Étude comparée de la responsabilité délictuelle du fait d autrui en France et en Chine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude comparée de la responsabilité délictuelle du fait d autrui en France et en Chine"

Transcription

1 Étude comparée de la responsabilité délictuelle du fait d autrui en France et en Chine Ying Jiang To cite this version: Ying Jiang. Étude comparée de la responsabilité délictuelle du fait d autrui en France et en Chine. Law. Université Paris-Est, French. <NNT : 2010PEST2005>. <tel > HAL Id: tel https://tel.archives-ouvertes.fr/tel Submitted on 1 Mar 2012 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 UNIVERSITÉPARIS-EST ÉCOLE DOCTORALE ORGANISATIONS, MARCHÉS, INSTITUTIONS (OMI) Obligations, Biens, Marchés (OBM) ÉTUDE COMPARÉE DE LA RESPONSABILITÉDÉLICTUELLE DU FAIT D AUTRUI EN FRANCE ET EN CHINE Thèse pour l'obtention du diplôme de Doctorat en droit Présentée et soutenue publiquement le 12 juillet 2010 par Ying JIANG Sous la direction de M. François CHABAS Professeur émérite de l Université Paris-Est Membres du jury : M. François CHABAS, Professeur émérite de l Université Paris-Est M. Philippe JACQUES, Professeur à l Université de Savoie M. Fabrice GRÉAU, Professeur à l Université du Maine

3 «L université n entend assurer aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses; ces opinions doivent être considérées comme propres àleurs auteurs». 1

4 Remerciements Je tiens à exprimer ma plus profonde reconnaissance à Monsieur le professeur François CHABAS, mon directeur de thèse, pour le soutien inestimable et les précieux conseils qu il m a apportés depuis mon entrée en DEA de Droit privé, ainsi que sa très grande disponibilité tout au long de ce parcours. J ai eu la chance de rencontrer un directeur d une grande humanité, toujours prêt àaider son étudiant et à l accompagner dans son cheminement. Messieurs les membres du jury, je vous remercie d avoir accepté de me consacrer ce temps si précieux qui symbolise pour moi l aboutissement de tout le travail que j ai accompli ces dernières années. J adresse mes remerciements à Mesdemoiselles Cynthia METTOUDI, Sophia MAHTALLAH, Soraya JOSEPH, Vanessa CALAMARI, Elisa SATAKHOM, XiuQin DONG, et àmonsieur Philippe WEIBEL pour leurs corrections de grammaire minutieuses et leur amitiésans faille. Je tiens enfin àremercier toutes les personnes qui, à mes côtés, m ont apportéle soutien de leur amitié. 2

5 À Hongtao À mes parents 3

6 Table des abréviations APN Assemblée populaire nationale chinoise art. Article Cass. Ass. plén. Assemblée plénière de la Cour de cassation Bull. civ. Bulletin des arrêts de la Cour de cassation, chambres civiles C. civ. Code civil français CA Cour d appel Cass. civ. La chambre civile de la Cour de cassation Cass. crim. La chambre criminelle de la Cour de cassation CE Conseil d Etat Cf. confre chron. chronique comm. commentaire comp. Comparer Cons. Const. Conseil Constitutionnel concl. conclusions contra. en sens contraire D. Dalloz Doct. doctrine Dr. et patr. Droit et patrimoine éd. Edition fasc. fascicule Gaz. Pal. Gazette du Palais Idem. Ibidem, au même endroit in dans infra ci-dessous J-CL civ. Jurisclasseur civil JCP G La semaine juridique (édition générale) JCP E La semaine juridique (édition entreprise) 4

7 Juris. Jurisprudence LRD La Loi sur la responsabilitédélictuelle chinoise LPA Les petites affiches Mél. Mélanges n, n s numéro, numéros obs. observations op. cit. opere citato dans l ouvrage cité p., pp. page, pages PGDC Principe généraux du Droit civil chinois précit. précité rapp. rapport Rép. civ. Dalloz Répertoire Dalloz de droit civil Rép. civ. Lamy Répertoire Lamy de droit civil RDC Revue droit des contrats RLDC Revue Lamy de droit civil RJPF Revue juridique personnes et famille RRJ Revue de recherche juridique- Droit prospectif Resp. civ. et assur. Responsabilitécivile et assurance RTD civ. Revue trimestrielle de droit civil s. Suivant somm. Sommaires commentés supra ci-dessus t. tome T tribunal v. voyez/ volume 5

8 Résumé Cette étude traite de la comparaison du régime de la responsabilitédélictuelle du fait d autrui en droit français et en droit chinois. Dans une première partie, plutôt micro-vision, la thèse se consacre à une étude au cas par cas des responsabilités du fait d autrui dans les deux systèmes juridiques. Il s agit précisément de la responsabilité du fait des mineurs (la responsabilité des parents en droit français et des tuteurs en droit chinois ainsi que la responsabilitédes instituteurs en droit français et des établissements scolaires en droit chinois), de la responsabilité des employeurs du fait des personnes qu ils emploient dans les deux droits et de la responsabilité générale du fait d autrui qui est admise particulièrement en droit français, àla différence du droit chinois. La deuxième partie apporte une vision d ensemble et propose au sein des deux systèmes de droit une étude des rapports internes du régime entre les différentes hypothèses de cette responsabilité ainsi qu un examen des rapports externes de ce régime avec les responsabilités personnelles de droit commun et les mécanismes d indemnisation collective. Pourtant, de ce mécanisme appliqué aux deux systèmes, l analyse révèle un inconvénient commun : une harmonisation du régime fait défaut. A cet égard, sous la condition préalable de ne pas nuire àla particularitéde chaque cas de figure, l étude tente de restaurer une cohérence tant dans les rapports «internes» du régime de responsabilité du fait d autrui, que dans ses rapports «externes» avec d autres régimes. 6

9 Abstract This study is about a comparison of vicarious liability in French juridical system and in Chinese juridical system. In first part of this article, a more micro-vision, it is analyzed case by case of specific vicarious liability in two judicial systems. It is precisely about the acts of minors (the liability of parents in French law and liability of guardians in Chinese law, also the liability of teachers in French law and liability of school in Chinese law), the liability of employers and masters in two juridical systems and the general vicarious liability that is accepted particularly in French law, while the latter is different in Chinese law. The second part of this article concerns a whole vision and proposes a study of internal relations of two systems between different hypotheses of vicarious liability, and also an investigation of external relations of this system with the personal responsibility of common law and the mechanisms of collective compensation. However, of this mechanism applied at two systems, analysis reveals a common disadvantage: a lack of harmonization. In this aspect, considering the precondition of avoiding doing harm to particularity of each case of figure, the study tries to restore coherence both internal relations in systems of vicarious liability and external relations with other systems. 7

10 Sommaire Une table des matière détaillée figure àla fin de la thèse I re Partie La comparaison des différents cas de responsabilité du fait d autrui en droit français et en droit chinois.23 Titre I - Les régimes spéciaux de responsabilité du fait d autrui en droit français et en droit chinois...24 Chapitre I - Les responsabilités du fait des mineurs en droit français et des incapables en droit chinois 25 Chapitre II - La responsabilité de l employeur du fait de l employé en droit français et en droit chinois..118 Titre II - L évolution vers un principe général de responsabilité du fait d autrui : une particularitédu droit français par rapport au droit chinois Chapitre I - Le caractère limitatif des responsabilités du fait d autrui en droit français antérieur à1991 et en droit chinois Chapitre II - L évolution vers un principe général de responsabilité du fait d autrui en droit français..210 II e Partie - Rapports internes et externes du régime de la responsabilitédu fait d'autrui en droit français et en droit chinois : la recherche d une coexistence harmonisée Titre I - Rapports internes entre les différentes responsabilités du fait d autrui en droit français et en droit chinois Chapitre I - Concours entre les différentes responsabilités du fait d autrui en droit français et en droit chinois..254 Chapitre II - La question de l harmonisation des responsabilités du fait d autrui en droit français et en droit chinois 272 Titre II - Rapports externes avec les régimes étrangers àla responsabilitédu fait d autrui en droit français et en droit chinois Chapitre I - Rapports entre la responsabilitédu fait d autrui et les responsabilités personnelles de droit commun français et chinois : la recherche d un compromis entre sa subsidiaritéet son particularisme..311 Chapitre II - Rapports entre la responsabilitédu fait d autrui et d autres procédés d indemnisation collective en droit français et en droit chinois : la recherche de leur meilleure complémentarité 348 8

11 Introduction «La responsabilité du fait d autrui n est pas une fiction inventée par la loi positive. C est une exigence de l ordre social.» Sainctelette, De la responsabilitéet de la garantie, Bruylant-Christophe, 1884, p Dans les droits modernes, le principe de la responsabilitécivile est celui d une responsabilité individuelle : chacun n est responsable que pour son fait personnel et la réparation du dommage ne peut être demandée qu àson auteur. Ce principe connaît une dérogation avec le mécanisme de la responsabilité du fait d autrui, dans lequel, «une personne est tenue de réparer un dommage à l origine duquel se trouve l action d une autre personne 1». Distinct d une responsabilité individuelle, le régime de la responsabilitédu fait d autrui met en scène trois personnes au lieu de deux : l auteur direct du dommage, la victime de ce dernier et le civilement responsable. Cette responsabilité trouve sa justification dans l autorité dont le dernier dispose sur le premier et a pour objectif initial de pallier l insuffisance d une responsabilité individuelle dans l indemnisation de la victime : certains auteurs étant présumés, en général, insolvables, pour réparer le dommage subi par les victimes, le droit désigne d autres personnes lorsque les auteurs se trouvent sous leur autorité. Sa fonction particulière explique également la reconnaissance universelle de cette notion àcôtéde la responsabilitépersonnelle dans tout système juridique 2, «même le plus marqué par l individualisme 3». La France et 1 H.L.J. MAZEAUD et F. CHABAS, Leçons de droit civil, t. II, v. I, Obligations, Montchrestien, 9 e éd. 1998, n V. Pour une étude de droit comparé, H. SLIM, Recherches sur la responsabilité du fait d autrui en droit comparé, in La responsabilité du fait d autrui, actualité et évolutions, Resp. civ. et assur., nov. 2000, pp. 52 et s. 9

12 la Chine ne font pas exception Le régime de responsabilitécivile du fait d autrui dans les deux systèmes juridiques fera l objet de la présente étude. Il est tout d abord nécessaire de préciser le cadre de cette étude avant de présenter l évolution historique de ce régime dans les deux systèmes juridiques. En matière civile, le fait d autrui peut se rencontrer dans deux domaines : délictuel et contractuel. En matière contractuelle, la force du contrat impose au débiteur de répondre de toute inexécution du contrat, qu elle résulte de son propre fait ou de celui d une autre personne qu il a introduite dans l exécution de son obligation contractuelle. Tant en droit français qu en droit chinois, certains textes prévoient une responsabilitédes débiteurs pour le fait dommageable de leur substitut ou de leur auxiliaire 4, par laquelle une personne répond du fait d une autre. En droit français, si l existence d un principe général de la responsabilité contractuelle du fait d autrui ne fait pas de doute 5, la doctrine est pourtant très divisée sur la qualification de ce type de responsabilitécomme responsabilité du fait d autrui. Alors que certains auteurs adhèrent à cette qualification 6, d autres condamnent pourtant l autonomie de la responsabilitédu débiteur du fait de son substitut par rapport àune responsabilité personnelle du débiteur 7. D après eux, dans ces hypothèses, c est l obligation du débiteur qui est violée. Il s agit plutôt d une responsabilitédu fait personnel et non du fait d autrui. En effet, le fait dommageable de son substitut ou de son auxiliaire n est pas étranger au débiteur, mais est considérécomme son propre fait. La controverse est toujours très délicate en la matière. En outre, le droit chinois adopte également le second point de vue, qui ne reconnait pas l existence de la notion de la responsabilité 3 G. VINEY et P. JOURDAIN, Traité de droit civil, sous la direction de J. GHESTIN (J., Responsabilitécivile, t. II, Les conditions de la responsabilitécivile, LGDJ, 3 e éd. 2006, n A titre d exemple, les art. 1245, 1735, 1953 du Code civil français et les art. 121 et 65 de la loi sur les contrats en Chine. 5 H.L.J. MAZEAUD, et F. CHABAS, Leçons de droit civil, t. II, v. I, Obligations, Montchrestien, 9 e éd. 1998, n G. VINEY, Existe-t-il une responsabilitécontractuelle du fait d autrui?, in Responsabilitédu fait d autrui, actualitéet évolutions, Resp. civ. et assur., nov. 2000, p. 31 et s.. 7 G. DURRY, Rapport de synthèse, in Responsabilité du fait d autrui, actualitéet évolutions, Resp. civ. et assur., nov. 2000, p. 63 ; D. REBUT, De la responsabilité contractuelle du fait d autrui et de son caractère autonome, RRJ, , p

13 contractuelle du fait d autrui. Du fait de ces considérations, nous avons décidéde limiter notre étude de ce régime au domaine délictuel, car toute comparaison se révèle impossible. Une seconde limite apportée à l étude de ce régime consiste àlaisser de côté également des responsabilités du fait d autrui visées par les lois spéciales pour mettre l accent sur «le régime de droit commun» des responsabilités délictuelles du fait d autrui dans les deux systèmes juridiques. Il s agit plus précisément des responsabilités du fait d autrui prévues dans l article 1384 du Code civil français et celles visées actuellement par les articles 31, 34 et 35 de la Loi sur la responsabilité délictuelle chinoise du 26 décembre 2009 (LRD) qui est entrée en vigueur le 1 er juillet *** 3. Voyons maintenant quelle évolution a conduit aux systèmes actuels de ce régime dans les deux systèmes juridiques. En occident, l idée d une responsabilitédu fait d autrui n est point récente 8. La recherche àl origine de ce mécanisme remonte jusqu à la législation romaine 9. Les Romains connaissaient le système de la «noxalité», selon lequel lorsque les alieni juris (fils de famille ou esclave) avaient commis un délit privé, la victime pouvait demander au pater familias (le père de famille ou le maître de l esclave) qui avait sous son autoritéles auteurs de ce délit de lui verser la composition ou de lui livrer les auteurs 10. Si le pater familias choisissait de payer à la victime la composition pécuniaire au lieu de lui livrer les alieni juris, cela engendrait le même effet qu une responsabilité du fait d autrui. La responsabilitédu pater était directement fondée sur la puissance qu il exerçait sur les auteurs 11. Son comportement, fautif ou non, n avait aucune incidence sur la mise en œuvre de sa responsabilité. Hormis cette hypothèse, il 8 H.L. MAZEAUD et A. TUNC, Traitéthéorique et pratique de la responsabilitécivile délictuelle et contractuelle, t. I, Montchrestien, 6 e éd. 1965, n DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, Economica, 2007, p P.-F. GIRARD, Manuel élémentaire de droit romain, A. Rousseau, 1929, p. 720, le mécanisme s applique également aux hypothèses de dommages causés par les animaux. 11 DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p

14 existait dans le droit romain le receptum, qui prévoyait que les capitaines de navire, les aubergistes et les maîtres d écurie étaient responsables de plein droit en cas de perte ou de détérioration des objets ou des animaux déposés chez eux. Il ne s agissait pas seulement d une responsabilité personnelle de ces répondants. En effet, dans le cas où leurs préposés avaient causé le dommage, la responsabilité de ces professionnels était une responsabilité pour le fait d autrui 12. Ces régimes instaurés par le droit romain peuvent être considérés comme la première manifestation de l idée de la responsabilité du fait d autrui dans l histoire du droit 13. Cela a influencésur l Ancien régime français et même bien avant Après la chute de l empire romain, les droits barbares admettaient également l existence de ce type de responsabilité qui s intéresse à l époque essentiellement à l obligation des maîtres de réparer le dommage causé par leurs esclaves 14. Plus tard, dans l Ancien droit français, bien que l action noxale dans le droit romain en matière de responsabilitédu fait d autrui n en soit pas héritière, l on peut trouver ce genre de responsabilitédans certaines décisions ou dispositions édictées par les Parlements, des coutumes de certaines régions ainsi que la doctrine 15. Le régime en question concernait notamment les maîtres 16. La responsabilitéde ces derniers ne se limitait pas aux faits causés par leurs domestiques, mais s étendait aux faits de tout préposé 17. La jurisprudence précisait que pour que les maîtres soient engagés, le délit devait être commis dans l exercice des fonctions confiées ; de plus, les maîtres engageaient leur responsabilité de plein droit et ne pouvaient pas 12 LEPOINT ET MONIER, Les obligations en droit romain et dans l Ancien droit français, Recueil Sirey, 1954, p AHMED IBRAHIM AL HIARI, La responsabilitédélictuelle du fait d autrui : Etude comparée en droit civil jordanien et français, Thèse, dactyl., Reims, 2000, p DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p J. CAPRONNIER, De la responsabilité civile du fait d autrui, Edictée par l article 1384 du Code civil, Thèse, Caen, 1903, p Cette responsabilitéest déjàadmise dans la jurisprudence médiévale. p DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p

15 s exonérer par la preuve d absence de la faute 18. La rigueur du régime de responsabilitéest justifiée par POTHIER : «il s agit de rendre les maîtres attentifs à ne se servir que de bons domestiques». L ancien droit français était pourtant réservéàl égard àla responsabilitédes chefs de famille du fait de leurs enfants. A l époque, les pères n étaient en principe pas tenus de payer des dommages intérêts pour des délits commis par leurs enfants 19. Cette responsabilité n est pourtant pas totalement inconnue. A titre d exemple, la coutume de la Bretagne prévoyait dans son article 656 que «si l enfant fait tort à autrui, tant qu il sera au pouvoir de son père, le père doit payer l amende civile, parce qu il doit châtier ses enfants». Parfois, une ordonnance ou un règlement de police rédigée par les Parlements de certaines régions fait obligation pour les pères de répondre des dommages causés par leurs enfants. Comme le Parlement de Dijon qui avait rédigé une ordonnance de police qui ordonnait «à toutes les personnes de contenir leurs enfants et serviteurs, en sorte qu ils ne commettent aucun dégât dans les jardins et vergers, sous peine d être responsables civilement, en leur propre et privénoms, des dommages et intérêts qui résulteraient de ces dégâts» 20. A part des textes, la jurisprudence admettait également, dans des hypothèses exceptionnelles, une responsabilité des pères pour des infractions commises par leurs enfants, comme lorsqu ils prennent volontairement la défense de leurs enfants accusés, les autorisent à ester en justice, consentent aux délits commis par leurs enfants ou ne les empêchent pas alors qu ils le pouvaient 21. Quant àla doctrine, une partie importante des auteurs 18 Un arrêt du 7 août 1683 a condamnéle commettant àrépondre du délit commis par ses commis dans l exercice des fonctions préposées, cité par DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p Les décisions du Parlement de Toulouse du 9 avril 1596, du Parlement de Paris du 30 déc. 1611, de Provence du 26 nov. 1654, de Grenoble du 12 juin 1687 et de Flandre du 9 janv Présentépar la AL-HASSAN MALIK, De la responsabilité civile extracontractuelle du fait d autrui en droit français et en droit irakien, Thèse, dactyl., Paris,1957, pp Les décisions confirmaient que le père ne pouvait pas être tenu pour responsable du délit de ses enfants. 20 Citépar AL HIARI, AHMED IBRAHIM, La responsabilité délictuelle du fait d autrui : Etude comparée en droit civil jordanien et français, op. cit., p La responsabilitédes pères a étéadmise par les Parlements de Paris et Metz. Citépar DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p

16 de l époque étaient favorables à l adoption d une responsabilité générale des chefs de famille en droit français 22. Du côtéde la responsabilitédes parents, les juristes s intéressaient également à la responsabilité des instituteurs et des artisans 23. Selon DOMAT, les «Maîtres d Ecoles ( ) qui reçoivent dans leurs maisons des Ecoliers ou Apprentis»devaient être déclarés civilement responsables pour les dommages causés par ces derniers 24. POTHIER le développait davantage et énonçait que «non seulement la personne qui a commis le délit ou le quasi-délit est obligée àla réparation du tort qu elle a causé ; celles qui ont sous leur puissance cette personne ( ) tels que sont les pères, mères, tuteurs et précepteurs sont tenues de cette obligation, lorsque le délit ou le quasi-délit a étécommis en leur présence, et généralement lorsque pouvant l empêcher, elles ne l ont pas fait. ( ) 25». L auteur indiquait que comme celle des père et mère, la responsabilité de ces personnes trouve sa justification dans l autorité dont elles disposent sur l auteur qui fait naître leur obligation de surveillance 26. Il précisait que distincte de la responsabilité des maîtres, la responsabilité de ces civilement responsables peut être écartée par la preuve (contraire) qu ils n ont pas pu empêcher le délit «quand bien même il aurait étécommis àleur vu et su» La jurisprudence et la pensée juridique des juristes de l époque ancienne ont inspiré fortement les rédacteurs du Code civil français de 1804, qui ont élaboré l article 1384, selon lequel «on est responsable non seulement du dommage que l on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causédu fait des personnes dont on doit répondre ou des choses que l on a sous sa garde. 22 LEGRAND, BATDET, citépar DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p Citépar DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p POTHIER, Traitédes obligations, Eitellier, 1805, t. I, n DAVID DEROUSSIN, Histoire du droit des obligations, op. cit., p Ainsi, POTHIER distinguait les responsabilités des pères, mères, tuteurs et précepteurs de la responsabilitédes maîtres et commettants. D après lui, le premier type de responsabilitépouvait être écartépar la preuve contraire : le civilement responsable n a pas pu empêcher le délit «quand bien même il aurait étécommis àleur vu et su». En revanche, les maîtres et les commettants ne pouvaient pas se décharger de leur responsabilitépar cette preuve. POTHIER, Traitédes obligations, Eitellier, 1805, t. I, n 122. Cette idée a directement influencéla rédaction du régime juridique des responsabilités du fait d autrui dans le Code civil français de

17 Le père et la mère, après le décès du mari, sont responsables du dommage causépar leurs enfants mineurs habitant avec eux. Les maîtres et les commettants, du dommage causépar leurs domestiques et préposés, dans les fonctions auxquelles ils les ont employés. Les instituteurs et les artisans, du dommage causépar leurs élèves et apprentis pendant le temps qu ils sont sous leur surveillance. La responsabilitéci-dessus a lieu, àmoins que les père et mère, instituteurs et artisans, ne prouvent qu ils n ont pu empêcher le fait qui donne lieu à cette responsabilité.» La conception des responsabilités du fait d autrui chez les rédacteurs du Code peut se comprendre de la façon suivante : elles étaient fondées sur une présomption de faute de surveillance des répondants (sauf la responsabilité des commettants), supposaient un délit ou quasi-délit de l auteur direct et se cumulaient, à titre provisoire, avec la responsabilité personnelle de l auteur du dommage. Par ailleurs, ces hypothèses, considérées comme des applications exceptionnelles de responsabilité du fait personnel, ne pouvaient avoir qu un caractère limitatif Or la confrontation de cette conception dans le Code civil de 1804 avec celle adoptée actuellement en droit positif français montre que pendant deux cents ans d application, ce régime a connu une transformation en profondeur 28. Comme nous le verrons plus en détail, ce régime a tout d abord fait l objet de certaines retouches législatives. En matière de responsabilitédes instituteurs, la loi du 20 juillet 1899 a ajouté à l article 1384 un alinéa 6 qui a instauré une substitution de la responsabilitéde l Etat àcelle des instituteurs publics. Et avec la loi du 5 avril 1937, le régime de la présomption de faute de cette responsabilitéa étéremplacépar celui de la responsabilitépour faute prouvée de droit commun. Dans le domaine de la responsabilitédes père et mère, avec la loi du 4 juin 1970, l ancien régime instauré en 1804 basé à titre principal sur la puissance paternelle a cédé au profit d une responsabilitésolidaire des père et mère. Une deuxième modification résulte de la loi 28 E. SAVAUX, Les transformations de la responsabilité du fait d autrui, Aspects nouveaux du droit de la responsabilitéaux Pays-Bas et en France, 2003, p

18 du 4 mars 2002 qui a remplacé l expression «droit de garde» par celle d «autorité parentale»pour fonder cette responsabilitésolidaire des père et mère. Or la modification la plus profonde de ce mécanisme provient de la jurisprudence, notamment depuis une vingtaine d années. Tout d abord, àpartir de l arrêt Blieck, la responsabilité du fait d autrui ne se limite plus aux cas classiquement prévus par le texte. Ensuite, depuis l arrêt Bertrand, une objectivation de la responsabilité du répondant s est réalisée, sauf àpropos des instituteurs. De plus, la jurisprudence Fullenwarth, a abandonnél exigence d un fait illicite de l enfant pour la mise en œuvre de la responsabilitédes père et mère. Enfin, l arrêt Costedoat a introduit une responsabilitéexclusive du commettant absorbant le plus souvent celle du préposé. Désormais, les règles de responsabilité du fait d autrui en droit positif français sont essentiellement jurisprudentielles 29. L évolution moderne en la matière a fait «voler en éclats»ce régime 30. ** 7. - En droit chinois, un examen de l histoire de ce régime démontre pourtant qu en raison des événements historiques, la continuitéavec la tradition juridique n est pas toujours assurée entre les différentes époques Jusqu à la période de la Dynastie Qing, il manque à l ancien système juridique chinois une tradition de droit civil, qui était absorbée dans le droit pénal. Cependant, l on peut trouver dans l ancienne coutume de Chine, la trace de la responsabilitédu chef de famille du fait des membres de la famille. A l ancienne époque, le système du chef de famille était très ancré. Les membres de la famille et les biens familiaux étaient dominés par le chef de famille. Ce dernier assumait donc également la responsabilitéissue des dommages causés par des membres de sa famille, avec les biens communs de la famille Ph. le TOURNEAU, J. JULIEN, La responsabilité extracontractuelle du fait d autrui dans l avantprojet de réforme du Code civil, in Mél. G. VINEY, p Idem. 31 Lixin YANG, Etude typologique des délits, Droit, 2005, p

19 9. - «Le projet de droit civil de la dynastie Qing»de 1911 est considérécomme le signe de l avènement du droit civil moderne en Chine. Le projet a étéinfluencépar la tradition juridique «continentale», notamment par les droits allemand et japonais. En matière de responsabilité du fait d autrui, il avait prévu, dans le chapitre 8 de la seconde partie, une liste de ce type de responsabilité: ses articles 948 et 949 concernaient la responsabilitédu gouvernement pour le fait de ses fonctionnaires, son article 951 visait la responsabilité de ceux qui ont la garde d autrui dont l état physique ou mental nécessite une surveillance, et l article 952 consacrait, pour la première fois dans l histoire du droit chinois, une responsabilitédes commettants 32. Les responsabilités étaient fondées sur la présomption de faute de surveillance des répondants, qui pouvaient en effet s exonérer en prouvant qu ils avaient assuréune surveillance prudente ou que même une surveillance prudente ne permettait pas d éviter la production du dommage. Selon ce texte, les commettants, après avoir indemnisé la victime, disposaient d un recours contre le préposé. Ce projet, achevéen 1911, n a jamais été promulgué à cause du renversement de la Dynastie consécutif à la révolution dirigée par Sun Yat-sen du début du 20 e siècle. Or les hypothèses de responsabilité du fait d autrui qu il a adoptées ont influencé l œuvre législative ultérieure. Après la révolution, la République de Chine a étéétablie. Le gouvernement nationaliste (GuoMinZhengFu) a promulguéen 1929 un «Code civil de la République de Chine» 33, dans lequel les différentes modalités de responsabilité du fait d autrui sont proches de celles du «projet de Code civil de la Dynastie Qing». Cependant, les règles de responsabilitéont étéconsidérablement modifiées. Les articles 186, 187, 188 et 189 posaient respectivement les responsabilités des personnes publiques pour le fait de leurs fonctionnaires, des représentants légaux du fait de leurs représentés, des commettants du fait de leurs préposés. En matière de responsabilité des représentants légaux, le texte distinguait les auteurs privés de discernement de ceux disposant d une capacité de discernement limitée et appliquait une responsabilité Lixin YANG, Etude typologique des délits, op. cit., p. 576 Ce Code est toujours en vigueur àtaiwan. 17

20 exclusive des représentants légaux dans le premier cas et une responsabilitésolidaire de ceux-ci avec les auteurs dans le second. De plus, les représentants légaux pouvaient échapper àleur responsabilitéen prouvant avoir assuméleur obligation de surveillance. Dans ce cas, le juge pouvait répartir le dommage en équité. Quant àla responsabilitédu commettant, l article 188 adoptait une responsabilitésolidaire de celui-ci avec son préposé, àmoins que le commettant ne prouve qu il avait étéassez prudent dans le choix du préposéet la surveillance de l exécution des fonctions de celui-ci. Dans l hypothèse où la victime ne pouvait être indemnisée en raison de l exonération du commettant, àla demande de la victime, le juge pouvait également condamner le commettant àune indemnisation en tout ou en partie en considération des situations financières des parties. Le commettant, ayant indemniséla victime, disposait d un recours à l encontre de son préposéauteur du fait générateur Le «Code civil de la République de Chine»a étéaboli en 1949 avec la fondation de la nouvelle République Populaire de Chine (ZhongHuaRenMinGongHeGuo). Par souci de rompre avec l ancien système, le nouveau gouvernement chinois a décidé d instaurer un nouvel ordre juridique. Cependant, la révolution culturelle qui est intervenue plus tard, a apporté des perturbations aussi bien dans l ordre politique que dans l ordre juridique. Ce n est qu à partir du début des années 1980 que l effort de construction d un régime juridique socialiste a pu être relancé. En 1986, l Assemblée Populaire Nationale (APN) a adoptédes «Principes généraux du Droit civil 34». Cette loi, influencée plutôt par le droit soviétique socialiste pour des raisons politiques et économiques 35, s inscrit donc en rupture avec l ancien ordre juridique 36. Il en est ainsi dans le domaine de la responsabilité du fait d autrui. Des PGDC consacrent deux types de responsabilitédu fait d autrui : celle des employeurs personnes publiques et celle des tuteurs. Dans le 34 Infra désignés : PGDC. Ils déterminent les grandes lignes du droit chinois. Les PGDC sont toujours en vigueur. Cependant, certaines dispositions ont étéabrogées en raison de la promulgation ultérieure des diverses lois spéciales dans le domaine du droit civil, telles que la loi sur les biens et la loi sur la responsabilitédélictuelle, lorsqu elles établissent des règles différentes ou apportent modifications aux anciens règles. 35 SHI jiayou, La codification du droit civil chinois au regard de l expérience française, LGDJ, 2006, p Idem., p.11 18

Les fondements de la responsabilité civile délictuelle

Les fondements de la responsabilité civile délictuelle Les fondements de la responsabilité civile délictuelle Par Amandine Assaillit Octobre 2006 La responsabilité civile délictuelle est un procédé juridique permettant la mise en œuvre de la responsabilité

Plus en détail

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Ahmed Boucherit To cite this version: Ahmed Boucherit. Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Valérie Schwob To cite this version: Valérie Schwob. Savoir nager, une richesse culturelle

Plus en détail

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pierre-Alexis Tchernoïvanoff To cite this version: Pierre-Alexis Tchernoïvanoff. Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas

Plus en détail

Protester sur le web chinois (1994-2011)

Protester sur le web chinois (1994-2011) Protester sur le web chinois (1994-2011) Séverine Arsène To cite this version: Séverine Arsène. Protester sur le web chinois (1994-2011). Le Temps des médias, 2012, pp.99-110. HAL Id: hal-00773738

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION sommaire DOCTRINE La loi du 19 mars 2010 visant à promouvoir une objectivation du calcul des contributions alimentaires des père et mère au profit de leurs enfants Nathalie Dandoy 775 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422 La Thaïlande, pays aux deux visages : Approches sémiologiques d une identité culturelle ambiguë à travers le miroir de la presse et autres discours publics Sorthong Banjongsawat To cite this version: Sorthong

Plus en détail

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive Guy Verschave To cite this version: Guy Verschave. La socialisation par les sports

Plus en détail

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie Stéphane Vial To cite this version: Stéphane Vial. La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie. Philosophy.

Plus en détail

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aude Le Borgne To cite this version: Aude Le Borgne. Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

Liquidation judiciaire: représentation de la société poursuivie pénalement

Liquidation judiciaire: représentation de la société poursuivie pénalement Liquidation judiciaire: représentation de la société poursuivie pénalement Eva Mouial-Bassilana To cite this version: Eva Mouial-Bassilana. Liquidation judiciaire: représentation de la société poursuivie

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627 La réception des discours de développement durable et d actions de responsabilité sociale des entreprises dans les pays du Sud : le cas d un don d ordinateurs au Sénégal dans le cadre d un projet tripartite

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge Marielle Calvez To cite this version: Marielle Calvez. La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge. Other [q-bio.ot]. 2013.

Plus en détail

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Manuel Appert To cite this version: Manuel Appert. Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une

Plus en détail

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur...

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur... 1 Les droits de l acheteur confronté à un défaut de la chose vendue................ 7 Julie DEWEZ assistante à l U.C.L., collaboratrice notariale CHAPITRE 1 L obligation légale de délivrance d un bien

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Ihsane Tou To cite this version: Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication

Plus en détail

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Isabel Colón de Carvajal To cite this version: Isabel Colón de Carvajal. Choix méthodologiques pour une analyse de conversation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 01/09/2014 Isabelle Riera Diaz Il existait jusqu ici divers statuts permettant de protéger ou représenter

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE................... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS......................... 99 TITRE III - LE PRÉJUDICE...........................................

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Céline Bécourt To cite this version: Céline Bécourt. Étude rétrospective

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres Commentaire Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011 Mlle Fazia C. et autres (Effets sur la nationalité de la réforme de la filiation) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 26 juillet

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la

Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la néphronophtise et les ciliopathies associées, dans la morphogenèse épithéliale, la polarité cellulaire et la ciliogenèse Helori-Mael Gaudé

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES FFVoile Ligue Ile de France Formation Arbitres Régionaux Formalités avant course Autorisation Parentale AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES Le mineur est la personne de moins de dix-huit ans révolus

Plus en détail

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance?

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Madeleine Akrich, Maire Leane, Celia Roberts To cite this version: Madeleine Akrich, Maire Leane,

Plus en détail

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830)

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830) Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens de Rouen et de Seine-Inférieure (1815-1830) Camille Istin To cite this version: Camille Istin. Contribution à l

Plus en détail

Les principes de la responsabilité civile

Les principes de la responsabilité civile Les principes de la responsabilité civile S édition 2010 Patrice Jourdain agrégé des Facultés de droit professeur à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris I) Introduction ; Première partie Vue d'ensemble

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Julien Drai To cite this version: Julien Drai. Traitement de l

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-288 QPC du 17 janvier 2013. Consorts M. (Qualité pour agir en nullité d un acte pour insanité d esprit)

Commentaire. Décision n 2012-288 QPC du 17 janvier 2013. Consorts M. (Qualité pour agir en nullité d un acte pour insanité d esprit) Commentaire Décision n 2012-288 QPC du 17 janvier 2013 Consorts M. (Qualité pour agir en nullité d un acte pour insanité d esprit) La première chambre civile de la Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

Responsabilité des sous-traitants

Responsabilité des sous-traitants Responsabilité des sous-traitants Jean-Pierre Grossmann SSE Zurich GV 2013 2. Politische Geschäfte 2 Responsabilité des sous-traitants (art. 5 Ldét) Sous-traitants 3 Situation actuelle La SSE s est opposée

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-167 QPC du 23 septembre 2011 M. Djamel B. (Accident du travail sur une voie non ouverte à la circulation publique)

Commentaire. Décision n 2011-167 QPC du 23 septembre 2011 M. Djamel B. (Accident du travail sur une voie non ouverte à la circulation publique) Commentaire Décision n 2011-167 QPC du 23 septembre 2011 M. Djamel B. (Accident du travail sur une voie non ouverte à la circulation publique) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 juin 2011 par

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Table des matières. La responsabilité civile du fait des mineurs d âge 11 Chronique de jurisprudence (2010-2015)

Table des matières. La responsabilité civile du fait des mineurs d âge 11 Chronique de jurisprudence (2010-2015) Table des matières Préface 7 Marie-Eve Materne La responsabilité civile du fait des mineurs d âge 11 Chronique de jurisprudence (2010-2015) Valéry De Wulf Introduction 11 Chapitre 1. La responsabilité

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013 Délai référendaire: 10 octobre 2013 Code civil suisse (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 16 novembre

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c.

Cour de cassation - chambre civile 3. Audience publique du 28 mars 2012. Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c. Cour de cassation - chambre civile 3 Audience publique du 28 mars 2012 Mme X..., veuve Y... et Mme Y..., épouse Z... (Mmes Y...- Z...) c./ Société civile immobilière Domaine de Champigny Décision attaquée

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263 Scanner double énergie et réduction de la dose d iode lors de l exploration des axes aorto-ilio-femoraux avant remplacement valvulaire aortique par voie percutanée Benjamin Dubourg To cite this version:

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 septembre 2011. PROPOSITION DE LOI tendant à créer une École nationale

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS

MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS JUSTICE DES MINEURS ORIENTATIONS EN TERME DE PROTECTION ET DE REPRESSION 1998-2008 LE CAS DU JAPON Etude à jour le 1 er

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction

DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette. Introduction DROIT DES OBLIGATIONS (Saint-Pétersbourg, 9 avril-17 avril 2014) Cours de Mme Suzanne Lequette Introduction 1) Notion d obligation 2) Typologie des obligations - La distinction des obligations selon leurs

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail