Observation des micromécanismes dissipatifs dans un matériau hétérogène.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Observation des micromécanismes dissipatifs dans un matériau hétérogène."

Transcription

1 Observation des micromécanismes dissipatifs dans un matériau hétérogène. J. VIAL a, F. DELVARE b, P. BAILLY b, D. PICART a a. CEA, DAM, Le Ripault, F-3726 Monts, France b. Laboratoire PRISME, ENSI de Bourges, 88 Boulevard Lahitolle, 182 Bourges Cedex, France Résumé : L amorçage des explosifs peut être obtenu par un impact mécanique. La modélisation de ce phénomène nécessite une connaissance des mécanismes dissipatifs. L échelle d observation est celle de la taille des grains constituant le matériau (1-1 µm). Une expérimentation est réalisée avec un dispositif permettant de visualiser durant l essai la déformation d un matériau granulaire dans une zone de fort cisaillement. Une acquisition d images et une analyse par corrélation permettent d accéder aux déformations. Ce champ correspond, en moyenne, au comportement macroscopique et présente des concentrations locales. Abstract : Ignition of high explosive can result in a mechanical impact. The prediction of such phenomenon needs the knowledge of the dissipative mechanisms. Some observations have been made at the grains scale of a granular material (1-1 µm). This device allows to observe and measure the strain, in a area where shear is localized. Mots clefs : mécanique, matériau hétérogène, corrélation d images, explosif, quasi-statique, dynamique 1 Introduction L utilisation des explosifs pour des applications industrielles ou militaires est largement répandue. Ces matériaux doivent allier performance énergétique et sécurité. Cependant, des réactions pyrotechniques violentes peuvent être enregistrées lors d impacts à des vitesses très inferieures au seuil de transition chocdétonation, comme le rapporte la littérature pour plusieurs compositions pressées à l octogène [1-4]. Ce phénomène est difficile à modéliser car il est intense, rapide et très localisé spatialement. Concernant ce dernier point, il est admis que la connaissance de l énergie dissipée macroscopiquement ne peut expliquer l allumage local. En effet, à partir des paramètres mécaniques macroscopiques donnés dans [4], un calcul d impact à basse vitesse conduit à un échauffement de 5 C, insuffisant pour allumer le matériau. Pour déclencher l allumage lors d un impact à basse énergie, des points chauds doivent être créés à une échelle microscopique afin d apporter, par un phénomène dissipatif, la chaleur nécessaire à l ignition. Le scenario physique envisagé lors des impacts est le suivant : 1- déformation du matériau énergétique sous l effet de l impact du projectile, avec des valeurs de déformations et de contraintes pouvant être très élevées à l échelle microscopique compte tenu de la forte hétérogénéité du matériau, 2- conversion, par dissipation de l énergie mécanique, en chaleur à l échelle locale avec création de points chauds, 3- augmentation localisée de la chaleur, 4- début de décomposition chimique de l explosif sous l accroissement de température, 5- augmentation rapide de la chaleur produite car la décomposition chimique de l explosif est fortement exothermique, 6- explosion. L étude, que nous présentons ici, porte sur les points précédents 2 et 3. Nous souhaitons contribuer à la compréhension des mécanismes dissipatifs à l origine des échauffements locaux dans ces matériaux. Un premier parcours a déjà été effectué à l aide d analyse post-mortem d échantillons récupérés après impact [5]. 1

2 Dans notre cas, nous nous intéressons à l observation en temps réel de ces phénomènes et, dans un premier temps, à la quantification des déformations macroscopiques localisées dans une zone de fort cisaillement. Nous cherchons, dans cet article, à identifier l influence du taux de déformation. 2 Les matériaux explosif et modèle Le matériau étudié est un matériau énergétique composé de grains d octogène (octahydro-1,3,5,7-tétranitro- 1,3,5,7-tétrazocine). Il est proche des Plastic Bonded Explosives (PBX). Il peut être considéré comme un matériau ayant deux constituants de comportements mécaniques différents : d une part les plus gros grains d octogène et d autre part la matrice composée des petits grains et d un liant. La figure 1 présente la microstructure du matériau observée à l aide d un microscope. Cette figure met en évidence la distribution bimodale. Les plus gros grains ont un diamètre d environ 5 µm. FIG. 1 Image de la microstructure du matériau énergétique [5]. Les grains d octogène existent sous différentes formes dont les phases β et δ. La phase β est celle présente initialement dans le matériau. L apparition de la phase δ est suspectée lors de l impact. Ces différentes formes ont des propriétés mécaniques différentes. Le module de compression K et de cisaillement G calculés par une méthode de Monte-Carlo [6] sont respectivement de 15,5 et 7, GPa pour la phase β, et, de 12 et 2,9 GPa pour la phase δ. Le module d Young des grains est de 1 GPa, le coefficient de Poisson de,38 et la limite d élasticité de 26 MPa [7]. La matrice présente un contraste de comportement avec les grains pouvant aller de 1, pour des très forts confinements, à 1 pour le matériau non confiné [8]. Les paramètres macroscopiques de la composition explosive ont été déterminés à l aide d essais de compression simple ou sous confinement (essai triaxial). Le module d Young est de l ordre de 4 GPa quand le coefficient de Poisson vaut,4 [4]. L angle de frottement approche 2. Pour simplifier les premières expérimentations et par souci de sécurité, un matériau inerte «modèle» est utilisé. Ce matériau est composé de grains de sable de diamètre maximum 5 µm obtenu par tamisage et d une résine polyester souple. Ce matériau est obtenu par malaxage. Il se rapproche de l explosif par sa granulométrie ; ses propriétés mécaniques restent à mesurer. 3 Dispositif et expérimentations Un essai appelé «punch-test» a été développé au Los Alamos National Laboratory (USA) pour observer la déformation du PBX 951 soumis à un impact [2]. Il s agit d un essai d impact sur la tranche d une pastille rectangulaire d explosif permettant l observation des déformations et de l allumage dans la direction perpendiculaire à l impact. Ce dispositif permet notamment l emploi des méthodes de mesure de champs de déplacement ou l utilisation de détecteur thermique [9]. Toutefois, le punch-test n a été employé jusqu ici que pour l observation globale des phénomènes. D autres essais ont été menés sur ce type de matériaux avec des chargements lents à l échelle macroscopique [1] ou à l échelle microscopique [11]. La recherche des mécanismes locaux implique des grandissements optiques supérieurs à ceux utilisés pour le punch-test et donc des champs observés de taille inférieure à la dimension des échantillons. Ces champs, de l ordre de 2x2 mm 2, nous rendent dépendant des mouvements de corps rigides du dispositif et des jeux de montage. Pour cela, nous proposons l emploi d un essai d impact dans la tranche «inversé» (figure 2), ce qui est une originalité vis-à-vis des impacts sur tranche habituels [12-13] et va nous permettre l observation d une zone particulière de l échantillon. Le matériau est confiné dans une cellule où se trouve une seule singularité géométrique. Durant l essai, un déplacement imposé au matériau l oblige à se déformer à proximité de cet obstacle. La cellule étant fixe spatialement, l obstacle l est aussi et c est le matériau qui se déplace. 2

3 Temps (µs) 2 ème Congrès Français de Mécanique Besançon, 29 août au 2 septembre 211 Dispositif de serrage Coupe A-A Obstacle A Montage métallique Échantillon Echantillon Déplacement imposé Verre Montage métallique A FIG. 2 Schémas et photographie de la cellule à la fin d un essai. Pour l observation, un microscope longue distance (Questar) a été utilisé. Ce dispositif permet des mesures de champ à l échelle micrométrique à une distance de travail de l ordre de quelques dizaines de centimètres de la cellule d essai. Pour obtenir le grandissement souhaité, un ensemble d objectifs est associé au Questar. Lors des essais quasi-statiques, un appareil photo numérique Nikon D7 est associé à l ensemble optique. Une machine de traction/compression MTS classique est utilisée pour les essais où la vitesse d enfoncement du poinçon est faible (jusqu à 1 cm/min). L éclairage est assuré par une lampe halogène qui donne un apport de lumière suffisant. La taille de pixel obtenue est alors de 1,8 µm et l observation de la microstructure est possible (figure 3). FIG. 3 Photographie de la surface du matériau modèle à proximité de l obstacle. Pour les essais dynamiques avec une vitesse d impact de l ordre de 1 m/s, une caméra rapide Photron Fastcam SA1.1 est associée à l ensemble Questar et objectifs. Cette caméra permet la prise de 1 images, de 32x128 pixels, par seconde avec un temps d obturation de 1/119 secondes. Les barres d Hopkinson (figure 4) sont utilisées pour réaliser les essais. En dynamique, de par les faibles temps d obturation, il est nécessaire d avoir un apport de lumière plus important qu en quasi-statique. La caméra et l éclairage par une lampe flash sont déclenchés sur le signal de la barre entrante. La taille de pixel obtenue est alors de 16,6 µm. Barre sortante Barre entrante Impacteur Canon à air comprimé Téléobjectif "Dé form ati on" (V ) Caméra rapide Acquisition vidéo Acquisition signaux FIG. 4 Dispositif d observation en dynamique. 3

4 4 Résultats expérimentaux Si les images prises pendant l essai à l échelle des grains peuvent apporter des informations qualitatives, il est nécessaire de quantifier les grandeurs mécaniques dans la zone de cisaillement. En effet, à cette échelle, la pression et la contrainte de cisaillement effectives sont bien supérieures à la pression et à la contrainte de cisaillement macroscopiques. Pour approcher ces valeurs à l échelle locale, nous avons utilisé une technique de corrélation d images. Elle a été appliquée à un essai quasi-statique et à un essai dynamique (figure 5). Nous détaillons ci-dessous les différentes phases de cette analyse. FIG. 5 Images des essais quasi-statique et dynamique pour un même déplacement imposé au matériau. Nous avons, tout d abord, choisi de nous placer au même déplacement imposé pour les deux essais. Etant donnés le déplacement choisi et le confinement du matériau, les éventuels déplacements hors-plan sont minimes durant les essais. Les différences entre les deux essais seront alors dues soit à des échantillons différents, soit aux taux de déformation. Ensuite, la technique consiste à réaliser une corrélation d images à l aide du logiciel ICASOFT sur chacun des essais pour obtenir les champs de déplacements (figure 6). Les choix de la taille des fenêtres de corrélation ainsi que leurs espacements n a pas d influence en quasi-statique. En dynamique, on choisit des fenêtres de 7 pixels espacées de 2 pixels. FIG. 6 Exemple de corrélation à l aide du logiciel ICASOFT pour obtenir les déplacements horizontaux. 4

5 Certaines parties de ces champs de déplacements ont été étudiées plus précisément. Il s agit, ici, de la bande proche de l obstacle et indiquée sur la figure 6. Le long de cette bande, les déplacements horizontaux (u 1 ) et verticaux (u 2 ) sont moyennés suivant l axe 1. Cette pratique permet de lisser les courbes de déplacements et d éliminer les valeurs aberrantes en réduisant la dispersion sur des pixels proches. Il est alors possible de tracer, pour les essais quasi-statique et dynamique, les déplacements horizontaux u 1 suivant l axe vertical x 2 (figure 7). On observe des déplacements identiques hors de la zone affectée par le cisaillement. La largeur spatiale du saut de déplacement est visiblement plus grande en dynamique (environ 9 µm) qu en statique (environ 55 µm), indiquant une déformation moins importante en dynamique u1 (en µm) stat dyn x2 (en µm) FIG. 7 Déplacement horizontaux en fonction de la position verticale pour les essais quasi-statique et dynamique. De plus, le déplacement vertical u 2 (figure 8), obtenu suivant la même méthode, permet d estimer la déformation, qui montre une légère dilatance en quasi-statique contrairement au cas dynamique. Cette dilatance en quasi-statique est en accord avec les essais rapportés dans [4 et 14], qui ont montré que la dilatance de ces matériaux diminue avec l augmentation de la pression lors d essais triaxiaux. Ainsi, au faible confinement qui correspond à notre cas, il est cohérent d observer ce phénomène. Le fait qu il y ait moins de dilatance en dynamique, alors que le confinement est toujours le même, n est pas incohérent avec les remarques précédentes. Tout se passe comme si le matériau subissait une contrainte supérieure à celle obtenue en régime quasi-statique. Une explication possible peut venir des constituants. Si les grains de sable sont probablement peu déformés, nous pensons que le comportement visqueux de la matrice pourrait expliquer cette observation. 5 5 u2 (en µm) u2 (en µm) x2 (en µm) -2 x2 (en µm) FIG. 8 Déplacements verticaux en fonction de la position verticale pour les essais quasi-statique (à gauche) et dynamique (à droite). 5

6 5 Conclusion Les mécanismes dissipatifs à l origine de la création de points chauds pouvant allumer un explosif sont encore des phénomènes méconnus. Plusieurs hypothèses sont mises en avant depuis de nombreuses années mais aucune vérification expérimentale n a été menée pour les mettre en évidence. L évolution des moyens optiques associés au traitement d images laisse penser qu il soit aujourd hui possible d explorer ce domaine. L originalité de ce travail se trouve dans l observation de l évolution de champs macroscopiques localisés en dynamique et dans la démonstration de la faisabilité de la quantification des déformations locales recréant les conditions d impact basse vitesse sur un matériau inerte proche d un explosif. Nous avons pu observer, à proximité d un obstacle, une zone affectée par le cisaillement plus petite en régime quasi-statique qu en dynamique, et une légère dilatance en régime quasi-statique. Ces observations sont cohérentes avec des mesures effectuées par le passé sur ce type de matériau et avec la dépendance de la résine à la vitesse de déformation. Dans le cadre de cette étude, il est nécessaire maintenant de reproduire ces résultats. Il s agira ensuite d augmenter la pression de confinement et la vitesse d impact. References [1] Chidester S. K., Green L. G., Lee C. G., A frictional work predictive method for the initiation of solid high explosives from low-pressure impacts, 1 th International Detonation Symposium, Boston, [2] Asay B. W., Dickson P. M., Henson B., Fugard C. S., Funk D. J. and Idar D. J., Dynamic measurement of the influence of projectile radius and velocity on strain localization during impact of an energetic material, 11 th International Detonation Symposium, Colorado, [3] Idar D., Straight J., Osborn M., Coulter W., Skidmore C., Phillips D., DeCroix M., Buntain G., Howess P., Los Alamos Sci. report LA-UR--5334, 2. [4] Gruau C., Picart D., Belmas R., Bouton E., Delmaire-Sizes F., Sabatier J., Trumel H., Ignition prediction of a confined high explosive under low velocity impact, Int J Impact Eng, 36, , 29. [5] Trumel H., Lambert P., Belmas R., Mesoscopic investigations of the deformation and initiation mechanisms of a HMX-based pressed composition, Proc. 14th International Detonation Symposium, Coeur d Alene (ID), USA, 21. [6] Sewell T. D., Menikoff R., Bedrov D., and Smith G. D., A molecular dynamics simulation study of elastic properties of HMX, J. Chem. Phys. 119, 7417, 23. [7] Menikoff R., Sewell T. D., Constituent properties of HMX needed for mesoscale simulations, Combustion theory and modelling, 6:1, , 22. [8] Caneau J., Réponse mécanique d un explosive soumis à un impact basse vitesse, Rapport de stage de projet de fin d étude, 21. [9] Henson B. F., Asay B. W, Dickson P. M., Fugard C. and Funk D. J., Measurement of explosion time as a function of temperature for PBX 951, 11 th International Detonation Symposium, Colorado, [1] Réthoré J., Besnard G., Vivier G., Hild F., Roux S., Experimental investigation of localized phenomena using Digital Image Correlation, Phil. Mag., 88 (28-29), , 28. [11] Li M., Zhang J., Xiong C. Y., Fang J., Hao J. M. L. and Y., Damage and fracture prediction of plasticbonded explosive by digital image correlation processing, Opt. Lasers Eng., 43 (8), , 25. [12] Hornemann U., Kalthoff J. F., Rothenhäusler H., Senf H. and Winkler S., Experimental investigation of wave and fracture propagation in glass slabs loaded by steel cylinder at high impact velocities, EMI report E 4/84, Weil am Rhein (Germany), [13] Riou P., Denoual C., Cottenot C. E., Visualization of the Damage Evolution in Impacted Silicon Carbide Ceramics, Int. J. Impact Eng., 21 (4), , [14] Le V. D., Modélisation et identification du comportement plastique visco-élastique endommageable d un matériau aggrégataire, Thèse de l Université François Rabelais de Tours, novembre 27. 6

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

La Photographie - Page 1 / 13

La Photographie - Page 1 / 13 La Photographie - Page 1 / 13 Table des matières 1. Généralités sur la lumière... 3 2. La photographie... 5 2.a. Le support... 5 2.a.i. L argentique... 5 2.a.ii. Le numérique... 6 3. L outil appelé appareil

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES E. Fransolet, M. Crine, G. L Homme, Laboratoires de Génie Chimique, P. Marchot, D. Toye. Université

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Aquitaine Thermographie

Aquitaine Thermographie Recherches de fuites par thermographie infrarouge Aquitaine Thermographie La thermographie La thermographie est une technologie précise et efficace, un allié fiable dans le domaine du bâtiment, de la maintenance

Plus en détail

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton Influence d un film viscoélastique ultra-mince sur la réponse d une pointe oscillante : vers un aspect quantitatif du mode semi contact d un microscope à force atomique Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE

Plus en détail

STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique

STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique Bing Fabrice, Darsaut Tim, Tieu Tai, Salazkin Igor, Guylaine Gevry, Guilbert François, Roy Daniel, Weill Alain, Raymond

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

Opérations de base sur ImageJ

Opérations de base sur ImageJ Opérations de base sur ImageJ TPs d hydrodynamique de l ESPCI, J. Bico, M. Reyssat, M. Fermigier ImageJ est un logiciel libre, qui fonctionne aussi bien sous plate-forme Windows, Mac ou Linux. Initialement

Plus en détail

Relations structure-propriétés dans les élastomères fortement

Relations structure-propriétés dans les élastomères fortement Relations structure-propriétés dans les élastomères fortement chargés A. AZOUG a, A. CONSTANTINESCU a, R.M. PRADEILLES-DUVAL a, R. NEVIÈRE b a. Laboratoire de Mécanique des Solides - CNRS UMR 7649, École

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact

Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact Phone +33 (0)130 808 182 - Fax. +33 (0)130 808 199 /15 rue des Frères Lumière - ZI des Ebisoires BP136-78374 PLAISIR

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3 annexe B Piano Corner, (c) 2005 par Zsolt Stefan : http://deeppixel.uw.hu/gallery.html YafRay, le moteur de rendu photoréaliste Dès sa création, par une équipe

Plus en détail

Activation thermique pour le contrôle vibratoire de structures composites

Activation thermique pour le contrôle vibratoire de structures composites Activation thermique pour le contrôle vibratoire de structures composites A. Imbert a, G. L Hostis b, B. Durand b a.cetim-cermat, 21 rue du Chemnitz BP2278 68068 Mulhouse, France b LPMT, ENSISA, 11 rue

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Michaël CHAGNAUD Stage de fin d études Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Présentation ESIL du 14/09/2012 Contexte! Thème de recherche : caractérisation mécanique

Plus en détail

On peut être «lourd» et agile!

