Chapitre 3. Les systèmes d information et la stratégie des organisations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 3. Les systèmes d information et la stratégie des organisations"

Transcription

1 d d Chapitre 3 Les systèmes d information et la stratégie des organisations Objectifs pédagogiques Identifier et décrire les principales caractéristiques des organisations que les managers doivent connaître pour participer utilement aux décisions concernant les systèmes d information et à leurs usages pertinents pour leurs entreprises. Évaluer les effets des systèmes d information sur les performances et les trajectoires des organisations. Évaluer la manière dont les systèmes d information supportent les activités des managers dans les organisations. Analyser la manière dont les systèmes d information sont capables de supporter les stratégies et leurs variations, et peuvent ainsi accroître durablement l avantage concurrentiel. Évaluer les défis managériaux que posent les systèmes d information stratégiques et les solutions de gestion. Moët & Chandon : un SI qui évolue pour accompagner les mutations et le développement de l entreprise Fondée par Claude Moët à Épernay en 1743, la société française Moët & Chandon est spécialisée dans la production et la vente de champagne. Pour répondre aux besoins d une clientèle de plus en plus large et exigeante, ce champagne s exportait dès 1750 en Grande-Bretagne, puis en Allemagne, en Espagne et en Russie. Ce produit de luxe mondialement célèbre n a depuis cessé d évoluer, tant sur le plan du conditionnement que de l enrichissement de la palette des goûts proposés aux clients. L insertion de cette entreprise dans la mondialisation des échanges est donc dans les gènes de cette grande entreprise. Produit à partir du vignoble appartenant très majoritairement à la société Moët, situé principalement autour d Épernay (plus de 700 ha et près de collaborateurs), ce champagne est reconnu mondialement comme un produit de luxe, associé aux moments festifs de la vie familiale et sociale. Le domaine est quant à lui devenu une attraction touristique grâce à ses magnifiques caves ancestrales qui s étendent sur 28 km, creusées dans le sous-sol crayeux, et ses installations qui mobilisent les technologies les plus sophistiquées.

2 76 Partie I Organisations, management et systèmes d information L activité vins et spiritueux représente un chiffre d affaires de plus de 2,740 MD en 2009 contre 3,226 MD en 2007, CA réalisé une par dizaine de filiales spécialisées dans la distribution partout dans le monde (Europe, États-Unis, Asie). Au sein de cet ensemble, les champagnes et vins représentent 1,148 MD en Toujours en 2009, 11,1 millions de bouteilles ont été expédiées en France et 35,4 millions à destination de l étranger. Dans son rapport d activités de cette même année, face à une conjoncture plus morose, le groupe affirme poursuivre deux objectifs : consolider ses positions sur les marchés traditionnels et gagner des parts de marché dans les pays émergents. Grâce à cette politique très orientée «marketing» depuis ses origines, Moët & Chandon est l une des plus prestigieuses entreprises du groupe LVMH (groupe mondial qui regroupe des marques de luxe, telles que Louis Vuitton ou Dior). La société doit cette position concurrentielle avantageuse aux différentes actions marketing, ainsi qu au développement de l informatique au sein du groupe. Comme le confirme Frédéric Zeimett, responsable des systèmes informatiques de Moët & Chandon, «l ensemble des outils informatiques participe aujourd hui à la renommée du champagne Moët & Chandon. [ ] Leur mise en place a un coût, que nous estimons à environ 0,15 centime d euro par bouteille de champagne vendue». Cet indicateur économique, qui relie le coût du SI à l unité «métier» de l entreprise, souligne l intérêt majeur du SI dans les opérations et le développement stratégique de l entreprise. Le premier cahier des charges informatique de Moët & Chandon a vu le jour en Il s agissait d une application capable d automatiser les traitements administratifs liés à la paie et à la comptabilité. Depuis, les applications de gestion (gestion des stocks, gestion commerciale, comptabilité) n ont cessé d évoluer. Dans les années 1970, Moët a été l une des premières entreprises dotées de l un des réseaux téléinformatiques les plus avancés au monde (ordinateurs IBM 370, terminaux IBM 3270, protocole réseau IBM SNA), permettant l accès à un portefeuille très étendu d applications développées spécifiquement par des équipes d analystes-programmeurs «maison». Ces applications alimentaient des bases de données hiérarchiques (de type DL/1 d IBM). Cette organisation était orchestrée par une puissante direction informatique interne. En 2000, l entreprise a opéré un changement majeur. Analysant les défis concurrentiels à venir, les dirigeants ont estimé qu ils devaient disposer d un système de gestion informatisée plus transversal, privilégiant la qualité et la rapidité des services rendus par le SI aux utilisateurs, non seulement internes mais surtout externes, c est-à-dire les clients. Priorité a été donnée au management de la synchronisation des grandes catégories de flux : les matières et les produits, les fonds, les informations. Les dirigeants, qui y voyaient en outre la potentialité d un pilotage global plus transparent et plus réactif, ont alors opéré le choix stratégique de l ERP. Après une longue étude comparative de plusieurs ERP, l entreprise a choisi, notamment sur la base de la richesse fonctionnelle du progiciel allemand, d implémenter le SAP/R3. Le recours à une solution bâtie sur un ERP a été une révolution culturelle pour les utilisateurs et les informaticiens, habitués à travailler ensemble pour concevoir et utiliser des solutions applicatives basées sur des logiciels maison. Avec l ERP, la priorité a été donnée aux flux transversaux en vue d améliorer la performance des processus et le partage des données opérationnelles entre les acteurs, qu ils se trouvent dans une vigne, une cave, les laboratoires, les réseaux de distribution ou les services de gestion. Les travaux de paramétrage de l ERP ont donc été menés en privilégiant le tandem fluidité/cohérence. Les changements dans de nombreux processus ont provoqué d importantes réorganisations internes. La révolution a donc été également organisationnelle. Pour renforcer ses infrastructures technologiques et les adapter aux exigences des nouveaux outils (notamment l ERP SAP/R3), l entreprise a installé une plateforme technique basée sur des serveurs Risc 6000 sous UNIX. Cette combinaison a succédé au mainframe IBM 3090 sous MVS, sur lequel reposait l intégralité du système informatique de la société.

