RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉPUBLIQUE FRANÇAISE"

Transcription

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-D-17 du 5 juillet 2012 relative à des pratiques relevées dans le secteur des moyens de paiements scripturaux (prélèvement, titre interbancaire de paiement, télérèglement, virement et lettre de change) L Autorité de la concurrence (commission permanente) ; Vu les lettres enregistrées les 27 février 2009 et le 28 juillet 2011 sous les numéros 09/0017 F 10/0008 F et 11/0064 F, par lesquelles la Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD) et l Association pour la Défense des Utilisateurs des Moyens de Paiement Européens (ADUMPE) ont saisi l Autorité de la concurrence de pratiques relatives aux commissions multilatérales d interchange appliquées aux prélèvement, titre interbancaire de paiement, télérèglement, virement et lettre de change, en France ; Vu la décision du 2 février 2011 par laquelle la rapporteure générale a disjoint de l'affaire 09/0017 F - 10/0008 F la partie de cette affaire relative aux pratiques autres que celles concernant les cartes bancaires «CB» et procédé à l'ouverture d'un nouveau numéro d'enregistrement pour l'instruction de cette partie distincte sous la référence 11/0012 F ; Vu la décision du 12 juillet 2011 par laquelle la rapporteure générale a disjoint de l'affaire 11/0012 F la partie de cette affaire relative aux pratiques autres que celles concernant les cartes de paiement et procédé à l'ouverture d'un nouveau numéro d'enregistrement pour l'instruction de la présente procédure sous la référence 11/0053 F ; Vu la décision du 26 août 2011 par laquelle la rapporteure générale a procédé à la jonction de l instruction des deux saisines enregistrées sous les numéros 11/0053 F et 11/0064 F ; Vu les articles 101 et 102 du Traité sur le fonctionnement de l Union européenne ; Vu le livre IV du code de commerce modifié ; Vu les décisions de secret des affaires n 11-DSA-357 du 29 novembre 2011, n 11-DSA- 358 du 29 novembre 2011, n 11-DSA-359 du 29 novembre 2011, n 11-DSA-360 du 29 novembre 2011, n 12-DSA-73 du 24 février 2012, n 12-DSA-74 du 24 février 2012, n 12-DSA-91 du 24 février 2012, n 12-DSA-75 du 24 février 2012, n 12-DSA-112 du 29 février 2012, n 12-DSA-76 du 24 février 2012, n 12-DSA-113 du 29 février 2012, n 12- DSA-77 du 24 février 2012, n 12-DSA-78 du 24 février 2012, n 12-DSA-92 du 24 février 2012, n 12-DSA-79 du 24 février 2012, n 12-DSA-101 du 29 février 2012, n 12- DSA-80 du 24 février 2012, n 12-DSA-82 du 5 mars 2012, n 12-DSA-114 du 29 février 2012, n 12-DSA-81 du 24 février 2012, n 12-DSA-94 du 24 février 2012, n 12-DSA-83 du 24 février 2012, n 12-DSA-84 du 24 février 2012, n 12-DSA-102 du 29 février 2012, n 12-DSA-85 du 24 février 2012, n 12-DSA-86 du 24 février 2012, n 12-DSA-111 du

2 29 février 2012, n 12-DSA-90 du 2l février 2012, n 12-DSA-97 du 24 février 2012, n 12-DSA-110 du 29 février 2012, n 12-DSA-110 du 29 février 2012, n 12-DSA-115 du 5 mars 2012, n 12-DSA-188 du 15 mai 2012, n 12-DSA-189 du 15 mai 2012, n 12-DSA- 190 du 15 mai 2012, n 12-DSA-191 du 15 mai 2012 ; Vu les décisions de déclassement n 12-DEC-06 du 12 mars 2012, n 12-DEC-08 du 12 mars 2012, n 12-DEC-09 du 12 mars 2012, n 12-DEC-10 du 12 mars 2012, n 12-DEC- 11 du 12 mars 2012, n 12-DEC-12 du 12 mars 2012, n 12-DEC-13 du 12 mars 2012, n 12-DEC-14 du 12 mars 2012, n 12-DEC-15 du 12 mars 2012 ; Vu les engagements proposés conjointement par les banques BNP Paribas, Crédit Agricole, LCL, BPCE, Confédération Nationale du Crédit Mutuel, Crédit Industriel et Commerciale, HSBC France, la Banque Postale, Société Générale, Crédit du Nord et Banque de France ainsi que les engagements proposés par la Fédération Bancaire Française (ci-après «FBF») ; Vu les réponses au test de marché présentées par Leroy Merlin, Bouygues Telecom, EDF, le Conseil du Commerce de France, UFC Que Choisir, Allianz, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), l Association pour la défense des utilisateurs de moyens de paiement européens (ADUMPE), la FCD, GDF SUEZ, Saur, Poweo, l Agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS), Vivendi, Veolia, Canal+, Axa, SFR, et Vinci Park ; Les rapporteurs, la rapporteure générale, le commissaire du Gouvernement et les représentants des banques parties à la procédure, de l AFB, de la FBF, de la FCD, de l ADUMPE et de leurs membres entendues lors de la séance du 12 juin 2012 ; Adopte la décision suivante : 2

3 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. CONSTATATIONS... 7 A. Les saisines... 7 B. Le secteur concerné Les systèmes quatre coins Les différents moyens de paiement... 9 a) Les deux catégories de moyens de paiement scripturaux (i) Les moyens de paiement qui ne nécessitent pas l accord explicite du débiteur pour que le paiement soit exécuté : le prélèvement (ii) Les moyens de paiement qui nécessitent l accord express du débiteur pour que le paiement soit accepté : le TIP, télérèglement, lettre de change, virement b) Les cas de facturation de ces moyens de paiement (i) Les cas de facturation des débiteurs (ii) Les cas de facturation des créanciers c) Les opérations auxquelles les moyens de paiement étudiés peuvent donner lieu : les AOCT et les DRE C. Les acteurs concernés Les intervenants bancaires a) La Banque de France, ci-après «BDF» b) BNP-Paribas c) Société Générale d) Le Crédit du Nord e) Le Crédit Agricole f) LCL Le Crédit Lyonnais g) Le groupe BPCE h) HSBC (Hong Kong Shanghai Banking Corp.) i) La Banque Postale j) Le Crédit Mutuel k) Le Crédit Industriel et Commercial (CIC) l) Les associations bancaires françaises : l AFB et la FBF Les intervenants non bancaires : les utilisateurs des moyens de paiement, débiteur et créancier D. Le contexte européen du SEPA

4 1. La gamme des moyens de paiement Le calendrier Les commissions multilatérales d interchange associées à ces moyens de paiements E. Les comportements concernés Le principe des commissions multilaterales interbancaires Historique de ces commissions Les circonstances de la création des commissions interbancaires a) Les groupes de travail du CFONB b) La commission inter-réseaux (ou «CIR») La fixation en commun du niveau des conditions interbancaires, et notamment des commissions interbancaires a) La commission interbancaire sur le prélèvement b) La commission interbancaire sur le télérèglement c) La commission interbancaire sur le titre électronique de paiement «TEP» d) La commission interbancaire sur le titre interbancaire de paiement «TIP» e) La commission interbancaire sur les annulations d'opérations compensées à tort «AOCT» f) La commission interbancaire sur la lettre de change «LCR» g) La commission interbancaire sur demande de restitution d'effet de commerce «DRE» h) Les commissions interbancaires sur les virements i) Les commissions sur rejets F. L évaluation préliminaire Le Marché concerné a) Le marché de produits (i) Substituabilité entre moyens de paiement du point de vue des débiteurs. 34 (ii) Substituabilité entre moyens de paiement du point de vue des créanciers (iii) Substituabilité du point de vue de l offre (iv) Conclusion sur la définition du marché de produits b) Délimitation du marché géographique Les Préoccupations de concurrence engendrées par les pratiques en cause a) L évaluation préliminaire du caractère anticoncurrentiel des accords et des pratiques en cause au regard de leur objet (i) Principes

5 (ii) La Commission inter-réseaux (ci-après, «CIR») utilisée comme support d une éventuelle pratique d entente (iii) Analyse concurrentielle des commissions multilatérales d interchange 41 b) L évaluation préliminaire du caractère anticoncurrentiel des accords et pratiques en cause au regard de leurs effets i. Déclarations de banques ii. La formulation de certains tarifs des banques iii. Clauses contractuelles ou de validité d offres de banques iv. Des tarifications dans certains cas différenciées entre encaissements interbancaires et intrabancaires Commissions perçues auprès des créanciers sur les rejets de prélèvements, TIP et télérèglements Les éléments de justification présentés par les banques G. La mise en œuvre de la procédure d engagements Les engagements initialement proposés par les Banques et la FBF Observations recueillies lors du test de marché a) Observations des saisissants et des membres de l ADUMPE (i) Les engagements relatifs aux commissions systématiques proposés par les banques (ii) Les engagements relatifs aux commissions exceptionnelles (iii) Les modalités proposées pour l ajustement des coûts des commissions exceptionnelles prélevées sur les transactions R (iv) Les modalités de mise en œuvre et de contrôle des engagements proposés par les banques (v) Les engagements de l AFB/FBF b) Observations de l UFC-Que choisir (i) L augmentation progressive du montant des commissions (ii) L impact des commissions sur les consommateurs Des engagements modifiés en séance II. DISCUSSION A. Sur l applicabilité du droit de l union européenne Le droit applicable Application au cas d espèce B. Sur la pertinence de la procédure d engagements Arguments des saisissantes Appréciation C. Sur l appréciation des engagements proposés par les banques

6 1. Sur la mise en œuvre des engagements a) Sur la date d entrée en vigueur des engagements b) Sur la période transitoire Sur le montant des commissions systématiques D. Sur les commissions interbancaires liées aux rejets La nature optionnelle de la commission L'adéquation de la commission aux coûts E. Les délais et les conditions de mise en place de l étude de coûts portant sur les commissions exceptionnelles F. La durée des engagements G. Les engagements supplémentaires évoqués dans les contributions H. Sur les engagements pris par la FBF III. CONCLUSION Décision

7 I. Constatations A. LES SAISINES 1. Par lettres enregistrées respectivement le 27 février 2009 et le 28 juillet 2011 sous les numéros 09/0017 F 10/0008 F et 11/0064 F, la Fédération des entreprises du Commerce de la Distribution (ci-après, «FCD») et l Association pour la Défense des Utilisateurs des Moyens de Paiement Européens (ci-après, «ADUMPE») ont dénoncé auprès de l Autorité de la concurrence des pratiques relatives à des commissions multilatérales d interchange appliquées aux prélèvements, titre interbancaire de paiement, télérèglement, virement et lettre de change, en France. 2. La saisine de la FCD avait à l origine un champ plus large que celle de l ADUMPE : elle concernait les commissions interbancaires applicables à l ensemble des moyens de paiement, à l exception du chèque, ainsi que certaines clauses contractuelles imposées par les systèmes de cartes de paiement. Elle a déjà donné lieu à la décision d acceptation d engagements de l Autorité de la concurrence n 11-D-11 relative à des pratiques mises en œuvre par le Groupement des Cartes Bancaires. Cette saisine a ainsi, en premier lieu, été jointe, par décision du 3 mai 2010, avec celle du Conseil du Commerce de France (ci-après : le CdCF), enregistrée sous le numéro 10/0008 F qui concernait exclusivement les commissions interbancaires perçues à l occasion des transactions par cartes bancaires «CB», ainsi que des clauses contractuelles type définies au sein du Groupement des Cartes Bancaires. 3. Par décision du 2 février 2011, la rapporteure générale a disjoint de l'affaire 09/0017 F - 10/0008 F la partie de cette affaire relative aux pratiques autres que celles concernant les cartes bancaires «CB» et procédé à l'ouverture d'un nouveau numéro d'enregistrement pour l'instruction de cette partie distincte sous la référence 11/0012 F. 4. Par décision du 12 juillet 2011, la rapporteure générale a disjoint de l'affaire 11/0012F la partie de cette affaire relative aux pratiques autres que celles concernant les cartes de paiement et procédé à l'ouverture d'un nouveau numéro d'enregistrement pour l'instruction de la présente procédure sous la référence 11/0053 F. 5. Les dossiers enregistrés sous les numéros 11/0053 F et 11/0064 F ont ainsi été joints par décision de la rapporteure générale en date du 26 août Les saisissantes y dénoncent toutes deux des pratiques entre banques concurrentes portant sur la fixation de commissions interbancaires multilatérales, en particulier sur le prélèvement, le télérèglement et le Titre Interbancaire de Paiement (ci-après le «TIP»), commissions qui seraient répercutées aux commerçants. B. LE SECTEUR CONCERNÉ 6. Le code monétaire et financier distingue la monnaie fiduciaire, composée des pièces métalliques et des billets de banque, et la monnaie scripturale, dont les principaux 7

8 instruments sont le chèque, la carte de paiement, le prélèvement, le virement ou la lettre de change. 7. Les moyens de paiement concernés par la présente affaire sont le prélèvement, le TIP, le virement, la lettre de change et le télérèglement. Ils ont en commun d être des moyens de paiement scripturaux et de fonctionner au sein de systèmes quadripartites, c est-à-dire qu ils impliquent, outre le système de compensation, quatre acteurs : le débiteur, sa banque, le créancier et la banque de ce dernier. Il convient dès lors de décrire le schéma global de fonctionnement de ces systèmes (1), avant de présenter plus précisément chacun des moyens de paiement précités (2). 1. LES SYSTÈMES QUATRE COINS 8. Le schéma suivant présente les différentes relations contractuelles entre les acteurs en cause : 9. Ces différentes interactions donnent, pour certaines, lieu à des paiements : - banque du débiteur débiteur : il appartient à la banque du débiteur de déterminer les frais bancaires auxquels le débiteur s expose pour la mise en place ou l utilisation d un moyen de paiement. Par exemple, la mise en place d un prélèvement automatique peut être facturée directement par certaines banques. Les débiteurs ayant la qualité d entreprises peuvent également être facturés pour leurs moyens de paiement au débit. En outre, des frais peuvent être facturés en cas d opération rejetée, par exemple pour défaut de provision, ou susceptible d être rejetée mais finalement autorisée («forcée») par un conseiller clientèle ; - système de compensation banques du débiteur et/ou du créancier : le système de compensation facture généralement des frais au titre de la mise à disposition d une plateforme et des services qu il rend aux banques. Comme l indiquent, entre autres, BNP Paribas et HSBC 1, les frais facturés par le STET (système de compensation) sont voisins de 0,1c par opération, au débit comme au crédit ; 1 Réponses de HSBC et BNP Paribas au questionnaire complémentaire du 18 janvier

9 - banque du créancier créancier : les banques de créanciers peuvent facturer des frais pour l encaissement d un paiement, ainsi qu en cas d opération rejetée. 10. Le système de compensation constitue une plate-forme au sein de laquelle les différentes institutions financières communiquent et échangent des informations ou des documents relatifs à un transfert de fonds à ou avec d autres institutions financières. C est donc par le système de compensation que les établissements s informent mutuellement de l existence des transactions. Le système de compensation calcule également à échéance régulière, chaque jour ouvré dans le cas du système français, les soldes des transactions entre chaque couple de banques. 2. LES DIFFÉRENTS MOYENS DE PAIEMENT 11. Selon la Banque de France, 17 milliards d'opérations de paiement ont été réalisées par les clients particuliers et entreprises des banques françaises en 2010 (hors paiements en espèces et retraits par carte), soit une progression de 3,9 % en un an. 12. Apparu à la fin des années 1960, le prélèvement était en 2010 le deuxième moyen de paiement en France en volume, avec 3,3 milliards de prélèvements, derrière la carte (7,4 milliards de transactions) mais devant le chèque (3,1 milliards) et le virement (3 milliards). Il représente près du cinquième des paiements en volume (19,2 %). Il continue aujourd hui à se développer, puisque le nombre de prélèvements a augmenté de plus de 20 % entre 2006 et Le TIP a été employé pour environ 100 millions de transactions en 2010, soit 0,6 % des volumes. Si le volume de télérèglements est réduit (18,4 millions en 2010), il progresse fortement d environ 20 % chaque année depuis En outre, les valeurs représentées par les télérèglements sont très importantes, de l ordre de 300 milliards d euros par an, ce qui représente presque 40 % de la valeur totale des prélèvements en Enfin, plusieurs dizaines de millions de lettres de change sont employées chaque année. Leur volume diminue d environ 5 % par an depuis le milieu des années

