REGIME FISCAL ET SOCIAL DES OPTIONS SUR TITRES - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS PLANS QUALIFIES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGIME FISCAL ET SOCIAL DES OPTIONS SUR TITRES - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS PLANS QUALIFIES"

Transcription

1 REGIME FISCAL ET SOCIAL DES OPTIONS SUR TITRES - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS PLANS QUALIFIES Le régime exposé ci-après est applicable aux seules options sur titres attribuées, par des sociétés françaises, dans les conditions prévues par les articles L à L du code de commerce. La plus-value d acquisition (ou gain de levée d options), réalisée lors de la levée de l option, est égale à la différence entre la valeur réelle de l action le jour de la levée de l option (généralement le premier cours coté de l action le jour de la levée de l option) et le prix d exercice de l option (prix de souscription ou d achat de l action déterminé lors de l attribution), diminuée le cas échéant du rabais excédentaire déjà imposé au titre de l année de la levée des options selon les règles des traitements et salaires. La plus-value de cession, réalisée lors de la vente des actions, est égale à la différence entre le prix de cession des actions et leur valeur réelle au jour de la levée de l option. Si cette différence est négative (moins-value), elle viendra diminuer le gain de levée d options. L impôt dû par le bénéficiaire résident fiscal français au titre du gain résultant de la levée des options et de la cession des actions est calculé et recouvré par voie de rôle, c est-à-dire qu il est établi par l administration fiscale à partir des éléments reportés sur la déclaration des revenus établie au titre de l année civile au cours de laquelle les actions ont été, selon le cas, cédées, converties au porteur ou mises en location. Vous trouverez ci-après le régime fiscal et social applicable aux options sur actions pour des résidents fiscaux français, variant selon la date d attribution des options : Section I : Options sur actions attribuées avant le 20 septembre 1995 Levées d options intervenues avant le 1 er janvier 1990 Levées d options intervenues depuis le 1 er janvier 1990 Section II : Options sur actions attribuées du 20 septembre 1995 au 26 avril 2000 Section III : Options sur actions attribuées du 27 avril 2000 au 27 septembre 2012 Section IV : Options sur actions attribuées à compter du 28 septembre 2012

2 SECTION I : OPTIONS SUR ACTIONS ATTRIBUEES AVANT LE 20 SEPTEMBRE 1995 Deux cas doivent être distingués : Cas n 1 : Levées d options intervenues avant le 1 er janvier 1990 Constatée l année de la levée des options. Exonérée lorsque la cession des actions intervient après la période d indisponibilité fiscale de 5 ans 1. Cas n 2 : Levées d options intervenues depuis le 1 er janvier 1990 Constatée l année de la levée des options. Imposée par voie de rôle au titre de l année de la cession des actions. Imposée par voie de rôle au titre de l année de cession des actions selon le régime des plus-values mobilières. Imposée : pour les cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2013, au barème progressif de l impôt sur le revenu après application, le cas échéant, d un abattement dont le taux dépend de la durée de détention des actions (durée décomptée à partir de la date de levée de l option). Sous le régime de droit commun, les taux d abattement sont les suivants : - 50% si actions détenues depuis au moins 2 ans et moins de 8 ans, - 65% si actions détenues depuis au moins 8 ans. Si les actions sont cédées pour un prix inférieur à leur valeur réelle à la date de levée des options, la moinsvalue de cession dégagée est imputable sur le montant du gain de levée d options, dans la limite de ce montant. Si le montant de cette moins-value excède le montant du gain de levée d option, la fraction de moins-value de cession non imputée sur le gain de levée d options peut être imputée sur les plus-values de cession de valeurs mobilières de même nature réalisées au cours de la même année ou des 10 années suivantes. imposée, si la cession des actions intervient après la période d indisponibilité fiscale de 5 ans 1, selon le régime des plus-values de valeurs mobilières (imposition au barème, sans application de l abattement pour durée de détention). Assujettie : du patrimoine, soit un taux global de 15,5% 2 (dont 5,1% de CSG déductible du revenu global imposable l année de son paiement). Assujettie : du patrimoine, soit un taux global de 15,5%. 1 Par hypothèse la cession intervient après le respect de la période d indisponibilité fiscale compte tenu de l ancienneté des options. 2 Les prélèvements sociaux sont dus sur la totalité de la plus-value de cession, sans tenir compte de l abattement pour durée de détention qui ne s applique que pour la détermination de l assiette de l impôt sur le revenu.

3 SECTION II : OPTIONS SUR ACTIONS ATTRIBUEES DU 20 SEPTEMBRE 1995 AU 26 AVRIL 2000 Constatée l année de la levée des options. Imposée par voie de rôle au titre de l année de la cession des actions. Imposée, si la cession des actions intervient après la période d indisponibilité fiscale de 5 ans 1, selon le choix de l actionnaire : - sur option, au barème progressif de l impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires (sans application du système du quotient), ou - à défaut d option, selon le régime des plusvalues de valeurs mobilières au taux forfaitaire spécifique de 30% (sans application de l abattement pour durée de détention). Assujettie : du patrimoine, soit un taux global de 15,5%. Imposée par voie de rôle au titre de l année de cession des actions selon le régime des plus-values mobilières. Imposée : pour les cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2013, au barème progressif de l impôt sur le revenu après application, le cas échéant, d un abattement dont le taux dépend de la durée de détention des actions (durée décomptée à partir de la date de levée de l option). Sous le régime de droit commun, les taux d abattement sont les suivants : - 50% si actions détenues depuis au moins 2 ans et moins de 8 ans, - 65% si actions détenues depuis au moins 8 ans. Assujettie : du patrimoine, soit un taux global de 15,5% 2 (dont 5,1% de CSG déductible du revenu global imposable l année de son paiement). Si les actions sont cédées pour un prix inférieur à leur valeur réelle à la date de levée des options, la moinsvalue de cession dégagée est imputable sur le montant du gain de levée d options, dans la limite de ce montant. Si le montant de cette moins-value excède le montant du gain de levée d option, la fraction de moins-value de cession non imputée sur le gain de levée d options peut être imputée sur les plus-values de cession de valeurs mobilières de même nature réalisées au cours de la même année ou des 10 années suivantes. 1 Par hypothèse la cession intervient après le respect de la période d indisponibilité fiscale compte tenu de l ancienneté des options. 2 Les prélèvements sociaux sont dus sur la totalité de la plus-value de cession, sans tenir compte de l abattement pour durée de détention qui ne s applique que pour la détermination de l assiette de l impôt sur le revenu.

4 SECTION III : OPTIONS SUR ACTIONS ATTRIBUEES DU 27 AVRIL 2000 AU 27 SEPTEMBRE 2012 Constatée l année de levée des options. Imposée par voie de rôle au titre de Si les actions sont cédées pour un prix l année de cession des actions selon le inférieur à leur valeur réelle à la date régime des plus-values mobilières. de levée des options, la moins-value de Imposée par voie de rôle, selon le cas, au titre de l année de la cession 1, de la conversion au porteur ou de la mise en location des actions. Si la cession, la conversion au porteur ou la mise en location des actions intervient pendant la période d indisponibilité fiscale de 4 ans 2 (sauf cas de dispense du respect de ce délai d indisponibilité 3 ) : Imposition du gain au barème progressif de l impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires (avec application du système du quotient), et Assujettissement du gain à la CSG (7,5%) et à la CRDS (0,5%) dues au titre des revenus d activité (soit un taux global de 8% avec CSG déductible du revenu global imposable à hauteur de 5,1%) et aux cotisations de sécurité sociale. La contribution salariale n est pas due. Si la cession des actions intervient après la période d indisponibilité fiscale de 4 ans (ou en cas de dispense du respect de ce délai d indisponibilité): Imposition du gain selon le choix de l actionnaire: - sur option, au barème progressif de l impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires (sans application du système du quotient), ou - à défaut d option, aux taux forfaitaires de 18%, 30% ou 41 %. Le taux forfaitaire diffère selon que les actions acquises sont ou non conservées sous la forme nominative, sans être données en location, pendant un délai d au moins 2 ans 4 (délai de portage de 2 ans) courant à compter de la fin de la période d indisponibilité fiscale de 4 ans (sauf en cas de dispense du respect du délai d indisponibilité fiscale) ou à compter de la date de levée de l option (si l option a été levée postérieurement à la fin de la période d indisponibilité fiscale) et selon que le montant de la plus-value d acquisition annuelle réalisée excède ou non euros : Plus-value d acquisition annuelle Plus-value d acquisition annuelle > Cession avant expiration du délai de portage de 2 ans Cession après expiration du délai de portage de 2 ans 30 % 18 % - 30 % pour la part annuelle , - 41 % pour la part annuelle > % pour la part annuelle , - 30 % pour la part annuelle > Assujettissement du gain : - aux prélèvements sociaux dus au titre des revenus du patrimoine, soit un taux global de 15,5 % (CSG non déductible) ; - à une contribution salariale de 10%, pour les options attribuées depuis le 16 octobre 2007, pour les bénéficiaires d actions issues de levée d options qui sont affiliés à un régime obligatoire français d assurance maladie au jour de la cession des actions. Imposée : pour les cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2013 : au barème progressif de l impôt sur le revenu après déduction éventuelle d un abattement dont le taux dépend de la durée de détention des actions (durée décomptée à partir de la date de levée de l option). Sous le régime de droit commun, les taux d abattement sont les suivants : 50% si actions détenues depuis au moins 2 ans et moins de 8 ans, 65% si actions détenues depuis au moins 8 ans. Assujettie : aux prélèvements sociaux dus au titre des revenus du patrimoine, soit un taux global de 15,5 % 5 (dont 5,1% de CSG déductible du revenu global imposable l année de son paiement). cession dégagée est imputable sur le montant du gain de levée d options, dans la limite du montant de ce gain. Si le montant de cette moins-value excède le montant du gain de levée, la fraction de moins-value de cession non imputée sur le gain de levée d options peut être imputée sur les plus-values de cession de valeurs mobilières de même nature réalisées au cours de la même année ou des 10 années suivantes. Les moins-values de cession d autres valeurs mobilières sont imputables sur le montant des gains de levées d options attribuées jusqu au 19 juin 2007 uniquement lorsque ces gains sont imposés aux taux forfaitaires de 18%, 30% ou 41% (i.e. pas d imputation en cas d imposition dans la catégorie des traitements et salaires). Elles ne sont pas imputables sur le montant des gains de levée d options attribuées depuis le 20 juin 2007 (quel que soit le régime d imposition du gain) 1 Pour les options attribuées jusqu au 19 juin 2007 et en cas de cession à titre gratuit (donation ou succession) après la durée d indisponibilité fiscale, le gain de levée d option est exonéré d impôt sur le revenu (sauf en cas de donation en pleine propriété d actions issues de l exercice d options sur titres ayant donné lieu à la réduction d ISF prévue au I de l article V bis A du CGI). Pour les options attribuées depuis le 20 juin 2007, le gain de levée d options est imposable au titre de l année de cession, que celle-ci intervienne à titre onéreux ou à titre gratuit. Toutefois, en cas de décès et dans la situation où la valeur des actions au jour du décès est inférieure à leur valeur à la date de la levée de l option, la différence correspondante s impute sur le montant du gain de levée d option. 2 Période d indisponibilité fiscale de 4 ans courant à compter de la date d attribution des options. 3 Cas de dispense du respect du délai d indisponibilité fiscale de 4 ans : licenciement ou mise à la retraite du titulaire (à condition que les options aient été levées au moins 3 mois avant la date de réalisation de l un ou l autre de ces événements et que la cession des actions intervienne au plus tôt à la date de cet événement), invalidité du titulaire (correspondant au classement dans la deuxième ou la troisième des catégories prévues à l'article L du code de la sécurité sociale) ou décès du titulaire (si décès du titulaire avant la levée de l option, les héritiers doivent exercer l option dans le délai de 6 mois à compter du décès). Dans ces situations, le gain de levée d options est imposé comme si le délai d indisponibilité fiscale avait été respecté. A noter qu en cas de décès du bénéficiaire après la levée d options sur titres attribués jusqu au 19 juin 2007, le gain de levée d options est définitivement exonéré d impôt sur le revenu. 4 En cas de dispense du respect d indisponibilité fiscale, le délai de portage de 2 ans reste opposable pour bénéficier de la taxation du gain de levée d options aux taux réduits de 18% ou 30%. Dans cette situation, le point de départ du délai de portage de 2 ans court au plus tôt à compter de la réalisation de l événement permettant d être dispensé du respect du délai d indisponibilité fiscale. 5 Les prélèvements sociaux sont dus sur la totalité de la plus-value de cession, sans tenir compte de l abattement pour durée de détention qui ne s applique que pour la détermination de l assiette de l impôt sur le revenu.

5 SECTION IV : OPTIONS SUR ACTIONS ATTRIBUEES A COMPTER DU 28 SEPTEMBRE 2012 Constatée l année de levée des options. Imposée par voie de rôle, selon le cas, au titre de l année de la cession (réalisée à titre onéreux ou à titre gratuit), de la conversion au porteur ou de la mise en location des actions. Imposée : obligatoirement au barème progressif de l impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires (sans application du système du quotient). Assujettie : à la CSG (7,5%) et à la CRDS (0,5%) dues au titre des revenus d activité, soit un taux global de 8 % (avec CSG déductible du revenu global imposable à hauteur de 5,1%). à la contribution salariale au taux de 10% si le bénéficiaire est affilié à un régime obligatoire français d assurance maladie au jour de la cession des actions. Elle est due lorsque l imposition du gain de levée d option intervient au titre de l année de cession. Imposée par voie de rôle au titre de l année de cession des actions selon le régime des plus-values mobilières. Imposée : pour les cessions réalisées à compter du 1 er janvier 2013 : au barème progressif de l impôt sur le revenu après déduction éventuelle d un abattement dont le taux dépend de la durée de détention des actions (durée décomptée à partir de la date de levée de l option). Sous le régime de droit commun, les taux d abattement sont les suivants : - 50% si actions détenues depuis au moins 2 ans et moins de 8 ans, - 65% si actions détenues depuis au moins 8 ans. Assujettie : aux prélèvements sociaux dus au titre des revenus du patrimoine, soit un taux global de 15,5 % 5 (dont 5,1% de CSG déductible du revenu global imposable l année de son paiement). Si les actions sont cédées pour un prix inférieur à leur valeur réelle à la date de la levée des options, la moins-value de cession dégagée est imputable sur le montant du gain de levée d options, dans la limite du montant de ce gain. Si le montant de cette moins-value excède le montant du gain de levée, la fraction de moins-value de cession non imputée sur le gain de levée peut être imputée sur d autres plus-values et profits de même nature réalisés au cours de la même année ou des 10 années suivantes. Les moins-values de cession d autres valeurs mobilières ne sont pas imputables sur le montant des gains de levées d options.

6 Notes : - Particularité des actions issues de levée d options financées par des avoirs indisponibles détenus sur un Plan d Epargne Entreprise (levée-passerelle): les actions ainsi acquises sont versées dans le PEE et sont indisponibles pendant 5 ans à compter de leur versement dans le PEE sans possibilité de cession ou de déblocage anticipé (sauf décès du bénéficiaire). La liquidation des avoirs indisponibles figurant dans le PEE en vue de financer la levée des options rend exigibles, au moment de cette liquidation, les prélèvements sociaux sur le gain réalisé à l occasion de la délivrance des sommes. La levée des options s effectue donc au moyen des avoirs liquidés nets de ces prélèvements. Les actions ainsi souscrites ou achetées sont inscrites dans le PEE à leur prix d exercice. La plus-value dégagée lors de la cession (à titre gratuit ou à titre onéreux) des actions devenues disponibles, qui est égale à la différence entre le prix de cession et le prix d exercice des actions, est exonérée d impôt sur le revenu mais reste assujettie aux prélèvements sociaux dus au titre des produits de placement (calculés par strates et prélevé à la source par l établissement gestionnaire du compte dans le PEE). Par ailleurs, le gain de levée d options (plus-value d acquisition) est soumis, le cas échéant, à la contribution salariale lors de la cession des actions inscrites dans le PEE. En synthèse : - Plus-value de cession réalisée sur les avoirs indisponibles du PEE ayant permis le financement de la levée des options : exonération d IR et application des prélèvements sociaux. - Plus-value de cession des actions versées dans le PEE et issues de la levée des options (différence entre le prix de cession et les prix de levée des options) : exonération d IR et application des prélèvements sociaux. - Gain réalisé lors de la levée des options au moyen des avoirs indisponibles du PEE (gain de levée): contribution salariale, le cas échéant. - Taxe sur les transactions financières: depuis le 1 er août 2012, une taxe s applique aux levées d options d achat (visant des actions entrant dans le champ d application de la taxe), qu il s agisse de levées-ventes dites «cashless exercise» ou de levées simples dites «cash exercise». Cette taxe s applique sur la valeur d acquisition de l action (c est-à-dire le prix d exercice). Elle majore le prix d acquisition des actions pour le calcul de la plus-value de cession d actions issues de la levée d options d achat. Le taux de cette taxe a été porté de 0.2% à 0.3% pour les acquisitions réalisées à compter du 1 er janvier Les levées passerelles ainsi que les levées d options de souscription sont exonérées de cette taxe (exonération n 7 et exonération n 1 respectivement) mais sont déclarables. - ISF : Les droits résultants des options non encore exercées ne sont pas retenus dans la base de calcul de l ISF. En revanche, la valeur des titres détenus à l issue de l exercice de l option est prise en compte pour l ISF - Prélèvements sociaux dus sur les revenus du patrimoine : CSG (8,2%), CRDS (0,5%), prélèvement social (4,5%), contribution additionnelle (0.3%), prélèvement de solidarité (2%) - Prélèvements sociaux dus sur les revenus d activité : CRDS (0,5%), CSG (7,5%) Les informations délivrées dans le présent document sont des informations à caractère général portant exclusivement sur des plans qualifiés et vous sont fournies uniquement à titre indicatif. Ce document ne détaille pas la réglementation spécifique qui peut s appliquer à votre cas particulier et ne saurait, en conséquence, constituer, sous aucune circonstance que ce soit, un conseil juridique ou fiscal, un avis ou une recommandation de la part de BNP Paribas Securities Services. Les informations contenues dans ce document ne constituent en aucune manière un conseil personnalisé susceptible d'engager, de quelque manière que ce soit, la responsabilité des auteurs et/ou de BNP Paribas Securities Services. Aussi, il est fortement recommandé de consulter un conseil professionnel pour toute question fiscale ou réglementaire relative à votre situation. L information transmise est sujette à des évolutions réglementaires locales ou internationales, pouvant intervenir à tout moment. Aussi, BNP Paribas Securities Services ne saurait s engager sur la véracité, l exactitude et la complétude de l information délivrée et ne saurait être tenue pour responsable des conséquences liées aux utilisations que vous feriez du contenu de ce document. Un soin particulier a été apporté à l élaboration de ce document, néanmoins BNP Paribas Securities Services décline toute responsabilité relative aux éventuelles erreurs et omissions qu il pourrait contenir. BNP Paribas Securities Services ne peut être tenue pour responsable des pertes, dommages qui pourraient survenir de manière directe ou indirecte du fait du contenu de ce document ou de l utilisation qui en serait faite. Toute reproduction et/ou diffusion, en tout ou partie, de ce document à des tiers par quelque moyen que ce soit est interdite sans l autorisation expresse préalable de BNP Paribas Securities Services.

REGIME FISCAL ET SOCIAL DES ATTRIBUTIONS GRATUITES D ACTIONS - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS - PLANS QUALIFIES

REGIME FISCAL ET SOCIAL DES ATTRIBUTIONS GRATUITES D ACTIONS - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS - PLANS QUALIFIES REGIME FISCAL ET SOCIAL DES ATTRIBUTIONS GRATUITES D ACTIONS - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS - PLANS QUALIFIES Le régime exposé ci-après est applicable aux seules actions gratuites attribuées, par des sociétés

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2016

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2016 N 2041 GB N 50143#21 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2016 Ce document n a qu une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l administration. DISPOSITIFS

Plus en détail

1 Levée des options en imposant la plus-value d acquisition au barème de l impôt sur le revenu (IR)

1 Levée des options en imposant la plus-value d acquisition au barème de l impôt sur le revenu (IR) LES PISTES D OPTIMISATION Les stock-options constituant souvent des éléments significatifs du patrimoine, il convient de les intégrer dans une réflexion globale. Mais comment limiter l impact fiscal? Des

Plus en détail

Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS)

Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) 1 / 5 Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) 19/05/2016 La CSG est un prélèvement de nature fiscale mais dont l objet est social, il s est substitué,

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2016 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine, Départements et Régions d Outre-Mer BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale EPARGNE ENTREPRISE DISPOSITIF LÉGAL La Fiscalité de l Épargne Salariale LE CADRE FISCAL ET SOCIAL POUR L ENTREPRISE A - Les versements dans les dispositifs Nature du versement Charges sociales et taxes

Plus en détail

TAX AND CHAT 2 OCTOBRE 2012

TAX AND CHAT 2 OCTOBRE 2012 TAX AND CHAT 2 OCTOBRE 2012 PROJET LOI DE FINANCES 2013 2 I. Fiscalité des entreprises Plafonnement de la déductibilité des intérêts d emprunt Modification du calcul de la quote-part de frais et charges

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-5-05 N 209 du 26 DECEMBRE 2005 AUGMENTATION DU TAUX DE LA CONTRIBUTION SOCIALE GENERALISEE (CSG) SUR LES REVENUS DU PATRIMOINE ET SUR LES

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

RSA - Actionnariat salarié - Options de souscription ou d'achat d'actions - Régime fiscal au regard des bénéficiaires - Obligations déclaratives

RSA - Actionnariat salarié - Options de souscription ou d'achat d'actions - Régime fiscal au regard des bénéficiaires - Obligations déclaratives Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-RSA-ES-20-10-20-40-20140812 DGFIP RSA - Actionnariat salarié - Options de

Plus en détail

QUELLE EST LA FISCALITÉ DES SCPI?

QUELLE EST LA FISCALITÉ DES SCPI? INVESTMENT MANAGEMENT QUELLE EST LA FISCALITÉ DES SCPI? Les dispositions suivantes résument les conséquences fiscales applicables aux associés de sociétés civiles de placement immobilier SCPI et ne sont

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2012/13 du 17 septembre IR : Contribution sur les hauts revenus

NOTE D INFORMATION 2012/13 du 17 septembre IR : Contribution sur les hauts revenus BO 5 l-2-12, instruction du 03/08/2012 NOTE D INFORMATION 2012/13 du 17 septembre 2012 IR : Contribution sur les hauts revenus En résumé: - La contribution est due par les célibataires, veufs, séparés

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 30 DU 13 MARS 2012 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-10-12 INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON

Plus en détail

La fiscalité des contrats d assurance vie et de capitalisation

La fiscalité des contrats d assurance vie et de capitalisation La fiscalité des contrats d assurance vie et de capitalisation Les produits imposables sont fonction de la part des produits inclus dans le rachat. Rachat Partiel Produits inclus dans le contrat Produits

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises Présentation 3 PARTIE 1 La fiscalité des entreprises Chapitre 1 La fiscalité sur les actes juridiques des entreprises 19 1 Généralités sur les actes 19 2 Le coût de l enregistrement 20 Chapitre 2 Les impôts

Plus en détail

UFR 06 Séminaire fiscalité appliquée /20181

UFR 06 Séminaire fiscalité appliquée /20181 UFR 06 Séminaire fiscalité appliquée - 2017/20181 2 Loi de finances 2018 : Modifications pour les RCM 3 4 PFU Dividendes Intérêts Plus values mobilières 2017 2018 IR progressif - après abattement 40% -

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2017 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine, Départements et Régions d Outre-Mer BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS

Plus en détail

Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU)

Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) Le projet de loi de finances pour 2018 prévoit une refonte de la fiscalité des revenus du capital mobilier et des plus-values mobilières qui consiste à les assujettir

Plus en détail

NOUVELLE FISCALITE DES RACHATS SUR LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE ET DE CAPITALISATION POUR LES VERSEMENTS EFFECTUES A COMPTER DU 27 SEPTEMBRE 2017

NOUVELLE FISCALITE DES RACHATS SUR LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE ET DE CAPITALISATION POUR LES VERSEMENTS EFFECTUES A COMPTER DU 27 SEPTEMBRE 2017 NOUVELLE FISCALITE DES RACHATS SUR LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE ET DE CAPITALISATION POUR LES VERSEMENTS EFFECTUES A COMPTER DU 27 SEPTEMBRE La loi de finances pour 2018 procède à une refonte de la fiscalité

Plus en détail

NOUVELLE FISCALITE DES RACHATS SUR LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE ET DE CAPITALISATION POUR LES VERSEMENTS EFFECTUES A COMPTER DU 27 SEPTEMBRE 2017

NOUVELLE FISCALITE DES RACHATS SUR LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE ET DE CAPITALISATION POUR LES VERSEMENTS EFFECTUES A COMPTER DU 27 SEPTEMBRE 2017 NOUVELLE FISCALITE DES RACHATS SUR LES CONTRATS D ASSURANCE-VIE ET DE CAPITALISATION POUR LES VERSEMENTS EFFECTUES A COMPTER DU 27 SEPTEMBRE La loi de finances pour 2018 procède à une refonte de la fiscalité

Plus en détail

Présentation 5. Partie 1 La taxe sur la valeur ajoutée

Présentation 5. Partie 1 La taxe sur la valeur ajoutée S ommaire Présentation 5 Chapitre 1 Introduction à la fiscalité française 21 1 Généralités 21 2 L évolution historique 21 3 Les sources du droit fiscal 23 A. Les sources 23 B. Le Code général des impôts

Plus en détail

LES PLUS-VALUES ET LES MOINS-VALUES PROFESSIONNELLES. Détermination des plus ou moins-values. Qualification de la plus-value et de la moinsvalue.

