Infections materno-fœtales : difficultés diagnostiques et prise en charge maternelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections materno-fœtales : difficultés diagnostiques et prise en charge maternelle"

Transcription

1 Ann Biol Clin 2013 ; 71 (spécial 1) : 5-18 Infections materno-fœtales : difficultés diagnostiques et prise en charge maternelle Infections transmitted from the mother to the fetus: diagnostic issues and management of pregnancy doi: /abc Christelle Vauloup-Fellous Elise Bouthry Liliane Grangeot-Keros Laboratoire de virologie du GH Paris-Sud, Centre national de référence des infections rubéoleuses materno-fœtales, AP-HP, Hôpital Paul Brousse, Villejuif, France Tirés à part : C. Vauloup-Fellous Résumé. Les infections materno-fœtales sont fréquentes et posent de délicats problèmes de diagnostic et de conduite thérapeutique. Au cours de la grossesse, la transmission de l agent infectieux (virus, bactéries et parasites) au fœtus et son retentissement embryofœtal sont très variables selon l agent causal, le terme de la grossesse et l état immunitaire de la mère. Les conséquences délétères pour le fœtus sont majoritairement observées au cours des primo-infections maternelles : avortement prématuré, mort in utero, embryopathies, fœtopathies mais également atteintes du nouveau-né ou conséquences apparaissant plus tardivement. Les circonstances du diagnostic de l infection maternelle et/ou fœtales sont variables selon l agent infectieux. Certaines pathologies infectieuses : la toxoplasmose, la rubéole, la syphilis et l hépatite B font l objet de programmes de dépistage prénatal. D autres infections sont souvent diagnostiquées à la suite d anomalies échographiques évocatrices (en particulier le cytomégalovirus et le parvovirus B19) ou de signes cliniques maternels (varicelle). Couplée aux données cliniques et à l imagerie, la biologie occupe une place essentielle dans la prise en charge et le suivi de ces femmes et de leurs nouveau-nés. L objectif de cet article est de faire le point sur le diagnostic des différentes infections materno-fœtales pour lesquelles la stratégie diagnostique biologique est spécifique à la grossesse : la rubéole, la varicelle, la syphilis, la toxoplasmose, l hépatite B, et les infections à cytomégalovirus et à parvovirus B19. Mots clés : infections materno-fœtales, diagnostic biologique, prise charge, prévention Abstract. Some infections are considered as feared risks during pregnancy. These infections may lead to severe damage of the fetus or the newborn depending on the infectious agent and the term of pregnancy where the infection occurred. Antenatal screening (in France it concerns toxoplasmosis, rubella, syphilis and hepatitis B) play an important role in prevention and management of vertically transmissible infections. However, biological diagnosis is also essential when maternal/neo-natal clinical symptoms or abnormal ultrasound findings are observed. In this article we chose to focus on rubella, varicella, syphilis, toxoplasmosis, hepatitis B and cytomegalovirus and parvovirus infections. Key words: materno-fetal infections, biological diagnosis, management, prevention Pour citer cet article : Vauloup-Fellous C, Bouthry E, Grangeot-Keros L. Infections materno-fœtales : difficultés diagnostiques et prise en charge maternelle. Ann Biol Clin 2013 ; 71(spécial 1) : 5-18 doi: /abc

2 Les infections materno-fœtales sont fréquentes et posent de délicats problèmes de diagnostic et de conduite thérapeutique. Différents virus, bactéries et parasites peuvent être transmis d une femme enceinte à son fœtus, et être à l origine (selon l agent responsable et la période de contamination) : d un avortement spontané, d une embryopathie (malformation congénitale), de pathologies fœtales, d atteintes du nouveau-né (naissance d un enfant mort-né ou maladie néonatale clinique), ou avoir des conséquences post-natales différées de quelques mois à quelques années alors que l infection était inapparente à la naissance. Le retentissement embryo-fœtal d une infection verticale est variable selon le micro-organisme en cause, mais également selon le terme de la grossesse où survient l infection. Les circonstances du diagnostic de l infection maternelle et/ou fœtale sont variables selon l agent infectieux : dépistage systématique obligatoire ou recommandé, constatation de signes cliniques maternels évocateurs ou d anomalies échographiques. À l occasion de cet article, nous proposons un focus sur le diagnostic des infections materno-fœtales pour lesquelles le biologiste est particulièrement sollicité en termes d interprétation des examens sérologiques et moléculaires en raison d une stratégie diagnostique spécifique à la grossesse : la syphilis, la toxoplasmose, la rubéole, la varicelle, l hépatite B et les infections à cytomégalovirus (CMV) et à parvovirus B19. Rubéole La rubéole était, avant l ère de la vaccination, une maladie essentiellement infantile et bénigne. Aujourd hui, malgré les campagnes de vaccination, la rubéole persiste en France sous forme de cas sporadiques, et on estime qu environ 5 % des femmes en âge de procréer ne sont pas immunisées. En cas d infection maternelle avant 12 SA, la fréquence de l infection fœtale est de 90 % et le risque d anomalies fœtales majeures est très important (de l ordre de 90 %). L atteinte virale au cours de l embryogenèse se traduit essentiellement par des malformations cardiaques (persistance du canal artériel, hypoplasie de l artère pulmonaire), une diminution de l audition, une atteinte oculaire (microphtalmie, cataracte, rétinopathie, glaucome, opacités cornéennes), et peut s accompagner d atteintes du système nerveux central (microcéphalie, retard mental). La fœtopathie peut également comporter une pneumopathie interstitielle, une encéphalite ou un retard de croissance intra-utérin. Des phénomènes auto-immuns, tel un diabète, peuvent survenir dans l adolescence. Certaines lésions restent longtemps évolutives après la naissance et le pronostic à long terme d une rubéole congénitale malformative est très réservé, surtout pour ce qui concerne l avenir psychomoteur. En cas d infection maternelle entre 12 et 18 SA, la fréquence des anomalies est variable et les séquelles le plus souvent constatées sont auditives (perte d audition, qui peut se développer tardivement après la naissance). En cas d infection maternelle après SA, ce risque malformatif est quasi nul. La primo-infection rubéoleuse guérit en laissant une immunité durable. Cependant, les réinfections sont possibles. En général elles sont cliniquement inapparentes, et les malformations congénitales après réinfection maternelle sont exceptionnelles. En France, grâce au réseau Rénarub, l Institut de veille sanitaire recense chaque année les infections rubéoleuses survenues pendant la grossesse ainsi que les infections congénitales. Entre 2006 et 2010, moins de 10 cas de rubéole ont été rapportés chaque année chez la femme enceinte et le nombre de cas de rubéoles congénitales malformatives est de 0 à 2 cas par an environ [1]. Le nombre de cas a tendance à augmenter ces dernières années, notamment en raison d une couverture vaccinale imparfaite en France, et à des épidémies importantes de rubéole constatées dans des pays n ayant pas de politique vaccinale en population générale (cas importés). Concernant, la femme enceinte, la Haute autorité de santé (HAS), en octobre 2009, a émis les recommandations suivantes : «Compte tenu de la situation épidémiologique actuelle, il est recommandé qu une sérologie rubéoleuse soit proposée à l occasion de la première consultation prénatale (avant la fin du 3 e mois de grossesse), en l absence de preuve écrite de l immunité et sauf si deux vaccinations contre la rubéole documentées ont été antérieurement réalisées, à seule fin de déterminer le statut immunitaire vis-à-vis de la rubéole. Cette sérologie ne portera que sur la détection des IgG spécifiques et sera réalisée sur un seul prélèvement. Chez les femmes enceintes séronégatives, une nouvelle sérologie rubéoleuse devra être proposée uniquement à 20 semaines d aménorrhées (SA), à la recherche d une éventuelle séroconversion» [2]. Le premier objectif de la sérologie effectuée pendant la grossesse, est donc de dépister les femmes enceintes séronégatives afin de leur proposer la vaccination après l accouchement. Le second objectif est de dépister une éventuelle primo-infection qui serait survenue entre le premier dépistage et la 20 e SA. La conduite à tenir et l interprétation des résultats en cas de dépistage systématique (en dehors de tout contexte clinique évocateur) des IgG rubéoleuses au cours de la grossesse sont détaillées dans la figure 1. En dehors du dépistage systématique, on peut être amené à faire le diagnostic d une primo-infection rubéoleuse 6 Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre 2013

3 Diagnostic et prise en charge des infections materno-fœtales 2 e prélèvement vers 20 SA Patiente immunisée à interpréter en fonction du contexte clinique Vaccination après l accouchement Primo-infection probable à confirmer par la mesure de l avidité des IgG Figure 1. Interprétation de la sérologie rubéole dans le cadre du dépistage systématique. maternelle dans les circonstances suivantes : contage, signes cliniques évocateurs, ou sérologies évocatrices d une infection active (séroconversion, augmentation du titre des anticorps). Les signes cliniques sont inconstamment présents et peu spécifiques. Par ailleurs, la rubéole étant devenue une infection très rare en France, peu de cliniciens pensent à cette infection lorsqu une éruption est rapportée ou observée. Le diagnostic de l infection maternelle repose essentiellement sur la sérologie : mise en évidence d une séroconversion et/ou détection d IgG et d IgM spécifiques. Toutefois, en l absence de contexte clinique évocateur de rubéole, la séroconversion et/ou la présence d IgM spécifiques doit être interprétée et annoncée avec prudence, et la réalisation d examens complémentaires dans des laboratoires spécialisés (avidité des IgG spécifiques et/ou western blot/immunoblot à la recherche d anticorps protecteurs) peut être justifiée. Les IgM spécifiques apparaissent dans les 3 jours qui suivent l éruption et disparaissent en général en 4 à 10 semaines, selon les sujets et les techniques utilisées. Attention : le premier jour de l éruption, les IgM sont très fréquemment absentes. Les IgG, détectés par Elisa, apparaissent, en général, un peu plus tardivement (environ 5-8 jours après le début de l éruption). Le titre maximal des anticorps au plateau, ainsi que le titre résiduel, est extrêmement variable selon le patient et la technique utilisée. Un titre élevé d anticorps n est pas en soi un marqueur de primo-infection récente. À l occasion d un contage datant de moins de 15 jours, seule une recherche des IgG doit être prescrite et leur positivité permettra de rassurer la patiente. En cas de négativité des IgG, il est préconisé une sérologie de contrôle 3 Primo-infection très peu probable à confirmer par la mesure de l avidité des IgG et la recherche des Ac anti-e1 protecteurs sur le 1 er prélèvement semaines après contage avec dosage des IgG et des IgM afin d exclure une primo-infection rubéoleuse asymptomatique (figure 2). Lorsqu il existe un contexte clinique évocateur, ou un contage datant de plus de 15 jours, le diagnostic de l infection rubéoleuse est confirmé biologiquement par l observation d une séroconversion et/ou la détection conjointe des IgG et des IgM spécifiques, souvent complétées par la mesure de l avidité des IgG rubéoleuse (figure 3). En effet, il est aujourd hui clairement établi que si les IgM spécifiques sont pratiquement toujours détectées au cours des primo-infections récentes (< 2 mois), lorsque l on utilise des techniques suffisamment sensibles, elles peuvent aussi être mises en évidence dans des situations beaucoup plus fréquentes que la primo-infection : plusieurs mois/années après vaccination, au cours des réinfections, et surtout en raison de stimulations polyclonales non spécifiques du système immunitaire. Lorsque des IgM spécifiques sont présentes, il est recommandé d avoir recours à la mesure de l avidité des IgG pour infirmer ou confirmer une primo-infection. Une faible avidité correspond généralement à une primo-infection récente (< 1-3 mois), une forte avidité correspond à une primo-infection datant en général de plus de 3 mois. Il est à noter qu après vaccination, l avidité «mature» plus lentement qu après infection naturelle et se stabilise souvent à des niveaux d indice moyen [3]. Attention : souvent l observation de titres stables d anticorps est considérée comme rassurante. En fait, selon les sujets testés et surtout la technique utilisée, les anticorps peuvent atteindre un plateau en quelques jours ou en quelques semaines après le début de l infection. Il existe des différences importantes de sensibilité entre les Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre

4 Sérum précoce < 15 j Immunité antérieure 2 e prélèvement 3 semaines plus tard Stimulation polyclonale du système immunitaire Primo-infection possible Primo-infection probable Absence d infection À confirmer éventuellement par la mesure de l avidité des IgG (rubéole) À confirmer par l apparition des IgG sur un nouveau prélèvement dans 5-10 jours Figure 2. Interprétation de la sérologie en cas de contage récent (< 15 jours) pour une infection possiblement asymptomatique (rubéole, infection à parvovirus B19). Prélèvement trop précoce ou Absence d infection Primo-infection possible Sérologie IgG/IgM Primo-infection peu probable À confirmer par la mesure de l avidité des IgG (rubéole/cmv) ou par une PCR dans le sang maternel (parvovirus B19) Primo-infection probable À confirmer par l apparition des IgG sur un nouveau prélèvement dans 5-10 jours Figure 3. Interprétation de la sérologie en cas de signes cliniques ou de contage > 15 jours (rubéole, infection à parvovirus B19). techniques de dosages des IgG malgré l utilisation d unités internationales. Il est souhaitable d avoir recours au western blot/immunoblot pour déterminer la spécificité des anticorps en cas de discordance entre techniques. Le diagnostic prénatal de l infection fœtale repose soit sur la mise en évidence des IgM rubéoleuses dans le sang fœtal, soit sur la mise en évidence du génome viral dans le liquide amniotique (LA) par RT-PCR. La spécificité de ces deux procédures est voisine de 100 % et leur sensibilité supérieure à 90 %, à condition : - qu un délai d au moins 6 semaines entre l infection maternelle et la ponction de LA soit respecté ; - que les prélèvements ne soient pas effectués avant la 21 e SA ; - que le sang fœtal soit conservé et transporté à +4 Cau laboratoire mais qu impérativement le LA soit conservé et transporté congelé (en raison de l extrême fragilité du virus de la rubéole). Le diagnostic post-natal de l infection congénitale repose sur la mise en évidence des IgM spécifiques, de préférence par une technique d immunocapture. La sensibilité et la spécificité de cet examen sont voisines de 100 %. Le diagnostic post-natal de l infection congénitale doit être réalisé même si l enfant est asymptomatique car un enfant infecté in utero peut développer des séquelles, notamment auditives, à distance de la naissance. De plus, ces enfants vont excréter du virus dans leur salive et dans leurs urines pendant plusieurs mois (voire plusieurs années) et seront donc 8 Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre 2013

5 Diagnostic et prise en charge des infections materno-fœtales potentiellement contaminants pour l entourage. L absence ou la présence d excrétion virale pourra être contrôlée par PCR sur la salive ou sur les urines (le transport de ces prélèvements doit également être effectuéà-20 C). Que ce soit au cours de la grossesse ou à la naissance, aucun antiviral n est actif contre le virus de la rubéole. En France, des gammaglobulines polyvalentes sont disponibles mais leur efficacité n a jamais été démontrée. La prise en charge de l infection repose sur l évaluation du pronostic de l atteinte fœtale en fonction de la date présumée de l infection maternelle. En effet, en dehors du terme de la grossesse auquel survient l infection, aucun facteur prédictif de sévérité n a été établi. Lorsque l infection maternelle survient avant la 12 e SA, les risques d infection et de malformations fœtales sont très importants ce qui justifie d accéder, parfois d emblée, à une demande d interruption de grossesse pour raison médicale. Cependant, si un examen échographique détaillé et une recherche d ARN viral dans le LA sont réalisés et se révèlent négatifs, la grossesse pourra être poursuivie. Lorsque l infection maternelle survient entre la 12 e et la 18 e SA, l aide du diagnostic anténatal est précieuse pour évaluer l infection fœtale, mais ne permet pas de prédire les éventuelles malformations congénitales consécutives à l infection. Par ailleurs, en dehors des atteintes cardiaques et parfois oculaires, ces anomalies sont difficilement accessibles à l échographie obstétricale. En plus de l examen pédiatrique à la naissance, la survenue de troubles de l audition sera particulièrement recherchée au cours des premières années de vie. Passée la 20 e SA, le risque d infection fœtale demeure élevé jusqu à la fin de la grossesse, mais le risque de rubéole congénitale malformative est quasi nul. La grossesse sera poursuivie et l infection congénitale sera tout de même recherchée à la naissance. Il est important de rappeler qu aujourd hui, en France, la rubéole ne devrait plus exister puisqu il existe un vaccin vivant atténué, très efficace (souche RA 27/3 combiné dans le vaccin trivalent rougeole/oreillons) et pratiquement dénué d effet secondaire majeur. Il est recommandé à tous les enfants entre 12 et 24 mois une dose du vaccin trivalent contre la rougeole, les oreillons et la rubéole à 12 mois et une seconde dose entre 16 et 18 mois ainsi qu à toute femme en âge de procréer séronégative, de préférence avant toute grossesse ou juste après l accouchement pour celles qui auraient été dépistées négatives pendant leur grossesse [4]. Il n y a pas lieu de revacciner des femmes ayant reçu deux injections de vaccin rubéole ou trivalent, quel que soit le résultat de la sérologie, si elle a été pratiquée. S agissant d un vaccin vivant atténué, il est déconseillé de l administrer durant la grossesse et toute grossesse doit être évitée dans le mois qui suit la vaccination. Par contre, même si la souche vaccinale a été détectée dans le lait maternel, la vaccination juste après l accouchement ne constitue pas une contre-indication à l allaitement. Cytomégalovirus On estime que les infections à CMV représentent la première cause d infections congénitales dans les pays développés, et qu il y aurait chaque année environ 1% des nouveau-nés qui auraient acquis cette infection in utero.le CMV est la principale cause de handicaps neurosensoriels consécutifs à une infection congénitale. Toutefois, parmi ces enfants environ 80 % ne garderont aucune séquelle de cette infection Globalement, en Europe de l Ouest, 50 % des femmes en âge de procréer sont immunisées contre le CMV, mais la prévalence varie en fonction du statut socio-économique, de l âge, de la profession, de la parité et de l origine ethnique. Les femmes les plus exposées sont les femmes séronégatives travaillant au contact de très jeunes enfants ou ayant un premier enfant en crèche, car la circulation de ce virus est extrêmement fréquente au sein des collectivités de très jeunes enfants [5]. La transmission s effectue par contacts étroits d individu à individu (à partir des urines, des sécrétions oro-pharyngées, du lait, des larmes, des sécrétions génitales...). En France, le rapport de l Anaes (Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé) de 2004 préconise que les femmes enceintes soient informées des mesures d hygiène universelles, à respecter pendant leur grossesse (tableau 1). Il est couramment admis que le risque d une transmission materno-fœtale du CMV résulte majoritairement d une primo-infection maternelle péri- ou post-conceptionnelle. L incidence de la primo-infection durant la grossesse est estimée entre 0,5 et 2 %. Environ % de ces femmes transmettront le virus à leur fœtus, mais ce taux de transmission varie en fonction du terme de la grossesse où est contractée l infection (environ % au 1 er,50%au 2 e et % au 3 e trimestre). La transmission au fœtus s effectue alors par voie hématogène transplacentaire lors de la virémie maternelle concomitante à la primo-infection. Dans une moindre mesure, le fœtus peut s infecter suite à une réactivation ou une réinfection maternelle. On estime que 10 à 30 % des femmes immunisées excréteront du virus au cours de leur grossesse, et qu environ 0,2 % des enfants, nés de mère séropositive pour le CMV avant leur grossesse, seront infectés à la naissance. La transmission maternofœtale du CMV après infection maternelle secondaire est difficile à estimer dans la mesure où le diagnostic de la réinfection ou de la réactivation est très difficile et non réalisé en pratique. Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre

6 Tableau 1. Conseils de prévention de la primo-infection à cytomégalovirus en cours de grossesse. Se laver fréquemment les mains. En cas de contact avec un enfant en bas âge, prendre des précautions particulières, notamment s il fréquente une collectivité (crèche, garderie) car cet enfant a pu être contaminé au contact des autres enfants. Dans ce cas, le virus reste présent dans sa salive et ses urines pendant plusieurs mois. Ne pas utiliser les mêmes ustensiles de repas, ne pas finir le repas d enfants de moins de 3 ans. Ne pas «goûter» les biberons ou les cuillerées d aliments et ne pas sucer sa tétine. Ne pas partager les affaires de toilette (gant, serviette, brosse à dents) des enfants de moins de 3 ans. Limiter le contact buccal avec les larmes et/ou la salive des enfants de moins de 3 ans ; ne pas les embrasser sur la bouche. Se laver soigneusement les mains à l eau et au savon après chaque change ou contact avec les urines (pot, pyjama, couche...). Ces précautions doivent être appliquées lors de contacts professionnels avec un ou plusieurs jeunes enfants. Ces règles d hygiène doivent également être suivies par le conjoint. À respecter jusqu à l accouchement Enfin, la période néonatale est une période de haute contagiosité (par les sécrétions cervico-vaginales, le lait maternel, les contacts rapprochés), mais n est pas suivie de séquelles neurologiques. Cette infection périnatale est très fréquente et on retrouve globalement 12 à 15 % de nouveau-nés viruriques à 1 mois de vie alors qu ils étaient négatifs à la naissance. Les conséquences d une transmission materno-fœtale du CMV sont variables mais classiquement plus sévères après une primo-infection maternelle qu après une réactivation ou une réinfection. Le risque de séquelles pour le fœtus est maximum (20-30 %) lorsque la primo-infection maternelle survient avant la 20 e SA et moindre par la suite. Les manifestions cliniques observées peuvent alors être une microcéphalie, des déficits de l audition et des atteintes neurologiques mineures. Cependant, c est lors d une primo-infection maternelle précoce au cours de la grossesse que l on observe les atteintes fœtales les plus graves se traduisant par la maladie des inclusions cytomégaliques qui régresse spontanément, mais induit des dommages qui peuvent persister et occasionner dans 80 % des cas de lourdes séquelles à long terme. Pour la France, ces chiffres couramment avancés dans la littérature sont en réalité surestimés. En effet, les situations où le doute subsiste quant au pronostic de lésions gravissimes deviennent rares lorsque la grossesse est correctement suivie et plus particulièrement lorsque ce suivi est effectué dans un centre spécialisé (ce qui devrait toujours être le cas lorsqu une séroconversion maternelle ou une infection fœtale à CMV a été constatée). L amélioration de la qualité des échographes et de la résolution de l IRM permet maintenant de diminuer le nombre de cas où la gravité de l atteinte neurologique ne peut pas être appréciée. La souplesse quant au délai de recours à l interruption de grossesse pour raison médicale, dans notre pays, contribue également à diminuer le nombre de nouveau-nés naissant sévèrement atteints. À côté de ce tableau gravissime, on estime que, dans plus de 90 % des cas, l infection congénitale à CMV est asymptomatique à la naissance. Néanmoins, pour ces enfants une surveillance clinique est indispensable car, parmi ces formes initialement silencieuses,5 à 10%des enfants développeront des séquelles neuro-sensorielles à type de surdité le plus souvent. Partielle ou totale, cette surdité peut ne pas se manifester dès la naissance et se développer ultérieurement au cours des premières années de vie. Les risques encourus par le fœtus lors d une infection maternelle secondaire sont moins bien connus. Les études rapportent que, même si une immunité préexistante à la grossesse confère une certaine protection, celle-ci n est pas suffisante pour empêcher la transmission du CMV au fœtus d une part, et, d autre part, pour prévenir la survenue d anomalies plus ou moins graves chez le fœtus. Le dépistage systématique de l infection à CMV pendant la grossesse n est actuellement pas recommandé dans la plupart des pays européens (dont la France) et seules des mesures d hygiène peuvent être proposées pour réduire significativement l incidence des infections maternelles à CMV [6]. Néanmoins, une recherche d IgG en début de grossesse est parfois pratiquée afin de déterminer le statut sérologique maternel notamment lorsque les patientes exercent une profession à risque (personnel de crèche, infirmière, puéricultrice, mère de famille...). Le diagnostic de l infection maternelle peut également être effectué en cas de symptômes maternels. Toutefois, de nombreuses infections à CMV au cours de la grossesse passent inaperçues car les signes cliniques de la primo-infection à CMV, s ils sont relativement fréquents, sont en général peu spécifiques (fatigue, fièvre, maux de tête...), et recueillis a posteriori, ne suffisent généralement pas à alerter sur l éventualité d une primo-infection à CMV. Enfin, en présence d anomalies échographiques évocatrices, une infection maternelle/congénitale à CMV doit être envisagée et recherchée. La virémie, chez l individu immunocompétent, serait un marqueur d une primo-infection récente mais n est pas utilisée dans la pratique courante dans un but diagnostique. 10 Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre 2013

7 Diagnostic et prise en charge des infections materno-fœtales La virurie maternelle n est pas un bon outil pour le diagnostic de primo-infection à CMV puisqu elle est aussi souvent positive à l occasion de réactivations, qui ne sont à l origine que de très rares cas d infections congénitales symptomatiques. Le diagnostic de la primo-infection à CMV chez la femme enceinte repose donc essentiellement sur la sérologie. La présence d IgG spécifiques signe un contact avec le virus, mais interprété isolément leur titre n est en aucun cas indicatif de la date de survenue de la primo-infection maternelle. Quant à la détection des IgM spécifiques, elle n est pas nécessairement corrélée à une infection récente. En effet, même si les IgM sont pratiquement toujours mises en évidence dans les primo-infections récentes, elles peuvent également être détectées en raison de réactions croisées (avec l EBV par exemple), mais également au cours d infections secondaires, ou à l occasion d une stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire. Il est donc clairement établi que la détection des IgM spécifiques est insuffisante pour faire le diagnostic de primo-infection, et que leur présence peut être difficile à interpréter. Pour ces raisons, le recours à la mesure de l avidité des IgG spécifiques et à l étude comparative des sérums antérieurs et/ou ultérieurs est donc le plus souvent nécessaire pour préciser le caractère éventuellement post-conceptionnel de l infection. Le résultat de l avidité est à interpréter en fonction du terme de la grossesse car au-delà du 1 er trimestre de grossesse, une avidité élevée ne permettra en général pas d exclure une infection postconceptionnelle. L indice d avidité est également fonction des individus testés ainsi que des techniques utilisées. Enfin, il faut noter que lorsque le titre d IgG est faible, l indice d avidité peut être erroné. Sa valeur n est donc pas toujours aisée à interpréter. En pratique : malgré les recommandations, une recherche d IgG en début de grossesse est parfois pratiquée afin de déterminer le statut sérologique maternel notamment lorsque les patientes exercent une profession à risque (personnel de crèche, infirmière, puéricultrice, mère de famille...)(figure 4) ; le diagnostic de l infection maternelle peut également être effectué en cas de symptômes maternels (figure 3); de nombreuses infections à CMV au cours de la grossesse passent inaperçues, mais en présence d anomalies échographiques évocatrices (RCIU, anomalies cérébrales, oligoamnios, intestin hyperéchogène, anarsaque...), une infection maternelle/congénitale à CMV doit être envisagée et recherchée (figure 5). Si les IgG sont négatives (quelle que soit la valeur des IgM), la responsabilité du CMV, pour expliquer les anomalies échographiques, peut être exclue. Si les IgG sont positives, quelle que soit la valeur des IgM, une mesure de l indice d avidité des IgG et/ou l examen d un sérum du début de grossesse (sérum prélevé pour d autres sérologies, pour le dosage de la -hcg, pour le dépistage de la trisomie...) permettra d apprécier le caractère éventuellement post-conceptionnel de l infection. En effet, comme nous l avons vu précédemment, la présence d IgM ne signifie pas obligatoirement primo-infection. De plus, au moment de la constatation des anomalies échographiques, les IgM peuvent avoir déjà disparu. Si les résultats obtenus sur un sérum du début de grossesse ne sont pas évocateurs d une primo-infection à CMV (IgG+/IgM- ou IgG+/IgM+/avidité élevée) un diagnostic anténatal peut toutefois être recommandé car les IgM peuvent être fugaces, et une infection survenant dans les semaines précédant la conception ou une infection secondaire peuvent être à l origine d une infection fœtale symptomatique. Absence d immunité Conseils d hygiène +++ Possible primo-infection récente à confirmer par la mesure de l indice d avidité des IgG Patiente immunisée, absence de marqueur de primo-infection récente* Conseils d hygiène Avidité élevée Primo-infection > 3 mois* Conseils d hygiène Avidité faible Primo-infection < 3 mois* Suivi spécifique * Résultat à interpréter en fonction du terme de la grossesse et de la technique utilisée Figure 4. Interprétation des sérologies de dépistage de l infection à CMV. Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre

8 Sérologie IgG/IgM Anomalies non liées à l infection Possible infection post-conceptionnelle Mesure de l avidité des IgG (CMV) Analyse d un sérum du début de grossesse Attention! au moment de la constatation des anomalies échographiques, les IgM peuvent avoir disparu Diagnostic anté-natal Figure 5. Interprétation des sérologies en cas d observation d anomalies échographiques évocatrices de l infection virale. le diagnostic d infection maternelle secondaire est difficilement réalisable et n est que très rarement effectué. En effet, s il est couramment admis que l augmentation des IgG spécifiques (en présence ou en absence d IgM spécifiques) chez une femme immunisée avant sa grossesse, signe une infection secondaire, cette situation se rencontre également, et certainement beaucoup plus fréquemment, lors de stimulations polyclonales non spécifiques du système immunitaire. La mesure de l avidité des IgG n est pas contributive dans ce cas puisqu elle sera élevée dans les deux situations. Tout au plus, peut-on supposer rétrospectivement cette infection secondaire lorsqu un enfant naît infecté d une mère séropositive pour le CMV avant sa grossesse. L indication du diagnostic prénatal suite à une primoinfection maternelle, mais sans signe échographique, est discutée dans la mesure où les traitements pouvant être proposés en cas de recherche positive dans le LA, et donc en cas d infection fœtale, sont encore en cours d évaluation, tandis que le risque de l amniocentèse n est pas nul. De plus, en l absence d anomalies échographiques, il est encore difficile actuellement d évaluer le risque fœtal car il n existe pas de paramètres fiables pour faire la distinction entre un fœtus infecté et un fœtus cliniquement atteint. Le diagnostic d infection fœtale est réalisé par la mise en évidence du génome viral (par PCR) dans le LA. La spécificité de la PCR est proche de 100 % et sa sensibilité est supérieure à 95 % si l amniocentèse est réalisée au moins 6 semaines après l infection maternelle et à partir de la 21 e SA, ou dès la constatation des anomalies échographiques. À la naissance, la recherche des IgM dans le sang du nouveau-né n est positive que chez 50 % des enfants infectés. Plus couramment, la recherche de CMV est effectuée par culture et/ou PCR dans les urines. C est un examen d une excellente sensibilité et spécificité si le prélèvement est effectué dans les jours qui suivent l accouchement. Le prélèvement de salive peut s avérer plus pratique à réaliser, mais toute positivité salivaire doit être confirmée par une recherche de virus sur les urines (contamination possible du prélèvement de salive par le lait maternel infecté en cas d allaitement maternel). Les infections périnatales étant très fréquentes, lorsque des anomalies (notamment, la surdité) sont constatées plusieurs mois après la naissance, ni la sérologie, ni la détection du virus dans les urines ne permettent d incriminer le CMV comme agent responsable de ces manifestations cliniques. Il faut alors avoir recours à la recherche rétrospective du génome viral par PCR à partir du sang séché conservé sur les cartes de Guthrie [7]. La prise en charge de l infection à CMV chez la femme enceinte est un problème complexe du fait, notamment, qu il n existe pas, pour l instant, de traitement efficace et dénué d effets secondaires capable d être administré au cours la grossesse. Quelques essais cliniques évaluant l efficacité d injection d immunoglobulines hyperimmunes ou de valaciclovir en prévention, ainsi que pour le traitement de l infection fœtale à CMV, sont en cours. Lorsqu une primo-infection maternelle à CMV est diagnostiquée avec certitude, le fœtus doit bénéficier d une surveillance échographique morphologique étroite et répétée (en général mensuelle ou bimensuelle si la PCR CMV est positive dans le LA) dans un centre spécialisé en médecine fœtale, car cela reste un examen performant pour détecter les atteintes fœtales, l existence/l évolution des 12 Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre 2013

9 Diagnostic et prise en charge des infections materno-fœtales signes échographiques ayant une bonne valeur pronostique. Cette surveillance doit être poursuivie jusqu à la fin de la grossesse, les signes échographiques pouvant apparaître tardivement. Une étude randomisée de phase II rapporte l effet bénéfique sur l évolution de la surdité, d une cure de 6 semaines de ganciclovir administrée en IV à des enfants présentant une infection congénitale sévère avec notamment une atteinte du système nerveux central. En raison de la toxicité du ganciclovir et de son utilisation par voie IV, sa seule indication consensuelle actuelle reste l utilisation chez des nouveaunés présentant une atteinte du système nerveux central. Le valganciclovir, pro-drogue du ganciclovir mais mieux toléré sur le plan hématologique est à l étude. Enfin, les enfants asymptomatiques excrétant le virus dans leurs urines aux premiers jours de vie doivent faire l objet d une surveillance clinique (fond d œil, examens auditifs...) attentive jusqu à leur 6 e année. Varicelle La varicelle est une maladie infectieuse fréquente de l enfance et le plus souvent bénigne. La séroprévalence en France des femmes en âge de procréer est de plus de 90 %. Environ 500 femmes enceintes seraient infectées par an. Une primo-infection confère dans la majorité des cas une immunité à vie mais des réinfections sont possibles, et estimées entre 4 et 13 %. L infection à VZV est potentiellement grave pour la mère elle-même du fait de l atteinte pulmonaire. Cette atteinte pulmonaire n est pas plus fréquente que chez l adulte non enceinte, mais serait plus sévère, notamment du fait de difficultés ventilatoires liées au volume utérin. Le traitement Sérum précoce < 15 j antiviral par valaciclovir IV et les progrès de réanimation ont permis de réduire considérablement la mortalité de cette infection. Le risque malformatif lié au VZV, lors d une infection survenant avant 20 SA, est au maximum de l ordre de 2 %. La fœtopathie varicelleuse est de pronostic sévère et le tableau clinique comprend des anomalies cutanées, neurologiques, ophtalmologiques et/ou musculo-squelettiques. Après 20 SA, le syndrome de varicelle congénitale est exceptionnel, et le risque principal est alors celui de la survenue d un zona dans la première année de vie. La survenue d une varicelle maternelle dans les jours qui précèdent ou qui suivent l accouchement expose à un risque élevé de varicelle congénitale néo-natale très sévère et impose une prise en charge obstétricale et pédiatrique spécifique [8]. Le risque néonatal est maximal lorsque l accouchement a lieu entre 2 jours avant et 5 jours après l éruption, car la transmission du virus est alors transplacentaire avant toute synthèse et donc transmission des anticorps maternels. En cas de contage maternel au cours de la grossesse ou en péri-partum, si la patiente ne rapporte pas d histoire personnelle de varicelle, il est légitime de déterminer son statut immunitaire par la recherche des IgG anti-vzv. En cas de sérologie négative, un contrôle sérologique ultérieur est inutile car le diagnostic de la varicelle est clinique. Par contre, la présence d IgG indique que la patiente est immunisée mais ne permet pas d exclure la possibilité d une réinfection par le VZV (figure 6). Attention : les tests sérologiques visant à mettre en évidence les anticorps anti-vzv sont, pour la plupart, moins sensibles et moins spécifiques que pour d autres virus. De plus, il n y a pas de relation étroite entre la concentration des anticorps et la protection. La vaccination qui a pu être pratiquée avant la grossesse Patiente non immunisée Patiente immunisée 2 3 semaines plus tard Varicelle clinique Asymptomatique Asymptomatique Varicelle clinique Privilégier le prélèvement des vésicules 2 e sérologie à 3 semaines? Faut-il dépister sérologiquement une éventuelle réinfection? NON Privilégier le prélèvement des vésicules Vérifier les IgG sur 1 er prélèvement par une autre technique Figure 6. Interprétation de la sérologie en cas de contage varicelleux récent (< 15 jours). Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre

10 ne protège efficacement que contre les formes graves de varicelle et n exclut pas l éventualité de développer une varicelle clinique ultérieurement. Quel que soit le résultat de la sérologie, il est donc licite de recommander de limiter les contacts avec la personne infectée. Le traitement par valaciclovir peut être proposé en attendant les résultats de la sérologie et poursuivi en cas de sérologie négative. Après 37 SA et en l absence d immunité, l accouchement peut être programmé dans les 6 jours qui suivent le contage. En cas de contage datant de moins de 72 h, une injection d immunoglobulines varicelle-zona peut être proposée afin de diminuer le risque de survenue de varicelle maternelle et de ses complications. En cas d éruption varicelleuse en cours de grossesse ou en peri-partum, le diagnostic de l infection maternelle est essentiellement clinique, mais il peut être utile en cas d éruption atypique ou douteuse de pratiquer la recherche directe du virus par PCR à partir du liquide vésiculaire. L apparition des anticorps spécifiques se produit 2 à 5 jours après le début de l éruption. En cas d éruption, une recherche d IgM spécifiques peut être effectuée sachant qu un prélèvement sérique réalisé dès les premiers jours de l éruption peut s avérer trop précoce pour retrouver des anticorps. Même si elles sont pratiquement toujours mises en évidence dans les primo-infections récentes, on peut également détecter des IgM spécifiques au cours d une réinfection, d une réactivation (zona), ou à l occasion d une autre infection évolutive entraînant une stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire. En cas de varicelle confirmée en cours de grossesse, il faut prendre en compte le risque de complications maternelles, et ne pas hésiter à hospitaliser les patientes en dehors de la maternité, voire en réanimation en cas de signes respiratoires, du fait du risque d hypoxie majeure. Avant 20 SA, le risque est celui d une fœtopathie varicelleuse pour laquelle une surveillance échographique mensuelle est instaurée. L amniocentèse est possible mais est discutable dans la mesure où un résultat positif ne changerait pas la prise en charge. En cas d éruption en peri-partum, le risque est celui de la varicelle généralisée congénitale, il est donc conseillé d hospitaliser l enfant, même asymptomatique, et de le traiter par aciclovir et immunoglobulines. En cas d éruption et d accouchement imminent, une tocolyse peut être mise en place, ainsi qu un traitement par valaciclovir. En cas d accouchement plus de 5 jours après l éruption ou en cas d éruption plus de 3-5 jours après l accouchement, le risque est une varicelle néonatale bénigne. En cas de zona maternel, le risque de transmission in utero est quasi nul. Le vaccin est notamment recommandé pour les personnes séronégatives exerçant une profession de santé ou en relation avec la petite enfance, et chez les femmes en âge de procréer séronégatives et sans antécédent de varicelle [4]. Le vaccin peut également être administré aux personnes séronégatives dans les trois jours qui suivent le contage (en dehors de toute grossesse). La vaccination selon le protocole en deux doses protège à plus de 90 % contre les varicelles modérées à sévères et environ de 70 % contre les autres formes de varicelle. Parvovirus B19 Les infections à parvovirus B19 surviennent sous forme sporadique ou sont responsables d épidémies hivernoprintanières. Chez les enfants, le virus est à l origine du mégalérythème épidémique ou cinquième maladie associant un syndrome pseudo-grippal avec fièvre modérée suivi par une éruption débutant au visage d évolution bénigne. Toutefois, l infection est asymptomatique dans 30 % des cas. Le parvovirus B19 doit être suspecté devant une éruption ou l apparition de douleurs articulaires chez une femme enceinte. Environ 50 % des femmes seraient séronégatives en France. Parmi elles, le risque de primo-infection est de 1 à 1,5 % et de 13-13,5 % respectivement en dehors et pendant les épidémies. Le risque de transmission materno-fœtale est de 30 %. Le parvovirus n est pas un virus tératogène mais il est essentiellement responsable d anémie fœtale pouvant aboutir à une anasarque fœto-placentaire et à la mort fœtale en particulier si l infection maternelle survient avant 20 SA [9]. En cas de contage (< 15 jours), seule une recherche d IgG peut être effectuée et leur positivité permettra de rassurer la patiente. En cas de négativité des IgG, il est préconisé une sérologie de contrôle (IgG et IgM) 3 semaines après contage afin d exclure une primo-infection asymptomatique (figure 2). En cas de symptomatologie évocatrice (éruption, arthralgies) ou contage de plus de 15 jours, une recherche des IgG et IgM spécifiques est recommandée (figure 3). En cas primo-infection maternelle confirmée avant 20 SA, une surveillance échographique fœtale hebdomadaire dans un centre de référence doit être établie. Les signes d insuffisance cardiaque (cardiomégalie, anasarque) et les signes d anémie (augmentation de la vitesse dans l artère cérébrale moyenne) seront recherchés [8]. Au-delà de 30 SA ou 20 semaines après l infection maternelle, la patiente peut être rassurée. En cas d anomalies échographiques évocatrices, une infection maternelle/congénitale doit être envisagée et recherchée (figure 5). Si les IgG sont négatives (quelle que soit la valeur des IgM), la responsabilité du parvovirus B19, pour expliquer les anomalies échographiques, peut être exclue. Si les IgG sont positives, il est indiqué d examiner un sérum du début de grossesse (sérum prélevé pour d autres sérologies, pour le dosage de la -hcg, pour 14 Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre 2013

11 Diagnostic et prise en charge des infections materno-fœtales le dépistage de la trisomie...), et ce, quelle que soit la valeur des IgM. En effet, comme nous l avons vu précédemment, la présence d IgM ne signifie pas obligatoirement primoinfection. De plus, lors de la constatation des anomalies échographiques, les IgM peuvent avoir déjà disparu. C est pourquoi seul le diagnostic anténatal permettra de confirmer l infection congénitale, et en cas d anémie sévère, une transfusion in utero pourra être réalisée. Syphilis L Organisation mondiale de la santé (OMS) évalue à 12 millions le nombre de nouveaux cas de syphilis chaque année au niveau mondial, dont plus de 90 % dans les pays en voie de développement. En France, aujourd hui, on observe une augmentation de l incidence de la syphilis, en particulier au sein de la communauté homosexuelle masculine, mais à ce jour, on n a pas noté d augmentation significative de l incidence de la syphilis congénitale. La prévalence de cette infection chez les femmes enceintes est estimée à 1/ Quel que soit le stade de l infection de la mère avant la grossesse, une syphilis congénitale peut survenir et le risque d infection d un nouveau-né dont la mère non traitée est en phase primaire ou secondaire est de l ordre de 50 %. La transmission survient principalement au cours de la 2 e moitié de la grossesse et peut être responsable d une mort fœtale in utero, ou d un accouchement prématuré. Les formes précoces de syphilis congénitale associent des signes cutanés Négatif VDRL et TPHA ou VDRL et FTA IgG Dissociés Dissociés En cas de suspicion clinique (chancre) : fond noir et contrôle sérologique 2 semaines plus tard Confirmer une syphilis débutante ou un faux positif : contrôle sérologique 1 semaine plus tard Positifs Faux positif ou Tréponématose guérie (TPHA +/VDRL -) et muqueux, des manifestations osseuses et articulaires, et des atteintes viscérales. La syphilis tardive s exprime audelà de 5 ans par des anomalies dentaires, une surdité, et une gomme cutanéo-muqueuse. En pratique courante, le diagnostic maternel repose essentiellement sur la sérologie. Il s agit d une sérologie tréponémique qui ne permet pas de différencier Treponema pallidum d une tréponématose endémique telle que le Pian (retrouvé dans toutes les régions chaudes et humides), le Bejel (retrouvé en Afrique sub-saharienne, au Maroc, en Afghanistan, en Iran) ou la Pinta (retrouvée en Amérique centrale, en Amérique du Sud et au Mexique). De plus, nous ne disposons actuellement pas d outil biologique permettant de différencier avec certitude une syphilis latente d une cicatrice sérologique. L interprétation du dépistage sérologique repose sur la combinaison de plusieurs tests tréponémiques (TPHA, TPLA, FTA, immunoblot...) et non tréponémiques (VDRL, RPR...)(figure 7). Chez le nouveau-né, outre le diagnostic clinique (observation de lésions cutanées ou recherche d une méningite lymphocytaire), le diagnostic biologique peut être également bactériologique dans le cas de lésions cutanées, et sérologique par la surveillance de la non-disparition des anticorps maternels transmis à partir de l âge de 6 mois et la mise en évidence d IgM spécifiques. Le traitement de la syphilis maternelle ou congénitale est basé sur l utilisation de la pénicilline dont la posologie et la durée dépendent du stade évolutif. La prévention de la syphilis congénitale passe par le dépistage systématique lors de la 1 re visite pré-natale (1 er trimestre de grossesse) Positifs Tréponématose guérie ou pas Traitement Suivi sérologique de la mère : 3, 6, 12 et 24 mois (le VDRL doit se négativer ou diminuer significativement) Suivi échographique puis clinique et sérologique de l enfant Contrôle du partenaire Figure 7. Interprétation de la sérologie syphilis chez la femme enceinte. Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre

12 et le traitement de la syphilis maternelle. Un second dépistage est recommandé à la 28 e SA ou lors de l accouchement s il existe des facteurs de risque de contracter la syphilis pendant la grossesse (notamment si le partenaire a des comportements sexuels à risque). Toxoplasmose La toxoplasmose est une zoonose parasitaire due à un parasite très répandu Toxoplasma gondii. L ingestion du parasite est le mode d infection principal dans la toxoplasmose humaine. Chez la femme enceinte, l identification des facteurs de risques associés à l infection par Toxoplasma gondii permet de proposer une prévention et une information aux patientes enceintes séronégatives : éviter la consommation de viande crue ou insuffisamment cuite ; hygiène optimale des mains et des ustensiles de cuisine, la consommation de crudités bien nettoyées. Les enquêtes épidémiologiques récentes illustrent une baisse de la séroprévalence de la toxoplasmose chez les femmes enceintes en France : le taux d immunisation était d environ 80 % dans les années 1960, autour de 66 % dans les années 1980 et estimé à 43,8 % en 2003 [10]. L origine de cette diminution est multifactorielle, mais il est évident que la modification des comportements alimentaires y jouent un rôle déterminant : congélation des viandes, diminution de la consommation de crudités maraîchères et de viande ovine...chaque année, on estime que le toxoplasme infecterait femmes enceintes entraînant une vingtaine de fœtopathies sévères [11]. Détermination du statut immunitaire maternel En France, le décret n du 14 février 1992, relatif aux examens pré-nataux précise le caractère obligatoire du dépistage de la toxoplasmose avant la fin du premier trimestre de la grossesse, en l absence de résultats écrits permettant de considérer l immunité comme acquise. La sérologie doit être répétée chaque mois à partir du 2 e examen prénatal si la patiente n est pas immunisée. Ces dispositions ont été reconduites par la HAS en 2009 et le dépistage sérologique s inscrit actuellement dans un algorithme général détaillé dans la figure 8 [2]. Il n existe pas d autre tableau sérologique permettant de diagnostiquer avec certitude une infection acquise en cours de grossesse. La maturation de l avidité des IgG anti-toxoplasmique est en général lente et il est donc courant qu une faible avidité persiste plusieurs années après primo-infection [12]. Par ailleurs, les IgM peuvent persister plusieurs mois voire plusieurs années après primo-infection. En revanche, la recherche de signes cliniques, bien que rares et non spécifiques (adénopathies, syndrome grippal), peut aider à la datation. Une fois que l infection maternelle acquise en cours de grossesse est établie par les examens sérologiques, la prise en charge comprend 3 aspects : la recherche de l infection fœtale par amniocentèse, la surveillance échographique et le traitement. L infection fœtale est diagnostiquée suite à environ 30 % des primo-infections maternelles, tout terme de grossesse confondu. Toutefois ce risque croît régulièrement et de façon importante avec l âge gestationnel auquel survient l infection, tandis que le risque de forme grave avec lésions cérébrales diminue avec le terme de la grossesse. L amniocentèse peut être réalisée à partir de la 18 e SA et au moins 4 semaines après l infection maternelle. Son Prévention primaire Fausse réaction en IgM Prévention primaire Contrôle sérologique à 15 j Séroconversion Si 1 re détermination : confirmer éventuellement les IgG avec une autre technique Patiente immunisée Absence de marqueur de primo-infection récente Datation : avidité des IgG Forte infection > 4 mois IgG stables : Infection > 2 mois Faible Contrôle sérologique à 3 sem-1 mois IgG x 2 : Infection < 2 mois Figure 8. Interprétation du dépistage sérologique de la toxoplasmose en cours de grossesse. 16 Ann Biol Clin, vol. 71, spécial 1, novembre 2013

RUBEOLE ET GROSSESSE

RUBEOLE ET GROSSESSE RUBEOLE ET GROSSESSE diminution de l incidence grâce à la vaccination En 2006: moins de 20 cas séroconversions /an pdt la grossesse 0 cas de rubéole malformative en 2006 en France (vaccination /IMG des

Plus en détail

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Elargoubi Aida 15/04/2016 Virus et Grossesse Passage transpalcentaire Conséquences sur la maman et le bébé VIRUS

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES. décembre Quelles sont les grandes lignes des préconisations du Haut Conseil de santé publique (HCSP)?

QUESTIONS/REPONSES. décembre Quelles sont les grandes lignes des préconisations du Haut Conseil de santé publique (HCSP)? HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE QUESTIONS/REPONSES relatif à la prévention de l infection à cytomégalovirus chez la femme enceinte et chez le nouveau-né décembre 2018 1. Quelles sont les grandes lignes

Plus en détail

«Le CMV, un risque pour le personnel hospitalier féminin?»

«Le CMV, un risque pour le personnel hospitalier féminin?» «Le CMV, un risque pour le personnel hospitalier féminin?» Dr C Zandotti Laboratoire de bactériologie, virologie, hygiène CHU Timone Epidémiologie de l infection à CMV Infection ubiquitaire, non saisonnière

Plus en détail

Femmes enceintes et infections virales

Femmes enceintes et infections virales Femmes enceintes et infections virales Décembre 2008 Virus transmissibles de la mère à l enfant (1) Famille : Togaviridae Rubéole Famille : Herpesviridae Cytomégalovirus (CMV) Herpès simplex (HSV2) Varicelle-zona

Plus en détail

Quelle place pour la prévention non vaccinale? Exemple du CMV

Quelle place pour la prévention non vaccinale? Exemple du CMV CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Quelle place pour la prévention non vaccinale? Exemple du CMV Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris

Plus en détail

Cytomégalovirus et Grossesse Infections Congénitales à CMV

Cytomégalovirus et Grossesse Infections Congénitales à CMV Cytomégalovirus et Grossesse Infections Congénitales à CMV Actualités 2012 CPDPN 8 janvier 2013 Julien Lupo, Monique Baccard-Longère, Raphaele Germi Patrice Morand Laboratoire de Virologie CHU Grenoble

Plus en détail

Varicelle et grossesse. Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010

Varicelle et grossesse. Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010 Varicelle et grossesse Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010 Epidémiologie, physiopathologie Maladie infectieuse fréquente et le plus souvent bénigne 90% de la population de plus de

Plus en détail

UE2 / N 26 PRÉVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTIONS

UE2 / N 26 PRÉVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTIONS UE2 / N 26 PRÉVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTIONS 1. Quelles sont les sérologies obligatoires au cours du 1 er trimestre de la grossesse? a. Rubéole b. Toxoplasmose c. TPHA-VDRL d. VHC e. VHB 2. En

Plus en détail

Parvovirus B19 Cytomegalovirus

Parvovirus B19 Cytomegalovirus Parvovirus B19 Cytomegalovirus CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections

Plus en détail

VARICELLE PERINATALE

VARICELLE PERINATALE VARICELLE PERINATALE Séroprévalence VZV en France chez la femme en âge de procréer : 95-98% Incidence de la varicelle pendant la grossesse : 5 à 7 pour 10 000 grossesses ( estimation 20 à 30/an en Pays

Plus en détail

FOETOPATHIES INFECTIEUSES

FOETOPATHIES INFECTIEUSES FOETOPATHIES INFECTIEUSES SIGNES ECHOGRAPHIQUES S. Kessler DIU 2011/2012 INTRODUCTION Effets de la grossesse sur la maladie Effets de l agent infectieux sur la grossesse Conséquences éventuelles pour l

Plus en détail

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue 25 mars 2010 3 ème journée Jean-Gérard GUILLET de vaccinologie clinique Dr Marlène GUILLET Laboratoire de Microbiologie Immunologie biologique Hôpital

Plus en détail

L ELIMINATION DE LA RUBEOLE EN BELGIQUE

L ELIMINATION DE LA RUBEOLE EN BELGIQUE Amendement au Plan de l Elimination de la Rougeole en Belgique L ELIMINATION DE LA RUBEOLE EN BELGIQUE Octobre 2006 Le Comité pour l Elimination de la Rougeole et de la Rubéole en Belgique 2 INTRODUCTION

Plus en détail

UNE ERUPTION DANS LA FRATRIE : Conséquences pour la grossesse en cours?

UNE ERUPTION DANS LA FRATRIE : Conséquences pour la grossesse en cours? UNE ERUPTION DANS LA FRATRIE : Conséquences pour la grossesse en cours? Marie Mas-Calvet 15/10/2009 PARVOVIRUS B 19 Mégalérythème épidémique ou 5 maladie Infection ubiquitaire de l enfant scolarisé Réservoir

Plus en détail

Surveillance de la rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France métropolitaine en 2002 à travers le réseau Rénarub

Surveillance de la rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France métropolitaine en 2002 à travers le réseau Rénarub Surveillance de la rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France métropolitaine en 2002 à travers le réseau Rénarub Isabelle Parent du Châtelet, Laurence Bouraoui, Caroline Six, Daniel Lévy-Bruhl,

Plus en détail

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES Dans cette section, seules les particularités liées à la femme enceinte et son ou ses fœtus sont présentées. Pour plus de renseignements sur chacune des maladies, voir les sections correspondantes du chapitre

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Collège de maladies infectieuses, microbiologie et parasitologie. Monastir le 11/12/2009. R. Abid L. Ammari

CAS CLINIQUE. Collège de maladies infectieuses, microbiologie et parasitologie. Monastir le 11/12/2009. R. Abid L. Ammari CAS CLINIQUE Collège de maladies infectieuses, microbiologie et parasitologie Monastir le 11/12/2009 R. Abid L. Ammari Mme K.R, âgée de 32 ans Elle n a pas d antécédents pathologiques Elle est tabagique

Plus en détail

Vaccination au féminin

Vaccination au féminin CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Vaccination au féminin Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux

Plus en détail

Infection et grossesse

Infection et grossesse Infection et grossesse Infections virales On distingue : des virus transmissibles pendant la grossesse et responsables d'une maladie foetale : rubeole, varicelle, CytoMegaloVirus (CMV), ParvoVirus B19

Plus en détail

RICAI 18 DÉCEMBRE 2017 PARIS. Julia DINA, Astrid VABRET, Christelle VAULOUP-FELLOUS

RICAI 18 DÉCEMBRE 2017 PARIS. Julia DINA, Astrid VABRET, Christelle VAULOUP-FELLOUS RICAI 18 DÉCEMBRE 2017 PARIS Julia DINA, Astrid VABRET, Christelle VAULOUP-FELLOUS 1 LABORATOIRE COORDINATEUR ex. CNR Virus de la Rougeole et paramyxoviridae respiratoires Laboratoire de Virologie CHU

Plus en détail

Question 7 : Quels étaient les facteurs de confusion potentiels dans cette étude? Ont-ils été pris en compte?

Question 7 : Quels étaient les facteurs de confusion potentiels dans cette étude? Ont-ils été pris en compte? Dossier LCA ECN 2009 Page 1 sur 5 Etude prospective sur 10 ans de la diminution de l audition chez les enfants ayant une infection congénitale à cytomégalovirus. 1 ) Résumer cet article en 254 mots sur

Plus en détail

Dépistage de routine des pathologies infectieuses en cours de grossesse

Dépistage de routine des pathologies infectieuses en cours de grossesse Dépistage de routine des pathologies infectieuses en cours de grossesse Camille Le Ray Tous droits réservés Maternité Port Royal, Paris Rappel : Intérêt du dépistage Choix de santé publique pour le dépistage

Plus en détail

INFECTIONS ET GROSSESSE

INFECTIONS ET GROSSESSE INFECTIONS ET GROSSESSE B.BELALA HOPITAL MILITAIRE DE CONSTANTINE GENERALITES: Les infections materno-fœtales sont fréquentes et posent de délicats problèmes de diagnostic et de conduite thérapeutique.

Plus en détail

Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012

Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012 Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012 Dr Charlotte BIRON Infectiologue Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Responsable du Centre de Vaccinations Polyvalentes du CHU de Nantes

Plus en détail

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV)

Infection maternofoetales et néonatales à Herpes simplex (HSV) Surveillance des cas d herpès néonatal enquête 2011-2015 auprès des services de Pédiatrie et Laboratoires Epidémiologie : Les virus herpès simplex de type 1 et 2 (HSV1 et HSV2) sont surtout responsables

Plus en détail

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant débuté au visage il y a 48h (21 mars) Asthénie +++

Plus en détail

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE SF2H - juin 2017 CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE Dominique Abiteboul, Marie-Cécile Bayeux-Dunglas Atelier GERES, SF2H Cas de varicelle à l hôpital La cadre du service vous signale qu un enfant

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Objet : Modification de la NABM (nomenclature des actes de biologie médicale) pour la sérologie

NOTE D INFORMATION. Objet : Modification de la NABM (nomenclature des actes de biologie médicale) pour la sérologie NOTE D INFORMATION Origine : Marie Hautecoeur, biologiste responsable de l unité d immunologie Destinataire : - CH Arras : médecins CHA, cadres CHA, PCI - Hopale : Mme Mouton - CH Bapaume : Mme Loubry,

Plus en détail

Infections virales mère-enfant. Charlotte Pronier Février 2018

Infections virales mère-enfant. Charlotte Pronier Février 2018 Infections virales mère-enfant Charlotte Pronier Février 2018 Structure du cours Transmission desvirus de la mèreà l enfant Les virus Cytomégalovirus Virus de la rubéole Parvovirus B19 HSV VZV Prérequis

Plus en détail

Herpès Simplex Varicelle

Herpès Simplex Varicelle Herpès Simplex Varicelle CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections

Plus en détail

Immunisation post exposition

Immunisation post exposition Immunisation post exposition Thomas Hanslik Service de médecine interne, Hôpital Ambroise Paré UFR Médicale Paris Île-de-France Ouest Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Réseau Sentinelles,

Plus en détail

VARICELLE ET GROSSESSE

VARICELLE ET GROSSESSE VARICELLE ET GROSSESSE Herpes viridae: EBV/CMV/VZV/HSV Varicelle : primo-infection du VZV Réservoir humain strict 90-95% des adultes sont immunisés Elévation de l âge de survenue et élévation de la mortalité

Plus en détail

VARICELLE ET GROSSESSE. Dr Antoine Koch Journée ECHOFOETUS Janvier 2019

VARICELLE ET GROSSESSE. Dr Antoine Koch Journée ECHOFOETUS Janvier 2019 VARICELLE ET GROSSESSE Dr Antoine Koch Journée ECHOFOETUS Janvier 2019 VARICELLE Epidémiologie Physiopathologie Varicelle maternelle Varicelle congénitale Varicelle néonatale Contage varicelleux Prise

Plus en détail

Toxo congénitale. Fréquence

Toxo congénitale. Fréquence Toxo congénitale. La toxoplasmose est une maladie causée par un parasite, Toxoplasma gondii, que l on contracte essentiellement par ingestion de viande, de légumes ou de fruits contaminés, ou au contact

Plus en détail

Être vacciné pour se protéger et protéger

Être vacciné pour se protéger et protéger Être vacciné pour se protéger et protéger Dr EMILIA FRENTIU Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 26.06.2014 Cadre général Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ Décision du 4 octobre 2018 de l Union nationale des caisses d assurance maladie relative à la liste des actes et prestations

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle RRH 2012 Dr DELHOMME Agent responsable : Virus Varicelle Zona (ou Varicelle Zoster Virus) Virus à ADN de la Famille Herpesviridae Réservoir

Plus en détail

Le risque infectieux CMV à l hôpital

Le risque infectieux CMV à l hôpital Le risque infectieux CMV à l hôpital Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de Médecine et Santé au Travail, CH de la Région d Annecy Journées ANMTEPH/SOHF Lausanne 26.09.2008 Le risque infectieux CMV à l

Plus en détail

Toxoplasmose (Evaluations)

Toxoplasmose (Evaluations) Toxoplasmose (Evaluations) Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/4 : Parmi les propositions suivantes concernant la toxoplasmose, la ou lesquelles sont vraies? A - La présence d'igm spécifiques

Plus en détail

je prends soin de ma santé et de celle de mon bébé

je prends soin de ma santé et de celle de mon bébé je prends soin de ma santé et de celle de mon bébé www.roche-diagnostics.fr m enfant Attendre un on bebe est une étape importante dans la vie d une femme Mon bébé sera-t-il en bonne santé? Comment être

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France métropolitaine en 2001 : les données du réseau Rénarub

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France métropolitaine en 2001 : les données du réseau Rénarub La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France métropolitaine en 2001 : les données du réseau Rénarub Caroline Six, Laurence Bouraoui, Daniel Levy-Bruhl et les biologistes du réseau Rénarub

Plus en détail

ROUGEOLE. Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de personnes en France.

ROUGEOLE. Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de personnes en France. ROUGEOLE Entre 2008 et 2012, une importante épidémie de rougeole a atteint près de 24 000 personnes en France. Zones à risque, cas de rougeole pour 100 000 habitants OMS, 2011 50 10-50 5-10 1-5 < 1 Pas

Plus en détail

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ Dépistage du VIH chez la femme enceinte Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de

Plus en détail

L'infection materno foetale à CMV : Approche épidémiologique et virologique..

L'infection materno foetale à CMV : Approche épidémiologique et virologique.. L'infection materno foetale à CMV : Approche épidémiologique et virologique.. F. Jacquemard ILes particularités virologiques, l épidémiologie, les différents tableaux cliniques de l infection materno-fœtale

Plus en détail

La syphilis à la Réunion. Ramiandrisoa J, Aubert L, Boidin E, Renault P, D Ortenzio E, Filleul L et toute l équipe de la CIRE

La syphilis à la Réunion. Ramiandrisoa J, Aubert L, Boidin E, Renault P, D Ortenzio E, Filleul L et toute l équipe de la CIRE La syphilis à la Réunion Ramiandrisoa J, Aubert L, Boidin E, Renault P, D Ortenzio E, Filleul L et toute l équipe de la CIRE LA SYPHILIS EN QUELQUES MOTS Infection sexuellement transmissible (IST) due

Plus en détail

Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse

Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse SYNTHÈSE Octobre 2009 1 Les recommandations et synthèse de cette évaluation

Plus en détail

TOXOPLASMOSE Dr.Y.Badla service des maladies infectieuses CHU Tlemcen

TOXOPLASMOSE Dr.Y.Badla service des maladies infectieuses CHU Tlemcen TOXOPLASMOSE Dr.Y.Badla service des maladies infectieuses CHU Tlemcen Introduction - Parasitose très fréquente et cosmopolite - Due à un protozoaire toxoplasma gondii, induisant une immunité durable -

Plus en détail

Herpès et grossesse. Recommandations pour la Pratique Clinique. Synthèse

Herpès et grossesse. Recommandations pour la Pratique Clinique. Synthèse Herpès et grossesse Recommandations pour la Pratique Clinique Synthèse Marie-Victoire Senat Loic Sentilhes Herpès néonatal: Epidémiologie L herpès néonatal est rare (incidence 3/100 000 naissances) (NP3).

Plus en détail

FLASH INFO CERBALLIANCE ÉVOLUTION DES MODALITÉS DE PRISE EN CHARGE SÉROLOGIE, CULTURES CELLULAIRES, BIOLOGIE MOLÉCULAIRE. Pourquoi ces changements?

FLASH INFO CERBALLIANCE ÉVOLUTION DES MODALITÉS DE PRISE EN CHARGE SÉROLOGIE, CULTURES CELLULAIRES, BIOLOGIE MOLÉCULAIRE. Pourquoi ces changements? CERBALLIANCE FLASH INFO L INFORMATION DÉDIÉE AUX PROFESSIONNELS DE SANTÉ ÉVOLUTION DES MODALITÉS DE PRISE EN CHARGE SÉROLOGIE, CULTURES CELLULAIRES, BIOLOGIE MOLÉCULAIRE HÉPATITES, HERPES VIRUS, TOXOPLASMOSE

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE Direction Veille/Sécurité Sanitaire et Environnementale Département Veille et Alertes MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE La rougeole est surveillée par le réseau Sentinelles (Inserm U707) depuis 1985 et est

Plus en détail

ZIKA et GROSSESSE. Prise en charge des femmes enceintes en période d épidémie. Dr Bruno SCHAUB

ZIKA et GROSSESSE. Prise en charge des femmes enceintes en période d épidémie. Dr Bruno SCHAUB ZIKA et GROSSESSE Prise en charge des femmes enceintes en période d épidémie Dr Bruno SCHAUB Le ZIKA est mal connu proportion importante de formes asymptomatiques : 74 à 81 % morbidité moins marquée que

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse quelles stratégies de prévention? F. Rozenberg Service de Virologie Cochin-St Vincent de Paul 25 mars 2010 Varicelle 1. Primo-infection IgG IgM 1ère virémie J4-J5 2ème virémie J9-J10

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la prévention de l infection à cytomégalovirus chez la femme enceinte et chez le nouveau-né 18 mai 2018 Le Haut Conseil de la santé publique a été saisi

Plus en détail

Cas récents de rubéole materno-fœtale à Montpellier

Cas récents de rubéole materno-fœtale à Montpellier Cas récents de rubéole materno-fœtale à Montpellier 18 ème colloque Cemi Elsa Delisle Cyril Rousseau Cellule de l InVS en région Languedoc-Roussillon La rubéole : rappels Maladie - transmission par contact

Plus en détail

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Epidémie de rougeole: Aspects cliniques et vaccination Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Rougeole au 21 ème siècle Il y a > 20 ans:

Plus en détail

Dépistage de la surdité congénitale: Place du dépistage néonatal du CMV

Dépistage de la surdité congénitale: Place du dépistage néonatal du CMV 1 Dépistage de la surdité congénitale: Place du dépistage néonatal du CMV Dr Olivier Picone Hôpital Foch, Suresnes o.picone@hopital-foch.org Dr Chr Vauloup-Fellous Virologie Hôpital Paul Brousse, Villejuif

Plus en détail

INFECTION À CMV. Pr R. Favre CMCO-HUS Strasbourg.

INFECTION À CMV. Pr R. Favre CMCO-HUS Strasbourg. INFECTION À CMV Pr R. Favre CMCO-HUS Strasbourg romain.favre3@gmail.com PLAN Epidémiologie Histoire clinique Sémiologie Echographique Sémiologie IRM Diagnostic prénatal Thérapeutique Prévention Conclusion

Plus en détail

Les particularites des affections respiratoires aigues des enfents immunodeprimes,la. herpetiques

Les particularites des affections respiratoires aigues des enfents immunodeprimes,la. herpetiques Les particularites des affections respiratoires aigues des enfents immunodeprimes,la base des infections herpetiques Tamara Turcanu, chef de la Section Maladies Respiratoires Aiguës, l Hôpital Clinique

Plus en détail

Épidémie de rougeole dans la région Paca

Épidémie de rougeole dans la région Paca Incidence pour 100 000 habitants Épidémie de rougeole dans la région Paca Une épidémie de rougeole sévit en France depuis début 2008 et la circulation du virus s est intensifiée en début d année 2010.

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE ET FARDEAU DU CMV CONGÉNITAL

ÉPIDÉMIOLOGIE ET FARDEAU DU CMV CONGÉNITAL ÉPIDÉMIOLOGIE ET FARDEAU DU CMV CONGÉNITAL Valérie Lamarre, MD, FRCPC Pédiatre infectiologue CHU Sainte-Justine Département de pédiatrie, Université de Montréal Objectifs 1. C est quoi le problème? Manifestations

Plus en détail

Le Nom CMV : vient du fait que la cellule infectée augmente de taille (20-35 µ).

Le Nom CMV : vient du fait que la cellule infectée augmente de taille (20-35 µ). Cytomégalovirus Le Cytomégalovirus (CMV )ou humain herpes virus 5 (HHV-5) est classé dans la famille Herpetoviridae, il est caractérisé par la spécificité d hôte étroite, par un cycle de multiplication

Plus en détail

RECENSEMENT DES INFECTIONS A CMV: MERE / FOETUS / NOUVEAU-NE

RECENSEMENT DES INFECTIONS A CMV: MERE / FOETUS / NOUVEAU-NE RECENSEMENT DES INFECTIONS A CMV: MERE / FOETUS / NOUVEAU-NE DECLARATION N Année : 1 - DIAGNOSTIC DE L'INFECTION A CMV CHEZ LA MERE Recherché recherché N d'anonymat : Prénom : Nom : Date de naissance :

Plus en détail

Conduites à tenir au décours d un contage CMV ou VZV lors de la grossesse

Conduites à tenir au décours d un contage CMV ou VZV lors de la grossesse Conduites à tenir au décours d un contage CMV ou VZV lors de la grossesse Pr Laurent Mandelbrot Service de Gynécologie-Obstétrique Pôle Femmes/Enfants/Urologie Hôpital Louis Mourier, Colombes, Université

Plus en détail

PROTOCOLE OBSTETRICAL N 8

PROTOCOLE OBSTETRICAL N 8 CYTOMEGALOVIRUS (CMV) ET GROSSESSE RPM/PR/REA.O/007/A 1/11 N version Date de la validation 1 29/01/2019 Suivi des modifications Rédaction Relecture Validation Groupe de travail régional* Rapporteur : Dr

Plus en détail

Infections à répercussions fœtales potentielles. Toxoplasmose F O R M A T I O N E C H O F O E T U S 1 8 / 0 1 /

Infections à répercussions fœtales potentielles. Toxoplasmose F O R M A T I O N E C H O F O E T U S 1 8 / 0 1 / Infections à répercussions fœtales potentielles Toxoplasmose F O R M A T I O N E C H O F O E T U S 1 8 / 0 1 / 2 0 1 9 A N N E S O P H I E W E I N G E R T N E R PLAN Epidémiologie Critères diagnostiques

Plus en détail

MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène

MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de la santé _ Sous-direction de la santé

Plus en détail

Virus et grossesse VZV et HSV

Virus et grossesse VZV et HSV Virus et grossesse VZV et HSV DES Île de France Cas Clinique n 6 En début de grossesse (2 sem. d aménorrhée) une femme a rencontré il y a deux jours un enfant suspect de varicelle. Son médecin traitant

Plus en détail

NOTE SUR L ETAT DU DEPISTAGE DES INFECTIONS CONGENITALES A CYTOMEGALOVIRUS ( CMV )

NOTE SUR L ETAT DU DEPISTAGE DES INFECTIONS CONGENITALES A CYTOMEGALOVIRUS ( CMV ) NOTE SUR L ETAT DU DEPISTAGE DES INFECTIONS CONGENITALES A CYTOMEGALOVIRUS ( CMV ) L infection congénitale à CMV, cause la plus fréquente de handicap neurologique d origine infectieuse, représente toujours,

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG INTRODUCTION La pratique médicale et para médicale a toujours exposé le personnel soignant à des risques infectieux souvent majeurs suite à la transmission

Plus en détail

MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA SANTE MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA SANTE Direction générale de la santé Sous-direction de la santé des populations et de la prévention des maladies chroniques Personne chargée du dossier Dr Sylvie Floreani

Plus en détail

Livret de suivi et d information

Livret de suivi et d information Accident exposant au sang (AES) Exposition au risque viral VIH, VHB et VHC Livret de suivi et d information pour les professionnels de santé Nom de votre médecin :... Pour prendre ou modifier votre rendez-vous

Plus en détail

Définition. Anthropozoonose (homme, animaux) Cosmopolite, Protozoaire intracellulaire Toxoplasma gondii

Définition. Anthropozoonose (homme, animaux) Cosmopolite, Protozoaire intracellulaire Toxoplasma gondii Dr. SAADNI F. Définition Anthropozoonose (homme, animaux) Cosmopolite, Protozoaire intracellulaire Toxoplasma gondii Découvert en 1908 par Nicolle et Manceau chez un rongeur au sud tunisien «le gondi»

Plus en détail

VIRUS ZIKA ET GROSSESSE LE POINT VIRO

VIRUS ZIKA ET GROSSESSE LE POINT VIRO VIRUS ZIKA ET GROSSESSE LE POINT VIRO CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR

Plus en détail

CMV et grossesse Christelle VAULOUP-FELLOUS Claire COLMANT

CMV et grossesse Christelle VAULOUP-FELLOUS Claire COLMANT CMV et grossesse Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Claire COLMANT Service de gynécologie et obstétrique- Hôpital Bicêtre Le Cytomegalovirus (CMV) en France

Plus en détail

Syphilis. Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud

Syphilis. Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Syphilis CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Plus en détail

CAS SECONDAIRE DE ROUGEOLE CHEZ UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ VACCINÉ AVEC UN ANTÉCÉDENT DE LYMPHOME HODGKINIEN

CAS SECONDAIRE DE ROUGEOLE CHEZ UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ VACCINÉ AVEC UN ANTÉCÉDENT DE LYMPHOME HODGKINIEN CAS SECONDAIRE DE ROUGEOLE CHEZ UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ VACCINÉ AVEC UN ANTÉCÉDENT DE LYMPHOME HODGKINIEN MN. Billard, MSc 1, JR. Ndong, PhD 1, F. Durandin MD 2, V. Morange, MD 3, E. Morvan, MSc 1 1.

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE THROMBOPENIE I - UNE THROMBOPENIE EST DECOUVERTE PENDANT LA II-LE PURPURA THROMBOPENIQUE AUTO-IMMUN (PTAI) Novembre 2003

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE THROMBOPENIE I - UNE THROMBOPENIE EST DECOUVERTE PENDANT LA II-LE PURPURA THROMBOPENIQUE AUTO-IMMUN (PTAI) Novembre 2003 CONDUITE A TENIR DEVANT UNE THROMBOPENIE CHEZ LA FEMME ENCEINTE Novembre 2003 Deux situations sont possibles : I - UNE THROMBOPENIE EST DECOUVERTE PENDANT LA GROSSESSE. II-LE PURPURA THROMBOPENIQUE AUTO-IMMUN

Plus en détail

UE: Agents infectieux Hygiène Aspects généraux ED N 8. Infections Materno-Fœtales (IMF) Mise à jour le:

UE: Agents infectieux Hygiène Aspects généraux ED N 8. Infections Materno-Fœtales (IMF) Mise à jour le: ED N 8 Infections Materno-Fœtales (IMF) Mise à jour le: Pré-requis 1-Définition Infection materno-foetale (IMF) est définie par une infection du nouveau né résultant d une transmission verticale de la

Plus en détail

Dr M.Messaoudi Maitre assistante en gynécologie obstétrique EHS Sidi mabrouk

Dr M.Messaoudi Maitre assistante en gynécologie obstétrique EHS Sidi mabrouk Dr M.Messaoudi Maitre assistante en gynécologie obstétrique EHS Sidi mabrouk Rubéole et grossesse La primo-infection rubéoleuse au cours des premiers mois de grossesse peut entrainer une embryofoetopathie

Plus en détail

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle»

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Point de vue du Virologue Marianne COSTE-BUREL, Service de Virologie, CHU NANTES Quelques Chiffres (rapport HAS mai 2016)

Plus en détail

ZIKA ET GROSSESSE EN GUADELOUPE. 16 Décembre 2016 Pr Ph. KADHEL Dr Dr.RYAN / Pr B,HOEN

ZIKA ET GROSSESSE EN GUADELOUPE. 16 Décembre 2016 Pr Ph. KADHEL Dr Dr.RYAN / Pr B,HOEN ZIKA ET GROSSESSE EN GUADELOUPE 16 Décembre 2016 Pr Ph. KADHEL Dr Dr.RYAN / Pr B,HOEN SYMPTOMES DU ZIKA Fièvre Rash Conjonctivites Arthralgies signes durent 2-7 jours après une période d incubation de

Plus en détail

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Je suis personnel de santé, est-ce que j expose les patients

Plus en détail

Nombre hebdomadaire de cas cliniquement évocateurs de. dengue et seuil saisonnier, décembre 2015 à juin 2017, Martinique.

Nombre hebdomadaire de cas cliniquement évocateurs de. dengue et seuil saisonnier, décembre 2015 à juin 2017, Martinique. CIRE ANTILLES Arboviroses Situation aux Antilles de la dengue, du chikungunya et du Zika Martinique Le point épidémiologique N / 7 Reprise de la surveillance des cas probables de dengue compte tenu de

Plus en détail

Protocole de surveillance en France métropolitaine, février 2016

Protocole de surveillance en France métropolitaine, février 2016 Surveillance épidémiologique des anomalies ou malformations congénitales et des issues de grossesse chez des femmes infectées ou exposées au virus Zika Protocole de surveillance en France métropolitaine,

Plus en détail

TREPONEMA I. LE GENRE TREPONEMA

TREPONEMA I. LE GENRE TREPONEMA SPIROCHÈTES Bactéries de forme hélicoïdale, flexibles et mobiles (flagelles), NON visibles à la coloration de Gram 3 genres principaux - Leptospira : agents de la leptospirose - Treponema : agents de la

Plus en détail

Recommandations vaccinales autour de la grossesse. En prévision d une grossesse

Recommandations vaccinales autour de la grossesse. En prévision d une grossesse Recommandations vaccinales autour de la grossesse. En prévision d une grossesse Professeur Jean BEYTOUT Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de CLERMONT-FERRAND Déclaration de liens d intérêts

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie CAS CLINIQUE Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011 Jeune homme, 33 ans Marié depuis un an Sans antécédents pathologiques Rapports sexuels extraconjugaux non protégés avec des partenaires multiples

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections virales

Diagnostic et suivi des infections virales Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 2019 1 Diagnostic & suivi des infections virales - Définitions Identifier la nature et la cause d une infection Est-ce une infection virale? Quel est le

Plus en détail

Dépistage prénatal des aneuploïdies fœtales par analyse de l ADN plasmatique maternel. Notice d information à l attention des parents

Dépistage prénatal des aneuploïdies fœtales par analyse de l ADN plasmatique maternel. Notice d information à l attention des parents Dépistage prénatal des aneuploïdies fœtales par analyse de l ADN plasmatique maternel Notice d information à l attention des parents Madame, Monsieur, Le diagnostic prénatal de la trisomie 21 est organisé

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE SAINT- ANTOINE CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS DE ROUGEOLE Référence : CAT/SOINS/RISQUES/01-2011 Page 1/9 Version : 1 REDACTION TABLEAU DE VALIDATION NOM DATE VISA Dr F. Barbut, Dr Bignebat, Dr Ch. Caron,

Plus en détail

DÉPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DES COMPLICATIONS ET DES PATHOLOGIES COMPLIQUANT LA GROSSESSE

DÉPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DES COMPLICATIONS ET DES PATHOLOGIES COMPLIQUANT LA GROSSESSE DÉPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DES COMPLICATIONS ET DES PATHOLOGIES COMPLIQUANT LA GROSSESSE TOUTE FEMME PRÉSENTANT DES SIGNES DE PATHOLOGIE COMPLIQUANT SA GROSSESSE DOIT ÊTRE REFEREE AU NIVEAU SUPÉRIEUR

Plus en détail

Pr. Robert Cohen Coordonateur InfoVac Unité Court-Séjour Petit Nourrisson CHI Créteil

Pr. Robert Cohen Coordonateur InfoVac Unité Court-Séjour Petit Nourrisson CHI Créteil R.O.R. DONNÉES D EFFICACITÉ Pr. Robert Cohen Coordonateur InfoVac Unité Court-Séjour Petit Nourrisson CHI Créteil CARACTÉRISTIQUES COMMUNES DES 3 MALADIES Virus dont le seul réservoir est l homme Transmission

Plus en détail

D. Andriamanantena, C. Rapp HIA Bégin, Saint Mandé JNI 2011

D. Andriamanantena, C. Rapp HIA Bégin, Saint Mandé JNI 2011 D. Andriamanantena, C. Rapp HIA Bégin, Saint Mandé JNI 2011 Fièvres hémorragiques virales (FHV) à transmission interhumaine = Ebola, Marburg, Lassa, CCHF rares mais parfois épidémies avec : mortalité élevée

Plus en détail

Prévalence VHC et Grossesse Prévalence VHC+ chez la femme enceinte sur 32 études publiées : 0 à 13,7% Etudes multicentriques sur plus de cas dan

Prévalence VHC et Grossesse Prévalence VHC+ chez la femme enceinte sur 32 études publiées : 0 à 13,7% Etudes multicentriques sur plus de cas dan Transmission materno-fœtale du VHC Pr. Ludovic CRAVELLO Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital de La Conception, 147 Bd Baille, 13005 Marseille Prévalence VHC et Grossesse Prévalence VHC+ chez la

Plus en détail

Généralités (1) Généralités (2) 12/06/2014 HERPES NEONATAL. Population générale : 30 % des femmes HSV +

Généralités (1) Généralités (2) 12/06/2014 HERPES NEONATAL. Population générale : 30 % des femmes HSV + HERPES NEONATAL PRISE EN CHARGE Généralités (1) Population générale : 30 % des femmes HSV + 20 ans : 8 % HSV 2 30-40 ans : 34 % HSV 2 Primo infection : HSV1 (30 %) HSV 2 (70 %) Réactivation : récurrence

Plus en détail

Treponema pallidum. Caractère bactériologique : Morphologie :

Treponema pallidum. Caractère bactériologique : Morphologie : Caractère bactériologique : Morphologie : Non cultivable in vitro : long (20 à 30 microns) spirale serrée et régulière très fin : observation au microscope à fond noir ou par coloration argentique "prenant"

Plus en détail

UE «De l agent infectieux à l hôte» Toxoplasmose. Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP

UE «De l agent infectieux à l hôte» Toxoplasmose. Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP UE «De l agent infectieux à l hôte» Toxoplasmose Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP TOXOPLASMOSE 1.Introduction Protozoose Toxoplama gondii responsable de toxoplasmose acquise toxoplasmose congénitale

Plus en détail