Le Courtage d assurances aujourd hui et demain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Courtage d assurances aujourd hui et demain"

Transcription

1 Le Courtage d assurances aujourd hui et demain 1) Portrait robot du courtier d assurances Effectifs L âge moyen des dirigeants de cabinets de courtage d assurances est de 53 ans, les seniors dominent donc largement la profession. Les dirigeants de moins de 40 ans ne représentent que 7 % des effectifs. En 2013, 40 % des cabinets de courtage d assurances sont des structures comptant d une à deux personnes et encore 21,5 % des courtiers travaillent seuls. Un peu moins d un tiers des cabinets compte un effectif de 3 à 5 personnes. Enfin, 27 % des structures rassemblent plus de 6 personnes. L évolution entre 2008 et 2013 montre un renforcement des équipes de front-office. Implantation territoriale La plus forte concentration de cabinets de courtage d assurances (de toutes tailles) se situe dans la région Île-de-France (36 %), avec une part toujours en augmentation et ceci, depuis Dans les autres régions à forte place de courtage, le nombre de courtiers tend à se réduire légèrement (13 % en Rhône-Alpes-Auvergne, % en PACA et 5 % en Aquitaine). Forme juridique et pérennité La majorité des cabinets de courtage d assurances ont une forme juridique SARL ou SNC. 66 % d entre eux sont composés de structures à actionnariat exclusivement familial. En 2013, l âge moyen des cabinets est de 22 ans et plus de 64 % ont plus de 15 ans d existence, prouvant une certaine solidité. Cependant, le renouvellement des cabinets déjà anciens est insuffisant et pourrait peser sur la future structuration du secteur et sur sa part de marché.

2 Activité L activité des cabinets de courtage français reste généraliste, bien que 58 % d entre eux indiquent travailler sur un secteur spécifique. Par ordre d importance : l Assurance de personnes, les Entreprises (PME/PMI), la Santé, la Construction et le Transport. Pour ce qui concerne le niveau de chiffre d affaires sur l exercice 2012, 74 % du total provient des Assurances de Biens et responsabilités, 32 % des Assurances de Personnes contrats individuels, 1 % Personnes Collectives. Enfin, 45 % des courtiers travaillent (occasionnellement ou régulièrement) par prescription en 2013, avec les experts-comptables (23 %), les avocats (13 %), les particuliers (12 %), les notaires (11 %) et enfin, les agents immobiliers ( %). Les courtiers d assurances exercent parfois une autre fonction : 28 % sont CGPI et 10 % agents immobiliers ou agents d assurances Clientèle et fournisseurs En 2013, les cabinets de courtage ont en moyenne clients (et % plus de 5 000). 4 % de ces clients sont des particuliers, 41 % des entreprises PME et 10 % des chefs d entreprises, artisans et commerçants. Le nombre moyen de fournisseurs de produits se situe entre 2 et 3,6 fournisseurs. 54 % des courtiers déclarent avoir au moins un fournisseur de produits d assurance principal représentant au moins 40 % du chiffre d affaires. Les 5 premiers fournisseurs 2013, en IARD : Allianz, AXA, Generali, Swiss Life et Covéa Risks ; en Santé : Swiss Life, April, Generali, Allianz, AXA ; en Retraite : Generali, Swiss Life, AXA, April, Aviva ; en Prévoyance : Generali, April, Swiss Life, Axa, Alptis ; en Assurance emprunteur : April, Metlife, Generali, Cardif, Alptis et enfin en Assurance Vie : Generali, AXA, Allianz, Swiss Life et April. Près de 100 % des courtiers d assurances déclarent être couverts par une RC Pro (38 % CGPA, 11 % Allianz et 10 % QBE) et une Garantie financière (3 % CGPA, 11 % Allianz et 10 % QBE). * Ces données 2013 sont issues du Livre bleu Aprédia, une étude réalisée à partir d informations recueillies auprès de cabinets de toutes tailles.

3 2) Résultats 2013 sur l exercice 2012 Pour La Tribune de l Assurance et de L Argus de l Assurance, «dans un environnement économique délétère, les courtiers d assurances réussissent le tour de force de progresser plus vite que le marché. Ceci, bien qu ils soient pris entre les exigences accrues de leurs clients et les injonctions toujours plus nombreuses des compagnies, ce qui explique sans doute leur pessimisme quant aux conditions d exercice de leur métier (règlementation renforcée et assèchement programmé des volumes en Santé individuelle)». Malgré la persistance de la crise économique, sur l exercice 2012, le Chiffre d Affaires des 100 premiers courtiers du marché progresse de 5,6 % à 4,2 Md. Pour autant, selon le baromètre réalisé par Epsy/Gan Eurocourtage en juillet 2013, pour la première année, seulement 37 % des courtiers interrogés sont optimistes (47 % en province et 30 % en région parisienne. Moins d 1 courtier sur 3 a vu son activité progresser au cours du 2 ème trimestre TOP 10 des courtiers français sur l exercice 2012 Classement La Tribune de l Assurance* de l Assurance* Classement L Argus Groupes CA Brut 2012 consolidé en M Evolution CA brut 2012/2011 Groupes CA consolidé 2012 en M Variation 2012 / 2011 Gras Savoye 550-0, % Gras Savoye 551-0, % April ,2 % Marsh & McL ,7 % Marsh & McL 343,32 + 3,7 % AON France ,4 % AON France ,4 % Verspieren ,4 % Verspieren ,4 % Siaci St ,7 %

4 Honoré Siaci St Honoré ,7 % DIOT ,3 % SPB ,6 % Filhet Allard , % DIOT ,3 % Groupe ASSU ,2 % Filhet-Allard , % Verlingue % Henner 118 +,7 % Béssé Assurances % Sources : La Tribune de l Assurance, L Argus de L Assurance, juin et juillet 2013 *(Les deux titres de presse n utilisent pas la même grille d analyse : CA brut consolidé pour LTA et CA consolidé pour L Argus) Analyse Les 100 premiers cabinets de courtage (TOP 100), y compris les plus grands courtiers grossistes, enregistrent un CA Brut consolidé sur l exercice 2012 qui s étend de 551 M pour le premier du classement à 1, M pour le centième. Avec un effectif maximal de 3 60 salariés pour le premier du classement, jusqu à un effectif minimal de salariés pour le plus spécialisé. Répartition par branche (en M ) du CA du Top 10 IARD : 1 4 M, soit 47,7 % Santé / Prévoyance : M, soit 35,2 % Vie / Epargne : 112 M, soit 2,75 % Transport : 377 M, soit,2 % Autre : 4,07 % Pour L Argus de l Assurance, dans un contexte persistant de crise, «les courtiers français ont encore réalisé une année 2012 prospère, affichant, pour la plupart, des exercices en croissance». En effet, les courtiers des trois familles (généralistes, spécialistes ou grossistes) ont réalisé mis à part quelques exceptions un exercice 2012 tout à fait honorable. 62 % des cabinets étudiés ont enregistré une hausse de leur chiffre d affaires sur les trois dernières années et 1/3 d entre eux envisage de recruter de nouveaux

5 collaborateurs dans les 12 prochains mois, essentiellement pour des fonctions commerciales (32 %) Toujours selon L Argus, quatre types de courtiers ont su optimiser leurs affaires en Les «globetrotteurs» (Gras Savoye, Siaci Saint-Honoré, Verspieren, etc.) se sont particulièrement démarqués en matière de mobilité internationale, de développement à l export et de renforcement des réseaux. Les «prévoyants» (Ageo, Assurone, Santiane, etc.) se sont investis dans les nouveaux partenariats, le multicanal et la diversification des produits. Les «communicants» (April, Assu 2000, Filhet-Allard) ont fait le choix d une marque chapeau ou d une identité propre à chaque filiale. Enfin, les «acquéreurs» (Axelliance, Finaxy et Ovatio) ont pris l option de compléter leur palette de services ou d atteindre la taille critique. Plus généralement, certains courtiers spécialisés (tel Eyssautier) ont repris leur indépendance. Un autre facteur déterminant pour le secteur du courtage d assurances est l orientation du marché de la Santé après l ANI. Des courtiers grossistes comme Neoliane (groupe Santiane) ou Solly Azar misent déjà sur la prévoyance ou les TNS pour développer leur portefeuille. La Tribune de l Assurance (LTA) prévient : «les courtiers s inquiètent de l assèchement programmé de la santé individuelle, un segment particulièrement rentable, notamment pour les grossistes et leurs milliers d apporteurs. L individuelle tire en effet, presque à lui seul la croissance des 100 premiers courtiers français ces dernières années, jusqu à rattraper l IARD». De plus, les courtiers ont dépensé ces dernières années, d énormes sommes pour investir massivement dans le marketing, les RH et les SI. «Ils apparaissent donc aujourd hui comme les grands perdants de la reconfiguration d un marché appelé à ne laisser qu une portion congrue des affaires aux intermédiaires», conclut LTA. Quelles pistes suivre alors pour le développement? La cession pure et simple ou l adhésion à des réseaux? 3) Spécificités du métier Les courtiers de proximité Selon le 3 ème Baromètre des courtiers de proximité**, le courtier de proximité est à la tête d une TPE réalisant un CA médian de Positionnés historiquement sur le marché du dommage, les courtiers de proximité ont su résister à la montée en puissance de la bancassurance en se développant sur des marchés de niches, sur la santé et la prévoyance et en diversifiant leur clientèle. En 2013, les courtiers se sont concentrés sur le travail de leur portefeuille. 60 % d entre eux déclarent la fidélisation de leurs clients comme le principal facteur ayant favorisé la hausse de leur CA. La prospection (37 %) et l augmentation des cotisations (23 %) sont deux autres facteurs principaux. Malgré la crise

6 économique et les nouvelles réglementations européennes et françaises, les courtiers restent majoritairement optimistes : 68 % pensent que la profession se porte bien. Environ 1 courtier sur 2 (46 %) déclare avoir connu une augmentation de son CA en % des courtiers interrogés déclarent même une augmentation de leur CA supérieure à 20%. Sur le marché des particuliers, les courtiers désignent toutefois la bancassurance (61 %) et l Internet (56 %) comme les principales menaces. Les instituts de prévoyance étant les principaux concurrents sur l entreprise (48 %). **3ème baromètre APRIL/OpinionWay réalisé en 2013 auprès de 500 entreprises Les courtiers grossistes Une étude réalisée par le Syndicat 10 (S10) en 2013*** afin de «connaître la perception et les attentes des courtiers de proximité envers les grossistes» révèle que «les courtiers grossistes occupent aujourd hui une place centrale dans la chaîne de distribution des contrats d assurances». En effet, 5 % des intermédiaires de proximité interrogés estiment que les grossistes sont utiles, voire très utiles et même «tout-à-fait indispensables» à l exercice de leur métier et ceci par rapport aux trois missions clés définies par les répondants : pour 6 % d entre eux, les grossistes leurs permettent d abord d obtenir des tarifs compétitifs auprès des compagnies d assurances. 3 % estiment qu ils bénéficient grâce à eux de produits innovants et, enfin, 2 % pensent que les grossistes leur ouvrent la porte d organismes d assurances auxquels ils n auraient pas accès seuls. Selon Karim Irouche, PDG d ECA Assurances, ce succès d estime s explique probablement grâce «aux fortes compétences des courtiers grossistes en matière de marketing, en quelque sorte gravées dans leur ADN». En effet, la plupart de leurs courtiers de proximité partenaires préfèrent privilégier leur investissement dans le commercial et la gestion et n ont, pour la plupart, pas les moyens financiers et humains de développer des sites internet. De fait, les interfaces proposées par les courtiers grossistes leur sont très utiles dans leur relation client (front et back office). Il en est de même pour la veille réglementaire (DIA2 Solvabilité 2, contrôles ACP, etc.), aussi cet apport de la CSCA et des courtiers grossistes est-il très apprécié d eux. TOP 10 des courtiers grossistes (sur l exercice 2012) Société Effectif CA 2012 en Variation % v/s 2011 APRIL (Lyon) ,2 Alptis Assurances (Lyon) ,3 Solly Azar (Paris) ,5 SMAM Assurances ,2 (La Rochelle) Ciprès vie (gr. Molitor) Levallois-Perret Groupe Zéphir , (Châteaubriand)

7 Novélia (Rennes) ,5 Maxance (Assu 2000) ,3 Monaco Protegys Courtage % Eurodommages ,3 % Source L Argus de L Assurance, juin 2012 Cependant, l étude du S10 conclue que pour perdurer dans leur formule gagntant, les courtiers grossistes devront suivre de près leurs S/P (sinistres sur primes) qu ils amènent aux porteurs de risques qui, par retour, font monter la pression sur les premiers quant à leur capacité à livrer de bons résultats. L autre défi à relever réside dans le maintien de la qualité de service. *** cabinets de courtage de proximité ont été interrogés sur leur vision des courtiers grossistes et 1 47 ont répondu au questionnaire en ligne, ce qui représente un échantillon tout-à-fait représentatif de la cible. 4) Prospective : une profession lucide et combative La profession de courtier est chahutée par la crise et les évolutions réglementaires mais reste optimiste sur l avenir. L Accord National Interprofessionnel est une menace clairement identifiée par la profession (81 %). Pour autant, déterminés, les courtiers se disent prêts à s adapter et à modifier leur stratégie pour mieux faire face à l ANI et se recentrer sur le marché des TNS/Professionnels (52 %), des séniors (3 %), le dommage TNS et entreprise (28 %) et le collectif (23 %). Dans cette optique, les TNS/TPE apparaissent comme le marché le plus important et le plus prometteur à investir. En effet, 8 % des courtiers pensent que le développement du courtage se fera principalement sur le professionnel et l entreprise (76 %), tant sur le dommage que sur la santé/prévoyance. 55 % d entre eux prévoient une croissance du marché sur les trois années à venir, 65 % pour ceux positionnés sur le marché des professionnels. Les courtiers sont prêts à se diversifier sur les marchés porteurs et notamment sur celui des TNS/TPE où ils sont légitimes, selon les résultats de l enquête, pour «faire valoir leur savoir-faire de conseil et d accompagnement de proximité».

8 Manque de fournisseurs et déficit de notoriété Comme nous l avons vu plus haut, les courtiers jouent pleinement leur rôle de mandataires de leurs clients et travaillent en moyenne avec 5 fournisseurs sur le particulier et 4 fournisseurs sur le marché des entreprises/professionnels. Cependant, ils sont moins nombreux en 2012 qu en 2013 à avoir changé de fournisseurs (25 % contre 33 %). 51 % des courtiers de proximité rencontrent des difficultés pour accéder aux offres des fournisseurs (47 % en 2012). Sur le dommage du professionnel plus particulièrement 44 % des courtiers rencontrent de réelles difficultés à trouver des fournisseurs, en particulier sur la RC et les risques Hors Normes. Question notoriété : si les courtiers sont conscients d être peu connus du grand public (28 % 2012), ils ont conscience de l être un peu plus des chefs d entreprises. Les courtiers arrivent toutefois seulement en 5 ème position derrière les mutuelles, les agents généraux, les réseaux de banques et les institutions de prévoyance. Cependant, 54 % des entreprises ont une bonne image de la profession, un chiffre qui monte à 75 % quand les entreprises «travaillent» avec un courtier Mieux : 70 % des chefs d entreprises sont prêts à recommander à leur entourage les services de leur courtier. Les principaux canaux de connaissance des courtiers sont, selon eux, le bouche-à-oreille, la prospection, la recommandation par les expertscomptables (d un cabinet d assurance ou des chambres consulaires, la prospection, internet et la publicité). Le bouche-à-oreille est aujourd hui encore le premier moyen pour les courtiers de se faire connaitre auprès des TNS/TPE (64 %) et du grand public (86 % en 2012). Au-delà du travail de notoriété et d un effort de fidélisation de leur portefeuille, les courtiers doivent se mobiliser pour investir le marché de l assurance collective auprès des TPE et professionnels. En effet, 83 % des entreprises déclarent attendre 2016 pour souscrire une complémentaire santé Un délai suffisamment important pour permettre à la profession de mener des actions auprès de ces entreprises et de gagner des parts de marchés, tandis que les offres des porteurs de risques et souscripteurs se multiplient. **3ème baromètre APRIL/OpinionWay réalisé en 2013 auprès de 500 entreprises Concurrence entre les réseaux Le Baromètre April-Opinion Way fait remonter les nouvelles menaces ressenties par la profession. 71 % des courtiers d assurances interrogés pointent la volatilité des consommateurs, 64 %, la montée en puissance de la bancassurance, d Internet (57 %), et 56 %, la réglementation européenne. L ensemble de ces facteurs rendant aujourd hui plus difficile l installation en tant que courtier. Cependant, la profession reste attractive : les créateurs représentent aujourd hui 25 % des courtiers et plus d un tiers d entre eux ont recruté de nouveaux collaborateurs sur les 3 dernières années. La concurrence s avère donc toujours plus vive entre les différents types d intermédiaires. L Observatoire du courtage 2013 révèle qu outre les agents généraux, les MSI et les bancassureurs, les courtiers d assurances doivent aujourd hui compter avec les assauts de la Banque Postale et les politiques de développement des offres sur Internet par tous ces acteurs. De plus, les agents généraux se tournent à présent vers les TNS et les PME, et viennent donc concurrencer le pré-carré traditionnel des courtiers d assurances. En effet, en cette période de redistribution des participations sociales, la prévoyance devient la nouvelle cible des acteurs du marché.

9 Fidélisation, TIC & réseaux sociaux L Observatoire du courtage de proximité pointe le nouvel intérêt des courtiers d assurances pour les réseaux sociaux, perçus comme une nouvelle arme de prospection, de conseil et de suivi, mais qui cependant ne touchent pas encore l ensemble de la profession (selon seulement 15 % d entre eux y sont présents), certainement une question de génération Pour sa part, le Baromètre April-Opinion Way confirme que les nouveaux enjeux de la profession sont la fidélisation clients et le développement de l usage des nouvelles technologies. En effet, pour conserver leur dynamisme et faire face à la concurrence accrue, les courtiers de proximité savent qu ils doivent aujourd hui faire évoluer leur stratégie commerciale. La fidélisation de leur portefeuille devient une priorité. Ils sont désormais 82 % à vouloir travailler leur portefeuille et notamment le multi-équipement de leurs clients. Les courtiers d assurances développent également l usage des nouvelles technologies : site internet, réseaux sociaux, blogs, tablettes numériques, etc. Ils sont désormais 45 % à avoir un site Internet et 23 % exploitent les réseaux sociaux. L usage du numérique est particulièrement marqué auprès des jeunes générations : 63 % des ans ont un site. Les créateurs de cabinets (35 ans et plus) se distinguent par une plus forte présence sur Internet que la moyenne des cabinets de courtage. Vision métier et leviers pour les jeunes courtiers Sur un secteur de l assurance se complexifiant du fait de l intervention de nouveaux entrants (Internet, grande distribution, etc.) et des tensions sur les marchés financiers, le métier de courtier ne cesse d évoluer pour s adapter à cette dynamique. Il doit notamment s ouvrir à un écosystème qui voit arriver des jeunes, porteurs de ce changement. Quelle est leur place dans cet univers? Le courtage en assurances ne bénéficie pas d une bonne image auprès des jeunes de part le fait que ces derniers ont souvent du mal à y démarrer. Cependant, le regard que portent les jeunes sur le marché du courtage d assurances peut être antagoniste : considéré comme une branche conservatrice par beaucoup, ce métier constitue pour d autres un terrain d expression de talents et d enthousiasme. Le marché du courtage reste attractif pour beaucoup de jeunes qui le découvrent parfois au hasard de circonstances favorables et ont espoir de développer un courtage d un genre nouveau : celui qui privilégie l environnement Internet. Quels leviers pour les marchés saturés? Pour les élèves de l ESA, il y a un véritable créneau à prendre avec l explosion des réseaux sociaux comme Twitter par exemple. La génération «Y» voit donc la transformation de l intermédiaire en une espèce de «courtier 2.0»... PATRICK SCHINDLER, CHARGÉ DE COMMUNICATION ET DES REVUES DE LA CSCA SOURCES 2013 : BAROMÈTRE APRIL /OPINIONWAY, APRÉDIA, XERFI, LA REVUE DU COURTAGE, LA TRIBUNE DE L ASSURANCE, L ARGUS DE L ASSURANCE, PROJETS COURTAGE, ETC. Copyright 2013

10

Le Courtage d'assurances aujourd'hui et demain

Le Courtage d'assurances aujourd'hui et demain Le Courtage d'assurances aujourd'hui et demain 1) Portrait robot du courtier d assurances Effectifs L âge moyen des dirigeants de cabinets de courtage d assurances est de 53 ans, les seniors dominent donc

Plus en détail

Courtage d assurances aujourd hui et perspectives 2013 2014

Courtage d assurances aujourd hui et perspectives 2013 2014 Courtage d assurances aujourd hui et perspectives 2013 2014 SOMMAIRE : 1) Portrait robot des courtiers d assurances page 2 2) Classement des courtiers d assurances 2012 2013 page 7 3) Prospective : forte

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 Enquête de satisfaction pour le Syndicat 10 1 milliards Les courtiers grossistes souscripteurs en assurance : une force économique + de milliards 2 d euros de primes collectées

Plus en détail

Dossier de presse. 2 ème enquête d opinion du Syndicat 10 auprès des courtiers et des assureurs : Quelle représentation? Quelle valeur ajoutée?

Dossier de presse. 2 ème enquête d opinion du Syndicat 10 auprès des courtiers et des assureurs : Quelle représentation? Quelle valeur ajoutée? Dossier de presse 2 ème enquête d opinion du Syndicat 10 auprès des courtiers et des assureurs : Quelle représentation? Quelle valeur ajoutée? Juin 2014 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité

Baromètre des courtiers de proximité Edition 2013 Baromètre des courtiers de proximité Une profession qui ressent la crise mais fait preuve d adaptabilité courtiers restent optimistes malgré la crise Diriez-vous que la profession de courtier

Plus en détail

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011 Observatoire des courtiers d assurance Point 0 - Avril 2011 APRIL Courtage Un réseau de 11 sociétés grossistes spécialistes. Une large gamme de plus de 140 produits sur tous les segments de marché et toutes

Plus en détail

Enquête de l Institut CSA pour le S10 auprès des courtiers de proximité sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes souscripteurs

Enquête de l Institut CSA pour le S10 auprès des courtiers de proximité sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes souscripteurs Enquête de l Institut CSA pour le S10 auprès des courtiers de proximité sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes souscripteurs Du 28/01 au 22/02/2013 Pourquoi cette enquête? Les membres

Plus en détail

Revue de presse. Juin 2010

Revue de presse. Juin 2010 Revue de presse Juin 2010 Chaque mois, le service communication répertorie les articles, interviews et citations dans lesquels Verspieren et ses filiales sont cités. Retrouvez ici le détail de ces parutions.

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Rejoignez nous. Partners. Partenaire du réseau

Rejoignez nous. Partners. Partenaire du réseau Rejoignez nous QUI SOMMES-NOUS? RÉSEAU 360 COURTAGE Spécialisés dans le courtage en assurance de biens et de personnes, nous sommes au coeur d'un métier complexe qui demande une écoute et une réactivité

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 5 bis du 31 mai 2007 C2007-07 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 3 avril 2007,

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Les groupes MORNAY et D&O entérinent leur projet de rapprochement pour constituer un organisme paritaire majeur de protection sociale

Les groupes MORNAY et D&O entérinent leur projet de rapprochement pour constituer un organisme paritaire majeur de protection sociale Paris, le 5 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE COMMUN Les groupes MORNAY et D&O entérinent leur projet de rapprochement pour constituer un organisme paritaire majeur de protection sociale SOMMAIRE Communiqué

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

MARCHÉ DES TNS, TPE ET PME

MARCHÉ DES TNS, TPE ET PME Jeudi 30 MAI 2013 Paris MARCHÉ DES TNS, TPE ET PME Comment s imposer sur un marché très disputé 3 e édition Qui sont les TNS et les dirigeants des TPE et PME Quel est l impact de la généralisation de la

Plus en détail

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI Atelier B8 La gestion des risques et des assurances dans les ETI Intervenants Hélène DUVIVIER Philippe LABEY Responsable Régional Lyon SET Risques et Assurances Xavier MARY Bernard DURAND Modérateur Nicolas

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché

Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché 2013 Plan stratégique 2012-2016 Vision du marché Table des matières 1 Actualisation de la vision du marché w p. 3 2 Impact de l ANI du 11 janvier 2013 pour le marché de la complémentaire p. 14 santé 2

Plus en détail

NOVELIA COURTIER GROSSISTE EN ASSURANCE

NOVELIA COURTIER GROSSISTE EN ASSURANCE NOVELIA COURTIER GROSSISTE EN ASSURANCE SOMMAIRE A PROPOS DE NOVELIA Novélia, 8 ème courtier grossiste français PROJET D ENTREPRISE ET AMBITIONS POSITIONNEMENT DE SOLIDES GARANTIES QUELQUES DATES REPERES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue Contact Presse de Mutuelle Bleue Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64 71 39 74 Courriel : s.arregros@mutuellebleue.fr DOSSIER DE PRESSE Siège social : 68 rue du Rocher 75396 Paris

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

DBIRI Farah Master Manager de l Assurance 2009/2011

DBIRI Farah Master Manager de l Assurance 2009/2011 DBIRI Farah Master Manager de l Assurance 2009/2011 A quelle place le courtier peut-il prétendre parmi les autres intermédiaires d assurances et prestataires de services? SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 4 BIOGRAPHIE...

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Stanislas di Vittorio Assurland Tél. : 01 78 09 81 70 stan.divittorio@assurland.com

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Stanislas di Vittorio Assurland Tél. : 01 78 09 81 70 stan.divittorio@assurland.com DOSSIER DE PRESSE Contact Presse : Stanislas di Vittorio Assurland Tél. : 01 78 09 81 70 stan.divittorio@assurland.com Septembre 2008 Résumé L assurance est une charge importante dans le budget des français

Plus en détail

crescendo Les courtiers vont top 100 00% Le classement Xx, xx, xx, xx orchestrée dossier Xx, Xx, xx L'économie en berne n'a pas empêché

crescendo Les courtiers vont top 100 00% Le classement Xx, xx, xx, xx orchestrée dossier Xx, Xx, xx L'économie en berne n'a pas empêché bilan 2014 TOP 100 Une année bien Xx, xx orchestrée 00% Le classement des 100 premiers Xx, courtiers xx Xx, xx, xx, xx Xx, xx, xx, xx Xx, xx, xx, xx L'économie en berne n'a pas empêché Inchangé, le trio

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Négociez sereinement le virage de l ANI avec le Pack TNS APRIL. Vous êtes ici. BÉATRICE fleuriste JEAN kiné. CHANTAL coiffeuse.

Négociez sereinement le virage de l ANI avec le Pack TNS APRIL. Vous êtes ici. BÉATRICE fleuriste JEAN kiné. CHANTAL coiffeuse. BÉATRICE fleuriste JEAN kiné CHANTAL coiffeuse FABIEN notaire Vous êtes ici NATHALIE architecte ARNOLD fromager Négociez sereinement le virage de l ANI avec le Pack TNS APRIL Avec l arrivée prochaine de

Plus en détail

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence.

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. Assurance Santé et Prévoyance PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. CIPRÉS vie Pack Pro Entreprise TNS Les solutions Prévoyance et Santé à la hauteur de vos ambitions. Ne choisissez plus entre performance

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Ce dossier est destiné à vous présenter à la fois l activité du cabinet de courtage A2C GROUPE, les services mis à la disposition de ses partenaires. Ce dossier se présente sous

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Société Eurocaribéenne de Conseils et d Organisation BP 382 97288 Lamentin Cédex (Martinique) Sommaire

Plus en détail

l Enass Ecole nationale d assurances

l Enass Ecole nationale d assurances l Enass Ecole nationale d assurances Les courtiers généralistes face au défi de la transparence des rémunérations Estelle BAECHLER www.enass.fr Remerciements Mes remerciements vont en premier lieu à Gilles

Plus en détail

Un début de contraction du marché de l emploi

Un début de contraction du marché de l emploi COMMUNIQUE DE PRESSE Baromètre RH AFDEL-Apollo Un début de contraction du marché de l emploi, le 28 novembre 2012 - L Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet (AFDEL) et Apollo

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ

ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Quelle place des assureurs dans les réponses? Des conséquences probables sur les réseaux de distribution et les organisations internes dans ce secteur. Juin 2014

Plus en détail

Magazine gratuit et indépendant de l assurance www.newsassurancespro.com. pour le courtage

Magazine gratuit et indépendant de l assurance www.newsassurancespro.com. pour le courtage JEUDI 5 JUIN 2014 89 PRO Magazine gratuit et indépendant de l assurance www.newsassurancespro.com Spécial Congrès de la CSCA Transformation pour le courtage Le courtage d assurance est confronté à une

Plus en détail

Note de présentation Intermédiaire et conseils de l assurance et du patrimoine

Note de présentation Intermédiaire et conseils de l assurance et du patrimoine Code Apporteur : Note de présentation et du patrimoine Nom de la personne physique ou morale exerçant l activité dont il est demandé la garantie ci-après dénommée l entreprise :..... Adresse de l établissement

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

MARCHÉ DES TNS ET DES TPE, PME

MARCHÉ DES TNS ET DES TPE, PME Mercredi 19 MARS 2014 Paris MARCHÉ DES TNS ET DES TPE, PME Un an après l ANI, comment se positionner efficacement sur ces marchés 4 e édition État des lieux d une population hétérogène en constante évolution

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom.

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom. Tour Franklin, 00-0 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 0 49 03 25 00 Fax. : 0 49 03 25 0 www.solucom.fr Tous droits réservés - crédits photos : Fotolia - ISBN 978-2-98872-00-9

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Le baromètre évolue et s enrichit. Désormais l étude de la situation économique d un secteur de l activité à Paris est présentée.

Le baromètre évolue et s enrichit. Désormais l étude de la situation économique d un secteur de l activité à Paris est présentée. Le zoom sectoriel de mars 2003: Le courtage d assurances : un secteur innovant qui résiste aux aléas de la conjoncture économique Le baromètre évolue et s enrichit. Désormais l étude de la situation économique

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

MutRé 2012-2016 : vision du marché et stratégie. 20 février 2012

MutRé 2012-2016 : vision du marché et stratégie. 20 février 2012 MutRé 2012-2016 : vision du marché et stratégie 20 février 2012 Le mot du Président Comment évolue le marché de l assurance et de la réassurance de personnes? Quelle place pour les mutuelles? Le modèle

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

AVEC SOLLY AZAR Choisissez les Plus qui font toute la différence.

AVEC SOLLY AZAR Choisissez les Plus qui font toute la différence. - Groupe Solly Azar, SAS au capital de 38 113 euros, 353 508 955 RCS Paris. Société de courtage d assurances - Siège social 60, rue de la Chaussée d Antin 75439 Paris Cedex 09. N ORIAS (en cours) www.orias.fr

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Quels impacts anticiper sur le marché de l assurance de personnes? 21 février 2013 ANI 2013 Quels impacts prévisibles

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

PARTENAIRES DES 30 MIN POUR CONVAINCRE

PARTENAIRES DES 30 MIN POUR CONVAINCRE UN VRAI REGIME DE CADRES APPLIQUE AUX NON SALARIES! 1- SECURISATION ET FIDELISATION DE VOS CLIENTS RODUIT Un partenariat qui protège vos clients Vous conservez si vous le souhaitez votre courtier. Pas

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

2004 : Accélération de la croissance

2004 : Accélération de la croissance N 14 Octobre 2004 2004 : Accélération de la croissance EN 2004 Vers une maîtrise renforcée de la chaîne de valeur CHIFFRES CLES Une performance économique pérenne EN BOURSE + 47,1 % depuis le 22/09/2003

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE 2014 ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est

Plus en détail

La certification dans les Organismes de Protection Sociale

La certification dans les Organismes de Protection Sociale La certification dans les Organismes de Protection Sociale Quelles certifications sont représentées dans le secteur? Quelles initiatives sont actuellement menées? Comment appréhende-t-on les certifications

Plus en détail

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate News From Aon Contact Presse : Agence Ketchum Pleon Pierre Ananou / Laurène Wale / Elsa Portal Tél : 01 56 02 35 04 / 01 53 32 56 30 / 01 53 32 64 66 Mail : pierre.ananou@pleon.com / laurene.wale@ketchum.fr

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Présenta on de notre offre de partenariats

Présenta on de notre offre de partenariats NOS ATOUTS: As Du Grand Lyon Votre grossiste en Assurance De Prêt Remboursement des cotisations* Comparateur Multi-Compagnies * Quelle que soit la compagnie: APRIL, Allianz, Generali... Présenta on de

Plus en détail

Regard sur une Mutuelle. de proximité. www.mutuellebleue.fr

Regard sur une Mutuelle. de proximité. www.mutuellebleue.fr Regard sur une Mutuelle de proximité www.mutuellebleue.fr Ensem Christian Guichard Président Répondre aux attentes de nos adhérents tout en développant l accès à une protection sociale de qualité auprès

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises D I R I G E A N T S D E S O C I É T É P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises ) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas de mise

Plus en détail

ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR

ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR 72, rue du Faubourg Saint - Honoré 75008 PARIS Tél : 01.46.10.43.80 Fax : 01.47.61.14.85 www.astreeavocats.com Xxx Enjeux Cahier des

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 2 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

UNIR NOS FORCES MULTIPLIE VOS SUCCÈS

UNIR NOS FORCES MULTIPLIE VOS SUCCÈS UNIR NOS FORCES MULTIPLIE VOS SUCCÈS brochure 2014 SOM MAI RE 3 4-5 QUATREM 6-7 BILAN 2013 8-11 SANTÉ ET PRÉVOYANCE 12-13 RETRAITE 14-15 INNOVATION 16-17 PARTENARIAT QUATREM 4 UN MODÈLE FONDÉ SUR L INTERMÉDIATION

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRESSE ENTREPRISES ET COMPLÉMENTAIRE SANTÉ UNE MISE EN CONFORMITÉ EN TOUTE SIMPLICITÉ!

GUIDE PRATIQUE PRESSE ENTREPRISES ET COMPLÉMENTAIRE SANTÉ UNE MISE EN CONFORMITÉ EN TOUTE SIMPLICITÉ! GUIDE PRATIQUE PRESSE ENTREPRISES ET COMPLÉMENTAIRE SANTÉ UNE MISE EN CONFORMITÉ EN TOUTE SIMPLICITÉ! ÉDITO 00 000 TPE DOIVENT COUVRIR L ENSEMBLE DE LEURS SALARIÉS AU ER JANVIER 206 La transposition dans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse de Mutuelle Bleue Contact Presse de Mutuelle Bleue Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64 71 39 74 Courriel : s.arregros@mutuellebleue.fr DOSSIER DE PRESSE Siège social : 68 rue du Rocher 75396 Paris

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Date : 17/06/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 73,74,75,76,77 Rubrique : OPINIONS Diffusion : (78703) Périodicité : Quotidien Surface : 348 % Opinions

Date : 17/06/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 73,74,75,76,77 Rubrique : OPINIONS Diffusion : (78703) Périodicité : Quotidien Surface : 348 % Opinions Opinions Complémentaires santé: le défi de l'ultra-concurrence Date : 17/06/2014 OPINIONS > Alors que le marché de l assurance santé est en pleine mutation, ses acteurs sont-ils prêts à relever le défi

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente?

Micro conférence. Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Micro conférence Comment générer de nouvelles missions avec une stratégie marketing pertinente? Intervenants Georges Crampette Expert comptable Cabinet Crampette Sylvain Lherm Sonia Piasentin Direction

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Baromètre 2013 des Assurances Dommages

Baromètre 2013 des Assurances Dommages Baromètre 2013 des Assurances Dommages (3 ème édition) 2 Analyse stratégique du marché et Mise en perspective V1.01 au 31 juillet 2013 Facts & Figures 69 avenue André Morizet 92100 Boulogne Billancourt

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-111 du 3 août 2012 relative à la fusion par absorption des mutuelles Harmonie Mutualité, Mutuelle Existence, Prévadiès, Santévie, Santévie MP et Spheria Valde-France

Plus en détail

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC Qui sommes-nous? Nord Europe Life Luxembourg S.A. est une société d assurance vie luxembourgeoise créée en 2003, dont les produits sont disponibles sur le marché belge. CHIFFRES CLÉS au 31 décembre 2014

Plus en détail

Mag INTERVIEW P.10. Tarification obsèques en démonstration sur le. Stand T40 - Hall TERNES. & Prévoyance

Mag INTERVIEW P.10. Tarification obsèques en démonstration sur le. Stand T40 - Hall TERNES. & Prévoyance Mag & Prévoyance Tarification obsèques en démonstration sur le Stand T40 - Hall TERNES INTERVIEW P.10 Frédéric Fournet d Alptis Assurances nous parle de son partenariat avec Courtage Street. & Prévoyance

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Conférence sur les métiers du

Conférence sur les métiers du Conférence sur les métiers du courtage Alger, le 24 avril 2007 Gras Savoye Algérie Services 1 Sommaire Normes Européennes. Le métier de courtier au regard de la loi en France Usages professionnels du courtage

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

Profession: A.G.A. Conseil National des Assurances Jean-Pierre Bardini avril 2006. Conseil National des Assurances. Jean-Pierre Bardini avril 2006

Profession: A.G.A. Conseil National des Assurances Jean-Pierre Bardini avril 2006. Conseil National des Assurances. Jean-Pierre Bardini avril 2006 Profession: A.G.A Profession: A.G.A Enjeux et perspectives et perspectives Conseil National des Assurances Jean-Pierre Bardini avril 2006 Conseil National des Assurances Jean-Pierre Bardini avril 2006

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS 1) LA C.S.C.A.

LE SAVIEZ-VOUS 1) LA C.S.C.A. LE SAVIEZ-VOUS Etre adhérent du Sycaest, c est bien entendu bénéficier de nombreux services et prestations. Mais c est aussi participer au financement de la Chambre Syndicale des Courtiers d Assurances

Plus en détail

Décision n 11-DCC-11 du 27 janvier 2011 relative au rapprochement du Groupe Aprionis et du Groupe Vauban Humanis

Décision n 11-DCC-11 du 27 janvier 2011 relative au rapprochement du Groupe Aprionis et du Groupe Vauban Humanis RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-11 du 27 janvier 2011 relative au rapprochement du Groupe Aprionis et du Groupe Vauban Humanis L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires?

La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires? La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires? Les réseaux d agences des banques de détail en Europe vont être confrontés à de profonds changements, à une pression accrue sur leur modèle économique

Plus en détail