Les utilisations des clusters dans les entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les utilisations des clusters dans les entreprises"

Transcription

1 Les utilisations des clusters dans les entreprises Référence Auteur Version Date Biblio_M2SIR_Cluster.doc Christophe BARBERET Philippe VILMINT V /12/2004 Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 1

2 SOMMAIRE INTRODUCTION DEFINITION DU CLUSTERING HISTORIQUE CLASSIFICATION DES ORDINATEURS PROBLEMATIQUE POSEE PAR LES CLUSTERS CLUSTERS DE CALCULS CLUSTERS DE HAUTE DISPONIBILITE RISQUES ET ENJEUX DE L INDISPONIBILITE INFORMATIQUE CARACTERISATION DE LA HAUTE DISPONIBILITE COMMENT ASSURER LA HAUTE DISPONIBILITE Duplication de composants Mise en cluster Répartition de charge CLUSTERS DE REPARTITION DE CHARGE ILLUSTRATION DE LOAD-BALANCING POUR UN SERVEUR WEB LES ARCHITECTURES N-TIERS Plusieurs couches logiques avec un rôle spécifique TOPOGRAPHIE DES DIFFERENTS TYPES DE CLUSTERS CLUSTER A UNE SEULE COUCHE (CLUSTER DE BASE) CLUSTER A DEUX COUCHES, DISPONIBILITE ET EVOLUTIVITE ELEVEES CLUSTER MULTICOUCHES, COMPLEXE MAIS DISPONIBILITE EXTREME EXEMPLES DE SOLUTIONS CLUSTERS ORACLE CLUSTERS MICROSOFT CLUSTERS LINUX Les Cluster Beowulf OpenMosix : un exemple de clustering simple et efficace EXEMPLES DE CLUSTERS DANS LE MONDE CONCLUSION SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES...37 Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 2

3 Introduction Des origines de l ordinateur en 1945 jusqu à 1985, l utilisation de l ordinateur dans nos sociétés ne cessait de progresser, mais le prix du matériel étaient encore très élevé. Les entreprises disposaient de peu de machines et étaient dans l incapacité de les faire collaborer ensemble. Dans les années 1980, cette situation fut bouleversée par l arrivée de deux avancées technologiques : la première étant liée aux progrès des microprocesseurs (de plus en plus rapides et peu onéreux) et la deuxième est l invention des réseaux rapides. De ces deux facteurs naquirent les systèmes distribués qui s opposaient à l approche centralisée des mainframes qui régnait alors. Aujourd hui, la technologie du parallélisme est devenue un pilier de l informatique moderne. C est une méthode permettant de fragmenter un problème en plusieurs morceaux plus petits qui peuvent être résolus en parallèle. Cette solution est la seule à pouvoir répondre à des problématiques de vitesse et de volume de données importants. Son développement fut permis par la création de processeurs massivement parallèles mais extrêmement coûteux et par la diffusion des systèmes distribués qui eux, en revanche ne nécessitent que l utilisation de machines existantes. Cette recherche bibliographique s intéresse à une partie des systèmes distribués, les clusters qui sont un groupe de machines traitant ensemble des données et des instructions. Dans un premier temps nous définirons la notion de cluster, puis les parties suivantes traiteront des trois grandes applications de ce type d architecture : Calculs Haute disponibilité Répartition de charge Nous illustrerons notre recherche par quelques exemples avant de conclure. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 3

4 1. Définition du Clustering 1.1 Historique SAGE était un cluster construit pour le NORAD par IBM en Avec la technologie des tubes à transistors, SAGE était constitué de machines autonomes qui collaboraient pour détecter préventivement des missiles arrivant sur le continent américain. Des bonds technologiques aussi bien matériels que logiciels eurent des impacts durables sur les clusters. Les premières générations de microprocesseurs conçus par le développement initial du VLSI (Very Large Scale Intégration) apparurent en favorisant l émergence des premières stations de travail et des premiers ordinateurs personnels. Ethernet en se répandant popularisa les réseaux locaux et créa un standard industriel peu coûteux pour le transport des données. Les années 1980 marquèrent un intérêt accrus pour les clusters par des expérimentations dans la recherche et l industrie. La NSA utilisa 160 stations Apollo interconnectées entre elles pour ses besoins. DEC réunit 750 machines. La communauté scientifique explora, durant cette période de nombreuses voies dans le domaine du parallélisme dont celle qui aboutit au domaine du message passing. Une étape fut franchie avec la naissance de PVM (Parallel Virtual Machine) qui implémentait ce modèle. PVM, développé à Oak Ridge National Laboratory, a été le précurseur des systèmes distribués disponibles sur plusieurs types de plateformes. En 1993, Le réseau Myrinet fut inventé pour offrir au cluster une meilleure bande passante et une meilleure latence. Les premiers clusters Beowulf furent développés pour la NASA en Cette année vit la naissance d une nouvelle API de message passing MPI (Message Passing Interface) qui devint le modèle dominant. Les clusters ne cessent de devenir de plus en plus performants. En 2000, le laboratoire de Los Alamos annonça un cluster pouvant atteindre les 30 Gflops. 1.2 Classification des ordinateurs Flynn range les matériels selon les services qu ils rendent aux flux de données et aux flux d instructions : SISD: Single Instruction Single Data. Les processeurs séquentiels appartiennent à cette famille, SIMD Single Intruction Multiple Data Stream MISD Multiple Instruction Single Data Stram (sans réelle application). MIMD Multiple Instruction Multiple Data, les systèmes multiprocesseurs et les architectures distribuées figurent dans cette famille. En 1988, ce schéma fut étoffé par Johnson en se basant sur la structure de la mémoire (Distribuée ou globale) et sur les mécanismes de communications (variables partagées ou passage de messages). La Figure 1 présente la classification de Flynn-Johnson. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 4

5 Flux de données Flux d instructions Multiple Simple SISD MISD GMSV GMMP MIMD DMSV DMMP Variables partagées SIMD Message Passing Distribué Global Mémoire Communication Synchronisation Figure 1 Classification de Flynn-Johnson Les nouvelles divisions sont : GMSV Global Memory Shared variables GMMP Global Memory Message Passing (sans réelle application). DMSV Distributed Memory Shared Variables DMMP Distributed Memory Message Passing La plupart des clusters sont de la famille DMMP, c est à dire que ce sont des architectures à mémoire distribuée utilisant le passage de messages. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 5

6 1.3 Problématique posée par les Clusters Définition : Un cluster (grappe) est un ensemble d'ordinateurs connectés les uns aux autres en réseau dans le but de partager des ressources. Ces ordinateurs sont alors appelés nodes (noeuds) et l'ensemble forme le cluster. Lenteur de diffusion du code vers les nodes Toutes les machines interconnectées ne partagent pas la même mémoire. Ainsi, il est indispensable de diffuser le code à exécuter à chaque node cliente. A noter que les temps de propagation sur le réseau sont très longs comparés aux temps de propagation sur le bus interne d'un ordinateur (ce qui tente à changer aujourd hui). la redondance Les clusters utilisent un mécanisme permettant une redondance importante. Les nodes serveurs utilisent une adresse IP virtuelle négociée en permanence. Dans le cas ou un serveur connaîtrait une défaillance, un autre prendrait immédiatement la relève. Ce mécanisme fonctionne également lorsqu'un serveur connaît une trop grosse charge réseau. Il n'est plus en mesure de répondre donc il perd son adresse virtuelle et un autre serveur moins surchargé prend la relève. le coût Une structure en clusters peut être mise en place à partir de machines standards monoprocesseur. les performances architecturelles Mise en place d'une machine virtuelle disposant d'une puissance de calcul démultipliée et d'une capacité en mémoire et disque inégalable. Points forts - Optimisation des performances - Haute disponibilité - Sécurité - Redondance - Rapidité Points faibles - Coût important - Nécessite de solides connaissances informatiques - Technique gourmande en bande passante et en temps. Tableau 1 Avantages et inconvénients des clusters Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 6

7 2. Clusters de calculs Ce type de clusters est destiné à permettre la mise en commun de ressources de calculs. Ils sont utilisés pour résoudre des problèmes calculatoires en distribuant les parties indépendantes du calcul sur les différents noeuds. Lorsque l'on met en place un système de calculs distribués ou un système de calculs parallèles, le but est le même : la mise en commun de la puissance de calculs de plusieurs processeurs. Les calculs sont considérés comme parallèles s ils sont effectués sur plusieurs processeurs. Dans le cas d une machine parallèle les processeurs sont regroupés dans le même châssis et probablement relié par un bus spécifique. Alors que dans le cas de calculs distribués, les données, mais également les traitements, peuvent être réparties sur différentes machines. Dans ce dernier cas, les communications jouent un rôle très important et influencent énormément les performances du calcul. Formellement, il y a peu de différences entre les calculs parallèles et les calculs distribués. L'une d'entres elle que l'on peut citer, est l'absence de communications explicites entre les processeurs dans le cas d'un calcul parallèle. Les principales difficultés de mise en place sont les mêmes dans les deux cas. La communication interprocessus peut se faire par l'intermédiaire d'une mémoire partagée, par échanges de fichiers ou par envois de messages à l'aide d'un réseau. Il existe plusieurs solutions très différentes, aussi bien pour l'architecture matérielle que pour les algorithmes de calculs. Chaque solution répond à un problème particulier. Il faut donc bien étudier le problème afin de déterminer la solution qui va le mieux y répondre. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 7

8 3. Clusters de haute disponibilité Notre vie quotidienne est rythmée par des activités comme les transactions bancaires, les télécommunications, l audiovisuel, Internet, nos transports. Elles demandent toujours plus d une technologie qui repose sur des systèmes matériels et logiciels qui gagnent en puissance et en complexité. Plus nous serons dépendant d eux, plus leur défaillance deviendra critique et coûteuse. Nous pouvons accroître la fiabilité d un serveur en dupliquant ses ressources critiques et augmenter la disponibilité d un service en le faisant reposer sur plusieurs serveurs. Dans un premier paragraphe, nous verrons l impact que peut avoir une indisponibilité sur une organisation. Un second paragraphe caractérisera un système hautement disponible. Un troisième paragraphe montrera comment approcher cette haute disponibilité. 3.1 Risques et enjeux de l indisponibilité informatique Toute organisation est exposée à une défaillance de son système d information; en cas d incident. Les conséquences peuvent être la destruction des données, des applications et des codes. Mais aussi l indisponibilité partielle ou totale du réseau et des services (potentiellement prolongée). Il est particulièrement important d'en mesurer les conséquences possibles d autant que les pénalités financières peuvent être conséquentes (Tableau 2). Application Secteur d activité Coût de l indisponibilité Courtage Finance $6,45 millions Vente pas carte de paiement Finance $2,6 millions Films à la demande Loisirs $ Téléachat Distribution $ Ventes sur catalogue Distribution $ Réservation aérienne Transport $ Tableau 2 Coût moyen d'une heure d'indisponibilité Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 8

9 Figure 2 Conséquence de l'indisponibilité Ainsi les coûts engendrés pour l indisponibilité du système d information sont les suivants : Perte d'un investissement Cet investissement peut consister dans le coût de mise en place du réseau et des systèmes d information (ressources internes consacrées au projet, du développement des applications, ) Coût de remise en place du service Il convient d'évaluer le coût nécessaire à la remise en fonctionnement du réseau ou des systèmes d informations par des ressources internes et/ou externes. Le cœur de certains systèmes peut être endommagé (données ou code / développements manquants), il convient d'inclure le coût de rétablissement, de reconstruction, de reconfiguration ou de re-développement). Perte de productivité et / ou de revenus Si le système touché est un outil important dans l'activité de votre organisation et de ses partenaires, l'indisponibilité totale ou partielle, courte ou prolongée, entraînera une perte de productivité dont il convient d'évaluer le coût. Si votre réseau héberge des applications ou un site commercial, l'indisponibilité engendrera une perte de revenus directs durant la période d'indisponibilité et risque d avoir des conséquences sur les relations commerciales futures. Perte de crédibilité L'indisponibilité de votre plate-forme ou l'incapacité à livrer un service peuvent engendrer une perte de crédibilité de votre organisation auprès de ses clients et partenaires et / ou de votre département vis-à-vis du reste de l'organisation. Il peut en résulter une atteinte à la notoriété de votre entreprise difficile à restaurer. Mise en cause de la responsabilité Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 9

10 o o Risque de condamnation à des dommages et intérêts au titre de la responsabilité contractuelle (services non rendus ou non conformes au contrat) Responsabilité délictuelle, basée sur la notion de fautes ; le professionnel étant présumé initié (connaissance du risque, non mise en oeuvre des moyens adéquats) aura des difficultés à prouver qu il n a pas commis de fautes. L'enjeu que représente la fiabilité du système d information est similaire à tout outil de production : c est d'assurer la continuité de fonctionnement d'une organisation et un service optimal. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 10

11 3.2 Caractérisation de la haute disponibilité Chacun des composants d un serveur (processeur, disque dur, mémoire, carte réseau) constitue une ressource critique pouvant être à l origine d une panne. Ces composants sont appelés en anglais SPOF (Single Point Of Failure). Leur fiabilité repose sur ces définitions : MTBF (Mean Time Between Failure) Il s agit du temps moyen qui s écoule entre deux pannes. Le constructeur fournit généralement une évaluation de cette valeur. MTTF (Mean Time To Failure) Il s agit du temps moyen avant une panne définitive. MTTR (Mean Time To Repair) Il s agit de l intervalle de temps moyen où le service est indisponible avant d être rétablis. Le taux de disponibilité peut s exprimer comme suit : MTTF MTTF+ MTTR Dans la pratique, il est plus simple de calculer sur une année, le rapport entre la durée où le service a été rendu sur le temps et la durée totale. Ceci a amené le principe normalisé des «9» (Tableau 2). Un système dont la disponibilité est de 99,99% est dit système à «4 neufs». Type de Système Indisponibilité Disponibilité (%) Classe de disponibilité (Min/an) Non géré Géré Bien géré Tolérant les fautes Haute disponibilité Très haute disponibilité Ultra Haute disponibilité Tableau 3 Principe normalisé des "9" La fiabilité et la disponibilité ne sont pas des notions qui s opposent. La première est l aptitude d un système à ne pas tomber en panne. La seconde caractérise un système qui rend un service en dépit des pannes. Maintenant que nous savons estimer le taux de disponibilité d un système, nous allons aborder les techniques permettant de le rendre hautement disponible. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 11

12 3.3 Comment assurer la haute disponibilité Les techniques permettant d assurer la haute disponibilité reposent sur la redondance des équipements afin de les rendre moins critiques. Il en existe trois principales : Duplication des composants En multipliant les ressources critiques (physiques ou logicielles) d un serveur, la défaillance de l un d eux devient moins critique. Le Tableau 4 donne des exemples de duplication de composants. Mise en cluster La redondance est utilisée cette fois au niveau du serveur. La panne d une machine peut être compensée par une autre. La continuité du service pourra être garantie après un temps de basculement (FOS, Fail Over Service) Répartition de charge Cette technique est mise en pratique dans les clusters. En général, elle est assurée par un des nœuds (le dispatcher) qui répartit le travail sur les autres. S il découvre qu un des nœuds esclaves ne fonctionne plus, il peut le supprimer de sa liste Duplication de composants Le Tableau 4 donne des exemples de techniques de duplication de composants. Eléments Alimentation redondée Utilisation de grappes de disques durs Multiplication des cartes réseaux Commentaire Certains constructeurs proposent de fournir deux ou trois alimentations pour prévenir la perte de ce composant. Les alimentations sont des composants critiques et il n'est pas rare de voir celles-ci faillir bien avant les autres composants du système L'utilisation des technologies RAID est un bon moyen de sécuriser vos données et prendre en compte notamment la perte d'un disque. Une carte réseau peut tomber en panne ou un câble réseau peut simplement être débranché. Une réponse possible est d agréger les liens. Channel Bonding sous Linux, EtherChannel (Cisco) Tableau 4 Duplication de composants Un exemple de duplication de composant est apporté par le channel bonding. C est une technologie permettant de faire de l agrégation de liens sous Linux. Elle est comparable à l EtherChannel de Cisco ou au trunking de SUN qui implémentent la norme 802.3ad. Il s agit de regrouper plusieurs interfaces Ethernet en une interface virtuelle unique. Ceci permet de supporter la perte d un ou plusieurs liens physiques et de multiplier la bande passante par le nombre de cartes réseaux impliquées dans l agrégation. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 12

13 Figure 3 Channel bonding La Figure 3 présente deux configurations possibles. La première consiste à faire de l agrégation de lien entre un serveur linux et un commutateur supportant cette technologie. La seconde consiste à faire de l agrégation de lien entre deux serveurs linux Mise en cluster La fiabilité d un serveur étant amélioré par la redondance de ses composants, nous pouvons augmenter la disponibilité du service par la redondance de serveurs. Malheureusement, ce but n est pas atteint en se contentant de mettre en marche plusieurs machines. Différentes techniques doivent être implémentées sur le cluster pour pallier à la défaillance d un nœud (confère Tableau 5). Techniques Heartbeat FailSafe Fake STONITH LVS Keepalived Commentaire Heartbeat [5] est la brique de base de bon nombre de cluster. Il permet à deux machines de se surveiller l une l autre. Le service est assuré par un nœud maître. Si Heartbeat détecte une défaillance de ce dernier, il fait basculer les services sur un nœud esclave. Puisqu il ne détecte que des défaillances matérielles, une association avec un outil de surveillance des services tel que mon est possible FailSafe [7] est une contribution de SGI qui nous permet de disposer d'un outil similaire à Heartbeat pour basculer des services entre plusieurs noeuds d'un cluster Fake [6] permet de prendre l'identité d'un service présent dans un cluster en démarrant une adresse IP virtuelle (alias IP) et en s'occupant de mettre à jour les caches ARP des machines connectées pour qu'ils tiennent compte du basculement. Heartbeat intègre ce logiciel en standard STONITH (Shoot The Other Node In The Head!). Il permet d arrêter l alimentation électrique d une machine. Ainsi, nous sommes sur qu une machine supposée ne plus fonctionner l est vraiment! LVS [8] (Linux Virtual Server) met en place un cluster à répartition de charge. Un nœud (le dispatcher) répartit le travail à des nœuds esclaves. Si l un d eux faillis, le dispatcher se contente de le retirer de sa liste. Le dispatcher étant critique, il est souvent redondé grâce à Heartbeat Keepalived surveille la santé des serveurs. Tableau 5 Défaillance d'un nœud La disponibilité d'un service est indissociable de la disponibilité des données. Dans la constitution de votre architecture HA, parvenir à garantir l'intégrité de vos données est l'un des paliers parmi les plus importants à franchir. Des systèmes de fichiers spécifiques offrent aussi des fonctionnalités de tolérance aux pannes intéressantes : On parle alors de systèmes de fichiers distribués ou partagés. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 13

14 L'utilisation d'une baie de disques partagée qui va permettre de centraliser les données sur un support unique accessible en concurrence ou non (selon le type de la solution) par l'un ou l'autre des noeuds. Intranet HeartBeat sur liaison série Heartbeat et communications inter-cluster Onduleur Onduleur Figure 4 Exemple de cluster avec HeartBeat et STONITH La Figure 4 présente un exemple de configuration typique d un cluster. Deux serveurs sont mis en cluster et se surveille l un l autre en s échangent des messages HeartBeat, des pulsations cardiaques. Ces derniers peuvent transiter par des liens ethernet. Parfois les échanges ne se font plus, non pas à cause de la défaillance d un nœud mais à cause d un problème réseau. C est pourquoi, Heartbeat peut utiliser en plus une liaison série pour effectuer ses communications. Si le secondaire pense que le maître est défaillant, il prend la main. Pour que les clients s adressent à lui, il s accapare l adresse IP virtuelle du maître avec un logiciel tel que fake. Dans certains cas, les deux machines sont vivantes et considèrent l autre comme absente. Cette situation est dramatique. Les deux voudront se promouvoir maître et monter les systèmes de fichiers au risque de les corrompre. Pour être sûr de devenir la seule machine active, le nœud arrête l autre en envoyant un ordre à son onduleur(stonith). Nous pouvons citer plusieurs techniques de disponibilité de données : RAID [3] Mécanisme permettant d'agréger virtuellement plusieurs disques durs DRDB [12] Outil de réplication réseau de données localisées sur deux serveurs distincts. La synchronisation peut se faire de façon partielle (après une déconnexion réseau par exemple) ou complète (dans le cadre d'un changement de média ou d'une première utilisation). L'utilisation d'une telle couche de réplication (livré sous la forme d'un driver) est absolument transparente pour les applications ENDB Version améliorée du driver NBD (Network Block Device) que l'on trouve habituellement sous Linux. Ce driver nous permet de disposer en local d'une ressource présente sur un serveur Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 14

15 distant ; Les échanges de données se faisant par l'intermédiaire du réseau. L'accès aux données est ensuite absolument transparente pour le système et les applications. SafeKit [13] Ce produit de la société Evidian (Groupe BULL) offre un large panel de solutions clefs en main pour répliquer des données, équilibrer la charge et basculer des services dans des clusters Linux. Il fonctionne, au moins sur la partie réplication, sur un principe équivalent à DRBD. NFS Ce produit de la société Evidian (Groupe BULL) offre un large panel de solutions clefs en main pour répliquer des données, équilibrer la charge et basculer des services dans des clusters Linux. Baie de stockage partagée Plutôt que de chercher à répliquer les données entre tous les noeuds d'un cluster, une solution idéale consiste à utiliser une baie de disques partagée pour stocker les données. Afin d'éviter les accès concurrents, seul un noeud du cluster à la possibilité de monter les données présentes sur la baie. En cas de panne, le noeud de secours réagit en récupérant la ressource et en redémarrant les services (adresse IP inclus). OpenGFS [15] Le Global File System (GFS) réalisé par la société SISTINA (auteurs de LVM) est un système de fichiers journalisé qui permet de manipuler sans risque des données présentes sur un support de stockage partagé par plusieurs machines. InterMezzo [16] Système de fichiers distribué permettant de propager des modifications apportées à des données entre plusieurs machines CodaFS [17] On pourrait dire que CodaFS est l'ancêtre d InterMezzo car ce dernier est fait par quasiment la même équipe. Il offre donc les mêmes fonctionnalités tout est étant plus stable et plus aboutit au niveau technique RSYNC Petit programme assez sympathique qui peut nous permettre de synchroniser à la demande deux répertoires localisés sur deux machines distantes. CodaFS est un système de fichiers répartis descendant d AFS2. Il est développé à l Université de Carnegie Mellon depuis C est un système puissant mais aussi gros et complexe. Un de ses principaux avantages est d autoriser les nomades à travailler en mode déconnecter. Les communications entre les serveurs et les clients se font avec les RPC. La sécurité se fait par Kerberos et l emploi d ACL. Sur un poste client, le système de fichier distribué est toujours monté sous /coda. Contrairement à NFS, le client se connecte au système de fichier directement et non à un des serveurs. L utilisateur retrouvera ses données au même endroit quelque soit le client qu il utilise. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 15

16 Programme Client Appel Système Retour de l appel système Venus Cache Mgr RPC Serveur VFS NFS E/S EXT2 NOYAU Coda FS Machine client Figure 5 Interaction Coda avec le noyau Supposons que nous souhaitons visualiser le contenu d un de nos fichiers stockés par CODA. Notre commande fera des appels au système de fichiers virtuels (VFS) su noyau LINUX qui les transmettra au module CodaFS. La demande est passée au gestionnaire de cache de Coda, Venus qui vérifiera son cache sur le disque dur du client. Si le fichier existe, Venus répond au noyau sinon il interroge tous les serveurs pour ramener le fichier. Pour des raisons de tolérance aux pannes, le fichier peut exister sur plusieurs serveurs Répartition de charge Une solution pour faire de la répartition de charge sous LINUX est LVS (Linux Virtual Server). Commencé en 1998, ce projet combine plusieurs serveurs réels en un unique serveur virtuel. Les applications clientes interagisse avec le cluster comme si il s agissait d un unique serveur bénéficiant d une haute performance et d une haute disponibilité. Réponse Serveur 1 Internet/Intranet Client Requete Retransmission de la Dispatcher requête Serveur 2 Système de fichier partagé Serveur 3 Figure 6 Architecture d'un cluster LVS Comme le montre la Figure 6, LVS est basé sur une architecture trois tiers : Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 16

17 Un dispatcher (load balancer) sert de frontal avec les clients dont il redistribue les requêtes aux serveurs réels. Les serveurs réels font tourner les services réseaux (Web, , FTP, DNS). Une solution de stockage partagé fournit un espace de stockage partagé afin que les serveurs disposent des mêmes données. Le dispatcher constitue un point d entrée unique pour le cluster. Un client dirige ses requêtes vers lui qui les transfère vers un des serveurs réels. Ce dernier peut répondre directement aux clients, afin que le dispatcher ne devienne pas un goulot d étranglement (Figure 6). Couplé avec d autres outils que nous avons introduis dans le Tableau 5, LVS est capable de faire de la haute disponibilité (. L idée est de permettre à LVS de détecter les serveurs réels défaillants pour les retirer de sa liste. Dans cet exemple, nous utilisons le logiciel mon. La solution stockage partagé sera rendue plus sure par Coda, un système de fichier distribué et tolérant aux fautes. Une fois, ces améliorations achevées, le dispatcher est une ressource critique. Nous pouvons lui adjoindre un serveur de secours qui prendra la main quand Heartbeat détectera une défection du dispatcher actif. Le logiciel fake permettra au dispatcher de secours de récupérer l adresse IP du dispatcher défaillant. La Figure 7 illustre cet exemple : mon Serveur 1 Dispatcher Internet/Intranet Client fake mon Retransmission de la requête Serveur 2 Système de fichier distribué Coda Dispatcher Serveur 3 Figure 7 - Haute disponibilité de LVS Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 17

18 4. Clusters de répartition de charge La répartition de charge ou load-balancing est un mécanisme très utilisé dans le domaine des entreprises, elle permet de répartir l exécution des processus ou des flux réseaux vers les différents nœuds de notre cluster en fonction du type de service attendu et de la charge des différents nœuds. Le load-balancer (Node Server) a pour rôle d aiguiller le trafic en fonction de plusieurs critères de service et d indices de congestion des différents noeuds, on parle d «équilibrage de charge», le traitement de la requête est alors optimale (Qualité de services). Exemple : Figure 8 : Architecture simpliste Un cluster server (load-balancer) reçoit les requêtes de services provenant de l Internet est les réparti entre deux serveurs. A noter qu un système très simple de load-balancing pourrait être l utilisation du mécanisme de Round Robin du DNS qui lors de la résolution de nom donnerait à tour de rôle l adresse IP du serveur 1 et du serveur Illustration de load-balancing pour un serveur WEB Plusieurs serveurs travaillant conjointement pour gérer le trafic HTTP provenant d'internet constituent un exemple de cluster d'équilibrage de la charge réseau. Chaque serveur exécute une instance du serveur Web, et toutes les requêtes de clients sont réparties entre les serveurs du cluster. Cette approche permet d'accélérer le traitement normal de telle sorte que les clients Internet obtiennent un délai d'exécution plus rapide de leurs requêtes. Toutes les instances du serveur Web s'exécutent indépendamment et accèdent uniquement à leurs disques locaux pour récupérer des pages Web. En général, elles ne partagent pas d'informations sauf en cas d'accès à une base de données principale dans certaines applications (type 3-tiers). Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 18

19 Dans le cas où un serveur présente une défaillance ou est placé en mode hors connexion, l'équilibrage de la charge réseau détecte automatiquement le problème et redistribue le trafic HTTP sur les serveurs restants, assurant ainsi la continuité du service aussi longtemps qu'au moins un serveur est disponible. Les connexions actives à un serveur défaillant sont perdues au moment où le serveur est mis hors connexion ; toutes les autres connexions restent inchangées. Les clients touchés par la panne du serveur établissent une nouvelle connexion avec un serveur survivant du cluster. 4.2 Les architectures n-tiers Plusieurs couches logiques avec un rôle spécifique Hors mis la gestion du trafic http classique, actuellement de nombreux sites Web ont une architecture un peu plus complexe, alliant Base de données et composants métiers (chargé d effectuer un traitement précis), on peut alors envisager d utiliser un cluster d'équilibrage de la charge réseau pour adapter et équilibrer la charge des composants métiers Les serveurs qui exécutent des composants métiers constituent souvent des éléments clés des sites de commerce électronique. L'évolutivité (capacité que possède une application à accepter un nombre croissant d'utilisateurs) et la disponibilité sont obtenues à l'aide d'équilibreurs de charge et par mise en cluster, applications en différentes couches. Nous utiliserons par la suite l abréviation EA (Enterprise Application) pour nommer l Application d entreprise. Couches application d'entreprise. L'application d'entreprise située à l'extrémité serveur peut être subdivisée en plusieurs "couches" logiques. Ces couches sont des subdivisions logiques des services applicatifs, mais pas nécessairement des divisions physiques entre matériels et logiciels. Dans certains cas, toutes ces couches peuvent être exécutées sur le même ordinateur. Couche web. Cette couche fournit un contenu statique (Pages Html statiques) au client. Il s'agit en principe de l'extrémité frontale de l EA. Une EA simple possède une couche web qui peut être dotée d'un ou plusieurs ordinateurs exécutant un serveur Web (Apache, Netscape Entreprise Server,IIS ). L'équilibreur de charge transmet les requêtes à la couche web. Couche de présentation. La couche de présentation fournit un contenu dynamique (servlets, asp, jsp ) aux clients de l'ea. En règle générale, la couche de présentation comprend un cluster de serveurs (Tomcat, WebLogic, WebSphere, MTS/IIS) qui héberge les composants dynamiques d affichage. Si ce cluster dessert également des pages Html statiques à votre application, il englobe à la fois la couche web et la couche de présentation. Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 19

20 Couche objet. La couche objet fournit en ensemble d objets métiers (EJB,COM ), et leur logique opérationnelle associée, à une EA. Figure 9 Schéma global de l'architecture dite à 3 niveaux (3-tiers) Les utilisations des clusters dans les entreprises Page : 20

La continuité de service

La continuité de service La continuité de service I INTRODUCTION Si la performance est un élément important de satisfaction de l'utilisateur de réseau, la permanence de la disponibilité des ressources l'est encore davantage. Ici

Plus en détail

Hyper-V et SC Virtual Machine Manager sous Windows Server 2008 R2

Hyper-V et SC Virtual Machine Manager sous Windows Server 2008 R2 186 Hyper-V et SC Virtual Machine Manager sous Windows Server 2008 R2 L'utilisation des fonctionnalités de haute disponibilité intégrées aux applications, L'ajout de solutions tierces. 1.1 Windows Server

Plus en détail

WebSphere MQ & Haute Disponibilité

WebSphere MQ & Haute Disponibilité L objectif de cet article est d identifier les problèmes pouvant se poser lors de la mise en place d un système de secours dans une configuration WebSphere MQ, et de proposer des pistes pour régler ces

Plus en détail

Un projet de PRA peut se découper en quatre phases :

Un projet de PRA peut se découper en quatre phases : Définition Le plan de continuité de service PCA est mis en place pour faire face à une situation de crise pouvant perturber ou interrompre l activité de l entreprise. Le PCA est donc l ensemble des procédures

Plus en détail

Augmenter la disponibilité des applications JEE grâce au clustering : Le projet open source JShaft

Augmenter la disponibilité des applications JEE grâce au clustering : Le projet open source JShaft Augmenter la disponibilité des applications JEE grâce au clustering : Le projet open source Jérôme Petit, Serge Petit & Serli Informatique, ITMatic Jérôme Petit, Serge Petit & SERLI & ITMatic Serli : SSII

Plus en détail

Windows serveur 2008 installer hyperv

Windows serveur 2008 installer hyperv Windows serveur 2008 installer hyperv 1 Description Voici la description fournit par le site Microsoft. «Windows Server 2008 Hyper-V est le moteur de virtualisation (hyperviseur) fourni dans Windows Server

Plus en détail

MISE EN SERVICE D UN SERVEUR FREENAS

MISE EN SERVICE D UN SERVEUR FREENAS ACTIVITE de FORMATION ACTIVITE : MISE EN SERVICE D UN SERVEUR FREENAS CONDITIONS D EXERCICE - Moyens et Ressources @ TAXONOMIE 1 2 3 4 Internet Logiciel Doc. PC Outillages Matériels ON DEMANDE CRITERE

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager Alcatel-Lucent Appliance Manager Solution complète de gestion des adresses IP et de bout en bout basée sur des appliances Rationalisez vos processus de gestion et réduisez vos coûts d administration avec

Plus en détail

Guide des solutions 2X

Guide des solutions 2X Guide des solutions 2X Page 1/22 Sommaire Les solutions d infrastructures d accès 2X... 3 2X Application Server/LoadBalancer... 4 Solution pour un seul Terminal Server... 4 Solution pour deux Terminal

Plus en détail

Solution Haute Disponibilité pour Linux

Solution Haute Disponibilité pour Linux Solution Haute Disponibilité pour Linux Nicolas Schmitz Ecole Centrale de Nantes Nicolas.Schmitz@ec-nantes.fr Introduction La haute disponibilité c'est notamment : Doubler au maximum le matériel Mettre

Plus en détail

Utilisation du RAID logiciel Sur un serveur Windows 2000

Utilisation du RAID logiciel Sur un serveur Windows 2000 BTS INFORMATIQUE DE GESTION Option Administrateur de réseaux développement d applications COMPTE-RENDU D ACTIVITE ACTIVITE N 6 Nom et Prénom : Casanova Grégory Identification (objectif) de l activité Utilisation

Plus en détail

Présentation SERVEUR EN CLUSTER. Clinkast 4 Avenue du Général de Gaulle F 92360 Meudon (+33) 6 20 44 86 95 (+33) 1 46 30 24 13

Présentation SERVEUR EN CLUSTER. Clinkast 4 Avenue du Général de Gaulle F 92360 Meudon (+33) 6 20 44 86 95 (+33) 1 46 30 24 13 Présentation SERVEUR D APPLICATIONS EN CLUSTER Description Un cluster est un ensemble d instances de serveurs d applications combinant haute disponibilité et forte évolutivité. Contrairement à un système

Plus en détail

Présentation. Logiciels libres. Open Source. Clinkast 4 Avenue du Général de Gaulle F 92360 Meudon (+33) 6 20 44 86 95 (+33) 1 46 30 24 13

Présentation. Logiciels libres. Open Source. Clinkast 4 Avenue du Général de Gaulle F 92360 Meudon (+33) 6 20 44 86 95 (+33) 1 46 30 24 13 Présentation Logiciels libres et Open Source Description Un logiciel libre* est en général gratuit. Il est utilisable et modifiable sans notification préalable à son auteur, qui a renoncé à ses droits

Plus en détail

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Guide pratique pour les petites entreprises Table des matières Section 1 : présentation de Windows XP Mode pour Windows 7 2 Section 2 : démarrage

Plus en détail

Cisco Unified Business Attendant Console

Cisco Unified Business Attendant Console Cisco Unified Business Attendant Console Cisco Unified Communications est un système étendu de communications IP, d applications et de produits voix, vidéo, données et mobilité. Il rend les communications

Plus en détail

Qu est ce que le RAID?

Qu est ce que le RAID? LES SYSTEMES RAID PLAN Introduction : Qu est ce que le RAID? Quels sont les différents niveaux de RAID? Comment installer une solution RAID? Conclusion : Quelle solution RAID doit-on choisir? Qu est ce

Plus en détail

Back up Server DOC-OEMSPP-S/6-BUS-FR-17/05/11

Back up Server DOC-OEMSPP-S/6-BUS-FR-17/05/11 Back up Server DOC-OEMSPP-S/6-BUS-FR-17/05/11 Les informations contenues dans le présent manuel de documentation ne sont pas contractuelles et peuvent faire l objet de modifications sans préavis. La fourniture

Plus en détail

CLOUD CP3S SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE. La virtualisation au service de l entreprise. Évolutivité. Puissance.

CLOUD CP3S SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE. La virtualisation au service de l entreprise. Évolutivité. Puissance. CLOUD CP3S La virtualisation au service de l entreprise Virtualisation / Cloud Évolutivité Sécurité Redondance Puissance SOLUTION D INFRASTRUCTURE SOUMIS À LA LÉGISLATION FRANÇAISE SOLUTION D INFRASTRUCTURE

Plus en détail

Fiche produit. Septembre 2010. Kiwi Pro en quelques mots

Fiche produit. Septembre 2010. Kiwi Pro en quelques mots Septembre 2010 Fiche produit La solution Kiwi Pro a été spécialement conçue pour répondre aux besoins les plus exigeants en terme de fiabilité et de performance, avec une capacité de traitement optimale

Plus en détail

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER ixware permet aux utilisateurs d envoyer et de recevoir des messages depuis leur poste de travail ou même leurs applications

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Exercices Active Directory (Correction)

Exercices Active Directory (Correction) Exercices Active Directory (Correction) Exercice : Scénarios pour l'implémentation de composants logiques AD DS Lire les scénarios suivants et déterminer les composants logiques AD DS à déployer dans chaque

Plus en détail

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes"

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie étude de cas architecture et systèmes Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes" Note obtenue : 14,75/20 HEBERGE-TOUT Le 25 mars 2010 A

Plus en détail

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist

Cluster High Availability. Holger Hennig, HA-Cluster Specialist Cluster High Availability Holger Hennig, HA-Cluster Specialist TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ...3 2. INTRODUCTION...4 2.1 GÉNÉRALITÉS...4 2.2 LE CONCEPT DES CLUSTERS HA...4 2.3 AVANTAGES D UNE SOLUTION DE

Plus en détail

Installation et configuration de base de l active Directory

Installation et configuration de base de l active Directory SCHMITT Année 2012/2014 Cédric BTS SIO Installation et configuration de base de l active Directory Description: Ce projet a pour but d installer l active directory et de créer une redondance en cas de

Plus en détail

PPE 4 : Mise en œuvre d un réseau interne sécurisé ainsi que des outils de contrôle et de travail collaboratif SOMMAIRE

PPE 4 : Mise en œuvre d un réseau interne sécurisé ainsi que des outils de contrôle et de travail collaboratif SOMMAIRE PPE 4 : Mise en œuvre d un réseau interne sécurisé ainsi que des outils de contrôle et de travail collaboratif Objectifs du projet et du service à réaliser Dans le but de mettre en place un réseau interne

Plus en détail

Le concept FAH (ou ASP en anglais)

Le concept FAH (ou ASP en anglais) Le concept FAH (ou ASP en anglais) Présentation FAH signifie Fournisseur d Application Hébergé ASP signifie Application Service Provider L utilisation d un logiciel de gestion classique peut se révéler

Plus en détail

Présentation du déploiement des serveurs

Présentation du déploiement des serveurs Présentation du déploiement des serveurs OpenText Exceed ondemand Solutions de gestion de l accès aux applications pour l entreprise OpenText Connectivity Solutions Group Février 2011 Sommaire Aucun environnement

Plus en détail

Cahier de charges Projet 24

Cahier de charges Projet 24 Cahier de charges Projet 24 Répartition automatique de surcharge sur serveur web virtualisé Etudiants : KAOUACHI Youssef ELFELLAH Amine Encadré par : M. HAYEL Yezekael Année universitaire : 2008/2009 I-

Plus en détail

Présentation de l outil d administration de réseau NetVisor

Présentation de l outil d administration de réseau NetVisor Présentation de l outil d administration de réseau NetVisor Très chers, Vous trouverez dans les pages suivantes une explication détaillée du fonctionnement de l outil de supervision de réseau NetVisor.

Plus en détail

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES Haute disponibilité pour Serveurs Ouverts (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware ) Généralités Quelques définitions

Plus en détail

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Microsoft France Division DPE Table des matières Présentation... 2 Objectifs... 2 Pré requis... 2 Quelles sont les principales

Plus en détail

SECURIDAY 2012 Pro Edition [Architecture réseau : conception et mapping]

SECURIDAY 2012 Pro Edition [Architecture réseau : conception et mapping] SECURINETS CLUB DE LA SECURITE INFORMATIQUE INSAT SECURIDAY 2012 Pro Edition [Architecture réseau : conception et mapping] Chef Atelier : Elyes SOULAIMA (RT5) Naoures KHAIRALLAH (RT5) Hager MAKINA (RT3)

Plus en détail

3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication. «Session 2009» 3 ème Concours de technicien de classe normale des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Etude de cas" Note : 11/20 Thème : réseaux de télécommunication et équipements

Plus en détail

CA XOsoft. Suite logiciels. WANSync Solution de réplication des données en LAN ou WAN.

CA XOsoft. Suite logiciels. WANSync Solution de réplication des données en LAN ou WAN. Suite logiciels CA XOsoft WANSync Solution de réplication des données en LAN ou WAN. WANSyncHA Solution de haute disponibilité basée sur la répartition asynchrone en temps réel, le basculement sur incident

Plus en détail

LA GESTION DES SOLUTIONS TECHNIQUES D ACCÈS

LA GESTION DES SOLUTIONS TECHNIQUES D ACCÈS LA GESTION DES SOLUTIONS TECHNIQUES D ACCÈS Pour les sources voir le cours LA PROBLEMATIQUE Parc informatique hétérogène compliquant la gestion des postes ; Mise à jour longue des applications ; Existence

Plus en détail

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Les Clusters Les Mainframes Les Terminal Services Server La virtualisation De point de vue naturelle, c est le fait de regrouper

Plus en détail

SENTINEL S/5 avec CODESOFT Version 8

SENTINEL S/5 avec CODESOFT Version 8 SENTINEL S/5 avec CODESOFT Version 8 TEKLYNX International Copyright 2005 5 Décembre, 2005 RN-0001.00 PRODUCT RELEASE NOTES SENTINEL S/5 version 5.01 Release Notes v.fr 1 SENTINEL S/5 avec CODESOFT version

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux autres

DOSSIER SPÉCIAL Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux autres Datacenter : Les problèmes n arrivent pas qu aux AUCUN DATACENTER n est à l abri d un éventuel problème, d une indisponibilité ou d un imprévu! La question est de savoir que faire pour protéger votre Datacenter

Plus en détail

Mise en place des services réseau d'entreprise

Mise en place des services réseau d'entreprise 261 Chapitre 5 Mise en place des services réseau d'entreprise 1. Introduction Mise en place des services réseau d'entreprise Ce chapitre est consacré à la définition et la configuration des composants

Plus en détail

Modèle spagetthi et solution EAI

Modèle spagetthi et solution EAI EAI Définition L'EAI est une notion ancienne mais toujours d'actualité. En effet, le besoin de faire communiquer des applications développées à des moments différents, dans des technologies différentes

Plus en détail

Pro/INTRALINK 10.0. Guide des programmes de formation

Pro/INTRALINK 10.0. Guide des programmes de formation Pro/INTRALINK 10.0 Guide des programmes de formation Guide des programmes de formation avec instructeur Mise à jour vers Windchill 10.0 pour les administrateurs système Administration du système de Windchill

Plus en détail

Le contrat SID-Hébergement

Le contrat SID-Hébergement Version : 2.4 Revu le : 09/10/2008 Auteur : Jérôme PREVOT Le contrat SID-Hébergement Objectif : Fournir au client une solution complètement hébergée de son système d information et des ses applications,

Plus en détail

Le filtrage de niveau IP

Le filtrage de niveau IP 2ème année 2008-2009 Le filtrage de niveau IP Novembre 2008 Objectifs Filtrage : Le filtrage permet de choisir un comportement à adopter vis à vis des différents paquets émis ou reçus par une station.

Plus en détail

Fiche technique WS2012

Fiche technique WS2012 Le 18/03/013 OBJECTIF VIRTUALISATION mathieuc@exakis.com EXAKIS NANTES Identification du document Titre Projet Date de création Date de modification Fiche technique Objectif 18/03/2013 26/03/2013 WS2012

Plus en détail

Intégration et protection de données Avril 2008. IBM ireflect : Intégration et protection des données pour les environnements Oracle

Intégration et protection de données Avril 2008. IBM ireflect : Intégration et protection des données pour les environnements Oracle Avril 2008 IBM ireflect : Intégration et protection des données pour les environnements Oracle Page 2 Le saviez-vous? ireflect peut répliquer les données entre différentes versions d Oracle, vous permettant

Plus en détail

PPE 2-1 Support Systeme. Partie Support Système

PPE 2-1 Support Systeme. Partie Support Système PPE 2-1 Support Systeme Partie Support Système Sébastien MASSON 24/04/2013 0 Sommaire 1. DMZ 2 2. Serveurs Web 3 3. Logiciel d'inventaire 6 1 1. DMZ (Zone démilitarisée) Une DMZ est une zone tampon d'un

Plus en détail

Prise de contrôle à distance de PC

Prise de contrôle à distance de PC Prise de contrôle à distance de PC VNC = Virtual Network Computing Il sagit de prendre très facilement le contrôle d'un PC à distance en utilisant un programme performant. Par exemple, si vous souhaitez

Plus en détail

Niveau 1. Disque 1 Bande 1 Bande 4 Bande 7. Disque 3 Bande 3 Bande 6 Bande 9. Disque 2 Bande 2 Bande 5 Bande 8

Niveau 1. Disque 1 Bande 1 Bande 4 Bande 7. Disque 3 Bande 3 Bande 6 Bande 9. Disque 2 Bande 2 Bande 5 Bande 8 Présentation de la technologie RAID, un article de «Comment ça marche» La technologie RAID (acronyme de Redundant Array of Inexpensive Disks, parfois Redundant Array of Independent Disks, traduisez Ensemble

Plus en détail

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation Réseau en Licences Flottantes avec Nomadisme Remarques : 1. L'installation de la version réseau de STATISTICA s'effectue en deux temps : a) l'installation

Plus en détail

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO?

DEVREZ VOUS RÉAPPRENDRE À TRAVAILLER AVEC VOTRE SUITE PRIMMO? POURQUOI UNE VERSION SQL? Pour certains d entre vous, cette version est attendue depuis longtemps. Pour d autres, la version actuelle répond très bien à vos besoins. Alors pourquoi une version SQL? La

Plus en détail

MailStore Server : guide de démarrage rapide

MailStore Server : guide de démarrage rapide MailStore Server : guide de démarrage rapide Sommaire Premières étapes... 2 Étape 1 : configuration requise et installation... 2 Étape 2 : lancement du client MailStore... 2 Étape 3 : configuration des

Plus en détail

Variantes d exploitation dans un environnement hautement disponible

Variantes d exploitation dans un environnement hautement disponible Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Division Registres Team sedex 29.07.2014, version 1.0 Client sedex Variantes d exploitation dans un environnement hautement disponible

Plus en détail

Système Principal (hôte) 2008 Enterprise x64

Système Principal (hôte) 2008 Enterprise x64 Network Shutdown Module V3 Extension du Manuel Utilisateur pour architecture Virtualisée avec : Hyper-V 6.0 Manager Hyper-V Server (R1&R2) de Microsoft Hyper-V 6.0 Network Shutdown Module Système Principal

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Pla. Introduction n. Conclusion. I. Le logiciel Alfresco. 2. Installation. II. Exemples d utilisation d Alfresco. III. Alfresco vs TeamViewer

Pla. Introduction n. Conclusion. I. Le logiciel Alfresco. 2. Installation. II. Exemples d utilisation d Alfresco. III. Alfresco vs TeamViewer Houij Aida Achour Fahima Messadi Aida 1 Pla Introduction n I. Le logiciel Alfresco 1. Présentation 2. Installation 3.Fonctionnalités II. Exemples d utilisation d Alfresco III. Alfresco vs TeamViewer Avantages

Plus en détail

La Solution Crypto et les accès distants

La Solution Crypto et les accès distants La Solution Crypto et les accès distants Introduction L'objectif de ce document est de présenter les possibilités d'accès distants à La Solution Crypto. Cette étude s'appuie sur l'exemple d'un groupement

Plus en détail

Les clusters Linux. 4 août 2004 Benoît des Ligneris, Ph. D. benoit.des.ligneris@revolutionlinux.com. white-paper-cluster_fr.sxw, Version 74 Page 1

Les clusters Linux. 4 août 2004 Benoît des Ligneris, Ph. D. benoit.des.ligneris@revolutionlinux.com. white-paper-cluster_fr.sxw, Version 74 Page 1 Les clusters Linux 4 août 2004 Benoît des Ligneris, Ph. D. benoit.des.ligneris@revolutionlinux.com white-paper-cluster_fr.sxw, Version 74 Page 1 Table des matières Introduction....2 Haute performance (High

Plus en détail

Antoine Morel Ingénieur Commercial DVI

Antoine Morel Ingénieur Commercial DVI Hébergement «Solutions flexibles et évolutives» Antoine Morel Ingénieur Commercial DVI 1 Expert Internet depuis 1996 O.T. propose aux entreprises des prestationsd'hébergementet d'infogéranceenrichies de

Plus en détail

Sybase High Avalaibility

Sybase High Avalaibility Sybase High Avalaibility Mars 2006 Documentation technique # 28 Sybase High Availability Principes généraux Sybase HA et Sun Cluster 3.0 Configuration Active-Active pour Sun Cluster 3.0 Configuration Active-Passive

Plus en détail

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel Les VLAN Sommaire 1.Concept des VLAN 1.1.Introduction au VLAN virtuel 1.2.Domaines de broadcast avec VLAN et routeurs 1.3.Fonctionnement d un VLAN 1.4.Avantages des LAN virtuels (VLAN) 1.5.Types de VLAN

Plus en détail

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications.

Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. Pilot4IT Monitoring : Mesurez la qualité et la performance perçue de vos applications. La supervision est la «surveillance du bon fonctionnement d un système ou d une activité». Elle permet de surveiller,

Plus en détail

Architectures d implémentation de Click&DECiDE NSI

Architectures d implémentation de Click&DECiDE NSI Architectures d implémentation de Click&DECiDE NSI de 1 à 300 millions de ligne de log par jour Dans ce document, nous allons étudier les différentes architectures à mettre en place pour Click&DECiDE NSI.

Plus en détail

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO IN53 Printemps 2003 «clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO Professeur : M. Mignot Etudiants : Boureliou Sylvain et Meyer Pierre Sommaire Introduction...3 1. Présentation générale de ZEO...4

Plus en détail

Les éléments «sensibles» d'un réseau sont par ordre d'importance:

Les éléments «sensibles» d'un réseau sont par ordre d'importance: LA CONTINUITÉ DE SERVICE INTRODUCTION Si la performance est un élément important de satisfaction de l'utilisateur de réseau, la permanence de la disponibilité des ressources l'est encore davantage. Les

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4. - les entités de sécurité ; - les sécurisables ; - les autorisations.

A. Introduction. Chapitre 4. - les entités de sécurité ; - les sécurisables ; - les autorisations. Chapitre 4 A. Introduction Le contrôle d'accès représente une opération importante au niveau de la gestion de la sécurité sur un serveur de bases de données. La sécurisation des données nécessite une organisation

Plus en détail

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel.

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. Méthode de Test Pour WIKIROUTE Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. [Tapez le nom de l'auteur] 10/06/2009 Sommaire I. Introduction...

Plus en détail

Cluster de calcul, machine Beowulf, ferme de PC Principes, problématique et échanges d expérience

Cluster de calcul, machine Beowulf, ferme de PC Principes, problématique et échanges d expérience Cluster de calcul, machine Beowulf, ferme de PC Principes, problématique et échanges d expérience 29 mars 2002 Olivier BOEBION - Laboratoire de Mathématiques et de Physique Théorique - Tours 1 Principes

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Installation de Windows 2008

Installation de Windows 2008 Installation de Windows 2008 Table des matières 1. Introduction 4 2. Comparatif des fonctionnalités 5 Description 5 Windows Web Server 2008 5 Windows server 2008 Datacenter 5 Windows server 2008 Standard

Plus en détail

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER E-Guide FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER Search Networking.de FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER En favorisant

Plus en détail

STATISTICA - Version 10

STATISTICA - Version 10 STATISTICA - Version 10 Instructions d'installation de STATISTICA Entreprise pour une Utilisation sous Terminal Server et Citrix Remarques : 1. Ces instructions s'appliquent à une installation sous Terminal

Plus en détail

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson Travaux pratiques avec WordPress Karine Warbesson Toutes les marques citées dans cet ouvrage sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs. Mise en pages réalisée par ARCLEMAX Illustration

Plus en détail

Etude d architecture de consolidation et virtualisation

Etude d architecture de consolidation et virtualisation BOUILLAUD Martin Stagiaire BTS Services Informatiques aux Organisations Janvier 2015 Etude d architecture de consolidation et virtualisation Projet : DDPP Table des matières 1. Objet du projet... 3 2.

Plus en détail

Cluster. Une introduction aux architectures systèmes distribuées. Université de Haute Alsace Octobre 2003

Cluster. Une introduction aux architectures systèmes distribuées. Université de Haute Alsace Octobre 2003 Cluster Une introduction aux architectures systèmes distribuées Université de Haute Alsace Octobre 2003 Plan Généralisation Technique Introduction Applications $$$ Définition Questions? Idées Plan Plan

Plus en détail

Nicolas Dewaele nico@adminrezo.fr http://adminrezo.fr. Virtualisation. Virtualisation

Nicolas Dewaele nico@adminrezo.fr http://adminrezo.fr. Virtualisation. Virtualisation Virtualisation Table des matières Virtualisation1 I- Principes de la virtualisation.2 1- Introduction..2 2- Virtualisation totale (hyperviseur type 1)..3 3- Virtualisation assistée par matériel (Hyperviseur

Plus en détail

Technologie SDS (Software-Defined Storage) de DataCore

Technologie SDS (Software-Defined Storage) de DataCore Technologie SDS (Software-Defined Storage) de DataCore SANsymphony -V est notre solution phare de virtualisation du stockage, dans sa 10e génération. Déployée sur plus de 10000 sites clients, elle optimise

Plus en détail

Réseaux informatiques --- Généralités sur les services réseaux

Réseaux informatiques --- Généralités sur les services réseaux Réseaux informatiques --- Généralités sur les services réseaux Auteur : Christophe VARDON Date : révision du 15/11/2004 TABLE DES MATIERES Un réseau : pour faire quoi?... Quels services sur le réseau?...

Plus en détail

Fiche Produit. Serveur de sauvegarde dédié Kiwi Pro

Fiche Produit. Serveur de sauvegarde dédié Kiwi Pro Révision d avril 2012 Fiche Produit Serveur de sauvegarde dédié Kiwi Pro La solution Kiwi Pro a été spécialement conçue pour répondre aux besoins les plus exigeants en terme de fiabilité et de performance,

Plus en détail

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS Votre guide SMS SMS et logiciels Les éditeurs de logiciels intègrent de plus en plus le SMS dans leurs produits, notamment pour permettre l envoi d alertes, de rappels de rendez-vous ou encore de notifications.

Plus en détail

Cluster de stockage NAS sur SYRHANO. TutoJRES 14 / Stockage - 01/12/2010 Alain BIDAUD - CRIHAN

Cluster de stockage NAS sur SYRHANO. TutoJRES 14 / Stockage - 01/12/2010 Alain BIDAUD - CRIHAN Cluster de stockage NAS sur SYRHANO TutoJRES 14 / Stockage - 01/12/2010 Alain BIDAUD - CRIHAN Service de stockage SYRANO Plan Contexte utilisateur bref historique besoins exprimés Cluster de stockage ISILON

Plus en détail

NSi Output Manager Forum aux questions. Version 3.2

NSi Output Manager Forum aux questions. Version 3.2 NSi Output Manager Forum aux questions Version 3.2 I. Informations générales sur le produit 1. Quelles sont les nouveautés d'output Manager 3.2? Plusieurs améliorations ont été apportées côté serveur à

Plus en détail

STATISTICA - Version 10

STATISTICA - Version 10 STATISTICA - Version 10 Instructions d'installation STATISTICA en Réseau Classique avec Validation du Nom de Domaine Remarques : 1. L'installation de la version réseau de STATISTICA s'effectue en deux

Plus en détail

Migration de Microsoft Exchange vers MDaemon. Alt-N Technologies

Migration de Microsoft Exchange vers MDaemon. Alt-N Technologies Migration de Microsoft Exchange vers MDaemon Alt-N Technologies Table des matières Pourquoi choisir MDaemon?... 2 MDaemon vs. Microsoft Exchange... 2 Sécurité... 3 Principales fonctionnalités... 3 Remplacer

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3 CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION D EvRP V3 Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP V3 Version 42 Etabli par Département Accompagnement des Logiciels Vérifié

Plus en détail

Online Help StruxureWare Data Center Expert

Online Help StruxureWare Data Center Expert Online Help StruxureWare Data Center Expert Version 7.2.7 Système virtuel StruxureWare Data Center Expert Le serveur StruxureWare Data Center Expert 7.2 est disponible comme système virtuel pris en charge

Plus en détail

Module 177 Assurer la gestion des dysfonctionnements

Module 177 Assurer la gestion des dysfonctionnements Module 177 Assurer la gestion des dysfonctionnements Copyright IDEC 2003-2009. Reproduction interdite. Sommaire Introduction : quelques bases sur l ITIL...3 Le domaine de l ITIL...3 Le berceau de l ITIL...3

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

Logiciel simple pour un Plan de Continuité d'activité et un Plan de Reprise d'activité PCA PRA pdf ppt

Logiciel simple pour un Plan de Continuité d'activité et un Plan de Reprise d'activité PCA PRA pdf ppt Pour la version enregistrée de ce webinaire, aller à http://www.evidian.com/fr/produits/haute-disponibilite-logiciel-clustering-application/plan-de-continuite-d-activite-plan-de-reprise-d-activite-pca-pra-pdf-ppt/

Plus en détail

Cahier Technique Installation sous Terminal Server Edition. Sage P.E. Documentation technique

Cahier Technique Installation sous Terminal Server Edition. Sage P.E. Documentation technique Cahier Technique Installation sous Terminal Server Edition Sage P.E Documentation technique Sommaire I. Introduction... 3 II. Configuration du serveur... 4 1. Principe d utilisation à distance... 4 2.

Plus en détail

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique

Cisco Secure Access Control Server Solution Engine. Introduction. Fiche Technique Fiche Technique Cisco Secure Access Control Server Solution Engine Cisco Secure Access Control Server (ACS) est une solution réseau d identification complète qui offre à l utilisateur une expérience sécurisée

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

Rocket AS v6.3. Les bénéfices de l optimisation

Rocket AS v6.3. Les bénéfices de l optimisation Rocket AS v6.3 Les bénéfices de l optimisation Qu est-ce que Rocket AS? Rocket AS pour IBM System z assure la visualisation de requêtes, de rapports, de données et le développement d applications rapides

Plus en détail

BONPRIX. Contexte et problématique : Les problèmes rencontrés :

BONPRIX. Contexte et problématique : Les problèmes rencontrés : BONPRIX BONPRIX fait communiquer en temps réel ses applications RPG Power i au moyen de Web Services avec le logiciel Strategi webservices Contexte et problématique : Bonprix est une société de vente à

Plus en détail

CHAPITRE 4: RAID (Redundant Array of Independant / Inexpensive Disks)

CHAPITRE 4: RAID (Redundant Array of Independant / Inexpensive Disks) CHAPITRE 4: RAID (Redundant Array of Independant / Inexpensive Disks) Le system RAID peut être Matériel ou Logiciel I. RAID 0 : Volume agrégé par bandes (Striping) On a un fichier découpé en plusieurs

Plus en détail

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation

STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation STATISTICA Version 12 : Instructions d'installation Réseau Classique en Licences Flottantes Remarques : 1. L'installation de la version réseau de STATISTICA s'effectue en deux temps : a) l'installation

Plus en détail