LES SANCTIONS DU POUVOIR DANS LES SOCIETES. Rapport luxembourgeois. Alex ENGEL Avocat au Barreau de Luxembourg

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES SANCTIONS DU POUVOIR DANS LES SOCIETES. Rapport luxembourgeois. Alex ENGEL Avocat au Barreau de Luxembourg"

Transcription

1 LES SANCTIONS DU POUVOIR DANS LES SOCIETES Rapport luxembourgeois Alex ENGEL Avocat au Barreau de Luxembourg Quelle est la notion de société dans votre droit? Y a-t-il une définition légale ou un concept défini par la jurisprudence? Au Luxembourg, le droit des sociétés commerciales ne contient pas de véritable définition de la notion de société. La principale loi, celle du 10 août 1915 concernant les sociétés commerciales, se contente d affirmer en son article 1 er alinéa 1 que «les sociétés commerciales sont celles qui ont pour objet des actes de commerce». Mais le Code civil, en son article 1832, fournit une définition : «Une société peut être constituée par deux ou plusieurs personnes qui conviennent de mettre en commun quelque chose en vue de partager le bénéfice qui pourra en résulter ou, dans les cas prévus par la loi, par acte de volonté d'une personne qui affecte des biens à l'exercice d'une activité déterminée.» Dans la mesure où l article 1873 du Code civil déclare applicables aux sociétés de commerce les dispositions du Code civil 1 (c est-à-dire les articles 1832 à 1872), la définition précitée est valable pour les sociétés commerciales. D ailleurs, la loi du 10 août 1915 concernant les sociétés commerciales renvoie à son tour au droit civil. 2 Les éléments caractéristiques du contrat de société sont dès lors au nombre de trois : - les associés (voire un seul associé) - les apports mis en commun (qu il s agisse d apports en espèces, en nature ou en industrie) - le but lucratif. 3 A remarquer que la notion de société n est pas tributaire de la personnalité juridique reconnue le cas échéant à l entité ainsi désignée. Pour preuve : la loi n accorde pas la personnalité juridique aux associations commerciales. 4 Or, de par la loi, ces associations sont considérées comme des sociétés commerciales (au sens large). 5 1 «Les dispositions du présent titre ne s'appliquent aux sociétés de commerce que dans les points qui n'ont rien de contraire aux lois et usages du commerce.» 2 Art. 1 er al. 2 de la loi du 10 août 1915 : «Elles [les sociétés commerciales] se règlent par les conventions des parties, par les lois et usages particuliers au commerce et par le droit civil.» 3 J.-P. Winandy, Manuel de droit des sociétés, Legitech, éd. 2008, p. 124 et suivants 4 Art. 2 de la loi du 10 août 1915 : «Les associations commerciales se subdivisent en associations commerciales momentanées et associations commerciales en participation. 1

2 Ceci étant dit, en droit luxembourgeois, la plupart des sociétés ont une personnalité juridique propre, distincte de celle de leurs associés. La loi du 10 août 1915 concernant les sociétés commerciales reconnaît la personnalité juridique à chacune des sociétés commerciales proprement dites. 6 De manière quelque peu surprenante, la même loi sur les sociétés commerciales accorde la personnalité juridique aux sociétés civiles 7, démontrant une fois de plus qu il existe une réelle complémentarité entre les dispositions du droit civil et celles du droit des sociétés. Distinguez-vous entre les concepts de société et d entreprise? A travers les diverses branches du droit, le terme d entreprise est régulièrement employé par le législateur luxembourgeois, mais sans qu il faille y voir la volonté d une réelle opposition avec le terme de société. Les acceptions des deux notions sont tout simplement trop différentes, de sorte que le principe même de leur distinction ne donne guère lieu à discussions devant les tribunaux. 1. Le Code du travail utilise le terme d entreprise à plusieurs endroits (ex. «responsabilité quant aux risques de l entreprise» 8, «transfert d entreprise» 9 ). De nombreuses dispositions du Code du travail se réfèrent encore au «chef d entreprise» pour désigner celui qui détient le plus haut degré d autorité au sein de l entreprise. De manière générale, le terme d entreprise vise ici l unité économique. Plus précisément, et par référence à la définition qu en fournit le législateur en matière de transfert d entreprise, l entreprise est entendue comme «une entité économique qui [a une] identité et qui constitue un ensemble organisé de moyens, notamment personnels et matériels, permettant [l exercice] d une activité économique essentielle ou accessoire» 10. A cet égard, plusieurs sociétés juridiquement distinctes peuvent former une seule et même entreprise. 2. Le Code de commerce, pour l application de son titre II relatif aux livres de commerce, regroupe expressément sous le terme d entreprise «les commerçants personnes physiques» d un côté, et «les sociétés commerciales, les groupements européens d'intérêt économique et les groupements d'intérêt économique» de l autre côté. 11 Elles ne constituent pas une individualité juridique distincte de celle des associés.» 5 Cf. art. 1 al. 3 de la loi du 10 août 1915 : «Elles [les sociétés commerciales] se divisent en sociétés commerciales proprement dites et en associations commerciales.» 6 Art. 2 al. 1 er 7 Art. 3 al. 1 er «Les sociétés dont l objet est civil et qui se placent sous le régime des art et suivants du Code civil, [ ], constituent pareillement une individualité juridique distincte de celle des associés, [ ].» 8 Art. L du Code du travail 9 Art. L et suivants du Code du travail 10 Art. L du Code du travail 11 Art. 8 du Code de commerce 2

3 Pareille définition prouve de nouveau que pour le législateur, la notion d entreprise, en ce qu elle englobe tous les acteurs de la vie commerciale, est beaucoup plus large que la notion de société. 3. En droit de la consommation, le terme d entreprise est utilisé en rapport avec les pratiques commerciales déloyales et vise alors le professionnel par opposition au consommateur. 12 Si le terme d entreprise est donc utilisé dans un sens qui varie quelque peu selon la branche du droit dans laquelle on se situe, le terme de société a, dans le langage juridique commun, une signification plus précise : il désigne une personne (morale) bien déterminée, qu elle soit ou non dotée de la personnalité juridique. A. La responsabilité civile Si votre droit prévoit une responsabilité civile de l entreprise, quel est son fondement et son régime général? Pour autant que la société ait la personnalité juridique, la jurisprudence luxembourgeoise a toujours admis la possibilité de rechercher sa responsabilité civile, indépendamment de la question de savoir si le dirigeant ou le préposé à travers lequel la société a commis la faute civile, puisse aussi voir sa responsabilité être engagée. 13 (En effet, dans la mesure où la société est une fiction de la loi, elle doit nécessairement accomplir ses actes fautifs et autres à travers une personne physique.) Ni la responsabilité délictuelle ni la responsabilité contractuelle de la société ne sont soumises à une législation spécifique. Par voie de conséquence, à défaut de relation contractuelle avec la victime, cette dernière devra rechercher la responsabilité de la société sur le fondement des articles 1382 et 1383 du Code civil (responsabilité du fait personnel), de l article 1384 alinéa 1 er du Code civil (responsabilité du fait des choses dont la société avait la garde au moment du fait dommageable) ou encore de l article 1384 alinéa 3 du Code civil (responsabilité des commettants du fait de leurs préposés). Le fait est considéré comme personnel à la société, s il fut commis par un organe de la société (ex. le gérant d une société à responsabilité limitée) et à condition qu il entre dans la sphère des attributions de l organe dirigeant. Les limitations statutaires aux pouvoirs des dirigeants sociaux n exonèrent pas la société ; il faut, et il suffit, que l acte critiqué entre dans le champ de compétence des organes sociaux tel que défini par la loi Art. L ) du Code de la consommation (cf. «pratiques commerciales des entreprises vis-à-vis des consommateurs») 13 G. Ravarani, La responsabilité civile des personnes privées et publiques, Pasicrisie luxembourgeoise, 2 e éd., p. 40, n A. Steichen, Précis de droit des sociétés, éd. Saint-Paul, 2006, n 111 3

4 Si le fait dommageable est le résultat d un acte fautif d un salarié de la société, la responsabilité s apprécie par rapport à l article 1384 alinéa 3 du Code civil. La responsabilité de la société peut également être contractuelle, auquel cas elle est soumise aux règles générales applicables aux contrats (cf. articles 1101 et suivants du Code civil), et, le cas échéant, aux dispositions légales spécifiques qui gouvernent tel ou tel type de convention (ex. contrat d entreprise, mandat). Quelles sont les principales différences que le droit de la responsabilité civile établit selon les diverses sortes de sociétés civiles et commerciales? Dans la relation société victime, il n y a pas de différence selon que l auteur du dommage est une société civile ou une société commerciale. Dans la relation associé victime, les associés d une société civile ne sont pas solidairement tenus des dettes sociales. 15 Il en résulte que les associés, à moins d une convention contraire, sont obligés envers les créanciers non pas solidairement, mais chacun pour une somme et part égales. Par ailleurs, les associés d une société civile sont chacun tenus pour une somme et part égales (c est-à-dire une part virile) envers le créancier avec lequel ils ont contracté, et cela même si la part de l'un d'eux dans la société fût moindre. 16 En matière de sociétés anonymes, quelles actions sont prévues dans votre droit pour la protection des intérêts de la société, des associés ou des tiers et des minorités sociales? 1. Il arrive que la société prenne des décisions qui sont contraires à son intérêt général et qui ne poursuivent pas d autre but que de favoriser les membres de la majorité au détriment d une minorité : pareille situation est alors constitutive d un d abus de majorité. Au sein de la société anonyme, ce genre de situation peut être le résultat d un vote d une majorité d actionnaires lors d une assemblée générale, ou d une décision prise par l organe de la société (en l espèce le conseil d administration). Bien qu il n existe pas de disposition légale en droit des sociétés qui prévoit une action en annulation de la décision litigeuse dans ce cas précis, la jurisprudence admet que les administrateurs ou actionnaires minoritaires puissent agir à ces fins sur base du droit commun de la responsabilité civile, l article 1382 du Code civil Quant aux tiers qui s apprêtent à passer des contrats avec la société, il a fallu les prémunir contre des irrégularités dans la nomination des personnes qui agissent comme organe de la société. 15 Art du Code civil 16 Art du Code civil 17 J.-P. Winandy, op. cit., p

5 Dans un premier temps, la théorie du mandat apparent a permis de tenir en échec les demandes en nullité de contrats passés entre le tiers et un prétendu administrateur qui n avait pas valablement reçu mandat par la société. Aujourd hui, la question est réglée par la loi : «L accomplissement des formalités de publicité relatives aux personnes qui, en qualité d organe, ont le pouvoir d engager les sociétés, rend toute irrégularité dans leur nomination inopposable aux tiers, à moins que la société ne prouve que ces tiers en avaient connaissance.» 18 Tant qu un changement au niveau du conseil d administration n a pas été publié au Memorial C qui, au Luxembourg, est le recueil officiel de législation la société ne pourra donc s en prévaloir dans ses rapports avec le tiers (sauf à la société de prouver que le tiers en avait déjà connaissance). Y-a-t-il un régime particulier pour les dirigeants de sociétés anonymes? Les administrateurs ont une double responsabilité, l une conforme au droit commun, l autre dérogatoire au droit commun. 1. Envers la société, ils sont responsables de l exécution du mandat qu ils ont reçu et des fautes commises dans leur gestion. La base légale est certes un texte spécial, à savoir l article 59 alinéa 1 er de la loi du 10 août Mais tel que cela résulte de l énoncé même de l article, il s agit d une responsabilité conforme au droit commun. L article visé ne constitue ainsi qu une application particulière de la responsabilité du mandataire telle qu elle est régie par les articles 1991 et suivants du Code civil. 19 Envers toute autre personne, la responsabilité du dirigeant est de nature délictuelle, et trouve son fondement dans les principes généraux de la responsabilité civile. A l égard des véritables tiers, la nature extracontractuelle de la responsabilité du dirigeant s impose comme une évidence. A l égard des cocontractants de la société, la solution s explique par le fait que ceux-ci sont des tiers par rapport au dirigeant qui n a servi que de personne physique susceptible de matérialiser la conclusion du contrat au nom de la société. 2. L alinéa 2 de l article 59 de la loi du 10 août 1915 instaure une responsabilité aggravée à charge des administrateurs, car il les déclare «solidairement responsables, soit envers la société, soit envers tous tiers, de tous dommagesintérêts résultant d infractions aux dispositions de la présente loi ou des statuts sociaux. Ils ne seront déchargés de cette responsabilité, quant aux infractions auxquelles ils n ont pas pris part, que si aucune faute ne leur est imputable et s ils ont dénoncé ces infractions à l assemblée générale la plus prochaine après qu ils en auront eu connaissance.» Art. 12 al. 2 de la loi du 10 août G. Ravarani, La responsabilité civile des personnes privées et publiques, Pasicrisie luxembourgeoise, 2 e éd., p. 455, n Art. 59 al. 2 de la loi du 10 août

6 Cette responsabilité déroge au droit commun en ce qu elle présume fautif tous les administrateurs de la société, sans qu il soit besoin d établir une faute individuelle dans le chef de chacun des dirigeants. Il suffit à la victime de rapporter la preuve : - d une violation de la loi du 10 août 1915 ou des statuts sociaux 21, - du préjudice subi, et - du lien causal entre les deux. Afin d échapper à une condamnation solidaire avec ses co-dirigeants, chaque administrateur devra ensuite démontrer son absence de participation à l infraction, et la dénonciation de celle-ci à la première assemble générale qui a suivi la constatation de l infraction. Quel est le régime de responsabilité de l entreprise pour le fait de ses préposés? S agit-il d un régime subjectif ou objectif et quelles en sont les grandes lignes (exonération, facteur d attribution, responsabilités subsidiaires ou solidaires, etc.). Chaque fois qu un salarié de la société a causé un dommage par un acte qui est rattachable à ses fonctions, la responsabilité du commettant en l occurrence la société est susceptible d être engagée vis-à-vis de la victime. Si la victime est un véritable tiers, la responsabilité de la société sera délictuelle. Il s agit alors d une responsabilité de plein droit à laquelle le commettant ne saurait échapper en prouvant qu il n a commis aucune faute ni en démontrant que le fait du préposé a constitué, dans son chef, une cause étrangère. Si la victime a subi le dommage dans le cadre de l exécution d un contrat entre ellemême et la société, la responsabilité sera forcément de nature contractuelle, auquel cas elle obéira aux règles ordinaires de la responsabilité des contrats. B. La responsabilité pénale Votre droit prévoit-il certains délits ou crimes relatifs à l activité de l entreprise? La loi du 10 août 1915 contient diverses infractions pénales propres au droit des sociétés. Pour ne citer que celles qui occupent le plus les tribunaux : 1. l abus de biens sociaux, tel que défini par l article : «Seront punis d un emprisonnement d un an à cinq ans et d une amende de 500 euros à euros ou d une de ces peines seulement, les dirigeants de sociétés, de droit ou de fait, qui de mauvaise foi, 21 P. ex. le fait pour un administrateur de signer seul des documents pour lesquels les statuts exigent la signature conjointe de deux administrateurs (v. Trib. Arr. Lux., 10 mars 2004, Bulletin d information sur la jurisprudence n 7/2005, p. 128) 6

7 auront fait des biens ou du crédit de la société un usage qu ils savaient contraire à l intérêt de celle-ci, à des fins personnelles ou pour favoriser une autre société ou entreprise dans laquelle ils étaient intéressés directement ou indirectement ; auront fait des pouvoirs qu ils possédaient ou des voix dont ils disposaient, en cette qualité, un usage qu ils savaient contraire aux intérêts de la société à des fins personnelles ou pour favoriser une autre société ou entreprise dans laquelle ils étaient intéressés directement ou indirectement.» L infraction se caractérise par un usage des biens ou du crédit de la société qui est contraire à l intérêt social et qui a pour but de favoriser la personne du dirigeant ou une autre entreprise ou société dans laquelle le dirigeant est intéressé directement ou indirectement l absence de publication de bilan endéans le délai légal, tel que visé à l article 163 : «Sont punis de la même peine : [ ] 2 les gérants ou les administrateurs qui n ont pas soumis à l assemblée générale dans les six mois de la clôture de l exercice les comptes annuels, les comptes consolidés, le rapport de gestion et l attestation de la personne chargée du contrôle ainsi que les gérants ou les administrateurs qui n ont pas fait publier ces documents [ ] ;» Cette infraction est sans doute celle qui guette le plus les dirigeants sociaux, car de nombreuses sociétés restent en défaut de publier leurs bilans annuels endéans le délai légal. En ce domaine, les condamnations des dirigeants sont relativement fréquentes, surtout parce que la jurisprudence affirme inlassablement qu il s agit d une infraction purement matérielle. 23 Observation : Par une loi du 3 mars 2010, le législateur luxembourgeois a introduit la responsabilité pénale des personnes morales 24, permettant désormais de sanctionner pénalement la société elle-même pour des comportements pour lesquels le chef d entreprise (ou son délégué) était jusqu à présent seul à subir une condamnation pénale. «Pour que la responsabilité pénale d une personne morale puisse être engagée, deux conditions cumulatives doivent être remplies. 22 Trib. Arr. Lux., 9 décembre 2010, Bulletin d information sur la jurisprudence n 8/2011, p Trib. Arr. Lux., 13 décembre 2004, Bulletin d information sur la jurisprudence n 5/2005, p Memorial A, 2010, p. 613 (Pour un premier commentaire de la loi, v. J.-L. Schiltz, Les personnes morales désormais pénalement responsables, in JT lux. n 11, p. 157.) 7

8 Le fait délictueux doit d abord avoir été commis par un organe, un représentant de la personne morale ou un dirigeant de fait de la personne morale. Il en résulte qu un crime ou délit peut uniquement être imputé à la personne morale, s il peut être caractérisé et prouvé en la personne de l auteur immédiat de l infraction, p.ex de l organe légal de la personne morale, d un organe opérationnel ou d un dirigeant de fait (cf. doc. parl. no 5718/00, commentaire des articles, p.14 ; no 5718/00, amendements gouvernementaux p. 3). L infraction doit ensuite avoir été commise «au nom de la personne morale et dans son intérêt», autrement dit, l infraction doit lui profiter. Peuvent ainsi être considérées comme réalisées «dans l intérêt» de la personne morale «toutes les infractions qui ont été sciemment commises par le(s) dirigeant(s) d une personne morale en vue d obtenir un gain ou un profit financier pour la personne morale ou encore en vue de réaliser des économies en sa faveur ou de lui éviter des pertes» (cf. doc. parl. no 5718/00 id p.14).» 25 C. La responsabilité administrative Un régime de responsabilité administrative s applique-t-il à l entreprise dans votre système juridique? Non. D. La responsabilité en droit du travail Comment est configurée la responsabilité de l entreprise et de ses organes sociaux en droit du travail? En principe, la responsabilité des organes sociaux (administrateurs, gérants) obéit aux règles de la responsabilité civile telle que décrite ci-dessus (v. sub A.). Les développements suivants concernent donc uniquement le salarié, c est-à-dire la personne liée par un contrat de travail à la société. [Ceci étant dit, il convient de remarquer qu un administrateur ou gérant peut, à côté de son contrat de direction, se trouver dans un lien de subordination à l égard de la société. Pour vérifier la réalité du lien de travail d un dirigeant, la jurisprudence luxembourgeoise applique le double critère dégagé par la doctrine et la jurisprudence française, «à savoir d une part, des fonctions et des rémunérations distinctes, et, d autre part, un lien de subordination, c.à.d. un contrôle continu, générateur de dépendance exercé par la société sur la personne qui se prétend salarié». 26 De manière générale, le cumul entre mandat social et contrat de travail n est pas facilement admis en jurisprudence. Ce constat s applique surtout aux sociétés de 25 Cour d appel, 12 décembre 2011, n 587/11 VI 26 Cour d appel, 3 mars 2011, Bulletin d information sur la jurisprudence n 2/2011, p. 20 8

9 petite taille où une seule personne est souvent dirigeant et associé en même temps, de sorte que le lien de subordination envers la société devient de plus en plus abstrait.] La responsabilité du préposé à l égard de la victime En principe, la responsabilité du commettant vis-à-vis de la victime (v. plus haut) n exclut pas celle du préposé. Bien que la jurisprudence luxembourgeoise ne soit pas définitivement fixée à ce sujet, elle semble ne pas vouloir suivre la jurisprudence Costedoat (issue d un arrêt de la Cour de cassation française du 25 février 2000). 27 Rappelons que cette jurisprudence accorde au préposé une immunité civile à l égard des tiers pour autant qu il agisse sans excéder les limites de sa mission. La responsabilité du préposé à l égard de son commettant D après les règles du droit du travail, une éventuelle action récursoire de l employeur à l encontre de son salarié n est envisageable que si ce dernier a causé le dommage par un acte volontaire ou par une négligence grave. 28 En d autres mots, le comportement dommageable du salarié doit revêtir une certaine gravité pour engager la responsabilité personnelle du salarié vis-à-vis de son employeur ; une faute simple n est pas suffisante. Le législateur justifie cette entorse au droit commun de la responsabilité civile par le fait que «l employeur supporte les risques engendrés par l activité de l entreprise». 29 E. La responsabilité en matière de procédures collectives Quel est le régime de responsabilité des dirigeants de la société en cas de procédures collectives? 1. En cas de faillite, la responsabilité pénale du dirigeant est susceptible d être engagée du chef de banqueroute simple, voire de banqueroute frauduleuse. Les différents cas de banqueroute simple sont énumérés par le Code de commerce 30, le plus classique étant l aveu tardif de la faillite. La banqueroute frauduleuse vise le détournement ou la dissimulation d une partie de l actif du failli, ou encore la soustraction des documents comptables. 27 Cour d appel, 24 février 2010, Pas. 35, p Cf. art. L du Code du Travail. 29 Ibid. 30 Art. 573 à 576 9

10 Le dirigeant reconnu coupable de banqueroute, simple ou frauduleuse, risque des peines d emprisonnement. 31 En pratique, bon nombre de dirigeants échappent cependant à une condamnation pénale, le Ministère Public ne semblant poursuivre que les excès les plus manifestes. 2. Conformément à l article du Code de commerce, les dirigeants qui ont contribué à la faillite par une faute grave et caractérisée peuvent être frappés d une interdiction professionnelle, les empêchant notamment d exercer une activité commerciale, une fonction d administrateur ou de gérant, ou toute fonction conférant le pouvoir d engager une société Le dirigeant d une société déclarée en état de faillite s expose en outre à deux actions dont les conséquences financières sont bien plus importantes qu une condamnation, souvent symbolique, par le juge pénal, ou qu une interdiction professionnelle, inefficace en pratique : a) la faillite personnelle du dirigeant D après l article 495 du Code de commerce, «en cas de faillite d'une société, peut être déclaré personnellement en faillite tout dirigeant de droit ou de fait, apparent ou occulte, rémunéré ou non, qu'il s'agisse d'une personne physique ou d'une personne morale, qui a: - sous le couvert de la société masquant ses agissements, fait des actes de commerce dans un intérêt personnel ou - disposé des biens sociaux comme des siens propres ou - poursuivi abusivement, dans son intérêt personnel, une exploitation déficitaire qui ne pouvait conduire qu'à la cessation des paiements de la personne morale. Le passif de la faillite du dirigeant comprend, outre le passif personnel, celui de la société. [ ]» b) l action en comblement de passif En vertu de l article du Code de commerce, «lorsque la faillite d'une société fait apparaître une insuffisance d'actif, le tribunal peut décider, à la requête du curateur, que les dettes doivent être supportées, en tout ou en partie, avec ou sans solidarité, par les dirigeants sociaux, de droit ou de fait apparents ou occultes, rémunérés ou non, à l'égard desquels sont établies des fautes graves et caractérisées ayant contribué à la faillite.» En pratique, ces actions ne sont que rarement exercées. D une part, elles sont réservées aux comportements graves ayant conduit à la faillite. 33 (La jurisprudence 31 Art. 489 et 490 du Code pénal 32 Trib. Arr. Lux., 14 mai 2004, Bulletin d information sur la jurisprudence n 10/2004, p A titre d illustration, v. Cour d appel, 29 octobre 2008, Bulletin d information sur la jurisprudence n 1/2009, p. 7 : «En contractant de nouvelles dettes en 2004 nonobstant la mauvaise situation financière de la société et en attendant jusqu au 8 mars 2005 pour faire l aveu de cessation des paiements, les gérants X. et Y. ont de par 10

11 fait référence à des fautes impardonnables. 34 ) D autre part, l action en comblement de passif ne pourra être entamée que par le curateur. Or, la plupart des curateurs sont de jeunes avocats fraîchement assermentés qui manquent, par la force des choses, de l expérience requise pour engager une action d une telle importance. leurs agissements impardonnables sensiblement et inutilement augmenté le préjudice de la masse des créanciers. C est partant à bon droit que les juges de première instance ont condamné solidairement X. et Y. au paiement du montant de ,92, montant auquel sont évaluées les dettes qui sont venues s ajouter au passif à partir du 1 er janvier 2004 jusqu à la déclaration en faillite en mars 2005.» ; Trib. Arr. Lux., 13 juillet 2007, Bulletin d information sur la jurisprudence n 9/2007, p Trib. Arr. Lux., 19 décembre 2008, Bulletin d information sur la jurisprudence n 4/2009, p

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

La faillite personnelle : une sanction civile et professionnelle des dirigeants sociaux

La faillite personnelle : une sanction civile et professionnelle des dirigeants sociaux La faillite personnelle : une sanction civile et professionnelle des dirigeants sociaux Article juridique publié le 11/03/2011, vu 29036 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM 1) Définition et conditions de

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE.

GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE. GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE. Article juridique publié le 22/11/2013, vu 2393 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine Il faut entendre par gérant de fait la personne qui se comporterait

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT. Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion

Fiche conseil DIRIGEANT. Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion DIRIGEANT Comment vous prémunir contre une mise en cause de votre responsabilité? Evitez les fautes de gestion Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

La faillite et décharge de caution

La faillite et décharge de caution La faillite et décharge de caution 025 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb 1 RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX Florence Ivanier et Michael Taïeb Par Avocat Associé Avocat Associé Sommaire: lorsqu une société fait l objet d une

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21

Table des matières. Partie 1 Responsabilité civile... 19. Engagements pris au nom d une société en formation... 21 Table des matières Avant-propos... 7 Préface... 9 Liste des abréviations... 11 Introduction générale... 15 1. Sociétés concernées... 15 2. Dérogations au principe de la responsabilité limitée... 16 3.

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif

UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif DCG session 2009 UE2 Droit des sociétés Corrigé indicatif «SA ESSENTIALS» DOSSIER 1 1.1 Nombre des membres du directoire Questions Le nombre des membres du directoire est fixé par les statuts et ne peut

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE Le Pontet le 30 01 2014 1 Distinction entre la Responsabilité Civile et Pénale RESPONSABILITE PENALE C est l obligation légale pour

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Responsabilité des gérants vs responsabilité des associés au sein d une société à responsabilité limitée

Responsabilité des gérants vs responsabilité des associés au sein d une société à responsabilité limitée Responsabilité des gérants vs responsabilité des associés au sein d une société à responsabilité limitée 023 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

SCP Le Bret-Desaché, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Le Bret-Desaché, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mars 2012 N de pourvoi: 11-11332 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Le Bret-Desaché, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas,

Plus en détail

Association de fait ou ASBL? Quels avantages et quels inconvénients?

Association de fait ou ASBL? Quels avantages et quels inconvénients? Association de fait ou ASBL? Quels avantages et quels inconvénients? Dans les grandes lignes Association de fait Groupement de personnes réunies par une passion commune Elle n est régie pas aucune disposition

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE?

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE? QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE? FICHE CONSEIL Page : 1/8 Au moment de la constitution d une société, les futurs associés sont conduits fréquemment à s engager pour le compte

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

LE COMMISSARIAT AUX APPORTS

LE COMMISSARIAT AUX APPORTS LE COMMISSARIAT AUX APPORTS Institution juridique du commissariat aux apports Le commissariat aux apports est la mission en vertu de laquelle un professionnel s exprime sur la valeur attribuée à un apport

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. N 1 / 11. du 6.1.2011. Numéro 2807 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

FAQ n 10 : Curateurs et TVA

FAQ n 10 : Curateurs et TVA FAQ n 10 : Curateurs et TVA Cette FAQ n 10 vise à regrouper les règles spécifiques en matière de TVA qui concernent les curateurs de faillites telles qu elles ont été précisées dans la circulaire du 20

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Leçon 1. Le cautionnement

Leçon 1. Le cautionnement Objectifs : Connaître les différents types de cautionnement, le formalisme requis, les différentes obligations d information incombant au prêteur. Savoir la signification de la disproportion dans le cas

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

LES SANCTIONS DU POUVOIR DANS LES SOCIETES AU VENEZUELA

LES SANCTIONS DU POUVOIR DANS LES SOCIETES AU VENEZUELA LES SANCTIONS DU POUVOIR DANS LES SOCIETES AU VENEZUELA Carlos Eduardo Acedo Ancien professeur de responsabilité civile aux cours de spécialisation de la Faculté de droit de l Université Centrale du Venezuela,

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE. PROPOSITION DE LOI visant à encadrer la profession d agent sportif,

ASSEMBLÉE NATIONALE. PROPOSITION DE LOI visant à encadrer la profession d agent sportif, Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. TEXTE ADOPTÉ n 432 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789).

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). INTRODUCTION : 1 Rappel historique : publiques. Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). Libre formation

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE Véronique VINCENT Juin 2011 Dans un arrêt du 18 mai 2011 (Cass.soc., n 09-69.175), la Cour

Plus en détail

SOUS-TRAITANCE DANS LA CONSTRUCTION: DEPENDANCE OU PARTENARIAT? Marianne GOEBEL, Avocat à la Cour DURO & GOEBEL Avocats

SOUS-TRAITANCE DANS LA CONSTRUCTION: DEPENDANCE OU PARTENARIAT? Marianne GOEBEL, Avocat à la Cour DURO & GOEBEL Avocats SOUS-TRAITANCE DANS LA CONSTRUCTION: DEPENDANCE OU PARTENARIAT? Marianne GOEBEL, Avocat à la Cour DURO & GOEBEL Avocats ABRÉVIATIONS UTILISÉES CC EP MO PA ST LRAR RC RD Code civil Entrepreneur principal

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit:

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit: Le Code civil du Québec ne contient aucune section spécifique pour encadrer les conflits d intérêts des administrateurs d un conseil d administration dans l exercice de leurs obligations. Il est donc nécessaire

Plus en détail

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes

Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 2009 Le régime des responsabilités professionnelles des acteurs de la construction en quelques lignes 1. Fondement du régime des responsabilités a. Le régime général des responsabilités des acteurs de

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 21 juin 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence semestre

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur...

Table des matières. A. La «vente»... 10 B. Le bien de consommation... 12 C. Le vendeur professionnel... 14 D. Le consommateur... 1 Les droits de l acheteur confronté à un défaut de la chose vendue................ 7 Julie DEWEZ assistante à l U.C.L., collaboratrice notariale CHAPITRE 1 L obligation légale de délivrance d un bien

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DES SOCIETES

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DES SOCIETES RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DES SOCIETES 27/02/2015 Les dirigeants sont susceptibles d engager leur responsabilité, à de maintes reprises, dans le cadre de leurs activités. Cependant, nous nous

Plus en détail

Vu la loi n 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la Pêche ;

Vu la loi n 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la Pêche ; MODELE DE CONVENTION DEFINITIVE DE GESTION D UNE FORET COMMUNAUTAIRE (Extrait du manuel des procédures d attribution et de gestion des forêts communautaires 2009) REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX - TRAVAIL

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». TAUX D INTÉRÊT LÉGAL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. -Loi

Plus en détail

N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980. Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI

N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980. Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980 Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI tendant à modifier l'article 99 de la loi n 67-563 du 13 juillet 1967 sur le

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

Responsabilité des sous-traitants

Responsabilité des sous-traitants Responsabilité des sous-traitants Jean-Pierre Grossmann SSE Zurich GV 2013 2. Politische Geschäfte 2 Responsabilité des sous-traitants (art. 5 Ldét) Sous-traitants 3 Situation actuelle La SSE s est opposée

Plus en détail

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S )

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) Concordat du 18 octobre 1996 sur les entreprises de sécurité 1 ) I. Généralités

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Introduction Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Plan de la formation La responsabilité de l association La responsabilité

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS Sources : F. LEFEBVRE «associations» Code civil Code pénal Code du commerce Code du sport Livre des procédures fiscales AVERTISSEMENT : Les renseignements contenus dans cette fiche ne constituent qu une

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

agréé dans le cadre d une personne morale (Moniteur belge, 16 mars 2005) Chapitre II Inscription d une personne morale au tableau tenu par l Institut

agréé dans le cadre d une personne morale (Moniteur belge, 16 mars 2005) Chapitre II Inscription d une personne morale au tableau tenu par l Institut Arrêté royal du 15 février 2005 relatif à l exercice de la profession de comptable agréé et de comptable-fiscaliste agréé dans le cadre d une personne morale Source : Arrêté royal du 15 février 2005 relatif

Plus en détail

Responsabilité des administrateurs

Responsabilité des administrateurs Présentation pour Ideark, Martigny, 31.10.2008 Responsabilité des administrateurs 1. Notion d administrateur 2. Insolvabilité 3. Assurances sociales 4. Impôts 5. Défaut de diligence et de loyauté 6. Responsabilité

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme?

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme? Le gérant de la SPRL 71 25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? L article 141 C. soc. définit les sociétés qui ne sont pas tenues de nommer un commissaire. En pratique,

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 mars 2013. PROPOSITION DE LOI visant à mieux identifier les infractions

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

Le Club de Gestion. Nomination d un Commissaire aux Comptes. www.club-gestion.fr. Nomination d un Commissaire aux Comptes

Le Club de Gestion. Nomination d un Commissaire aux Comptes. www.club-gestion.fr. Nomination d un Commissaire aux Comptes I - Cas de nomination dans les différentes formes de société 1) Les sociétés par actions a) Les Sociétés Anonymes (SA) La nomination d un ou plusieurs CAC est obligatoire dans les SA. L art. L. 225-16

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/02/2015 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-23113 ECLI:FR:CCASS:2014:C101262 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE LOI N 2001 / 020 DU 18 DECEMBRE 2001 PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER L Assemblée Nationale a délibéré et adopté, Le Président de la République

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

Le droit d opposition à être sollicité

Le droit d opposition à être sollicité Le droit d opposition à être sollicité Comment en informer les personnes? Quand leur permettre de l exercer? Etienne Drouard Avocat à la Cour edrouard@morganlewis.com 01 53 30 43 00-06 07 83 33 81 Morgan,

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du vingt-cinq juin deux mille neuf. Numéro 33753du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail