Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle"

Transcription

1 DOCUMENT 36 Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle Une propriété importante des fonctions exponentielles est qu elles sont solutions de l équation fonctionnelle f(x + y) = f(x).f(y) Nous proposons dans ce document une construction et différentes caractérisations de ces fonctions à partir de l équation (E). La construction des fonctions exponentielles utilise ici le prolongement par continuité des applications r Q a r, a R +, et la densité de Q dans R. 1. Prérequis La définition pour tout réel a > et tout nombre rationnel r de a r. Cette définition utilise la théorie des fonctions réciproques et le fait que, pour tout n N, l application x x n est une application continue et strictement monotone de R + sur lui-même. Voir le document 28. Les applications r Q a r sont croissantes si a > 1 et décroissantes si < a < 1. On a a r+s = a r a s (r, s Q). (Attention! la preuve de ces propriétés demande un peu de réflexion.) La formule de Taylor-Lagrange ou l inégalité des accroissements finis. Toute fonction continue possède une primitive et est intégrable sur tout segment contenu dans son ensemble de définition. Ce résultat sera seulement utilisé pour étudier la dérivabilité des fonctions exponentielles. Q est dense dans R et en particulier tout nombre réel est la limite de ses approximations décimales par défaut et par excés. En revanche, on ne suppose rien sur les fonctions logarithmes et les fonctions exponentielles. (E). 2. Propriétés élémentaires des solutions de l équation fonctionnnelle f(x + y) = f(x).f(y) (E). On a supposé connu que pour tout couple de rationnels (r, s) et tout a >, a r+s = a r a s. On peut donc envisager le problème suivant : Existe-il des applications f de R dans R vérifiant la relation fonctionnelle f(x + y) = f(x).f(y) Si oui, quelles sont celles qui sont continues? (E)? Donnons d abord quelques propriétés élémentaires des solutions de (E). 393

2 DÉFINITION DES FONCTIONS EXPONENTIELLES Si une solution de (E) s annule alors elle est identiquement nulle (utiliser f(y) = f(y x + x) = f(y x)f(x)). Toute solution non nulle est strictement positive (utiliser f(x) = (f( x 2 ))2 ). Si f est solution de (E) alors f() vaut ou 1. Si f() =, f est identiquement nulle. Les fonctions constantes solutions de (E) sont l application nulle et l application constante égale à 1. Si f est une solution de (E), distincte de l application nulle, alors pour tout rationnel r, f(r) = f(1) r. Pour la preuve on démontre successivement : Pout tout n N, tout x R, f(nx) = f(x) n. On étend ce résultat aux entiers négatifs en utilisant f( x) = 1 f(x). Si r = p q Q alors, pour tout x R, f( p q x)q = f(px) = f(x) p d où f( p q x) = f(x) p q et f(r) = f(1) r en prenant x = 1. Si f est solution de (E) alors, pour tout k R, x f(kx) est encore solution. Remarque. L application f, non identiquement nulle, est une solution de (E) si et seulement si cette application est un homomorphisme du groupe (R, +) dans le groupe (R +,.). Une partie des résultats précédents résulte des propriétés générales des homomorphismes. 3. Construction des solutions continues de (E). L idée est de prolonger par continuité les applications r Q a r. Le lemme suivant montre que ces applications sont continues en et il sera aussi utile pour montrer qu elles ont une limite en chaque point de R. Dans la suite, on désigne par a un nombre réel strictement positif et différent de 1. Lemme (1) lim a 1 n = lim n n a 1 n = 1. (2) Si (r n ) est une suite de nombres rationnels qui converge vers alors lim n arn = 1. (3) Pour tout ε >, il existe η > tel que r Q et r < η impliquent a r 1 < ε. Preuve. 1). Il suffit de considérer le cas a > 1 car si a < 1 alors a 1 > 1. Soit ε > et p = E( a 1 ) + 1. Si n p alors n a 1 d où a 1 + nε (1 + ε) n, la dernière inégalité ε ε étant une conséquence immédiate de la formule du binôme. On a donc a 1 n 1 + ε d où, en utilisant 1 < a 1 n, a 1 n 1 < ε et lim a 1 n = 1. En remarquant que a 1 n 1 = 1 a 1 n, on obtient n lim n a 1 n = 1. 2). Soit ε > et supposons a > 1 (en remplaçant a par a 1 sinon). Il existe p N tel que n p implique a 1 n 1 < ε et a 1 n 1 < ε. Il existe aussi k N tel que n k entraine a 1 n

3 3. CONSTRUCTION DES SOLUTIONS CONTINUES DE (E) p < r n < 1 p d où et finalement a 1 p < a rn < a 1 p a rn 1 max( a 1 p 1, a 1 p 1 ) ε. 3). Si 3) est faux alors il existe ε > tel que, pour tout entier n, il existe r n Q vérifiant r n < 1 n et arn 1 ε. On a lim r n = et par 2), lim n n arn 1 = ce qui est contradictoire. (2) 3) est en fait la caractérisation séquentielle de la continuité en.) Soit (r n ) la suite des approximations décimales par défaut d un réel x. En supposant a > 1, la suite croissante (a rn ) est majorée par a r, où r est un rationnel plus grand que x. Elle est donc convergente. Soit (s n ) une suite de rationnels qui converge aussi vers x. En appliquant le lemme 36.1, on voit que la suite (a sn rn ) est convergente vers 1 car lim s n r n = et s n r n Q. n Le produit des deux suites convergentes (a rn ) et (a sn rn ) est donc convergent et lim n asn = lim n arn. lim n asn rn = lim n arn.1 = lim n arn. Conclusion. Pour toute suite de rationnels (s n ) qui converge vers x, la suite (a sn ) est convergente et sa limite est indépendante de la suite (s n ). Dans la suite, on désigne par f a (x) sa limite. Notons que f a (1) = a et, plus généralement, f a (r) = a r si r Q. Proposition L application f a : R R qui associe, à tout réel x, f a (x), vérifie l équation (E), n est pas constante, est continue sur R et est strictement monotone (croissante si a > 1 et décroissante sinon). Son image est R +. Soit x, y R et (r n ) et (s n ) deux suites de rationnels telles que lim r n = x, lim s n = y. n n On a x + y = lim r n + s n et n f a (x + y) = lim n arn+sn = lim n arn a sn = lim n arn. lim n asn = f a (x).f a (y). Montrons que f a est strictement monotone. Soit x > y, (r n ) la suite des approximations décimales de x par excès et (s n ) la suite des approximations décimales de y par défaut. Comme, pour tout n N, s n y < x r n il existe deux nombres rationnels r et s tels que s n < s < r < r n (L intervalle ]y, x[ contient une infinité de nombres rationnels.). En supposant a > 1, on a f a (x y) = lim n arn sn a r s > 1 d où f a (x) = f a (y)f a (x y) > f a (y), ce qui montre que f a est strictement croissante. La preuve est semblable si a < 1. Comme f a () = 1 et f a (1) = a, f n est pas constante. Il résulte des propriétés générales des solutions de (E) que f a ne prend que des valeurs strictement positives. Pour montrer continuité de f a, établissons d abord un lemme qui a son propre intérêt. Lemme Une solution f de (E) est continue si et seulement si elle est continue en un point.

4 DÉFINITION DES FONCTIONS EXPONENTIELLES Preuve. Supposons f continue en x et soit x R. On a pour tout h R, La fonction f étant continue au point x, f(x + h) = f(x x + x + h) = f(x x )f(x + h) lim f(x x )f(x + h) = f(x x )f(x ) = f(x) h ce qui entraine que lim h f(x + h) existe et vaut f(x). La fonction f est continue au point x. Pour prouver que f a est continue sur R, il suffit maintenant de démontrer que cette application est continue en. Soit ε >. Le lemme 36.1 entraine qu il existe η > tel que r Q et r < η impliquent a r 1 < ε. Considérons x R tel que x < η. Il existe un rationnel s tel que x s < η d où s x s et, si a > 1, f a ( s) f a (x) f a (s) d où f a (x) 1 max( f a ( s) 1, f a (s) 1 ) < ε ce qui montre que f a est continue en car f a () = 1. Preuve analogue si a < 1. On sait déjà que f a (R) R + et si a > 1 alors lim n an = + et lim n a n =. Si x R +, il existe donc deux entiers p et q tels que a p x a q ou encore f a ( p) x f a (q). Le théorème des valeurs intermédiaires entraine que x f a (R) d où f a (R) = R +. La preuve est analogue si a < 1. La proposition suivante va montrer en particulier que les applications f a sont toutes les solutions continues et non constantes de (E). Elle montre aussi que l on peut remplacer la continuité sur R par d autres conditions et obtenir encore les application f a comme ensemble de solutions. Proposition Soit f une application non constante de R dans R. Il y a équivalence entre : (1) il existe a R +, a 1, tel que f = f a ; (2) l application f est continue en un point et vérifie (E) ; (3) l application f est monotone et vérifie (E). Preuve. La proposition précédente entraine que 1) implique 2) et 1) implique 3). Si f vérifie 2) alors le lemme 36.2 entraine que f est continue sur R. Comme f vérifie (E) on a pour tout r Q, f(r) = f(1) r et f étant non constante, f(1). On a aussi f(1) 1 car sinon f est constante sur Q et sa continuité entraine qu elle est constante sur R. Finalement si l on pose a = f(1), on a a R + et a 1. Les applications continues f et f a coïncidant sur Q, on a f = f a. On a montré 2) 1). Soit f vérifiant 3). On a a = f(1) et si a = 1 alors soit x R et r, s Q tels que r x s. En supposant par exemple f croissante, 1 = 1 r f(x) 1 s = 1 et f est constante contrairement à l hypothèse. On a donc a 1 et les applications f et f a coïncident sur Q. Soit x R et (r n ) et (s n ) les suites des approximations décimales de x par défaut et par excès. On a, pour tout entier n, r n x s n et, en supposant par exemple f croissante, f a (r n ) = a rn = f(r n ) f(x) f(s n ) = a sn = f a (s n ) d où par passage à la limite, f(x) = f a (x) et finalement f = f a. L implication 3) 1) est démontrée.

5 3. CONSTRUCTION DES SOLUTIONS CONTINUES DE (E). 397 Remarque. La proposition 36.1 entraine que l application f 2 possède une application réciproque, notée L (pour logarithme) qui est une application continue et strictement croissante de R + sur R. L application L satisfait L(xy) = L(x) + L(y) et si f est une solution de E alors L f vérifie l équation fonctionnelle g(x + y) = g(x) + g(y) (R). On peut donc utiliser ici la méthode du document 35 pour donner différentes caractérisations des solutions continues de E. Définition Pour tout a >, a 1, les applications f a sont appellées fonctions exponentielles. La proposition 36.2 donne deux caractérisations des fonctions exponentielles à partir de l équation (E). Proposition Les fonctions exponentielles f a sont de classe C et, pour tout entier n, f (n) a = (f a()) n f a. Preuve. L application continue f a est intégrable sur [, 1] et l on a f a (x + y)dy = f a (x)f a (y)dy = f a (x) f a (y)dy. Dans la première intégrale, le changement de variables u = x + y conduit à et donc x+1 x f a (u)du = f a (x) = x+1 x f a (x)f a (y)dy. f a (u)du. f a (y)dy L application f a est donc dérivable sur R et pour déterminer sa fonction dérivée, dérivons f a (x+y) = f a (x)f a (y) par rapport à y plutôt que la relation précédente : f a(x+y) = f a (x)f a(y). En prenant y =, on obtient f a(x) = f a()f a (x) et une récurrence immédiate montre que f a est de classe C avec, pour tout entier n, f (n) a = (f a()) n f a. Remarques. 1). Le lemme 36.1 signifie que l application r Q a r est continue au point. En utilisant le lemme 36.2, qui est encore vrai si l on considère une solution de (E) seulement définie sur Q, on voit que cette application est continue sur Q. On a montré après la preuve du lemme 36.1 que cette application a une limite en tout point de R et donc la définition de f a n est rien d autre que le prolongement par continuité à R = Q de l application r Q a r. On notera donc parfois dans la suite a x le nombre réel f a (x). 2). Soit f une solution non nulle de (E). L égalité, pour h, f(x + h) f(x) = f(x) f(h) 1 f(h) f() = f(x) h h h montre que f est dérivable sur R si et seulement si f est dérivable en. Pour une application a x 1 f a, la dérivabilité sur R équivaut donc à l existence de lim. (On rappelle pour l intuition x x que cette limite existe et vaut ln a.)

6 DÉFINITION DES FONCTIONS EXPONENTIELLES La suite de ce paragraphe a pour objet de montrer que f a() est un élément arbitraire de R qui détermine f a. (Pour l intuition, f a() = ln a.) Proposition Chaque fonction exponentielle f a est entièrement déterminées par f a(). Preuve. Supposons que f a() = f b () = k (a,b R + {1}) et soit h = f a f b, x R. D après la proposition 36.3 on a, pour tout n N, h (n) (x) = k n h(x) et h (n) () =. Soit α R tel que x [ α, α] et M = h(x). En utilisant la formule de Mac Laurin à l ordre n, il existe c [ α, α] tel que sup x [ α,α] h(x) = xn n! h(n) (c) = kn x n h(c) Mkn α n. n! n! k n α n Or lim = et donc h(x) =. Finalement, f a = f b. n n! Remarque. Il y a bien d autres façons pour démontrer cette proposition. On peut dire que f a est la solution de l équation différentielle y f a()y = vérifiant la condition initiale y() = 1. Comme f a() détermine cette équation, il détermine aussi son unique solution vérifiant y() = 1. On peut aussi remarquer, à la suite de la proposition 36.3, que f a possède le développemment en série entière, centré à l origine et de rayon de convergence infini, f a (x) = 1 + (f a()) n x n. n! n> La preuve très simple ne fait que reprendre celle que l on connait pour les fonction exponentielles définies de la façon usuelle. Pour tout a R + {1}, on pose λ(a) = f a(). On a donc f a = λ(a)f a.(rappelons pour l intuition que λ(a) = ln a.) Proposition Pour tout k R, il existe a R + {1} tel que k = λ(a). En particulier, il existe e R + {1} tel que λ(e) = 1 et f e = f e. Pour tout a R + {1} et tout x R, f a (x) = f e (λ(a)x). Preuve. Soit k R et b R + k {1}. L application continue f : x f b ( f b vérifie ()x) l équation (E). C est donc une fonction exponentielle et il existe a R + {1} tel que f = f a. On a f a = f a()f a = k f b ()f b ()f a = kf a et donc k = f a(). Soit g(x) = f e (λ(a)x). On a, pour tout x R, g (x) = f e(λ(a)x) = λ(a)f e(λ(a)x) = λ(a)f e (λ(a)x) d où g () = λ(a)f e () = f a() et en utilisant la proposition 36.4, g = f a. En utilisant des notations plus usuelles on a donc a x = e λ(a)x, la fonction x e x étant la fonction exponentielle qui coïncide avec sa fonction dérivée.

7 5. APPLICATIONS Solutions non continues de (E) Rappellons d abord que R est un espace vectoriel sur Q et que tout espace vectoriel possède une base. Soit (e i ) i I une telle base et h l application Q-linéaire du Q-espace vectoriel R définie par h(e i ) = 1 pour tout indice i. Si x = i I λ i e i, I fini inclus dans I, on a donc h(x) = i I λ i Q. Il en résulte que h(r) = Q et le théorème des valeurs intermédiaires entraine donc que h n est pas continue. Cette application linéaire h vérifie évidemment, pour tout x, y R, h(x + y) = h(x) + h(y). Les applications g a = f a h vérifient (E) et ne sont pas continues car h = (f a ) 1 g a, l existence d une fonction réciproque continue pour f a étant assurée par la proposition Applications 5.1. Définition des fonctions logarithmes. La proposition 36.1 montre que chaque application f a posséde une application réciproque qui est une application strictement monotone et continue de R + sur R. La relation f a(x) = f a()f a (x) prouve que la dérivée de f a n est jamais nulle (Si f a(x ) = alorsf a(x ) = f a()f a (x ) entraine f a() d où, pour tout x R, f a(x) =. La fonction f a est constante ce qui est contradictoire.) La fonction réciproque fa 1 est donc dérivable sur R + et (fa 1 ) 1 (x) = f a(f a 1 (x)) = 1 f a()x = 1 λ(a)x. A l aide de la proposition 36.5, on voit que les fonctions logarithmes sont donc les primitives des fonctions x k x, k, nulles pour x = 1 (car f a() = 1). En particulier, la fonction réciproque de la fonction exponentielle x e x est x x R t dt e 1 et e retrouve sa définition usuelle : 1 = t dt car f e(1) = e et donc fe 1 (e) = Caractérisation fonctionnelle des fonctions logarithmes. On vérifie facilement que si f est une solution bijective de (E) alors, pour tout x, y R +, f 1 (xy) = f 1 (x)+f 1 (y). On peut donc énoncer pour les fonctions logarithmes un résultat semblable à la proposition Les processus sans mémoire. Voir document Les homomorphismes de (R, +) dans (R +,.). Voir le document La notation exponentielle de l application t cos t + i sin t. Cette notation exponentielle est justifiée par le fait que t cos t + i sin t est continue et vérifie (E). Voir le fascicule 1, document 2.

8 4 36. DÉFINITION DES FONCTIONS EXPONENTIELLES

LEÇON N 71 : Fonctions exponentielles

LEÇON N 71 : Fonctions exponentielles LEÇON N 71 : Fonctions onentielles Pré-requis : Notions de dérivabilité ; Une fonction dont la dérivée est nulle est constante ; Théorème de Cauchy-Lipschitz pour l existence d une solution d une équation

Plus en détail

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues.

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. DOCUMENT 23 Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. 1. Introduction et notations Considérons la fonction f : x sin x définie sur R. La valeur 0 n appartient pas à x l ensemble de définition

Plus en détail

TD 3: Suites réelles

TD 3: Suites réelles Université Pierre et Marie Curie Année 2011/2012 LM115 TD 3: Suites réelles MIME Convergence des suites : Par définition, une suite (u n ) converge vers un réel l si : Pour tout ɛ réel strictement positif,

Plus en détail

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites

Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Chapitre 12 : Étude locale des fonctions : limites Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R, x 0 R, f est une fonction définie sur son domaine de définition D f à valeurs réelles. C f désigne

Plus en détail

Formules de Taylor. Applications.

Formules de Taylor. Applications. CAPES 27 Décembre 27 Oral Analyse Formules de Taylor. Applications. Remarques Le niveau naturel de cette leçon est celui du Deug. Pré-requis. Continuité, dérivabilité, inégalité des accroissements finis,

Plus en détail

Equation fonctionnelle pour les fonctions exponentielles

Equation fonctionnelle pour les fonctions exponentielles 1 Université Claude Bernard Lyon I CAPES de Mathématiques : Oral Année 27 28 Equation fonctionnelle pour les fonctions exponentielles Introduction On s intéresse à l équation fonctionnelle (E) x, y R,

Plus en détail

LEÇON N 73 : Caractérisation des fonctions exponentielles réelles par l équation fonctionnelle f(x + y) = f(x) f(y).

LEÇON N 73 : Caractérisation des fonctions exponentielles réelles par l équation fonctionnelle f(x + y) = f(x) f(y). LEÇON N 73 : Caractérisation des fonctions exponentielles réelles par l équation fonctionnelle f(x + y) = f(x) f(y). Pré-requis : Continuité et dérivabilité ; Fonctions logarithme (dérivée et propriétés

Plus en détail

Les fonctions logarithmes

Les fonctions logarithmes DOCUMENT 34 Les fonctions logarithmes. Eistence des fonctions logarithmes.. L aspect algébrique. L idée de transformer les produits de nombres réels en sommes, afin de simplifier les calculs numériques,

Plus en détail

Formule de Taylor-Lagrange

Formule de Taylor-Lagrange Formule de Taylor-Lagrange Exercice. Soit x un réel strictement positif et f une fonction sur [0, x].. Quelles sont les hypothèses qui permettent d écrire la formule de Taylor-Lagrange pour f sur [0, x]

Plus en détail

Les fonctions réciproques

Les fonctions réciproques DOCUMENT 28 Les fonctions réciproques 1. Introduction et définition Pour tout ensemble E, il existe une loi de composition naturelle sur l ensemble des applications de E dans E qui est la composition des

Plus en détail

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 009-00 Chapitre : Correction des Travaux dirigés. Soit v n n i0 qi la somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q, et de premier terme.

Plus en détail

Un complément à la leçon sur l équation fonctionnelle de la fonction exponentielle

Un complément à la leçon sur l équation fonctionnelle de la fonction exponentielle Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Un complément à la leçon sur l équation fonctionnelle de la fonction eponentielle Il est naturel de construire la leçon Caractérisation des fonctions eponentielles

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES Définition 2.0. Une suite réelle est une application u : N R qui à tout n de N associe un élément u n de R, appelé terme général de la suite. On notera donc la suite (u n ),

Plus en détail

AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO

AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO Soit a un entier strictement plus grand que 1. Notons N a = {0,1,...,a 1}. Définition On dira qu un nombre réel positif x est de classe a,

Plus en détail

Croissance comparée des fonctions logarithmes, puissances et exponentielles

Croissance comparée des fonctions logarithmes, puissances et exponentielles DOCUMENT 30 Croissance comparée des fonctions logarithmes, puissances et exponentielles Rappelons que : 1. Introduction et résultats préinaires Les fonctions logarithmes sont les primitives sur R + des

Plus en détail

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle

Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle 7 Continuité, dérivabilité des fonctions d une variable réelle Pour ce chapitre I désigne un intervalle réel et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. 7. Continuité en un point,

Plus en détail

III Somme de deux séries entières, produit par un scalaire 5

III Somme de deux séries entières, produit par un scalaire 5 Séries entières I Généralités I.A Définition........................................... I.B Lemme d Abel........................................ 2 I.C Rayon de convergence d une série entière..........................

Plus en détail

Des démonstrations en analyse

Des démonstrations en analyse Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Nicole Bopp Strasbourg, novembre 007 Des démonstrations en analyse 1. Caractérisations équivalentes du fait que R est complet L une des trois propriétés ci-dessous est admise

Plus en détail

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure

Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Aix-Marseille Université 2012-2013 Analyse I PLANCHE 1 : LIMITES, CONTINUITÉ Parties majorées, minorées - borne supérieure, borne inférieure Exercice 1 Soit a, b R. Montrer les implications suivantes :

Plus en détail

Différentes formules de Taylor pour une fonction d une variable réelle

Différentes formules de Taylor pour une fonction d une variable réelle 25 Différentes formules de Taylor pour une fonction d une variable réelle Il y a beaucoup de résultats dans cette proposition de leçon (en prévision de questions que pourrait poser le jury). Comme il n

Plus en détail

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot DÉRIVABILITÉ 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée 1.1 Définitions et premières propriétés Définition 1.1 Dérivabilité en un point Soient f : I R une application et a I. On dit que f est dérivable

Plus en détail

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné Table des matières 4 Propriétés de R 4. L ensemble des réels est un corps ordonné....................... 4.. Propriétés d ordre de R............................. 4..2 Valeur absolue..................................

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle 1 Fonction exponentielle Définition et variation Théorème Définition Il existe une unique fonction définie et dérivable sur telle que et Cette fonction est appelée fonction exponentielle

Plus en détail

Chapitre 2 : Suites numériques

Chapitre 2 : Suites numériques Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 013-014 Chapitre : Suites numériques Dans tout ce qui suit on considère des suites (u n ) n N à valeurs réelles, c est à dire des applications de N

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Dérivabilité des fonctions réelles

Dérivabilité des fonctions réelles Chapitre 3 Dérivabilité des fonctions réelles La notion de dérivée est une notion fondamentale en analyse. Elle permet d étudier les variations d une fonction, de construire des tangentes à une courbe

Plus en détail

I ESPACES METRIQUES. d : E E R +

I ESPACES METRIQUES. d : E E R + I ESPACES METRIQUES 1. Espaces métriques 1.1 Définitions Soit E un ensemble non vide. On appelle distance sur E toute application vérifiant les propriétés suivantes : d : E E R + a) x, y E, d(x, y) = 0

Plus en détail

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016

Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 Cours d analyse - Résumé sur les suites 2015/2016 CPUS I. Les suites numériques I.1. Premières définitions. Définition. Une suite réelle est une fonction dont l ensemble de départ est une partie de N du

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites Bibliothèque d exercices Énoncés L Feuille n 0 Suites Convergence Exercice Soit (u n ) n N une suite de R. Que pensez-vous des propositions suivantes : Si (u n ) n converge vers un réel l alors (u n )

Plus en détail

Etude théorique d équation d ordre 2

Etude théorique d équation d ordre 2 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Etude théorique d équation d ordre 2 Eercice 1 [ 01555 ] [Correction] Soit q : R R + une fonction continue non nulle. On se propose de

Plus en détail

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone.

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. LEÇON N 6 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. Pré-requis : I est un intervalle si a,b I a b, [a,b] I ; Toute partie non

Plus en détail

Chap. 2 : Fonctions : limites, continuité, dérivabilité Mathématiques T S

Chap. 2 : Fonctions : limites, continuité, dérivabilité Mathématiques T S I Notion de continuité 1) Fonctions continues Définition 1 : Soit f une fonction définie sur un intervalle I contenant a. Remarques : On dit que f est continue en a si lim f(x) = f(a) On dit que f est

Plus en détail

Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007

Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007 Préparation au CAPES (IUFM/ULP) Strasbourg, octobre 2007 Corrigé en janvier 2009 Rapidité de convergence d une suite réelle L objectif de ce texte est de se donner des outils pour «mesurer» la rapidité

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs Application à l étude d extrema On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles Mathématiques - ECS 6 Dérivation et accroissements finis. Lycée La Bruyère 30 avenue de Paris 78000 Versailles c 06, Polycopié du cours de mathématiques de première année. 6 Dérivation et accroissements

Plus en détail

Variables aléatoires réelles

Variables aléatoires réelles 23 Variables aléatoires réelles Pour ce paragraphe, (Ω, B, P est un espace probabilisé. 23.1 Définition et propriétés des variables aléatoires réelles Définition 23.1 On dit qu une application X : Ω R

Plus en détail

AR - SUITES RECURRENTES LINEAIRES ET EQUATIONS DIFFERENTIELLES LINEAIRES

AR - SUITES RECURRENTES LINEAIRES ET EQUATIONS DIFFERENTIELLES LINEAIRES AR - SUITES RECURRENTES LINEAIRES ET EQUATIONS DIFFERENTIELLES LINEAIRES Suites de nombres complexes Notons l(c) l espace vectoriel sur C des suites de nombres complexes. Si (s n ) n 0 est un élément de

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques. m = y B y A f(b) f(a)

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques. m = y B y A f(b) f(a) 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre VII : Dérivation Notations : On reprend dans ce chapitre les notations

Plus en détail

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle

Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Chapitre 1 Suites numériques, Fonctions numériques de la variable réelle Notations. K désigne R ou C. S (K désigne l'ensemble des suites d'éléments de K et u, v des éléments de S (K. I, J désignent des

Plus en détail

Limite à l infini. Branches infinies

Limite à l infini. Branches infinies DOCUMENT 25 Limite à l infini. Branches infinies 1. Introduction et notations Considérons les trois fonctons réelles f, g et h définies par : f() = + 1 + e, g() = sin, h() = 1/ 2 et donnons de grandes

Plus en détail

Limites à l infini d une fonction

Limites à l infini d une fonction 9 Limites à l infini d une fonction On garde les notations du chapitre précédent en supposant ici que a = ou a = + est adhérent à l ensemble I, ce qui signifie que : ou : m R, ], m[ I M R, ]M, + [ I ce

Plus en détail

(croissances comparées) x + x 1 x x 1. 1 x 1 x 1 x = 2 = 1

(croissances comparées) x + x 1 x x 1. 1 x 1 x 1 x = 2 = 1 Eercice.. 2. 3. e 2 ln = e 2 ( 2 ) /2 } ln {{ / } (ln ) 3 2 2 = (ln ) 3 / 2 / /(2) 2 }{{} sin 0 car sin est bornée et 0. 0 4. e (aucune difficulté!) 5. Il faut distinguer 0 et 0. 6. (croissances comparées)

Plus en détail

Continuité des fonctions réelles

Continuité des fonctions réelles Chapitre 2 Continuité des fonctions réelles 2.1 Généralités Définition 2.1.1. Une fonction réelle f est une application d une partie D de R dans R. La partie D est appelée ensemble (ou domaine) de définition

Plus en détail

3 Méthodes de résolution de l équation f(x) = 0

3 Méthodes de résolution de l équation f(x) = 0 3 Méthodes de résolution de l équation f(x) = 0 {révisions} : développements limités, suites. Dans tout ce chapitre, on se propose de résoudre l équation f(x) = 0, où f est une fonction satisfant les deux

Plus en détail

Fonctions continues. le développement décimal propre de x. 10 1) Soit f : [0, 1[ [0, 1[ définie par : f(x) = x k+1. k= k 1 + x ) x + a R.

Fonctions continues. le développement décimal propre de x. 10 1) Soit f : [0, 1[ [0, 1[ définie par : f(x) = x k+1. k= k 1 + x ) x + a R. Fonctions continues Exercice 1. Fonction périodique Soit f : R R et T > 0. On suppose que f est T -périodique cad : x R, f(x + T ) = f(x). 1) Si f possède une limite en +, montrer que f est constante.

Plus en détail

Suites récurrentes et méthode de Newton approche progressive

Suites récurrentes et méthode de Newton approche progressive Suites récurrentes et méthode de Newton approche progressive Ce document vient en complément du chapitre 6 du livre Informatique, programmation et calcul scientifique en Python et Scilab, publié chez ellipses.

Plus en détail

1 Notions de logique mathématique.

1 Notions de logique mathématique. Université de Provence 2012 2013 Introduction à l Analyse Chapitre 3 - Logique et Suites. 1 Notions de logique mathématique. 1.1 Assertions, propositions logiques, tables de vérité. On rappelle la notion

Plus en détail

Devoir non surveillé Équation différentielle, fonction définie par une intégrale

Devoir non surveillé Équation différentielle, fonction définie par une intégrale Devoir non surveillé Équation différentielle, fonction définie par une intégrale Pelletier Sylvain, BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: pour le 0 juin Eercice Résoudre l équation différentielle : E y y + 5y cos

Plus en détail

variations de f y 5 f(x + 1) 5 f(x + 1) 3 = y 5 y 3 5 4y + 10

variations de f y 5 f(x + 1) 5 f(x + 1) 3 = y 5 y 3 5 4y + 10 CPI - ANALYSE CORRECTION Eercices Chapitre 3 - Limites et fonctions continues Eercice 3 Correction : { Soit E 3 + 75 }, R et + 36 3 On a + 36 3 9 3 On pose f 3 + 75 Comme f est impaire, il suffit de l

Plus en détail

Corrigé du TD n o 11

Corrigé du TD n o 11 CPP 03/04 Fonctions réelles J. Gillibert Corrigé du TD n o Exercice Soient f et g deux fonctions continues R R. On suose que : x Q, f(x = g(x Montrer que f = g. Réonse : Raelons d abord le résultat suivant

Plus en détail

Limites de fonctions

Limites de fonctions Aix-Marseille Université 013-014 Analyse I PLANCHE : LIMITES, CONTINUITÉ Les exercices marqués du symbole sont les exercices qui seront traités prioritairement en TD. Le site internet EXO7 (http ://exo7.emath.fr)

Plus en détail

Le Béaba des Espaces Normés et Algèbres de Banach

Le Béaba des Espaces Normés et Algèbres de Banach Le Béaba des Espaces Normés et Algèbres de Banach Alain Prouté Université Denis Diderot-Paris 7 Dernière révision de ce texte : 21 novembre 2012 Ce texte a été écrit pour le niveau Licence 2. Table des

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle I) Définition de la fonction exponentielle 1) Théorème 1: Il existe une unique fonction f dérivable sur R telle que : Pour tout nombre x, f (x) = f(x), et f(0) = 1 Cette fonction

Plus en détail

Espérances conditionnelles et martingales

Espérances conditionnelles et martingales Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Probabilités (Master 1 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Chapitre 4 Espérances conditionnelles et martingales 1 Espérances conditionnelles Cette

Plus en détail

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m].

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m]. LEÇON N 75 : Applications de la dérivation à l étude d extrémums éventuels d une fonction numérique d une variable réelle. Exemples. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à

Plus en détail

Feuille 7 : Etude locale des fonctions, développement. Fonctions usuelles.

Feuille 7 : Etude locale des fonctions, développement. Fonctions usuelles. Feuille 7 : Etude locale des fonctions, développement limités. Fonctions usuelles. Préparation au CAPES de mathématiques - Analyse Conseils Lors de la prochaine séance nous corrigerons l exercices 12 de

Plus en détail

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques

Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths. Chapitre 3. Suites numériques Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Maths Chapitre 3 Suites numériques p. 2 Remarque importante. Ce cours n est pas indépendant du cours de Mathématiques pour tous. Ce document

Plus en détail

Limites et continuité de fonctions

Limites et continuité de fonctions Chapitre 12 Limites et continuité de fonctions Mathématiques PTSI Lycée Déodat de Séverac Mathématiques PTSI (Lycée Déodat de Séverac) Limites et continuité de fonctions 1 / 53 Notations : On note, sauf

Plus en détail

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5 I Rappels de vocabulaire Suites réelles Définition 1 Une suite réelle u est une application de I R où I est une partie de N. Au lieu de noter u(n), pour les suites on note u n l image de n par l application

Plus en détail

1. Espaces métriques. 1 Distance, boules, ouverts, fermés...

1. Espaces métriques. 1 Distance, boules, ouverts, fermés... 1. Espaces métriques 1 Distance, boules, ouverts, fermés... Définition 1.1. Soit E un ensemble (non vide). On appelle distance sur E une application d de E E dans [0, + [ vérifiant les trois propriétés

Plus en détail

La fonction exponentielle Équations différentielles

La fonction exponentielle Équations différentielles La fonction exponentielle Équations différentielles Table des matières Existence et unicité de la fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Propriétés de la fonction

Plus en détail

EXERCICES. 1 - Montrer que A et B sont non vide, que A est majoré par tout élément de B et que B

EXERCICES. 1 - Montrer que A et B sont non vide, que A est majoré par tout élément de B et que B EXERCICES 1 Soit E l ensemble des rationnels inférieurs à 2. 1 - Montrer que E admet une borne supérieure M dans R. 2 - Montrer que M = 2 (on pourra raisonner par l absurde). 3 - E est-il une partie fermée

Plus en détail

Dérivabilité d une fonction numérique.

Dérivabilité d une fonction numérique. 34 Chapitre 6 Dérivabilité d une fonction numérique. 6.1 Taux d accroissement Définition : Soient f une fonction numérique et I D f un intervalle ouvert. Soit c I, on appelle taux d accroissement de f

Plus en détail

Exercices : Fonctions Dérivables

Exercices : Fonctions Dérivables Exercices : Fonctions Dérivables Exercice Déterminez l ensemble de dérivabilité des fonctions suivantes et calculez leur dérivée. ) f : x x 2 + x 2 2) f : x x + cos( x ) 3) f : x arctan( xe x ) 4) f :

Plus en détail

Fonctions trigonométriques

Fonctions trigonométriques Fonctions trigonométriques Jérôme Germoni Novembre 2 Première étude : par équation différentielle.. Définition On s inspire de la définition de l exponentielle vue en terminale. Théorème (admis) Il existe

Plus en détail

(ln x) 3 + x. x+ 1 x. xe 1 x

(ln x) 3 + x. x+ 1 x. xe 1 x Calculs et entraînement. Eercice 1. [limites ] Calculer les limites suivantes : 1. lim + e + ln. lim + (ln ) 3 + sin 3. lim + 1 + + 4. lim + e 1 sin + cos 7. lim + + 1 1 10. lim + 1 13. lim 5. lim e 1

Plus en détail

1 Inégalité des accroissements nis. Chantal Menini 18 mai Résultat.

1 Inégalité des accroissements nis. Chantal Menini 18 mai Résultat. Inégalité des accroissements nis. Exemples d'applications à l'étude de suites et de fonctions. L'exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à l'utilisation d'une calculatrice. Chantal

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur et des recherches scientifiques Université Virtuelle de Tunis. Chapitre III : Fonction continue

Ministère de l Enseignement Supérieur et des recherches scientifiques Université Virtuelle de Tunis. Chapitre III : Fonction continue Ministère de l Enseignement Supérieur et des recherches scientifiques Université Virtuelle de Tunis Intitulé du chapitre : Chapitre III : Fonction continue Nom de l auteur : Houcine Chebli Lotfi Lassoued

Plus en détail

Limites, continuité, dérivabilité

Limites, continuité, dérivabilité Limites, continuité, dérivabilité (3) () Analyse 1 / 47 Plan 1 Un peu de vocabulaire 2 Limites 3 Opérations sur les limites 4 Relations de comparaison locale, notations de Landau 5 Continuité 6 Fonctions

Plus en détail

Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction

Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction Chapitre 3. Continuité, dérivation et limite d une fonction I. Continuité Définition : Continuité d une fonction Dire que f est continue en a signifie que f a une limite finie en a ; cette limite est alors

Plus en détail

Chapitre 3: Les séries de Fourier

Chapitre 3: Les séries de Fourier Chapitre 3: Les séries de Fourier 6 février 008 1 La base hilbertienne trigonométrique 1.1 L espace de Hilbert L ([, π]) Soit L ([, π]) l espace des fonctions f : [, π] C mesurables au sens de Lebesgue

Plus en détail

Première épreuve écrite

Première épreuve écrite CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES SESSION 25 Première épreuve écrite Notations et objet du problème On désigne par : N l ensemble des entiers naturels ; Z l anneau des entiers relatifs ; Q le corps des nombres

Plus en détail

Les séries numériques

Les séries numériques Les séries numériques Généralités. Séries à termes réels ou complexes.. Notion de série numérique Étant donnée une suite (u n ) n n0 de nombres réels ou complexes, on appelle série des u n et on note u

Plus en détail

Chapitre 4. Séries entières. I. Disque et rayon de convergence

Chapitre 4. Séries entières. I. Disque et rayon de convergence Chapitre 4 Séries entières On appelle série entière réelle (resp. complexe) une série de fonction de la forme a n x n où x est une variable réelle (resp. a n z n où z est une variable complexe). Les nombres

Plus en détail

Convergence : vitesse et accélération

Convergence : vitesse et accélération 1 Convergence : vitesse et accélération 1. Rapidité de convergence. a) Introduction. Daniel PERRIN Soit (u n ) n N une suite de nombres réels qui converge vers a. On cherche à préciser la rapidité de convergence

Plus en détail

Fiche de cours 2 - Suites de réels.

Fiche de cours 2 - Suites de réels. Licence de Sciences et Technologies EM1 - Analyse Fiche de cours - Suites de réels. Généralités sur les suites. Définition : Une suite est une fonction u : N R, définie à partir dun certain rang au moins.

Plus en détail

Les séries entières. () Les séries entières 1 / 42

Les séries entières. () Les séries entières 1 / 42 Les séries entières () Les séries entières 1 / 42 1 Séries entières d une variable complexe 2 Série entière d une variable réelle 3 Développements en séries entières 4 Exponentielle complexe et fonctions

Plus en détail

1 Fonctions périodiques

1 Fonctions périodiques L - cursus prépa (6 mars 14) Séries de Fourier 1 Les séries de Fourier constituent un outil fondamental d approximation des fonctions périodiques, qu il faut commencer par bien comprendre. 1 Fonctions

Plus en détail

LEÇON N 66 : Théorème de Rolle. Applications.

LEÇON N 66 : Théorème de Rolle. Applications. LEÇON N 66 : Théorème de Rolle. Applications. Pré-requis : Notions de limite, continuité, dérivabilité ; Théorème des valeurs intermédiaires ; L image d un segment par une application continue est un segment.

Plus en détail

TERMINALE S Chapitre 3 : Fonction exponentielle

TERMINALE S Chapitre 3 : Fonction exponentielle . Equation différentielle f = kf Propriété k est un nombre réel et f une fonction dérivable sur R. Si, pour tout réel x, f (x) = kf (x) et f (0) = l, alors f ne s annule pas sur R. : On note φ la fonction

Plus en détail

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie Finance et Gestion L1-S1 : MATH101 : Pratique des Fonctions numériques Notes de cours : Chapitre II : Limites Notations

Plus en détail

Chapitre 04 : Séries Entières

Chapitre 04 : Séries Entières Chapitre 04 : Séries Entières On étudie dans ce chapitre une famille particulière des séries de fonctions : celles de la forme ou dites séries entières. On s intéresse dans un premier temps aux propriétés

Plus en détail

Limites, continuité. ECE3 Lycée Carnot. 10 janvier 2012

Limites, continuité. ECE3 Lycée Carnot. 10 janvier 2012 Limites, continuité ECE3 Lycée Carnot 10 janvier 01 Ce premier gros chapitre sur l étude de fonctions depuis septembre regroupe en fait des résultats de nature diverse, qui recouvrent à peu près tout ce

Plus en détail

Intégration Encadrement d intégrale Exercices corrigés

Intégration Encadrement d intégrale Exercices corrigés Intégration Encadrement d intégrale Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : encadrer une intégrale Exercice 2 : donner un encadrement

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre V : Suites numériques 1 Un peu de topologie de R On a vu dans le chapitre

Plus en détail

I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION. 1) Du sens de variation au signe de la dérivée

I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION. 1) Du sens de variation au signe de la dérivée I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION 1) Du sens de variation au signe de la dérivée Théorème (admis) : soit f une fonction définie et dérivable sur un intervalle I. o Si f est une fonction croissante sur I,

Plus en détail

Variables aléatoires réelles

Variables aléatoires réelles Variables aléatoires réelles Table des matières 1 Généralités sur les variables aléatoires réelles. 3 1.1 Rappels sur les σ-algèbres ou tribus d événements................................. 3 1.2 σ-algèbre

Plus en détail

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003 MPSI : DL 03 pour le décembre 003 Problème L objet du problème est de calculer eplicitement la limite de la suite des moyennes arithmétiques-géométriques pour certaines valeurs initiales. On considère

Plus en détail

Chapitre 5. Les développements limités

Chapitre 5. Les développements limités Chapitre 5 Les développements ités Soit f une fonction numérique réelle définie sur un voisinage de x 0, dérivable en x 0 ; localement, son graphe diffère peu de sa tangente au point (x 0 f(x 0 )) et l

Plus en détail

Chapitre 4. Fonction exponentielle. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. propriétés numériques de la fonction exponentielle

Chapitre 4. Fonction exponentielle. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. propriétés numériques de la fonction exponentielle Chapitre 4 Fonction exponentielle Objectifs du chapitre : item références auto évaluation propriétés numériques de la fonction exponentielle propriétés de la fonction exponentielle calculs de ites avec

Plus en détail

Suites et séries de fonctions.

Suites et séries de fonctions. Suites et séries de fonctions. 1 Convergence simple: Soit f n : I R (ou C) une suite de fonctions. Cela signifie que pour tout x I, on considère la suite (f n (x)). Définition. On dira que la suite (f

Plus en détail

Corrigé du DS du 12 novembre 2007

Corrigé du DS du 12 novembre 2007 École des Mines de Douai FIA Mathématiques Année 7-8 Corrigé du DS du novembre 7 Problème. Étude des coordonnées polaires Soit f : R \ {(, )} R une fonction de classe C dont on convient de noter les variables

Plus en détail

TD de topologie et calcul différentiel Corrigé de la Feuille 3: Topologie des espaces métriques

TD de topologie et calcul différentiel Corrigé de la Feuille 3: Topologie des espaces métriques LM360 Mathématiques 2008 TD de topologie et calcul différentiel Corrigé de la Feuille 3: Topologie des espaces métriques Groupe de TD 5 Rappelons que la distance usuelle du plan R 2 est la distance euclidienne

Plus en détail

Chapitre 8 : Fonctions continues

Chapitre 8 : Fonctions continues Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons «Attribution - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International». https://melusine.eu.org/syracuse/immae/ Chapitre 8

Plus en détail

Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle

Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle Maths PCSI Exercices Dérivation des fonctions numériques d une variable réelle 1 Aspects locaux 1 + x 1 x si x 0 Exercice 1 Etudier la dérivabilité en 0 de x x 1 sinon Exercice 2 Dériver x 1 + 2 + x. Recommencer,

Plus en détail

Limites, continuité et dérivabilité

Limites, continuité et dérivabilité Correction de la Feuille de TD - Analyse 8 9 Limites, continuité et dérivabilité Eercice. Montrer que a = et ( ) =.. Démontrer maintenant ces résultats en utilisant la définition (avec le ε) de la ite.

Plus en détail

Fonctions réelles et Processus de limite

Fonctions réelles et Processus de limite Chapitre 4 Fonctions réelles et Processus de ite Nous étendons le concept de processus de ite aux fonctions pour étudier le comportement local et asymptotique. Une notion plus géométrique du processus

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires. 1. Méthode de dichotomie

Résolution d équations non linéaires. 1. Méthode de dichotomie Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES Résolution d équations non linéaires On considère une fonction réelle f définie sur un intervalle [a, b], avec a < b, et continue sur cet intervalle et on suppose que

Plus en détail

(exercice : calculer u 2 puis u 5 )

(exercice : calculer u 2 puis u 5 ) Suites Prérequis : Division euclidienne Soient a et b deux entiers avec b 0. Il existe un unique couple (q, r) Z N tel que a = q b + r et 0 r < b. q s appelle le quotient de la division enclidienne de

Plus en détail