SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF DE CHALEUR D UN ÉCOULEMENT LAMINAIRE AU-DESSUS DU BOIS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF DE CHALEUR D UN ÉCOULEMENT LAMINAIRE AU-DESSUS DU BOIS"

Transcription

1 VII ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes mai 2005, Saint-Malo SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF DE CHALEUR D UN ÉCOULEMENT LAMINAIRE AU-DESSUS DU BOIS Adam Neale a,*, Dominique Derome a a Laboratoire du rendement de l enveloppe du bâtiment, Centre d études sur le bâtiment, Dép. du génie du bâtiment et des génies civil et de l environnement, Université Concordia, Montréal RÉSUMÉ La couche d air à la surface d un matériau donne une résistance au transfert de masse et de chaleur. Le coefficient de transfert convectif de chaleur, h h, peut être mesuré en laboratoire. Par contre, le coefficient de transfert convectif de masse, h m, exige une procédure plus complexe. Toutefois, à partir de la valeur de h h, h m, peut être calculé par l analogie de Chilton-Coburn. Plusieurs essais en laboratoire ont indiqué qu il y a un manque de précision dans les résultats calculés avec cette méthode. Les travaux proposés visent à examiner les méthodes expérimentales existantes pour déterminer le coefficient de transfert convectif de masse entre l'air ambiant et les panneaux de finition en bois (dont la teneur en humidité est dans la gamme hygroscopique) et entre l'air ambiant extérieur et le revêtement de bois avec une gamme de teneur en humidité qui peut s'étendre au-dessus du point de saturation de fibre. Cet article présente la première étape du projet qui consiste en la validation des simulations par simulation numérique à l aide des résultats expérimentaux effectués par Derome (1999). Spécifiquement, le profil de vitesse dans la lame d air et les valeurs des coefficients de transfert convectif de chaleur seront analysés. Les simulations serviront à élaborer une procédure expérimentale pour mesurer les coefficients h h et h m avec plus de précision. Mots Clés : transfert convectif, chaleur, bois, modélisation, simulation numérique NOMENCLATURE Symboles : c p chaleur spécifique,j/kg K h h coefficient de transfert convectif de chaleur, W/m 2 K h m coefficient de transfert convectif de masse, m/s h vap enthalpie d évaporation, J/kg h sorp enthalpie de sorption, J/kg k conductivité,w/mk PSF point de saturation des fibres, N/A q h flux de chaleur, W/m² q m flux de masse, kg/m 2 s T température, K Lettres grecques : β égal à 0 si l échantillon de bois est au-dessus du PSF, 1 si l échantillon est en-dessous du PSF ε ratio de la diffusion de la vapeur au mouvement total d humidité,adimensionel ρ masse volumique,kg/m 3 μ viscosité, Ns/m 2 Indices / Exposants : h chaleur m masse s surface air ambiant 1. INTRODUCTION En collaboration avec plusieurs universités et centres de recherche de par le monde, l Université Concordia à Montréal participe au programme de recherche international Whole Building Heat, Air and Moisture Response, aussi nommé Annexe 41, sous l égide de l Agence internationale de l énergie. Ce programme * auteur correspondant adresse électronique : Copyright 2005 CIFQ

