Club Jurismed. Le club des juristes de banque Jurismed Visioconférence du 22 mars 2006 : "La responsabilité pénale du banquier"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Club Jurismed. Le club des juristes de banque Jurismed Visioconférence du 22 mars 2006 : "La responsabilité pénale du banquier""

Transcription

1 Club Jurismed Une contribution de Nasser Hideur, juriste de banque, Président de la commission des études juridiques et fiscale de l Association des banques et des établissements financiers (ABEF) d'algérie La saisie-arrêt bancaire dans le droit algérien 05/2006 Ce thème a donné lieu à une controverse juridique entre les praticiens du droit. Les juristes de banque considèrent qu il s agit d une procédure spécifique dont le fondement repose sur un droit spécial (loi bancaire) lequel doit primer sur le droit général. D autres, dont de nombreux magistrats estiment qu il s agit d un simple privilège qui confère aux établissements de crédits le rang de créancier privilégié mais n institue pas en leur faveur le droit de saisir-arrêter directement les avoirs de leurs débiteurs. Pour ce faire, ces Institutions restent soumises aux règles de droit commun (Code de procédures civiles). Il s agit donc d un thème d actualité juridique qui suscite l intérêt des spécialistes et des praticiens du droit d autant plus qu il s agissent d une disposition assez originale peu usinée dans d autres systèmes juridiques. Le club des juristes de banque Jurismed Visioconférence du 22 mars 2006 : "La responsabilité pénale du banquier" 04/2006 Le 22 Mars 2006 le Club Jurismed des juristes de banque s est réuni en visioconférence pour la deuxième fois à l initiative de Finances Méditerranée avec la collaboration de la Banque mondiale et de la section méditerranée de l Association Française des Juristes de Banque (ANJB). 13 participants de la rive sud (Liban, Maroc, Algérie et Tunisie) et 8 issus du sud de la France étaient en ligne lors de cette deuxième réunion qui s est tenue en visioconférence grâce au centre GDLN de la Banque mondiale. Les participants ont travaillé sur la question de la responsabilité pénale du banquier : Entrée en relation avec le client. Responsabilité du banquier dispensateur de crédit. Deux exposés liminaires ont lancé la visioconférence : 1- Le droit pénal et le métier de banquier, présenté par Monsieur Jean Varnet, professeur à la faculté de droit d Aix-Marseille, juriste de banque et ancien Président régional de l ANJB. 2- La conformité : un nouveau concept et de nouvelles obligations pour le banquier, présenté par Madame Catherine Garaci, responsable du département conformité et lutte contre le blanchiment à la direction de la déontologie de la Caisse d Epargne Provence Alpes Corse Réunion.

2 Ces exposés ont été suivis d une discussion générale entre l ensemble des participants. Par Jean Varnet, directeur adjoint du Master "Droit de la banque et des opérations patrimoniales", Faculté de droit et de science politique d'aix-marseille La procédure de sauvegarde 12/2005 Le droit relatif au traitement des entreprises en difficulté avait besoin d être réformé en profondeur. Le système en place depuis la loi du 25 janvier 1985 comportait de très graves lacunes. Pour schématiser, la situation en France est la suivante: de à procédures collectives sont ouvertes chaque année (dont 90% à 95% de liquidations judiciaires) ; emplois sont perdus tandis que les récupérations de créances atteignent à peine 5%. Une loi (196 articles) du 26 juillet 2005 qui entrera en vigueur le 1er janvier 2006 opère cette réforme. Elle a l ambition de «quitter le domaine de la faillite pour entrer dans celui de la sauvegarde» (Ministre le la Justice). Les décrets d application (qui sont en cours d élaboration) vont apporter quelques précisions. Une des grandes nouveautés apportée par la loi c est l introduction d une nouvelle procédure collective (outre le redressement et la liquidation judiciaire) dénommée «procédure de sauvegarde» inspirée du Chapter Eleven du droit de la faillite aux Etats-Unis. C est une autre approche basée sur le constat qu une procédure collective qui intervient après un état de cessation des paiements (passif exigible supérieur à l actif disponible) est trop tardive : dans la très grande majorité des cas il n y a pas d autre issue que la liquidation judiciaire. L objectif de cette nouvelle procédure est de permettre au chef d entreprise qui désire se placer sous sa protection, de réorganiser son entreprise, de poursuivre son activité économique et d apurer son passif mais en tentant de résoudre les difficultés avant qu il ne soit trop tard. La décision de se soumettre à cette procédure appartient au chef d entreprise et à lui seul. Non seulement, personne ne peut lui imposer une procédure de sauvegarde, mais, et c est capital, il va rester seul à la tête de la gestion et de l administration de son entreprise, sa rémunération n est plus soumise à l agrément du juge commissaire, ses parts ou actions ne sont pas immobilisées et il ne peut être exposé à une incrimination de banqueroute ou de faillite personnelle pas plus qu à une interdiction de gérer. On voit bien la volonté du législateur d inciter l entrepreneur à une prise en compte anticipée des conséquences prévisibles des problèmes auxquels il est confronté. Cependant, il ne peut le faire que s il répond à 2 conditions : ne pas être en état de cessation de paiement et justifier de difficultés (d ordre juridique, économique ou financier) qu il n est pas en mesure de surmonter, de nature à le conduire à un état de cessation de paiements. Comme dans toute procédure collective, le Tribunal va désigner :-un juge-commissaire chargé d animer et de contrôler la procédure ;-un