10 a) Les deux catégories de moyens de paiement scripturaux 14. Il existe deux catégories de moyens de paiement scripturaux. Le compte-rendu de la commission inter-réseaux (ci-après «CIR») du 2 décembre 1994 définit ces deux catégories de la manière suivante: «- ceux pour lesquels le débiteur accepte que son accord soit tacite. C'est le prélèvement ordinaire (900 millions/an) et le prélèvement accéléré (4 millions/an), - ceux pour lesquels le débiteur veut que son accord soit explicite. Le principal est le chèque dont on estime à 1,5 milliards/an le nombre utilisé pour les paiements à distance. Vient ensuite le TIP (125 millions/an) et le paiement par carte à distance (15 millions/an). Le TEP et le virement référencé sont deux nouveaux produits créés en 1994 pour satisfaire au même besoin. Le Télétip éventuel rentrerait également dans cette catégorie» (soulignements ajoutés). (i) Les moyens de paiement qui ne nécessitent pas l accord explicite du débiteur pour que le paiement soit exécuté : le prélèvement 15. Une brochure du CFONB «prélèvement national» le présente comme suit : il s agit d «un moyen de paiement automatisé, plus particulièrement adapté aux paiements répétitifs, permettant à un créancier de recouvrer sa créance vis-à-vis d un débiteur» 2. Contrairement au chèque ou à la carte de paiement, le prélèvement est initié par le créancier lui-même, qui transmet un ordre de prélèvement à sa banque. L émission d un ordre de prélèvement est subordonnée au fait que le créancier dispose d un numéro national d émetteur (NNE), dont les conditions d attribution sont définies par la profession bancaire et qui est communiqué par la banque du créancier au créancier. 16. Pour effectuer un prélèvement, le créancier doit disposer d un premier mandat donné par le débiteur, ou d une demande de prélèvement ; le débiteur doit pour sa part adresser un second mandat, l autorisation de prélèvement, à sa propre banque. 17. La banque du créancier vérifie la conformité technique des prélèvements émis, puis présente les fichiers de prélèvements émis en compensation. La banque du débiteur reçoit alors ces fichiers et effectue divers contrôles (existence du compte, existence d un mandat, provision, etc.). Si toutes les conditions sont réunies, l opération est autorisée, le règlement interbancaire se fait à la date d échéance, de même que le débit du débiteur et le crédit du créancier. 18. Si au contraire une des conditions n est pas remplie, le prélèvement est rejeté par la banque du débiteur. Cette dernière informe alors la banque du créancier du motif de rejet, qui elle-même retransmet cette information au créancier. Un prélèvement peut être contesté par le débiteur jusqu à huit semaines après la date d échéance et le règlement interbancaire. 19. Il existe en France deux types de prélèvement: le prélèvement ordinaire, qui représente une très large majorité des prélèvements (plus de 90 %) et le prélèvement accéléré. La différence entre ces deux catégories réside dans le délai d échange dans le système de compensation et le règlement interbancaire : alors qu il est de quatre jours pour le prélèvement ordinaire, le délai est réduit à deux jours pour le prélèvement accéléré. 2 P.4 de la brochure, CP

11 (ii) Les moyens de paiement qui nécessitent l accord express du débiteur pour que le paiement soit accepté : le TIP, télérèglement, lettre de change, virement Le TIP 20. Mis en circulation en février 1988, le TIP est un moyen de paiement papier réservé aux paiements à distance que le CFONB présente comme un substitut au chèque. Sa particularité est de permettre au créancier de bénéficier de l initiative de la mise en recouvrement de ses créances tout en laissant le débiteur donner son accord de façon expresse à chaque paiement. 21. En pratique, le TIP est émis en même temps que la facture qu il est destiné à payer. Il constitue alors le pied de facture. Figurent sur le TIP plusieurs mentions, en particulier le NNE, les coordonnées bancaires du compte à débiter 3, le montant et les références de la créance. Afin d émettre des TIP, un créancier doit disposer d un NNE, comme pour le prélèvement. Lorsqu il le réceptionne, le débiteur doit dater et signer le TIP pour marquer son accord, et le renvoyer à une adresse indiquée par le créancier. En règle générale, le TIP est alors renvoyé à un centre de traitement TIP. Le centre TIP est constitué de deux entités : le façonnier et le centre bancaire. Le façonnier est l entité qui réalise le traitement physique du TIP, il vérifie la conformité du TIP avec le RIB du débiteur. Au final, le façonnier est donc en charge de tout le traitement matériel des TIP, y compris son archivage. Pour sa part, le centre bancaire a pour rôle de vérifier la bonne application des règles de traitement édictées par le CFONB. 22. Une fois le TIP rentré dans le circuit bancaire, son traitement est similaire à celui du prélèvement. La banque du créancier effectue certains contrôles formels du fichier, puis envoie le fichier de TIP en compensation. La banque du débiteur effectue à son tour des contrôles, en particulier sur les coordonnées bancaires ou la provision, puis règle son confrère. Contrairement au prélèvement, moyen de paiement à échéance, le TIP est un moyen de paiement à vue. Le règlement interbancaire intervient dès le lendemain ouvré de la compensation, quand bien même la date d exigibilité du TIP, telle qu indiquée sur la facture, lui est postérieure. Cet aspect peut d ailleurs être avantageux pour les créanciers : en effet, comme l explique Société Générale, «les débiteurs utilisant un TIP retournent souvent ce dernier avec un certain délai d anticipation par rapport à la date d exigibilité de la créance figurant sur la facture. Cette anticipation permet un crédit anticipé pour le créancier, qui se traduit par des gains de trésorerie». Un TIP peut en outre être contesté par le débiteur dans un délai de deux mois calendaires. Cette possibilité est en pratique marginalement employée. 23. Le TIP présente en outre une spécificité : il peut être utilisé en s appuyant sur d autres moyens de paiement. Ainsi, les TIP peuvent être payables en espèces dans un bureau de poste. Le TIP peut également accompagner un chèque dans le règlement d une créance. Dans ce dernier cas, le TIP n est pas utilisé à proprement parler comme moyen de paiement, puisque c est le chèque lui-même qui est présenté en compensation, mais bien plutôt comme un outil de réconciliation comptable pour le créancier, qui facilite également la dématérialisation du chèque et la fabrication d une image-chèque par la banque du créancier. 3 A la première utilisation du TIP, le débiteur doit joindre un RIB afin d indiquer ses coordonnées bancaires ; ces informations sont reprises sur les TIP suivants pour le même émetteur. 11

12 Le télérèglement 24. Le télérèglement est un moyen de paiement à distance apparu en octobre Successeur du TEP (Titre Electronique de Paiement) qui avait été conçu initialement pour les paiements par Minitel, il permet au débiteur de payer par débit en compte tout en donnant son accord explicite à chaque paiement. Il est employé principalement par les entreprises dans le cadre de divers paiements à l administration, laquelle impose le paiement de certaines taxes par télérèglement pour les entreprises au-delà d un certain seuil de chiffre d affaires. Il est ainsi régulièrement utilisé pour les paiements de TVA ou d impôt sur les sociétés. 25. Comme pour le prélèvement et le TIP, un créancier souhaitant proposer le paiement par télérèglement doit disposer d un NNE. Il ne peut être réglé par télérèglement que par les débiteurs qui ont signé une adhésion au télérèglement. Cette adhésion est propre à un créancier particulier. Des adhésions multi-créanciers sont toutefois possibles dans le cas de l administration. 26. En pratique, le créancier émet une facture indiquant au débiteur le montant à payer et la date limite de paiement. Dans le cas de l administration, le télérèglement peut faire suite à une déclaration en ligne. Le débiteur doit alors donner explicitement son accord au paiement via l un ou l autre des supports dématérialisés proposés par le créancier (serveur vocal, serveur internet, etc.). Les serveurs proposés peuvent être gérés directement par le créancier (télérèglement A) ou, plus rarement, par un centre TIP (télérèglement B). Après enregistrement de l accord du débiteur, le gestionnaire de serveur de télérèglement archive l opération et envoie le fichier des télérèglements à la banque du créancier. Le télérèglement entre alors dans le circuit habituel du prélèvement : contrôles par la banque du créancier, présentation en compensation, puis contrôles par la banque du débiteur et règlement interbancaire (le lendemain ouvré de la présentation en compensation) ou rejet. L avantage du télérèglement est qu une fois l autorisation explicite donnée par le débiteur via le serveur d autorisation, le paiement peut être très rapidement présenté en compensation. La lettre de change 27. Ainsi que la définit le CFONB (Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires), «la lettre de change est un titre par lequel une personne dénommée "le tireur" donne l'ordre à une autre personne appelée "le tiré" de payer, à une date convenue, une somme déterminée, à un "bénéficiaire" qui est le tireur lui-même.» La lettre de change relevé (LCR) correspond à la forme dématérialisée de la lettre de change traditionnelle. 28. Le schéma de fonctionnement de la lettre de change est le suivant : le créancier émet une facture et l envoie au débiteur. En parallèle, il envoie la LCR à sa propre banque sous forme dématérialisée, tout en indiquant les coordonnées bancaires du débiteur. La banque du créancier transmet alors la LCR à la banque du débiteur, laquelle transmet à son tour par un relevé les informations contenues dans la LCR au débiteur. Le débiteur peut alors accepter ou refuser le paiement. En cas d acceptation, la banque du débiteur règle son confrère. Dans le cas contraire, la lettre est rejetée. Le débiteur peut aussi choisir de n effectuer qu un paiement partiel. 12

13 Le virement 29. Le CFONB définit le virement domestique comme suit : «tout transfert de fonds en euros d'un compte émetteur sur un compte bénéficiaire, ces comptes étant tous deux tenus en France et en euros» 4. Les types de virements suivants peuvent être émis par la clientèle : - le virement ordinaire est une opération consistant, pour un titulaire de compte appelé donneur d ordre, à demander à sa banque de transférer des fonds de son propre compte vers un autre compte ; il s agit d un moyen de paiement à vue ; - les virements à échéance "E-3" (à échanger 3 jours ouvrés avant l'échéance) ou à échéance "E-2" (à échanger 2 jours ouvrés avant l'échéance) sont des virements automatisés réglés à une date postérieure au passage en compensation, qui est convenue à l avance ; à la différence du virement ordinaire qui est une opération au comptant, le virement à échéance prévoit un règlement à une date future pour être en même temps un instrument de crédit ; la banque du créancier indique à son client qu elle a reçu cet ordre de virement à terme ; ces virements à échéance sont apparus à la fin des années 1980 et ont été supprimés au milieu des années 2000 ; - le virement d origine extérieur (VOE) est un virement émis par une banque installée à l'étranger vers une banque installée en France ; - le virement de trésorerie (VSOT) est un virement correspondant à des opérations de trésorerie entre entreprises, notamment pour les filiales d'un même groupe. Ce produit a disparu, selon les banques, au milieu des années b) Les cas de facturation de ces moyens de paiement 30. Chaque moyen de paiement présente des caractéristiques et génère des frais interbancaires qui lui sont propres. (i) Les cas de facturation des débiteurs 31. Les opérations de prélèvements proprement dites sont généralement gratuites pour les débiteurs. Seuls les grands comptes peuvent être facturés à l opération à des niveaux de quelques centimes par opération de débit, comme l indique un cabinet indépendant de conseil en services financiers aux entreprises dans son procès-verbal d audition En revanche, certaines banques facturent les débiteurs pour la mise en place des prélèvements. Ainsi, l UFC-Que choisir a indiqué lors de son audition qu en 2010, si environ 40 % des banques ne facturaient pas la mise en place d un prélèvement en 2010, 6 60 % le faisaient, la tarification étant alors de l ordre de 6. Ces déclarations sont d ailleurs confirmées par les réponses des banques à un questionnaire adressé par les services d instruction : si des banques comme HSBC, BNP Paribas, La Banque Postale, LCL, le Crédit du Nord ou Société Générale ne facturent pas la mise en place d un prélèvement, d autres établissements facturent cette prestation, tels le Crédit Mutuel (9,75 pour les particuliers ou les professionnels, 6,5 pour les entreprises), le CIC (6,5 ) ou une partie des caisses régionales du Crédit Agricole ([31-39] caisses sur 39 facturent en 4 Brochure du CFONB, consultable à l adresse suivante : ises%20informatis%c3%a9es%20d%20ordres%20de%20paiement%20160c_2004.pdf 5 Procès-verbal d audition de bfinance du 20 janvier 2012, Cote Procès-verbal d audition de l UFC-Que choisir du 23 septembre 2011, Cote

14 moyenne [6-10] aux particuliers, [11-20] facturent aux professionnels [6-10] en moyenne, [0-10] facturent les entreprises à hauteur de [0-5] en moyenne). 33. Par ailleurs, les débiteurs sont généralement facturés en cas de rejet de prélèvement, au moins lorsque le rejet résulte d un défaut de provision. La majorité des banques appliquent des frais de rejet pour défaut ou insuffisance de provision égaux ou proches des maxima fixés par le décret n du 29 juillet Par exemple, Société Générale facture les rejets de prélèvement pour défaut de provision à hauteur du montant du prélèvement rejeté, dans la limite de 20 (10 pour les clients de l offre Generis, destinée aux clients fragiles). Le Crédit Mutuel et le CIC facturent ces mêmes rejets à un montant égal au montant du prélèvement, dans la limite de 20. Le Crédit Mutuel et le CIC facturent également les rejets pour autres motifs aux entreprises (12,25 ), voire aux professionnels (CIC uniquement, à 13 ). LCL et le Crédit du Nord facturent, pour les seuls rejets pour insuffisance de provision, un montant équivalent à celui du paiement dans la limite de 20 pour tous les types de clientèle. HSBC a une politique similaire, sauf pour les débiteurs entreprises et professionnels pour lesquels le plafond est limité à 19. BNP présente également une tarification similaire à celle de LCL, à ceci près que les prélèvements d un montant inférieur à 5 refusés pour insuffisance de provision ne sont pas facturés aux débiteurs consommateurs. Une majorité des caisses du Crédit Agricole facturent les rejets à des montants variant entre 11 et 20 en fonction du segment de clientèle. La plus grande partie des banques populaires ou des caisses d épargne facturent les rejets. La Banque Postale se distingue avec des plafonds de frais réduits à 10, D autres facturations peuvent intervenir lorsque, dans le cas du prélèvement, la banque aurait dû rejeter le prélèvement pour insuffisance de provision mais l a finalement autorisé (ou «forcé») après analyse d un conseiller clientèle. La banque facture dans ce cas une commission d intervention. La commission d intervention est une «somme perçue par la banque en raison d une opération entraînant une irrégularité de fonctionnement du compte nécessitant un traitement particulier (présentation d un ordre de paiement 8 irrégulier, coordonnées bancaires inexactes, absence ou insuffisance de provision )». 35. Le montant des commissions d intervention diffère selon les banques, s échelonnant entre 5 et 10. Les banques prévoient généralement un plafond de commissions par jour et/ou 9 par mois. L Observatoire des tarifs bancaires a calculé que la moyenne pondérée des commissions d intervention atteignait 8,29 au 5 juillet Les montants en jeu sont importants. Société Générale a indiqué que les commissions d intervention sur les prélèvements, TIP et télérèglements représentaient entre 60 et 90 millions d euros annuellement, dont % sur le prélèvement, et % sur TIP et télérèglements confondus. Pour les caisses régionales du Crédit Agricole, le produit des commissions d intervention sur le prélèvement a été estimé à [20-30] millions d euros. BNP Paribas indique des fourchettes de [20-40] millions d euros sur le prélèvement, [0-4] millions pour le TIP et [0-1] million sur le télérèglement. Les autres banques ont fourni des estimations 7 Code monétaire et financier, article D133-6 : «Pour les incidents de paiement autres que le rejet d'un chèque, les frais perçus par le prestataire de services de paiement du payeur au titre d'un incident ne peuvent excéder le montant de l'ordre de paiement rejeté, dans la limite d'un plafond de 20». Les incidents de paiement sont définis dans l article D133-5 comme «tout rejet d'un ordre de paiement reçu par le prestataire de services de paiement du payeur en raison d'un défaut ou d'une insuffisance de provision, quel que soit le moyen de paiement utilisé». 8 Rapport annuel du CCSF (Comité consultatif du secteur financier). 9 Groupe de travail, placé sous l égide du CCSF (Comité consultatif du secteur financier), crée par la loi de régulation bancaire et financière du 22 octobre

15 portant sur l ensemble des moyens de paiement (dont les chèques ou les opérations par carte). 36. En cas de révocation de prélèvement, la majorité des banques facture également des frais aux débiteurs. Société Générale facture entre 10 et 12 pour une révocation de prélèvement en fonction du type de clientèle (particuliers, professionnels, entreprises), sauf pour les adhérents à une formule spécifique dite Jazz. La Banque Postale prévoit une facturation de 12,8 pour les particuliers, mais ne facture pas les personnes morales en cas de révocation. BNP Paribas, HSBC, LCL et le Crédit Mutuel ne facturent pas les particuliers pour les révocations. Ces banques facturent en revanche tout ou partie de leur clientèle professionnelle pour cette prestation : le Crédit Mutuel ne facture les révocations qu aux professionnels (20 ), HSBC et LCL facturent les professionnels et les entreprises à hauteur de 10,5 et 13,5 respectivement. BNP Paribas prévoit dans ses conditions standard pour les professionnels et les entreprises une facturation à environ 10 (9,8 pour une révocation réalisée par un outil de banque à distance, 10,5 pour une révocation en agence). Une partie des Caisses d Epargne et des Banques Populaires facturent les révocations de prélèvement, entre 10 et 15 suivant la caisse et le segment de clientèle. Quant au CIC et au Crédit Agricole, ils se distinguent en ne facturant aucun segment de clientèle au titre des révocations. 37. En ce qui concerne les diverses facturations appliquées au TIP, le débiteur n est en règle générale pas facturé, à l exception des TIP qui ont nécessité une intervention humaine pour être réglés, et qui sont alors soumis à commission d intervention, ou des rares TIP débités sur des grands comptes, qui peuvent être facturés à hauteur de quelques centimes. En cas de rejet pour défaut de provision en revanche, la plupart des banques ont une tarification équivalente à celle sur les rejets de prélèvements. 38. S agissant de la tarification des télérèglements, l adhésion au télérèglement est le plus souvent gratuite (seuls les grands comptes de Crédit Mutuel-CIC sont facturés 6,5 ). Les télérèglements eux-mêmes ne sont pas facturés, sauf cas particulier impliquant la perception d une commission d intervention. Les rejets sont généralement facturés aux débiteurs suivant les mêmes règles que les rejets de prélèvement. Il faut toutefois distinguer le cas du Crédit Agricole qui ne facture pas les débiteurs en cas de rejet de télérèglement alors qu une majorité de ses caisses facture les rejets de prélèvements. (ii) Les cas de facturation des créanciers 39. Les créanciers sont en général facturés à chaque prélèvement qu ils émettent. Par exemple, les clients de CA-CIB (groupe Crédit Agricole) sont facturés, selon la banque, en moyenne 0,118 par prélèvement interbancaire et 0,103 par prélèvement intrabancaire. LCL indique que le tarif standard pour une remise classique de prélèvement à 4 jours est de 0,39 par opération, tout en précisant que ce tarif est vraisemblablement supérieur à la moyenne. HSBC indique un tarif moyen pour les principaux clients de 0,114 pour un prélèvement interbancaire, et de 0,11 pour un prélèvement intrabancaire. La moyenne des tarifs pour les prélèvements atteint 0,18 pour le Crédit du Nord. BPCE indique, pour ses principales caisses pouvant distinguer les tarifications entre prélèvements interbancaires et intrabancaires, des tarifs moyens pour les prélèvements interbancaires entre 0,10 et 0,14, et pour les prélèvements intrabancaires entre 0 et 0,10. Certaines caisses pratiquent par ailleurs des tarifications uniques entre 0,068 et 0,12. Les principaux clients de La Banque Postale sont facturés environ 0,17 en moyenne par prélèvement émis, selon la banque. Il semble également que des tarifications plus indirectes puissent intervenir dans certains cas, à l image des commissions de mouvement. 15

16 40. Les créanciers sont également généralement facturés en cas de rejet de prélèvement. La plupart des grands clients des banques sont ainsi généralement facturés entre 0,7 et 1 par les rejets, quels qu en soient les motifs. 41. En ce qui concerne les TIP, les créanciers paient généralement des frais pour les TIP encaissés. Les TIP encaissés sont ainsi, entre autres exemples, facturés en moyenne 0,082 par CACIB, 0,13 par HSBC, 0,267 (TIP interbancaire) ou 0,243 (TIP intrabancaire) par La Banque Postale et entre 0,09 et 0,11 par Crédit Mutuel-CIC. La Bred, Natixis et le Crédit Coopératif, principales entités de BPCE pour l encaissement de TIP, facturent en moyenne entre 0,08 et 0,10 par TIP. Les créanciers sont également facturés en cas de rejet de TIP. Les montants de facturation sont assez variables entre clients mais, en dehors des cas de tarifications dissuasives pouvant atteindre plus de 4, les tarifs sont généralement compris entre 0,70 c et 1, Les créanciers sont aussi facturés à l opération pour les encaissements par télérèglements. Pour donner des ordres de grandeur, le tarif moyen pour les clients de CA-CIB atteint 0,142 selon ce qu indique la banque ; les tarifs pour les créanciers de Crédit Mutuel-CIC varient de 0,12 à 0,2. BPCE indique, pour ses principales entités, des montants moyens de tarification compris entre 0,10 et 0,26. En dehors des tarifications à chaque encaissement, les créanciers sont également facturés pour les rejets de télérèglements, à des niveaux voisins de ceux pour les rejets de prélèvements. c) Les opérations auxquelles les moyens de paiement étudiés peuvent donner lieu : les AOCT et les DRE 43. Les AOCT, ou Annulations d Opérations Compensées à Tort, sont des opérations de contre-passation d une opération initiale émise à tort, ainsi que l explique le glossaire du GSIT 10 (Groupement pour un Système Interbancaire de Télécompensation). Cette procédure permet l annulation des opérations présentées par erreur au système de compensation, et déjà compensées. Les AOCT induisent un traitement non seulement pour la banque qui émet l AOCT, mais aussi pour l autre banque concernée par la transaction erronée. 44. La demande de restitution d effets, ou DRE, est une opération technique effectuée dans le système de compensation à la suite d un échange de LCR effectué à tort. Elle est donc l équivalent des opérations AOCT applicables aux autres moyens de paiement. C. LES ACTEURS CONCERNÉS 1. LES INTERVENANTS BANCAIRES 45. Les moyens de paiement à distance sont utilisés principalement par les entreprises et les particuliers. Les banques jouent toutefois un rôle clé en tant que teneurs de compte. Conformément au droit européen, les opérations de banque sont réservées aux établissements de crédit qui, avant de pouvoir exercer leur activité, doivent se voir délivrer un agrément d'établissement de crédit par une autorité de régulation bancaire. 46. En France, la définition des opérations de banque est large : elle couvre, conformément à l'article L du code monétaire et financier, «la réception de fonds du public, les

17 opérations de crédit, et la mise à disposition de la clientèle ou la gestion de moyens de paiement». 47. Sont concernés par la présente procédure les établissements suivants: a) La Banque de France, ci-après «BDF» 48. La BDF a été créée en Son capital appartient à l Etat en vertu de l article L du code monétaire et financier. Membre depuis 1999 de l Eurosystème, elle contribue à la préparation et à la mise en œuvre de la politique monétaire unique de la zone euro. En tant que banque centrale, elle assure la bonne circulation de la monnaie, le suivi des marchés, la surveillance des moyens et systèmes de paiement et plus généralement la stabilité financière. En outre, la Banque de France a une activité commerciale, et tient des comptes de grandes entreprises et institutions. De façon plus marginale, la Banque de France a également des clients particuliers. b) BNP-Paribas 49. Le groupe BNP-Paribas est né de la fusion entre BNP et Paribas en mai En mai 2009, il a fait l acquisition des activités de Fortis en Belgique et au Luxembourg, devenant ainsi un acteur de premier plan des services bancaires et financiers en Europe. Il s agit par ailleurs de la première banque française en termes de produit net bancaire. Elle a tiré 45 % de ses revenus de l activité de banque de détail en c) Société Générale 50. Fondée en 1864, Société Générale figure au troisième rang des grandes banques françaises en terme de produit net bancaire. Le groupe s appuie en France sur deux réseaux de distribution complémentaires, les agences de la Société Générale et celles du Crédit du Nord, dont il détient l intégralité du capital depuis Si Société Générale est présente sur les principaux métiers bancaires, la banque de détail constitue sa première activité et représente environ 50 % de son produit net bancaire. d) Le Crédit du Nord 51. Le groupe Crédit du Nord est une fédération réunissant sept banques régionales, une société de gestion d actifs et une société de bourse. Société Générale détient l intégralité de son capital depuis le 11 décembre e) Le Crédit Agricole 52. Le Crédit Agricole SA est une société anonyme assurant les fonctions d organe central du réseau du Crédit Agricole. Elle est contrôlée majoritairement par les caisses régionales du Crédit Agricole. 53. Le groupe est actif dans les secteurs de la banque de détail, en France et à l international, des services financiers spécialisés (gestion d actifs, assurances, banque privée, crédit à la consommation, crédit-bail, affacturage) ainsi que de la banque de financement et d investissement. 54. Le Crédit Agricole SA a acquis le Crédit Lyonnais le 19 juin

18 f) LCL Le Crédit Lyonnais 55. En 2003, le Crédit Lyonnais (devenu LCL en 2005) est devenu une filiale à plus de 99 % de Crédit Agricole SA. Opérant sous son enseigne propre, LCL est une banque de proximité en France pour les particuliers, les professionnels et les entreprises, à forte implantation urbaine. Son offre bancaire englobe toute la gamme de produits et services bancaires, les produits de gestion d actifs et d assurance et la gestion du patrimoine. g) Le groupe BPCE 56. Le Groupe BPCE est le deuxième groupe bancaire en France. 57. Issu de la fusion entre les Banques Populaires et les Caisses d Epargne, le groupe exerce tous les métiers de la banque commerciale et de l assurance. Ce groupe repose sur une architecture à trois niveaux : - les deux réseaux coopératifs avec les 19 Banques Populaires et les 17 Caisses d Epargne ; - l organe central avec BPCE ; - les filiales dont Natixis, structure cotée qui réunit la Banque de financement et d investissement, l épargne et les services financiers, le Crédit Foncier, la Banque Palatine, les banques du réseau de BPCE International et Outre-mer. h) HSBC (Hong Kong Shanghai Banking Corp.) 58. HSBC, société de droit anglais dont le siège social est situé à Londres, est l un des plus importants groupes de services bancaires et financiers au monde. Son réseau international se compose d environ agences réparties dans 88 pays. 59. HSBC France regroupe depuis 2000 l ensemble des banques de l ancien groupe Crédit Commercial de France (CCF) : UBP, Banque Hervet, Banque de Picardie, Banque de Baecque-Beau. Son activité s exerce dans les métiers de banque de réseau, de grande clientèle, de gestion d actifs et d assurance ainsi que de banque privée. i) La Banque Postale 60. La Banque Postale est une filiale bancaire du groupe La Poste, qui détient l intégralité de son capital. Sa création est intervenue en application d un accord conclu entre La Poste et l Etat le 13 janvier 2004, par changement de dénomination de la société Efiposte, filiale de La Poste qui avait pour activité la réception, transmission et exécution d ordres financiers, et par extension de son objet social aux opérations de banque. A partir du 1er mars 2010, La Banque Postale est devenue une société anonyme. 61. Le groupe La Poste est actif dans les secteurs du courrier, colis et express et des services financiers. j) Le Crédit Mutuel 62. Le Crédit Mutuel est une banque mutualiste française. La confédération nationale du Crédit Mutuel, association régie par la loi du 1er juillet 1901, constitue l organe central du réseau. 18

19 63. Le Groupe Crédit Mutuel est constitué de 18 groupes régionaux (regroupant 287 caisses régionales et 1890 caisses locales), lesquels détiennent le capital de la confédération nationale du Crédit Mutuel. 64. Avec sa filiale, le Crédit Industriel et Commercial, le groupe Crédit Mutuel constitue la deuxième banque de détail en France et est actif dans le secteur de la banque et de l assurance. k) Le Crédit Industriel et Commercial (CIC) 65. Le Crédit Industriel et Commercial (ci-après CIC), créé en 1859, est un groupement de sept banques régionales. Le Crédit Mutuel, qui avait acquis 67 % du capital du CIC en 1998 en est devenu l unique actionnaire en l) Les associations bancaires françaises : l AFB et la FBF 66. L'Association Française des Banques, ou «AFB», (alors «APB» : association professionnelle des banques) a été crée en juillet 1941 dans le cadre de la loi n 2352 du 13 juin 1941 relative à la réglementation et à l organisation de la profession bancaire. Elle a pris le nom d Association Française des Banques en L AFB ne représente que les banques commerciales et non les établissements à statut mutualiste ou coopératif. Selon l article 2 de ses statuts, l AFB a notamment pour objet de : - représenter ses adhérents vis-à-vis de tout tiers dans les domaines de sa compétence ; - intervenir en justice dans toute instance où elle-même ou un de ses adhérents est en cause ou lorsque les intérêts généraux de ses membres sont en jeu ; - concourir à titre amiable au règlement des différends pouvant survenir entre ses adhérents ( ). 67. La profession bancaire a décidé en 2000 de créer un nouvel organisme professionnel commun aux banques AFB et aux réseaux coopératifs et mutualistes pour représenter et défendre les positions de l ensemble des établissements bancaires présents en France, quel que soit leur statut. Les missions de l organisation professionnelle du secteur bancaire, assurées jusqu alors par l AFB, ont été réparties : la Fédération Bancaire Française (FBF) assure l ensemble des missions d organisme professionnel - relations extérieures, étude et analyse des questions bancaires pour tous les réseaux bancaires ; l AFB continue d assurer une mission de syndicat patronal. 2. LES INTERVENANTS NON BANCAIRES : LES UTILISATEURS DES MOYENS DE PAIEMENT, DÉBITEUR ET CRÉANCIER 68. Les paiements ont la particularité de mettre en présence deux catégories d acteurs : les débiteurs et les créanciers. Cela reste vérifié dans les cas des paiements à distance pour lesquels le prélèvement, le TIP, le télérèglement ou encore la lettre de change sont susceptibles d être utilisés. 69. Les débiteurs utilisateurs de ces moyens de paiement sont aussi bien les particuliers que les professionnels. En effet, les particuliers, dans le cadre de leur vie privée, ont régulièrement recours à ces moyens de paiement pour le paiement, par exemple, des prestations de leur 19

20 fournisseur de gaz ou d'électricité, de leur opérateur de téléphonie (fixe ou mobile) ou encore pour le paiement de leurs impôts. Les professionnels, dans l'exercice de leur activité, ont également régulièrement recours à ces moyens de paiement pour le paiement de leurs différents prestataires et de leurs dettes sociales et fiscales. 70. Les créanciers utilisateurs de ces moyens de paiement sont notamment les grandes entreprises fournisseurs d'électricité ou de gaz, les opérateurs de téléphonie (fixe ou mobile), les organismes sociaux et l'etat lui-même. En revanche, il existe une catégorie particulière de commerçants qui ne font pas partie des créanciers utilisateurs en raison de la spécificité des moyens de paiements concernés. En effet de manière générale, le prélèvement, le télérèglement et le TIP sont adaptés aux paiements de prestations ne nécessitant pas la présence physique concomitante du créancier et du débiteur. Plus particulièrement, le prélèvement est adapté aux paiements récurrents. Ces spécificités excluent donc certains commerçants, et notamment les circuits de distribution traditionnels, de la catégorie des créanciers utilisateurs des moyens de paiement faisant l objet de ce dossier. D. LE CONTEXTE EUROPÉEN DU SEPA 71. La présente affaire s inscrit dans un contexte de mise en place d un espace unique de paiements en euros. 72. Le projet SEPA (Single Euro Payments Area - Espace unique de paiement en euros) est un projet européen qui s inscrit dans le prolongement du passage aux pièces et billets en euros. L ambition est de créer une gamme unique de moyens de paiement en euros, commune à l ensemble des pays européens, afin que les consommateurs, les entreprises, les commerçants et les administrations puissent effectuer des paiements dans les mêmes conditions partout dans l espace européen, aussi facilement que dans leur pays. Le Conseil et le Parlement européen ont adopté le 13 novembre 2007 la directive sur les services de paiement qui harmonise le cadre légal des services de paiement et facilite ainsi la mise en place des instruments SEPA. 73. L espace SEPA comprend les États membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. 1. LA GAMME DES MOYENS DE PAIEMENT 74. Le projet SEPA vise la mise en place d une gamme unique d instruments de paiement scripturaux (virement, prélèvement, cartes). Ainsi, les entreprises pourront émettre et recevoir des paiements en euro dans toute la zone SEPA, et ce avec les mêmes moyens de paiement, cycles de paiement, niveau de sécurité et traitements que dans leurs pays d origine. 75. Les virements et les prélèvements ont vocation à migrer respectivement vers les instruments SEPA suivants : SCT (virement SEPA) et SDD (prélèvements SEPA). Quant aux cartes de paiement, il est prévu qu elles soient compatibles avec un cadre harmonisé, le SEPA Card Framework. 76. Ainsi, depuis novembre 2010, deux systèmes de paiement par prélèvement coexistent en France : 20

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA et les entreprises Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA : une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement»

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Le Crédit Agricole accompagne les Entreprises dans le nouvel environnement des Moyens de Paiement Le

Plus en détail

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises Réussir votre migration à SEPA Mode d emploi à destination des entreprises Migrer à SEPA : c est indispensable! Après le passage des marchés financiers (1999) et de la monnaie (2002) à l euro, l Europe

Plus en détail

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros)

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) L essentiel du SEPA Présentation du SEPA Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) Après la mise en place de l euro, l harmonisation européenne se poursuit avec

Plus en détail

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA»

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 SEPA 2014 L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 Après le passage à

Plus en détail

Réussir la migration SEPA dans votre entreprise

Réussir la migration SEPA dans votre entreprise Réussir la migration SEPA dans votre entreprise Le SEPA de quoi s agit-il Qu est-ce que SEPA? SEPA Single Euro Payments Area / Espace unique de paiement en euros Une suite logique de l intégration financière

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

2.2 - Instruments de paiement et de crédit. 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France

2.2 - Instruments de paiement et de crédit. 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France 2.2 - Instruments de paiement et de crédit 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France 1 2.2.1 - Différentes dates en trésorerie a. Date d opération b. Date

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Comment bien réussir votre migration SEPA? (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Opérationnel) Au 1 er février 2014, tous les virements et prélèvements seront

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE 1 ER AOÛT 2014 1 ER AOÛT 2014 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

Migrer à SEPA : c'est indispensable

Migrer à SEPA : c'est indispensable Depuis le 1 er février 2014, le virement SEPA et le prélèvement SEPA remplacent définitivement le virement et le prélèvement national tant pour les paiements nationaux que transfrontaliers. Mode d'emploi

Plus en détail

J - 59 Décembre 2013 1

J - 59 Décembre 2013 1 J - 59 Décembre 2013 1 SEPA, une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire 01/02/2014 Euro scriptural SEPA : Single Euro

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Domiciliations SEPA FAQ

Domiciliations SEPA FAQ Domiciliations SEPA FAQ Découvrez les questions les plus fréquemment posées sur les domiciliations SEPA : cliquez dessus pour arriver directement à nos réponses! 1. Qu est-ce que la domiciliation SEPA

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

Les 31 pays SEPA Union Européenne zone euro. Union Européenne zone non euro. Pays de l AELE (Association Européenne de Libre-Echange)

Les 31 pays SEPA Union Européenne zone euro. Union Européenne zone non euro. Pays de l AELE (Association Européenne de Libre-Echange) e (Single Euro Payments Area) qui suit la mise en place de l euro en 2002, concerne tous les acteurs économiques en Europe : grandes entreprises, PME-PMI, associations, collectivités publiques, particuliers.

Plus en détail

Le prélèvement SEPA. Optimisez la mise en recouvrement de vos créances avec le prélèvement SEPA

Le prélèvement SEPA. Optimisez la mise en recouvrement de vos créances avec le prélèvement SEPA Le prélèvement SEPA Optimisez la mise en recouvrement de vos créances avec le prélèvement SEPA QU EST-CE QUE LE PRÉLÈVEMENT SEPA? Vous émettez des prélèvements SEPA afin que vos clients vous règlent automatiquement

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Finalisez votre migration vers le SEPA

Finalisez votre migration vers le SEPA S PA : VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS Finalisez votre migration vers le SEPA entreprises L ambition du projet S PA (Single Payments Area) est de créer une gamme unique de moyens de paiement en euros, commune

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1985 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 15 juillet 2011 S o m m a i r e Règlement de la Banque centrale

Plus en détail

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC I. Les éléments de la facturation Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC A. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) La TVA est un impôt sur la consommation finale à des taux variables suivant la nature

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er septembre 2015 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration?

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions.

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014

CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 CONDITIONS TARIFAIRES en vigueur au 1 er juin 2014 PRODUITS ET SERVICES POUR LES PARTICULIERS GUYANE 1 Vs trverez dans ce dépliant, les conditions tarifaires pr les particuliers en vigueur au 1 er juin

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

L Autorité de la concurrence (commission permanente),

L Autorité de la concurrence (commission permanente), RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DSE-01 du 30 juillet 2013 relative aux engagements rendus obligatoires par la décision n 12-D-17 du 5 juillet 2012 de l Autorité de la concurrence L Autorité de la concurrence

Plus en détail

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise?

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise? Vous êtes chef d entreprise, profession libérale, professionnel, expert comptable, Directeur Administratif et Financier. L harmonisation de Moyens de Paiement vous concerne Le prélèvement SEPA Quels impacts

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA INFORMATION CREANCIER

PRELEVEMENT SEPA INFORMATION CREANCIER PRELEVEMENT SEPA INFORMATION CREANCIER Le projet SEPA (Single Euro Payments Area : espace unique de paiements en euros) est un projet européen qui s inscrit dans le prolongement du passage aux pièces et

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE»

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» ARTICLE 1 -OBJET Le CREDIT LYONNAIS, ci-après dénommé LCL met à la disposition de sa clientèle des particuliers et sa clientèle des professionnels,

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

«SEPA : 1 ER FÉVRIER 2014, ENSEMBLE, ON Y SERA!» Virements et Prélèvements SEPA - Guide de migration

«SEPA : 1 ER FÉVRIER 2014, ENSEMBLE, ON Y SERA!» Virements et Prélèvements SEPA - Guide de migration «SEPA : 1 ER FÉVRIER 2014, ENSEMBLE, ON Y SERA!» Virements et Prélèvements SEPA - Guide de migration Introduction L échéance du 1 er Février 2014, date limite pour basculer vos virements et prélèvements

Plus en détail

S PA : VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS Serez-vous prêt le 1 er février 2014?

S PA : VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS Serez-vous prêt le 1 er février 2014? PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS S PA : VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS Serez-vous prêt le 1 er février 2014? bnpparibas.net/entrepros 01 Le S PA : Single Euro Payments Area Les nouveaux instruments de paiement

Plus en détail

Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited

Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le prélèvement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le prélèvement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le prélèvement sepa dans toute l europe Qu est ce que le prélèvement SEPA? Le prélèvement SEPA (Single Euro Payments Area Espace unique de paiement en euros) est un

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 Introduction En application de l ordonnance n 2009-866 du 15 juillet 2009 relative

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA Ordre du Jour Introduction IEDOM et FBF Présentation SEPA et les Entreprises Partage d expériences Questions- Réponses TITRE TITRE TITRE

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Comité National SEPA SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Fiche n 1 Quels sont les pré-requis à remplir avant de débuter vos tests fonctionnels?

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Comprendre Bon à savoir S y préparer Lexique

Comprendre Bon à savoir S y préparer Lexique i Mémo SEPA i Comprendre Bon à savoir S y préparer Lexique QUELQUES NOTIONS Le 1er février 2014, la norme SEPA devient obligatoire pour l'ensemble des virements et prélèvements en euros à l'intérieur de

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-D-28 du 20 septembre 2010 relative aux tarifs et aux conditions liées appliquées par les banques et les établissements financiers pour le traitement des chèques remis

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Qu est ce que le VIREMENT SEPA? Le virement SEPA est un virement harmonisé au niveau européen qui vous permet de transférer des

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE N I - 532 (3 ème rect.) 14 octobre 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 - (n 2824) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Mallié, M. Debré et Mme Branget ----------

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Le prélèvement SEPA, c est maintenant

Le prélèvement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 ENtrEPrENEurS N 13 PAIEmENt LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le prélèvement SEPA, c est maintenant 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

www.banquedelareunion.fr

www.banquedelareunion.fr Les Centres d affaires dédiés aux entreprises, CoLLeCtivités et associations Centre d affaires nord/est Tél. 0262 40 01 31 / 0262 40 01 33 Fax : 0262 40 01 60 Centre d affaires ouest Tél. 0262 55 68 13

Plus en détail

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 FINANCE ISLAMIQUE Conditions et tarifs 2011 C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 Sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 FONCTIONNEMENT DU COMPTE 4 SUIVI DU COMPTE 4 INFORMATIONS ET DOCUMENTS 5 MOYENS

Plus en détail

www.banquedelareunion.fr

www.banquedelareunion.fr LES CENTRES D AFFAIRES DÉDIÉS AUX ENTREPRISES, COLLECTIVITÉS ET ASSOCIATIONS CENTRE D AFFAIRES NORD/EST Tél. 0262 40 01 31 / 0262 40 01 33 Fax : 0262 40 01 60 CENTRE D AFFAIRES OUEST Tél. 0262 55 68 13

Plus en détail

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres?

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Créé par la loi du 25 juin 1999 relative à l épargne et à la sécurité financière, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) est chargé d une

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

Extrait Standard des tarifs

Extrait Standard des tarifs BANQUE MISR SUCCURSALE DE PARIS Extrait Standard des tarifs 1) Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte a) Ouverture, transformation, clôture gratuit b) Relevés de compte gratuit c) Service de

Plus en détail

Le virement SEPA, c est maintenant

Le virement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 EnTrEPrEnEurS n 6 PAiEmEnT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le virement SEPA, c est maintenant 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Le virement SEPA, c est maintenant

Le virement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 ENTREPRENEURS N 6 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le passage à SEPA PAIEMENT LES MINI-GUIDES

Plus en détail

Opérations bancaires avec l étranger *

Opérations bancaires avec l étranger * avec l étranger * Extrait des conditions bancaires au 1 er juillet 2012 Opérations à destination de l étranger Virements émis vers l étranger : virements en euros (4) vers l Espace économique européen

Plus en détail

SEPA L Espace unique de paiement en euro

SEPA L Espace unique de paiement en euro SEPA L Espace unique de paiement en euro Introduction Le 28 janvier 2008 est la date officielle du lancement de l espace unique de paiement en euro («Single Euro Payment Area», SEPA). La migration vers

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2010/ N 6 du 8 septembre 2010 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de

Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2010/ N 6 du 8 septembre 2010 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2010/ N 6 du 8 septembre 2010 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de règlement des opérations sur titres, des instruments de paiement,

Plus en détail

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ;

- Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne ; CHEQUES EMPLOI SERVICE UNIVERSELS (CESU) en tant que moyen de règlement de certains services offerts par les collectivités TEXTES DE REFERENCE - Article 1 de la loi n 2005-841 du 26 juillet 2005 relative

Plus en détail

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB

SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES. Janvier 2011 CCSF/CFONB SOCLE D'HARMONISATION DES TERMES DES OPERATIONS BANCAIRES COURANTES Janvier 2011 CCSF/CFONB A/ Opérations au crédit du compte 1 Versement d'espèces Le compte est crédité du montant d'un versement d'espèces.

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 1er septembre 2014 relative aux modifications des règles de fonctionnement d ESES France en sa qualité de système de règlement-livraison d instruments financiers d Euroclear France, dans le

Plus en détail

COMPRENDRE LES MODALITES PRATIQUES DES VERSEMENTS

COMPRENDRE LES MODALITES PRATIQUES DES VERSEMENTS Bulletin de Versement AMPLISSIM PEE Ce document vous permet de : comprendre les modalités pratiques des versements, prendre connaissance des Conditions Générales d adhésion et de fonctionnement du service

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires ENTREPRENEURS ET PROFESSIONNELS LIBÉRAUX Votre Chargé d Affaires se tient à votre disposition pour vous apporter toute information complémentaire. Ou connectez-vous sur www.bnpparibas.net/entrepros BNP

Plus en détail

Décision n 10-DCC-138 du 19 octobre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de MFPrévoyance par CNP Assurances

Décision n 10-DCC-138 du 19 octobre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de MFPrévoyance par CNP Assurances RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-138 du 19 octobre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de MFPrévoyance par CNP Assurances L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL

ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ACTE CONSTITUTIF POUR LA CREATION D UN GROUPEMENT DE COMMANDE FOURNITURE DE GAZ NATUREL PREAMBULE Depuis le 1er juillet 2004, le marché du gaz naturel est ouvert à la concurrence. Cette ouverture, d abord

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching-selfregulation-fr.docx version 2 Patrick Wynant 22/10/2010 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking Industry

Plus en détail

Guide SEPA. «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement»

Guide SEPA. «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» www.ca-nmp.fr Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Le Crédit Agricole accompagne les Entreprises dans le nouvel environnement des Moyens

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT n 4 Note d information systèmes et moyens de paiement au maroc rôle et responsabilités de bank al-maghrib L une des principales missions confiées à Bank Al-Maghrib est de veiller au bon fonctionnement

Plus en détail

RÉUSSIR LA MIGRATION SEPA DANS VOTRE ENTREPRISE. Single Euro Payments Area Espace unique de paiement en euros

RÉUSSIR LA MIGRATION SEPA DANS VOTRE ENTREPRISE. Single Euro Payments Area Espace unique de paiement en euros RÉUSSIR LA MIGRATION SEPA DANS VOTRE ENTREPRISE Single Euro Payments Area Espace unique de paiement en euros Qu est est-ce que SEPA? SEPA o Single Euro Payments Area / Espace unique de paiement en euros

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 er JUILLET 2015 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE OUVERTURE TRANSFORMATION CLOTURE Ouverture d'un compte avec remise de la Convention

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS Guide PROFESSIONNELS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques L arrêté du 24 décembre 2012, publié au JORF n 0301 du 27 décembre 2012 texte 13, portant application

Plus en détail

CONDITIONS ET TARIFS Produits et Services pour les entreprises Janvier 2009

CONDITIONS ET TARIFS Produits et Services pour les entreprises Janvier 2009 CONDITIONS ET TARIFS Produits et Services pour les entreprises Janvier 2009 sommaire FONCTIONNEMENT DU COMPTE P.1 SUIVI DU COMPTE P.1 INFORMATIONS ET DOCUMENTS P.1 MOYENS DE PAIEMENT Cartes Bancaires Chèques

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

( ARTICLE(1(:(DEFINITIONS(

( ARTICLE(1(:(DEFINITIONS( EZBEAUTY CGU Dernière'mise'à'jour'le'15/07/2015' INTRODUCTION EZBEAUTY"laSociété")estuneplateformedemiseenrelationdestinéeàfaciliterlamiseenrelation,lacommunicationet lepaiemententre: i)despersonnesphysiquessouhaitantproposerdesprestationsdebeautéetbiencêtre"professionnels");et

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail