Item n 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Item n 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique"

Transcription

1 Item n 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une hépatite virale II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient III. Interpréter des anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique INTRODUCTION 1. Étiologie Infections systémiques d origine virale, à fort tropisme ou tropisme hépatique prédominant, mais non exclusif. Responsables de lésions hépatiques inflammatoires et d altérations hépatocytaires dégénératives. Six virus responsables d hépatite virale sont identifiés : VHA ; VHB ; avec éventuelle surinfection à VHD; VHC ; VHE ; VHG. D autres virus potentiellement hépatotropes peuvent être impliqués : HSV, VZV, EBV, CMV, arbovirus dont le virus Chikungunya. T83-1 : Virus responsables de cytolyses aiguës ou chroniques et principaux marqueurs virologiques Virus Marqueurs VHA IgG+ et IgM anti-vha+ (aigu) VHB Ag HBs+ Anticorps anti-hbs- Anticorps anti-hbc+ IgM anti-hbc+ (aigu ou réactivation) Ag HBe+ (sauf mutant pré-c) Anticorps anti-hbe- (sauf mutant pré-c) ADN VHB+ VHC Anticorps anti-vhc+ ARN VHC+ VHD Diagnostic sérologique (IgG /IgM) et PCR+ VHE Diagnostic sérologique (IgG), PCR+ VHG PCR EBV IgM anti-vca+ (phase aiguë) CMV IgM anti-cmv, antigénémie pp65 ou PCR HSV Anticorps anti-hsv (IgM en phase aiguë) VZV IgG ou IgM+ Autres virus Arboviroses Diagnostic sérologique selon région Fièvres hémorragiques Diagnostic sérologique, PCR VHA : virus de l hépatite A - VHB : virus de l hépatite B - VHC : virus de l hépatite C - VHD : virus de l hépatite Delta - VHE : virus de l hépatite E - VHG : virus de l hépatite G - EBV : Epstein-Barr virus CMV : cytomégalovirus HSV : Herpes virus simplex - VZV : virus de la varicelle et du zona. Seront traitées ci-après les hépatites B, C, D et E. Les hépatites liées à des virus potentiellement hépatotropes (HSV, VZV, EBV, CMV, arbovirus seront traitées dans les chapitres correspondant à chacune de ces infections). 2. Épidémiologie et risque évolutif T83-2 : Facteurs de transmission et profil évolutif des principaux virus hépatotropes Transmission féco-orale Transmission parentérale Transmission sexuelle 47 Transmission maternofœtale Passage à la chronicité Risque d hépatite fulminante Incubation (jours) VHA (< 5 ) VHB (1 %) VHC exceptionnel VHD (5 %) VHE ± (< 5 ) VHG 0 +? +? 0 (?)? VHA : virus de l hépatite A - VHB : virus de l hépatite B - VHC : virus de l hépatite C - VHD : virus de l hépatite Delta ; VHE : Virus de l hépatite E - VHG : virus de l hépatite G 1 Risque si rapports homosexuels 2 Risque augmenté si VIH+, IST, rapports sexuels traumatiques 3 Risque augmenté si VIH+ 4 Sauf 3 e trimestre grossesse (# 20 %)

2 La transmissibilité est variable varie selon le virus en cause : maximale pour VHB (> VHA > VHC). Une vaccination contre VHA et VHB, et une prévention de la transmission mère-enfant du VHB par sérovaccination sont disponibles. Certaines zones endémiques sont à forte prévalence (gradient Nord-Sud) : Afrique noire, Asie (VHB > VHC). Prévalence en France : VHB : 0,65 %. VHC : 0,84 %. Deux milliards de personnes infectées par VHB dans le monde ; 350 millions d infections chroniques ; plus d 1 million de décès par an. Risque évolutif : Tous peuvent provoquer une hépatite aiguë, possiblement sévère (hépatite fulminante). Les virus VHB, VHB+D et VHC peuvent évoluer vers la chronicité avec risque de fibrose, cirrhose et carcinome hépatocellulaire (CHC). L évolution vers la chronicité s observe en France métropolitaine dans 5 à 10 % des cas d hépatite B de l adulte, et 60 à 70 % des cas d hépatite C. Le risque d évolution à la cirrhose est de 10 à 20 % chez les porteurs chroniques du VHB et du VHC, avec un risque d hépato-carcinome de 3 à 5 % par an. Le risque de CHC existe au cours de l infection par VHB à tout moment de l hépatite chronique, même en l absence de cirrhose. 3. Physiopathologie La plupart des virus hépatotropes sont en fait peu cytopathogènes en eux-mêmes. Dans la plupart des cas, (VHB > VHC > VHA) c est la réaction de l hôte contre l infection qui explique le polymorphisme bioclinique. I Savoir diagnostiquer une hépatite 1. Diagnostic positif 1-1. Le diagnostic est évoqué sur l élévation des transaminases (cytolyse) ALAT > ASAT, variable selon le type de virus et la phase de l infection (aiguë, chronique, niveau d activité) Clinique Incubation variable selon le type de virus VHA : 2 à 6 semaines. VHB : 4 à 28 semaines. VHC : 2 à 12 semaines Invasion VHA : plus souvent symptomatique chez l adulte (anorexie, nausées, douleurs de l hypochondre droit, syndrome pseudo grippal), et asymptomatique chez l enfant. VHB et VHC : le plus souvent asymptomatique Phase d état VHA : ictère, avec selles décolorées, inconstant ; hépatomégalie ± splénomégalie. VHB : forme aiguë le plus souvent asymptomatique. VHC : les formes asymptomatiques sont les plus fréquentes. La cytolyse reste modérée même à ce stade (< 10 N) Évolution : variable selon le type de virus VHA Évolution le plus souvent rapidement favorable. Possibles formes prolongées, cholestatiques, à rechute, pseudo chirurgicales. Formes fulminantes exceptionnelles. Pas de forme chronique. VHB Virus à ADN peu cytopathogène ; la réponse immune peut être de 4 types : Réponse forte : élimination des virus circulants et des hépatocytes infectés = hépatite aiguë, ou suraiguë, avec nécrose hépatocellulaire massive (hépatite fulminante ; TP< 30 % ; 1 % des cas) Réponse faible et adaptée : infection asymptomatique, évolution vers la guérison Réponse faible et inadaptée : tolérance partielle avec réplication persistante et atteinte hépatique chronique = hépatite chronique (5 à 10 % des cas) Réponse nulle : portage chronique asymptomatique avec réplication virale. Les formes chroniques sont observées dans 5 à 10 % des cas : Définition : Ag HBs+ pendant > 6 mois On distingue : le portage chronique asymptomatique : ALAT normales et ADN VHB sérique indétectable ou charge virale faible, Ag HBe absent (30 % des porteurs chroniques). Disparition spontanée de l Ag HBs : 3 % par an. - l hépatite B chronique : ALAT à 2-5 x N (> 6 mois) et ADN VHB sérique élevé. La gravité et l'évolutivité sont définies par l histologie (score METAVIR, Cf. infra). Des manifestations extra-hépatiques sont possibles au cours des hépatites chroniques actives plus fréquentes chez les immunodéprimés et les nouveau-nés. 48

3 Évolution le taux de séroconversion spontanée est de 3 à 5 % par an. le risque est l évolution vers la fibrose, la cirrhose et le CHC. Les hépatites occultes sont définies par la persistance d une réplication virale sérique faible en l absence d Ag HBs et la présence d Ac anti-hbc. La persistance de l Ag HBe, avec ADN VHB sérique, est prédictive d un risque plus élevé d évolution vers la cirrhose. La séroconversion anti-hbe est prédictive d un arrêt de la réplication virale et d une évolution favorable. Cependant l existence de mutations dans la région (pré-core) du génome, observée dans certaines régions du monde (bassin méditerranéen), peut empêcher la production d Ag Hbe, et donner lieu à une réplication virale avec ADN VHB sérique en l absence d Ag HBe et en présence d Ac anti-hbe (virus mutants pré-c) avec un risque accru d évolution vers la cirrhose. VHC Les cas d hépatites fulminantes sont exceptionnels. La guérison spontanée survient dans 15 à 30 % des cas (clairance spontanée du virus, absence de réplication virale). L évolution vers la chronicité survient dans 70 à 85 % des cas : le diagnostic est fait par la mise en évidence d une réplication virale par PCR ARN-VHC le risque est l évolution vers fibrose, cirrhose et CHC ; ce risque évolutif est augmenté par la co-infection VIH, la consommation d alcool, le surpoids et l âge. En cas de cirrhose l incidence du CHC est de 1 à 4 % par an. VHD Virus défectif à ARN utilisant l enveloppe du VHB La co-infection VHB/VHD majore le risque d hépatite fulminante (x 10 à 20). La surinfection d une hépatite chronique B par VHD accroît la sévérité des lésions hépatiques et diminue l efficacité du traitement provoque une hépatite aiguë évoluant dans 80 % des cas vers une hépatite chronique D. VHE Évolution en règle bénigne. Formes graves observées chez les femmes enceintes, avec une mortalité élevée, surtout au 3 e trimestre. Pas d hépatite chronique ni de CHC sauf chez l immunodéprimé greffé Examens complémentaires Diagnostic positif Le diagnostic d hépatite est fait sur l élévation des transaminases (cytolyse) : ALAT > ASAT, variable selon le type de virus et la phase de l infection (aiguë, chronique, niveau d activité) Diagnostic du virus en cause et du stade de l hépatite Il est fait d après l évolution de la cytolyse et grâce aux marqueurs spécifiques de chaque infection virale. VHA Cytolyse (transaminases x 20 à 40N) ; s y associe un syndrome de rétention biliaire d intensité variable. Sérologie : mise en évidence d anticorps anti-vha de type IgM (hépatite aiguë récente). La présence d Ac anti-vha de type IgG traduit une hépatite ancienne et une immunisation solide et durable, ou une immunisation vaccinale. F83-1 : Évolution de l hépatite virale A Hépatite clinique Présences de virus dans le sang et les selles Anticorps anti-vha de classe IgM Anticorps anti-vha de classe IgG Contage Semaines VHB Cytolyse (transaminases x 5 à 20N) Sérologie : Ag HBs +, Ac anti-hbc+, IgM anti-hbc+, Ac anti-hbs-. 49

4 Hépatite chronique : Ag HBs+ depuis > 6 mois, Ag Hbe+ (sauf mutant pré-core), anti-hbe- (sauf mutant pré-core) ADN VHB + (PCR). Guérison : Transaminases N Anti-HBc+, anti-hbs+. F83-2 : Évolution des différents marqueurs viraux au cours de l hépatite aiguë Période d incubation Prodromes Hépatite aiguë Convalescence Tests diagnostiques Précoce Tardive Ag HBs Anti-HBs IgM anti-hbe IgG anti-hbe Ag HBs Anti-HBs Mois après exposition ADN VHB SGPT (ALAT) Symptômes Ag HBe Anti-HBc VHC Cytolyse (transaminases < 10N) Sérologie (test ELISA de troisième génération, à confirmer par un 2 e test ELISA) : IgG anti-vhc, PCR- ARN VHC+. Hépatite chronique : Cytolyse (transaminases 1,5 à 3,5N) Sérologie (test ELISA de troisième génération, à confirmer par un 2 e test ELISA) : IgG anti-vhc PCR- ARN VHC+. La détection d ARN-VHC par PCR est systématique pour confirmer une infection chronique, ou en cas d ELISA douteux, ou de co-infection VIH/VHC. Génotypage : en cas de PCR+, si un traitement est envisagé, on doit préciser lequel des 6 génotypes existants est en cause, car il est prédictif de la réponse au traitement. Guérison : Transaminases normales Sérologie : IgG anti VHC+ PCR ARN VHC-. VHD Cytolyse (transaminases augmentées) Sérologie : anticorps anti-vhd IgM. Hépatite chronique : PCR ADN VHD + (laboratoires spécialisés). Contact antérieur : Ac anti-vhd IgG. VHE Cytolyse (transaminases augmentées) Sérologie : anticorps anti-vhe IgM. Contact antérieur : Ac anti-vhe IgG. 50

5 2. Bilan de gravité Il permet d estimer l évolutivité de l hépatite : Au stade aigu (formes fulminantes) Au stade chronique pour fixer les indications thérapeutiques Bilan clinique Signes d insuffisance hépatocellulaire : ictère, encéphalopathie Signes d hypertension portale : circulation veineuse collatérale, splénomégalie Manifestations extrahépatiques (hépatite C : cryoglobulinémie, vascularite, syndrome sec, hépatite auto-immune, glomérulonéphrite membranoproliférative ) Bilan biologique Transaminases. Signes d insuffisance hépatocellulaire : TP, facteur V. Bilan virologique : charge virale sérique (PCR ADN VHB, ARN VHC) génotype VHC (si un traitement est envisagé). Alpha fœtoprotéine. Bilan d auto-immunité Évaluation de l atteinte histologique hépatique Directe : ponction biopsie hépatique (PBH) : score METAVIR précisant l intensité de l inflammation [A0-A4] et de la fibrose [F0-F4]). Indirecte par test biologique composite validé, et élastométrie hépatique Imagerie Échographie abdominale, TDM abdomen Fibroscopie œsophagienne Recherche de varices œsophagiennes en cas de cirrhose. 3. Diagnostic différentiel Le diagnostic différentiel ne se pose que dans l attente des résultats des sérologies virales. Hépatite toxique, médicamenteuse (importance de l interrogatoire), ou hépatite alcoolique (ALAT>ASAT). Hépatites auto-immunes qui s accompagnent de marqueurs d auto-immunité. Autres hépatopathies chroniques, rarement discutées en pratique : cirrhose biliaire primitive maladie de Wilson hémochromatose II Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient La stratégie face à une hépatite virale est la suivante : 1. Affirmer l étiologie 2. Apprécier la gravité Examen clinique (signes hémorragiques et/ou encéphalopathiques) TP (facteur V). 3. Rechercher une évolution vers la chronicité, en cas d hépatite B et C Surveillance des transaminases Détection et quantification de l ADN-VHB et/ou de l ARN-VHC par PCR. 4. Surveillance régulière en cas d hépatite chronique Clinique, biologique, histologique, radiologie, endoscopique (cf. bilan de gravité). 5. Poser les indications thérapeutiques Formes communes Aucune thérapeutique n'est indiquée sauf repos et éviction de toute consommation d alcool et de toute médication notamment hépatotoxique. En cas d hépatite aiguë C, un traitement pas PEG interféron/ribavirine est à discuter. Formes fulminantes Le traitement est symptomatique et justifie le transfert en réanimation. La transplantation hépatique doit être proposée en urgence en présence d'une confusion ou d'un coma et d'un facteur V inférieur à 30 %. 51