2 vise à modéliser et valider le comportement hygrothermique global d un bâtiment, incluant les transferts de chaleur et de masse à travers l enveloppe. Spécifiquement, un des projets qui se déroulera à Concordia dans le cadre de ce programme vise à développer une méthode expérimentale pour mesurer avec précision les coefficients de transfert convectif de chaleur et de masse (nommés h h et h m, respectivement) à la surface de panneaux de bois à différentes teneurs en humidité. Les résultats serviront à valider des modèles de transfert convectif et seront intégrés dans les modèles de simulation globaux de performance hygrothermique du bâtiment. Il y a des difficultés associées à la détermination expérimentale des coefficients h h et h m. Le coefficient de transfert convectif de chaleur est généralement plus facile à mesurer. Le transfert de chaleur peut être déterminé par un détecteur de flux de chaleur ou à partir du gradient de température dans le matériau à l aide de thermocouples. La température de surface peut être obtenue par thermographie infrarouge. Par contre, le coefficient de transfert convectif de masse demande soit le gradient de teneur en humidité dans le matériau, qui n est pas aussi facilement mesuré, surtout à la surface d un matériau, soit la valeur de l humidité relative à la surface du matériau. Salin (2003) et Nabhani et al. (2003) suggèrent qu il y a des imprécisions additionnelles qui sont causées par la fine couche d air à la surface du bois [1, 2]. Finalement, le profil de vitesse est difficile à mesurer avec précision et on doit avoir recours à des méthodes intrusives ou dispendieuses (particle image velocimetry). Ce profil permet de caractériser le type d écoulement dans la lame d air. Les sources d erreurs sont donc nombreuses dans les mesures visant à déterminer des coefficients convectifs. Cet article présente la première étape du projet qui consiste en la validation des simulations par simulation numérique à l aide des résultats expérimentaux effectués par Derome (1999). Spécifiquement, le profil de vitesse dans la lame d air et les valeurs des coefficients de transfert convectif de chaleur seront analysés. Les calculs sont effectués à l aide du logiciel de simulation Fluent en utilisant les mêmes conditions de température, vitesse d air et d humidité [3]. 2. THÉORIE Il y a trois paramètres qui doivent être considérés dans le bilan d énergie pour un cas typique de séchage du bois: conduction, convection et la chaleur d évaporation et de sorption (Figure 1). Pour l instant, les échanges radiatifs ne sont pas inclus. Deux méthodes sont généralement utilisées pour déterminer le terme h h expérimentalement. La première façon, illustrée à la Figure 2, maintient la température constante pour éliminer le facteur de conduction. Cette condition est exprimée par l équation suivante [2, 3, 4]: q h h ( T s T ) + ( ε )( Δh vap + Δh sorp ) q m = h 1 β (1) Dans l absence de transfert de masse, illustrer dans la Figure 3, le deuxième terme de l équation (1) peut être éliminé (q m = 0). Ceci résulte dans l équation suivante : qh = hh ( Ts T ) Le terme q h représente l échange net de chaleur à la surface du bois. Pour le cas de l équation (1) ci-dessus, la valeur de q h peut être calculé en utilisant des courbes d enthalpie lors du séchage avec des durées variables. Pour le deuxième cas, q h peut être calculé avec le gradient de température dans le bois avec l équation de conduction [3,5]. Séchage Normal q convection q conduction q évaporation et/ou q sorption Figure 1 : Transfert de chaleur avec séchage normal Température Constante q convection q évaporation et/ou q sorption Figure 2 : Transfert de chaleur avec température constante Humidité Constante q convection q conduction Figure 3 : Transfert de chaleur avec humidité constante

3 3. ESSAIS EXPÉRIMENTAUX Derome (1999) a exécuté des essais expérimentaux pour déterminer les coefficients de transfert convectif de masse et de chaleur [3]. En utilisant un tunnel à trois étages d éléments en bois et en variant les conditions de l air (vitesse, température, humidité) et du bois (contenu d humidité, température), plusieurs valeurs de h h et h m ont été mesurées et calculées. L étage au centre du tunnel recevait l échantillon monitoré. Les deux autres niveaux étaient placés audessus et en dessous. Chaque niveau consistait en huit morceaux de bois (38 mm x 91 mm x 295 mm) placés perpendiculairement au courant d air. Les murs du tunnel étaient isolés pour réduire la perte de chaleur et le transfert de masse sur les petits côtés de l échantillon. Les résultats ont été mesurés dans le dernier morceau de bois de l étage central. De plus, un système de circulation de l air en circuit fermé était disponible pour contrôler la température et l humidité de l air. 295 mm Tunnel : Longueur : 0.728m Espace d air: 10 mm Échantillon de bois : Hauteur : 38 mm Longueur : 295 mm Largeur : 91 mm Les conditions de l air du laboratoire étaient de 20 C avec une humidité relative de 65%. Dans ce qui suit, les données pour l essai 1 du Tableau 1 sont comparées avec les résultats simulés à l aide de Fluent. 4. FLUENT Fluent est un logiciel permettant de modéliser les problèmes à l aide de CFD. Comprenant de nombreux paramètres et modèles, ce logiciel permet à l utilisateur de reproduire des systèmes réels pour comparer des résultats expérimentaux avec les résultats du logiciel. Les modèles incluent les équations de conservation de masse et d énergie, dissipation visqueuse, transfert de chaleur (conductif, convectif, radiatif), etc. De façon générale, la situation à analyser est d abord définie avec un logiciel tel Gambit, qui permet à l usager de définir les limites du problème et la grille de calcul. Cette grille donne aussi avec précision la localisation des résultats, e.g. gradient de température et profil de vitesse de l air. Plus le maillage de la grille est fin, plus précis seront les résultats, et, évidemment, plus lourds les calculs requis pour trouver une solution. Pour reproduire le tunnel de Derome dans Fluent, le problème a été simplifié de façon à optimiser les durées de calcul. En utilisant des lignes de symétrie, le tunnel peut être simplifié ainsi : Tunnel entier : 0.15 m/s ou 0.3 m/s Figure 4 : Représentation schématique du tunnel Quatre essais ont été effectués dans le tunnel par Derome (1999). Un sommaire des essais peut être trouvé ci-dessous dans Tableau 1. Tableau 1 : Sommaire des valeurs mesurées du coefficient de transfert convectif de chaleur [3] Teneur en humidité du bois M (%) Vitesse de l air V (m/s) Échantillon principal h h (W/m 2 K) X = 0m X = 0.728m Simplification : X = m X = m Longueur totale : mm Ligne de symétrie Ligne centrale de l échantillon Échantillon de bois Bois Courant d air Figure 5 : Simplification du tunnel expérimental

