le cas échéant, la structure ad hoc, mise en place pour le pilotage du projet (à l exemple d un GIP, chargé de la conduite opérationnelle du projet). Il convient de définir le positionnement de l OPCU de façon à éviter la confusion des rôles, notamment lorsque les dimensions stratégiques et opérationnelles de la conduite de projet sont réparties entre plusieurs entités (par exemple, entre les services de la ville et un GIP, ou OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

3 entre ceux d une instance d agglomération et ceux des communes) ; la mission d OPCU devra être adaptée à chaque contexte organisationnel local. Les maîtres d ouvrage doivent être associés à la préparation et à la mise en œuvre de la mission, ce qui peut aller, dans certains cas, jusqu à la création d un groupement de commande. Dans tous les cas, il importe que la définition de la mission et l élaboration du cahier des charges se fassent en concertation avec l ensemble des maîtres d ouvrage concernés par le projet. I 5 Quels sont les critères de choix du contenu de l OPCU Ils sont, d une part, objectifs et constatables à partir de données quantitatives: Ampleur du projet (coût, nombre d opérations, durée ) Complexité du projet (nombre de maîtres d ouvrage, diversification des opérations ) Ils sont, d autre part, contextuels et nécessitent une analyse approfondie par ou avec partenaires locaux : Interdépendances ou autonomie des opérations Moyens et expériences de la direction de projet Nature et moyens des maîtres d ouvrages; habitudes de coordination mutuelle Imbrication de procédures (ANRU, URBAN ) Qualité du partenariat et degré d intégration du management de projet global Existence d une procédure d aménagement et intervention d opérateurs (concessions, mandats ) OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

4 II Contenu et déroulement Des missions à définir au cas par cas, selon le contexte de chaque projet II 1 Le champ de la mission La mission aura un périmètre plus ou moins étendu selon: Qu elle porte, ou non, sur un projet global au delà du programme contractualisé avec l ANRU Qu elle porte, ou non, sur l ensemble des composantes de ce projet global (Urbain/ Social/ Economique), sur le projet ANRU y compris son accompagnement social (GUP/ Concertation/ Relogements/ Clause d insertion dans les marchés ), ou strictement sur les opérations physiques du projet ANRU Son contenu sera variable selon : Qu elle porte sur la durée totale de la convention pluriannuelle ou sur une période plus courte Qu elle intègre des tâches relevant de la conduite stratégique du projet (assistance à maîtrise d ouvrage) Qu elle intègre d autres tâches relevant de la gestion opérationnelles (apport d outils et d expertises ) On distinguera donc : Un noyau dur : planning, mise à jour, tableau de bord, reporting, dispositif d alerte Des options et développements possibles : expertises et aide à la décision, cartographie du phasage, base de données, intranet, management financier, dispositif de suivi du relogement, planification coordonnée des chantiers II 2 Le noyau dur Identification des opérations (maîtres d ouvrage, caractéristiques techniques et financières, procédures) et constitution de fiches par opération Repérage des contraintes et des interfaces, constitution d un planning opérationnel (si besoin décliné par domaine ou secteur géographique) Identification des risques et des points de suivi particulier, conception d un dispositif d alerte, élaboration des documents de reporting Définition d un process de recueil de données, relances, mises à jour, revues de projet (ou comité de coordination) et management du dispositif pendant la durée du projet ; articulation avec la gestion financière, la gestion de la qualité, le système d information général. II 3 Les options et les développements possibles Certains éléments de mission développent la dimension de la «conduite générale» de projet : Structuration du projet global et de son organisation Animation et administration, voire management du projet global (en assistance ou en délégation) Dans certains cas, la mission d OPC urbain peut être regroupée avec d autres missions de la direction de projet (gestion des instances de coordination et de pilotage, finalisation du programme opérationnel ), voire intégrer le portage du directeur de projet lui-même OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

5 Dispositif d alerte, comportant des modalités particulières permettant de suivre et d anticiper les séquences ou événements porteurs de risques (notamment en matière de respect des délais et des coûts), intégration de conseils Réalisation de toutes analyses, expertises, assistance aux maîtres d ouvrage aboutissant à la proposition de solutions permettant le déblocage des situations Dispositif de gestion financière, intégré à l OPCU, comportant les outils de suivi et de gestion des engagements et paiements D autres développent des aspects plus techniques : Constitution d une base de données (à partir des fiches d opération, régulièrement mises à jour) soit dédiée à l OPCU, soit étendue à l ensemble de la gestion du projet Cartographie par quartier, secteur complexe et/ou par phase opérationnelle, permettant de visualiser l état d avancement et les enchaînements de tâches Mise en place d un extranet collaboratif ou autre système visant à améliorer la communication et la coopération entre les partenaires,) soit dédiée à l OPCU, soit étendue à l ensemble de la gestion du projet Planification de chantier permettant sur les secteurs concernés de programmer et de coordonner les installations de chantier, les interfaces avec la circulation, l accès, le fonctionnement des commerces, les périmètres de sécurité, le quotidien de la GUP Apport d expertise (management, technique, juridique ) permettant au porteur de projet de bénéficier de conseils, notamment en fonction des questions que la démarche d OPCU aura mises en évidence II 4 L articulation avec les maîtres d ouvrage La démarche d OPCU implique un échange d information régulier, fluide et fiable avec tous les maîtres d ouvrages. Chaque opérateur fournit et valide les informations le concernant (l OPC ne s engage pas à sa place); en retour, il reçoit les documents de synthèse produits et bénéficie de tout apport issu de la démarche d OPC (état d avancement de l ensemble des programmes, identification des risques, informations diverses ). Le travail de l OPCU ne se substitue pas aux maîtres d ouvrage pour le pilotage et les coordinations internes d opération ou un dispositif inter-bailleurs (sauf exception à la demande d un maître d ouvrage intervenant selon différentes composantes ou à plusieurs titres) ; la bonne organisation interne de chaque maître d ouvrage est un facteur de réussite de la mission d OPCU. En cas de présence d un aménageur intervenant dans le cadre d une concession et/ou de procédures de type ZAC, l utilité de la mission d OPC urbain n est pas remise en cause (le positionnement du comité de pilotage et celui de l aménageur n étant pas confondus, même si la convention d aménagement couvre la totalité du périmètre) mais celle ci devra être adaptée dans son contenu et ses modalités. II 5 L articulation avec d autres missions de la conduite de projet En cas de mission de maîtrise d œuvre urbaine ou d architecte- urbaniste conseil, il convient de prévoir les limites et coordinations entre les intervenants (par exemple, l urbaniste doit fournir à l OPCU la mise à jour régulière du plan guide du projet) Sauf lorsque le dispositif de gestion financière est intégré à l OPCU, il faut prévoir l articulation pour toutes les informations de nature financières et veiller, le cas échéant, à l unicité de la saisie d information (unicité de la base de donnée ou connexion organisée entre les systèmes), il en est de même si un sytème d information général est déjà en place. OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

6 Si un dispositif d évaluation «in itinere» est prévu, l OPCU peut contribuer à l alimenter par des données relatives au suivi opérationnel du projet ; Il convient alors de prévoir le transfert des informations concernées, voire d ajouter dans la mission d OPCU la collecte de certaines données utiles à l évaluation, sachant que ces missions, de natures différentes doivent rester distinctes. De façon générale, les autres missions d AMO pourront nécessiter une coordination avec celle d OPC urbain II 6 Les étapes de la mission d OPC urbain Le temps de la mise en place du dispositif Identification des opérations à engager Analyse des enchaînements conditionnels Etablissement du premier planning Constitution des outils de reporting et du dispositif d alerte Définition des procédures (environ 3 à 4 mois) On doit veiller à ne pas sous-estimer le temps nécessaire, afin que le prestataire puisse prendre connaissance du projet et que la construction du dispositif se fasse dans de bonnes conditions Le temps du pilotage du dispositif La période de rodage (environ 8 à 9 mois) La période de croisière (les 3 ou 4 années restantes) Le temps du bilan OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

