ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES"

Transcription

1 ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES

2 L assurance, une perte de repères pour l acheteur hospitalier? Des contrats en petits caractères. Le Code des Assurances prévaut sur le Code des Marchés publics. L achat d une prestation future et incertaine. nous avons enquêté pour y voir plus clair 2

3 EQUIPE DU SEGMENT ASSURANCES Jean-Pierre Foubert Directeur Adjoint, CH du Vesinet Fadéla Khaldi Chargée de mission Services Financiers, UGAP Leader: Denis Muller Directeur des Services Economiques, Logistiques et Travaux, CH Ancenis Parrain: Vincent Lidsky Inspecteur Général des Finances Sylvie Judic Directrice des Achats et Equipements, CH Loire- Vendée-Océan Ingrid Greiffenberg Responsable achats, CH Annecy Christian Impagliazzo Responsable Achat, ARS PACA Alexandre Mathieu Responsable des marchés, CHI Fréjus- Saint-Raphael Jean-Paul Petryszyn, Directeur du pôle ASELTB, CH Carcassonne 3

4 ILS NOUS ONT AIDE, l équipe élargie CHU Lille CHI Fréjus Saint Raphael CH Région Annecy CH Perpignan CH Carcassonne CH Cannes CH Lezignan CH Sete CH Bagnols sur Ceze CH Avignon CH Montesson CH Mende CH Levignan CH Ponteuils CH Béziers CH Pont-Saint-Esprit CH Lamalou les Bains CH Clermont L Herault CH Limoux CH Montpellier CH Saint-Gilles CH Fontenay Le Comte CH Ancenis CH Loire Vendée Océan CHU Nantes CH Toissey CH Lillebonne CH Poissy Saint Germain en Laye AP HM CH Alpes-Léman Pôle Sud Vendée CH Thuir CH Le Vesinet CH Gap CH Sisteron CH Briançon CH Montfavet CH Martigues CH Narbonne CHU Nice CH Césame Angers Resah-IDF Groupe 3H UGAP SHAM Cigérisk Gras Savoye Audit Assurance La Fédération Française des Sociétés d Assurance Matmut La Poste Protectas BEAH Yvelin Satec Temeris 4

5 SOMMAIRE 1) Présentation du périmètre 2) Présentation de la cartographie 3) Analyse de la situation actuelle du segment 4) Partage des bonnes pratiques et des opportunités 5) Synthèse des gains d opportunité 6) Matrice enjeux-efforts 5

6 LE PERIMETRE ETUDIE Dommages aux biens Risques automobiles Responsabilité civile Risques statutaires 6

7 ELEMENTS DE CARTOGRAPHIE La part des dépenses d assurances dans le total des dépenses hôtelières hospitalières nationales (titre III) est de 7% 7% Les dépenses d'assurances dans les dépenses nationales du titre III représentent 7% soit 493 millions d'euros dépenses d'assurances dépenses hôtelières hospitalières nationales (titre 3 ) Source: benchmark sur 34 établissements et données nationales DGOS 7

8 ELEMENTS DE CARTOGRAPHIE La responsabilité civile représente la majorité des dépenses d assurance dans les budgets Répartition des dépenses moyennes d assurances par type d assurance 8,02% - part de la Flotte Automobile 11,77% - part des Dommages aux Biens 22,36% - part des Risques Statutaires 54,07% - part de la Responsabilité civile Responsabilité civile Risques statutaires Dommages aux biens Flotte Automobile Evolution constatée de la responsabilité civile sur un ES (qui a souhaité garder l anonymat) 2005: + 25% 2009: + 23% Source : 34 établissements benchmarkés 8

9 ELEMENTS DE CARTOGRAPHIE Il existe des écarts importants entre établissements après lissage des extrêmes dans la répartition des dépenses selon les différents types d assurance Type d assurance Responsabilité civile Minimum Maximum Unité d œuvre / lit MCO Risques statutaires Risques automobiles Dommages aux biens Source : 34 établissements benchmarkés Source: benchmark sur 34 établissements 0.01% 1.5% Taux AT MP / masse salariale (%) / véhicule assuré / km parcouru / m² 9

10 SITUATION ACTUELLE Les assurances, un secteur atypique pour l acheteur Caractéristiques du secteur des assurances - Détermination du prix complexe: tarifs intégrant les aléas et éléments exogènes (11 septembre 2001, incident du CH d Epinal, fluctuations des marchés financiers) - Diversité des intervenants : sociétés d assurance, ré-assureurs, mutuelles, courtiers, intermédiaires - Asymétrie d information sur la sinistralité: les assureurs connaissent mieux la sinistralité des établissements que les établissements eux-mêmes Etablissement monobloc / pavillonnaire Psychiatrie Activité industrielle: -cuisine -blanchisserie Résultats certification HAS Eléments influençant la composition des prix (car considérés comme facteurs de risque ou d augmentation de la sinistralité) Maternité Bloc opératoire / stérilisation Intérêt pour l acheteur de se faire assister 10

11 SITUATION ACTUELLE tableau détaillé par type d assurance Assurance Typologie du marché Assureurs Spécificité Faiblesse Composition du prix Évolution en cours ou à venir Responsabilité civile oligopole 2 assureurs principaux: -SHAM (50%) -AXA (30%) Et des courtiers: Yvelin, Gras Savoye, Marsh, Verspieren, BEAH, AON -Position de force des assureurs -marge de manœuvre très faible -assiette des cotisations actuellement basée sur l EPRD Evolutions des primes subies -taux sinistralité -influence des catastrophes naturelles -influence des marchés financiers -Ouverture du marché -réapparition de la concurrence suite à la loi Kouchner (ONIAM, cadrage) Risques statutaires Marché ouvert à concurrence limitée CNP, SOFCAH Courtier: Yvelin Périmètre très variable selon la politique des ES Fortes variations de primes Sinistralité, absentéisme, fréquence et gravité AT Augmentation des cotisations due à l allongement de la durée de travail nécessité de maîtriser les coûts Dommages aux biens Marché ouvert Areas, Allianz, Covea Risk, Gan, Ace Europe, Zurich Insurance, Variation selon type d ES et activités Sinistralité, niveau de franchise, évolution selon la surface des bâtiments Flotte automobile Marché ouvert ACE, SMACL, Covea Risk, SHAM, AXA, UAP, GAN Pas de Sinistralité, baisse de niveau de cotisation si franchise, faible évolution selon le sinistralité nombre de véhicules 11

12 SCHEMA ASSURANCIEL (1/2): Les problématiques devant être abordées lors de la passation d un marché public d assurance autour de 4 axes : 1 L Etablissement de santé 3 Quel Périmètre de Prestations de services Attendre? a) le souscripteur du contrat Présentation de l établissement Document unique, Le cadre préventif b) les assurés concernés (RC, statutaires, dommages aux biens, flotte auto, ) désignation des assurés activités devant être couvertes identification des biens immobiliers et mobiliers, a) en termes de gestion administrative des contrats (états de sinistralité, attestations, avenants, ) b) en termes de gestion des sinistres (déclaration, indemnisation, assistance, réparation, mesures préventives, bilan annuel ) c) si le marché est passé avec un courtier : réflexion sur la mise en place d une convention de courtage afin de veiller à la qualité des prestations de l intermédiaire 2 Le périmètre contractuel de l Assurance a) quel est le cadre de garanties pertinent pour ce type d assurance et compte tenu des activités exercées par l établissement? les garanties de base les autres types de garanties complémentaires les options Quels niveaux de franchises et évaluation des impacts sur le niveau des primes Quels sont les niveaux d indemnisation? Tenir compte des exclusions communes Tenir compte des clauses ou des réserves introduites par les assureurs b) durée et modalités de gestion du contrat Les déterminants d un contrat d assurance Tarification a) la prime annuelle TTC 4 Organisation interne et pilotage de l établissement Suivi de l exécution du marché d assurance : procédures à mettre en place (en cas de sinistre, suivi régulier de la sinistralité, plan de prévention des risques, mesures de sensibilisation, suivi juridique, Directions impliquées par les différents types d assurance (réunions annuelles, révision des marchés, des cadres de garanties,) A envisager parallèlement une mission d audit des contrats : - repérer les «doublons» de garanties - ou à l inverse les «trous» de garanties Accompagnement extérieur souhaitable en fonction des établissements et du type d assurance durée : 3 ans à 5 ans en fonction du type d assurance (voire plus) cadrage des évolutions tarifaires : révision, clause de d ajustement, c) les états annexes à transmettre à l assureur Liste exhaustive (personnel, activités, biens, ) Etat statistique sur la sinistralité (3 à 5 ans ) + prime pure HT (elle est fonction du risque propre à l assuré + une part de mutualisation «chargement pour graves») + frais de fonctionnement de l assureur + taxes spécifiques d assurance b) + la rémunération de l intermédiaire (commission et/ou honoraires) c) + auto-assurance * Sachant par ailleurs, que chaque compagnie d assurance possède sa propre grille de tarification 12

13 SCHEMA ASSURANCIEL (2/2): Spécificité du modèle économique du secteur de l assurance Il est important de tenir compte de la spécificité de l achat assurantiel dans l appréhension de ce marché public compte tenu de certains éléments -la prime payée par l assuré est principalement la résultante de paramètres spécifiques à l établissement (en fonction de son profil de risque, de ses activités, ), -mais elle est également la résultante de la sinistralité globale des autres assurés par le jeu de la mutualisation opérée par l assureur, -enfin, la spécificité vient du fait que le coût des garanties vendues par l assureur n est pas «précisément» connu lors de la fixation des niveaux de primes (en raison des aléas). Voici quelques indicateurs essentiels à l appréciation du risque et donc à l évaluation de la prime : 1) Liste des sinistres par nature, 2) Nombre des sinistres, 3) Fréquence des sinistres, 4)Tendance (évolution favorable de la sinistralité, stabilité ou dégradation de la sinistralité) 5) Coût total de sinistres ( des coûts des sinistres sur 1 an) 6) Coût moyen par sinistre (coût total de sinistres/ nombre de sinistres) 7) Montant des sinistres net de recours (( des coûts de sinistres - recours) 8) Franchise annuelle 9) Charge de sinistres nette de franchise ( Sinistres Franchises) 10) Prime nette sur l année ( prime pure, frais de gestion, rémunération de l intermédiaire, taxes d assurances) 11) Sinistres/ Primes [1] : est l un des principaux ratios à suivre et sur la durée. Cette durée étant plus ou moins longue en fonction du type d assurance -si ce ratio est supérieur à 1 (soit la somme des sinistres payée par la compagnie d assurance est supérieure à la prime perçue), alors l assureur est en perte et peut résilier le contrat. -si ce ratio est compris entre 0,8 et 1, il y a maintien de la prime -si ce ratio est inférieur 0,8, une négociation peut s engager pour faire baisser le niveau de la prime mais celle-ci doit tenir compte du type d assurance. En effet, l assurance RC n a pas la même temporalité que l assurance de flotte automobile où la récurrence est plus importante et donc plus prévisible). * Sinistres/ Primes + Franchises : une variante consiste à ajouter la franchise à la prime nette pour calculer le ratio de sinistralité ce qui implique de considérer la franchise annuelle comme une prime. Cela évite de présenter, dans certains cas, un ratio S/P négatif. 13

14 BONNE PRATIQUE n 1 Recourir à l assistance à maîtrise d ouvrage a permis aux CH de Carcassonne et d Annecy de réaliser jusqu à 36% de gains, à certaines conditions (1/4) L EXEMPLE DU CENTRE HOSPITALIER DE CARCASSONNE Objectifs: Renouveler les contrats d assurance du Centre Hospitalier de Carcassonne se terminant fin 2010 (dommage aux biens et responsabilité civile) et fin 2011 (risques statutaires et flotte automobile). Motivations: Lacunes des acheteurs en matière d assurance, secteur très spécifique et très technique Nécessité d optimiser les contrats à venir Recours à l AMO qui va apporter ses compétences en s appuyant sur plusieurs leviers : L évaluation du risque : pour un meilleur arbitrage du couple risque/transfert L analyse de la sinistralité : pour évaluer le juste niveau de prime La définition d une stratégie d assurance : périmètre à garantir, couvertures envisagées, procédures d achat à retenir La participation à la rédaction du cahier des charges : pour des propositions claires et lisibles, au plus près du besoin spécifique de l établissement L analyse des offres, la négociation (si elle est possible), l assistance à la notification du marché Intéressement: Il est destiné à renforcer l implication de l AMO dans sa mission. Il se traduit par un reversement de 5% des gains obtenus la 1 ère année sur chaque risque, avec toutefois un plafonnement à 5000 euros par risque 14

15 BONNE PRATIQUE n 1 Recourir à l assistance à maîtrise d ouvrage a permis aux CH de Carcassonne et d Annecy de réaliser jusqu à 36% de gains, à certaines conditions (2/4) Les résultats obtenus sur les primes d assurance annuelles Surcoût Gains Intéressement AMO Risques statutaires Augmentation de 47,49% Responsabilité civile Diminution de 45,95% Dommage aux biens Diminution de 30,90% Flotte automobile Diminution de 39,26% Soit 35,62% de gains sur les PA des anciens contrats Résultat des marchés engagés : 1) Gain brut de ) Gain net : - Coût initial AMO - Intéressement Total gain net annuel sur les 4 risques Remarques -Toutes les économies ne sont pas spécifiquement liées au recours à l AMO. Les facteurs de baisse peuvent être multiples, comme dans le domaine de la RC où de nouveaux prestataires sont apparus. - Le recours à l AMO ne doit pas être systématique pour chaque nouvelle consultation. Le rythme de une fois sur deux, soit tous les 8-10 ans, paraît le mieux approprié. - L établissement doit être toujours vigilant sur la prestation rendue par l AMO : si l AMO peut être très performant en matière d assurance, il peut l être beaucoup moins en matière de réglementation des marchés publics. 15

16 BONNE PRATIQUE n 1 Recourir à l assistance à maîtrise d ouvrage a permis aux CH de Carcassonne et d Annecy de réaliser jusqu à 36% de gains, à certaines conditions (3/4) L EXEMPLE DU CENTRE HOSPITALIER D ANNECY SUR LES RISQUES STATUTAIRES PERIMETRE: RISQUE STATUTAIRE Recours à AMO pour relance du marché Analyses des données techniques Statistiques/ sinistralité / pyramide des âges/ méthode de gestion des risques en interne gestion Critères de choix Intégration d un critère qualitatif sur les modalités et procédures de gestion des sinistres (logiciel de gestion, tiers payant des frais médicaux, contrôles médicaux gratuits, les expertises, les délais,..) Pondération à 25% Calcul de Gain Cout ancien : TTC Cout actuel : (au maximum) Cout AMO : Gain = TTC Redéfinition du cahier des charges En fonction de l analyse des données techniques, redéfinition du CDC : Organisation de l offre : base et option pour vérifier l intérêt du maintien des niveaux d assurance existants Offre de base : AT/MP frais de soins et frais funéraires uniquement Option 1 : Décès Option 2 : AT et MP indemnités journalières uniquement franchise 30 jours Option 3 : AT /MP indemnités journalières uniquement sans franchise Durée la plus adaptée : 5 ans Analyse des offres et aide au choix Analyse et appréciation des réserves Préconisations en fonction de la situation Ancien contrat prime à TTC / an niveau de garantie : AT/MP décès IJ franchise à 30 jours Nouveau Contrat prime à TTC / an niveau de garantie : AT/MP décès sans IJ Les dépenses annuelles des 5 dernières années (sinistres et provisions) étant < Soit 23% d économie Intégration d un mémoire technique précisant toutes les données et toutes les démarches réalisées pour réduire le risque 16

17 BONNE PRATIQUE n 1 Recourir à l assistance à maîtrise d ouvrage a permis aux CH de Carcassonne et d Annecy de réaliser jusqu à 36% de gains, à certaines conditions (4/4) L EXEMPLE DU CENTRE HOSPITALIER D ANNECY SUR LE DOMMAGE AUX BIENS PERIMETRE: DOMMAGE AUX BIENS Recours à AMO pour relance du marché Groupe projet Création d une Equipe pluridisciplinaire : Gestionnaire du contrat / Responsable sécurité / Responsable des services technique / Qualité / acheteur / AMO Recensement et Analyses des données techniques Etat technique : spécificités des activités et bâtiments / liste des bâtiments / statuts/ adresse/ shon/shob / occupants / les activités / les protections incendie / voisinage/ moyens d intervention internes / proximité des pompiers / nombre d agent interne avec formation pompiers volontaire : contrat des vérifications des équipements /maintenance/* abonnement de verifiaction de materiel / les volumes d activité des centres de production/.. Sinistralité des 5 dernières années Critères de choix Intégration d un critère qualitatif sur les modalités et procédures de gestion des sinistres (structure, interlocuteurs, possibilité de nommer un expert, transmission du rapport, les délais,..) Pondération à 20% Redéfinition du cahier des charges En fonction de l analyse des données techniques, redéfinition du CDC : Définition de plusieurs niveaux de garantie et types de franchises -Garanties :indemnisation limitée 49 Moi / pertes exploitations à 5 Moi ou à 10 Moi -franchise : néant / franchise / franchise 7500 sauf incendie Durée la plus adaptée : 5 ans Intégration d un mémoire technique précisant toutes les données techniques, la sinistralité et les mesures préventives existantes Visite de site obligatoire sur 1 journée minimum avec responsable sécurité et responsable technique 34 % d économie Analyse des offres et aide au choix Analyse et appréciation des réserves Préconisations en fonction de la situation Ancien contrat prime à TTC / an niveau de garantie : 49 Moi / Pertes exploitation 5Mio / franchise 3000 Nouveau Contrat prime à TTC / an niveau de garantie : 49 Moi / Pertes exploitation 10 Moi / franchise 7000 Explication Ecart des offres entre 5 Moi et 10Mio en pertes exploitation peu important (1%) Ecart des offres entre les niveaux de franchises suivants 3000 sauf incendie / / sauf incendie) peu significatif < 5% pour des risques encourus élevés Ecart des offres entre les niveaux de franchise 7500 et 3000 significatif : 15% en moyenne Modification de la franchise : Les dépenses annuelles des 5 dernières années (sinistres et provisions) étant < Calcul de Gain Cout ancien : TTC Cout actuel : (au maximum) Cout AMO : Gain = TTC

18 BONNE PRATIQUE n 2 Instaurer une démarche prévention sur les risques statutaires a permis au CH Le Vésinet de réaliser 30% de gains sur l assurance risques statutaires (1/5) Prévention du risque = amélioration de la sinistralité à court, moyen et long terme Description de la bonne pratique Résultats en coûts complets Du côté du client: Document unique (indicateur de risque à priori) + Plan d action de réduction des risques au travail (indicateur qualité) + Analyse des causes AT (indicateur de risque à postériori) interface avec la sinistralité Juste besoin Gains indirects : au niveau de la sinistralité: Journées d arrêt «TMS» en 3 ans: jours soit -82 % = 2 ETP d ASH ( ) AES à risques ( ) = de 90%, AES à risques ( ) = 0 Hôpital propre assureur sur indemnités journalières = à / an en option. Du côté de l assureur: Sinistralité des 3 dernières années (résultat) + Certification HAS (évaluations externes) + Statistiques Institut National de Recherche en Sécurité ( INRS). Gains directs: au niveau des cotisations d assurance: : 0,15 % masse salariale / an : 0,11 % masse salariale / an Gains = 30% =

19 BONNE PRATIQUE n 2 Instaurer une démarche prévention sur les risques au travail a permis au CH Le Vésinet de réaliser 30% de gains sur l assurance risques statutaires (2/5) Définir les besoins à satisfaire (Art. 5 CMP):couverture des risques Du côté de l acheteur ( ressource DRH): Analyse des risques à priori: document unique et plan d action Analyse des risques à postériori: sinistralité des 3 dernières années en fréquence et en gravité des accidents constatés. Du côté de l assureur: Analyse des risques à postériori: sinistralité des 3 dernières années Certification HAS V 2010: Critère 3.c Santé et sécurité au travail Critère 3.d Qualité de vie au travail Données INRS (chiffres 2008 secteur soins) : COUT MOYEN BRUT D UN AT AVEC ARRET + 24 h: COUT MOYEN BRUT DES AT AVEC IP>9% ET MORTELS: COUT BRUT D UN DECES :

20 BONNE PRATIQUE n 2 (3/5) Les conclusions du document unique Accidents les plus fréquents: Troubles musculo squelettiques : efforts de soulèvement ( aides soignants, agents des services hospitaliers, agents de la logistique hôtelière) Accidents les plus graves: Accidents d exposition au sang (AES): contamination HIV et hépatites (infirmières, médecins) Plan d action de la prévention des risques au travail: Investissements: - lits à hauteur variables, appareils de soulèvement des patients, - Matériels sécurisés pour la prévention des AES. Formation des agents à l utilisation des appareils et équipements achetés Formation à l ergonomie de posture Audit de la procédure de prise en charge des agents en cas d AES déclaré: «Conduite à tenir en cas d AES» collaboration CLIN / médecine du travail

21 BONNE PRATIQUE n 2 (4/5) RESULTATS du PLAN DE PREVENTION Journées d arrêt «TMS» en trois ans: Baisse de 438 jours soit 82 % = 2 ETP d ASH ( ) Baisse de 90 % des AES à risques entre 2009 et 2010: 2 en 2010 Pas d AES à risque en 2011 et 2012 Bilan AT au 10/06/2012: TOTAL AT déclarés : 20 TMS: 7 déclarés dont 3 avec arrêts (5 j/ 3j / 5j ) AES : 0 Chutes et Glissades : 7 Objet en Mouvement: 6 Coût de remplacement des AT : 0

22 BONNE PRATIQUE n 2 (5/5) RESULTATS en COÛTS COMPLETS INVESTISSEMENTS LIES AU PLAN D ACTION: Equipements : (dont de renouvellement normal des lits à hauteurs variables) entre 2006 et 2011 soit : /an (Achats UGAP pour les lits) Surcoûts des dispositifs médicaux sécurisés : /an sur 3 ans à compter de 2009 Réduit en 2012 (COMEDIMS + données OMS): pas d AES contaminant connu par piqûre suite à l injection de produit. L analyse de risque conduit à limiter le matériel sécurisé aux actes de prélèvements. ECONOMIES: DIRECTES ET INDIRECTES COURT TERME: Coûts des cotisations d assurance: 2009 à 2011 : / an (0,15 % masse salariale) 2012 à 2014 : / an (0,11 % masse salariale) soit une économie de 30,03 %. Coût d option évitée : à an (suivant optionsà pour indemnités journalières AT / MP, l établissement ne s assure que sur le coût des soins. Réduction des jours d arrêt de 438 jours soit deux ETP d ASH = Coût de remplacement des absences AT / MP en 2011 et 2012: 0 Total des économies annuelles et des dépenses évitées en 2012 : environ MOYEN LONG TERME: Prévention de la chronicité des troubles musculo squelettiques contribuant à la limitation des arrêts de fin de carrière (non évalué). 22

23 BONNE PRATIQUE n 3 L organisation d une visite des risques cliniques aux CH de Loire-Vendée-Océan et d Ancenis a permis de faire valoir un bonus de 5% sur l assurance responsabilité civile Objectifs : Une action clé = agir en amont sur la réduction des risques cliniques en associant les prescripteurs Communiquer à l assureur les actions menées par l établissement Exemple d organisation d une visite de risques cliniques à l initiative de l assureur: (CH d Ancenis) Intervenant : Médecin consultant Management des risques -Présentation du Plan d actions suite à la visite de certification par la Direction Qualité et Gestion des Risques -Circuit patient bloc opératoire -Organisation bloc maternité -Locaux et Equipements : Urgences (rencontre avec un chirurgien orthopédiste, un cadre bloc, un cadre sage-femme et un urgentiste) -Restitution finale Direction Nécessité d une coordination et d une implication de tous les acteurs Baisse de 5% sur le taux de cotisation responsabilité civile Gain attendu CH Ancenis = Gain obtenu CH Loire-Vendée-Océan Direction = 9800 générale de l offre de soins - DGOS 23

24 BONNE PRATIQUE n 4 La mutualisation des assurances flotte automobile a permis à UNIHA de réaliser 6% de gains tout en tenant compte des besoins de chaque établissement Description de la bonne pratique Résultat Réalisation d une seule procédure d achat pour 22 établissements concernant 3407 véhicules, après mission AMO commune Choix d un assureur commun Gains obtenus: 6 % (source CH LVO) Appel d offre commun mise à plat contrat d assurance, rédaction d un socle commun, Intégration des particularités de chaque ES via des options complémentaires ou niveaux supérieurs de garanties Marché de 1.4 M Qualité des outils de gestion 24

25 BONNE PRATIQUE n 5: La clause d ajustement tarifaire, à la baisse, inspirée de l UGAP, permettrait d obtenir jusqu à 10% de gains sur l assurance flotte automobile à l avantage de l assuré Recommandation Description de la bonne pratique: Constat: absence de répercussion d une sinistralité positive sur le montant de la cotisation flotte automobile Solution: intégration d une clause d ajustement tarifaire dans le cahier des charges permettant une variation annuelle des primes à la baisse en fonction de la sinistralité Avantage: notion «d équilibre équitable» conciliant les intérêts des assurés publics et ceux des assureurs. Résultat: 10% de la prime si rapport sinistres à prime < à 65 Gains attendus: jusqu à 10 % + notion «d équilibre équitable» 25

26 BONNE PRATIQUE n 6 La définition du juste besoin sur les dommages aux biens a permis au CH Loire- Vendée-Océan de réaliser 25% de gains, évitant ainsi la sur-assurance Recommandation Description de la bonne pratique Résultat Gains obtenus: 25 % (source UNIHA) Mesurer la capacité de financement des sinistres d un petit montant par l établissement pour éviter de payer une prime: pour la gestion de ces sinistres par l assureur ainsi que les coûts de gestion interne Recours au rôle de conseil de l assureur grâce à la négociation avec les candidats et confrontation des propositions avancées. Soit de gains Diminution du montant de la prime par évaluation des montants maximum à garantir = valeur garantie, limite contractuelle d indemnisation, taux de vétusté, pertes indirectes vs frais généraux permanents et frais supplémentaires d exploitation 26

27 OPPORTUNITE n 1: RECOURIR A L ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE Recourir à L assistance à maîtrise d ouvrage permettra de réaliser 18% de gains sur l ensemble des assurances et de mieux connaître la sinistralité des l établissements Gain obtenu sur la bonne pratique = 36% Conditions de mise en œuvre: Définir le périmètre de l AMO Mettre en concurrence les AMO Éventuellement se grouper pour mutualiser les AMO (exemple du RESAH-IDF) Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés = 50% (benchmark réalisé sur 34 ES) Part du segment concerné = 100% (toutes les assurances peuvent être incluses dans une AMO) % opportunité = 0.36*0.5*1 = 18% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = 0.18* = gains opportunité = 18 % soit

28 OPPORTUNITE n 2: JUSTE BESOIN ET DEMARCHE PREVENTION RISQUES STATUTAIRES Instaurer une démarche prévention sur les risques statutaires permettra de réaliser 6.6% de gains sur l assurance risques statutaires tout en améliorant la sinistralité Gain obtenu sur la bonne pratique = 30% Conditions de mise en œuvre: Connaissance des risques à priori et des causes racines de la sinistralité Implication des parties prenantes: direction, CHSCT, service qualité gestion des risques, DRH, acheteurs. Mise en place d un comité sur la sinistralité pour une revue annuelle de sa sinistralité (exemple de l APHM) Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés = 100% Part de l assurance risques statutaires dans les dépenses totales d assurances par ES = 22% (benchmark réalisé sur 34 ES) % opportunité = 0.3*0.22*1 = 6.6% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = 0.066* = gains opportunité = 6.6 % soit

29 OPPORTUNITE n 3: REDUCTION DES RISQUES CLINIQUES La réduction des risques cliniques permettra de réaliser 1.97% de gains sur la l assurance responsabilité civile Gain obtenu sur la bonne pratique = 5% Conditions de mise en œuvre: Politique de réduction des risques mise en place par le DG de l établissement et associant les Médecins Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés (incluant CH, CHU, CLCC et EBNL) = 73% Part de l assurance responsabilité civile dans les dépenses totales d assurances par ES = 54% (benchmark réalisé sur 34 ES) % opportunité = 0.05*0.73*0.54 = 1.97% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = * = gains opportunité = 1.97 % soit

30 OPPORTUNITE n 4: MUTUALISER DES ASSURANCES AUTO La mutualisation des assurances flotte automobile permettra de réaliser 0.19% de gains tout en tenant compte des besoins de chaque établissement Gain obtenu sur la bonne pratique = 6% Conditions de mise en œuvre: Définir un contrat par établissement afin de répondre aux besoins de chacun Bien connaître ses besoins en associant les prescripteurs et les acheteurs Création d un groupement ou recours à un groupement existant Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés (CH et CHS uniquement) = 40% Part de l assurance flotte auto dans les dépenses totales d assurances par ES = 8% (benchmark réalisé sur 34 ES) % opportunité = 0.4*0.08*0.06 = 0.19% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = * = gains opportunité = 0.19 % soit

31 OPPORTUNITE n 5: LA CLAUSE D AJUSTEMENT A LA BAISSE SUR L ASSURANCE FLOTTE AUTOMOBILE La clause d ajustement tarifaire, à la baisse, inspirée de l UGAP, permettrait d obtenir 0.8% de gains sur l assurance flotte automobile à l avantage de l assuré Gain attendu sur la bonne pratique = jusqu à 10% Conditions de mise en œuvre: Intégrer cette clause (ou la faire jouer si déjà existante) dans le cahier des charges dès la prochaine mise en concurrence Suivi annuel de la sinistralité flotte automobile de l établissement Assiette retenue pour la mise en œuvre de l opportunité: Pourcentage d ES concernés = 100% Part de l assurance flotte automobile dans les dépenses totales d assurances par ES = 8% (benchmark réalisé sur 34 ES) % opportunité = 0.1*0.08*1 = 0.80% Montant total du périmètre assurances = Opportunité en = 0.8* = gains opportunité estimés = 0.8 % soit

ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES 25 JUIN 2012

ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES 25 JUIN 2012 ARMEN VAGUE 1 SEGMENT ASSURANCES 25 JUIN 2012 L assurance, une perte de repères pour l acheteur hospitalier? Des contrats en petits caractères. Le Code des Assurances prévaut sur le Code des Marchés publics.

Plus en détail

ARMEN VAGUE 1 Équipements mobiliers dans l environnement du patient en coûts complets 25 JUIN 2012

ARMEN VAGUE 1 Équipements mobiliers dans l environnement du patient en coûts complets 25 JUIN 2012 ARMEN VAGUE 1 Équipements mobiliers dans l environnement du patient en coûts complets 25 JUIN 2012 C est la diversité de nos points de vue qui fait la richesse de nos professions. Les membres de notre

Plus en détail

Assurances des collectivités territoriales

Assurances des collectivités territoriales REUNIONS D INFORMATION DES 24, 26 SEPTEMBRE 2013 ET 01 OCTOBRE 2013 Centre de Gestion de Loir et Cher Assurances des collectivités territoriales PLAN Rappel les obligations statutaires, les risques financiers

Plus en détail

Projet ARMEN vague 3 Segment Prestations intellectuelles Livrable court

Projet ARMEN vague 3 Segment Prestations intellectuelles Livrable court Projet ARMEN vague 3 Segment Prestations intellectuelles Livrable court Présentation de l équipe PARRAIN Yann BUBIEN Directeur général LEADER Aline COUDRAY Directrice des services économiques et logistiques

Plus en détail

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015 Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019 8 septembre 2015 1 Le déroulé de la rencontre La couverture des risques statutaires L absentéisme en France La carte de visite du contrat groupe actuel

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Objectifs Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses

Plus en détail

ARMEN VAGUE 1 Équipements mobiliers dans l environnement du patient en coûts complets

ARMEN VAGUE 1 Équipements mobiliers dans l environnement du patient en coûts complets ARMEN VAGUE 1 Équipements mobiliers dans l environnement du patient en coûts complets C est la diversité de nos points de vue qui fait la richesse de nos professions. Les membres de notre groupe de travail

Plus en détail

Projet ARMEN vague 3 Segment Prestations intellectuelles Livrable court

Projet ARMEN vague 3 Segment Prestations intellectuelles Livrable court Projet ARMEN vague 3 Segment Prestations intellectuelles Livrable court Présentation de l équipe Albert ALOISI Chef du département Prestations Intellectuelles Informatique Cédric GSELL Attaché administratif

Plus en détail

ARMEN VAGUE 1 IMAGERIE EN COUPE 25 JUIN 2012

ARMEN VAGUE 1 IMAGERIE EN COUPE 25 JUIN 2012 ARMEN VAGUE 1 IMAGERIE EN COUPE 25 JUIN 2012 COMPOSITION DU GROUPE Carine LE FLOCH CHU MONTPELLIER Frédéric CHAPON CH MONTELIMAR Denys-Xavier PATUREL AP PARIS Michel DUCH AP MARSEILLE Vincent LIPPENS Pierre

Plus en détail

Projet Achat du CHU de Nantes Intervention du 14 Janvier 2013 aux Journées Achats de l AMUE. Page 1

Projet Achat du CHU de Nantes Intervention du 14 Janvier 2013 aux Journées Achats de l AMUE. Page 1 Projet Achat du CHU de Nantes Intervention du 14 Janvier 2013 aux Journées Achats de l AMUE Alexandra CENTRE BENOISTEL HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES I Projet achat Direction des achats Page 1 PLAN

Plus en détail

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham 1 ères Universités d Eté Internationales Francophones pour la Qualité et la Sécurité des soins 11 et 12 Septembre 2015, Rabat - Maroc

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTRAT GROUPE DU CENTRE DE GESTION DE LA SARTHE

PRESENTATION DU CONTRAT GROUPE DU CENTRE DE GESTION DE LA SARTHE GRAS SAVOYE ASSURANCES DE PERSONNES PRESENTATION DU CONTRAT GROUPE DU CENTRE DE GESTION DE LA SARTHE 9 Décembre 2014 ORDRE DU JOUR Pourquoi s assurer sur les risques statutaires? Le contrat groupe du Centre

Plus en détail

Ville de Carhaix-Plouguer Hôtel de ville BP 258 29837 CARHAIX-PLOUGUER Cedex

Ville de Carhaix-Plouguer Hôtel de ville BP 258 29837 CARHAIX-PLOUGUER Cedex Ville de Carhaix-Plouguer Hôtel de ville BP 258 29837 CARHAIX-PLOUGUER Cedex MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES D ASSURANCE CAHIER DES CHARGES LOT 5 RISQUES STATUTAIRES Marché Public Assurances Ville

Plus en détail

Assurances des collectivités territoriales

Assurances des collectivités territoriales REUNION D INFORMATION DU 05 SEPTEMBRE 2013 Centre de Gestion de la Charente-Maritime Assurances des collectivités territoriales PLAN Rappel les obligations statutaires, les risques financiers Statistiques

Plus en détail

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats?

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats? SESSION 1 Jeudi 7 février : 9h - 10h30 Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance Quelles relations entre le RM et les achats? 1 Intervenants Eunyoung PARK Directeur des

Plus en détail

PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS

PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS PARTENAIRE DES COLLECTIVITÉS ET DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS pour la protection sociale et la performance publique Assurances et services des collectivités locales Groupe Sofaxis Groupe Sofaxis Partenaire

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile

Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Réduisez les coûts de gestion de votre flotte automobile Une approche unique de votre métier, nourrie de la connaissance opérationnelle des risques et problématiques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Janvier 2010

DOSSIER DE PRESSE Janvier 2010 DOSSIER DE PRESSE Janvier 2010 PREVENTION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET DES MALADIES PROFESSIONNELLES : Réforme de la tarification des risques professionnels Contacts Presse : Assurance Maladie - Risques

Plus en détail

Les principes clés d une fonction achats performante. Document à destination des directeurs d établissement

Les principes clés d une fonction achats performante. Document à destination des directeurs d établissement Les principes clés d une fonction achats performante Document à destination des directeurs d établissement Préambule Destinataire Un directeur d établissement qui souhaite engager une démarche de plan

Plus en détail

ARMEN VAGUE 1 Segment véhicules en coût complet 25 juin 2012

ARMEN VAGUE 1 Segment véhicules en coût complet 25 juin 2012 ARMEN VAGUE 1 Segment véhicules en coût complet 25 juin 2012 Pourquoi, s intéresser au sujet des véhicules? 1. Un poste de dépenses annuelles de 700 M 2. Des véhicules trop nombreux, mal entretenus, vieillissants,

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET ASSURANCE DES RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL CONTRAT GROUPE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES ARTICLE 1 / OBJET DE LA CONSULTATION Le CENTRE

Plus en détail

ARMEN VAGUE 1 SEGMENT LOGICIELS 25 JUIN 2012

ARMEN VAGUE 1 SEGMENT LOGICIELS 25 JUIN 2012 ARMEN VAGUE 1 SEGMENT LOGICIELS 25 JUIN 2012 Equipe du segment logiciels Parrain Leader Membres Prénom Nom Fonction Etablissement Robert Reichert Sylvie Delplanque Daniel Morisi Acheteur UGAP Délégué interrégional

Plus en détail

Point de situation ARS. Comité régional PHARE du 27 juin 2014

Point de situation ARS. Comité régional PHARE du 27 juin 2014 Achats domaine immobilier Point de situation ARS Comité régional PHARE du 27 juin 2014 Immobilier : des enjeux partagés ES-ARS Un domaine d achat à très fort impact en termes d efficience - Coût de construction

Plus en détail

Présentation des travaux de la vague 1 ARMEN

Présentation des travaux de la vague 1 ARMEN Présentation des travaux de la vague 1 ARMEN Le projet ARMEN, c est la recherche systématique d actions de progrès par vagues de 10 segments d achat Segments 09 Objectif : 15% de gains par segment sur

Plus en détail

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS

Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Risk Manager Indicateur - Coût de traitement des risques assurables 80, Boulevard Haussmann 75008 PARIS Avant - Propos Chers Membres de l Amrae, Nous réfléchissons depuis quelques temps à la manière de

Plus en détail

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service

Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance. Nos compétences à votre service Aon Benfield Conseil et courtage en réassurance Nos compétences à votre service Quelles que soient votre taille et vos activités : un service optimal et de qualité Aon Benfield, leader mondial et N 1 en

Plus en détail

Formation Inter et Intra 2012

Formation Inter et Intra 2012 Formation Inter et Intra 202 2 formules au choix et adaptées à vos besoins bien choisir sa formation Nous mettons à votre disposition une offre de formation variée et adaptée à votre activité avec des

Plus en détail

VILLE DE MONTRICHARD MARCHES PUBLICS PRESTATIONS D'ASSURANCES ACTE D ENGAGEMENT. Lot 2 Responsabilité civile

VILLE DE MONTRICHARD MARCHES PUBLICS PRESTATIONS D'ASSURANCES ACTE D ENGAGEMENT. Lot 2 Responsabilité civile MARCHES PUBLICS PRESTATIONS D'ASSURANCES ACTE D ENGAGEMENT Lot 2 Responsabilité civile Personne publique VILLE DE MONTRICHARD Pouvoir Adjudicateur VILLE DE MONTRICHARD Personne habilitée à fournir des

Plus en détail

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA SOMMAIRE 01. Objectifs et périmètre du Panorama 2015.. 02. Évolution et gestion des réclamations RC en établissements de santé 03. La sinistralité des professionnels de santé 04. Évolution et gestion des

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

ATELIER 5. Les marchés publics d assurance

ATELIER 5. Les marchés publics d assurance ATELIER 5 Les marchés publics d assurance Melle Vesna Asanovic Adjointe à la Responsable du service des marchés publics de l Université Paris 8 Durée 2h00 AMUE, dans le cadre des Journées Achats Amue les

Plus en détail

Eclairages sur le lien gains achat et économies budgétaires

Eclairages sur le lien gains achat et économies budgétaires Eclairages sur le lien gains achat et économies budgétaires Janvier 2014 V 1.1 Direction Générale de l offre de soins - DGOS Introduction Les éléments ci-après ont vocation a apporter un éclairage sur

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

COMMUNE D'ALLONNES DEPARTEMENT DU MAINE-ET-LOIRE MARCHE PUBLIC DE PRESTATION DE SERVICES EN ASSURANCE

COMMUNE D'ALLONNES DEPARTEMENT DU MAINE-ET-LOIRE MARCHE PUBLIC DE PRESTATION DE SERVICES EN ASSURANCE COMMUNE D'ALLONNES DEPARTEMENT DU MAINE-ET-LOIRE MARCHE PUBLIC DE PRESTATION DE SERVICES EN ASSURANCE PROCEDURE ADAPTEE (selon dispositions des articles 26-II et 28 du Code des Marchés Publics) ACTE D

Plus en détail

Décision n 13-DCC-126 du 5 septembre 2013 relative à la prise de contrôle de la société Sofaxis par la société d assurance mutuelle Sham

Décision n 13-DCC-126 du 5 septembre 2013 relative à la prise de contrôle de la société Sofaxis par la société d assurance mutuelle Sham RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-126 du 5 septembre 2013 relative à la prise de contrôle de la société Sofaxis par la société d assurance mutuelle Sham L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Avis d Appel Public à la Concurrence Marché public de services (code 09) Procédure adaptée Article 28 du code des marchés publics

Avis d Appel Public à la Concurrence Marché public de services (code 09) Procédure adaptée Article 28 du code des marchés publics Avis d Appel Public à la Concurrence Marché public de services (code 09) Procédure adaptée Article 28 du code des marchés publics 1/ Identification du pouvoir adjudicateur Centre hospitalier de Sarreguemines

Plus en détail

Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique

Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique AFGRIS 2008 Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique Dr M.C. Moll Direction Générale, Gestion des risques CHU Angers Quelques constats sur: L Identification des

Plus en détail

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles 1 La nouvelle tarification ne change pas dans son principe mais elle est plus simple à comprendre et

Plus en détail

Pourquoi et comment externaliser sa flotte automobile?

Pourquoi et comment externaliser sa flotte automobile? 1 Création de valeur Le Groupe Lea au service de votre mobilité Pourquoi et comment externaliser sa flotte automobile? Une tendance de fond : se recentrer sur son métier de base pour créer de la valeur

Plus en détail

CONVENTION FHP MCO 30 MAI 2013. Prendre notre avenir en main : L exemple du GIE AGR de mise en commun de moyen pour une efficience accrue

CONVENTION FHP MCO 30 MAI 2013. Prendre notre avenir en main : L exemple du GIE AGR de mise en commun de moyen pour une efficience accrue CONVENTION FHP MCO 30 MAI 2013 Prendre notre avenir en main : L exemple du GIE AGR de mise en commun de moyen pour une efficience accrue PRESENTATION DU GROUPEMENT PRESENTATION Autour d un «noyau dur»

Plus en détail

La gestion statutaire est elle soluble dans la GPMC?

La gestion statutaire est elle soluble dans la GPMC? La gestion statutaire est elle soluble dans la GPMC? «Tout est dans tout, et vice versa» Pierre DAC Richard Barthes Directeur accompagnement des projets structurants et de la formation CHU Toulouse 1 La

Plus en détail

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Près de des dépôts de bilans d entreprises sont attribués à la défaillance d un ou plusieurs clients Idées reçues à bannir pour la sécurité

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73)

COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73) COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73) CCTP LOT N 4 : ASSURANCE DES RISQUES STATUTAIRES CCTP / Risques statutaires page 1 SOMMAIRE Article 1 OBJET DE L ASSURANCE.. page 3 Article 2 GARANTIES DETAILLEES. page

Plus en détail

Prestations d assurances de flottes automobiles. Présentation de l offre

Prestations d assurances de flottes automobiles. Présentation de l offre Prestations d assurances de flottes automobiles Présentation de l offre SOMMAIRE I. Contexte et Entités concernées II. III. Présentation des attributaires du marché L offre : un contrat modulable, des

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

Pour une culture commune de la prévention des risques

Pour une culture commune de la prévention des risques Droit et pratiques Gestion des risques Cartographie des risques Assurances Sécurité Sûreté Environnement Pour une culture commune de la prévention des risques Formation & Conseil 2011 EDITO Premier assureur

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

EXECUTION DE PRESTATIONS D ASSURANCES DU COMITE INTERSYNDICAL POUR L ASSAINISSEMENT DU LAC DU BOURGET C.I.S.A.L.B LOT N 5 RISQUES STATUTAIRES

EXECUTION DE PRESTATIONS D ASSURANCES DU COMITE INTERSYNDICAL POUR L ASSAINISSEMENT DU LAC DU BOURGET C.I.S.A.L.B LOT N 5 RISQUES STATUTAIRES EXECUTION DE PRESTATIONS D ASSURANCES DU COMITE INTERSYNDICAL POUR L ASSAINISSEMENT DU LAC DU BOURGET C.I.S.A.L.B ACTE D'ENGAGEMENT (AE) LOT N 5 RISQUES STATUTAIRES Pouvoir adjudicateur Représenté par

Plus en détail

Jean-Noël Niort - CESAME. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Jean-Noël Niort - CESAME. Direction générale de l offre de soins - DGOS L Outil de pilotage du Patrimoine Hospitalier pour les Etablissements publics de santé Emilie Gonzales Sous Direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Jean-Noël Niort - CESAME

Plus en détail

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse?

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? 5 avril 2012 L industrialisation de la gestion des sinistres, une nécessité pour les assureurs Un

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

GHMF #13 NEWSLETTER. Dec. 2011. Edito Décembre 2011

GHMF #13 NEWSLETTER. Dec. 2011. Edito Décembre 2011 GHMF NEWSLETTER #13 Dec. 2011 Edito Décembre 2011 Bientôt 2012, l heure de dresser le bilan des actions engagées sur l année 2011 pour renforcer le réseau du GHMF et valoriser l image de ses établissements.

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

ASSURANCE des RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL

ASSURANCE des RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL ASSURANCE des RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES VALANT REGLEMENT DE LA CONSULTATION Pour

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES 1 Place du 11 novembre 1918 31190 AUTERIVE Marché public de service Assurance statutaire et risques annexes CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) APPEL D OFFRES OUVERT (Passé en application

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES

ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES ENQUETE SUR LA SITUATION DES GRANDES VILLES ET AGGLOMERATIONS EN MATIERE D ASSURANCES DOMMAGES N 202 AOUT 2003 SOMMAIRE 1. PRESENTATION p.3 2. SYNTHESE DE L ENQUETE p.4 3. LES REPONSES DES VILLES ET AGGLOMERATIONS

Plus en détail

Renforcer la fonction achats en établissement de santé

Renforcer la fonction achats en établissement de santé Nouvelle version Renforcer la fonction achats en établissement de santé Kit de déploiement V2 Préambule au kit établissement V2 La présente version du kit de déploiement intègre les retours d expérience

Plus en détail

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES. Marché public d assurance du personnel

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES. Marché public d assurance du personnel DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Marché public d assurance du personnel Marché n 2014-11 Code CPV : 66512000-2 SOMMAIRE : Règlement de consultation p. 2 à 15 Acte d engagement p. 16 à 26 Annexes

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3 T 1 Découvrir les différents rôles joués par la et son impact sur le développement de l'assurance Comprendre l'impact de la sur la gestion des assureurs Débutants en, toutes fonctions Cadres opérationnels

Plus en détail

Dossier n 18. Banque nationale de données. Bulletin juillet 2015

Dossier n 18. Banque nationale de données. Bulletin juillet 2015 Dossier n 18 Banque nationale de données Bulletin juillet 2015 Préambule p.3 Renforcer la représentativité de la BND p.4 Données générales L intérêt de l outil Prorisq Les communes p.8 Fiche BND sur les

Plus en détail

ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR

ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR 72, rue du Faubourg Saint - Honoré 75008 PARIS Tél : 01.46.10.43.80 Fax : 01.47.61.14.85 www.astreeavocats.com Xxx Enjeux Cahier des

Plus en détail

CHT Haute-Savoie Nord Mise en œuvre d une coopération achats au niveau du territoire Présentation de la démarche

CHT Haute-Savoie Nord Mise en œuvre d une coopération achats au niveau du territoire Présentation de la démarche CHT Haute-Savoie Nord Mise en œuvre d une coopération achats au niveau du territoire Présentation de la démarche 11 e comité régional achats HCL Lyon Sud - 29 Avril 2015 1 Le Territoire de la CHT Haute

Plus en détail

Aprecialis Actuariat conseil. Actuaires en assurance de personnes et IARD

Aprecialis Actuariat conseil. Actuaires en assurance de personnes et IARD Actuariat conseil Actuaires en assurance de personnes et IARD une démarche efficace L objectif Les consultants d Aprecialis ont toujours pour objet la vérité technique. Ils explicitent les enjeux et les

Plus en détail

HOPITECH 2012. La gestion des compétences au service du patrimoine L évolution des métiers techniques levier du changement. Armelle PETIT, H360

HOPITECH 2012. La gestion des compétences au service du patrimoine L évolution des métiers techniques levier du changement. Armelle PETIT, H360 HOPITECH 2012 NORD PAS DE CALAIS La gestion des compétences au service du patrimoine L évolution des métiers techniques levier du changement Armelle PETIT, H360 Patrick VIALAS, ANFH PARTENARIAT ANFH NORD/PAS

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques. Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier

Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques. Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier Enjeux et impacts de l informatisation du système de management de la qualité et de la gestion des risques Aude MALLAISY Ingénieur Hospitalier Le Centre Hospitalier de Maubeuge Présentation 300 lits MCO,

Plus en détail

Expert. en Protection Sociale Complémentaire

Expert. en Protection Sociale Complémentaire Expert en Protection Sociale Complémentaire Notre métier _Optimiser les régimes de protection sociale dans l intérêt mutuel des employeurs et des salariés. COLLECteam La force d un groupe Filiale du groupe

Plus en détail

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe

Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe Le rôle de l assurance dans la continuité des services (informatiques) Pascal LOINTIER Président du CLUSIF Ingénieur sécurité ACE Europe La disponibilité au regard de Données et programmes Equipements

Plus en détail

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2?

interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? interprofessionnelles avec et malgré Solvabilité 2? Pierre AURELLY Anne- Charlotte BONGARD 4 octobre 2012 Sommaire 2 de ce mémoire est des institutions de prévoyance interprofessionnelles sous de la gouvernance

Plus en détail

La cartographie des risques : Outils et méthodes

La cartographie des risques : Outils et méthodes La cartographie des risques : Outils et méthodes SOFGRES Anne-Monique CUNY 22 mars 212- ARS Poitou Charentes SOFGRES Société Française de Gestion des Risques en Etablissement de Santé Association créée

Plus en détail

Exposé assurance : prime de risque

Exposé assurance : prime de risque Exposé assurance : prime de risque Introduction L'assurance est un mécanisme financier permettant de répondre aux exigences de protection des patrimoines contre les risques de perte de toute nature. Elle

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

REGION CENTRE DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES DE SANTE AU TRAVAIL DES ETABLISSEMENTS DE LA REGION CENTRE

REGION CENTRE DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES DE SANTE AU TRAVAIL DES ETABLISSEMENTS DE LA REGION CENTRE REGION CENTRE DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES DE SANTE AU TRAVAIL DES ETABLISSEMENTS DE LA REGION CENTRE CONTEXTE 01 LA RÉGION CENTRE Région Centre : 142 établissements dont

Plus en détail

«La gestion externalisée des contrats et sinistres dans l industrie de l assurance»

«La gestion externalisée des contrats et sinistres dans l industrie de l assurance» «La gestion externalisée des contrats et sinistres dans l industrie de l assurance» FANAF 2014 Ouagadougou www.theoreme.fr Présentation Max de Font-Réaulx Président de la société Théorème (www.theoreme.fr)

Plus en détail

Tableau n 6 - Suivi budgétaire 2014 par UO et Centre de Coûts des crédits déconcentrés HT2 CHS RÉGIONS-UO DÉPTS CHSCT / CHSS Centres de Coûts Dotations 2014 CHS 100% 1ère Délégation HT2 CHS 50% JANVIER

Plus en détail

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Octobre 2010 Ressources Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Prévention des risques psychosociaux : Le plan d actions national Le diagnostic concernant les risques psychosociaux,

Plus en détail

Assurance Assistance et Prévention

Assurance Assistance et Prévention Assurance Assistance et Prévention Solutions Partenaire Services Protéger votre Activité Animer vos Hommes Optimiser vos Finances Atouts Parc : la solution adaptée aux besoins d assurance, d assistance

Plus en détail

JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable

JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable Présentation du 6 novembre 2013 PLAN 1. Présentation de l audit du contrat actuel Aspects juridiques

Plus en détail

3 e symposium international

3 e symposium international 3 e symposium international de l Association internationale des Acheteurs et Approvisionneurs publics et privés de la Santé Bruxelles, les 18 et 19 octobre 2012 Les Achats: Du support à la coordination

Plus en détail

Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH

Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH Vous accompagner à la maîtrise de vos projets SIRH I.Vous accompagner au pilotage métier de projet Le pilotage métier est le levier de sécurisation du projet de refonte SIRH. Avec Magn Ulteam, conjuguez

Plus en détail

PRESTATAIRES DE SERVICES EN INFORMATIQUE Bulletin de souscription simplifiée Responsabilité civile

PRESTATAIRES DE SERVICES EN INFORMATIQUE Bulletin de souscription simplifiée Responsabilité civile Cachet et Code de l intermédiaire AXA ENTREPRISES Service destinataire PRESTATAIRES DE SERVICES EN INFORMATIQUE Bulletin de souscription simplifiée Responsabilité civile Le Proposant Nom :. Prénom :.......

Plus en détail

Proposition d'attribution d un contrat pour l assurance des biens du CERN

Proposition d'attribution d un contrat pour l assurance des biens du CERN CONFIDENTIEL CERN/FC/5294 Original: anglais 4 novembre 2008 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH POUR APPROBATION PROCÉDURE DE VOTE: Majorité

Plus en détail

Objet : MISSION D AUDIT, D ASSISTANCE ET D EXPERTISE POUR LA PREPARATION ET LA PASSATION DU MARCHE D ASSURANCES DE LA VILLE DE LESTREM

Objet : MISSION D AUDIT, D ASSISTANCE ET D EXPERTISE POUR LA PREPARATION ET LA PASSATION DU MARCHE D ASSURANCES DE LA VILLE DE LESTREM Objet : MISSION D AUDIT, D ASSISTANCE ET D EXPERTISE POUR LA PREPARATION ET LA PASSATION DU MARCHE D ASSURANCES DE LA VILLE DE LESTREM LETTRE DE CONSULTATION n 2014/04 Date limite de réception des offres

Plus en détail

Collaborateurs des pharmaciens : Les problèmes d assurances liés aux déplacements professionnels avec leurs véhicules personnels

Collaborateurs des pharmaciens : Les problèmes d assurances liés aux déplacements professionnels avec leurs véhicules personnels 2010 Collaborateurs des pharmaciens : Les problèmes d assurances liés aux déplacements professionnels avec leurs véhicules personnels 200 avenue de Colmar 67100 STRASBOURG Tél. 03 88 40 16 71 Fax 03 88

Plus en détail

Avec Sogelease Équipement, optimisez le financement de vos biens d équipement

Avec Sogelease Équipement, optimisez le financement de vos biens d équipement ENTREPRISES FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS CRÉDIT-BAIL MOBILIER, LOCATION FINANCIÈRE Avec Sogelease Équipement, optimisez le financement de vos biens d équipement 1 Dans le cadre de votre activité, vous

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises

GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises Par Patricia PENGOV GUIDE PRATIQUE Pour la mise en place et le suivi de régime de prévoyance santé des branches professionnelles ou des entreprises I. Mise en place d une obligation en matière de prévoyance

Plus en détail

Santé et prévoyance collective, la réponse des assureurs aux nouvelles obligations

Santé et prévoyance collective, la réponse des assureurs aux nouvelles obligations Santé et prévoyance collective, la réponse des assureurs aux nouvelles obligations 2 Présentation S.A. à DIRECTOIRE ET CONSEIL DE SURVEILLANCE. DIRIGEANTS : THIERRY NEFF PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE LAURENT

Plus en détail