4 La représentation du problème tel qu illustré dans Figure 5 est une partie de la dernière section du tunnel de Derome. Il faut noter qu un espace d air de 20mm a été ajouté à la fin du tunnel pour mieux représenter la sortie du courant d air. La géométrie du problème peut être ainsi définie dans Gambit pour déterminer les limites du tunnel. Ensuite, la maille est complétée en spécifiant les espaces entre les cellules sur chaque surface de la géométrie, et le résultat est montré dans Figure 6. Figure 6 : La maille définie en Gambit Chaque limite doit être définie avec des propriétés specifiques représentant la situation réelle. Il y a plusieurs sortes de limites nécessaires pour représenter le tunnel avec précision, et les limites utilisées sont montrées à la Figure 7. (4) (5) processus visqueux. L équation d énergie était toujours activée. Les matériaux utilisés pour représenter le tunnel sont le bois et l air. Les valeurs utilisées pour la masse volumique, chaleur spécifique, conductivité, et viscosité, sont données au Tableau 2. Tableau 2. Propriétés physiques des matériaux (1) (4) (3) (5) ρ (kg/m 3 ) c p (J/kgK) k (W/mK) μ (kg/ms) (1) Entrée d air (Velocity Inlet) Interface Bois Air Type 1 (Wall) (3) Sortie du courant d air (Pressure outlet) (4) Interface Bois Air Type 2 (Wall) (5) Ligne de symétrie (Symmetry) Figure 7 : Définition des conditions limites Une fois les limites spécifiées, le fichier préparé avec Gambit est importé dans Fluent. 5. PARAMÈTRES DE FLUENT La version 6.1 de Fluent, spécifiquement le modèle en deux dimensions avec double précision, a été utilisée pour toutes les simulations. Les solutions ségrégée (Segregated) et transitoire (Transient) ont été activées pour le modèle général. Le nombre de Reynolds pour le courant d air était approximativement de 350 pour une vitesse moyenne de 0.3m/s. Conséquemment, le modèle laminaire (Laminar) a été choisi pour le Bois N/A Air E-5 Les conditions limites décrites à la Figure 7 ont été spécifiées avec les critères qui représentaient le mieux la situation réelle. Ils sont indiqués dans le Tableau 3 ci-dessous. Tableau 3. Conditions limites en Fluent (1) Type Velocity Inlet. Le profil de vitesse était obtenu dans un premier temps en simulant le tunnel au complet et en prenant le profil de vitesse calculé à x=0.545m (voir Figure 5) comme condition limite. La vitesse dans la direction x était précisée comme fonction de la hauteur dans le courant d air (Figure 8). La température de la source d air était 293K, qui est

5 la température de l air du laboratoire. Type Wall. L option coupled était choisie pour indiquer une surface où la solution du transfert de chaleur était désirée. (3) Type Pressure Outlet. Les options par défaut ont été utilisées, à l exception de la température de l air de retour qui était spécifiée à 293K. (4) Type Wall. Aucun transfert de chaleur était désiré sur cette surface, alors un flux de chaleur de 0 W/m 2 était spécifié. (5) Type Symmetry. Il n y a pas de variable associée avec ce type de limite. Hauteur (m) Vélocité (m/s) Figure 8. Profil de vitesse utilisé comme condition limite pour l entrée d air Finalement, pour compléter les conditions limites, les parties solides du tunnel, incluant l échantillon et les surfaces solides des deux côtés du courant d air, ont été spécifiées comme étant en bois. Ceci indique à Fluent d utiliser les propriétés du bois pour ces régions. Les autres régions sont par défaut considérées comme étant de l air. par Derome à T=0s pour le gradient de température ont été transformées dans une équation et la simulation commençait avec un gradient de température à travers l échantillon tel que montré à la Figure 9. La température de l air dans le tunnel et les autres surfaces de bois ont été initialisées à 293K, qui est la température de l air du laboratoire. La vitesse dans le courant d air était initialisée à 0 m/s. 6. RÉSULTATS Pour simuler un problème transient, il faut spécifier la durée de chaque pas de temps, le nombre de pas de temps et le nombre d itérations par pas de temps. Pour optimiser le calcul, une série de simulations a été exécutée pour déterminer le nombre d itérations et la durée des étapes optimales, et pour voir l effet de la variation de ces paramètres. Finalement, une durée de 10 secondes et 50 itérations par pas de temps ont été choisies pour toutes les simulations. Derome a mesuré le gradient de température à la ligne centrale de l échantillon de bois (voir Figure 5) à intervalles de dix minutes. Le profil de température calculé avec Fluent a été comparé avec les données de Derome à approximativement les mêmes temps. Les données expérimentales ont été mesurées à 651s, 1275s, 1879s, 2492s, 3105s, et 3366s. Les données de Fluent ont été calculées à des intervalles de 10 secondes, alors les valeurs sont arrondies au dix secondes, c'est-à-dire, à 650s, 1280s, 1880s, 2490s, 3100s, 3370s. Les Figures 10 et 11 représentent quelques examples des contours de température calculés avec Fluent. Figure 10. Gradient de température à T = 1270s. (Intervalle = 0.80K) Figure 9. Gradient de température initial de l échantillon Pour initialiser la simulation, le gradient de température dans l échantillon a été spécifié comme étant fonction de la direction Y. Les données mesurées Figure 11. Gradient de température à T = 3100s. (Intervalle = 0.80K)

6 Une différence de plus de deux degrés est présente au centre de l échantillon après 1270 secondes et de deux degrés et demi après 3100 secondes. L analyse se poursuit pour étudier le rôle de chaque paramètre dans ces résultats. Le profil de vitesse à la sortie du courant d air est montré dans la Figure 12 ci-dessous. Figure 12. Profile de vitesse à T=3370 s. Pour comparer les résultats de Derome avec les données calculées avec Fluent, les gradients de température à la ligne centrale de l échantillon (indiqué sur la Figure 5) sont présentés pour les résultats à 1270 et 3100 secondes dans les Figures 13 et 14. Température (k) Température (k) Distance à partir du centre de l'échantillon(m) T = 1270s Fluent Derome Figure 13. Gradient de température à T=1270s Distance à partir du centre de l'échantillon(m) T = 3100s Fluent Derome Figure 14. Gradient de température à T = 3100s. 7. CONCLUSIONS Plusieurs simulations ont été exécutées pour valider les résultats expérimentaux de Derome (1999). Spécifiquement, le logiciel Fluent a été utilisé pour modéliser le transfert de chaleur dans un tunnel avec un courant d air laminaire. Il y a plusieurs éléments qui peuvent affecter la précision des résultats de Fluent. Premièrement, les propriétés physiques de bois sont difficiles à connaître pour les échantillons utilisés dans le tunnel de Derome. La conductivité, chaleur spécifique et la masse volumique du bois varient dépendant de la température ambiante et de l humidité relative. Il faudra implémenter des fonctions dépendant sur ces variables pour représenter les changements des propriétés physiques plus précisément. De plus, l effet de rayonnement n a pas été inclus dans le modèle. Les surfaces opposées du bois qui sont à des températures différentes indiquent que le transfert de chaleur par rayonnement existe mais joue probablement un rôle mineur. Des simulations dans le futur devraient permettre de vérifier cette hypothèse. C est aussi possible que le courant d air ne soit pas d un profil laminaire, en dépit du petit nombre de Reynolds. Des essais avec le modèle de turbulence k- Epsilon sont en cours pour voir les effets de turbulence sur les résultats. Par la suite, il est prévu de développer un modèle multi-échelle couplant une grille tenant compte de la rugosité de la surface du matériau pour la région de proche paroi avec une grille pour l'ensemble du problème. RÉFÉRENCES [1] SALIN, J.-G., External Heat and Mass Transfer Some Remarks, 8th International IUFRO Wood Drying Conference, pp , (2003). [2] NABHANI, M., TREMBLAY, C., et FORTIN, Y., Experimental Determination of Convective Heat and Mass Transfer Coefficients During Wood Drying, 8th International IUFRO Wood Drying Conference, pp , (2003). [3] DEROME., D., Moisture Occurrence in Roof Assemblies Containing Moisture Storing Insulation and its Impact on the Durability of Building Envelope, Thèse Doctorale, l Université de Concordia, Montréal, pp , (1999). [4] TREMBLAY, C., CLOUTIER, A., et FORTIN, Y., Experimental Determination of the Convective Heat and Mass Transfer Coefficients for Wood Drying, Wood Science and Technology 34, pp , (2000). [5] DEROME, D., FORTIN, Y., et FAZIO, P., Modeling of Moisture Behavior of Wood Planks in Nonvented Flat Roofs, Journal of Architectural Engineering, ASCE, pp , (2003).

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

Modèle d équilibre thermique urbain

Modèle d équilibre thermique urbain Modèle d équilibre thermique urbain Définition d un volume de contrôle V Choix de la variable du bilan Bilan global [Oke, 1987] enthalpie V dh(t) 1 4 2 dt 43 Watt i r i,transp. n r i Entrées/sorties du

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR

ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT D ASSEMBLAGES DE MUR IX ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes 18-20 mai 2009, Lille ÉVALUATION DE L IMPORTANCE DE FORTS GRADIENTS HYGROTHERMIQUES VERS L INTÉRIEUR SUR LE COMPORTEMENT

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

Transferts couplés de chaleur et d'humidité dans les bâtiments climatisés

Transferts couplés de chaleur et d'humidité dans les bâtiments climatisés Transferts couplés de chaleur et d'humidité dans les bâtiments climatisés Abdelkrim TRABELSI 1, Rafik BELARBI 1*, Menghao QIN 2 1 Laboratoire d Étude des Phénomènes de Transfert et de l Instantanéité :

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

L isolation en rénovation: dernières nouveautés!

L isolation en rénovation: dernières nouveautés! L isolation en rénovation: dernières nouveautés! Bruxelles Environnement Vers une isolation des murs bien étudiée Arnaud EVRARD UCL Architecture et Climat Objectifs de la présentation Présenter des outils

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Centre Energétique et Procédés Paris, 60 boulevard St-Michel, 75006, Paris *nada.chami@ensmp.fr

Centre Energétique et Procédés Paris, 60 boulevard St-Michel, 75006, Paris *nada.chami@ensmp.fr Modélisation et validation expérimentale des transferts thermiques dans une paroi isolante complexe associant des lames d air allongées et des faces peu émissives. Nada CHAMI*, Assaad ZOUGHAIB Centre Energétique

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

SOUTENANCE DE PROJET DE FIN D ÉTUDES

SOUTENANCE DE PROJET DE FIN D ÉTUDES SOUTENANCE DE PROJET DE FIN D ÉTUDES Développement d un modèle d échangeur thermique pour l étude par simulation numérique 3D sous FLUENT Franck LE RHUN Valeo Engine Management Systems 4 septembre 2007

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Parois à ossature bois et transferts de vapeur

Parois à ossature bois et transferts de vapeur Parois à ossature bois et transferts de vapeur Julien Lamoulie 28 novembre 2013 Un peu de physique L air a une capacité limitée à retenir la vapeur d eau la capacité maximale décroît considérablement à

Plus en détail

1 2 3 4 5 6 7 Traduction libre de l anglais vers le français NATIONAL PHYSICAL LABORATORY Teddington Middlesex UK TW11 0MW Telephone +44 20 8977 3222 Rapport d Essai Resistance thermique d une cavité d

Plus en détail

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Prof. dr. Ir. Ar. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Energy & Sustainable Development Réno2020 Projet de la rue du Molinay Étude de la nouvelle façade 09 03 2012 Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Sommaire

Plus en détail

SIMULATION D UN SYSTEME COUPLE GEOTHERMIQUE- SOLAIRE

SIMULATION D UN SYSTEME COUPLE GEOTHERMIQUE- SOLAIRE VII ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes 23-25 mai 2005, Saint-Malo SIMULATION D UN SYSTEME COUPLE GEOTHERMIQUE- SOLAIRE Benoit BEAUCHAMP a,*, Louis LAMARCHE,

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0

DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D. version 3.0 DOSSIER DE VALIDATION DU LOGICIEL CONDUCTEÖ [S] 2D version 3.0 Déclaration de conformité... 4 Tests de validation de la norme EN 10211... 5 Cas n 1... 5 Cas n 2... 6 Tests de validation de la norme EN

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés

Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés Calcul CFD de divers systèmes de refroidissement au CERN Du détecteur au centre de donnés 12 eme FORUM CADFEM EPFL Lausanne 8 Septembre 2015 Aniko Rakai CERN EN-CV, équipe CFD 9/17/2015 A. Rakai Forum

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard de

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN 28 JANVIER 2013 1 SIMULATION TORPILLE SOUS-MARINE 2 1. Introduction On a choisi d étudier la torpille chinoise ET36,

Plus en détail

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 249 254 Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates T. Raffak 1*, M. Agouzoul 1, E.M. Mabsate 1, A. Chik 2 et A. Alouani 3 1 Equipe

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

En passant, aujourd hui on ne parle que de conduction. Révision pour plusieurs mais on commence par la base.

En passant, aujourd hui on ne parle que de conduction. Révision pour plusieurs mais on commence par la base. En passant, aujourd hui on ne parle que de conduction. Révision pour plusieurs mais on commence par la base. Et plus le matériau est épais, plus la valeur augmente Conversion pour R: multiplier par 5.678

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Air Systems Division. Cas pratiques de calcul thermique

Air Systems Division. Cas pratiques de calcul thermique Cas pratiques de calcul thermique Thermal transfer in via holes On Printed Circuit Boards, thermal path is usually made through via holes. 1 Component cooling example One component dissipates 2 W The footprint

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com Gestion de l humidité dans la rénovation 1 Une réhabilitation thermique implique le renforcement de l isolation Les travaux d isolation peuvent modifier le comportement hygrothermique des parois Les maîtres

Plus en détail

Etude des transferts couplés de chaleur et d'humidité dans les constructions bois

Etude des transferts couplés de chaleur et d'humidité dans les constructions bois 2ème forum bois construction, Beaune 2012 Etude des transferts de chaleur et d'humidité dans les constructions bois E. Mougel 1 Etude des transferts couplés de chaleur et d'humidité dans les constructions

Plus en détail

Isolation des toitures terrasses en bois

Isolation des toitures terrasses en bois 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Isolation des toitures terrasses en bois J. Lamoulie 1 Isolation des toitures terrasses en bois Julien Lamoulie Institut Technologique FCBA FR-Bordeaux

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Travail du MCIA MNF 2005/2006. Exploration du code Star-Cd

Travail du MCIA MNF 2005/2006. Exploration du code Star-Cd Travail du MCIA MNF 2005/2006 Exploration du code Star-Cd Philippe Claudon, Masi Enrica Exploration du code Star-CD Introduction Simulation d un cas physique simple Création d un domaine numérique représentatif

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

DU BATIMENT ECA N xxx. A xxxxxxxxxxxxxxxxx

DU BATIMENT ECA N xxx. A xxxxxxxxxxxxxxxxx DU BATIMENT ECA N xxx sis sur la parcelle n xxxxxxxx A xxxxxxxxxxxxxxxxx PROPRIETE DE xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Etabli pour xxxxxxxxxxx Lucens, le 28 mars 2013/GS/sr 1. SOMMAIRE 2. GENERALITES INFORMATIONS

Plus en détail

LOUBNA KAHLERRAS Doctorante en cotutelle de thèse entre l'université de Liège (Belgique) et l'université de Constantine (Algérie) sous la direction

LOUBNA KAHLERRAS Doctorante en cotutelle de thèse entre l'université de Liège (Belgique) et l'université de Constantine (Algérie) sous la direction LOUBNA KAHLERRAS Doctorante en cotutelle de thèse entre l'université de Liège (Belgique) et l'université de Constantine (Algérie) sous la direction de : Pr. Angélique Léonard Pr. Azzedine Belhamri Pâte

Plus en détail

Modélisation d un système de chauffage passif dans la région de Béchar

Modélisation d un système de chauffage passif dans la région de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 355 368 Modélisation d un système de chauffage passif dans la région de Béchar K. Hami *, B. Draoui et O. Hami Faculté des Science et Technologie, Université

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement Comment choisir l isolation des murs? Arnaud Evrard UCL / Architecture et Climat Objectifs de la présentation

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment

Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Simulation des transferts de chaleur et d humidité dans l enveloppe de bâtiment Hartwig M. Künzel, Andreas Holm (Fraunhofer Institut Bauphysik, Holzkirchen) 1. Introduction L apparition de l humidité dans

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Utiliser et exploiter un logiciel de modélisation.

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Etude thermographique

Etude thermographique Etude thermographique DONNEUR D'ORDRE CONSTRUCTEUR adresse code postal - ville Téléphone ADRESSE DU BIEN Maison individuelle de Monsieur et Madame MODELE 2 rue Rabelais 86240 SMARVES Opérateur : Franck

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES!

LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! nano et R nano LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! connecting insulations 1.0 QU EST-CE QUE MARMOX THERMOBLOCK? Marmox THERMOBLOCK est un bloc de construction isolant breveté constitué d un élément

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

HSNA100 - Séchage d'un mur d'enceinte en béton. Fascicule v7.20 : Thermo-mécanique statique non linéaire des structures axisymétriques

HSNA100 - Séchage d'un mur d'enceinte en béton. Fascicule v7.20 : Thermo-mécanique statique non linéaire des structures axisymétriques Titre : HSNA100 - Séchage d'un mur d'enceinte en béton Date : 27/06/2013 Page : 1/9 HSNA100 - Séchage d'un mur d'enceinte en béton Résumé : Ce cas test est destiné à valider le calcul du séchage du béton,

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Nadia ADERGHAL, Tahar LOULOU Ali BOUCHOUCHA, Philippe ROGEON Laboratoire de d Ingénierie des Matériaux

Plus en détail

«Détermination des Pertes de Charge d un Diaphragme de Cheminée d équilibre par Simulations Numériques»

«Détermination des Pertes de Charge d un Diaphragme de Cheminée d équilibre par Simulations Numériques» EPFL Lausanne ANSYS Conference & 9 ème Forum CADFEM 1 septembre 01 «Détermination des Pertes de Charge d un Diaphragme de Cheminée d équilibre par Simulations Numériques» Christophe NICOLET 1 Sébastien

Plus en détail

Expression généralisée pour le calcul du rendement exergétique du transfert de chaleur

Expression généralisée pour le calcul du rendement exergétique du transfert de chaleur Expression généralisée pour le calcul du rendement exergétique du transfert de chaleur Riad BENELMIR ESSTIN - Université Henri Poincaré, LEMTA - umr CNRS 7563 2 Rue Jean Lamour, 54519 Vandoeuvre-Les-Nancy

Plus en détail

Séminaire mi parcours Stock-e 2010 STAID Stockage Inter Saisonnier de l Énergie Thermique dans les Bâtiments

Séminaire mi parcours Stock-e 2010 STAID Stockage Inter Saisonnier de l Énergie Thermique dans les Bâtiments Séminaire mi parcours Stock-e 2010 Stockage Inter Saisonnier de l Énergie Thermique dans les Bâtiments Kévyn JOHANNES, Laboratoire CETHIL, Kevyn.johannes@insa-lyon.fr Coordinateur : CETHIL Organismes de

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Résistance thermique selon la norme EN ISO 6946 de constructions avec des feuilles isolantes réfléchissant l'infrarouge (FIR)

Résistance thermique selon la norme EN ISO 6946 de constructions avec des feuilles isolantes réfléchissant l'infrarouge (FIR) Résistance thermiue selon la norme EN ISO 94 de constructions avec des feuilles isolantes réfléchissant l'infrarouge (FIR) K.Ghazi Wakili, Th. Frank EMPA Dübendorf, Section Physiue du bâtiment, CH-80 Dübendorf

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc.

Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc. Optimisation du cycle de cuisson d une pièce en caoutchouc. Abdulrhaman EL LABBAN 1, Pierre MOUSSEAU *1, Jean Luc BAILLEUL 2, Rémi DETERRE 1 1 GEPEA ERT OPERP, UMR CNRS 6144, IUT de Nantes, 2 av du Prof.

Plus en détail

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT

CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE. Rédacteur : Sylvain THINAT CALCULS MULTI PHYSIQUES D UNE STRUCTURE POUR VANNE DE FOND CALCULS FLUIDES ET MECANIQUES D UNE STRUCTURE MECANOSOUDEE POUR UNE VANNE DE FOND DE L AMENAGEMENT ROUJANEL Rédacteur : Sylvain THINAT Révision

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Guide du logiciel PEB

Guide du logiciel PEB Guide du logiciel PEB pour les pompes à chaleur General Pour certificateurs PEB et architectes Ce manuel vous guide dans l intégration de notre bibliothèque de produits General dans votre logiciel PEB.

Plus en détail

La thermographie infrarouge et le bâtiment

La thermographie infrarouge et le bâtiment Patrick ROBE En thermographie depuis 25 ans Certifié Niveau 3 ITC (standard ASNT) Collaborateur de l Université de Liège Laboratoire de thermodynamique Formateur certifié ITC pour Niveaux 1 & 2 Consultant

Plus en détail

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule :

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule : INTRODUCTION DU CFD Introduction A l inverse des calculs de force de construction, au moyen du software de Ansys ou Pro/E par exemple, les calculs de courant ne sont pas très connus. Ceci est une introduction

Plus en détail

Le Fonds Européen de Développement Régional et la Wallonie investissent dans votre avenir 25-05-2012

Le Fonds Européen de Développement Régional et la Wallonie investissent dans votre avenir 25-05-2012 Le Fonds Européen de Développement Régional et la Wallonie investissent dans votre avenir SImulation Multi-physique du BAtiment Validation des outils de simulation dynamique en physique du bâtiment : Principes

Plus en détail

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été.

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Auteurs : Jacques Gilbert et Ulrike Koster, DuPont Building Innovations DuPont de Nemours

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8 TF06_P09_final_exo a.mcd TF06 - P2009 - Final - exercice Patinoire 5.670 8 Wm 2 K ir extérieur Text 5 C hpext 00 W/m² K Isolation, P 0,035 W/m K, épaisseur ep 30 cm ou e P 60 cm Plafond, TP, émissivité

Plus en détail

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation?

Comment améliorer les performances thermiques d une habitation? thermiques d une habitation? E1-1/6 Le confort 1 Définissez en trois points le confort thermique : 2-1 Sur brouillon ou sur votre cahier d expérience, émettez vos hypothèses sur la maison de demain. Comment

Plus en détail

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles Jacques PADET Professeur Émérite à l Université de Reims Seconde édition revue et augmentée TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION Préface de la 1 ère édition Prologue

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Programme d introduction à la thermographie 1 jour

Programme d introduction à la thermographie 1 jour Programme d introduction à la thermographie 1 jour Intitulé : Introduction à la thermographie infrarouge - 1J. Opérateurs de thermographie infrarouge débutant. 1 jour (de 9h00 17h00) PARIS - Lycée Jacquard

Plus en détail

fermacell Assainissement avec un gain énergétique

fermacell Assainissement avec un gain énergétique fermacell Assainissement avec un gain énergétique Version: mars 2014 Édition Suisse Subventions possibles Vérifiez les subventions possibles pour vos travaux 2 Sommaire 1. Produits utilisés dans l assainissement

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail