Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec"

Transcription

1 2012 Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec Volume 3 - Numéro 6 AVEC LA COLLABORATION DE

2

3 table des matières FAITS SAILLANTS... 4 LE NOMBRE MOYEN DE CYBERACHETEURS QUÉBÉCOIS AU COURS D UN MOIS TYPE POURSUIT SA PROGRESSION... 5 Près de la moitié des cyberacheteurs dépensent plus de 100 $ en ligne... 5 Les adultes québécois achètent bel et bien en ligne... 6 L âge et le revenu comme principaux facteurs de variation du commerce en ligne au Québec... 6 Les boutiques en ligne, principal lieu pour effectuer des achats sur Internet... 6 Les recommandations en ligne : un aspect important du magasinage... 6 La carte de crédit toujours le moyen de paiement le plus populaire sur Internet... 7 La mode, catégorie la plus populaire des achats en ligne...7 Hommes et femmes : des achats en ligne distincts...7 Des cyberacheteurs québécois très satisfaits de leurs achats en ligne... 8 La popularité de la vente en ligne chez les internautes Les 25 à 34 ans : champions de la vente en ligne... 8 Les sites d enchères en ligne gagnent en popularité... 8 Profil des cyberacheteurs et des cybervendeurs en ligne en LES OPÉRATIONS BANCAIRES EN LIGNE SONT TRÈS POPULAIRES La progression de l utilisation des services bancaires en ligne...10 Mobilité et services bancaires...10 Les services bancaires en ligne : une question d âge et de revenu...10 Raisons de la non-utilisation des services bancaires en ligne chez les Québécois.. 11 Intentions d adhésion aux services bancaires en ligne au cours des 12 prochains mois Les factures et relevés électroniques entrent dans les usages des internautes québécois Services bancaires et financiers en ligne au cours d un mois type : profil des adultes québécois LES ACHATS PAR CARTE DE CRÉDIT : UNE PERCEPTION DE SÉCURITÉ Perception de sécurité liée à l utilisation en ligne de la carte de crédit : une amélioration constante depuis La perception de sécurité liée à l utilisation en ligne de la carte de crédit varie significativement selon l âge, la scolarité et le revenu Les institutions financières : les mieux perçues quant à la facilité et à la sécurité des transactions sur leur site, du point de vue des internautes DÉFIS ET ENJEUX Méthodologie Pour réaliser le volet «Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec» de l enquête NETendances 2012, nous avons fait appel à un cumulatif annuel et à plusieurs collectes de données (janvier, avril, mai, septembre, octobre, décembre 2012 et janvier 2013) au cours desquelles nous avons interrogé au téléphone environ adultes québécois chaque fois. Les résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l âge, de la région et de la langue des répondants, afin d assurer la représentativité de l ensemble des adultes québécois. La marge d erreur maximale, selon la proportion estimée, se situe à ± 3,1 % pour la base des adultes et à ± 3,5 % pour la base des internautes, 19 fois sur 20. Aux fins du sondage, 16 régions administratives du Québec ont été regroupées en 5 grandes régions : la RMR de Montréal (Montréal, Laval, Lanaudière [RMR], les Laurentides [RMR] et la Montérégie [RMR]) ; la RMR de Québec (Québec [RMR] et la Chaudière-Appalaches [RMR]) ; l Est du Québec (le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay Lac-Saint-Jean, la Côte- Nord et la Gaspésie Îles-de-la-Madeleine) ; le Centre du Québec (la Mauricie, l Estrie, le Centre-du-Québec, Québec [hors RMR] et la Chaudière-Appalaches [hors RMR]) ; et l Ouest du Québec (l Outaouais, l Abitibi-Témiscamingue, Lanaudière [hors RMR], les Laurentides [hors RMR] et la Montérégie [hors RMR]). Notes explicatives Adultes québécois : ensemble des répondants de 18 ans et plus, qu ils utilisent Internet ou non. Internautes québécois : personnes de 18 ans et plus qui utilisent Internet. données comparatives de 2011 : les données ont été recueillies lors de plusieurs collectes en 2011 auprès de adultes chaque fois. Les résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l âge, de la région et de la langue des répondants, afin d assurer la représentativité de l ensemble des adultes québécois. La marge d erreur maximale, selon la proportion estimée, est de ± 3,1 % pour la base des adultes et de ± 3,6 % pour la base des internautes, 19 fois sur 20. Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec L enquête NETendances 2012 a été réalisée par le CEFRIO, avec la collaboration de BIP, et financée par Adviso, le Mouvement des caisses Desjardins, Services Québec et TELUS. COLLABORATION ÉQUIPE DE PROJET Josée Beaudoin Vice-présidente, Innovation et Transfert, CEFRIO Supervision du projet Claire Bourget Directrice de la recherche marketing, CEFRIO Coordination du projet Mélanie Fontaine Chargée de projet, CEFRIO Analyse des données et rédaction Raphaël Danjou Directeur de la veille stratégique, CEFRIO Aurélien Jean Stagiaire à la veille stratégique, CEFRIO AVIS D EXPERTS Adviso ÉQUIPE D ÉDITION Guillaume Ducharme Directeur des communications et des relations avec les partenaires, CEFRIO Annie Lavoie Conseillère en communication, CEFRIO Coordination de l édition Tony Bureau Révision linguistique Brigitte Ayotte, Ayograph Graphisme Merci à l équipe de BIP pour sa collaboration à la collecte et au traitement des données ainsi qu à l équipe d Adviso pour ses avis d experts. Dépôt légal : 2013 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada ISSN (version imprimée) ISSN (PDF) La version PDF de ce numéro sur «Internet comme source d information et mode de communication» peut être téléchargée dans la section «Publications» du site Web du CEFRIO : L information contenue aux présentes ne peut être utilisée ou reproduite à moins d une autorisation écrite du CEFRIO. Photo de la couverture : istockphoto.com/wickedpix netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec 3

4 FAITS SAILLANTS Le nombre moyen de cyberacheteurs québécois au cours d un mois type poursuit sa progression En 2012, une moyenne de 26, des adultes québécois a réalisé des achats au fil des mois. Ce taux a progressé de 6,9 points de pourcentage par rapport à Quant à la valeur moyenne de ces achats, elle a augmenté de 63 $ entre 2009 et 2012 pour atteindre 333 $, mais demeure stable comparativement à Ces données nous permet tent d estimer à 6,8 milliards de dollars 1 le montant total dépensé en ligne par les adultes québécois au cours de Les internautes québécois sont nombreux à consulter des avis ou des recommandations en ligne Lorsqu ils magasinent un produit ou un service, deux internautes québécois sur trois (67,4 %) considèrent des avis ou des recommandations en ligne, provenant principalement de la famille, d amis ou de connaissances (51,9 % des internautes). Les avis ou recommandations d experts, tels que ceux de la revue Protégez-Vous (35,8 %), mais aussi l avis ou les recommandations d autres consommateurs (30,1 %) ont également un écho considérable auprès des internautes. Les 25 à 34 ans : champions de la vente en ligne Avec un taux de 44,, soit près de deux fois plus que les internautes en général (24,), les internautes de 25 à 34 ans sont les plus enclins à faire de la vente en ligne par l intermédiaire des sites de petites annonces et d enchères. Des Québécois très satisfaits de leurs achats en ligne Les cyberacheteurs québécois sont satisfaits de leurs achats en ligne dans une proportion de 95,. Les deux raisons principales d insatisfaction liée à leurs transactions concernent en premier lieu le produit ou service acheté, qualifié par l internaute comme étant non conforme, déce vant ou défectueux (37,8 % des cyberacheteurs insatisfaits), et en second lieu un problème lié à la livraison du produit, tel qu un retard de livraison ou un délai trop long (32,1 % des cyberacheteurs insatisfaits). La confiance envers l usage de la carte de crédit en ligne ne cesse de croître La perception des adultes québécois à l égard de la sécurité à utiliser une carte de crédit en ligne pour payer des achats n a cessé de s améliorer, ce moyen étant le plus populaire (près de trois transactions sur quatre). En 2001, seuls 25,8 % des adultes québécois considéraient comme très ou assez sécuritaire de régler des achats en ligne au moyen d une carte de crédit, alors que cette perception est nettement plus favorable en 2012 avec une proportion de 55,9 %. Les opérations bancaires en ligne ancrées dans les habitudes des Québécois Au cours d un mois type en 2012, 49,5 % des adultes québécois ont réalisé des opérations bancaires en ligne comme le paiement de factures ou les transferts de fonds. Du côté de la mobilité, un adulte québécois sur dix (10,6 %) utilise son appareil mobile pour effectuer de telles opérations lorsqu il se connecte à Internet à l aide de ce dernier, ce qui représente 31,9 % des adultes qui ont un appareil mobile et qui l utilisent pour se connecter à Internet. C est donc dire que les opérations bancaires sont bien ancrées dans les acti vités en ligne des Québécois, notamment dans les usages d Internet mobile. Les factures et relevés électroniques entrent dans les usages Chez les internautes, six sur dix (58,4 %) reçoivent au moins une facture ou un relevé par voie électronique, le plus souvent un relevé de compte bancaire (43,1 % des internautes). Il est aussi très populaire de recevoir ses factures pour des services de télécommunications, tels que la téléphonie fixe ou mobile (41,1 %) et ses relevés de cartes de crédit (31,6 %) par Internet. Les institutions financières : les mieux perçues par les internautes quant à la facilité et à la sécurité des transactions sur leur site Web Sur une échelle de 0 à 10, où 10 signifie que les transactions sont «très sécuritaires» ou «très faciles» et 0 qu elles ne le sont pas du tout, les adultes québécois accordent aux institutions financières des notes moyennes de 8,4 sur le plan de la sécurité et de 7,8 sur le plan de la facilité, ce qui les positionne au premier rang dans ce domaine par rapport aux détaillants et aux autres entreprises faisant affaire sur Internet. 1 L estimation du montant total des achats est basée sur la population au recensement de netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec

5 LE NOMBRE MOYEN DE CYBERACHETEURS QUÉBÉCOIS au COURS D UN MOIS TYPE POURSUIT SA PROGRESSION En 2012, une moyenne de 26, des adultes québécois a réalisé des achats au fil des mois. Ce taux a progressé de 6,9 points de pourcentage par rapport à Quant à la valeur moyenne de ces achats, elle a augmenté de 63 $ entre 2009 et 2012 pour atteindre 333 $, mais se stabilise comparativement à Le montant total dépensé en ligne par les adultes québécois au cours de 2012 est ainsi estimé à 6,8 milliards de dollars 2. Cyberacheteurs (au moins 1 achat en ligne au cours du mois précédent l enquête) à % 20 % % 25 % avis d expert L informatisation des produits : des avantages indéniables La numérisation des produits (par exemple les livres, les journaux, la musique, les jeux et les films) est un phénomène qui s impose. Le coût de reproduction d un produit informatisé étant nul, les entreprises économisent énormément sur les dépenses de fabrication, de distribution et de stockage. Étant donné ces avantages indéniables, les entreprises doivent donc, quel que soit leur domaine, réfléchir à une façon d informatiser leurs produits si elles veulent profiter d une source de revenus additionnelle, simplement et à faible coût. Karim Aboulhamid, spécialiste en médias sociaux chez Adviso Base adultes Base internautes Base : adultes québécois (n= en 2012, en 2011, en 2010 et en 2009) Base : internautes québécois (n= en 2012, en 2011, en 2010 et en 2009) valeur moyenne des achats par cyberacheteur au cours d un mois type (mois précédent l enquête) à 2012 Répartition des dépenses moyennes mensuelles en $ 295 $ 336 $ 333 $ 11 % 24 % 50 $ ou moins $ $ Plus de 500 $ Ne sait pas / Ne répond pas % % 2 Base : cyberacheteurs québécois (n=2 846 en 2012, en 2011, en 2010 et en 2009) Cyberacheteurs au cours d un mois type 41 % 3 36 % Base : cyberacheteurs québécois au cours d un mois type en 2012 (n=2 846) Près de la moitié des cyberacheteurs dépensent plus de 100 $ en ligne Près de la moitié des cyberacheteurs font des achats qui dépassent 100 $ au cours d un mois type en 2012 : 35,9 % pour une valeur comprise entre 101 $ et 500 $, et 10,9 % pour un montant de plus de 500 $. De leur côté, près du quart des cyberacheteurs (24 %) font des achats de 50 $ ou moins, tandis que 22,1 % dépensent un montant moyen compris entre 51 $ et 100 $. Le montant moyen du panier d achats au cours d un mois type atteint un sommet chez les cyberacheteurs âgés de 45 à 54 ans. Ce dernier croît avec l âge, alors que la quantité de cyberacheteurs lui est inversement proportionnelle. Internet : source d influence n o 1 pour acheter Une étude Cisco 3 menée dans cinq pays (États-Unis, Royaume-Uni, Chine, Brésil, Mexique) montre que lorsqu ils magasinent, quel que soit leur canal de consommation, les consommateurs sont en premier lieu influencés par les notes et critiques laissées sur Internet. 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Base : adultes québécois (n=11 994) Montant moyen des achats au cours d un mois type 453 $ 418 $ 399 $ 206 $ 281 $ 303 $ 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Base : adultes québécois (n=2846) 2 L estimation du montant total des achats est basée sur la population au recensement de Cisco, «Eight Out of 10 Consumers Shop Through Bits and Bytes, According to Cisco Study», communiqué de presse, [En ligne], 14 janvier [ press-release-content?type=webcontent&articleid= ] (Consulté le 1 er mars 2013). 28 % 19 % 8 % netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec 5

6 Les adultes québécois achètent bel et bien en ligne Sur une base annuelle, près d un adulte sur deux (46,8 %) a réalisé des achats au cours de 2012 (par rapport à 26, sur une base mensuelle), ce qui représente 60, des internautes. Ces taux sont tout à fait comparables à ceux de Les adultes québécois sont 7, à réaliser des achats au moyen d un appareil mobile lorsqu ils utilisent Internet sur ce dernier. Cyberacheteurs (au moins un achat au cours des 12 derniers mois) 2010 à % Base adultes 43 % % 61 % Base internautes Base : adultes québécois (n=1002 en 2012, 1000 en 2011 et 1000 en 2010) Base : internautes (n=779 en 2012, 862 en 2011 et 816 en 2010) Les boutiques en ligne, principal lieu pour effectuer des achats sur Internet Sur une base d internautes québécois, plus du tiers ont fait des achats sur des boutiques en ligne en 2012, alors qu environ le quart se sont rendus sur des sites d enchères ou de petites annonces pour ce faire, soit respectivement 28, et 22,5 % des internautes. Quant aux sites d achats groupés, 13,6 % des internautes y ont fait un achat au cours de Ces comportements sont en croissance par rapport à 2011, particulièrement en ce qui concerne les achats sur les boutiques en ligne (+6,2 points de pourcentage), les sites d enchères (+6,6 points de pourcentage) et les sites d achats groupés (+5,7 points de pourcentage). lieux d achats en ligne Boutique en ligne (p. ex. Amazon) Site d enchères en ligne (p. ex. ebay) Site d annonces classées (p. ex. Kijiji, Craigslist) Site d achat groupé (p. ex. Tuango, Groupon) Base : internautes québécois (n=876 en 2012 et 862 en 2011) 8 % 14 % 19 % 2 23 % 53 % 28 % 28 % En France, le commerce électronique a le vent dans les voiles Selon une étude publiée par la FEVAD 4, malgré la crise économique qui sévit, les nouvelles sont bon nes pour le commerce électronique : en 2012 les ventes génèrent 45 milliards d euros, et les achats sur Internet représentent même un montant de 13,1 milliards d euros pour le 4 e trimestre seulement. À elles seules, les ventes de Noël (novembre-décembre), en hausse de 19 % par rapport à 2011, ont atteint 9 milliards d euros. 35 % L âge et le revenu comme principaux facteurs de variation du commerce en ligne au Québec Les adultes de 18 à 44 ans sont significativement plus nombreux à faire des achats en ligne, que ce soit au cours de l année (66,) ou d un mois type (38,). Pour les achats sur un appareil mobile, c est au sein des 25 à 44 ans que l on retrouve les plus fortes proportions d adeptes (12,1 % chez les 25 à 34 ans et 13,5 % chez les 35 à 44 ans). Par ailleurs, les adultes dont le revenu familial est de $ ou plus par année sont significativement plus nombreux à avoir réalisé des achats au cours de l année 2012 (71,3 %), d un mois type en 2012 (43,1 %), ou encore à partir de leur appareil mobile (15,1 %). Ce phénomène est également observable selon le niveau de scolarité. Cyberachats en 2012 selon l âge 65 % 75 % 58 % A fait des achats en 2012 A fait des achats au cours d un mois type en 2012 A fait des achats sur son appareil mobile 3 41 % 45 % 36 % 28 % 40 % 19 % 9 % 1 14 % 9 % 4 % 1 8 % 1 % 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus selon le revenu 9 % 0 % Moins de $ 43 % 40 % 1 4 % 4 % $ à $ 25 % $ à $ 14 % 13 % $ à $ $ à $ $ et plus Base : adultes québécois (n=1000 pour les achats en 2012 et pour les achats sur appareil mobile et pour les achats au cours d un mois type en 2012) Les recommandations en ligne : un aspect important du magasinage Lorsqu ils magasinent un produit ou un service, deux inter nautes québécois sur trois (67,4 %) considèrent des avis ou des recommandations en ligne. Ce sont ceux qui proviennent de la famille, d amis ou de connaissances qui ont le plus d écho auprès de la plus grande part des internautes (51,9 %). Les avis ou recommandations d experts, tels que ceux de la revue Protégez-Vous (35,8 %), mais aussi l avis ou les recommandations d autres consommateurs (30,1 %) sont considérés par une proportion non négligeable d internautes québécois. Avec respectivement 19 % et 14,4 %, l avis ou les recommandations de membres d une communauté ou d un réseau social ou bien ceux de blogueurs suivis sont considérés par une fraction moins importante d internautes. 4 Fevad, «Bilan e-commerce 2012 : 45 milliards d euros en 2012 : le e-commerce s ancre durablement dans les habitudes de consommation des Français», communiqué de presse, [En ligne], 24 janvier [ milliards-d-euros-en-2012#topcontent ] (Consulté le 1 er mars 2013) % 76 % 41 % 80 % 5 18 % 6 netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec

7 La carte de crédit toujours le moyen de paiement le plus populaire sur Internet Près des trois quarts des achats (73,8 % des transactions) sont réglés au moyen de cartes de crédit. Parmi elles, la carte Visa est la plus populaire (43, des transactions en ligne sont réglées avec cette carte en particulier). Bien que beaucoup moins populaires que la carte de crédit, des services de paiement en ligne tels qu Interac et PayPal sont utilisés pour un achat en ligne sur cinq environ. Répartition des modes de paiement utilisés pour chaque transaction 1 % 0 % 1 % 1 % 18 % 3 % 26 % 44 % La mode, catégorie la plus populaire des achats en ligne Sur la période allant de juillet à décembre 2012, on obser ve que 22,9 % des cyberacheteurs ont réalisé au moins un achat dans la catégorie des articles de mode (vêtements, chaussures, bijoux et accessoires). Les autres catégories qui figurent en tête de liste des achats en ligne sont les suivantes : musique, films et jeux vidéo (22,4 %), électronique et ordinateurs (22,3 %), livres, revues et journaux (19,1 %) et billets de spectacles, de cinéma ou de divertissement (19 %). Visa MasterCard Service de paiement en ligne (Interac, PayPal) American Express Carte de débit ou virement bancaire en ligne Carte-cadeau prépayée ou coupon en ligne Paiement non effectué en ligne Points (programme, récompense ou prime) Autre moyen Autre carte de crédit Base : transactions d achat de juillet à décembre 2012 réalisées par cyberacheteurs québécois Source : Enquête sur l indice du commerce électronique du Québec (ICEQ), CEFRIO, 2012 (réalisée mensuellement en ligne). NSP Des cyberacheteurs québécois très satisfaits de leurs achats en ligne Les cyberacheteurs québécois sont satisfaits de leurs achats en ligne dans une proportion de 95,. Les deux raisons principales d insatisfaction liée à leurs transactions concernent en premier lieu le produit ou service acheté, qualifié par l internaute comme étant non conforme, décevant ou défectueux (37,8 % des cyberacheteurs insatisfaits), et en second lieu un problème lié à la livraison du produit, tel qu un retard de livraison ou un délai trop long (32,1 % des cyberacheteurs insatisfaits). avis d expert Quand acheter en ligne ne comporte aucun risque Il est intéressant de constater que les articles de mode sont les produits les plus achetés en ligne. Cette industrie a développé diverses façons de réduire les freins à l achat sur le Web. Plusieurs magasins virtuels offrent des chartes de grandeur détaillées, des zooms de grande taille permettant à l utilisateur de voir la texture des vêtements, des guides de styles, le retour souvent gratuit (et facile!) et même, parfois, des mannequins virtuels avec lesquels chacun peut facilement valider si le produit convoité s agence bien à sa silhouette. Chaque entreprise devrait prendre exemple sur ce secteur, se demander ce qui freine ses clients à acheter en ligne, et répliquer avec du contenu pertinent et des fonctionnalités novatrices. Véronique Valois-Boucher, stratège Web, Adviso taux de cyberacheteurs selon les catégories d achat (juillet à décembre 2012) Vêtements, chaussures, bijoux et accessoires Musique, films et jeux vidéo Électronique et ordinateurs 23 % 2 2 Hommes et femmes : des achats en ligne distincts Relativement aux six catégories de produits les plus souvent achetées en ligne au Québec, on observe que les cyberacheteuses sont significativement plus nombreuses à acheter des vêtements, chaussures, bijoux et accessoires (29,4 % comparativement à 17, chez les hommes) de même que des livres, revues et journaux (23,9 % comparativement à 14,8 % chez les hommes). Pour leur part, les cyberacheteurs sont relativement plus nombreux à acheter en ligne des produits des catégories musique, films et jeux vidéo (24,6 % comparativement à 19,8 % chez les femmes) de même qu électronique et ordinateurs (29, comparativement à 13,9 % chez les femmes). Livres, revues et journaux Billets de spectacles, de cinéma ou de divertissement Voyages ou vacances, hébergement, forfaits Décoration et articles pour la maison Épicerie, soins personnels et beauté Jeux et jouets (à l'exception des jeux électroniques) Sports et plein air Autres services professionnels et services divers Automobile et véhicules motorisés Santé et médicaments Alcool, tabac et casino Autres services Œuvres d art et objets de collection 5 % 5 % 4 % 3 % 3 % 16 % 19 % 19 % Animaux et soins pour animaux 1 % Avec près du quart des cyberacheteurs (22,9 %) qui ont réalisé au moins un achat parmi des articles tels que des vêtements, des chaussures, des bijoux ou des accessoires, la mode est en tête des catégories d achat les plus populaires. Fleurs coupées et plantes Autres produits Base : cyberacheteurs sondés en ligne au cours d un mois type (n=2825) Source : Enquête sur l indice du commerce électronique du Québec(ICEQ), CEFRIO, 2012 (réalisée mensuellement en ligne). 1 % 9 % netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec 7

8 La popularité de la vente en ligne chez les internautes Avec une proportion de 24, d internautes qui y ont réa lisé une vente, les sites de petites annonces restent le lieu le plus populaire lorsqu il est question de vendre en ligne. Cependant, la popularité des sites d enchères en ligne pour y vendre un bien ou un service progresse de 5,1 points de pourcentage entre 2011 et 2012, pour atteindre une proportion de 11,3 % des internautes québécois qui les utilisent dans ce but. Les 25 à 34 ans : champions de la vente en ligne Avec un taux de 44,, les internautes de 25 à 34 ans sont les plus enclins à faire de la vente en ligne par l intermédiaire des sites de petites annonces et d enchères, toutes catégories sociodémographiques confondues. De plus, les internautes disposant d un revenu familial annuel de $ et plus sont aussi très portés vers cette activité (40,8 %). Cybervendeurs : sites d enchères et sites de petites annonces (comparaison ) 2 24 % 25 % Lieux de vente en ligne selon l âge 45 % 41 % Au moins une vente sur les sites identifiés Vente sur un site d enchères en ligne Vente sur un site de petites annonces Au moins une vente sur ces sites (total) Vente sur un site de petites annonces en ligne Base : internautes québécois (n=876 en 2012 et 862 en 2011) 11 % 6 % Vente sur un site d enchères en ligne 19 % 15 % 10 % 20 % 31 % 29 % 10 % 2 26 % % 14 % 13 % 8 % Les sites d enchères en ligne gagnent en popularité Entre 2011 et 2012, la fréquentation des sites de petites annonces reste relativement stable, que ce soit pour la vente ou l achat de produit et de services (33,3 % des internautes québécois en 2012, comparativement à 30 % en 2011). Cependant, la fréquentation des sites d enchères en ligne est en croissance, puisque 24 % des internautes québécois y avaient acheté ou vendu un produit ou un service en 2011, comparativement à 31,9 % en 2012 (+7,9 points de pourcentage), soit un taux qui rejoint maintenant celui des sites de petites annonces en matière de popularité. Les sites d enchères et sites de petites annonces (comparaison ) 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus selon le revenu 16 % 9 % 1 Moins de $ 18 % 18 % 10 % $ à $ Base : internautes québécois (n=876) 28 % 2 14 % $ à $ 38 % 35 % 11 % $ à $ 40 % 39 % $ à $ 41 % 3 15 % 15 % $ et plus 33 % 30 % 3 24 % Avec un taux de 44,, les internautes de 25 à 34 ans sont les plus enclins à faire de la vente en ligne par l intermédiaire des sites de petites annonces et d enchères. Achat ou vente sur un site de petites annonces (total) Achat ou vente sur un site d'enchères en ligne (total) Base : internautes québécois (n=876 en 2012 et 862 en 2011) 8 netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec

9 Profil des cyberacheteurs et des cybervendeurs en ligne en 2012 Cyberacheteurs au cours de l année Cyberacheteurs au cours d un mois type Montant moyen des achats au cours d un mois type Cybervendeurs sur un site d enchères ou de petites annonces (total) TOTAL 46, 8 % 26, 333 $ 23, 8 % Sexe Homme 54, 8 % 31,0 % 367 $ 28, Femme 39, 3 % 22,6 % 288 $ 19,1 % Âge 18 à 24 ans 65,0 % 37,0 % 206 $ 18,6 % 25 à 34 ans 75,4 % 40,9 % 281 $ 43, 5 % 35 à 44 ans 57,6 % 36, 3 % 303 $ 29,6 % 45 à 54 ans 44,9 % 27, 453 $ 24,9 % 55 à 64 ans 40,4 % 18,6 % 418 $ 18, 3 % 65 ans et plus 11,9 % 7,5 % 399 $ 9,4 % Scolarité Primaire et secondaire 27, 13,1 % 303 $ 18,6 % Collégial 56,6 % 31,0 % 296 $ 27,6 % Universitaire 63, 40, 3 % 369 $ 27, 3 % Revenu Moins de $ 6,6 % 9,4 % 143 $ 9, Entre $ à $ 42, 16,8 % 285 $ 15,1 % Entre $ à $ 40,4 % 25,0 % 271 $ 25, 8 % Entre $ à $ 56, 8 % 34, 294 $ 36,1 % Entre $ à $ 76, 3 % 40,9 % 351 $ 39,1 % $ et plus 79, 8 % 52,0 % 458 $ 40, 5 % Région Montréal (RMR) 50, 30, 3 % 331 $ 20,8 % Québec (RMR) 47,6 % 29,0 % 307 $ 29,9 % Est-du-Québec 39,6 % 20,9 % 268 $ 8,8 % Centre-du-Québec 36, 3 % 20,1 % 330 $ 30,4 % Ouest-du-Québec 49,4 % 24, 378 $ 30,0 % Langue maternelle Francophone 46,9 % 26,1 % 315 $ 25, 8 % Anglophone ou autre 47, 29,9 % 392 $ 16, Occupation Employé (services, bureau, vente) 59,0 % 31, 276 $ 32,6 % Travailleur manuel 37,9 % 21, 316 $ 36, 8 % Professionnel 72, 5 % 40, 8 % 391 $ 32,9 % Au foyer 31,1 % 16, 3 % 241 $ 13, 3 % Étudiant 64, 5 % 35,9 % 257 $ 16, Retraité 21,4 % 10, 380 $ 10,4 % Sans emploi 39,3 % 18,8 % 352 $ 19,9 % Avec ou sans enfant(s) Avec enfant(s) 58, 36, 338 $ 35,1 % Sans enfant 40,9 % 22,1 % 328 $ 18, Globalement, les femmes vendent, achètent et dépensent moins en ligne que les hommes. Base : adultes québécois (n=1 000) pour les cyberacheteurs au cours de l année; adultes québécois (n=11 994) pour les cyberacheteurs au cours d un mois type ; cyberacheteurs québécois (n=2 846) pour le montant moyen des achats au cours d un mois type; et adultes québécois (n=1 000) pour les cybervendeurs sur un site d enchères ou de petites annonces. En caractères gras rouges : résultat significativement supérieur, dans un intervalle de confiance d au moins 95 %. En caractères bleus italiques : résultat significativement inférieur, dans un intervalle de confiance d au moins 95 %. netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec 9

10 LES OPÉRATIONS BANCAIRES EN LIGNE SONT TRÈS POPULAIRES La progression de l utilisation des services bancaires en ligne Au cours d un mois type en 2012, 49,5 % des adultes québécois ont réalisé des opérations bancaires en ligne comme le paiement de factures ou les transferts de fonds. Sur une base d internautes, cela représente 61,3 %. Par rapport à 2011, le taux d internautes réalisant des opérations ban caires demeure stable, alors que comparativement à 2009, il a progressé de 9,1 points de pourcentage. Services bancaires et financiers en ligne au cours d un mois type (2009 à 2012) 69 % 65 % 60 % 2009 non demandé Consultation de comptes bancaires 63 % 61 % 5 5 Opérations bancaires en ligne % 10 % 9 % 5 % 4 % 3 % Placements financiers en ligne 1 % Soumission pour une assurance en ligne Base : internautes québécois (n=2424 en 2012, 2453 en 2011, 2434 en 2010 et 2542 en 2009) Les opérations bancaires en ligne comme le paiement de factures ou les transferts de fonds sont une activité adoptée dans de bonnes proportions par les internautes, et de manière plus prononcée chez ceux de 25 à 34 ans (74 %) et de 35 à 44 ans (65,). Mobilité et services bancaires Un adulte québécois sur dix (10,6 %) utilise son appareil mobile pour effectuer des opérations bancaires en ligne lorsqu il se connecte à Internet à l aide de ce dernier, ce qui représente 31,9 % des adultes qui ont un appareil mobile et qui l utilisent pour se connecter à Internet. C est donc dire que les opérations bancaires sont une activité qui perce dans les usages sur Internet mobile. Les services bancaires en ligne : une question d âge et de revenu Bien que les opérations bancaires en ligne soient une acti vité adoptée dans de bonnes proportions par les internautes de tous âges, elles le sont significativement plus chez ceux de 25 à 34 ans (74 %) et de 35 à 44 ans (65,), et significativement moins chez ceux de 18 à 24 ans (52,9 %) et de 65 ans et plus (43,1 %), mais probablement pour des raisons différentes. Toutefois, seuls les internautes de 35 à 44 ans réalisent significativement plus d investissements en ligne, que ce soit par courtage à commission réduite, l acquisition d obligations d épargne ou de fonds communs de placement, par exemple (12,), alors que ceux de 25 à 34 ans sont deux fois plus nombreux à demander en ligne des soumissions pour une assurance (6,5 %) que dans la population en général (3,). Pour ce qui est du revenu, on peut dire que la propension à réaliser des activités bancaires en ligne, que ce soit la consultation de comptes, ou les opérations bancaires et les investissements, augmente significativement avec le revenu familial annuel des internautes, ce qui est également vrai avec le niveau de scolarité. Services bancaires et financiers en ligne au cours d un mois type (2009 à 2012) selon l âge 76 % 76 % 66 % 68 % 68 % 74 % 66 % 58 % 74 % 66 % 63 % 58 % 45 % 53 % 53 % 43 % selon le revenu 68 % 68 % 6 66 % 63 % 4 40 % 58 % 5 45 % 43 % 13 % 10 % 9 % 9 % 3 % 6 % 13 % 10 % 5 % 9 % 9 % 4 % 4 % 4 % 3 % 3 % 6 % 5 % 5 % 3 % 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Moins de $ $ 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à ans 000 $ 55 à 64 à 39 ans 999 $ 65 ans à et 59 plus 999 $ Consultation de comptes bancaires Opérations bancaires en ligne (total) Consultation de comptes bancaires Opérations Consultation bancaires de comptes en ligne bancaires (total) Placements financiers en ligne (total) Soumission pour une assurance en ligne Placements financiers en ligne (total) Soumission Placements pour financiers une assurance en ligne en (total) ligne Base : internautes québécois (n=2424) 58 % 68 % 65 % 71 % 70 % 10 % $ à $ 76 % 73 % 16 % 8 % $ à $ 8 78 % 14 % 4 % $ et plus Opérations bancaires en ligne (total) Soumission pour une assurance en ligne 10 netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec

11 Raisons de la non-utilisation des services bancaires en ligne chez les Québécois Si 59,8 % des adultes québécois ont réalisé des opérations bancaires comme le paiement de factures ou les transferts de fonds au moins une fois sur une période de trois mois en 2012 (soit à peine plus qu au cours d un mois type : 49,5 %), une proportion de 39,8 % ne l a pas fait, dont 11, qui n utilisent pas Internet. Si l on exclut ceux qui n utilisent pas Internet pour des raisons évidentes, le manque de confiance constitue l une des principales causes de la non-utilisation des services bancaires en ligne (21,4 % des internautes québécois n utilisant pas les services bancaires en ligne). Par ailleurs, 14 % de ce même groupe soulignent que ce n est pas assez sécuritaire de le faire. Un accès Internet qui fait défaut (12,), d autres habitudes comme l utilisation des services au comptoir, du guichet automatique ou des services téléphoniques (12,1 %), ou encore une préférence pour le contact réel avec un agent (11,6 %) sont aussi des raisons évoquées par ces internautes pour justifier leur choix. Intentions d adhésion aux services bancaires en ligne au cours des 12 prochains mois Une proportion de 9, des internautes qui ne réalisent pas encore d opérations bancaires en ligne prévoient y adhé rer au cours des 12 prochains mois, tandis que 3,4 % y sont déjà inscrits, mais n en font pas usage. Pour leur part, 83,1 % des non-utilisateurs actuels n ont pas l intention de le faire. Les factures et relevés électroniques entrent dans les usages des internautes québécois En 2012, 58,4 % des internautes québécois reçoivent au moins une facture ou un relevé bancaire par voie élec tronique. Le plus souvent, il s agit d un relevé de compte bancaire (43,1 % des internautes), mais aussi de factures de services de télécommunications (41,1 %), des relevés de cartes de crédit (31,6 %), des factures d électricité (26,4 %) de même que des relevés de placement (21,). Les internautes disposant d un revenu familial de $ et plus par an (75,1 %), ceux qui ont fait des études universitaires (74,9 %) et les professionnels (72,6 %) comptent parmi ceux qui reçoivent significativement plus de factures ou de relevés par voie électronique (au moins un). Principale(s) raison(s) de ne pas faire d opérations bancaires en ligne Manque de confiance Pas assez sécuritaire N'a pas d'accès à Internet A d'autres habitudes Préférence pour le contact physique avec un agent Complexité de l utilisation des services bancaires en ligne Peur d être victime de fraude ou de tentative de fraude Son conjoint (ou sa conjointe) le fait à sa place N est pas informé de cette possibilité Nombre limité de transactions pouvant être réalisées en ligne Autres Base : internautes québécois n utilisant pas les services bancaires en ligne (n=287) Factures et relevés électroniques En 2012, 58,4 % des internautes québécois reçoivent au moins une facture ou un relevé bancaire par voie électronique. 43 % 45 % Relevés de comptes bancaires 41 % 4 Factures de télécommunications 3 4 % 4 % 33 % Relevés de cartes de crédit Base : internautes québécois (n=889 en 2012 et 802 en 2011) 9 % 26 % % 29 % Factures d électricité % 21 % 2011 non demandé Relevés de placements avis d expert Services bancaires mobiles : un canal exclusif pour certains consommateurs Avec la croissance en popularité des services bancai res mobiles, on voit émerger un nouveau groupe de consommateurs qui utilisent exclusivement le mobile pour répondre à leurs besoins et délaissent les services bancaires en ligne à partir d un ordinateur comme en succursale. Une relation basée sur le mobile uniquement aura de nombreuses implications pour les banques, tant du point de vue technologique que du côté marketing. Gabrielle Provost, ergonome Web chez Adviso netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec 11

12 Services bancaires et financiers en ligne au cours d un mois type : profil des adultes québécois Consultation des comptes bancaires Opérations bancaires (total) Investissements en ligne (total) Soumission pour des assurances en ligne TOTAL 52, 49, 5 % 7, 3,0 % Sexe Homme 54,9 % 51,4 % 10,6 % 4,0 % Femme 50, 5 % 47, 8 % 4,1 % 2,0 % Âge 18 à 24 ans 63, 51, 9,6 % 3,1 % 25 à 34 ans 72, 3 % 70,0 % 8,0 % 6, 35 à 44 ans 64, 5 % 62,0 % 12,0 % 4, 8 % 45 à 54 ans 59, 8 % 56,1 % 7,5 % 2, 55 à 64 ans 45, 3 % 45,0 % 4,8 % 1, 5 % 65 ans et plus 20, 19, 3,3 % 0,9 % Scolarité Primaire et secondaire 35, 30, 5 % 3,6 % 2, Collégial 62,1 % 58,1 % 7,6 % 2,9 % Universitaire 70,1 % 69, 8 % 12, 3 % 4, Revenu Moins de $ 27,8 % 23,9 % 2,0 % 1,1 % Entre $ à $ 4 4,4 % 41,1 % 3,1 % 3,6 % Entre $ à $ 58,0 % 55, 6,3 % 3,1 % Entre $ à $ 65, 3 % 64, 8, 1, 8 % Entre $ à $ 71,0 % 68, 8 % 14, 8 % 7,1 % $ et plus 78, 75, 3 % 13,9 % 4,0 % Région Montréal (RMR) 53,9 % 50,9 % 8,5 % 2, 5 % Québec (RMR) 64, 59, 6,3 % 3, Est-du-Québec 4 4, 40,6 % 4,6 % 2,4 % Centre-du-Québec 48,9 % 47,6 % 7, 4,0 % Ouest-du-Québec 50, 8 % 46, 5,8 % 3,4 % Langue maternelle Francophone 53, 5 % 50, 6, 3, Anglophone ou autre 50,9 % 46, 5 % 11, 2, Occupation Employé (services, bureau, vente) 62,1 % 58, 5 % 7,1 % 2,6 % Travailleur manuel 52,9 % 43, 2,1 % 4, 3 % Professionnel 71,3 % 69,6 % 12,6 % 5,6 % Au foyer 40,1 % 37, 5 % 4,6 % 1,0 % Étudiant 68,9 % 58, 5 % 11,1 % 2, Retraité 28,4 % 28,0 % 4,1 % 1, Sans emploi 39, 3 % 34,0 % 2,6 % 1,4 % Avec ou sans enfant(s) Avec enfant(s) 64, 63, 9,9 % 3,9 % Sans enfant 47,1 % 43, 6,0 % 2,5 % La propension à réaliser des activités bancaires en ligne, que ce soit la consultation de comptes, les opérations bancaires ou encore les investissements, augmente significativement avec le revenu familial annuel. Base : adultes québécois (n=3 000). En caractères gras rouges : résultat significativement supérieur, dans un intervalle de confiance de 95 %. En caractères bleus italiques : résultat significativement inférieur, dans un intervalle de confiance de 95 %. 12 netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec

13 LES ACHATS PAR CARTE DE CRÉDIT : UNE PERCEPTION DE SÉCURITÉ Perception de sécurité liée à l utilisation en ligne de la carte de crédit : une amélioration constante depuis 2001 Depuis 2001, la perception des adultes québécois à l égard de la sécurité à utiliser une carte de crédit en ligne pour payer des achats n a cessé de croître. En 2001, 25,8 % des adultes québécois considéraient comme très ou assez sécuritaire de régler des achats en ligne au moyen d une carte de crédit, alors que cette perception est nettement plus favorable en 2012, et elle ne l a d ailleurs jamais été davantage, avec une proportion de 55,9 % des adultes. La perception de sécurité liée à l utilisation en ligne de la carte de crédit varie significativement selon l âge, la scolarité et le revenu Plus on est jeune, plus on perçoit les paiements en ligne au moyen de la carte de crédit comme sécuritaires. Cette tendance s observe également avec l augmentation du revenu et de la scolarité. C est ainsi le cas de 70,9 % des adultes de 25 à 34 ans, de 85,6 % de ceux dont le revenu familial annuel est de $ et plus et de 76,1 % de ceux ayant obtenu un diplôme universitaire. Perception de sécurité liée à l utilisation de la carte de crédit en ligne 54 % 56 % 26 % 28 % 33 % 31 % 43 % 41 % % 49 % Plus on est jeune, plus on perçoit les paiements en ligne au moyen de la carte de crédit comme sécuritaires Base : adultes québécois (n=1000 environ chaque année) Perception de sécurité liée à l utilisation d une carte de crédit en ligne selon le revenu 86 % selon l âge selon la scolarité 40 % 24 % 49 % 39 % 60 % 55 % 75 % 7 74 % 68 % 74 % 71 % 69 % 65 % 6 Très ou assez sécuritaire (2012) Très ou assez sécuritaire (2011) 65 % 53 % 45 % 44 % 25 % 2 38 % 35 % 66 % 60 % 76 % 70 % Moins de $ $ à $ $ à $ $ à $ Base : adultes québécois (n=1000 en 2012 et en 2011) $ et plus 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Primaire Collégial Universitaire ou secondaire Les institutions financières : les mieux perçues quant à la facilité et à la sécurité des transactions sur leur site, du point de vue des internautes Sur une échelle de 0 à 10, où 10 signifie que les transactions sont «très sécuritaires» ou «très faciles» et 0 qu elles ne le sont pas du tout, les adultes québécois accordent aux institutions financières des notes moyennes de 8,4 sur le plan de la sécurité et de 7,8 sur le plan de la facilité, ce qui les positionne au premier rang dans ce domaine par rapport aux détaillants et aux autres entreprises faisant affaire sur Internet. Perception de sécurité et de facilité des transactions en ligne avec différents types d organisations (échelle de 0 à 10) Facilité Sécurité 8,4 7,8 7,5 6,8 7,4 7 6,1 5,5 Institutions financières Entreprises faisant affaire uniquement sur Internet Grands détaillants franchisés Base : internautes québécois (n=830 pour la facilité et 876 pour la sécurité) Petits commerçants indépendants netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec 13

14 DÉFIS ET ENJEUX Internet a définitivement modifié les habitudes en matière d affaires électroniques. Commerce et services bancaires en ligne sont disponibles, accessibles et utilisés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. On est très loin des contraintes liées aux heures ouvrables, aux déplacements et aux frontières géographiques. Les transactions commerciales, bancaires et financières peuvent être réalisées en continu, à la convenance de chacun. À ce jour, les habitudes en matière d opérations bancaires sont davantage ancrées que les achats en ligne. Au cours d un mois type, un adulte sur deux (49,5 %) réalise des opérations bancaires, soit deux fois plus que ceux qui y font des achats. Dans ce dernier cas, c est environ un adulte sur quatre (26,). Dans l ensemble, les plus jeunes, les mieux nantis et les plus scolarisés sont ceux qui ont pris en plus grand nombre le virage numérique en matière de commerce et de services bancaires, et ce sont également les premiers à prendre celui de la mobilité. Ces changements importants amènent des défis en même temps que de nombreuses occasions d affaires. Du côté du commerce électronique, le gain de temps et les économies font partie des principales raisons pour lesquelles les internautes s y adonnent, bien que les choix disponibles n y soient pas étrangers non plus. Qui plus est, la perception de sécurité liée à l utilisation d une carte de crédit en ligne continue de s améliorer. Pour les entreprises québécoises, il s agit d un virage important. Le commerce électronique ouvre de nouvelles frontières. L importance d être branché et d assurer les possibilités transactionnelles liées au commerce en ligne croît à mesure que la proportion de cyberacheteurs et la valeur du panier d achats gran dis sent. L enjeu n est plus uniquement le commerce électronique (e-commerce), mais le commer ce mobile (m-commerce) et toute l infrastructure que cela nécessite. Une présence virtuelle revêt toute son importance : il s agit d une fenêtre ouverte sur le monde. Du côté des services bancaires, les questions de confiance et de sécurité demeurent importantes chez les internautes qui n utilisent pas déjà les services bancaires. Le manque de confiance et la méfiance envers la sécurité sont en tête des raisons évoquées par ces derniers pour justifier le fait de ne pas utiliser de tels services. Qu à cela ne tienne! Ces raisons n empêchent pas la moitié des adultes du Québec d effectuer chaque mois leurs opérations bancaires en ligne. Payer ses factures ou encore faire des virements ou des placements en ligne n ont jamais été aussi accessibles. Qui plus est, les institutions financières restent les mieux perçues du côté de la facilité et de la sécurité à faire des transactions en ligne. 14 netendances CEFRIO Le commerce électronique et les services bancaires en ligne au Québec

15

16 2012 THÈME Du PROCHAIN NUMÉRO : > L informatisation du Québec Le CEFRIO est le centre facilitant la recherche et l innovation dans les organisations, à l aide des technologies de l information et de la communication (TIC). Il regroupe près de 150 membres universitaires, industriels et gouvernementaux ainsi que 74 chercheurs associés et invités. Sa mission : contribuer à faire du Québec une société numérique, grâce à l usage des technologies comme levier de l innovation sociale et organisationnelle. Le CEFRIO, en tant que centre de liaison et de transfert, réalise, en partenariat, des projets de recherche-expérimentation, d enquêtes et de veille stratégique sur l appropriation des TIC à l échelle québécoise et canadienne. Ces projets touchent l ensemble des secteurs de l économie, tant privé que public. Les activités du CEFRIO sont financées à près de 6 par ses propres projets et à 33 % par le ministère de l Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST), son principal partenaire financier. PRINCIPAL PARTENAIRE FINANCIER Pour tout renseignement complémentaire, communiquez avec nous. Bureau de Québec 888, rue Saint-Jean Bureau 575 Québec (Québec) G1R 5H6 Canada Tél. : Bureau de Montréal 550, rue Sherbrooke Ouest Tour Ouest, bureau 1770 Montréal (Québec) H3A 1B9 Canada Tél. : Merci à nos partenaires

LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN VOLUME 4 NUMÉRO 9 AVEC LA COLLABORATION DE

LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN VOLUME 4 NUMÉRO 9 AVEC LA COLLABORATION DE LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN VOLUME 4 NUMÉRO 9 AVEC LA COLLABORATION DE 2 2014, CEFRIO NETendances LES SERVICES BANCAIRES EN LIGNE : LA MOBILITÉ GAGNE DU TERRAIN TABLE

Plus en détail

LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE EN PLEINE CROISSANCE AU QUÉBEC VOLUME 4 NUMÉRO 10 AVEC LA COLLABORATION DE

LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE EN PLEINE CROISSANCE AU QUÉBEC VOLUME 4 NUMÉRO 10 AVEC LA COLLABORATION DE LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE EN PLEINE CROISSANCE AU QUÉBEC VOLUME 4 NUMÉRO 10 AVEC LA COLLABORATION DE 2 NETendances LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE EN PLEINE CROISSANCE AU QUÉBEC TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES...

Plus en détail

LA MOBILITÉ AU QUÉBEC : UNE MONTÉE EN FLÈCHE VOLUME 4 NUMÉRO 7 AVEC LA COLLABORATION DE

LA MOBILITÉ AU QUÉBEC : UNE MONTÉE EN FLÈCHE VOLUME 4 NUMÉRO 7 AVEC LA COLLABORATION DE LA MOBILITÉ AU QUÉBEC : UNE MONTÉE EN FLÈCHE VOLUME 4 NUMÉRO 7 AVEC LA COLLABORATION DE 2 Publictié 2013, CEFRIO NETendances LA MOBILITÉ AU QUÉBEC : UNE MONTÉE EN FLÈCHE TABLE DES MATIÈRES FAITS SAILLANTS...

Plus en détail

Le commerce électronique et les services bancaires en ligne

Le commerce électronique et les services bancaires en ligne Le commerce électronique et les services bancaires en ligne Volume 1 - Numéro 5 Une réalisation du Avec la collaboration de table des matières Faits saillants............................................

Plus en détail

LES ADULTES QUÉBÉCOIS TOUJOURS TRÈS ACTIFS SUR LES MÉDIAS SOCIAUX VOLUME 4 NUMÉRO 1 AVEC LA COLLABORATION DE

LES ADULTES QUÉBÉCOIS TOUJOURS TRÈS ACTIFS SUR LES MÉDIAS SOCIAUX VOLUME 4 NUMÉRO 1 AVEC LA COLLABORATION DE LES ADULTES QUÉBÉCOIS TOUJOURS TRÈS ACTIFS SUR LES MÉDIAS SOCIAUX VOLUME 4 NUMÉRO 1 AVEC LA COLLABORATION DE TABLE DES MATIÈRES FAITS SAILLANTS... 4 UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX... 5 Progression chez

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT EN LIGNE :

LE GOUVERNEMENT EN LIGNE : 2012 LE GOUVERNEMENT EN LIGNE : DES DÉFIS À L HORIZON VOLUME 3 - NUMÉRO 4 AVEC LA COLLABORATION DE table des matières FAITS SAILLANTS... 4 LA VISITE DES SITES WEB GOUVERNEMENTAUX : DES SIGNES DE STAGNATION...

Plus en détail

LES MÉDIAS SOCIAUX : UNE PLUS FORTE PRÉSENCE DANS LE PROCESSUS D ACHAT DES QUÉBÉCOIS VOLUME 6 NUMÉRO 1

LES MÉDIAS SOCIAUX : UNE PLUS FORTE PRÉSENCE DANS LE PROCESSUS D ACHAT DES QUÉBÉCOIS VOLUME 6 NUMÉRO 1 LES MÉDIAS SOCIAUX : UNE PLUS FORTE PRÉSENCE DANS LE PROCESSUS D ACHAT DES QUÉBÉCOIS VOLUME 6 NUMÉRO 1 AVEC LA COLLABORATION DE NETENDANCES LES MÉDIAS SOCIAUX : UNE PLUS FORTE PRÉSENCE DANS LE PROCESSUS

Plus en détail

Le commerce électronique. et les services bancaires en ligne. Volume 2 - Numéro 6

Le commerce électronique. et les services bancaires en ligne. Volume 2 - Numéro 6 Le commerce électronique et les services bancaires en ligne Volume 2 - Numéro 6 Une réalisation du Avec la collaboration de AccèsD vous suit partout. Disponible en tout temps par internet ou au moyen de

Plus en détail

l Internet mobile Un fort potentiel Québec pour

l Internet mobile Un fort potentiel Québec pour Le CEFRIO est un centre de liaison et de transfert qui regroupe plus de 160 membres universitaires, industriels et gouvernementaux, ainsi qu une soixantaine de chercheurs associés et invités. Sa mission

Plus en détail

L état du Québec numérique en 2015 : des Québécois très branchés, mobiles et actifs sur les réseaux sociaux

L état du Québec numérique en 2015 : des Québécois très branchés, mobiles et actifs sur les réseaux sociaux L état du Québec numérique en 2015 : des Québécois très branchés, mobiles et actifs sur les réseaux sociaux Printemps des réseaux sociaux 14 avril 2015 Guillaume Ducharme Directeur des communications et

Plus en détail

L informatisation. du Québec. Volume 1 - Numéro 6. Une réalisation du. Avec la collaboration de

L informatisation. du Québec. Volume 1 - Numéro 6. Une réalisation du. Avec la collaboration de L informatisation du Québec Volume 1 - Numéro 6 Une réalisation du Avec la collaboration de Un choix d enfer au bout des doigts. La Boutique Musique TELUS offre le plus grand répertoire de chansons francophones

Plus en détail

S@voir.stat. Points saillants

S@voir.stat. Points saillants SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Bulletin S@voir.stat Mars 2014 Volume 14, numéro 2 Prochain bulletin S@voir.stat Le prochain numéro du bulletin portera sur les dépenses

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Rapport final Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Projet 13574-010 Décembre 2010 507, place d Armes, bureau 700 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone : 514-982-2464 Télécopieur : 514-987-1960

Plus en détail

La mobilité au Québec : une tendance en croissance

La mobilité au Québec : une tendance en croissance 2012 La mobilité au Québec : une tendance en croissance Volume 3 - Numéro 3 AVEC LA COLLABORATION DE Le réseau qui ne vous laisse pas tomber. n Faites l expérience d un réseau fiable n Téléchargez à des

Plus en détail

L utilisation des TIC par les PME canadiennes et québécoises PLUS DE 2 000 PME SONDÉES

L utilisation des TIC par les PME canadiennes et québécoises PLUS DE 2 000 PME SONDÉES L utilisation des TIC par les PME canadiennes et québécoises PLUS DE 2 000 PME SONDÉES L utilisation des TIC par les PME canadiennes et québécoises PLUS DE 2 000 PME SONDÉES Grâce à la participation financière

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE

MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE Échantillon de départ tiré de la base de données de Dun and Bradstreet 4 secteurs d activités ciblés (entreprises de 5 employés et plus) : Des entreprises québécoises du secteur

Plus en détail

Country factsheet - Octobre 2013. Les États-Unis

Country factsheet - Octobre 2013. Les États-Unis Country factsheet - Octobre 2013 Les États-Unis Les États-Unis sont depuis toujours le pays numéro un sur le marché de l e-commerce. À la fin de l année 2013, ils devraient afficher un revenu de 193,3

Plus en détail

Les indicateurs du Cégep@distance

Les indicateurs du Cégep@distance Les indicateurs du Cégep@distance Caractéristiques de la population étudiante et cheminement scolaire Tableaux de bord 2004-2005 et 2005-2006 Mars 2007 Recherche et rédaction Lyne Forcier et Mireille Laforest

Plus en détail

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Grand sondage régional. Étude quantitative. 25 mars 2014 Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014 Grand sondage régional Étude quantitative 25 mars 2014 Méthodologie MÉTHODOLOGIE SONDAGE INTERNET Un sondage Internet réalisé auprès du grand public

Plus en détail

Internet comme source d information et mode de communication

Internet comme source d information et mode de communication 2012 Internet comme source d information et mode de communication Volume 3 - Numéro 5 AVEC LA COLLABORATION DE BUREAU D I N T E RVI E W EUR S P R O FES S I O N N E L S Votre partenaire depuis plus de 25

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

Les médias sociaux. ancrés dans les habitudes des Québécois. Volume 3 - Numéro 1

Les médias sociaux. ancrés dans les habitudes des Québécois. Volume 3 - Numéro 1 Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois Volume 3 - Numéro 1 Une réalisation du Avec la collaboration de VOTRE PORTE D ENTRÉE AUX SERVICES GOUVERNEMENTAUX www.gouv.qc.ca Service québécois

Plus en détail

Plus de 150 000 adultes sondés! Une initiative du

Plus de 150 000 adultes sondés! Une initiative du Évolution de l utilisation d Internet au Québec depuis 1999. Plus de 150 000 adultes sondés! Une initiative du Évolution de l utilisation d Internet au Québec depuis 1999. Plus de 150 000 adultes sondés!

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

Q1 Quel est votre sexe?

Q1 Quel est votre sexe? Q1 Quel est votre sexe? Répondues : 458 Ignorées : 0 Homme Femme Homme Femme 18,56% 85 81,44% 373 Total 458 1 / 11 Q2 Quel est votre âge? Répondues : 458 Ignorées : 0 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

Les comportements d achats multicanaux des internautes 9 ème baromètre FEVAD-Médiamétrie//NetRatings. extraits

Les comportements d achats multicanaux des internautes 9 ème baromètre FEVAD-Médiamétrie//NetRatings. extraits Les comportements d achats multicanaux des internautes 9 ème baromètre FEVAD-Médiamétrie//NetRatings extraits Juillet 2013 Contexte 2013 Un consommateur de plus en plus connecté 42,2 millions d internautes

Plus en détail

Institut économique de Montréal. Rapport d un sondage omnibus. Juin 2005

Institut économique de Montréal. Rapport d un sondage omnibus. Juin 2005 Institut économique de Montréal Rapport d un sondage omnibus Juin 2005 Opinion des Québécois à l égard du jugement de la Cour suprême du Canada relatif à l interdiction aux citoyens de payer pour des soins

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Comportement Web des touristes québécois

Comportement Web des touristes québécois Comportement Web des touristes québécois Faits saillants - Mai 2011 Sondage Ipsos Descarie Réseau de veille en tourisme En partenariat avec le ministère du Tourisme du Québec Le sondage concernant le comportement

Plus en détail

ET SI LA PARTICIPATION FAISAIT LA DIFFÉRENCE

ET SI LA PARTICIPATION FAISAIT LA DIFFÉRENCE ET SI LA PARTICIPATION FAISAIT LA DIFFÉRENCE LES ACTIVITÉS PARASCOLAIRES DES ÉLÈVES DU SECONDAIRE ET LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE RAPPORT D ENQUÊTE Coordination de la recherche Diane Charest, Chef du Service

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires La trousse d identification des mandataires La Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ)

Plus en détail

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 Portrait sommaire de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 ÉVOLUTION ET CARACTÉRISTIQUES DE L EFFECTIF INFIRMIER Inscription au Tableau de l OIIQ Le nombre de membres se maintient à plus de 72 000 Le

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Deux des mesures fiscales annoncées le 2 décembre 2014 1. Bonification de 800 000 $ à 1 million de dollars de l exonération des gains en capital sur les

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177 La corruption à la Ville de Montréal II Le Journal de Montréal Projet 11679-177 1 er novembre 2012 2 La présente étude a été réalisée par le biais d un sondage Internet auprès de 629 Montréalais, âgés

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Faits saillants sur les mesures fiscales annoncées par le ministre des Finances du Québec le 2 décembre 2014

Faits saillants sur les mesures fiscales annoncées par le ministre des Finances du Québec le 2 décembre 2014 Actualité juridique Faits saillants sur les mesures fiscales annoncées par le ministre des Finances du Québec le 2 décembre 2014 Décembre 2014 Fiscalité Le ministre des Finances du Québec, M. Carlos Leitão,

Plus en détail

Électriciens industriels (CNP 7242)

Électriciens industriels (CNP 7242) Électriciens industriels (CNP 7242) Description de la profession Les électriciens industriels sont regroupés sous le code 7242 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond

Plus en détail

10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes

10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes 10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes Mediametrie//NetRatings Une joint venture entre Médiamétrie et Nielsen + Médiamétrie : Société indépendante créée en 1985. Capital

Plus en détail

Francine Thomas, Collaboratrice associée Vincent Tanguay, Vice-président, Québec, Innovation et Transfert 20 octobre 2011

Francine Thomas, Collaboratrice associée Vincent Tanguay, Vice-président, Québec, Innovation et Transfert 20 octobre 2011 Forum sur les réseaux sociaux Activité de la rentrée Association des étudiants de l'université du 3e âge Francine Thomas, Collaboratrice associée Vincent Tanguay, Vice-président, Québec, Innovation et

Plus en détail

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Premier trimestre 2015. ÉCONOMIE // Finance.

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Premier trimestre 2015. ÉCONOMIE // Finance. ÉCONOMIE // Finance INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Courtage détail en valeurs mobilières au Québec Juin 2015 Premier trimestre 2015 L Enquête sur le courtage détail en valeurs mobilières au Québec,

Plus en détail

ÉTUDE SUR LA TARIFICATION DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES (2014)

ÉTUDE SUR LA TARIFICATION DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES (2014) ÉTUDE SUR LA TARIFICATION DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES (2014) P R A T I Q U E S T A R I F A I R E S D E S M E M B R E S D E L A S A T Q E T N I V E A U D A C C E P T A B I L I T É D E S P R I X C H E Z

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

offre distinction pour les membres de l ajbm

offre distinction pour les membres de l ajbm offre distinction pour les membres de l ajbm L offre Distinction, à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier de vous offrir, en tant que membre de l Association du Jeune Barreau de Montréal, des

Plus en détail

Offre Exclusive. Médecins. Fédération des médecins résidents du Québec

Offre Exclusive. Médecins. Fédération des médecins résidents du Québec Offre Exclusive Médecins Fédération des médecins résidents du Québec Volet transactionnel Une offre à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier d être partenaire de la Fédération des médecins résidents

Plus en détail

CONFÉRENCE-ATELIER : BRUNCHEZ VOS AFFAIRES AVEC LA CDEC. Le commerce électronique : un enjeu stratégique pour votre entreprise

CONFÉRENCE-ATELIER : BRUNCHEZ VOS AFFAIRES AVEC LA CDEC. Le commerce électronique : un enjeu stratégique pour votre entreprise CONFÉRENCE-ATELIER : BRUNCHEZ VOS AFFAIRES AVEC LA CDEC Le commerce électronique : un enjeu stratégique pour votre entreprise À PROPOS DU CONFÉRENCIER MIRZET KADRIC Co-fondateur d une agence numérique

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance.

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance. ÉCONOMIE // Finance INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Courtage de détail en valeurs mobilières au Québec Mars 14 Quatrième trimestre 13 L Enquête sur le courtage de détail en valeurs mobilières au Québec

Plus en détail

Country factsheet - Janvier 2014 Le Royaume-Uni

Country factsheet - Janvier 2014 Le Royaume-Uni Country factsheet - Janvier 2014 Le Royaume-Uni Les revenus engendrés par l e-commerce représentent 109 milliards d euros. Les superlatifs servant à qualifier l e-commerce du Royaume-Uni ne manquent pas

Plus en détail

BRANCHEZ-VOUS! QU ON VOUS TROUVE

BRANCHEZ-VOUS! QU ON VOUS TROUVE BRANCHEZ-VOUS! QU ON VOUS TROUVE Quelques statistiques Table des matières Quelques statistiques...2 Brancher 300 commerces en 3 ans...3 La campagne Branchez-vous à votre porte!...4 Marc-Henri Faure : se

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011 Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, mars 2011 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Introduction Il se dit beaucoup de choses sur les habitudes de recherche des internautes

Plus en détail

Intérêt des membres de la GMMQ, l APASQ, l ARRQ et la SPACQ à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective

Intérêt des membres de la GMMQ, l APASQ, l ARRQ et la SPACQ à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective Intérêt des membres de la GMMQ, l, l et la à adhérer aux projets de régime de retraite et d assurance collective Dossier 77122-013 Février 2007 580, Grande-Allée Est, bureau 580, Québec, Québec G1R 2K2

Plus en détail

lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles?

lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles? lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles? Qui sommes-nous? L Autorité des marchés financiers est l organisme de réglementation et d encadrement du secteur financier au Québec.

Plus en détail

Rapport final. Présenté à : Par :

Rapport final. Présenté à : Par : Légumes offerts sur les marchés publics : détermination des attentes des consommateurs (salubrité, provenance, qualité, etc.) et de la volonté de la production à répondre à ces attentes Rapport final Présenté

Plus en détail

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT 2011-2012 Symboles % : pourcentage $ : dollars M$ : millions de dollars Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

Parlons assurance. Taux de prime

Parlons assurance. Taux de prime Parlons assurance Taux de prime 2010 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux entreprises établies au Québec. Cette assurance obligatoire

Plus en détail

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Rapport d analyse des résultats Présenté à l'institut du Nouveau Monde 22 mai 2012

Plus en détail

Geoffroy Ménard, agr.

Geoffroy Ménard, agr. Geoffroy Ménard, agr. Photo: IGA Projet réalisé dans le cadre du Programme d appui à la mise en marché des produits biologiques (volet 1) du Ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation

Plus en détail

nouveau Le Guide de survie de l étudiant de BMO

nouveau Le Guide de survie de l étudiant de BMO nouveau Le Guide de survie de l étudiant de BMO À lire absolument si vous commencez la vie d étudiant. C est le temps d essayer de nouvelles choses. Même le chou frisé. Quelqu un doit garder un œil sur

Plus en détail

L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail

L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail Rapport d enquête L exécution des tâches et des opérations liées à l exercice de la profession d inhalothérapeute selon les diverses situations de travail Secteur de formation Santé Rapport d enquête L

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Rapport étude quantitative. 15 mars 2014

Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014. Rapport étude quantitative. 15 mars 2014 Sondage Politique provinciale Campagne électorale 2014 Rapport étude quantitative 15 mars 2014 Méthodologie MÉTHODOLOGIE SONDAGE INTERNET Un sondage Internet réalisé auprès du grand public dans l ensemble

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com

Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa www.legermarketing.com Méthodologie À l aide d une méthode d échantillonnage sophistiquée répliquant les conditions d un échantillon aléatoire

Plus en détail

NetAdos 2004. Sondage réalisé auprès des ados québécois et de leurs parents

NetAdos 2004. Sondage réalisé auprès des ados québécois et de leurs parents NetAdos 2004 Sondage réalisé auprès des ados québécois et de leurs parents Catherine Lamy, analyste-conseil Direction veille stratégique et enquêtes, CEFRIO CEFRIO Léger Marketing Grâce au soutien financier

Plus en détail

DIAGNOSTIC SECTORIEL DE LA MAIN-D ŒUVRE DU COMMERCE DE DÉTAIL AU QUÉBEC 2012-2015

DIAGNOSTIC SECTORIEL DE LA MAIN-D ŒUVRE DU COMMERCE DE DÉTAIL AU QUÉBEC 2012-2015 Pour vous éclairer dans le commerce de détail Comité sectoriel de main-d oeuvre du commerce de détail 550, rue Sherbrooke Ouest Bureau 590, tour Ouest Montréal (Québec) H3A 1B9 T 514 (1-888) 393-0222 C

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Le commerce de détail en ligne : rattraper un train en marche

Le commerce de détail en ligne : rattraper un train en marche Volume 24 / Mars 2014 Le commerce de détail en ligne : rattraper un train en marche Le 21 e siècle est bien entamé et une des manifestations de cette nouvelle ère est la présence d Internet et de ses multiples

Plus en détail

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens SONDAGE LÉGER On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens Laval, le 25 février 2014. C est ce que révèle une toute nouvelle étude 1 réalisée dans le cadre

Plus en détail

Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Mai 2010

Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Mai 2010 Service Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Mai 2010 Ce texte reprend les faits saillants du rapport Perspectives démographiques du Québec et des régions, 2006-2056 Édition

Plus en détail

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015 Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA 11 août 2015 Table des matières Profil des répondants sommaire 3 Mesures de rémunération sommaire 4 Profil d emploi sommaire 11 Méthodologie et

Plus en détail

MESURES FISCALES ANNONCÉES À L OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

MESURES FISCALES ANNONCÉES À L OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC MESURES FISCALES ANNONCÉES À L OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Le présent bulletin d information vise à rendre publiques les mesures fiscales annoncées par le ministre

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Sondage sur l endettement chez les jeunes

Sondage sur l endettement chez les jeunes chez les jeunes Rapport préliminaire Présenté à Madame Caroline Toupin Agente de développement et des communications 13 octobre 2009 Réf. : 1666_200910/MO/jc (514) 282-0333 1-800-474-9493 www.observateur.qc.ca

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs

1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs Dossier de Presse Février 2011 1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs Etude IFOP pour DIRECT ASSURANCE menée du 22 au 30 décembre 2010 auprès d un échantillon national de 1035 Français

Plus en détail

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière.

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. J u i n2 0 1 2 Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière de la Vice-présidence à la sécurité routière. Vice-présidente : Directrice : Coordonnatrice

Plus en détail

Essence ordinaire PRIX MOYEN AFFICHÉ

Essence ordinaire PRIX MOYEN AFFICHÉ PRIX MOYEN AFFICHÉ 2014 Prix moyen affiché - hebdomadaire janvier à mars page 2 avril à juin page 3 juillet à septembre page 4 octobre à décembre page 5 Prix moyen affiché - mensuel janvier à décembre

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

La migration des jeunes au Québec. Résultats d un sondage auprès des anglophones de 20-34 ans. Marie-Odile MAGNAN, Madeleine GAUTHIER et Serge CÔTÉ

La migration des jeunes au Québec. Résultats d un sondage auprès des anglophones de 20-34 ans. Marie-Odile MAGNAN, Madeleine GAUTHIER et Serge CÔTÉ La migration des jeunes au Québec. Résultats d un sondage auprès des anglophones de 20-34 ans Marie-Odile MAGNAN, Madeleine GAUTHIER et Serge CÔTÉ La migration des jeunes au Québec. Résultats d un sondage

Plus en détail

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques Le commerce électronique et ses répercussions sur les boutiques Table des matières 2 Introduction 3 4 5 6 Le commerce en ligne gruge une partie des ventes au détail Le furetage en magasin est maintenant

Plus en détail

Ce que vous devez savoir... www.csst.qc.ca

Ce que vous devez savoir... www.csst.qc.ca Mutuelles de prévention Ce que vous devez savoir... www.csst.qc.ca Ce guide répond aux questions des employeurs qui prévoient se regrouper pour faire de la prévention. Ce document est réalisé par le Service

Plus en détail

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière.

Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière. Le présent bilan a été préparé par la Direction des études et des stratégies en sécurité routière à la Vice-présidence à la sécurité routière. Vice-présidente : Directrice : Coordonnateur et rédacteur

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail