Salpingite : rôles de la coelioscopie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Salpingite : rôles de la coelioscopie"

Transcription

1 Salpingite : rôles de la coelioscopie Dr AS AZUAR Nécessité d un outil diagnostique fiable. car Epidémiologie Problème de santé publique cas / an cas de stérilités tubaires - Pb liés aux complications/ séquelles / coût 1

2 Tableaux cliniques Aucun signe pathognomonique Beaucoup de formes silencieuses séquelles tubaires-infertilité IGH Pauci voire asymptomatiques dans 70% des cas IGH modérées 30% IGH sévères dans 5% Nombreux diagnostics différentiels Westrom, STD, 99 Critères diagnostiques - critères minimums : mobilisation douloureuse utérine ou annexielle - critères additionnels : la spécificité des critères minimums : HDLM, T>38,3, leucorrhées purulentes, CRP - critères spécifiques : signes histologiques d endométrite, critères microbiologiques, anomalies coelioscopiques Au total : tableaux polymorphes, diagnostic de certitude difficile Workowski, CDC, 2002 Examens bactériologiques Prélèvements : vagin, endocol, endomètre, urétre, +/- D.I.U Hémocultures Sérologies MST associées Bilan chez le(s) partenaires : ECBU, prélèvement urétral, sérologies. Au total, caractère peu contributif de ces prélèvements Cohen CR,

3 Examens radiologiques Échographie endovaginale: pyosalpinx, abcès ovarien ou du Douglas Diagnostic positif ( pachysalpinx ou hydrosalpinx) EEV Contributif ++ dans formes sévères TDM et EEV contributifs dans les diagnostics différentiels Nécessité d un outil fiable de surveillance. car Evolution guérison spontanée, avec ou sans séquelles pelviennes +++ complications aiguës : pelvipéritonite, choc septique, GEU passage à la chronicité : stérilité, douleurs chroniques Imprévisible 3

4 Nécessité d un outil thérapeutique fiable car ATB Recommandations européennes : fluoroquinolone-métronidazole (2006) Traitement probabiliste, large spectre, actif sur germes aérobies anaérobies Biantibiothérapie pendant 21 jours En cas de gonocoque, ceftriaxone IM (Rocéphine ) sera ajoutée et le même traitement sera prescrit au partenaire Evaluation initiale chirurgicale + ATB complications de 75% [1] [1] Judlin, 2009 Donc 4

5 Coelioscopie Gold standard : 3 indications formelles Doute diagnostique (forme atypique, diagnostic différentiel) Collection abcédée à l échographie Persistance des signes après 2-3 jours de traitement médical Limites Risque chirurgical et anesthésique Molander P, Obstet Gynecol 2003 Magnin G, 2002 Royal College of Obstetricians and Gynaecologists, 2003 Chevalier N, 2002 Sexual l y Transmi t t ed Di seases Treat ment Guidelines, 2006 Coelioscopie initiale Systématique pour certains, indication large chez la nulligeste, désir de grossesse ou doute diagnostique Controverse ++ (d abord moyens moins invasifs que coelioscopie) La Cœlioscopie s oppose à la tendance des anglosaxons de faire un tt d'épreuve systématique Royal College of Obstetricians and Gynaecologists, 2003 Coelioscopie Intérêts multiples Diagnostique : diagnostic positif et différentiel Thérapeutique : adhésiolyse, drainage, exérèse, lavage péritonéal Pronostique : bilan lésionnel et II look [1] Thejls N, 2001 [2] Sivalingam N,

6 Les gestes à effectuer Traitement chirurgical - Inspection : stadification lésions tubaires, adhérences (scores ) - Prélèvements bactériologiques (avant ATB si possible) - Adhésiolyse : prudente ++ - Drainage collections pelviennes - Exérèse des lésions nécrotiques, annexectomie - Lavage péritonéal : sérum chaud Inspection Séméiologie coelioscopique Formes: - Stade 1 : catharrale (œdème tubaire, inflammation pelvienne) - Stade 2 : adhérences, pachysalpinx - Stade 3 : collections pelviennes (pyosalpinx, abcès annexiels complexes) - Syndrome de FHC DD 6

7 Stade I-catharrale Fausses membranes-nécrose Séméiologie coelioscopique Formes: - Stade 1 : catharrale (œdème tubaire, inflammation pelvienne) - Stade 2 : adhérences, pachysalpinx - Stade 3 : collections pelviennes (pyosalpinx, abcès annexiels complexes) - Syndrome de FHC DD 7

8 Stade II-Pachysalpinx Séméiologie coelioscopique Formes: - Stade 1 : catharrale (œdème tubaire, inflammation pelvienne) - Stade 2 : adhérences, pachysalpinx - Stade 3 : collections pelviennes (pyosalpinx, abcès annexiels complexes) - Syndrome de FHC DD Stade III-Pyosalpinx 8

9 Stade III-Pyosalpinx Séméiologie coelioscopique Formes: - Stade 1 : catharrale (œdème tubaire, inflammation pelvienne) - Stade 2 : adhérences, pachysalpinx - Stade 3 : collections pelviennes (pyosalpinx, abcès annexiels complexes) - Syndrome de FHC DD FHC 9

10 Séméiologie coelioscopique Formes: - Stade 1 : catharrale (œdème tubaire, inflammation pelvienne) - Stade 2 : adhérences, pachysalpinx - Stade 3 : collections pelviennes (pyosalpinx, abcès annexiels complexes) - Syndrome de FHC Eliminer les DD Diagnostic différentiel Les gestes à effectuer Traitement chirurgical - Inspection : stadification lésions tubaires, adhérences (scores ) - Prélèvements bactériologiques (avant ATB si possible) - Adhésiolyse : prudente ++ - Drainage collections pelviennes - Exérèse des lésions nécrotiques, annexectomie - Lavage péritonéal : sérum chaud 10

11 Prélèvements Les gestes à effectuer Traitement chirurgical - Inspection : stadification lésions tubaires, adhérences (scores ) - Prélèvements bactériologiques (avant ATB si possible) - Adhésiolyse : prudente ++ - Drainage collections pelviennes - Exérèse des lésions nécrotiques, annexectomie - Lavage péritonéal : sérum chaud Adhésiolyse 11

12 Les gestes à effectuer Traitement chirurgical - Inspection : stadification lésions tubaires, adhérences (scores ) - Prélèvements bactériologiques (avant ATB si possible) - Adhésiolyse : prudente ++ - Drainage collections pelviennes - Exérèse des lésions nécrotiques, salpingectomie - Lavage péritonéal : sérum chaud Traitement chirurgical Exérèse (salpingectomie) ou mise à plat? Etude rétrospective 60 abcès annexiels : - 25 incisions-drainages - 35 salpingectomies ou annexectomies Taux de succès idem [1] Buchweitz O, 2000 Les gestes à effectuer Traitement chirurgical - Inspection : stadification lésions tubaires, adhérences (scores ) - Prélèvements bactériologiques (avant ATB si possible) - Adhésiolyse : prudente ++ - Drainage collections pelviennes - Exérèse des lésions nécrotiques, annexectomie - Lavage péritonéal : sérum chaud 12

13 Intérêts du II look Intérêts du II look Indications : Patientes jeunes Désir ultérieur de grossesses Salpingite sévère Douleurs résiduelles [1] Tran DK, 2002 [2] G Le Bouedec, 1991 [3] Gerber, 1996 Intérêt du II look 3 à 6 mois après l épisode initial Gestes à réaliser : - Prélèvements bactériologiques - Adhésiolyse - Bilan tubaire : chirurgie tubaire distale pour les stades 1-2 FIV pour les stades 3-4 [1] Tran DK, 2002 [2] G Le Bouedec, 1991 [3] Gerber,

14 Intérêt du II look Intérêt ++ du II look dans les formes sévères Occlusions tubaires bilatérales levées : 10% salpingites peu sévères, 20% formes modérées et 32% formes sévères Des adhérences ont été levées dans 38% des cas En l absence de II look systématique : interventions pour infertilité ou douleur pelvienne dans 11.6% [1] Tran DK, 2002 [2] G Le Bouedec, 1991 [3] Gerber, 1996 INSPECTION ADHESIOLYSE 14

15 TEST AU BLEU TEST AU BLEU FIMBRIOPLASTIE 15

16 SALPINGECTOMIE vid2 CONCLUSIONS Diagnostic redressé Inspection, bilan lésionnel Tt curatif, potentialisation-adaptation ATB Amélioration pronostique 16

Infections génitales hautes RPC Dr FEDIDA Deborah CHU Bicêtre

Infections génitales hautes RPC Dr FEDIDA Deborah CHU Bicêtre Infections génitales hautes RPC 2012 Dr FEDIDA Deborah CHU Bicêtre DEFINITION D UNE IGH Infections utero-annexielles compliquées ou non Endométrite Salpingite Abcès tubo ovariens Pelvipéritonite d origine

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES HAUTES

INFECTIONS GENITALES HAUTES Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs :

Plus en détail

Infections utéro-annexielles

Infections utéro-annexielles Cours de DES 18/05/2007 Epidémiologie : En augmentation depuis 20 ans car augmentation de IST 100 000 cas par an en France Incidence : 10 à 13/1000 femmes de 15 à 39 ans Facteurs de risques Notions générales

Plus en détail

Apport de l IRM dans la maladie inflammatoire du pelvis

Apport de l IRM dans la maladie inflammatoire du pelvis Apport de l IRM dans la maladie inflammatoire du pelvis E. Cervantes, M. Chassang, G. Baudin, F. Germain, P. Chevallier Service d Imagerie Médicale, Hôpital Archet 2 CHU Nice - France Maladie inflammatoire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX PRISE EN CHARGE DE F.ARBOUZ Clinque Ahlem F.DJENDER Ain-Taya INTRODUCTION Obstruction complète du pavillons avec disparition des franges et distension liquidienne distale Pathologie fréquente 30 à 40 %

Plus en détail

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011 ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE Jeudi 14 avril 2011 AS THOLOZAN, A BOURTEMBOURG, N MOTTET, A ATASSI, C MEZHER, F LEUNG, JJ TERZIBACHIAN,

Plus en détail

Laparoscopie pour maladie inflammatoire pelvienne

Laparoscopie pour maladie inflammatoire pelvienne C. Achtari N. Vulliémoz Maternité, 1011 CHUV Lausanne Laparoscopie pour maladie inflammatoire pelvienne La maladie inflammatoire pelvienne (MIP) est un diagnostic souvent négligé et son traitement est

Plus en détail

Tuméfaction pelvienne chez la femme (342) Professeur Pierre BERNARD Août 2002 (Mise à jour avril 2005)

Tuméfaction pelvienne chez la femme (342) Professeur Pierre BERNARD Août 2002 (Mise à jour avril 2005) Tuméfaction pelvienne chez la femme (342) Professeur Pierre BERNARD Août 2002 (Mise à jour avril 2005) Pré-Requis : L examen clinique gynécologique L imagerie pelvienne Les marqueurs tumoraux L endoscopie

Plus en détail

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue INFECTIONS àchlamydia TRACHOMATIS Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue EPIDEMIOLOGIE des INFECTIONS à CHLAMYDIAE TRACHOMATIS EN FRANCE Infection àchlamydiae trachomatis urogénitale : La plus fréquente en France

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 PRISE EN CHARGE DE LA GEU Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 Épidémiologie: incidence Augmentation X 4 entre 70 et 90 2 GEU pour 100 naissances Actuellement évolution

Plus en détail

Echographie : masse de l ovaire gauche de 20 cm.

Echographie : masse de l ovaire gauche de 20 cm. 22 ans. Nullipare Ballonnements abdominaux & douleurs. Echographie : masse de l ovaire gauche de 20 cm. Laparotomie : Aspiration du kyste puis annexectomie. Pas d extension macroscopique hors de l ovaire.

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques Dr Benjamin JULLIAC Urgences gynéco - obstétriques Urgences Possibles gynécologique Torsion d annexe Salpingite Kyste hémorragique Grossesse extra utérine Fausse couche spontanée obstétrique : Accouchement

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014

Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Selon les recommandation de la HAS 2012 Dr Azizi Fatima Staff MG 04/12/2014 Introduction La salpingite correspond à une infection tubaire secondaire à l'ascension de germes du vagin à travers le col vers

Plus en détail

Causes. Introduction. Généralités. Touche % des couples infertiles, selon les pays. Souvent la FIV est proposée en première ligne...

Causes. Introduction. Généralités. Touche % des couples infertiles, selon les pays. Souvent la FIV est proposée en première ligne... Introduction Touche 25-40 % des couples infertiles, selon les pays Souvent la FIV est proposée en première ligne... Quelles sont les indications actuelles? afin d éviter les cœlioscopies inutiles Généralités

Plus en détail

Claudia (française, habitant dans la Marne) 39 ans, secrétaire, mariée, 3 enfants, porteuse d un stérilet

Claudia (française, habitant dans la Marne) 39 ans, secrétaire, mariée, 3 enfants, porteuse d un stérilet L. Letranchant, M. Machouart, C. Burty C. Rabaud, T. May. SMIT CHU de Nancy Claudia (française, habitant dans la Marne) 39 ans, secrétaire, mariée, 3 enfants, porteuse d un stérilet Consulte au SAU pour

Plus en détail

Centre Hospitalier de Poissy St Germain en Laye

Centre Hospitalier de Poissy St Germain en Laye Centre Hospitalier de Poissy St Germain en Laye AECG 17 septembre 2014 ! Thème des journées de l AECG L endomètre dans tous ses états.! Qu est ce qui peut intéresser les IBO?! Endomètre Endométriose Endométriose

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge Référentiel -version mars 2014 Page 1 sur 6 Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie pelvienne

Plus en détail

US et endométriose Stratégie diagnostique

US et endométriose Stratégie diagnostique US et endométriose Stratégie diagnostique CAFCIM Mai 2009 B.Maugey Laulom MC Labrousse Imagerie de la femme CHU Pellegrin Service Pr Chateil US pour qui? population cible? SF douleurs pelviennes et/ou

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 :

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 : CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie Dossier n 1 : 1. Rappels Métrorragie = Saignement en dehors des règles, d origine endo-utérine Microval = Micro-progestatif Pas d oestrogene dedans 2. Quelles

Plus en détail

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE 1. BILAN INITIAL... 2 2. METHODES THERAPEUTIQUES... 2 2.1. CHIRURGIE...2 2.2. HISTOLOGIE...3 2.3. CHIMIOTHERAPIE...3 2.3. RADIOTHERAPIE...3 2.4. HORMONOTHERAPIE...3 3.

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES. Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010

DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES. Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010 DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010 AS THOLOZAN, B CHUNG FAT,F LEUNG, N MOTTET, J MALVESTITI,

Plus en détail

Jeune fille de 17 ans, diabétique Syndrome appendiculaire depuis 5 jours (subfébrile CRP discrètement augmentée)

Jeune fille de 17 ans, diabétique Syndrome appendiculaire depuis 5 jours (subfébrile CRP discrètement augmentée) Jeune fille de 17 ans, diabétique Syndrome appendiculaire depuis 5 jours (subfébrile CRP discrètement augmentée) Quelles anomalies anatomiques faut-il prendre en compte dans un tel contexte et pourquoi?

Plus en détail

Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique

Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique I- Définition Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique II- Intérêt de la question Fréquence : ère ATB

Plus en détail

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME Fibrome utérin Épidémio Fréquent Rarement unique Asymptomatique (50%) Types Interstitiel Sous-muqueux Intra-cavitaire Sous-séreux => PAS de ménorragie Circonstances de

Plus en détail

IMAGERIE GYNECOLOGIQUE

IMAGERIE GYNECOLOGIQUE IMAGERIE GYNECOLOGIQUE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) Corinne Balleyguier, Marc Bazot, Isabelle Thomassin-Naggara Relecture : Pour le Collège des Enseignants de Radiologie

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

Item 88 : Infections génitales de la femme : Salpingites (Évaluations)

Item 88 : Infections génitales de la femme : Salpingites (Évaluations) Item 88 : Infections génitales de la femme : Salpingites (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 QCM DE PRE-REQUIS QUESTION

Plus en détail

Cas cliniques. Bordeaux, 29 novembre 2012

Cas cliniques. Bordeaux, 29 novembre 2012 Cas cliniques Certificat t Cancérologie. Bordeaux, 29 novembre 2012 Cas clinique 1 Mme C, née le 17 juin 1921 À 82 ans (2003) : Atcdts : Angine de poitrine, AVC ischémique régressif, sténose carotidienne

Plus en détail

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Dépistage des IST chez la femme Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 IST Chlamydia Trachomatis Gonocoque Mycoplasma genitalium Syphilis Herpès génital

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie URÉTRITE MASCULINE Ph. Gerhardt, N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Pr Jean-Marie ANTOINE

Pr Jean-Marie ANTOINE QUEL CHOIX DE STIMULATION DANS L ENDOMETRIOSE? Pr Jean-Marie ANTOINE Service de Gynécologie-Obstétrique et Médecine de la Reproduction Hôpital TENON 4 rue de la Chine - 75020 PARIS jemantoine@aol.com ENDOMETRIOSE

Plus en détail

DOULEURS PELVIENNES AIGUES ET CHRONIQUES DE LA FEMME (plan) Les voies de la douleur dans le pelvis et le périnée

DOULEURS PELVIENNES AIGUES ET CHRONIQUES DE LA FEMME (plan) Les voies de la douleur dans le pelvis et le périnée DOULEURS PELVIENNES AIGUES ET CHRONIQUES DE LA FEMME (plan) Introduction Les voies de la douleur dans le pelvis et le périnée Douleurs pelviennes Aiguës DOULEURS PELVIENNES AIGUES ET CHRONIQUES DE LA FEMME

Plus en détail

Prise en charge des tumeurs frontières de l ovaire. Bilan

Prise en charge des tumeurs frontières de l ovaire. Bilan Suspicion tumeur maligne de l ovaire dite rare Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION

DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION DOSSIER DU MOIS Novembre n 12 CORRECTION ANNEE 2012/2013 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE NOVEMB 2012 Mme T. âgée de 40 ans vous est adressée par son médecin traitant pour des métrorragies capricieuses

Plus en détail

Diverticulite aiguë: Quelles indications? Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Diverticulite aiguë: Quelles indications? Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Diverticulite aiguë: Quelles indications? Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Conférence de consensus de décembre 2006 Mise à jour Incidence de

Plus en détail

LA COELIOSCOPIE EN AMBULATOIRE. QUELS PROGRES?

LA COELIOSCOPIE EN AMBULATOIRE. QUELS PROGRES? LA COELIOSCOPIE EN AMBULATOIRE. QUELS PROGRES? Dr Deborah FEDIDA Dr Marie HOULLIER 12/03/2015 «actes chirurgicaux programmés réalisés dans les conditions techniques nécessitant impérativement la sécurité

Plus en détail

La grossesse extra-utérine

La grossesse extra-utérine La grossesse extra-utérine Professeur Gilles Body Centre Olympe de Gouges Service de gynécologie obstétrique A Groupement de Gynécologie Obstétrique, Médecine fœtale et Reproduction humaine. Hôpital Bretonneau

Plus en détail

Pathologie ovarienne et annexielle. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand

Pathologie ovarienne et annexielle. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand Pathologie ovarienne et annexielle Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Lésions bénignes ovariennes plus fréquentes ++++ (75%) Cancer

Plus en détail

CARCINOSARCOME DE L UTÉRUS À propos de 8 cas

CARCINOSARCOME DE L UTÉRUS À propos de 8 cas HÔPITAL NATIONAL DE GYNÉCOLOGIE - OBSTÉTRIQUE CARCINOSARCOME DE L UTÉRUS À propos de 8 cas Pr. VU Ba Quyet Dr PHAM Duy Duan Dr NGUYEN Ngoc Phuong INTRODUCTION Les carcinosarcomes (CS) utérins sont des

Plus en détail

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EPU ASGO FIV SENEGAL DAKAR 17-12-2016 Dr Joël ADJAKOU DEFINITION Incapacité d un couple à obtenir une grossesse après environ une année de rapports réguliers non

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

DEFINITION PERITONITES AIGUES PHYSIOPATHOLOGIE (2) PHYSIOPATHOLOGIE (1) 22/12/2009. Inflammations aigues ou chroniques du péritoine

DEFINITION PERITONITES AIGUES PHYSIOPATHOLOGIE (2) PHYSIOPATHOLOGIE (1) 22/12/2009. Inflammations aigues ou chroniques du péritoine DEFINITION Inflammations aigues ou chroniques du péritoine PERITONITES AIGUES Nombreux tableaux cliniques Réactions particulières du péritoine aux agressions 18/01/07 2 PHYSIOPATHOLOGIE (1) PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

1. DIAGNOSTIC POSITIF

1. DIAGNOSTIC POSITIF Module 7 - Edition 2004 - Item 95 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 95 : MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie,

Plus en détail

Infections en Gynécologie- Obstétrique

Infections en Gynécologie- Obstétrique Version 2 - Septembre 2015 Document élaboré en partenariat avec le réseau PERINATALITE en Franche-Comté Infections en Gynécologie- Obstétrique Juste usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Dans ce

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques. Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire - Borderline. Bilan

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques. Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire - Borderline. Bilan Référentiel -version mars 2016 Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Page 1 sur 6 Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire - Borderline Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie

Plus en détail

Prise en charge du couple infertile. Adapté par le groupe AMP (Coordination : Pr Claude Hocké) A partir des recommandations CNGOF 2011 (Dr Ayel)

Prise en charge du couple infertile. Adapté par le groupe AMP (Coordination : Pr Claude Hocké) A partir des recommandations CNGOF 2011 (Dr Ayel) Prise en charge du couple infertile Adapté par le groupe AMP (Coordination : Pr Claude Hocké) A partir des recommandations CNGOF 2011 (Dr Ayel) Prise en charge du couple infertile!!!!!!!! Informations

Plus en détail

Fertilité après embolisation des artères utérines pour hémorragie du post partum à propos de 2 cas cliniques

Fertilité après embolisation des artères utérines pour hémorragie du post partum à propos de 2 cas cliniques 1 Fertilité après embolisation des artères utérines pour hémorragie du post partum à propos de 2 cas cliniques Dr. JOURNET Dorothée (Lyon) L embolisation utérine a été utilisée pour la première fois, à

Plus en détail

9/ Tumeurs gynécologiques

9/ Tumeurs gynécologiques SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux I. Cancer de l'endomètre 9/ Tumeurs gynécologiques Endomètre: muqueuse qui tapisse la cavité utérine Epidémiologie Femmes ménopausées dans 80% des cas Pic de prévalence

Plus en détail

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 DP3 Un patient de 24 ans est amené par sa compagne aux urgences à 6h du matin pour des douleurs abdominales violentes. On note une amydalectomie dans l enfance.

Plus en détail

DIU Gynécologie Obstétrique Dr T. Labes Centre Hospitalier de la Côte Basque

DIU Gynécologie Obstétrique Dr T. Labes Centre Hospitalier de la Côte Basque METRORRAGIES DU 1 TRIMESTRE/ FAUSSE COUCHE SPONTANEE/ GROSSESSE EXTRA- UTERINE DIU Gynécologie Obstétrique Dr T. Labes Centre Hospitalier de la Côte Basque Hémorragie d origine gravidique Association retard

Plus en détail

Imagerie / gynécologie médicale

Imagerie / gynécologie médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur B. HÉDON Deuxième partie Imagerie / gynécologie médicale 38 ES JOURNÉES NATIONALES Paris, 2014 97 Échographie de la cavité

Plus en détail

GOLD-STANDARD T Unilatérale. T Bilatérale. - Femme > 40 ans, - Pas de projet de grossesse -ovariectomie unilat -Kystectomie unilat

GOLD-STANDARD T Unilatérale. T Bilatérale. - Femme > 40 ans, - Pas de projet de grossesse -ovariectomie unilat -Kystectomie unilat Stratégie Chirurgicale pour les tumeurs a malignite limite Anne-Sophie AZUAR Praticien Hospitalier CHU Estaing Clermont-Ferrand INTRODUCTION Tumeur à malignité limite HISTOLOGIE Pluristratification, Granulation

Plus en détail

La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif 3, M.N.Mhiri 2, M.

La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif 3, M.N.Mhiri 2, M. La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif, M.N.Mhiri 2, M.Ben jemaa 1 1- Service des maladies infectieuses. CHU Hedi chaker, Sfax,

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS)

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS) APPORT DE L IMAGERIE DANS LES PYELONEPHRITES EMPHYSEMATEUSES (A PROPOS DE HUIT CAS) S.SAOUD,R.BENMOUSSA,A.SKALLI,N.CHIKHAOUI SERVICE DE RADIOLOGIE DES URGENCES CHU : IBN ROCHD-CASABLANCA INTRODUCTION Infection

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale de la diverticulite aiguë sigmoïdienne. Docteur Mahaut Leconte

Prise en charge chirurgicale de la diverticulite aiguë sigmoïdienne. Docteur Mahaut Leconte Prise en charge chirurgicale de la diverticulite aiguë sigmoïdienne Docteur Mahaut Leconte Résultats de la chirurgie élective Morbi-mortalité enquête prospective AFC 2005 sur 332 malades Mortalité : 0.3%

Plus en détail

Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme. Uréthrite aiguë

Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme. Uréthrite aiguë Item n 89 : Infections génitales de lʼhomme Epidémiologie, physiopathologie Uréthrite aiguë Souvent lié à une IST Germes les plus fréquents : Chlamydia Trachomatis et le Gonocoque Peut se compliquer de

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

Journées Euro-Pharmat NICE Octobre 2015 CONTRACEPTION DÉFINITIVE

Journées Euro-Pharmat NICE Octobre 2015 CONTRACEPTION DÉFINITIVE CONTRACEPTION DÉFINITIVE Déclaration de liens d intérêts 2 CONTRACEPTION DANS LE MONDE 3 63% des couples ont recours à la contraception Dont 29,9% à la stérilisation féminine EN EUROPE 4 EN FRANCE 5 Plus

Plus en détail

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE Fiche tumeur gynécologique Adénocarcinome de l ENDOMETRE FIGO IA G123 tumeur limitée à l endomètre IB G123 invasion du myomètre inférieur à 50% IC G123 invasion du myomètre supérieur à 50% IIA G123 invasion

Plus en détail

LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE (G.E.U.) A LA MATERNITE CENTRALE DE REFERENCE DE NIAMEY (NIGER) Aspects : diagnostic, thérapeutique et pronostique

LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE (G.E.U.) A LA MATERNITE CENTRALE DE REFERENCE DE NIAMEY (NIGER) Aspects : diagnostic, thérapeutique et pronostique LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE (G.E.U.) A LA MATERNITE CENTRALE DE REFERENCE DE NIAMEY (NIGER) Aspects : diagnostic, thérapeutique et pronostique RESUME Classiquement la G.E.U. se définit comme étant toute

Plus en détail

Service d Orthopédie infantile Hôpital d enfant de Tunis

Service d Orthopédie infantile Hôpital d enfant de Tunis HANCHE DOULOUREUSE DE L ENFANT Pr Ag : M. N. NESSIB Pr M. BEN GHACHEM Service d Orthopédie infantile Hôpital d enfant de Tunis INTRODUCTION Motif fréquent de consultation. C est un symptôme. Diagnostic

Plus en détail

Bilan devant suspicion ou diagnostic d adénocarcinome mucineux de l ovaire

Bilan devant suspicion ou diagnostic d adénocarcinome mucineux de l ovaire Bilan devant suspicion ou diagnostic d adénocarcinome mucineux de l ovaire Anamnèse (appendicectomie, antécédents de chirurgie ovarienne pour cystadénome ou borderline mucineux, troubles digestifs) Examen

Plus en détail

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Désormais toutes les équipes d onco-hématologies utilisent des voies veineuses de longue durée (DIVLD) pour l administration

Plus en détail

Une histoire abdominale

Une histoire abdominale Une histoire abdominale Monsieur R est de retour en France métropolitaine et se présente à la consultation de proximité le 3 juin 2015 pour des douleurs abdominales et des accès fébriles pluriquotidiens

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre de l endométriose. Une prise en charge pluridisciplinaire du diagnostic au traitement de chaque patiente.

DOSSIER DE PRESSE. Centre de l endométriose. Une prise en charge pluridisciplinaire du diagnostic au traitement de chaque patiente. DOSSIER DE PRESSE Centre de l endométriose Une prise en charge pluridisciplinaire du diagnostic au traitement de chaque patiente www.hpsj.fr Contact presse : Marine Dufour - The Desk - 01 49 24 58 44 -

Plus en détail

L ENDOMÉTRIOSE DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE

L ENDOMÉTRIOSE DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE L ENDOMÉTRIOSE DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE DU de Gynécologie 11 Juin 2013 Thomas Hebert Centre Olympe de Gouges CHRU Tours PLAN L Endométriose: Qu est ce que c est? Quand la suspecter? Comment la trouver?

Plus en détail

DU d urgences médico-chirugicales 2011 Grossesse extra-utérine Douleurs pelviennes en dehors de la grossesse

DU d urgences médico-chirugicales 2011 Grossesse extra-utérine Douleurs pelviennes en dehors de la grossesse DU d urgences médico-chirugicales 2011 Grossesse extra-utérine Douleurs pelviennes en dehors de la grossesse Vassilis Tsatsaris Maternité Port-Royal Hôpital Cochin Paris Descartes Premup CAS CLINIQUE Vous

Plus en détail

Département de gynécologie et d'obstétrique HUG

Département de gynécologie et d'obstétrique HUG Département de gynécologie et d'obstétrique HUG Formation approfondie en gynécologie-obstétrique opératoire INTRODUCTION Le concept de formation post-graduée approfondie du département de gynécologie-obstétrique

Plus en détail

ABCES DU POUMON. Dr ADILA.F Service de pneumologie HCA. Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine

ABCES DU POUMON. Dr ADILA.F Service de pneumologie HCA. Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine ABCES DU POUMON Dr ADILA.F Service de pneumologie HCA Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine OBJECTIFS Définir un abcès du poumon Savoir rechercher un terrain de débilité local et/ou général Poser

Plus en détail

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI INTRODUCTION La mastoïdite aiguë est la complication la plus fréquente des l otites

Plus en détail

Item 342 : Tuméfaction pelvienne chez la femme Kyste des ovaires (Évaluations)

Item 342 : Tuméfaction pelvienne chez la femme Kyste des ovaires (Évaluations) Item 342 : Tuméfaction pelvienne chez la femme Kyste des ovaires (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 QCM DE PRE-REQUIS

Plus en détail

«DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME

«DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME «DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME Pr M. BIBI Introduction : Les syndromes douloureux pelviens constituent un motif de consultation fréquent aux services d urgence. Leur prise en charge

Plus en détail

Hémorragies génitales. G. Body

Hémorragies génitales. G. Body Hémorragies génitales en dehors de la grossesse G. Body Hémorragies génitales à la puberté Puberté Diagnostic Clinique Interrogatoire Installation des règles : date, régularité, abondance Rapports sexuels,

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 89 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations)

Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations) Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 QCM DE PRE-REQUIS QUESTION 1/3 : Quant

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale des cancers de l ovaire

Prise en charge chirurgicale des cancers de l ovaire Prise en charge chirurgicale des cancers de l ovaire Dr Sandrine Martin-Françoise Chirurgie gynécologique Centre François Baclesse CAEN Le 21 Novembre 2015 Généralités 4000 nouveaux cas par an 5 ème cancer

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques. Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire - Borderline. Bilan

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques. Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire - Borderline. Bilan Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire - Borderline Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie pelvienne endovaginale et sus-pubienne

Plus en détail

COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN

COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN Introduction COMPLICATIONS URINAIRES DES FRACTURES DU BASSIN Les fractures du bassin sont potentiellement graves ; il s agit le plus souvent d un polytraumatisé avec de nombreuses complications viscérales,

Plus en détail

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Fiche tumeur gynécologique carcinome COL UTERIN types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Tis TNM Col Utérin FIGO In situ 0 T1 -T1a -T1a1 -T1a2 -T1b -T1b1 -T1b2 -T2 -T2a -T2b -T3 -T3a -T3b T4 N1

Plus en détail

jeudi 5 novembre 15 CANCER COLO-RECTAL

jeudi 5 novembre 15 CANCER COLO-RECTAL CANCER COLO-RECTAL 1er cancer digestif EPIDEMIOLOGIE 40 000 nouveaux cas/an h>f, après 60 ans Age moyen : 70 ans Survie à 5 ans : 57 % Cancer épidémiologiquement associés : utérus, ovaire, grêle, voies

Plus en détail

Echographie interventionnelle D.I.U.E

Echographie interventionnelle D.I.U.E Echographie interventionnelle D.I.U.E 3 applications. Diagnostique Thérapeutique Per-opératoire Ponction écho guidée. Geste de base (diagnostique et thérapeutique) Exemple de réalisation pratique (pathologie

Plus en détail

Urgences inguino-scrotales

Urgences inguino-scrotales Urgences inguino-scrotales Pr Frédéric Auber Service de Chirurgie Pédiatrique CHRU de Besançon et Université de Franche-Comté Communauté d Universités et d Etablissements de Bourgogne Franche- Comté Avec

Plus en détail

Diverticulite sigmoïdienne

Diverticulite sigmoïdienne Diverticulite sigmoïdienne Place de la chirurgie Frédéric BRETAGNOL Service de Chirurgie Colorectale Pôle des Maladies de l Appareil Digestif (PMAD) - Hôpital Beaujon Université Paris 7 - Clichy Diverticulite

Plus en détail

OSTÉOMYÉLITE AIGUE HÉMATOGÈNE CHEZ L ENFANT

OSTÉOMYÉLITE AIGUE HÉMATOGÈNE CHEZ L ENFANT OSTÉOMYÉLITE AIGUE HÉMATOGÈNE CHEZ L ENFANT introduction Infection osseuse par voie hématogène par un germe pathogène(staphylocoque doré) Urgence orthopédique médico-chirurgicale: urgence diagnostique

Plus en détail

GROSSESSES ECTOPIQUES NON TUBAIRES

GROSSESSES ECTOPIQUES NON TUBAIRES GROSSESSES ECTOPIQUES NON TUBAIRES Dr Perrine CAPMAS! Hôpital Bicêtre - HEGP! CEGORIF 30 Janvier 2015! 1 EPIDÉMIOLOGIE Grossesse ectopique: 1,5% des naissances! Grossesse tubaire: 90%! Grossesse interstitielle:

Plus en détail

Prise en charge médicale et chirurgicale de la diverticulite colique

Prise en charge médicale et chirurgicale de la diverticulite colique SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Prise en charge médicale et chirurgicale de la diverticulite colique Novembre 2017 La diverticulose du côlon est un état asymptomatique qui correspond à

Plus en détail

DPC CNGOF: Les kystes de l ovaire. La technique de l échographie endovaginale. Utilisation du doppler. U. METZGER, HEGP et CEDEF, Le Chesnay

DPC CNGOF: Les kystes de l ovaire. La technique de l échographie endovaginale. Utilisation du doppler. U. METZGER, HEGP et CEDEF, Le Chesnay DPC CNGOF: Les kystes de l ovaire La technique de l échographie endovaginale. Utilisation du doppler U. METZGER, HEGP et CEDEF, Le Chesnay PLAN u 1 - Equipement et Désinfection u 2 - Repérage de l ovaire,

Plus en détail

Le cancer du canal anal. Dr Christine Casa

Le cancer du canal anal. Dr Christine Casa Le cancer du canal anal Dr Christine Casa Anatomie du canal anal Du rectum à la peau péri anale 3-4 cm long Proche en AV - Cz l homme : bulbe urétral, urètre, gl de Cowper - Cz la femme : face postérieure

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE CONSERVATRICE DE LA GROSSESSE EXTRA UTERINE EN POPULATION GENERALE

STRATEGIE THERAPEUTIQUE CONSERVATRICE DE LA GROSSESSE EXTRA UTERINE EN POPULATION GENERALE STRATEGIE THERAPEUTIQUE CONSERVATRICE DE LA GROSSESSE EXTRA UTERINE EN POPULATION GENERALE : DONNEES DU REGISTRE DE GEU D AUVERGNE DE 1992 à 2006 Xavier TRAN GROSSESSE EXTRA-UTERINE Pathologie grave, risque

Plus en détail

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Jérémie BLED Service du Pr Annick CLEMENT Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares

Plus en détail