Étude comparée de la responsabilité délictuelle du fait d autrui en France et en Chine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude comparée de la responsabilité délictuelle du fait d autrui en France et en Chine"

Transcription

1 Étude comparée de la responsabilité délictuelle du fait d autrui en France et en Chine Ying Jiang To cite this version: Ying Jiang. Étude comparée de la responsabilité délictuelle du fait d autrui en France et en Chine. Law. Université Paris-Est, French. <NNT : 2010PEST2005>. <tel > HAL Id: tel https://tel.archives-ouvertes.fr/tel Submitted on 1 Mar 2012 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 UNIVERSITÉPARIS-EST ÉCOLE DOCTORALE ORGANISATIONS, MARCHÉS, INSTITUTIONS (OMI) Obligations, Biens, Marchés (OBM) ÉTUDE COMPARÉE DE LA RESPONSABILITÉDÉLICTUELLE DU FAIT D AUTRUI EN FRANCE ET EN CHINE Thèse pour l'obtention du diplôme de Doctorat en droit Présentée et soutenue publiquement le 12 juillet 2010 par Ying JIANG Sous la direction de M. François CHABAS Professeur émérite de l Université Paris-Est Membres du jury : M. François CHABAS, Professeur émérite de l Université Paris-Est M. Philippe JACQUES, Professeur à l Université de Savoie M. Fabrice GRÉAU, Professeur à l Université du Maine

3 «L université n entend assurer aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses; ces opinions doivent être considérées comme propres àleurs auteurs». 1

4 Remerciements Je tiens à exprimer ma plus profonde reconnaissance à Monsieur le professeur François CHABAS, mon directeur de thèse, pour le soutien inestimable et les précieux conseils qu il m a apportés depuis mon entrée en DEA de Droit privé, ainsi que sa très grande disponibilité tout au long de ce parcours. J ai eu la chance de rencontrer un directeur d une grande humanité, toujours prêt àaider son étudiant et à l accompagner dans son cheminement. Messieurs les membres du jury, je vous remercie d avoir accepté de me consacrer ce temps si précieux qui symbolise pour moi l aboutissement de tout le travail que j ai accompli ces dernières années. J adresse mes remerciements à Mesdemoiselles Cynthia METTOUDI, Sophia MAHTALLAH, Soraya JOSEPH, Vanessa CALAMARI, Elisa SATAKHOM, XiuQin DONG, et àmonsieur Philippe WEIBEL pour leurs corrections de grammaire minutieuses et leur amitiésans faille. Je tiens enfin àremercier toutes les personnes qui, à mes côtés, m ont apportéle soutien de leur amitié. 2

5 À Hongtao À mes parents 3

6 Table des abréviations APN Assemblée populaire nationale chinoise art. Article Cass. Ass. plén. Assemblée plénière de la Cour de cassation Bull. civ. Bulletin des arrêts de la Cour de cassation, chambres civiles C. civ. Code civil français CA Cour d appel Cass. civ. La chambre civile de la Cour de cassation Cass. crim. La chambre criminelle de la Cour de cassation CE Conseil d Etat Cf. confre chron. chronique comm. commentaire comp. Comparer Cons. Const. Conseil Constitutionnel concl. conclusions contra. en sens contraire D. Dalloz Doct. doctrine Dr. et patr. Droit et patrimoine éd. Edition fasc. fascicule Gaz. Pal. Gazette du Palais Idem. Ibidem, au même endroit in dans infra ci-dessous J-CL civ. Jurisclasseur civil JCP G La semaine juridique (édition générale) JCP E La semaine juridique (édition entreprise) 4

7 Juris. Jurisprudence LRD La Loi sur la responsabilitédélictuelle chinoise LPA Les petites affiches Mél. Mélanges n, n s numéro, numéros obs. observations op. cit. opere citato dans l ouvrage cité p., pp. page, pages PGDC Principe généraux du Droit civil chinois précit. précité rapp. rapport Rép. civ. Dalloz Répertoire Dalloz de droit civil Rép. civ. Lamy Répertoire Lamy de droit civil RDC Revue droit des contrats RLDC Revue Lamy de droit civil RJPF Revue juridique personnes et famille RRJ Revue de recherche juridique- Droit prospectif Resp. civ. et assur. Responsabilitécivile et assurance RTD civ. Revue trimestrielle de droit civil s. Suivant somm. Sommaires commentés supra ci-dessus t. tome T tribunal v. voyez/ volume 5