LES PLUS-VALUES ET LES MOINS-VALUES PROFESSIONNELLES. Détermination des plus ou moins-values. Qualification de la plus-value et de la moinsvalue. LES PLUS-VALUES ET LES MOINS-VALUES PROFESSIONNELLES Introduction Lors de la cession d une immobilisation inscrite à l actif d une entreprise (vente, donation, destruction, mise au rebut, ), cette dernière

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES DU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2018

PRINCIPALES MESURES DU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2018 PRINCIPALES MESURES DU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR Le projet de loi de finances pour a été rendu public le 27 septembre 2017, les principales mesures sont les suivantes : I. FISCALITÉ DES PARTICULIERS

Plus en détail

Point d actualité spécial sur le projet de réforme fiscale

Point d actualité spécial sur le projet de réforme fiscale NEWSLETTER 1 er SEPTEMBRE 2017 Point d actualité spécial sur le projet de réforme fiscale Introduction Le projet de loi de finances pour 2018 sera officiellement présenté en conseil des ministres le 27

Plus en détail

FLAT TAX ET PLUS VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES

FLAT TAX ET PLUS VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES FLAT TAX ET PLUS VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES PHILIPPE CREVEL Directeur du Cercle de l Epargne La flat tax ou la taxe forfaitaire unique constitue une nouveauté dans le riche paysage fiscal

Plus en détail

Table des matières PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9

Table des matières PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9 Table des matières LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9 PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT CHAPITRE I : LA NOTION D IMPÔT... 13 SECTION 1 : LA DÉFINITION JURIDIQUE DE L'IMPÔT...

Plus en détail

Evolutions du cadre juridique des régimes à prestations définies. à droits aléatoires (ou «retraites chapeau») DSS

Evolutions du cadre juridique des régimes à prestations définies. à droits aléatoires (ou «retraites chapeau») DSS CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 4 Bis Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2013/1 NOTE COMMUNE N 1/2013 R E S U M E

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2013/1 NOTE COMMUNE N 1/2013 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/01/05 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/1 NOTE COMMUNE N 1/2013 Objet : Commentaire des dispositions

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2010 N 2048-IMM-SD

cerfa ANNÉE 2010 N 2048-IMM-SD cerfa N 12359*08 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2010 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS D IMMEUBLES OU DE IMMOBILIERS TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION

Plus en détail

GUIDE DE L ACTIONN NAIRE AU NOMINATIF NOVEMBRE 2015

GUIDE DE L ACTIONN NAIRE AU NOMINATIF NOVEMBRE 2015 GUIDE DE L ACTIONN NAIRE NOVEMBRE 2015 SOMMAIRE Les différents modes de détention des titres... p.3 Les avantages d'une inscription au nominatif pur... p.4 Comment inscrire vos titres au nominatif pur...

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n

LETTRE CIRCULAIRE n LETTRE CIRCULAIRE n 2016 0000002 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.010.13 Montreuil, le 15/01/2016 02/02/2016 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE OBJET Revenus de remplacement

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2018

PRINCIPALES MESURES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2018 PRINCIPALES MESURES DE LA LOI DE FINANCES POUR La loi de finances pour a été définitivement adoptée par l Assemblée nationale le 21 décembre 2017. Suite à la saisine du Conseil constitutionnel, qui a rendu

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale?

Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale? Le 8 octobre 2013 Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale? 1. Fiscalité des entreprises Le Projet de Loi de Finances 2014 («PLF 2014»), présenté lors du Conseil des ministres du

Plus en détail

Remplir également la page 2. Remplir également la page 3 : : : : :

Remplir également la page 2. Remplir également la page 3 : : : : : 12358*04 ANNEE 2009 2048MSD (012009) @internetdgfip DÉCLARATION DE PLUSVALUE SUR LES CESSIONS DE BIENS MEUBLES OU DE PARTS DE SOCIETES A PREPONDERANCE IMMOBILIERE Impôt sur le revenu afférent à la plusvalue

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 15 novembre 2012 PROJET DE LOI. de finances pour 2013.

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 15 novembre 2012 PROJET DE LOI. de finances pour 2013. 1 Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 15 novembre

Plus en détail

LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS

LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS 1 LA RETRAITE Objectif Permettre au bénéficiaire de préserver un niveau de vie pas trop décalé par rapport à la période d' activité Limites des régimes obligatoires

Plus en détail

La fiscalité de la cession

La fiscalité de la cession La fiscalité de la cession La fiscalité de la cession est un sujet en soi car elle varie fortement selon qu il s agit d une entreprise individuelle ou d une société, et suivant le régime fiscal adopté.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 2 DU 11 JANVIER 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-5-10 INSTRUCTION DU 27 DECEMBRE 2010 PRELEVEMENTS SOCIAUX DUS SUR LES REVENUS DU PATRIMOINE. IMPOSITION

Plus en détail

GUIDE DE L ACTIONNAIRE AU NOMINATIF

GUIDE DE L ACTIONNAIRE AU NOMINATIF GUIDE DE L ACTIONNAIRE OCTOBRE 2015 SOMMAIRE Les différents modes de détention des titres... p.3 Les avantages d'une inscription au nominatif pur... p.4 Comment inscrire vos titres au nominatif pur...

Plus en détail

PEE PERCO. Objectif : Système d épargne collectif permettant aux salariés de se constituer une épargne avec l aide financière de l entreprise.

PEE PERCO. Objectif : Système d épargne collectif permettant aux salariés de se constituer une épargne avec l aide financière de l entreprise. PEE PERCO Le plan d épargne entreprise (PEE) et le plan d épargne pour la retraite collective (PERCO) offrent la possibilité aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières (celles

Plus en détail

GUIDE DE L ACTIONNAIRE AU NOMINATIF OCTOBRE 2015

GUIDE DE L ACTIONNAIRE AU NOMINATIF OCTOBRE 2015 GUIDE DE L ACTIONNAIRE OCTOBRE 2015 SOMMAIRE Les différents modes de détention des titres... p.3 Les avantages d'une inscription au nominatif pur... p.4 Comment inscrire vos titres au nominatif pur...

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N PARIS, le 18/03/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-039 OBJET : Loi n 2008-111 du 8 février 2008 pour le pouvoir d'achat TEXTE A ANNOTER

Plus en détail

Guide méthodologique Plus-values réalisées à compter du 1 er janvier 2006 en cas de transmission d entreprise quel régime d exonération?

Guide méthodologique Plus-values réalisées à compter du 1 er janvier 2006 en cas de transmission d entreprise quel régime d exonération? Guide méthodologique Plus-values réalisées à compter du 1 er janvier 2006 en cas de transmission d entreprise quel régime d exonération? Remarque préliminaire L exonération applicable aux PME soumise à

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE. - Particuliers -

OPTIMISATION FISCALE. - Particuliers - OPTIMISATION FISCALE Aide-mémoire Fiscalité 2013 - Particuliers - Ce qu il faut retenir en matière de fiscalité de l impôt sur le revenu et de l impôt de solidarité sur la fortune. Abréviations utilisées

Plus en détail

Gestion f iscale Processus 3

Gestion f iscale Processus 3 Gestion f iscale Processus 3 Emmanuel Disle Agrégé d économie et gestion Jacques Saraf Agrégé d économie et gestion À jour au 1 er juin 2016 Dunod, 2016 11 rue Paul Bert, 92240 Malakoff www.dunod.com ISBN

Plus en détail

Désignation du cédant (si l immeuble est détenu par une société ou par un fonds de placement immobilier, remplir page 4)

Désignation du cédant (si l immeuble est détenu par une société ou par un fonds de placement immobilier, remplir page 4) cerfa 14968*04 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2017 N 2048-TAB-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS DE TERRAINS À BÂTIR (DÉFINIS AU 1 DU 2 DU I DE L ARTICLE 257

Plus en détail

Fiscalité - Déductibilité des intérêts générés par les comptes courants des associés personnes physiques

Fiscalité - Déductibilité des intérêts générés par les comptes courants des associés personnes physiques Fiscalité - Déductibilité des intérêts générés par les comptes courants des associés personnes physiques Les intérêts servis aux associés ou actionnaires personnes physiques à raison des sommes qu ils

Plus en détail

FISCALITE DU PATRIMOINE EN 2018 Histoire de CSG déductible : Quand une hausse entraîne une

FISCALITE DU PATRIMOINE EN 2018 Histoire de CSG déductible : Quand une hausse entraîne une FISCALITE DU PATRIMOINE EN 2018 Histoire de CSG déductible : Quand une hausse entraîne une baisse Newsletter n 18 485 du 9 JANVIER 2018 1 LOI La loi de financement de la sécurité sociale a augmenté de

Plus en détail

Service Ingénierie Patrimoniale et Support Juridique 15/03/2012 FLASH. Loi de Finances rectificative pour 2012

Service Ingénierie Patrimoniale et Support Juridique 15/03/2012 FLASH. Loi de Finances rectificative pour 2012 FLASH Loi de Finances rectificative pour 2012 La Loi de finances rectificative pour 2012 a été adoptée le 29 février 2012 et promulguée le 15 mars 2012 au Journal Officiel. En résumé, l'assurance vie est

Plus en détail

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2017? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2017? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Quelle fiscalité pour les entreprises en 2017? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Les versements de l entreprise Un taux de forfait social différencié Participation - Intéressement - Abondement

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2014 N 2048-M-SD

cerfa ANNÉE 2014 N 2048-M-SD cerfa N 12358*09 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2014 N 2048-M-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS DE BIENS MEUBLES OU DE PARTS DE SOCIETES A PREPONDERANCE IMMOBILIERE

Plus en détail

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Infos flash PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Le plafond de sécurité sociale applicable aux rémunérations versées du 1 er janvier au 31 décembre 2016 a été fixé par l arrêté du 17 décembre

Plus en détail

TD n 10 Les plus ou moins values

TD n 10 Les plus ou moins values TD n 10 Les plus ou moins values I Notions générales Les plus values et moins values professionnelles sont les profits et les pertes de caractère exceptionnel réalisées par les entreprises à l occasion

Plus en détail

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Les évolutions fiscales de la loi Macron La loi «Macron» pour la croissance, l activité et l égalité des

Plus en détail

N 2013 / 014 4/06/2013

N 2013 / 014 4/06/2013 N 2013 / 014 4/06/2013 Origine : Direction de la Réglementation et des Affaires Juridiques Contact : Département Réglementation des prestations A : Mmes et MM les Directeurs Mmes et MM les Agents comptables

Plus en détail

Quels bénéfices tirer de la loi Macron pour les plans collectifs d actions gratuites?

Quels bénéfices tirer de la loi Macron pour les plans collectifs d actions gratuites? Quels bénéfices tirer de la loi Macron pour les plans collectifs d actions gratuites? Anne Lemercier 24 septembre 2015 Benchmark 2015 sur les pratiques de l actionnariat salarié INTRODUCTION L article

Plus en détail

Le nouveau régime est applicable à partir du 1 er janvier 2013 avec un régime transitoire pour l année 2012.

Le nouveau régime est applicable à partir du 1 er janvier 2013 avec un régime transitoire pour l année 2012. SOCIAL J u i n 2012 C I R C U L A I R E REGIME SOCIAL DES INDEMNITES DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL ET DU MANDAT SOCIAL Alors que les limites d exonération sociale en matière d'indemnités de rupture

Plus en détail

A- MONTANT ET LIMITES DES RÉDUCTIONS POUR CHARGES DE FAMILLE

A- MONTANT ET LIMITES DES RÉDUCTIONS POUR CHARGES DE FAMILLE RÉDUCTIONS D IMPÔT I REDUCTIONS POUR CHARGE DE FAMILLE A- MONTANT ET LIMITES DES RÉDUCTIONS POUR CHARGES DE FAMILLE Les dispositions de l article 74 du C.G.I prévoient des réductions pour charges de famille

Plus en détail

CHAPITRE 3 DÉDUCTIBILITÉ PARTIELLE DE LA CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) SUR CERTAINS REVENUS DU PATRIMOINE [DB 5B23]

CHAPITRE 3 DÉDUCTIBILITÉ PARTIELLE DE LA CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) SUR CERTAINS REVENUS DU PATRIMOINE [DB 5B23] CHAPITRE 3 DÉDUCTIBILITÉ PARTIELLE DE LA CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) SUR CERTAINS REVENUS DU PATRIMOINE [DB 5B23] Références du document 5B23 Date du document 01/09/99 Annotations CHAPITRE 3

Plus en détail

FISCALITE DU PATRIMOINE EN Nouvelle année nouveaux barèmes seuils et plafonds

FISCALITE DU PATRIMOINE EN Nouvelle année nouveaux barèmes seuils et plafonds FISCALITE DU PATRIMOINE EN 2018 Nouvelle année nouveaux barèmes seuils et plafonds Newsletter n 18 485 du 9 JANVIER 2018 1 LOI La loi de financement de la sécurité sociale a augmenté de 1,7 point le taux

Plus en détail

Formulaire à utiliser pour les cessions d immeubles autres que des terrains à bâtir intervenues à compter du 1 er septembre 2013

Formulaire à utiliser pour les cessions d immeubles autres que des terrains à bâtir intervenues à compter du 1 er septembre 2013 cerfa N 12359*11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2013 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip Formulaire à utiliser pour les cessions d immeubles autres que des terrains à bâtir intervenues à compter

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 2 OCTOBRE Projet de loi de finances pour l année 2018

NEWSLETTER N 2 2 OCTOBRE Projet de loi de finances pour l année 2018 NEWSLETTER N 2 2 OCTOBRE 2017 Projet de loi de finances pour l année 2018 Le projet de loi de finances (PLF) pour 2018, officiellement présenté en conseil des ministres le 27 septembre dernier, prévoit

Plus en détail

Comment bien déclarer vos revenus boursiers. Paris, Service actionnaires 04/04/2016 l Webconférence

Comment bien déclarer vos revenus boursiers. Paris, Service actionnaires 04/04/2016 l Webconférence Comment bien déclarer vos revenus boursiers Paris, Service actionnaires 04/04/2016 l Webconférence COMMENT BIEN DECLARER VOS REVENUS BOURSIERS? Didier Henriot Responsable Comptabilité et Fiscalité Titres

Plus en détail

Régime fiscal et social des pensions d'invalidité pour 2015

Régime fiscal et social des pensions d'invalidité pour 2015 DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH AJDS / Réglementation Charges Sociales Destinataires Tous services Contact C. NGUYEN Tél : 01.58.35.37.18 Fax : E-mail : Date de validité A partir du 01/01/2015 Régime

Plus en détail

Dé association et imposition des plus-values professionnelles

Dé association et imposition des plus-values professionnelles Dé association et imposition des plus-values professionnelles Juillet 2014 La sortie d un associé est le plus souvent organisée par cession de ses titres à un autre associé, mais aussi, parfois, par voie

Plus en détail

NOTE DE SERVICE

NOTE DE SERVICE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 73 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 20 décembre 2012 PROJET DE LOI de finances pour 2013. (Texte définitif)

Plus en détail

info DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2017 au titre des revenus 2016 Opérations particulières concernant les coopérateur.rice.

info DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2017 au titre des revenus 2016 Opérations particulières concernant les coopérateur.rice. n 6 > 12 avril 2017 info Sommaire DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2017 Prélèvement sociaux - Épargne salariale ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2017 au titre des revenus 2016

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2012 N 2048-M-SD

cerfa ANNÉE 2012 N 2048-M-SD cerfa N 12358*07 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2012 N 2048-M-SD @internet-dgfip REDACTEUR DE L ACTE NOM : ADRESSE : NUMERO CRPCEN : DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS DE BIENS

Plus en détail

Cas pratique de synthèse LONG

Cas pratique de synthèse LONG Cas pratique de synthèse LONG I. L impôt sur le revenu M. LONG Jean est chef d entreprise. Il détenait en début d année 60% d une SARL assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège social est situé

Plus en détail

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers SOMMAIRE Les impôts locaux Fiche 1 Les taxes foncières... 4 Fiche 2 La taxe d habitation... 6 Fiche 3 La cotisation foncière des entreprises... 8 Fiche 4 La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises...

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. 1 Le champ d application 19

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. 1 Le champ d application 19 Présentation 3 PARTIE 1 La fiscalité des entreprises Chapitre 1 La TVA 19 1 Le champ d application 19 Les assujettis et les redevables 19 Les opérations imposables 19 Les opérations exonérées 20 2 La territorialité

Plus en détail

Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite

Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite Cadre dirigeant, entrepreneur, profession libérale, artisan... Les problématiques diffèrent ; les solutions aussi. Pour chacun, les pistes pour

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 JUILLET I-1-09

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 JUILLET I-1-09 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 JUILLET 2009 5 I-1-09 CONTRIBUTIONS ADDITIONNELLES AU PRELEVEMENT SOCIAL DE 2 % POUR LE FINANCEMENT DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA). COMMENTAIRES

Plus en détail

LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE DE L'IMPÔT SUR LE REVENU

LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE DE L'IMPÔT SUR LE REVENU SYNTHÈSE D EXPERTS du 6 janvier 2017 LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE DE L'IMPÔT SUR LE REVENU 1 Revenus concernés et forme du prélèvement À la source... 2 1.1 Une retenue à la source effectuée par le débiteur

Plus en détail

LA FISCALITE EN ALLEMAGNE. Les personnes physiques résidentes d Allemagne sont imposables à raison de leur revenu mondial.

LA FISCALITE EN ALLEMAGNE. Les personnes physiques résidentes d Allemagne sont imposables à raison de leur revenu mondial. DIRECTION DE LA LÉGISLATION FISCALE SOUS-DIRECTION E - BUREAU E 2 TELEDOC 568 : C. Thébault : 89.223 : 89.690 N : 2006000771 FE 12/2006 PARIS, LE LA FISCALITE EN ALLEMAGNE I - L imposition des personnes

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. Chapitre 1 La TVA 19. Présentation 3. 1 Le champ d application La territorialité 21

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. Chapitre 1 La TVA 19. Présentation 3. 1 Le champ d application La territorialité 21 Présentation 3 PARTIE 1 La fiscalité des entreprises Chapitre 1 La TVA 19 1 Le champ d application 19 Les assujettis et les redevables 19 Les opérations imposables 19 Les opérations exonérées 20 2 La territorialité

Plus en détail

DE BATEAUX APPLICABLE A PARTIR DE 2012

DE BATEAUX APPLICABLE A PARTIR DE 2012 UNE NOUVELLE EXONERATION DES PLUS-VALUES DE CESSION DE BATEAUX APPLICABLE A PARTIR DE 2012 Une nouvelle exonération visant à assurer le renouvellement et la modernisation de la flotte, a été introduite

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2011 N 2048-M-SD

cerfa ANNÉE 2011 N 2048-M-SD cerfa N 12358*06 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2011 N 2048-M-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS DE BIENS MEUBLES OU DE PARTS DE SOCIETES A PREPONDERANCE IMMOBILIERE

Plus en détail

SI PEUPLEMENT FORESTIER, PRÉCISER / / / /

SI PEUPLEMENT FORESTIER, PRÉCISER / / / / cerfa N 12359*12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2014 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip Formulaire à utiliser pour les cessions d immeubles ou de droits immobiliers autres que des terrains

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2018 : Synthèse des principales dispositions.

Projet de Loi de Finances 2018 : Synthèse des principales dispositions. Projet de Loi de Finances 2018 : Synthèse des principales dispositions. Le Gouvernement a présenté, ce mercredi 27 septembre 2017, le projet de Loi de Finances pour l année 2018. Nous attirons votre attention

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2011 N 2048-M-SD

cerfa ANNÉE 2011 N 2048-M-SD cerfa N 12358*06 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2011 N 2048-M-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS DE BIENS MEUBLES OU DE PARTS DE SOCIETES A PREPONDERANCE IMMOBILIERE

Plus en détail

GUIDE ISF 2017 COMMENT RÉDUIRE SES IMPÔTS GRÂCE AU CROWDFUNDING?

GUIDE ISF 2017 COMMENT RÉDUIRE SES IMPÔTS GRÂCE AU CROWDFUNDING? GUIDE ISF 2017 COMMENT RÉDUIRE SES IMPÔTS GRÂCE AU CROWDFUNDING? Toutes les étapes pour vous guider dans la fiscalité de vos investissements chez Anaxago. Le présent document n est qu un outil indicatif.

Plus en détail

Les revenus distribués : distributions officielles et officieuses (cours)

Les revenus distribués : distributions officielles et officieuses (cours) Les revenus distribués : distributions officielles et officieuses (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Les distributions officielles... 4 Le régime juridique et comptable

Plus en détail

Intéressement épargné ou versé

Intéressement épargné ou versé Pégase 3 Intéressement épargné ou versé Dernière révision le 24/02/2014 http://www.adpmicromegas.fr Suivi de la notice 05/02/2014 Création de la notice 24/02/2014 Insertion du paragraphe 1.2.2 concernant

Plus en détail

PRÉPARER SA RETRAITE ET RÉDUIRE SES IMPÔTS

PRÉPARER SA RETRAITE ET RÉDUIRE SES IMPÔTS PRÉPARER SA RETRAITE ET RÉDUIRE SES IMPÔTS Principale caractéristique des produits d épargne retraite : ils comportent un avantage fiscal qui vous permet de réduire votre effort d épargne. Mais cet avantage

Plus en détail

Webconférence du lundi 04 avril 2016

Webconférence du lundi 04 avril 2016 Webconférence du lundi 04 avril 2016 «Comment bien déclarer vos revenus boursiers?» - Réponses aux questions - 1 - Fiscalité des plus-values Quelle valeur choisir pour le prix d acquisition et quelle durée

Plus en détail

IR - Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus

IR - Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-CHR-20121127 IR - Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus Positionnement

Plus en détail

La fiscalité des particuliers

La fiscalité des particuliers KIT FISCALITÉ 2016-2017 SEFI-ARNAUD-FRANEL.COM La fiscalité des particuliers 2016-2017 QCM 25 questions-réponses Questions 1 - Le barème de l impôt sur le revenu comprend : 1 3 tranches ; 2 4 tranches

Plus en détail

PARTIE 3 : IMPOT SUR LE REVENU. Chapitre 21 : Les revenus de capitaux mobiliers

PARTIE 3 : IMPOT SUR LE REVENU. Chapitre 21 : Les revenus de capitaux mobiliers PARTIE 3 : IMPOT SUR LE REVENU Au programme : 1. Champ d application 2. Les dividendes et revenus assimilés 3. Les produits des placements à revenu fixe 4. Les charges déductibles des revenus mobiliers

Plus en détail

Régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail à compter du 1 er janvier 2012

Régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail à compter du 1 er janvier 2012 DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH PPR - AJR Contact NGUYEN CELINE Tél : 01 58 35 37 18 Fax : E-mail : Destinataires Tous services x C1 Interne C2 Restreint C3 Confidentiel C4 Secret Date de validité

Plus en détail

Loi de Financement de la Sécurité sociale pour / Cotisations et contributions

Loi de Financement de la Sécurité sociale pour / Cotisations et contributions Loi de Financement de la Sécurité sociale pour 2012 1/ Cotisations et contributions 2/ Les dispositions relatives aux dépenses d assurance maladie. 3/ Les dispositions relatives aux travailleurs indépendants.

Plus en détail

I. Produits concernés définis par l'article 39 terdecies du code général des impôts (CGI)

I. Produits concernés définis par l'article 39 terdecies du code général des impôts (CGI) Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BNC-SECT-30-10-10-20120912 DGFIP BNC - Régimes sectoriels - Produits de

Plus en détail

UE 4 - DROIT FISCAL Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. Introduction générale au droit fiscal (5 heures)

UE 4 - DROIT FISCAL Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. Introduction générale au droit fiscal (5 heures) UE 4 - DROIT FISCAL Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. Introduction générale au droit fiscal (5 heures) Le pouvoir de prélever l impôt est inscrit dans la Constitution. En pratique cependant, les impôts

Plus en détail

La fiscalité et les prélèvements sociaux pesant sur les retraités : éclairage juridique

La fiscalité et les prélèvements sociaux pesant sur les retraités : éclairage juridique La fiscalité et les prélèvements sociaux pesant sur les retraités : éclairage juridique Séance plénière du COR 6 décembre 2017 Secrétariat général du COR 1. Les prélèvements fiscaux : impôt sur le revenu

Plus en détail

TRAITEMENT DE L EXCEDENT SOCIAL ET FISCAL

TRAITEMENT DE L EXCEDENT SOCIAL ET FISCAL TRAITEMENT DE L EXCEDENT SOCIAL ET FISCAL Paramétrage : Comment paramétrer la fiche salariée pour obtenir un bon calcul Date de création : décembre 2015 Référence : REINTEGRATION 2015 Auteur : Service

Plus en détail

Projet. de loi de finances pour Imposition des plus-values

Projet. de loi de finances pour Imposition des plus-values Projet de loi de finances pour 2001 Imposition des plus-values PLF 2001 Imposition des plus-values 3 Rapport sur l imposition des plus-values PLF 2001 Imposition des plus-values 5 Aux termes de l article

Plus en détail

Désignation du cédant (si l'immeuble est détenu par une société ou par un fonds de placement immobilier, remplir page 4)

Désignation du cédant (si l'immeuble est détenu par une société ou par un fonds de placement immobilier, remplir page 4) cerfa 12359*14 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2017 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS D IMMEUBLES OU DE DROITS IMMOBILIERS AUTRES QUE DES TERRAINS

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE. n OBJET GRANDE DIFFUSION 03/04/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE

LETTRE CIRCULAIRE. n OBJET GRANDE DIFFUSION 03/04/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE n 2012-0000043 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.10.04;1.029.4 Montreuil, le 03/04/2012 03/04/2012 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE POLE REGLEMENTATION ET

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N Montreuil, le 16/02/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-025 OBJET : Modalités de mise en œuvre de la prime exceptionnelle «plafonnée à 1500

Plus en détail