Notes de synthèse de la conférence de Mme Viviane Bouysse (IGEN) du mercredi 19 octobre 2011 à Troyes. «Evaluation et aide personnalisée»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notes de synthèse de la conférence de Mme Viviane Bouysse (IGEN) du mercredi 19 octobre 2011 à Troyes. «Evaluation et aide personnalisée»"

Transcription

1 Notes de synthèse de la conférence de Mme Viviane Bouysse (IGEN) du mercredi 19 octobre 2011 à Troyes «Evaluation et aide personnalisée» PARTIE 1 : Evaluation et langage à l école maternelle «Tout le programme mais rien que le programme» Pourquoi évaluer? Evaluer pour rendre compte est une finalité qui n est pas exorbitante ni illégitime. Nous rendons compte de ce que savons à un temps T : -A l institution Il s agit pour nous d assumer cette obligation pour montrer qu elle sert à quelque chose. Si nous n en sommes pas capables, nous ne sommes pas autre chose qu une garderie gratuite. Nous ne devons pas donner d argument pour que quelqu un puisse le penser. -Aux parents Différents rapports des IGEN mettent en évidence la pression parentale exercée sur les enseignants, les parents manifestant leurs inquiétudes, conscients de l importance déterminante des premières années de la scolarité et leur incidence sur sa poursuite avec en perspective la réussite de leurs enfants. Donner des preuves que l école maternelle est une école. Mise en concurrence de l école maternelle avec les activités périscolaires (travail sur fiches qui rassurent les parents), les sites Il faut être transparent sur les progrès, sur l absence de progrès Attention au terme de difficulté employé pour des élèves d école maternelle. Ce terme est à manier avec précaution : privilégier la notion de besoins, la différence des besoins. Certains élèves ont plus de besoins que d autres, ils n ont pas forcément de difficultés, ils ne sont pas en difficulté. -Aux enfants Rendre compte aux enfants de ce qu ils savent faire accompagner l élève pour favoriser et faciliter sa mise en perspective d élève construire son rapport au temps : un avant, un pendant, un après «Je ne sais pas mais je vais apprendre à faire» impliquer l enfant dans sa propre évaluation La situation de langage et la situation d évaluation Rendre compte et rendre des comptes pour mettre en valeur son travail et celui des élèves au service des pratiques et d une valorisation de quelque chose. A la maternelle, il n y pas de logique normative. Il s agit de mettre en évidence des acquis et des progrès. Ne pas montrer des écarts et des creux. L évaluation doit servir aux enseignants pour rendre compte (à soi) => pour se rendre compte => exercice de lucidité pour être précis sur certains points.

2 Différentes études montrent que les enseignants de maternelle savent situer leurs élèves : leurs hypothèses prédictives (projection) de la réussite ou des difficultés dans le futur parcours scolaire des élèves se révèlent très souvent justes. Concernant les difficultés, ils savent dire pourquoi mais ne sont pas en capacité de préciser la nature de ces difficultés. Exemple : le langage oral => Où se situent les problèmes du langage oral? Ce domaine est à clarifier en priorité. Il est le cœur, le levier de l égalité des chances à l école maternelle. Comment évaluer? Quels outils? Rester simple : l évaluation n est pas une usine à gaz et ne doit pas le devenir. Mutualiser les outils, les confronter. Il faut garder trace des informations prises en classe => tenue d un tableau de bord pour la classe. Le relevé peut se faire soit par observation (exploitation des situations habituelles de classe) ou par exercices (tâches prévues pour évaluer). Trouver les procédés qui correspondent : code, écrit. Le système de codage reste à l initiative de l enseignant : croix, couleurs =>Traces de ce que l on sait des acquis des élèves. Baliser la prise d indices. Pas de forme particulière pour le livret scolaire de l élève. C est un outil qui doit circuler entre l école et les familles. Il doit être lisible pour les parents => se concentrer par période sur quelques objectifs essentiels. Quels dispositifs pour évaluer? Les épreuves «papier-crayon» sont peu pertinentes sauf peut-être pour celles de compréhension, repères des sons, découpage en syllabes. Privilégier l observation et l écoute dans des situations naturelles de classe=> pas de campagne formelle en fin de période. Prendre des informations dans une situation, dans une tâche, au sein des interactions langagières avec les enfants => capacité d observation et d écoute expertes. Se focaliser sur ce qui compte en matière de langage Anticiper => prévoir des critères, des éléments de repérage de ce que savent faire les élèves et de ce qu ils ne savent pas encore faire (outillage mental de l enseignant) Différenciation et évaluation : Rien ne nous oblige à produire des évaluations sur les mêmes objectifs, les mêmes compétences, aux mêmes dates pour tous les élèves (prise en compte des cycles). Hétérogénéïté => opérer une comparaison avec les courbes de croissance (image) Difficulté pour trouver la voie moyenne : où se situe le seuil d alerte inférieur? (difficulté pour les enseignants de nommer ce seuil inférieur) Emploi des termes «élèves à risques» il s agit d une extraction d un protocole (bilan de santé de la 6 ème année) => renvoi à un étalonnage statistique effectué par des médecins qui

3 témoigne d une corrélation entre scores faibles et difficultés postérieures dans le domaine de la santé. Il s agit bien d une corrélation statistique. Il n y a pas de prévention possible à l école maternelle si on n a pas de facteurs de vulnérabilité. Il est tout à fait nécessaire de regarder cette réalité en face. Les adolescents en difficulté scolaire en RAR se caractérisent par un déficit chronique langagier tout particulièrement dans le domaine du langage d évocation. Que faut-il évaluer et comment? Le temps consacré à l enseignement/apprentissage ne doit pas être supérieur au temps consacré à l évaluation. On ne peut légitimement évaluer que ce qui a été enseigné. On n enseigne ni par des leçons, ni par des exercices. Des compétences essentielles : Compétences de communication Compétences en production Compétences en compréhension Premières compétences dans l étude de la langue L entrée dans l écriture Compétences de communication Ce sont essentiellement les interactions qui sont en jeu. Compétences / Domaines observés La prise de parole La prise de «rôle» Propos articulés OBSERVABLES et CRITERES -jouer(accepter) le rôle d interlocuteur (P.S.) => préalable indispensable pour se positionner au sein de l acte de communication. -oser entrer en interaction, en situation duelle (d abord avec un adulte en qui il a confiance puis avec un pair) puis en groupe (interactions collectives) -demander la parole, attendre son tour (fin M.S.) -ne pas parler pour parler, rester dans le sujet de l échange (G.S.) -La présence d articulations explicites du propos avec les précédents ; -La qualité de ces liens (critère d excellence, non exigible en G.S.) «Moi, je ne suis pas d accord avec parce que»

4 L enfant communique bien avant son entrée à l école maternelle. On sait que le mode de garde parental favorise une connivence telle que la communication peut se résumer parfois à l emploi exclusif d un langage non verbal. La corrélation emploi de la mère/développement de la qualité du langage chez l enfant a été démontrée. Ainsi, certains enfants bénéficient d un cumul d avantages : niveau de diplôme des parents/emploi des parents (mère)/qualité du langage. Prendre en compte les indices non verbaux dans la communication. Compétences en production Compétences / Domaines observés Produire certains actes de langage Produire du langage d évocation Transformer de l oral en écrit Qualité du langage produit OBSERVABLES et CRITERES de P.S. à G.S. -restituer, répéter (comptines, poésies, chansons => dire devant les autres, s exposer) -nommer (appeler quelque chose par son nom) -décrire, raconter : pour certains dès P.S., pour tous MS => pour atteindre cette compétence, il faut avoir entendu des récits. -questionner: dès la P.S. ; Est-ce que l élève exprime par un questionnement sa curiosité? Est-ce qu il a ce réflexe langagier? -expliquer, justifier en G.S. à partir de choses faites et vécues. c est-à-dire à parler hors d un ancrage dans la situation M.S., G.S. Cette capacité est déterminante pour la suite de la scolarité, essentiel pour le C.P. M.S., G.S. On commence à observer en M.S. puis dans la courbe moyenne en G.S. Essentiellement sous la forme de la dictée à l adulte. de P.S. à G.S. P.S. => premier usage des pronoms : emploi du «je» (parler de soi) puis du «tu»; produire une phrase simple correctement sous la forme S+V+Cplt (même s il y a répétition du type : «Mon vélo, il est tout cassé maintenant.» M.S. => exprimer plusieurs idées dans une phrase : «Il est tout cassé, il est tout cassé maintenant ; il est bleu mon vélo.» Au fur et à mesure apparition de

5 coordination dans une même phrase dès M.S. En M.S. => système des pronoms acquis ; le genre des noms (par rapport à un vocabulaire pratiqué) Capacité à se corriger Les élèves néo arrivants sont dotés de la structuration des catégories issues de leur langue maternelle. -Les premiers signes de la capacité à se corriger doivent être encouragés dans leur mise en place dès la G.S. afin de favoriser l activation de cette régulation consciente chez les élèves. Il s agit d une capacité déterminante pour la suite de la scolarité. Le langage d évocation Terme qui a fait son apparition dans les programmes 2002 et qui perdure dans les programmes L objectif vise à présent à conduire l élève à parler dans des situations de moins en moins familières (programmes 2008). Activités à mener à «forte dose» en M.S. (sur histoire bien connue par exemple) L attention doit porter sur les deux mots LANGAGE Manière de dire EVOCATION Contenu Il est nécessaire de distinguer la capacité d évocation de la qualité du langage produit. Certains élèves baignent naturellement dedans depuis qu ils sont nés (les enseignants et leurs enfants sont spontanément dans ce registre). aux représentations des enseignants => un grand nombre de parents ne fonctionnent pas comme nous. Les socio-linguistes appellent «usage utilitaire» ou «usage affectif» le langage lié à la situation ou au faire de la situation => rôle important de l école pour corriger ces écarts. Forme du langage d évocation => c est parler à propos de choses, de rappeler, de commenter. Certains pédopsychiatres parlent de la musique du langage (le ton). Très tôt les enfants développent une sensibilité à la mélodie de la langue. La place de la tradition orale chez certains peuples se résume souvent par une activité de transmission mais pas de production. Les enseignants doivent être en situation de produire des situations qui provoquent le langage chez les élèves : raconter, décrire, expliquer. En effet, il faut pouvoir entendre dans son environnement pour pouvoir produire à son tour => produire pour que les élèves produisent à leur tour. Se représenter pourquoi c est difficile => faire 3 choses en même temps nécessite de maîtriser 2 savoirs faire afin de se concentrer uniquement sur le 3 ème.

6 situation exigeante qui nécessite un bon contrôle du rapport aux événements racontés ou expliqués => il faut que ce soit clair. rapport à l auditoire : ceux qui les écoutent ne savent pas la même chose qu eux => évaluer ce que l autre ne sait pas pour pouvoir lui dire ce qu il a besoin de savoir => décentration. rapport à la langue : avoir les mots pour le dire, disposer du vocabulaire pour s exprimer dans le temps. De la P.S. à la G.S. => de l imprégnation à la production Construire des représentations en P.S. / M.S. Rappel d histoires en M.S. => quelque chose qui soutient la mémoire ; s entraîner à faire la synthèse de compétences ; produire du langage en continu ; ménager des moments (pas la même histoire pour tous les élèves) ; apporter de la clarté cognitive : «Quand on fait ça, on apprend à bien raconter l histoire» sinon parler n est identifié comme un travail par l élève. Or, à la maternelle le langage est au cœur du travail. Toujours dire à l enfant quand on ne le comprend plus, sinon il n y aura pas de décentration langagière pour lui : «Est-ce que j ai bien compris ce que tu me dis? De qui me parles-tu?» Clé de la réussite scolaire. Les enfants qui savent parler ont une sorte de pré conscience, ils ont acquis la structure syntaxique ; ils ont une intuition de la langue => incidence sur les activités de compréhension, de lecture, de production d écrits et en grammaire. Usage d un français correct, le plus proche de l écrit. Evaluer le langage d évocation Distinguer dans l évaluation la justesse de ce qui est raconté ou expliqué et la qualité du langage : on recherche la précision lexicale et la structuration syntaxique (relations organisées). Critères : désignation des acteurs, temps et relations chronologiques, lieux et relations spatiales, relations logiques. Transformer de l oral en écrit Sur la base du langage d évocation. Les socio-linguistes parlent d oral scriptural c'est-à-dire un oral proche de l écrit. Dans la sagesse populaire on dit : «parler comme un livre». En écoutant un élève, on distingue différentes formes de langage. Avec le langage d évocation, nous sommes très proches de l écrit. A l oral, on tolère «Le vélo, il est cassé.» ; Il y a peu d écart entre l oral produit et l écrit. La dictée à l adulte peut servir à ce travail de régulation. «On ne peut pas écrire comme on parle. On va l écrire comme si c était dans un livre.» Débuter en M.S. (dictée à l adulte d un énoncé court (ex : légende /photo, dessin) et poursuivre en G.S. (Dictée à l adulte sur un propos plus long ; enchaînement cohérent de plusieurs phrases (support possible : illustrations, photographies).) Travail en amont => lire et raconter en P.S. (débuter en M.S. pour observer des résultats en G.S.)

7 Critères = explicitation de tous les éléments essentiels (désignation exacte) et correction grammaticale des phrases ; travail «visible» de transformation de l oral (bon signe même s il n aboutit pas vraiment); adaptation du débit. Qualité de la langue produite précision du vocabulaire (annexe au programmes p 29 BO) P.S. : vocabulaire sur ce que l on vit ensemble ; salutations ; civilités M.S. : enrichissement avec les activités de découverte du monde et les histoires lues en littérature (vocabulaire abstrait), expression des sentiments et des émotions. G.S. : compréhension des états mentaux des personnages dans l histoire. Usage d un lexique grammatical : prépositions / conjonctions Production de phrases correctes P.S. : phrases simples ; usage du pronom «je» ; genre des noms M.S. : poursuite + usage de tous les pronoms G.S. : poursuite + usage de connecteurs ; le temps des verbes (maîtriser le sens des temps). La fréquentation de certaines formes d écrits forge ces compétences (ex : le passé simple). Capacité à se corriger Reprise de ce que formule l enseignant de façon immédiate ou différée => les bonnes formes à reproduire. Interroger : «comment on dit?» Produire des tentatives pour reformuler, pour dire mieux, même si elles n aboutissent pas. Développer la capacité à être plus sensible aux formulations des autres qu aux siennes (ex : Mirail Toulouse). D autres indicateurs d évaluation à prendre en compte La capacité à mentir (langage d invention) Capacité qui témoigne : -de la prise de conscience du pouvoir des mots par l élève => On peut faire exister quelque chose par le langage. -de l habileté de l élève => pousser le mensonge bon indicateur du maniement de la langue. L humour Les enfants que ne sont pas en capacité de saisir des jeux de mots, des expressions en G.S. sont des élèves qui ont des difficultés avec la langue. Les premières compétences dans l étude de la langue Ce sont les bases de la lecture qui sont en jeu principe alphabétique et conscience phonologique - La conscience du mot => notion liée à l écrit. C est le contact avec l écrit qui donne sens au mot «MOT». Petit ours brun => confusion des mots avec le référent : une

8 unité de sens forme un mot pour les enfants. Procédé possible : cacher le premier mot et dire ce qu il reste (ours brun). - La conscience qu un mot est constitué d un assemblage organisé d éléments (syllabes, mots, lettres et sons) La syllabe est physique. Le voyage dans le mot commence par quelques lettres et quelques sons. Il n est pas nécessaire, ni même utile de voir toutes les lettres. Ce n est pas ce qui est en jeu à ce stade de la scolarité. - L identification des parties ; la discrimination auditive et visuelle - La connaissance de correspondances entre oral et écrit (mots ; syllabes ; sons-lettres) Ce n est pas l orthographe du mot qui est en jeu. Le sens de la syllabe est antérieur au mot. On entre par les comptines. Entre 4 ans et 4 ½ ans les élèves deviennent sensibles aux rimes. En P.S. / M.S. : entrer de manière implicite et ludique (autour des livres). Le travail explicite et systématique est réservé à la G.S. Progressivité portant à la fois sur les entités travaillées (syllabes puis phonèmes) et sur les opérations mentales mises en œuvre. - Evaluation : limitée en M.S., plus régulière en G.S. Points d appui : annexe au programme, p. 30 du BO ; document d accompagnement 2002, p. 94/104 (remettre les pages du doc 2008) ; nombreux outils dans l édition privée. L entrée dans l écriture Préalable essentiel : -enseigner, faire apprendre de manière rigoureuse -apprentissage très exigeant à ne pas commencer trop tôt -exigences limitées en quantité En G.S. : quelques mots qu ils ont appris en cursive. Il est tout à fait nécessaire de prendre en compte le développement de l enfant dans cet apprentissage. En effet, la finesse du geste et la force du bout des doigts sont acquis pour la majorité des élèves dans leur sixième année. En M.S. : capitales d imprimerie et beaucoup d activités de graphisme. L objectif pour ce niveau de scolarité vise essentiellement à installer chez l élève l idée que quand on commence à écrire il est nécessaire de comprendre que certains codes doivent être respectés pour que d autres personnes puissent lire. Evaluation limitée en M.S. et plus régulière en G.S. - Ce qui est en jeu : - Le respect des règles de tracés [intégration de repères spatiaux (haut et bas dans une page, puis par rapport à un axe) et du vocabulaire lié (ex : la marge)] - La maîtrise des trajectoires (enchaîner des gestes et inhiber des gestes difficile pour les élèves)

9 - La synchronisation des prises d information visuelles et des gestes de la main (place du langage entre les deux) - La prise de conscience de la relation forme / sens. L objectif essentiel => apprentissage du geste lié. «Il vaut mieux faire moins mais bien.» L apprentissage de l écriture cursive est un apprentissage dirigé de G.S. qui doit être poursuivi au C.P. L enseignant occupe une fonction d étayage =>modèle, guidage, commentaire. Utiliser des cahiers => traces, progrès. Synthèse : L évaluation est importante mais ne doit pas devenir envahissante. Il vaut mieux multiplier les prises d indices en «situation écologique» que créer des situations factices et trop «primarisées». Il faut bien maîtriser le programme et avoir des repères sur le développement des enfants pour savoir à quoi il importe d être attentif et pouvoir capter les signaux positifs ou d alerte dans les situations quotidiennes. PARTIE 2 : L aide personnalisée à l école maternelle La prévention des difficultés scolaires est la responsabilité de l école maternelle depuis toujours => Mettre l aide personnalisée au service de la prévention. Prévention dite primaire => éviter que les difficultés n apparaissent (C est comme le brossage des dents pour éviter les caries). Il y a des facteurs de risque ; l école maternelle doit éliminer ces facteurs de risque. Ne pas attendre que les écarts se creusent pour intervenir, c est donner plus de chances à ceux qui en on moins. Par exemple, dès la P.S. faire bénéficier de l aide personnalisée aux élèves qui ne produise pas de langage. Prévention dite secondaire : limiter l extension et l aggravation des difficultés et empêcher les effets «collatéraux» (nombreux avec le langage). Comment intervenir? Favoriser la mise en place de dispositifs souples et simples. Souplesse quant au temps. Rythme : ½ heure une fois par semaine à ½ heure tous les jours selon les besoins des élèves. =>pas de stéréotype sur la rythmicité. Moment : Pause méridienne peu favorable. Caricature de la Durée : ½ heure semble être la formule adaptée aux possibilités de concentration des jeunes élèves. Souplesse quant à la constitution des groupes => ne pas hésiter à mêler les âges (P.S. / G.S.)

10 Supports : utiliser les jeux pour faire du langage. Importance de schémas d activités récurrents (enfants rassurés et temps mieux géré). Pour la prévention primaire : stimulation langagière en direction d élèves qui en ont besoin. Ne pas hésiter à reprendre des activités de la classe => densification et ciblage => chances de meilleur profit. Pour la remédiation => G.S. => essayer d autres modes d action et d organisation que ceux de la classe, en particulier en phonologie. Exploiter la possibilité de préparer les élèves à des situations de classe (activités préparatoires) afin de créer l audace des élèves à s engager dans l activité, la tâche. Il s agit pour l enseignant d étayer l activité cognitive de l élève en la soutenant, en la guidant => clarification cognitive. Rapporter les interactions produites par 4 élèves pendant une ½ heure à la quantité (et la qualité) des interactions produites pendant toute une journée de classe => efficience des moyens engagés. C est dans les interactions que les élèves apprennent à parler (parce qu ils se sentent concernés) et non à la cantonade dans la classe. Cette situation langagière (massée et intensive) constitue un plus langagier très appréciable. P.S. L enseignant doit : Parler avec les enfants en situation partagée Accompagner l action verbalement : jouer avec eux, fabriquer avec eux. L élève doit : Oser prendre la parole S imprégner des bonnes formes et les utiliser (phrases simples) (ré)entendre et remobiliser du vocabulaire en situation Se familiariser avec les livres et les histoires : acquérir des gestes et du vocabulaire liés à la culture de l écrit ; entendre et réentendre des histoires ; parler sur ces histoires en remobilisant le vocabulaire ; pratiquer le «rappel de récit» M.S. Langage d évocation Du côté de l enseignant => faire vivre le langage d évocation Du côté de l élève => se préparer à ce qui sera fait en classe (rappel de récits par ex.), à dire mieux (dire plus, dire autrement en s appuyant sur des textes) Dictée à l adulte (transformer de l oral en écrit) Du côté de l enseignant => élaborer des cahiers de vie, de lecteur, personnels Du côté de l élève => s entraîner à transformer des phrases (reprendre, redire) Compréhension d histoires Du côté de l enseignant => creuser ce qui a été fait en collectif.

11 Du côté de l élève => reprendre, affiner, approfondir, expliciter, mettre en relation des éléments des histoires G.S. Langage d évocation, dictée à l adulte et compréhension d histoires : prolongement du travail de M.S. Les bases de la lecture S entraîner à la manipulation des matériaux sonores (syllabes et phonèmes) S entraîner au repérage et aux discriminations de phonèmes (multiplication des jeux, des exercices) Ce n est pas parce qu après l élève apprend à lire que le travail sur l oral doit être lâché en C.P. Evaluer, c est décider mieux et en toute connaissance de cause pour les enfants.

Evaluation et aide personnalisée à l école maternelle : le cas du langage

Evaluation et aide personnalisée à l école maternelle : le cas du langage Evaluation et aide personnalisée à l école maternelle : le cas du langage Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale Troyes, 19 octobre 2011 Plan de l intervention 1. La juste place

Plus en détail

L évaluation du langage oral à l école maternelle. Viviane BOUYSSE, inspectrice générale de l Education nationale La Réunion, 25 novembre 2008

L évaluation du langage oral à l école maternelle. Viviane BOUYSSE, inspectrice générale de l Education nationale La Réunion, 25 novembre 2008 L évaluation du langage oral à l école maternelle Viviane BOUYSSE, inspectrice générale de l Education nationale La Réunion, 25 novembre 2008 Plan de l intervention 1. La juste place de l évaluation 1.1.

Plus en détail

Attendus TPS PS MS GS

Attendus TPS PS MS GS OSER ENTRER EN COMMUNICATION Communiquer avec les adultes et avec les autres par le langage, en se faisant comprendre. S exprimer dans un langage syntaxiquement correct et précis *Exprimer un besoin oralement

Plus en détail

CONTINUITÉ CYCLE 1 CYCLE 2. Formation de formateurs CP 100% de réussites 11 mai 2018

CONTINUITÉ CYCLE 1 CYCLE 2. Formation de formateurs CP 100% de réussites 11 mai 2018 CONTINUITÉ CYCLE 1 CYCLE 2 Formation de formateurs CP 100% de réussites 11 mai 2018 OBJECTIFS DE L INTERVENTION Equiper les formateurs pour : q Accompagner les équipes q Assurer le suivi des apprentissages

Plus en détail

Formation formateurs PEMF Le 20 juin 2017 S Monin

Formation formateurs PEMF Le 20 juin 2017 S Monin Formation formateurs PEMF Le 20 juin 2017 S Monin Un passage sensible, des continuités nécessaires pour sécuriser le suivi du parcours des élèves. } Continuité sur les outils } Etre attentif à ce que les

Plus en détail

1.Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions: L ORAL

1.Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions: L ORAL 1.Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions: L ORAL Oser entrer en communication Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants par le langage, en se faisant comprendre. Comprendre un message

Plus en détail

Journée de formation T Enseigner le langage oral à l école maternelle

Journée de formation T Enseigner le langage oral à l école maternelle Journée de formation T1 2016-2017 Enseigner le langage oral à l école maternelle www.ac-dijon.fr Place du langage dans le programme Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Réaffirmer la place

Plus en détail

Langage et aide personnalisée à l école maternelle. Nîmes, 24 novembre 2010 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale

Langage et aide personnalisée à l école maternelle. Nîmes, 24 novembre 2010 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale Langage et aide personnalisée à l école maternelle Nîmes, 24 novembre 2010 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale Plan de l exposé 1. Langue et langage à l école maternelle 2. L

Plus en détail

Le langage à l école maternelle

Le langage à l école maternelle Circonscription de SELESTAT Le langage à l école maternelle Présentation du document d accompagnement des programmes avril 2006 - Mercredi 08 novembre 2006 Mercredi 15 novembre 2006 Mercredi 22 novembre

Plus en détail

Programmes de Mars Repères pour organiser une progressivité des apprentissages. Octobre 2015.

Programmes de Mars Repères pour organiser une progressivité des apprentissages. Octobre 2015. MOBILISER LE LANGAGE DANS TOUTES SES DIMENSIONS Entrer en communication avec autrui. Prendre l initiative d exprimer un besoin de la vie courante. Prendre l initiative de poser des questions simples. Abandonner

Plus en détail

Journée de formation T Enseigner le langage oral à l école maternelle

Journée de formation T Enseigner le langage oral à l école maternelle Journée de formation T1 2015-2016 Enseigner le langage oral à l école maternelle www.ac-dijon.fr Fonctions du langage Place du langage dans le programme Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions

Plus en détail

La prévention de l illettrisme à l école maternelle

La prévention de l illettrisme à l école maternelle La prévention de l illettrisme à l école maternelle Points de vigilance de lutte contre l illettrisme Compétences en fin de maternelle Situations d apprentissages Maîtrise du socle commun palier 1 Maîtrise

Plus en détail

Stimulation langagière

Stimulation langagière Stimulation langagière Présentation du dispositif Circonscription de Vendin-Le-Vieil 1 Rappel des Instructions Officielles B.O. n 3 du 19 juin 2008 «L objectif essentiel de l école maternelle est l acquisition

Plus en détail

L école maternelle, un cycle unique. IEN Seine et Marne A.Breilloux IEN Maternelle 77 Arrêté du 31 décembre 2015

L école maternelle, un cycle unique. IEN Seine et Marne A.Breilloux IEN Maternelle 77 Arrêté du 31 décembre 2015 L école maternelle, un cycle unique IEN Seine et Marne A.Breilloux IEN Maternelle 77 Arrêté du 31 décembre 2015 L école maternelle, un cycle unique Un principe fondamental : Tous les enfants sont capables

Plus en détail

Pour progresser vers la maîtrise de la langue française au Cycle 1 D une appropriation du langage oral vers la découverte de l écrit.

Pour progresser vers la maîtrise de la langue française au Cycle 1 D une appropriation du langage oral vers la découverte de l écrit. Pour progresser vers la maîtrise de la langue française au Cycle 1 D une appropriation du langage oral vers la découverte de l écrit. 1 S APPROPRIER LE LANGAGE et DÉCOUVRIR L ÉCRIT S approprier le langage.l

Plus en détail

CONFERENCE PROGRAMMES DE 2008 ECOLE MATERNELLE

CONFERENCE PROGRAMMES DE 2008 ECOLE MATERNELLE CONFERENCE PROGRAMMES DE 2008 ECOLE MATERNELLE Points importants : 1. PREPARER L ELEVE POUR LE CP REOGANISATION DES PROGRESSIONS PAR CHAMPS : LANGAGE / DECOUVRIR L ECRIT 2. DEMARCHES EN MATERNELLE 3. DEVENIR

Plus en détail

Livret scolaire. Ecole maternelle. Nom :...Prénom :.. Petite Section. Moyenne Section Grande Section Année scolaire

Livret scolaire. Ecole maternelle. Nom :...Prénom :.. Petite Section. Moyenne Section Grande Section Année scolaire Livret scolaire Ecole maternelle ---------------------------------- Nom :....Prénom :.. Petite Section Année scolaire Moyenne Section Grande Section Comprendre ce livret Dans ce livret, sont consignées

Plus en détail

Document d accompagnement

Document d accompagnement Document d accompagnement Le langage en maternelle Animation pédagogique V. GUILLERM C. MOLLARD Langue et langage à l école Communiquer, parler et apprendre à parler mieux LA LANGUE LE LANGAGE Définition

Plus en détail

L évaluation à l école maternelle, pour quoi faire, dans quelles conditions?

L évaluation à l école maternelle, pour quoi faire, dans quelles conditions? L évaluation à l école maternelle, pour quoi faire, dans quelles conditions? Quoi? Quand? Comment? Pour qui? Pourquoi? 1 Le cadre réglementaire de mise en œuvre du livret scolaire (Circulaire N 45 du 27

Plus en détail

Lecture et compréhension de l écrit

Lecture et compréhension de l écrit Lecture et compréhension de l écrit Lecture et écriture sont deux activités intimement liées dont une pratique bien articulée consolide l efficacité. Leur acquisition s effectue tout au long de la scolarité,

Plus en détail

Le dictionnaire numérique des écoliers

Le dictionnaire numérique des écoliers Le dictionnaire numérique des écoliers Un dictionnaire numérique à l école: Pourquoi? L enseignement du vocabulaire. Des objectifs d apprentissage. Des attitudes pour apprendre Le langage oral L univers

Plus en détail

LIVRET SCOLAIRE. Apprentissages premiers. Nom de l élève :... Prénom :... Né(e) le :... Entré(e) à l école le :... cycle 1

LIVRET SCOLAIRE. Apprentissages premiers. Nom de l élève :... Prénom :... Né(e) le :... Entré(e) à l école le :... cycle 1 LIVRET SCOLAIRE cycle 1 Apprentissages premiers Nom de l élève :... Prénom :... Né(e) le :... Entré(e) à l école le :... La classe maternelle n 242 10/2015 1 PRÉSENTATION DU LIVRET SCOLAIRE Le livret scolaire,

Plus en détail

Poser des questions. Être actif lors des rituels du matin. Rester dans le sujet de l échange. Comprendre des consignes de plus en plus complexes.

Poser des questions. Être actif lors des rituels du matin. Rester dans le sujet de l échange. Comprendre des consignes de plus en plus complexes. MOBILISER LE LANGAGE DANS TOUTES SES DIMENSIONS L'oral Grille repère pour organiser la progressivité des apprentissages dans le domaine de la langue : Dom 1 Attendus en fin de maternelle MS Oser entrer

Plus en détail

Le langage oral àl école élémentaire. Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale Sèvres, 6 mai 2015

Le langage oral àl école élémentaire. Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale Sèvres, 6 mai 2015 Le langage oral àl école élémentaire Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale Sèvres, 6 mai 2015 Plan de l exposé 1. La maîtrise de la langue à l école primaire 2. L oral à apprendre

Plus en détail

De la grande section d école maternelle au cours préparatoire. Nîmes, 5 octobre 2011 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale

De la grande section d école maternelle au cours préparatoire. Nîmes, 5 octobre 2011 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale De la grande section d école maternelle au cours préparatoire Nîmes, 5 octobre 2011 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l Education nationale Plan de l exposé Introduction : l identité particulière

Plus en détail

Conférence M. Zorman Apprentissage de la lecture Difficultés? Troubles?

Conférence M. Zorman Apprentissage de la lecture Difficultés? Troubles? Conférence M. Zorman 16 11 2011 Apprentissage de la lecture Difficultés? Troubles? Introduction : Les évaluations nationales montrent que nous sommes parmi les pays développés qui ont le plus grand écart

Plus en détail

Oser entrer en communication Comprendre et apprendre Echanger et réfléchir avec les autres Commencer à réfléchir sur la langue et acquérir une

Oser entrer en communication Comprendre et apprendre Echanger et réfléchir avec les autres Commencer à réfléchir sur la langue et acquérir une De l oral à l écrit Oser entrer en communication Comprendre et apprendre Echanger et réfléchir avec les autres Commencer à réfléchir sur la langue et acquérir une conscience phonologique La maitrise du

Plus en détail

Programmes Cycle 2. Français. Compétences travaillées

Programmes Cycle 2. Français. Compétences travaillées Programmes 2016 - Cycle 2 Français Compétences travaillées comprendre et s exprimer à l oral» Écouter pour comprendre des messages oraux ou des textes lus par un adulte.» Dire pour être entendu et compris.»

Plus en détail

Conférence de Viviane Bouysse : Liaison GS-CP IGEN Académie du Territoire de Belfort 8 décembre 2010

Conférence de Viviane Bouysse : Liaison GS-CP IGEN Académie du Territoire de Belfort 8 décembre 2010 Conférence de Viviane Bouysse : Liaison GS-CP IGEN Académie du Territoire de Belfort 8 décembre 2010 Constat déjà ancien : les élèves en grande difficulté au CP le restent par la suite. Dans les années

Plus en détail

Analyse des résultats aux évaluations GS

Analyse des résultats aux évaluations GS Analyse des résultats aux évaluations GS 2010-2011 Circonscription de Saint-Valéry-en-Caux Lundi 11 avril 2011 Corinne Galle, IEN et Hélène Canu, CPC De la grande section d école maternelle au cours préparatoire

Plus en détail

École maternelle d Houssen PS MS GS A.PERROT. Bénédicte ROZET et Chantal JAUNEAU - CPAIEN Janvier 2018 Circonscription de Wintzenheim

École maternelle d Houssen PS MS GS A.PERROT. Bénédicte ROZET et Chantal JAUNEAU - CPAIEN Janvier 2018 Circonscription de Wintzenheim École maternelle d Houssen PS MS GS A.PERROT Bénédicte ROZET et Chantal JAUNEAU - CPAIEN Janvier 2018 Circonscription de Wintzenheim qui réaffirme: La construction de connaissances et de savoirs faire

Plus en détail

Réseau Ambition. Réussite. Harmoniser la didactique du langage. Animation Pédagogique Pau Centre

Réseau Ambition. Réussite. Harmoniser la didactique du langage. Animation Pédagogique Pau Centre Animation Pédagogique Pau Centre - 2010-2011 Réseau Ambition Travailler le vocabulaire à l école maternelle Réussite Harmoniser la didactique du langage 1. Eclairage théorique 2. Quelques exemples de pratiques

Plus en détail

L ESPACE EN MATERNELLE

L ESPACE EN MATERNELLE L ESPACE EN MATERNELLE Définition Structuration de l espace : organisation d un lieu plus ou moins délimité où peut se situer quelque chose cf topologie (science qui étudie les propriétés qualitatives

Plus en détail

EVALUATION POSITIVE. Le carnet de suivi des apprentissages au cycle 1. IEN Rosny

EVALUATION POSITIVE. Le carnet de suivi des apprentissages au cycle 1. IEN Rosny EVALUATION POSITIVE Le carnet de suivi des apprentissages au cycle 1 IEN Rosny Objectifs Rendre compte des progrès de l élève, à son rythme, tout au long du cycle 1 Assurer la continuité du suivi pédagogique

Plus en détail

LE LANGAGE ORAL AU CYCLE 2 : CONNAISSANCES ET COMPETENCES ASSOCIEES

LE LANGAGE ORAL AU CYCLE 2 : CONNAISSANCES ET COMPETENCES ASSOCIEES LE LANGAGE ORAL AU CYCLE 2 : CONNAISSANCES ET COMPETENCES ASSOCIEES Ecouter pour comprendre des messages oraux ou des textes lus par un adulte : Maintien d une attention orientée en fonction du but Repérage

Plus en détail

REPERES POUR ORGANISER LA PROGRESSIVITE DES APPRENTISSAGES A L ECOLE MATERNELLE

REPERES POUR ORGANISER LA PROGRESSIVITE DES APPRENTISSAGES A L ECOLE MATERNELLE REPERES POUR ORGANISER LA PROGRESSIVITE DES APPRENTISSAGES A L ECOLE MATERNELLE BO n 3 19 juin 20 HORS-SERIE PETITE SECTION MOYENNE SECTION GRANDE SECTION S APPROPRIER LE AGE ECHANGER, S EXPRIMER ECHANGER,

Plus en détail

Période 1 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5 - Utiliser le «je» en petit groupe ou avec le tour)

Période 1 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5 - Utiliser le «je» en petit groupe ou avec le tour) Oser entrer en communication I. 1 Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants par le langage, en se faisant comprendre I. 2 a S exprimer dans un langage syntaxiquement correct et précis I.

Plus en détail

Carnet de suivi des apprentissages. à l école maternelle

Carnet de suivi des apprentissages. à l école maternelle Carnet de suivi des apprentissages d Enzo à l école maternelle 2014-2015 École maternelle : section TPS 2015-2016 École maternelle : section PS 2016-2017 École maternelle : 2017-2018 École maternelle :

Plus en détail

Rappel concernant le livret «Lire au CP!»

Rappel concernant le livret «Lire au CP!» Rappel concernant le livret «Lire au CP!» Objectif général : Favoriser le repérage des difficultés des élèves dans l apprentissage du lire-écrire pour pouvoir agir de façon à les prévenir ou à y remédier

Plus en détail

Compétences Capacités

Compétences Capacités Maternelle 1. S approprier le langage Echanger, s exprimer L1 Comprendre un message et agir ou répondre de façon pertinente Commencer à prendre sa place dans les échanges collectifs. S exprimer, dire des

Plus en détail

Informer et accompagner les professionnels de l éducation CYCLES Lecture et compréhension de l écrit. Un programme inscrit dans le socle commun

Informer et accompagner les professionnels de l éducation CYCLES Lecture et compréhension de l écrit. Un programme inscrit dans le socle commun FRANÇAIS Informer et accompagner Pour une lecture heuristique du programme en lecture et compréhension de l écrit Le cycle 2 constitue une période déterminante dans l acquisition de la lecture et de l

Plus en détail

Le langage à l école maternelle

Le langage à l école maternelle Le langage à l école maternelle Distinction entre langue et langage On naît dans une langue. C est un produit social et culturel. C est une construction humaine qui évolue dans le temps s enrichit de croisements

Plus en détail

La démarche scientifique, le langage oral et écrit

La démarche scientifique, le langage oral et écrit La démarche scientifique, le langage oral et écrit Échanger, s exprimer - s'approprier le langage -Petite Section - Entrer en relation avec autrui par la médiation du langage. - Répondre aux sollicitations

Plus en détail

Séminaire langage oral et écrit

Séminaire langage oral et écrit Les affichages : un support pour le langage scriptural I Le langage scriptural à l école maternelle Le langage constitue à l école maternelle le premier des domaines d activités. Son apprentissage doit

Plus en détail

Principes généraux Le langage, pivot de tout apprentissage L enseignement du vocabulaire : une démarche L enseignement du vocabulaire : une stratégie

Principes généraux Le langage, pivot de tout apprentissage L enseignement du vocabulaire : une démarche L enseignement du vocabulaire : une stratégie Enseigner le vocabulaire à l école maternelle Principes pédagogiques Présentation du document Eduscol Principes généraux Le langage, pivot de tout apprentissage L enseignement du vocabulaire : une démarche

Plus en détail

Indicateurs de progressivité Mobiliser le langage dans toute ses dimensions

Indicateurs de progressivité Mobiliser le langage dans toute ses dimensions Indicateurs de progressivité Mobiliser le langage dans toute ses dimensions «Chaque enseignant s attache à mettre en valeur, au-delà du résultat obtenu, le cheminement de l enfant et les progrès qu il

Plus en détail

Eléments de progressivité pour les moins de trois ans

Eléments de progressivité pour les moins de trois ans Eléments de progressivité pour les moins de trois ans 1. MOBILISER LE LANGAGE DANS TOUTES SES DIMENSIONS 1.1. L oral 1.1.1 Oser entrer en communication Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants

Plus en détail

REPÈRES POUR ORGANISER LA PROGRESSIVITÉ DES APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE Bulletin officiel HS n 3 du 19 juin 2008.

REPÈRES POUR ORGANISER LA PROGRESSIVITÉ DES APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE Bulletin officiel HS n 3 du 19 juin 2008. REPÈRES POUR ORGANISER LA PROGRESSIVITÉ DES APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE Bulletin officiel HS n 3 du 19 juin 2008 En Grande section Compétences extraites du - Bulletin officiel HS n 3 du 19 juin

Plus en détail

Analyse qualitative évaluations français CP. Montauban Sud

Analyse qualitative évaluations français CP. Montauban Sud Analyse qualitative évaluations français CP Montauban Sud En préalable Cette évaluation en début d année porte sur les acquis de fin de maternelle. Alors-que la manipulation, l oral et le jeu sont des

Plus en détail

L oral. Les enjeux. Français - Didactique. Enjeux psychoaffectifs

L oral. Les enjeux. Français - Didactique. Enjeux psychoaffectifs L oral Les enjeux Enjeux psychoaffectifs Réussir à prendre la parole devant les autres permet de renforcer l estime de soi. Accepter l échange c est aussi accepter l autre, entrer dans son univers et accepter

Plus en détail

Le langage en Petite Section. Construire des observables. IA24 - Pôle maternelle - Jeudi 3 décembre 2009

Le langage en Petite Section. Construire des observables. IA24 - Pôle maternelle - Jeudi 3 décembre 2009 Le langage en Petite Section Construire des observables IA24 - Pôle maternelle - Jeudi 3 décembre 2009 «En langage oral, ce qui n'est pas réussi à la fin de la maternelle a toutes les chances de ne jamais

Plus en détail

S APPROPRIER LE LANGAGE

S APPROPRIER LE LANGAGE FICHE GUIDE DE L'ENSEIGNANT AIDE A L'ELABORATION DU BILAN DES ACQUIS EN FIN DE GS En référence à la fiche de bilan de l'élève Le bilan des acquis de fin de GS est une obligation. Le livret-bilan des acquis

Plus en détail

Inspection de l Education Nationale Circonscription de DOUAI-WAZIERS. Cycle I. Nom : Prénom : Date de naissance :

Inspection de l Education Nationale Circonscription de DOUAI-WAZIERS. Cycle I. Nom : Prénom : Date de naissance : Inspection de l Education Nationale Circonscription de DOUAI-WAZIERS Cycle I Nom : Prénom : Date de naissance : Sommaire Note explicative 5 CYCLE I PAGES Le langage au cœ ur des apprentissages 6 Compétences

Plus en détail

Programmation annuelle de découverte de l écrit et de langage

Programmation annuelle de découverte de l écrit et de langage Domain e Echange r expri mer Compre ndre Compétences Nivea u /G PERIODE 1 PERIODE 2 PERIODE 3 PERIODE 4 PERIODE 5 - Oser parler spontanément. - Etre capable d écouter. - Répondre aux sollicitations verbales

Plus en détail

Pour maîtriser le FRANÇAIS au Cycle 2 Des apprentissages fondamentaux en lecture qui s accompagnent d une initiation à la grammaire et à l

Pour maîtriser le FRANÇAIS au Cycle 2 Des apprentissages fondamentaux en lecture qui s accompagnent d une initiation à la grammaire et à l Pour maîtriser le FRANÇAIS au Cycle 2 Des apprentissages fondamentaux en lecture qui s accompagnent d une initiation à la grammaire et à l orthographe. 1 La continuité entre l école maternelle et l école

Plus en détail

Journées de rencontres- 22 et 23 novembre Metz. La dictée à l adulte. Pratiques. Mireille GUILLOU - conseillère pédagogique

Journées de rencontres- 22 et 23 novembre Metz. La dictée à l adulte. Pratiques. Mireille GUILLOU - conseillère pédagogique Journées de rencontres- 22 et 23 novembre 2014 - Metz La dictée à l adulte Pratiques 1 Nœud central de toute activité d écriture : la construction préalable du discours à l oral. Une dictée à l adulte

Plus en détail

Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2.

Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2. Compte-rendu Animation pédagogique du mercredi 14 novembre 2012 Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2. LA LECTURE : UNE ACTIVITE COMPLEXE Qu est-ce que lire? C est identifier une suite de mots

Plus en détail

Cours de français pour enfants francophones (FLM/FLS) Cycles et objectifs

Cours de français pour enfants francophones (FLM/FLS) Cycles et objectifs Cours de français pour enfants francophones (FLM/FLS) Cycles et objectifs Principes généraux Les cours de français pour enfants francophones s adressent exclusivement à des enfants et des adolescents qui

Plus en détail

«L objectif essentiel de l école maternelle est l acquisition d un langage oral riche, organisé et compréhensible par l autre.»

«L objectif essentiel de l école maternelle est l acquisition d un langage oral riche, organisé et compréhensible par l autre.» Stage maternelle novembre 2011 Jocelyne Douchin «L objectif essentiel de l école maternelle est l acquisition d un langage oral riche, organisé et compréhensible par l autre.» «L école maternelle a un

Plus en détail

Le Livret personnel de compétences

Le Livret personnel de compétences Le Livret personnel de compétences ENSEIGNER PAR COMPETENCES C est enseigner en pensant sur la durée (programmations de cycles), et de façon progressive Laure Degoul CPC Loches Richard Tourmeau CPC (faisant

Plus en détail

Domaine 1 : Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions - L écrit

Domaine 1 : Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions - L écrit Domaine 1 : Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions - L écrit Programmation période 1 Objectif/Niveau TPS PS MS GS Ecouter de l écrit et comprendre Ecouter des histoires Etre attentif lors des

Plus en détail

Les enjeux majeurs des nouveaux programmes L école maternelle

Les enjeux majeurs des nouveaux programmes L école maternelle Les enjeux majeurs des nouveaux programmes L école maternelle Séminaires interacadémiques des inspecteurs du premier degré Mars/Avril/Mai 2009 Viviane BOUYSSE Inspection générale de l éducation nationale

Plus en détail

LA DICTÉE À L ADULTE D après Canut E. et Guillou M.

LA DICTÉE À L ADULTE D après Canut E. et Guillou M. LA DICTÉE À L ADULTE D après Canut E. et Guillou M. DÉFINITION Elle consiste à construire oralement un texte, avec l aide de l enseignant, qui l écrit sous la dictée. C est une activité d apprentissage,

Plus en détail

S approprier le langage

S approprier le langage 4 ne réussit pas encore.» 3 L élève ne réussit pas, même avec une aide ponctuelle. Codage 1 peut réussir avec aide.» Ses réussites restent partielles ou irrégulières. Elles nécessitent une aide ponctuelle

Plus en détail

LANGUE ARABE CYCLE 1. Nom et prénom de l élève : S approprier le langage. Découvrir l écrit. Devenir élève PS MS GS

LANGUE ARABE CYCLE 1. Nom et prénom de l élève : S approprier le langage. Découvrir l écrit. Devenir élève PS MS GS Nom et prénom de l élève : LANGUE ARABE S approprier le langage 1 Comprendre un message, et agir ou répondre de façon pertinente. CYCLE 1 2 Nommer avec exactitude un objet, une personne, une action de

Plus en détail

COMPETENCES DE FIN GS ACTIVITES DE MATERNELLE COMPETENCES DE FIN CE1 (PALIER 1) S

COMPETENCES DE FIN GS ACTIVITES DE MATERNELLE COMPETENCES DE FIN CE1 (PALIER 1) S COMPETENCES DE FIN GS ACTIVITES DE MATERNELLE COMPETENCES DE FIN CE1 (PALIER 1) S approprier le langage - comprendre un message et agir ou répondre de façon pertinente - nommer avec exactitude un objet,

Plus en détail

COMPÉTENCES TPS PS MS GS Oser entrer en communication

COMPÉTENCES TPS PS MS GS Oser entrer en communication COMPÉTENCES TPS PS MS GS Oser entrer en communication 1 Entrer en relation avec autrui par la médiation du langage : - sur sollicitation en tête à tête ; - sur sollicitation en groupe restreint ; - spontanément

Plus en détail

Les enjeux de l école maternelle.. Alain HOUCHOT Inspection générale de l éducation nationale

Les enjeux de l école maternelle.. Alain HOUCHOT Inspection générale de l éducation nationale Les enjeux de l école maternelle. Alain HOUCHOT Inspection générale de l éducation nationale Les enjeux de l école maternelle Le contexte européen et international: des objectif partagés Respecter le droit

Plus en détail

Le livret de suivi de mes réussites à l école maternelle

Le livret de suivi de mes réussites à l école maternelle Le livret de suivi de mes réussites à l école maternelle Ecole du Noiret 205 rue de la Pointe de Cupoire 74300 Cluse$ Circonscription de Cluse$ -1- Ma photo Ma photo Ma photo en classe des petits en classe

Plus en détail

GRILLES D'EVALUATION PAR OBSERVATION CONTINUE programmes 2008 MOYENNE SECTION

GRILLES D'EVALUATION PAR OBSERVATION CONTINUE programmes 2008 MOYENNE SECTION GRILLES D'EVALUATION PAR OBSERVATION CONTINUE programmes 2008 MOYENNE SECTION Les grilles qui suivent reprennent rigoureusement les éléments du «dossier d évaluation et de suivi des progrès des élèves».

Plus en détail

Mon cahier de progrès, mes réussites en petite section de maternelle. Je m appelle:

Mon cahier de progrès, mes réussites en petite section de maternelle. Je m appelle: Mon cahier de progrès, mes réussites en petite section de maternelle Je m appelle: 1 Un outil pour rendre l enfant acteur de ses savoirs au service de l entrée dans les apprentissages. pour que chacun

Plus en détail

Instructions officielles. Progression des apprentissages

Instructions officielles. Progression des apprentissages ECRITURE Graphisme - Production d écrit Instructions officielles Les compétences du livret départemental: Graphisme: Copier un texte très court dans une écriture cursive lisible, sur des lignes, non lettre

Plus en détail

«Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions» avec les 4-6 ans LISTE D OBSERVABLES EN RELATION AVEC LES ATTENDUS DE FIN DE CYCLE 1

«Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions» avec les 4-6 ans LISTE D OBSERVABLES EN RELATION AVEC LES ATTENDUS DE FIN DE CYCLE 1 «Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions» avec les 4-6 ans LISTE D OBSERVABLES EN RELATION AVEC LES ATTENDUS DE FIN DE CYCLE 1 Ce que l on attend en fin de cycle 1 Communiquer avec les adultes

Plus en détail

Stage départemental CP Septembre Groupe MDL 58

Stage départemental CP Septembre Groupe MDL 58 Stage départemental CP Septembre 2018 La recherche pour éclairer nos pratiques et nos gestes professionnels Etat des lieux de la recherche Apports de la recherche Des choix pédagogiques éclairés Une pratique

Plus en détail

Programme de l école maternelle Document d aide pour la mise en œuvre DSDEN 91- Mission Ecole maternelle

Programme de l école maternelle Document d aide pour la mise en œuvre DSDEN 91- Mission Ecole maternelle Programme de l école maternelle Document d aide pour la mise en œuvre DSDEN 91- Mission Ecole maternelle Document n 8 L évaluation positive, quelques éléments de clarification pour développer des gestes

Plus en détail

Le dictionnaire numérique des écoliers

Le dictionnaire numérique des écoliers Le dictionnaire numérique des écoliers Un dictionnaire numérique à l école: Pourquoi? L enseignement du vocabulaire: les enjeux. Le projet dictionnaire: des objectifs d apprentissage. L élaboration du

Plus en détail

Les 3 ours Progression en langage BREVETS ET SÉQUENCES TRAVAILLÉES

Les 3 ours Progression en langage BREVETS ET SÉQUENCES TRAVAILLÉES Les 3 ours Progression en langage BREVETS ET SÉQUENCES TRAVAILLÉES Jeu phonologique autour du son a. Production dʼun petit livre A4 à partir de lʼalbum «Ma famille», en détournant les objets de la classe.

Plus en détail

INTRODUCTION STAGE DÉPARTEMENTAL. Enseigner la lecture au CP. LA LECTURE Etat des connaissances

INTRODUCTION STAGE DÉPARTEMENTAL. Enseigner la lecture au CP. LA LECTURE Etat des connaissances STAGE DÉPARTEMENTAL INTRODUCTION LES PRIORITES Enseigner la lecture au CP Mercredi 26 septembre Ministère La prévention de l illettrisme La lettre aux enseignants La maîtrise des savoirs fondamentaux La

Plus en détail

Pour une école maternelle juste, bienveillante et exigeante

Pour une école maternelle juste, bienveillante et exigeante Pour une école maternelle juste, bienveillante et exigeante Réflexions à partir des programmes 2015 Un cycle unique, fondamental pour la réussite de tous juste Pour une école bienveillante exigeante Un

Plus en détail

Continuité des apprentissages nouveaux programmes 2015 : Français C2/C3

Continuité des apprentissages nouveaux programmes 2015 : Français C2/C3 Continuité des apprentissages nouveaux programmes 2015 : Français C2/C3 Domaines du socle : 1 Les langages pour penser et communiquer. 2 Méthodes et outils pour apprendre. 3 La formation de la personne

Plus en détail

Evaluation Français, début CP. Aide à l analyse des résultats et pistes de travail

Evaluation Français, début CP. Aide à l analyse des résultats et pistes de travail Evaluation Français, début CP Aide à l analyse des résultats et pistes de travail Au-delà des résultats dans les différents champs évalués, les productions des élèves donnent des informations sur : - leur

Plus en détail

A. La familiarisation avec la langue de l écrit et la littérature.

A. La familiarisation avec la langue de l écrit et la littérature. Exemples d activités à mettre en oeuvre pour familiariser les élèves de maternelle avec la langue française écrite. A. La familiarisation avec la langue de l écrit et la littérature. TITRE : découverte

Plus en détail

PROGRAMMATION DE CYCLE 3

PROGRAMMATION DE CYCLE 3 Langage oral PROGRAMMATION DE CYCLE 3 Français Restituer / reformuler une information entendue, lue Reformuler une information (entendue, lue) Reformuler, justifier et argumenter Savoir écouter pour comprendre

Plus en détail

hors-série n 3 du 19 juin 2008

hors-série n 3 du 19 juin 2008 accueil bulletin officiel [B.O.] hors-série n 3 du 19 juin 2008 - sommaire hors-série n 3 du 19 juin 2008 REPÈRES POUR ORGANISER LA PROGRESSIVITÉ DES APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE À l école maternelle,

Plus en détail

Français Cycle 2 CP. Langage oral

Français Cycle 2 CP. Langage oral Langage oral À la fin de la grande section de l école maternelle, l élève a largement accru son vocabulaire, il est capable de s exprimer, d écouter et de prendre la parole. Il comprend un récit lorsqu

Plus en détail

Ecole maternelle ALAIN FOURNIER TOULOUSE

Ecole maternelle ALAIN FOURNIER TOULOUSE Ecole maternelle ALAIN FOURNIER TOULOUSE NOM PRENOM : DATE DE NAISSANCE : ECOLE MATERNELLE Cycles des apprentissages premiers et des apprentissages fondamentaux ELEVE : Nom et prénom :.. Né(e) le.. à.

Plus en détail

Extrait du document d'aide à l'évaluation des élèves allophones nouvellement arrivés

Extrait du document d'aide à l'évaluation des élèves allophones nouvellement arrivés Extrait du document d'aide à l'évaluation des élèves allophones nouvellement arrivés Cet outil est constitué de deux parties distinctes (outil «professeur» / outil «élève»). Il est destiné à permettre

Plus en détail

Mon cahier de progrès à l école maternelle

Mon cahier de progrès à l école maternelle Ecole maternelle Péri Hérin Mon cahier de progrès à l école maternelle Je m appelle Louise Année scolaire TPS PS 2011-2012 MS 2012-2013 GS 2013 2014 Présentation, explication du cahier de progrès aux PARENTS

Plus en détail

Y.VERLAGUET Directrice adjointe pédagogique 1

Y.VERLAGUET Directrice adjointe pédagogique 1 Y.VERLAGUET Directrice adjointe pédagogique 1 Le cadre réglementaire : que disent les programmes de N-C? Y.VERLAGUET Directrice adjointe pédagogique 2 Vers l écrit : Se familiariser avec le français écrit

Plus en détail

AIDE PERSONNALISEE FRANCAIS

AIDE PERSONNALISEE FRANCAIS AIDE PERSONNALISEE FRANCAIS 1- Compétences 2- Evaluation 3- Progression compréhension 4- Mini-projet lecture 5- Mini-projet écriture 6- Lire au CP : compréhension 7- Lire au CP : lire à voix haute 1- COMPETENCES

Plus en détail

Aide personnalisée aux élèves en difficulté

Aide personnalisée aux élèves en difficulté Aide personnalisée aux élèves en difficulté Deux objectifs Réduire l échec scolaire lourd Réduire le redoublement Grâce à: De nouveaux programmes Une nouvelle organisation du temps scolaire Des dispositifs

Plus en détail

Présentation de Narramus Conférence S.CEBE (notes de synthèse Serge LEVAUFRE CPAIEN Dakar)

Présentation de Narramus Conférence S.CEBE (notes de synthèse Serge LEVAUFRE CPAIEN Dakar) Présentation de Narramus Conférence S.CEBE (notes de synthèse Serge LEVAUFRE CPAIEN Dakar) http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/cas/education-prioritaire/ressources/theme-1-perspectives-pedagogiques-eteducatives/lire-ecrire-parler-pour-apprendre-dans-toutes-les-disciplines/narramus

Plus en détail

S APPROPRIER LE LANGAGE

S APPROPRIER LE LANGAGE S APPROPRIER LE LANGAGE BO hors-série N 3 du 19 juin 2008 Le programme de l école maternelle (PS, MS et GS) «L objectif essentiel de l école maternelle est l acquisition d un langage riche, organisé et

Plus en détail

COMPÉTENCES CONNAISSANCES - ATTITUDES. à travailler Habiletés méta-phonologiques Articulation/Voix/Reproduction de mots

COMPÉTENCES CONNAISSANCES - ATTITUDES. à travailler Habiletés méta-phonologiques Articulation/Voix/Reproduction de mots Maternelle ANNÉE SCOLAIRE 20... 20.. PS / MS / GS * classe à entourer Date :. NOM : Prénom : Date de naissance : Enseignant(s) : Date(s) de rédaction : COMPÉTENCES CONNAISSANCES - ATTITUDES S approprier

Plus en détail

COMPRENDRE ET S EXPRIMER A L ORAL

COMPRENDRE ET S EXPRIMER A L ORAL COMPETENCES DU CYCLE 3 (tableau synthétique proposé par Nadège Langbour Professeur de Lettres modernes au collège Louise-Michel et Legros Thierry - CPC Rouen Sud) Domaines du socle commun Compétences travaillées

Plus en détail

MOBILISER LE LANGAGE DANS TOUTES SES DIMENSIONS LISTE D OBSERVABLES EN RELATION AVEC LES ATTENDUS DE FIN DE CYCLE 1. Ce que l on observe

MOBILISER LE LANGAGE DANS TOUTES SES DIMENSIONS LISTE D OBSERVABLES EN RELATION AVEC LES ATTENDUS DE FIN DE CYCLE 1. Ce que l on observe MOBILISER LE LANGAGE DANS TOUTES SES DIMENSIONS LISTE D OBSERVABLES EN RELATION AVEC LES ATTENDUS DE FIN DE CYCLE 1 Ce que l on attend en fin de cycle 1 S exprimer dans un langage syntaxiquement correct

Plus en détail

Liaison GS/CP. Accompagner les ruptures et construire les continuités

Liaison GS/CP. Accompagner les ruptures et construire les continuités Liaison GS/CP Accompagner les ruptures et construire les continuités Bianka Zazzo «Un grand passage: de l école maternelle à l école élémentaire» PUF 2001 Quels sont les processus d adaptation que l enfant

Plus en détail

Langues vivantes. (étrangères ou régionales) Cycle 3

Langues vivantes. (étrangères ou régionales) Cycle 3 Cycle 3 Langues vivantes (étrangères ou régionales) Au cycle 3, l enseignement de la langue vivante étrangère ou régionale vise, l acquisition de compétences et de connaissances qui permettent l usage

Plus en détail

CONFERENCE VIVIANE BOUYSSE I.G.E.N. Mercredi 4 octobre 2006 Lycée Jean Monnet Joué les Tours

CONFERENCE VIVIANE BOUYSSE I.G.E.N. Mercredi 4 octobre 2006 Lycée Jean Monnet Joué les Tours CONFERENCE VIVIANE BOUYSSE I.G.E.N. Mercredi 4 octobre 2006 Lycée Jean Monnet Joué les Tours Un fonctionnement en système : parler-lire-écrire-connaître la langue CADRE GENERAL Parler, lire, écrire forment

Plus en détail