On peut être «lourd» et agile! éditorial Traitements & Matériaux 412 Octobre - Novembre 2011 3 On peut être «lourd» et agile! La métallurgie est considérée comme une industrie «lourde», les traitements thermiques comme de «vieux» procédés,

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

M a n u e l d a p p l i c a t i o n s OVISIO L ECRAN NUMERIQUE

M a n u e l d a p p l i c a t i o n s OVISIO L ECRAN NUMERIQUE M a n u e l d a p p l i c a t i o n s OVISIO L ECRAN NUMERIQUE 2 ovisio, liste du matériel Caméra numérique de type webcam Dispositif de réglage de la distance de travail Ecran blanc de travail et écran

Plus en détail

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET MODELE DE PRESENTATION DU PROJET SITUATION ACTUELLE DU PROJET: Intitulé du PNR Code du Projet (Réservé à l administration) SCIENCES FONDAMENTALES Nouveau projet : Projet reformule: 1.1. Domiciliation du

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique SYMPOSIUM DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 14) : EF-EPF-MGE 2014, 8-10 JUILLET 2014, ENS CACHAN, FRANCE Influence de la géométrie du conducteur sur la dans un poste sous enveloppe métallique Nesrine REBZANI 1,2,3,

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - PARTIE D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - PARTIE D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2010 - PARTIE D TITRE : ETUDE DE L'ETAT DE SURFACE DES TEXTILES Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4 Énergie

Plus en détail

Etude du comportement au feu d un entrepôt au moyen de codes 3D

Etude du comportement au feu d un entrepôt au moyen de codes 3D Etude du comportement au feu d un entrepôt au moyen de codes 3D G. Leroy a, S. Rahman a, B. Truchot a a. INERIS : Institut National de l Environnement Industriel et des Risques, Verneuil-en-Halatte, France

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

Z-Axis Compliance Device Compliance en z

Z-Axis Compliance Device Compliance en z Compensation for different vertical positions Collision recognition in Z-direction Protection of parts and work pieces Monitoring of the insertion forces during assembly operations Monitoring of the picking

Plus en détail

Journée de restitution du Projet Interreg ALCOTRA MASSA Medium and Small Size rockfall hazard Assessment

Journée de restitution du Projet Interreg ALCOTRA MASSA Medium and Small Size rockfall hazard Assessment http://massa.geoazur.eu Ensemble au-delà les frontières Insieme oltre i confini 2007-2013 FEDER Fonds Européens pour le Développement Régional FESR Fondo Europeo di Sviluppo Regionale Journée de restitution

Plus en détail

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels ETUDE ENERGETIQUE DE FAISCEAUX U52 - MISE EN ŒUVRE DU SYSTÈME 2.1. Éléments à votre disposition 2.1.1. Matériel Voir cadre 3. 2.1.2. Documentation Voir cadre 1 2.1.3. Logiciels Voir cadre 2. 2.2. Travail

Plus en détail

TP Détection d intrusion Sommaire

TP Détection d intrusion Sommaire TP Détection d intrusion Sommaire Détection d intrusion : fiche professeur... 2 Capteur à infra-rouge et chaîne de mesure... 4 Correction... 14 1 Détection d intrusion : fiche professeur L'activité proposée

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Manuel pour l utilisation de Gimp

Manuel pour l utilisation de Gimp Philippe Morlot Manuel pour l utilisation de Gimp notamment dans le cadre de l enseignement des arts plastiques Petite introduction Gimp est un puissant logiciel qui permet de retoucher, de manipuler ou

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION CYLINRE E EORMATION POUR MACHINE E COMPRESSION Philippe AVERLANT Bureau National de Métrologie Laboratoire National d Essai (BNM-LNE) 1, rue Gaston Boissier 757 Paris Cedex 15 rance Résumé Les résultats

Plus en détail

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation M.LOUYS, Traitement d images et problèmes inverses Master Astrophysique, Observatoire de Strasbourg, 2013 Propriétés générales d une image

Plus en détail

IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB

IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB Ce document, écrit par des animateurs de l IREM de Besançon, a pour objectif de présenter quelques unes des fonctions du logiciel Scilab, celles qui sont spécifiques

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

Joints de grains : couplage entre modélisation et microscopie électronique haute résolution

Joints de grains : couplage entre modélisation et microscopie électronique haute résolution Joints de grains : couplage entre modélisation et microscopie électronique haute résolution Frédéric Lançon, Damien Caliste, Jean Luc Rouvière Lab. de simulation atomistique (L_Sim), Inac/SP2M, CEA, Grenoble,

Plus en détail

Conseils en Ingénierie mécanique

Conseils en Ingénierie mécanique Conseils en Ingénierie mécanique contact@solsi-cad.fr +33 (0)3 87 60 34 49 CONCEVOIR OPTIMISER Metz INNOVER VALIDER Historique 1985 1992 1996 2003 2013 2014 Solsi : Calculs des Structures - FEA Création

Plus en détail

Mélanges binaires de granulaires en tambour tournant

Mélanges binaires de granulaires en tambour tournant Formation Stage 2006 2007 Sciences de la Matière PERGE Christophe École Normale Supérieure de Lyon L3 Université Claude Bernard, Lyon 1 Option Physique Mélanges binaires de granulaires en tambour tournant

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY Plan d'expériences TAGUCHI Nom Prénom Protocole d'expérimentation Date Indice PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY GROUPE D'EXPERIMENTATION Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Fonction Fonction

Plus en détail

Thermal Analysis Excellence

Thermal Analysis Excellence Thermal Analysis Excellence DMA/SDTA861 e Système STAR e Technologie innovante Modularité infinie Qualité suisse Analyse mécanique dynamique extrêmement performante DMA/SDTA861 e Technique de mesure précise

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction Contenu du cours Introduction aux circuits intégrés Dispositifs CMOS, processus de fabrication. Inverseurs CMOS et portes logiques. Délai de propagation,

Plus en détail

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation:

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: 1 www.cetime.ind.tn LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: met à votre disposition des compétences et des moyens techniques pour vous assister dans vos démarches d innovation et d

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

Fixateurs pour murs périmétriques 3.2.4. 3.2.4.1 Description de l'application. 3.2.4.2 Description du produit. 3.2.4.3 Composition.

Fixateurs pour murs périmétriques 3.2.4. 3.2.4.1 Description de l'application. 3.2.4.2 Description du produit. 3.2.4.3 Composition. s pour murs périmétriques.....1 de l'application Les murs périmétriques, en tant que partie intégrante des murs-rideaux et des charpentes claires, sont courants dans les structures métalliques. Des profilés

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation par Jean-Pierre MAGNAN Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Directeur technique au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Paris Professeur de

Plus en détail

La photo numérique. sous-marine. Guide expert. Isabelle et Amar Guillen. Groupe Eyrolles, 2005 ISBN : 2-212-67267-5

La photo numérique. sous-marine. Guide expert. Isabelle et Amar Guillen. Groupe Eyrolles, 2005 ISBN : 2-212-67267-5 La photo numérique sous-marine Guide expert Isabelle et Amar Guillen Groupe Eyrolles, 2005 ISBN : 2-212-67267-5 3 Balance des blancs, phares, filtres sous-marins Dans le chapitre précédent, nous avons

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Capteur mécanique universel HF 32/2/B

Capteur mécanique universel HF 32/2/B Capteur mécanique universel HF 32/2/B Instructions matériel conforme aux directives CE d emploi et d entretien MS 32/2/B R 3/3 CONSIGNES PRIORITAIRES 2 INSTALLATION DU CAPTEUR HF 32 3 4-5 INSTALLATION

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

ParMat : Parallélisation pour la simulation des Matériaux.

ParMat : Parallélisation pour la simulation des Matériaux. : Parallélisation pour la simulation des Matériaux. G. Bencteux (EDF) 3 septembre 2008 Outline 1 2 Un algorithme d ordre N pour les calculs ab initio (DFT/HF) 3 Simulation du dommage d irradiation par

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 Mesure et prédiction du bruit de pluie sur des systèmes multicouches Jean-Baptiste Chéné 1, Catherine Guigou-Carter 2, Rémy Foret 1, Mikkel Langager

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE

SOMMAIRE. 1. Architecture proposée. 2. Constituants de la solution. 3. Supervision DATA CENTER OPTION SERVICE SOMMAIRE DATA CENTER OPTION SERVICE 1. Architecture proposée 2. Constituants de la solution 3. Supervision 1 1 ARCHITECTURE GENERALE 2 Implantation Plan du site et localisation de la salle informatique

Plus en détail

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques.

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Parole d experts Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Panel d experts autour de Prof. Eric PIRARD, ULg - GeMMe Avec le soutien de : Les déchets

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results

ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results ASSURER LA QUALITE DES RESULTATS D ESSAI ET D ETALONNAGE Assuring the quality of test and calibration results Soraya Amarouche Armelle Picau Olivier Pierson Raphaël Deal Laboratoire National de Métrologie

Plus en détail

C est prêt! VISOR. Le capteur de vision avec lequel vous pouvez commencer tout de suite. www.sensopart.com

C est prêt! VISOR. Le capteur de vision avec lequel vous pouvez commencer tout de suite. www.sensopart.com C est prêt! VISOR. Le capteur de vision avec lequel vous pouvez commencer tout de suite. 22 2 Déballer, paramétrer et démarrer : les capteurs de vision n ont jamais été aussi puissants pour une manipulation

Plus en détail

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites M. Ropital, T. Rogaume, D. Halm Institut Pprime, UPR 3346 CNRS, ISAE-ENSMA, Université de

Plus en détail

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57

Analyse de la vidéo. Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet. 10 mars 2015. Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 Analyse de la vidéo Chapitre 4.1 - La modélisation pour le suivi d objet 10 mars 2015 Chapitre 4.1 - La modélisation d objet 1 / 57 La représentation d objets Plan de la présentation 1 La représentation

Plus en détail

Succès garanti et rapide avec. LEGO MINDSTORMS Education

Succès garanti et rapide avec. LEGO MINDSTORMS Education Succès garanti et rapide avec LEGO MINDSTORMS Education Introduction LEGO MINDSTORMS Education est un des moyens les plus passionnants pour aborder et explorer les sciences, la technologie et les mathématiques

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

La présente fiche technique décrit les exigences auxquelles doit répondre le Système Barofor Round.

La présente fiche technique décrit les exigences auxquelles doit répondre le Système Barofor Round. 1 Objet La présente fiche technique décrit les exigences auxquelles doit répondre le Système Barofor Round. Le système complet comprend les éléments suivants: Panneaux Poteaux Accessoires tels que fixations

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Roulements à une rangée de billes de génération C. Information Technique Produit

Roulements à une rangée de billes de génération C. Information Technique Produit Roulements à une rangée de billes de génération C Information Technique Produit Sommaire Caractéristiques 2 Avantages des roulements à billes FAG de génération C 2 Etanchéité et lubrification 2 Température

Plus en détail