ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES"

Transcription

1 ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES

2 L assurance, une perte de repères pour l acheteur hospitalier? Des contrats en petits caractères. Le Code des Assurances prévaut sur le Code des Marchés publics. L achat d une prestation future et incertaine. nous avons enquêté pour y voir plus clair 2

3 EQUIPE DU SEGMENT ASSURANCES Jean-Pierre Foubert Directeur Adjoint, CH du Vesinet Fadéla Khaldi Chargée de mission Services Financiers, UGAP Leader: Denis Muller Directeur des Services Economiques, Logistiques et Travaux, CH Ancenis Parrain: Vincent Lidsky Inspecteur Général des Finances Sylvie Judic Directrice des Achats et Equipements, CH Loire- Vendée-Océan Ingrid Greiffenberg Responsable achats, CH Annecy Christian Impagliazzo Responsable Achat, ARS PACA Alexandre Mathieu Responsable des marchés, CHI Fréjus- Saint-Raphael Jean-Paul Petryszyn, Directeur du pôle ASELTB, CH Carcassonne 3

4 ILS NOUS ONT AIDE, l équipe élargie CHU Lille CHI Fréjus Saint Raphael CH Région Annecy CH Perpignan CH Carcassonne CH Cannes CH Lezignan CH Sete CH Bagnols sur Ceze CH Avignon CH Montesson CH Mende CH Levignan CH Ponteuils CH Béziers CH Pont-Saint-Esprit CH Lamalou les Bains CH Clermont L Herault CH Limoux CH Montpellier CH Saint-Gilles CH Fontenay Le Comte CH Ancenis CH Loire Vendée Océan CHU Nantes CH Toissey CH Lillebonne CH Poissy Saint Germain en Laye AP HM CH Alpes-Léman Pôle Sud Vendée CH Thuir CH Le Vesinet CH Gap CH Sisteron CH Briançon CH Montfavet CH Martigues CH Narbonne CHU Nice CH Césame Angers Resah-IDF Groupe 3H UGAP SHAM Cigérisk Gras Savoye Audit Assurance La Fédération Française des Sociétés d Assurance Matmut La Poste Protectas BEAH Yvelin Satec Temeris 4

5 SOMMAIRE 1) Présentation du périmètre 2) Présentation de la cartographie 3) Analyse de la situation actuelle du segment 4) Partage des bonnes pratiques et des opportunités 5) Synthèse des gains d opportunité 6) Matrice enjeux-efforts 5

6 LE PERIMETRE ETUDIE Dommages aux biens Risques automobiles Responsabilité civile Risques statutaires 6

7 ELEMENTS DE CARTOGRAPHIE La part des dépenses d assurances dans le total des dépenses hôtelières hospitalières nationales (titre III) est de 7% 7% Les dépenses d'assurances dans les dépenses nationales du titre III représentent 7% soit 493 millions d'euros dépenses d'assurances dépenses hôtelières hospitalières nationales (titre 3 ) Source: benchmark sur 34 établissements et données nationales DGOS 7

8 ELEMENTS DE CARTOGRAPHIE La responsabilité civile représente la majorité des dépenses d assurance dans les budgets Répartition des dépenses moyennes d assurances par type d assurance 8,02% - part de la Flotte Automobile 11,77% - part des Dommages aux Biens 22,36% - part des Risques Statutaires 54,07% - part de la Responsabilité civile Responsabilité civile Risques statutaires Dommages aux biens Flotte Automobile Evolution constatée de la responsabilité civile sur un ES (qui a souhaité garder l anonymat) 2005: + 25% 2009: + 23% Source : 34 établissements benchmarkés 8

9 ELEMENTS DE CARTOGRAPHIE Il existe des écarts importants entre établissements après lissage des extrêmes dans la répartition des dépenses selon les différents types d assurance Type d assurance Responsabilité civile Minimum Maximum Unité d œuvre / lit MCO Risques statutaires Risques automobiles Dommages aux biens Source : 34 établissements benchmarkés Source: benchmark sur 34 établissements 0.01% 1.5% Taux AT MP / masse salariale (%) / véhicule assuré / km parcouru / m² 9

10 SITUATION ACTUELLE Les assurances, un secteur atypique pour l acheteur Caractéristiques du secteur des assurances - Détermination du prix complexe: tarifs intégrant les aléas et éléments exogènes (11 septembre 2001, incident du CH d Epinal, fluctuations des marchés financiers) - Diversité des intervenants : sociétés d assurance, ré-assureurs, mutuelles, courtiers, intermédiaires - Asymétrie d information sur la sinistralité: les assureurs connaissent mieux la sinistralité des établissements que les établissements eux-mêmes Etablissement monobloc / pavillonnaire Psychiatrie Activité industrielle: -cuisine -blanchisserie Résultats certification HAS Eléments influençant la composition des prix (car considérés comme facteurs de risque ou d augmentation de la sinistralité) Maternité Bloc opératoire / stérilisation Intérêt pour l acheteur de se faire assister 10

11 SITUATION ACTUELLE tableau détaillé par type d assurance Assurance Typologie du marché Assureurs Spécificité Faiblesse Composition du prix Évolution en cours ou à venir Responsabilité civile oligopole 2 assureurs principaux: -SHAM (50%) -AXA (30%) Et des courtiers: Yvelin, Gras Savoye, Marsh, Verspieren, BEAH, AON -Position de force des assureurs -marge de manœuvre très faible -assiette des cotisations actuellement basée sur l EPRD Evolutions des primes subies -taux sinistralité -influence des catastrophes naturelles -influence des marchés financiers -Ouverture du marché -réapparition de la concurrence suite à la loi Kouchner (ONIAM, cadrage) Risques statutaires Marché ouvert à concurrence limitée CNP, SOFCAH Courtier: Yvelin Périmètre très variable selon la politique des ES Fortes variations de primes Sinistralité, absentéisme, fréquence et gravité AT Augmentation des cotisations due à l allongement de la durée de travail nécessité de maîtriser les coûts Dommages aux biens Marché ouvert Areas, Allianz, Covea Risk, Gan, Ace Europe, Zurich Insurance, Variation selon type d ES et activités Sinistralité, niveau de franchise, évolution selon la surface des bâtiments Flotte automobile Marché ouvert ACE, SMACL, Covea Risk, SHAM, AXA, UAP, GAN Pas de Sinistralité, baisse de niveau de cotisation si franchise, faible évolution selon le sinistralité nombre de véhicules 11