8 Résumé Cette étude traite de la comparaison du régime de la responsabilitédélictuelle du fait d autrui en droit français et en droit chinois. Dans une première partie, plutôt micro-vision, la thèse se consacre à une étude au cas par cas des responsabilités du fait d autrui dans les deux systèmes juridiques. Il s agit précisément de la responsabilité du fait des mineurs (la responsabilité des parents en droit français et des tuteurs en droit chinois ainsi que la responsabilitédes instituteurs en droit français et des établissements scolaires en droit chinois), de la responsabilité des employeurs du fait des personnes qu ils emploient dans les deux droits et de la responsabilité générale du fait d autrui qui est admise particulièrement en droit français, àla différence du droit chinois. La deuxième partie apporte une vision d ensemble et propose au sein des deux systèmes de droit une étude des rapports internes du régime entre les différentes hypothèses de cette responsabilité ainsi qu un examen des rapports externes de ce régime avec les responsabilités personnelles de droit commun et les mécanismes d indemnisation collective. Pourtant, de ce mécanisme appliqué aux deux systèmes, l analyse révèle un inconvénient commun : une harmonisation du régime fait défaut. A cet égard, sous la condition préalable de ne pas nuire àla particularitéde chaque cas de figure, l étude tente de restaurer une cohérence tant dans les rapports «internes» du régime de responsabilité du fait d autrui, que dans ses rapports «externes» avec d autres régimes. 6

9 Abstract This study is about a comparison of vicarious liability in French juridical system and in Chinese juridical system. In first part of this article, a more micro-vision, it is analyzed case by case of specific vicarious liability in two judicial systems. It is precisely about the acts of minors (the liability of parents in French law and liability of guardians in Chinese law, also the liability of teachers in French law and liability of school in Chinese law), the liability of employers and masters in two juridical systems and the general vicarious liability that is accepted particularly in French law, while the latter is different in Chinese law. The second part of this article concerns a whole vision and proposes a study of internal relations of two systems between different hypotheses of vicarious liability, and also an investigation of external relations of this system with the personal responsibility of common law and the mechanisms of collective compensation. However, of this mechanism applied at two systems, analysis reveals a common disadvantage: a lack of harmonization. In this aspect, considering the precondition of avoiding doing harm to particularity of each case of figure, the study tries to restore coherence both internal relations in systems of vicarious liability and external relations with other systems. 7

10 Sommaire Une table des matière détaillée figure àla fin de la thèse I re Partie La comparaison des différents cas de responsabilité du fait d autrui en droit français et en droit chinois.23 Titre I - Les régimes spéciaux de responsabilité du fait d autrui en droit français et en droit chinois...24 Chapitre I - Les responsabilités du fait des mineurs en droit français et des incapables en droit chinois 25 Chapitre II - La responsabilité de l employeur du fait de l employé en droit français et en droit chinois..118 Titre II - L évolution vers un principe général de responsabilité du fait d autrui : une particularitédu droit français par rapport au droit chinois Chapitre I - Le caractère limitatif des responsabilités du fait d autrui en droit français antérieur à1991 et en droit chinois Chapitre II - L évolution vers un principe général de responsabilité du fait d autrui en droit français..210 II e Partie - Rapports internes et externes du régime de la responsabilitédu fait d'autrui en droit français et en droit chinois : la recherche d une coexistence harmonisée Titre I - Rapports internes entre les différentes responsabilités du fait d autrui en droit français et en droit chinois Chapitre I - Concours entre les différentes responsabilités du fait d autrui en droit français et en droit chinois..254 Chapitre II - La question de l harmonisation des responsabilités du fait d autrui en droit français et en droit chinois 272 Titre II - Rapports externes avec les régimes étrangers àla responsabilitédu fait d autrui en droit français et en droit chinois Chapitre I - Rapports entre la responsabilitédu fait d autrui et les responsabilités personnelles de droit commun français et chinois : la recherche d un compromis entre sa subsidiaritéet son particularisme..311 Chapitre II - Rapports entre la responsabilitédu fait d autrui et d autres procédés d indemnisation collective en droit français et en droit chinois : la recherche de leur meilleure complémentarité 348 8

11 Introduction «La responsabilité du fait d autrui n est pas une fiction inventée par la loi positive. C est une exigence de l ordre social.» Sainctelette, De la responsabilitéet de la garantie, Bruylant-Christophe, 1884, p Dans les droits modernes, le principe de la responsabilitécivile est celui d une responsabilité individuelle : chacun n est responsable que pour son fait personnel et la réparation du dommage ne peut être demandée qu àson auteur. Ce principe connaît une dérogation avec le mécanisme de la responsabilité du fait d autrui, dans lequel, «une personne est tenue de réparer un dommage à l origine duquel se trouve l action d une autre personne 1». Distinct d une responsabilité individuelle, le régime de la responsabilitédu fait d autrui met en scène trois personnes au lieu de deux : l auteur direct du dommage, la victime de ce dernier et le civilement responsable. Cette responsabilité trouve sa justification dans l autorité dont le dernier dispose sur le premier et a pour objectif initial de pallier l insuffisance d une responsabilité individuelle dans l indemnisation de la victime : certains auteurs étant présumés, en général, insolvables, pour réparer le dommage subi par les victimes, le droit désigne d autres personnes lorsque les auteurs se trouvent sous leur autorité. Sa fonction particulière explique également la reconnaissance universelle de cette notion àcôtéde la responsabilitépersonnelle dans tout système juridique 2, «même le plus marqué par l individualisme 3». La France et 1 H.L.J. MAZEAUD et F. CHABAS, Leçons de droit civil, t. II, v. I, Obligations, Montchrestien, 9 e éd. 1998, n V. Pour une étude de droit comparé, H. SLIM, Recherches sur la responsabilité du fait d autrui en droit comparé, in La responsabilité du fait d autrui, actualité et évolutions, Resp. civ. et assur., nov. 2000, pp. 52 et s. 9

12 la Chine ne font pas exception Le régime de responsabilitécivile du fait d autrui dans les deux systèmes juridiques fera l objet de la présente étude. Il est tout d abord nécessaire de préciser le cadre de cette étude avant de présenter l évolution historique de ce régime dans les deux systèmes juridiques. En matière civile, le fait d autrui peut se rencontrer dans deux domaines : délictuel et contractuel. En matière contractuelle, la force du contrat impose au débiteur de répondre de toute inexécution du contrat, qu elle résulte de son propre fait ou de celui d une autre personne qu il a introduite dans l exécution de son obligation contractuelle. Tant en droit français qu en droit chinois, certains textes prévoient une responsabilitédes débiteurs pour le fait dommageable de leur substitut ou de leur auxiliaire 4, par laquelle une personne répond du fait d une autre. En droit français, si l existence d un principe général de la responsabilité contractuelle du fait d autrui ne fait pas de doute 5, la doctrine est pourtant très divisée sur la qualification de ce type de responsabilitécomme responsabilité du fait d autrui. Alors que certains auteurs adhèrent à cette qualification 6, d autres condamnent pourtant l autonomie de la responsabilitédu débiteur du fait de son substitut par rapport àune responsabilité personnelle du débiteur 7. D après eux, dans ces hypothèses, c est l obligation du débiteur qui est violée. Il s agit plutôt d une responsabilitédu fait personnel et non du fait d autrui. En effet, le fait dommageable de son substitut ou de son auxiliaire n est pas étranger au débiteur, mais est considérécomme son propre fait. La controverse est toujours très délicate en la matière. En outre, le droit chinois adopte également le second point de vue, qui ne reconnait pas l existence de la notion de la responsabilité 3 G. VINEY et P. JOURDAIN, Traité de droit civil, sous la direction de J. GHESTIN (J., Responsabilitécivile, t. II, Les conditions de la responsabilitécivile, LGDJ, 3 e éd. 2006, n A titre d exemple, les art. 1245, 1735, 1953 du Code civil français et les art. 121 et 65 de la loi sur les contrats en Chine. 5 H.L.J. MAZEAUD, et F. CHABAS, Leçons de droit civil, t. II, v. I, Obligations, Montchrestien, 9 e éd. 1998, n G. VINEY, Existe-t-il une responsabilitécontractuelle du fait d autrui?, in Responsabilitédu fait d autrui, actualitéet évolutions, Resp. civ. et assur., nov. 2000, p. 31 et s.. 7 G. DURRY, Rapport de synthèse, in Responsabilité du fait d autrui, actualitéet évolutions, Resp. civ. et assur., nov. 2000, p. 63 ; D. REBUT, De la responsabilité contractuelle du fait d autrui et de son caractère autonome, RRJ, , p

13 contractuelle du fait d autrui. Du fait de ces considérations, nous avons décidéde limiter notre étude de ce régime au domaine délictuel, car toute comparaison se révèle impossible. Une seconde limite apportée à l étude de ce régime consiste àlaisser de côté également des responsabilités du fait d autrui visées par les lois spéciales pour mettre l accent sur «le régime de droit commun» des responsabilités délictuelles du fait d autrui dans les deux systèmes juridiques. Il s agit plus précisément des responsabilités du fait d autrui prévues dans l article 1384 du Code civil français et celles visées actuellement par les articles 31, 34 et 35 de la Loi sur la responsabilité délictuelle chinoise du 26 décembre 2009 (LRD) qui est entrée en vigueur le 1 er juillet *** 3. Voyons maintenant quelle évolution a conduit aux systèmes actuels de ce régime dans les deux systèmes juridiques. En occident, l idée d une responsabilitédu fait d autrui n est point récente 8. La recherche àl origine de ce mécanisme remonte jusqu à la législation romaine 9. Les Romains connaissaient le système de la «noxalité», selon lequel lorsque les alieni juris (fils de famille ou esclave) avaient commis un délit privé, la victime pouvait demander au pater familias (le père de famille ou le maître de l esclave) qui avait sous son autoritéles auteurs de ce délit de lui verser la composition ou de lui livrer les auteurs 10. Si le pater familias choisissait de payer à la victime la composition pécuniaire au lieu de lui livrer les alieni juris, cela engendrait le même effet qu une responsabilité du fait d autrui. La responsabilitédu pater était directement fondée sur la puissance qu il exerçait sur les auteurs 11. Son comportement, fautif ou non, n avait aucune incidence sur la mise en œuvre de sa responsabilité. Hormis cette hypothèse, il 8 H.L. MAZEAUD et A. TUNC, Traitéthéorique et pratique de la responsabilitécivile délictuelle et contractuelle, t. I, Montchrestien, 6 e éd. 1965, n DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, Economica, 2007, p P.-F. GIRARD, Manuel élémentaire de droit romain, A. Rousseau, 1929, p. 720, le mécanisme s applique également aux hypothèses de dommages causés par les animaux. 11 DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p

14 existait dans le droit romain le receptum, qui prévoyait que les capitaines de navire, les aubergistes et les maîtres d écurie étaient responsables de plein droit en cas de perte ou de détérioration des objets ou des animaux déposés chez eux. Il ne s agissait pas seulement d une responsabilité personnelle de ces répondants. En effet, dans le cas où leurs préposés avaient causé le dommage, la responsabilité de ces professionnels était une responsabilité pour le fait d autrui 12. Ces régimes instaurés par le droit romain peuvent être considérés comme la première manifestation de l idée de la responsabilité du fait d autrui dans l histoire du droit 13. Cela a influencésur l Ancien régime français et même bien avant Après la chute de l empire romain, les droits barbares admettaient également l existence de ce type de responsabilité qui s intéresse à l époque essentiellement à l obligation des maîtres de réparer le dommage causé par leurs esclaves 14. Plus tard, dans l Ancien droit français, bien que l action noxale dans le droit romain en matière de responsabilitédu fait d autrui n en soit pas héritière, l on peut trouver ce genre de responsabilitédans certaines décisions ou dispositions édictées par les Parlements, des coutumes de certaines régions ainsi que la doctrine 15. Le régime en question concernait notamment les maîtres 16. La responsabilitéde ces derniers ne se limitait pas aux faits causés par leurs domestiques, mais s étendait aux faits de tout préposé 17. La jurisprudence précisait que pour que les maîtres soient engagés, le délit devait être commis dans l exercice des fonctions confiées ; de plus, les maîtres engageaient leur responsabilité de plein droit et ne pouvaient pas 12 LEPOINT ET MONIER, Les obligations en droit romain et dans l Ancien droit français, Recueil Sirey, 1954, p AHMED IBRAHIM AL HIARI, La responsabilitédélictuelle du fait d autrui : Etude comparée en droit civil jordanien et français, Thèse, dactyl., Reims, 2000, p DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p J. CAPRONNIER, De la responsabilité civile du fait d autrui, Edictée par l article 1384 du Code civil, Thèse, Caen, 1903, p Cette responsabilitéest déjàadmise dans la jurisprudence médiévale. p DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p

15 s exonérer par la preuve d absence de la faute 18. La rigueur du régime de responsabilitéest justifiée par POTHIER : «il s agit de rendre les maîtres attentifs à ne se servir que de bons domestiques». L ancien droit français était pourtant réservéàl égard àla responsabilitédes chefs de famille du fait de leurs enfants. A l époque, les pères n étaient en principe pas tenus de payer des dommages intérêts pour des délits commis par leurs enfants 19. Cette responsabilité n est pourtant pas totalement inconnue. A titre d exemple, la coutume de la Bretagne prévoyait dans son article 656 que «si l enfant fait tort à autrui, tant qu il sera au pouvoir de son père, le père doit payer l amende civile, parce qu il doit châtier ses enfants». Parfois, une ordonnance ou un règlement de police rédigée par les Parlements de certaines régions fait obligation pour les pères de répondre des dommages causés par leurs enfants. Comme le Parlement de Dijon qui avait rédigé une ordonnance de police qui ordonnait «à toutes les personnes de contenir leurs enfants et serviteurs, en sorte qu ils ne commettent aucun dégât dans les jardins et vergers, sous peine d être responsables civilement, en leur propre et privénoms, des dommages et intérêts qui résulteraient de ces dégâts» 20. A part des textes, la jurisprudence admettait également, dans des hypothèses exceptionnelles, une responsabilité des pères pour des infractions commises par leurs enfants, comme lorsqu ils prennent volontairement la défense de leurs enfants accusés, les autorisent à ester en justice, consentent aux délits commis par leurs enfants ou ne les empêchent pas alors qu ils le pouvaient 21. Quant àla doctrine, une partie importante des auteurs 18 Un arrêt du 7 août 1683 a condamnéle commettant àrépondre du délit commis par ses commis dans l exercice des fonctions préposées, cité par DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p Les décisions du Parlement de Toulouse du 9 avril 1596, du Parlement de Paris du 30 déc. 1611, de Provence du 26 nov. 1654, de Grenoble du 12 juin 1687 et de Flandre du 9 janv Présentépar la AL-HASSAN MALIK, De la responsabilité civile extracontractuelle du fait d autrui en droit français et en droit irakien, Thèse, dactyl., Paris,1957, pp Les décisions confirmaient que le père ne pouvait pas être tenu pour responsable du délit de ses enfants. 20 Citépar AL HIARI, AHMED IBRAHIM, La responsabilité délictuelle du fait d autrui : Etude comparée en droit civil jordanien et français, op. cit., p La responsabilitédes pères a étéadmise par les Parlements de Paris et Metz. Citépar DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p

16 de l époque étaient favorables à l adoption d une responsabilité générale des chefs de famille en droit français 22. Du côtéde la responsabilitédes parents, les juristes s intéressaient également à la responsabilité des instituteurs et des artisans 23. Selon DOMAT, les «Maîtres d Ecoles ( ) qui reçoivent dans leurs maisons des Ecoliers ou Apprentis»devaient être déclarés civilement responsables pour les dommages causés par ces derniers 24. POTHIER le développait davantage et énonçait que «non seulement la personne qui a commis le délit ou le quasi-délit est obligée àla réparation du tort qu elle a causé ; celles qui ont sous leur puissance cette personne ( ) tels que sont les pères, mères, tuteurs et précepteurs sont tenues de cette obligation, lorsque le délit ou le quasi-délit a étécommis en leur présence, et généralement lorsque pouvant l empêcher, elles ne l ont pas fait. ( ) 25». L auteur indiquait que comme celle des père et mère, la responsabilité de ces personnes trouve sa justification dans l autorité dont elles disposent sur l auteur qui fait naître leur obligation de surveillance 26. Il précisait que distincte de la responsabilité des maîtres, la responsabilité de ces civilement responsables peut être écartée par la preuve (contraire) qu ils n ont pas pu empêcher le délit «quand bien même il aurait étécommis àleur vu et su» La jurisprudence et la pensée juridique des juristes de l époque ancienne ont inspiré fortement les rédacteurs du Code civil français de 1804, qui ont élaboré l article 1384, selon lequel «on est responsable non seulement du dommage que l on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causédu fait des personnes dont on doit répondre ou des choses que l on a sous sa garde. 22 LEGRAND, BATDET, citépar DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p Citépar DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p POTHIER, Traitédes obligations, Eitellier, 1805, t. I, n DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p Ainsi, POTHIER distinguait les responsabilités des pères, mères, tuteurs et précepteurs de la responsabilitédes maîtres et commettants. D après lui, le premier type de responsabilitépouvait être écartépar la preuve contraire : le civilement responsable n a pas pu empêcher le délit «quand bien même il aurait étécommis àleur vu et su». En revanche, les maîtres et les commettants ne pouvaient pas se décharger de leur responsabilitépar cette preuve. POTHIER, Traitédes obligations, Eitellier, 1805, t. I, n 122. Cette idée a directement influencéla rédaction du régime juridique des responsabilités du fait d autrui dans le Code civil français de

17 Le père et la mère, après le décès du mari, sont responsables du dommage causépar leurs enfants mineurs habitant avec eux. Les maîtres et les commettants, du dommage causépar leurs domestiques et préposés, dans les fonctions auxquelles ils les ont employés. Les instituteurs et les artisans, du dommage causépar leurs élèves et apprentis pendant le temps qu ils sont sous leur surveillance. La responsabilitéci-dessus a lieu, àmoins que les père et mère, instituteurs et artisans, ne prouvent qu ils n ont pu empêcher le fait qui donne lieu à cette responsabilité.» La conception des responsabilités du fait d autrui chez les rédacteurs du Code peut se comprendre de la façon suivante : elles étaient fondées sur une présomption de faute de surveillance des répondants (sauf la responsabilité des commettants), supposaient un délit ou quasi-délit de l auteur direct et se cumulaient, à titre provisoire, avec la responsabilité personnelle de l auteur du dommage. Par ailleurs, ces hypothèses, considérées comme des applications exceptionnelles de responsabilité du fait personnel, ne pouvaient avoir qu un caractère limitatif Or la confrontation de cette conception dans le Code civil de 1804 avec celle adoptée actuellement en droit positif français montre que pendant deux cents ans d application, ce régime a connu une transformation en profondeur 28. Comme nous le verrons plus en détail, ce régime a tout d abord fait l objet de certaines retouches législatives. En matière de responsabilitédes instituteurs, la loi du 20 juillet 1899 a ajouté à l article 1384 un alinéa 6 qui a instauré une substitution de la responsabilitéde l Etat àcelle des instituteurs publics. Et avec la loi du 5 avril 1937, le régime de la présomption de faute de cette responsabilitéa étéremplacépar celui de la responsabilitépour faute prouvée de droit commun. Dans le domaine de la responsabilitédes père et mère, avec la loi du 4 juin 1970, l ancien régime instauré en 1804 basé à titre principal sur la puissance paternelle a cédé au profit d une responsabilitésolidaire des père et mère. Une deuxième modification résulte de la loi 28 E. SAVAUX, Les transformations de la responsabilité du fait d autrui, Aspects nouveaux du droit de la responsabilitéaux Pays-Bas et en France, 2003, p

18 du 4 mars 2002 qui a remplacé l expression «droit de garde» par celle d «autorité parentale»pour fonder cette responsabilitésolidaire des père et mère. Or la modification la plus profonde de ce mécanisme provient de la jurisprudence, notamment depuis une vingtaine d années. Tout d abord, àpartir de l arrêt Blieck, la responsabilité du fait d autrui ne se limite plus aux cas classiquement prévus par le texte. Ensuite, depuis l arrêt Bertrand, une objectivation de la responsabilité du répondant s est réalisée, sauf àpropos des instituteurs. De plus, la jurisprudence Fullenwarth, a abandonnél exigence d un fait illicite de l enfant pour la mise en œuvre de la responsabilitédes père et mère. Enfin, l arrêt Costedoat a introduit une responsabilitéexclusive du commettant absorbant le plus souvent celle du préposé. Désormais, les règles de responsabilité du fait d autrui en droit positif français sont essentiellement jurisprudentielles 29. L évolution moderne en la matière a fait «voler en éclats»ce régime 30. ** 7. - En droit chinois, un examen de l histoire de ce régime démontre pourtant qu en raison des événements historiques, la continuitéavec la tradition juridique n est pas toujours assurée entre les différentes époques Jusqu à la période de la Dynastie Qing, il manque à l ancien système juridique chinois une tradition de droit civil, qui était absorbée dans le droit pénal. Cependant, l on peut trouver dans l ancienne coutume de Chine, la trace de la responsabilitédu chef de famille du fait des membres de la famille. A l ancienne époque, le système du chef de famille était très ancré. Les membres de la famille et les biens familiaux étaient dominés par le chef de famille. Ce dernier assumait donc également la responsabilitéissue des dommages causés par des membres de sa famille, avec les biens communs de la famille Ph. le TOURNEAU, J. JULIEN, La responsabilité extracontractuelle du fait d autrui dans l avantprojet de réforme du Code civil, in Mél. G. VINEY, p Idem. 31 Lixin YANG, Etude typologique des délits, Droit, 2005, p

19 9. - «Le projet de droit civil de la dynastie Qing»de 1911 est considérécomme le signe de l avènement du droit civil moderne en Chine. Le projet a étéinfluencépar la tradition juridique «continentale», notamment par les droits allemand et japonais. En matière de responsabilité du fait d autrui, il avait prévu, dans le chapitre 8 de la seconde partie, une liste de ce type de responsabilité: ses articles 948 et 949 concernaient la responsabilitédu gouvernement pour le fait de ses fonctionnaires, son article 951 visait la responsabilité de ceux qui ont la garde d autrui dont l état physique ou mental nécessite une surveillance, et l article 952 consacrait, pour la première fois dans l histoire du droit chinois, une responsabilitédes commettants 32. Les responsabilités étaient fondées sur la présomption de faute de surveillance des répondants, qui pouvaient en effet s exonérer en prouvant qu ils avaient assuréune surveillance prudente ou que même une surveillance prudente ne permettait pas d éviter la production du dommage. Selon ce texte, les commettants, après avoir indemnisé la victime, disposaient d un recours contre le préposé. Ce projet, achevéen 1911, n a jamais été promulgué à cause du renversement de la Dynastie consécutif à la révolution dirigée par Sun Yat-sen du début du 20 e siècle. Or les hypothèses de responsabilité du fait d autrui qu il a adoptées ont influencé l œuvre législative ultérieure. Après la révolution, la République de Chine a étéétablie. Le gouvernement nationaliste (GuoMinZhengFu) a promulguéen 1929 un «Code civil de la République de Chine» 33, dans lequel les différentes modalités de responsabilité du fait d autrui sont proches de celles du «projet de Code civil de la Dynastie Qing». Cependant, les règles de responsabilitéont étéconsidérablement modifiées. Les articles 186, 187, 188 et 189 posaient respectivement les responsabilités des personnes publiques pour le fait de leurs fonctionnaires, des représentants légaux du fait de leurs représentés, des commettants du fait de leurs préposés. En matière de responsabilité des représentants légaux, le texte distinguait les auteurs privés de discernement de ceux disposant d une capacité de discernement limitée et appliquait une responsabilité Lixin YANG, Etude typologique des délits, op. cit., p. 576 Ce Code est toujours en vigueur àtaiwan. 17

20 exclusive des représentants légaux dans le premier cas et une responsabilitésolidaire de ceux-ci avec les auteurs dans le second. De plus, les représentants légaux pouvaient échapper àleur responsabilitéen prouvant avoir assuméleur obligation de surveillance. Dans ce cas, le juge pouvait répartir le dommage en équité. Quant àla responsabilitédu commettant, l article 188 adoptait une responsabilitésolidaire de celui-ci avec son préposé, àmoins que le commettant ne prouve qu il avait étéassez prudent dans le choix du préposéet la surveillance de l exécution des fonctions de celui-ci. Dans l hypothèse où la victime ne pouvait être indemnisée en raison de l exonération du commettant, àla demande de la victime, le juge pouvait également condamner le commettant àune indemnisation en tout ou en partie en considération des situations financières des parties. Le commettant, ayant indemniséla victime, disposait d un recours à l encontre de son préposéauteur du fait générateur Le «Code civil de la République de Chine»a étéaboli en 1949 avec la fondation de la nouvelle République Populaire de Chine (ZhongHuaRenMinGongHeGuo). Par souci de rompre avec l ancien système, le nouveau gouvernement chinois a décidé d instaurer un nouvel ordre juridique. Cependant, la révolution culturelle qui est intervenue plus tard, a apporté des perturbations aussi bien dans l ordre politique que dans l ordre juridique. Ce n est qu à partir du début des années 1980 que l effort de construction d un régime juridique socialiste a pu être relancé. En 1986, l Assemblée Populaire Nationale (APN) a adoptédes «Principes généraux du Droit civil 34». Cette loi, influencée plutôt par le droit soviétique socialiste pour des raisons politiques et économiques 35, s inscrit donc en rupture avec l ancien ordre juridique 36. Il en est ainsi dans le domaine de la responsabilité du fait d autrui. Des PGDC consacrent deux types de responsabilitédu fait d autrui : celle des employeurs personnes publiques et celle des tuteurs. Dans le 34 Infra désignés : PGDC. Ils déterminent les grandes lignes du droit chinois. Les PGDC sont toujours en vigueur. Cependant, certaines dispositions ont étéabrogées en raison de la promulgation ultérieure des diverses lois spéciales dans le domaine du droit civil, telles que la loi sur les biens et la loi sur la responsabilitédélictuelle, lorsqu elles établissent des règles différentes ou apportent modifications aux anciens règles. 35 SHI jiayou, La codification du droit civil chinois au regard de l expérience française, LGDJ, 2006, p Idem., p.11 18

Les fondements de la responsabilité civile délictuelle

Les fondements de la responsabilité civile délictuelle Les fondements de la responsabilité civile délictuelle Par Amandine Assaillit Octobre 2006 La responsabilité civile délictuelle est un procédé juridique permettant la mise en œuvre de la responsabilité

Plus en détail

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Ahmed Boucherit To cite this version: Ahmed Boucherit. Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques

Plus en détail

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Valérie Schwob To cite this version: Valérie Schwob. Savoir nager, une richesse culturelle

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pierre-Alexis Tchernoïvanoff To cite this version: Pierre-Alexis Tchernoïvanoff. Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas

Plus en détail

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aude Le Borgne To cite this version: Aude Le Borgne. Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627 La réception des discours de développement durable et d actions de responsabilité sociale des entreprises dans les pays du Sud : le cas d un don d ordinateurs au Sénégal dans le cadre d un projet tripartite

Plus en détail

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422 La Thaïlande, pays aux deux visages : Approches sémiologiques d une identité culturelle ambiguë à travers le miroir de la presse et autres discours publics Sorthong Banjongsawat To cite this version: Sorthong

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie Stéphane Vial To cite this version: Stéphane Vial. La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie. Philosophy.

Plus en détail

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive Guy Verschave To cite this version: Guy Verschave. La socialisation par les sports

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Manuel Appert To cite this version: Manuel Appert. Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une

Plus en détail

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge Marielle Calvez To cite this version: Marielle Calvez. La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge. Other [q-bio.ot]. 2013.

Plus en détail

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance?

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Madeleine Akrich, Maire Leane, Celia Roberts To cite this version: Madeleine Akrich, Maire Leane,

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Céline Bécourt To cite this version: Céline Bécourt. Étude rétrospective

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830)

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830) Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens de Rouen et de Seine-Inférieure (1815-1830) Camille Istin To cite this version: Camille Istin. Contribution à l

Plus en détail

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Ihsane Tou To cite this version: Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Julien Drai To cite this version: Julien Drai. Traitement de l

Plus en détail

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Isabel Colón de Carvajal To cite this version: Isabel Colón de Carvajal. Choix méthodologiques pour une analyse de conversation

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263 Scanner double énergie et réduction de la dose d iode lors de l exploration des axes aorto-ilio-femoraux avant remplacement valvulaire aortique par voie percutanée Benjamin Dubourg To cite this version:

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin To cite this version: C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin. Articuler

Plus en détail

Proposition de textes

Proposition de textes Proposition de textes CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel dommage oblige celui par la faute duquel il est

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes -

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel

Plus en détail

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION sommaire DOCTRINE La loi du 19 mars 2010 visant à promouvoir une objectivation du calcul des contributions alimentaires des père et mère au profit de leurs enfants Nathalie Dandoy 775 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE

Plus en détail

Les personnes PARTIE 1

Les personnes PARTIE 1 PARTIE 1 Les personnes La personne est un sujet de droit ; elle est titulaire de droits subjectifs. Elle est apte à être titulaire de droits et d obligations, c est-à-dire d un patrimoine. On distingue

Plus en détail

Titre de la séquence : La responsabilité civile Discipline : Droit civil La responsabilité civile

Titre de la séquence : La responsabilité civile Discipline : Droit civil La responsabilité civile Titre de la séquence : La responsabilité civile Discipline : Droit civil La responsabilité civile Contexte programme : Enseignement technique de qualification 2ème degré Secteur Économie Groupe Gestion

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et enfants

Droits et devoirs des parents et enfants Droits et devoirs des parents et enfants L autorité parentale L autorité parentale désigne l ensemble de droits et des obligations qui pèsent sur les parents. Autrement dit, on peut dire qu ils ont des

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 Parue dans le Moniteur Belge du 28 décembre 2006 Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 CHAPITRE VI. Fonds d indemnisation des victimes de l amiante Section 1re. Mission et fonctionnement

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

protection juridique

protection juridique ATMP 14 ASSOCIATION TUTÉLAIRE DES MAJEURS PROTÉGÉS DU CALVADOS Flickr protection juridique des majeurs Résumé des principales dispositions de la loi du 5 mars 2007. La protection des majeurs est instaurée

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE................... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS......................... 99 TITRE III - LE PRÉJUDICE...........................................

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

La notion de responsabilité civile

La notion de responsabilité civile La notion de responsabilité civile Article juridique publié le 13/06/2015, vu 964 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code Civil La responsabilité est le devoir de répondre de ses actes. Par l intégration

Plus en détail

Yves Delessert Etre bénévole et responsable

Yves Delessert Etre bénévole et responsable Yves Delessert Etre bénévole et responsable La responsabilité des membres de comité des IPE associatives du fait des activités déployées conformément aux buts de l association FIPEGS 9 juin 2015 Principales

Plus en détail

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5763 Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Introduction à la synthèse de superviseur

Introduction à la synthèse de superviseur Introduction à la synthèse de superviseur Mathilde Machin, Jérémie Guiochet, David Powell, Hélène Waeselynck To cite this version: Mathilde Machin, Jérémie Guiochet, David Powell, Hélène Waeselynck. synthèse

Plus en détail

Nicolas FERRIER Agrégé des facultés Professeur à l Université Montpellier I

Nicolas FERRIER Agrégé des facultés Professeur à l Université Montpellier I Nicolas FERRIER Agrégé des facultés Professeur à l Université Montpellier I Adresse professionnelle : Centre du droit de l entreprise 39 rue de l Université 34000 Montpellier email : nicolas.ferrier2@neuf.fr

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

La responsabilité du fait d autrui en droit allemand

La responsabilité du fait d autrui en droit allemand Oliver Berg Docteur en droit (Strasbourg) Doctor iuris (Freiburg i. Br.) Maître de conférences associé à l Université de Metz La responsabilité du fait d autrui en droit allemand Le droit français tend

Plus en détail

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion

L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Conférence TOKYO 14 novembre 2011 L ADMINISTRATION DES BIENS D AUTRUI EN DROIT FRANÇAIS La fiducie-gestion Introduction La fiducie a été introduite en droit français par la loi n 2007-211 du 19 février

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

(Traduction du Greffe) TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (AFFAIRE No. 17)

(Traduction du Greffe) TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (AFFAIRE No. 17) (Traduction du Greffe) TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (AFFAIRE No. 17) RESPONSABILITÉS ET OBLIGATIONS DES ETATS PATRONNANT DES PERSONNES ET ENTITÉS EN CE QUI CONCERNE LES ACTIVITÉS DANS LA ZONE

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4741. Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4741 Arrêt n 21/2010 du 25 février 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 69, 3, des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés,

Plus en détail

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances.

- la loi n 2011-331 du 28 mars 2011 - la loi de finances. Expert-Comptable 2015 Risques. Réassurance. Ressources Humaines. Notice d information Responsabilité Civile Professionnelle des Experts-Comptables Un seul et même contrat pour : Contrat cadre d assurance

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles RC Base 1 Distinguer les différents types de responsabilité (responsabilité morale, civile et pénale) et préciser

Plus en détail

Le placement judiciaire des mineurs

Le placement judiciaire des mineurs 46 Dossier forum 205 Le placement judiciaire des mineurs Âperçu de la procédure Le placement fait partie de l arsenal des mesures que peut prendre le tribunal de la jeunesse à l égard des mineurs. L article

Plus en détail

La notion d obligation. I. Les caractères de l obligation. II. La classification des obligations

La notion d obligation. I. Les caractères de l obligation. II. La classification des obligations La notion d obligation Fiche 1 I. Les caractères de l obligation II. La classification des obligations Définition Obligation : le terme «obligation» est polysémique. Il recouvre, dans le langage courant

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires)

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires) Commentaire Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012 M. Éric M. (Discipline des notaires) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 octobre 2011 par la Cour de cassation (première chambre civile,

Plus en détail

Pour information : Pour l enseignement fondamental, la circulaire porte le n 90. Exercice de l autorité parentale en matière scolaire

Pour information : Pour l enseignement fondamental, la circulaire porte le n 90. Exercice de l autorité parentale en matière scolaire Bruxelles, le 19 mars 2002 - A Monsieur Eric TOMAS, Ministre-Président du Collège de la Commission communautaire française, chargé de l Enseignement ; - A Madame et Messieurs les Gouverneurs de Province

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4916 Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 42, 2, alinéa 1er, de la loi du 27 avril 2007 réformant le divorce, posées

Plus en détail

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5172 Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 621 du Code d instruction criminelle, posée par la chambre des mises en accusation

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

Section 2. Les règles de filiation par le sang

Section 2. Les règles de filiation par le sang Section 2. Les règles de filiation par le sang Il convient de distinguer les règles de droit positif et les règles issues de l ordonnance du 4 juillet 2005, applicables à compter du 1 er juillet 2006.

Plus en détail

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE?

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE? QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE? FICHE CONSEIL Page : 1/8 Au moment de la constitution d une société, les futurs associés sont conduits fréquemment à s engager pour le compte

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette Introduction 1) Notion d obligation 2) Typologie des obligations - La distinction des obligations selon leurs

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Les principes de la responsabilité civile

Les principes de la responsabilité civile Les principes de la responsabilité civile S édition 2010 Patrice Jourdain agrégé des Facultés de droit professeur à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris I) Introduction ; Première partie Vue d'ensemble

Plus en détail