Maison de repos Maison de repos et de soins. Département Santé Direction des Aînés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maison de repos Maison de repos et de soins. Département Santé Direction des Aînés"

Transcription

1 L amélioration continue en Maison de repos Maison de repos et de soins Département Santé Direction des Aînés

2 L AViQ Depuis le à Organisme d Intérêt Public OIP L Agence pour une Vie de Qualité = AViQ Compétences: santé- bien-être (accompagnement des personnes âgées) handicap allocations familiales

3

4 La Direction des Aînés Programmation Répartir l offre en fonction des besoins Agrément Autoriser l'exploitation d'établissements d'hébergement et d'accueil pour aînés conformément à l'accord de principe (lorsqu'il est requis). Permet l'accès au financement Contrôle Vérifier que le fonctionnement est conforme à la norme

5 La démarche d amélioration continue

6 Aspect réglementaire Le label «qualité» Repris au sein de l annexe 118 du Code réglementaire wallon de l Action sociale et de la Santé, n est pas d application Objectif d une politique de qualité: organiser et améliorer, de manière systématique et continue, la qualité des soins et des services ainsi que son fonctionnement pour tendre progressivement vers l excellence. La délivrance du label de qualité tel qu envisagé dans la législation wallonne ne rencontre pas le processus de labellisation communément reconnu.

7 Aspect réglementaire Programme qualité AR du 21 sept 2004 Porte sur la dispensation des soins et services, accompagnement des personnes atteintes de démence, efficacité et efficience des soins, continuité des soins Enregistrement du nombre de : cas d escarres, d infections nosocomiales, chutes, personnes incontinentes, mesures de contention et d isolement. Liaison fonctionnelle avec service agréé de gériatrie Culture des soins palliatifs

8 Un Label est-il nécessaire pour les structures d accueil et d hébergement pour aînés??? Alors qu un outil essentiel existe: PROJET DE VIE DE L INSTITUTION = NORME obligatoire à laquelle chaque établissement doit répondre afin d obtenir son titre de fonctionnement

9 La démarche d amélioration continue Pourquoi? La mise en place d une démarche d amélioration continue (qualité) permet à l établissement de s auto-évaluer et permet dès lors à la maison de repos de réfléchir à ses pratiques et de leur donner du sens!! Evaluation interne Evaluation externe (Inspection AVIQ)

10 Evaluation externe (Inspection AVIQ) Vérification d'un fonctionnement qui est conforme à la norme Respect des normes = 1 er gage de qualité

11 La démarche d amélioration continue Spécifique aux particularités de chaque MR Elaboration du cadre évaluatif basé sur les objectifs du PROJET DE VIE de l établissement PROJET DE VIE

12 Le Projet de vie Le point 10 de l article 359 du CWASS mentionne l obligation d un projet de vie de l'établissement et de sa mise en œuvre en réponse aux besoins des résidents afin de leur assurer un bien-être optimal et maintenir leur autonomie. Ce projet de vie doit comprendre des dispositions relatives: à l'accueil des résidents; à leur séjour leur permettant de retrouver un cadre de vie aussi proche que possible de leur cadre familial;

13 à l organisation du travail en équipe; à l'organisation des soins et des services d'hôtellerie; à la participation des résidents à la vie de la maison de repos, chacun selon ses aptitudes, en vue de favoriser le dialogue, d'accueillir les suggestions, d'évaluer en équipe la réalisation des objectifs contenus dans le projet de vie institutionnel et d'offrir des activités rencontrant les attentes de chacun.

14 Comment mettre en place une démarche d amélioration continue? 1/ Elaboration du Projet de vie avec toutes les parties prenantes 2/ Définir cadre évaluatif: - quels sont nos objectifs? - que souhaitons-nous pour nos résidents? - quelles actions pour atteindre ces objectifs? 3/ Les informations disponibles: - pratiques actuelles? - effets sur les résidents?

15 4/ Quels sont les écarts entre «l attendu» et «l observé» et pourquoi ces écarts? Quels sont les problèmes rencontrés? 5/ Mise en place d un processus de changement pour répondre à une situation problème + choix d indicateurs de suivi 6/ Evaluation du plan d amélioration et des indicateurs 7/ Recibler si besoin et surtout PERENNISER!

16 Exemple : Comment évaluer le processus d accueil? Comment évaluer si les besoins et attentes des résidents sont pris en compte?

17 1 ère ETAPE: Quels sont nos Objectifs? Quelles actions souhaiterions-nous mettre en place afin d optimiser l accueil de nouveaux résidents? = objectifs rédigés dans le Projet de vie institutionnel Évaluer les besoins individuels de chaque résident; Donner les informations relatives au fonctionnement de la MR; Recueillir les attentes de chaque résident; Élaborer en équipe pluridisciplinaire un projet individuel en fonction des besoins évalués et des attentes recueillies, Recueillir l avis de la personne (et/ou son représentant légal) sur les actions proposées du projet personnalisé et sur leur mise en œuvre; Évaluer annuellement en équipe pluridisciplinaire chaque projet personnalisé avec le résident (et/ou son représentant légal).

18 2 ème ETAPE Comment nous sommes-nous organisés? Que faisons-nous effectivement? Quelles sont les dispositions mises en place? Comment le livret d accueil et le ROI ont-ils été adaptés à la population accueillie (formulations, taille de la police utilisée, etc.)? Comment s assure-t-on du consentement ou de l assentiment de la personne à son entrée en MR? Comment se fait la réflexion avec le résident / les proches sur le droit à la liberté d aller et venir, les risques liés à la contention?

19 De façon générale, comment sont recueillies les attentes en matière de droits civiques, de droit à la liberté de culte, etc.? Quelles organisations pratiques sont mises en place pour répondre aux besoins / aux demandes des résidents? Possibilité de personnaliser les logements des résidents? Comment favorise-t-on l appropriation par le résident de son nouveau domicile? Comment concilie-t-on le respect des rythmes de vie individuels et les contraintes liées à la vie collective?

20 Quelles modalités particulières pour les personnes non ou mal communicantes? Comment est organisée la coordination de projet? L implication de toutes les parties prenantes de l accompagnement dans l élaboration du projet (Centres de Coordination.)? Dans son suivi? Dans sa révision? Quels professionnels sont associés / n y sont pas associés? Comment sont évalués les différents types de besoins (cadre de vie, rythme de vie, aide aux actes de la vie quotidienne, soins, vie sociale, spirituelle, affective...)? Quand, comment sont recueillies les attentes des résidents? Dans tous les volets de l accompagnement?

21 Quelles sont les actions observées? Quelle proportion de résidents a aménagé son logement avec des meubles ou des objets personnels? Quelle est la périodicité effective des réunions d équipe sur les projets des résidents? Combien de projets personnalisés portent sur tous les volets de l accompagnement (vie quotidienne, soins, vie sociale, spirituelle, affective, autres, etc.)? Combien de projets ont été réévalués au cours des 12 mois précédents?

22 3 ème ETAPE Quels constats? L analyse a pour but de comprendre, d interpréter les constats faits, d élaborer le plan d amélioration et de mobiliser les différents acteurs sur les enjeux des changements à conduire Quels écarts? entre les objectifs et les effets constatés : par exemple, 100 % des résidents ont un projet individuel mais seulement 20 % ont donné leur avis sur le projet élaboré ;

23 entre les actions prévues et les pratiques observées : par exemple, les réunions de projet prévues une fois par mois n ont pas lieu régulièrement ; entre les pratiques recommandées et les pratiques observées : par exemple, la participation du résident, en fonction de ses capacités, même s il a des troubles cognitifs ; entre les pratiques observées à un temps x et un temps y ou entre les effets constatés à un temps x et un temps y : par exemple, le taux de projets personnalisés réévalués annuellement.

24 4 ÈME ETAPE La recherche des éléments d explication des écarts identifiés en se demandant s ils sont liés : à une définition incomplète des actions à mettre en place? aux outils de recueil utilisés, à l organisation du travail, au passage de l information entre professionnels? aux moyens mobilisés en personnel (qualification et nombre de professionnels présents)? à la formation des professionnels? à l évolution de la population accueillie? À la sévérité des troubles cognitifs? À la sévérité des troubles du comportement? à d autres facteurs explicatifs...?

25 Cette analyse permet l identification : des points forts sur lesquels s appuyer afin de les pérenniser ; des points sur lesquels un changement doit être conduit. La conduite du changement passe par l élaboration d axes d amélioration avec une liste et un calendrier des actions à mener ainsi que des critères permettant de les suivre.

26 Des outils existent déjà Source de cet exemple: ANESM Agence nationale de l évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux «L évaluation interne: repères pour les établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes»

27 Lien de cette pratique avec La Roue de Deming La norme ISO 9001 prévoit l amélioration continue des processus symbolisée par la roue de Deming (base de ISO 9001)

28 Le «Plan» = les objectifs, les actions à mener Le projet de vie institutionnel avec les objectifs attendus pour les résidents ; mais également: Le projet de vie individuel avec les actions à mener pour chaque résident pris dans son individualité avec ses besoins et ses attentes et les objectifs à déterminer pour maintenir le plus longtemps possible son autonomie ; ;

29 - Le plan de soins au sein de son Dossier Individualisé de Soins ; - Les registres d escarres, de chutes, de contention, d incontinence ; - Les activités permettant la vie sociale au sein de l institution

30 Le «Do» = la réalisation de ce qui a été planifié : Mettre en place concrètement les actions attendues du projet de vie institutionnel et des projets individuels : Le plan d actions du Dossier Individualisé de Soins ; Compléter les registres ; Organiser des activités ciblées et adaptées.

31 Le «Check» = vérifier que les actions menées ont permis d atteindre les objectifs : Les actions ont-elles répondu aux attentes que l établissement avait en réfléchissant à son projet de vie institutionnel? Les actions répondent-elles aux besoins spécifiques des résidents? Les actions assurent-elles une prise en soins optimale et globale? Quelles sont les données statistiques relatives aux chutes, aux contentions, aux escarres, à l incontinence? Les activités prévues ont-elles été réalisées? Quel retour pour les résidents?

32 Le «Act» : Si les objectifs ne sont pas atteints, il est nécessaire de réagir et de modifier les actions. Si ces derniers sont atteints, il reste important de trouver d autres objectifs afin d encore mieux répondre aux attentes des résidents. Plan Do Check Act quatre étapes essentielles pour une prise en charge optimale des aînés et pour garantir une amélioration continue et dès lors de qualité.

33 Conclusions La Direction des Aînés a pour missions: L agrément et le contrôle des structures d accueil et d hébergement pour aînés; Et s engage à accompagner sur le terrain les équipes vers une réflexion et une remise en question de leurs pratiques; Cette démarche collaborative et constructive reste tributaire du nombre d inspecteurs sur le terrain (8 pour plus de 800 établissements) mais doit permettre à chaque maison de repos d optimiser ses pratiques en fonction de ses objectifs, de son projet de vie institutionnel.

34 Contrôler Informer Conseiller Bonnes pratiques - Accompagner OCTROI AGREMENT MAINTIEN AGREMENT QUALITE

35 Conclusions La réglementation actuelle prévoit déjà un certain nombre d outils utiles et adaptés pour la mise en place d une démarche d amélioration continue Importance de considérer les normes actuelles comme des leviers et non comme des contraintes

36 Rapport bisannuel Convention d hébergement Conseil des Résidents Normes CWASS Projet de vie Règlement d ordre intérieur Dossier individuel

37 Sans oublier l importance des liaisons Liaisons externes Coordination entre MR/MRS ; Médecin traitant ; Domicile Convention avec un service de gériatrie (MRS) Convention Centre de coordination de soins et d aide à domicile (MRS) Liaison fonctionnelle CAJ ; MR/MRS

38 La Qualité une autre image du secteur

39 Merci pour votre attention

L évaluation : une démarche d amélioration

L évaluation : une démarche d amélioration Sylvain Boude Responsable du Pôle Service à Domicile T: 06 22 84 23 71 Sylvain.boude@4-as.fr www.4as-medicosocial.fr L évaluation : une démarche d amélioration Cadre réglementaire de l évaluation Loi n

Plus en détail

La démarche d évaluation interne

La démarche d évaluation interne La démarche d évaluation interne La conduite de l évaluation interne dans les services à domicile au bénéfice des publics adultes 5 rue Pleyel Bâtiment Euterpe 93200 Saint Denis Tél. : 01 48 13 91 00 Fax

Plus en détail

PACSS ARS session médico sociale n 2

PACSS ARS session médico sociale n 2 Évaluation interne et dialogue de gestion PACSS ARS session médico sociale n 2 Mardi 2 juillet 2013 53 boulevard Ornano Pleyad 3 93200 Saint Denis Tél. : 01 48 13 91 00 Fax : 01 48 13 91 22 www.anesm.sante.gouv.fr

Plus en détail

Auto-évaluation sur la maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Auto-évaluation sur la maîtrise du risque infectieux en EHPAD Auto-évaluation sur la maîtrise du risque infectieux en EHPAD Comment intégrer le DARI dans la démarche d évaluation interne? Dr Fatima Berjamy Journée régionale des EMS, Besançon, 14 novembre 2013 Introduction

Plus en détail

EVALUATION ET QUALITE DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL : FAM L ARC-EN-CIEL / 71 SEVREY

EVALUATION ET QUALITE DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL : FAM L ARC-EN-CIEL / 71 SEVREY EVALUATION ET QUALITE DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL : FAM L ARC-EN-CIEL / 71 SEVREY PLAN Pour rappel : Contexte et enjeux de l évaluation interne Mise en œuvre du processus évaluatif Les outils

Plus en détail

Démarche qualité en Gériatrie Hôpital EHPAD. Y. Wolmark

Démarche qualité en Gériatrie Hôpital EHPAD. Y. Wolmark Démarche qualité en Gériatrie Hôpital EHPAD Y. Wolmark LA QUALITE Aptitude à satisfaire les besoins exprimés ou implicites des utilisateurs La qualité des soins OMS Garantir à chaque patient la combinaison

Plus en détail

Nous pouvons réaliser avec vous votre évaluation jusqu au rapport d évaluation en tant que référent évaluation.

Nous pouvons réaliser avec vous votre évaluation jusqu au rapport d évaluation en tant que référent évaluation. Problématique Nous pouvons réaliser avec vous votre évaluation jusqu au rapport d évaluation en tant que référent évaluation. Ou vous accompagner dans votre démarche par des formations-actions. Ces formations

Plus en détail

L amélioration continue en assurance qualité en radiothérapie. 30/05/2013 Séminaire régional de radiothérapie externe

L amélioration continue en assurance qualité en radiothérapie. 30/05/2013 Séminaire régional de radiothérapie externe L amélioration continue en assurance qualité en radiothérapie 1 Sommaire L amélioration continue - Origine de l exigence - Quelques pistes de réflexion Les éléments de l amélioration continue - Les sources

Plus en détail

ABREGE DU RAPPORT D EVALUATION EXTERNE

ABREGE DU RAPPORT D EVALUATION EXTERNE ABREGE DU RAPPORT D EVALUATION EXTERNE Service d Accompagnement à la Vie Sociale () de l ADIMC 74 Réalisé entre octobre 2013 et mars 2014 Par la Scop ACCOLADES Cet abrégé a pour objectif de traduire la

Plus en détail

Indicateurs de qualité en maison de repos Infor Homes Wallonie asbl

Indicateurs de qualité en maison de repos Infor Homes Wallonie asbl Indicateurs de qualité en maison de repos Infor Homes Wallonie asbl Qu entend-on par «Indicateur de qualité»? Indicateur = élément repérable Indicateur de qualité = élément repérable dans la pratique de

Plus en détail

Projet d'établissement

Projet d'établissement Projet d'établissement DIU Médecin Coordonnateur d EHPAD 13 décembre 2010 Docteur Linda BENATTAR Directrice Médicale Groupe ORPEA / CLINEA Méthode pour l élaboration d un projet d établissement Dr Linda

Plus en détail

Projet d établissement Résidence Emile Gibier «Les Cheveux Blancs» ORVAULT

Projet d établissement Résidence Emile Gibier «Les Cheveux Blancs» ORVAULT Projet d établissement 2012-2017 Résidence Emile Gibier «Les Cheveux Blancs» 44700 ORVAULT Avis favorable du Comité d Entreprise du 25 octobre 2012 Avis favorable de la CRUQPC du 11 octobre 2012 Avis favorable

Plus en détail

Bien vieillir en Wallonie

Bien vieillir en Wallonie Bien vieillir en Wallonie Une enquête 2015 réalisée auprès des établissements d accueil et d hébergement pour les aînés Le nombre des personnes de plus de 65 ans ne cesse d augmenter et atteindra en 2050

Plus en détail

ArmoniS accompagnement évaluation

ArmoniS accompagnement évaluation ArmoniS accompagnement évaluation formation SAINT JOSEPH EHPAD - MAZAMET Rapport d évaluation externe NOVEMBRE 2013 8 Appréciation globale de l évaluateur externe L établissement a une capacité d accueil

Plus en détail

ASSOCIATION KERVIHAN EVALUATION EXTERNE

ASSOCIATION KERVIHAN EVALUATION EXTERNE ASSOCIATION KERVIHAN EVALUATION EXTERNE Réunion d ouverture du 14 Janvier 2014 Cabinet Alliance & Performance Evaluation externe PRESENTATION Réunion d ouverture Association KERVIHAN Le 14 Janvier 2014

Plus en détail

Démarche qualité Le référentiel ANGELIQUE. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18)

Démarche qualité Le référentiel ANGELIQUE. Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) Démarche qualité Le référentiel ANGELIQUE Y. Wolmark Hôpital Bretonneau (Paris 18) LA QUALITE Aptitude à satisfaire les besoins exprimés ou implicites des utilisateurs La qualité des soins OMS Garantir

Plus en détail

Des résidents qui s expriment. Près de 1500 présidents de CVS ont répondu.

Des résidents qui s expriment. Près de 1500 présidents de CVS ont répondu. Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 septembre 2016 Bientraitance des Personnes âgées en Ehpad : L Anesm publie son rapport d enquête Qu est ce que la «bientraitance»? «La bientraitance trouve ses fondements

Plus en détail

MANUEL DE FINANCEMENT

MANUEL DE FINANCEMENT MANUEL DE FINANCEMENT MANUEL DE FINANCEMENT www.femarbel.be Le Conseil d Administration tient à remercier l ensemble des collaborateurs de la Fédération pour leur précieuse implication dans leur fonction

Plus en détail

Autisme et formation des travailleurs sociaux

Autisme et formation des travailleurs sociaux Autisme et formation des travailleurs sociaux 23 mars 2017 Christiane Jean-Bart Responsable secteur handicap Sophie Guennery Chef de projet secteur handicap 5 Avenue du Stade de France Immeuble Green Corner

Plus en détail

Les évaluations externes de l ADAPEI de l Aveyron et de Tarn-et-Garonne :

Les évaluations externes de l ADAPEI de l Aveyron et de Tarn-et-Garonne : LETTRE QUALITE ADAPEI 12-82 La Lettre Qualité N 1 15 janvier 2015 Numéro spécial : - Évaluations externes. Les évaluations externes de l ADAPEI de l Aveyron et de Tarn-et-Garonne : Les évaluations externes

Plus en détail

Exigences en matière de contrôle interne

Exigences en matière de contrôle interne Exigences en matière de contrôle interne Sommaire Buts de la séance Contexte Le contrôle interne Les seuils et les exigences de contrôle interne S. Macculi Gestionnaire de risques, Ville de Genève, Département

Plus en détail

Inter CVS Coderpa 91 18/11/13

Inter CVS Coderpa 91 18/11/13 Inter CVS Coderpa 91 18/11/13 PERSONNES AGES EN PERTE D AUTONOMIE ET DEMOCRATIE SANITAIRE Nouvelles règles à instaurer concernant les CVS Problématique La participation des usagers de la santé et du médico

Plus en détail

PERSONNES HANDICAPÉES & PERSONNES ÂGÉES LES ESSENTIELS. Analyse nationale 2013

PERSONNES HANDICAPÉES & PERSONNES ÂGÉES LES ESSENTIELS. Analyse nationale 2013 PERSONNES HANDICAPÉES & PERSONNES ÂGÉES LES ESSENTIELS Analyse nationale 2013 Enquête nationale relative aux pratiques concourant à la bientraitance dans les services intervenant auprès d un public adulte

Plus en détail

1.4 Charte des droits et libertés de la personne accueillie

1.4 Charte des droits et libertés de la personne accueillie 1.4 Charte des droits et libertés de la personne accueillie ARTICLE 1: principe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d accompagnement, prévues par la

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE. Article 1er Principe de non-discrimination

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE. Article 1er Principe de non-discrimination CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE Article 1er Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d'accompagnement, prévues par la loi,

Plus en détail

1ères ASSISES WINNCARE SERVICES LYON LE 19 octobre Les attentes d un directeur d EHPAD en matière de prestations de services

1ères ASSISES WINNCARE SERVICES LYON LE 19 octobre Les attentes d un directeur d EHPAD en matière de prestations de services 1ères ASSISES WINNCARE SERVICES LYON LE 19 octobre 2012 Les attentes d un directeur d EHPAD en matière de prestations de services 1 Sommaire Présentation du Groupe ACPPA Etat des lieux Attentes d un directeur

Plus en détail

A Infirmier territorial B / Assistant socio-éducatif (AS, CESF, ES) NOMBRE DE POSTES : 1 BOBIGNY

A Infirmier territorial B / Assistant socio-éducatif (AS, CESF, ES) NOMBRE DE POSTES : 1 BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE ERH4 15-04 POSTE A POURVOIR : EVALUATEUR MEDICO SOCIAL (h/f) DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION POPULATION AGEE ET PERSONNES HANDICAPEES SERVICE PERSONNES

Plus en détail

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement Contexte des réformes Hôpital 2007 DHOS La qualité des soins (OMS) «Que chaque patient reçoive la combinaison d actes diagnostiques

Plus en détail

Les établissements pour personnes âgées. Obligations, rôles et interactions des mandataires locaux et des autres acteurs

Les établissements pour personnes âgées. Obligations, rôles et interactions des mandataires locaux et des autres acteurs Les établissements pour personnes âgées Obligations, rôles et interactions des mandataires locaux et des autres acteurs 1 Quels établissements? Quels principes? Quel contrôle? Par qui? Quelles normes?

Plus en détail

ABREGE DU RAPPORT EHPAD Maison Joly Montbéliard (Dpt.25) CHBM - des familles)

ABREGE DU RAPPORT EHPAD Maison Joly Montbéliard (Dpt.25) CHBM - des familles) Cet abrégé a pour objectif de traduire la dynamique d La méthode de remplissage consiste, pour chacune des sept rubriques, à noter les forces «et he du réel par la complexité consiste à chaque fois à identifier

Plus en détail

1 Etude des pièces documentaires

1 Etude des pièces documentaires 1 Etude des pièces documentaires Le projet d établissement est totalement conforme aux textes réglementaires et recommandations, il peut être qualifié de remarquable. Les rapports d activité (médical,

Plus en détail

ABREGE DU RAPPORT D EVALUATION EXTERNE

ABREGE DU RAPPORT D EVALUATION EXTERNE ABREGE DU RAPPORT D EVALUATION EXTERNE Établissement et Service d Aide par le Travail (ESAT) de l ADIMC 74 Réalisé entre octobre 2013 et mars 2014 Par la Scop ACCOLADES Cet abrégé a pour objectif de traduire

Plus en détail

Règlement d ordre intérieur

Règlement d ordre intérieur Article 1. Cadre légal Règlement d ordre intérieur 1. Identification de l établissement Maison de repos Saint-Charles Rue du Culot, 23 MR 184.009.53 2. Identification du gestionnaire Asbl Maison de repos

Plus en détail

SSIAD & Procédure d évaluation

SSIAD & Procédure d évaluation SSIAD & Procédure d évaluation I - Evaluation interne Dans le cadre de la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médicosociale, l article L.312-8 du CASF prévoit que les établissements

Plus en détail

Université Maghrébine d Hygiène et Sécurité soins 2014

Université Maghrébine d Hygiène et Sécurité soins 2014 Université Maghrébine d Hygiène et Sécurité soins 2014 Module 2 : Gouvernance et gestion du risque infectieux associé aux soins Thème: Gestion du risque infectieux associé aux soins et amélioration continue

Plus en détail

Plan d actions d amélioration de la prise en charge médicamenteuse au sein des EHPAD en Ile-de-France

Plan d actions d amélioration de la prise en charge médicamenteuse au sein des EHPAD en Ile-de-France Plan d actions d amélioration de la prise en charge médicamenteuse au sein des EHPAD en Ile-de-France Laëtitia BONNEAU Chef de projet - Cellule Politique régionale du médicament et des produits de santé

Plus en détail

Le logement répond à un besoin primaire de sécurité et de protection mais est aussi un élément de dignité et d identité sociale.

Le logement répond à un besoin primaire de sécurité et de protection mais est aussi un élément de dignité et d identité sociale. Lyon, le 17 avril 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIGNATURE DE LA CONVENTION PARTENARIALE «SANTÉ PSYCHIQUE ET LOGEMENT» : UN CADRE DE COOPÉRATION INÉDIT EN FRANCE Le Grand Lyon, l Etat, le Département, ABC HLM,

Plus en détail

EHESP Formation des inspecteurs contrôleurs

EHESP Formation des inspecteurs contrôleurs Le dispositif d évaluation dans le secteur social et médico social EHESP Formation des inspecteurs contrôleurs des ARS (module f) 21 mars 2012 5 rue Pleyel Bâtiment Euterpe 93200 Saint Denis Tél. : 01

Plus en détail

Charte de Qualité des accueils de loisirs et accueils jeunes. Grille d évaluation

Charte de Qualité des accueils de loisirs et accueils jeunes. Grille d évaluation Charte de Qualité des accueils de loisirs et accueils jeunes 04 Grille d évaluation Cette grille sera expérimentée lors des premières rencontres avec les structures et pourra être amendée au fur et à mesure.

Plus en détail

ATTESTATION DE MISE EN ŒUVRE DE LA DEMARCHE DE PROGRES EN SANTE AU TRAVAIL AMEXIST II PROJET DE GRILLE D EVALUATION

ATTESTATION DE MISE EN ŒUVRE DE LA DEMARCHE DE PROGRES EN SANTE AU TRAVAIL AMEXIST II PROJET DE GRILLE D EVALUATION ATTESTATION DE MISE EN ŒUVRE DE LA DEMARCHE DE PROGRES EN SANTE AU TRAVAIL AMEXIST II PROJET DE GRILLE D EVALUATION Préambule : ce second niveau permet de définir l'appropriation et la mise en œuvre concrète

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé Colloques de l IUMSP, Lausanne Nathalie Thilly 28 Avril 2015 Université de Lorraine (EA 4360 Apemac) et CHU de Nancy, France 1 CONTEXTE

Plus en détail

Rapport d'activité psychologue EHPAD LE CLOS DU RAUNIER

Rapport d'activité psychologue EHPAD LE CLOS DU RAUNIER Rapport d'activité psychologue EHPAD LE CLOS DU RAUNIER ANNEE : 01 Code d'identification RAMEHPAD de votre établissement PRESENTATION DU POSTE DE PSYCHOLOGUE 0 1 Nom du psychologue Prénom PLOUARD Stéphanie

Plus en détail

Yamina Boulahdaj Référente qualité URC-CIC Paris Descartes Necker- Cochin

Yamina Boulahdaj Référente qualité URC-CIC Paris Descartes Necker- Cochin Yamina Boulahdaj Référente qualité URC-CIC Paris Descartes Necker- Cochin 1 DEFINITION Assurance Qualité : «Ensemble des activités préétablies et systématiques mises en œuvre dans le cadre du système qualité,

Plus en détail

LA CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE

LA CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE LA CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE Extrait de l'arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée à l'article L.311-4 du

Plus en détail

FORMATEUR PROFESSIONNEL D ADULTES

FORMATEUR PROFESSIONNEL D ADULTES FORMATEUR PROFESSIONNEL D ADULTES FORMATION ACCESSIBLE EN MODULES COURTS DE FORMATION CONTINUE OU TITRE PROFESSIONNEL DE NIVEAU III Organiser, préparer, Animer, Evaluer PROCHAINE SESSION MAI 2017 Organisme

Plus en détail

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation Le référentiel Transmtre aux participants les connaissances relatives au cadre fondamental de la qualité de l évaluation issu du guide DGAS - mars 2004. LE CADRE FONDAMENTAL DE LA QUALITÉ ET DE L ÉVALUATION

Plus en détail

Atelier La notion de démarche qualité pour les établissements d enseignement bilingue

Atelier La notion de démarche qualité pour les établissements d enseignement bilingue Atelier La notion de démarche qualité pour les établissements d enseignement bilingue Marjorie Pégourié-Khellef, Responsable de l unité Formation, CIEP C est un processus qui permet d envisager de façon

Plus en détail

Devenir évaluateur externe certifié AFNOR

Devenir évaluateur externe certifié AFNOR Impression à partir du site https://offredeformation.npdcp.fr le 27/02/2017. Fiche formation Devenir évaluateur externe certifié AFNOR auprès d'établissements et de services sociaux et médico-sociaux -

Plus en détail

DEMARCHE DE CERTIFICATION EN INSTITUT DE FORMATION. GERACFAS PARIS LE 8 AVRIL 2016 MJ Heyraud - J Lagatie

DEMARCHE DE CERTIFICATION EN INSTITUT DE FORMATION. GERACFAS PARIS LE 8 AVRIL 2016 MJ Heyraud - J Lagatie DEMARCHE DE CERTIFICATION EN INSTITUT DE FORMATION GERACFAS PARIS LE 8 AVRIL 2016 MJ Heyraud - J Lagatie Plan de la présentation L Association St Marie L Institut de formation L histoire de la démarche

Plus en détail

Démarche Qualité et Évaluation en Santé

Démarche Qualité et Évaluation en Santé Démarche Qualité et Évaluation en Santé Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr Faculté de Médecine Université de la

Plus en détail

La démarche Label Humanitude en Ehpad

La démarche Label Humanitude en Ehpad ASSOCIATION HUMANITUDE EVALUATIONS ET MILIEUX DE VIE La démarche Label Humanitude en Ehpad 1 Pourquoi le Label Humanitude? Pourquoi un Label Humanitude pour les établissements d accueil pour personnes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels

Plus en détail

Les structures d accueil et d hébergement pour ainés : Offre et législation en Wallonie. Saint-Saulve, le 4 octobre 2012

Les structures d accueil et d hébergement pour ainés : Offre et législation en Wallonie. Saint-Saulve, le 4 octobre 2012 Les structures d accueil et d hébergement pour ainés : Offre et législation en Wallonie Saint-Saulve, le 4 octobre 2012 1 PLAN DE L EXPOSÉ Politique des aînés : répartition des compétences et cadre légal

Plus en détail

QUESTIONNAIRE OUTIL ALZHEIMER ET MALADIES APPARENTEES

QUESTIONNAIRE OUTIL ALZHEIMER ET MALADIES APPARENTEES QUESTIONNAIRE OUTIL ALZHEIMER ET MALADIES APPARENTEES NOM DE LA STRUCTURE ADRESSE TEL FAX NOM DU DIRECTEUR NOM DU PROFESSIONNEL REFERENT POUR L OUTIL : Fonction : E mail de liaison : I. LA PRISE EN SOINS

Plus en détail

Groupement genevois pour la qualité dans les organismes de vacances. Règles de base pour l organisation de camps de vacances

Groupement genevois pour la qualité dans les organismes de vacances. Règles de base pour l organisation de camps de vacances Groupement genevois pour la qualité dans les organismes de vacances Règles de base pour l organisation de camps de vacances Préambule C est dans le cadre d une réflexion menée par des organismes de vacances

Plus en détail

Le dispositif de formation

Le dispositif de formation Le dispositif de formation Connaissance du contexte d intervention L élaboration et le pilotage du projet d établissement Les politiques publiques en faveur des personnes âgées L accueil de la personne

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE QUALITÉ FORMATION PROFESSIONNELLE

CHARTE CONTRÔLE QUALITÉ FORMATION PROFESSIONNELLE CHARTE CONTRÔLE QUALITÉ FORMATION PROFESSIONNELLE Dans le cadre de sa mission de contrôle de la qualité de la formation professionnelle, Intergros, OPCA du commerce de gros et international, décrit dans

Plus en détail

REQUAMS LA QUALITE GAGE DE LA BIENTRAITANCE. L amélioration continue au quotidien Le dispositif d évaluation externe des pratiques

REQUAMS LA QUALITE GAGE DE LA BIENTRAITANCE. L amélioration continue au quotidien Le dispositif d évaluation externe des pratiques REQUAMS LA QUALITE GAGE DE LA BIENTRAITANCE L amélioration continue au quotidien Le dispositif d évaluation externe des pratiques Besançon 4 novembre 2014 53 boulevard Ornano Pleyad 3 93200 Saint-Denis

Plus en détail

Le renforcement de la politique de lutte contre la maltraitance et promotion de la bientraitance

Le renforcement de la politique de lutte contre la maltraitance et promotion de la bientraitance Le renforcement de la politique de lutte contre la maltraitance et promotion de la bientraitance Par Mr Christian IMPAGLIAZZO, Inspecteur de l Action Sanitaire et Sociale, DDASS 13 Le 14 mars 2007, Monsieur

Plus en détail

Contrôle des structures sociales et médico-sociales : Guide méthodologique. Le tutoriel

Contrôle des structures sociales et médico-sociales : Guide méthodologique. Le tutoriel 1 Introduction Contrôle des structures sociales et médico-sociales : Guide méthodologique Le tutoriel En 2007, l IGAS (Inspection Générale des Affaires sociales), a élaboré un guide de contrôle des établissements

Plus en détail

DÉFINITION, MISSIONS, FONCTIONNEMENT DES EHPAD. Dr Yann SPIVAC Hôpital Emile ROUX Hôpitaux universitaires Henri Mondor

DÉFINITION, MISSIONS, FONCTIONNEMENT DES EHPAD. Dr Yann SPIVAC Hôpital Emile ROUX Hôpitaux universitaires Henri Mondor DÉFINITION, MISSIONS, FONCTIONNEMENT DES EHPAD Dr Yann SPIVAC Hôpital Emile ROUX Hôpitaux universitaires Henri Mondor DEFINITIONS - USLD : SANITAIRE, HOSPITALIER. Unité de soins de longue durée. Les USLD

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT 2016 2020 Le projet d établissement de l EHPAD «Charles Marguerite», réaffirme en complément du projet associatif, une volonté collective de centrer l accompagnement autour du résident.

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION Si votre dossier est présélectionné, c est ce document, complété de l avis de l instructeur, qui sera examiné par le jury. Nous vous invitons donc à le remplir avec précision, en l enrichissant d exemples

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. LA GESTION (h/f) BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. LA GESTION (h/f) BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC/BR/CP/MM/DPAPH/PH/N 12-20 Céline PINERO 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE GRADE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ DES PSYCHOLOGUES EN EHPAD

RAPPORT D ACTIVITÉ DES PSYCHOLOGUES EN EHPAD RAPPORT D ACTIVITÉ DES PSYCHOLOGUES EN EHPAD Établissement :.. Année : Nom du psychologue : Prénom : Quel est votre niveau de qualification en psychologie : Licence 3 Master 1 Master 2 Doctorat Possédez-vous

Plus en détail

EHPAD SAINT-PHILIPPE. Master2. non. non. oui. oui. oui. Finess juridique : Finess géographique : RUE PRINCIPALE ERCE

EHPAD SAINT-PHILIPPE. Master2. non. non. oui. oui. oui. Finess juridique : Finess géographique : RUE PRINCIPALE ERCE EHPAD SAINT-PHILIPPE Finess juridique : 090000050 Finess géographique : 090780149 RUE PRINCIPALE 09140 ERCE Tél :0561668344 Statut : privé lucratif Tarification partielle Habilité Aide sociale : Lits autorisés

Plus en détail

Evaluation externe de. l USLD de la Fondation Roguet SYNTHESE

Evaluation externe de. l USLD de la Fondation Roguet SYNTHESE Evaluation externe de l USLD de la Fondation Roguet 2012 SYNTHESE I. Introduction L évaluation externe a été introduite par la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale.

Plus en détail

MEMENTO DU COORDONNATEUR PEDAGOGIQUE D UNE UNITE D ENSEIGNEMENT EN ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAL

MEMENTO DU COORDONNATEUR PEDAGOGIQUE D UNE UNITE D ENSEIGNEMENT EN ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAL MEMENTO DU COORDONNATEUR PEDAGOGIQUE D UNE UNITE D ENSEIGNEMENT EN ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAL Ce mémento a pour objectif de définir la place et les tâches du coordonnateur pédagogique d une unité d enseignement

Plus en détail

Association pour Personnes en Situation de Handicap

Association pour Personnes en Situation de Handicap OFFRE D EMPLOI APPEL A CANDIDATURE INTERNE ET EXTERNE Territoire : MONTPELLIER AGGLOMERATION Plateforme Wallon Lainé Poste : Adjoint de Direction (H/F) Nature du contrat : CDI à Temps Plein Missions :

Plus en détail

PRESENTATION DU PASA

PRESENTATION DU PASA PRESENTATION DU PASA CCAS DE LA PEYRATTE ET THENEZAY Résidence Les Rocs Résidence De La Plaine Le projet du PASA est issu d une coopération entre les CCAS et les EHPAD de Thénezay et de la Peyratte matérialisée

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR Unité d'hébergement Renforcée (U.H.R.)

REGLEMENT INTERIEUR Unité d'hébergement Renforcée (U.H.R.) Guérande, janvier 2012 REGLEMENT INTERIEUR Unité d'hébergement Renforcée (U.H.R.) unité 2 résidence fleur de sel - Guérande HOPITAL INTERCOMMUNAL DE LA PRESQU ILE GUERANDE-LE CROISIC 1 L UHR. L UHR répond

Plus en détail

Formation d un Référent en Soins Palliatifs

Formation d un Référent en Soins Palliatifs Public visé Formation d un Référent en Soins Palliatifs Tout professionnel du milieu médico-social ou sanitaire désirant être référent en soins palliatifs au sein de son institution. Intervenants formateurs

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE SOUTIEN AUX ENFANTS PRÉSENTANT DES DÉFIS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE SOUTIEN AUX ENFANTS PRÉSENTANT DES DÉFIS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE SOUTIEN AUX ENFANTS PRÉSENTANT DES DÉFIS PARTICULIERS Adoptée le 1 er février 2016 TABLE DES MATIÈRES Présentation de la politique d intégration et de soutien aux enfants

Plus en détail

La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française»

La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française» La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française» Louvain-la-Neuve 12 Décembre 2013 Le CREAI de Picardie Missions - organisation AMIENS CONSEIL TECHNIQUE FORMATIONS

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE PROJET MARPA. MSA Haute-Normandie

TOUT SAVOIR SUR LE PROJET MARPA. MSA Haute-Normandie TOUT SAVOIR SUR LE PROJET MARPA MSA Haute-Normandie 1 MARPA concept et méthodologie 2 La MARPA : Un concept original né de l expérimentation locale Un concept né en MSA dans les années 1986 / 87, issu

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré 30029 NIMES Cedex 9 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L UNITE D ONCOLOGIE MEDICALE A TEMPS PARTIEL Vu les dispositions du code de la santé

Plus en détail

Modèle de Convention de coopération

Modèle de Convention de coopération Modèle de Convention de coopération En application : - de la loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ; - de

Plus en détail

LE PROJET D ETABLISSEMENT

LE PROJET D ETABLISSEMENT LE PROJET D ETABLISSEMENT MAISON Saint Cyr Rennes 2015 Pourquoi un projet d établissement? Recommandations de bonnes pratique : Le projet d'établissement définit : les objectifs de l établissement (coordination,

Plus en détail

Accompagnement de la démarche qualité et de l évaluation interne en continu dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux

Accompagnement de la démarche qualité et de l évaluation interne en continu dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux Accompagnement de la démarche qualité et de l évaluation interne en continu dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux www.cabinetprin.fr Conseil en management depuis 1989 Pour la reconnaissance

Plus en détail

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE au SERVICE ACCUEIL DE JOUR «ARLEQUIN»

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE au SERVICE ACCUEIL DE JOUR «ARLEQUIN» DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE au SERVICE ACCUEIL DE JOUR «ARLEQUIN» L'établissement est soumis aux dispositions du décret 2004-1274 du 26 novembre 2004 relatif au Contrat de séjour ou Document

Plus en détail

L'AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE

L'AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES L'AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE Décret 2006- du portant création du diplôme d Etat d aide médico-psychologique

Plus en détail

Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles

Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins palliatifs Évaluation des pratiques professionnelles Définition de l EPP Analyse de la pratique professionnelle destinée à identifier des écarts

Plus en détail

Filière management d établissement

Filière management d établissement 5. Filière management d établissement La filière management d établissement garantit la réalisation de trois grands objectifs : conduire et animer le projet d établissement manager une équipe valoriser

Plus en détail

Projets et Formations

Projets et Formations Le Projet de Vie Individualisé (Ou PAP : Plan d accompagnement personnalisé) Projets et Formations Spécialiste Santé Projets & Formations Propose des formations concrètes, parfaitement adaptées au contexte

Plus en détail

Promouvoir le projet de vie et l autonomie des personnes âgées à domicile en valorisant et s appuyant sur leur ancrage et leurs racines.

Promouvoir le projet de vie et l autonomie des personnes âgées à domicile en valorisant et s appuyant sur leur ancrage et leurs racines. Promouvoir le projet de vie et l autonomie des personnes âgées à domicile en valorisant et s appuyant sur leur ancrage et leurs racines. Prof. Marie-Christine Closon (UCL) et Prof. J.P. Bayens (KUL) Maintien

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE CHARTE F.A.M Foyer d'accueil Médicalisé DES DROITS ET LIBERTES F.V Foyer de Vie DE LA E.H.P.H.S.A.D Etablissement d' Hébergement pour Personnes Handicapées Sensorielles, Agées Dépendantes PERSONNE ACCUEILLIE

Plus en détail

ABRÉGÉ du RAPPORT D EVALUATION EXTERNE

ABRÉGÉ du RAPPORT D EVALUATION EXTERNE ABRÉGÉ du RAPPORT D EVALUATION EXTERNE SSIAD du Centre Hospitalier de CLUNY «Vous êtes reconnu» Nom responsable de l évaluation : Pascale COSSON Date de la visite : 18 et 19 juin 2014 SOMMAIRE PRÉSENTATION

Plus en détail

SOIGNANTS INTERVENANT DANS LES ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES ACCORD-CADRE

SOIGNANTS INTERVENANT DANS LES ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES ACCORD-CADRE FORMATION ET QUALIFICATION DES PERSONNELS SOIGNANTS INTERVENANT DANS LES ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES ACCORD-CADRE Entre l Etat, représenté par Monsieur

Plus en détail

Base méthodologique. L évaluation remplit ainsi plusieurs fonctions :

Base méthodologique. L évaluation remplit ainsi plusieurs fonctions : 90 Promouvoir l activité physique des jeunes MODULE 10 Évaluation Base méthodologique L évaluation d un projet repose sur le recueil et l analyse d informations pour permettre de formuler un jugement sur

Plus en détail

1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION

1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L'Educateur Technique Spécialisé (ETS) est un travailleur social. Il contribue à l'intégration sociale et à l'insertion professionnelle

Plus en détail

Fiche de Poste SITUATION : Catégorie statutaire : Titulaire du diplôme de Cadre de Santé

Fiche de Poste SITUATION : Catégorie statutaire : Titulaire du diplôme de Cadre de Santé Fiche de Poste INTITULE DU POSTE Cadre de santé en EHPAD - USLD SITUATION : Positionnement géographique : EHPAD /USLD - Pavillon Chamberland : 45 lits (15 lits d EHPAD et 30 lits USLD) - Pavillon Dornier

Plus en détail

Le référent de l usager, rôle et fonction

Le référent de l usager, rôle et fonction Formation Professionnelle des Etablissements Sociaux et Médico-Sociaux DISPOSITIF DE FORMATION MODE D EMPLOI DURÉE : 2 JOURS Le référent de l usager, rôle et fonction en établissement social et médico-social

Plus en détail

I COURT OU LONG SEJOUR. La personne est sollicitée par venir visiter note établissement.

I COURT OU LONG SEJOUR. La personne est sollicitée par venir visiter note établissement. PROTOCOLE D ADMISSION D UN NOUVEAU RESIDENT 1 Premier contact I COURT OU LONG SEJOUR Qu il soit téléphonique ou physique, est réalisé par la secrétaire d accueil ou l assistante de direction, et il doit

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS Mention mesure judiciaire à la protection des majeurs

PROGRAMME DE FORMATION MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS Mention mesure judiciaire à la protection des majeurs PROGRAMME DE FORMATION MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS Mention mesure judiciaire à la protection des majeurs DOMAINE DE FORMATION (DF) DF1 (84h) MODULES INDICATEURS DE COMPETENCES CONTENUS

Plus en détail

Le référentiel de bonnes pratiques professionnelles des services de soins infirmiers à domicile

Le référentiel de bonnes pratiques professionnelles des services de soins infirmiers à domicile Le référentiel de bonnes pratiques professionnelles des services de soins infirmiers à domicile Renouveler l organisation des SSIAD et faire évoluer leurs pratiques : un des enjeux du maintien à domicile

Plus en détail

Personnes âgées de + 75 ans: parcours de santé et coordination en ville

Personnes âgées de + 75 ans: parcours de santé et coordination en ville Réseau gérontologique Amadis 04 77 25 84 29 11 av. Augustin Dupré 42000 St Etienne accueil.amadis@laposte.net Personnes âgées de + 75 ans: parcours de santé et coordination en ville Nécessité d un appui

Plus en détail

Contrat d Accueil de Jour La Pie Voleuse

Contrat d Accueil de Jour La Pie Voleuse Mise à jour Avril 2012 Contrat d Accueil de Jour La Pie Voleuse Accueil de jour La Pie Voleuse 1 Avenue de la République 91120 Palaiseau Tel : 01.69.31.28.14 Fax : 01.69.31.04.21 Sommaire Préambule...2

Plus en détail

Association.M.S.P de Casteljaloux Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne Commune de Casteljaloux Hôpital de Casteljaloux

Association.M.S.P de Casteljaloux Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne Commune de Casteljaloux Hôpital de Casteljaloux Association.M.S.P de Casteljaloux Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne Commune de Casteljaloux Hôpital de Casteljaloux Mission d accompagnement à l élaboration d un Projet de Santé

Plus en détail