7 III Modalités de commande et de réalisation des missions Des points de repère et des questions à traiter avant de lancer la mission III 1 Comment organiser l OPCU : mission interne ou externalisée L OPC urbain nécessite une compétence professionnelle qui s appuie sur des outils et méthodes adaptés ; Ceux-ci ne sont pas toujours acquis, disponibles ou mobilisables en interne par le porteur de projet. Par ailleurs, le jeu d acteurs local ne permet pas toujours l instauration de la neutralité et de la transparence nécessaires. Une mission externalisée permet l apport de ce savoir-faire mais aussi le bénéficie de l intervention d un acteur externe et indépendant du partenariat local. C est l option choisie dans nombre de cas (notamment dans les cas de projet de grande ampleur). Une mission internalisée peut avoir l avantage de contribuer à la qualification des équipes locales, notamment si ce choix s inscrit dans une démarche managériale globale de la collectivité concernée et, si les moyens humains et techniques sont dégagés et si ce positionnement est bien accepté par les partenaires. Dans cette seconde situation (ainsi que pour des projets simples et de petite taille), il est intéressant de faire appel à un prestataire pour la mise en place des outils et le rodage de la méthode avant de passer le témoin aux équipes du porteur de projet. III 2 Les coûts Sur les 100 premiers projets engagés à l ANRU, le budget prévisionnel moyen de l OPCU est de 450 k sur la durée de la convention. Les coûts varient fortement selon l ampleur du projet, l étendue des missions, l intégration ou non de la phase de pilotage du dispositif: on observe des montants de commande externe allant de 50 k, pour des missions limitées à la mise en place des outils sur des projets d importance moyenne, à des enveloppes d environ 1M pour des missions d OPCU portant sur toute la durée de mise en œuvre d un projet très complexe et lourd à l échelle d une agglomération. Il convient de bien dimensionner le budget, notamment, prévoir que la phase de mise en place et de rodage est nécessairement plus lourde et plus onéreuse que celle du pilotage, pour une durée équivalente ; il convient également de bien faire la part de ce qui est demandé au prestataire et de ce qui reste à la charge de la direction de projet ou d autres prestataires (que ce soit pour le recueil de données, l administration du dispositif, ou l aide à la décision) et de fournir toutes les informations permettant de mesurer l ampleur et la complexité du projet ; on a pu constater un nombre fréquent d appels d offre infructueux. Il est par ailleurs inopportun de se lancer dans des missions trop lourdes et trop complexes par rapport au projet et la capacité de mobilisation des partenaires. III 3 Les moyens humains : chef de mission, équipe L efficacité d une mission d OPC urbain nécessite de désigner ou de demander au prestataire de mettre en place un chef de mission, interlocuteur principal de la maîtrise d ouvrage, régulièrement présent sur place selon un planning à convenir. L équipe de mission externalisée pourra comporter en outre un responsable du planning, des experts sur la méthode ou sur le fond, un superviseur. OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

8 Si tout ou partie de la mission est menée en interne, le rôle de chacun doit être défini sous l autorité du directeur de projet (désignation d un responsable technique, rôle des chefs de projet par quartier ou secteur ). III 4 Les outils mis en œuvre Documentation de projet : Excel, Word Dont base de donnée: Acces Dont cartographie : Autocad, Map info, Illustrator Planning : MS Project, Visual planning III 5 Les modalité du pilotage La périodicité de mise à jour est en général de 1 à 2 mois (un rythme soutenu (mensuel, voire bimensuel) peut être nécessaire au démarrage et pour le suivi de certains secteurs sensibles. Des mises à jour partielles peuvent avoir lieu dans les groupes de travail ou comités partiels plus fréquents. La fréquence des revues de projets peut être identique, (notamment en phase de démarrage), mais, le plus souvent, elle sera moindre (compte tenu de la lourdeur), plutôt de l ordre de 3 à 4 mois maximum. Le dispositif doit s inscrire dans les calendriers de réunion de comité technique et de comité de pilotage du projet déjà existant. Il convient de procéder par «remontée» (comité de suivi par secteur et/ou thématique, comité technique, comité de pilotage politique). III 6 Modalités de commande, selon diverses options La durée de la mission peut être adaptée aux caractéristiques du projet (4 ou 5 ans pour des missions de mise en place et de pilotage ; 1 à 2 ans pour des missions de mise en place avec rodage du dispositif puis passage de relais à la direction de projet. Le respect des seuils implique le plus souvent un appel d offre (AO). Toutefois la nature de la mission rend possible l usage du marché négocié, à condition de le justifier, ce qui permet notamment de rencontrer les équipes avant décision. Il peut être intéressant de distinguer une tranche ferme (mise en place des actions de l OPCU) et une tranche conditionnelle (le pilotage), ou bien de prévoir des missions distinctes successives (surtout si l OPC urbain démarre très en amont) ou dès lors que la collectivité locale n écarte pas la possibilité de changer de prestataire. Si la collectivité locale prévoit une mission longue, la difficulté principale est de savoir comment procéder aux adaptations dans le temps (limite de l usage de l avenant) ; l emploi des marchés à bon de commande n est en général pas adapté, on examinera plutôt la possibilité de la procédure des accords cadres. Une mission de conseil amont (AMO) permet de bien préparer les choses et d éviter de mal s engager. OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

9 IV Déontologie et suivi Une pratique encouragée par l ANRU et ses partenaires IV 1 Déontologie et responsabilité de l OPC urbain L OPCU doit assurer la fiabilité de l information relative aux contraintes et aux délais (garantie de technicité, obligation de transparence). Il ne s engage pas pour autant sur leur respect qui est de la responsabilité des différents maîtres d ouvrage. Il ne se substitue pas aux responsabilités des OPC d opérations, mais facilite leur exercice par sa connaissance globale et ses alertes quant aux interfaces. Son professionnalisme lui impose toutefois une obligation de vérification du réalisme des délais déclarés, de mise en évidence des incohérences et d identification de facteurs de risques possibles. Ces principes doivent être indiqués dans le CCTP (si mission externe) et dans une charte de service (si mission interne) et devront se traduire concrètement (justifications des délais, indicateurs de résultat ). IV 2 Promotion des démarches d OPC urbain Dans les conditions précitées, l ANRU et la CDC encouragent le développement des pratiques d OPC urbain En cofinançant avec les collectivités locales les missions internes ou externes qui répondent aux principes ci-dessus (Cf règlement RGA) En conseillant et cofinançant, avec les collectivités locales, si besoin les AMO amont (Cf RGA) Par une action professionnelle adaptée à une pratique encore émergente (publication d un guide, de fiches techniques et d exemples, réunions professionnelles d échange et d information avec les directeurs de projets, opérateurs et prestataires) L ANRU et la CDC veillent à la qualité des démarches d OPC urbain Lors de l instruction des dossiers (examen local, réunion technique des partenaires financiers de l ANRU, comité d engagement de l ANRU) A l occasion des revues de projet auxquelles l ANRU participe, (direction générale et/ou délégués territoriaux) En informant et formant les chargés de mission et délégués territoriaux de l Agence, ainsi que les DR CDC En procédant régulièrement à des évaluations des pratiques d OPC urbain OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

10 CONCLUSION : quelques points d attention pour les porteurs de projet Prendre en compte tant l ampleur et la complexité du projet, que sa nature et le contexte local Evaluer sa propre capacité à piloter une mission externalisée (éviter une prestation trop complexe, des outils trop sophistiqués et incompatibles avec ceux qui existent localement) S interroger et se concerter le plus en amont possible, se renseigner et prendre conseil (ANRU, CDC, autres collectivités locales, experts ) OPCU- Rapport remis par la SCET-SCO- E Baunard - 21mars

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

CAHIER des CRITERES QUALITE de L ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE à la VALIDATION des ACQUIS de L EXPERIENCE (VAE)

CAHIER des CRITERES QUALITE de L ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE à la VALIDATION des ACQUIS de L EXPERIENCE (VAE) CAHIER des CRITERES QUALITE de L ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE à la VALIDATION des ACQUIS de L EXPERIENCE (VAE) Préambule La loi de Modernisation sociale du 17 janvier 2002 permet à tout individu disposant

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Le Référentiel Management/Encadrement

Le Référentiel Management/Encadrement répertoire des métiers Le Référentiel Management/Encadrement Le management/encadrement est vu comme une fonction transversale liée à l organisation et à l ensemble des familles professionnelles. Le référentiel

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

ANALYSE ARCHITECTURALE DE LA FONCTIONNALITE DE PROJETS IMMOBILIERS DU CHAMP SANITAIRE ET MEDICO-SOCIAL EN FRANCHE-COMTE

ANALYSE ARCHITECTURALE DE LA FONCTIONNALITE DE PROJETS IMMOBILIERS DU CHAMP SANITAIRE ET MEDICO-SOCIAL EN FRANCHE-COMTE MARCHE PUBLIC A PROCEDURE ADAPTEE ARS FRANCHE-COMTE N ARSFC-2014-04 ANALYSE ARCHITECTURALE DE LA FONCTIONNALITE DE PROJETS IMMOBILIERS DU CHAMP SANITAIRE ET MEDICO-SOCIAL EN FRANCHE-COMTE CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE)

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) Le maître d oeuvre (ou maîtrise d oeuvre, notée MOE) est l entité chargée par le maître de l ouvrage (client) de concevoir le bâtiment à construire ou à rénover selon

Plus en détail

Point d étape Note méthodologique

Point d étape Note méthodologique Point d étape Note méthodologique Avril 2008 Avril 2008 SOMMAIRE... Préambule : Enjeux et objectifs des points d étape... 4 Partie 1 : Réalisation des points d étape pour les projets de rénovation urbaine

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement 14 12 28 10 PIBA offre une gamme cohérente de savoirs faire en assistance à Maîtrise d Ouvrage, en Maîtrise d Ouvrage Déléguée ainsi qu en Pilotage

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 0. Préambule THESAME centre de ressources de la région Rhône-Alpes,

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000 Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01 Manuel Qualité Préambule La note ci jointe décrit les engagements de la société vis-à-vis des procédures

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

dans le cadre de l ordonnance 2005-649

dans le cadre de l ordonnance 2005-649 APPEL A PROPOSITION 2015 dans le cadre de l ordonnance 2005-649 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics FORMATION QUALIFIANTE Assistant(e)

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape )

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil QUALITE - ORGANISATION - CHANGEMENT Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil - 2007-33, Rue Vivienne 75 002 Paris - 01 47 33 03 12 Présentation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Chargé(e) de prestations comptables

Chargé(e) de prestations comptables Code fiche BUD001 Chargé(e) de prestations comptables Définition synthétique de l emploi-type Assure la gestion opérationnelle des actes d exécution de la dépense, des recettes non fiscales et de gestion

Plus en détail

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises»

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cf. Note de cadrage PLIE pour l année 2015 1 ORIENTATION GENERALE L'intégration à l'emploi est un des axes prioritaires énoncés

Plus en détail

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine 185000 habitants Val-de-Marne Dans le cadre de la montée en charge de la CASA Recrute par voie de mise à disposition

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS

CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS CAHIER DES CHARGES, APPEL D OFFRES PRESTATION MISE EN RELATION AVEC LES ENTREPRISES TOUS PUBLICS PLAINE COMMUNE LE PLIE Service bénéficiaire : le PLIE, représenté par son directeur. 87, Avenue Aristide

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Sélection des experts de l'aeres

Sélection des experts de l'aeres Sélection des experts de l'aeres Les missions dévolues à l AERES par le législateur requièrent l intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité

Plus en détail

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA INRA Versailles-Grignon Service de la Formation Permanente Contacts : Françoise BOUDET-BÖNE Responsable formation

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES CBRH Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines CBRH : Paie et administration du personnel Activité GPEC : Compétences et carrière / Entretien / Formation IDR Contrôle de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing CAHIER DES CHARGES Consultation d experts en Communication et en Webmarketing N 1 : Juin 2013 Date de publication : 11/06/2013 Date de clôture des candidatures : 25/06/2013 à 12h00 Le présent cahier des

Plus en détail

Logement social : Gestion sociale de chantiers en site occupé. Proposition d intervention

Logement social : Gestion sociale de chantiers en site occupé. Proposition d intervention Lauriane Dahan Nathalie Gaudant Lucille Gicquel Consultantes Accompagnatrices de projets http://www.etymon.fr/les-projets/sosten-projets/ Logement social : Gestion sociale de chantiers en site occupé Proposition

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Assistance à maîtrise d ouvrage pour le choix d un nouveau système de synchronisation

Assistance à maîtrise d ouvrage pour le choix d un nouveau système de synchronisation Assistance à maîtrise d ouvrage pour le choix d un nouveau système de synchronisation Cahier des charges Page 1 sur 6 Sommaire 1. Objectif et contexte de la consultation 3 1.1. Objectif de la consultation

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PRESENTATION HISTORIQUE: La société PIBA (Projets, Ingénierie, Bâtiments et Aménagement) est une filiale du bureau d études IBAU) dédiée aux métiers

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH

Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH I.Vous accompagner au pilotage métier de projet Le pilotage métier est le levier de sécurisation du projet de refonte SIRH. Avec Magn Ulteam, conjuguez

Plus en détail

Mut u ua u li l s i atio i n o n de d l a l F o F r o matio i n Boîte à outils 2012

Mut u ua u li l s i atio i n o n de d l a l F o F r o matio i n Boîte à outils 2012 Mutualisation de la Formation Boîte à outils 2012 La Mutualisation de la Formation De quoi s'agit-il? se regrouper pour concevoir et/ou participer à des actions de formations communesentre structures différentes

Plus en détail

ORGANISATION DES REVUES DE PROJET Note méthodologique

ORGANISATION DES REVUES DE PROJET Note méthodologique ORGANISATION DES REVUES DE PROJET Note méthodologique I. PRINCIPES GENERAUX...2 L intérêt et le caractère de l intervention...2 Objectifs et apports de la revue de projet...2 Le rythme des revues de projet...3

Plus en détail

L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA

L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA 14 décembre 2011 L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA Le groupe AREVA a transmis à l autorité de sûreté nucléaire (ASN), en janvier 2010, un rapport

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011 Mission Audit Interne et Inspection Equipe AGC CAHIER DES CHARGES FORMATION Auditeurs internes : formation 2011 1. Présentation de l Inra L Inra (Institut national de la recherche agronomique), premier

Plus en détail

SEMMARIS. Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS. 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00

SEMMARIS. Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS. 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00 SEMMARIS Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00 Consultation pour le cadrage du projet de Marketplace du Marché International

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

LA CONDUITE DE PROJETS DE RENOVATION URBAINE

LA CONDUITE DE PROJETS DE RENOVATION URBAINE 1 LA CONDUITE DE PROJETS DE RENOVATION URBAINE Financement de l ingénierie par l ANRU et la Caisse des Dépôts et Consignations L Agence distingue trois niveaux dans la conduite d un projet : Le pilotage

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L ANI

LES CONSEQUENCES DE L ANI LES CONSEQUENCES DE L ANI Chantier : connaissance des conséquences de l ANI sur les mutuelles Les conséquences de l ANI sur chaque mutuelle seront différentes selon son marché ou son positionnement. Il

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

GESTION DE PROJETS Coûts délais. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1

GESTION DE PROJETS Coûts délais. 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Coûts délais 05/09/2007 V2.0 Gestion de Projets T. Fricheteau 1 GESTION DE PROJETS Plan du cours: - Définitions, - Maîtrise des coûts et délais, - Gestion de l équipe projet, - Comité

Plus en détail

VISUBAT Votre partenaire BIM

VISUBAT Votre partenaire BIM VISUBAT Votre partenaire BIM MODÉLISATION BIM - AUDIT DE STRUCTURE - BIM MANAGER - BIM COORDINATEUR - AMO BIM - ACCOMPAGNEMENT des entreprises - MISE À NIVEAU de projets - SERVICE D ANALYSE du modele BIM

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA offre une gamme cohérente de savoirs faire en assistance à Maîtrise d Ouvrage, en Maîtrise d Ouvrage Déléguée ainsi qu en pilotage de projets.

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Les épreuves professionnelles du BTS Communication

Les épreuves professionnelles du BTS Communication Les épreuves professionnelles du BTS Communication EPREUVE E4 COEFFICIENT 4 Contrôle continu (CCF) + Oral EPREUVE E6 COEFFICIENT 4 Contrôle continu (CCF) + Oral EPREUVE E5 COEFFICIENT 4 Ecrit EPREUVES

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail