Controverses sur les vaccins: Quels éléments de réponse?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Controverses sur les vaccins: Quels éléments de réponse?"

Transcription

1 PREVENTION VACCINALE : DONNEES D EFFICACITE ET DE SECURITE Controverses sur les vaccins: Quels éléments de réponse? Printemps Médical de Bourgogne 2017 Michel Duong Département d Infectiologie CHU Dijon Dole - 27/04/2016 1

2

3

4

5 Problématique actuelle de la vaccination en France Remise en cause dans l opinion publique du bien fondé de la vaccination Essentiellement par crainte des effets indésirables des vaccins! Couverture vaccinale basse pour certaines vaccinations, exposant la population à la persistance ou la résurgence des maladies à prévention vaccinale

6 Opinion de la population sur la vaccination

7 Sécurité des vaccins: remise en cause en France plus qu ailleurs

8 Qu est-ce qui explique la défiance vis-à-vis de la vaccination (1) Crise de confiance croissante vis-à-vis des pouvoirs publics en général et des autorités de santé en particulier Vaccination = exutoire des crises sanitaires passées (sang contaminé, médiator, distilbène ) Un public qui conteste la qualité et la sécurité des produits-autonomie individuelle Le droit de savoir- La société demande un meilleur accès à l information

9 Qu est-ce qui explique la défiance vis-à-vis de la vaccination (2) Médiatisation importante entretenant un sentiment d alerte et d angoisse vis-à-vis des effets indésirables des vaccins Transformation radicale du marché de l information lié à l émergence des médias électroniques Activisme anti-vaccination favorisant la multiplication des théories alternatives Association de victimes privilégiant le témoignage et l expérience personnelle au détriment du fait scientifique

10 La France : un des pays au monde où la proportion de messages négatifs sur la vaccination est l une des plus élevées

11 L hésitation vaccinale: phénomène qui renvoie à la perception du bénéfice/risque de la vaccination

12 A l échelle d une population, la perception du bénéfice/risque de la vaccination évolue avec le temps

13

14

15 L hésitation vaccinale: un comportement influencé par Manque de confiance envers les vaccins, les autorités et les professionnels Remise en cause du risque de la maladie et de l intérêt des vaccins Accès limité aux vaccins (disponibilité, coûts, commodités)

16 Rôle des médecins vis-à-vis de la vaccination

17 Impact du conseil médical sur la décision vaccinale

18 Quelles informations pour répondre aux controverses?

19 Vaccins contre l hépatite B et risque de sclérose en plaque

20 Hépatite B en France: les constats 250 à sujets porteurs chroniques du VHB 2000 à 3000 nouvelles contaminations par an 1000 à 1500 décès/an liés aux complications de l infection VHB chronique 9000 cancers du foie/an dont 30% sont liés au VHB

21 Efficacité de la vaccination vis à vis des hépatites B chroniques en zone hyper endémique Prévalence de l AgHBs avant et après introduction de la vaccination dans des populations à haut risque (d après KANE. 2000) Pré immunisation Post immunisation

22

23 Vaccins de l hépatite B et sclérose en plaque: le scénario de la controverse

24 Vaccins de l hépatite B et sclérose en plaque: Etudes épidémiologiques

25 Lien vaccin VHB/SEP: coïncidence et pas de causalité Incidence attendue de l association fortuite vaccin anti-vhb/sep* 2 cas / d adolescentes vaccinées 7 cas/ de femmes vaccinées Bilan de pharmacovigilance en France Notification spontanée, appuyée par les fiches de l association REVAHB (association de victimes) Entre 2007 et cas de SEP déclarés pour 2,75 millions de personnes vaccinées Incidence de 4 cas/ Incidence de la SEP en population générale entre 40 à 80/ Pas de confirmation du signal initial Ordonnance (09/03/2016) de non lieu dans l instruction menée pendant 17 ans sur les vaccins anti- VHB devant l absence de lien de causalité démontré «Aucune faute d imprudence ou de négligence» des personnes mises en cause Cohérent avec le recul d utilisation dans le monde (> 1 milliard de doses administrées en 20 ans) * Siegrist CA et al: PIDJ 2007: 26;

26 Danger des vaccins anti-hpv

27 Cancer du col de l utérus en France: les constats 2500 à 3000 nouveaux cas par an (2797 en 2015) 1000 décès par an (1092 en 2015) Age moyen au diagnostic: 51 ans (2012) Age moyen au décès: 64 ans (2012) Cancer dont le pronostic ne s améliore pas Survie à 5 ans en baisse (68% en 1989/91 à 64% en 2001/04) Impact démontré du niveau socio-économique

28 > 50 études d efficacité en vie réelle concernant le vaccin quadrivalent 1 Verrues Génitales 3 Lésions Cervicales 5 Verrues Génitales 3 Lésions cervicales 1 Verrues Génitales 3 Verrues Génitales 1 Infections HPV 1 Lésions Cervicales 1 Infections HPV 3 Infections HPV 10 Verrues Génitales 1 Verrues Génitales 5 Lésions Cervicales 9 Infections HPV 4 Verrues Génitales 29 1 Infections HPV 1 Verrues Génitales 3 Lésions cervicales 2 Verrues Génitales 28

29 L efficacité des vaccins anti-hpv est conforme aux données des essais cliniques Prévention des infections à HPV 6/11/16/18 Prévention des anomalies cervicales de haut grade (CIN2,CIN3, CIS) Réduction de prévalence de 85 à 90% chez les jeunes femmes vaccinées à l âge recommandé (vaccination des jeunes filles avant l âge des premiers rapports) Dans les pays avec une couverture vaccinale élevée, réduction de 15 à 40% chez les jeunes femmes non vaccinées suggérant une immunité de groupe Réduction de 70 à 85% chez les jeunes femmes vaccinées à l âge recommandé (vaccination des jeunes filles et adolescentes avant l âge des premiers rapports) Réduction plus faible si vaccinées: à l adolescence après les premiers rapports = réduction de 40 à 50% Après 20 ans = réduction de 20 à 30% 29

30 Effets indésirables reconnus des vaccins anti-hpv Plus de 200 millions de doses dans le monde fin 2015 Douleur et/ou réaction inflammatoire au site d'injection et manifestations générales transitoires Malaises ou syncopes vagales liés à l injection et non au vaccin Accidents graves d'anaphylaxie Fréquence identique aux autres vaccins 0.1 à 1 /

31 Vaccins anti HPV et maladies auto-immunes Lien étudié par: - Suivi de cohorte de femmes vaccinées et non vaccinées - Etude cas-témoins (femmes avec MAI versus témoins indemnes MAI) Pas de sur-risque toutes MAI confondues Association retrouvée dans certaines études avec le syndrome de Guillain-Barré - s il existe, risque limité, évaluer à 1cas pour personnes vaccinées (Etude ANSM/CNAMTS) Pas de signal par rapport à la SEP et autres maladies démyélinisantes

32 Etude CNAMTS / ANSM: Vaccins anti HPV et risque de maladies auto-immunes

33 Autres effets indésirables allégués aux vaccins anti HPV Syndrome douloureux régional complexe - douleur chronique d un membre avec troubles trophiques suite à un traumatisme ou intervention chirurgicale - diagnostic d élimination. Syndrome de tachycardie orthostatique posturale - traduit une intolérance orthostatique - souvent associé au syndrome de fatigue chronique, fibromyalgie. Ménopause précoce A date, aucune preuve d association de ces syndromes avec la vaccination anti HPV

34 Toxicité des sels d aluminium présents dans certains vaccins

35 Aluminium comme adjuvant vaccinal Propriété adjuvante découverte en 1926 Augmente la réponse immunitaire à l antigène vaccinal Utilisation hydroxyde d Al et hydroxyphosphate d Al Adjuvants aluminiques entre 0,35 et 0,5 mg/dose (maxi tolérée < 0.85 mg/dose) En France, 26 vaccins sans Al (13 millions de doses en 2012) et 30 vaccins avec Al (10 millions de doses en 2012) 35

36 Quid de la toxicité de l aluminium chez l homme? Toujours décrites dans des situations de fortes expositions chroniques Professionnels exposés (toxicité pulmonaire et neurologique) Manifestations Système nerveux central (encéphalopathies) Tissu osseux (ostéomalacie) Anémie Pas de toxicité décrite dans la population générale en situation d exposition«habituelle»: Orale (aliments, eau, médicaments) Cutanée (cosmétiques, anti-transpirants), Respiratoire (inhalation de poussières)

37 Sécurité des adjuvants aluminiques Causalité avérée Pas de lien de causalité prouvé Sur le plan clinique réaction inflammatoire locale parfois nodule au site d injection Sur le plan histologique Myofasciite à macrophage Infiltration de macrophages contenant des cristaux d hydroxyde d aluminium autour des fibres musculaires Lien non reconnu avec des manifestations systémiques Syndrome de fatigue chronique Maladies neurologiques Maladies neuromusculaires (fibromyalgie-like) Retrouvée dans le muscle d injection des vaccins 37

38 Adjuvants aluminiques et maladies neuromusculaires

39 Comment restaurer et maintenir la confiance dans la vaccination? La plupart des parents vaccinent leurs enfants. Cette majorité devrait être soutenue elle peut constituer un puissant levier de défense de la vaccination Il faut comprendre les appréhensions pour pouvoir les gérer La communication et les messages sont importants Soutenir les professionnels de santé afin d engager un dialogue avec les parents sur la vaccination Les bonnes pratiques devraient être collectées et partagées

40

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique?

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Dr Magali Vidal-Roux Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand Samedi 3 décembre 2016 De 1881 à 2016 1881 «Des virus affaiblis ayant

Plus en détail

Question 1 : Schéma vaccinal Vaccin contre VHB en pratique

Question 1 : Schéma vaccinal Vaccin contre VHB en pratique Dossier N 3 Mme V vient en consultation avec sa fille Léa, qui a 14 ans. Léa consulte en raison de douleurs au moment des règles apparues il y a 6 mois. A cette occasion, vous faites le point sur les vaccinations

Plus en détail

Aluminium et vaccin JEDI 2015

Aluminium et vaccin JEDI 2015 Aluminium et vaccin JEDI 2015 L aluminium dans l organisme Origine exogène : Eau, alimentation (10 à 15 mg/j) Exposition accidentelle, professionnelle Exposition iatrogène (protecteurs gastriques, onguents,

Plus en détail

Actualités sur les vaccins HPV

Actualités sur les vaccins HPV Actualités sur les vaccins HPV Gardasil Données à fin d étude : maintien d une efficacité élevée sur les CIN 2/3 2006 CIN 2/3 associées à HPV 16 /18 Efficacité à 2 ans (IC à 95%) population PPE Gardasil

Plus en détail

Vaccination Exemples de controverses

Vaccination Exemples de controverses Vaccination Exemples de controverses ADJUVANTS HPV (MÉNINGITE C) Dr Sandrine GAZAIGNES Contexte Vaccination en situation de controverse durable mais en situation de succès vaccinal Des critiques constantes

Plus en détail

Pharmacovigilance des vaccins anti HPV en France. Dr C. Sgro Centre régional de PharmacoVigilance de Bourgogne Auxerre 8 mars 2016

Pharmacovigilance des vaccins anti HPV en France. Dr C. Sgro Centre régional de PharmacoVigilance de Bourgogne Auxerre 8 mars 2016 Pharmacovigilance des vaccins anti HPV en France Dr C. Sgro Centre régional de PharmacoVigilance de Bourgogne Auxerre 8 mars 2016 Vaccination anti HPV Une vaccination très prescrite : 190 millions de doses

Plus en détail

Le vaccin contre l hépatite B en France : polémique autour des aspects médicaux-scientifiques, juridiques et médiatiques

Le vaccin contre l hépatite B en France : polémique autour des aspects médicaux-scientifiques, juridiques et médiatiques Le vaccin contre l hépatite B en France : polémique autour des aspects médicaux-scientifiques, juridiques et médiatiques Elsa Ficquet Vendredi 30 mai 2008 1994 : campagne vaccinale Concerne : élèves en

Plus en détail

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Pourquoi vacciner contre l hépatite B dès l enfance? Henri Laurichesse, Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne Histoire naturelle de l hépatite

Plus en détail

Cancers Liés à HPV Mise au Point sur la Vaccination

Cancers Liés à HPV Mise au Point sur la Vaccination Cancers Liés à HPV Mise au Point sur la Vaccination Robert Cohen Vaccins HPV dans les Médias Effets indésirables Maladies auto-immunes Adjuvant Aluminium c est dangereux Nouveaux c est pire Maladie de

Plus en détail

Estimated Incidence of Acute Hepatitis B. United States,

Estimated Incidence of Acute Hepatitis B. United States, Cases per 100,000 Population Estimated Incidence of Acute Hepatitis B 80 70 60 50 40 30 20 10 0 * Provisional date United States, 1978-1995 Vaccine licensed HBsAg screening of pregnant women recommended

Plus en détail

Vaccinations. et sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques

Vaccinations. et sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Vaccinations et sclérose en plaques Pr. Thibault Moreau Service

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER DU COL DE L UTERUS

PREVENTION DU CANCER DU COL DE L UTERUS PREVENTION DU CANCER DU COL DE L UTERUS Janvier, février 20, unité médico judiciaire de l HOPITAL X Module santé publique Prenome nom, p.nom@hotmail.com Tuteur tuteur@wandoo.fr EPIDEMIOLOGIE En France:

Plus en détail

BILAN ACTUALISE DE PHARMACOVIGILANCE DES VACCINS ANTIGRIPPAUX A/H1N1

BILAN ACTUALISE DE PHARMACOVIGILANCE DES VACCINS ANTIGRIPPAUX A/H1N1 BILAN ACTUALISE DE PHARMACOVIGILANCE DES VACCINS ANTIGRIPPAUX A/H1N1 Mai 2010 DIRECTION DE L EVALUATION DES MEDICAMENTS ET DES PRODUITS BIOLOGIQUES Service de l Evaluation et de la Surveillance du Risque

Plus en détail

Vaccination contre le virus de l hépatite B Réunion de consensus Paris, septembre 2003

Vaccination contre le virus de l hépatite B Réunion de consensus Paris, septembre 2003 Vaccination contre le virus de l hépatite B Réunion de consensus Paris, 10-11 septembre 2003 Dr Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre de Pharmacovigilance Hôpital Salvator, Marseille Médecine du travail - 20/I/2003

Plus en détail

Balance Bénéfice Risque de la Vaccination. F HUET Pédiatrie 1 - CHU

Balance Bénéfice Risque de la Vaccination. F HUET Pédiatrie 1 - CHU Balance Bénéfice Risque de la Vaccination F HUET Pédiatrie 1 - CHU Conflits d intérêt Participation à des protocoles d évaluation de vaccins avec : SANOFI Pasteur MSD GSK Novartis Pfizer Participation

Plus en détail

Sclérose en plaques et vaccination

Sclérose en plaques et vaccination Sclérose en plaques et vaccination Prof. J. de Seze 18 Avril 2015 1 Les vaccins : «l absence de droit à l erreur» Taille de la population traitée Vaccins - + - Traitements + - + Perception immédiate du

Plus en détail

Vaccination anti-hbv et sclérose en plaques

Vaccination anti-hbv et sclérose en plaques Vaccination anti-hbv et sclérose en plaques Morbidité-Mortalité en France 100 hépatites B aiguës en DO annuelle depuis 10 ans Infection chronique (Meffre et al. J Med Virol. 2010; 82: 546-55 ) Prévalence

Plus en détail

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an Hépatite B Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an zone de forte endémie (8-20%): Asie SE, Afrique zone d endémie moyenne

Plus en détail

Surveillance des vaccins à l ANSM

Surveillance des vaccins à l ANSM Surveillance des vaccins à l ANSM Séminaire du CA 13 février 2014 Nicolas FERRY Directeur Biovac Plan des présentations de la session vaccins 1. Introduction générale 2. L aluminium et la Myofasciite à

Plus en détail

8 juillet août 2015

8 juillet août 2015 Groupe de dialogue DGS/professionnels de santé 25 septembre 2015 Historique 8 juillet 2015 : courrier d alerte de la CNNSE et propositions adressés au Pr Benoît VALLET, DGS Désarroi des professionnels

Plus en détail

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Odile Launay Colloque Sécurité des vaccins Paris, 4 octobre 2016 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

Vaccin hépatite B Mise au point

Vaccin hépatite B Mise au point Vaccin hépatite B Mise au point Épidémiologie Rappels sur L infection à VHB Les vaccins Historique de la vaccination en France Liens avec affectations démyélinisantes Résultats «mitigés» Recommandations

Plus en détail

Vaccination HPV : efficacité et profil de sécurité en vie réelle.

Vaccination HPV : efficacité et profil de sécurité en vie réelle. Vaccination HPV : efficacité et profil de sécurité en vie réelle. Jean LEVEQUE Service de Gynécologie CHU Anne de Bretagne UFR Médecine Université de Rennes 1 RENNES Deux vaccins Efficaces 1 CIN 16-18

Plus en détail

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner 5 000 nouvelles contaminations par le virus de l hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu il existe un moyen sûr et efficace

Plus en détail

Prévention du cancer du col

Prévention du cancer du col Prévention du cancer du col La vaccination anti papilloma virus en milieu scolaire Soirée médicale avec l intervention du Pr Graesslin Mardi 30 juin à 19h30 - Hôtel Le Méridien Contact : Loïc BROQUART,

Plus en détail

Les vaccins : pharmacovigilance / cas clinique. Dr H. PEYRIERE Laboratoire de pharmacie clinique CHU Montpellier 2016

Les vaccins : pharmacovigilance / cas clinique. Dr H. PEYRIERE Laboratoire de pharmacie clinique CHU Montpellier 2016 1 Les vaccins : pharmacovigilance / cas clinique Dr H. PEYRIERE Laboratoire de pharmacie clinique CHU Montpellier 2016 2 Généralités Pharmacovigilance : ensemble des techniques d identification, d évaluation

Plus en détail

Prévention du cancer du col de l'utérus chez les jeunes filles : ce qu'il faut savoir

Prévention du cancer du col de l'utérus chez les jeunes filles : ce qu'il faut savoir Prévention du cancer du col de l'utérus chez les jeunes filles : ce qu'il faut savoir Ces informations sur la vaccination anti- HPV dans le cadre de la prévention du cancer du col de l utérus vous concernent

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU GRELL SUR LA VACCINATION POUR LA PREVENTION DES CANCER DUS AUX VIRUS HPV

RECOMMANDATIONS DU GRELL SUR LA VACCINATION POUR LA PREVENTION DES CANCER DUS AUX VIRUS HPV RECOMMANDATIONS DU GRELL SUR LA VACCINATION POUR LA PREVENTION DES CANCER DUS AUX VIRUS HPV Les registres du cancer des Pays de langue latine, réunis a Lugano le 20 May 2009 au cours de la XXXIV réunion

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B et affections démyélinisantes

Vaccination contre l hépatite B et affections démyélinisantes Vaccination contre l hépatite B et affections démyélinisantes Docteur Bernard Bégaud PU-PH (Pharmacologie Médicale) Université et CHU de Bordeaux CR INSERM 1219 Bordeaux Research Center on Populations

Plus en détail

Journée Étude «FEMMES»

Journée Étude «FEMMES» Journée Étude «FEMMES» IVG IST Vaccin HPV Mutilations sexuelles 2009 2010 IVG Environ 200 000 IVG chaque année en France (chiffre stable): 210 700 en 2004 8% des mineures en 2006 (vs 4% il y a quelques

Plus en détail

Questionnaire «vaccination» vague 1 du panel 3 de médecins généralistes de ville Version post-pilote modifiée le 17/03/2014

Questionnaire «vaccination» vague 1 du panel 3 de médecins généralistes de ville Version post-pilote modifiée le 17/03/2014 Questionnaire «vaccination» vague 1 du panel 3 de médecins généralistes de ville Version post-pilote modifiée le 17/03/2014 Introduction enquêteur QI0. En ce qui concerne la vaccination en général dans

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES Casablanca, 06 Janvier 2017 Plan I. Contexte et place de la vaccination dans la politique sanitaire II. Evolution Programme National d Immunisation

Plus en détail

Vaccination anti HPV & cancer du col. H.Mahfouf,K.Bouzid Service Oncologie Médicale EHS Centre Pierre & Marie Curie

Vaccination anti HPV & cancer du col. H.Mahfouf,K.Bouzid Service Oncologie Médicale EHS Centre Pierre & Marie Curie Vaccination anti HPV & cancer du col H.Mahfouf,K.Bouzid Service Oncologie Médicale EHS Centre Pierre & Marie Curie Inc= 493 000 Décès = 274 000 Incidence Mortalité Epidémiologie 105 Registre des tumeurs

Plus en détail

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier.

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. La coqueluche. Haemophilus Influenzae B. Le Papilloma Virus. L hépatite B. La grippe. LA COQUELUCHE Bacille gram (bacille de Bordet et Gengou)

Plus en détail

préconçues sur le vaccin antigrippal...et 10 raisons expliquant pourquoi elles sont

préconçues sur le vaccin antigrippal...et 10 raisons expliquant pourquoi elles sont C est votre santé qui est en jeu. Faites confiance aux experts. Consultez votre médecin au sujet du vaccin antigrippal dès aujourd hui. 10 idées préconçues sur le vaccin antigrippal...et 10 raisons expliquant

Plus en détail

Infections HPV et leur prévention par le vaccin

Infections HPV et leur prévention par le vaccin Infections HPV et leur prévention par le vaccin J.J. Baldauf 1, C.Y. Akladios 1, E. Baulon 1, E. Faller 1, M. Fender 2 Liens d intérêts: Investigateur principal et crédits de recherche : MSD Sanofi-Pasteur

Plus en détail

Mesure de l hésitation vaccinale en France

Mesure de l hésitation vaccinale en France Mesure de l hésitation vaccinale en France P. Verger Observatoire régional de la santé Paca UMR 912 SESSTIM, Inserm, Aix-Marseille Université, IRD I-Reivac (F-Crin) Les rencontres de Santé Publique France,

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LE MÉNINGOCOQUE C ET CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN CHEZ LES HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC LES HOMMES (HSH)

VACCINATION CONTRE LE MÉNINGOCOQUE C ET CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN CHEZ LES HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC LES HOMMES (HSH) VACCINATION CONTRE LE MÉNINGOCOQUE C ET CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN CHEZ LES HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC LES HOMMES (HSH) Anne-Sophie Barret Santé publique France, Direction des maladies

Plus en détail

Vaccination contre les papillomavirus humains (HPV)

Vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) Vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) Pour tous les jeunes! Présentation pour les jeunes et leurs parents Les papillomavirus humains (HPV) peuvent provoquer des verrues génitales et causer

Plus en détail

Denise ANTONA. Hépatite B : données épidémiologiques récentes et stratégie vaccinale

Denise ANTONA. Hépatite B : données épidémiologiques récentes et stratégie vaccinale Denise ANTONA Hépatite B : données épidémiologiques récentes et stratégie vaccinale Connaître l'évolution de l'épidémiologie de l'infection par HBV. Connaître l'état actuel et l'évolution souhaitable de

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination Avril Package de communication

Semaine européenne de la vaccination Avril Package de communication Semaine européenne de la vaccination 24 30 Avril 2017 Package de communication Table des matières Vision et objectif 3 Thème : Les vaccins, ça marche! 4 Messages clés 5 Messages clés n 1 : la vaccination

Plus en détail

Cancer du col utérin lésions précancéreuses. importance du dépistage. intérêt de la vaccination

Cancer du col utérin lésions précancéreuses. importance du dépistage. intérêt de la vaccination Cancer du col utérin lésions précancéreuses importance du dépistage intérêt de la vaccination 2 ème journée des infirmiers de Basse Normandie 9 Octobre 2014 - Dr E. ANGER Cabinet de Pathologie Alençon

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 11 juillet 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 11 juillet 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 11 juillet 2001 TICOVAC 2,7 microgrammes pour 0,5 ml, suspension injectable en seringue préremplie vaccin de l encéphalite à tiques adsorbé B/1 et B/10

Plus en détail

Hépatite B : je comprends sa. dépistage et de la prévention

Hépatite B : je comprends sa. dépistage et de la prévention Hépatite B : je comprends sa gravité, l'importance du dépistage et de la prévention L hépatite B est une maladie du foie, due à un virus. On estime à près de 300 000 le nombre de porteurs chroniques de

Plus en détail

Place du vaccin GARDASIL 9 dans la prévention des infections à papillomavirus humains

Place du vaccin GARDASIL 9 dans la prévention des infections à papillomavirus humains Place du vaccin GARDASIL 9 dans la prévention des infections à papillomavirus humains Comité technique et de prospective du dépistage du cancer du col de l utérus 12/06/2017 1 AMM européenne GARDASIL 9

Plus en détail

L expertise du Comité Technique des vaccinations pour la définition des stratégies vaccinales dans un contexte de crise sanitaire

L expertise du Comité Technique des vaccinations pour la définition des stratégies vaccinales dans un contexte de crise sanitaire L expertise du Comité Technique des vaccinations pour la définition des stratégies vaccinales dans un contexte de crise sanitaire Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Président du Comité technique

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques Ce

Plus en détail

Génotypes HPV et risque oncogène

Génotypes HPV et risque oncogène Papillomavirus humain (HPV) Dr Patrick Miailhes Service de Maladies Infectieuses et tropicales, Hôpital de la Croix-Rousse, Lyon Le virus HPV Virus à ADN, Généralités 120 génotypes environ dans l espèce

Plus en détail

Sécurité sanitaire Risques sanitaires

Sécurité sanitaire Risques sanitaires Sécurité sanitaire Risques sanitaires Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Crises sanitaires 2 Grands domaines des crises sanitaires Maladies infectieuses Médicaments, produits de santé, soins

Plus en détail

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Section 10.3.4 10.3.4 : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Composition Un vaccin inactivé polysaccharidique 23-valent contre le pneumocoque (-23) est distribué au Canada : Pneumovax 23 (Merck).

Plus en détail

Epidémiologie de l hépatite B aiguë en France Déclaration obligatoire ( ) C. Larsen Institut de veille sanitaire

Epidémiologie de l hépatite B aiguë en France Déclaration obligatoire ( ) C. Larsen Institut de veille sanitaire Epidémiologie de l hépatite B aiguë en France Déclaration obligatoire (2003-2010) C. Larsen Institut de veille sanitaire Conflit d intérêts aucun Contexte épidémiologique politique de prévention vaccinale

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

POINT PRESSE Prévention du cancer du col de l utérus : la place de la vaccination contre les papillomavirus humains. Mardi 14 février 2012

POINT PRESSE Prévention du cancer du col de l utérus : la place de la vaccination contre les papillomavirus humains. Mardi 14 février 2012 POINT PRESSE Prévention du cancer du col de l utérus : la place de la vaccination contre les papillomavirus humains Mardi 14 février 2012 PREVENTION DU COL DE L UTERUS nouvel avis du HCSP* du 21 octobre

Plus en détail

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) PLAN Introduction I Etiologies et classification des IST II Mode de contamination III Facteurs favorisants IV Etude clinique : = > TDD : Gonococcie a) - Etiologie

Plus en détail

HPV et cancer du Col de l Utérus: les liaisons dangereuses

HPV et cancer du Col de l Utérus: les liaisons dangereuses HPV et cancer du Col de l Utérus: les liaisons dangereuses Diaporama expert MG Soirées de formation ADOC 94 Campagne de dépistage organisé cancer du col de l utérus Epidémiologie des HPV Très répandus

Plus en détail

Vaccination et inégalités de santé : l exemple de la vaccination HPV. Dr Guilaine Morand Affaires médicales HPV

Vaccination et inégalités de santé : l exemple de la vaccination HPV. Dr Guilaine Morand Affaires médicales HPV Vaccination et inégalités de santé : l exemple de la vaccination HPV Dr Guilaine Morand Affaires médicales HPV 1 Sommaire Introduction Vaccination HPV : état des lieux Vaccination HPV et inégalités de

Plus en détail

Les nouvelles recommandations en colposcopie chez les adolescentes Pédale douce!

Les nouvelles recommandations en colposcopie chez les adolescentes Pédale douce! Les Rencontres de Prangins Prangins, 3 décembre 2009 Les nouvelles recommandations en colposcopie chez les adolescentes Pédale douce! Stefan Gerber Maternité HUG, Genève Département de gynécologie Fribourg

Plus en détail

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST Journée régionale Sens, 02 Octobre 2015 M Duong Service des Maladies Infectieuses CHU Dijon INFECTION VHB EN FRANCE - Porteurs chroniques(ag

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité V Jouhet 13 Mai 2009 Encadrement : G. Defossez Plan Définitions Incidence Mortalité Effets influençant la lecture des données épidémiologiques Âge, période,

Plus en détail

Un point sur la vaccination

Un point sur la vaccination Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Un point sur la vaccination Dr Isabela LORENTE Mme Tatiana Bourcier 17, 26 et 30 sept 2014 Vrai / Faux Quand je me vaccine, je protège les autres.

Plus en détail

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT

Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4. Mr le Docteur JOUVENT Sclérose en plaques Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7 S4 Mr le Docteur JOUVENT Définition La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire du système nerveux central (SNC),

Plus en détail

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014 POURQUOI SE FAIRE VACCINER? Journée e défense d et citoyenneté 2014 Avant de commencer Combien d entre vous sont sûrs d être à jour de leurs vaccinations? Qui se sent concerné par la vaccination? Qui sait

Plus en détail

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Je suis personnel de santé, est-ce que j expose les patients

Plus en détail

Effets indésirables et réactions secondaires aux vaccins : distinguer le vrai du faux Robert Cohen, François Vie Le Sage Septembre 2017

Effets indésirables et réactions secondaires aux vaccins : distinguer le vrai du faux Robert Cohen, François Vie Le Sage Septembre 2017 Effets indésirables et réactions secondaires aux vaccins : distinguer le vrai du faux Robert Cohen, François Vie Le Sage Septembre 2017 Points essentiels - L innocuité est un impératif majeur pour les

Plus en détail

VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE

VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE Est-il à jour de ses vaccinations? D après le calendrier vaccinal 2014 1 ette 105x210 vaccinations V11.indd 1 30/09/2014 10 Le rendez-vous POUR TOUS LES ADOLESCENT(E)S DE

Plus en détail

Défiance vis-à-vis de la vaccination

Défiance vis-à-vis de la vaccination Défiance visàvis de la vaccination Stratégie nationale de vaccination Proposition du HCSP 31/10/2014 1 Valences DTCa*P Hib Hép. B Pneumocoque Rougeole Rubéole HPV (complète) Grippe Objectifs de couverture

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques 11.1 : immunoglobulines non spécifiques Composition Les non spécifiques sont distribuées au Québec par Héma-Québec : amastan S/D (rifols Therapeutics Inc.). Elles contiennent : une solution stérile concentrée

Plus en détail

Epidémiologie des pathologies à papillomavirus humains et distribution des génotypes dans le monde et en France

Epidémiologie des pathologies à papillomavirus humains et distribution des génotypes dans le monde et en France Epidémiologie des pathologies à papillomavirus humains et distribution des génotypes dans le monde et en France JNI 2007 Professeur Didier Riethmuller Infection à HPV : épidémiologie 2. Quelles pathologies

Plus en détail

Aluminium dans les vaccins. Aluminium dans les vaccins. Vu dans Vaccin anti-hépatite B: Le rapport qu'on nous cache!

Aluminium dans les vaccins. Aluminium dans les vaccins. Vu dans Vaccin anti-hépatite B: Le rapport qu'on nous cache! Aluminium dans les vaccins Aluminium dans les vaccins Vu dans Vaccin anti-hépatite B: Le rapport qu'on nous cache! UNE ÉTUDE officielle sur la myofasciite à macrophages, NON PUBLIÉE, met en cause l'aluminium

Plus en détail

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et Dr PENALBA Formation NANCY 03 et 04.02.2016 Hépatite = inflammation du foie toxiques / des virus causée par des Le virus pénètre la cellule, se multiplie, le système immunitaire détruit les cellules infectées

Plus en détail

VACCIN CONTRE L HEPATITE B

VACCIN CONTRE L HEPATITE B VACCIN CONTRE L HEPATITE B Pr François DENIS Service de bactériologie-virologie-hygiène CHU de Limoges VACCIN CONTRE L HEPATITE B HISTORIQUE Virus de l hépatite B découvert par Baruch Blumberg en 1967,

Plus en détail

VPH: MIEUX LE COMPRENDRE POUR MIEUX LE PRÉVENIR!

VPH: MIEUX LE COMPRENDRE POUR MIEUX LE PRÉVENIR! VPH: MIEUX LE COMPRENDRE POUR MIEUX LE PRÉVENIR! MARC STEBEN, M. D., C.C.M.F., F.C.M.F. Médecin conseil, Unité des infections transmissibles sexuellement, Institut national de santé publique du Québec

Plus en détail

Indications du test HPV

Indications du test HPV Indications du test HPV Z. SADI Clinique de gynécologie obstétrique CHU Mustapha 12 ème congrès national SAERM Alger 23-24 mai 2014 HPV bref rappel historique 1907: découverte du papillomavirus humain

Plus en détail

LE BON USAGE DU MEDICAMENT

LE BON USAGE DU MEDICAMENT LE BON USAGE DU MEDICAMENT L optimisation du rapport bénéfice risque des médicaments La minimisation du risque thérapeutique pour le patient. Une meilleure allocation des ressources disponibles Reposent

Plus en détail

Recommandations destinées aux professionnels de santé

Recommandations destinées aux professionnels de santé Recommandations destinées aux professionnels de santé pour la prise en charge rénale et l adaptation posologique des patients adultes atteints de VHB sous Disoproxil 1 Ce document est diffusé par les laboratoires

Plus en détail

PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. La vaccination permet de protéger chacun de nous contre différents microbes (virus et bactéries) à l'origine de maladies infectieuses. Le principe de la vaccination remonte

Plus en détail

L HÉPATITE B VACCIN. contre. Vaccinez votre bébé! L hépatite B est évitable... Docteur LOUSTAUD-RATTI Professeur DENIS CHU LIMOGES.

L HÉPATITE B VACCIN. contre. Vaccinez votre bébé! L hépatite B est évitable... Docteur LOUSTAUD-RATTI Professeur DENIS CHU LIMOGES. Le VACCIN contre L HÉPATITE B L hépatite B est évitable... Création Dr Véronique LOUSTAUD-RATTI Fédération des Hépatites CHU DUPUYTREN - Limoges Pr François DENIS Service de Bactériologie et Virologie

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

DEVELOPPEMENT ET CARACTERISATION D UN MODELE ANIMAL DE POLYRADICULONEVRITE CHRONIQUE

DEVELOPPEMENT ET CARACTERISATION D UN MODELE ANIMAL DE POLYRADICULONEVRITE CHRONIQUE DEVELOPPEMENT ET CARACTERISATION D UN MODELE ANIMAL DE POLYRADICULONEVRITE CHRONIQUE Laurent KREMER JNIN -6 décembre 2013 UMR_S, INSERM U1119, Université de Strasbourg Biopathologie de la Myéline, Neuroprotection

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la pertinence de la poursuite de la campagne de vaccination contre la grippe pandémique A(H1N1)2009 Le Directeur général de la santé a saisi le le 6 janvier 2010 1 afin qu il donne un avis

Plus en détail

Les risques biologiques au travail AGIR POUR PRÉVENIR HÉPATITE B

Les risques biologiques au travail AGIR POUR PRÉVENIR HÉPATITE B Les risques biologiques au travail AGIR POUR PRÉVENIR HÉPATITE B FORMULAIRE D AUTORISATION Ce dépliant contient un formulaire d autorisation de vaccination. IMPORTANT Vous devez absolument nous indiquer

Plus en détail

- Par voie materno-foetale lorsque la future maman est porteuse chronique du virus.

- Par voie materno-foetale lorsque la future maman est porteuse chronique du virus. Épidémiologie Présence du virus dans tous les liquides biologiques y compris la salive. (la transmission salivaire est donc possible bien que non prouvée à ce jour). Mode de contamination : - Par voie

Plus en détail

Analyse des évènements indésirables suspectés à la suite d une vaccination contre la grippe pandémique (H1N1) 2009 en Suisse

Analyse des évènements indésirables suspectés à la suite d une vaccination contre la grippe pandémique (H1N1) 2009 en Suisse Analyse des évènements indésirables suspectés à la suite d une vaccination contre la grippe pandémique (H1N1) 2009 en Suisse Annonces issues de la banque de données PaniFlow du 10 novembre au 11 décembre

Plus en détail

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique Michel BIOUR Septembre 2016 1 Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique 2

Plus en détail

L Essai Clinique dans la Vraie Vie. Explique moi.. Laurent Chiche Décembre 2016

L Essai Clinique dans la Vraie Vie. Explique moi.. Laurent Chiche Décembre 2016 L Essai Clinique dans la Vraie Vie Explique moi.. Laurent Chiche Décembre 2016 Dans la «vraie vie» Essais cliniques en France Spécificité des maladies rares Le point de vue des patients Limites et perspectives

Plus en détail

LA PHARMACOVIGILANCE. Dr Nicolas MARIE IFSI CHGR

LA PHARMACOVIGILANCE. Dr Nicolas MARIE IFSI CHGR LA PHARMACOVIGILANCE Dr Nicolas MARIE IFSI CHGR 2014-2015 Médicaments au centre de scandale sanitaire pour des motifs de pharmacovigilance Vioxx Médiator Thalidomide Distilbène Médicaments au centre de

Plus en détail

La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin.

La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin. La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Depuis 2009, on assiste en France à une baisse préoccupante de la vaccination contre la grippe saisonnière.

Plus en détail

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement Dysplasies et Cancer du col de l Utérus Dépistage et Traitement JNI 2007 Professeur Patrice Mathevet Cancer du col utérin en France : en 2000 Incidence : 3 387 cas par an (7 ème position) Mortalité : 1

Plus en détail

Le vaccin dans tous ses états. Françoise Roudot-Thoraval Service d hépatologie Hôpital Henri Mondor, Créteil

Le vaccin dans tous ses états. Françoise Roudot-Thoraval Service d hépatologie Hôpital Henri Mondor, Créteil Le vaccin dans tous ses états Françoise Roudot-Thoraval Service d hépatologie Hôpital Henri Mondor, Créteil Liens d intérêt Orateur/consultant pour : AbbVie, BMS Gilead Janssen Roche Plan Quelques chiffres,

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

Pharmacovigilance : à quoi sert-elle et comment fonctionne(ait)-elle? Sophie Gautier Pharmacien

Pharmacovigilance : à quoi sert-elle et comment fonctionne(ait)-elle? Sophie Gautier Pharmacien Pharmacovigilance : à quoi sert-elle et comment fonctionne(ait)-elle? Sophie Gautier Pharmacien 5 octobre 2011 Pharmacovigilance Surveillance du risque d effet indésirable médicamenteux (EIM) : identification,

Plus en détail

ALGODYSTROPHIE. synthèse Prescrire d avril Soirée FORGENI du 17/09/2009

ALGODYSTROPHIE. synthèse Prescrire d avril Soirée FORGENI du 17/09/2009 ALGODYSTROPHIE synthèse Prescrire d avril 2009 Soirée FORGENI du 17/09/2009 Groupe de veille documentaire Boussageon R, Jamet S, Mas JL, Nambotin P, Oriol JM, Senez B. DEFINITION C est un syndrome qui

Plus en détail

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE

IATROGENIE MEDICAMENTEUSE Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique Michel BIOUR Septembre 2014 1 Effets indésirables Erreurs dans le circuit du médicament Inefficacité thérapeutique 2

Plus en détail

Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES

Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES Cas rapportés de TSS, 2008 Virus VIH VHC VHB Nombre épisodes

Plus en détail