Cas cliniques IST adolescents. JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas cliniques IST adolescents. JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS"

Transcription

1 Cas cliniques IST adolescents JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS

2 Qques chiffres! Nb de partenaires déclarés par les adolescentes de moins de 19 ans : 2.2! En 2010, 90 % des ans déclarent avoir utilisé un préservatif lors de leur premier rapport! Abandon en moyenne au bout de 3 mois

3 gonococcies

4 gonococcies! Age moyen gonococcie en France (RENAGO) :! 21 ans pour les femmes! 26 ans pour les hommes

5 Infections à Chlamydia Age moyen Femmes : 22 ans Hommes : 25 ans

6 Marion 18 ans!

7 1. Je traite par cyclines pendant 7 jours 2. Je prescris avant tout un prélèvement vaginal 3. Autre solution

8 !

9 Claudia 19 ans! Rupture de préservatif avec partenaire occasionnel et inconnu la nuit précédente! Pas d autre contraception! DR : 1 semaine avant le rapport! Que faites vous?

10 1. Contraception d urgence 2. TPE 3. Bilan IST (auto prélèvement vestibulaire CT et gono) 4. Bilan sérologique (à renouveler 6 à 8 semaines plus tard)

11 Quels examens permettent le diagnostic d une infection à Chlamydia? 1. Sérologie Chlamydia 2. Prélèvement cervical (PCR) 3. Auto prélèvement vestibulaire (PCR)

12 Dans quel(s) cas, le dosage d IgA ou d IgM est il utile pour une infection à Chlamydia?

13 Recommandations HAS 2010 Dépistage des infections génitales à Chlamydia Femmes symptomatiques : prélèvement cervical Femmes asymptomatiques (dépistage) : autoprélèvement vestibulaire Sérologie non indiquée en cas d infection basse Sérologie indiquée en cas de suspicion d infection haute : uniquement IgG; IgA ou IgM inutiles HAS Diagnostic biologique de l Infection à Chlamydia trachomatis - Avis sur les actes. Juillet 2010

14 Jennifer 17 ans! Protège tous ses rapports sexuels sans exception! Aucun ATCD notable! Pas de traitement en cours! Présente une éruption d érosions très douloureuses de la vulve avec adénopathie satellite très douloureuse

15 Quels diagnostics évoquer? 1. Aphtose vulvaire 2. Primo-infection herpétique 3. Syphilis 4. Toxidermie médicamenteuse

16 Herpès génital! Se transmet par rapports oro-génitaux! HSV1 : 1 ère cause de primo-infection génitale! Comment confirmer le diagnostic?

17 1. Prélèvement cervical à la recherche d HSV 2. Prélèvement sur les lésions vulvaires 3. Sérologie herpétique

18 ! Identification sur lésion : HSV1! Quels conseils pour le partenaire masculin (auteur de la contamination par cunnilingus)? 1. Sérologie HSV 2. Recherche de HSV au niveau urétral 3. Traitement préventif par valaciclovir

19 ! Le partenaire est porteur d une sérologie HSV1 +! Il n a jamais eu de lésions génitales mais est présente des «boutons de fièvre» de temps en temps! Jennifer peut-elle lui transmettre un herpès génital à HSV1?

20 Prisca a 13 ans! Pouvez-vous lui proposer le vaccin anti-hpv?

21 ! Oui le vaccin s adresse aux jeunes filles de 11 à 13 ans révolus! Rattrapage de 14 à 19 ans! Nombre d injections?! 2! 3! 3 et rappel à 5 ans

22 ! Chez les jeunes filles de 11 à 13 ans révolus, 2 injections à 6 mois d intervalle sont suffisantes! Pour les jeunes filles plus âgées (14-19 ans), le calendrier est-il le même?! Oui! Non

23 ! Non, on reste au calendrier précédent avec! Pour Cervarix injections M0, M1, M6! Pour Gardasil injections M0, M2, M6

24 Claire 19 ans! Lors d un bilan systématique (nouveau partenaire) on découvre :! VDRL 16 u! TPHA u! Le reste des examens est négatif! Pas d ATCD d IST! Dernier bilan sérologique 6 mois avant : négatif! Examen clinique normal : pas de lésion génitale ou du tégument

25 traitement! Sygmacilline IM 2x 1.2 MU! Doxycycline : 200 mg per os 14 à 21 jours Quand programmez vous le contrôle sérologique? 1. Dès la fin des antibiotiques jours après la fin des antibiotiques 3. 3 mois après la fin des antibiotiques

26 ! 3 mois après le traitement, la sérologie de Claire montre :! VDRL 2 u! TPHA 5120 u! Le traitement a-t il été suffisant?

27 Dans quel(s) cas le traitement systématique du partenaire est-il indiqué? 1. Gonococcie avérée 2. Vaginose bactérienne 3. Chlamydiose 4. Candidose vaginale 5. Infection à Ureaplasma urealyticum

28 Rappel traitements IST! Gonococcie:! Ceftriaxone 500 mg IM! Spectinomycine 2 g IM! Chlamydiose :! Azithromycine 1 g per os unidose! Doxycycline : 200 mg x 7 jours per os

29 Mycoplasma hominis Ureaplasma urealyticum > 10 4 ucc/ml < 10 4 ucc/ml Nugent < 4 Symptômes + - Traiter : macrolides 7 jours Nugent > 4 Pas de traitement Traiter comme vaginose et corriger la flore Examen partenaire Examen partenaire non obligatoire

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Dépistage des IST chez la femme Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 IST Chlamydia Trachomatis Gonocoque Mycoplasma genitalium Syphilis Herpès génital

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus HPV Herpes simplex virus 1 et 2 HSV Virus de l hépatite B et C Virus de l

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus : HPV Herpes simplex virus : HSV Virus de l hépatite B : VHB Virus de l immunodéficience

Plus en détail

Le Point sur les IST. C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy

Le Point sur les IST. C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy Le Point sur les IST C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy Introduction Les Infections sexuellement transmissibles (IST) sont un enjeu de santé publique partout dans le monde,

Plus en détail

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Valérie 18 ans Vie sexuelle depuis 1 an et demi Pas de préservatif car «avait confiance» Son nouveau partenaire

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing 12 mai 2016 Gr IDIST de la SFD Taper

Plus en détail

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Généralité Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Épidémiologie Les IST : VIH, syphilis, gonococcie, chlamydiose, herpès génitale, VHB, HPV,... FDR : femme, PD, 1 er rapport précoce, partenaires

Plus en détail

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Pourquoi dépister les IST? C est quoi les IST, quels sont leurs risques? Les IST sont des infections sexuellement transmissibles Virus:

Plus en détail

Infections Sexuellement Transmises chez les homosexuels masculins infectés par le VIH

Infections Sexuellement Transmises chez les homosexuels masculins infectés par le VIH Infections Sexuellement Transmises chez les homosexuels masculins infectés par le VIH H Voinchet, D Neau, S Lawson-Ayayi, B de Barbeyrac, M-E Lafon, C Bebear, H Fleury, JM Ragneau 1997 Gonococcies en France

Plus en détail

Infections génitales. 24 septembre 2009

Infections génitales. 24 septembre 2009 Infections génitales Infections génitales chez l homme symptomatiques Bas appareil : urétrite Haut appareil prostatite, orchiépididymite Infections / agents Signes cliniques : Urétrite (IST) forme aigue

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 89 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2015 Infections sexuellement transmissibles bactériennes Auteurs : Matthieu Eveillard, Anne Doléans-Jordheim, Alban Le Monnier, Nadège Bourgeois-Nicolaos Présentations cliniques et

Plus en détail

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST (INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES) S. Decock IDE, S. Maesen IDE, Dr V. Baclet Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur (SUMIV)

Plus en détail

Prise en charge précoce IST et VIH Vaccin HPV. Santé sexuelle. F.J.Timsit CeGIDD Hôpital St Louis Paris

Prise en charge précoce IST et VIH Vaccin HPV. Santé sexuelle. F.J.Timsit CeGIDD Hôpital St Louis Paris Prise en charge précoce IST et VIH Vaccin HPV Santé sexuelle F.J.Timsit CeGIDD Hôpital St Louis Paris Prise en charge précoce VIH et IST Double objectif Traiter tôt dans l intérêt du patient Rompre la

Plus en détail

séminaire IST-Swissfamilydocs

séminaire IST-Swissfamilydocs séminaire IST State of the ART L Toutous Trellu* & Anca Paschoud** 1 *Service de dermatologie et service des maladies infectieuses ** Chargée d enseignement à la faculté de médecine de Genève 2 Cas 1 Jeune

Plus en détail

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE

Plus en détail

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES BACTÉRIENNES : TENDANCES RÉCENTES

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES BACTÉRIENNES : TENDANCES RÉCENTES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES BACTÉRIENNES : TENDANCES RÉCENTES NDEINDO NDEIKOUNDAM, DELPHINE VIRIOT, CORINNE PIOCHE, NELLY FOURNET, OUASSILA HANNACHI, CHARLY RAMUS, FLORENCE LOT SAINT MAURICE,

Plus en détail

JANVIER 2018 UE 2.5 INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES. 1- Définition

JANVIER 2018 UE 2.5 INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES. 1- Définition 1- Définition Une IST est une infection sexuellement transmissible. Elle se transmet principalement lors de relations sexuelles (rapport vaginal, anal ou uro-génital). Il existe plusieurs infections sexuellement

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL

Module 7 - Edition Item 89 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL Module 7 - Edition 2004 - Item 89 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter

Plus en détail

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à privilégier) En rouge : extrémité détachable à conserver

Plus en détail

PRATIQUE PRÉVENTIVE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES FACE À UNE DEMANDE DIRECTE DE DÉPISTAGE D'INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE.

PRATIQUE PRÉVENTIVE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES FACE À UNE DEMANDE DIRECTE DE DÉPISTAGE D'INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE. PRATIQUE PRÉVENTIVE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES FACE À UNE DEMANDE DIRECTE DE DÉPISTAGE D'INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE. Thèse 4/11/2010 Soutenue par Dr Julien WEHRUNG (médecin généraliste remplaçant)

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles T Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing

Plus en détail

Flore vaginale composée de: Lactobacilles Rendent le ph vaginal acide rôle inhib sur la prolif ds bact gênantes. digestive, oropharyngée et cutanée

Flore vaginale composée de: Lactobacilles Rendent le ph vaginal acide rôle inhib sur la prolif ds bact gênantes. digestive, oropharyngée et cutanée Flore vaginale composée de: Lactobacilles Rendent le ph vaginal acide rôle inhib sur la prolif ds bact gênantes Flore diverse provenant de la sphère digestive, oropharyngée et cutanée Écosystème très fragile

Plus en détail

DANS LES CeGIDD : MIEUX CIBLER, MIEUX TRAITER

DANS LES CeGIDD : MIEUX CIBLER, MIEUX TRAITER DU DÉPISTAGE AUX TRAITEMENTS DANS LES CeGIDD : MIEUX CIBLER, MIEUX TRAITER Sommaire Recommandations des dépistages p 3 Dépistage du VIH et de la Syphilis p 4 Traitement de la Syphilis p 6 Hépatite B :

Plus en détail

J'ai peut être une IST,

J'ai peut être une IST, J'ai peut être une IST, Infection Sexuellement Transmissible : que faire? Ces maladies correspondent à des infections transmises au moment des rapports sexuels. Lorsqu elles sont traitées à temps, elles

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie ULCÉRATION GÉNITALE C. Derancourt, M. Janier, N. Dupin,

Plus en détail

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens

Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Prise de risque : quel accompagnement? Journée Régionale Prévention VIH, Hépatites, IST 22 octobre 2013 Lens Quels acteurs? Qu est-ce qu une prise de risque? AES = accident d exposition au sang ou sexuelle

Plus en détail

Bulletins des réseaux de surveillance

Bulletins des réseaux de surveillance Données au 31 décembre 2012 L organisation de la surveillance (IST) et les contacts des personnes en charge de cette surveillance sont consultables sur le site de l Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/dossiers-thematiques/maladies-infectieuses/vih-sida-ist/infectionssexuellement-transmissibles-ist/comment-surveiller-les-ist.

Plus en détail

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été.

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Elle a des relations sexuelles avec un nouveau partenaire depuis environ

Plus en détail

Les IST bactériennes

Les IST bactériennes Les IST bactériennes Pr Ag Med Selim ASLI Service de Microbiologie Hôpital militaire principal d instruction de Tunis Faculté de Pharmacie de Monastir Cas clinique N 1 Femme de 28 ans. Consulte pour leucorrhées

Plus en détail

QUIZZ N 3. Docteur Yasmine DEBAB 26 septembre 2012

QUIZZ N 3. Docteur Yasmine DEBAB 26 septembre 2012 QUIZZ N 3 Docteur Yasmine DEBAB 26 septembre 2012 1 Cas clinique Un homme de 28 ans se présente aux urgences parce qu il a eu une fellation réceptive non protégée il y a 12 heures avec un partenaire occasionnel

Plus en détail

Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing

Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing Mr Y 45 ans ATCD d urétrite gonococcique Décrit un prurit anal glaires

Plus en détail

VIH/SIDA et autres IST

VIH/SIDA et autres IST VIH/SIDA et autres IST Christine JACOMET Jean Marc ROYE RéIVHAPS www.corevih-auvergne-loire.org VIH/SIDA- Synthèse récente 1/3 des patients non dépistés (soit 50 000 sur 150 000) Environ 7000-8000 nouveaux

Plus en détail

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue INFECTIONS àchlamydia TRACHOMATIS Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue EPIDEMIOLOGIE des INFECTIONS à CHLAMYDIAE TRACHOMATIS EN FRANCE Infection àchlamydiae trachomatis urogénitale : La plus fréquente en France

Plus en détail

Journée Étude «FEMMES»

Journée Étude «FEMMES» Journée Étude «FEMMES» IVG IST Vaccin HPV Mutilations sexuelles 2009 2010 IVG Environ 200 000 IVG chaque année en France (chiffre stable): 210 700 en 2004 8% des mineures en 2006 (vs 4% il y a quelques

Plus en détail

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme Mycoplasma Bactéries ubiquitaires, fragiles Classe des Mollicutes Généralités Dépourvues de paroi => Ne prennent pas la coloration de Gram => Résistance naturelle aux ß-lactamines Grande affinité pour

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Recommandations de bonnes pratiques cliniques Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Comité d Infectiologie de l Association Française d Urologie Cliquez pour modifier le style

Plus en détail

LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES

LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES Épidémiologie pratique Diagnostic clinique et examens Déclaration Attitude partenaire Vaccins Information ÉPIDÉMIOLOGIE Nosologie : localisation

Plus en détail

ACCIDENTS EXPOSANT AU RISQUE DE TRANSMISSION VIRALE DOSSIER MEDICAL ETABLISSEMENT :... Service :... Numéro du dossier :...

ACCIDENTS EXPOSANT AU RISQUE DE TRANSMISSION VIRALE DOSSIER MEDICAL ETABLISSEMENT :... Service :... Numéro du dossier :... ACCIDENTS EXPOSANT AU RISQUE DE TRANSMISSION VIRALE DOSSIER MEDICAL ETABLISSEMENT :... Service :... Numéro du dossier :... 1 MEDECIN TRAITANT : Dr... ANTECEDENTS : TRAITEMENTS EN COURS : AUTRES OBSERVATIONS

Plus en détail

Traitement d une infection gonococcique asymptomatique chez l homme

Traitement d une infection gonococcique asymptomatique chez l homme Centre de santé et de services sociaux de Rivière-du-Loup ORDONNANCE COLLECTIVE Traitement d une infection gonococcique asymptomatique chez l homme DESCRIPTION : Traitement d une infection gonococcique

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie

CAS CLINIQUE. Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011. Cours du collège de Maladies Infectieuses, Microbiologie et Parasitologie-Mycologie CAS CLINIQUE Dr. A. Berriche, Pr. Ag A. Ghoubantini 13/06/2011 Jeune homme, 33 ans Marié depuis un an Sans antécédents pathologiques Rapports sexuels extraconjugaux non protégés avec des partenaires multiples

Plus en détail

Livret de suivi et d information

Livret de suivi et d information Exposition aux infections sexuellement transmissibles IST Livret de suivi et d information Nom de votre médecin :... Pour prendre ou modifier votre rendez-vous Cachet du service ou de l hôpital et numéro

Plus en détail

1. DIAGNOSTIC POSITIF

1. DIAGNOSTIC POSITIF Module 7 - Edition 2004 - Item 95 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 95 : MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie,

Plus en détail

Supports enquête scientifique

Supports enquête scientifique Supports enquête scientifique Étude ProSanté 2010 Étude sur l état de santé, l accès aux soins et l accès aux droits des personnes en situation de prostitution rencontrées dans des structures sociales

Plus en détail

BILAN DE LA SURVEILLANCE DES IST ET DU VIH EN NORMANDIE

BILAN DE LA SURVEILLANCE DES IST ET DU VIH EN NORMANDIE 1 CIRE / InVS RÉGIONS BASSE-NORMANDIE ET HAUTE-NORMANDIE 17 Bulletin de veille sanitaire - N 17 / Décembre 15 BILAN DE LA SURVEILLANCE DES IST ET DU VIH EN NORMANDIE Page 2 Page 7 Page 9 Arnaud Mathieu,

Plus en détail

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice : le germe 5. - Prélèvements biologiques 6. - Exercice 7. - Analyses biologiques 8

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice : le germe 5. - Prélèvements biologiques 6. - Exercice 7. - Analyses biologiques 8 Gonococcie Table des matières Introduction 3 - Le patient 4 - Exercice : le germe 5 - Prélèvements biologiques 6 - Exercice 7 - Analyses biologiques 8 - Exercice 9 - Analyses biologiques 10 - Exercice

Plus en détail

Infections bactériennes des muqueuses et de la peau

Infections bactériennes des muqueuses et de la peau Diagnostic et suivi des infections des muqueuses, de la peau et des phanères, de la gale et des pédiculoses : le bon usage des examens biologiques Objectifs E.N.C. 79 Ectoparasitoses cutanées : gale et

Plus en détail

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL leucorrhée physiologique de la femme enceinte: Modifications vaginales PH plus acide Muqueuses violacées Augmentation la sécrétion vaginale et

Plus en détail

Dr N. AKOUM CHI Elbeuf- Louviers-Val de Reuil Service des Urgences

Dr N. AKOUM CHI Elbeuf- Louviers-Val de Reuil Service des Urgences PREVENTION/DEPISTAGE VIH, HEPATITES VHB VHC, IST LA DONNE CHANGE! Point épidémiologique en France et en Région Mardi 4 Novembre 2014 Dr N. AKOUM CHI Elbeuf- Louviers-Val de Reuil Service des Urgences 1

Plus en détail

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ANO-RECTALES

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ANO-RECTALES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES ANO-RECTALES EPIDEMIOLOGIE Ø Chiffres : 448 millions de nouveaux cas d IST toutes localisations confondues par an dans le monde, en 2010 (OMS) Ø En augmentation constante,

Plus en détail

Mycoplasma. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

Mycoplasma. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Mycoplasma Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Bactéries ubiquitaires, dépourvues de paroi, difficiles à cultiver Certaines

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie MST ANORECTALES M. Janier, N. Dupin, C. Derancourt,

Plus en détail

Données actualisées sur les IST

Données actualisées sur les IST Données actualisées sur les IST Guy La Ruche, Alice Bouyssou, Gilles Delmas, Betty Basselier InVS/DMI/VIC 25 novembre 2 Syphilis récente Réseau de cliniciens (RésIST) Syphilis primaire, secondaire et latente

Plus en détail

Manuel des Prélèvements. Prélèvements génitaux. Approbation : Jean BONFILS

Manuel des Prélèvements. Prélèvements génitaux. Approbation : Jean BONFILS CBM MA-G-C/015v02 Manuel des Prélèvements Prélèvements génitaux Approbation : Jean BONFILS Date d application Diffusion non contrôlée PRELEVEMENT VAGINAL RECHERCHE STANDARD RECHERCHE CHLAMYDIAE RECHERCHE

Plus en détail

Actualités dans les IST

Actualités dans les IST Actualités dans les IST Nouvelles recommandations thérapeutiques - 22 juin 2017 - Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Bordeaux USC-EA 18 es JNI, 3671 Saint-Malo, Infections

Plus en détail

Actualités sur les infections sexuellement transmissibles

Actualités sur les infections sexuellement transmissibles Actualités sur les infections sexuellement transmissibles Séminaire de formation SFLS - 1 er octobre 2015 Dr Fatima YASSIR-ORIA CIDDIST HEH & Croix Rousse Lyon - Pr Christian CHIDIAC Service de Dermatologie

Plus en détail

*INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

*INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES *INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES LES IST, QU EST-CE QUE C EST? Les IST sont des infections sexuellement transmissibles provoquées par des bactéries, des virus ou des parasites. Parmi les plus connues,

Plus en détail

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 octobre 2014 Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles Le présent document décrit les principales modifications qui seront apportées

Plus en détail

UE2 / N 26 PRÉVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTIONS

UE2 / N 26 PRÉVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTIONS UE2 / N 26 PRÉVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTIONS 1. Quelles sont les sérologies obligatoires au cours du 1 er trimestre de la grossesse? a. Rubéole b. Toxoplasmose c. TPHA-VDRL d. VHC e. VHB 2. En

Plus en détail

Cas cliniques Éléments anamnestiques pertinents Éléments cliniques pertinents. Dr C Delémont, SMPR DR L Toutous Trellu, dermato

Cas cliniques Éléments anamnestiques pertinents Éléments cliniques pertinents. Dr C Delémont, SMPR DR L Toutous Trellu, dermato Dr C Delémont, SMPR DR L Toutous Trellu, dermato Cas cliniques Éléments anamnestiques pertinents Éléments cliniques pertinents Le diagnostic différentiel Moyens diagnostiques Moyens thérapeutiques Suivi

Plus en détail

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe NGUYEN NL 06/12/16 IST En 2013 l OMS estimait à 500 millions de personnes infectées par les 4 IST curables (gono, chlam, syp, trich). Si on y ajoute les infection virales : 1,5 milliard personnes infectées

Plus en détail

INITIER LE TRAITEMENT DE L INFECTION ASYMPTOMATIQUE À CHLAMYDIA TRACHOMATIS OU GONOCOCCIQUE

INITIER LE TRAITEMENT DE L INFECTION ASYMPTOMATIQUE À CHLAMYDIA TRACHOMATIS OU GONOCOCCIQUE ORDONNANCE COLLECTIVE Référence à un protocole : oui non INITIER LE TRAITEMENT DE L INFECTION ASYMPTOMATIQUE À CHLAMYDIA TRACHOMATIS OU GONOCOCCIQUE NO : 3.25 OC-2-B-K Mise en vigueur le : PROFESSIONNELS

Plus en détail

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle»

Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Herpès génital et grossesse Faisabilité/intérêt des prélèvements «à l aveugle» Point de vue du Virologue Marianne COSTE-BUREL, Service de Virologie, CHU NANTES Quelques Chiffres (rapport HAS mai 2016)

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie URÉTRITE MASCULINE Ph. Gerhardt, N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Infections sexuellement transmissible

Infections sexuellement transmissible Infections sexuellement transmissible Définition Infections transmises lors de relations sexuelles, qu elles soient génitale, anal ou oro-génital. Les symptômes observés sont de différents types, dont

Plus en détail

GUIDE QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE DES ITSS, ÉDITION 2006 MISE À JOUR DE JUIN 2017

GUIDE QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE DES ITSS, ÉDITION 2006 MISE À JOUR DE JUIN 2017 GUIDE QUÉBÉCOIS DE DÉPISTAGE DES ITSS, ÉDITION 2006 MISE À JOUR DE JUIN 2017 PRINCIPALES MODIFICATIONS IMPLIQUANT UN DE PRATIQUE Prélèvements et analyses recommandés en fonction de l infection recherchée

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES INTRODUCTION Infections fréquentes, «honteuses» Sous-diagnostiquées Complications aigues et chroniques Prise en charge globale,

Plus en détail

Livret de suivi et d information

Livret de suivi et d information Exposition aux infections sexuellement transmissibles IST Livret de suivi et d information Nom de votre médecin :... Pour prendre ou modifier votre rendez-vous Cachet du service ou de l hôpital et numéro

Plus en détail

Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles

Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles Docteur Carlo Quarenghi Adresse du site : www.docvadis.fr/carlo-quarenghi Validé par le Comité Scientifique Infectiologie Ces maladies sont

Plus en détail

Exposition au VIH et aux autres infections sexuellement transmissibles (IST) Livret de suivi et d information

Exposition au VIH et aux autres infections sexuellement transmissibles (IST) Livret de suivi et d information Exposition au VIH et aux autres infections sexuellement transmissibles (IST) Livret de suivi et d information LIVRET Pour prendre ou modifier votre rendez-vous Cachet du service ou de l hôpital et numéro

Plus en détail

Prise en charge des infections sexuellement transmissibles (IST) et de la contraception d urgence, d hors service spécialis. cialisé.

Prise en charge des infections sexuellement transmissibles (IST) et de la contraception d urgence, d hors service spécialis. cialisé. Prise en charge des infections sexuellement transmissibles (IST) et de la contraception d urgence, d hors service spécialis cialisé. 16ème «Rendez-vous de l Urgencel» «Les urgences gynéco co-obstétricalestricales»

Plus en détail

Principales IST. Épidémiologie, transmission, clinique, diagnostic, traitement. Formation TROD COREVIH LCA 03 février 2016

Principales IST. Épidémiologie, transmission, clinique, diagnostic, traitement. Formation TROD COREVIH LCA 03 février 2016 Principales IST Épidémiologie, transmission, clinique, diagnostic, traitement Formation TROD COREVIH LCA 03 février 2016 Dr C. COQUET Coordinateur CeGIDD Reims-Épernay Épidémiologie VIH-SIDA : 6000 à 6500

Plus en détail

Traitement d une infection à Chlamydia asymptomatique chez l homme

Traitement d une infection à Chlamydia asymptomatique chez l homme Centre de santé et de services sociaux de Rivière-du-Loup ORDONNANCE COLLECTIVE Traitement d une infection à Chlamydia asymptomatique chez l homme DESCRIPTION : Traitement d une infection à Chlamydia asymptomatique

Plus en détail

- Hépatite B : Pas toujours de symptômes. Fièvre ou formation de jaunisse. Elle peut provoquer cirrhose et parfois cancer du foie.

- Hépatite B : Pas toujours de symptômes. Fièvre ou formation de jaunisse. Elle peut provoquer cirrhose et parfois cancer du foie. R11 = IST et MST R11 = IST et MST I. Définition : Les infections sexuellement transmissibles (IST) ou maladies sexuellement transmissibles (MST) sont des infections extrêmement contagieuses qui se transmettent

Plus en détail

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne)

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Professeur Roland Quentin Département de Microbiologie Médicale et Moléculaire, EA 3854 «Bactéries et

Plus en détail

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) PLAN Introduction I Etiologies et classification des IST II Mode de contamination III Facteurs favorisants IV Etude clinique : = > TDD : Gonococcie a) - Etiologie

Plus en détail

Situation sanitaire en Nouvelle - Calédonie Les IST I.2.2. Les infections sexuellement transmissibles. I

Situation sanitaire en Nouvelle - Calédonie Les IST I.2.2. Les infections sexuellement transmissibles. I I.2.2.1. Généralités Une infection sexuellement transmissible (IST) se transmet entre partenaires au cours des différentes formes de rapports sexuels. Cette infection peut donner lieu à une maladie, autrefois

Plus en détail

Ulcérations génitales : de la clinique au diagnostic. le diagnostic microbiologique. Isabelle Casin Hôpital Saint-Louis, Paris.

Ulcérations génitales : de la clinique au diagnostic. le diagnostic microbiologique. Isabelle Casin Hôpital Saint-Louis, Paris. de la clinique au diagnostic le diagnostic microbiologique Isabelle Casin Hôpital Saint-Louis, Paris. que rechercher Pathogènes sexuellement transmis : - Herpes simplex = HSV type 2/1 - Treponema pallidum

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER LE TRAITEMENT DES PERSONNES ASYMPTOMATIQUES AYANT UN RÉSULTAT POSITIF AU DÉPISTAGE DE CHLAMYDIA TRACHOMATIS AINSI QUE LEURS PARTENAIRES SEXUELS Date d entrée en vigueur Avril

Plus en détail

RUBEOLE ET GROSSESSE

RUBEOLE ET GROSSESSE RUBEOLE ET GROSSESSE diminution de l incidence grâce à la vaccination En 2006: moins de 20 cas séroconversions /an pdt la grossesse 0 cas de rubéole malformative en 2006 en France (vaccination /IMG des

Plus en détail

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Fédération des médecins omnipraticiens du Québec 6 avril 2017 16h15 Plénière Quoi de neuf en ITSS Dr Lucie Deshaies Omnipraticienne CLSC de la Haute-Ville 09 D re Lucie Deshaies Lucie Deshaies, md CIUSSS

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail

La a d onne e c hange g Novembre 2014

La a d onne e c hange g Novembre 2014 Novembre 2014 La donne change IST -Chaque année 500 millions de personnes dans le monde contractent une IST parmi chlamydia, gonocoque, syphilis, trichomonase - 530 millions de personnes atteintes de HSV2-290

Plus en détail

Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme

Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme Marseille 05 Novembre 2014 Anne Ebel-Biomnis Ivry sur Seine ACNBH 43 ème Colloque National des Biologistes

Plus en détail

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Elargoubi Aida 15/04/2016 Virus et Grossesse Passage transpalcentaire Conséquences sur la maman et le bébé VIRUS

Plus en détail

Epidémiologie des IST et réseaux de surveillance

Epidémiologie des IST et réseaux de surveillance Epidémiologie des IST et réseaux de surveillance Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Bordeaux Introduction - IST = problème majeur de Santé publique. Fréquence en augmentation.

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE. Numéro et titre de. No 50 Initier le traitement de l infection génitale à Chlamydia trachomatis asymptomatique

ORDONNANCE COLLECTIVE. Numéro et titre de. No 50 Initier le traitement de l infection génitale à Chlamydia trachomatis asymptomatique ORDONNANCE COLLECTIVE Numéro et titre de l ordonnance collective : Objectifs visés : Traiter rapidement l infection génitale à Chlamydia afin de diminuer la durée de la contagiosité, prévenir les complications

Plus en détail

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Cas clinique 1 Mr X, 46 ans Adressé pour bilan de cholestase et cytolyse hépatique inexpliquée + Sd inflammatoire Antécédents = o Traitements = o Alcool = o SF: -

Plus en détail

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST)

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Dr Denis FERON CIDDIST (Centre d Information de Dépistage et de Diagnostic des IST) CH Eure-Seine (Vernon) MST-IST même combat La blennorragie gonococcique

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES HAUTES

INFECTIONS GENITALES HAUTES Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs :

Plus en détail

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017 Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE Quoi de neuf 2017 Personnes immunodéprimées ou aspléniques exposées à un risque accru d infections sévères Contre-indications des vaccins vivants (sauf

Plus en détail

Actualités dans le diagnostic des IST

Actualités dans le diagnostic des IST Actualités dans le diagnostic des IST Bertille de Barbeyrac Centre National de Référence des chlamydiae 4ème réunion du groupe de prévention de la SPLIF Jeudi 29 mars 2012 Site Villemin C. trachomatis

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective NUMÉRO: 514-765-3600, fax : 514-765-96255 Ordonnance collective OBJET RÉFÉRENCES À UN PROTOCOLE TITRE DU PROTOCOLE Guide Québécois de dépistage ITSS Institut national d excellence en santé et en services

Plus en détail

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES & SIDA. Informations et dépistage gratuit

INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES & SIDA. Informations et dépistage gratuit INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES & SIDA Informations et dépistage gratuit Dialoguer, s informer p Les infections sexuellement transmis QU EST-CE-QU UNE IST? Une infection sexuellement transmissible

Plus en détail