Premier assureur de responsabilité civile médicale en France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Premier assureur de responsabilité civile médicale en France"

Transcription

1 Premier assureur de responsabilité civile médicale en France Dossier de presse Février 2012 CONTACTS PRESSE Kaélia Nathalie Cayuela : / Pauline Garin : /

2 SOMMAIRE Sham en un clin d œil p. 03 Sham face aux enjeux d un environnement complexe p Un système de santé en plein bouleversement 2. L évolution des établissements de santé 3. L essor du secteur médico-social 4. Du patient au consommateur de soins 5. La spécificité de l assurance Responsabilité Civile Médicale 6. Les contraintes de la réglementation Solvabilité 2 Sham, partenaire des acteurs de la santé et du médico-social p Partenaire dans le management des risques 2. Au service des acteurs de la santé, du social et du médico-social 3. Sens et pérennité de l engagement mutualiste 4. L expertise d un spécialiste 5. L enjeu majeur de la prévention 6. Organisation et ressources humaines 7. Gouvernance 8. Sham, capital investisseur 9. Sham, entreprise engagée Annexes p. 29 Les membres du Conseil d Administration de Sham Dominique Godet, Directeur Général de Sham Jean-Luc Chassaniol, Président de Sham Les grandes étapes de la vie de Sham

3 EN UN CLIN D OEIL

4 Créée en 1927, Sham est une société d assurance mutuelle, régie par le Code des Assurances, spécialisée dans l assurance des risques de l ensemble des acteurs de la santé, du social et du médico-social : établissements, organisations et professionnels. Sham s engage à sécuriser l activité de ses clients sociétaires en leur proposant l ensemble des solutions - identification, évaluation, prévention, couverture, gestion et indemnisation - nécessaires au pilotage pérenne et optimal de leurs risques. Deux domaines de compétences : L assurance des responsabilités, des biens et des personnes, pour les risques professionnels et privés : Responsabilité Civile Médicale et Générale, Multirisques, Construction, Automobile, Pertes financières, Santé, Prévoyance, Épargne-Retraite*, Protection Juridique. Le conseil et les services en management des risques : Prévention, Formation, Assistance juridique, Assistance communication de crise. Faits et chiffres clés Répartition du chiffre d affaires 2010 Plus de 80 ans d expérience 270 collaborateurs sociétaires (3 966 personnes morales et personnes physiques) 1er assureur de responsabilité civile médicale en France (50 % de parts de marché) Sham assure plus de 60 % des lits MCO en France (80 % des établissements publics / 27% des établissements privés) Sham assure 2 accouchements sur 3 en France Sham assure 50 % des maisons de retraite publiques 290,2 M de CA en 2010 (+ 5,5 % par rapport à 2009) Résultat excédentaire 2010 : 13,2 M Capitaux propres : 171,3 M Charge totale des sinistres 2010 : 251,6 M Provisions techniques : 1 568,7 M Placements : 1 400,5 M Taux de frais généraux / CA : 14,7 % Marge de solvabilité : 317 % FACE AUX ENJEUX D UN ENVIRONNEMENT COMPLEXE * Via des partenariats.

5 FACE AUX ENJEUX D UN ENVIRONNEMENT COMPLEXE

6 1. Un système de santé en plein bouleversement À l instar de tous les pays développés, la France enregistre depuis plusieurs décennies une progression permanente de ses dépenses de soins et de biens médicaux, qui atteignent aujourd hui 11 % du PIB, soit plus de 175 milliards d euros et, en moyenne pour chaque Français, par an (source : IRDES). Répartition des dépenses de santé en 2008 (Source IRDES) Cette évolution a permis une augmentation tout à fait notable de l espérance de vie dans notre pays : près de 15 ans gagnés depuis Les explications de cette hausse constante sont plurifactorielles : richesse, évolutions démographiques et épidémiologiques, progrès technique, pratiques des professionnels de santé, avec une difficulté à hiérarchiser précisément ces facteurs entre eux. Le progrès technique a d ailleurs des impacts assez contrastés sur les dépenses de santé. C est un facteur clé de leur augmentation en raison du coût des innovations. Mais il contribue aussi à générer des économies à plus long terme grâce notamment aux techniques de prévention et de dépistage. Que ce soit, donc, sous l angle du volume global des dépenses de santé, ou encore sous celui du nombre d emplois relatifs à la production de soins en France (près d un million), l environnement de la santé constitue à l évidence un secteur clé de l économie française. Avec un taux de progression de ces dépenses compris entre 3 % et 4 % par an ces dernières années en France, leur croissance s affiche de façon récurrente comme plus rapide que celle du PIB, conduisant de fait à une équation de plus en plus complexe en matière de financement de notre système de santé. L assurance maladie contribue pour 77 % à la couverture de ces dépenses mais enregistre année après année d importants déficits, plus de 11 milliards d euros en 2009 et en 2010 (estimation), deux années certes pénalisées par la baisse des ressources liées à la crise. Cette problématique de financement engage l ensemble des acteurs de la santé et du médico-social dans une dynamique d optimisation des dépenses et les décideurs publics dans une recherche urgente de nouvelles sources de financement. Des évolutions qui bouleversent largement organisations et pratiques - pratiques médicales, de management, d achat - afin de sortir d un inévitable effet de ciseau entre des dépenses et des besoins d investissements qui augmentent, et des ressources qui n augmentent pas aussi rapidement et sont en outre fragilisées en période de crise.

7 2. L évolution des établissements de santé Dans ce contexte, l hôpital, qui, avec 75 milliards d euros, représente près de la moitié des dépenses d assurance maladie, est impliqué au premier chef dans l évolution globale du système de production de soins. Depuis 2002, trois plans principaux ont ainsi rythmé l évolution hospitalière, avec successivement le plan Hôpital 2007 puis le plan Hôpital 2012 et enfin la loi dite HPST («Hôpital, Patients, Santé, Territoire»). Parmi les principales mesures mises en oeuvre, la nouvelle gouvernance hospitalière sous l œil des ARS et la tarification à l activité - la T2A - constituent des pivots. En matière de gouvernance, l évolution essentielle concerne la mise en place des pôles d activité : les services hospitaliers, qui sont déjà un regroupement d unités médicales, vont à leur tour se réunir au sein de pôles. Cette nouvelle organisation de l hôpital répond avant tout à une logique économique, visant à mutualiser les ressources afin d optimiser les dépenses. De son côté, la T2A vise à médicaliser le financement tout en équilibrant l allocation des ressources et en responsabilisant les acteurs de santé. Dans une logique très éloignée de celle du budget global qui régissait le fonctionnement de l hôpital public depuis 1983, ce sont désormais les recettes issues des activités hospitalières qui déterminent les dépenses et non l inverse. L objectif affiché de ces réformes est de ramener les hôpitaux publics à l équilibre budgétaire à l horizon 2012, les réductions significatives des déficits observées depuis 2008 laissant penser que les choses sont aujourd hui sur une bonne voie. 6 7 Dans cet effort de rationalisation des dépenses, tous les fournisseurs sont concernés et la question de l assurance des risques comme du coût des primes d assurance ne fait pas exception. Les établissements examinent aujourd hui ces postes dans une optique de recherche permanente du meilleur coût, avec un recours de plus en plus systématique aux procédures d appels d offres.

8 3. L essor du secteur médico-social Autre phénomène structurel, le développement d un secteur social et médico-social, souvent situé à la périphérie de l univers hospitalier. Avec près de établissements ou services sociaux et médico-sociaux au sens du Code de l Action Sociale et des Familles (CASF), c est-à-dire des établissements autorisés et tarifés, ce secteur représente aujourd hui plus de 1,5 million de places. Ces établissements forment un secteur hétérogène, au carrefour de logiques et réglementations sanitaires, fortement encadrées et faisant intervenir des professions réglementées, et de l univers de l action sociale où les règles et méthodes de fonctionnement sont plus récentes et les professions concernées issues de la santé ou non. Leur financement est assuré par l État, les départements, la Sécurité sociale ou les personnes accueillies. Les champs d implication des établissements sociaux et médico-sociaux sont nombreux et très cloisonnés, au service de populations bien définies selon chaque structure : aide sociale à l enfance, petite enfance handicapée, enfance handicapée et inadaptée, handicap mental ou physique des adultes, personnes âgées dépendantes, traitement des addictions, hébergement et réinsertion sociale En fonction des cas, les prestations proposées peuvent aller de soins de santé intensifs aux apports éducatifs, en passant par la protection sociale, l assistance technique, l aide psychologique, l aide à la décision et la gestion de la vie quotidienne, ou encore l aide à l insertion sociale. Le développement de ce secteur est tout particulièrement lié au vieillissement de la population et au recours de plus en plus fréquent au maintien à domicile. La France compte ainsi aujourd hui près de 1,1 million de personnes de plus de 85 ans, ce chiffre devrait passer à 2 millions dans 10 ans et 4 millions dans 30 ans dont 1,5 million pourraient être dépendantes et nécessiter une assistance ou un hébergement spécialisé. Compte tenu de sa diversité et de ses enjeux très spécifiques populations dépendantes, stress au travail pour les personnels, attentes des familles, contexte émotionnel des relations, le secteur médico-social exige une approche totalement dédiée de spécialistes en matière de management des risques.

9 4. Du patient au consommateur de soins Pour les établissements, le comportement des patients a largement évolué dans le sens d une exigence toujours plus grande de transparence et d efficience. Les progrès remarquables de la médecine depuis plusieurs décennies et la guérison de maladies autrefois mortelles avaient entraîné la prééminence du concept de la maladie sur celui du malade. Les besoins psychiques, comportementaux et socioculturels de l individu ont été, à tort, considérés comme secondaires. Depuis quelques années, un revirement s est opéré, avec une meilleure prise en considération du statut et des droits du malade. Parallèlement, les progrès de la médecine ont entraîné, de la part du public, une revendication sécuritaire de l acte médical, d autant plus forte que des drames sanitaires récents ont provoqué une crise de confiance globale vis-à-vis de la médecine et des médecins. En médecine comme ailleurs, la judiciarisation des relations avec les usagers va croissant, favorisée par la possibilité d indemnisation, non plus fondée seulement sur la faute, mais parfois sur le risque. 8 9 La prise en compte de la difficulté de l acte médical a disparu avec la banalisation de celui-ci par les médias, dans le cadre d une aversion au risque qui caractérise aujourd hui l ensemble de la société. En cela, de plus en plus informé, au fait des évolutions techniques médicales, le patient s est progressivement mué en un véritable consommateur de soins. Dans l esprit du public, aléa médical et faute ne font désormais plus qu un. L obligation de moyens tend à devenir une obligation de sécuritérésultat avec une extension de la notion de responsabilité médicale.

10 FOCUS Panorama du risque médical des établissements de santé édition 2011 Pour la septième année consécutive, Sham publie son Panorama du risque médical des établissements de santé qui rassemble les données de la Responsabilité Civile Médicale (RCM) issues des établissements assurés par Sham. Avec cette initiative, Sham vise à sensibiliser les acteurs de la santé sur la nature et les évolutions des risques liés à leur activité, à les informer sur les causes des accidents médicaux et leur coût, et enfin à partager les constats issus des visites de risques menées par les experts Sham au sein des établissements. L année 2010 confirme la tendance inflationniste de l assurance de responsabilité médicale engagée depuis plusieurs années. Jamais les réclamations corporelles enregistrées par Sham sur un an n ont été aussi importantes, que ce soit en termes de fréquence ou de coût. Pour autant, dans plus de 9 dossiers sur 10, la position défendue par Sham (règlement amiable, absence de responsabilité de l assuré...) se trouve confirmée à l issue de la gestion du sinistre. Et la proportion entre les décisions retenant la responsabilité de nos sociétaires (45%) et celles les mettant hors de cause (55%) demeure stable. Chiffres clés du Panorama pour l année 2010 : Réclamations liées à des préjudices corporels et matériels : pour un coût de 202 M. Réclamations liées à des préjudices corporels : 5242 dont 90 % avec une cause médicale pour origine pour un coût de 199,6 M. Part issue de la saisine d une Commission Régionale de Conciliation et d Indemnisation : 38 %. Nombre de dossiers corporels et matériels clos : dont corporels. Nombre de décisions des juridictions administratives et judiciaires : 898 dont 404 condamnations (responsabilité des établissements retenue).

11 5. La spécificité de l assurance Responsabilité Civile Médicale Le secteur de l assurance de responsabilité médicale est régi par les spécificités du risque garanti : Le risque est très concentré sur quelques spécialités, notamment la chirurgie obstétrique. De fait, une très forte segmentation s effectue par le marché. Le rapport entre la prime pour un généraliste et celle pour un chirurgien peut ainsi aller de 1 à 100. Le risque est extrêmement volatil, quelques sinistres très graves pouvant rapidement bouleverser les équilibres techniques ; certains sinistres atteignent 7 M d indemnisation en France. Le risque est dit «long» car une réclamation peut intervenir plusieurs années après l acte médical et le règlement du dossier se dérouler sur plusieurs années, notamment si l indemnisation est viagère (ex : les sinistres d obstétrique). Le risque est de faible fréquence mais de forte intensité, nécessitant ainsi l immobilisation de capitaux propres importants Au début des années 2000, l assurance de responsabilité médicale a connu plusieurs crises de nature différente, liées à l aggravation de la jurisprudence et à la montée des réclamations, des débats autour de l indemnisation de l aléa thérapeutique. Cette situation a abouti à la mise en place d un nouveau cadre avec la loi du 4 mars 2002, à l inflation drastique du coût des sinistres et au désengagement de certains acteurs. Le marché a depuis retrouvé un équilibre, mais celui-ci reste précaire compte tenu de la volatilité et de la hausse permanente des coûts d indemnisation liée à l inflation des dépenses de santé et aux revendications croissantes des tiers payeurs. La fréquence des demandes d indemnisation augmente aujourd hui de 5 % par an environ, alors que l inflation des indemnisations a atteint 34 % sur les 5 dernières années.

12 Chiffres clés sur le marché de la Responsabilité Civile Médicale (RCM) En 2009, le marché de l assurance de responsabilité civile médicale en France s élève à 478 M. Les primes se répartissent à raison de 60 % pour les établissements de santé et 40 % pour les professionnels de santé. La RCM représente 15 % de la responsabilité civile dans son ensemble (cette dernière totalisant à peine 5 % de l assurance non-vie en France). Deux types d acteurs coexistent sur le segment de la RCM : des mutuelles spécialisées pour qui elle constitue l activité de base, telle Sham, et des assureurs généralistes pour lesquels la RCM représente une activité marginale. On recense en France près de réclamations suite à des actes médicaux (pour 500 millions d actes et 25 millions d hospitalisations), dont un quart à un tiers donnent lieu à une indemnisation.

13 FOCUS - Sham et la réforme de la Responsabilité Civile des professionnels de santé Dans la foulée des rapports de Gilles Johanet de juillet 2010 et janvier 2011, les pouvoirs publics s étaient engagés à mettre en place un dispositif permettant de répondre aux inquiétudes des professionnels de santé, en ce qui concerne le risque d un recours de l ONIAM à leur encontre, en cas d insuffisance des montants de leur garantie d assurance responsabilité civile professionnelle ou en cas de réclamation postérieure à l expiration de celle-ci. Le vote en juillet dernier, de la proposition de loi Fourcade avait conduit à l élaboration d un dispositif de mutualisation du risque. Il répondait à l inquiétude des professionnels sur le risque d épuisement des montants de garanties d assurance sans remettre en question l offre apportée par les assureurs. Car ce fonds de garantie, géré par la Caisse Centrale de Réassurance (CCR), prenait le relais des assureurs uniquement en cas de sinistre dépassant 8 millions d euros Mais dans sa décision du 4 août 2011, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs dispositions de la loi Fourcade, et notamment le dispositif de mutualisation des risques pour des raisons de forme (cavalier législatif). Prenant acte de la décision du Conseil Constitutionnel, le gouvernement avait aussitôt indiqué que les dispositions annulées seraient à nouveau soumises au Parlement à l occasion de l examen des textes financiers de l automne 2011 pour une application au 1er janvier C est chose faite avec l article 60 du projet de loi de finances pour 2012 qui reprend le principe d un fonds de garantie, géré par la CCR, et alimenté par une contribution forfaitaire des professionnels de santé libéraux (comprise entre 15 et 25 ), pour couvrir leur responsabilité civile en cas d épuisement des montants de garantie d assurance obligatoires, ainsi qu en cas d expiration de la garantie subséquente de 10 ans. Sham se félicite de l émergence de ce dispositif et tient à préciser qu elle avait devancé l action des pouvoirs publics. En effet, la mutuelle avait entendu les doléances des professionnels de santé et apporté sa réponse en relevant dès le 1er janvier 2011 les plafonds de garantie de ses contrats à 8 millions d euros par sinistre et à 16 millions par année d assurance afin de couvrir les sinistres les plus lourds connus à ce jour, et en proposant la prolongation de leur garantie subséquente.

14 6. Les contraintes de la réglementation Solvabilité 2 Solvabilité 2 demeure un projet significatif pour chaque entreprise d assurances. La phase de calibration préliminaire des modèles de calculs est maintenant achevée, avec l analyse des résultats de QIS 5 par l EIOPA. Les prochaines étapes, structurantes pour Sham, porteront à la fois sur les éléments définitifs de calcul de solvabilité mais également sur la gestion des risques, la gouvernance et la communication des informations au superviseur, comme au public. Un nombre important de précisions reste à venir de la part du régulateur, par le biais de l EIOPA (European Insurance and Occupational Pensions Authority). Ces précisions pourront intervenir soit avant l entrée en vigueur de Solvabilité 2, le 1er janvier 2013, soit après par le biais de mesures de transition. Les principaux enjeux à ce jour peuvent être résumés ainsi : Pilier 1 : le ratio de solvabilité Les règles détaillées relatives au calcul du ratio de solvabilité ne seront pas finalisées avant décembre Au 31 décembre 2009, avec les règles fixées par le QIS5, Sham affichait un ratio de solvabilité de 146 %. Cependant, les calculs du QIS5 ont fait ressortir un certain nombre d insuffisances dans les données de calcul de ce ratio. Les Autorités travaillent donc à nouveau sur les méthodes de calcul et sur leur calibrage, notamment pour les risques longs. La modification de ces règles pourrait faire évoluer de façon importante ce ratio, à la hausse comme à la baisse. Il convient également de noter que, compte tenu des modèles actuels, ce ratio de solvabilité est très volatil en raison de sa dépendance aux conditions des marchés financiers et notamment du niveau des taux. PARTENAIRE DES ACTEURS DE LA SANTÉ ET DU MÉDICO-SOCIAL Pilier 2 : la gestion des risques, l ORSA (système de gestion des risques et de la solvabilité) et la gouvernance Sham a déjà mis en place un système de Contrôle Interne et enrichit cette année ce dispositif avec la mise en place de l Audit Interne et ce, afin de répondre notamment aux exigences de Solvabilité 2. La Directive prévoit par ailleurs la formalisation des risques auxquels est soumise l entreprise ainsi que des niveaux de risques. Ce chantier est en cours. Cette formalisation sera la première étape de la mise en place de l ORSA. Pilier 3 : la communication aux Autorités de contrôle et au Public À ce stade, le contenu des rapports à destination du public et du superviseur ne sont qu à l état de projet. Le nombre d informations requises est très important. Sham poursuivra son travail de veille sur ces sujets au cours de l exercice La Directive Solvabilité 2 votée en 2009 s enrichit de la Directive Omnibus 2 qui apporte des compléments, notamment sur les mesures de transition.

15 PARTENAIRE DES ACTEURS DE LA SANTÉ ET DU MÉDICO-SOCIAL

16 1. Partenaire dans le management des risques «Notre environnement est en pleine mutation, toutes les lignes bougent», souligne Dominique Godet, Directeur Général de Sham. Soumise à des règles financières toujours plus contraignantes, dans un contexte de crise qui requiert une gestion des fonds toujours plus fine, aux côtés d établissements hospitaliers eux-mêmes contraints de s adapter à de nouvelles règles d organisation et de gestion, face à des patients toujours plus exigeants et intolérants au risque Sham tire sa force de sa connaissance pointue du marché et de la gestion des risques de son expérience donc et de sa particularité son statut de société d assurance mutuelle : «Nous n avons pas d objectif de rentabilité autre que celui de conforter notre niveau de solvabilité», rappelle Dominique Godet. Créée pour proposer des solutions d assurance inédites à des professionnels de santé qui en étaient démunis, au fil du temps, Sham a évolué pour proposer aujourd hui aux acteurs de la santé et du médico-social de sécuriser leur activité. C est-à-dire leur proposer l ensemble des solutions identification, évaluation, prévention, couverture, gestion et indemnisation nécessaires au pilotage pérenne et optimal de l ensemble de leurs risques. Partenaire dans la durée, partenaire dans la difficulté le cas échéant, Sham incarne ainsi pleinement au quotidien sa dimension mutualiste, empreinte de responsabilité et de solidarité, en se positionnant comme un véritable partenaire de performance pour ses clients dans le management de leurs risques. PARTENAIRE DES ACTEURS DE LA SANTÉ ET DU MÉDICO-SOCIAL

17 2. Au service des acteurs de la santé, du social et du médico-social L utilité de Sham, créée en 1927 par des directeurs d hôpitaux pour les hospitaliers, n a jamais été démentie. Sham continue d affirmer son rôle de partenaire global auprès des établissements, organisations et professionnels du secteur. Trois catégories d acteurs sociétaires : Des établissements de santé publics, privés à but non lucratif (ESPIC) et commerciaux. Des établissements médico-sociaux : établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), maisons de retraite, foyers de logement, établissements d éducation spécialisée, foyers d hébergement d enfants ou d adultes handicapés, établissements de réinsertion professionnelle, établissements et services d aide par le travail (ESAT), structures de maintien à domicile. Des professionnels de santé : libéraux exerçant en établissement de santé, praticiens hospitaliers, salariés, personnel infirmier Sens et pérennité de l engagement mutualiste Depuis sa création, Sham reste fidèle à son pacte fondateur : pallier les insuffisances du système assurantiel au bénéfice de ses sociétaires. De cet objectif elle a su faire une différence en construisant progressivement une offre élargie qui couvre à la fois l assurance et le pilotage du risque. Une expertise qui lui permet aujourd hui de perpétuer son engagement mutualiste en intégrant les PARTENAIRE DES ACTEURS DE LA SANTÉ ET DU MÉDICO-SOCIAL nombreuses évolutions du secteur et de ses acteurs : garantir à ses sociétaires le meilleur service au plus juste prix dans la durée. Fière de ce statut, Sham prône une mise en pratique moderne des valeurs mutualistes. Solidarité, compréhension et indépendance encadrent l activité du personnel. Les équipes sont présentes aux côtés de leurs clients à toutes les étapes de la gestion de leurs risques, elles s investissent auprès de leurs interlocuteurs dans le cadre d une relation de confiance conjuguant proximité au quotidien et fidélité dans le temps.

18 4. L expertise d un spécialiste Avec plus de 80 années d existence, Sham a progressivement développé une analyse et une connaissance sans égales des problématiques des acteurs de la santé et du médico-social. Sham construit aujourd hui son offre autour de deux métiers dont la complémentarité permet un accompagnement optimal des problématiques du risque en santé et médico-social : d une part, l assurance des risques professionnels et vie privée (biens et personnes), d autre part, le conseil et les services en management des risques. Sur ces deux domaines de compétences, Sham a développé un large panel de solutions, lui permettant de se positionner aujourd hui comme un expert de l environnement de la santé et du médico-social, avec une offre globale. Assurance des biens et des personnes en matière de risques professionnels et privés : La responsabilité civile médicale : couverture de la responsabilité des professionnels ou des établissements à l égard des tiers dans leurs activités de prévention, de diagnostic, de soins et pour l ensemble de leurs risques d exploitation. La protection juridique : prise en charge de la défense pénale de l établissement, de la protection des collaborateurs dans l exercice de leurs fonctions, de la défense des intérêts de l assuré, des frais d assistance et de représentation dans le cadre d une procédure amiable ou judiciaire et de la protection des intérêts de l établissement en cas de litige. Les dommages aux biens : couverture des biens, y compris le matériel spécifique, contre tous les dommages, avec les garanties multirisques, bris de machine et risques informatiques. PARTENAIRE DES ACTEURS DE LA SANTÉ ET DU MÉDICO-SOCIAL Les pertes financières : couverture des pertes financières consécutives à un dommage aux biens assurés. Les assurances de personnes : couvre les risques du personnel et la prévoyance collective (accident de travail, maladie, maternité, décès, frais médicaux, hospitalisation ). Il existe également des produits spécifiques tel le contrat Protect Directeurs qui apporte une protection personnelle aux directeurs des structures hospitalières ou du secteur médico-social (responsabilité civile personnelle, protection juridique vie professionnelle, assistance psychologique et revenu de substitution). L assurance automobile : couverture de la flotte automobile (véhicules de service mais également prêt de véhicule, contrôle sécurité, etc. et garanties d assistance) et couverture auto-mission (utilisation des véhicules personnels des collaborateurs pour les besoins de l activité professionnelle). L assurance construction : couvre les dommages-ouvrages en cas de construction, aménagement, entretien, garantie décennale, dommages immatériels et aux existants et tous risques chantier lors de dégâts aux existants, responsabilité civile du maître d ouvrage. L épargne-retraite : ce produit est distribué par sa filiale Sham Services et via des partenariats.

19 Conseil et services en management des risques : La prévention : Sham et ses experts proposent une série de services personnalisés destinés à mieux anticiper et gérer les risques liés à l activité : élaborer un projet «Qualité et gestion des risques en interne», cartographier les risques, analyser les risques ciblés sur un domaine particulier. L assistance juridique : Sham est reconnue pour son expertise juridique et en fait bénéficier ses sociétaires : au-delà du traitement des dossiers, les juristes sont à la disposition des sociétaires pour répondre à toute question relative au droit des assurances, aux responsabilités de l établissement et des collaborateurs, à la protection juridique. La formation professionnelle : en lien avec la gestion et la prévention des risques, Sham propose plus de 60 thèmes de formation, en présentiel et e-learning, animés par des spécialistes de la santé et de l assurance. La communication de crise : lorsque survient une crise, médiatisée ou susceptible de l être, la maîtrise des réponses publiques est indispensable pour gérer et limiter les retombées qui peuvent se révéler néfastes pour l établissement et/ou les praticiens. Grâce à la cellule d assistance à la communication de crise de Sham joignable 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, les sociétaires peuvent disposer de conseils pour appréhender la gravité de la crise, acquérir les premiers réflexes de communication, apprendre à élaborer des messages circonstanciés ou s entraîner à la prise de parole devant les journalistes PARTENAIRE DES ACTEURS DE LA SANTÉ ET DU MÉDICO-SOCIAL

20 5. L enjeu majeur de la prévention Piloter le risque, c est aussi en limiter les sources. Dans l intérêt de ses sociétaires et surtout dans l intérêt des patients, Sham déploie toute son énergie pour accompagner ses clients dans la diminution voire la suppression de leur exposition au risque. Ses équipes développent et implémentent ainsi de nombreuses stratégies préventives afin que les acteurs de santé et du médicosocial exercent leur métier le plus sereinement possible. Dans cette perspective, Sham intervient très en amont et propose différents services et approches méthodologiques pour évaluer et maîtriser sur le long terme la charge des sinistres. Les visites de risques Depuis mars 2005, Sham réalise des visites de risques au sein des établissements pour leur proposer des mesures de prévention afin de faire face aux risques liés à leurs activités de soins. Ces visites d analyse de risques s appuient sur des référentiels spécifiques, construits à partir d une triple analyse : de la sinistralité globale des établissements sociétaires, de la sinistralité liée aux spécialités à risque et enfin, de la sinistralité de chaque établissement visité. Le Conseil Médical Sham Sham est mobilisée aux côtés des praticiens et des établissements sur le front de la prévention et de la gestion médico-légale. Avec son Conseil Médical, composé de médecins pluridisciplinaires et qui produit des recommandations à l intention des établissements et professionnels, Sham est particulièrement active en matière de recherche, afin de mieux comprendre l origine médicale des PARTENAIRE DES ACTEURS DE LA SANTÉ ET DU MÉDICO-SOCIAL dommages. Dans le domaine de l obstétrique par exemple, ces actions permettent de mieux identifier les dommages résultant de phénomènes anténataux et ceux imputables à une faute médicale lors de la naissance. Cf. Annexes - page 30 : les membres du Conseil Médical Sham. L offre conseil «Cartorisk» Sham accompagne les établissements dans l élaboration de la cartographie de leurs risques : identification et évaluation objective des risques, priorisation des actions à mener à l aide d une méthodologie et d outils d analyse. L offre Cartorisk permet d accompagner chaque établissement de façon personnalisée en s appuyant sur la réalité du terrain et l analyse des processus. Engager une telle démarche permet aux établissements de mieux maîtriser les risques de leurs activités et, grâce à cette prévention, de réduire ces risques et d améliorer la sécurité des patients.

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social

Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Le partenaire de la gestion des risques des acteurs du social et du médico-social Présentation de la société La société Sham Fondée en 1928 par des Directeurs d hôpitaux SHAM est une Société d Assurance

Plus en détail

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015

Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Communiqué de presse Le 6 octobre 2015 Panorama du risque en établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Édition 2015 Nouveaux enjeux, nouvelles technologies : une exposition aux risques renforcée

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA

OBJECTIFS & PÉRIMÈTRE DU PANORAMA SOMMAIRE 01. Objectifs et périmètre du Panorama 2015.. 02. Évolution et gestion des réclamations RC en établissements de santé 03. La sinistralité des professionnels de santé 04. Évolution et gestion des

Plus en détail

expertise complète pour vos projets

expertise complète pour vos projets Choisissez une expertise complète pour vos projets d entrepreneur > Une vision globale pour bien assurer >toute l entreprise et la vie privée. > ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCES DES BIENS Obligations

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham 1 ères Universités d Eté Internationales Francophones pour la Qualité et la Sécurité des soins 11 et 12 Septembre 2015, Rabat - Maroc

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

Responsabilité Civile Professionnelle Contrat Groupe

Responsabilité Civile Professionnelle Contrat Groupe ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES Responsabilité Civile Professionnelle Contrat Groupe DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENTS «Enfin un assureur qui répond présent à tous les instants!» Une souscription facile

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE. klesia.fr COMPLÉMENTAIRE SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE ACTION SOCIALE klesia.fr KLESIA Une expertise plurielle au service de la protection sociale Partenaire et conseil des entreprises, des salariés et des particuliers,

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Dossier de presse Février 2015 Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Coverlife, le courtier spécialisé en distribution d assurances pour particulier, crée

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Rhône-Alpes et évalue leur impact sur la performance des entreprises.

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM

Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM Dijon, le 6 mars 2014 Le groupe MGEN et Harmonie Mutuelle soutiennent le développement de la Mutualité Française Bourguignonne SSAM Le 6 mars 2014 à Dijon, Thierry Beaudet, président du groupe MGEN, et

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II JEUDI 20 MARS 2014 Les défis du Pilier 2 : Contrôle Interne et ORSA Manifestation organisée par en partenariat avec Le déblocage du processus européen

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes COMMUNIQUÉ DE PRESSE Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes Malakoff Médéric lance Ma Complémentaire Santé ACS, la première complémentaire santé individuelle conçue pour les bénéficiaires

Plus en détail

SHAM, assureur spécialiste des EHPA Mutuelle d Assurance Professionnelle, SHAM assure : Chiffre d affaires 2009 : 275,7 M

SHAM, assureur spécialiste des EHPA Mutuelle d Assurance Professionnelle, SHAM assure : Chiffre d affaires 2009 : 275,7 M CADRAS / SHAM SHAM, assureur spécialiste des EHPA Mutuelle d Assurance Professionnelle, SHAM assure : les établissements sanitaires et médico-sociaux, les professionnels de santé 250 collaborateurs Chiffre

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

UNE MUTUELLE Profondément humaine

UNE MUTUELLE Profondément humaine Shutterstock / Goodluz UNE MUTUELLE Profondément humaine Avril 2015 1 Notre histoire Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS Société de gestion de portefeuille, agrément Autorité des Marchés Financiers (AMF) N GP.14000026 en date du 22 juillet 2014, 15 Place Grangier, 21000 DIJON, 03 80 30 20 40, au capital de 349 400, RCS DIJON

Plus en détail

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau Droit FIDUCIAL SOFIRAL Chiffre FIDUCIAL Audit FIDUCIAL

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

L assurance d un partenaire expert

L assurance d un partenaire expert L assurance d un partenaire expert EDITO Les missions et raisons d'être de notre entreprise : l assurance du risque prévoyance individuel ou collectif et tous les risques liés aux personnes. La démarche

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Charte éthique de la société ES TEAM Voyages. Familles et amis passent avant le handicap

Charte éthique de la société ES TEAM Voyages. Familles et amis passent avant le handicap Charte éthique de la société ES TEAM Voyages Familles et amis passent avant le handicap Agence de voyages spécialiste de vos séjours adaptés avec accompagnement La présente charte est le reflet de notre

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

Le réseau du Groupe Primonial : des conseillers dédiés pour des solutions sur-mesure

Le réseau du Groupe Primonial : des conseillers dédiés pour des solutions sur-mesure Le réseau du Groupe Primonial : des conseillers dédiés pour des solutions sur-mesure ANDRÉ CAMO PRÉSIDENT DE GROUPE PRIMONIAL «NOTRE INDÉPENDANCE CAPITALISTIQUE GARANTIT NOTRE INDÉPENDANCE D ESPRIT. NOUS

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

Les assurances de chantiers Une large gamme de solutions pour vos opérations de construction.

Les assurances de chantiers Une large gamme de solutions pour vos opérations de construction. Les assurances de chantiers Une large gamme de solutions pour vos opérations de construction. Faire face aux dommages à l ouvrage, pendant et après sa construction Protéger l ouvrage pendant la réalisation

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS

POUR DIFFUSION AUX AGENTS MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC/BR/LL/FG/DEJ/SPEJ/N 12-15 Lila LALAM 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHARGE DE LA MUTUALISATION DES ACHATS

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE Contact Presse : Aurélie CARAYON / Amandine VERDASCA 2 DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL SOMMAIRE 1 Aficar simplifie l automobile d entreprise

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Premier assureur de responsabilité civile médicale en France

Premier assureur de responsabilité civile médicale en France Premier assureur de responsabilité civile médicale en France Dossier de presse Octobre 2014 CONTACT PRESSE EKNO Marie-Charlotte Chevalier P : 06 63 28 20 85 marie-charlotte.chevalier@ekno.fr SOMMAIRE Sham

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

www.galian.fr Professionnels de l immobilier

www.galian.fr Professionnels de l immobilier www.galian.fr Professionnels de l immobilier La référence des assurances Le partenaire de vos affaires NOS SOLUTIONS vos ENjEUX GALIAN LA RÉFÉRENCE GARANTIES FINANCIÈRES ET ASSURANCES, RÉPONDRE AUX ENjEUX

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Choisissez la filière de l excellence. Vers les métiers de l expertise comptable du conseil et de l audit

Choisissez la filière de l excellence. Vers les métiers de l expertise comptable du conseil et de l audit Choisissez la filière de l excellence Vers les métiers de l expertise comptable du conseil et de l audit L expertise comptable : un large éventail de possibilités La profession libérale L expertise comptable

Plus en détail

Les Conférences de Territoire

Les Conférences de Territoire Les Conférences de Territoire Conférences de Territoire de Bretagne Guide de présentation onférence erritoire Rennes - Redon Fougères - Vitré 2 Les différentes parties du guide Présentation du guide...4

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail