Table des matières page 1 / 16

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières page 1 / 16"

Transcription

1 Table des matières.1. Les termes utilisés : DAE, DEA, DSA Comment fonctionne un défibrillateur? Entièrement Automatique (DEA) ou Semi-Automatique (DSA) Quelles marques? Quels critères de choix? A Les références du constructeur B Les critères d utilisation Les électrodes pédiatriques Quel est le prix d un défibrillateur? Y a-t-il un risque dans l utilisation de l appareil? Quelle responsabilité pour l utilisateur d un DAE? Faut-il être formé pour utiliser un défibrillateur? Quel est l emplacement le plus approprié? Quelle signalétique? Que dit la réglementation? A Collectivités (municipalités, lieux publics, établissements sportifs ) B Employeurs La maintenance est-elle obligatoire? SAS au capital de RCS NANTERRE page 1 / 16

2 .1. Les termes utilisés : DAE, DEA, DSA Depuis un décret du 04 mai 2007, toute personne est autorisée à utiliser les DAE Défibrillateurs Automatisés Externes. La qualification «Externe» ne signifie en rien l endroit physique où il sera installé, à l intérieur ou à l extérieur d un bâtiment, mais est utilisée en opposition au défibrillateur utilisé en chirurgie cardiaque, soit «Implantable» : DCI : Défibrillateur Cardiaque Implantable ou D.A.I : Défibrillateur Automatique Implantable DEA / DSA DEA signifie Défibrillateur Entièrement Automatique DSA signifie Défibrillateur Semi Automatique La différence de fonctionnement existant entre ces deux catégories de DAE porte sur le mode de délivrance du choc électrique : - DEA : le choc est délivré par l appareil sans intervention de l utilisateur - DSA : le choc est délivré avec intervention de l utilisateur, qui va déclencher le choc en appuyant sur un bouton sur la consigne de l appareil Dans les deux cas, DEA ou DSA, l appareil détermine tout seul s il est bien nécessaire d envoyer un choc électrique et si oui, il règle l intensité du courant à délivrer. L utilisateur n a aucune décision à prendre, il ne fait que suivre les instructions données par l appareil. Concrètement, et même dans le cas d un D.S.A, il n y aura aucun choc de délivré si l appareil ne le juge pas nécessaire, quel que soit le nombre de fois où le témoin appuiera sur le bouton «Choc». SAS au capital de RCS NANTERRE page 2 / 16

3 .2. Comment fonctionne un défibrillateur? Le défibrillateur comporte une batterie ou une pile spéciale lui assurant son autonomie électrique et des électrodes que l on place sur la victime. Les électrodes et la batterie (ou piles) sont des consommables, et ont une durée de vie (péremption). Cela signifie qu ils doivent être changés à fréquence régulière, et ce même sans utilisation. Les électrodes une fois placées sur la victime permettent dans un premier temps à l appareil d effectuer une analyse de la situation cardiaque. En fonction du résultat de ce test, le défibrillateur détermine la marche à suivre et l indique au secouriste par un message vocal, des témoins lumineux et/ou un écran d affichage. Par exemple, l appareil peut indiquer de délivrer un choc (dont il calcule automatiquement les caractéristiques électriques) ou de commencer une réanimation cardio-pulmonaire (R.C.P). L analyse de l activité cardiaque se poursuit à intervalles réguliers par l intermédiaire des électrodes afin d adapter les gestes à effectuer. SAS au capital de RCS NANTERRE page 3 / 16

4 .3. Entièrement Automatique (DEA) ou Semi-Automatique (DSA) Chaque mode a ses disciples, y compris chez les professionnels du secourisme que sont les Sapeurs Pompier ou le SAMU. Les arguments des «pro» automatique. Le témoin sera très probablement en «stress» maximum, et peut hésiter avant d appuyer sur le bouton déclenchant le choc au moment où le défibrillateur lui en donnera l ordre. Autre argument avancé, le bruit qui pourrait couvrir l ordre donné par le défibrillateur d envoyer le choc dans le cas du semi automatique. Les arguments des «pro» semi-automatique. Les partisans du DSA indiquent quant à eux qu il autorise le secouriste à choisir l opportunité de la délivrance du choc, ce qui lui permet de veiller auparavant aux bonnes conditions d application (pas de masse métallique, pas de personne à proximité). En effet, si la victime est en contact avec une personne au moment du choc, cette dernière recevrait également ce choc (qui ne serait pas mortel) douloureux qui perdrait alors une grosse partie de son efficacité, donc au détriment de la victime. Enfin, le laps de temps s écoulant entre l analyse et la délivrance du choc, serait profitable au DSA avec un temps de réaction plus court. Des études contradictoires sont avancées par les fabricants à ce sujet. SAS au capital de RCS NANTERRE page 4 / 16

5 .4. Quelles marques? Quels critères de choix? MATECIR DEFIBRIL a réalisé une étude complète sur la base de 5 enquêtes «terrain» menées auprès de 104 professionnels du secourisme..4.a Les références du constructeur 4 conditions sont exigées : 1. Le constructeur est présent en France à travers une filiale et non une simple représentation ou un distributeur. Le respect de cette condition assure au titulaire du DAE le respect de la garantie et l accès aux consommables. De nombreuses marques présentes sur le marché dans les 2 ans ayant suivi le décret de loi du 4 mai 2007 ne sont plus représentées, obligeant les titulaires des DAE à s adresser à l étranger pour le changement des consommables ou à changer leur DAE alors même qu il est toujours en état de marche. 2. Une expérience et un historique en cardiologie hospitalière Le défibrillateur est un Dispositif Médical de classe IIb, tout comme l est un stent. Auriez-vous l idée d acheter un stent sur Internet à une société inconnue pour ensuite consulter votre cardiologue afin qu il vous l implante? Nous ne le croyons pas. Les marques représentées par MATECIR DEFIBRIL que sont PHILIPS, ZOLL et PHYSIO CONTROL font état de recherches et de travaux dans le milieu de la cardiologie depuis des dizaines d années. 3. Une reconnaissance mondiale Plus que le simple marquage C.E, les marques que nous représentons ont l agrément de la F.D.A (Food & Drug Administration) qui est l Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux. Cet organisme qui a le mandat d'autoriser la commercialisation des médicaments sur le territoire des États- Unis a la réputation d être extrêmement exigeant avec les fabricants de dispositifs médicaux. Les principaux constructeurs ne peuvent ignorer le marché Américain, et de fait, sollicitent l agrément de la F.D.A. 4. Un faible taux d incidents L Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et produits de santé (ex-afssaps) est notamment chargée de la surveillance des dispositifs médicaux. Elle évalue et exploite les signalements qui lui sont adressés («matériovigilance») et prend le cas échéant des mesures correctives (retrait de produit, de lots, suspension de commercialisation...) ou préventives (informations aux professionnels de santé, au public...). Le site de l Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et produits de santé (ANSM) répertorie les incidents de fonctionnement rencontrés avec certains modèles de DAE Toutes ces garanties sont celles que vous devez exiger pour ceux que vous allez protéger : fiabilité, expérience, sécurité, pérennité. SAS au capital de RCS NANTERRE page 5 / 16

6 .4.B Les critères d utilisation Tous les constructeurs ou leurs distributeurs vanteront un critère technique particulier, et utiliseront un jargon difficilement compréhensible pour un profane. Il est primordial de raisonner comme si le témoin accompagnant la victime n avait jamais vu un tel appareil. Dans ce cas, son action et de fait la vie de la victime dépendront de la facilité d utilisation du DAE. Les 2 critères d utilisation ayant fait l unanimité chez les professionnels du secourisme sont : La clarté et la précision des messages Il est absolument impératif que l utilisateur dispose d un appareil dont les ordres sont donnés d une voix audible, sur un ton posé. L accès et la pose des électrodes doivent être clairement dirigés. Le choc doit être annoncé suffisamment à l avance (5 à 10 secondes) pour que le témoin puisse écarter toutes les personnes autour ou en contact avec la victime. L assistance à la R.C.P (Réanimation Cardio Pulmonaire, ou massage cardiaque) Tous les appareils donneront à un moment l ordre de commencer le massage, ce qui provoquera obligatoirement l inquiétude du témoin. La R.C.P est un élément très important de la chaine de survie, et tous les professionnels du secourisme s accordent pour dire que cette action compte pour au moins 50% des chances de survie de la victime. Le défibrillateur, surtout s il est placé dans un endroit accessible par tout un chacun, doit au minimum assister le témoin par la présence d un métronome, donnant le rythme de massage. SAS au capital de RCS NANTERRE page 6 / 16

7 .5. Les électrodes pédiatriques Les électrodes pédiatriques ou «enfant» sont utilisés pour des enfants de moins de 8 ans ou de 25 kg. Depuis une circulaire du 28 juin 2004 du ministère de l'intérieur, l usage d un DAE est maintenant possible sur un enfant de 1 à 8 ans. L appareil étant, dans 99% des cas, équipé d électrodes «adulte», la volonté d y adjoindre des électrodes pédiatriques impose une réflexion sur la facilité de changement des électrodes par une personne non formée. Ce changement doit être très simple, et ne pas occasionner une perte de temps supérieure à 30 secondes. Dans un lieu où la population d enfants de moins de 8 ans est en majorité, il est conseillé de s équiper d un DAE n exigeant pas un changement d électrodes. Philips propose un DAE (FRx) équipé d une clé, qui une fois activée, lui permet d administrer le choc adéquat, adulte ou enfant, sans changement des électrodes. SAS au capital de RCS NANTERRE page 7 / 16

8 .6. Quel est le prix d un défibrillateur? Les DAE de marques sérieuses sont commercialisés, avant toute remise, entre et H.T. Dans le calcul de prix, il est impératif d anticiper sur un cycle de vie au moins égale à la garantie (conseillé, minimum 7 ans), et intégrer le coût des consommables. Vous devez donc connaitre au moment de votre choix : Le coût de chaque consommable, batterie ou piles et électrodes (adulte, voire enfant si c est le cas) La durée de vie de chacun de ces consommables. SAS au capital de RCS NANTERRE page 8 / 16

9 .7. Y a-t-il un risque dans l utilisation de l appareil? Il n existe pas de risque pour la victime car elle serait de toute façon condamnée si on n effectuait aucun geste d urgence. Le défibrillateur détermine automatiquement la nécessité du choc électrique et son intensité. Ainsi, il ne délivrera pas de choc s il perçoit que le cœur a un fonctionnement ne nécessitant pas ce traitement. L humidité excessive (pluie, victime mouillée) ou un environnement métallique (victime sur un échafaudage, etc.) peuvent conduire à des difficultés d ordre électrique : d une part, le test automatique peut être faussé et, d autre part, le choc peut être ressenti par les personnes se trouvant à proximité de la victime. C est pourquoi le défibrillateur ne doit pas être utilisé tant que ces circonstances défavorables ne sont pas éliminées. Les données médicales enregistrées par l appareil (résultats du test, nature des chocs délivrés, etc.) peuvent, sur certains modèles, être mises immédiatement à disposition des services de secours pour faciliter la prise en charge de la victime. SAS au capital de RCS NANTERRE page 9 / 16

10 .8. Quelle responsabilité pour l utilisateur d un DAE? L utilisateur d un DAE remplit l'obligation de porter secours instituée par l'article du Code pénal, il ne peut donc faire l objet de poursuites. L utilisation d un DAE est un acte citoyen, permettant d apporter à la victime d'un arrêt cardiaque l'aide qu'elle est en droit d'espérer. Question écrite n de M me BONNEFOY (Sénatrice de la Charente) publiée au JO Sénat le 26/02/2009 & Réponse du Ministère de la Santé publiée au JO Sénat le 24/09/2009 SAS au capital de RCS NANTERRE page 10 / 16

11 .9. Faut-il être formé pour utiliser un défibrillateur? L utilisation d un DAE prend place dans une suite d actions (la «chaîne des secours») dont il vaut mieux avoir connaissance pour donner à la victime le plus de chances de survie, en adoptant les bons réflexes dès sa découverte jusqu à sa prise en charge par les services de secours. Aussi, si tout un chacun est autorisé à utiliser un DAE sans formation préalable, les pouvoirs publics, comme les professionnels du secourisme, recommandent de suivre une formation d initiation «courte et pratique», incluant une démonstration pratique, ceci pour augmenter le taux de survie des victimes (arrêté du 6/11/09, JO du 17/11/09). Nous conseillons vivement à tous nos clients d accompagner la découverte du DAE par une formation pratique à la R.C.P pour les personnes dont la proximité les amènera à intervenir en cas d accident. Concernant une ville, quelle que soit sa taille, il sera impossible de former toute la population. Nous conseillons alors de communiquer le lien internet d une démonstration du DAE et de la R.C.P. Nous tenons à la disposition de nos clients toutes les vidéos nécessaires. Le Code du Travail indique que l employeur doit organiser et dispenser une information des travailleurs sur les risques pour la santé et la sécurité et les mesures prises pour y remédier (Art L et suivants) et précise que la formation à la sécurité doit notamment porter sur la conduite à tenir en cas d accident (Art R et suivants). L exploitant d un site équipé d un défibrillateur a donc tout intérêt à proposer à ses salariés une formation de secourisme adaptée à l utilisation du DAE ainsi qu aux risques spécifiques aux activités du site. Il existe divers programmes de formation au secourisme, allant d une simple initiation à l utilisation du DAE et aux gestes qui sauvent jusqu à des sessions très approfondies, notamment en termes de prise en charge de risques particuliers. SAS au capital de RCS NANTERRE page 11 / 16

12 .10. Quel est l emplacement le plus approprié? Pour être efficace, le défibrillateur doit pouvoir être mis en œuvre très rapidement. Nous avons intégré l étude suivante dans notre prestation «Conseil», réalisée par les professionnels du Samu et du corps des Sapeurs Pompier. Vous pouvez ainsi déterminer le nombre de défibrillateurs nécessaires à un site, sachant que le temps maximal ne doit pas dépasser 7 minutes. Temps nécessaire à une intervention pour sauver la vie A Personne formée Temps Temps B Personne non formée à l utilisation du défibrillateur mn s mn s Constat de l urgence d intervention 0 30 Constat de l urgence d intervention 1 0 Appel Appel Accès au défibrillateur Accès au défibrillateur Préparation défibrillateur 0 30 Préparation défibrillateur 1 0 Préparation victime 0 30 Préparation victime 1 15 Pose défibrillateur 0 15 Pose défibrillateur 0 30 Choc Choc Total 2 15 Total 4 30 Il est aisé de constater l impact d une formation, ou au minimum d une information suffisante, puisque la différence de préparation est du simple au double. Dans un lieu ouvert au public, il est préférable que l appareil soit placé sous surveillance, par exemple en l implantant près de salariés à poste fixe ou dans un boîtier sous alarme. On favorisera également la proximité avec les lieux où les accidents cardiaques sont les plus probables, par exemple dans un magasin de stockage où de nombreux efforts de manutention sont possibles. Pour éviter d endommager les piles et les électrodes, l appareil doit être placé dans une ambiance thermique qu il peut accepter. Les fabricants préconisent en général une plage de +5 C à +40 C. Cela peut conduire à placer l appareil dans un coffret chauffé ou ventilé s il est implanté à l extérieur, ou dans un local non chauffé / et ou non aéré. Le défibrillateur doit également être placé à proximité de moyens d alerte (téléphone). Certains boitiers proposent un système d appel automatique dès l ouverture du coffret, associé à la mise en relation sur téléphone portatif avec un centre de régulation médicale. Enfin, il est utile d associer au défibrillateur quelques accessoires facilitant son utilisation : ciseaux pour couper les vêtements de la victime, rasoir pour mieux coller les électrodes sur une personne à forte pilosité, matériel de protection biologique pour le secouriste L emplacement choisi devra être signalisé et les salariés informés. SAS au capital de RCS NANTERRE page 12 / 16

13 .11. Quelle signalétique? L arrêté du 16 août 2010 fixe les modèles graphiques à respecter pour la signalisation des défibrillateurs dans les lieux publics. Quatre panneaux sont ainsi définis : l un indiquant que l établissement est équipé, les 3 autres permettant de localiser l appareil. Aux 4 modèles suivants imposés par l arrêté, nous ajoutons un modèle «flèche vers gauche». SAS au capital de RCS NANTERRE page 13 / 16

14 .12. Que dit la réglementation? Depuis un décret du 04 mai 2007, toute personne est autorisée à utiliser les DAE Défibrillateurs Automatisés Externes. De nombreuses entreprises et gestionnaires d espaces publics ont alors souhaité s équiper de ces appareils. S il n existe à ce jour aucune exigence formelle, législative ou réglementaire, en termes d équipement en DAE, un faisceau de recommandations scientifiques et de textes et dispositions juridiques ne peut que conduire à recommander la présence d un DAE, afin d éviter notamment de mettre en jeu la responsabilité de l exploitant du lieu considéré..12.a Collectivités (municipalités, lieux publics, établissements sportifs ) Dès 2009, le ministère de la Santé indique que l'installation de DAE par le maire s'inscrit dans le cadre de ses pouvoirs de police administrative, pour assurer la sûreté et la sécurité publiques de la population et que, eu égard aux risques contentieux limités encourus et au bénéfice que représente pour la population la mise à disposition des DAE, il convient de conseiller vivement aux communes disposant des moyens financiers nécessaires de s'équiper de ceux-ci, leur installation étant susceptible de réduire sensiblement le taux de mortalité par arrêt cardiaque et d'améliorer ainsi la sécurité sur le territoire de la commune Question écrite n de M me BONNEFOY (Sénatrice de la Charente) publiée au JO Sénat du 26/02/2009 & Réponse du Ministère de la Santé publiée au JO Sénat du 24/09/2009. L instruction ministérielle du 26/02/09 demande la mise en place de DAE dans les installations sportives publiques (stade, piscine, patinoire...), selon recommandations du CFRC. Le Ministère de l Intérieur précise qu il appartient au Ministère de la santé, aux collectivités locales et aux entreprises d'encourager et de faciliter l'installation de défibrillateurs dans les lieux accessibles au public. Question écrite n de M. COURTEAU (Sénateur de l Aude) publiée au JO Sénat le 16/07/2009 & Réponse du Ministère de la Santé publiée au JO Sénat le 17/09/2009 Le Ministère de la Santé confirme la position du Ministère de l Intérieur, indiquant être favorable au développement de l'installation de DAE externes sur tout le territoire en vue de réduire significativement le nombre de décès par arrêt cardiaque, précisant qu il appartient aux collectivités locales de recenser les lieux publics de grand passage afin de décider ou non de l'implantation de défibrillateurs. Question écrite n de M. ANDREONI (Sénateur des Bouches du Rhône) publiée au JO Sénat le 23/07/2009 & Réponse du Ministère de la Santé publiée au JO Sénat le 08/10/2009 En 2010, le ministère de la Santé a ajouté qu il convient d inciter également les petites communes à s'équiper en DAE, en faisant notamment appel à des solutions de location si le coût d achat est un obstacle. Question écrite n de M. COURTEAU (Sénateur de l Aude) publiée au JO Sénat du 03/06/2010 & Réponse du Ministère de la Santé publiée au JO Sénat du 07/10/2010 SAS au capital de RCS NANTERRE page 14 / 16

15 En 2011, le Ministère de la santé rappelle qu il mène depuis plusieurs années une politique active de lutte contre la mort subite, le développement de l'implantation des défibrillateurs cardiaques dans les lieux publics faisant partie intégrante de cette politique, et qu il a mis en place diverses mesures pour accompagner la politique menée par chaque collectivité territoriale, sans se substituer à elle. Il appartient à chacune d'elles de définir le nombre d'appareils à installer ainsi que leur lieu d'implantation, en fonction de leur fréquentation par un public à risques ou en nombre élevé. Question écrite n de M. LAZARO (Député du Nord) publiée au JO Ass-Nale le 25/01/2011 & Réponse du Ministère de la Santé publiée au JO Ass-Nale le 31/05/2011 Depuis septembre 2012, plusieurs propositions de Loi ont été déposées à l Assemblée Nationale afin de rendre l équipement en DAE obligatoire pour les établissements recevant du public ainsi que pour les enceintes sportives (PL N 208, N 268 & N 380 Quatorzième Législature).12.B Employeurs Contrairement à ce qui existe pour d autres dispositifs de première intervention (extincteurs ), la réglementation du travail n impose pas particulièrement le défibrillateur comme moyen de secours. Toutefois, la responsabilité de l employeur pourrait être engagée en cas d accident car il doit assurer la santé de ses salariés, en termes de résultat. L employeur est tenu envers ses salariés d une obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs dans l entreprise (Art. L et suivants du Code du travail), sa responsabilité pouvant être engagée en cas d accident. Le Code du travail prévoit ainsi plusieurs obligations pour le chef d entreprise en matière de secours, dont la mise à disposition de matériel de premiers secours facilement accessible (Art. R ). L employeur doit également veiller à l entretien et à la vérification périodique des équipements (Art. R ) ainsi qu à assurer la formation des employés à leur utilisation (Art. R et suivants). Dans le cadre de l évaluation des risques et après consultation du médecin du travail et des représentants des salariés, il revient donc à l employeur de déterminer l opportunité de s équiper en DAE. Les facteurs de risques pouvant l aider dans cette démarche sont notamment : présence de nombreuses personnes sur un même lieu (salariés ou public), notamment de plus de 50 ans, éloignement des centres de secours, personnes soumises à effort physique (activités sportives, manutention, températures extrêmes...), personnes à risque particulier (malades, personnes âgées, antécédents cardiaques...), existence de risques spécifiques à l activité de l entreprise (travaux électriques, exposition à la noyade...). SAS au capital de RCS NANTERRE page 15 / 16

16 .13 La maintenance est-elle obligatoire? OUI Quoiqu en disent certains constructeurs ou distributeurs, la maintenance du DAE, en tant que Dispositif Médical de classe IIb est obligatoire. Il ne s agit pas d un conseil, mais d une disposition réglementaire. En tant que dispositifs médicaux de classe IIb (Directive 93/42/CEE-Annexe IX), les DAE sont soumis à une obligation de maintenance (Art R à 28 du Code de la santé Publique). «L exploitant (mairie, collectivité, entreprise ) doit mettre en place une organisation destinées à s assurer de l exécution de la maintenance (notamment la désignation de la personne en charge du suivi des appareils), réaliser un inventaire (identification du DAE et localisation) et tenir un registre des opérations de maintenance effectuée pour chaque DAE». La norme AFNOR (Agence Française de Normalisation, sous contrôle du Ministère de l Industrie) que nous avions annoncée dès novembre 2012 a été publiée le 17 mai Cette norme s applique à toutes les structures utilisant des Dispositifs médicaux, dont fait partie le DAE, et fixe des exigences et des recommandations pour leur maintenance - L'exploitant doit établir, documenter, mettre en œuvre, maintenir et évaluer un système performant de maintenance des DM et de la maîtrise des risques associés. - Dans le cas d'une prestation interne, l'exploitant doit notamment : pourvoir à la formation du personnel concerné dès la mise en place des DM ; veiller au maintien et à l'actualisation de ces compétences si possible par un plan de formation dans le temps ; assurer que les membres de son personnel ont conscience de l'importance de leurs activités et de la manière dont ils contribuent à la réalisation des objectifs de maintenance ; conserver les enregistrements appropriés concernant la formation initiale et professionnelle, le savoir-faire et l'expérience NOTE : Les personnes exécutant les tâches de gestion des risques doivent avoir les connaissances et l'expérience nécessaires pour accomplir les tâches qui leur sont confiées. Cela doit comprendre la connaissance et l'expérience spécifiques du DM (ou des DM similaires), de son utilisation, des technologies impliquées. Les enregistrements des qualifications appropriées doivent être tenus à jour. - Lorsque l'exploitant décide d'externaliser le processus de maintenance, il doit s'assurer que le fournisseur a la capacité de fournir la preuve de la conformité de sa prestation selon les exigences de la présente norme. Consciente des responsabilités du dirigeant d un site et de la personne en charge de la sécurité, MATECIR DEFIBRIL applique une stratégie qui lui permet d être, avec plus de contrats, leader sur le marché de la maintenance des défibrillateurs externes. Nos procédures et l accès permanent (HotLine 7 jours / 7) à notre service technique permettent au titulaire de se limiter à un contrôle visuel, qui se doit néanmoins d être le plus régulier possible (1 / jour). SAS au capital de RCS NANTERRE page 16 / 16

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin.

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin. La mort subite est la conséquence d un arrêt cardiaque et respiratoire. Elle survient soudainement chez un individu qui se livre à ses occupations habituelles : au travail, en faisant ses courses, mais

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL «Au-delà de l obligation réglementaire, un enjeu de prévention» EVOLUTION DES PROGRAMMES DE SST Des textes récents des ministères chargés de la santé et de l intérieur

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES SOMMAIRE : Définitions DAE / DSA / DEA. Les accessoires recommandés. Notion de système d information pour les secours spécialisés. Les

Plus en détail

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Défibrillation et Grand Public Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Quelques chiffres (1) 50 à 60 000 décès en France par mort subite dont la moitié font suite à l apparition d une tachycardie

Plus en détail

AED MAP. lifesaving solutions

AED MAP. lifesaving solutions Entreprises AED MAP lifesaving solutions 1994 Lancement et commercialisation du premier défibrillateur automatique (DAE). 50 000 En France, 50 000 personnes meurent chaque année d un arrêt cardiaque. 4

Plus en détail

LES ATELIERS DE L ANDIISS 6 DÉCEMBRE 2007 MALAKOFF

LES ATELIERS DE L ANDIISS 6 DÉCEMBRE 2007 MALAKOFF 6 DÉCEMBRE 2007 MALAKOFF 1 L UTILISATION DES DEFIBRILLATEURS DANS LES EQUIPEMENTS SPORTIFS Sylvie MILED Pierre-Yves FAVREAU 2 Demain, devrons nous équiper tous les équipements sportifs en défibrillateurs?

Plus en détail

FRANCHE-COMTE DEFIBRILLATEURS Le défibrillateur, un investissement pour la vie

FRANCHE-COMTE DEFIBRILLATEURS Le défibrillateur, un investissement pour la vie FRANCHE-COMTE DEFIBRILLATEURS Le défibrillateur, un investissement pour la vie Défibrillateur Samaritan Pad 300 P FRANCHE-COMTE DEFIBRILLATEURS 31 rue de Bavans 25113 Sainte-Marie Tél : 09.81 92 73 50

Plus en détail

Dossier de presse Défibrillateurs. Conférence de presse lundi 7 juin 2010. Salle des Commissions Hôtel de Ville - Cahors

Dossier de presse Défibrillateurs. Conférence de presse lundi 7 juin 2010. Salle des Commissions Hôtel de Ville - Cahors Dossier de presse Défibrillateurs Conférence de presse lundi 7 juin 2010 Salle des Commissions Hôtel de Ville - Cahors Sommaire P3 : P4 : P5 : P6 : Communiqué de presse Présentation des défibrillateurs

Plus en détail

AED Plus. La meilleure assistance pour les sauveteurs

AED Plus. La meilleure assistance pour les sauveteurs AED Plus La meilleure assistance pour les sauveteurs RCP indispensable Les dernières recommandations publiées en 2010 par le conseil européen de réanimation (ERC, European Resuscitation Council) sont claires

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 TECHNIQUE 9.1 MISE EN ŒUVRE D UN DAE 1. Justification La survie des personnes en arrêt cardio-respiratoire par fonctionnement anarchique du cœur est amélioré si une défibrillation est réalisée précocement.

Plus en détail

La santé et la sécurité en entreprise

La santé et la sécurité en entreprise La santé et la sécurité en entreprise Ce guide est élaboré en vue de guider votre entreprise dans la conformité aux obligations légales concernant les documents et registres obligatoires. Il est structuré

Plus en détail

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR H e a r t S t a r t ( Philips ) Démonstration réalisée par les Docteurs Alain LIAGRE & Thierry LEDANT Membres du Conseil Syndical DOMAINE DE SAINT PIERRE

Plus en détail

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Professeur Pierre CARLI D.A.R. et SAMU Hôpital Necker Paris, France 1 AC et mort subite Le sujet s effondre brutalement (éventuellement convulse ) Interruption

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé Plan d intervention Objectif La réglementation La chaîne de secours Objectif général

Plus en détail

informations pratiques

informations pratiques COLLECTIVITÉS LOCALES Arrêt cardiaque informations pratiques avec le soutien de Arrêt cardiaque I Informations pratiques I 1 2 I L arrêt cardiaque L arrêt cardiaque est la première cause de mortalité des

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires :

Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires : Pour toute information concernant les maladies cardiovasculaires : Ligue Cardiologique Belge Plate-forme d informations et d échanges autour des maladies cardiovasculaires en Belgique au service des patients.

Plus en détail

Arrêt cardiaque. Les Chevaliers du Coeur. rea app. www.osez-sauver.be. Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge

Arrêt cardiaque. Les Chevaliers du Coeur. rea app. www.osez-sauver.be. Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge Arrêt cardiaque rea app Actions Coeur Les Chevaliers du Coeur Osez Sauver est une initiative de la Ligue Cardiologique Belge www.osez-sauver.be 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié

Plus en détail

La situation des arrêts cardiaques dans le département

La situation des arrêts cardiaques dans le département La situation des arrêts cardiaques dans le département Depuis 5 ans, près de 5 interventions de sapeurs-pompiers par semaine pour arrêt cardiaque dans le Maine-et-Loire Dans le Maine-et-Loire, de 2005

Plus en détail

APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS

APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS Note d information La Fondation CNP Assurances lance un nouvel appel à projets dédié aux collectivités territoriales qui s engagent pour implanter des

Plus en détail

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM 2009 1. La Défibrillation Automatisée Externe 1. 1. Définition : Défibrillation automatisée consiste à faire traverser le cœur en arrêt circulatoire

Plus en détail

N 1780 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1780 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1780 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 11 février 2014. PROPOSITION DE LOI relative aux gestes de premiers

Plus en détail

Le premier et le seul Défibrillateur Entièrement Automatique équipé d une réelle assistance au massage cardiaque Intègre la technologie Un Défibrillateur Automatisé Externe (DAE) 100% utile. En cas

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P.)

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P.) Marché n 2008/ /PA MARCHE PUBLIC FOURNITURES ET SERVICES COMMUNE DE BOIS GUILLAUME CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P.) ACQUISITION DE DEFIBRILLATEURS Remise des propositions Mardi 9 décembre 2008-16

Plus en détail

Prévention et lutte contre l incendie

Prévention et lutte contre l incendie Prévention et lutte contre l incendie Voici les principales obligations des établissements de commerce de détail de l habillement en matière de prévention et de lutte contre l incendie. Cette fiche ne

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Défibrillateur Cardiaque Automatisé

Défibrillateur Cardiaque Automatisé Défibrillateur Cardiaque Automatisé Décret n 2007-705 du 4 mai 2007 : autorise toute personne, même non médecin, à utiliser un défibrillateur pour sauver des vies. Def-i Accessible au grand public, ce

Plus en détail

Ce défibrillateur est installé dans le bâtiment de l ancienne mairie.

Ce défibrillateur est installé dans le bâtiment de l ancienne mairie. Ce défibrillateur est installé dans le bâtiment de l ancienne mairie. d un haut-parleur qui donne des messages sonores et guide le sauveteur dans son action D un accumulateur (batterie) d énergie qui permet

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (Décret du 5 Novembre 2001) LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS PROLEGIS est une société de Conseil en entreprises. Notre

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Modèle AED G3+ Le défibrillateur le plus fiable du marché 21/04/2011 DEFIBRILLATEUR ENTIEREMENT AUTOMATIQUE. Ref. Haléco : 036.946.

FICHE TECHNIQUE. Modèle AED G3+ Le défibrillateur le plus fiable du marché 21/04/2011 DEFIBRILLATEUR ENTIEREMENT AUTOMATIQUE. Ref. Haléco : 036.946. FICHE TECHNIQUE DEFIBRILLATEUR ENTIEREMENT AUTOMATIQUE Ref. Haléco : 036.946.93 Modèle AED G3+ Le défibrillateur le plus fiable du marché Mise en marche facile dès l ouverture du capot Electrodes simples,

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

CardiOuest Mail : info@cardiouest.fr - Téléphone : 02.30.96.19.53.

CardiOuest Mail : info@cardiouest.fr - Téléphone : 02.30.96.19.53. CardiOuest Chaque jour en France, environ 200 personnes succombent d'un Arrêt Cardiaque Soudain (ACS). C'est 10 fois plus que le nombre de victime d'accident de la route. Faute d'intervention rapide, le

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise 10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise Premiers secours dans les entreprises «Obligations et solutions» par les Docteurs Roch Ogier et Frédéric Lador Êtesvous bien préparé? Saviezvous

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Formations. Catalogue. Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention

Formations. Catalogue. Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention Catalogue 2015 Edito Octobre 2015 Management sécurité Manutention, Risque Routier Secourisme Incendie Électricité Levage et manutention Edito 2015 C est la rentrée! Période d effervescence s il en est,

Plus en détail

Défibrillateurs automatisés externes (DAE) : Bilan de l enquête téléphonique réalisée auprès des exploitants «grand public»

Défibrillateurs automatisés externes (DAE) : Bilan de l enquête téléphonique réalisée auprès des exploitants «grand public» Défibrillateurs automatisés externes (DAE) : Bilan de l enquête téléphonique réalisée auprès des exploitants «grand public» Juillet 2014 Défibrillateurs automatisés externes (DAE) : bilan de l enquête

Plus en détail

VILLE DE DOMONT. La défibrillation en accès Public. Page 1

VILLE DE DOMONT. La défibrillation en accès Public. Page 1 VILLE DE DOMONT La défibrillation en accès Public Page 1 En partenariat avec CLUB de DOMONT ROTARY CLUB DE DOMONT-ECOUEN Page 2 SOMMAIRE 1- LE PROJET, QUELS OBJECTIFS POUR LA VILLE DE DOMONT? 2- IMPLANTATION

Plus en détail

des défibrillateurs dans le métro de marseille

des défibrillateurs dans le métro de marseille 25 Juin 2010 des défibrillateurs dans le métro de marseille Contact Presse : Christiane D'ANDREA 04.91.10.55.20. c.dandrea@rtm.fr En France, on compte 40 000 à 60 000 morts par arrêt cardiaque chaque année

Plus en détail

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels Sommaire La prévention : a priori et enjeux Historique de la réglementation L organisation de la prévention en collectivité L accompagnement

Plus en détail

LE RISQUE INCENDIE. Présenté par :

LE RISQUE INCENDIE. Présenté par : LE RISQUE INCENDIE Présenté par : LES CAUSES D ECLOSION DES INCENDIES 1 - Causes Humaines : La cigarette. L'électricité. La négligence. Les produits inflammables. L'ignorance. La malveillance. 2 - Causes

Plus en détail

LA FABRICATION ET LE COMMERCE

LA FABRICATION ET LE COMMERCE DLPAJ/CAB/BPA LA FABRICATION ET LE COMMERCE Code de la sécurité intérieure (L 313-1 et suivants) Code de la défense (L2332-1 et suivants) Chapitre III du décret n 2013-700 du 30 juillet 2013 Pour le commerce

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU Fiche outil n 1 LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL Depuis la parution du décret du 03 février 2012, le registre «d hygiène et de sécurité» est dénommé registre de «santé et de sécurité au travail».

Plus en détail

http://doc.intranet.sante.gouv.fr/textoffi/circulair/pages07/07_322t.htm

http://doc.intranet.sante.gouv.fr/textoffi/circulair/pages07/07_322t.htm Page 1 sur 5 Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports Ministère de la culture et de la communication Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de la qualité

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME Attendu qu il est nécessaire de remédier aux problèmes provoqués par le nombre élevé de fausses alarmes ; Attendu que la démarche la plus efficace pour ce faire se trouve

Plus en détail

FORMATION ET HABILITATIONS ÉLECTRIQUES

FORMATION ET HABILITATIONS ÉLECTRIQUES FORMATION ET HABILITATIONS ÉLECTRIQUES L électricité est un danger qui ne se voit pas. Pourtant, elle est source de nombreux accidents. Connaître et appliquer les principes de base de la sécurité électrique

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

La prévention dans les collectivités territoriales

La prévention dans les collectivités territoriales Note HYGIENE & SECURITE 002 2007 La prévention dans les collectivités territoriales L autorité territoriale a dans l obligation d organiser la prévention en matière d Hygiène et de Sécurité, afin que dans

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente Mise à jour : Septembre 201 2 I Etablissements recevant du public (ERP) Références réglementaires : Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

Processus déclaratif des DAE

Processus déclaratif des DAE Processus déclaratif des DAE Le fonctionnement de l application est le suivant : 1 ère étape : ouverture d un compte Pour pouvoir déclarer un ou plusieurs DAE, il est indispensable de disposer d un compte

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP)

Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) Certification OHSAS 18001 Santé et sécurité au travail : exemple d'application dans une AASQA (AIRFOBEP) BouAlem MESBAH - AIRFOBEP? 3 Questions avant de commencer Du document unique au SMS Du SMS à l OHSAS

Plus en détail

30/04/2010 FICHE TECHNIQUE DEFIBRILLATEUR SEMI AUTOMATIQUE. Référence produit : 038.365.24

30/04/2010 FICHE TECHNIQUE DEFIBRILLATEUR SEMI AUTOMATIQUE. Référence produit : 038.365.24 FICHE TECHNIQUE DEFIBRILLATEUR SEMI AUTOMATIQUE Référence produit : 038.365.24 1 RESUME DES FONCTIONALITES Le défibrillateur externe automatique CardiAid est un dispositif facile à utiliser, spécialement

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Un défibrillateur à la CAD offert par GrDF POINT PRESSE Hôtel communautaire Lundi 30 septembre 11h30

Un défibrillateur à la CAD offert par GrDF POINT PRESSE Hôtel communautaire Lundi 30 septembre 11h30 Un défibrillateur à la CAD offert par GrDF POINT PRESSE Hôtel communautaire Lundi 30 septembre 11h30 Jean-François RUIZ Responsable de la Communication - Direction Territoriale PACA Est T. 04 94 30 45

Plus en détail

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence CESU 73 cesu 73 1 Sommaire historique et législation la chaîne de survie le défibrillateur semi automatique

Plus en détail

Obligations RÉGLEMENTAIRES en matière d information et de formation des travailleurs à la prévention des risques à l amiante

Obligations RÉGLEMENTAIRES en matière d information et de formation des travailleurs à la prévention des risques à l amiante Obligations RÉGLEMENTAIRES en matière d information et de formation des travailleurs à la prévention des risques à l amiante Partie réglementaire nouvelle QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation automatisée externe par le public Conférence d Experts Coordonnateur : Pr P

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

RISQUES PROFESSIONNELS ET PÉNIBILITÉ

RISQUES PROFESSIONNELS ET PÉNIBILITÉ RISQUES PROFESSIONNELS ET PÉNIBILITÉ L article 60 de la Loi de Réforme des Retraites intègre l obligation pour l employeur de consigner dans une fiche d'exposition individuelle. Le décret n 2011-354 du

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Conformément au programme de l I.N.R.S. et à l art. R 231-71 du Code du Travail

Conformément au programme de l I.N.R.S. et à l art. R 231-71 du Code du Travail PREV 1: Prévention des risques liés à l activité physique Conformément au programme de l I.N.R.S. et à l art. R 231-71 du Code du Travail Durée: 2 jours aucun Public concerné : Personnel occupant un poste

Plus en détail

principes fondamentaux en matière de sécurité

principes fondamentaux en matière de sécurité 10 principes fondamentaux en matière de sécurité Principes fondamentaux du programme Travailler ensemble en toute sécurité Nous estimons que ces principes permettront de diminuer les risques et ainsi

Plus en détail

Activités essentielles :

Activités essentielles : Localisation du poste : Université du Littoral Côte d Opale L opérateur logistique exécute un ensemble de tâches qui concourent au bon fonctionnement d un site dans les domaines suivants : entretien, prévention,

Plus en détail

DECOUVERTE DE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE DAE

DECOUVERTE DE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE DAE Formation - Secourisme - Solidarité DECOUVERTE DE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE DAE Objectif Depuis, le Décret n 2007 705 du 4 mai 2007 autorisant l'utilisation des défibrillateurs automatisés

Plus en détail

DÉFIBRILLATEUR? C est un appareil qui permet de sauver la vie d une personne qui subit un arrêt cardiaque.

DÉFIBRILLATEUR? C est un appareil qui permet de sauver la vie d une personne qui subit un arrêt cardiaque. UN DÉFIBRILLATEUR EST UTILISABLE PAR TOUS QU EST-CE QU UN DÉFIBRILLATEUR? C est un appareil qui permet de sauver la vie d une personne qui subit un arrêt cardiaque. Son principe est simple : il envoie

Plus en détail

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous»

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous» REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL «La sécurité est l affaire de tous» Le registre est ouvert en application des dispositions de l article 3-1 du décret 85-603 du 10 juin 1985 modifié relatif

Plus en détail

CATALOGUE 2013. www.defibtech.fr. 01 75 61 04 70 info@defibtech.fr. Assistance technique et commerciale : DefibFrance SARL

CATALOGUE 2013. www.defibtech.fr. 01 75 61 04 70 info@defibtech.fr. Assistance technique et commerciale : DefibFrance SARL CATALOGUE 2013 Conforme au décret du 4 mai 2007-705 du 4 mai 2007 autorisant toute personne à utiliser un défibrillateur Assistance technique et commerciale : 01 75 61 04 70 Usine certifiée ISO 13485:2003

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Avis d appel public à la concurrence

Avis d appel public à la concurrence Avis d appel public à la concurrence Pouvoir adjudicateur : Ville de La Verrière Objet du Marché : Achat ou location, pose et mise en service de Panneaux Lumineux d Information Dossier de consultation

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Inspection en hygiène et sécurité

Inspection en hygiène et sécurité Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique erritoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex él. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 09/2013 Cl. C44

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction des Ressources humaines Veilleur de nuit G VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service : Maison des Enfants POSITIONNEMENT

Plus en détail

Commençons par une DEVINETTE

Commençons par une DEVINETTE Commençons par une DEVINETTE On me trouve parfois à la maison et toujours à l hôpital. À l hôpital, que vous veniez pour une simple consultation ou une hospitalisation vous serez assuré de me rencontrer

Plus en détail