3 Chapitre 3 Les systèmes d informationet la stratégie des organisations 77 Moët & Chandon ne s est pas contenté d utiliser les modules applicatifs de l ERP SAP/R3 pour les applications de gestion ; c est d ailleurs toute l originalité de son système d information. Les dirigeants ont décidé d implémenter plusieurs progiciels complémentaires pour répondre à des besoins très spécifiques de leur métier, tels que l assistance au travail de la vigne et la préparation au travail des œnologues. Afin de gérer le patrimoine foncier de la société (700 ha de vignes constitués d environ un millier de parcelles) et suivre son évolution, les responsables ont décidé d implémenter dès 1997 une solution de gestion informatisée du cadastre parcellaire. Dotée d un outil graphique et s appuyant sur des photos prises par satellite de l ensemble du vignoble, cette solution permettait non seulement aux chefs de secteur de maîtriser l avancement des campagnes viticoles, mais aussi d alimenter une base documentaire qui fournissait aux œnologues des données pour la traçabilité et l analyse de la relation entre le vin et les terroirs d où provenaient les raisins. Depuis plusieurs années, à partir des données collectées au cours des campagnes viticoles, la société a mis en place une application informatique qui définit, pour chaque parcelle, la date optimale des vendanges et qui anticipe le rendement attendu. Cet outil permet de gérer l activité des travailleurs temporaires pendant les quelques semaines de vendange : affectation dans les parcelles et données de préparation de la paie. D autres outils informatiques sont utilisés, pour notamment faciliter le suivi des travaux de pressurage et l édition de documents légaux liés à la production d alcool, le suivi du processus de vinification et de la mise en bouteille. Le SI est ainsi profondément lié aux activités du cœur du métier de Moët & Chandon ; il est même présent dans les bulles du champagne. À l aide d un logiciel de vision assistée par ordinateur, et d un système de caméras qui améliore la compréhension du phénomène de la mousse, les chercheurs sont en mesure d étudier scientifiquement le comportement des bulles de champagne. Afin de promouvoir son image de marque, ses valeurs et ses produits dans le monde entier, l entreprise a profité des technologies multimédias et a développé un site Web (www.moet. com). Ce site est doté d une architecture souple et sophistiquée, ouverte à une grande diversité de supports (textes et images fixes et animées). Afin d optimiser la navigabilité et l ergonomie, Moët & Chandon a développé son site grâce aux innovations technologiques proposées par Macromedia (société spécialisée dans la communication Web, la production vidéo professionnelle et qui propose des conseils, des techniques et des ressources aux développeurs) : la gestion du streaming des médias pour permettre la lecture de l écran sans attendre l achèvement de la totalité du téléchargement. Ce site est à l image de l entreprise et de son SI : mettre en valeur un produit de luxe issu d un terroir et d une tradition séculaires, que servent des collaborateurs qui savent mobiliser toutes les technologies modernes quand c est utile et pertinent, tant au plan opérationnel que stratégique. Matière à réflexion : Quels sont les éléments permettant d identifier les liens entre SI et stratégie de l organisation? De quelle nature sont-ils? En quoi le SI contribue-t-il à l efficience des opérations viticoles, industrielles, administratives et commerciales courantes? Sources : Rapport d activités 2009 Le Monde informatique, «Moët & Chandon : l informatique au service des bulles», n 834, 01/01/2000 Computer Channel, «SAP/R3 : introduction générale», 10/1998.

4 78 Partie I Organisations, management et systèmes d information Le cas Moët & Chandon illustre l interdépendance entre les environnements de l entreprise, la culture organisationnelle, la stratégie de gestion et le développement des systèmes d information. Cette entreprise a mobilisé différents types de SI au fil des ans dans le but d améliorer l efficacité du service et des opérations, mais la réussite de ces systèmes ne pouvait être assurée sans de nombreux changements organisationnels et managériaux, et pas seulement technologiques. Ce chapitre aborde les relations entre les organisations, la gestion, les systèmes d information et la stratégie de l entreprise. Il analyse les caractéristiques des organisations, le rôle du management en étudiant l influence que les systèmes exercent sur ces organisations, et la contribution des SI au maintien ou à l accroissement de l avantage concurrentiel. 1 Organisations et systèmes d information Les interactions entre les SI et les organisations sont très complexes et influencées par plusieurs facteurs, notamment la structure organisationnelle, les processus opérationnels, les politiques, les cultures (celles des dirigeants, celles des lieux où les activités s exercent, etc.), l environnement et les décisions prises par le management (voir figure 3.1). Organisations Facteurs intervenants Environnement Cultures Structure Procédures standard d opération Processus de l entreprise Politiques Décisions de gestion SI Figure 3.1 Interrelation entre les organisations et les SI. En tant que manager, vous aurez à intervenir dans les décisions, les mises en œuvre et les usages des SI. Dans les entreprises, il n est pas toujours possible d anticiper certains changements consécutifs à des investissements dans les SI, ce qui peut entraîner des effets inattendus. Par exemple, il y a seulement 10 ans, qui aurait imaginé que de nombreux managers seraient inondés par plus de 200 messages électroniques par jour, y compris lorsqu ils ont rejoint leur domicile privé?

5 Chapitre 3 Les systèmes d informationet la stratégie des organisations Définitions d une organisation Une organisation est une structure sociale plus ou moins stable et formelle, qui puise des ressources dans l environnement, puis qui transforme le capital et le travail en produits et services au moyen d un processus de production (voir figure 3.2) pour les adresser à des prospects et clients solvables. Plus stables qu un groupe informel sur le plan de la longévité et du degré de conformité à une routine, les entreprises sont des entités légales qui doivent respecter les lois et qui sont dotées d un ensemble de règles et de procédures internes. Dans une perspective dite «comportementale», l organisation est un ensemble de droits, de privilèges, d obligations et de responsabilités qui peut atteindre un équilibre, toujours précaire, à condition de savoir résoudre positivement les conflits économiques ou sociaux auxquels elle est confrontée. Les collaborateurs engagés dans les opérations quotidiennes y appliquent généralement des méthodes de travail préalablement établies. Organisations Entrées provenant de l environnement Sorties dirigées vers l environnement Processus de production Figure 3.2 Définition microéconomique de l organisation. Quel est le lien entre ces définitions des organisations et les SI? Dans une perspective technique, l introduction de nouvelles technologies aurait pour conséquence de changer les modalités techniques du processus de transformation des entrées en sorties. Dans une perspective comportementale, la construction de nouveaux systèmes d information ou la rénovation des systèmes en place est beaucoup plus complexe qu une simple restructuration technique. Certains systèmes d information influent sur l équilibre entre les droits, les privilèges, les obligations, les responsabilités et les sentiments des différentes parties prenantes internes mais aussi externes. C est notamment le cas lorsqu une part significative des travaux réalisés en totalité par des salariés est transférée, totalement ou partiellement, à des tiers externes, via un extranet par exemple. Parmi les caractéristiques organisationnelles, certaines sont communes à toutes les organisations, d autres sont spécifiques à une organisation car associées à sa culture, son histoire ou encore son secteur d activités.

6 80 Partie I Organisations, management et systèmes d information 1.2 Caractéristiques communes des organisations À première vue, les sociétés Carrefour, Renault et Air France ont peu de points communs avec la préfecture de l Oise, la mairie de Lyon ou le ministère de la Justice, et pourtant À certains égards, toutes les organisations modernes partagent les caractéristiques énumérées dans le tableau 3.1. Dès 1911, le sociologue allemand Max Weber a décrit ces caractéristiques «idéales et typiques» des organisations, qu il qualifiait de «bureaucraties» possédant certaines caractéristiques «structurales». Tableau 3.1 : Caractéristiques structurelles de toute organisation Division nette du travail Hiérarchie Règles et procédures explicites Jugements impartiaux Qualifications techniques nécessaires pour accéder aux divers postes Efficacité organisationnelle maximale Selon Weber, les bureaucraties modernes sont caractérisées par une spécialisation et une division nette du travail. Elles engagent ou forment des individus qui possèdent des talents précis. L autorité et le travail sont régis par des règles et des procédures abstraites (nommées «procédures standard d opération»), que l on interprète et que l on applique à des cas précis. Ces règles engendrent un système de prise de décision formel et apparemment rationnel, selon lequel tous les membres doivent être traités équitablement. L organisation en elle-même est dirigée en vertu du principe d efficacité : elle doit maximiser ses sorties tout en minimisant ses entrées. Selon Weber, la popularité de ces organisations provient du fait qu elles constituent la forme organisationnelle la plus efficace. Routines et processus de l entreprise Les routines (ou «procédures standard d opération») sont des règles, des procédures et des pratiques mises au point pour faire face aux situations prévisibles. Avec le temps, les collaborateurs apprennent et maîtrisent ces routines. Si celles-ci sont fiables et adaptées aux exigences opérationnelles, les personnels deviennent plus productifs et efficaces en les appliquant ; il en résulte un effet positif sur l efficience et la robustesse organisationnelles. Par exemple, lorsque vous allez chez le médecin, la secrétaire utilise un ensemble de routines pour recueillir les renseignements vous concernant ; les infirmières en disposent également pour préparer votre rencontre avec un médecin, qui utilisera lui aussi un ensemble de routines pour établir son diagnostic. Les «processus de l entreprise» (voir chapitres 1 et 2) sont une combinaison de routines ; l entreprise est elle-même une combinaison plus ou moins bien synchronisée de processus

7 Chapitre 3 Les systèmes d informationet la stratégie des organisations 81 (voir figure 3.3). En les analysant, on comprend clairement comment une organisation fonctionne et quels changements opérer pour la rendre plus efficiente et efficace, notamment par le recours au couplage réorganisation/si. Processus 1 Routines, processus d affaires et entreprises Processus 2 Routines individuelles Processus 3 Entreprise Processus N Figure 3.3 Routines, processus et entreprises. Politiques organisationnelles Dans une organisation, les individus occupent divers postes avec des spécialités, des préoccupations et des perspectives différentes. Par conséquent, il est normal que leurs points de vue diffèrent sur la manière dont il convient de gérer les ressources, la rémunération et les sanctions. Il en découle des tensions, des rivalités et des conflits internes. Savoir identifier et traiter ces difficultés est une compétence managériale nécessaire pour mener à bien des transformations organisationnelles en particulier dans le cas du développement de nouveaux systèmes d information.

8 82 Partie I Organisations, management et systèmes d information Culture organisationnelle La culture organisationnelle est l ensemble des postulats fondamentaux qui portent sur les produits à fabriquer, sur les modes de fonctionnement à définir et à observer, sur les processus de fabrication à adopter et sur la clientèle à servir et à satisfaire. Ces postulats sont en général faiblement remis en question (Schein, 1985), de même que les processus de l entreprise eux aussi fortement ancrés dans la culture organisationnelle. Vous pouvez observer l effet de la culture organisationnelle dans votre université ou votre école. Voici certains postulats immuables sur lesquels se fonde la vie universitaire : les professeurs ont plus de connaissances que les étudiants ; les étudiants fréquentent l université pour apprendre ; les cours respectent un horaire régulier. La culture organisationnelle est une puissante force de cohésion, qui limite les conflits politiques et promeut la compréhension mutuelle, les ententes sur les procédures et les pratiques communes. Tout projet incluant une innovation technique menaçant la culture organisationnelle rencontrera une forte résistance. Dans ce cas, l adoption de la technologie sera retardée en attendant de devenir culturellement acceptable. 1.3 Caractéristiques uniques des organisations Bien que toutes les organisations partagent certaines caractéristiques communes, aucune n est identique à l autre. Elles ont chacune leurs propres structures, objectifs, clientèle, styles de leadership, tâches et sphères d activité. Les différents types d organisations Les entreprises se distinguent principalement les unes des autres par leur structure ou par leur forme. Mintzberg a classé ces différences (voir tableau 3.2) selon cinq types d organisations. Tableau 3.2 : Structures organisationnelles Type d organisation Description Exemple Structure entrepreneuriale Appareil bureaucratique Bureaucratie divisionnaire Jeune et petite entreprise exploitée dans un environnement en rapide évolution. Elle est dotée d une structure simple et est gérée par un entrepreneur qui en est le seul dirigeant. Bureaucratie qui évolue dans un environnement qui change lentement et qui fabrique des produits standard. Elle est dirigée par une équipe de cadres centralisée et fonctionne en vertu d un processus décisionnel centralisé. Combinaison de plusieurs structures bureaucratiques, fabriquant chacune des produits ou des services différents, et toutes dirigées à partir d un siège social central. Petite entreprise en démarrage Entreprise de fabrication de taille moyenne Sociétés du CAC 40, comme L Oréal ou Total

9 Chapitre 3 Les systèmes d informationet la stratégie des organisations 83 Type d organisation Description Exemple Bureaucratie professionnelle Structure ad hoc Organisation fondée sur l expérience et le savoir de professionnels, dont les produits et les services dépendent. Elle est dirigée par des directeurs ou des chefs de service ; l autorité centrale est faible. Organisation constituée de groupes de travail, capable de réagir en fonction d environnements qui évoluent rapidement. Elle est constituée de grands groupes de spécialistes, organisés en équipes multidisciplinaires, dont le mandat est de courte durée. L administration centrale est faible. Cabinet d avocats, établissements scolaires, hôpitaux Cabinets d experts-conseils Les systèmes d information présents dans une entreprise et la nature des problèmes liés à ces systèmes sont souvent le reflet du type d organisation auquel elle appartient. Par exemple, dans une bureaucratie professionnelle comme celle d un hôpital, il n est pas rare de trouver des systèmes parallèles de gestion des dossiers médicaux, dont un est exploité par l administration, un autre par les médecins et un autre par le personnel professionnel, tel que le personnel paramédical et les travailleurs sociaux. Cette diversité et cette hétérogénéité existent sous des formes diverses dans les différents types d organisations, depuis les PME-PMI jusqu aux grandes entreprises. Les organisations et leur environnement Il existe une interaction entre les organisations et leur environnement. D une part, elles dépendent du milieu social et physique qui les entoure. Elles ont besoin des ressources financières et de la légitimité institutionnelle (ensemble des lois qui régissent leur fonctionnement) fournies par les établissements extérieurs et les pouvoirs publics. Les clients occupent une place importante dans leur environnement, tout comme le savoir et la technologie produits par d autres acteurs et achetés par l organisation sous la forme d une main-d œuvre qualifiée ou d éléments d actifs de connaissances pures (comme les bases de données et autres flux d informations). D autre part, les organisations agissent sur leur environnement. Elles peuvent former des alliances influant sur le processus politique qui régit un marché donné sur une période donnée ; cette pratique dite du «lobbying» leur permet souvent de modifier l environnement fiscal et réglementaire pour l adapter à leurs souhaits. De plus, elles recourent à la publicité afin que leurs produits soient mieux connus, désirés et acceptés par leurs clients. Les SI sont des outils clés pour la veille environnementale, car ils aident les managers à cerner les changements extérieurs qui pourraient exiger une réaction de la part de l organisation (voir figure 3.4). En général, les environnements évoluent plus rapidement que les organisations. En constante évolution, les nouvelles technologies, les nouveaux produits, de même que les préférences des consommateurs exercent des pressions sur la culture et les politiques d une entreprise. L inertie inhérente aux procédures opérationnelles standard, les conflits politiques liés aux changements dans l ordre existant et les menaces sur les valeurs culturelles de l organisation

10 84 Partie I Organisations, management et systèmes d information liées à ces transformations freinent, voire empêchent la réalisation de changements significatifs. Il s agit peut-être là d un des facteurs expliquant, pour une large part, que moins de 10 % des 500 sociétés évaluées par Fortune en 1919 existent encore aujourd hui. L organisation et son environnement Ressources et contraintes environnementales L entreprise Gouvernements Concurrents Clients Établissements financiers Cultures Connaissances Technologie Systèmes d information Figure 3.4 L organisation et son environnement. Autres différences entre les organisations En outre, les organisations sont au service de groupes ou de clientèles différentes ; certaines servent d abord leurs membres et d autres leurs clients, leurs actionnaires ou le public. La nature du leadership diffère largement d une organisation à une autre (certaines sont plus participatives ou autoritaires). Elles se différencient également par les tâches plus ou moins routinières qu elles exécutent, ainsi que les technologies et les dispositifs de support qu elles utilisent. Comme l illustre le tableau 3.3, les caractéristiques singulières des organisations sont plus nombreuses que celles qui leur sont communes. Pour concevoir et gérer avec efficacité des systèmes d information, un manager prendra en compte les spécificités durablement positives de l organisation. Tableau 3.3 : Résumé des principales caractéristiques des organisations Caractéristiques communes Structure formelle Routines Politiques Caractéristiques uniques Type d organisation Environnements Objectifs

11 Chapitre 3 Les systèmes d informationet la stratégie des organisations 85 Caractéristiques communes Culture Caractéristiques uniques Pouvoir Groupes d intérêt Fonction Leadership Tâches Technologie 1.4 Organisation de la fonction «systèmes d information» Classiquement, l entité organisationnelle en charge du management des systèmes d information est appelée «direction des systèmes d information» (DSI) ou IS Department. Elle est responsable des activités et des métiers qui assurent la continuité du service opérationnel fourni par les SI, ainsi que ses évolutions en regard des besoins et des projets de l organisation. Sur le plan technique, cela inclut les infrastructures informatiques de l entreprise. Nous décrivons en détail l infrastructure des SI au chapitre 5. La DSI est dirigée par le directeur des systèmes d information (ou CIO, Chief Information Officer). Elle est constituée de spécialistes en développement et maintenance des logiciels (chefs de projet, analystes, programmeurs ), en exploitation des plateformes et réseaux, et en support aux utilisateurs ou help desk (voir figure 3.5). De plus, des sociétés extérieures (consultants, SSII ou sociétés de services et d ingénierie informatique) interviennent de manière croissante, à côté des traditionnels fournisseurs d équipements matériels et des éditeurs de progiciels. L ORGANISATION Cadres supérieurs Principales directions métier Direction des systèmes d information Infrastructure des TI Matériels centraux et locaux Logiciels système, outils et applicatifs Données Réseaux locaux et étendus Spécialistes en systèmes d information DSI (CIO) Chefs de projet Analystes Programmeurs Spécialistes de réseaux Administrateurs de base de données Spécialistes du support aux utilisateurs Figure 3.5 Fonction des systèmes d information.

12 86 Partie I Organisations, management et systèmes d information Les utilisateurs clés (ou key users) sont les représentants des métiers ou des services utilisateurs (ventes, logistique, finances ). Ils jouent un rôle de plus en plus important dans les choix de conception, l élaboration et la mise en œuvre des aspects fonctionnels des systèmes d information. Ces utilisateurs ne sont pas forcément les managers hiérarchiquement en charge de la fonction ou du processus concerné. Par le passé, les entreprises développaient souvent elles-mêmes leurs logiciels et géraient leurs propres installations informatiques. Aujourd hui, un nombre croissant d entre elles se tournent vers des prestataires spécialisés pour obtenir tout ou partie de ces services. La DSI gère ces relations technico-contractuelles. 2 Comment les systèmes d information impactent-ils les organisations et les entreprises commerciales Les systèmes d information sont devenus des outils interactifs de consolidation accessibles en ligne. Ils jouent un rôle majeur dans les opérations quotidiennes permanentes (24 heures sur 24 et 365 jours par an) et dans la prise de décision pour les moyennes et grandes entreprises, mais aussi, de plus en plus souvent, pour les PME-PMI. Ces 20 dernières années, les systèmes d information ont profondément modifié l économie des entreprises et ont aussi multiplié les possibilités d organisation du travail. Des théories et des concepts empruntés à l économie et à la sociologie permettent de comprendre les changements apportés par les systèmes et les technologies de l information. 2.1 Impacts économiques D un point de vue économique, les technologies de l information modifient à la fois les coûts d investissement relatifs et les coûts d information. On peut envisager les technologies relatives aux systèmes d information comme un facteur de production susceptible de remplacer tout ou partie des capitaux et de la main-d œuvre traditionnels. Le coût des technologies composant les systèmes d information étant en baisse à capacité constante, elles remplacent peu à peu la main-d œuvre en charge d activités routinières, main-d œuvre dont les coûts directs élevés sont fréquemment mis en avant comme pénalisants dans les analyses comparatives de coûts. À volume d activités constant, le nombre de cadres moyens et d employés administratifs devrait par conséquent tendanciellement continuer à diminuer, puisque les systèmes et technologies de l information peuvent partiellement, voire totalement, prendre en charge les tâches qu ils effectuent (Laudon, 1990). La théorie des coûts de transaction Les technologies de l information affectent les coûts et la qualité de l information et modifient son économie. Elles aident les entreprises à limiter leur taille, afin qu elles réduisent leurs coûts de transaction (coûts engagés lorsqu une entreprise achète sur le marché ce qu elle ne peut produire elle-même). Selon la théorie des coûts de transaction, les entreprises et les personnes cherchent à réaliser des économies sur ces coûts de transaction de la

13 Chapitre 3 Les systèmes d informationet la stratégie des organisations 87 même manière que sur les coûts de production. Avoir recours au marché coûte cher (Coase, 1937 ; Williamson, 1985) en raison des dépenses qui en découlent : repérage et communication avec des fournisseurs lointains, suivi du respect des contrats, assurances, recherche d information sur les produits, etc. Le recours aux systèmes et technologies de l information, et tout particulièrement l utilisation des réseaux, peut aider les entreprises à faire baisser le coût du recours aux ressources disponibles sur le marché (coûts de transaction). En termes de stricte comparaison de coûts à un instant t, il devient plus rentable de passer des contrats avec des fournisseurs externes que d utiliser des ressources internes. Il est par conséquent possible de diminuer la taille des entreprises (nombre de salariés), car externaliser un travail antérieurement réalisé en interne vers un marché compétitif peut revenir beaucoup moins cher que de recruter, de former et de gérer du personnel. Voici un exemple : lié par des échanges informatisés à des fournisseurs externes, Renault peut réaliser des économies en faisant produire plus de 70 % de ses pièces à l extérieur. Les SI permettent à des entreprises telles que Cisco Systems et Dell d externaliser leur production chez des sous-traitants comme Flextronics au lieu de fabriquer leurs produits elles-mêmes. Néanmoins, ce type de décision doit également s évaluer dans la durée et en termes d impacts stratégiques. La figure 3.6 montre qu au fur et à mesure que les coûts de transaction baissent, la taille des entreprises (nombre d employés) devrait baisser elle aussi, puisqu il devient de plus en plus accessible et de moins en moins coûteux pour l entreprise de faire appel à des sous-traitants plutôt que de fabriquer le produit ou de proposer le service elle-même. La taille des entreprises peut rester stable ou diminuer même si les recettes augmentent. Par exemple, quand Eastman Chemical Company s est séparée de Kodak en 1994, elle totalisait 3,3 milliards de dollars de recettes et salariés à plein temps. En 2009, elle a généré 5 milliards de recettes avec seulement salariés. La théorie de l agence Les technologies de l information contribuent également à réduire les coûts de management internes. Selon la théorie de l agence, l entreprise peut être perçue comme un «nœud de contrats» entre différentes personnes plutôt que comme une entité cherchant à réaliser le maximum de profits (Jensen et Meckling, 1976). Un «principal» (donneur d ordre) emploie des «agents» (employés) pour qu ils effectuent des tâches en son nom. Toutefois, les agents doivent faire l objet de contrôles constants, faute de quoi, selon cette théorie, ils auront tendance à privilégier leurs propres intérêts plutôt que ceux de leur donneur d ordre. Les coûts d agence ou de coordination augmentent proportionnellement à la taille et à l étendue de l entreprise, car les donneurs d ordre doivent consacrer de plus en plus d énergie pour la surveillance et de management des employés. L application de cette vision théorique dans les organisations a mené à un usage extensif des notions de client interne et de fournisseur interne pour structurer les relations internes entre les services et fonctions de l entreprise.

14 88 Partie I Organisations, management et systèmes d information 0Taille de l entreprise Coûts de transaction Figure 3.6 Théorie des coûts de transaction appliquée à l impact des technologies de l information sur les entreprises. Jusqu à récemment, les entreprises augmentaient leur taille pour réduire leurs coûts de transaction. Les technologies de l information réduisent les coûts de transaction pour une taille donnée. Ils offrent ainsi des possibilités de croissance des revenus sans augmenter et même parfois en réduisant la taille de l entreprise. Les technologies de l information, en réduisant les coûts d acquisition et d analyse de l information, permettent aux entreprises de réduire les coûts d agence. En effet, il devient plus facile pour les managers de coordonner voire de surveiller les activités d un plus grand nombre d employés. La figure 3.7 montre qu en réduisant les coûts généraux de management, les technologies de l information aident les entreprises à augmenter leur chiffre tout en réduisant le nombre de leurs cadres moyens et des employés administratifs. 0Taille de l entreprise Coûts d agence Figure 3.7 Théorie des coûts d agence appliquée à l impact des technologies de l information sur les entreprises.

15 Chapitre 3 Les systèmes d informationet la stratégie des organisations 89 Jusqu à récemment, une entreprise dont la taille et la complexité augmentaient subissait aussi une augmentation de ses coûts d agence. Le recours intensif et extensif aux systèmes et technologies de l information a permis d accroître le nombre d employés sous la responsabilité d un seul manager, ce qui a favorisé la réduction des coûts généraux de management (coûts d agence). Comme le management opérationnel est plus productif, les entreprises ont la possibilité de limiter le nombre de managers tout en augmentant leurs marges. Puisque les systèmes et technologies de l information peuvent contribuer à réduire à la fois les coûts d agence et les coûts de transaction pour les entreprises, on peut s attendre à ce que leur taille diminue au fil du temps étant donné qu elles investissent de plus en plus de capitaux dans ces systèmes et technologies de l information. Avec le temps, le nombre de managers devrait diminuer et le revenu par employé devrait augmenter. Cette vision doit néanmoins intégrer que des effets de seuil peuvent exister dans une telle approche et que de telles tendances ne peuvent s extrapoler à l infini. 2.2 Impacts organisationnels et comportementaux Les théories abordées dans la sociologie des entreprises complexes donnent des clés pour comprendre comment et pourquoi la mise en œuvre de nouvelles applications informatisées transforme les entreprises. Technologies de l information et horizontalisation des entreprises Les grandes entreprises très bureaucratiques, apparues pour la plupart avant l essor de l informatique, se révèlent souvent faiblement efficientes, peu réactives au changement et moins compétitives que les entreprises créées plus récemment. Certaines de ces grandes entreprises ont diminué leur taille, réduit le nombre de leurs employés et d échelons dans leur structure hiérarchique. Plusieurs chercheurs en sciences comportementales ont élaboré des théories selon lesquelles les systèmes et technologies de l information prennent part à une horizontalisation des hiérarchies en étendant la distribution de l information et les moyens de contrôle sur les personnels et les opérations. Le but est de donner plus d autonomie d exécution opérationnelle aux employés des niveaux inférieurs et d augmenter l efficience du management (voir figure 3.8). Les employés des échelons inférieurs reçoivent les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions opérationnelles sans être contraints d en référer à un échelon supérieur avant chaque opération. Pour certains chercheurs, une telle organisation aboutira à une remise en cause des pouvoirs au profit des salariés situés aux échelons les plus bas de l organigramme. Sur ce point, les résultats sont pour le moins contrastés. Les SI peuvent contribuer à réduire le nombre de niveaux hiérarchiques d une entreprise en donnant aux managers les informations dont ils ont besoin pour gérer un plus grand dans la prise de décision.

16 90 Partie I Organisations, management et systèmes d information Une entreprise dont le système hiérarchique traditionnel compte de nombreux niveaux Une entreprise où l on a réduit le nombre de niveaux hiérarchiques Figure 3.8 Horizontaliser la hiérarchie des entreprises. Ces changements sont le signe que le champ d application du management s est élargi. Les managers de haut niveau gèrent et contrôlent un plus grand nombre de collaborateurs éparpillés sur de nombreux sites distants. Beaucoup d entreprises se sont par conséquent séparées de plusieurs milliers de leurs cadres moyens concomitamment à ces changements. Entreprises postindustrielles Les théories de l ère postindustrielle se fondent plus que l économie sur l histoire et la sociologie. Elles défendent elles aussi l idée que les technologies de l information devraient amener à une horizontalisation des hiérarchies. L autorité s appuie alors de plus en plus sur la connaissance et les compétences, et non plus seulement sur l ordre hiérarchique. On observe ainsi que la hiérarchie d un nombre croissant d entreprises s horizontalise. Selon certains chercheurs, les salariés ont tendance à gérer eux-mêmes leur propre management et la prise de décision se décentralise progressivement puisque les connaissances et l information circulent plus librement dans toute l entreprise (Drucker, 1988). Les systèmes et technologies de l information peuvent encourager les entreprises fonctionnant avec des groupes de travail en réseau dans lesquels des professionnels se rassemblent (en face en face ou virtuellement à l aide des technologies comme les vidéoconférences par exemple) pour des occasions ponctuelles mais aussi dans des collaborations plus longues

17 Chapitre 3 Les systèmes d informationet la stratégie des organisations 91 jusqu à l accomplissement d un projet spécifique ; il peut s agir notamment de concevoir un nouveau produit. Une fois la tâche achevée, ces personnes rejoignent d autres groupes de travail. Accenture, une société internationale de conseil en gestion, constitue une bonne illustration. Elle ne possède pas de siège social ni de filiales. La plupart de ses salariés se déplacent de site en site pour travailler sur des projets clients dans 49 pays différents. Mais alors, qui s assure que les équipes autonomes ne font pas mauvaise route? Qui nomme les personnes qui vont travailler sur tel ou tel projet et qui décide de la durée de la mission? Comment les managers peuvent-ils évaluer les performances de quelqu un qui passe continuellement d une équipe à une autre? Comment les personnes gèrent-elles leur carrière? De nouvelles méthodes d évaluation, d organisation et d information des employés sont nécessaires. Il faut ajouter que le travail virtuel ne convient pas à toutes les situations ni à toutes les entreprises. Comprendre les résistances organisationnelles au changement Les systèmes d information sont indissociables de la politique organisationnelle car chacun exerce une influence sur une ressource clé tenant en un mot : l information. Les SI peuvent influencer qui fait quoi, pour qui, quand, où et comment dans l ensemble de l entreprise. Nombreux sont les nouveaux systèmes d information qui contraignent à changer ses habitudes et ses façons de faire. Les personnes concernées vivent parfois douloureusement ces nouvelles exigences qui requièrent des efforts supplémentaires dont la justification et la reconnaissance sont parfois difficilement perceptibles, même si des formations d accompagnement sont proposées. supplémentaires qui ne seront pas forcément reconnus. Les SI peuvent potentiellement transformer la structure, la culture, les processus métier et la stratégie d une entreprise. C est la raison pour laquelle on observe souvent une forte et compréhensible résistance lorsqu ils sont introduits. On peut représenter cette résistance organisationnelle de diverses façons. Leavitt (1965) a utilisé un schéma en forme de losange pour illustrer la manière dont les technologies et l entreprise sont étroitement liées et s ajustent l une à l autre (voir figure 3.9). On voit ici que les changements de technologie sont absorbés, détournés et mis à mal par l organisation des tâches, les structures et les personnes. Dans ce modèle, la seule manière de rendre possible le changement consiste à modifier simultanément les systèmes d information, les tâches, la structure et les comportements des personnes. D autres auteurs ont évoqué le besoin de «dégeler» les entreprises avant d y introduire une innovation, de mettre cette dernière en place rapidement, puis de «recongeler» ou d institutionnaliser le changement effectué (Alter et Ginzberg, 1978 ; Kolb, 1970). La résistance au changement peut être si puissante que des investissements technologiques finissent par s embourber et n augmentent pas la productivité, voire la dégradent. Des recherches sur la mise en œuvre de projets démontrent en effet que la raison la plus couramment évoquée pour expliquer que les projets n atteignent pas leurs objectifs n est pas l échec d une technologie, mais la résistance organisationnelle et politique au changement. Le chapitre 13 traite plus en profondeur ce problème.

18 92 Partie I Organisations, management et systèmes d information Tâche Technologies Ressources humaines Structure Figure 3.9 Résistance organisationnelle et relation d ajustement entre technologie et entreprise. La mise en œuvre des systèmes d information a des répercussions sur l organisation des tâches, les structures et les personnes. Ce modèle indique que, pour réussir, le changement doit s appliquer simultanément à ces quatre éléments. Source : D après Leavitt (1965). En tant que manager responsable de futurs investissements en systèmes et technologies de l information, votre capacité à travailler avec les personnes et les organisations est donc tout aussi importante que vos connaissances techniques. 2.3 Internet et les entreprises Internet, et plus particulièrement le Web, a un impact considérable sur les relations entre les entreprises et les entités externes, mais aussi sur l organisation des processus métier à l intérieur d une entreprise. Internet peut améliorer très massivement la disponibilité, le stockage et la distribution de l information et des connaissances. Il est par essence capable de faire baisser de manière considérable les coûts d agence et de transaction que supportent un grand nombre d entreprises. Par exemple, les sociétés de courtage et les banques peuvent à présent transmettre leur guide des procédures internes aux employés travaillant à distance. Il leur suffit de les déposer sur le site de l entreprise, ce qui induit une économie de plusieurs millions d euros en frais postaux. Les équipes de vente internationales peuvent recevoir quasi instantanément les mises à jour des tarifs produits via l intranet ou les instructions envoyées par par le management. Les vendeurs des plus grands distributeurs peuvent accéder directement aux extranets des fournisseurs pour consulter des informations réactualisées en permanence et passer des commandes de réapprovisionnement. Les entreprises ne tardent pas à repenser rapidement certains de leurs processus métier à partir des potentialités des technologies matérielles et logicielles liées à Internet dont elles font une composante clé de leurs infrastructures informatiques.

19 Chapitre 3 Les systèmes d informationet la stratégie des organisations Implications permettant de concevoir et comprendre les systèmes d information Afin qu ils offrent tout leur potentiel, il convient d élaborer les SI en fonction d une compréhension bien claire des attentes autant que des acquis de l entreprise qui va les utiliser. L expérience a montré que les facteurs organisationnels à considérer lors de la mise en œuvre d un nouveau système sont les suivants : l environnement dans lequel l entreprise doit fonctionner ; la structure de l entreprise : hiérarchie, domaines de spécialité, routines et processus métier ; la culture et la politique de l entreprise ; le type d entreprise et le mode de leadership ; les principaux groupes d intérêt impactés par le système et l attitude des employés qui seront amenés à l utiliser ; le type de tâches, les décisions et les processus métier que le système d information est destiné à faciliter. 3 Utiliser les systèmes d information pour créer un avantage compétitif Dans presque tous les secteurs d activités industrielles ou de services, certaines entreprises s en sortent à l évidence mieux que d autres. Dans la vente en ligne pure, c est Amazon le leader. Wal-Mart règne sur le marché mondial de la grande distribution. Pour la musique en ligne, Apple arrive en tête avec itunes qui accapare plus de 75 % du marché du téléchargement de musique, et son ipod l emporte sur le marché des baladeurs MP3. Google est le leader des moteurs de recherche. Au cours d une période donnée, une entreprise se distingue presque toujours des autres ; toutefois, cette position est susceptible à tout moment d être remise en question par un ou plusieurs de ses compétiteurs. Ainsi, si depuis plus de 20 ans Toyota est considéré comme l un des meilleurs acteurs de l industrie automobile, ses difficultés au cours de l année 2010 ont illustré l impérieuse nécessité de ne jamais considérer une position favorable comme définitive. On dit que les entreprises qui «font mieux» que les autres ont un avantage compétitif sur leurs concurrents : soit elles ont accès à des ressources particulières que les autres n ont pas, soit elles sont capables d utiliser de manière plus efficiente les ressources ouvertes à tous (le plus souvent parce qu elles disposent de meilleures informations et connaissances). En tout cas, elles obtiennent de meilleurs résultats en termes de croissance du chiffre d affaires, de rentabilité et d augmentation de la productivité (efficacité). Mais alors, pourquoi certaines entreprises sont-elles meilleures que d autres? Comment créent-elles et surtout maintiennent-elles ou mieux encore améliorent-elles cet avantage compétitif? Comment peut-on analyser une entreprise et identifier ses avantages compétitifs? Et, pour finir, en quoi les systèmes d information contribuent-ils à ces avantages

20 94 Partie I Organisations, management et systèmes d information stratégiques? Les réponses à ces questions peuvent être produites en mobilisant, entre autres références, le «modèle des cinq forces» de Michael Porter. 3.1 Modèle des cinq forces de Porter Le modèle des cinq forces de Porter est sans doute le modèle le plus répandu pour comprendre ce qu est l avantage compétitif (voir figure 3.10). Il propose une vision articulant les interactions entre l entreprise, son environnement et ses concurrents. Au début de ce chapitre, nous avons décrit l importance de l environnement d une entreprise et la manière dont elle en dépend. Le modèle de Porter s intéresse tout particulièrement à l environnement commercial global. Il s appuie sur cinq facteurs clés permettant de dresser le profil de l entreprise. Nouveaux entrants sur le marché Produits de substitution L entreprise Concurrents Fournisseurs Clients Figure 3.10 Modèle des cinq forces de Porter. Dans le modèle des cinq forces de Porter, la position stratégique de l entreprise et ses stratégies sont déterminées non seulement par la compétition avec ses concurrents directs habituels, mais aussi par quatre autres facteurs à l œuvre dans son environnement industriel : arrivée de nouveaux concurrents, produits de remplacement, clients et fournisseurs. Concurrents traditionnels Toutes les entreprises agissent sur un marché en même temps que des concurrents. Ces derniers élaborent constamment de nouvelles stratégies et méthodes afin d introduire plus efficacement de nouveaux produits ou services mais aussi de rendre toujours plus difficile l entrée de nouveaux compétiteurs dans le jeu. Nouveaux entrants sur le marché Dans la théorie économique fondée sur la libre-concurrence, les travailleurs et les ressources financières sont censés circuler librement et de nouvelles entreprises doivent pouvoir entrer en permanence sur le marché. Cependant, la diversité des situations et des histoires montrent

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES CBRH Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines CBRH : Paie et administration du personnel Activité GPEC : Compétences et carrière / Entretien / Formation IDR Contrôle de

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Management et communication. www.adca-gfp.fr

Management et communication. www.adca-gfp.fr Management et communication www.adca-gfp.fr Pour nous joindre par téléphone : 08 70 40 76 78 ou par courriel : forma@adca-gfp.fr MC 110 La technique de vente et la négociation MC 120 avec les clients A

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Open Bee TM e-fact PRO

Open Bee TM e-fact PRO Open Bee TM e-fact PRO SOLUTION GLOBALE D AUTOMATISATION DU TRAITEMENT DES FACTURES FOURNISSEURS 80 % des factures fournisseurs sont encore actuellement reçues au format papier. 13,8 est le coût moyen

Plus en détail

Sage 100. La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur

Sage 100. La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur Sage 100 La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur Sage 100, la solution innovante pour les PME à l avenir prometteur Une PME a des besoins de gestion spécifiques, parfois sophistiqués,

Plus en détail

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc TIBCO PM iprocess Suite «TIBCO est le seul fournisseur capable de prendre en charge l éventail complet des processus orientés systèmes et humains.» The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions Sage CRM Solutions Sage CRM SalesLogix Gagnez en compétitivité Sage CRM SalesLogix est une solution complète, conçue pour permettre à vos équipes commerciales, marketing et service d optimiser la gestion

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Management Module 3. Le diagnostic interne

Management Module 3. Le diagnostic interne Management Module 3 Le diagnostic interne Schéma général d analyse Problèmes/opportunités Analyse interne de l organisation Ressources Compétences Existe-t-il différents segments stratégiques? Analyse

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 Table des matières Préface.............................................................................. XV Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 1.1 Force de Vente (F.D.V.)

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage Travail d équipe et gestion des L informatique en nuage BAR Octobre 2013 Présentation Au cours des études collégiales et universitaires, le travail d équipe est une réalité presque omniprésente. Les enseignants

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins 1 DÉPLOIEMENT D UN ERP Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins LA CONDUITE D UN PROJET ERP La conduite d un projet d ERP est différente

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques.

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. La Suite SC DME Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. Meilleurs renseignements. Meilleures décisions. Meilleurs résultats. Votre pratique repose sur l ensemble de vos

Plus en détail