CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES 2015 CGG INSURANCE GUIDELINES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES 2015 CGG INSURANCE GUIDELINES"

Transcription

1 GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Les marchés de l assurance en 2015 CGG INSURANCE GUIDELINES Gras Savoye, Note de conjoncture 1 ST Insurance Broker in Africa Conférence des Marchés 9 Septembre 2014 Gras Savoye, 1er courtier en France avec son partenaire Willis. Document contractuel - Ne pas diffuser sans autorisation

2 2

3 Sommaire Introduction 5 Bilan du marché de l assurance 9 Les tendances du marché IARDT 13 Dommages 14 Automobile 17 Maritime & Transport 20 Responsabilité Civile Générale 22 Responsabilité Civile Atteinte à l Environnement 24 Responsabilité des Dirigeants Rapports Sociaux - Fraude 26 Construction 28 Les tendances du marché des Spécialités 35 Distribution d Assurance et Risques Spéciaux 36 Professions Réglementées 38 Sports et Évènements 40 Média et Spectacles 42 Cyber Risques 44 Financements Alternatifs 46 Risques Politiques 48 Kidnap and Ransom 50 Crédit 52 Les tendances du marché des Assurances de Personnes 55 Individuelle Accident 56 Protection Sociale 58 Retraite 60 Protection Sociale Internationale 62 Conclusion : points de vigilance et recommandations 65 3

4 4

5 Introduction 5

6 Introduction Gilles Bénéplanc Directeur Général Délégué Gras Savoye La situation des marchés d assurance et de réassurance est largement déterminée par les niveaux des taux d intérêt, le stock de capital disponible et le montant des sinistres à caractère catastrophique. Depuis plusieurs années, tous ces facteurs vont dans le même sens, celui d un marché durablement baissier, de telle sorte qu un raffermissement du marché est fort peu probable en Dans cette conjoncture, le risk manager comme le courtier doivent bâtir une stratégie qui tire parti de l état du marché tout en gardant une certaine robustesse pour affronter les mouvements futurs des prix. En parallèle, il faut rester vigilant sur certains risques plus complexes : les violences politiques, les Cyber risques ou les catastrophes naturelles. Les Assurances de Personnes évoluent de façon différente avec des mutations qui s accélèrent sous la pression des changements réglementaires et du désengagement progressif des régimes obligatoires. L objet de cette note de conjoncture est de partager avec nos clients les analyses des spécialistes de Gras Savoye Willis et de leur fournir les grilles de lecture qui les aideront à définir la meilleure stratégie de renouvellement. Toutes nos équipes restent à votre disposition pour vous accompagner dans cette période stratégique. Bien à vous, Gilles Bénéplanc 6

7 GAGNER COORDONNER VALORISER 7

8 8

9 Bilan du marché de l assurance 9

10 Bilan du marché de l assurance Stéphanie Martin Directrice des Marchés Gras Savoye Dans un contexte économique difficile, la France conserve une place prépondérante dans le marché mondial de l assurance puisqu elle est le 5ème marché mondial avec 188Md de chiffre d affaires en 2013 derrière les Etats Unis, le Japon, le Royaume-Uni et la Chine qui est présente dans le top 5 depuis 2 ans. Les courtiers dans ce chiffre d affaires global (particuliers et professionnels) représentent 11% en ADP et 18% en IARDT. Avec 64% de part de chiffres d affaires en ADP, les bancassureurs sont leaders sur le secteur (principalement grâce au marché des particuliers) tandis que les agents généraux dominent celui de l IARDT avec 34% du chiffre d affaires. Le chiffre d affaires de l assurance française enregistre une hausse de 4%, principalement portée par les assurances de personnes, qui retrouvent le chemin de la croissance en 2013, alors que la croissance du marché de l IARDT enregistre un léger ralentissement. En effet, nous constatons de grandes disparités d évolution entre ces deux marchés : nles ADP doivent faire face à de nombreuses réformes et évolutions réglementaires. nle marché de l IARDT est confronté à une lente progression de la masse assurable qui engendre des surcapacités dans de nombreuses branches. Suite à trois années consécutives de baisse des cotisations et de hausse des prestations, nous assistons à un renversement de cette situation avec une hausse des cotisations en 2013 (+3,7%) et une baisse des prestations (-6,2%) à la fois en ADP et en IARDT. Cette tendance se confirme sur les premiers mois de l année

11 Bilan du marché de l assurance Le marché des assurances de personnes Les assurances de personnes conservent un poids prépondérant en France puisqu elles représentent 73% du CA de l assurance française en L assurance-vie continue d être le principal moteur de la croissance avec 86% des cotisations en assurance de personnes, il s agit majoritairement de l épargne à travers des contrats d assurance vie. Cette année a été marquée par une activité législative et réglementaire intense qui a modifié progressivement le paysage de ce marché. En effet la généralisation de la complémentaire-santé va avoir pour conséquence un transfert de l assurance-santé individuelle vers les programmes santé des petites et moyennes entreprises. De plus, la concentration des acteurs de ce marché se poursuit, le nombre de mutuelles a été quasiment divisé par 2 en 10 ans. Le marché de l IARDT En raison d une concurrence très importante en IARDT et d une baisse de la masse assurable du fait de la situation économique, la croissance du marché de l IARDT s est ralentie en 2013 (+1.7% contre +3.1% en 2012) et c est le secteur des professionnels qui enregistre la plus faible croissance (+0.3%). L internationalisation croissante de l offre d assurance engendre une augmentation forte des capacités et par conséquent une vive concurrence entre les compagnies. Celle-ci se traduit par une volonté forte de rétention par les assureurs de leur portefeuille, et aussi par une politique de prix parfois déconnectée de la réalité du marché. Le seul secteur qui enregistre une baisse est le secteur de la construction, la conjoncture économique affecte ce marché qui est en repli depuis plusieurs années. (-4% en 2013, -2.4% en 2012). Afin d augmenter leurs parts de marché, la majorité des assureurs se tournent vers de nouveaux segments, les petites et moyennes entreprises ainsi que les entreprises de taille intermédiaire (ETI), et de nouvelles offres innovantes (la distribution d assurance, le numérique ). Données chiffrées : Source FFSA 11

12 12

13 Les tendances du marché IARDT 13

14 Les tendances du marché IARDT Dommages Gérard Guendafa Directeur Dommages Gras Savoye Corporate Risk Management Frédéric Durot Directeur Technique Dommages Gras Savoye Corporate Risk Management Introduction Le marché du dommage reste «soft», à l exception des affaires sinistrées ou présentant des risques aggravés. On constate une croissance de la capacité (sauf dans le secteur de la valorisation énergétique des déchets), une baisse globale des prix et une stabilité des franchises et des garanties. L année 2013 a été un bon cru pour le marché, avec des résultats excellents en Dommages pour les acteurs majeurs. A titre d exemple, FM Global va, pour la deuxième année consécutive, libérer une nouvelle participation record pour ses clients en Capacité / Appétits Avec plus de 4 milliards d euros disponibles, la capacité est en augmentation d environ 10% avec la montée en puissance d AIG (capacité maximale portée de 200 M à plus de 500 M ), d AGCS (300 M -> 400 M ) et l arrivée de certains acteurs comme Nationale Suisse (maintenant Helvetia) (60 M ), Sompo (50 M ). Excepté Torus, qui a confirmé son retrait, il n y a pas de disparition de capacité. L ouverture au Middle Market se renforce avec notamment l ouverture par Liberty Mutual d une capacité dédiée de 50 M pour ce segment. La capacité s est en revanche réduite brutalement sur le secteur de la valorisation énergétique des déchets avec le retrait de RSA, ACE et Aviva suite au sinistre majeur de Fos-sur-mer le 2 novembre

15 Les tendances du marché IARDT Prix Le marché reste agressif avec des baisses à deux chiffres sur les affaires considérées de qualité, soit par leur résultat soit par leur qualité de risque. A l inverse, le marché propose des majorations et/ou des augmentations de franchises pour les affaires présentant des dérives de la sinistralité ou des risques aggravés (déchets, valorisation énergétique des déchets, bois, construction combustible, activité minière ). Franchise En stabilité, voire parfois en augmentation soit à la demande des assureurs (en alternative à des majorations tarifaires) soit à celle des assurés eux-mêmes, pour optimiser le coût global du risque, en renforçant les baisses de prime. Garanties Stables, avec toujours de la prudence sur les évènements naturels critiques. Apparition d un marché «Supply chain» pour garantir les carences de fournisseurs et clients avec des produits mis en place, notamment par Zurich, Kiln, Allianz, avec le support de réassureurs, Munich Re particulièrement. Focus Évènements naturels Les évènements naturels critiques demeurent un facteur stratégique pour les placements des programmes Dommages. Les assureurs Dommages sont réticents à s exposer de façon importante dans des zones considérées critiques : ntremblement de terre en Californie, Mexique, Japon, New Madrid, et autres zones sensibles (zones 3 et 4 de la carte Munich Re, sachant que certains assureurs se dotent de leurs propres cartographies, tels qu AXA CS et FM Global). nvent dans les zones cycloniques les plus critiques (Caraïbes, USA, Corée,..). ninondation dans les zones centennales et subcentennales avec des capacités encore plus restreintes. Les limites imposées par les assureurs tiennent à la combinaison des contraintes inhérentes à l exposition intrinsèque d un compte donné, mais aussi aux cumuls des portefeuilles d un assureur dans une zone. Face à ces contraintes, un marché s est structuré depuis 2012 avec désormais plus d 1 Md de capacité (variable selon les zones). Les acteurs sont les marchés londoniens (Lloyd s, Open market et acteurs bermudiens), les réassureurs de niche (Aspen Ré, Kiln, Arch Ré ), les capacités locales et, ce qui est assez nouveau, les grands réassureurs (Berkshire Hathaway, Munich Ré et Swiss Ré notamment). L afflux de capacités et l absence de sinistres majeurs en 2013 a permis une légère détente au 1er janvier 2014 (-10% à -15% sur le prix des capacités «Cat Nat»). Si la sinistralité 2014 devait rester excellente (la saison cyclonique USA n étant pas terminée), cette détente devrait se prolonger au 1er janvier 2015, pour les mêmes raisons de résultats et d augmentation de capacités. 15

16 Les tendances du marché IARDT Marché International Le marché de Londres est quasiment systématiquement plus cher que le marché continental sur les affaires Dommages / Pertes d Exploitation, lorsque nous interrogeons le marché londonien en «Quote Part». Ce marché est très intéressant lorsqu il s agit de recherche de capacité «Excess», notamment en «Evènements naturels critiques». Les marchés asiatiques demeurent compétitifs, notamment la Chine, Singapour. On note aussi l émergence d un marché au Moyen-Orient, à Dubaï avec des ramifications en Afrique du Nord et en Asie. Souplesse Les assureurs généralisent les structures de validations internes (referral). Il n y a pas de renforcement du processus ces derniers temps. 16

17 Les tendances du marché IARDT Automobile Christian Danel Directeur Automobile Gras Savoye Corporate Risk Management Renaud Chauvin Directeur Adjoint Automobile Gras Savoye Corporate Risk Management Introduction Avec un ratio combiné de 105% en 2013 (en hausse de 4 points versus 2012), les assureurs de la branche Automobile sont plus que jamais en recherche d équilibre. Cet objectif clairement affiché n est pas en phase avec les contraintes budgétaires des assurés dans cette période de crise. Des économies sont tout de même réalisables dans le cadre d une approche plus globale du risque. Capacité / Appétits Les capacités des assureurs historiques n ont pas fondamentalement changé, et leurs appétits sont toujours sélectifs et orientés vers des affaires de qualité. Nous pouvons noter : nle caractère offensif de Zurich en 2013, qui reste à confirmer. nl ouverture d un guichet français pour HDI Gerling, avec une réelle volonté de développement. nla même volonté affichée par Sagena, après sa sortie de l offre commune avec le Groupe Covéa. nl augmentation des capacités de Swisslife Assurances de Biens (jusqu à 600 véhicules). 17

18 Les tendances du marché IARDT Prix Les contraintes législatives et réglementaires pèsent toujours plus sur les prix : naugmentation des taux de taxes (d assurance et sur la valeur ajoutée). naugmentation du forfait IDA à 1 276, seconde augmentation en 2 ans. nfin de la prise en charge de l indexation des rentes par le Fonds de garantie automobile obligatoire et transfert de cette indexation aux assureurs. nconséquences de Solvabilité II en termes de fonds propres. Et cette situation s aggrave au regard de l évolution de la sinistralité : naugmentation du coût moyen des sinistres matériels de près de 3% en un an. naugmentation du coût moyen des sinistres corporels de 12% en un an. Par conséquent, les majorations de conjoncture (hors prise en compte des résultats techniques propres à chaque affaire) peuvent atteindre 8%. Franchises Quelles que soient les garanties souscrites (Responsabilité Civile et Dommages), le marché est de plus en plus enclin à proposer des franchises élevées afin de responsabiliser davantage les assurés, mais toujours en adéquation avec leurs capacités financières. Garanties Les garanties proposées par le marché restent de qualité. Cependant, nous notons une volonté de plus en plus prononcée de ne plus proposer de garantie Bris de Glaces, ou d y adosser une franchise par sinistre. Ce risque est en effet considéré comme pouvant rester à la charge de l assuré, d autant qu il engendre des taxes et des frais de gestion importants. Souplesse L approche des assureurs reste très technique avec peu de souplesse, surtout sur les risques dits aggravés (Transport Public de Voyageurs, Location Courte Durée, Activité sur Zone Aéroportuaire). 18

19 Les tendances du marché IARDT Marché International La mise en place d un programme Automobile est soumise à des contraintes géographiques (seul niveau européen), et de volumes assurables (plus de 100 véhicules par pays). Ces contraintes évacuées, les avantages d un tel programme sont importants en termes de budget et de management du risque. A noter tout de même que le nombre d acteurs s avère ici réduit (AIG, Allianz, AXA CS, Covea Fleet, HDI Gerling et Zurich), avec des prestations plus ou moins qualitatives. Divers Comme évoqué, des solutions d économies sont envisageables dans le cadre d une approche plus globale du risque, via des propositions de : nmontage et de transfert du risque plus optimisées, en fonction des capacités de l assuré. nréduction du coût des réparations et des délais d immobilisation des véhicules endommagés. nreportings personnalisés, permettant la mise en place d actions ciblées. nprévention du risque routier adaptée. nprogramme européen. AGIR PRESCRIPTION SURVEILLANCE DU SINISTRE 19

20 Les tendances du marché IARDT Maritime & Transport Guillaume Touchard Directeur Maritime et Transport Gras Savoye Corporate Risk Management Introduction L arrivée de nouveaux acteurs en 2012/2013 (Concept Special Risk et Swiss ré) augmente l offre de capacité et accroît la concurrence. Suite aux fortes diminutions de primes lors des renouvellements et mises en concurrence passés, les baisses observées sont aujourd hui plus modestes. Au-delà de leur périmètre traditionnel, les assureurs sont à la recherche de nouveaux débouchés sur des marchés internationaux et spécialisés (project cargo, commodities,...). Capacité / Appétits La capacité du marché Transport français («Marchandises Transportées» et «Transport/Logistique») répond largement à la plupart des besoins. Plusieurs compagnies sont en mesure d apporter une capacité théorique de 50 M (AXA, ACE, Allianz, RSA, ). Dans les faits, les assureurs restent vigilants quant à leurs expositions, notamment face à la problématique des accumulations en cours de transport et de stockage (cf. méga porte-conteneurs, expositions aux catastrophes naturelles,...). On observe un retour à la coassurance sur les grands comptes. L intérêt pour le «Middle Market» se confirme, ainsi qu une volonté de développer des spécialités permettant de capter des affaires étrangères, notamment sur les matières premières, les grands projets de construction internationaux,... Prix Après les réductions tarifaires significatives observées sur les trois dernières années, la tendance baissière se ralentit. Cependant, les affaires n ayant pas été remises sur le marché récemment, présentant de bons résultats techniques, ou particulièrement recherchées, peuvent encore bénéficier de baisses de taux attractives. 20

21 Les tendances du marché IARDT Franchise Même en cette période de marché «soft», les risques jugés aggravants par les souscripteurs, ou bien la sinistralité de fréquence, gagneront à être conservés par l assuré via des franchises suffisantes ou des modalités de financements alternatifs des risques. Au-delà de l effet mécanique sur la prime de transfert, cette approche contribuera à réduire les coûts de gestion et à accroître l intérêt des assureurs qui pourront se concentrer sur les évènements exceptionnels présentant une plus forte volatilité. Garanties Les garanties proposées par le marché français sont depuis longtemps conformes aux meilleurs standards internationaux. Les assureurs sont soucieux de faire évoluer leurs conditions d assurance de façon à répondre aux besoins avérés des assurés. Pour autant qu ils soient correctement évalués et documentés, certains risques atypiques peuvent faire l objet de couvertures innovantes même si, dans un premier temps, les sous-limites accordées restent prudentes. Souplesse Le marché Marine/Transport est traditionnellement considéré comme souple et réactif. Cette tendance est accentuée par la forte concurrence que se livrent les opérateurs. Marché International Compte tenu du savoir-faire, de la capacité et de la compétitivité du marché français, le recours aux marchés internationaux n est réellement nécessaire que dans des cas ciblés (recherche de capacités supplémentaires importantes, risques spécifiques, ). Le marché de Londres reste la référence mondiale, notamment sur les secteurs «Energy», «Oil and Gas», Sur les «commodities» un benchmark incluant les marchés européens (notamment belges et suisses), voire asiatiques pourra se révéler profitable. CAPACITE SURVEILLANCE SOUPLESSE 21

22 Les tendances du marché IARDT Responsabilité Civile Générale Sophie Rodier Directrice Responsabilité Civile Gras Savoye Corporate Risk Management Introduction Un marché qui conserve une tendance baissière avec une capacité stable moyennant des possibilités de négociations de garanties de qualité. Si en «Excess» le nombre d assureurs est très important sur les premières lignes de programmes internationaux, le nombre d assureurs reste toutefois assez limité, nous pouvons citer parmi les acteurs majeurs (Ace, Allianz, AIG, AXA, HDI, RSA, XL & Zurich). Capacité / Appétits Une capacité théorique du marché stable et notamment du marché continental (1,5 Md ). Prix Les conditions budgétaires demeurent très compétitives pour les risques de qualité et sur certains segments d activité pour les premières lignes. Les prix d achat de la capacité restent très attractifs et compétitifs. Toutefois, les affaires qui ont bénéficié de conditions favorables lors de ces dernières années et qui enregistrent des résultats déséquilibrés se renouvellent à la hausse. Franchise Le niveau de franchise demeure stable selon la nature des garanties accordées et les résultats enregistrés. 22

23 Les tendances du marché IARDT Garanties Le marché reste souple et continue à délivrer des extensions de garanties. Les assureurs sélectionnés sont ouverts à l étude de garanties novatrices sous réserve que les risques présentés soient bien documentés. Souplesse Une souplesse de souscription performante est toujours d actualité. Toutefois, il convient de noter plus d exigences en matière de reporting («referrals» pour les filiales ou succursales auprès de leur maison mère). Il convient également de constater que les assureurs (notamment de première ligne) font appel plus fréquemment à des études actuarielles pour les indications tarifaires et de capacité (volatilité du risque). Marché International Le marché international, et notamment anglo-saxon, demeure toujours à ce jour moins compétitif que le marché continental et moins large en termes de garanties. Toutefois, sur des lignes d «Excess», des acteurs de ce marché en qualité de «suiveurs» démontrent leur capacité et leur volonté de répondre positivement aux sollicitations tant en termes de garanties (acceptation de prendre des parts de marché en follow form) que de primes. SOUPLESSE COMPETITIVITE STABILITE 23

24 Les tendances du marché IARDT Responsabilité Civile Atteinte à l Environnement Sophie Rodier Directrice Responsabilité Civile Gras Savoye Corporate Risk Management Introduction Ce marché reste animé et concurrentiel avec des capacités stables, des garanties étendues, le marché anglo-saxon quant à lui répond favorablement aux sollicitations. Capacité / Appétits Les capacités restent stables sur le marché continental et en légère évolution en comptant celles du marché anglosaxon. Sous réserve des expositions géographiques (nord-américaines notamment) et des activités, l appétence des assureurs est toujours d actualité. Certains assureurs, outre les acteurs connus du marché, fournissent des capacités complémentaires en excédent des premières lignes avec des garanties identiques maintenues (follow form). Les déploiements de programmes internationaux se généralisent (respect des règles de compliance). Prix Les prix sont toujours compétitifs sous réserve de la qualité du risque présenté. Le coût d achat de capacité sur des lignes d «Excess» reste très attractif. Franchise Comme constaté pour les programmes de RC Générale, le niveau de franchise demeure stable sous réserve des résultats enregistrés et de l activité. 24

25 Les tendances du marché IARDT Garanties Les garanties sont toujours aussi étendues (RCAE/Responsabilité Environnementale en cours de transport, RC des Dirigeants, Pollution subie, Dommages Environnementaux ne résultant pas d un fait de pollution ). Compte tenu des nouvelles dispositions applicables, Gras Savoye Willis est en mesure d accompagner les clients dans la méthode de calcul des garanties financières environnementales et d envisager les solutions disponibles. Souplesse La souplesse est toujours d actualité dans la négociation des textes de police. Les assureurs demeurent à l écoute des propositions d adaptation de texte nécessaires au contexte législatif ou réglementaire en perpétuelle évolution. A surveiller : le préjudice écologique. De la souplesse est également constatée quant à l acceptation de mise en place de garanties pluriannuelles (limite de garanties unique pour une période de 2 ou 3 ans). Marché International Un marché anglo-saxon dynamique avec des assureurs très présents (Ironshore, Argo. Britt, Chubb) et d autres qui ouvrent leur souscription (Channel Syndicate). Ces assureurs sont principalement des «suiveurs» et acceptent de participer à des programmes «Atteinte à l Environnement» selon un point d attachement minimum et sous réserves, pour certains, de l exposition géographique des risques, mais également des spécificités des garanties du marché continental (DINC en environnement par exemple). ENVIRONNEMENT CONCURRENCE ACCOMPAGNEMENT 25

26 Les tendances du marché IARDT Responsabilité des Dirigeants Rapports Sociaux - Fraude Laurence Torres Directrice Finex Lignes Financières Gras Savoye Corporate Risk Management Christine Becue Directrice Adjointe Finex Lignes Financières Gras Savoye Corporate Risk Management Introduction Attractivité du marché français avec l arrivée régulière depuis plusieurs années de nouveaux acteurs venant du marché de Londres (Cf Navigators en 2014) contribuant à renforcer une compétition déjà forte entre les assureurs. La compétition existe également sur les autres lignes financières mais avec une plus faible intensité. Les capacités globales théoriques disponibles sur le marché français se situent aux alentours de 500 M en RCMS, 150 M en Rapports Sociaux et 200 M en Fraude. A signaler, la préoccupation des sociétés concernant les expositions pesant sur les dirigeants et la tendance à augmenter les limites souscrites. Capacité / Appétits RCMS : le marché reste très concurrentiel pour les sociétés dont la situation financière est bonne et/ou les sociétés non sinistrées. Rapports Sociaux : le marché reste assez peu dynamique avec un nombre restreint d acteurs et une souscription souvent commune avec la RCMS. Fraude : une politique de souscription prudente mais un appétit marqué de la part de certains assureurs (AXA, Liberty Mutual, AGCS). 26

27 Les tendances du marché IARDT Franchise RCMS et Rapports Sociaux : pas d évolution des franchises, celles-ci restent néanmoins assez élevées pour les expositions aux États-Unis. Fraude : volonté des assureurs d insérer une quotité non garantie en complément des franchises classiques (escroquerie dites «au faux président»). Garanties RCMS : négociation des intercalaires assureurs afin d obtenir les garanties les plus larges possibles en fonction du marché et des évolutions réglementaires, souscription de contrats «Initial Public Offering» par les sociétés ayant fait l objet d une introduction en bourse. Rapports Sociaux : pas d innovation contractuelle majeure. Fraude : apparition de restrictions contractuelles en matière d escroquerie au faux président (exclusion ou sous-limite). Souplesse RCMS : la capacité à pouvoir émettre des polices locales limite parfois le choix de l assureur de première ligne. Aujourd hui, le respect des règles locales nous amène à développer des polices locales avec des assureurs locaux. RCMS et Rapports Sociaux : les «Long Term Agreements» sont négociables au cas par cas (2 ans maximum) sauf pour la garantie Fraude. MARCHE FRANCHISE STABILITE 27

28 Les tendances du marché IARDT Construction Garanties décennales Nathalie Dautry Directrice Construction Gras Savoye Corporate Risk Management Claude Noël Directeur Développement Construction Gras Savoye Le secteur de la construction en France est profondément en crise et ce de façon durable. À ce jour, il n y a pas de signaux de relance et les différents acteurs n envisagent pas une sortie de crise avant au mieux Sans être à la hauteur de la crise que le secteur a connu dans les années 1990, celle-ci est bien ancrée et a des impacts importants : baisse des permis de construire et des mises en chantier, hausse des défaillances d entreprises (+5% entre octobre 2012 et octobre 2013), couplés à une baisse des investissements publics. Points d attention en 2014, quelques contradictions sur le marché : nen décennale, les assureurs enregistrent une hausse des déclarations des sinistres et des coûts associés (+15% entre 2012 et 2013) et les résultats techniques de la branche, selon leurs dires, se dégraderaient. ndes mesures de redressement ont été prises par certains assureurs, notamment AXA France (augmentation des tarifs et résiliation, sélectivité accrue). nle marché reste néanmoins compétitif avec des baisses de prix significatives sur les grands chantiers. nl appétit des assureurs pour les chantiers de bureaux se traduit par une baisse de taux de près de 40 % sur 5 ans. nles acteurs LPS, dont il convient d examiner soigneusement les capacités et la conformité à la réglementation, interviennent de plus en plus régulièrement sur les PME/PMI et les Appels d Offres publics (tant en Responsabilité Civile Décennale qu en Dommage Ouvrage). De nouveaux acteurs en Dommage-Ouvrage : nxl. nqbe. 28

29 Les tendances du marché IARDT Perspectives 2015 : nsauf incitation gouvernementale à venir, notamment au niveau du logement ou des travaux d économies d énergie, les perspectives du secteur privé restent peu favorables. nréduction des investissements des collectivités locales. npoursuite des investissements des entreprises et ingénieries major à l étranger pour équilibrer leurs résultats. naccentuation probable des résultats négatifs de la branche (diminution des assiettes, augmentation des faillites de constructeurs et sinistralité en hausse) mais pas encore de retournement drastique en vue. CRISE DEFAILLANCE REACTION 29

30 Les tendances du marché IARDT Garantie décennale Comme l année précédente, les assureurs demeurent sélectifs et les mouvements d affaires sont limités. Capacité/Appétits Redéploiement sur le Middle Market pour amortir les charges. Prix Pas de généralité, la qualité du dossier est déterminante ainsi que la situation de cette branche chez l assureur saisi. Souplesse Toujours faible. Spécificité RC décennale sur les ouvrages non soumis Toujours aussi peu d acteurs et forte réticence pour élever le niveau de capacité même si le risque technique associé est équilibré. 30

31 Les tendances du marché IARDT Chantiers Dommage-Ouvrage Capacité / Appétits Pour les assurances Tous Risques Chantier et Accords Cadres Chantiers, les prix sont sensiblement à la baisse et le marché demeure concurrentiel. Les marchés en décennale (Dommage-Ouvrage/Contrat Collectif de Responsabilité Décennale) ne répondent toujours pas à la couverture d ouvrages tels que les tours avec des capitaux suffisants. Gras Savoye Willis propose de son côté des solutions «Excess» pour tout ouvrage hors logement. On note un réel appétit des assureurs sur les programmes cadres Dommage Ouvrage/Constructeurs Non Réalisateurs / Tous Risques Chantier. Prix Baisse de taux significative sur les accords cadres visés ci-dessus. Baisse importante de taux en Dommage Ouvrage pour les opérations présentant un contexte technique normalisé. Garanties Une grande souplesse en Tous Risques Chantier /Tous Risques Chantiers et Montages Essais. Responsabilité Civile Maître d ouvrage : capacités et garanties toujours en hausse. Souplesse La concurrence accrue entraîne l acceptation de dossiers techniquement difficiles d une part et de wording plus souples d autre part. Cela est particulièrement sensible en Tous Risques Chantier / Tous Risques Chantier et Montages Essais. 31

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

L environnement juridique et fiscal

L environnement juridique et fiscal L assurance française en 2009 Rapport annuel 2009 65 L environnement juridique et fiscal Nombre de sujets de toute première importance, touchant à l organisation et à l environnement réglementaire du secteur

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance Le 3 juin 2014 Gérard GUENDAFA Risques Supply Chain Vulnérabilité dans la chaîne d approvisionnement

Plus en détail

point sur l assurance française

point sur l assurance française le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / jeudi 29 janvier le point sur l assurance française ce qu il faut pour 2 Loi ALUR Publication Omnibus 2 L année

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité 6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité Comité consultatif du secteur financier Rapport 2010-2011 77 Au cours des années 2010 et 2011, le CCSF a porté

Plus en détail

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012

L assurabilité des risques. François Bucchini - Assurabilité Club APREF 1 er mars 2012 L assurabilité des risques Club APREF 1 er mars 2012 Introduction : (1/2) Les conséquences des problèmes d assurabilité sont connues : Protection des biens des individus, difficultés d entreprendre, d

Plus en détail

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here >

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here > < Picture to go here > travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 Gloria Rolland, Responsable développement & Relations de marché, Lloyd s

Plus en détail

Communication Financière. 12 Mai 2014

Communication Financière. 12 Mai 2014 Communication Financière 12 Mai 2014 1 Introduction: Les Faits marquants de l année 2013 Les Performances 2013 Les Perspectives 2014 et la Stratégie de développement sur le restant du plan 2014-2016. Augmentation

Plus en détail

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe EXCESS RC PME - PMI Georges BORKOWSKI Février 2006 ACE Europe ACE Group Début des années 1980, crise de la Responsabilité Civile aux USA 1985 : création d ACE, Assureur spécialisé en Excess 1999 : acquisition

Plus en détail

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI Atelier B8 La gestion des risques et des assurances dans les ETI Intervenants Hélène DUVIVIER Philippe LABEY Responsable Régional Lyon SET Risques et Assurances Xavier MARY Bernard DURAND Modérateur Nicolas

Plus en détail

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES

Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES Atelier A6 DECROISSANCE DES FOURNISSEURS, COMMENT SE PREMUNIR, SE PROTEGER DE LEURS DEFAILLANCES 1 2 INTERVENANTS Cédric LENOIRE Manager Business Risk Consulting Frédéric DUROT Directeur Technique Dommages

Plus en détail

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS Ce guide est destiné à vous aider à préparer votre entretien, en vue de souscrire un contrat d assurance de responsabilité

Plus en détail

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques CONGRES MONDIAL 2010 PARIS Thème proposé par le groupe français L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques Jérôme Kullmann Président de l AIDA-France Vice-Président de l AIDA

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

Market Research Aerospace

Market Research Aerospace Market Research Aerospace Août 2014 L ETAT DU MARCHE 1. Le marché d assurance des compagnies aériennes historiquement bas Primes brutes encaissées par année civile (en milliards $) 8 7 Corps et RC War

Plus en détail

ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ

ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Quelle place des assureurs dans les réponses? Des conséquences probables sur les réseaux de distribution et les organisations internes dans ce secteur. Juin 2014

Plus en détail

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une couverture exceptionnelle pour les particuliers au Maroc ASSUR-PLUS Santé International est un contrat d assurance santé international

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire 16 juin 2006 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent des prévisions qui portent notamment sur des

Plus en détail

Les assurances directes- Rapport français

Les assurances directes- Rapport français Les assurances directes- Rapport français Agnès Pimbert Maître de conférences à l Université de Poitiers, Equipe de recherche en droit privé (EA 1230) L assurance directe désigne le mécanisme d indemnisation

Plus en détail

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

Les différentes solutions d'assurance-crédit

Les différentes solutions d'assurance-crédit Les différentes solutions d'assurance-crédit Saviez-vous que 40% de l'actif bilan non sécurisé représenté par les créances clients 26% des dépôts bilan dus à la défaillance de clients. L'assurance-crédit

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

Les mutations de l offre Epargne Retraite

Les mutations de l offre Epargne Retraite Les mutations de l offre Epargne Retraite Forum International de Paris sur la Gestion de l Epargne Retraite Monique TEZENAS du MONTCEL 10 Avril 2012 BANQUE - FINANCE - ASSURANCE PROTECTION SOCIALE 10,

Plus en détail

Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local

Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local < Picture to go here > Rendez-vous avec le Lloyd s, partenaire local Lloyd s France Guy-Antoine de La Rochefoucauld, Directeur Général Gloria Rolland, Responsable du Développement et des Relations de Marché

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Risk Manager Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Avant - Propos Chers Membres de l Amrae, Nous réfléchissons depuis quelques temps à la manière de

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-36 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 9 août

Plus en détail

Magasins Filière BIO Assurément Durable

Magasins Filière BIO Assurément Durable Magasins Filière BIO Assurément Durable 1 Madame, Monsieur, Voil{ maintenant plus de 15 ans qu un certain nombre d entre vous, ont osé développer leurs activités dans le domaine des produits naturels,

Plus en détail

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT L EXPERIENCE NNE Àla Compagnie Centrale de Réassurance -Algérie ALGERI E I- Brève présentation

Plus en détail

PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV. Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1

PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV. Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1 PROGRAMME RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE POUR LES MEMBRES DU SNJV Conseils & Risques Financiers 22 février 2010 1 METHODOLOGIE Notre position de courtier spécialisé sur les risques encourus par

Plus en détail

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications?

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? Atelier B01 Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? 1 Atelier B01 Intervenants Hugh ROSENBAUM Towers Watson Retired Principal Fabrice FRERE Aon Global Risk Consulting (Luxembourg)

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

G R O U P E COURTAGE D ASSURANCE

G R O U P E COURTAGE D ASSURANCE COURTAGE D ASSURANCE G R O U P E Le groupe GSA GSA, c est l expérience d un groupe au service de votre assurance : Le groupe GSA, crée en 1988, s adresse à une clientèle exigeante et prestigieuse composée

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Actionnaires. Lettre d information. 32,6 Md. 1 Md 78,90. Rencontre avec Gilles Benoist, Directeur général. Chiffres clés au 31/12/2009

Actionnaires. Lettre d information. 32,6 Md. 1 Md 78,90. Rencontre avec Gilles Benoist, Directeur général. Chiffres clés au 31/12/2009 Numéro 42 Avril 2010 Lettre d information Actionnaires Rencontre avec Gilles Benoist, Directeur général Grâce à l ensemble de nos partenaires, nous avons développé l activité sur toutes les zones où nous

Plus en détail

HELVETIA PLAN DE VERSEMENT PORTEFEUILLE DE PARTS GESTION INDIVIDUELLE

HELVETIA PLAN DE VERSEMENT PORTEFEUILLE DE PARTS GESTION INDIVIDUELLE PENSION SOLUTIONS 2013 HELVETIA PLAN DE VERSEMENT PORTEFEUILLE DE PARTS GESTION INDIVIDUELLE Les produits financiers dont il est question dans le présent document sont des produits financiers dérivés.

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

Conférence sur les métiers du

Conférence sur les métiers du Conférence sur les métiers du courtage Alger, le 24 avril 2007 Gras Savoye Algérie Services 1 Sommaire Normes Européennes. Le métier de courtier au regard de la loi en France Usages professionnels du courtage

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

Présentation générale Underwriting & International Risk Management

Présentation générale Underwriting & International Risk Management Présentation générale Underwriting & International Risk Management Assurances de personne Biens & Responsabilités des Entreprises Production audiovisuelle Schéma général 1 PRESENTATION GENERALE L association

Plus en détail

Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens

Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens Vers une meilleure maîtrise des engagements Dommages aux Biens Adam SENIO, Fabrice TAILLIEU Le montant des biens endommagés lors d un sinistre est généralement estimé par les experts mandatés par l assureur

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES ASSURANCE ET REASSURANCE EL AURASSI le 10 juin 2007 Alger LA REASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES EN ALGÉRIE Expérience de la CCR Présentation de la CCR Historique de la

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015 Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUIN 2015 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france HABILITATION DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL A LANCER LA

Plus en détail

L émission de garanties environnementales par un Garant. CCI Champagne Ardenne Mardi 18 février 2014

L émission de garanties environnementales par un Garant. CCI Champagne Ardenne Mardi 18 février 2014 L émission de garanties environnementales par un Garant CCI Champagne Ardenne Mardi 18 février 2014 Objectifs Qui sont les garants? Quelle différence entre un acte émis par une banque ou un assureur? Appétit

Plus en détail

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE Chaque Expert a eu à un moment ou à un à un autre une réflexion sur la nécessité de la souscription d un contrat garantissant sa responsabilité civile professionnelle.

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

La réassurance mondiale est en bonne santé. La Réassurance maintient le cap! REPÈRES. Expertise courtage

La réassurance mondiale est en bonne santé. La Réassurance maintient le cap! REPÈRES. Expertise courtage La Réassurance maintient le cap! L année 2008 avait été considérée par les réassureurs comme importante en termes de catastrophes mondiales : on en avait dénombré 137 d origine naturelle et 174 d ordre

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE. Projet de stratégie 2015-2020. Mai 2015

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE. Projet de stratégie 2015-2020. Mai 2015 PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE Projet de stratégie 2015-2020 Mai 2015 1 SOMMAIRE Introduction Place internationale assurance/réassurance Diagnostic de place Plan de développement

Plus en détail

BIENVENUE CHEZ CHUBB

BIENVENUE CHEZ CHUBB BIENVENUE CHEZ CHUBB BIENVENUE CHEZ CHUBB Pourquoi choisir Chubb? Depuis 1882, Chubb est reconnue pour sa qualité de service et la stabilité de ses excellentes notations financières. Intégrité, qualité

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3

SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I - PRESENTATION DE L ENQUETE... 5 A - OBJECTIFS DE L ENQUETE...5 B - CHAMP DE L ENQUETE...5 C - DETERMINATION DES «GROUPES» DE SOCIETES...6 II - VUE D ENSEMBLE DES CESSIONS...

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

SOMMAIRE. Le mot du président page 5. Le conseil d administration page 6. Le rapport d activité page 6-8. Chiffres clés page 9

SOMMAIRE. Le mot du président page 5. Le conseil d administration page 6. Le rapport d activité page 6-8. Chiffres clés page 9 RAPPORT ANNUEL SOMMAIRE Le mot du président page 5 Le conseil d administration page 6 Le rapport d activité page 6-8 Chiffres clés page 9 Comptes annuels page 10-11 Bilan actif/passif page 12-13 3 LA DIRECTION

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

Note Conflagration. Janvier 2010

Note Conflagration. Janvier 2010 Janvier 2010 Note Conflagration De nombreux sinistres de caractère événementiel dans le monde mettent en jeu plusieurs risques en Dommages, sans qu il s agisse d évènements naturels. On parle en général

Plus en détail

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF)

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) JOURNEES D ETUDES IARD 20 et 21 mars 2014 «Les nouveaux défis de la tarification» INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) Quelques réflexions sur le contexte, le

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien Les assurances multirisques au Canada Aperçu Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assurances multirisques couvre les risques de toutes les branches d assurance,

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques QBE France Votre partenaire en gestion de risques QBE, un savoir-faire reconnu et des équipes professionnelles à l écoute des entreprises et des courtiers QBE, un leader mondial de l assurance et de la

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Trouvez facilement votre chemin parmi nos solutions. L assurance auto Allianz

Trouvez facilement votre chemin parmi nos solutions. L assurance auto Allianz Pour de plus amples renseignements, votre interlocuteur Allianz est à votre disposition. Trouvez facilement votre chemin parmi nos solutions. Allianz I.A.R.D. Entreprise régie par le Code des assurances.

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LES ASSURANCES MEDICALES. 79, rue de Tocqueville - 75017 PARIS. -Association régie par la Loi de 1901-

ASSOCIATION POUR LES ASSURANCES MEDICALES. 79, rue de Tocqueville - 75017 PARIS. -Association régie par la Loi de 1901- ASSOCIATION POUR LES ASSURANCES MEDICALES 79, rue de Tocqueville - 75017 PARIS -Association régie par la Loi de 1901- RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 12 JUIN 2014 Chers

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE

JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise JOURNEE DES COMMISSIONS TABLE RONDE «LES EVENEMENTS NATURELS» AMRAE JOURNEE DES COMMISSIONS- 20/05/2011 Partie 1 : Evénements

Plus en détail

Proposition d'attribution d un contrat pour l assurance des biens du CERN

Proposition d'attribution d un contrat pour l assurance des biens du CERN CONFIDENTIEL CERN/FC/5294 Original: anglais 4 novembre 2008 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH POUR APPROBATION PROCÉDURE DE VOTE: Majorité

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2012-2013

(en millions d euros) 2013-2014 2012-2013 supplémentaires.. POLITIQUE D INVESTISSEMENTS (en millions d euros) 01-01 01-01 Investissements corporels et incorporels et investissements chez les clients 9 1 Acquisitions de titres de participations

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Gestion des programmes d assurance multinationaux

Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Dans une économie mondialisée liée par la livraison de nuit, les télécommunications avancées et l Internet,

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

1 er. trimestree 2014

1 er. trimestree 2014 Note de conjoncture du marché des assurances 1 er trimestree 214 PRODUCTION DU 1 er TRIMESTRE 214 : EVOLUTION DE LA PRODUCTION : Le chiffre d affaires 1 réalisé par le secteur durant le 1 er trimestre

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-93 du 29 juin 2012 relative à la fusion du Groupe Mornay, du Groupe D&O et de la Fédération Mutualiste Interdépartementale de la Région Parisienne L Autorité de la

Plus en détail

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances Lydian Webinar La nouvelle Loi sur les Assurances Hugo Keulers & Anne Catteau 12 juin 2014 Aperçu 1. Contexte 2. Champ d application 3. Nouvelles dispositions 4. Entrée en vigueur 2 1. Contexte Nouveau

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

Placements au Lloyd s: la gestion des sinistres: quels défis? 5ème édition

Placements au Lloyd s: la gestion des sinistres: quels défis? 5ème édition < Picture to go here > Placements au Lloyd s: la gestion des sinistres: quels défis? 5ème édition Lyon, le 4 novembre 2014 Intervenants Guy-Antoine de La Rochefoucauld Directeur Général, Lloyd s France

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 5 bis du 31 mai 2007 C2007-07 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 3 avril 2007,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

ING Canada continue d afficher de solides résultats

ING Canada continue d afficher de solides résultats Toronto (Ontario) Le 10 novembre 2005 Toronto (Ontario) Le 10 novembre 2005 ING Canada continue d afficher de solides résultats ING Canada Inc. (TSX: IIC.LV) a déclaré aujourd hui un bénéfice net de 202,8

Plus en détail