12 SCHEMA ASSURANCIEL (1/2): Les problématiques devant être abordées lors de la passation d un marché public d assurance autour de 4 axes : 1 L Etablissement de santé 3 Quel Périmètre de Prestations de services Attendre? a) le souscripteur du contrat Présentation de l établissement Document unique, Le cadre préventif b) les assurés concernés (RC, statutaires, dommages aux biens, flotte auto, ) désignation des assurés activités devant être couvertes identification des biens immobiliers et mobiliers, a) en termes de gestion administrative des contrats (états de sinistralité, attestations, avenants, ) b) en termes de gestion des sinistres (déclaration, indemnisation, assistance, réparation, mesures préventives, bilan annuel ) c) si le marché est passé avec un courtier : réflexion sur la mise en place d une convention de courtage afin de veiller à la qualité des prestations de l intermédiaire 2 Le périmètre contractuel de l Assurance a) quel est le cadre de garanties pertinent pour ce type d assurance et compte tenu des activités exercées par l établissement? les garanties de base les autres types de garanties complémentaires les options Quels niveaux de franchises et évaluation des impacts sur le niveau des primes Quels sont les niveaux d indemnisation? Tenir compte des exclusions communes Tenir compte des clauses ou des réserves introduites par les assureurs b) durée et modalités de gestion du contrat Les déterminants d un contrat d assurance Tarification a) la prime annuelle TTC 4 Organisation interne et pilotage de l établissement Suivi de l exécution du marché d assurance : procédures à mettre en place (en cas de sinistre, suivi régulier de la sinistralité, plan de prévention des risques, mesures de sensibilisation, suivi juridique, Directions impliquées par les différents types d assurance (réunions annuelles, révision des marchés, des cadres de garanties,) A envisager parallèlement une mission d audit des contrats : - repérer les «doublons» de garanties - ou à l inverse les «trous» de garanties Accompagnement extérieur souhaitable en fonction des établissements et du type d assurance durée : 3 ans à 5 ans en fonction du type d assurance (voire plus) cadrage des évolutions tarifaires : révision, clause de d ajustement, c) les états annexes à transmettre à l assureur Liste exhaustive (personnel, activités, biens, ) Etat statistique sur la sinistralité (3 à 5 ans ) + prime pure HT (elle est fonction du risque propre à l assuré + une part de mutualisation «chargement pour graves») + frais de fonctionnement de l assureur + taxes spécifiques d assurance b) + la rémunération de l intermédiaire (commission et/ou honoraires) c) + auto-assurance * Sachant par ailleurs, que chaque compagnie d assurance possède sa propre grille de tarification 12

13 SCHEMA ASSURANCIEL (2/2): Spécificité du modèle économique du secteur de l assurance Il est important de tenir compte de la spécificité de l achat assurantiel dans l appréhension de ce marché public compte tenu de certains éléments -la prime payée par l assuré est principalement la résultante de paramètres spécifiques à l établissement (en fonction de son profil de risque, de ses activités, ), -mais elle est également la résultante de la sinistralité globale des autres assurés par le jeu de la mutualisation opérée par l assureur, -enfin, la spécificité vient du fait que le coût des garanties vendues par l assureur n est pas «précisément» connu lors de la fixation des niveaux de primes (en raison des aléas). Voici quelques indicateurs essentiels à l appréciation du risque et donc à l évaluation de la prime : 1) Liste des sinistres par nature, 2) Nombre des sinistres, 3) Fréquence des sinistres, 4)Tendance (évolution favorable de la sinistralité, stabilité ou dégradation de la sinistralité) 5) Coût total de sinistres ( des coûts des sinistres sur 1 an) 6) Coût moyen par sinistre (coût total de sinistres/ nombre de sinistres) 7) Montant des sinistres net de recours (( des coûts de sinistres - recours) 8) Franchise annuelle 9) Charge de sinistres nette de franchise ( Sinistres Franchises) 10) Prime nette sur l année ( prime pure, frais de gestion, rémunération de l intermédiaire, taxes d assurances) 11) Sinistres/ Primes [1] : est l un des principaux ratios à suivre et sur la durée. Cette durée étant plus ou moins longue en fonction du type d assurance -si ce ratio est supérieur à 1 (soit la somme des sinistres payée par la compagnie d assurance est supérieure à la prime perçue), alors l assureur est en perte et peut résilier le contrat. -si ce ratio est compris entre 0,8 et 1, il y a maintien de la prime -si ce ratio est inférieur 0,8, une négociation peut s engager pour faire baisser le niveau de la prime mais celle-ci doit tenir compte du type d assurance. En effet, l assurance RC n a pas la même temporalité que l assurance de flotte automobile où la récurrence est plus importante et donc plus prévisible). * Sinistres/ Primes + Franchises : une variante consiste à ajouter la franchise à la prime nette pour calculer le ratio de sinistralité ce qui implique de considérer la franchise annuelle comme une prime. Cela évite de présenter, dans certains cas, un ratio S/P négatif. 13

14 BONNE PRATIQUE n 1 Recourir à l assistance à maîtrise d ouvrage a permis aux CH de Carcassonne et d Annecy de réaliser jusqu à 36% de gains, à certaines conditions (1/4) L EXEMPLE DU CENTRE HOSPITALIER DE CARCASSONNE Objectifs: Renouveler les contrats d assurance du Centre Hospitalier de Carcassonne se terminant fin 2010 (dommage aux biens et responsabilité civile) et fin 2011 (risques statutaires et flotte automobile). Motivations: Lacunes des acheteurs en matière d assurance, secteur très spécifique et très technique Nécessité d optimiser les contrats à venir Recours à l AMO qui va apporter ses compétences en s appuyant sur plusieurs leviers : L évaluation du risque : pour un meilleur arbitrage du couple risque/transfert L analyse de la sinistralité : pour évaluer le juste niveau de prime La définition d une stratégie d assurance : périmètre à garantir, couvertures envisagées, procédures d achat à retenir La participation à la rédaction du cahier des charges : pour des propositions claires et lisibles, au plus près du besoin spécifique de l établissement L analyse des offres, la négociation (si elle est possible), l assistance à la notification du marché Intéressement: Il est destiné à renforcer l implication de l AMO dans sa mission. Il se traduit par un reversement de 5% des gains obtenus la 1 ère année sur chaque risque, avec toutefois un plafonnement à 5000 euros par risque 14

15 BONNE PRATIQUE n 1 Recourir à l assistance à maîtrise d ouvrage a permis aux CH de Carcassonne et d Annecy de réaliser jusqu à 36% de gains, à certaines conditions (2/4) Les résultats obtenus sur les primes d assurance annuelles Surcoût Gains Intéressement AMO Risques statutaires Augmentation de 47,49% Responsabilité civile Diminution de 45,95% Dommage aux biens Diminution de 30,90% Flotte automobile Diminution de 39,26% Soit 35,62% de gains sur les PA des anciens contrats Résultat des marchés engagés : 1) Gain brut de ) Gain net : - Coût initial AMO - Intéressement Total gain net annuel sur les 4 risques Remarques -Toutes les économies ne sont pas spécifiquement liées au recours à l AMO. Les facteurs de baisse peuvent être multiples, comme dans le domaine de la RC où de nouveaux prestataires sont apparus. - Le recours à l AMO ne doit pas être systématique pour chaque nouvelle consultation. Le rythme de une fois sur deux, soit tous les 8-10 ans, paraît le mieux approprié. - L établissement doit être toujours vigilant sur la prestation rendue par l AMO : si l AMO peut être très performant en matière d assurance, il peut l être beaucoup moins en matière de réglementation des marchés publics. 15

16 BONNE PRATIQUE n 1 Recourir à l assistance à maîtrise d ouvrage a permis aux CH de Carcassonne et d Annecy de réaliser jusqu à 36% de gains, à certaines conditions (3/4) L EXEMPLE DU CENTRE HOSPITALIER D ANNECY SUR LES RISQUES STATUTAIRES PERIMETRE: RISQUE STATUTAIRE Recours à AMO pour relance du marché Analyses des données techniques Statistiques/ sinistralité / pyramide des âges/ méthode de gestion des risques en interne gestion Critères de choix Intégration d un critère qualitatif sur les modalités et procédures de gestion des sinistres (logiciel de gestion, tiers payant des frais médicaux, contrôles médicaux gratuits, les expertises, les délais,..) Pondération à 25% Calcul de Gain Cout ancien : TTC Cout actuel : (au maximum) Cout AMO : Gain = TTC Redéfinition du cahier des charges En fonction de l analyse des données techniques, redéfinition du CDC : Organisation de l offre : base et option pour vérifier l intérêt du maintien des niveaux d assurance existants Offre de base : AT/MP frais de soins et frais funéraires uniquement Option 1 : Décès Option 2 : AT et MP indemnités journalières uniquement franchise 30 jours Option 3 : AT /MP indemnités journalières uniquement sans franchise Durée la plus adaptée : 5 ans Analyse des offres et aide au choix Analyse et appréciation des réserves Préconisations en fonction de la situation Ancien contrat prime à TTC / an niveau de garantie : AT/MP décès IJ franchise à 30 jours Nouveau Contrat prime à TTC / an niveau de garantie : AT/MP décès sans IJ Les dépenses annuelles des 5 dernières années (sinistres et provisions) étant < Soit 23% d économie Intégration d un mémoire technique précisant toutes les données et toutes les démarches réalisées pour réduire le risque 16

17 BONNE PRATIQUE n 1 Recourir à l assistance à maîtrise d ouvrage a permis aux CH de Carcassonne et d Annecy de réaliser jusqu à 36% de gains, à certaines conditions (4/4) L EXEMPLE DU CENTRE HOSPITALIER D ANNECY SUR LE DOMMAGE AUX BIENS PERIMETRE: DOMMAGE AUX BIENS Recours à AMO pour relance du marché Groupe projet Création d une Equipe pluridisciplinaire : Gestionnaire du contrat / Responsable sécurité / Responsable des services technique / Qualité / acheteur / AMO Recensement et Analyses des données techniques Etat technique : spécificités des activités et bâtiments / liste des bâtiments / statuts/ adresse/ shon/shob / occupants / les activités / les protections incendie / voisinage/ moyens d intervention internes / proximité des pompiers / nombre d agent interne avec formation pompiers volontaire : contrat des vérifications des équipements /maintenance/* abonnement de verifiaction de materiel / les volumes d activité des centres de production/.. Sinistralité des 5 dernières années Critères de choix Intégration d un critère qualitatif sur les modalités et procédures de gestion des sinistres (structure, interlocuteurs, possibilité de nommer un expert, transmission du rapport, les délais,..) Pondération à 20% Redéfinition du cahier des charges En fonction de l analyse des données techniques, redéfinition du CDC : Définition de plusieurs niveaux de garantie et types de franchises -Garanties :indemnisation limitée 49 Moi / pertes exploitations à 5 Moi ou à 10 Moi -franchise : néant / franchise / franchise 7500 sauf incendie Durée la plus adaptée : 5 ans Intégration d un mémoire technique précisant toutes les données techniques, la sinistralité et les mesures préventives existantes Visite de site obligatoire sur 1 journée minimum avec responsable sécurité et responsable technique 34 % d économie Analyse des offres et aide au choix Analyse et appréciation des réserves Préconisations en fonction de la situation Ancien contrat prime à TTC / an niveau de garantie : 49 Moi / Pertes exploitation 5Mio / franchise 3000 Nouveau Contrat prime à TTC / an niveau de garantie : 49 Moi / Pertes exploitation 10 Moi / franchise 7000 Explication Ecart des offres entre 5 Moi et 10Mio en pertes exploitation peu important (1%) Ecart des offres entre les niveaux de franchises suivants 3000 sauf incendie / / sauf incendie) peu significatif < 5% pour des risques encourus élevés Ecart des offres entre les niveaux de franchise 7500 et 3000 significatif : 15% en moyenne Modification de la franchise : Les dépenses annuelles des 5 dernières années (sinistres et provisions) étant < Calcul de Gain Cout ancien : TTC Cout actuel : (au maximum) Cout AMO : Gain = TTC

18 BONNE PRATIQUE n 2 Instaurer une démarche prévention sur les risques statutaires a permis au CH Le Vésinet de réaliser 30% de gains sur l assurance risques statutaires (1/5) Prévention du risque = amélioration de la sinistralité à court, moyen et long terme Description de la bonne pratique Résultats en coûts complets Du côté du client: Document unique (indicateur de risque à priori) + Plan d action de réduction des risques au travail (indicateur qualité) + Analyse des causes AT (indicateur de risque à postériori) interface avec la sinistralité Juste besoin Gains indirects : au niveau de la sinistralité: Journées d arrêt «TMS» en 3 ans: jours soit -82 % = 2 ETP d ASH ( ) AES à risques ( ) = de 90%, AES à risques ( ) = 0 Hôpital propre assureur sur indemnités journalières = à / an en option. Du côté de l assureur: Sinistralité des 3 dernières années (résultat) + Certification HAS (évaluations externes) + Statistiques Institut National de Recherche en Sécurité ( INRS). Gains directs: au niveau des cotisations d assurance: : 0,15 % masse salariale / an : 0,11 % masse salariale / an Gains = 30% =

19 BONNE PRATIQUE n 2 Instaurer une démarche prévention sur les risques au travail a permis au CH Le Vésinet de réaliser 30% de gains sur l assurance risques statutaires (2/5) Définir les besoins à satisfaire (Art. 5 CMP):couverture des risques Du côté de l acheteur ( ressource DRH): Analyse des risques à priori: document unique et plan d action Analyse des risques à postériori: sinistralité des 3 dernières années en fréquence et en gravité des accidents constatés. Du côté de l assureur: Analyse des risques à postériori: sinistralité des 3 dernières années Certification HAS V 2010: Critère 3.c Santé et sécurité au travail Critère 3.d Qualité de vie au travail Données INRS (chiffres 2008 secteur soins) : COUT MOYEN BRUT D UN AT AVEC ARRET + 24 h: COUT MOYEN BRUT DES AT AVEC IP>9% ET MORTELS: COUT BRUT D UN DECES :

20 BONNE PRATIQUE n 2 (3/5) Les conclusions du document unique Accidents les plus fréquents: Troubles musculo squelettiques : efforts de soulèvement ( aides soignants, agents des services hospitaliers, agents de la logistique hôtelière) Accidents les plus graves: Accidents d exposition au sang (AES): contamination HIV et hépatites (infirmières, médecins) Plan d action de la prévention des risques au travail: Investissements: - lits à hauteur variables, appareils de soulèvement des patients, - Matériels sécurisés pour la prévention des AES. Formation des agents à l utilisation des appareils et équipements achetés Formation à l ergonomie de posture Audit de la procédure de prise en charge des agents en cas d AES déclaré: «Conduite à tenir en cas d AES» collaboration CLIN / médecine du travail

21 BONNE PRATIQUE n 2 (4/5) RESULTATS du PLAN DE PREVENTION Journées d arrêt «TMS» en trois ans: Baisse de 438 jours soit 82 % = 2 ETP d ASH ( ) Baisse de 90 % des AES à risques entre 2009 et 2010: 2 en 2010 Pas d AES à risque en 2011 et 2012 Bilan AT au 10/06/2012: TOTAL AT déclarés : 20 TMS: 7 déclarés dont 3 avec arrêts (5 j/ 3j / 5j ) AES : 0 Chutes et Glissades : 7 Objet en Mouvement: 6 Coût de remplacement des AT : 0

22 BONNE PRATIQUE n 2 (5/5) RESULTATS en COÛTS COMPLETS INVESTISSEMENTS LIES AU PLAN D ACTION: Equipements : (dont de renouvellement normal des lits à hauteurs variables) entre 2006 et 2011 soit : /an (Achats UGAP pour les lits) Surcoûts des dispositifs médicaux sécurisés : /an sur 3 ans à compter de 2009 Réduit en 2012 (COMEDIMS + données OMS): pas d AES contaminant connu par piqûre suite à l injection de produit. L analyse de risque conduit à limiter le matériel sécurisé aux actes de prélèvements. ECONOMIES: DIRECTES ET INDIRECTES COURT TERME: Coûts des cotisations d assurance: 2009 à 2011 : / an (0,15 % masse salariale) 2012 à 2014 : / an (0,11 % masse salariale) soit une économie de 30,03 %. Coût d option évitée : à an (suivant optionsà pour indemnités journalières AT / MP, l établissement ne s assure que sur le coût des soins. Réduction des jours d arrêt de 438 jours soit deux ETP d ASH = Coût de remplacement des absences AT / MP en 2011 et 2012: 0 Total des économies annuelles et des dépenses évitées en 2012 : environ MOYEN LONG TERME: Prévention de la chronicité des troubles musculo squelettiques contribuant à la limitation des arrêts de fin de carrière (non évalué). 22

23 BONNE PRATIQUE n 3 L organisation d une visite des risques cliniques aux CH de Loire-Vendée-Océan et d Ancenis a permis de faire valoir un bonus de 5% sur l assurance responsabilité civile Objectifs : Une action clé = agir en amont sur la réduction des risques cliniques en associant les prescripteurs Communiquer à l assureur les actions menées par l établissement Exemple d organisation d une visite de risques cliniques à l initiative de l assureur: (CH d Ancenis) Intervenant : Médecin consultant Management des risques -Présentation du Plan d actions suite à la visite de certification par la Direction Qualité et Gestion des Risques -Circuit patient bloc opératoire -Organisation bloc maternité -Locaux et Equipements : Urgences (rencontre avec un chirurgien orthopédiste, un cadre bloc, un cadre sage-femme et un urgentiste) -Restitution finale Direction Nécessité d une coordination et d une implication de tous les acteurs Baisse de 5% sur le taux de cotisation responsabilité civile Gain attendu CH Ancenis = Gain obtenu CH Loire-Vendée-Océan Direction = 9800 générale de l offre de soins - DGOS 23