6 Formes chroniques Un traitement est indiqué dans les hépatites chroniques biologiquement et histologiquement actives avec réplication documentée par PCR sérique ou en présence de critères prédictifs d une forte probabilité de réponse au traitement. En cas de cirrhose : Surveillance clinique, biologique, histologique, radiologie, endoscopique tous les 6 mois. En cas de cirrhose sévère possibilité de transplantation hépatique. 1. Objectifs du traitement Contrôler la réplication virale (VHB) ou éradiquer le virus (VHC). Faire régresser la fibrose, diminuer l expression clinique des fibroses évoluées Bilan préthérapeutique (hépatites B, hépatites C) Évaluation de l activité virale de l infection : réplication sérique (PCR) ADN VHB. ARN VHC. Génotype VHC Prédictif de la réponse au traitement Activité de l hépatite chronique Transaminases (ASAT, ALAT). PBH ou test non invasif (score METAVIR). Diagnostic des co-infections Sérologies VIH, VHB, VHC, VHD, VHA (IgG anti-vha). Autres examens biologiques et paracliniques Gamma-GT, phosphatases alcalines, bilirubine, taux de prothrombine (TP). NFS plaquettes. Alpha-fœtoprotéine. Échographie abdominale. Recherche de co-morbidités TSH. Recherche d auto-anticorps (antithyropéroxydase, antinucléaires, anti muscle lisse et anti-lkm1). Créatininémie, protéinurie, clairance de la créatinine, albuminémie, glycémie. Cholestérol total, LDL et HDL ; triglycérides. Mesure du coefficient de saturation de la transferrine pour le dépistage de l'hémochromatose. Recherche de contre-indications à l interféron Diagnostic biologique de grossesse. ECG chez les patients > 40 ans ou en cas de cardiopathie connue. Examen ophtalmologique. Avis psychiatrique (indispensable en cas d antécédents de manifestations psychiatriques). Traitement par ribavirine contre-indiqué chez la femme en cas de grossesse, chez l homme en cas de projet de procréation pendant et dans les 7 mois suivant le traitement. Traitement par interféron-ribavirine contre-indiqué en cas de cirrhose décompensée Hépatite B (traitement des hépatites chroniques) Médicaments Antiviraux : analogues nucléosidiques, nucléotidiques : adéfovir, ténofovir, lamivudine, emtricitabine, telbivudine, entécavir ; ont aussi une activité anti-vih (à prendre en compte en cas de co-infection). Interféron pégylé alpha 2a, 2b (Pégasys, Viraferon Peg ) à double visée immunomodulatrice et antivirale Indications, objectifs et schémas thérapeutiques Indications Hépatites chroniques actives avec ADN VHB sérique +. Objectifs Virologique : réduire au maximum l'adn VHB, déterminé par les techniques les plus sensibles (indétectabilité recherchée). Biochimique : normalisation des transaminases, stabilisation, voire régression des lésions histologiques. Sérologique : obtention d une séroconversion HBe si Ag HBe positif, et (plus rare) d une séroconversion HBs. Histologique : dans le but de faire régresser la fibrose et d en diminuer l expression clinique. Schémas thérapeutiques Analogue(s) nucléosi(ti)dique(s) Interféron pégylé. La bithérapie antivirale est préconisée en raison du risque d émergence de mutations de résistance sous monothérapie, bien documentée pour la lamivudine. 52

7 Durée : interféron pégylé : 48 semaines analogues nucléosidiques : traitement prolongé (plusieurs années) ; risque de réactivation virale à leur arrêt. Résultats : réponse favorable (virologique, biochimique et sérologique) avec PEG-IFN : 25 %, pas d'émergence de résistance résistance : émergence quasi constante en cas de monothérapie par lamivudine. Tolérance : effets secondaires, surveillance PEG-interféron : asthénie, amaigrissement, syndrome pseudo-grippal, dysthyroïdie, syndrome dépressif, troubles de l humeur et de la concentration, diabète, cytopénies (neutropénie) ribavirine : anémie créatinine surveillance : NFS (/mois) ; TSH (/3 mois). Créatinine (ténofovir, adéfovir). Mesures d accompagnement Limiter la consommation d alcool (< 10 g/j) ; substitution en cas de dépendance aux opiacés. Lutte contre la surcharge pondérale. Vaccination contre VHA si non immunisé. Vérification du statut sérologique de l entourage et vaccination si indiquée. Prise en charge des troubles psychiatriques. Facteurs de croissance si besoin (GCSF interféron). Prise en charge sociale ; éducation thérapeutique et aide à l observance. En cas de co-infection VIH adaptation éventuelle du traitement antirétroviral Traitement préventif Vaccination. Sérovaccination en cas d exposition sanguine ou sexuelle au VHB (débutée dans les 48 heures), et chez les enfants nés de mères Ag HBs Hépatite C Médicaments Antiviral : ribavirine. Interféron pégylé alpha 2a, 2b (Pégasys, Viraferon Peg ) à double visée immunomodulatrice et antivirale. Autres : antiprotéases anti-vhc Indications, objectifs et schémas thérapeutiques Indications Infection par génotype 2 ou 3, quelle que soit l intensité de la fibrose. Infection par génotype 1 et 4, en cas de fibrose F2, ou F1 associée à activité A2 ou A3. Hépatite aiguë. Cirrhose compensée. Manifestations extrahépatiques sévères (cryoglobulinémie). Projet d éradication virale (demande du patient, projet de procréation). Transplantation. Objectifs Éradication virale : réponse virologique prolongée (RVP) = négativation de l ARN VHC sérique (PCR) prolongée au moins 6 mois après l arrêt du traitement. Schémas thérapeutiques Interféron pégylé (injection SC 1 fois/semaine) + ribavirine (2 prises/jour PO) Durée : fonction du génotype : 48 semaines pour les génotypes 1 et 4 24 semaines pour les génotypes 2 et 3 (sauf en cas de co-infection VIH : 48 semaines) arrêt du traitement à S12 si diminution de l ARN-VHC à S12 < 2 log, ou détectable à M6, car probabilité de RVP quasi nulle. Résultats : évaluation 1 fois/mois en cours de traitement puis tous les 2 à 6 mois ; 1 à 2 fois/an en cas de RVP. globalement, réponse prolongée : 65 % variable selon génotype (50 % pour génotypes 1 et 4 ; 80 % pour génotypes 2 et 3) moindre en cas de co-infection VIH. Tolérance : effets secondaires, surveillance asthénie, amaigrissement, syndrome pseudo-grippal, dysthyroïdie, syndrome dépressif, troubles de l humeur et de la concentration, diabète, cytopénies (neutropénie, anémie) surveillance : NFS (/mois) ; TSH (/3 mois). En l absence de traitement Surveillance : histologie (à 5 ans ; ou 3 ans si co-infection VIH). 53