3 mandataire judiciaire chargé de recueillir les déclarations de créances ; -et ( pour les grandes entreprises ) : un Administrateur judiciaire mais qui ne devra exercer qu une mission de surveillance et éventuellement d assistance ;-un ou des experts si cela est nécessaire,-et un professionnel chargé d assurer l inventaire et la prisée du patrimoine de l entreprise ainsi que des garanties qui le grèvent. Un représentant du personnel complète le dispositif. Une fois la procédure de sauvegarde ouverte, les dispositions classiques en matière de procédure collective s appliquent : interdiction de payer toutes les créances nées avant le jugement, arrêt du cours des intérêts et des procédures individuelles, impossibilité d inscrire des privilèges, hypothèques ou nantissements. Les créanciers doivent également effectuer la déclaration de leurs créances. Une période d observation ( 6 mois, renouvelable ) va permettre d élaborer le projet de plan dont la durée maximale reste fixée à 10 ans. Cette nouvelle loi apporte des dispositions véritablement innovantes : En premier lieu, les personnes physiques coobligées ou cautions ou qui ont consenti une garantie autonome peuvent se prévaloir de l arrêt du cours des intérêts ainsi que des dispositions du plan de sauvegarde. Ceci est très important pour les PME et TPE dont les dirigeants sont le plus souvent cautions. Ensuite la création de comités de créanciers : l idée est de soumettre les propositions de remboursement aux créanciers réunis en assemblées qui se prononceront collectivement avec, pour conséquence, que les minoritaires devront se soumettre à la décision des majoritaires. Ces comités de créanciers ne pourront cependant se constituer que si l entreprise dispose d informations financières fiables. En fait, 2 comités de créanciers seront constitués : l un regroupant les établissements de crédit et l autre les principaux fournisseurs de biens et de services. C est le chef d entreprise qui va soumettre aux comités de créanciers ses propositions de règlement (total ou partiel, durée, etc.). Chaque comité se prononcera à la majorité de ses membres représentant au moins les 2/3 des créances de l ensemble du comité. Pour faciliter l élaboration du plan deux séries de mesures devraient y contribuer : Le fisc, les organismes de sécurité sociale et de gestion de l assurance chômage et de prévoyance peuvent accepter, concomitamment à l effort consenti par les autres créanciers, de remettre tout ou partie de leurs dettes au débiteur (sauf le principal des impôts indirects). Comme conséquence logique, la loi admet que les abandons de créances consentis ou supportés dans le cadre d un plan de sauvegarde seront déductibles fiscalement. Enfin, les créances nées régulièrement après le jugement d ouverture pour le bon déroulement de la procédure ou de la période d observation, ou en contrepartie d une prestation fournie au débiteur pour son activité professionnelle bénéficient d un privilège qui n est primé que par le super privilège des salariés et le privilège des frais de justice. On le voit bien : l objectif de cette nouvelle procédure collective est de permettre de trouver des solutions bien avant la constatation de l état de cessation des paiements. C est effectivement au moment de la naissance des difficultés qu il convient d agir. Tout est fait pour favoriser cette anticipation. Une seule difficulté reste à surmonter : les entrepreneurs seront-ils convaincus et sauteront-ils le pas?

4 Juristes de banque Finances Méditerranée lance Jurismed, le Club méditerranéen des juristes de banque Le 2 juin 2005, le réseau de professionnels de la banque, Finances Méditerranée a donné naissance à un club international, professionnel et original : le Club Jurismed des juristes de banque. Treize établissements de la rive sud venus, du Maroc, d Algérie et de Tunisie, quatorze issus du sud de la France étaient représentés à cette première réunion qui s est tenue dans l amphithéâtre du siège de la Banque populaire provençale et corse. Les participants ont travaillé sur les questions qui mobilisent les services juridiques et contentieux dans toutes les banques, du Nord comme du Sud. L application des normes internationales, la nécessité de règles prudentielles strictes impactent l activité de toutes les banques. Les représentants des établissements bancaires méditerranéens réunis au boulevard Michelet ont entendu avec intérêt des exposés sur le thème du jour : le recouvrement contentieux. Un représentant de l Association Nationale des Juristes de Banque a retracé l évolution du contentieux bancaire en France depuis une trentaine d années. Au départ, le contentieux pour les banques se bornait à demander et obtenir le plus souvent des tribunaux la condamnation de leurs débiteurs. Un changement radical apparaît avec les lois Scrivener et, peu après, Neiertz, car le client devient un consommateur protégé et assisté. Cette tendance s étend peu à peu aux petites et moyennes entreprises avec les lois sur la prévention et le traitement des difficultés de l entreprise. Des contraintes de plus en plus lourdes sont imposées aux banques. Dernière étape : les banques doivent faire face à des assignations en responsabilité de plus en plus nombreuses, pour des motifs variés : manquement aux devoirs d information, de conseil, de vigilance, etc. Ensuite les responsables de services contentieux doivent faire face aux conséquences des dispositions de Bâle 2 à la suite de l introduction du concept de «défaut» et gérer le «déclassement» des créances en «douteux» ou «douteux compromis». Les critères de déclassement sont majoritairement objectifs. Le provisionnement des créances ainsi déclassées s alourdit. Pour faire face à ces nouvelles contraintes qui s appliquent progressivement à tous les pays, de nouveaux moyens existent. En particulier un expert a présenté un logiciel qui intègre ces nouvelles données et facilite une gestion qui doit devenir de plus en plus rigoureuse. Les responsables de services contentieux ont également fait part de leurs expériences en matière de cession à forfait de leurs créances douteuses ainsi que de l appel à des agents ou sociétés de recouvrement. Des échanges, vifs et chaleureux, ont marqué les travaux et les participants ont convenu du besoin de maintenir et développer les liens entre les professionnels du droit bancaire. Le site Internet de Finances Méditerranée, va ouvrir un espace dédié aux juristes de banques, les membres feront circuler des éléments de jurisprudence qui leur semblent

5 importants, des problématiques communes seront soumises à discussion. Les juristes de banques utiliseront les potentialités de la Bourse de stages de Finances Méditerranée pour approfondir les échanges de savoir faire. La prochaine session du club Jurismed aura lieu en visioconférence grâce au centre GDLN de la Banque mondiale à l automne et la prochaine réunion physique du Club se tiendra dans un pays de la rive Sud en janvier Pierre Arias, secrétaire général de Finances Méditerranée assume la coordination de ce club. Pour Joseph Pérez, président de Finances Méditerranée, cette réunion est une contribution à des échanges concrets entre rive nord et rive sud. «Nous avons vraiment travaillé sur des thèmes qui préoccupent les managers des banques, nous tissons des liens humains qui renforcent les compétences professionnelles de tous. Table ronde 06/2003 Un réseau de professionnels de la finance en Méditerranée, pourquoi faire? Participants : Jean Louis Reiffers, économiste, président du conseil scientifique de l Institut de la Méditerranée, François Chevillotte, chef de division à l Agence française de développement, Moktar Kadi-Hanifi, directeur d exploitation de Natexis Algérie Samir Marrakchi, président de SPPI Société de participation et de promotion de l investissement Tunisie, et vice-président de Finances Méditerranée, Bénédict de Saint-Laurent, coordinateur du réseau des agences d investissement Anima, AFII Agence française des investissements internationaux, Débat animé par Christian Apothéloz, consultant.

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

Procédures collectives

Procédures collectives Procédures collectives Les «sauvegardes» et les comités de créanciers ; Le sort des opérations locatives mobilières et immobilières; Rétablissement professionnel : quels impacts sur vos contrats? 1 1.

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Présentation 3 Introduction Structures des procédures collectives 13 PARTIE 1 Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Chapitre 1 Information économique 21 1 Information des dirigeants 21

Plus en détail

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation Cette loi (n 2005-845 du 26 Juillet 2005, publiée au Journal

Plus en détail

PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES

PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES DOSSIER DE PRESSE PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES 12 MAI 2004 SOMMAIRE Allocution de Dominique Perben Exposé des motifs Présentation du projet de loi 1. Maintien du mandat ad hoc 2. Traiter

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Date 2009 FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ? LA PRIME La procédure de sauvegarde

Plus en détail

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 5 ème Journée de la Prévention Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 12 novembre 2013 Table ronde animée par William Nahum Intervenants: Olivier Bafunno,

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

Entreprises en difficulté? «Procédures amiables et procédures collectives»

Entreprises en difficulté? «Procédures amiables et procédures collectives» Entreprises en difficulté? «Procédures amiables et procédures collectives» 1 Sommaire 1 2 3 4 5 Le Mandat Ad Hoc La Sauvegarde La Conciliation Le Redressement Judiciaire La Liquidation Judiciaire 2 Introduction

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI 2 PLAN Première partie: Généralités sur les procédures collectives Seconde partie: Exposé

Plus en détail

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES. 1. Fonctions des procédures collectives :

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES. 1. Fonctions des procédures collectives : DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES 1. Fonctions des procédures collectives : 1) Quelles étaient les finalités traditionnelles des procédures collectives? En droit civil, lors de procédures collectives

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective Lettre d information N 5 Sous l empire de l ancienne loi, les créanciers postérieurs dits «de l article 40» (art. L. 631-32 du Code de

Plus en détail

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. Sommaire 2 Groupama Protection juridique Chiffres et activités

Plus en détail

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 -

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Introduction I. Les interlocuteurs en cas de difficulté II. Les solutions traditionnelles hors tribunal III. Les solutions confidentielles sous l égide du tribunal IV.

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. CIRCULAIRE COMMUNE 2005-18 -DRE Paris, le 14/11/2005 Objet : Réforme du droit des entreprises en difficulté Madame, Monsieur le directeur, La loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

DIFFICULTES PRATIQUES DANS L APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE

DIFFICULTES PRATIQUES DANS L APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE DIFFICULTES PRATIQUES DANS L APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE Pierre MULHAUPT Administrateur Judiciaire L une des innovations essentielles de la Loi du 26 juillet 2005 est constituée par la création

Plus en détail

Demande d'ouverture de sauvegarde

Demande d'ouverture de sauvegarde Demande d'ouverture de sauvegarde Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale (en cas de mariage, préciser

Plus en détail

1. Introduction. Aux causes générales : - les crises sanitaires ; - les dérégulations climatiques ; - et les mises aux normes sanitaires ;

1. Introduction. Aux causes générales : - les crises sanitaires ; - les dérégulations climatiques ; - et les mises aux normes sanitaires ; Proposition de loi relative aux procédures collectives visant à traiter les difficultés, à assurer le maintien des exploitations et de l emploi dans le secteur agricole. 1. Introduction Au cours des dernières

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

N Téléphone: n téléphone portable : Adresse électronique :...@...

N Téléphone: n téléphone portable : Adresse électronique :...@... Greffe du Tribunal de Commerce de SAINT NAZAIRE BP 274 44616 SAINT NAZAIRE CEDEX gtc.saint.nazaire@wanadoo.fr REDRESSEMENT JUDICIAIRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE

Plus en détail

Osez l accompagnement des entreprises en difficulté. Assemblée Générale de Rouen-Normandie 7 novembre 2014

Osez l accompagnement des entreprises en difficulté. Assemblée Générale de Rouen-Normandie 7 novembre 2014 Osez l accompagnement des entreprises en difficulté Assemblée Générale de Rouen-Normandie 7 novembre 2014 Intervenants Eric JUSTAL, Président de la Commission du Tableau, devoirs et intérêts professionnels

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTES

ENTREPRISES EN DIFFICULTES ENTREPRISES EN DIFFICULTES REACTIONS AU PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES Après avoir présenté un avant projet de loi de sauvegarde des entreprises à la fin de l année 2003, le Garde des sceaux

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes.

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes. PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons

Plus en détail

FORUM DES CHEFS D ENTREPRISES ATELIER SUR LE DROIT DE L ENTREPRISE «POUR UNE RÉFORME DU DROIT DE L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ»

FORUM DES CHEFS D ENTREPRISES ATELIER SUR LE DROIT DE L ENTREPRISE «POUR UNE RÉFORME DU DROIT DE L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ» FORUM DES CHEFS D ENTREPRISES ATELIER SUR LE DROIT DE L ENTREPRISE Alger, 19 octobre 2015 «POUR UNE RÉFORME DU DROIT DE L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ» Djamel Eddine LAKEHAL Avocat 1 NOTION DE DROIT DE L ENTREPRISE

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les Đlières agréées. La certiđcation

Plus en détail

LOIS. LOI n 2003-710 du 1er août 2003 d orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine (1) NOR: VILX0300056L TITRE III

LOIS. LOI n 2003-710 du 1er août 2003 d orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine (1) NOR: VILX0300056L TITRE III J.O n 177 du 2 août 2003 page 13281 LOIS LOI n 2003-710 du 1er août 2003 d orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine (1) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, NOR:

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Traitement des entreprises en difficulté :

Traitement des entreprises en difficulté : 31-37 FOCUS.qxp 1/07/10 12:24 Page 31 Konstantin - Fotolia.com Traitement des entreprises en difficulté : la boîte à outils du dirigeant Confronté à une dégradation de la situation financière de son entreprise,

Plus en détail

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif J ai récemment rencontré Jérôme PRIGENT, Responsable de la région grand ouest de la société ISODEV ; il nous présente, dans ce dossier thématique, le prêt participatif. SOMMAIRE : Partie 1 : Description

Plus en détail

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Sommaire Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Section 1 : les opérations de trésorerie... 17 A Définitions des opérations de trésorerie...

Plus en détail

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par :

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par : Demande d'ouverture de sauvegarde accélérée ou de sauvegarde financière accélérée (L. 628-1, R. 628-2, D. 628-3, R. 621-1 et le cas échéant L. 628-9 et R. 628-13 du code de commerce) Identification du

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013

COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013 COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013 THEME : «COMPRENDRE ET S APPROPRIER LE NOUVEL ACTE UNIFORME SUR LES SURETES. QUELS ENJEUX POUR L ACTIVITE BANCAIRE?» Le législateur

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

LE PLAN DE REDRESSEMENT PAR VOIE DE CONTINUATION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRYS

LE PLAN DE REDRESSEMENT PAR VOIE DE CONTINUATION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRYS LE PLAN DE REDRESSEMENT PAR VOIE DE CONTINUATION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRYS 1. PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ La société TRYS a été fondée en 1920 par Gaston Louis, grand-père de l actuel dirigeant. Elle fabrique

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Brevet Technique Supérieur. Comptabilité gestion des Organisations. Stage en entreprise. «Administrateur Judiciaire»

Brevet Technique Supérieur. Comptabilité gestion des Organisations. Stage en entreprise. «Administrateur Judiciaire» MELLAN Maître de stage : NICOLAS MAÎTRE BOURTOURAULT Rémy 12 boulevard Thiers 21 000 DIJON Brevet Technique Supérieur Comptabilité gestion des Organisations Stage en entreprise «Administrateur Judiciaire»

Plus en détail

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) L EIRL est une entreprise individuelle. Elle permet aux entrepreneurs individuels de mettre leur patrimoine personnel

Plus en détail

Demande d'ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (et de rétablissement professionnel) (R. 631-1 du code de commerce)

Demande d'ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (et de rétablissement professionnel) (R. 631-1 du code de commerce) Demande d'ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (et de rétablissement professionnel) (R. 631-1 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce)

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms

Plus en détail

ORDONNE : Article 1 er. Les livres 6 et 8 du code de commerce sont modifiés conformément aux articles 2 à 74 et 76 à 89.

ORDONNE : Article 1 er. Les livres 6 et 8 du code de commerce sont modifiés conformément aux articles 2 à 74 et 76 à 89. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de [ ] NOR : [ ] PROJET D ORDONNANCE n portant réforme de la prévention des difficultés des entreprises et des procédures collectives du LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, SUR

Plus en détail

Il est impératif de vous munir d'une pièce d'identité lors du dépôt de la demande au greffe.

Il est impératif de vous munir d'une pièce d'identité lors du dépôt de la demande au greffe. DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Le congrès de Reims va permettre d échanger sur les missions confiées aux experts, dans les procédures collectives, prévues par

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Direction générale des affaires économiques

Direction générale des affaires économiques COMMENT FAIRE FACE À LA CRISE? Direction générale des affaires économiques Fare Ute B.P. 82 98713 Papeete Tahiti Tél. : (689) 50 97 97 Fax : (689) 43 44 77 dgae@economie.gov.pf www.dgae.gov.pf Votre entreprise

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS Seul le représentant légal de la société ou de l entreprise est habilité à effectuer une déclaration de cessation des

Plus en détail

Fiche pratique : CIDUNATI

Fiche pratique : CIDUNATI CIDUNATI. Fiche pratique : CIDUNATI Titre I : Tribunal de Commerce La procédure de conciliation Une procédure trop méconnue En France une entreprise sur 2 disparaît moins de 5 ans après sa création, les

Plus en détail

N" 442 SENAT SECONDE : SESSION EXTRAORDINAIRE; DE 1992 1993

N 442 SENAT SECONDE : SESSION EXTRAORDINAIRE; DE 1992 1993 N" 442 SENAT SECONDE : SESSION EXTRAORDINAIRE; DE 1992 1993 Rattaché pour ordre au pu MN verbal de la séance du I ' juillet 1993 Enregistré i la Présidence du Sénat le 20 août 1993 PROPOSITION DE LOI visant

Plus en détail

FINANCEMENT DE L EXPLOITATION DES ENTREPRISES. Jeudi 31 juillet 2014 Une présentation des Banques de la Zone VKP

FINANCEMENT DE L EXPLOITATION DES ENTREPRISES. Jeudi 31 juillet 2014 Une présentation des Banques de la Zone VKP FINANCEMENT DE L EXPLOITATION DES ENTREPRISES Jeudi 31 juillet 2014 Une présentation des Banques de la Zone VKP Définition de la trésorerie Constat et causes des difficultés de trésorerie Solutions de

Plus en détail

La conduite des missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

La conduite des missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives La conduite des missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Résumé : Cet article a pour objet d aborder la conduite des missions d assistance et d investigation ordonnées par

Plus en détail

Délibération n 2010-296 du 13 décembre 2010. Origines ultramarines Cautions Accès aux crédits Rappel à la loi Recommandations

Délibération n 2010-296 du 13 décembre 2010. Origines ultramarines Cautions Accès aux crédits Rappel à la loi Recommandations Délibération n 2010-296 du 13 décembre 2010 Origines ultramarines Cautions Accès aux crédits Rappel à la loi Recommandations Le réclamant, d origine antillaise souhaitait souscrire un prêt afin de financer

Plus en détail

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances Projet d avis 2010/X La loi relative à la continuité des entreprises 1 remplace la loi relative

Plus en détail

OHADA Acte uniforme portant organisation des procédures collectives d apurement du passif

OHADA Acte uniforme portant organisation des procédures collectives d apurement du passif Acte uniforme portant organisation des procédures collectives d apurement du passif Acte adopté le 10 avril 1998 et paru au JO n 7 du 1 er juillet 1998 Index [NB - Les chiffres renvoient aux numéros des

Plus en détail

Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable : Domicile :

Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable : Domicile : DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Le chef d entreprise ci-après dénommé : Nom, prénom : Nationalité : Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable :

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction des PARticuliers LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS PRESENTATION DU DISPOSITIF ASPECTS JURIDIQUES / ASPECTS PRATIQUES UDAF 54 8 juin 2013

Plus en détail

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-04 du 28 mars 2002 Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Sommaire

Plus en détail

Droit des affaires et droit commercial

Droit des affaires et droit commercial DOMAINES D INTERVENTION Droit des affaires et droit commercial Droit bancaire et financier Droit immobilier et process industriel Recouvrement, sûreté et voies d exécution Droit du travail Droit des procédures

Plus en détail

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée 1 2 DEFINITION DE L EIRL DEFINITION Le statut «d entrepreneur individuel à responsabilité limitée» (E.I.R.L.), créé par la loi n 2010-658 du 15 juin 2010,

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE. Préambule

CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE. Préambule CODE DE DEONTOLOGIE A L USAGE DES ELUS ET DES SALARIES DE L ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE Association GERP Nord Europe Retraite auprès des Assurances Crédit Mutuel Nord - Vie Association Nord Europe

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 12 octobre 2008 FIICHE PÉDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Master 1, 1

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN JURIDIC ACCESS Le droit pour les professionnels de santé Organisation du cabinet Fiscalité, comptabilité, patrimonialité F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU Auteur : Nora Boughriet, docteur en droit

Plus en détail

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS 3ème Chambre Commerciale ARRÊT N 131 R.G : 13/03708 COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 COMPOSITION DE LA COUR LORS DU DÉLIBÉRÉ : Monsieur Alain

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

Table ronde 5. Vice-président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires

Table ronde 5. Vice-président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires Table ronde 5 «Les grandes lignes du droit des entreprises en difficulté» M. François-Xavier LUCAS Professeur à l Université Paris I Panthéon Sorbonne M. Maurice PICARD Président du Conseil National des

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Conseil National des Greffiers des Tribunaux de Commerce

Conseil National des Greffiers des Tribunaux de Commerce Conseil National des Greffiers des Tribunaux de Commerce 29 rue Danielle Casanova 75001 Paris Tél : 01.42.97.47.00 Fax : 01.42.97.47.55 Web : www.cngtc.fr Mail : contact@cngtc.fr Réalisation Biper Studio

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 ÈME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé

Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé Source : Institut du travail : http://www.istravail.com/article49.html L ordonnance n 2001-350 du 19 avril 2001, parue au Journal officiel du 22 avril 2001,

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

Vous rencontrez des difficultés économiques, sociales ou financières qui troublent le fonctionnement normal de votre entreprise.

Vous rencontrez des difficultés économiques, sociales ou financières qui troublent le fonctionnement normal de votre entreprise. GREFFE DU TRIBUNAL DE COMMERCE DE GRENOBLE Madame, Monsieur, Vous rencontrez des difficultés économiques, sociales ou financières qui troublent le fonctionnement normal de votre entreprise. Vous n'êtes

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE

3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE 3. LES DISPOSITIONS JURIDIQUES ENCADRANT LE CRÉDIT RENOUVELABLE Selon le Code de la consommation, le crédit à la consommation couvre toute opération de crédit, ainsi que son cautionnement éventuel, consentie

Plus en détail

Entreprises en difficultés

Entreprises en difficultés Entreprises en difficultés PROCEDURES COLLECTIVES Lois : Loi du 1 er mars 1984 Loi du 25 janvier 1985 Loi du 10 juin 1994 Les instruments de détection : - Le droit d alerte du commissaire aux comptes dans

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Direction générale des affaires économiques

Direction générale des affaires économiques COMMENT FAIRE FACE À LA CRISE? - Juin 2012 - Direction générale des affaires économiques Fare Ute B.P. 82 98713 Papeete Tahiti Tél. : (689) 50 97 97 Fax : (689) 43 44 77 dgae@economie.gov.pf www.dgae.gov.pf

Plus en détail