24 BONNE PRATIQUE n 4 La mutualisation des assurances flotte automobile a permis à UNIHA de réaliser 6% de gains tout en tenant compte des besoins de chaque établissement Description de la bonne pratique Résultat Réalisation d une seule procédure d achat pour 22 établissements concernant 3407 véhicules, après mission AMO commune Choix d un assureur commun Gains obtenus: 6 % (source CH LVO) Appel d offre commun mise à plat contrat d assurance, rédaction d un socle commun, Intégration des particularités de chaque ES via des options complémentaires ou niveaux supérieurs de garanties Marché de 1.4 M Qualité des outils de gestion 24

25 BONNE PRATIQUE n 5: La clause d ajustement tarifaire, à la baisse, inspirée de l UGAP, permettrait d obtenir jusqu à 10% de gains sur l assurance flotte automobile à l avantage de l assuré Recommandation Description de la bonne pratique: Constat: absence de répercussion d une sinistralité positive sur le montant de la cotisation flotte automobile Solution: intégration d une clause d ajustement tarifaire dans le cahier des charges permettant une variation annuelle des primes à la baisse en fonction de la sinistralité Avantage: notion «d équilibre équitable» conciliant les intérêts des assurés publics et ceux des assureurs. Résultat: 10% de la prime si rapport sinistres à prime < à 65 Gains attendus: jusqu à 10 % + notion «d équilibre équitable» 25

26 BONNE PRATIQUE n 6 La définition du juste besoin sur les dommages aux biens a permis au CH Loire- Vendée-Océan de réaliser 25% de gains, évitant ainsi la sur-assurance Recommandation Description de la bonne pratique Résultat Gains obtenus: 25 % (source UNIHA) Mesurer la capacité de financement des sinistres d un petit montant par l établissement pour éviter de payer une prime: pour la gestion de ces sinistres par l assureur ainsi que les coûts de gestion interne Recours au rôle de conseil de l assureur grâce à la négociation avec les candidats et confrontation des propositions avancées. Soit de gains Diminution du montant de la prime par évaluation des montants maximum à garantir = valeur garantie, limite contractuelle d indemnisation, taux de vétusté, pertes indirectes vs frais généraux permanents et frais supplémentaires d exploitation 26

27 OPPORTUNITE n 1: RECOURIR A L ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE Recourir à L assistance à maîtrise d ouvrage permettra de réaliser 18% de gains sur l ensemble des assurances et de mieux connaître la sinistralité des l établissements Gain obtenu sur la bonne pratique = 36% Conditions de mise en œuvre: Définir le périmètre de l AMO Mettre en concurrence les AMO Éventuellement se grouper pour mutualiser les AMO (exemple du RESAH-IDF) Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés = 50% (benchmark réalisé sur 34 ES) Part du segment concerné = 100% (toutes les assurances peuvent être incluses dans une AMO) % opportunité = 0.36*0.5*1 = 18% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = 0.18* = gains opportunité = 18 % soit

28 OPPORTUNITE n 2: JUSTE BESOIN ET DEMARCHE PREVENTION RISQUES STATUTAIRES Instaurer une démarche prévention sur les risques statutaires permettra de réaliser 6.6% de gains sur l assurance risques statutaires tout en améliorant la sinistralité Gain obtenu sur la bonne pratique = 30% Conditions de mise en œuvre: Connaissance des risques à priori et des causes racines de la sinistralité Implication des parties prenantes: direction, CHSCT, service qualité gestion des risques, DRH, acheteurs. Mise en place d un comité sur la sinistralité pour une revue annuelle de sa sinistralité (exemple de l APHM) Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés = 100% Part de l assurance risques statutaires dans les dépenses totales d assurances par ES = 22% (benchmark réalisé sur 34 ES) % opportunité = 0.3*0.22*1 = 6.6% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = 0.066* = gains opportunité = 6.6 % soit

29 OPPORTUNITE n 3: REDUCTION DES RISQUES CLINIQUES La réduction des risques cliniques permettra de réaliser 1.97% de gains sur la l assurance responsabilité civile Gain obtenu sur la bonne pratique = 5% Conditions de mise en œuvre: Politique de réduction des risques mise en place par le DG de l établissement et associant les Médecins Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés (incluant CH, CHU, CLCC et EBNL) = 73% Part de l assurance responsabilité civile dans les dépenses totales d assurances par ES = 54% (benchmark réalisé sur 34 ES) % opportunité = 0.05*0.73*0.54 = 1.97% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = * = gains opportunité = 1.97 % soit

30 OPPORTUNITE n 4: MUTUALISER DES ASSURANCES AUTO La mutualisation des assurances flotte automobile permettra de réaliser 0.19% de gains tout en tenant compte des besoins de chaque établissement Gain obtenu sur la bonne pratique = 6% Conditions de mise en œuvre: Définir un contrat par établissement afin de répondre aux besoins de chacun Bien connaître ses besoins en associant les prescripteurs et les acheteurs Création d un groupement ou recours à un groupement existant Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés (CH et CHS uniquement) = 40% Part de l assurance flotte auto dans les dépenses totales d assurances par ES = 8% (benchmark réalisé sur 34 ES) % opportunité = 0.4*0.08*0.06 = 0.19% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = * = gains opportunité = 0.19 % soit

31 OPPORTUNITE n 5: LA CLAUSE D AJUSTEMENT A LA BAISSE SUR L ASSURANCE FLOTTE AUTOMOBILE La clause d ajustement tarifaire, à la baisse, inspirée de l UGAP, permettrait d obtenir 0.8% de gains sur l assurance flotte automobile à l avantage de l assuré Gain attendu sur la bonne pratique = jusqu à 10% Conditions de mise en œuvre: Intégrer cette clause (ou la faire jouer si déjà existante) dans le cahier des charges dès la prochaine mise en concurrence Suivi annuel de la sinistralité flotte automobile de l établissement Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés = 100% Part de l assurance flotte automobile dans les dépenses totales d assurances par ES = 8% (benchmark réalisé sur 34 ES) % opportunité = 0.1*0.08*1 = 0.80% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = 0.8* = gains opportunité estimés = 0.8 % soit

ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES 25 JUIN 2012

ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES 25 JUIN 2012 ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES 25 JUIN 2012 L assurance, une perte de repères pour l acheteur hospitalier? Des contrats en petits caractères. Le Code des Assurances prévaut sur le Code des Marchés publics.

Plus en détail

Assurances des collectivités territoriales

Assurances des collectivités territoriales REUNIONS D INFORMATION DES 24, 26 SEPTEMBRE 2013 ET 01 OCTOBRE 2013 Centre de Gestion de Loir et Cher Assurances des collectivités territoriales PLAN Rappel les obligations statutaires, les risques financiers

Plus en détail

LE CONTRAT GROUPE D ASSURANCE STATUTAIRE. 1 er janvier 2015 au 31 décembre 2015. Intervention 04 et 05/09/2014 - PHME / CDG-68

LE CONTRAT GROUPE D ASSURANCE STATUTAIRE. 1 er janvier 2015 au 31 décembre 2015. Intervention 04 et 05/09/2014 - PHME / CDG-68 LE CONTRAT GROUPE D ASSURANCE STATUTAIRE 1 er janvier 2015 au 31 décembre 2015 Intervention 04 et 05/09/2014 - PHME / CDG-68 PLAN Des obligations financières importantes pour l employeur Evolution des

Plus en détail

Prestations d assurances de flottes automobiles. Présentation de l offre

Prestations d assurances de flottes automobiles. Présentation de l offre Prestations d assurances de flottes automobiles Présentation de l offre SOMMAIRE I. Contexte et Entités concernées II. III. Présentation des attributaires du marché L offre : un contrat modulable, des

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES 1 Place du 11 novembre 1918 31190 AUTERIVE Marché public de service Assurance statutaire et risques annexes CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) APPEL D OFFRES OUVERT (Passé en application

Plus en détail

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015 Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019 8 septembre 2015 1 Le déroulé de la rencontre La couverture des risques statutaires L absentéisme en France La carte de visite du contrat groupe actuel

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Jeudi 10 mai 2012 Mardi 15 mai 2012 Mercredi 23 mai 2012 Introction Les enjeux de

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTRAT GROUPE DU CENTRE DE GESTION DE LA SARTHE

PRESENTATION DU CONTRAT GROUPE DU CENTRE DE GESTION DE LA SARTHE GRAS SAVOYE ASSURANCES DE PERSONNES PRESENTATION DU CONTRAT GROUPE DU CENTRE DE GESTION DE LA SARTHE 9 Décembre 2014 ORDRE DU JOUR Pourquoi s assurer sur les risques statutaires? Le contrat groupe du Centre

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile

Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile Une approche unique de votre métier, nourrie de la connaissance opérationnelle des risques et problématiques

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

Le coût de la mobilité

Le coût de la mobilité Le coût de la mobilité Les informations concernant les déplacements sont présentes partout dans l entreprise et relèvent le plus souvent de différents services. Il est par conséquent très difficile d appréhender

Plus en détail

Avis d Appel Public à la Concurrence Marché public de services (code 09) Procédure adaptée Article 28 du code des marchés publics

Avis d Appel Public à la Concurrence Marché public de services (code 09) Procédure adaptée Article 28 du code des marchés publics Avis d Appel Public à la Concurrence Marché public de services (code 09) Procédure adaptée Article 28 du code des marchés publics 1/ Identification du pouvoir adjudicateur Centre hospitalier de Sarreguemines

Plus en détail

Objet : MISSION D AUDIT, D ASSISTANCE ET D EXPERTISE POUR LA PREPARATION ET LA PASSATION DU MARCHE D ASSURANCES DE LA VILLE DE LESTREM

Objet : MISSION D AUDIT, D ASSISTANCE ET D EXPERTISE POUR LA PREPARATION ET LA PASSATION DU MARCHE D ASSURANCES DE LA VILLE DE LESTREM Objet : MISSION D AUDIT, D ASSISTANCE ET D EXPERTISE POUR LA PREPARATION ET LA PASSATION DU MARCHE D ASSURANCES DE LA VILLE DE LESTREM LETTRE DE CONSULTATION n 2014/04 Date limite de réception des offres

Plus en détail

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Octobre 2010 Ressources Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Prévention des risques psychosociaux : Le plan d actions national Le diagnostic concernant les risques psychosociaux,

Plus en détail

Trouvez facilement votre chemin parmi nos solutions. L assurance auto Allianz

Trouvez facilement votre chemin parmi nos solutions. L assurance auto Allianz Pour de plus amples renseignements, votre interlocuteur Allianz est à votre disposition. Trouvez facilement votre chemin parmi nos solutions. Allianz I.A.R.D. Entreprise régie par le Code des assurances.

Plus en détail

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité.

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité. REMUNERATION DES PROFESSIONNELS DES MARCHES FINANCIERS 1 - Processus décisionnel mis en œuvre pour définir la politique de rémunération de l'entreprise, y compris la composition et le mandat du comité

Plus en détail

La fonction achats fonction achats internes extérieur

La fonction achats fonction achats internes extérieur L objectif de la fonction achats est de mettre à la disposition des utilisateurs internes de l entreprise des biens et/ou des services acquis à l extérieur dans les meilleures conditions de prix, de délais,

Plus en détail

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé

L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé L outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les établissements publics de santé OPHELIE Emilie Gonzales, Sous direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins à la DGOS Bureau

Plus en détail

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance Nos compétences à votre service Quelles que soient votre taille et vos activités : un service optimal et de qualité Aon Benfield, leader mondial et N 1 en

Plus en détail

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN 2012 ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN ACHAT PUBLIC MODULE A RENFORCER LA STRATÉGIE ACHAT DE SON ÉTABLISSEMENT : ATOUTS ET CLÉS DE SUCCÈS MODULE A RENFORCER

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! EXCLUSIVITÉ APICIL APICILPARTICULIERS MA PROTECTION SOCIALE Pour MON couple, une BONNE couverture sociale, c est Me garantir

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE DU MUSEE LALIQUE CAHIER DES CHARGES. (commun à tous les lots)

SYNDICAT MIXTE DU MUSEE LALIQUE CAHIER DES CHARGES. (commun à tous les lots) CAHIER DES CHARGES (commun à tous les lots) 1 Article I : Identification du contrat Il est convenu ce qui suit, sachant qu en cas de contestation quant à l application des différents documents contractuels,

Plus en détail

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES pour sensibiliser les directions Cible : les directions des ES les établissements de taille moyenne,

Plus en détail

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19.

