Budget transparent et participatif

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Budget transparent et participatif"

Transcription

1 République Tunisienne Ministère du Développement Régional et de la Planification Institut Tunisien de la Compétitivité et des Etudes Quantitatives Budget transparent et participatif 1

2 Contexte - Dresser un panorama des évolutions et des tendances des finances publiques. - Contribuer à la réflexion collective sur l avenir des finances publiques. - Rendre plus efficace la politique budgétaire par une meilleure mobilisation des recettes et une affectation des dépenses plus efficiente. 2

3 Problématique - Détailler les évolutions des dépenses et des recettes publiques de la Tunisie. Double objectif : - éclairer les termes du débat sur les finances publiques - fournir un tableau de bord utile à la conduite de la politique économique. - Evoquer brièvement les conséquences en termes de besoin de financement et de dette publique. 3

4 PLAN - Les prélèvements obligatoires - Les recettes - Les dépenses - Le déficit et son financement 4

5 Les Prélèvements obligatoires Les prélèvements obligatoires affichent une hausse de 3 points de PIB entre 1976 et En % du PIB Impôts directs 5,0% 4,7% 5,4% 6,9% 8,2% 7,9% 8,0% Impôts indirects 14,8% 17,5% 13,9% 13,4% 12,2% 12,0% 12,1% Cotisations sociales 3,1% 4,0% 6,7% 7,0% 6,3% 6,1% 6,2% Collectivités locales 0,6% 0,4% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% Les prélèvements obligatoires 23,5% 26,6% 26,0% 25,8% 26,8% 26,0% 26,3% 5

6 Les recettes - Les recettes budgétaires sont largement et de plus en plus constituées par les recettes fiscales. 100% 80% 60% 40% 20% 0% ressources d'emprunts recettes non fiscales recettes fiscales 6

7 Evolution des recettes en % des Ressources propres Recettes fiscales 78,8% 82,6% 80,3% 83,1% 82,6% 84,9% 85,8% Impôts directs 18,6% 23,2% 29,4% 32,3% 33,3% 33,7% 34,0% Impôts sur le Revenu 11,6% 14,9% 16,3% 17,0% 15,6% 17,3% 17,6% Impôts sur les Sociétés 7,0% 8,4% 13,2% 15,3% 17,6% 16,5% 16,4% Impôts indirects 60,2% 59,4% 50,8% 50,8% 49,4% 51,1% 51,8% Droit de Douane 15,4% 9,3% 4,6% 4,5% 4,3% 3,8% 3,8% TVA 21,0% 26,1% 23,4% 23,2% 24,1% 24,7% 25,2% Droit sur la consommation 13,4% 13,3% 11,9% 11,9% 10,7% 11,6% 11,5% Autres Impôts indirects 10,4% 10,6% 10,9% 11,1% 10,3% 11,1% 11,2% Recettes non fiscales 21,2% 17,4% 19,7% 16,9% 17,4% 15,1% 14,2% 7

8 Les impôts indirects constituent, de loin, la principale source des recettes fiscales 100% 80% 60% 40% 20% 0% Impôts directs Impôts indirects 8

9 La part des recettes fiscales tirées des impôts sur le revenu des personnes physiques est plus élevée que celle provenant des entreprises Impôts sur le revenu Impôts sur les sociétés

10 La pression fiscale est généralement plus faible que celle enregistrée dans la zone euro et demeure dans une fourchette relativement raisonnable. Entre 1996 et 2010, elle a évolué entre 18% et 20%. En revanche, il n est pas impossible que sa distribution soit inégale entre le revenu du travail et du capital. 21,0% 20,5% 20,0% Pression fiscale en % du PIB 19,5% 19,0% 18,5% 18,0% 17,5%

11 Les Dépenses -Les dépenses publiques peuvent être ventilées en trois grandes catégories : - les dépenses de gestion, - les dépenses de développement et - le service de la dette. - On s'inquiète généralement moins des dépenses de développement dans la mesure où elles sont considérées comme des investissements productifs et créateurs de richesse. - Par ailleurs, les dépenses de gestion et le service de la dette peuvent être considérés, au-delà d un certain seuil, comme un frein à la croissance. 11

12 Entre 1996 et 2010, la part des dépenses de gestion a augmenté de 10,4 points de pourcentage. Les dépenses de développement ont, quant à eux, gagné environ 3,5 points de pourcentage. 100,0% Structure des dépenses totales en % 80,0% 60,0% 40,0% 20,0% 0,0% Dépenses de gestion Dépenses de développement Service de la dette 12

13 En pourcentage du PIB, les dépenses totales se sont nettement réduites passant de 36% en 1996 à 29% en Cette baisse serait le résultat d une diminution du service de la dette (remboursement du capital + intérêts) qui ne représente en 2010 que 6% alors qu il était de l ordre de 13% en Evolution des dépenses en % des dépenses totales du budget I- Dépenses hors Service de la Dette 64,8% 62,6% 71,8% 74,0% 79,6% 81,4% 80,0% Dépenses de gestion: 43,3% 41,2% 51,2% 52,4% 57,7% 53,8% 55,2% Dépenses de développement: 21,5% 21,4% 20,6% 21,6% 22,0% 27,6% 24,9% II- Service de la Dette: 35,2% 37,4% 28,2% 26,0% 20,4% 18,6% 20,0% Remboursement du principal 25,1% 29,0% 20,0% 18,2% 13,3% 11,8% 13,6% Remboursement des intérêts 10,1% 8,4% 8,1% 7,8% 7,1% 6,8% 6,4% Evolution des dépenses en % du PIB I- Dépenses hors Service de la Dette 23% 23% 22% 22% 23% 24% 23% Dépenses de gestion: 15% 15% 16% 16% 17% 16% 16% Dépenses de développement: 8% 8% 6% 7% 6% 8% 7% II- Service de la Dette: 13% 13% 9% 8% 6% 6% 6% Remboursement du principal 9% 10% 6% 5% 4% 4% 4% Remboursement des intérêts 4% 3% 2% 2% 2% 2% 2% Dépenses totales du Budget 36% 36% 30% 30% 29% 30% 29% 13

14 L allocation des dépenses publiques révèle de nombreuses distorsions à savoir : - Les dépenses d investissement sont particulièrement faibles. - A près de 12% du PIB, la masse salariale publique parait très élevée et elle est particulièrement préoccupante. - La composante non discrétionnaire (un peu plus des trois quart des dépenses et plus de 20% du PIB) comprenant les salaires, les paiements des intérêts et les transferts sociaux est particulièrement préoccupante dans la mesure où ces éléments introduisent une sérieuse rigidité dans la gestion des dépenses publiques. 14

15 Dépenses (hors s.d.) en % du PIB La politique budgétaire tunisienne n a pas été toujours contra-cyclique et il est temps qu elle le devienne. 25% 24% % % 21% -4,5% -3,0% -1,5% 0,0% 1,5% 3,0% 4,5% Output gap 15

16 Out-put gap Déficit budgétaire en % du PIB (éch. de dte) 2,5% 0% 1,5% -1% 0,5% -2% -0,5% -3% -1,5% -4% -2,5% -5% 16

17 La Tunisie a poursuivi une politique de consolidation budgétaire afin de maintenir un déficit budgétaire autour de 3% du PIB. Evolution du déficit budgétaire (MDT) Dépenses Totales du budget Ressources propres Dépenses Totales (hors principal de la dette) Dépenses Totales du budget (hors service de la dette) Déficit budgétaire primaire 61,5-234,5-577,9-277,9-922,3 409,2-363,8 Déficit budgétaire primaire en % du PIB 0,3% -0,8% -1,3% -0,6% -1,7% 0,7% -0,6% Déficit budgétaire (y compris privatisation et dons) -817, , ,2-1589,3-789,6 Déficit budgétaire en % du PIB -3,9% -2,2% -1,2% -1,8% -0,4% -2,7% -1,2% Déficit budgétaire (hors privatisation et dons) -817,3-1029,4-1179,7-1332,9-558,6-1771,9-1051,6 Déficit budgétaire en % du PIB -4,3% -3,5% -2,6% -2,7% -1,0% -3,0% -1,7% 17

18 Déficit et financement Déficit primaire 1,0% 600 0,5% 0,0% -0,5% -1,0% -1,5% -2,0% -2,5% En % du PIB En MDT (éch de dte)

19 La Tunisie a réduit sa dette publique d environ 16 points de pourcentage entre 2000 et Encours de la dette publique En MDT En % du total En MDT En % du total En MDT En % du total En MDT En % du total Dette extérieure 13300,4 58, , , ,6 En % du PIB 26,7 26,3 25,1 24,5 Dette intérieure 9528,8 41,7 9366,6 39, , ,4 En % du PIB 19, ,8 15,9 Total 22829, En % du PIB 45,8 43,3 42,9 40,4 19

20 Conclusion -Le système fiscal tunisien accuse des faiblesses visibles et de régimes préférentiels multiples qui réduisent manifestement les chances d une meilleure allocation des recettes fiscales et créent des distorsions dans le milieu des affaires. Des règles de gouvernance des finances publiques s imposent. Trois éléments fondamentaux doivent guider la réflexion, à savoir : -une stratégie, -une programmation et -un consensus. 20

21 La stratégie optimale serait celle qui est fondée sur l anticipation. De telle stratégie doit combiner un examen sans complaisance de nos dépenses et de nos recettes publiques. Une fois les objectifs fixés, les moyens pour les atteindre doivent être prévus, les résultats doivent être suivis et faire l objet d un débat public. Pour que cette programmation soit réaliste, il nous faut rénover nos outils de pilotage des finances publiques en améliorant la transparence des outils utilisés. 21

22 Le maintien et la stabilisation des équilibres de nos finances publiques nécessitent un consensus sur la situation des finances publiques et ses enjeux entre les différentes forces politiques. De toute évidence, la réforme des finances publiques est un impératif économique et social. Il s agit de conduire des politiques budgétaires actives et pragmatiques qui contribuent à stabiliser la conjoncture économique tout en préservant les équilibres macroéconomiques. 22

23 Merci de votre attention 23

Les chiffres clés.

Les chiffres clés. Les chiffres clés www.minefi.gouv.fr Principaux éléments de cadrage macroéconomique Variation annuelle en % Environnement international 2005 2006 2007 Croissance des pays de l'ocde 2,5 3,1 2,3 Croissance

Plus en détail

NOTES DE DISCUSSION FINANCES PUBLIQUES ET FISCALITÉ CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC MISE EN SITUATION 1. LA SITUATION FINANCIÈRE DU QUÉBEC EST FRAGILE

NOTES DE DISCUSSION FINANCES PUBLIQUES ET FISCALITÉ CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC MISE EN SITUATION 1. LA SITUATION FINANCIÈRE DU QUÉBEC EST FRAGILE NOTES DE DISCUSSION FINANCES PUBLIQUES ET FISCALITÉ CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC LE 4 OCTOBRE 2012 MISE EN SITUATION 1. LA SITUATION FINANCIÈRE DU QUÉBEC EST FRAGILE a. LA DETTE BRUTE ET LA DETTE NETTE

Plus en détail

Projections financières à long terme en Corée du Sud

Projections financières à long terme en Corée du Sud Projections financières à long terme en Corée du Sud Yong Joong Yoon Bureau du budget Assemblée nationale de la République de Corée Le Bureau du budget de l Assemblée nationale a publié, en septembre 2012,

Plus en détail

RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012

RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012 RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012 L état d exécution provisoire du budget général de l Etat au premier trimestre 2012, se présente comme suit : des recettes

Plus en détail

www .minefi.gou v.fr

www .minefi.gou v.fr Les chiffres clés PROJET de LOI www.minefi.gouv.fr La réforme budgétaire en chiffres Le 1 er janvier 2006, c'est la date de l'application généralisée de la Lolf dans tous les services de l'état La nouvelle

Plus en détail

Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022

Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022 Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022 Albéric de Montgolfier, rapporteur général Commission des finances Mardi 31 octobre 2017 Un scénario macroéconomique crédible

Plus en détail

8/05/2017. Les perspectives économiques et budgétaires, à politique inchangée. Outline. 1. Les perspectives économiques de mars 2017

8/05/2017. Les perspectives économiques et budgétaires, à politique inchangée. Outline. 1. Les perspectives économiques de mars 2017 Les perspectives économiques et budgétaires, à politique inchangée Philippe Donnay Commissaire au Plan Séminaire organisé par l IBFP sur le thème «La politique budgétaire de la Belgique : orientations

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE BUDGET PRINCIPAL. Exercice budgétaire 2014

DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE BUDGET PRINCIPAL. Exercice budgétaire 2014 VILLE DE FIGEAC (LOT) Le 30 mai 2016 --------- SERVICE FINANCES ET BUDGETS DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE BUDGET PRINCIPAL Exercice budgétaire 2014 L article L.2312 1, alinéa 2 du Code Général des Collectivités

Plus en détail

LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DES FINANCES PUBLIQUES Audit des finances publiques

LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DES FINANCES PUBLIQUES Audit des finances publiques 1Cour des comptes La situation et les perspectives 29/06/2017 des finances publiques (audit des finances publiques) LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DES FINANCES PUBLIQUES Audit des finances publiques

Plus en détail

PARTIE 1 : Les politiques économiques conjoncturelles

PARTIE 1 : Les politiques économiques conjoncturelles SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 1 : Les politiques économiques conjoncturelles Plan CHAPITRE 1 : LA POLITIQUE BUDGETAIRE Introduction : L intérêt des politiques conjoncturelles

Plus en détail

Maroc. Karim El Aynaoui

Maroc. Karim El Aynaoui Maroc Karim El Aynaoui Le monde Source: Banque mondiale (2012). Source : PNUD (2014). Source : Banque africaine de développement (2014). Le Maroc Maroc Source : BAM (2013). Source : BAM (2013). Entrées

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME DE STABILITÉ ET DE CROISSANCE POUR LA PERIODE Luxembourg, le 27 avril Ministère des Finances

PRESENTATION DU PROGRAMME DE STABILITÉ ET DE CROISSANCE POUR LA PERIODE Luxembourg, le 27 avril Ministère des Finances PRESENTATION DU PROGRAMME DE STABILITÉ ET DE CROISSANCE POUR LA PERIODE 2012-2015 Luxembourg, le 27 avril 2012 - Ministère des Finances ORIENTATIONS GENERALES ET OBJECTIFS DE LA POLITIQUE BUDGETAIRE La

Plus en détail

Avis sur le projet de loi 7050 concernant le budget des recettes et des dépenses de l Etat pour l exercice 2017 et le projet de loi 7051 relatif à la

Avis sur le projet de loi 7050 concernant le budget des recettes et des dépenses de l Etat pour l exercice 2017 et le projet de loi 7051 relatif à la 1 2 Les éléments clés du projet de budget 2017 Evolution de la croissance économique Luxembourg : 2016 : 3,1% 2017 : 4,6% Evolution de la croissance économique 2010-2018 (PIB en volume) Zone Euro 2016

Plus en détail

Volume 10, numéro 8 18 mars 2016 AU 31 DÉCEMBRE 2015

Volume 10, numéro 8 18 mars 2016 AU 31 DÉCEMBRE 2015 ISSN 1715-2690 Volume 10, numéro 8 18 mars 2016 AU 31 DÉCEMBRE 2015 Faits saillants de décembre 2015 En décembre, le solde budgétaire au sens de la Loi sur l équilibre budgétaire affiche un surplus de

Plus en détail

Les relations budgétaires entre la France et l Union européenne (cours)

Les relations budgétaires entre la France et l Union européenne (cours) Les relations budgétaires entre la France et l Union européenne (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Les engagements européens de la France... 4 L encadrement communautaire

Plus en détail

Liste des encadrés, tableaux et graphiques

Liste des encadrés, tableaux et graphiques Liste des encadrés, tableaux et graphiques Encadrés I. Développements économiques et financiers A.1 La crise dans la zone euro Encadré 1 : Fragmentation financière dans la zone euro 46 A.2 Réponses des

Plus en détail

Budget Citoyen. 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance»

Budget Citoyen. 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance» Royaume du Maroc MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU BUDGET 1 Budget Citoyen 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance»

Plus en détail

Recettes et dépenses publiques: analyse et recommandations

Recettes et dépenses publiques: analyse et recommandations Recettes et dépenses publiques: analyse et recommandations Séminaire pour les enseignants, 5 octobre 2016 Bruno Eugène Ruben Schoonackers INTERN Département des Études Groupe Finances publiques Structure

Plus en détail

EVOLUTIONS ECONOMIQUES ET MONETAIRES

EVOLUTIONS ECONOMIQUES ET MONETAIRES EVOLUTIONS ECONOMIQUES ET MONETAIRES Stabilisation de l inflation, en février 2017, à 4,6% pour le deuxième mois consécutif, à la faveur d une baisse modérée de l IPC. L inflation sous-jacente «hors produits

Plus en détail

7) Le solde structurel. A) La méthode d estimation du solde structurel

7) Le solde structurel. A) La méthode d estimation du solde structurel 1 FIPECO le 22.06.2017 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 7) Le solde structurel Le niveau du déficit public dépend fortement de l activité économique et donc

Plus en détail

DOCUMENT DE PROGRAMMATION BUDGETAIRE ET ECONOMIQUE PLURIANNUELLE (DPBEP)

DOCUMENT DE PROGRAMMATION BUDGETAIRE ET ECONOMIQUE PLURIANNUELLE (DPBEP) Tél : 21 30 10 20 Fax : 21 30 18 51 01 BP ; 302 COTONOU ROUTE DE L AEROPORT www.finances.bj DOCUMENT DE PROGRAMMATION BUDGETAIRE ET ECONOMIQUE PLURIANNUELLE (DPBEP) 2018-2020 DPBEP Document institué par

Plus en détail

Financement solidaire de la santé, quelles pistes pour l avenir? Salle Sorbonne

Financement solidaire de la santé, quelles pistes pour l avenir? Salle Sorbonne Financement solidaire de la santé, Salle Sorbonne Financement solidaire de la santé, Ouverture Léonora TREHEL, présidente de la Mutualité française Ile-de-France Table ronde Joël CHENET, FSU Michel FROGER,

Plus en détail

Ville d Hérouville Saint Clair. Débat d Orientations Budgétaires Exercice 2013

Ville d Hérouville Saint Clair. Débat d Orientations Budgétaires Exercice 2013 Ville d Hérouville Saint Clair Débat d Orientations Budgétaires Exercice 2013 Le contexte international La croissance mondiale est en panne La zone euro est sous tensions La France est tenue de réduire

Plus en détail

Faiblesse de l euro et prix du pétrole: une évaluation des effets sur l économie belge

Faiblesse de l euro et prix du pétrole: une évaluation des effets sur l économie belge Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques Communiqué de presse Bruxelles, le 15 septembre 2000 Faiblesse de l euro et prix du pétrole: une évaluation des effets sur l économie belge L augmentation

Plus en détail

7) Le solde structurel. A) La méthode d estimation du solde structurel

7) Le solde structurel. A) La méthode d estimation du solde structurel 1 FIPECO le 02.06.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 7) Le solde structurel Le niveau du déficit public dépend fortement de l activité économique et donc

Plus en détail

PROPOSITIONS POUR UNE REFORME STRUCTURELLE DES DEPENSES PUBLIQUES

PROPOSITIONS POUR UNE REFORME STRUCTURELLE DES DEPENSES PUBLIQUES MEDEF Sphère publique avril 2015 PROPOSITIONS POUR UNE REFORME STRUCTURELLE DES DEPENSES PUBLIQUES Une cible proposée : Maintenir de 2015 à 2018 la dépense publique à son niveau de 2014 en valeur, soit

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES DES FINANCES PUBLIQUES

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES DES FINANCES PUBLIQUES Royaume du Maroc TRESORERIE GENERALE DU ROYAUME BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES DES FINANCES PUBLIQUES PRINCIPALES TENDANCES A fin mars 2013 et en comparaison avec la période correspondante de 2012, l

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires /01/2014

Débat d Orientations Budgétaires /01/2014 Débat d Orientations Budgétaires 2014 29/01/2014 Débat d orientations budgétaires 2014 1 2 3 4 Contexte 2014 Contexte général : indicateurs et éléments L intercommunalité Contexte local à Varces 29/01/2014

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2015

Débat d Orientation Budgétaire 2015 Débat d Orientation Budgétaire 2015 PREAMBULE : Qu est ce que le D.O.B? Etape essentielle de la procédure budgétaire Informer le conseil municipal de la situation économique et financière de la ville Éclairer

Plus en détail

CHAPITRE IV : FINANCES PUBLIQUES

CHAPITRE IV : FINANCES PUBLIQUES CHAPITRE IV : FINANCES PUBLIQUES La situation des finances publiques, en tant qu'élément important des finances intérieures, connaît une amélioration soutenue depuis 2003. Le solde global du Trésor a été

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES DES FINANCES PUBLIQUES

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES DES FINANCES PUBLIQUES Royaume du Maroc TRESORERIE GENERALE DU ROYAUME BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES DES FINANCES PUBLIQUES PRINCIPALES TENDANCES A fin avril 2013 et en comparaison avec la même période de 2012, l exécution

Plus en détail

LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE

LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE Pour la première fois, conjointement avec le projet de loi de finances traditionnel, le Gouvernement présente un projet de loi de programmation

Plus en détail

THEME: Evolution des principaux agrégats et indicateurs Sous thème: Principaux agrégats

THEME: Evolution des principaux agrégats et indicateurs Sous thème: Principaux agrégats THEME: Evolution des principaux agrégats et indicateurs Sous thème: Principaux agrégats Communicateur: Fidèle BAMA Macro économiste Directeur de la Prévision et des Analyses Macroéconomiques (DPAM) Plan

Plus en détail

La soutenabilité des finances publiques dans le contexte du vieillissement de la population

La soutenabilité des finances publiques dans le contexte du vieillissement de la population La soutenabilité des finances publiques dans le contexte du vieillissement de la population Séminaire pour les enseignants, 5 octobre 2016 Bruno Eugène Stefan Van Parys INTERN Département des Études Groupe

Plus en détail

Un budget 2017 au service de l'ensemble de la population burgienne * * *

Un budget 2017 au service de l'ensemble de la population burgienne * * * DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2017 Un budget 2017 au service de l'ensemble de la population burgienne * * * Maîtriser la dépense Réaliser les projets du mandat Promouvoir la solidarité intercommunale

Plus en détail

VILLE DE SACLAY DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016

VILLE DE SACLAY DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 VILLE DE SACLAY 1 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 2 DEFINITIONS ET OBJECTIFS Le DOB est obligatoire dans les communes de plus de 3 500 habitants. Il doit se dérouler dans les deux mois précédant le

Plus en détail

Volume 10, numéro 6 22 janvier 2016 AU 31 OCTOBRE 2015

Volume 10, numéro 6 22 janvier 2016 AU 31 OCTOBRE 2015 ISSN 1715-2690 Volume 10, numéro 6 22 janvier 2016 AU 31 OCTOBRE 2015 Faits saillants d octobre 2015 En octobre, le solde budgétaire au sens de la Loi sur l équilibre budgétaire affiche un déficit de 319

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental Régional

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental Régional Session plénière du 25 novembre 2011 Le Président, Gérard MAURICE Code: FPI / COM 25.11.11 Avis du Conseil Economique Social et Environnemental Régional sur le rapport N 3 du Conseil Régional du 30 Novembre

Plus en détail

Le contexte général. Une situation économique mondiale encore très tendue

Le contexte général. Une situation économique mondiale encore très tendue D.O.B 2014 Introduction La loi du 6 février 1992 dite loi A.T.R. (Administration Territoriale de la République) a créé l obligation, pour les communes de plus de 3500 habitants, d organiser dans les deux

Plus en détail

Introduction à la macroéconomie Interrogation récapitulative du mardi 19 mai 2015 Corrigé

Introduction à la macroéconomie Interrogation récapitulative du mardi 19 mai 2015 Corrigé Introduction à la macroéconomie Interrogation récapitulative du mardi 19 mai 2015 Corrigé Question 1 : Quel est l effet d une diminution du niveau général des prix sur le marché du travail? a) Le nombre

Plus en détail

L impact de la crise sur les retraites en France

L impact de la crise sur les retraites en France Les systèmes de retraite face à la crise en France et à l étranger Maison de la Chimie, 3 décembre 2009 L impact de la crise sur les retraites en France Dominique LIBAULT Directeur de la Sécurité sociale

Plus en détail

LA CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT LE BUDGET DE L ÉTAT EN mai 2017

LA CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT LE BUDGET DE L ÉTAT EN mai 2017 127 mai 2015 Cour des comptes Le budget de l État en 2014 : résultats et gestion LA CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2016 31 mai 2017 LES QUATRE RAPPORTS REMIS PAR LA COUR AU

Plus en détail

Volume 7, numéro 1 10 août 2012

Volume 7, numéro 1 10 août 2012 ISSN 1715-2690 Volume 7, numéro 1 10 août 2012 AU 31 MAI 2012 Note au lecteur : Rapports pour l année 2012-2013 Comme l an dernier, le premier rapport des opérations financières de 2012-2013 présente les

Plus en détail

2. Finances publiques : austérité confirmée

2. Finances publiques : austérité confirmée Du social mais pas de sortie de crise 21 2. Finances publiques 2012-2017 : austérité confirmée Plus de 100 milliards d économies prévues sur le mandat 2012-2017 L objectif de retour vers l équilibre des

Plus en détail

La politique budgétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques

La politique budgétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques La politique budgétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques 1 Enjeux Mesurer la situation des finances publiques: - Etat / Administrations publiques - Déficit financier ou total / primaire - Déficit apparent

Plus en détail

emploi.versunnouveaumonde.fr DOSSIER DE PRESSE - 5 ANS POUR L EMPLOI

emploi.versunnouveaumonde.fr DOSSIER DE PRESSE - 5 ANS POUR L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE emploi.versunnouveaumonde.fr SITUATION ACTUELLE DE NOS FINANCES PUBLIQUES. LE NIVEAU DES DÉPENSES PUBLIQUES EN FRANCE EST RÉSOLUMENT EXCESSIF Le graphique ci-dessous positionne la France

Plus en détail

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette 1 FIPECO le 17.05.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette La dette publique, rapportée au PIB,

Plus en détail

COLLECTIF 2014 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE DU BUDGET POUR L ANNEE 2014

COLLECTIF 2014 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE DU BUDGET POUR L ANNEE 2014 2014 MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DU BUDGET ---------------- MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES COLLECTIF 2014 3 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

Plus en détail

Extrait TABLEAU ET GRAPHIQUES

Extrait TABLEAU ET GRAPHIQUES BUDGET 2015-2016 Mars 2015 Extrait TABLEAU ET GRAPHIQUES LE respect des cibles de déficits BUDGéTaires prévues Déficits prévus et réalisés (en millions de dollars) 0 0-1 500-1 600-2 628-2 824-2 350 (1)

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mai 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En avril, le climat des affaires se dégrade : l indicateur correspondant perd 3 points et s établit à un niveau inférieur de 5 points à sa moyenne

Plus en détail

DÉBAT D ORIENTATION BUDGÉTAIRE. Conférence de presse 8 décembre 2016

DÉBAT D ORIENTATION BUDGÉTAIRE. Conférence de presse 8 décembre 2016 DÉBAT D ORIENTATION BUDGÉTAIRE 2017 Conférence de presse 8 décembre 2016 Le plan I. Le contexte économique et financier II. Les recettes de fonctionnement III. Les dépenses de fonctionnement IV. L autofinancement

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ENDETTEMENT DU TOGO. Association Veille Economique

PROBLEMATIQUE DE L ENDETTEMENT DU TOGO. Association Veille Economique PROBLEMATIQUE DE L ENDETTEMENT DU TOGO Impact sur l économie togolaise Association Veille Economique SOMMAIRE Contexte Rapports du FMI Dette publique du Togo La dette publique globale Structure de la dette

Plus en détail

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne 1 FIPECO le 15.12.2016 Les commentaires de l actualité Les prélèvements obligatoires en et en François ECALLE A la demande du Président de la République, la Cour des comptes a publié en mars 2011 un rapport

Plus en détail

COMITE NATIONAL DE L ITIE

COMITE NATIONAL DE L ITIE COMITE NATIONAL DE L ITIE SEMINAIRE DE FORMATION SUR L ITIE Vendredi 15 décembre 2006 CADRE MACROECONOMIQUE ET BUDGETAIRE I.CONTEXTE Reformes macroéconomiques et structurelles engagées telles que : libéralisation

Plus en détail

13) Les cotisations sociales

13) Les cotisations sociales 1 FIPECO, le 23.09.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 13) Les cotisations sociales Les prélèvements obligatoires (44,7 % du PIB en 2015) recouvrent les impôts (27,9 % du

Plus en détail

Volume 11, numéro 8 10 mars 2017 AU 31 DÉCEMBRE 2016

Volume 11, numéro 8 10 mars 2017 AU 31 DÉCEMBRE 2016 ISSN 1715-2690 Volume 11, numéro 8 10 mars 2017 AU 31 DÉCEMBRE 2016 Faits saillants de décembre 2016 En décembre, le solde budgétaire au sens de la Loi sur l équilibre budgétaire affiche un surplus de

Plus en détail

Parité du Dirham Evolution et impact sur la compétitivité de l économie Marocaine

Parité du Dirham Evolution et impact sur la compétitivité de l économie Marocaine Conseil National du Commerce Extérieur Parité du Dirham Evolution et impact sur la compétitivité de l économie Marocaine Anticiper Partager Agir 2001 www.cnce.org.ma Sommaire AVANT-PROPOS S Y N T H E S

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE DU BUDGET CITOYEN 2012 DU MALI

RAPPORT D ANALYSE DU BUDGET CITOYEN 2012 DU MALI RAPPORT D ANALYSE DU BUDGET CITOYEN 2012 DU MALI Sikasso, Juin 2012 Introduction L Etat malien a publié au premier trimestre 2012 le deuxième budget citoyen. Ce document, qui est une présentation synthétique

Plus en détail

Un taux de chômage autour de 10,3% et une inflation prévue à 1%

Un taux de chômage autour de 10,3% et une inflation prévue à 1% Une croissance prévue à hauteur de 1,5% Une dette publique qui représente 96,5% du PIB Un déficit public qui représente 3,3% du PIB Un taux de chômage autour de 10,3% et une inflation prévue à 1% Poursuite

Plus en détail

INSTITUT CGT D HISTOIRE SOCIALE. Fonds de la publication «Notes économiques» ( ) 50 CFD 1-2

INSTITUT CGT D HISTOIRE SOCIALE. Fonds de la publication «Notes économiques» ( ) 50 CFD 1-2 INSTITUT CGT D HISTOIRE SOCIALE Fonds de la publication «Notes économiques» (1996-2006) 50 CFD 1-2 Mai 2008 Publication du Centre confédéral d études économiques et sociales (Secteur Activités économiques

Plus en détail

le taux de marge des entreprises françaises (EBE/VA) a chuté (28% en 2013, -3% en un an) en raison de :

le taux de marge des entreprises françaises (EBE/VA) a chuté (28% en 2013, -3% en un an) en raison de : Cadre politique annonce du Président de la République lors de ses vœux, conférence de presse du 14 janvier 2014, et vœux aux acteurs économiques du 21 janvier discussions entre partenaires sociaux à l

Plus en détail

ÉPREUVE COMPOSÉE TROISIÈME PARTIE : RAISONNEMENT S APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE

ÉPREUVE COMPOSÉE TROISIÈME PARTIE : RAISONNEMENT S APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE THÈME : RÉGULATION ET DÉSÉQUILIBRES MACROÉCONOMIQUES ÉPREUVE COMPOSÉE TROISIÈME PARTIE : RAISONNEMENT S APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE Sujet Ce sujet comporte trois documents. En quoi les politiques

Plus en détail

Chapitre 2. Comment expliquer l instabilité de la croissance?

Chapitre 2. Comment expliquer l instabilité de la croissance? Chapitre 2 Comment expliquer l instabilité de la croissance? SES TES 2012-2013 Intro : L économie n est pas un long fleuve tranquille, c est que contrairement à ce que les gouvernements et les peuples

Plus en détail

Rapport au G20 Compact with Africa Tunisie Objectif: Améliorer les conditions de l investissement (domestique et extérieur)

Rapport au G20 Compact with Africa Tunisie Objectif: Améliorer les conditions de l investissement (domestique et extérieur) Rapport au G20 Compact with Africa Tunisie Objectif: Améliorer les conditions de l investissement (domestique et extérieur) La Tunisie a engagé une refonte totale du cadre d investissement, dans l objectif

Plus en détail

Ville de Plérin sur Mer

Ville de Plérin sur Mer Ville de Plérin sur Mer Présentation budgétaire Orientations 2016 Jeudi 10 mars 2016 Le Cap 1 Sommaire - Qu est-ce qu un budget communal? - Les enjeux du mandat 2014-2020 - Quelques chiffres clés - La

Plus en détail

Données historiques depuis

Données historiques depuis Données historiques depuis 1970-1971 BUDGET 2013-2014 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationale du Québec Novembre 2012, ISBN 978-2-550-66618-9 (PDF) Gouvernement du Québec INFORMATIONS ADDITIONNELLES

Plus en détail

TABLEAUX ET GRAPHIQUES

TABLEAUX ET GRAPHIQUES le plan économique DU QUÉBEC Extrait TABLEAUX ET GRAPHIQUES BUDGET 2016-2017 Mars 2016 DOCUMENTS BUDGÉTAIRES 2016-2017 Des conditions propices à une accélération de la croissance économique Croissance

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES

RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES C O N S E I L M U N I C I P A L 7 M A R S Le budget sera un budget historiquement difficile, compte tenu de l inflexion sans précédent de la baisse des recettes,

Plus en détail

Evolution des déséquilibres économiques de la France

Evolution des déséquilibres économiques de la France Evolution des déséquilibres économiques de la France Résumé : La France présente des déséquilibres excessifs selon les critères européens et reste sous surveillance de la Commission Européenne ; Le déficit

Plus en détail

Fiscalités appliquées aux opérateurs de téléphonie mobile en Centrafrique

Fiscalités appliquées aux opérateurs de téléphonie mobile en Centrafrique Fiscalités appliquées aux opérateurs de téléphonie mobile en Centrafrique Séminaire sur les coûts et les tarifs SG3RG-AFR, Février 2013 - Caire (Egypte) Djallo AMADOU Agence de Régulation des télécommunications

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT Exercice LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2014 Résultats et gestion. 27 mai 2015

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT Exercice LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2014 Résultats et gestion. 27 mai 2015 1 Cour des comptes Le budget de l État en 2014 : résultats et gestion CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT Exercice 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2014 Résultats et gestion LES QUATRE RAPPORTS REMIS PAR LA

Plus en détail

Chapitre 1 Commentaire d introduction

Chapitre 1 Commentaire d introduction Chapitre 1 Contenu Le volume I rend compte de nos travaux d audit financier... 3 Remerciements... 6 Rapport de la vérificatrice générale - 2014 Chapitre 1 Le volume I rend compte de nos travaux d audit

Plus en détail

SITUATION MENSUELLE BUDGÉTAIRE AU 28 FÉVRIER 2015

SITUATION MENSUELLE BUDGÉTAIRE AU 28 FÉVRIER 2015 CHRISTIAN ECKERT SECRETAIRE D ETAT AU BUDGET C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr Paris, le 1 avril 1 SITUATION MENSUELLE BUDGÉTAIRE AU 8 FÉVRIER

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D HAÏTI. Port au Prince, le 29 mars Monsieur Jude Alix Patrick SALOMON Ministre de l Economie et des Finances En ses bureaux.

RÉPUBLIQUE D HAÏTI. Port au Prince, le 29 mars Monsieur Jude Alix Patrick SALOMON Ministre de l Economie et des Finances En ses bureaux. RÉPUBLIQUE D HAÏTI Port au Prince, le 29 mars 2017 Monsieur Jude Alix Patrick SALOMON Ministre de l Economie et des Finances En ses bureaux. - Objet : Feuille de route Monsieur le Ministre, Dans le cadre

Plus en détail

La baisse des cotisations, un outil efficace?

La baisse des cotisations, un outil efficace? La baisse des cotisations, un outil efficace? Françoise Drumetz, Banque de France Journées de l économie, Lyon, 9 novembre 2016 Cette présentation ne reflète pas nécessairement l opinion de la Banque de

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 5 février 1 N 131, : le qualitatif (réformes, confiance, règles du marché du travail ) l emporte sur le quantitatif (demande, profitabilité) Il est intéressant de comparer

Plus en détail

SIGNET SYSTÈME INTEGRE DE GESTION NATIONALE DE L'ECONOMIE TCHADIENNE Version 1

SIGNET SYSTÈME INTEGRE DE GESTION NATIONALE DE L'ECONOMIE TCHADIENNE Version 1 MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET DIRECTION GENERALE DU BUDGET DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PREVISION SIGNET SYSTÈME INTEGRE DE GESTION NATIONALE DE L'ECONOMIE TCHADIENNE Version 1 Raccourcis pour exécuter

Plus en détail

Le budget de l État voté pour 2017

Le budget de l État voté pour 2017 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Le budget de l État voté pour 2017 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) DIRECTION DU BUDGET Évaluation des recettes perçues par l État en 2017 (art. 50

Plus en détail

La fiscalité en Belgique : qu en pensent les scandaleusement riches?

La fiscalité en Belgique : qu en pensent les scandaleusement riches? La fiscalité en Belgique : qu en pensent les scandaleusement riches? 1 Plan de l intervention 1) Les représentations autour de l impôt 2) À quoi sert l impôt? 3) Tous les impôts sont-ils logés à la même

Plus en détail

TABLEAUX ET GRAPHIQUES

TABLEAUX ET GRAPHIQUES Extrait TABLEAUX ET GRAPHIQUES BUDGET 2017-2018 Mars 2017 Une importante accélération de l économie du Québec Croissance économique au Québec (PIB réel, variation en pourcentage) Moyenne 1,2 1,0 Moyenne

Plus en détail

CONTRÔLE BUDGÉTAIRE 2016

CONTRÔLE BUDGÉTAIRE 2016 CONTRÔLE BUDGÉTAIRE 2016 UN BUDGET SÉRIEUX QUI RESPECTE LES ENGAGEMENTS EUROPÉENS samedi 9.04.2016 PRINCIPES Equilibre en 2018 Respect des engagements budgétaires européens : 0,6% d amélioration du solde

Plus en détail

Eco Eco Avril 2013-N o 001

Eco Eco Avril 2013-N o 001 Eco Eco H de l nomie Avril 213-N o 1 Au cours des dernières années, les finances publiques sénégalaise ont été marquées par : une hausse du ratio des dépenses publiques sur le PIB de plus en plus élevée,

Plus en détail

Intégration régionale, transition fiscale et réforme de la fiscalité indirecte interne

Intégration régionale, transition fiscale et réforme de la fiscalité indirecte interne Intégration régionale, transition fiscale et réforme de la fiscalité indirecte interne Gérard Chambas CERDI-CNRS, Université d Auvergne Conférence POLDEV FERDI-Ministère de l Economie et des Finances de

Plus en détail

FRANCE. France. La faible accumulation de capital et le progrès technologique ralentissent la croissance de la productivité du travail

FRANCE. France. La faible accumulation de capital et le progrès technologique ralentissent la croissance de la productivité du travail FRANCE La croissance économique devrait atteindre 1.4 % cette année et 1.5 % en 2017 grâce à la baisse des prix de l énergie, aux allègements des cotisations sociales et des impôts sur les entreprises

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 Contexte national Objectif de réduction du déficit public : 3 % du PIB à horizon 2017 (3,3 % en 2016) : 50 milliards d économie sur 2015-2017 dont réduction des concours

Plus en détail

CHAPITRE 5 ETAT ET POUVOIRS PUBLICS

CHAPITRE 5 ETAT ET POUVOIRS PUBLICS CHAPITRE 5 ETAT ET POUVOIRS PUBLICS I COMMENT SE SONT CONSTRUITS LES ETATS? A - Pourquoi un ordre politique? ACTIVITE TD 1 B - Quelles sont les formes institutionnelles de l ordre politique? ACTIVITE TD

Plus en détail

SITUATION MENSUELLE BUDGÉTAIRE AU 31 OCTOBRE 2016

SITUATION MENSUELLE BUDGÉTAIRE AU 31 OCTOBRE 2016 CHRISTIAN ECKERT SECRETAIRE D ETAT CHARGE DU BUDGET ET DES COMPTES PUBLICS AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Communiqué de presse www.economie.gouv.fr Communiqué de presse Paris, le 9 décembre

Plus en détail

France : objectif de déficit public à 3,6 % du PIB en 2014

France : objectif de déficit public à 3,6 % du PIB en 2014 Apériodique n 13/61 26 septembre 2013 France : objectif de déficit public à 3,6 % du PIB en 2014 Le gouvernement a présenté le 25 septembre le projet de loi de finances pour 2014. Le déficit public passerait

Plus en détail

2) La croissance des dépenses publiques

2) La croissance des dépenses publiques 1 FIPECO, le 31.05.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 2) La croissance des dépenses publiques La définition, le montant et la répartition des dépenses publiques, en France et dans

Plus en détail

Les enjeux économiques du financement des retraites

Les enjeux économiques du financement des retraites Les enjeux économiques du financement des retraites 14 e colloque du COR Le financement du système de retraite français Gérard Cornilleau Les colloques du COR Maison de la Chimie - 12 décembre 2016 Plan

Plus en détail

Enseignement d'exploration Principes Fondamentaux de l'économie et de la Gestion

Enseignement d'exploration Principes Fondamentaux de l'économie et de la Gestion Enseignement d'exploration Principes Fondamentaux de l'économie et de la Gestion Thème 1 : Les acteurs de l'économie Quelles sont les relations entre les acteurs économiques Thème 3 : Le rôle de l État

Plus en détail

DOSSIER COMMISSION DES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DU 9 JUIN 2011

DOSSIER COMMISSION DES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DU 9 JUIN 2011 Lundi 11 juillet 2011 Supplément au n 81 DOSSIER COMMISSION DES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DU 9 JUIN 2011 Ce dossier présente la synthèse du rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale

Plus en détail

Argumentaire sur la réforme fiscale

Argumentaire sur la réforme fiscale Argumentaire sur la réforme fiscale!"#$%&&# ' ( )%*+ ),+ -! Argumentaire sur la réforme fiscale Des cadeaux aux plus riches mais pas de vraie réforme T. Breton et J-F. Copé ont détaillé, dans Le Figaro

Plus en détail

Comment construire le budget de son ASBL? De la planification stratégique aux budgets opérationnels, de frais fixes et d investissements

Comment construire le budget de son ASBL? De la planification stratégique aux budgets opérationnels, de frais fixes et d investissements FISC/COMP Comment construire le budget de son ASBL? De la planification stratégique aux budgets opérationnels, de frais fixes et d investissements I. Introduction Votre budget représente une série de paris

Plus en détail

Fonctionnement et régulation de l économie

Fonctionnement et régulation de l économie Institut Algérien des Hautes Études Financières Conférence Fonctionnement et régulation de l économie Conseil National des Assurances KOUIDER AISSA Redouane Directeur Général JUIN 2006 SOMMAIRE Objectifs

Plus en détail

Le cadre de l analyse macroéconomique

Le cadre de l analyse macroéconomique Le cadre de l analyse macroéconomique Université de Rennes Faculté de Droit et de Science Politique Antenne de Saint-Brieuc Licence Droit 007-008. Une économie de production -. Le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre Les chiffres du MEDEF Octobre 216 Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF octobre 216 1 SOMMAIRE I - PARTS DE MARCHÉ 1 - Poids de la France dans les exportations mondiales

Plus en détail

L efficacité économique et sociale de la redistribution

L efficacité économique et sociale de la redistribution L efficacité économique et sociale de la redistribution I. Les aspects positifs de la redistribution 1. Les progrès sociaux - La lutte contre la pauvreté : les transferts sociaux (sous forme monétaire

Plus en détail

PROJET DE DECRET RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. relatif à la direction de la prévision et de l analyse économique LE PREMIER MINISTRE,

PROJET DE DECRET RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. relatif à la direction de la prévision et de l analyse économique LE PREMIER MINISTRE, MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE ----------- NOR ECO RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ~~~~~~~~~~~~~~ PROJET DE DECRET relatif à la direction de la prévision et de l analyse économique LE PREMIER

Plus en détail

Notions de Macroéconomie

Notions de Macroéconomie 5-1 Chapitre 5 Notions de Macroéconomie Objectifs Décrire les origines de la macroéconomie Décrire les tendances et les fluctuations du chômage Décrire les tendances et les fluctuations de la croissance

Plus en détail