8 Mesures d accompagnement Limiter la consommation d alcool (< 10 g/j) ; substitution en cas de dépendance aux opiacés. Lutte contre la surcharge pondérale. Vaccination contre VHB si nécessaire + VHA. Prise en charge des troubles psychiatriques. Facteurs de croissance si besoin (GCSF ; EPO pour maintenir la posologie de ribavirine). Prise en charge sociale ; éducation thérapeutique et aide à l observance. Dosage de ribavirinémie. En cas de co-infection VIH adaptation éventuelle du traitement antirétroviral Prévention Dépistage systématique du VHC chez les donneurs de sang (mise en place depuis 1990). Mesures contre la transmission nosocomiale (nettoyage et antisepsie du matériel médical). Surveillance en postexposition (Cf. Item 202 AES). Mesures contre la transmission chez les usagers de drogue par voie IV (sevrage, substitution, mise à disposition de seringues à usage unique). III Interpréter les anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique (Hépatites virales) 1. Rattacher une cytolyse aiguë à une étiologie virale Éliminer une cause toxique : prise médicamenteuse hépatotoxique éliminer une exposition évidente à un toxique. Éliminer une cause clinique évidente : surcharge pondérale (stéatose) alcoolisation chronique, hépatopathie alcoolique. Rechercher les arguments d exposition à un risque viral Demander un bilan sérologique (sérologie VHB, VHC, VHA ). 2. Ne pas méconnaître une hépatopathie sévère Examen clinique (signes d insuffisance hépatocellulaire). TP, facteur V. 3. Diagnostiquer et prendre en charge une évolution chronique Cf. Définitions et prise en charge des hépatites chroniques B et C (objectifs I et II). 4. Conseils en cas d hépatite aiguë asymptomatique Pas de traitement spécifique. Éviter les médicaments hépatotoxiques. Repos. Régime alimentaire inutile. Éviter alcool, œstroprogestatifs, corticoïdes. 5. Identifier d éventuels sujets contacts, et appliquer les mesures de prévention 54

Module 7 - Edition Item 83 page 1 Copyright CMIT ITEM N 83 : HEPATITES VIRALES ANOMALIES BIOLOGIQUES HEPATIQUES CHEZ UN SUJET ASYMPTOMATIQUE

Module 7 - Edition Item 83 page 1 Copyright CMIT ITEM N 83 : HEPATITES VIRALES ANOMALIES BIOLOGIQUES HEPATIQUES CHEZ UN SUJET ASYMPTOMATIQUE Module 7 - Edition 2008 - Item 83 page 1 ITEM N 83 : HEPATITES VIRALES ANOMALIES BIOLOGIQUES HEPATIQUES CHEZ UN SUJET ASYMPTOMATIQUE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une hépatite virale II. Argumenter

Plus en détail

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI 1. Quels sont les agents responsables? 2. Quand suspecter une hépatite virale aigue? 3. Comment faire le diagnostic d une hépatite aigue virale? 4. Comment surveiller

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE B

HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DUREE HÉPATITE CHRONIQUE B Juin 2007 Juin 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2

Plus en détail

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte)

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) * AASLD Guidelines for Treatment of Chronic Hepatitis B Terrault NA et al. Hepatology 2016 Claude EUGENE 1 Hépatite B : l histoire

Plus en détail

Item 163: Hépatites virales.

Item 163: Hépatites virales. Item 163: Hépatites virales. Objectifs pédagogiques Connaître les modes de transmission des différentes hépatites virales et les modalités de leur prévention. Prescrire et interpréter les examens sérologiques

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE C

HÉPATITE CHRONIQUE C ALD 6 HÉPATITE CHRONIQUE C LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS -1- SOMMAIRE SOMMAIRE...2 AVERTISSEMENT...3 LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS...4 I. ACTES MEDICAUX ET PARAMEDICAUX...4 II. BIOLOGIE...5 III. ACTES

Plus en détail

Les hépatites virales. Hépatite A 05/10/2016 GENERALITES. Caractères généraux des hépatites virales aiguës. Virus de l hépatite A (VHA)

Les hépatites virales. Hépatite A 05/10/2016 GENERALITES. Caractères généraux des hépatites virales aiguës. Virus de l hépatite A (VHA) GENERALITES Les hépatites virales Dr LAMBERT Virus des hépatites A, B, C, D, E Impossibilité ou grande difficulté d isolement en culture, intérêt de la biologie moléculaire dans leur étude Virus A et E

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE C

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE C LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE C Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

Morphologie et structure du HBV

Morphologie et structure du HBV Morphologie et structure du HBV Histoire naturelle Infection primaire 95 % 5 % Guérison Persistance Hépatite chronique Porteur inactif Cirrhose Hépatocarcinome Evolution des marqueurs dans l hépatite B

Plus en détail

VHB : pas directement cytopathogène!

VHB : pas directement cytopathogène! Hépatite B VHB : pas directement cytopathogène! Réactions immunologiques > effet cytopathogène L intensité du conflit entre le VHB et les défenses immunitaires de l hôte détermine la gravité de l infection

Plus en détail

Hépatites virales aigües

Hépatites virales aigües 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Gastro-Entéro-Hépatologie Hépatites virales aigües Virus hépatotropes Virus A : Picornavirus Virémie : 10 à 20 jours après la contamination Disparition

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 83 page 1 Copyright CMIT ITEM N 83 : HEPATITES VIRALES ANOMALIES BIOLOGIQUES HEPATIQUES CHEZ UN SUJET ASYMPTOMATIQUE

Module 7 - Edition Item 83 page 1 Copyright CMIT ITEM N 83 : HEPATITES VIRALES ANOMALIES BIOLOGIQUES HEPATIQUES CHEZ UN SUJET ASYMPTOMATIQUE Module 7 - Edition 2006 - Item 83 page 1 ITEM N 83 : HEPATITES VIRALES ANOMALIES BIOLOGIQUES HEPATIQUES CHEZ UN SUJET ASYMPTOMATIQUE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une hépatite virale II. Argumenter

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C Concentration relative NUMERO - info 7 2016 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C 1- DIAGNOSTIC SÉROLOGIQUE DE L HÉPATITE A Le diagnostic d une infection récente par le virus de l hépatite

Plus en détail

Les hépatites virales

Les hépatites virales Les hépatites virales Dr Karine LACOMBE ---- Année 2013 2014 Vendredi 20 septembre 2013 SOMMAIRE Classification des hépatites Elément d anamnèse et de sémiologie générale Epidémiologie et clinique des

Plus en détail

VHB: Structure du virus

VHB: Structure du virus Hépatite B VHB: Structure du virus Hepadnaviridae Virus enveloppé, capside icosaédrique, ADN partiellement double brin Particule de Danes (42nm) Particules infectieuses cohabitant avec autres structures

Plus en détail

HEPATITES VIRALES B et C. D. Capron 26/05/2004

HEPATITES VIRALES B et C. D. Capron 26/05/2004 HEPATITES VIRALES B et C D. Capron 26/05/2004 1 HEPATITES VIRALES B et C Contraste entre la vision «santé publique» et celle du généraliste au niveau individuel Investissement en temps important pour peu

Plus en détail

Les hépatites virales. Dr Karine LACOMBE ---- Année

Les hépatites virales. Dr Karine LACOMBE ---- Année Les hépatites virales Dr Karine LACOMBE ---- Année 2016 2017 SOMMAIRE Classification des hépatites Elément d anamnèse et de sémiologie générale Epidémiologie et clinique des hépatites HEPATITES VIRALES

Plus en détail

Hépatites virales. Hygiène individuelle et collective insuffisante Alimentation en eau potable sujette à des pollutions fécales

Hépatites virales. Hygiène individuelle et collective insuffisante Alimentation en eau potable sujette à des pollutions fécales 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Infectiologie Introduction Hépatites virales Infections systémiques : inflammation avec lésions dégénératives et cytolytiques des hépatocytes.

Plus en détail

Présentation clinique. Présenté par Rdte KOOLI.I

Présentation clinique. Présenté par Rdte KOOLI.I Présentation clinique Présenté par Rdte KOOLI.I Patiente A.A âgée de 38 ans Médecin ATCDS : RAS FRH : *Soins Dentaires (+) *Relations Sexuelles Extraconjugales (-) *Tatouage (-) *Scarification (-) Consulte

Plus en détail

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde 150 millions de sujets porteurs chroniques Prévalence entre 0,1 et 5 % selon les pays 5 millions en Europe de l Ouestl En Europe, le VHC est responsable

Plus en détail

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Dr. Mouni Bensenane CHU Nancy Sixième rencontre autour des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin Alger, le 09 novembre 2011 M. B âgé de 18 ans, étudiant

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L INFECTION PAR LE VIRUS DE L HEPATITE B : NOUVELLES RECOMMANDATIONS AMERICAINES HEPATITIS B : AMERICAN NEW RECOMMANDATIONS

PRISE EN CHARGE DE L INFECTION PAR LE VIRUS DE L HEPATITE B : NOUVELLES RECOMMANDATIONS AMERICAINES HEPATITIS B : AMERICAN NEW RECOMMANDATIONS Lu pour vous Reading for your PRISE EN CHARGE DE L INFECTION PAR LE VIRUS DE L HEPATITE B : NOUVELLES RECOMMANDATIONS AMERICAINES HEPATITIS B : AMERICAN NEW RECOMMANDATIONS C. MARRAKCHI, M. BEN JEMAA.

Plus en détail

Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD

Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD FACULTE DE MEDECINE D ALGER Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD Dr A. BENSALEM Année universitaire 2015-2016 Généralités VIRUS DES HEPATITES Deux modes de transmission préférentiels Parentéral

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. Plan 21/10/2016. Introduction Hépatites aiguës Vaccination Hépatites chroniques Hépatite B Hépatite C

HEPATITES VIRALES. Plan 21/10/2016. Introduction Hépatites aiguës Vaccination Hépatites chroniques Hépatite B Hépatite C HEPATITES VIRALES Pr Pascal Crenn APHP-UVSQ pascal.crenn@aphp.fr Introduction Hépatites aiguës Vaccination Hépatites chroniques Hépatite B Hépatite C Plan Etiologie Conséquences / incidences Mécanisme

Plus en détail

Mortalité chez la patients infectés par le VIH : Impact d une hépatite virale chronique

Mortalité chez la patients infectés par le VIH : Impact d une hépatite virale chronique Mortalité chez la patients infectés par le VIH : Impact d une hépatite virale chronique Patients VIH+ décédés en 2000 (n = 822) Maladie hépatique SIDA Autre VHC et VHB (n = 35) VHC (n = 235) VHB (n = 64)

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. -transmission feco-orale +++ MANUPORTAGE personne à personne eau et aliments souillés

HEPATITES VIRALES. -transmission feco-orale +++ MANUPORTAGE personne à personne eau et aliments souillés HEPATITES VIRALES Dr charaoui INTRODUCTION o Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie o Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires o 5 virus responsables : virus A, virus

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne HEPATITES VIRALES Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne INTRODUCTION Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires 5 virus

Plus en détail

Co-infections par les virus des hépatites et Tumeurs. Recommandations 2010

Co-infections par les virus des hépatites et Tumeurs. Recommandations 2010 Co-infections par les virus des hépatites et Tumeurs Recommandations 2010 Co-infection VHC : Rappels Séroprévalence VHC chez ¼ des sujets VIH+ 90% chez UDI < 10% chez HSH Infection VIH virémie VHC d un

Plus en détail

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 DES 13 Fev 2009 1 Plan Démarche diagnostique Hépatite A Hépatite E

Plus en détail

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14-

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14- Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni Rencontres en infectiologie 14- Cas clinique Mr M.L, âgé de 41 ans Suivi en hématologie depuis octobre

Plus en détail

Hépatite B. Dr Ghassan Riachi HGE-CHU de Rouen. Journée régionale ARS décembre 2016

Hépatite B. Dr Ghassan Riachi HGE-CHU de Rouen. Journée régionale ARS décembre 2016 Hépatite B Dr Ghassan Riachi HGE-CHU de Rouen Journée régionale ARS décembre 2016 Hépatite B 1967: découverte de l antigène Australia (Blumberg et al., 1967), prix Nobel en 1976 1970: VHB en Microscopie

Plus en détail

Diagnostic au laboratoire de l hépatite B Protéine C AgHBc Protéine Pré-S2 Protéine S Protéine Pré-S1 AgHBs Marqueurs sérologiques AgHBs Anticorps anti-hbs ADN viral 42nm Particule de Dane Polymérase Anticorps

Plus en détail

Hépatites B et C et transplantation rénale

Hépatites B et C et transplantation rénale Hépatites B et C et transplantation rénale Dr Gilles Blancho Service de Néphrologie CHU Nantes La problématique des infections VHB et VHC en transplantation rénale Prévalence supérieure dans les populations

Plus en détail

Faut-il ou non traiter les enfants porteurs chroniques des virus des hépatites B ou C?

Faut-il ou non traiter les enfants porteurs chroniques des virus des hépatites B ou C? Faut-il ou non traiter les enfants porteurs chroniques des virus des hépatites B ou C? Evolution spontanée Résultats des traitements Recommandations Discussion HEPATITE B Transmission chez l enfant PERINATALE

Plus en détail

Hépatologie Gastro-entérologie

Hépatologie Gastro-entérologie u ECN EN QUESTIONS ISOL ES Hépatologie Gastro-entérologie Marjorie CANU Editions Vernazobres-Grego 99 bd de l Hôpital 75013 PARIS - Tél. 01 44 24 13 61 www.vg-editions.com Toute reproduction, même partielle,

Plus en détail

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et Dr PENALBA Formation NANCY 03 et 04.02.2016 Hépatite = inflammation du foie toxiques / des virus causée par des Le virus pénètre la cellule, se multiplie, le système immunitaire détruit les cellules infectées

Plus en détail

ALD 6 HÉPATITE CHRONIQUE C

ALD 6 HÉPATITE CHRONIQUE C ALD 6 HÉPATITE CHRONIQUE C GUIDE MEDECIN -1- SOMMAIRE SOMMAIRE...2 INTRODUCTION...3 GUIDE MEDECIN POUR L ALD 6 - VHC...4 I. BILAN INITIAL...4 I.1. Objectifs...4 I.2. Professionnels impliqués...4 I.3. Rappel

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

Prise en charge de l hépatite B

Prise en charge de l hépatite B Plan Prise en charge de l hépatite B Maud Berney Lamielle Colloque du 23.02.2011 Présentation d un cas Epidémiologie/transmission Comment interpréter les résultats de labo? Evolution/complications Quel

Plus en détail

Faut-il traiter les patients âgés atteints d hépatite C?

Faut-il traiter les patients âgés atteints d hépatite C? Faut-il traiter les patients âgés atteints d hépatite C? T.Fontanges FMC francophones 2005 quelles sont les particularités du sujet âgé porteur du VHC? existe-t-il un rationnel pour traiter? Définition

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C La PCR en temps réel est fondée sur la détection et la quantification des produits d amplification au cours de la réaction de PCR, dans le tube fermé, plutôt qu à la fin de la réaction comme c est le cas

Plus en détail

Infections par le virus de l'hépatite B

Infections par le virus de l'hépatite B CBP Infections par le virus de l'hépatite B 1.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE ANNE.GOFFARD@UNIV-LILLE2.FR 2012 Table des matières

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Hépatites. a. Généralités et modes de transmission Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale

Hépatites. a. Généralités et modes de transmission Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale Hépatites I. Hépatites virales 1. Hépatite A Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale Icubation : 2 à 6 semaines Symptômes : asymptomatique dans 90% des cas.

Plus en détail

Les virus des hépatites virales

Les virus des hépatites virales Les virus des hépatites virales Pr.Khelifa - Hépatites primitives : Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite G (HGV) - Atteintes hépatiques

Plus en détail

Prise en charge du patient VIH : nouvelles contraintes après 12 années de HAARTs les préoccupations hépatiques

Prise en charge du patient VIH : nouvelles contraintes après 12 années de HAARTs les préoccupations hépatiques Prise en charge du patient VIH : nouvelles contraintes après 12 années de HAARTs les préoccupations hépatiques Y.Yazdanpanah Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur C.H.Tourcoing

Plus en détail

Hospitalier. Dr Levent.Équipe opérationnelle en hygiène Référent en antibiothérapie. Centre Hospitalier de Sambre-Avesnois, 2008.

Hospitalier. Dr Levent.Équipe opérationnelle en hygiène Référent en antibiothérapie. Centre Hospitalier de Sambre-Avesnois, 2008. De Sambre Centre Avesnois Hospitalier Les hépatites virales Dr Levent.Équipe opérationnelle en hygiène Référent en antibiothérapie. Centre Hospitalier de Sambre-Avesnois, 2008 Hygiène/hygiène 2011/outils

Plus en détail

Hépatite B chronique. Epidémiologie HBV. Les personnes à risque? HBV: qui dépister? Les personnes à risques!

Hépatite B chronique. Epidémiologie HBV. Les personnes à risque? HBV: qui dépister? Les personnes à risques! HBV: qui dépister? Hépatite B chronique DresI. Morardet N. JunodPerron Service de Gastroentérologie et Hépatologie et SMPR Colloque MPR 18.06.2014 Les personnes à risques! Tous les patients qui nécessitent

Plus en détail

Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud

Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Plus en détail

Les hépatites virales en milieu tropical

Les hépatites virales en milieu tropical Les hépatites virales en milieu tropical Hépatites virales Histoire naturelle commune («cosmopolite») Médecin en chef Eric CHAUVEAU Service des Maladies digestives et tropicales HIA Robert Picqué Particularités

Plus en détail

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST Journée régionale Sens, 02 Octobre 2015 M Duong Service des Maladies Infectieuses CHU Dijon INFECTION VHB EN FRANCE - Porteurs chroniques(ag

Plus en détail

Rappel synthétique sur les hépatites virales

Rappel synthétique sur les hépatites virales Rappel synthétique sur les hépatites virales (Sources : AFEF, CDC, INRS, INVS, OMS, Hépatobase) Une hépatite est une inflammation du foie qui perturbe son bon fonctionnement. Elle peut être causée par

Plus en détail

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU TRAITEMENT DE L HÉPATITE C AU SEIN D UNE COHORTE DE PATIENTS CO-INFECTÉS VIH-VHC. N. Bertiaux-Vandaële, H. Montialoux, F. Borsa-Lebas, O. Goria, E. Lerebours, G. Riachi.

Plus en détail

Les virus des hépatites

Les virus des hépatites Les virus des hépatites Virus de l hépatite B Principale cible = foie Les virus des hépatites Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite

Plus en détail

Dr Soufiene CHOUAIB. Service Gastro-Entérologie B HÔPITAL LA RABTA.

Dr Soufiene CHOUAIB. Service Gastro-Entérologie B HÔPITAL LA RABTA. Dr Soufiene CHOUAIB Service Gastro-Entérologie B HÔPITAL LA RABTA hépatite aiguë plus ou moins sévère, voire fulminante hépatite chronique +/- active risque évolutif vers une cirrhose et CHC. Histoire

Plus en détail

4. Recommandations de la HAS

4. Recommandations de la HAS 4. Recommandations de la HAS 4.1 Dépistage de l hépatite C La HAS, en accord avec l avis du groupe de travail HAS, valide l algorithme biologique de dépistage de l hépatite C proposé par le groupe de travail

Plus en détail

Traitement de l hépatite B en 2016 Vers une éradication du virus?

Traitement de l hépatite B en 2016 Vers une éradication du virus? Traitement de l hépatite B en 2016 Vers une éradication du virus? Pr Victor de Lédinghen Centre Expert Hépatites Virales Aquitaine CHU Bordeaux Prévalence de l hépatite B Impact clinique de l hépatite

Plus en détail

Traitement préemptif de la réactivation virale B

Traitement préemptif de la réactivation virale B Traitement préemptif de la réactivation virale B Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes Unité d Hépatologie, INSERM. 567 Hôpital Cochin - Paris La problèmatique o Homme de 65 ans, né au Laos

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre Incidence du VIH en France

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre Incidence du VIH en France Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

L hépatite aiguë E : un facteur de décompensation de la cirrhose

L hépatite aiguë E : un facteur de décompensation de la cirrhose L hépatite aiguë E : un facteur de décompensation de la cirrhose Résultats d une étude prospective monocentrique française 4 Octobre 2013 H Blasco-Perrin (1) ; F Abravanel (2) ; C Bureau (1) ; JP Vinel

Plus en détail

Virus de l hépatite B et marqueurs

Virus de l hépatite B et marqueurs Virus de l hépatite B et marqueurs Le virus de l hépatite B (VHB) Virus VHB: Hepadnavirus,, ADN enveloppé. Modes de transmission principaux: Parentérale Nosocomiale Toxicomanie intraveineuse Sexuelle Mère-enfant

Plus en détail

ARGUMENTAIRE Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic et à la prise en charge des hépatites B, C et D

ARGUMENTAIRE Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic et à la prise en charge des hépatites B, C et D ARGUMENTAIRE Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic et à la prise en charge des hépatites B, C et D Janvier 2017 Cet argumentaire, réalisé en vue d une prise en charge par

Plus en détail

Viro 4 : Hépatite A - Hépatite E.

Viro 4 : Hépatite A - Hépatite E. Viro 4 : Hépatite A - Hépatite E. I - Introduction II- Le virus de l hépatite A (VHA) 1) Généralités 2) Organisation architecturales et génomique 3) Epidémiologie 4) Pathogénicité 5) Formes cliniques a)

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne HEPATITES VIRALES Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne INTRODUCTION Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires 5 virus

Plus en détail

Hépatite chronique C à transaminases normales

Hépatite chronique C à transaminases normales Hépatite chronique C à transaminases normales Philippe Sogni Service d Hépato-gastroentérologie, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Cochin Port-Royal (Université Paris 5) Au cours du suivi d une hépatite

Plus en détail

Suivi virologique. à la lumière des recommandations européennes EASL Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire Cerba

Suivi virologique. à la lumière des recommandations européennes EASL Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire Cerba Suivi virologique des hépatites chroniques B à la lumière des recommandations européennes EASL 2009 Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire Cerba Introduction Epidémiologie Le virus Le diagnostic Les traitements

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE C (VHC)

VIRUS DE L HEPATITE C (VHC) Page 1/7 VIRUS DE L HEPATITE C (VHC) SOMMAIRE 1 GENERALITES...2 1.1 RESERVOIR, SOURCE...2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE...2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...2 1.4 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

Hépatites Virales Chroniques B et C en Algérie

Hépatites Virales Chroniques B et C en Algérie 6 ème Congrès Maghrébo-Français de Médecine Interne 19 ème Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Oran 10, 11 et 12 Mai 2013 Hépatites Virales Chroniques B et C en Algérie Notre expérience

Plus en détail

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique.

Méthodes et stratégies de diagnostic virologique. Méthodes et stratégies de diagnostic virologique marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2016-2017 - Principales méthodes de diagnostic virologique prélèvements, sérologies, biologie moléculaire, - Exemples par

Plus en détail

Hépatites Autoimmunes (HAI)

Hépatites Autoimmunes (HAI) Hépatites Autoimmunes (HAI) Groupe (sans doute hétérogène) de maladies de cause(s) inconnue(s), caractérisées par des lésions hépatocytaires nécrotico-inflammatoires, la présence d'autoanticorps particuliers

Plus en détail

Hépatites virales. Virus Transmission Passage à la chronicité. Nouveaux-nés 90 % Hépatite C Sanguine 85 % Infection hépatite B nécessaire

Hépatites virales. Virus Transmission Passage à la chronicité. Nouveaux-nés 90 % Hépatite C Sanguine 85 % Infection hépatite B nécessaire z Hépatites virales Définition Ce sont des hépatites (inflammations aiguës du foie) provoquées par un virus. Les 3 virus les plus fréquemment rencontrés sont les virus A, B, C, mais on a aussi identifié

Plus en détail

L hépatite B en pratique clinique (2009) Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567

L hépatite B en pratique clinique (2009) Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 L hépatite B en pratique clinique (2009) Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 1 Hépatite B Epidémiologie Histoire naturelle Prévention Traitement 2 Hépatite

Plus en détail

Le 10/07. Stéphanie.BRAVETTI (IHN)

Le 10/07. Stéphanie.BRAVETTI (IHN) Patiente de 41 ans à J d une greffe rein-pancréas, complications vasculaires : thrombose de l'artère puis de la veine du transplant, syndrome fébrile à 39, confusion et agitation Le 10/07 quels items radiologiques

Plus en détail

formation n 95 Sommaire Savoir Savoir faire Savoir plus CAHIER RÉDIGÉ PAR NATHALIE BELIN, DOCTEUR EN PHARMACIE,

formation n 95 Sommaire Savoir Savoir faire Savoir plus CAHIER RÉDIGÉ PAR NATHALIE BELIN, DOCTEUR EN PHARMACIE, DOSSIER Cahier de L hépatite B Quiz 1. L hépatite B aiguë: a. est généralement asymptomatique; b. évolue le plus souvent spontanément vers la guérison; c. évolue vers la chronicité dans 50% des cas. 2.

Plus en détail

Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment?

Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment? Hépatite B Faut-il évaluer la fibrose et comment? Victor de Lédinghen Centre Expert Hépatites Virales Aquitaine CHU Bordeaux Liens d intérêt Echosens Supersonic Imagine Pourquoi faut-il évaluer la fibrose?

Plus en détail

Virus à hépatites et hépatocarcinome

Virus à hépatites et hépatocarcinome Cancers et agents infectieux en Asie du Sud-Est Virus à hépatites et hépatocarcinome Jean Edouard GAIRIN, Pharma-Dev UMR152 IRD UPS, Toulouse Vientiane, Laos : 30 juin 1 er juillet 2011 Hépatocarcinome

Plus en détail

Virus de l'hépatite B

Virus de l'hépatite B Virus de l'hépatite B 5A Internat Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2014 2.1 Table des matières I - Taxonomie et Structure 3 II

Plus en détail

POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES DE L HÉPATITE B AU MAGHREB. Alger 15 Décembre 2016

POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES DE L HÉPATITE B AU MAGHREB. Alger 15 Décembre 2016 POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES DE L HÉPATITE B AU MAGHREB Alger 15 Décembre 2016 Epidémiologie une prévalence mondiale élevée 10 cause de décès dans le monde Lavanchy D. J Hepatitis 2004 Epidémiologie de

Plus en détail

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Elargoubi Aida 15/04/2016 Virus et Grossesse Passage transpalcentaire Conséquences sur la maman et le bébé VIRUS

Plus en détail

patients atteints d hépatite C

patients atteints d hépatite C Comment prendre en charge les patients atteints d hépatite C th PARIS HEPATITIS CONFERENCE Dr Najet Bel Hadj Service Hépato Gastroentérologie CHU Mongi Slim La Marsa Tunis Mme R.B. âgée de 35 ans Hépatite

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013 Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C

SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C Madame G, 41 ans consulte aux urgences d un CH périphérique pour un ictère : - aucun ATCD - pas de Tt

Plus en détail

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ENTEROLOGIE ET DE CHIRURGIE DIGESTIVE

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ENTEROLOGIE ET DE CHIRURGIE DIGESTIVE Hépatites virales I. Généralités II. Virus de l hépatite A (VHA) III. Virus de l hépatite B (VHB) IV. Virus de l hépatite C (VHC) V. Virus de l hépatite D (VHD) VI. Virus de l hépatite E (VHE) VII. Conduite

Plus en détail

Comment Optimiser le Traitement anti-vhc chez les naïfs PHC Nabil Debzi Service d hépatologie CHU Mustapha Alger

Comment Optimiser le Traitement anti-vhc chez les naïfs PHC Nabil Debzi Service d hépatologie CHU Mustapha Alger Comment Optimiser le Traitement anti-vhc chez les naïfs PHC 2015 Nabil Debzi Service d hépatologie CHU Mustapha Alger Observation Chirurgien : 36 ans, poids 100 kg, Taille 180 cm, BMI 30,9. - jamais transfusé,

Plus en détail

Infections par le virus de l'hépatite C

Infections par le virus de l'hépatite C Infections par le virus de l'hépatite C 5A Internat Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Partage des

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases. Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009

Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases. Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009 Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009 Quel est votre premier réflexe face à une majoration des transaminases?

Plus en détail

Item 163 (ex item 83) Hépatites virales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 163 (ex item 83) Hépatites virales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 163 (ex item 83) Hépatites virales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie du foie... 3 2. Généralités... 3 2.1. Ponction biopsie (PBH) et hépatites

Plus en détail

L épidémiologie de l hépatite E a été totalement revue dans les années 1990.

L épidémiologie de l hépatite E a été totalement revue dans les années 1990. Le virus de l hépatite E (VHE) est un virus non enveloppé à ARN monocaténaire, appartenant à la famille des Hepeviridae, genre hepevirus. Il est responsable d hépatites à transmission entérique. L épidémiologie

Plus en détail

Hépatite E autochtone. Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE

Hépatite E autochtone. Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE Hépatite E autochtone Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 CONFLITS

Plus en détail

Anomalies biologiques hépatiques de cause non virale

Anomalies biologiques hépatiques de cause non virale Anomalies biologiques hépatiques de cause non virale Stanislas Pol Unité d Hépatologie, Hôpital Cochin Inserm U-818 & UMS20, Institut Pasteur Université Paris Descartes Paris, France stanislas.pol@cch.aphp.fr

Plus en détail

QUE FAIRE DEVANT UN AC ANTI- HBC (+) EN CAS DE MICI PREVUE POUR IMMUNOSUPPRESSEUR OU ANTI- TNF

QUE FAIRE DEVANT UN AC ANTI- HBC (+) EN CAS DE MICI PREVUE POUR IMMUNOSUPPRESSEUR OU ANTI- TNF QUE FAIRE DEVANT UN AC ANTI- HBC (+) EN CAS DE MICI PREVUE POUR IMMUNOSUPPRESSEUR OU ANTI- TNF Pr F. HADDAD, Dr I. HALLOULY, Pr R. ALAOUI Service d Hépato- Gastro- Entérologie CHU Ibn Rochd- Casablanca

Plus en détail

Définition. ingestion excessive de carotène traitement par quinacrine exposition excessive aux phénols

Définition. ingestion excessive de carotène traitement par quinacrine exposition excessive aux phénols Ictère Définition Coloration jaune des tissus (peau, sclérotiques, frein de la langue) par dépôts de bilirubine suite à une hyperbilirubinémie Visible dès que bilirubinémie > 1,8 mg/dl DD : ingestion excessive

Plus en détail

Prévention des maladies du foie

Prévention des maladies du foie Prévention des maladies du foie Mythe ou réalité? Jean-Claude TRINCHET Hôpital Jean Verdier - 93140 Bondy AP-HP et Université Paris 13 ou comment éradiquer les maladies du foie Epidémiologie des maladies

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Virus de l hépatite A

Virus de l hépatite A Virus de l hépatite A Famille: Picornaviridae Genre: Hepatovirus Découvert en1973 ARN simple brin positif de 7.5 kb 27-32nm, icosaédrique non enveloppé Variabilité, mais un seul sérotype (Ac neutralisants)

Plus en détail

FOIE ET VIH : les co-morbidités hépatiques. Dr N Talbodec, CH Tourcoing COREVIH, Nord-Pas de Calais 20/10/2011

FOIE ET VIH : les co-morbidités hépatiques. Dr N Talbodec, CH Tourcoing COREVIH, Nord-Pas de Calais 20/10/2011 FOIE ET VIH : les co-morbidités hépatiques Dr N Talbodec, CH Tourcoing COREVIH, Nord-Pas de Calais 20/10/2011 Anomalies hépatiques et VIH Observées chez environ 60% des patients VIH + = rechercher cause

Plus en détail

Viro 7 : VIRUS DE L HEPATITE B, C et D

Viro 7 : VIRUS DE L HEPATITE B, C et D Viro 7 : VIRUS DE L HEPATITE B, C et D V I R U S D E L ' H É P A T I T E B = V H B Famille : Hepadna-viridae Genre : Orthohepadna-virus Touche l homme exclusivement tropisme hépatocytaire Beaucoup plus

Plus en détail