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19. Chiffres-clés 2008 Evolution membres-assures (societaires) 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 0 2002 11.873 2003 13.309 2004 14.030 2005 15.712 2006 19.727 2007 21.486 2008 24.407 2009 26.979 DEPUIS

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTAT... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3

Plus en détail

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles 1 La nouvelle tarification ne change pas dans son principe mais elle est plus simple à comprendre et

Plus en détail

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA SOMMAIRE 01. Objectifs et périmètre du Panorama 2015.. 02. Évolution et gestion des réclamations RC en établissements de santé 03. La sinistralité des professionnels de santé 04. Évolution et gestion des

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION. Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations

LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION. Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations SOMMAIRE SOMMAIRE 01 ACHATS PUBLICS: TEXTE DE REFERENCE 02 SEUILS & PROCEDURES

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

La prévention des risques professionnels dans le secteur de l aide et du soin à la personne

La prévention des risques professionnels dans le secteur de l aide et du soin à la personne Prévention des risques professionnels secteur de l aide à domicile La prévention des risques professionnels dans le secteur de l aide et du soin à la personne CARSAT Nord-Picardie Emmanuel DELECOURT Ingénieur

Plus en détail

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Présentation de la société La société Sham Fondée en 1928 par des Directeurs d hôpitaux SHAM est une Société d Assurance

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise CQPM 0265 : Technicien (ne) en gestion et administration des ressources humaines

Plus en détail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Drroiitt ett oblliigattiions de ll enttrreprriise au rregarrd du code du ttrravaiill Action Objectifs Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Appréhender les dernières évolutions

Plus en détail

CRPI Assurances. Conseils. Une autre vision de l Assurance ANNUAIRE DES FORMATIONS

CRPI Assurances. Conseils. Une autre vision de l Assurance ANNUAIRE DES FORMATIONS CRPI Assurances Conseils Une autre vision de l Assurance ANNUAIRE DES FORMATIONS SOMMAIRE Présentation du cabinet CRPI Nos techniques d animation Nos Formations Descriptif de nos formations Formations

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

ARMEN VAGUE 1 Équipements mobiliers dans l environnement du patient en coûts complets 25 JUIN 2012

ARMEN VAGUE 1 Équipements mobiliers dans l environnement du patient en coûts complets 25 JUIN 2012 ARMEN VAGUE 1 Équipements mobiliers dans l environnement du patient en coûts complets 25 JUIN 2012 C est la diversité de nos points de vue qui fait la richesse de nos professions. Les membres de notre

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

LA RENEGOCIATION DES CONTRATS ET LES ECONOMIES D ENERGIE

LA RENEGOCIATION DES CONTRATS ET LES ECONOMIES D ENERGIE LA RENEGOCIATION DES CONTRATS ET LES ECONOMIES D ENERGIE C L U B D E S C O N S E I L S S Y N D I C A U X J E U D I 0 9 A V R I L 2 0 1 5 DES ECONOMIES A FAIRE 3 principaux contrats d entretien peuvent

Plus en détail

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés)

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) Préambule Le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) s'impose de plus en plus comme un acteur

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

CONVENTION FHP MCO 30 MAI 2013. Prendre notre avenir en main : L exemple du GIE AGR de mise en commun de moyen pour une efficience accrue

CONVENTION FHP MCO 30 MAI 2013. Prendre notre avenir en main : L exemple du GIE AGR de mise en commun de moyen pour une efficience accrue CONVENTION FHP MCO 30 MAI 2013 Prendre notre avenir en main : L exemple du GIE AGR de mise en commun de moyen pour une efficience accrue PRESENTATION DU GROUPEMENT PRESENTATION Autour d un «noyau dur»

Plus en détail

ASSURANCE «RISQUES STATUTAIRES» 2012-2015

ASSURANCE «RISQUES STATUTAIRES» 2012-2015 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PLATEAU DU RUSSEY ASSURANCE «RISQUES STATUTAIRES» 2012-2015 R E G L E M E N T D E C O N S U L T A T I O N PROCEDURE ADAPTEE Article 28 du code des marchés publics Pouvoir adjudicateur

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

Référentiel de calcul des gains achats. Novembre 2011. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Référentiel de calcul des gains achats. Novembre 2011. Direction générale de l offre de soins - DGOS Référentiel de calcul des gains achats Novembre 2011 Préambule Ce référentiel est issu des travaux du groupe de travail «méthode de calcul des gains achats» qui s est réuni en octobre et novembre 2011.

Plus en détail

COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73)

COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73) COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73) CCTP LOT N 4 : ASSURANCE DES RISQUES STATUTAIRES CCTP / Risques statutaires page 1 SOMMAIRE Article 1 OBJET DE L ASSURANCE.. page 3 Article 2 GARANTIES DETAILLEES. page

Plus en détail

Santé et prévoyance collective, la réponse des assureurs aux nouvelles obligations

Santé et prévoyance collective, la réponse des assureurs aux nouvelles obligations Santé et prévoyance collective, la réponse des assureurs aux nouvelles obligations 2 Présentation S.A. à DIRECTOIRE ET CONSEIL DE SURVEILLANCE. DIRIGEANTS : THIERRY NEFF PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE LAURENT

Plus en détail

Profil de poste. RESPONSABLE DE GESTION ADMINISTRATIVE chargé de missions transversales à dominante managériale

Profil de poste. RESPONSABLE DE GESTION ADMINISTRATIVE chargé de missions transversales à dominante managériale Direction du Pôle Personnes âgées Profil de poste RESPONSABLE DE GESTION ADMINISTRATIVE chargé de missions transversales à dominante managériale FAMILLE DU POSTE Famille : Management, gestion et aide à

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE Contact Presse : Aurélie CARAYON / Amandine VERDASCA 2 DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL SOMMAIRE 1 Aficar simplifie l automobile d entreprise

Plus en détail

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe La disponibilité au regard de Données et programmes Equipements

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Nouveaux Risques pour les Entreprises Comment les identifier?

Nouveaux Risques pour les Entreprises Comment les identifier? Nouveaux Risques pour les Entreprises Comment les identifier? RISK MANAGEMENT & INSURANCE WHAT? WHERE? WHO? 2 RISK MANAGEMENT & INSURANCE 3 Agenda: 1. Définition 2. Processus standard 3. Scénario du risque

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE 1 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 ARTICLE 1 : ASSURÉ...4 ARTICLE

Plus en détail

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE Chaque Expert a eu à un moment ou à un à un autre une réflexion sur la nécessité de la souscription d un contrat garantissant sa responsabilité civile professionnelle.

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

SEMMARIS. Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS. 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00

SEMMARIS. Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS. 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00 SEMMARIS Société d'economie Mixte du Marché de RUNGIS 1, Rue de la Tour B.P. 40316 94152 RUNGIS CEDEX TEL : 01.41.80.80.00 Consultation pour le cadrage du projet de Marketplace du Marché International

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

VILLE DE TREGUNC MARCHE PUBLIC DE SERVICES ASSURANCE STATUTAIRE ACTE D ENGAGEMENT

VILLE DE TREGUNC MARCHE PUBLIC DE SERVICES ASSURANCE STATUTAIRE ACTE D ENGAGEMENT VILLE DE TREGUNC MARCHE PUBLIC DE SERVICES ASSURANCE STATUTAIRE ACTE D ENGAGEMENT Marché sur appel d offres ouvert en application des Articles 10, 33, 57 à 59 du Code des Marchés publics Date du marché

Plus en détail

Le plan national d actions coordonnées

Le plan national d actions coordonnées Le plan national d actions coordonnées 2009 2012 de la branche accidents du travail et maladies professionnelles Trouble musculo-squelettiques (TMS) 1ère cause de maladies professionnelles indemnisées

Plus en détail

Diagnostics RePèreS. WellScan ID RePèreS Orientation ID RePèreS Action. Présentation générale. Finalités. Livrables. Page 1

Diagnostics RePèreS. WellScan ID RePèreS Orientation ID RePèreS Action. Présentation générale. Finalités. Livrables. Page 1 Diagnostics RePèreS WellScan Présentation générale Finalités Livrables Baromètre du stress en ligne A l échelle individuelle, il est destiné à : mieux comprendre son état de stress prendre conscience de

Plus en détail

immobilier Les garanties de vente optimisée Notre philosophie w w w. g c i - p o r t a g e. c o m LES DONNÉES PROFESSIONNELLES GCI IMMOBILIER

immobilier Les garanties de vente optimisée Notre philosophie w w w. g c i - p o r t a g e. c o m LES DONNÉES PROFESSIONNELLES GCI IMMOBILIER Les garanties LES DONNÉES PROFESSIONNELLES GCI IMMOBILIER SARL GCI, Société à Responsabilité Limitée au capital de 8000,00 Euros dont le siège est situé à Z.I. Saint Maurice, 04100 Manosque, inscrite au

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

COMMUNE D'ALLONNES DEPARTEMENT DU MAINE-ET-LOIRE MARCHE PUBLIC DE PRESTATION DE SERVICES EN ASSURANCE

COMMUNE D'ALLONNES DEPARTEMENT DU MAINE-ET-LOIRE MARCHE PUBLIC DE PRESTATION DE SERVICES EN ASSURANCE COMMUNE D'ALLONNES DEPARTEMENT DU MAINE-ET-LOIRE MARCHE PUBLIC DE PRESTATION DE SERVICES EN ASSURANCE PROCEDURE ADAPTEE (selon dispositions des articles 26-II et 28 du Code des Marchés Publics) ACTE D

Plus en détail

Consultation d entreprises. Procédure adaptée article 28 du CMP. Services d assurances pour la commune de Kunheim.

Consultation d entreprises. Procédure adaptée article 28 du CMP. Services d assurances pour la commune de Kunheim. Consultation d entreprises Procédure adaptée article 28 du CMP Services d assurances pour la commune de Kunheim Acte d Engagement Lot 5 : assurance des prestations statutaires Date limite de remise des

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

Chiffres. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé. Evolution membres-assurés (sociétaires)

Chiffres. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé. Evolution membres-assurés (sociétaires) Chiffres 29 a s s u r a n c e s Evolution membres-assurés (sociétaires) 3 25 2 15 1 5 24 25 26 27 28 29 11.873 13.39 14.3 15.712 19.727 21.486 24.47 3.754 Depuis, le nombre de sociétaires a augmenté de

Plus en détail

Marché du mobilier et de l aménagement de bureaux dans les organismes de sécurité sociale

Marché du mobilier et de l aménagement de bureaux dans les organismes de sécurité sociale Marché du mobilier et de l aménagement de bureaux dans les organismes de sécurité sociale Habitudes d achat et préconisations Document du : 18/12/2012 Préambule Objectifs de l étude : Comprendre le fonctionnement

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Sommaire. Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel

Sommaire. Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel Bienvenue Sommaire Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel Choix d un fonctionnement Au travers du P1 des marchés

Plus en détail

Création de Centres de Services Partagés au sein de la branche retraite. Instance nationale de concertation du 1 er Octobre 2015

Création de Centres de Services Partagés au sein de la branche retraite. Instance nationale de concertation du 1 er Octobre 2015 Création de Centres de Services Partagés au sein de la branche retraite Instance nationale de concertation du 1 er Octobre 2015 Sommaire Origine et pertinence du projet Orientations générales Modalités

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE Pour favoriser l accès au droit et à la justice Pour favoriser l accès au droit et à la justice Il arrive que des situations courantes de votre vie quotidienne provoquent

Plus en détail

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet Projet PHARES Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet L.Brami, S.Damart, M. Detchessahar, M. Devigne, J. Habib, F. Kletz, C. Krohmer. Document joint à l avenant au contrat

Plus en détail