Le corridor biologique de la Colme

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le corridor biologique de la Colme"

Transcription

1 Le corridor biologique de la Colme! Janvier 2011

2 !!

3 !!!!! "#$%&'()$! territoriale de la région Flandre-Dunkerque Hors domaine marin, la région Flandre- anche, elle comporte de nombreux «micro-sites» naturels ou semi-naturels, dont la variété constitue une autre forme de richesse et présente un grand potentiel de développement de la biodiversité. Un inconvénient majeur vient du fait que ces sites naturels éparpillés ont tendance à former de plus en plus un archipel de sanctuaires isolés les uns des autres, en raison du morcellement progressif du territoire. Or, pour évoluer favorablement et éviter leur fragilisation pouvant mener à une sorte de dégénérescence, ces îlots de nature doivent bénéficier entre eux de liens, de «continuums» propres à assurer les circulations, les nt des milieux naturels, sont les «corridors biologiques». Depuis de nombreuses années, la Région Nord-Pas de Calais s'est engagée à protéger et entretenir la biodiversité. Dans ce cadre, la Région a élaboré et inscrit dans son schéma ment et de développement du territoire (SRADT) une «trame verte et bleue» 1 reprenant, à grande échelle, les principes de corridors biologiques reliant des. Localement, le Schéma de cohérence territoriale (SCOT) de la région Flandre-Dunkerque a inscrit les corridors biologiques comme un élément important 2. 1 Cf. annexe n 1 : politique «trame verte et bleue» du Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais. 2 Cf. annexe n 2 : le SCOT de la région Flandre-Dunkerque et la «trame verte et bleue»

4 SCOT constituant missions la région Flandre- Afin de ré naturaliste du Nord-Pas-de-Calais (GON), a réalisé une étude sur un secteur pilote inscrit au SCOT : le corridor biologique de la Colme. : définir le corridor biologique de la Colme et le transcrire *+&&%,#$! "#$%&'()$! région Flandre-Dunkerque "#$&,$#$!"%#-,$! Détermination et analyse du corridor biologique de la Colme 1. Le concept de «trame verte et bleue» 1 2 : la redéfinition du corridor biologique 6 4. Le corridor biologique de la Colme et les principaux espaces naturels connectés Les principaux espaces naturels connectés Le marais du Schoubrouck et du grand Bagard Les étangs et le marais du Romelaëre Le marais du Moerelaeck Le marais du Ham Le bois Royal et le bois du Ham Le lac bleu de Watten Les mares de Millam Le bois du Galgberg et le vallon du Braem Veld 22 Veld La zone du Bierendyck Les fortifications boisées de Bergues Le bois des Forts Les autres zones naturelles 24

5 25 6. les résultats des inventaires faunistiques et floristiques 6.1. Les oiseaux nicheurs des milieux humides et assimilés Les amphibiens et les reptiles Les amphibiens Les reptiles Résultats des inventaires des deux groupes Conclusion Les libellules ou odonates Les papillons de jour ou rhopalocères Les mammifères Les grands mammifères Les mammifères de taille moyenne Les micromammifères La végétation aquatique et subaquatique La q La gestion des berges des watergangs Les obstacles et les discontinuités Conclusion 70.$(/,$&$!"%#-,$! Transcription du corridor biologique dans les documents 1. Rappel : le PLU Le rapport de présentation du PLU Le règlement du PLU )(*,+1 94 ','),+2#%"3,$! %11$/$*! Annexe 1 : La trame verte et bleue du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais Annexe 2 : Les corridors biologiques et le SCOT de la région Flandre-Dunkerque

6 "#$&,$#$!"%#-,$! Détermination et analyse du corridor biologique de la Colme 1 Le concept de «trame verte et bleue!» La trame verte et bleue constitue un maillage écologique sur le territoire qui va permettre aux oniser de nouveaux espaces. La trame verte et la t écologiques terrestres et aquatiques. La trame verte et bleue doit rétablir les interactions entre les écosystèmes altérés par les activités humaines. En effet, le cloisonnement des espaces par divers aménagements empêche les échanges déclin. Le flux des individus, des populations et le fonctionnement écologique du territoire sont ainsi entravés par la fragmentation écopaysagère des territoires. La trame verte et bleue est constituée de deux éléments principaux chaque type de milieu naturel : Les réservoirs de biodiversité : Ce sont dans ces espaces que la biodiversité est la plus riche et la mieux représentée. Les conditions indispensables à son maintien et à son fonctionnement sont réunies. Ainsi, une espèce peut reproduction, repos. Ce sont soit des zones sources ou zones noyaux à partir desquels des individus présentes se dispersent, soit des espaces rassemblant des milieux de grand intérêt. Ces réservoirs de biodiversité peuvent également accueillir des in réservoirs de biodiversité. Ce terme sera utilisé de manière pratique pour désigner «les espaces naturels et zones humides importants pour la préservation de la biodiversité», L nvironnement. Les corridors écologiques (ou biologiques) : Ce sont des voies de déplacement empruntées par la faune et la flore, qui relient les réservoirs de biodiversité. Ces liaisons fonctionnelles entre écosystèmes ou habitats espèce permettent sa dispersion et sa migration. On les classe généralement en trois types principaux : structures linéaires : haies, chemins et bords de chemins, ripisylves, etc. ; structures en «pas japonais» - -refuges, mares, bosquets, etc. ; matrices paysagères : type de milieu paysager, artificialisé, agricole, etc. 3 Sources 1

7 t types de corridors terrestres (source La gestion des deux composantes de la t espèces des conditions favorables à leur nutrition, reproduction et repos pour les réservoirs de biodiversité et à leur dispersion et migration pour les corridors. 2 Outre les facteurs paysagers et hydrauliques, le choix de mener la réflexion sur le secteur du corridor biologique de la Colme résulte de la conjonction de deux intérêts convergents : -Dunkerque, l, notamment par le biais des PLU du secteur de la Communauté de communes de la Colme. Pour le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord-Pas-de-Calais, une volonté par les zones humides. Le territoire du SCOT est composé de deux principales entités paysagères, la Flandre intérieure et la Flandre maritime, bordées au sud-ouest par le Marais Audomarois. Le corridor biologique de la Colme se situe en Flandre maritime. La Flandre de. Elle se caractérise par une altitude très faible et par relief apparent, hormis la frange littorale bordée de dunes. Le niveau moyen des terres est inférieur à celui de la haute mer, et les terrains sont drainés par un système hydraulique : les «wateringues». Cette vaste étendue agricole plane et basse a toujours été Blootland» : pays nu). Elle : la plaine canalisée. La spécificité de ce paysage de polders réside dans son horizontalité presque absolue et dans la très forte densité du réseau de fossés («watergangs») qui le sillonne. 2

8 Les wateringues, territoire sur lequel le corridor biologique de la Colme prend place, sont un système hydraulique complexe constitué de drains, fossés (appelés watergangs, grachts, vliets) et canaux, communiquant par de multiples pompes, vannes, écluses, siphons, etc. afin de réguler le niveau des eaux de surface et, en cas de besoin, évacuer les excédents à la mer chissant des marées hautes grâce à des stations de relevage. La plupart des cana ciens bras du delta naturel de l En fonction de ces exutoires et du développement hydrographique amont, le système hydraulique peut être découpé en trois secteurs principaux : le secteur du Calaisis, regroupant le canal des Pierrettes, le canal de Calais et le canal de Marck (hors territoire du SCOT), la les canaux du Dunkerquois et du secteur de Bergues, dont les eaux sont évacuées dans -port est par le canal exutoire de Dunkerque (station Tixier) et qui regroupent :! le canal de Bergues et ses tributaires : basse Colme, Houtgracht, Langhegracht, haute Colme! le canal des Moëres,! le canal de jonction et le canal de Bourbourg, par le clapet du Jeu de Mail, à Dunkerque. 3

9 La gestion de ce réseau est assurée par quatre «sections de wateringues» et deux associations s ques, pour les Moëres et les Petites Moëres. Il sections de wateringues du Nord dis et la gestion de leur domaine. Une Institution Interdépartementale des Wateringues a vu le jour en 1977 sous u Nord et du Pas-de-Calais, afin de réaliser et gérer les corridor biologique de la Colme Colme. canalisée draine une partie des eaux du marais audomarois et à dans le canal à grand gabarit vers Dunkerque et évacuée par pompage à Mardyck lors des crues. Haute Colme est alimenté principalement p (essentiellement voué au transport de marchandises), tandis que le canal de la Haute envasement important et de la vétusté des ouvrages). ème et la 3 ème section des wateringues du Nord. 4

10 5

11 3 : la redéfinition du corridor biologique Comme indiqué précédemment, l la Colme, inscrit au SCOT de la région Flandre-Dunkerque. Ce corridor a pour finalité de relier les espaces naturels de «lac bleu de Watten / réserve naturelle nationale du Romelaëre» (Audomarois) au complexe «fortifications boisées de Bergues / bois des Forts»., et théoriquement, le corridor prend appui sur une partie de canalisée et du canal à grand Gabarit puis sur le canal de la Haute Colme. En effet, les canaux sont des écosystèmes aquatique et rivulaire à part entière, riche de nombreuses espèces animales et végétales. Leurs berges (digues et talus) constituent un corridor terrestre bordant un corridor aquatique. Les canaux permettent donc des échanges Un corridor biologique ayant pour objet de relier entre eux des espaces naturels afin es ou de flore, l Dans ce cadre, il a été nécessaire de répondre à deux questions fondamentales : Quels s? Quelles doivent-être les caractères biologiques du corridor? caractéristique principale de ce secteur est donc Il est traversé par un grand nombre de canaux et par un chevelu dense de watergangs plus ou moins larges et profonds, qui sont autant de cheminements naturels pour une partie de la flore et de la faune. Ceci est une particularité de la plaine maritime qui est totalement artificialisée par le et où les haies, talus, mares, habituellement pris comme corridor, sont quasi inexistants. Aussi, l biodiversité spécifique des milieux humides qui est en forte régression, ici comme partout. Les sont les suivants : oiseaux, mammifères, amphibiens, reptiles, libellules et papillons diurnes. Ce sont des groupes étudiés. Ils sont toutefois intégrés à réflexion menée sur les obstacles et les discontinuités du corridor biologique. ont été les principaux critères étudiés pour définir le corridor. Une des premières observations a été que le linéaire de canaux identifié comme corridor biologique assure pas véritablement ce rôle, notamment pour les qui ont le plus de difficultés à se déplacer, à savoir les rampants (amphibiens/reptiles). Pour ces sont des obstacles infranchissables transversalement et longitudinalement. Transversalement, les berges bétonnées ou équipées de palplanches fragmentent les habitats, coupent les continuités naturelles et constituent des pièges (les berges abruptes ne -noyade). Longitudinalement, par leur aménagement et leur gestion, les berges des canaux sont devenues des écosystèmes pauvres biologiquement. 6

12 Le Canal à Grand Gabarit De plus, sur le linéaire étudié, les canaux sont bordés par des routes départementales très fréquentées. nt alors une mortalité due à la circulation (collision, écrasement) et un dérangement de la faune dû au bruit et aux vibrations. La seconde observation a été que le réseau de watergangs adjacents, avec ses talus et pour certains les bandes enherbées, constituait potentiellement de bons corridors biologiques le des groupes faunistiques. Ce réseau permet de relier, mais également, par son maillage, certains des espaces naturels de Flandre maritime. Face à ce constat, le corridor biologique de la Colme a été redéfini plutôt sur le réseau de watergangs adjacents. donc le secteur de la 3 ème section des wateringues du Nord, coté sud de la Colme, qui a été retenu comme périmètre de cette étude. Pour autant, il faut noter que la réalisation spécifiques et berges des canaux par les VNF permettraient jouer un véritable rôle de corridor biologique pour de nombreux groupes Un watergang 7

13 8

14 4 Le corridor biologique de la Colme et les principaux espaces naturels connectés Pour un meilleur repérage, le plan «Description du corridor biologique de la Colme», issu indique -dits et espaces naturels Les plans «Etat physique du corridor» précisent immédiat, à partir des relevés de terrain du GON. Y figurent les zones humides, les bandes enherbées des watergangs, les prairies, les friches, les roselières et les boisements. Ces plans montrent aussi le peu de sites refuges encore présents pour le faune et la flore sur le territoire étudié Les e de la Colme Du nord vers le sud, le corridor biologique de la Colme : les watergangs :! le Bierendyck ;! le Nouveau Bierendyck ;! l ;! le Houtgracht ;! le Schardauwe Gracht ;! le Landsdyck ;! l ;! l ;! le Panama ;! le Scheedyck! le Grand Berdyck ;! la Clincke Becque ;! le Boudyck. les cheminements :! sous le viaduc du TGV ;! ruisseau arboré vers le Bois Royal :! ancien chemin de halage bordant ;! prairies humides reliant le marais du Moerelaeck ;! bas-côtés de la RD 326. Le 9

15 Bierendyck Large watergang profond Eau libre Nouveau Bierendyck Large watergang profond Eau libre Oude Gracht Watergang secondaire Berges herbeuses Oude Gracht Watergang secondaire Bordé de roseaux 10

16 Oude Gracht Watergang secondaire à la biodiversité Houtgracht Large watergang profond Eau libre Houtgracht Watergang principal Eau profonde Schardauwe Gracht Watergang qui traverse la zone la plus basse du corridor 11

17 Landsdyck Watergang secondaire menant aux mares de chasse de Drincham Overdyck Watergang secondaire menant aux pentes de Flandre intérieure Seule liaison humide entre le Boudyck et le Oleet Watergang Petit watergang peu profond continuité du corridor Oleet Watergang Large watergang Eau libre Recevant les eaux de ruissellement des pentes de la Flandre intérieure 12

18 Le Panama Watergang en eau relié au canal de la Haute Colme Présence de poissons (Gardons) Emissaire des pentes de Flandre intérieure Scheedyck Large watergang Draine la zone humide du Noord Brouck Grand Berdyck Watergang recevant les eaux de la Clincke Becque Grand Berdyck Le watergang reçoit aussi les eaux de la lagune de Millam 13

19 Grand Berdyck Watergang secondaire en boucle La Clincke Becque Un trait vert au milieu des champs de blé Recueille les eaux des pentes de Flandre intérieure Boudyck Watergang en eau Boudyck Watergang herbeux Menant aux mares de Millam 14

20 Boudyck 1 ère partie du réseau de watergangs sur Sous le viaduc du TGV Liaison humide entre le bois Royal et le Boudyck Vers le Bois Royal de Watten Ruisseau arboré descendant du bois Royal Ancien chemin de halage en zone humide Belle liaison humide reliant le marais du Moerela ois du Ham 15

21 Prairies, unique liaison entre le marais du A pour assurer la continuité du corridor Bas-côté sec de la RD 326 Les bas-côtés peu humides voire secs en été peuvent être considérés comme une seconde liaison entre le bois du Ham et 4.2. Les principaux espaces naturels connectés les sites protégés au titre du SCOT, les zones naturelles e (ZNIEFF de type 1), les réserves naturelles et les espaces naturels sensibles du Conseil général du Nord. Ils sont présentés ci-après, de Le marais du Schoubrouck et du grand Bagard Espace protégé au titre du SCOT et ZNIEFF de type 1 (site n 23-3) one de marais qui longe en rive nord la rivière du Schoubrouck, au nord de la forêt de Clairmarais (Pas-de-Calais). nsemble de petites parcelles cultivées, jardinées, en friche ou boisées, de prairies humides entrecoupées de fossés et de potentialités écologiques importantes. résulte de sa flore et de sa faune. Reflets de la diversité de ce paysage alluvial peu ou non boisé, les différentes communautés végétales qui occupent le elles présentent un intérêt remarquable : prairie mésotrophe paratourbeuse de niveau moyen à mégaphorbiaie à Calamagrostis des marais... rares de la flore régionale dont au 16

22 lisière de forêt de Clairmarais à proximité de la réserve naturelle nationale du Romelaëre attire de nombreux limicoles (halte migratoire) et Anatidés (hivernage) qui y trouvent abri et nourriture et (sarcelles, Vanneau huppé...). De nombreux passereaux paludicoles se reproduisent également sur le site Les étangs et les marais du Romelaëre Réserve naturelle nationale, Espace protégé au titre du SCOT et ZNIEFF de type 1 (site n 23-1) Partie nord du marais du Romelaëre (Nord et Pas-de-Calais), constituant un des derniers vestiges de marais flamands. cet espace héberge de nombreuses espèces végétales rares, dont plusieurs sont protégées. La diversité de la faune est également remarquable : roselières, étangs et bois en migrat à la liste rouge des oiseaux nicheurs rares et menacés dans la région Nord - Pas-de-Calais. Cet espace constitue une ZNIEFF de type 1 et comprend une zone de préemption du Département du Nord. Le secteur ouest fait partie nationale. Par ailleurs, le site du marais de Booneghem est protégé au titre du SCOT de la région Flandre-Dunkerque. L des anciens paysages de marais flamand. Ils présentent un réel intérêt tant géomorphologique que botanique et faunistique. transgressions Ainsi peut- moins rares dont au moins dix-huit protégées. mégaphorbiaies, tourbeuses à Lysimaque commune et Pigamon jaune abritant des espèces exceptionnelles de la flore régionale, fossés avec végétation à Aloès e) et Petit nénuphar, caractéristique des anciennes fosses de tourbage aux eaux claires. 17

23 t bois tourbeux p région Nord - Pas de Calais : en eau libre, Sarcelles, Canard souchet, Grèbe huppé..., sur les vasières et berges effondrées, Petit gravelot, dans les roselières, Locustelle luscinoïde, Rousserolle turdoïde, Butor étoilé, Blongios nain Le marais du Moerelaek Espace protégé au titre du SCOT one de marais cultivé qui jouxte au nord la rivière Moerelaek, et se situe dans le prolongement ouest du marais du Romelaëre. Cette mosaïque de petites parcelles cultivées, jardinées, en friche ou boisées, séparées par des fossés et des roselières est riche présents sur le site Espace naturel sensible du Conseil général du Nord Ce matériau utilisé pour la fabrication des tuiles et des briques a longtemps alimenté la tuilerie voisine. atteindrait localement entre 12 et 15 mètres, bordé de talus élevés formés des matériaux «stériles» (non exploitables). La nature y retrouve ses droits, attirée immanquablement par la tranquillité des lieux et la pré sont les «gestionnaires» principaux, permettant de conserver des milieux prairiaux de grand intérêt où se dissimulent quelques belles plantes rares comme la Bugrane épineuse, la Gesse de Nissole ou de Fuchs Le marais du Ham Espace protégé au titre du SCOT Cette zone humide bordant la rivière du Ham est en relation avec le bois du Ham. Pâtures et terrains de cultures maraîchères entrecoupés de nombreux fossés sont propices au développement des amphibiens et de avifaune. 18

24 Le bois Royal et le bois du Ham Espace protégé au titre du SCOT, ZNIEFF de type 1 (sites n 23-4 et 23-5) et Espace naturel sensible du Conseil général du Nord nsemble forestier à base de chêne pédonculé, de hêtre, de frêne, comprenant également une gamme étendue de communautés végétales occupant des zones humides et les secteurs bocagers voisins. A la limite de la Flandre intérieure et de la Flandre Maritime, le bois Royal de Watten aine maritime du haut de ses 70 mètres. Ce bois épouse les vallonnements de collines basses reposant sur un substrat sablo-argileux couvert de cailloutis. Plusieurs vallons alimentés par des sources marquent les flancs ouest du site qui présente à ce niveau divers habitats tout à fait originaux et complémentaires de la forêt. De remarquables végétations forestières et pré forestières composent cet ensemble boisé chênaie-pédonculée mésohygrophile acidocline à Primevère acaule, forêt climacique originale liée aux affleurements argileux de Flandre Occidentale, régional telle la Laîche vert-jaune, petite Cyperacée des sols pauvres acides, -Pas de Calais. nalité floristique, ce site héberge ainsi toute la gamme des communautés végétales caractéristiques de ces collines argilo-sableuses atlantiques. Le Bois Royal de Watten abrite également une faune comparable à celle du Bois de Ham dont il est proche tant par sa situation que par la structure de ses peuplements (divers rapaces comme la Bondrée apivore et de nombreux passereaux nicheurs). Les prairies vallonnées espèces plus caractéristiques du bocage telle la Chouette chevêche. Important promontoire boisé dominant le marais Audomarois, le site du bois du Ham se buttes sablo-argileuses modelées et disséquées par divers ruisseaux constituent en effet le support de végétations tout à fait particulières. De nombreuses communautés végétales se sont différenciées au sein du Bois du Ham qui n azote et en calcaire : chênaie-bétulaie mésophile mésotrophe et acidocline à Fougère aigle et Néflier, arbuste rare et souvent peu abondant en milieu forestier, hêtraie-chênaie sessiliflore acidiphile et oligotrophe des hauts de plateaux sableux avec la grande Luzule, espèce protégée dans la région Nord - Pas de Calais, vallon avec aulnaie linéaire et mégaphorbiaie intraforestière, chemins forestiers inondables et mares perchées hébergeant des espèces assez rares de la flore régionale... Diverses plantes caractéristiques de milieux acides plus ou moins humides, et en régression, Pas de Calais. Par sa situation, son étendue et sa faible fréquentation humaine, le Bois du Ham constitue un site important pour la faune. Il abrite de nombreux oiseaux nicheurs (rapaces, passereaux variable, Hipolaïs ictérine, Chouette effraie, Faucon hobereau (lac bleu de Watten) et les prairies bocagères périphériques constituent en outre des milieux notamment). 19

25 20

26 Le lac bleu de Watten Espace protégé au titre du SCOT, ZNIEFF de type 1 (site n 23-4) et Espace naturel sensible du Conseil général du Nord Situé en limite du bo (25 mètres maximum) occupe dont les habitats se raréfient, comme les amphibiens, les reptiles et les invertébrés. Sa proximité avec les écosystèmes forestiers renforce son intérêt. Ancienne p désormais la propriété du Conseil général du Nord qui a aménagé le site. Le site abrite des grands mammifères (chevreuils, sangliers), six espèces trois espèces de reptiles dont la Couleuvre à collier, ainsi que 26 espèces de libellules. On y recense également 22 espèces de papillons diurnes dont le Demi-Deuil. Cependant, seulement deux présentes, probablement à cause de Les mares de Millam Espace protégé au titre du SCOT et ZNIEFF de type 1, 2 ème génération (site régional n 217) Les mares de Millam prennent place sur un ancien dépôt de sédiments de dragage des Voies navigables de France. Celui-ci a été reconquis par la nature (bosquets, friches, présente une flore et une faune exceptionnelles. Cet état de fait est lié Ce dépôt est géré par le Conservatoire des sites naturels de la Région Nord - Pas-de- Calais. On y constate la reproduction sept espèces (dont la Rainette arboricole, espèce rare en Flandre) et une espèce de reptile, de 21 espèces de libellules, de 15 papillons diurnes et de nombreux oiseaux aquatiques et paludicoles. Le chevreuil y est présent occasionnellement Cet îlot de nature isolé des champs est en fait, aux yeux du naturaliste, une relique de e la 21

27 mares et son cortège de macro invertébrés et sa flore serait à prendre comme base du bon Le bois du Galgberg et le vallon de Braem Veld Espace protégé au titre du SCOT et ZNIEFF de type 1 (site n 184) nsemble bocager typique des collines argilo-sableuses de la Flandre intérieure avec de nombreuses prairies fermées par des linéaires arbustifs ou arborescents. Un bois de pente (bois du Galgberg, à dominante de chênes) marque le talus séparant la Flandre maritime des collines de Flandre intérieure. La végétation est, de ce fait, assez diversifiée, et abrite une avifaune nicheuse intéressante (Autour des palombes, vert, Pic épeichette, Loriot, Fauvette babillarde, Pipit des arbres, Gros-bec, ). Sur le site, est présente la chapelle Sainte Mildrède, très visitée, patrimoine architectural et culturel n Espace protégé au titre du SCOT et ZNIEFF de type 1 (site n 189) one humide constituée de terres en cultures, de pâtures et de bosquets, entrecoupés de fossés, entre les talus de Merckeghem et du Nieuwland, u de Bellevue. Cette zone recèle un des derniers complexes de végétation des m Ce complexe de végétations tourbeuses est particulier plusieurs espèces rares dont au moins 4 plantes protégées en région Nord Pas de semble du territoire national (Peucedanum palustre, Hydrocotyle vulgaris, O malheureusement altérées y sont associées (roselières à phragmite, cariçaies à laîche, faux souchet et l. La présence de tourbes riches en sphaignes mal décomposées dans les niveaux supérieurs à la valeur patrimoniale du site La zone du Bierendyck Espace protégé au titre du SCOT propriété du Conseil général du Nord Le site est une zone basse et humide constituée de pâtures et de cultures, traversée par les watergangs Bierendyck et Nouveau Bierendyck. Deux secteurs se répartissent de part et 22

28 Cette zone est actuellement aménagée par le Conseil G sur la partie aval du bassin versant du Bierendyck. Le secteur sera également aménagé pour voire de reproduction des oiseaux migrateurs) Les fortifications boisées de Bergues Espace protégé au titre du SCOT et ZNIEFF de type 1, 2 ème génération (site régional n 112) spaces fortifiés colonisés par des ensembles végétaux diversifiés (massifs arborescents et arbustifs, prairies à graminées, zones humides et fossés) en relation avec vifaune est nombreuse et diversifiée. Le site est parcouru de chemins de promenade pédestre. Entre le canal des rois et le canal des crevettes, et sur les glacis sud- La présence humaine est donc assez forte. Le boisement spontané de type semiforestier est postérieur à la seconde guerre mondiale. historique qui est parfois «en concurrence Y sont recensées six espèces, deux de reptiles (dont le très rare Lézard des murailles), huit de libellules en 2008 (14 en 1998) et 21 de papillons diurnes. Des chauves-souris sont présentes On note Hérons cendrés s garzettes nichant Le bois des Forts En partie situé en ZNIEFF de type 1, 2 ème génération (site régional n 112), propriété de la Communauté urbaine de Dunkerque Ce boisement, dont les premières plantations furent plus de 350 hectares. Le Bois des Forts constitue de fait sur : parc du Fort-Louis, espace de sport et loisirs du Fort Vallières, golf publ espace récréatif du Relais des Forts (ancienne ferme), etc. -nique parcours équestre, le bois des Forts est plus un parc à caractère «rustique Dans la première décennie de sa création, il a été boisé principalement de peupliers. Depuis, les plantations se sont diversifiées et des lisières arbustives ont été créées. La réalisation de mares est en projet. Le ois des forts sont de larges chenaux qui ont été creusés par élargissement de watergangs, dans un but paysager et afin de créer un parcours de pêche. Leur surface en eau couvre environ quatre hectares. Leurs fonds, trop faibles (moyenne 1,5 23

29 mètre), sont en contact avec des niveaux tourbeux, et leurs eaux en relation avec celles du dont les feuilles se décomposent difficilement et produisent des phénols, accentue la On y dénombre quatre 22 de papillons diurnes. Le chevreuil y est présent très occasionnellement. Le Bois de Forts abrite aussi la reproduction de la Buse variable, encore rare dans la plaine maritime flamande, et peut-être encore du Faucon hobereau Les autres zones naturelles Aux qui peuvent jouer le rôle de sites refuge ou de transition. Parmi ces sites, il faut compter tous les watergangs en eau ou en roseaux, y compris les très petits qui sont des refuges pour la faune et la flore (reproduction, émancipation, nourriture, Une bonne part des zones humides remarquables d Quelques mares prairiales ou de chasses gérées non drastiquement sont reliées aux watergangs par des prairies ou par des étroites bandes de roseaux en limite de propriété : mares de la Clinke Becque et du Wolvegracht, mares de chasse du Holland Becque (Eringhem), du Landsdyck et Overdyck (Drincham), du Drincham Gracht et du Oude Gracht (Pitgam). Quelques bois privés, proches des watergangs, jouent aussi un rôle de site refuge : le Bois des Ombres, la zone urbaine boisée de Socx et du Klap Houck, la zone humide du bois du Wilde Myne. ou infrastructurels, peuvent faire encore du lagunage de Millam. Enfin, les «champs humides», SAGE Vanneaux, Pipit des près, Petits gravelots 24

30 5 Les oiseaux, amphibiens, reptiles, libellules ont été systématiquement recherchés. Les mammifères 4 et les papillons observés ont également été notés, ceci afin de se faire une La connaissance de la répartition des amphibiens, reptiles, libellules et papillons de jour se fonde en partie sur les travaux réalisés dans le cadre des atlas régionaux auxquels le GON a participé pendant plusieurs années. aussi t été notées la couleur la présence/absence de végétation aquatique et rivulaire. Concernant la méthodologie de prospection, la plupart des sorties ont été réalisées à pied, et quelques-unes à bicyclette le long des watergangs bordés de routes et de chemins. Pour les parties du corridor situées sur des propriétés privées, les naturalistes du GON ont pu y accéder, mais accompagnés par un piégeur du Groupement de défense contre les organismes nuisibles. des watergangs. Cette bande incluait les petits watergangs perpendiculaires où croissent les roseaux favorables aux passereaux paludicoles et qui serve biotope de nidification pour les canards et les sarcelles. Les amphibiens ont été recensés de diverses façons : à la vue, s des piles de pont (têtards), par la découverte de dépouilles écrasées sur les routes. La prospection le soir à la lampe électrique, ou au filet troubleau, les talus des watergangs étaient trop abrupts et induisaient. Les libellules et les papillons ont été inventoriées au vol et capturées/relâchées quand cela était nécessaire pour la détermination. 4 moyens adaptés. 25

31 6 Les résultats des inventaires faunistiques et floristiques 6.1. Les oiseaux nicheurs des milieux humides et assimilés corridors biologiques comme celui de la Colme. Lestrem (Département du Nord) a démontré que lors de ses déplacements migratoires, le Phragmite des joncs se déplace dans les fossés, au ras du sol, de tige en tige dans les roseaux. De même pour le Bruant des roseaux qui utilise les fossés pour des haltes lors de ses trajets. Egalement, en hiver, la Bergeronnette des ruisseaux (oiseau plutôt rare en Flandre) parcourt les fossés en quête de nourriture. Dans le cadre de cette étude, les oiseaux sont pris en compte surtout pour déterminer la qualité des milieux aquatique et terrestre proches du corridor. Afin de mieux cerner le rôle des différentes niches écologiques, les espèces nicheuses des milieux humides ont été regroupées par type de milieu rencontré sur le corridor. Les espèces rapaces fréquentant ces milieux ont été ajoutés. - Grèbe huppé (Podiceps cristatus) - Canard Souchet (Anas clipeata) - Canard colvert (Anas platyrhynchos) - Cygne tuberculé (Cygnus olar) - Foulque macroule (Fulica atra) - Gallinula chloropus) - Alcedo atthis) - Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea) Les roseaux - Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus) - Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus) - Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) - Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica) Les arbustes des berges et friches proches - Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos) - Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris) - Bouscarle de cetti (Cettia cetti) - Locustelle tachetée (Locustella naevia) - Faucon hobereau (Falco subbuteo) Les milieux herbeux et champs humides - Petit gravelot (Charadrius dubius) - Vanneau huppé (Vanellus vanellus) - Pipit farlouse (Anthus pratensis) - Bergeronnette grise (Motacilla alba) - Bergeronnette printanière (Motacilla flava) - Busard des roseaux (Circus aeruginosus) (et bosquets en zone humide) 26

32 Les observations montrent que selon le type de watergang, en eau libre ou partiellement végétalisé, large ou étroit, mais surtout selon le mode de gestion pratiqué sur les berges, la fortement. Les larges watergangs en eau libre comme le fossé de ceinture des fortifications boisées de Bergues, le Bieren Dyck ancien et nouveau, le Deullaert Gracht mais surtout le Houtgracht accueillent beaucoup de couples de Foulque macroule (environ 40). fréquentaient que les rives des grandes nidifient sur la plupart des watergangs (environ 80 couples). Les couples de Canards colverts sont au nombre de 40 environ. Ce chiffre doit être Foulque macroule considéré comme un minimum. Beaucoup petits watergangs à roseaux, affluents des watergangs principaux. Ces trois espèces ont à peu près le même habitat. Le nid de colverts est installé à s nids construits plantes rivulaires. La réfection des rives en marne et palplanches leurs sont donc défavorables pendant plusieurs années, espèce piscivore niche en bordure du canal de Bergues à Bergues. Son expansion dans les Bergeronnettes fortifications de Bergues. Comme son nom le sous-entend, cet oiseau est plutôt inféodé aux eaux courantes. Sa discrète installation est récente en Flandre. Martin pêcheur Le Martin pêcheur est plus courant et surtout plus voyant. Deux à trois couples : un à Bergues et un à deux aux environs de Millam. Il creuse son nid dans les petites «falaises» herbeuses. Son expansion à la faible densité de petits poissons et autres petites proies. Les berges en marne lui interdisent de creuser son nid. Les hivers rigoureux lui sont aussi fatals. Un seul couple de Cygnes tuberculés a été constaté sur le Scheedyck. Bien que les plantes aquatiques, son menu, soient 27

33 Phragmite des joncs Bruant des roseaux le manque de sites favora de son nid qui réduit son expansion 5. Un mâle de Canard souchet a été vu une souchets sont des espèces emblématiques de la Flandre maritime. De rares cas de nidification de souchets et de chipeaux ont également été signalés aux observateurs du GON dans des mares de chasse. Leur présence en nombre, surtout dévoilée par le at pas le cas. Les oiseaux des petites roselières sont représentés par quatre espèces de passereaux dont trois migrateurs stricts : le Phragmite des joncs, la Rousserolle effarvatte et le Gorgebleue à miroir. Le quatrième, le Bruant des roseaux, se contente de quitter notre région pour les Ces espèces emblématiques des milieux humides de qualité sont présentes sur des petits fossés à roseaux, mais avec des abondances très variables selon les espèces et la qualité du milieu. au centre du lit peu inondé une bande de roseaux, est le plus attrayant. Même sur ce paludicoles est bien plus grande là où on laisse les roseaux se développer pendant Rousserolle effarvatte plusieurs années. Les petits fossés perpendiculaires où les roseaux abondent sont souvent plus riches que le fossé luimême. Les cartographies montrent bien la différence avec le Houtgracht qui lui est parallèle. Les quatre espèces sont quasiment absentes de ce watergang bien en eau et aux berges strictement gérées. installée dans notre région il y a seulement nicheuse dans les champs de colza. Bien que correctement représentées sur le Raison 5 28

34 supplémentaire pour pratiquer une gestion des berges des watergangs qui leur soit favorable. Les oiseaux nichant dans les arbustes des berges et friches humides sont représentés par quatre espèces dont trois migratrices pures : le Rossignol philomèle, la Rousserolle verderolle et la Locustelle tachetée. La quatrième, la Bouscarle de cetti, est une espèce méridionale qui a colonisé notre région en remontant au fil des ans le littoral atlantique. Des hivers rigoureux lui causent de fortes pertes. Son habitat, la friche humide arbustive, se rencontre peu le long des watergangs du corridor au nord de Watten. Trois mâles chanteurs ont été notés dans les boisements proches du corridor comme celui du Noord Brouck de Merckeghem. Au sud de Watten, elle est présente tout le long du chemin de halage de Saint- Momelin à Watten. La Locustelle tachetée est plutôt inféodée à la friche humide ouverte parsemée de quelques arbustes bas. Un seul chanteur a été noté près du camping au lieu-dit Zuid Schaerhouck, le long du Oude Gracht à Pitgam. watergangs situés entre Watten et Bergues. En effet, leur habitat est plutôt la friche alors que la plaine est totalement cultivée. Une gestion des berges et des bandes enherbées des actuellement), leur serait profitable. Il serait intéressant de mener une expérience de gestion cette option. est édifiant. Cinq les quelques arbustes qui se développaient naturellement à mi-pente des talus des berges de la partie aval du Houtgracht, sur le territoire de Bierne. Un arasage des arbustes et un girobroyage pratiqués en pleine saison de nidification a mis fin à cette situation 6. La dernière catégorie des oiseaux nicheurs du corridor de la Colme concerne celle des milieux herbeux et des champs humides attenants aux watergangs. Par milieux herbeux, on entend les talus des watergangs ainsi que les bandes enherbées contiguës. Berdyck, les fauches précoces, certaines pratiquées mi-mai, ne laissent pas de possibilité de nidification. Une gestion appropriée de ces bandes enherbées serait donc susceptible orter un plus à la diversité de la faune comme de la flore. La nidification du Pipit farlouse est par contre certaine dans les prairies proches du Bierendyck (cinq couples). les oiseaux nicheurs des «champs humides» attenants, en confortent le rôle et le valorisent. Le Vanneau huppé, autre espèce emblématique de la Flandre maritime, est le limicole terrestre par excellence. Une quinzaine de couples nicheurs a été inventoriée. Ils se situent principalement dans les prairies du Bierendyck, son habitat naturel, et dans les terres cultivées des Brouckes de Pitgam, ainsi que dans celles que ceinture le Grand Berdyck. Il faut noter que suite à la disparition des prairies, cette espèce des milieux ouverts a su faire t tardif (pois, maïs, betteraves) accueillent le gros de la nidification. Comme tous les jeunes oiseaux, leur nourriture est constituée de protéines animales que les traitements chimiques des cultures sont censés éliminer. La question de la réussite des couvées se pose donc. Le Petit Gravelot est une espèce pionnière des milieux ouverts. Lorsque les champs restent inondés trop longtemps, les semis périssent. Ils laissent place à des zones plus ou moins 6 Pour mémoire, la Loi interdit la destruction des nids en période de reproduction 29

35 grandes de terres nues. Si les semis sont assez tardifs (pois par exemple) il arrive que le le plus souvent caché dans les vieux Quelques couples de Bergeronnettes printanières, espèce nicheuse des champs, sont notés pas inféodée essentiellement aux milieux humides. Présence relatée dans, absent pendant de nombreuses décennies, le humides sont le territoire de chasse de prédilection de ce pur migrateur. Il capture insectes et petits oiseaux (libellules et hirondelles surtout). Comme tout prédateur situé en bout de chaîne alimentaire, la présence du Faucon hobereau est signe biologique. Il a niché en deux endroits proches du corridor de la Colme : le Grand Millebrugge et Lynck. Busard des roseaux Reste le Busard des roseaux, autre rapace emblématique des milieux humides. Trois couples long du Oude Gracht. Cet oiseau niche soit dans les petites roselières soit dans les friches herbeuses. Afin de préserver le spectacle que nous offre ce magnifique oiseau, une attention particulière dans la gestion des friches doit être entreprise par les propriétaires des lieux de nidification. garzette, tous deux nicheurs à Bergues, viennent dans les watergangs chercher leur nourriture. : le Chevalier culblanc, le Chevalier gambette et le Chevalier guignette. les watergangs. Dans les champs, les Vanneaux huppés et Pluviers dorés, en alternance avec les Mouettes rieuses, Goélands argentés, bruns et cendrés se reposent et trouvent quelques nourritures. En conclusion, le territoire étudié accueille la presque totalité du cortège des oiseaux nicheurs des milieux humides. Il manque toutefois certains oiseaux emblématiques tels que la S drastique de la végétation des berges (cf. chapitre «gestion des berges»). 30

36 6.2. Les amphibiens et les reptiles ce sont pour ces deux groupes, et plus particulièrement pour les amphibiens, que la création de corridors biologiques est le plus nécessaire. Presque tous les amphibiens commencent amphibie implique des déplacements migratoires qui représentent un défi important pour ces durant les différentes phases migratoires : printanière pour gagner les sites de reproduction, de pontes. eau de qualité, par le morcellement de cet habitat, par leur mode de déplacement lent et restreint, touts les amphibiens et les reptiles se raréfient en Flandre. Le corridor biologique de la Colme a donc pour objectif principal de pérenniser et renforcer la présence de ces espèces et améliorer leur dispersion Les amphibiens Les Urodèles : Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) Triton alpestre (Triturus alpestris) Triton crêté (Triturus cristatus) Triton palmé (Triturus helveticus) Triton ponctué (Triturus vulgaris) Les Anoures : Crapaud commun (Bufo bufo) Crapaud calamite (Bufo calamita) Crapaud accoucheur (Alytes obstetricans) Rainette verte (Hyla arborea) Grenouille verte (Rana esculenta) Grenouille rousse (Rana temporaria) La Salamandre tachetée ôte des bois et forêts (ornières, petite mare). Etant inféodé aux milieux forestiers, peu présents le long du corridor, celui- pas utile à cet amphibien. Les Tritons alpestre, crêté, ponctué et palmé lieu très de plaine (mare de ferme, de pâture, watergangs peu profonds) sont des lieux de reproduction potentiel. Cependant certaines espèces de tritons sont plus sensibles que Grenouilles verte et rousse et le Crapaud commun, le moins exigeant étant ce dernier. Hors période de reproduction, tous les adultes des espèces précitées, sauf la grenouille verte, estivent et hivernent en milieu terrestre et peuvent se déplacer de quelques centaines de mètres à quelques kilomètres en milieu favorable. Cette période leur est souvent fatale, surtout dans notre région très structurée par les routes et où on les retrouve souvent 31

37 écrasés. La vie des grenouilles vertes reste aquatique avec toutefois des séances de repos nt de macroinvertébrés sensibles aux produits phytosanitaires, notamment les insecticides. curage en dehors des périodes de reproduction, berges et talus gérés avec fauches tardives, continuité du corridor permettant la dispersion sont nécessaires à toutes ces espèces. La Rainette verte est quant à elle très sensible à la qualité de son habitat et a besoin de de ronces et de buissons à proximité diversifiés, de fossés et/ou de mares relais. Grâce aux ventouses situées au bout de ses doigts, la rainette est capable de franchir des murets. Le Crapaud calamite est plutôt inféodé aux zones sableuses (dunes du littoral et zones contigüe) et le Crapaud accoucheur aux massifs forestiers Les reptiles Les Lézards : Orvet fragile (Anguis fragilis) Lézard des murailles (Podarcis muralis) Lézard vivipare (Lacerta (Zootoca) vivipara) Les Serpents : Couleuvre à collier (Natrix natrix) Orvet fragile préfère les habitats où la végétation dense fournit une bonne protection au niveau du sol, dans un contexte plut Le Lézard vivipare est essentiellement terrestre, bien que grimpant occasionnellement. Il se rencontre typiquement parmi les plantes herbacées denses. La réflexion pour le Lézard des murailles es grimpeur. Son habitat est plutôt sec et peu herbeux. Le corridor de la Colme étant humide, il La Couleuvre à collier est un serpent des milieux humides. Bonne nageuse, elle chasse micromammifères. Le corridor biologique de la Colme peut donc lui être profitable à condition que les grenouilles et autres amphibiens soient présents en nombre Résultats des inventaires des deux groupes ards et une de Serpent ont été observées. Soit la quasi- Flandres maritime et intérieure. Seuls manquent le Crapaud calamite et le Crapaud accoucheur. Parmi les espèces observées, deux sont exceptionnelles et ne sont présentes que sur un seul site 32

38 plus communes en Nord-Pas-de-Calais sont rarement observées fragile et la Couleuvre à collier. Les espèces inféodées aux forêts, absentes de Flandre maritime, sont évidemment peu représentées (Salamandre tachetée) ou totalement absentes (Crapaud accoucheur). La Salamandre tachetée a été signalée aux environs du «Braem Veld». Deux individus écrasés ont été constatés à proximité du corridor. Le premier sur le «chemin de la Belette» A Bergues, une personne a signalé sa présence dans les fortifications mais des recherches de A Coudekerque-Village, plus de 200 larves de Salamandre tachetée non encore métamorphosées ont été déposées 7 au cours des années 1997 à 2001 dans une mare du b encore été faite. Grenouille rousse constatée que récemment dans les mares de Millam. Le Triton crêté, seule espèce à avoir le statut de protection européen le plus élevé, est présent à Bergues et au lac bleu antérieurs). Grenouille verte Crapaud commun Les observations montrent la capacité ainsi pour le corridor lui-même. En effet, tandis que les Grenouilles rousse et verte et le Crapaud commun étaient observés régulièrement mais en petit nombre, le Triton ponctué six fois. Il faut cependant pas égale. La Grenouille verte, inféodée en bien diurnes que nocturnes et par leurs cris sont les plus facilement repérables. eule fois sur un parcours restreint) est également plus «productive» que celle de jour. Idem pour la Rainette verte. Grenouilles rousses et Crapauds communs sont repérables au début de saison par leur ponte et plus tard par la présence des têtards en eau calme. Le hasard des sorties permet aussi des observations intéressantes : 80 juvéniles de crapauds terre. 7 Il faut toutefois signaler que le transport de ces espèces est interdit par la Loi. 33

39 Triton ponctué Les tritons et salamandres, espèces naturellement en moins grands nombres et cachés le jour et ne sont visibles la nuit que sous un faisceau lumineux en limite de watergangs nuit de ces milieux propices à leur découverte. Cependant, comme indiqué précédemment, le hasard des sorties est propice à certaines observations «inhabituelles». Ainsi, un soir pluvieux de septembre 2008, une trentaine de juvéniles de Tritons ponctués ont été observés à Pitgam, sur la route longeant le Houtgracht. Triton crêté En ce qui concerne spécifiquement le calmes proches des piles de petits ponts cultures a été la plus fructueuse. Des têtards, soit de Grenouilles rousses soit de Crapauds communs étaient pas été réalisée car difficile sur le terrain). moins agréable mais toutefois efficace, a été la recherche des dépouilles périodes de migration. Pontes de Grenouilles rousses Crapaud commun écrasé 34

40 Pour les reptiles, vu leur rareté sur notre territoire, leur découverte a plutôt été le fait du hasard. : au sud, au lac bleu, et au nord, au bois des Forts, dans une zone de vieilles souches de saules têtards. A Bergues, il est parfois découvert mutilé à mort par une tondeuse à gazon. Au fil du temps, le corridor pourrait permettre de relier la dernière population de Flandre maritime à la population plus étendue des bois proches du lac bleu à Watten. Présent dans les dunes du littoral, le Lézard vivipare Orvet La Couleuvre à collier est présente au lac bleu, dans les mares de Millam, et fut aperçue plus au nord, à 2 km de ce lieu, écrasée. Sa présence la plus septentrionale a été constatée entre Cappellebrouck et Bourbourg, mais coté rive gauche du canal à grand gabarit, en dehors du corridor de la Colme. Tout dernièrement, un autre spécimen a été découvert écrasé à Grande-Synthe, ville située à 6 kilomètres au nord-ouest de Bergues, toujours en ne semble pas lui faire obstacle, profitant peut-être des ruptures de continuités des mais la rareté constatée des grenouilles vertes et autres amphibiens doit être le facteur limitant à son implantation plus au nord. Pour les amphibiens, la reproduction le long du corridor entre Watten et Bergues est assez égale. Grenouilles vertes et rousses, Crapauds communs se reproduisent dans les watergangs en eau permanente tels les Houtgracht, Oudegracht, Schardauwe Gracht, Overdyck, Oleet Watergang, Panama, Grand Berdyck et Boudyck. Les zones de watergangs Toutefois, ces espèces Le Triton ponctué, le plus commun des tritons, a été observé en différents endroits, à Pitgam, Steene, Looberghe, Millam et Watten. Le Triton alpestre a été noté une seule fois. La don espérer que la présence de ces animaux est peut-être plus fréquente que ce que montre Autre remarque : la présence des Grenouilles vertes et rousses, du Crapaud commun et du Triton ponctué dans les friches humides sous le viaduc du TGV à Watten. Ceci confirme que ce couloir, certes artificiel et bétonné aux endroits des piles du viaduc, est une liaison viable entre le bois royal et le Boudyck, premier watergang support du corridor biologique. Cette 35

41 Les corridors secondaires formés de différents «affluents» du corridor principal comme par exemple les Verkerde Becque, Heckout Gracht, Deullaert Gracht, Landsdyck, Scheedyck, s propriétés privées. Certains de ces watergangs et becques parcourent des zones boisées ou ir en bon état biologique. de type friche humide : fossés à roseaux, mégaphobiaies avec de très petites mares en eau claire au pied du bois du Ham. Y ont été notées des Grenouilles vertes et des larves de Tritons crêtés. de la Grenouille verte et du Triton crêté a également été constatée. Toutefois, cet inventaire semble incomplet. La présence des amphibiens et reptiles devrait y être similaire à celle de la réserve naturelle nationale du Romelaëre. Le même constat peut être fait pour le marais de Booneghem (Grenouilles rousses et vertes) Conclusion Les inventaires montren étudiés. La plupart des espèces potentiellement présentes en Flandre sont observées mais leur densité est faible à très faible, loin de ce que décrivent les souvenirs des «anciens». Une ges est évidemment nécessaire. Elle conforterait le rôle de corridor biologique que les watergangs ont toujours joué dans le passé. Pour la Rainette verte, vu sa rareté et en dépit de la bonne gestion réalisée en sa faveur par le conservatoire des sites naturels du Nord-Pas-de-Calais sur le site de Millam, des aménagements devrait être envisagé afin de lui permettre de progresser et de conquérir réussies, menées en Belgique, ont démontré que la création de petites mares proches les unes des autres, non poissonneuses et reliées par quelques arbustes et massifs de ronces, permettrait son expansion. Une même réflexion pourrait être menée pour relier TGV, la Rainette verte était présente en ce lieu. La question des reptiles est plus problématique. Coudekerque-Branche et à Bergues, des dispositions particulières doivent être prises : maintien des souches creuses des vieux arbres (biotope de reproduction et de cache), tonte des gazons à 5 cm du sol (évite la mutilation). Pour espérer voir progresser la Couleuvre à collier, prédatrice des amphibiens, il est nécessaire que ces derniers soient plus nombreux. Enfin, une attention particulière doit être faite pour le Lézard des murailles, présent dans les fortifications de Bergues. Celui-ci ne fréquentant pas les milieux humides, il peut difficilement istorique de celles-ci doit tenir compte du biotope de cette espèce. La réfection des murailles (rejointoiement) devrait permettre de laisser des joints creux, sans que ce soit dommageable les élus de Bergues, ceci semble acquis. 36

42 6.3. Les libellules ou odonates ont une vie aérienne. La larve subit plusieurs mues durant sa croissance. Une fois sa taille de mauvaise qualité leur sont inhospitalières. -ordres : les Zygoptères (Demoiselles) qui, au repos, ont leurs ailes regroupées au dessus de leur corps, et les Anisoptères (Libellules) qui En Flandres maritime et intérieure, 34 espèces peuvent potentiellement être observées (15 zygoptères et 19 anisoptères). comme suit : 13 Zygoptères et 15 Anisoptères. Les Zygoptères : Agrion élégant (Ischnura elegans) Agrion gracieux (Coenagrion pulchellum) Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) Agrion à longs cercoïdes (Coenagrion lindenii) Agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes) Agrion mignon (Coenagrion scitulum) Agrion porte-coupe (Enallagma cyathigerum) Leste brun (Sympecma fusca) Leste sauvage (Lestes barbarus) Leste vert (Lestes viridis) Naïade au corps vert (Erythromma viridulum) Naïade aux yeux rouges (Erythromma najas) Petite nymphe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) Les Anisoptères : Aeschne bleue (Aeshna cyanea) Aeschne mixte (Aeshna mixta) Aeschne printanière (Brachytron pratense) Anax empereur (Anax imperator) Cordulie bronzée (Cordulia aenea) Gomphe gentil (Gomphus pulchellus) Libellule déprimée (Libellula depressa) Libellule écarlate (Crocothemis erythraea) Libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata) Anisoptère sp (Anisoptera sp) Orthétrum réticulé (Orthetrum cancellatum) (Sympetrum flaveolum) Sympétrum noir (Sympetrum danae) Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum) Sympétrum à côté strié (Sympetrum striolatum) 37

43 Le tableau ci-dessous résume la nature. Zygoptères Anisoptères Lac bleu Mares de Millam Fortifications de Bergues 7 7 Bois des Forts 7 8 Le lac bleu est le meilleur site pour les libellules. Les mares de Millam suivent de près. A sites intéressants. Certaines espèces sont rares en Flandre printanière (lac bleu), le Gomphe gentil (lac bleu), le Sympetrum noir (Bergues, lac bleu), le ces deux dernières espèces étant plutôt migratrices. On trouve aussi des espèces plutôt inféodées aux massifs boisés Naïade au corps vert : 9 dont les plus communes, les plus polluo-résistantes. Encore faut- En effet, les mâles peuvent parcourir de longues distances ou défendre des territoires en reproduction (les mares de Millam par exemple). En comparaison contre, sur ce même watergang, il fut constaté la présence en trois endroits de la «Petite Nymphe au corps de feu», seul zygoptère peu couramment observé en Flandre maritime. 38

44 Globalement, les watergangs du corridor biologique de la Colme sont peu attrayants pour les odonates. Seules les sont présentes et en petit nombre. Une seule espèce, est watergang, exutoire des becques de Flandre intérieure 8. Sympétrum rouge sang 6.4. Les papillons de jour ou rhopalocères Les papillons ont un cycle biologique défini en quatre stades distincts Azuré de la bugrane la chenille se développera ensuite. La connaissance de la plante hôte est de déterminer la présence/absence de certaines espèces de papillons. Différemment des Odonates et des Amphibiens qui sont des témoins de la la présence de papillons traduit la capacité des milieux herbeux à accueillir le cortège des insectes butineurs dont les papillons sont les plus voyants. 8 39

45 Carte géographique Les Hesperidae : Hespérie sp Hespérie de la houque (Thymelicus sylvestris) Hespérie du dactyle (Thymelicus lineola) Sylvaine (Ochlodes faunus) Les Papilionadae : Machaon (Papilio machaon) Les Pieridae : Piéride du chou (Pieris brassicae) Piéride de la rave (Pieris rapae) Piéride du navet (Pieris napi) Aurore (Anthocharis cardamines) Souci (Colias croceus ou crocea) Citron (Gonepteryx rhamni) Les Lycaenidae : Azuré des nerpruns (Celastrina argiolus) Azuré de la bugrane (Polyommatus icarus) Collier de corail (Aricia agestis) Cuivré commun (Lycaena phlaeas) Les Nymphalidae : Tircis (Pararge aegeria) Satyre ou Mégère (Lasiommata megera) Procris (Coenonympha pamphilus) Amaryllis (Pyronia tithonus) Tristan (Aphantopus hyperantus) Myrtil (Maniola jurtina) Demi-deuil (Melanargia galathea) (Argynnis paphia) Petit sylvain (Limenitis camilla) Petite tortue (Aglais urticae) Paon du jour (Nymphalis io) Vulcain (Vanessa atalanta) Belle dame (Vanessa cardui) Robert le diable (Polygonia c-album) Carte géographique (Araschnia levana) Robert le diable Paon du jour Amaryllis Autres : Gamma de la Colme. Le tableau ci-dessous résume la richesse en papillons des quatre principaux 40

46 16 bleu. Demi- Deuil a été observé au lac bleu et le long des talus herbeux du TGV à Watten, ce qui prouve la fonctionnalité du corridor. Papillons Lac bleu 22 Mares de Millam 17 Fortifications de Bergues 21 Bois des Forts 22 Sur les watergangs du corridor de la Colme, seules dix espèces ont été couramment observées avec des densités très variables selon les endroits et pour un même watergang. -Millebrugge, accueillent par dizaines les Amaryllis, Paon du jour, Belle- Deux individus de Cuivré commun 9 y ont même été inventoriés, alors que la base de cependant une observation dans les fortifications boisées de Bergues datant de 1989). -Millebrugge, sur ce même watergang, les effectifs de ces espèces se berges n Par ailleurs quelques Aurores et Cartes géographiques sont notées proches des milieux plus boisés (parc urbain de Bierne, chemin de halage près de Saint Momelin). Les observations démontrent que certains watergangs sont plus favorables aux papillons sont moins ou pas du tout. La gestion des berges en est la principale cause. Le fauchage drastique des berges en pleine floraison est sans appel pour les insectes. Une réflexion sur les logiques de fauchage, de sa nécessité pour la sécurité routière, de son étendue, de son coût, de son impact sur la biodiversité et indirectement sur le tourisme local par la qualité des paysages que la gestion engendre devrait être envisagée. Le gazon bien vert des parcs urbains, les bords de route fauchés au ras du sol, les cultures uniformes et nettes font presque oublier que des fleurs sauvages existent. Un chemin fleuri naturellement comme cel Braem Veld papillons de 16 espèces différentes dont les superbes Machaons, Soucis, etc. montre le potentiel de biodiversité que peut accueillir la campagne flamande, si une gestion écologique était menée sur les milieux communs comme les bords de routes ou les berges des watergangs. 9 Les plantes hôtes de ce papillon sont le Rumex (Oseille) et le Polygonum (Renouée) de la famille des Patiences, plantes sans apparences flatteuses qui se développent dans les milieux humides. 41

47 6.5. Les mammifères Même si les été recherchés systématiquement, il est intéressant de les intégrer à la réflexion. En effet, certaines espèces de cette classe bénéficieront à coup Les résultats qui suivent proviennent des connaissances de terrain des membres du GON et rages naturalistes. Par souci de simplification, les mammifères ont été divisés en 3 : grands (1), moyens (2), petits et micromammifères (3). La liste ci-après reprend les espèces présentes en Flandre maritime classées par habitats. Elle Les mammifères de la région Nord-Pas-de-Calais » réalisé par le GON. Les mammifères des massifs forestiers et des grands bois : Chevreuil européen (Capreolus capreolus) (1) Campagnol roussâtre (Clethrionomis glareolus) (3) Muscardin (Muscardinus avellanarius) (3) Sanglier (Sus scrofa) (1) Les mammifères des milieux bocagers : Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus) (2) Mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus) (3) Mulot à collier (Apodemus flavicollis) (3) Musaraigne couronnée (Sorex coronatus) (3) Musaraigne pygmée (Sorex minutus) (3) Hermine (Mustela erminea) (2) Renard roux (Vulpes vulpes) (1) Blaireau européen (Meles meles) (1) Les mammifères des milieux cultivés (Lepus europaeus) (2) Campagnol agreste (Microtus agrestis) (3) Campagnol des champs (Microtus arvalis) (3) Campagnol souterrain (Microtus subterraneus) (3) Campagnol terrestre (Arvicola terrestris) (3) Rat des moissons (Micromys minutus) (3) Crocidure leucode (Crocidura leucodon) (3) (Mustela nivalis) (2) Les mammifères des milieux urbanisés Souris domestique (Mus domesticus) (3) Rat noir (Ratus ratus) (3) (Talpa europaea) (3) (Erinaceus europaeus) (2) (et milieux bocagers) Crocidure musette (Crociduro russula) (3) Fouine (Martes foina) (2) Rat surmulot (Ratus norvegicus) (3) Lérot (Eliomys quercinus) (3) Les mammifères des rivières, étangs, marais Rat musqué (Ondatra zibethicus) (3) Crossope aquatique (Neomys fodiens) (3) (Mustela putorius) (2) 42

48 Les grands mammifères Les bois Royal, du Ham, des Ombres et la forêt de Clairmarais aux limites de la Flandre maritime, de la Flandre intérieure sont historiquement peuplés de grands mammifères. Des Chevreuils ont été aperçus dans le boisement des mares de Millam. Des traces de passage ont été relevées au travers du watergang «Boudyck». Ces deux lieux sont proches du bois Royal où ils se reproduisent. Forts, seules quelques empreintes ont été relevées. Bien que sa superficie soit suffisante (300 hectares), ce bois construit il y a 40 ans -bois suffisant. Les efforts récents de plantations plus denses zones de calme et peu de présence humaine laissent présager leur implantation. Question : -ils? Du sud- -à-dire du bois Royal, la Belgique, ou du sud-est à partir du bois de Saint-Acaire (Houtkerque) où ils se reproduisent? kilomètres, ce qui ne semble pas excessif pour ce type de mammifères qui se déplace en plein champ sans problèmes. Il est fort probable que ce soit du bois Saint-Acaire que les premiers chevreuils soient venus au bois des Forts. D : pas de (contrairement au sud-ouest du bois des Forts). Selon ces constatations, il réaliser un corridor pour le chevreuil. Un bois intermédiaire, entre Watten et Bergues serait toutefois le bienvenu. Le Sanglier signalé selon nos connaissances seule fois en 2004, tué par une voiture en Flandre maritime (Craywick). Cet animal forestier vit également dans les grands massifs dunaires du Pas-de-Calais, mais Son installation, ici en Flandre maritime, est donc peu probable et il est inutile de réfléchir actuellement à un corridor pouvant favoriser sa venue. Le Blaireau est quasiment absent de la Plaine maritime flamande. Selon des informations recueillies auprès des représentants des Voies navigables de France, il fut aperçu en 2005 l ne semble pas nécessaire, de réfléchir à un corridor pour cette espèce. Sa venue, très souhaitable, ne dépend pas de ses capacités de déplacement. Le Renard est suffisamment «débrouillard» pour se passer de corridor. Il est par ailleurs présent un peu partout. Un déterrage fut constaté sur un terrain proche du watergang «Oude Gracht» Les mammifères de taille moyenne Pour nos deux herbivores que sont le Lapin et le Lièvre, les corridors ne sont pas indispensables. Ils peuvent toutefois être profitables aux lapins pour sa dispersion. De même, les bandes enherbées jouxtant les talus, au couvert végétal non entretenu drastiquement apporteront des possibilités de gîtes supplémentaires aux lièvres. Le Hérisson, en quête de nourriture, est trop souvent victime de la circulation automobile. On peut espérer que les bandes enherbées jouxtant les watergangs, gérées écologiquement, et ne recevant pas de traitements phytosanitaires, retrouveront le potentiel de vie sauvage (notamment lombrics et escargots) favorisant cette espèce. 43

49 La Fouine, en Flandre maritime, est plutôt implantée près des habitations. Les corridors ne grands recours pour se déplacer. Sa présence a été signalée à deux reprises à Pitgam, le long du Houtgracht. Concernant ermine et la Belette, tous deux sont présents en Flandre maritime, avec une densité nettement moindre pour la première espèce. Prédateurs des micromammifères, ils ne feront que suivre leur progression. Lièvre Hérisson Les micromammifères Il est nécessaire de différencier ceux exerçant une vie exclusivement souterraine (habitat et nourriture) de ceux qui vivent au-dessus du sol et qui pourront bénéficier du corridor biologique. Parmi les 20 micromammifères potentiellement présents à proximité du corridor, quatre entrent dans la seconde catégorie. Le Muscardin soit une espèce cible du corridor présentement étudié, mais sa le défavoriserait plutôt. Egalement rare en Flandre maritime, le Mulot sylvestre creuse son nid, mais parfois le construit au dessus du sol ou utilise Le Rat des moissons (pour rassurer les non initiés il ne pèse que 4,5 à 6 grammes) a pour nourriture est essentiellement végétale, à base de graines, de fruits et de parties vertes des ondant. Le Lérot -même et pénètre assez souvent dans les habitations. Il est peu abondant et localisé. Pour favoriser ces trois dernières espèces, il est nécessaire que le corridor comprenne,, une gestion incluant des fauches tardives soit réalisée. Pour conclure sur ce groupe, il va de soi que les mammifères inféodés aux milieux humides ne nécessitent pas de réflexion sur la constitution de corridor. Le chevelu des watergangs 44

50 l faut améliorer. En effet, le Crossope aquatique est quasiment absent. Signalons aussi que le est devenu une espèce inscrite sur la liste rouge régionale. Seul le Rat musqué, espèce non indigène, se porte bien! Mais les opérations de piégeage sont garantes de sa non-prolifération. Signalons aussi que plusieurs espèces de Chauve-souris présentes en Flandre maritime des larges watergangs La végétation aquatique et subaquatique La fonction première du corridor biologique de la Colme est de permettre le déplacement des petits animaux. Or, pour satisfaire les besoins vitaux des divers groupes constituant la faune, le rôle de la végétation aquatique et subaquatique est primordial. En effet, celle-ci constitue la niche écologique de certains animaux. Ils y trouvent nourriture et abri. Les watergangs constituent un écosystème aquatique et rivulaire à part entière, riche de nombreuses espèces animales et végétales. Les berges (digues et talus) constituent un corridor terrestre bordant un corridor aquatique. Le corridor biologique de la Colme permet don c'est-à- particulière. En fonction de facteurs comme la largeur et la profondeur du watergang, le débit, la qualité exposition à la lumière, l communautés phytosociologiques, ce qui offre autant de conditions différentes à la vie animale. De manière très simplifiée, cette végétation comprend : des hydrophytes flottants, comme les lentilles d ; des hydrophytes fixés, formant des herbiers : Zanichellie des marais, potamots, myriophylles, élodées, renoncules aquatiques, nénuphars, cératophylles, callitriches, etc. Ces formations sont très importantes pour les poissons (abris, frayères) ; des groupements hélophytiques formant des roselières, où prospèrent le Roseau de plusieurs espèces de laîches). le long du corridor. ont été notées. Au total, 8 sont présentes étudiés. : Callitriche sp (Callitriche sp) ; Potamot pectiné (Potamogeton pectinatus) ; Cornifle épineux (Ceratophyllum demersum) ; Elodée à feuilles étroites (Elodea nuttallii) ; Potamot à feuilles crépues (Potamogeton crispus) ; Zannichellie sp (Zannichellia sp) ; Nénuphar jaune (Nuphar lutea) ; Renouée amphibie (Polygonum amphibium) ; Elodée du canada (Elodea canadensis) ; Myriophille en épi (Myriophyllum spicatum). Flandre maritime. Leur. 45

51 Par exemple, l Callitriche présent que sur le Deullaert Gracht et dernières plantes croissent dans des eaux collines de la Flandre intérieure. Cette supposée constatée pour ces deux watergangs au La Callitriche sp (peut être à angles obtus c. obtusangula) est la plante notée dans profonds, dont c faut noter que b crassés vertes filamenteuses. La végétation flottante non enracinée est constituée des diverses espèces de lentilles (Lemna minor et Lemna sp) et Azolla filicudoïdes) de couleur rougeâtre. La plupart des watergangs en eau en sont totalement recouverts à. L le sont beaucoup moins. La densité des plantes rivulaires inhérente aux pentes très abruptes des talus (environ 45 ) et/ou à la de palplanches. Néanmoins, ça et là ont été observés des pieds de : Cardamine des prés (Cardamine pratensis) ; Reine des près (Filipendula ulmania) ; Ache nodiflore (Apium nodiflorum) ; Hydrocharis des grenouilles (Hydrocharis morsus-ranae) ; Iris faux-acore (Iris pseudacorus) ; Salicaire commune (Lythrum salicaria) ; Rorippe amphibie (Rorippa islandica) ; Laîche des rives (Carex acutiformis) ; Jonc glauque (Scirpus tabernaemontani) ; Renoncule scélérate (Ranunculus sceleratus) ; Myosotis des marais (Myosotis scorpioïdes) ; Plantain Alisma plantago-aquatica) ; Massette à larges feuilles (Typha latifolia) ; Pygamon jaune (Thalictrum flavum) ; Baldingère (Phalaris arundinacea) ; Roseau (Phragmites australis) ; Jonc fleuri (Butomus umbellatus) protégé en Nord-Pas-de-Calais ; Epilobe hirsute (Epilobium hirsutum) ; Cresson officinale (Nasturtium officinale) ; Laîche sp (Carx sp) ; Jonc sp (Juncus sp) ; Patience (Rumex hydrolapathum) ; Lysimaque vulgaire (Lysimachia vulgaris) ; Eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum) ; Scrofulaire aquatique (Scrophularia auriculata) ; 46

52 ; Pulicaire dysentrique (Pulicaria dysentrica) ; Cardère poilue (Dipsacus pilosus) ; Origan commun (Origanum vulgare) ; Renoncule aquatique sp (Ranunculus sp) ; Glycérie aquatique (Glyceria sp) ; Bident trifolié (Bidens tripartita) ; Menthe aquatique (Mentha aquatica) ; Aulne glutineux (Alnus glutinosa) ; Saule marsault (Salix caprea). Le Jonc fleuri et le Pygamon jaune sont les seules espèces protégées en Nord-Pas-de- Calais. Aussi les opérations de curage ou de fauchage devraient éviter leur destruction. Deux plantes invasives se développent sur le corridor biologique : la Jussie (Ludwigia sp) et la Renouée du Japon (Fallopia japonica). La Jussie est notée sur le Deullaert Gracht, watergang en relation directe avec la Haute Colme. Le canal est lui-même envahi. Une expérience vise actuellement à stopper la prolifération de la Jussie bateau faucardeur. nt, le Houtgracht et le Oude Gracht sont épargnés s croisent le Deullaert Gracht. Une attention particulière, au minimum annuelle, devrait watergangs. Il faut souligner que les oiseaux, quelquefois incriminés comme vecteurs de cette plante, tel était des watergangs en serait infestés puisque les canards, en grand nombre dans cette zone, Concernant la Renouée du Japon, autre plante invasive, elle est abondamment présente au sud de Watten le long du chemin de halage sur plusieurs centaines de mètres. Salicaire 47

53 7 La La qualité des eaux du réseau hydrographique de la plaine maritime est régulièrement. L - une amélior de Bourbourg depuis le milieu des années 90. Cette amélioration témoigne des efforts teneurs en matières oxydables). les teneurs en azote (engrais). Cette pollution principalement agricole. ainsi chronique des canaux collecteurs des wateringues (basse Colme, canaux de Bergues, des Moëres, de Furnes, exutoire) de contrôles systématiques. Ce type de pollution a justifié le classement de tout ce territoire (et toute la région Nord- Pas de Calais) en «zone vulnérable aux nitrates». La pollution par les produits phytosanitaires est également inquiétante. Elle est issue non seulement de désherbage des, par la DDTM, RFF, les collectivités locales, et même des jardiniers amateurs. Dans ce contexte, «ualité des eaux superficielles du bassin Artois- Picardie» wateringues dans la catégorie médiocre. 48

54 Le indique que le peuplement piscicole est diversifié pour le Brochet, sont inférieurs la faiblesse actuelle du milieu à satisfaire les exigences écologiques des poissons. L a été réalisé de façon subjective. Il a turbidité végétation et de la présence/absence des groupes faunistiques étudiés plus avant. Les observations ont été effectuées au printemps et en été. Aucune mesure physico- En Flandre maritime, plat pays par excellence, les terres arables sont peu soumises à ruissellement des eaux en cas de fortes pluies. De ce fait, les watergangs ne reçoivent pas ou très peu de particules terreuses. donc pas sur la turbidité de Par contre, les watergangs sont le réceptacle des eaux de drainage du polder et des terres cultivées. watergangs, ce qui conduit à du milieu. Ainsi, en été, les lentilles peuvent former une couche épaisse, qui peut atteindre plusieurs centimètres, sur toute la est encore aggravé par le faible des watergangs et par la quasi- r lors des périodes de sécheresse. Les watergangs du corridor reçoivent en outre les eaux épurées de diverses stations : Looberghe, Pitgam, Steene et le lagunage de Millam. Ces eaux débarrassées des matières organiques contiennent toutefois des nitrates et des phosphates. Autre problème, quelques habitations rejettent encore directement leurs eaux usées dans les watergangs. Le Bierendyck a une eau de couleur marron, sans doute à cause de la présence de tourbe, ce qui est fréquent en Flandre maritime. Dans le Houtg Un secteur relevé -ci. Panama, ont également les eaux claires. y semble de meilleure qualité (présence de poissons). Il faut noter que ce sont les becques issues des pentes de la Flandre intérieure qui alimentent ces watergangs. pas toujours été possible de définir la cause de cette turbidité. Parfois, elle était causée par un rat musqué (ce qui fut rare et temporaire tant le piégeage est efficace) de couleur grise ont été constatées à proximité de certaines maisons. Les watergangs peu profonds ont souvent une couleur grise, vaseuse. Une eau de couleur vert bleuté, synonyme de mauvaise qualité, avec un faible débit de la station de lagunage de Millam dans le Grand Berdyck de l a pollution se «perd» toutefois en le long du fossé menant au Houtgracht, son émissaire. Le cortège floristique habituellement rencontré en Flandre maritime ne semble pas souffrir. Cependant, les watergangs sont délaissés des poissons alors que les herbiers devraient être le support naturel favorable à la vie animale (nourriture, ponte, abri, 49

55 oxygénation). En liaison directe avec le canal de la Colme, seul le Panama est fréquenté par des pêcheurs (2 à 3 emplacements). Le même constat peut être fait pour les libellules. Celles-ci sont très peu nombreuses en espèces et en individus (espèces les plus polluo- attirent les libellules. Pour les amphibiens, seulement une vingtaine de sites accueillant la Grenouille verte a été ies, cette espèce se rencontrait partout et en nombre. Quelques prélèvements de macroinvertébrés aquatiques ont également été réalisés le long pas permis de relever de macro calme, peu profonde et seule Notonecte et deux espèces de sangsues. Ces deux prélèvements peu fructueux et le peu (insectes (Gerris, Dytique, Notonecte, Corise) et mollusques (Planorbe, Limnée)), des poissons (Epinoche), et des amphibiens (Grenouilles vertes, Crapauds communs, têtards sp). Cependant observées apparaissent profondes. Il faut souligner que les macroinvertébrés constituent la base de la chaîne alimentaire. Vu leur quasi- amphibiens, libellules) se raréfient. Les photos ci-après illustrent les propos précédents. Elles sont référencées de la lettre «A» à «H» sur les planches «Le Houtgracht (A) Watergang couvert de lentilles, conséquence de de nitrates et de phosphates. Malgré la baisse des apports résultats ne se voient pas encore dans les watergangs où Sous la cape de lentilles, prospèrent encore de beaux herbiers de plantes aquatiques. Pourtant, il y a peu de libellules sur ce watergang. 50

56 Le Houtgracht à la mi-juin (B) Les algues vertes filamenteuses prospèrent, signe que le milieu aquatique est très eutrophisé. (C) Très peu watergang est ouvert sur la Haute Colme et évacue les eaux provenant des hauteurs de la Flandre intérieure. Le Grand Berdyck (D) Millam est de couleur vert- dystrophe, de mauvaise qualité. Certes le débit est faible (quelques litres/minute), mais il se déverse dans le Grand Berdyck. 51

57 Le Houtgracht aval à la fin juin (E) Rien ne bouge :? au trop chaude? Présence de biocide? Des watergangs pauvres en Les épinoches se regroupent là oxygène grâce à la mini chute Photo non prise sur le corridor valable pour tous les watergangs aux eaux stagnantes en été. Le grand Berdyck, début juillet (F) Ne pas ramasser les canards morts peut-il entraîner des risques sanitaires (botulisme)? 52

58 Quelques watergangs sont favorables aux libellules (G) longs cercoïdes dans les eaux calmes et claires provenant du versant de la Flandre intérieure. (H) Petite Nymphe au corps de feu vu dans le Houtgracht (demoiselle peu fréquente en Flandre maritime). -elle? 53

59 8 La gestion des berges des watergangs Les berges sont des zones de transition entre le milieu aquatique et le milieu terrestre qui possèdent une grande valeur écologique. Cette transition est naturellement une succession avoir des conséquences désastreuses sur le milieu aquatique. En effet, les protections type induisent un milieu très pauvre biologiquement. La gestion qui est pratiquée sur les berges a également un impact important. Suivant le type conséquences sont : mécanique (fauchage, débroussaillage mécanique, entretien des arbres et des arbustes, etc.) ; destruction de la flore avant fructification ; appauvrissement des écosystèmes ; produits phytosanitaires. Pour que le corridor biologique de la Colme soit fonctionnel, les watergangs et leurs berges des milieux en adéquation avec le cycle naturel des espèces qui y vivent. ndre en compte c biodiversité» le principe de 10, il est primordial de maintenir des poches de végétation rivulaire sur certaines parties des watergangs. Par exemple, une zone de battement des eaux, sans palplanches, a été créée quand le réussi. Bien entendu, cet exemple complètement transposable pour les pieds des talus des watergangs, mais un principe semblable pourrait être retenu. Cependant, il faut insister plantes diverses jouant le rôle épurateur et consolide les pieds des berges. Beaucoup nt leur habitat : abri, zone de ponte, nourrissage, corridor biologique. Le reportage photographique «un croquis va». Ce reportage aborde les sujets tels que la gestion et la réfection des berges, les bandes enherbées, le curage, le traitement chimique des bords de route, le potentiel floristique des watergangs, les petits milieux de relater certaines pratiques de gestion, sans doute nécessaire pour le gestionnaire, mais qui portent atteinte à la biodiversité en général, et au corridor biologique de la Colme en particulier. Les photos sont référencées du numéro «1» à «26» sur les planches «Qualité Apparaissent également sur les planches «cartographique : en vert, les points positifs ; en rouge, les points négatifs ; en jaune, les points interrogatifs. 10 Territoire qui marque la frontière entre deux écosystèmes. 54

60 Overdyck, juillet (1) Aspect naturel des berges ; Reste frais au sol, erratisme estival des rampants ; Favorable à la diversité des plantes et des insectes (exemple : le papillon Cuivré commun présent dans le Oude Gracht). Overdyck, juillet (à 400 m de la précédente) (2) Mort de la flore et de la petite faune ; Coûteux ; Pour quelles raisons faut-il faucher des deux côtés, à cette date? Aspect paysager dégradé. Grand Berdyck, juillet (3) Berges fleuries et fauchées ; Ne peut-on attendre la fin de la floraison pour faucher, favoriser le cycle complet de reproduction des insectes? ; Ne peut-on préserver la? ou mieux, côté de la route pour la sécurité économie en ces temps financièrement difficile! 55

61 Boudyck, juillet (4) faudrait faire partout ; Berges fleuries ; Bas-côté fauché sur un mètre pour la sécurité routière et fauchée en fin de floraison ; Houtgracht (5) Berges herbacées et arbustives ; Fleurs ; Papillons ; et dans les arbustes ; Aspect paysager valorisant. Houtgracht (6) La même berge que la précédente mais deux mois plus tard ; Destruction de de la faune en pleine période de reproduction! 56

62 Houtgracht (7) Berges arbustives en été ; Les racines des arbustes renforcent le talus contre les éboulements ; Favorable aux passereaux insectivores. Houtgracht (8) La même berge au printemps suivant (les pois en arrière plan de la photo sont en fleurs) ; arbustif ; Etait-ce vraiment nécessaire au bon écoulement? Si oui, il eut fallu réaliser les travaux après la fin des cycles biologiques des différentes espèces de la faune et de la flore. Houtgracht (9) Nombreux tronçons de indigène pour la plupart le long du Hout Gracht ; Taille en carré : coûteux ; Fauchage qui contourne chaque tronçon : coûteux ; Bosquet stérile pour la faune. 57

63 Haute Colme (10) A 500 mètres du corridor, de halage bordant la Colme ; Superbe Saule blanc détruit en plein été ; Exemple à suivre : Les industriels ent à préserver la biodiversité à des berges) 58

64 Overdyck, avril (11) Bande enherbée encore nue fin avril ; Gestion inégale le long du parcours du corridor ; Schardauwe Gracht, avril (12) Curage ; Nécessaire pour assurer le bon écoulement des eaux ; Harmoniser la date du curage pour occasionner le moins de tort à la vie des milieux aquatiques (septembre, octobre). Steene (13) Traitement chimique des bords de route ; Problème récurrent qui départemental. 59

65 Houtgracht, avril (14) Réfection des berges ; Pose de marne pour renforcer le talus ; Les planches de bois maintenues par des pieux au pied sont des barrières qui empêchent les juvéniles de remonter sur la terre ferme. Canal de Calais Réfection écologique réussie des pieds de berges du canal de Calais : véritable écotone entre les milieux terrestre et aquatique ; totalement reproductible pour les watergangs mais il serait inspirer quand il y a des réfections importantes des berges et des curages. 60

66 Watergangs «en fleurs» (15, 16, 17 et 18) Il existe un réel potentiel floristique ;, dont certaines sont protégées en Nord-Pas-de-Calais. Jussie et carpe (19) Présence dans le Deullaert de la Jussie ; se propage pas dans les watergangs adjacents ; Présence de Carpe commune. 61

67 Fossé à roseaux (20) Les bandes de roseaux des petits fossés privés ou gérés par les wateringues sont essentiels aux oiseaux paludicoles : Bruants des roseaux, Phragmite des joncs, Rousserolle effarvatte, Gorge bleu à miroir. Ces milieux sont partout en nette régression. amphibiens (21 et 22) Les mares sont relativement rares en Flandre maritime. Ce sont des refuges en complément des watergangs. Tous les points amphibiens sont à conserver. Une mare abreuvoir le long du Houtgracht sans gestion apparente. Un bac de rétention des eaux pluviales, semble-t-il, avec une végétation aquatique (Potamot à feuilles crépues) favorisant pelouse de ceinture tondue trop rase occasionnant la mort des amphibiens. 62

68 Parc urbain à Bierne le long du Bierendyck (23).Gestion idéale laissant la la promenade ; Berges arbustives (favorables aux oiseaux chanteurs) ; Présence de Foulque, de de Libellules ; Berges fleuries favorisant la présence de papillons diurnes comme la Carte géographique. Parc urbain à Bierne le long du Bierendyck (24) Berges entretenues trop artificiellement, voire chimiquement côté route, pas favorable aux cheminements des amphibiens. qui pourraient être gérées selon le slogan «la nature en ville». fleuri (plante protégée) croît au pied du talus. Le che en août (25) Fleurs et papillons de multiples couleurs : un régal visuel, sur un chemin de promenade (PDIPR) du Conseil Général ; Ne peut-on retrouver ces bords de routes fleuris partout? 63

69 Prairie fleurie du Braemveld (26) Véritable relique de ce que devrait être celles de la culture intensive. De surface de 2 à 3 ha, sur le versant ensoleillé, abrité des vents par les bois proches, sorte centaines de mètres des cultures, cette prairie est exceptionnelle voire unique à notre connaissance ; papillons répartis sur 16 espèces dont de très voyantes (Souci, Machaon, etc.) étaient présentes sur une journée en août Un inventaire plus exhaustif de la flore et de la faune serait à mener. 64

70 9 Les obstacles et les discontinuités principalement sur le réseau des watergangs, ses talus et ses bandes enherbées. Ce linéaire a été préféré à celui des canaux, identifiés comme des obstacles infranchissables transversalement et longitudinalement pour certains Si cette solution paraît être la plus judicieuse, le corridor choisi présente tout de même des obstacles et des discontinuités voire une barrière pour une partie de la faune. s à traverser ou Il faut toutefois noter que obstacles et de discontinuités sont différentes suivant : poissons, amphibiens, papillons, etc. e favorable au développement de la biodiversité. Aussi, arbitrairement, ces obstacles ont été scindés en quatre catégories et sont plutôt examinés au regard de la mobilité des amphibiens. Vert : pas de problème de franchissement. Large watergang en eau sous un Etroit watergang plus ou moins sec selon les saisons sous un pont d passagère. Petit barrage en planches, éclusettes. Absence de bandes enherbées. Jaune : franchissement avec de légères pertes ou frein au déplacement. eau. Berges bétonnées ou traitées chimiquement. Bas-côtés herbeux secs dans le sens du déplacement supposés des amphibiens. Orange : franchissement avec pertes sensibles ou difficilement franchissable. Petit watergang sous route très passagère à deux voies. Complexe watergang-route en espaces verts de zone urbaine ou rurale. Etroit watergang busé sur environ 20 mètres. Pont en surplomb (passage sec). Rouge : infranchissable ou franchissable mais avec de fortes pertes. Etroit watergang en eau sous axe routier à quatre voies (autoroute). Busage supérieur à 50 mètres contiguë à une route passagère. Busage supérieur à 300 mètres en friche industrielle. Pompe de relevage à gros débit. Ce classement peut être sujet à discussion, car il ne tient pas entièrement compte du fonctionnement des ouvrages hydrauliques des wateringues. Ainsi, quand les amphibiens sont actifs (reproduction, émancipation des jeunes), les pompes et vis de relevage sont généralement 65

71 relevage des eaux est important (sauf en février/mars où les amphibiens rejoignent les watergangs pour se reproduire). Les principaux obstacles et discontinuités développés ci-après sont reportés sur les planches «obstacles et discontinuités alphabétique allant de «a» à «i». ciser que les déplacements ponctuels et aléatoires des amphibiens aboutir à une forte mortalité. Par exemple, en juin 2010, un grand nombre de jeunes crapauds communs quittant le milieu aquatique pour leur premier estivage ont traversé la route longeant le Houtgracht. eux. De même, en septembre 2008, une trentaine de jeunes tritons ponctués quittaient le Houtgracht en soirée, un jour de fine pluie. spécifique. Une des principales interrogations est de définir, à Lynck, le comportement des amphibiens dyck vers le Schardauwe (a). Le watergang Overdyck étant continu et bien en eau, les animaux auront donc tendance à ne pas en sortir et finiront par atteindre la Haute Colme. Dès lors, comment les inciter à De même à Pitgam, au lieu- au Hout Gracht (b). Ce dernier devient ensuite le support principal du corridor pour rejoindre changeront pas de direction et continueront leur cheminement en ligne droite. Le problème est que ce watergang «bute pour espérer rejoindre le Hout Gracht. Dans ces deux cas, des études plus fines sur le comportement de la faune devraient être menées. Pareillement, à Bergues, le nouveau Bierendyck passe sous la ligne SNCF, puis il est busé sur environ 300 mètres en zone, pour rejoindre le Schelf Vliet (c). Ce passage apparaît infranchissable par les amphibiens être le plus intéressant pour rejoindre facilement les mares «Chico Mendes» et les douves sud des fortifications de cette situation. Le passage par le nord de Bergues paraît possible mais les amphibiens devront franchir des zones urbanisées et des zones vertes entretenues comme des parcs urbains (d) (gazon tondu et rives propres de toute végétation car situés en entrée de ville). Au sud de Watten, la RD 26, route assez fréquentée, coupe les éventuels échanges entre le bois du Ham et le bois Royal au droit des prairies (e) proches du moulin de Watten. A un kilomètre (f). aménagement de type «couloir vert» pour combler cette partie manquante du corridor. Dans les deux cas, une étude fine du comportement de la faune serait à mener. La première étape serait alors de recenser les animaux écrasés sur la RD26 lors des migrations de printemps. 66

72 Outre les aménagements précités, trois dispositions importantes permettrai continuité du corridor biologique de la Colme. La première serait la zone herbeuse et humide située sous le viaduc du TGV comme élément du corridor biologique (g). En effet, cette zone joue un rôle évident de connexion entre le bois Royal et le watergang Boudyck. Par ailleurs, les amphibiens, odonates et papillons ont pris «possession» de cet espace, certes très artificiel. Il serait souhaitable d en conforter les milieux humides en ne permettant plus de dépôts sauvages dans les petites dépressions où ont été constatées (libellules, crapauds ou grenouilles, mollusques, etc.). Toutefois, quelques crapauds communs et grenouilles rousses ont été écrasés sur la RD 346, route qui croise ce corridor. Est-il nécessaire pour cela de créer un crapauduc? Ici aussi, une étude plus fine menée lors des migrations serait utile à la connaissance. La deuxième disposition serait de pérenniser Moerelack,, par prairies humides (h) localisées Saint Momelin à Nieurlet. Il est primordial de protéger ces prairies car elles constituent le seul passage humide entre le grand ensemble des marais ceinturant la réserve naturelle nationale du Romelaere et le chevelu des watergangs de Flandre maritime (en passant par le bois du Ham et le Bois Royal). Enfin la troisième disposition concerne prairie à saules têtards, situé entre les deux watergangs parallèles que sont le Boudyck et le Oleet watergang au sud de Lynck (i). Ce petit watergang constitue la seule liaison entre les deux watergangs. Les photos ci-après illustrent les propos précédents. Elles sont référencées du numéro «1» à «8» sur les planches «obstacles et discontinuités Long tunnel sous voie ferrée (1) La petite faune passe sous la voie ferrée mais «butte», à la sortie, sur un watergang busé sur plus de 300 mètres. Il serait vert reliant le Schelfvliet. Autre difficulté : la traversée de la RD

73 Busage de petit très diamètre sous autoroute (2) Le Oude Gracht est busé sous Le passage de la petite faune est très aléatoire. Berges «mortes» (3) Berges «mortes», mais qui peuvent redevenir accueillantes si une gestion plus «écologique» était pratiquée. watergang/route/éclusette» (4) Déplacements difficiles pour les amphibiens. Quelques-uns sont découverts écrasés sur la route pourtant peu passagère. Une étude de comportement, au moment des migrations, serait nécessaire. 68

74 Vis de relevage (5) pas mortelles pour les amphibiens. le blesser. La faune peut également passer sur les côtés. Vis de relevage et berges bétonnées (6) Idem que le précédent. Ne paraît pour autant pas infranchissable pour les amphibiens. Tunnel sous la voie TGV (7) Ce large tunnel toujours humide ne doit pas être un réel obstacle à la circulation des animaux. 69

75 Chemin de halage «sec» sur 200 mètres (8) Un des passages possibles, mais peu propice pour les amphibiens, entre le marais du Moerelaeck et le chemin de halage herbeux menant au Bois du Ham. 10 Conclusion Le résultat des observations des différents groupes faunistiques confirme le choix final du corridor biologique. cependant pas celle des. Les grands watergangs qui drainent la Flandre maritime accueillent à des degrés eau libre possibles en plaine maritime : Foulque,, comme le Cygne tuberculé et le Martin pêcheur. La Bergeronnette des ruisseaux et le Grèbe huppé sont cantonnés à Bergues, le Grèbe castagneux aux mares de Millam. sont très favorables aux cortèges des quatre oiseaux paludicoles : Phragmite des joncs, Rousserolle effarvatte, Bruant des roseaux et Gorge bleu à miroir. Ces watergangs à roseaux sont aussi le biotope du Canard, qui cependant pas été constatés lors de nos inventaires. Les talus avec arbustes sont favorables à quelques oiseaux : Bouscarle de cetti, Rousserolle verderolle. Le Rossignol philomèle et la Locustelle tachetée ne sont pas directement liés aux watergangs mais sont plutôt cantonnés dans les friches humides les bordant. La gestion actuelle pratiquée sur les bandes enherbées contiguës aux watergangs exclut quasiment Concernant les amphibiens, groupe totalement lié et qui a été défini comme le groupe à favoriser en priorité, les observations ont été rares, alors que la pressio été conséquente. Pourtant les herbiers, leur habitat, sont assez divers et abondants. Une 70

PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE THT 400kV AVELIN-GAVRELLE LES OBSERVATIONS FAUNE/FLORE REALISEES EN 2011

PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE THT 400kV AVELIN-GAVRELLE LES OBSERVATIONS FAUNE/FLORE REALISEES EN 2011 PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE THT 400kV AVELIN-GAVRELLE LES OBSERVATIONS FAUNE/FLORE REALISEES EN 2011 Commission milieux naturels, Libercourt 31-01 -2013 INTRODUCTION Dans le cadre de ce projet

Plus en détail

Les formations pour tous ceux qui veulent aller de l avant :

Les formations pour tous ceux qui veulent aller de l avant : Les formations pour tous ceux qui veulent aller de l avant : Pour tous ceux qui n ont pas pour vocation première d éduquer à l environnement ni de gérer des espaces verts ou naturels. Pour tous ceux qui

Plus en détail

Inventaire des zones humides et des mares sur la commune de Monthodon

Inventaire des zones humides et des mares sur la commune de Monthodon Inventaire des zones humides et des mares sur la commune de Monthodon Introduction Les 9 et 16 avril 2009, des inventaires sur la faune des zones humides ont été effectués sur la commune de Monthodon.

Plus en détail

PROJET DE CREATION de la Réserve naturelle régionale des LANDES, PRAIRIES ET ÉTANGS DE PLOUNÉRIN (CÔTES-D'ARMOR)

PROJET DE CREATION de la Réserve naturelle régionale des LANDES, PRAIRIES ET ÉTANGS DE PLOUNÉRIN (CÔTES-D'ARMOR) PROJET DE CREATION de la Réserve naturelle régionale des LANDES, PRAIRIES ET ÉTANGS DE PLOUNÉRIN (CÔTES-D'ARMOR) Bilan de la consultation du public et des avis recueillis Photo Françoise Turban Février

Plus en détail

Point Info Biodiversité

Point Info Biodiversité Point Info Biodiversité La Biodiversité remarquable de Flandre Restitution des inventaires réalisés en 2014 sur Coquelles CPIE FLANDRE MARITIME 06 MARS 2015 Le CPIE Flandre Maritime - «ADEELI» fondée en

Plus en détail

LA FAUNE VERTÉBRÉE DES HAIES ET DES BOSQUETS

LA FAUNE VERTÉBRÉE DES HAIES ET DES BOSQUETS Journée de Formation CEE_Oct 2014 LA FAUNE VERTÉBRÉE DES HAIES ET DES BOSQUETS Haies = «construction humaine» BOCAGE Dans grandes plaines cultivées, vestiges de haies ou de forêt BOSQUETS Haies et Bosquets

Plus en détail

Inventaire et suivi des amphibiens

Inventaire et suivi des amphibiens Inventaire et suivi des amphibiens Ils sont réalisés par Simon Birckel de l ONF. Point bibliographique La seule étude disponible est le dossier d enquête réalisé en 2009 (EGIS Aménagement, 2009). Il ne

Plus en détail

25 ANS DE GESTION ET DE SUIVIS ORNITHOLOGIQUES DANS LES MARAIS D HARCHIES. Jérémy Simar Département de l Étude du Milieu naturel et agricole

25 ANS DE GESTION ET DE SUIVIS ORNITHOLOGIQUES DANS LES MARAIS D HARCHIES. Jérémy Simar Département de l Étude du Milieu naturel et agricole 25 ANS DE GESTION ET DE SUIVIS ORNITHOLOGIQUES DANS LES MARAIS D HARCHIES Jérémy Simar Département de l Étude du Milieu naturel et agricole 1 QUELLES GESTIONS AUX MARAIS D HARCHIES? 1988 1994 : Conseil

Plus en détail

Suivi écologique du chenal de crue de la Vezouze à Lunéville. Journée technique des animateurs «Milieux aquatiques» 9 octobre 2015

Suivi écologique du chenal de crue de la Vezouze à Lunéville. Journée technique des animateurs «Milieux aquatiques» 9 octobre 2015 Suivi écologique du chenal de crue de la Vezouze à Lunéville Journée technique des animateurs «Milieux aquatiques» 9 octobre 2015 Sources : Geoportail & CCL 1. Contexte Géographique Bassin versant de la

Plus en détail

DECOUVREZ. Les oiseaux de nos rivières. en Deux-Sèvres. Accueillez & Protégez

DECOUVREZ. Les oiseaux de nos rivières. en Deux-Sèvres. Accueillez & Protégez Accueillez & Protégez Les oiseaux de nos rivières en Deux-Sèvres LE «TOP 10» DES espèces les plus communes en Deux-Sèvres Quatre espèces d oiseaux parmi les plus emblématiques DECOUVREZ les milieux les

Plus en détail

Espace Naturel Sensible du marais de la Besseye Suivi des batraciens

Espace Naturel Sensible du marais de la Besseye Suivi des batraciens Espace Naturel Sensible du marais de la Besseye Suivi des batraciens Novembre Document réalisé par : Association Nature Nord-Isère LO PARVI 14, Le Petit Cozance 38460 TREPT Tel. 04.74.92.48.62. Courriel

Plus en détail

Site Natura 2000 Complexe des cinq lacs de Narlay, Ilay, Grand Maclu, Petit Maclu et Vernois. Etude ornithologique Résultats

Site Natura 2000 Complexe des cinq lacs de Narlay, Ilay, Grand Maclu, Petit Maclu et Vernois. Etude ornithologique Résultats Site Natura 2000 Complexe des cinq lacs de Narlay, Ilay, Grand Maclu, Petit Maclu et Vernois Etude ornithologique Résultats EPA Mars 2013 1 Objectifs 2 Méthodes d inventaire 3 Principaux résultats 4 Enjeux

Plus en détail

Inventaire des amphibiens et reptiles du département du Doubs 2012

Inventaire des amphibiens et reptiles du département du Doubs 2012 Inventaire des amphibiens et reptiles du département du Doubs 2012 Répartition provisoire Réalisation : LPO Franche-Comté Avril 2011 mars 2012 Inventaire des amphibiens et reptiles du département du Doubs

Plus en détail

INVENTAIRE DES AMPHIBIENS ET REPTILES D ÎLE-DE-FRANCE

INVENTAIRE DES AMPHIBIENS ET REPTILES D ÎLE-DE-FRANCE INVENTAIRE DES AMPHIBIENS ET REPTILES D ÎLE-DE-FRANCE ~ Bilan 26 ~ Jean-Christophe de MASSARY & Jean LESCURE 2 Introduction L inventaire des amphibiens et reptiles d Île-de-France s est poursuivi durant

Plus en détail

Ecoquartier Les Vergers. Réflexion sur la place de la nature en ville et la biodiversité au sein de l écoquartier les Vergers

Ecoquartier Les Vergers. Réflexion sur la place de la nature en ville et la biodiversité au sein de l écoquartier les Vergers Ecoquartier Les Vergers Réflexion sur la place de la nature en ville et la biodiversité au sein de l écoquartier les Vergers Qu est ce que la biodiversité en ville? Beaucoup de projet verdoyants mais avec

Plus en détail

Intégration des enjeux de conservation de la biodiversité dans le SCoT de l agglomération de Bayonne et du sud des Landes 17 septembre 2013

Intégration des enjeux de conservation de la biodiversité dans le SCoT de l agglomération de Bayonne et du sud des Landes 17 septembre 2013 Intégration des enjeux de conservation de la biodiversité dans le SCoT de l agglomération de Bayonne et du sud des Landes 17 septembre 2013 Introduction Les trois grandes étapes de la protection de la

Plus en détail

TRAME VERTE ET BLEUE

TRAME VERTE ET BLEUE Faune, flore... La biodiversité est à préserver Paon du jour Oie cendrée Flammule Grenouille verte Chardon sp. Urbanisation, réseaux routier et ferré... La faune et la flore sont menacées. Afin de préserver

Plus en détail

Etat des ressources biologiques : Les oiseaux nicheurs de l embouchure de l estuaire de la Seine

Etat des ressources biologiques : Les oiseaux nicheurs de l embouchure de l estuaire de la Seine Etat des ressources biologiques : Les oiseaux nicheurs Reconnue pour son intérêt ornithologique national et international, l embouchure de l estuaire de la Seine accueille de nombreuses espèces d oiseaux.

Plus en détail

Zoom sur le suivi de la reproduction des anatidés de Bresse Printemps - Eté 2016

Zoom sur le suivi de la reproduction des anatidés de Bresse Printemps - Eté 2016 Zoom sur le suivi de la reproduction des anatidés de Bresse Printemps - Eté 2016 Crédit photos : Dominique GEST Rédaction : Juliane RAVAT - FDC39 Suivis de terrain : Pierre Emmanuel TROADEC FDC39 Le suivi

Plus en détail

CREATION D'UN ESPACE NATUREL ET DE BIODIVERSITE DE l'isle-adam

CREATION D'UN ESPACE NATUREL ET DE BIODIVERSITE DE l'isle-adam CREATION D'UN ESPACE NATUREL ET DE BIODIVERSITE DE l'isle-adam Rédacteurs : JM TERNISIEN Association loi 1901- déclaration n 0953014949 Centre associatif Françoise Bonn 14, rue Théodore Prévost 95290 l

Plus en détail

Nous n'en avons pas toujours conscience mais les villes sont des réservoirs importants de biodiversité. Petits animaux et végétaux y abondent.

Nous n'en avons pas toujours conscience mais les villes sont des réservoirs importants de biodiversité. Petits animaux et végétaux y abondent. Nous n'en avons pas toujours conscience mais les villes sont des réservoirs importants de biodiversité. Petits animaux et végétaux y abondent. Cette variété de la faune et de la flore est une richesse

Plus en détail

LES ZONES HUMIDES DE LA LOIRE

LES ZONES HUMIDES DE LA LOIRE LES ZONES HUMIDES DE LA LOIRE www.loire.fr Véritables transitions entre terre et eau, les zones humides désignent des terrains inondés ou gorgés d eau au moins une partie de l année. Derrière ce terme

Plus en détail

Direction de l environnement. LES YVELINES Un capital environnemental d exception

Direction de l environnement. LES YVELINES Un capital environnemental d exception Direction de l environnement LES YVELINES Un capital environnemental d exception DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT concours organisé par l association «Yvelines Environnement» Cycle d éducation à l environnement

Plus en détail

Armature paysagère : Les composantes végétales. du 19 octobre A n g e r s L o i r e M é t r o p o l e

Armature paysagère : Les composantes végétales. du 19 octobre A n g e r s L o i r e M é t r o p o l e Armature paysagère : Les composantes végétales ét Partenaires Associés du 19 octobre 2011 A n g e r s L o i r e M é t r o p o l e. Direction du Développement des Territoires 2 Thématique espaces naturels,

Plus en détail

Espace naturel régional du Moulin des Marais (77) Septembre 2016 Synthèse. Damien THIEBAULT Consultant

Espace naturel régional du Moulin des Marais (77) Septembre 2016 Synthèse. Damien THIEBAULT Consultant Espace naturel régional du Moulin des Marais (77) Septembre 2016 Synthèse Damien THIEBAULT Consultant INVENTAIRES NATURALISTES PREALABLES AUX REVISIONS D AMENAGEMENTS FORESTIERS SUR 3 PROPRIETES REGIONALES

Plus en détail

Le projet intégré d'un parc écotechnologique sur le site du Carnet

Le projet intégré d'un parc écotechnologique sur le site du Carnet Le projet intégré d'un parc écotechnologique sur le site du Carnet "Les mesures compensatoires sur les projets d'aménagements et d'infrastructures" COTITA 25/11/2014 Sommaire 1. La méthodologie et les

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme Intercommunal et trame verte et bleue. PAU le 03 décembre Juillet 2011 Comité technique

Plan Local d Urbanisme Intercommunal et trame verte et bleue. PAU le 03 décembre Juillet 2011 Comité technique Plan Local d Urbanisme Intercommunal et trame verte et bleue PAU le 03 décembre 2014 1 1 2 Calendrier procédure d élaboration du PLUi Eté 2010 Printemps 2011 Fin 2011 Mars 2014 Novembre 2014 Janvier 2015

Plus en détail

Destiné aux enseignants, aux animateurs et aux formateurs

Destiné aux enseignants, aux animateurs et aux formateurs Dossier pédagogique Destiné aux enseignants, aux animateurs et aux formateurs Réserve Naturelle de Saint-Quentin-en-Yvelines Un ilot de nature en ville Insérée dans un tissu périurbain, la réserve naturelle

Plus en détail

Site des Etangs de Bonnelles (78) Projet de classement en Réserve Naturelle Régionale (RNR) - Présentation synthétique -

Site des Etangs de Bonnelles (78) Projet de classement en Réserve Naturelle Régionale (RNR) - Présentation synthétique - Site des Etangs de Bonnelles (78) Projet de classement en Réserve Naturelle Régionale (RNR) - Présentation synthétique - Commune de situation Propriétaire Bonnelles (département des Yvelines - 78) Commune

Plus en détail

Projet de Valorisation des friches en milieu agricole

Projet de Valorisation des friches en milieu agricole Projet de Valorisation des friches en milieu agricole Valérie D. Dufour, biologiste et Amélie Rodier, tech. faune Club conseil Profit-eau-sol 2 décembre 2014 Plan de la présentation 1. Les projets de biodiversité

Plus en détail

Suivi de la Salamandre tachetée sur la voie de la Mouillère à Besançon 8/12/2015

Suivi de la Salamandre tachetée sur la voie de la Mouillère à Besançon 8/12/2015 Suivi de la Salamandre tachetée sur la voie de la Mouillère à Besançon 8/12/2015 SPECIES, 21 Av de la Vaite F25000 BESANCON Tél : 03 81 47 13 31 Portable : 06 17 77 62 79 --Email : fjussyk-species@gmail.com

Plus en détail

Fréquence Grenouille. Les mares : des habitats essentiels pour les amphibiens

Fréquence Grenouille. Les mares : des habitats essentiels pour les amphibiens Fréquence Grenouille Les mares : des habitats essentiels pour les amphibiens 22 mars 2014 La Société nationale de protection de la nature Association loi 1901, fondée en 1854, reconnue d utilité publique

Plus en détail

Le Marais de Saint Simon

Le Marais de Saint Simon Le Conservatoire d espaces naturels de Picardie est membre du réseau des Conservatoires d'espaces naturels. Le Marais de Saint Simon Pour une restauration écologique du site Saint Simon Plan du site Parking

Plus en détail

SITUATION DES NIDS ET PERIODES DE PONTE PAR DATE DES PREMIERS AUX DERNIERS PHOTO REPRODUCTION ESPECE MILIEU NID. duc

SITUATION DES NIDS ET PERIODES DE PONTE PAR DATE DES PREMIERS AUX DERNIERS PHOTO REPRODUCTION ESPECE MILIEU NID. duc SITUATION DES NIDS ET PERIODES DE PONTE PAR DATE DES PREMIERS AUX DERNIERS PHOTO REPRODUCTION ESPECE MILIEU NID fin février Hibou moyen duc bois, bosquets dans un arbre, occupe un ancien nid de corvidé,

Plus en détail

Plateau de Saint Sixte

Plateau de Saint Sixte ZNIEFF* de type I N régional : 4284 Ancien N régional : Plateau de Saint Sixte Départements et communes concernées en Rhône-Alpes Surface : 1 576,25 Loire AILLEUX, CEZAY, HOPITAL-SOUS-ROCHEFORT (L'), SAINT-LAURENT-ROCHEFORT,

Plus en détail

Fiche N 14 Les hauts-fonds du Lac de Gayme (Partie Nord)

Fiche N 14 Les hauts-fonds du Lac de Gayme (Partie Nord) Fiche N 14 Les hauts-fonds du Lac de Gayme (Partie Nord) Nom : Les hauts-fonds du lac de Gayme (partie Nord) Nom de la commune : Picherande Propriétaire : Communal Repères GPS : Longitude : 2 46 38.2"E

Plus en détail

Comité de pilotage Natura 2000 Sous la présidence de Madame Geneviève WORTHAM Conseillère régionale

Comité de pilotage Natura 2000 Sous la présidence de Madame Geneviève WORTHAM Conseillère régionale Comité de pilotage Natura 2000 Sous la présidence de Madame Geneviève WORTHAM Conseillère régionale Mardi 15 novembre 2011 Base régionale de plein air et de loisirs de Jablines-Annet Plan de la présentation

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Forêt riveraines, forêts alluviales, ripisylves et milieux associés : intérêts, rôles et cause de la régression des forêts alluviales

CHAPITRE 2 : Forêt riveraines, forêts alluviales, ripisylves et milieux associés : intérêts, rôles et cause de la régression des forêts alluviales CHAPITRE 2 : Forêt riveraines, forêts alluviales, ripisylves et milieux associés : intérêts, rôles et cause de la régression des forêts alluviales 2.1. Forêts riveraines : causes historiques de leur régression

Plus en détail

faune-aquitaine.org Les oiseaux d eau observés au lac de l Escourou De 1995 à 2013

faune-aquitaine.org Les oiseaux d eau observés au lac de l Escourou De 1995 à 2013 faune-aquitaine.org Les oiseaux d eau observés au lac de l Escourou De 1995 à 2013 Le contenu de l espace téléchargeable est le fruit de la collaboration de l ensemble des contributeurs au projet de base

Plus en détail

Inventaire des passereaux paludicoles. en Marais Poitevin. Octobre Parc interrégional du Marais poitevin. Roselière du Vieux Lay Julien Sudraud

Inventaire des passereaux paludicoles. en Marais Poitevin. Octobre Parc interrégional du Marais poitevin. Roselière du Vieux Lay Julien Sudraud Parc interrégional du Marais poitevin Inventaire des passereaux paludicoles en Marais Poitevin Octobre 2009 Roselière du Vieux Lay Julien Sudraud VEN 1009-22 Suivi des passereaux paludicoles en Marais

Plus en détail

Parc Naturel Transfrontalier du Hainaut

Parc Naturel Transfrontalier du Hainaut Recueil d expériences sur la «Prise en compte de la trame verte et bleue dans les territoires de projet» Action portée dans le cadre du Réseau Rural français (www.reseaurural.fr) et financée par le Ministère

Plus en détail

Schéma Régional de Cohérence Ecologique de la région Ile-de-France TOME 3 ATLAS CARTOGRAPHIQUE

Schéma Régional de Cohérence Ecologique de la région Ile-de-France TOME 3 ATLAS CARTOGRAPHIQUE Schéma Régional de Cohérence Ecologique de la région Ile-de-France TOME 3 ATLAS CARTOGRAPHIQUE Projet de SRCE Décembre 2012 6. Atlas cartographique CARTE DES COMPOSANTES ET CARTE DES OBJECTIFS 6.1.4.

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme Intercommunal : PLUi Diagnostic environnemental. Annexe 7 : commune de Grugé L Hôpital

Plan Local d Urbanisme Intercommunal : PLUi Diagnostic environnemental. Annexe 7 : commune de Grugé L Hôpital Plan Local d Urbanisme Intercommunal : PLUi Diagnostic environnemental Annexe 7 : commune de Grugé L Hôpital COMMUNE : GRUGE-L HOPITAL ZSB098 D22 ZSB068 ZSB066 ZSB069 ZSB072 ZSB06 ZSB073 D2 9 49 6 ZSB07

Plus en détail

Projet de Réserve Naturelle Régionale ConfluenceS Garonne-Ariège

Projet de Réserve Naturelle Régionale ConfluenceS Garonne-Ariège Projet de Réserve Naturelle Régionale ConfluenceS Garonne-Ariège Situé au sud de l agglomération toulousaine, le territoire de la confluence Garonne-Ariège, s étend sur un linéaire d une vingtaine de kilomètres

Plus en détail

«Évaluation de l efficacité de nouveaux aménagements pour la reproduction du crapaud calamite» Jessica Ranzoni Nicolas Balverde

«Évaluation de l efficacité de nouveaux aménagements pour la reproduction du crapaud calamite» Jessica Ranzoni Nicolas Balverde «Évaluation de l efficacité de nouveaux aménagements pour la reproduction du crapaud calamite» Jessica Ranzoni Nicolas Balverde Déroulement de la présentation Contexte Problématique & objectifs Démarche

Plus en détail

Noyaux de biodiversité

Noyaux de biodiversité Caractéristiques générales Cette sous trame est répandue sur l'ensemble du territoire de façon hétérogène. L'hydromorphologie, les différents types de sol, le relief, la présence d'activités humaines sont

Plus en détail

- Dossier de presse - Mise en œuvre de la compensation écologique de la Ligne à Grande Vitesse Bretagne - Pays de La Loire

- Dossier de presse - Mise en œuvre de la compensation écologique de la Ligne à Grande Vitesse Bretagne - Pays de La Loire - Dossier de presse - Mise en œuvre de la compensation écologique de la Ligne à Grande Vitesse Bretagne - Pays de La Loire 1 LIGNE A GRANDE VITESSE BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE ET COMPENSATION ECOLOGIQUE...

Plus en détail

Prise en compte des espèces dans la trame verte et bleue

Prise en compte des espèces dans la trame verte et bleue Fédération Parcs Naturels Régionaux de France Muséum National d Histoire Naturel Groupe d échange Trame verte et bleue Journée d échange du 8 décembre 2010 Prise en compte espèces dans la trame verte et

Plus en détail

ou comment favoriser la nature en ville? La gestion différenciée des espaces en milieu urbain

ou comment favoriser la nature en ville? La gestion différenciée des espaces en milieu urbain La gestion différenciée des espaces en milieu urbain ou comment favoriser la nature en ville? Qu'est ce que la biodiversité? Origine du mot «biodiversité» concept de «diversité biologique» apparu dans

Plus en détail

Les oiseaux de la Perrole. Année 2013

Les oiseaux de la Perrole. Année 2013 Les oiseaux de la Perrole. Année 2013 Introduction Les domaines agricoles de plaine sont en général pauvres en biotopes et donc en oiseaux nicheurs. Fort heureusement, certains agriculteurs, sensibles

Plus en détail

Le site naturel protégé des Salines de Villeneuve (34)

Le site naturel protégé des Salines de Villeneuve (34) Le site naturel protégé des Salines de Villeneuve (34) GESTION HYDRAULIQUE ENJEUX NATURELS DEMOUSTICATION Partenaires de la gestion : Partenaires financiers : Localisation du site des Salines de Villeneuve

Plus en détail

ZPS Beauce et Vallée de la Conie. ZSC Vallée du Loir. Garancières-en-Beauce Le 3 septembre

ZPS Beauce et Vallée de la Conie. ZSC Vallée du Loir. Garancières-en-Beauce Le 3 septembre ZPS Beauce et Vallée de la Conie ZSC Vallée du Loir Garancières-en-Beauce Le 3 septembre 2014 Sommaire Présentation de Natura 2000 Présentation de la ZPS et de la ZSC - Actions réalisées - Point sur les

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS DU SAGE

LES RENDEZ-VOUS DU SAGE LES RENDEZ-VOUS DU SAGE Aménagement, développement et zones humides, quelles solutions? Une approche globale biodiversité dans des aménagements urbains Introduction par Mr Bernard GARNIER, Vice-Président

Plus en détail

Découvrir le Sonneur à ventre jaune. en Pays de la Loire

Découvrir le Sonneur à ventre jaune. en Pays de la Loire Découvrir le Sonneur à ventre jaune en Pays de la Loire Le Sonneur à ventre jaune est un petit crapaud mesurant de 4 à 5 cm. Il présente un corps aplati. Sa tête se caractérise par un museau arrondi et

Plus en détail

Le Marais de Villiers

Le Marais de Villiers Le Marais de Villiers Présentation Le marais de Villiers est une zone humide d importance nationale de plus de 20 ha et l'une des dernières tourbières du Nord Pas-de-Calais. La gestion du site a donc été

Plus en détail

Vallée du Gambon. Le Vexin normand

Vallée du Gambon. Le Vexin normand Le Vexin normand La Vallée du Gambon Situation Située à l extrême est du méandre des Andelys, la vallée du Gambon prend sa source au cœur du plateau du Vexin. Orientée est/ouest, elle rejoint la Seine

Plus en détail

Raccordement électrique du parc éolien en mer de Saint-Nazaire. GT-Environnement

Raccordement électrique du parc éolien en mer de Saint-Nazaire. GT-Environnement GT-Environnement 26-05-2015 01 Etudes réalisées Etudes Aspects sédimentaires et géotechniques Années - Bureau d étude 2013-2014 - GTEC Etude ichtyofaune marine 2013 - TBM-environnement Peuplementsbenthiques,

Plus en détail

Étagement présent. Arbres à cavité ou arbres de gros diamètre (> 30 cm) Au moins 1 Absence. Au moins 3 types différents

Étagement présent. Arbres à cavité ou arbres de gros diamètre (> 30 cm) Au moins 1 Absence. Au moins 3 types différents ANNEXE 1 1. Haies 2. Alignements d arbres 3. Bosquets 4. Prés-vergers 5. Fossés 6. Murets 7. Mares 8. Bandes enherbées 9. Prairies naturelles pâturées ou fauchées 10. Prairies humides pâturées ou fauchées

Plus en détail

Étude écologique, floristique et faunistique Propositions de gestion Site industriel de SEVELNORD

Étude écologique, floristique et faunistique Propositions de gestion Site industriel de SEVELNORD Étude écologique, floristique et faunistique Propositions de gestion Site industriel de SEVELNORD Présentation du site Diagnostic du site Diagnostic du site Méthodologie d inventaire La faune Les oiseaux

Plus en détail

ATLAS DES OISEAUX NICHEURS D AQUITAINE ELEMENTS D AIDE A LA PROSPECTION

ATLAS DES OISEAUX NICHEURS D AQUITAINE ELEMENTS D AIDE A LA PROSPECTION LES MANQUES Une maille est correctement prospectée lorsqu elle contient plus de 70 espèces nicheuses (Carte 1) et lorsque la pression d observation est supérieure à 40 H homme (Carte 2). Carte 1. Répartition

Plus en détail

- Près de la moitié de tous les types de milieux de Suisse sont menacés.

- Près de la moitié de tous les types de milieux de Suisse sont menacés. Biodiversité à Genève, en Suisse et dans le monde Les chiffres de la crise 1. Les milieux - Près de la moitié de tous les types de milieux de Suisse sont menacés. Forêts - 31% du territoire suisse est

Plus en détail

1 Conserver l intégrité des écosystèmes

1 Conserver l intégrité des écosystèmes Les rapides de Lachine 3 objectifs de conservation et d aménagement 1 Conserver l intégrité des écosystèmes Secteur d une biodiversité remarquable Île des Soeurs Les Sept Soeurs Île aux HéronsH Unicité

Plus en détail

ESPÈCES PROTÉGÉES ET REMARQUABLES DE LA COMMUNE D ARS-SUR-MOSELLE

ESPÈCES PROTÉGÉES ET REMARQUABLES DE LA COMMUNE D ARS-SUR-MOSELLE P O R T E R A C O N N A I S S A N C E P A R C N A T U R E L R É G I O N A L DE L O R R A I N E INFORMATIONS CONCERNANT LES MILIEUX NATURELS ÉLABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME D ARS-SUR-MOSELLE ESPÈCES

Plus en détail

Présentation des observations de Fouillet Philippe février FOUILLET PHILIPPE Études Faunistiques et Écologiques

Présentation des observations de Fouillet Philippe février FOUILLET PHILIPPE Études Faunistiques et Écologiques Étude des insectes de la Directive Habitat (Agrion de Mercure et Damier de la Succise) sur le site Natura 2000 de l étang du Curnic (Guissény, Finistère) : Présentation des observations de 2008. Fouillet

Plus en détail

Notons, en de nombreux endroits, la mise à mal de ce patrimoine, sur des espaces agricoles, mais aussi dans un contexte résidentiel.

Notons, en de nombreux endroits, la mise à mal de ce patrimoine, sur des espaces agricoles, mais aussi dans un contexte résidentiel. Le maillage de haies Depuis 50 ans, le maillage bocager s est érodé, suite aux arrachages et à un entretien parfois inadapté. Or, les haies, bosquets, arbres isolés et mares sont des habitats fonctionnels,

Plus en détail

lié à l'aménagement de la RD 117 Déviation de Machecoul sur les communes de Paulx et Machecoul Documents cerfa

lié à l'aménagement de la RD 117 Déviation de Machecoul sur les communes de Paulx et Machecoul Documents cerfa AMENAGEMENT FONCIER AGRICOLE ET FORESTIER lié à l'aménagement de la RD 117 Déviation de Machecoul sur les communes de Paulx et Machecoul Demande de dérogation "Espèces protégées" au titre de l'article

Plus en détail

Le chevreuil. La vipère aspic. - Description : sa robe est marron en été et brune en hiver, son derrière est blanc. Il est moins gros que le cerf.

Le chevreuil. La vipère aspic. - Description : sa robe est marron en été et brune en hiver, son derrière est blanc. Il est moins gros que le cerf. Le chevreuil - Description : sa robe est marron en été et brune en hiver, son derrière est blanc. Il est moins gros que le cerf. - Reproduction : la chevrette peut avoir plusieurs faons chaque année. -

Plus en détail

Présentation des rencontres de l Atelier d urbanisme en Livradois-Forez

Présentation des rencontres de l Atelier d urbanisme en Livradois-Forez Présentation des rencontres de l Atelier d urbanisme en Livradois-Forez «Prendre en compte la Trame Verte et Bleue dans les documents d urbanisme et les projets d aménagement» Le Parc Livradois-Forez pour

Plus en détail

Projet LIFE in Quarries

Projet LIFE in Quarries Séminaire «La nature et la biodiversité» Projet LIFE in Quarries Benoit Lussis FEDIEX Alexandre Sneessens FEDIEX Julien Taymans Natagora Maxime Séleck Université de Liège Charlotte Mathelart PNPE L ambition

Plus en détail

Plan d eau de Reichshoffen

Plan d eau de Reichshoffen Réserve Naturelle Régionale Plan d eau de Reichshoffen Surface totale : 24,16 ha Date de classement Délibération du 14 novembre 2014 du Conseil Régional d Alsace (ancienne réserve naturelle volontaire

Plus en détail

AMENAGEMENT PISCICOLE CENTRE VILLE NASBINALS

AMENAGEMENT PISCICOLE CENTRE VILLE NASBINALS AMENAGEMENT PISCICOLE CENTRE VILLE NASBINALS AMENAGEMENTS PISCICOLES SUR LA MEDIANE DU COURS D EAU DANS SA TRAVERSEE DE NASBINALS INTRODUCTION : Ce cours d eau prend sa source à 1230 mètres d altitude

Plus en détail

Le Marais poitevin et son observatoire. 3 ème séminaire national des observatoires de la biodiversité

Le Marais poitevin et son observatoire. 3 ème séminaire national des observatoires de la biodiversité Le Marais poitevin et son observatoire 3 ème séminaire national des observatoires de la biodiversité Le Marais poitevin en chiffre : Espèces (114 DH DO) - 53 sp odonates - 34 sp poissons - 17 sp amphibiens

Plus en détail

Etang de Sologne Restauration et valorisation d un site d intérêt écologique

Etang de Sologne Restauration et valorisation d un site d intérêt écologique Etang de Sologne Restauration et valorisation d un site d intérêt écologique Concours IDRRIM 2012 Autoroute A71 Présentation simplifiée L étang de Sologne au cœur du réseau Natura 2000 Situé dans le département

Plus en détail

Bois Marbeau. Le-Plessis-Trévise (94) Matériel d enregistrement. Vue depuis la rue de Chennevières. Vue depuis la rue Marbeau

Bois Marbeau. Le-Plessis-Trévise (94) Matériel d enregistrement. Vue depuis la rue de Chennevières. Vue depuis la rue Marbeau Bois Marbeau Le-Plessis-Trévise (94) Vue depuis la rue de Chennevières Matériel d enregistrement Un coléoptère du Bois Marbeau Vue depuis la rue Marbeau Essai d inventaire des chiroptères 19 juillet 2016

Plus en détail

Annexe : Tableau synthétique des opérations proposées pour chaque fiche mesure du programme d actions

Annexe : Tableau synthétique des opérations proposées pour chaque fiche mesure du programme d actions Le tableau ci-dessous reprend par thématique les intitulés des fiches mesures proposées dans le cadre du projet de programme d actions du DocOb du site Natura 2000 de la «Plaine de Villeveyrac-Montagnac»

Plus en détail

L intérêt du diagnostic. La réalisation du diagnostic

L intérêt du diagnostic. La réalisation du diagnostic L intérêt du diagnostic Le diagnostic des éléments naturels et paysagers permet de caractériser les milieux présents sur l exploitation (prairie, haie, mare, culture...), leur état écologique et leur rôle

Plus en détail

Trame Verte et Bleue et espèces cibles

Trame Verte et Bleue et espèces cibles Trame Verte et Bleue et espèces cibles Enjeux, méthode et critères de choix dans le Parc naturel régional des Volcans d Auvergne 8 décembre 2010 Rappel du contexte En France comme en Auvergne, ce sont

Plus en détail

La rivière et son fonctionnement

La rivière et son fonctionnement La rivière et son fonctionnement Présenté par: Image: MDDEP Section 1: Définitions Section 1 Définitions Qu est-ce qu un bassin versant? C est l ensemble d un territoire drainé par un cours d eau principal

Plus en détail

INVENTAIRE DES REPTILES

INVENTAIRE DES REPTILES Lézard des murailles mâle en parcelle 76 de la forêt de Meudon le 13 juin 2008 Forêts domaniales de Meudon, Fausses Reposes et la Malmaison INVENTAIRE DES REPTILES Simon BIRCKEL, décembre 2010 1 Ce rapport

Plus en détail

Jeu sérieux «Construire et préserver» - Module 2 : Le marais de la Virvée Annexe 1 : Schémas des écosystèmes

Jeu sérieux «Construire et préserver» - Module 2 : Le marais de la Virvée Annexe 1 : Schémas des écosystèmes Jeu sérieux «Construire et préserver» - Module 2 : Le marais de la Virvée Annexe 1 : Schémas des écosystèmes Ce document présente sous la forme de schémas, les interactions existant au sein des 3 écosystèmes

Plus en détail

Saint Jacut de la mer

Saint Jacut de la mer Plan Local d Urbanisme Saint Jacut de la mer Boisements Commission des sites Mars 2013 Atelier Découverte 42, Rue des Antilles - 35400 Saint Malo Tel: 02.99.82.33.12 - Fax: 02.99.82.24.21 E-mail: atelier.decouverte@orange.fr

Plus en détail

Découverte d une zone humide : la Camargue

Découverte d une zone humide : la Camargue Sensibiliser DÉCOUVRIR ANALYSER COMPRENDRE RESPECTER Pour les classes de seconde «Biodiversité en Camargue et enjeux planétaires» Découverte d une zone humide : la Camargue Sensibilisation aux milieux

Plus en détail

NATURA 2000 Directive «Oiseaux» ZONE DE PROTECTION SPECIALE

NATURA 2000 Directive «Oiseaux» ZONE DE PROTECTION SPECIALE CENTRE Nom du site Numéro du site : BRENNE : FR2410003 NATURA 2000 Directive «Oiseaux» ZONE DE PROTECTION SPECIALE Surface : 58 311 ha Intérêt : La Brenne présente une mosaïque de milieux naturels (prairies,

Plus en détail

PRESENTATION DES DIFFERENTS MILIEUX DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU ET DES ESPECES INFEODEES A CES MILIEUX

PRESENTATION DES DIFFERENTS MILIEUX DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU ET DES ESPECES INFEODEES A CES MILIEUX PRESENTATION DES DIFFERENTS MILIEUX DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU ET DES ESPECES INFEODEES A CES MILIEUX La grande variété des différents milieux présents dans le massif de Fontainebleau engendre la remarquable

Plus en détail

Etat des ressources biologiques : Les oiseaux migrateurs dans l estuaire de la Seine

Etat des ressources biologiques : Les oiseaux migrateurs dans l estuaire de la Seine Etat des ressources biologiques : Les oiseaux migrateurs La migration des oiseaux correspond à leur mouvement saisonnier entre leur aire de reproduction et leur aire d hivernage. Ces migrations sont dirigées

Plus en détail

Herpétofaune des Landes et tourbières, enjeux et méthodes de suivis

Herpétofaune des Landes et tourbières, enjeux et méthodes de suivis Herpétofaune des Landes et tourbières, enjeux et méthodes de suivis Berroneau Matthieu - Cistude Nature Journées «landes et tourbières d Aquitaine» Les 10 et 11 février 2016, à Saint-Martin-de-Seignanx

Plus en détail

Schéma Régional de Cohérence Ecologique de Haute-Normandie

Schéma Régional de Cohérence Ecologique de Haute-Normandie Schéma Régional de Cohérence Ecologique de Haute-Normandie Géoportail IGN Mise en œuvre de la Trame Verte et Bleue Résumé Non Technique Version approuvée par arrêté du 18/11/2014 Communauté d agglomération

Plus en détail

Loire-Baratte Petit canal de dérivation de la Nièvre : Des TRAMES VERTE ET BLEUE à restaurer

Loire-Baratte Petit canal de dérivation de la Nièvre : Des TRAMES VERTE ET BLEUE à restaurer «Valoriser la nature en ville» Saint-Fiacre Loire-Baratte Loire-Baratte Petit canal de dérivation de la Nièvre : Des TRAMES VERTE ET BLEUE à restaurer Brigitte COMPAIN-MUREZ Décembre 2011 Ingénieur-chercheur,

Plus en détail

ANNEXE X : Stations, paramètres et fréquences pour le suivi des sites NATURA 2000 inscrits au registre des zones protégées

ANNEXE X : Stations, paramètres et fréquences pour le suivi des sites NATURA 2000 inscrits au registre des zones protégées ANNEXE X : Stations, paramètres et fréquences pour le suivi des sites NATURA 2000 inscrits au registre des zones protégées I District Rhin : LIBELLE CODE Complexe de l étang de Lindre, forêt de Romersberg

Plus en détail

BIODIVERSITE BIODIVERSITE. La protection environnementale dans le Trièves III.1

BIODIVERSITE BIODIVERSITE. La protection environnementale dans le Trièves III.1 III. La préservation des habitats naturels permet la diversité des espèces animales et végétales, c est donc l un des grands enjeux environnementaux du territoire Triévois. Ainsi, les dégradations dues

Plus en détail

L exemple du Bois St Martin

L exemple du Bois St Martin L exemple du Bois St Martin Source: M2 Espace et Milieux Table ronde du jeudi 4 février f 2010 Qu est ce que la biodiversité? La biodiversité 1992, Convention de Rio sur la diversité biologique Vulgarisation

Plus en détail

FORUM du 23 septembre 2016 Direction Territoriale Vallées de Marne

FORUM du 23 septembre 2016 Direction Territoriale Vallées de Marne FORUM du 23 septembre 2016 Direction Territoriale Vallées de Marne impact du changement climatique sur les écosystèmes aquatiques - actions menées par l ONEMA - impacts sur la faune et la flore aquatique

Plus en détail

MASSIF A TOURBIERES DE LA FORET D ECOUVES ET DE SES ALENTOURS

MASSIF A TOURBIERES DE LA FORET D ECOUVES ET DE SES ALENTOURS MASSIF A TOURBIERES DE LA FORET D ECOUVES ET DE SES ALENTOURS Réalisation : FCEN, 20 Sources : Conservatoire des espaces naturels de Basse Normandie, BD Carthage 2008 Code ONZH : FR255005 Auteur et année

Plus en détail

FEDERATION DE PECHE. Notions d écologie aquatique

FEDERATION DE PECHE. Notions d écologie aquatique FEDERATION DE PECHE Notions d écologie aquatique Ecologie C est la relation entre les êtres vivants et leur milieu Milieu = biotope Etres vivants = biocénose (faune, flore, bactéries, champignons, ) Les

Plus en détail

Parc national d Akanda Zone tampon

Parc national d Akanda Zone tampon Parc national d Akanda Zone tampon Secteur 07 Secteur marin Polygone englobant la zone à forte densité de tortues jusqu à 25 km des limites du parc national. Valeur(s) présente(s) dans le secteur de la

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DU PATRIMOINE NATUREL. Dunkerque-port

LE SCHÉMA DIRECTEUR DU PATRIMOINE NATUREL. Dunkerque-port LE SCHÉMA DIRECTEUR DU PATRIMOINE NATUREL Christine DOBRONIAK, Dép. Management de l environnement Dunkerque-port 17 Km 7500 HA - 3000 HA DE TERRE DISPONIBLE CIRCONSCRIPTION MARITIME : 38 000 HA. 170 industries

Plus en détail

Commune de SCIENTRIER : tableau descriptif de la carte

Commune de SCIENTRIER : tableau descriptif de la carte Commune de SCIENRIER : tableau descriptif de la carte Phénomène naturel I I Description des historicités L Arve Sur la commune, la rivière traverse une large zone de divagations anciennes. De nombreuses

Plus en détail

LA BIODIVERSITE ANIMALE EN PICARDIE. Rémi FRANCOIS, Responsable Scientifique du Conservatoire des Sites Naturels de Picardie

LA BIODIVERSITE ANIMALE EN PICARDIE. Rémi FRANCOIS, Responsable Scientifique du Conservatoire des Sites Naturels de Picardie LA BIODIVERSITE ANIMALE EN PICARDIE Rémi FRANCOIS, Responsable Scientifique du Conservatoire des Sites Naturels de Picardie Constat : la Picardie abrite une faune riche mais menacée. 1- Les groupes faunistiques

Plus en détail

Faune-Charente-Maritime : Synthèse ornitho Mars 2016

Faune-Charente-Maritime : Synthèse ornitho Mars 2016 1 Faune-Charente-Maritime Synthèse ornitho Mars 2016 2 Faits marquants du mois : Flamant rose à la RN de Moëze Aigle criard et Buse pattue dans les marais de Rochefort Goélands à bec cerclé à Aytré et

Plus en détail

3.17 ESPÈCES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement. INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement

3.17 ESPÈCES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement. INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement ESPÈCES INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de l aménagement du territoire Service de l économie rurale

Plus en détail