les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )"

Transcription

1 Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart des grandes entreprises sont multinationales (ou transnationales). Elles conçoivent, produisent et commercialisent leurs produits comme si le monde était un seul pays. Les stratégies d implantation de ces firmes multinationales passent par des investissements directs à l étranger (IDE), dont les conséquences économiques sont importantes aussi bien pour les pays d accueil que pour les pays d origine. I. La division internationale du processus productif (DIPP) A. Qu est-ce que la DIPP? Lorsque le processus de production d un bien complexe (automobile, vêtement, électroménager, etc.) peut être décomposé en plusieurs étapes, on observe que chaque étape n utilise pas le même niveau de qualification de la main- d œuvre, la même maîtrise technologique, ni la même spécialisation des machines. Il n est pas obligatoire que ces étapes soient réalisées dans un lieu unique. Pour réduire les coûts de production (coûts du travail, ) et profiter des économies d échelle résultant de la spécialisation et des avantages comparatifs de différents pays, les entreprises rationalisent leur production, en fabriquant les éléments nécessaires à la production d un bien dans différents pays. Elles s implantent ou sous- traitent en choisissant chaque pays d accueil en fonction des avantages comparés qu il procure pour chaque étape du processus de production. La situation géographique du pays d implantation est soigneusement étudiée pour apprécier : les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Ce processus correspond à la division (ou décomposition) internationale du processus productif (DIPP).

2 B. L importance des investissements directs à l étranger (IDE) dans la mondialisation 1. Définition de l IDE L IDE est l acquisition, la prise de participation ou la création d une entreprise à l étranger par une entreprise non résidente dans le pays. Il s agit de l acquisition d un intérêt durable, c est- à- dire, selon l OCDE, «la recherche d une influence significative sur la gestion de l entreprise. L existence de cette relation est établie dès lors qu un investisseur résident d une économie possède, directement ou indirectement, au moins 10 % des droits de vote d une entreprise résidente d une autre économie.» 2. L importance des IDE En 2010, l IDE mondial a stagné après une reprise lente en 2009 (le montant des IDE était supérieur à milliards de dollars). La crise a fortement fait baisser les IDE en provenance et à destination des pays développés, alors que les pays en développement ont mieux résisté. Les trois premiers pays d accueil des IDE sont les États- Unis, la Chine et la France. 3. Les firmes multinationales (FMN), acteurs majeurs de la mondialisation Une firme multinationale est une entreprise implantée dans plusieurs pays par le biais de filiales. Une FMN doit au minimum avoir une filiale à l étranger, c est- à- dire qu elle doit détenir au moins 10 % du capital d une entreprise d un autre pays (définition de la CNUCED). Il faut noter que cette définition est très différente de la notion juridique de filiale : en droit commercial, une société filiale est une entreprise dont 50 % du capital sont formés par des apports réalisés par une autre société dite «société mère», qui en assure généralement la direction, l administration et le contrôle. Lorsque le capital d une société est composé d apports dont la valeur est supérieure à 10 % mais inférieure à 50 %, il s agit d une simple participation. Le plus souvent, les centres de décision restent dans le pays dont la firme est originaire (localisation du siège social) et une partie importante du chiffre d affaires de la FMN est réalisée à l extérieur de ce pays. Les deux tiers du commerce mondial sont assurés par les FMN, avec pour un tiers d échanges intra- firmes (entre filiales d une même multinationale) et un tiers d échanges extra- firmes (entre clients et fournisseurs qui ne dépendent pas de la même FMN).

3 Longtemps originaires de la Triade (Europe, États- Unis, Japon), les FMN des pays émergents (en particulier des BRIC : Brésil, Russie, Inde et Chine) menacent désormais les FMN occidentales. Ces entreprises bénéficient de la globalisation de l économie et des nouvelles technologies de l information et de la communication. C. La localisation des activités En délocalisant leurs activités, les multinationales recherchent des avantages en termes de coûts (approvisionnement, main- d œuvre, transport), de proximité de marchés de consommation (elles cherchent à s installer là où se trouvent les acheteurs) ou de production (proximité des matières premières, d une main- d œuvre disponible abondante) et en termes d acquisition de compétences (qualification, savoir- faire). L importance des critères d implantation varie selon l activité des filiales créées : pour les FMN qui recherchent des débouchés ou qui cherchent à répartir les risques, et donc qui s implantent pour vendre dans un pays ou un groupe de pays, la taille du marché, son taux de croissance, la facilité d accès au marché et les infrastructures sont les critères prépondérants pour les filiales de production, c est- à- dire pour les firmes qui s implantent pour produire, c est avant tout la proximité des matières premières ou des fournisseurs, le coût de la main- d œuvre et/ou la qualification de cette main- d œuvre qui vont être déterminants dans le choix de s implanter ou non pour toutes les FMN, les avantages fiscaux ou les aides et les incitations offerts par certains pays d accueil sont des critères importants Les critères les plus importants dans le choix d un site d implantation sont : l ampleur du marché (sa taille et son taux de croissance) l ouverture de ce marché à l international La non- prise en compte de ces critères peut entraîner un échec de l implantation.

4 II. Les effets des stratégies des FMN dans les pays A. L effet dans les pays d accueil et l action des Etats pour se rendre attractifs 1. L effet dans les pays d accueil Qu il s agisse des pays industrialisés ou, au contraire, des pays en développement, les effets des IDE pour les pays d accueil sont : la création d emplois l augmentation du PIB (en particulier pour les pays émergents) le transfert de compétences et de technologies : les FMN sont les principaux vecteurs de transfert des techniques par la vente de biens d équipement, la cession de brevets et les accords de licence, la vente d usines clés en main, l assistance technique, les échanges entre scientifiques l amélioration de la productivité le développement économique par effet d entraînement : l implantation d une FMN dans une région a de nombreux effets indirects (création d unités périphériques en amont ou en aval, constitution d un tissu industriel) l augmentation des exportations 2. L action des États pour se rendre attractifs La plupart des États cherchent à attirer les investissements étrangers pour bénéficier de leurs effets positifs. Pour cela, ils offrent des aides diverses, font connaître leurs atouts, mettent en place des réseaux d information, de promotion, de prospection et d accueil des entreprises étrangères. En France, l AFII (Agence française pour les investissements internationaux) est chargée de cette mission. Les principaux atouts de la France sont : la taille et le dynamisme de son marché, l accès au marché européen, la qualité de ses ressources humaines, la densité de son tissu industriel, la qualité de ses infrastructures et le soutien à l investissement industriel. B. L effet dans les pays d origine Le principal effet dans les pays d origine concerne les délocalisations. Celles- ci sont surtout connues pour leurs conséquences négatives, mais elles peuvent comporter également des effets positifs.

5 1. Les conséquences négatives des délocalisations Elles portent essentiellement sur : les suppressions d emplois et donc le chômage pour les salariés les moins qualifiés qui ne retrouvent pas d emploi, et pour tous les salariés dans les régions en crise, même si leurs qualifications leur permettraient de retrouver du travail dans une autre région la baisse ou la stagnation des salaires face au «chantage à la délocalisation», c est- à- dire aux menaces de délocaliser si les syndicats sont trop revendicatifs dans le domaine des rémunérations la désindustrialisation du pays d origine, avec le risque de perte de contact avec l innovation qui se diffuse entre les entreprises d une même région, d un même pôle Dans un avenir proche, un risque important est celui de la délocalisation de la matière grise alors que, jusqu à maintenant, seuls les emplois peu qualifiés étaient touchés. 2. Les conséquences positives des délocalisations Elles sont surtout observables à long terme. On peut citer, pour l entreprise : des gains de productivité et une augmentation des compétences une diminution du risque de change puisque, en produisant dans un pays au lieu d y importer des marchandises, l offre et le règlement sont effectués dans la même monnaie, il n y a pas de crainte de voir fluctuer les monnaies entre la commande et le règlement, comme c est le cas dans les opérations de commerce international Et, pour le pays, on observe : une meilleure exploitation de ses avantages comparatifs, qui lui permet de renforcer sa spécialisation dans les échanges internationaux une hausse du pouvoir d achat induite par une baisse des prix, les prix des produits importés diminuant du fait de la concurrence internationale des recettes fiscales plus importantes apportées par les profits élevés des multinationales qui ont délocalisé leur production

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS La France : 4 e destination mondiale Une croissance du nombre de projet Après trois années de stabilité, le nombre des projets d investissements étrangers

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Déclaration de politique générale

Déclaration de politique générale Chambre de commerce internationale L organisation mondiale des entreprises Déclaration de politique générale Recommandations de politique générale d ICC sur la délocalisation de l informatique Rédigées

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h

Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h 15/05/09 Collège du Bastberg 8h-10h Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h Barème : I. Sujet de Géographie 18 points II. Sujet d Éducation civique 12 points III. Repères

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Documents de travail 1/5

Documents de travail 1/5 Documents de travail 1/5 La prospection des investissements directs étrangers (IDE) Préambule Les organismes de prospection d investissement étranger définissent différemment l investissement direct étranger

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE : L ESPACE NORD-AMÉRICAIN CHAPITRE 1 : PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE SYSTÈME-MONDE : DES ESPACES INTERDÉPENDANTS

PREMIÈRE PARTIE : L ESPACE NORD-AMÉRICAIN CHAPITRE 1 : PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE SYSTÈME-MONDE : DES ESPACES INTERDÉPENDANTS PREMIÈRE PARTIE : L ESPACE NORD-AMÉRICAIN CHAPITRE 1 : PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE SYSTÈME-MONDE : DES ESPACES INTERDÉPENDANTS I-QU EST-CE QUE LE SYSTÈME-MONDE Selon le géographe J. Rosnay, «Un système est

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES 1 LES NOTIONS Echange marchand = échange de biens et de services qui s effectue sur un marché et qui donne lieu au paiement d un prix fixé

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

I) Les stratégies de croissance au niveau économique

I) Les stratégies de croissance au niveau économique Toute entreprise ambitionne de se développer et donc de s agrandir en recherchant la croissance. Elle peut l obtenir à partir de 3 choix essentiels. Choix de croissance du point de vue économique (1 ou

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

Fiche 2.1.2.1. Le libre-échange.

Fiche 2.1.2.1. Le libre-échange. Fiche 2.1.2.1. Le libre-échange. Questions : Qu est-ce que le libre-échange? Quels sont les avantages du libre-échange? Quelles en sont les limites? Exercice 1 : Doc. 1, p. 70 : Définissez le libre-échange.

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

22 QUELLES SONT LES STRATEGIES DES ENTREPRISES?

22 QUELLES SONT LES STRATEGIES DES ENTREPRISES? 22 QUELLES SONT LES STRATEGIES DES ENTREPRISES? Introduction : les deux types de croissance de l'entreprise 1. La concentration se définit comme l augmentation de la taille de l entreprise. La croissance

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Diagnostic Export. 1) phase de diagnostic Etat des lieux des forces et faiblesses de l entreprise vis-à-vis de l international.

Diagnostic Export. 1) phase de diagnostic Etat des lieux des forces et faiblesses de l entreprise vis-à-vis de l international. Diagnostic Export L entreprise doit faire le point sur sa capacité à atteindre les marchés qu elle s est fixé afin de pouvoir déterminer la meilleure façon pour elle de les exploiter. 1) phase de diagnostic

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE DESCRIPTION GÉNÉRALE Niveau et conditions d accès Le master MSE (master européen de niveau I délivré par la Fédé*) est préparé en 2 ans pour un étudiant titulaire d un diplôme bac +3 (licence, DEES ou

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE POURQUOI INVESTIR EN FRANCE UN PAYS SITUÉ AU CŒUR DU MARCHÉ EUROPÉEN AVEC UNE PORTE D ACCÈS À LA ZONE EMEA 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UNE PUISSANCE ÉCONOMIQUE DE RANG MONDIAL La France est la 2 e puissance

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Introduction : Etats-Unis Royaume-Uni France Allemagne Japon 500 450 400 350 300 250 200 150 100 50 0 1820 1850 1870 1890 1910 Document 1 : Croissance

Plus en détail

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation subit, ces dernières années, une concurrence de plus en plus forte sur les marchés

Plus en détail

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques

La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Communiqué de Presse le 17 juin 2013 La réindustrialisation du site PSA de Rennes : Une opportunité pour développer des projets industriels ou logistiques Du fait du compactage de ses activités, le site

Plus en détail

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande Chapitre 1 La et ses transformations 1.Définitions, typologies et évolutions Qu est-ce que produire? s marchande et non marchande s matérielles et immatérielles et productivité 2. Les unités et les facteurs

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

La compétitivité. Le défi français

La compétitivité. Le défi français La compétitivité Le défi français I. Définition de la compétitivité Définitions La notion de compétitivité des entreprises d un pays renvoie à l attractivité des biens et des services que ces entreprises

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT I) L'internationalisation des échanges A) Mesurer les échanges La balance des paiements Le taux d'ouverture La part de marché Le taux de pénétration

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

Remarques sur le dispositif régissant l investissement en zone franche : cas Tanger Free Zone

Remarques sur le dispositif régissant l investissement en zone franche : cas Tanger Free Zone Remarques sur le dispositif régissant l investissement en zone franche : cas Tanger Free Zone Finances Mediterranee - 23 octobre 2012 Profil du pays Situation Région: Afrique du nord Côte: Océan Atlantique

Plus en détail

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE 1 DKHISSI SAID PLAN I. Introduction 23/02/2011 II. Enjeux de la concurrence internationale en Afrique III. Internationalisation de la concurrence IV. Globalisation

Plus en détail

Le commerce international

Le commerce international Management international Le commerce international Exposé Réalisé Par : Encadré Par : 1 Plan Introduction I. Définition de commerce international II. Les théories du commerce international III. Les effets

Plus en détail

IFA BENELUX Intervention Luxembourg 24 mai 2012

IFA BENELUX Intervention Luxembourg 24 mai 2012 IFA BENELUX Intervention Luxembourg 24 mai 2012 Invest in France Agency Benelux Stadionweg 137 avenue Louise, 475 1077 SL Amsterdam 1050 Bruxelles Tel.+31(0)20 662 20 39 Tel+32 2646 59 40 1 Sommaire I.

Plus en détail

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie?

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie? Sourcing en Asie Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie de Saint-Etienne / Montbrison Tél : 04.77.43.04.50

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

ATTRACTIVITE : DE QUOI PARLONS NOUS?

ATTRACTIVITE : DE QUOI PARLONS NOUS? ATTRACTIVITE : DE QUOI PARLONS NOUS? Rencontre thématique du PIVER Danièle LAVENSEAU Un contexte Une notion apparue à la fin des années 1980. Plusieurs facteurs explicatifs avec : - poids croissant des

Plus en détail

Le Marché Automobile au Brésil: Stratégies Comparées de Renault et PSA face à la concurrence

Le Marché Automobile au Brésil: Stratégies Comparées de Renault et PSA face à la concurrence Le Marché Automobile au Brésil: Stratégies Comparées de Renault et PSA face à la concurrence Stratégies des Grandes Entreprises en Amérique Latine: Exposé du Samedi 28 janvier 2006 Olivier Caillaud - Carlos

Plus en détail

Innovation Industrie. Santé. Culture. Développement durable. Energie FRANCE. Agriculture. Haute technologie. Santé. Investissements Education

Innovation Industrie. Santé. Culture. Développement durable. Energie FRANCE. Agriculture. Haute technologie. Santé. Investissements Education DOCUMENT D INFORMATION SUR L ATTRACTIVITÉ COMMERCIALE ET ÉCONOMIQUE DE LA FRANCE 2015 Innovation Industrie Santé Développement durable Culture FRANCE Energie Haute technologie Santé Agriculture Investissements

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 19 avril 2010 N 1 LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE Le Centre Sud a publié un rapport qui analyse les faiblesses et les

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

184 TISSUS DE VILLES

184 TISSUS DE VILLES 183 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 1. Le poids de l interdépendance dans le devenir urbain 1 2. Systèmes urbains et réseaux de villes 4 3. Les réseaux européens de villes et le système des villes européennes

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi nº 36. Loi sur la Banque de développement économique du Québec

Mémoire sur le projet de loi nº 36. Loi sur la Banque de développement économique du Québec CET 026M C.P. P.L. 36 Banque de développement économique Mémoire sur le projet de loi nº 36 Loi sur la Banque de développement économique du Québec Soumis aux membres de la Commission de l économie et

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

1 Les échanges internationaux au sein des groupes : une focalisation sur quelques produits et vers l Union européenne

1 Les échanges internationaux au sein des groupes : une focalisation sur quelques produits et vers l Union européenne 1 Les échanges internationaux au sein des groupes : une focalisation sur quelques produits et vers l Union européenne Boris GUANNEL, Sylvie MABILE, Claire PLATEAU (SESSI) LES ÉCHANGES INTRAGROUPE En 1999,

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Analyse du secteur automobile marocain

Analyse du secteur automobile marocain Analyse du secteur automobile marocain Présentation du secteur L industrie automobile marocaine représente près de 5% du PIB industriel, assure 14% des Exportations industrielles et entraîne une grande

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Chapitre 4 : Les entreprises transnationales

Chapitre 4 : Les entreprises transnationales Chapitre 4 : Les entreprises transnationales What else? What else? Source : nestlé.com nestlé.com.br nestlé.com.cn What else? nestlé.com Quel rôle jouent les entreprises transnationales dans la mondialisation?

Plus en détail

Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?»

Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?» Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?» Par Nicolas Lelièvre, PLP Lettres-Histoire-Géographie, académie de Rouen, octobre 2009 Saint Dié

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Exportations de marchandises par région et par produit, 2013 (milliards de $EU) Augmentation

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

L Union européenne face aux émergents : quantité négligeable dans un monde multipolaire en gestation?

L Union européenne face aux émergents : quantité négligeable dans un monde multipolaire en gestation? L Union européenne face aux émergents : quantité négligeable dans un monde multipolaire en gestation? Sebastian Santander Département de science politique (ULg) 24 septembre 2012 1 Structure de la conférence

Plus en détail

Volume 2, numéro 7 29 mars 2005. La Chine. Deuxième partie : l ouverture au commerce international. Sommaire

Volume 2, numéro 7 29 mars 2005. La Chine. Deuxième partie : l ouverture au commerce international. Sommaire ISSN 1708-9158 Volume 2, numéro 7 29 mars 2005 La Chine Deuxième partie : l ouverture au commerce international Sommaire 1. Avec la mise en œuvre de réformes en 1978 et 1992, la Chine a donné une nouvelle

Plus en détail

Internationalisation, performances des entreprises et emploi

Internationalisation, performances des entreprises et emploi Internationalisation, performances des entreprises et emploi Alexandre Gazaniol, Internationalisation, performances des entreprises et emploi, Paris, Presses des MINES, 2012. ISBN : 978-2-911256-97-4 Presses

Plus en détail

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE 1 Christian Milelli (CNRS EconomiX) Workshop «Localisation des entreprises et performances des territoires» Nanterre 18 novembre 2009 Problématique Modalités

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

L évolution du système de production et ses conséquences sociales

L évolution du système de production et ses conséquences sociales Histoire 3 e (= le monde depuis 1914) cours n 2 Un siècle de transformations scientifiques, technologiques, économiques et sociales Ce siècle, ce sont les cent ans qui sont derrière nous, la plus grande

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1)

Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Accompagnement de la promotion et du financement de l innovation en Méditerranée (IT1) Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée Le CMI, le Centre de Marseille pour l intégration en Méditerranée,

Plus en détail

Théorie standard du commerce international: Supposons que. P A Y :PrixdeY au pays A. Prix relatifs de X par rapport à Y en autarcie: Pays B: Pays A:

Théorie standard du commerce international: Supposons que. P A Y :PrixdeY au pays A. Prix relatifs de X par rapport à Y en autarcie: Pays B: Pays A: 4 Le commerce international Canada-É-U, 1945-1973 4.1 L avantage comparé Théorie standard du commerce international: Supposons que PX:PrixdeX A au pays A P B X :PrixdeX au pays B P A Y :PrixdeY au pays

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

Rôle des PME dans l économie ivoirienne

Rôle des PME dans l économie ivoirienne MINISTÈRE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DE LA PROMOTION DES PME RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL Rôle des PME dans l économie ivoirienne Présenté par Monsieur Jean-Louis BILLON Ministre

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

LABEL «RELATIONS FOURNISSEUR RESPONSABLES»

LABEL «RELATIONS FOURNISSEUR RESPONSABLES» LABEL «RELATIONS FOURNISSEUR RESPONSABLES» Référentiel d objectifs d évaluation de la Charte des relations inter-entreprises 1/9 VALIDEE LE 08/02/2013/ V2 DOMAINE : RELATIONS DURABLES ET EQUILIBREES ENTRE

Plus en détail

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1 UE 5 - ECONOMIE Niveau L : 210 heures 18 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Grands courants de pensée et principaux faits économiques et sociaux (35 heures) 1.1 Histoire des faits

Plus en détail

Chapitre 11 : Quels sont les fondements du commerce international et de l internationalisation de la production? (Durée indicative prévue 2 semaines)

Chapitre 11 : Quels sont les fondements du commerce international et de l internationalisation de la production? (Durée indicative prévue 2 semaines) T.E.S. Fustel de Coulanges 2012/2013 GALY marjorie.galy@wanadoo.fr http://www.toileses.org 5 ème partie : Mondialisation Chapitre 11 : Quels sont les fondements du commerce international et de l internationalisation

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail