LES TRAUMATISMES CRANIENS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TRAUMATISMES CRANIENS"

Transcription

1 LES TRAUMATISMES CRANIENS Biblio: AFMC Lagny Soirée du 10/05/2010 Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur Francis ABRAMOVICI

2 INTRODUCTION Les hommes sont plus touchés que les femmes sauf après 75 ans trois pics d incidence liés àl âge sont relevés : < 5 ans ans > 75 ans: ½> 75 ans, sera victime d une chute dans l année Causes: chutes (âges extrêmes) traumatologie routière [2]. Clinique: 20 % des TC vont entraîner un trouble de la conscience persistant (GCS < 13) 50 % sont suivis d une PCI

3 INTRODUCTION 2 questions: Lesquels hospitaliser? Comment surveiller ceux qui restent à domicile? Réponse: En fonction de la classification de Master Qui repose sur le GCS

4 MASTER GCS signes neuro fréquence suites mortalité lésions cérébrales chirurgie long terme TC légers 13 à15 PCI +/- 50 à 80 % Sd Subj: 25 à 90 % 15 5,50% 0,40% 14 13,60% 0,90% 13 20% 1,30% TC modérés 9 à 13 10% 30% 8% jusqu'à 30% TC graves < 8 10 à 30% RAD + séquelles: 20 à 60 % 30 à 50 % mydriase aréative 90%

5 MASTER GCS signes neuro fréquence suites mortalité lésions cérébrales chirurgie long terme TC légers 13 à15 PCI +/- 50 à 80 % Sd Subj: 25 à 90 % 15 5,50% 0,40% 14 13,60% 0,90% 13 20% 1,30% TC modérés 9 à 13 10% 30% 8% jusqu'à 30% TC graves < 8 10 à 30% RAD + séquelles: 20 à 60 % 30 à 50 % mydriase aréative 90%

6 MASTER GCS signes neuro fréquence suites mortalité lésions cérébrales chirurgie long terme TC légers 13 à15 PCI +/- 50 à 80 % Sd Subj: 25 à 90 % 15 5,50% 0,40% 14 13,60% 0,90% 13 20% 1,30% TC modérés 9 à 13 10% 30% 8% jusqu'à 30% TC graves < 8 10 à 30% RAD + séquelles: 20 à 60 % 30 à 50 % mydriase aréative 90%

7 MASTER GCS signes neuro fréquence suites mortalité lésions cérébrales chirurgie long terme TC légers 13 à15 PCI +/- 50 à 80 % Sd Subj: 25 à 90 % 15 5,50% 0,40% 14 13,60% 0,90% 13 20% 1,30% TC modérés 9 à 13 10% 30% 8% jusqu'à 30% TC graves < 8 10 à 30% RAD + séquelles: 20 à 60 % 30 à 50 % mydriase aréative 90%

8 EXAMEN CLINIQUE «standard» mais qques remarques: Éliminer lésion associée: Pour les TCG: lésions associées 70 % de fractures des extrémités 35 % de traumatisme thoracique 20 % de traumatisme abdominal 8 % de traumatisme du rachis cervical Minerve systématique: +/- si patient cst Radio rachis cervical complète

9 EXAMEN CLINIQUE PCI: = sidération transitoire du fonctionnement cérébral. «blanc» Estimation durée en précisant quels sont ses derniers souvenirs Ou amnésie post traumatique

10 EXAMEN CLINIQUE Pupilles: étude du III intrinsèque Taille et réactivité recherche de l apparition d une mydriase aréactive qui témoigne d un engagement temporal Intérêt pour le suivi

11 EXAMEN CLINIQUE Plaie scalp: 1/ risque de déglobulisation suturer 2/ Risque de Plaie crânio cérébrale Palper la plaie Scanner au moindre doute

12 CAT Groupe 1: RISQUES FAIBLES : GCS=15, pas PCI Asymptomatique Céphalées modérées Sensations ébrieuses Hématome, blessure, contusion ou abrasion du scalp Absence de signe des groupes 2 et 3.

13 Groupe 1: RISQUES FAIBLES : GCS=15, pas PCI Asymptomatique Céphalées modérées Sensations ébrieuses Hématome, blessure, contusion ou abrasion du scalp Absence de signe des groupes 2 et 3. CAT Surveillance à domicile Après examen clinique Si: - patient accompagné sous la surveillance d un adulte responsable - sans troubles des fonctions supérieures, -Sans FDR - téléphone et moyen de transport disponibles, -numéro d appel laissé, - consignes de sûreté données

14 Cependant, soyez attentif à votre état Les complications sont rares. Elles surviennent dans les heures, les quelques jours ou les semaines qui suivent le choc. Dans les heures ou les quelques jours qui suivent, ces signes doivent vous alerter: Forte somnolence Mal de tête important ou prolongé Nausées, vomissements Engourdissement d un membre, diminution de sa force ou de sa sensibilité Difficulté à parler Vision double Troubles de l équilibre ou de l audition Ecoulement de sang ou de liquide clair par le nez ou les oreilles L un de ces troubles (ou toute autre anomalie inquiétante) impose une consultation immédiate aux urgences.

15 Durant les jours et les semaines à venir Vous pourriez ressentir d autres troubles, plus discrets, tels que : Mal de tête ordinaire Fatigue générale Difficultés à supporter le bruit ou la lumière vive Fatigue visuelle à la lecture Bourdonnements ou sifflements d oreille Sensation de malaise ou de déséquilibre aux changements de position Fatigue intellectuelle gênant l attention, la concentration, lamémoire ou le raisonnement Impatience, irritabilité Cauchemars Le souvenir de l accident peut aussi vous revenir sans cesse à l esprit. En général, ces différents signes, provoqués par la secousse du cerveau, disparaissent progressivement en quelques semaines. Toutefois, en cas de doute ou si vous n observez pas d amélioration, consultez votre médecin traitant. Il saura vous conseiller ou vous orienter.

16 Les facteurs de risque: coagulopathies éthylisme autres intoxications épilepsie atcd neurochir sujets âgés ou handicapés Dans la méta-analyse d'ingebrigsten et al.: présence d'un traitement anticoagulant lors d'un TC minime sans PCI: le risque d'hémorragie intra-cérébrale de 0 à 2/1 000

17 Groupe 1: RISQUES FAIBLES : GCS=15, pas PCI Asymptomatique Céphalées modérées Sensations ébrieuses Hématome, blessure, contusion ou abrasion du scalp Absence de signe des groupes 2 et 3. CAT Surveillance à domicile Après examen clinique Si: - patient accompagné sous la surveillance d un adulte responsable - sans troubles des fonctions supérieures, - sans FDR - téléphone et moyen de transport disponibles, -numéro d appel laissé, - consignes de sûreté données Sinon: Transport aux urgences par moyen non médicalisé

18 Groupe2: RISQUES MODERES Modification de la conscience au moment de l'accident ou dans les suites immédiates (PCI) Céphalées progressive Intoxication (drogue, alcool) Histoire peu fiable des circonstances de l'accident (par ex : perte de connaissance indéterminée). Crise comitiale après l'accident. Vomissements. Amnésie post traumatique. Polytraumatisme. Lésions faciales sévères associées. Possibilité de fracture avec dépression ou lésion pénétrante. Enfant de moins de 2 ans ou suspicion de maltraitance Transport aux urgences par moyen non médicalisé si troubles de conscience ou PCI Sinon transport médicalisé Surveillance +/- scanner

19 Groupe 3: RISQUES ELEVES Troubles de la conscience à l exclusion d une cause toxique Signes neurologiques focaux Altération progressive de la conscience plaie pénétrante Embarrure probable Transport médicalisé vers un déchocage ou une structure spécialisée +/- neurochirurgie d emblée

20 SYNTHESE Groupe 1: pas PCI Pas de SF GSG = 15 GSG < 15 Céphalées Vomissements Signes de localisation Groupe 2: Avec PCI +/- SF Retour à domicile Hospitalisation TDM d emblée Ou TDM à 6 ème h et sortie TDM + Hospitalisation

21 TC LEGERS Définition: GCS >12,pas de déficit Identifier les patients à risque: groupe O: TC pur,gcs 15,pas de PCI ni de facteurs de risque ni signes d accompagnement observation 6h, pas de bilan - Les facteurs de risque: coagulopathies éthylisme autres intoxications épilepsie atcd neurochir sujets âgés ou handicapés TDM +++

22 TC LEGERS Définition: GCS >12,pas de déficit Identifier les patients à risque(anaes): groupe O: TC pur,gcs 15,pas de PCI ni de facteurs de risque ni signes d accompag observation 6h, pas de bilan groupe 1: GCS 15, PCI ou céphalée ou vomissement observation 24h, TDM si signes persistent groupe 2: GCS 14 et confusion ou PCI ou amnésie ou vomissement observation systématique jusqu à la résolution des signes,tdm groupe 3: GCS 14 ou 15 et fractures de la base observation systématique,tdm de la base

23 SYNTHESE Sans PCI GSG = 15 GSG < 15 Céphalées Vomissements Signes de localisation Avec PCI Observation 6h? Sortie Conseils surveillance Surveillance 24h TDM si aggravation Hospitalisation + TDM

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: 01062000 Réf.: CMUB- Pagination 1 / 5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 002 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 22/05/00 Validation P.

Plus en détail

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD CHU de Dijon 2012 Le traumatisme crânien léger (TCL) Définitions multiples

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES Stéphane LITRICO nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur Épidémiologie Première cause d admission aux urgences 57 000 hospitalisations / an Accident de

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre LES TRAUMATISMES CRANIENS G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre DEFINITION Traumatisme crânien: «coup sur la tête» Problème majeur de santé publique Risques à court et long terme L'HTIC

Plus en détail

TRAUMATISMES CRÂNIENS

TRAUMATISMES CRÂNIENS TRAUMATISMES CRÂNIENS La prise en charge des traumatismes crâniens a été transformée par la généralisation de la tomodensitométrie (scanner) qui a permis une exploration non invasive des parties molles.

Plus en détail

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E.

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. LES ( T.C.E. ) ( T.C.E. ) OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. Dr. E.M. GUEYE Service de neurochirurgie C.H.U. de Limoges -Les différentes complications des T.C.E.

Plus en détail

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré (AP-HP), Garches EA 4047, Université de Versailles-Saint-Quentin Distinguer Le traumatisme

Plus en détail

Traumatisme crânien bénin de l enfant : De la régulation au retour à domicile. Dr Richer olivier Urgences pédiatriques CHU Bordeaux

Traumatisme crânien bénin de l enfant : De la régulation au retour à domicile. Dr Richer olivier Urgences pédiatriques CHU Bordeaux Traumatisme crânien bénin de l enfant : De la régulation au retour à domicile Dr Richer olivier Urgences pédiatriques CHU Bordeaux Qu est qu un traumatisme crânien léger (TCL) En anglais : minor headtrauma

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES Q.22 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES HEMATOMES INTRACRÂNIENS POST-TRAUMATIQUES PLAN : Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI INTRODUCTION HEMATOME EXTRA-DURAL II- Evolution

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Révisée : Page 1 de 6 Mise en contexte Le Conseil scolaire public du Grand Nord de l Ontario (CSPGNO) s engage à promouvoir la sensibilisation à la sécurité dans les écoles et reconnaît que la santé et

Plus en détail

Commotions Cérébrales

Commotions Cérébrales Commotions Cérébrales Qu est ce que Sidney Crosby, John Tavares, Ian Laperriere, Marc Savard et Eric Lindros ont en commun? Mis à part le fait qu ils ont tous joué au hockey dans la Ligue Nationale (LNH)

Plus en détail

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Cas Clinique 1 Patiente de 42 ans Facteurs de risque : tabac, contraception orale,

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux Accidents vasculaires cérébraux Introduction Problème de santé publique Entre 120 et 140 000 français par an Source de handicap Mortalité à 5 ans élevée Définition Atteinte du système nerveux central dont

Plus en détail

Traumatisme crânien grave - l avis du neurochirurgien

Traumatisme crânien grave - l avis du neurochirurgien Traumatisme crânien grave - l avis du neurochirurgien Dr Zemmoura Dr Aesch Neurochirurgie CHU de Tours CMUC 17 novembre 2011 Dr ZEMMOURA - CHU Tours 1 Plan 1.Présentation du service 2.Lésions chirurgicales

Plus en détail

Traumatismes Crâniens Recommandations générales

Traumatismes Crâniens Recommandations générales Traumatismes Crâniens Recommandations générales Cf. conférence de consensus SRLF (Tours. 1990). En Général 1 Tout traumatisme crânien doit être classé selon son risque évolutif d'après les groupes de Masters.

Plus en détail

L épilepsie. chez les plus de 60 ans

L épilepsie. chez les plus de 60 ans L épilepsie chez les plus de 60 ans Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est un trouble qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreuses

Plus en détail

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont

Plus en détail

PEC D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE

PEC D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE Q. PEC D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE PLAN : Dr Omar DAHMANI, Dr Amal BELCAID, Dr Ouafa EL AZZOUZI, Dr Hayat EL HAMI INTRODUCTION RAPPEL PHYSIOPATHOLOGIQUE : I- Mécanismes II- Conséquences : A- Lésions

Plus en détail

113 Douleur EVA

113 Douleur EVA AIRWAY 100 Arrêt cardio-respiratoire Absence de pouls carotidien BREATH DIFFICULTES RESPIRATOIRES 101 Détresse respiratoire aiguë 200 Difficulté respiratoire nette 201 Hémoptysie 300 Dyspnée modérée ou

Plus en détail

Traumatologie du RACHIS : Accidents sportifs PATHOLOGIES:

Traumatologie du RACHIS : Accidents sportifs PATHOLOGIES: Traumatologie du RACHIS : - fracture vertébrale - épidémiologie: avp accdt sportifs Accidents sportifs PATHOLOGIES: 1 Description 2 Causes, Mécanismes 3 Evaluation, Evolution 4 Conduite PRATIQUE 5 Traitement,

Plus en détail

Cas clinique n 1. A VILLA CAP Paris

Cas clinique n 1. A VILLA CAP Paris Cas clinique n 1 A VILLA CAP Paris Histoire de l intoxication Deux ouvriers (Messieurs L et C) Décapage de la peinture d une cour de 4 m² encastrée entre des immeubles Préparation à base de dichlorométhane

Plus en détail

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3)

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) DEFINITION Hémorragie localisée aux espaces sous-arachnoïdiens du cerveau, et plus rarement aux espaces péri-médullaires. ETIOLOGIE fréquence : 5 habitants âge maximum

Plus en détail

201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial

201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial Sommaire 201. Évaluation de la gravité et recherche des complications précoces : chez un traumatisé cranio-facial situations d urgence et prise en charge Imagerie Radiologie du crâne : non indiqué (+-plaie

Plus en détail

Surveillance d'un traumatisme crânien chez l'adulte ou l'enfant

Surveillance d'un traumatisme crânien chez l'adulte ou l'enfant Page : 1/7 Description Objet : Surveillance d'un. Objectif : Surveiller l'évolution de l'état de santé de la victime et dépister l'apparition d'éventuelles complications. Rassurer la victime et son entourage.

Plus en détail

Cas clinique. SAU Thionville

Cas clinique. SAU Thionville Cas clinique SAU Thionville Mme O, 64 ans, pas d ATCD particulier Adressée par MT pour céphalées, cervicalgies et déficit moteur du membre supérieur gauche En fait : céphalée datant d il y a 6 jours A

Plus en détail

L enfant avant tout. Le traumatisme cranio-cérébral léger

L enfant avant tout. Le traumatisme cranio-cérébral léger 01 L enfant avant tout Le traumatisme cranio-cérébral léger Un traumatisme cranio-cérébral léger (TCCL), souvent appelé une commotion cérébrale, est une atteinte cérébrale résultant d un coup direct ou

Plus en détail

Information et recommandations. Guide à l intention des personnes ayant subi un traumatisme crânien léger TCCL

Information et recommandations. Guide à l intention des personnes ayant subi un traumatisme crânien léger TCCL Information et recommandations Guide à l intention des personnes ayant subi un traumatisme crânien léger TCCL Vous, ou votre enfant, venez de subir un traumatisme crânien léger. En suivant ce guide, vous

Plus en détail

Prise en charge des TC légers aux urgences. Caroline de la Rivière DESC de médecine d urgences

Prise en charge des TC légers aux urgences. Caroline de la Rivière DESC de médecine d urgences Prise en charge des TC légers aux urgences Caroline de la Rivière DESC de médecine d urgences Définition: Le traumatisme crânien est défini comme tout traumatisme au niveau de la tête, à l exception des

Plus en détail

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant H. Toure Pellen, M. Chevignard Service de rééducation des pathologies neurologiques acquises de l enfant et l adolescent

Plus en détail

Un vertige est une illusion de déplacement qui donne la sensation que l environnement tourne autour de vous ou que vous tourner dans l espace.

Un vertige est une illusion de déplacement qui donne la sensation que l environnement tourne autour de vous ou que vous tourner dans l espace. J ai des vertiges Tout tourne autour de vous? Il s agit de vertiges. Ils sont probablement bénins. Quelques repères sont utiles pour comprendre leur origine, leur prise en charge et la démarche à avoir

Plus en détail

I.Traumatismes Crâniens

I.Traumatismes Crâniens I.Traumatismes Crâniens 60% accidents de la voie publique 48% automobile 17% moto 18% piéton Autres 40% Chutes 13% ébriété AT 16% Agressions 4% Sport 3% Armes à feu Enfants battus Fc intrinsèques Accident

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC 1 SOMMAIRE Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Qu est-ce que l on entend par AVC? 4 Que se passe-t-il quand on fait un AVC?

Plus en détail

Traumatisme Cérébral et Médullaire. N. Sadeghi- P.David Clinique de Neuroradiologie Service de Radiologie Hôpital Erasme

Traumatisme Cérébral et Médullaire. N. Sadeghi- P.David Clinique de Neuroradiologie Service de Radiologie Hôpital Erasme Traumatisme Cérébral et Médullaire N. Sadeghi- P.David Clinique de Neuroradiologie Service de Radiologie Hôpital Erasme TRAUMATISME CÉRÉBRAL Introduction 1.6 millions de trauma. crânien chaque année aux

Plus en détail

Physiopathologie du traumatisme crânien

Physiopathologie du traumatisme crânien Physiopathologie du traumatisme crânien Concepts fondamentaux Enceinte fermée Lésions primaires - lésions secondaires Lésions primaires Lésions de contacts Lésion d inertie Lésions de contacts (1) Aucun

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COMPETENCE 4 : «Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique»

PROJET PEDAGOGIQUE COMPETENCE 4 : «Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique» Promotion / 2017. PROMOTION /201 /2017 INSTITUTS DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS ET DE FORMATION AIDE-SOIGNANTS UE 2.4 S1 : Processus traumatiques SEMESTRE 1 COMPETENCE 4 Rédigé par : E.CHAPALAIN Validé

Plus en détail

MALAISES : CONDUITE À TENIR

MALAISES : CONDUITE À TENIR Docteur Erik BOQUET Page 1 sur 8 MALAISES : CONDUITE À TENIR L identification des principales parties du corps humain permet de décrire correctement avec un langage commun le lieu d une lésion, d une douleur

Plus en détail

FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue

FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue 28 AVRIL 2016 Quand penser à une fracture vertébrale? 2/3 asymptomatiques, douleur minime ou absente u Découverte fortuite u Mesure régulière Perte de

Plus en détail

Votre association. Informer Soutenir Aider. Bayeux -16 novembre Journée d information Etre acteur après un AVC

Votre association. Informer Soutenir Aider. Bayeux -16 novembre Journée d information Etre acteur après un AVC Votre association Informer Soutenir Aider Conseiller Réunir Bayeux -16 novembre 2016 - Journée d information Etre acteur après un AVC AVC ou «attaque cérébrale» Brutalement Une région du cerveau ne fonctionne

Plus en détail

Traumatismes crânio-encéphaliques Epidémiologie Caractéristiques sociologiques Mesures de prévention

Traumatismes crânio-encéphaliques Epidémiologie Caractéristiques sociologiques Mesures de prévention Traumatismes crânio-encéphaliques Epidémiologie Caractéristiques sociologiques Mesures de prévention DES Neurochirurgie Interrégion Nord Cap Hornu 24 et 25 mars 2011 Un traumatisme du corps Événement mécanique

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE GENERALE

TRAUMATOLOGIE GENERALE Docteur Erik BOQUET Page 1 30/06/2008 TRAUMATOLOGIE GENERALE (Docteur Erik BOQUET) 1 TRAUMATISMES CRANIENS (TC) Devant un TC récent, il est important de reconnaître si le blessé doit être transporté rapidement

Plus en détail

Physiopathologie en soins intensifs. Traumatologie (système nerveux)

Physiopathologie en soins intensifs. Traumatologie (système nerveux) Physiopathologie en soins intensifs Traumatologie (système nerveux) Dr P. Stammet Médecin Anesthésiste-Réanimateur Service des Soins Intensifs Polyvalents Centre Hospitalier de Luxembourg Mail: stammet.pascal@chl.lu

Plus en détail

VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto

VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto Carnet-conseils appartenant à :....................................... Adresse :............................................................................................................................

Plus en détail

L expert dans les cas de fraude. Dr Etienne COLOMB, psychiatrie et psychothérapie FMH, Pully Psychiatre conseil, SUVA

L expert dans les cas de fraude. Dr Etienne COLOMB, psychiatrie et psychothérapie FMH, Pully Psychiatre conseil, SUVA L expert dans les cas de fraude Dr Etienne COLOMB, psychiatrie et psychothérapie FMH, Pully Psychiatre conseil, SUVA Plan de l exposé Introduction Présentation d un cas Chronologie des faits Questions

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 01/12/2006 Réf.: CMUB-019 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 019 Rédacteurs Dr FADOUL Minerva Date 01/12/2006 Validation Dr

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Erik BOQUET Page 1 04/02/2008 LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (Docteur Erik BOQUET) 1 RAPPELS Le tissu nerveux est formé de cellules appelées neurones qui ont la particularité de ne pas se reproduire

Plus en détail

Les lésions mortelles chez les conducteurs de voiture

Les lésions mortelles chez les conducteurs de voiture Les lésions mortelles chez les conducteurs de voiture Dr Amina NDIAYE Dr Mireille CHIRON INRETS BRON Dr Marc CHAMBOST Unité de Médecine Légale Centre hospitalier de Villefranche/Saône Colloque Jeudi 19

Plus en détail

BOXE ET URGENCE. Œil et boxe

BOXE ET URGENCE. Œil et boxe BOXE ET URGENCE Œil et boxe Le port du casque est recommandé chez les amateurs et une sélection rigoureuse est effectuée par la Fédération française de boxe. Un examen oculaire complet en début de carrière

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES

LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES LES TRAUMATISMES CRANIO ENCEPHALIQUES Florent PENNES Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur Épidémiologie Première cause d admission aux urgences 57 000 hospitalisations / an Accident de la Voie Publique

Plus en détail

GESTION DES COMMOTIONS CEREBRALES

GESTION DES COMMOTIONS CEREBRALES GESTION DES COMMOTIONS CEREBRALES - CIRCULAIRE COC//COMMISSION MEDICALE - 2016 Février 2016 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 1- PREAMBULE... 3 2- LA COMMOTION CEREBRALE... 3 2-1) DEFINITION... 3 2-2) PRINCIPES DE

Plus en détail

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Les médecins du service d anesthésie de l hôpital vont prendre en charge votre enfant pour assurer son anesthésie et son réveil. Ce document est

Plus en détail

Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques

Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques Céphalées de l enfant aux urgences pédiatriques Dr Dahmane Nabila Service de pédiatrie, CHU Bab El Oued 10 ème congrès de lutte contre la douleur 8-9 Octobre 2015, Hôtel El Aurassi Introduction Quelle

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un chauffard âgé de 21ans victime d un AVP a consulte aux urgences. L examen :victime en bon état de conscience. Pas d ATCD pathologique notable. Pas de prise médicamenteuse. Tension artérielle

Plus en détail

ÉVALUATION GRAVITÉ ET COMPLICATIONS PRÉCOCES D UN TRAUMA CRANIO-FACIAL

ÉVALUATION GRAVITÉ ET COMPLICATIONS PRÉCOCES D UN TRAUMA CRANIO-FACIAL ÉVALUATION GRAVITÉ ET COMPLICATIONS PRÉCOCES D UN TRAUMA CRANIO-FACIAL CAT Interrogatoire, proches ++ ATCD, anticoagulants Contexte et mécanisme du TC Perte connaissance initiale Aggravation secondaire

Plus en détail

TRAUMATISMES DU THORAX CHEZ L ENFANT

TRAUMATISMES DU THORAX CHEZ L ENFANT TRAUMATISMES DU THORAX CHEZ L ENFANT Dr R. Dubois - Lyon Pr F.Varlet - St Etienne Introduction Traumatismes du thorax (TT) = rares chez l enfant - 94 TT/15820 accidentés s (Belfast 1979) - 85 TT/15718

Plus en détail

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA

«J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA «J ai mal à la tête, Docteur» Priam 01/12/05 L. PICHAT AJ. BARAZA CEPHALEES Prévalence estimée à + de 90% dans la population occidentale Motif de 4% des passages dans les services d urgence International

Plus en détail

Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES

Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES Évaluation de la prescription du SCANNER CEREBRAL dans la prise en charge des CEPHALEES NON TRAUMATIQUES aux URGENCES Dr Romain Borel SAU-SAMU-SMUR Nancy COLMU 11/12/2007 Céphalées aux urgences : épidémiologie

Plus en détail

Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S

Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S Le coma: généralités Définition: Perte prolongée de l état de conscience plus ou moins complète,difficilement

Plus en détail

Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Dr. Jean-François Savet CHARNAY LOISIRS 2016

Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Dr. Jean-François Savet CHARNAY LOISIRS 2016 Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) Dr. Jean-François Savet CHARNAY LOISIRS 2016 1 DEFINITION Perturbation Soudaine de l irrigation du cerveau 2 Pour vivre: le cerveau a besoin d énergie et d oxygène

Plus en détail

A. Des brulures étendues B. Des diarrhées et vomissements importants C. Une hémorragie cérébrale D. Un traumatisme abdominal important

A. Des brulures étendues B. Des diarrhées et vomissements importants C. Une hémorragie cérébrale D. Un traumatisme abdominal important Choix multiples 4.1 Choix multiples 4.2 Choix multiples 4.3 Choix multiples 4.4 Choix multiples 4.5 Choix multiples 4.6 Laquelle de ces manifestations isolées n est pratiquement jamais la cause d un état

Plus en détail

A propos de patients migraineux vus en consultation douleur Quelles options thérapeutiques?

A propos de patients migraineux vus en consultation douleur Quelles options thérapeutiques? A propos de patients migraineux vus en consultation douleur Quelles options thérapeutiques? Dr Nadia Bouamrane N Médecine Interne-Douleur Généralités «Mi-graine» Hemi- crâne,hemi-graine,migraine Galien

Plus en détail

L épilepsie. chez la femme

L épilepsie. chez la femme L épilepsie chez la femme Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux types d épilepsie:

Plus en détail

Le TCCL n est pas un casse-tête

Le TCCL n est pas un casse-tête Le TCCL n est pas un casse-tête Neurotraumatologie HSCM: Donald Bouthillier, Ph.D., psychologue Renée-Claude Caron, inf. Ariane Demers, inf. BSc. J-F Giguère, Ph.D., md, FRSCC neurochirurgien Véronique

Plus en détail

Gestion des commotions cérébrales en ski alpin.

Gestion des commotions cérébrales en ski alpin. Gestion des commotions cérébrales en ski alpin. Pierre Frémont, MD, FCMF Dip Med Sport (ACMSE) Novembre 2014 Présentation effectuée le 11 novembre 2014 à l attention des responsables et entraineurs du

Plus en détail

Lundi 14 décembre 2015; 16h18h. C. Pradeau, PH SAMU SMUR

Lundi 14 décembre 2015; 16h18h. C. Pradeau, PH SAMU SMUR Lundi 14 décembre 2015; 16h18h C. Pradeau, PH SAMU SMUR 1 Recommandations formalisées d experts 2010 : urgences obstétricales extrahospitalières Ann. Fr. Med. Urgence (2011) 1:141-155 Femmes enceintes

Plus en détail

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie

Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte. PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Une lésion cérébrale hémorragique chez une femme enceinte PADOIN P, BILLON GRAND C, CATTIN F, BIONDI A Service de Neuroradiologie Jeune femme de 25 ans, enceinte de 3 mois d une première grossesse Se présente

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN A. CHADOUTAUD 2009

TRAUMATISME CRANIEN A. CHADOUTAUD 2009 TRAUMATISME CRANIEN A. CHADOUTAUD 2009 RAPPELS Cerveau = masse molle dans un contenant solide où s organisent les différentes voies de réception et de transmission d informations pour contrôler les différentes

Plus en détail

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris

CÉPHALÉES ET MIGRAINE. Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris CÉPHALÉES ET MIGRAINE Dr Bertrand DELFINER NEUROLOGUE Fondation Rothschild Paris AMIFORM 17 et 18 Octobre 2012 GÉNÉRALITÉS Pathologie fréquente souvent sous estimée or : Menace parfois vitale Pronostic

Plus en détail

Déficit neurologique récent

Déficit neurologique récent 33 Item 192 Déficit neurologique récent I. LIMITES DU CHAPITRE II. CLÉS DU DIAGNOSTIC NEUROLOGIQUE III. DÉFICIT FOCAL CENTRAL TRANSITOIRE IV. DÉFICIT NEUROLOGIQUE CENTRAL CONSTITUÉ V. PARAPLÉGIE ET TÉTRAPLÉGIE

Plus en détail

- Habituellement de mauvaise qualité (malgré images numérisées) - Discordance entre sémiologie enseignée et la pratique d urgence

- Habituellement de mauvaise qualité (malgré images numérisées) - Discordance entre sémiologie enseignée et la pratique d urgence Radiographie - Habituellement de mauvaise qualité (malgré images numérisées) - Discordance entre sémiologie enseignée et la pratique d urgence - Intérêt diagnostique positif macro-sémiologie (OAP, pneumopathie,

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES AVC

LA PRISE EN CHARGE DES AVC LA PRISE EN CHARGE DES AVC PAR ALEXIA, SUREKA, ELIMANE ET MARUSCHKA POURQUOI S INTÉRESSER AUX AVC? - Pathologie négligée de la prévention primaire. - Problème important dans la société et d importance

Plus en détail

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux

CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux FMC du GMBS La Châtre CEPHALEES par le Dr Habib HALLAK, Chef de Service de Neurologie au Centre Hospitalier de Châteauroux 05/01/2010 1 CEPHALEES 1) Aigues 2) Sub-aigues 3) chroniques 05/01/2010 2 CEPHALEES

Plus en détail

TRAUMATISMES DU RACHIS CERVICAL CHEZ L ENFANT Pr J-L Jouve

TRAUMATISMES DU RACHIS CERVICAL CHEZ L ENFANT Pr J-L Jouve TRAUMATISMES DU RACHIS CERVICAL CHEZ L ENFANT Pr J-L Jouve 1 EPIDÉMIOLOGIE CLASSIFICATION Les traumatismes du rachis cervical sont rares chez l enfant. La plupart des fractures du rachis cervical de l

Plus en détail

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff

L AVC : une urgence pédiatrique aussi. Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC : une urgence pédiatrique aussi Stéphane Chabrier & Manoëlle Kossorotoff L AVC de l enfant : une triple spécificité Spécificité épidémiologique Spécificité étiologique artériopathie ++ cardioembolie

Plus en détail

Sinusites sévères à l adolescence

Sinusites sévères à l adolescence Sinusites sévères à l adolescence Catherine Weil-Olivier Université Paris VII JNI Bordeaux 2006 Des recommandations disponibles Savoir penser sinusite bactérienne «Devant un tableau clinique de rhinopharyngite,

Plus en détail

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale

céphalées définition interrogatoire Examen clinique Etiologies des céphalées aigues/subaiguës Douleur de l extrémité céphalique et faciale définition céphalées Douleur de l extrémité céphalique et faciale Toute céphalée n est pas une migraine+++ interrogatoire Début : brutal? À l effort? Signes d accompagnements : nausées, signes neurologiques+++,oculaires,

Plus en détail

Ce que nous faisons devant un malaise. F Héran JL Sarrazin

Ce que nous faisons devant un malaise. F Héran JL Sarrazin Ce que nous faisons devant un malaise F Héran JL Sarrazin De quoi parlons nous? Terme vague, très employé par les patients Parler avec le patient PERTE DE CONNAISSANCE 1 Post-traumatique immédiate : rechercher

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

La commotion cérébrale, ce n est pas un geste héroïque! Jean-Baptiste Pellissier Haute-Broye, le 8 janvier 2016

La commotion cérébrale, ce n est pas un geste héroïque! Jean-Baptiste Pellissier Haute-Broye, le 8 janvier 2016 La commotion cérébrale, ce n est pas un geste héroïque! Jean-Baptiste Pellissier Haute-Broye, le 8 janvier 2016 Pourquoi parler de la commotion cérébrale (CC)? La commotion, ce n est pas un geste héroïque!

Plus en détail

L Hypotension Intracrânienne Spontanée. Alain Viguier, service de Neurologie Vasculaire, Toulouse

L Hypotension Intracrânienne Spontanée. Alain Viguier, service de Neurologie Vasculaire, Toulouse L Hypotension Intracrânienne Spontanée Alain Viguier, service de Neurologie Vasculaire, Toulouse Clinique «typique» Céphalée caractéristique : Critères IHS: «céphalées diffuses ou sourdes s aggravant

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE

DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE DIVERTICULITE SIGMOÏDIENNE Dr Anware Maftouh Chirurgie viscérale Hôpital St Camille Mars 2016 Introduction La diverticulose colique est une anomalie fréquente dans les pays occidentaux, son incidence augmente

Plus en détail

Colloque TCC Léger Laurentides. Mario De Bellefeuille Jean Lapointe M.D. Gilles Bourgeois M.D. 2 mai 2014

Colloque TCC Léger Laurentides. Mario De Bellefeuille Jean Lapointe M.D. Gilles Bourgeois M.D. 2 mai 2014 Colloque TCC Léger Laurentides Mario De Bellefeuille Jean Lapointe M.D. Gilles Bourgeois M.D. 2 mai 2014 Plan présentation Mandat INESSS Historique 14 maillons Évaluation performance et qualité Plans directeurs

Plus en détail

LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES. Par Simon Hébert, M.Sc. Pht

LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES. Par Simon Hébert, M.Sc. Pht LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES Par Simon Hébert, M.Sc. Pht SIMON HÉBERT Originaire de Cowansville Gradué de l Université de Montréal à la Maîtrise en physiothérapie en 2012 Implication comme thérapeute avec

Plus en détail

De la démence au Trouble Neuro Cognitif (TNC) Classification des troubles mentaux DSM V 31 MARS 2016

De la démence au Trouble Neuro Cognitif (TNC) Classification des troubles mentaux DSM V 31 MARS 2016 De la démence au Trouble Neuro Cognitif (TNC) Classification des troubles mentaux DSM V 31 MARS 2016 Par rapport au DSM IV? Suppression du terme démence et syndrome amnésique au profit de Trouble Neuro-Cognitif

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIO-CEREBRAL de L ENFANT DES PEDIATRIE

TRAUMATISME CRANIO-CEREBRAL de L ENFANT DES PEDIATRIE TRAUMATISME CRANIO-CEREBRAL de L ENFANT DES PEDIATRIE Nov 2012 Dr Courtil-Teyssedre INTRODUCTION Incidence: 1,5/1000 Enf < 5A 5,5/1000 Enf>5A 15 à 20% des consultations aux UP Implication forte des

Plus en détail

TRAUMATISMES FERMÉS DES VAISSEAUX DU COU

TRAUMATISMES FERMÉS DES VAISSEAUX DU COU TRAUMATISMES FERMÉS DES VAISSEAUX DU COU Journées en Traumatologie 07/10/2010 Dr HAUTIN Etienne Introduction Pathologie rare (0,1 %) Mortalité (40 %) et morbidité importantes (80 %) Phase initiale : en

Plus en détail

Commotion cérébrale guide pour le grand public

Commotion cérébrale guide pour le grand public COMMOTION CÉRÉBRALES : QUELQUES FAITS Une commotion est une blessure du cerveau Toutes les commotions sont sérieuses Il peut y avoir une commotion sans perte de connaissance Tout joueur ayant un symptôme

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

Traumatismes fermés de l abdomen

Traumatismes fermés de l abdomen Traumatismes fermés de l abdomen Dr BOUAKKADIA DIAGNOSTIC GENERALITES les progrès de l imagerie ne doivent pas dispenser d un examen clinique complet Interrogatoire du blessé et de l entourage Examen clinique

Plus en détail

Enquête de Pratique: Traumatisme Crânien et Urgence

Enquête de Pratique: Traumatisme Crânien et Urgence Enquête de Pratique: Traumatisme Crânien et Urgence Soirée du Mercredi 23 Mars 2011 à 19h30 au DDS du CFCMU Invité: Dr Karim Tazarourte, service Urgences-Réanimation 77 Melun Groupe coordonnateur : Marielle

Plus en détail

Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan?

Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan? Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan? Jérémie BARRAUD Unité Rythmologie et Stimulation Cardiaque Service de Cardiologie, CHU NORD Aix-Marseille Université Définition - Epidémiologie Syncope = Perte de

Plus en détail

l Accident Vasculaire Cérébral 185 rue Raymond Losserand Paris cedex 14

l Accident Vasculaire Cérébral 185 rue Raymond Losserand Paris cedex 14 l Accident Vasculaire Cérébral 185 rue Raymond Losserand 75674 Paris cedex 14 Quelques chiffres marquants Page 2 1 AVC toutes les 4 mn dans le monde. Environ 150 000 nouveaux cas par an en France, la moitié

Plus en détail

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une sinusite ou être secondaire à une affection oculaire

Plus en détail

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 B ILAN et ALERTE Formation Continue Secouristes 2005-2006 Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 1 B ilan s ur le terrain : pourquoi? Plan d examen de la victime (éviter les oublis)

Plus en détail

Les traumatisés crâniens graves Dr F. LALOUA Clinique du Grésivaudan St Hilaire du Touvet

Les traumatisés crâniens graves Dr F. LALOUA Clinique du Grésivaudan St Hilaire du Touvet Les traumatisés crâniens graves Dr F. LALOUA Clinique du Grésivaudan St Hilaire du Touvet Congrès ANMSN 13 et 14 Novembre 2009 Grenoble Glasgow à 8 en France chaque année: 12 000 personnes en meurent 8

Plus en détail

Quelle est la place des 2 roues dans l accidentologie routière

Quelle est la place des 2 roues dans l accidentologie routière Quelle est la place des 2 roues dans l accidentologie routière re? G. COMTE, A. NDIAYE, O. PEGUET, R. SOLDNER, F. BAGES-LIMOGES, G. BAGOU, P. PETIT SAMU régional r de Lyon, LYON cedex 03 TYPE DE LESIONS

Plus en détail