L EVOLUTION DE LA RESPONSABILITE CIVILE DU FAIT DE CHOSES INANIMEES EN DROIT TUNISIEN OU L'ARTICLE 96 DU COC A LA CROISEE DES CHEMINS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L EVOLUTION DE LA RESPONSABILITE CIVILE DU FAIT DE CHOSES INANIMEES EN DROIT TUNISIEN OU L'ARTICLE 96 DU COC A LA CROISEE DES CHEMINS"

Transcription

1 L EVOLUTION DE LA RESPONSABILITE CIVILE DU FAIT DE CHOSES INANIMEES EN DROIT TUNISIEN OU L'ARTICLE 96 DU COC A LA CROISEE DES CHEMINS Habib DAHDOUH Professeur agrégé Directeur du département De droit privé Facultés de droit de Sousse Cette étude est intitulé «l article 96 du C.O.C. à la croisée des chemins», mais il serait plus judicieux de l intituler le chemin de croix de chaotique et son chemin semé d embûches. L observateur le plus bien veillant mais pessimiste aurait tendance à y perdre son «latin» ou plutôt son «arabe» tant les hésitations et les revirements sont importants et imprévisibles. En 1995, par exemple, les chambres réunies, dans des arrêts aujourd hui classiques, ont opté pour une responsabilité complètement de l année 1998 et au début de l année 1999, sont venus malmener cette position des chambres réunies en revenant à une conception subjective de la responsabilité du fait des choses. Mais comme il faut être un observateur optimiste nous voulons retenir qu une certaine évolution s est tout de même produite au cours de ces dernières années et c est de cette évolution dont il sera question ici. 131

2 INTRODUCTION La responsabilité du fait des choses est organisée par l article 96 du C.O.C. ; aux termes de cet article «chacun doit répondre du dommage causé par les choses qu il a sous sa garde lorsqu il est justifié que ces choses sont la cause directe du dommage, s il ne démontre : 1) qu il a fait tout ce qui était nécessaire afin d empêcher le dommage, 2) et que le dommage dépend, soit d un cas fortuit, soit d une force majeure, soit de la faute de celui qui en est la victime». Cette catégorie de responsabilité, à savoir la responsabilité du fait des choses, revêt aujourd hui une importance capitale dans un monde de plus en plus mécanisé. L homme utilise des machines, des appareils et des objets sophistiqués qu il a du mal à maîtriser convenablement ce qui est de nature à augmenter les dommages accidentels. Notre code des obligations et des contrats est largement inspiré des codes civils occidentaux l influence du droit français, allemand et suisse sur les rédacteurs du Code des obligations et des contrats est indéniable 265. Aussi les enseignements du droit comparé peuventils sans aucun doute élargir l horizon du juriste, car «similitudes et contrastes permettent de mieux caractériser les formes spécifiques d un droit national» 266. En France, l article 1384 alinéa 1 du code civil dispose «on est responsable non seulement du dommage que l on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causé par le fait des V. DAHDOUH (H) «L indemnisation des vicitmes d accidents d automobile : comparaison des droit français et tunisien». Thèse Paris I 1984 V égalt. CHAFFAI (M). «La demeure du débiteur dans l éxécution du contrat», Thèse Tunis 1984 LABASTIE- DAHDOUH (CH), «Les tendances récentes du droit de la responsabilité civile dans les pays du Maghreb», Thèse Paris-I-1994 ( 2 tomes ) ZINE ( M) «Théorie générales des obligations», tome 1 éd. ELWAFA Tunis 1993 V. DURANT, article précit. D.S. 1956, p

3 personnes dont on doit répondre, ou des choses que l on a sous sa garde». A l origine, l article 1384 al. 1 du code civil n avait, selon la doctrine française dominante de l époque, aucune valeur autonome. Cet article était censé annoncer les dispositions subséquentes relatives à la responsabilité du fait d autrui, à savoir, celle des parents, des commettants, des instituteurs et des artisans, et du fait des animaux 267. En d autres termes, le code civil de 1804 n avait prévu que deux cas spéciaux de responsabilité du fait des choses : la responsabilité du gardien d un animal et la responsabilité du propriétaire d un bâtiment, celle due au fait des choses était soumise aux règles du droit commun. Cet état du droit positif français s est trouvé brusquement modifié par un arrêt célèbre rendu par la cour de cassation en La chambre civile de la cour de cassation a admis, pour la première fois, dans cet arrêt, rendu à l occasion de l explosion d une chaudière, que l alinéa premier de l article 1384 du code civil renfermait un principe autonome de responsabilité du fait des choses. Le régime juridique de celle-ci déroge à celui de l article 1382 puisqu il autorise à condamner le gardien de la chose sans que sa faute soit établie sur la seule preuve du fait de la chose, c est à dire de l intervention de celle-ci dans la réalisation du préjudice. L arrêt de 1896 était la première affirmation explicite du fameux principe général de la responsabilité du fait des choses V. DAHDOUH Thèse précit. p. 48 et la bibliogr. Citée V. égalt. CARBONNIER ; «Les obligations» ; THEMIS 1993 Tome 4 N 255 et suiv. MALAURIE et AYNES, «Droit civil-les obligations», éd. Cujas 1994, p. 91 et suivants. Spéc. p. 92 et suiv MARTY et REYNAUD ; «Les obligations, les sources» 2 ème éd. N 495 et suiv. STARCk (B) ; «Les obligations 1- Responsabilité délictuelle» 4 ème éd. par ROLAND et BOYER, p. 221 et suivants éd. ITEC 1991-VINEZ (G) ; «traité de droit civil Les obligations La responsabilité : conditions» ; L.G.D.J. N 628 et suiv. TERRE, SIMLER et LEQUETTE, «Droit civil ; les obligations» ; 5 ème éd. Dalloz N 543 et suiv. Cass. Civ. 18 juin 1896 ; D , p. 433 concl. SARRUT ; note SALLEILLES ; S , p. 17, note ESMEIN. 133

4 Cette catégorie de responsabilité devait ensuite donner lieu à des applications de plus en plus nombreuses dans les domaines les plus variés, principalement dans celui des accidents de la circulation 269. Dans un premier temps, la cour de cassation française a admis que l article 1384 alinéa 1 renfermait une simple présomption de faute à la charge du gardien de la chose 270. Depuis, la cour suprême n a cessé de renforcer la présomption édictée par l article 1384 al. 1 en passant d une simple présomption de faute à une présomption de responsabilité 271 puis et comme l a souligné un éminent auteur 272, «l article 1384 alinéa 1 du code civil devint enfin une responsabilité édictée par la loi». Dès lors qu une chose a participé à la réalisation d un dommage, cela autorise à penser que son fait a été incorrect et que le mal est venu d elle» 273. La gloire qu a connu cet article depuis 1896 s infléchit quelque peu dans le cas de certaines responsabilités particulières instaurées par des lois spéciales notamment celle du 5 juillet 1985 instituant un régime de responsabilité spécial aux accidents de la circulation dans lesquels est impliqué un véhicule terrestre à 269 V. à ce sujet : COLLLIARD (C.A.) ; «La machine et le droit privé français contemporain» ; in le droit privé français au milieu du xx siècle-etudes offertes à G. RIPERT 1950 tome I p. 155 et suiv. JOSSERAND ; «Evolutions et actualités» ; éd. Sirey 1936, p. 30 et suiv.- MAZEAUD (H) «Les grands arrêts de la cour de cassation dans le domaine de la responsabilité du fait des choses» ; cours de droit civil approfondi ; PARIS éd. les cours de droit- PARIS-SARAVIA (J.M) «Le droit devant l accélération de l histoire» ; journaux des tribx. belge 1963, p. 669 et suiv V. civ. 31 juillet 1905 ; S p V. sur l ensemble de cette question ; MM MAZEAUD et CHABAS, «Leçons de droit civil. Les obligations ; théorie générale» ; 8 ème éd. par CHABAS (F) Monchrestien STARCH (B) «Obligations» op.cit., p. 221 et suiv. AUBRY et RAY «Droit civil français Tome VI-2- Responsabilité délictuelle» 8éme éd. par DEJEAN DE LABATIE Lib tech. 1989, p. 274 et suiv. V. AUBRY et RAU, op.cit., p. 275-V égalt. ANSELME (P) ; «La responsabilité civile délictuelle objective. Essai d une théorie générale de la responsabilité civile délictuelle» ; Thèse Montpellier 1991, p. 138 et suiv.. 134

5 moteur 274. En Tunisie, la responsabilité civile du fait des choses, instituée par l article 96 du Code des obligations et des contrats était jusqu à la fin des années 1970 et le début des années 1980 peu utilisée 275. Les plaideurs ainsi que leurs conseils préféraient, dans la majorité des cas, intenter l action en responsabilité civile non sur la base de la responsabilité du fait des choses, mais sur celle de la responsabilité du fait personnel. La coexistence d une action pénale et civile, pouvait souvent expliquer cette «méfiance» à l égard de l article 96 du code des obligations et des contrats. Les plaideurs, en cas de dommage accidentel causé par l intermédiaire d une chose, espéraient bénéficier des résultats de l action pénale pour obtenir plus facilement une réparation. Cet «opportunisme», en dépit de certains avantages, s avérait cependant parfois préjudiciable aux victimes, notamment, en présence d une décision pénale d acquittement. Par ailleurs, la jurisprudence dominante de l époque interprétait d une manière restrictive l article 96 Code des obligations et des contrats. Elle rattachait le fondement de cet article à celui de l article 83 du même code, la responsabilité découlant de l article 96 «est la même responsabilité délictuelle V. sur l ensemble de cette question : AUBRY et RAU, op.cit. p. 329 et suiv. CHABAS (F) ; «Le droit des accidents de la circulation après la réforme de 1985» 2 ème éd. LITEC 1988 ; du même auteur «Commentaire de la loi du 5 juillet 1985». in J.C.P I LARROUMET (CH) ; «L amalgame de la responsabilité civile et de l indemnisation automatique» ; D chr. P STARCK (B) ; «Obligations» op.cit. 4 ème éd. 1991, p. 324 et suiv. spécialt., p. 327-TUNC (A) ; «La loi française du 5 juillet 1985, p et suiv- VINEY (G) ; Réflexion après quelques mois d application des articles 1 er à 6 de la loi du 5 juillet 1985 modifiant le droit à indemnisation des victimes d accidents de la circulation». in. D chr. p. 209 ; du même auteur ; «L indemnisation des victimes d accidents de la circulation». L.G.D.J ; «La réparation du dommage corporel : essai de comparaison des droits anglais et français». éd. Economica 1985 WIEDERKEHR (G) ; «de la loi du 5 juillet 1985 et de son caractère autonome». in D chr. p V. DAHDOUH ; thèse précit. V. égalt. Dans le même sens CHARFI (M) ; «Comment est évalué le dommage moral» ; in R.J.L n 5 et 6 p. 50 et suiv. 135

6 résultant de l article 83 du Code des obligations et des contrats ; la seule différence entre les deux ordres de responsabilité concerne la charge de la preuve» 276. Le fondement de la responsabilité civile édictée par l article 96 n était donc pas différent de celui de la responsabilité du fait personnel prévue à l article 83 du Code des obligations et des contrats 277. Presque quinze ans se sont écoulés depuis ces constatations 278, aussi est-il temps d examiner de nouveau l état de la jurisprudence tunisienne en matière de responsabilité du fait des choses. L article 96 Code des obligations et des contrats, à l instar de l article 1384 alinéa 1 du code civil français ou de l article 88 du dahir marocain, occupe-il la place qui lui revient considérant le rôle que jouent «les choses» dans la société et l économie tunisienne d aujourd hui et leur intervention dans la presque totalité des préjudices involontairement causés? Nos juges, enfin à l écoute de la doctrine, ont-ils pris, conscience de cette importance et ont-ils donné à l article 96 la place qui lui revenait? Afin de répondre à ces interrogations, nous envisagerons d étudier dans un premier temps, l évolution enregistrée au niveau des conditions de mise en jeu de la responsabilité du fait des choses, avant d analyser dans un second temps l évolution quant au fondement de cette responsabilité. 276 V. Arrêt civ. N 7773 ; 29 avril 1971 ; Bull. civ ; p. 63- Arrêt civ. N 9846 du 4 juin 1973 ; Rev. Tun. Dr. 1975, p. 131 note BOURAOUI (S.) ; Bull. civ. 1973, p. 68 Arrêt civ. Du 27 mai 1976 ; Bull. civ II- p V. DAHDOUH (H), «Le fondement de la responsabilité civile en matière d accident de la circulation» in ouvrage collectif «L assurance en matière d accidents de la circulation», Pub. Centre d études juridiques et judiciaires du Ministère de la justice 1995, p. 99 et suiv. 278 V. DAHDOUH (H) thèse précit. ( à l époque les seuls arrêts publiés étaient datés de 1982). 136

7 1 ère PARTIE L EVOLUTION DES CONDITIONS DE MISE EN JEU DE LA RESPONSABILITE CIVILE DU FAIT DES CHOSES INSTITUEE PAR L ARTICLE 96 DU CODE DES OBLIGATIONS ET DES CONTRATS Cette évolution sera analysée à trois niveaux, au niveau de la notion de chose inanimée susceptible de faire jouer l article 96, au niveau du fait de la chose et enfin au niveau des personnes responsables du fait de la chose instrument du dommage. A - Notion de choses inanimées dans l article 96 du Code des obligations et des contrats L article 96 traite des choses d une manière générale et semble viser tous les biens corporels. Cet article doit, en principe, s appliquer à toutes les choses inanimées, il n est pas permis, à notre avis, d y introduire une quelconque distinction entre ces choses. Toutefois, il nous paraît logique d écarter de l application des dispositions de la responsabilité du fait des choses les res-nillius en raison de la difficulté de détermination de la personne sur qui faire peser le poids de la responsabilité. Le recours à l article 83 Code des obligations et des contrats reste la seule voie possible dans cette hypothèse. Peu de choses inanimées échappant à l application de l article 96 Code des obligations et des contrats, la victime d un dommage causé par une chose a presque toujours la possibilité de se prévaloir des dispositions de l article 96 précité et ce, quelle que soit la nature de la chose à l origine de son préjudice : que les choses soit mobilières ou immobilières importe peu à cet égard. 137

8 Cette solution à première vue simple et logique et qui n est ni soulevée ni discutée dans le droit positif tunisien, n allait cependant pas de soi si l on veut bien considérer qu elle n a été admise par la jurisprudence française, par exemple, qu après une longue hésitation 279. L article 96 du Code des obligations et des contrats, comme l article 1384 alinéa 1 du code civil français et l article 88 du dahir marocain, vise les choses inanimées d une manière générale et non les choses mobilières uniquement. Considérant que toute limitation de l application de l article 96 à certaines choses serait contraire à l esprit de cet article et qu elle constituerait par ailleurs une violation d une règle générale de droit instituée par le législateur tunisien aux termes de laquelle «Lorsque la loi s exprime en termes généraux il faut l entendre dans le même sens», les tribunaux ont toujours, à notre connaissance, considéré que l article 96 s appliquait à la responsabilité du fait de toute chose mobilière ou immobilière que l on a sous sa garde, sauf les exclusions de cette responsabilité du fait des choses au profit de régimes spéciaux. On ne peut ainsi appliquer l article 96 aux bâtiments lorsque le préjudice a été occasionné par leur ruine ou leur effondrement car la responsabilité édictée par l article 97 Code des obligations et des contrats à l encontre du propriétaire d un édifice ou autre construction, en cas de ruine ou d écroulement de celui-ci exclut implicitement l application des dispositions de l article 96. De même, cet article ne s applique pas aux animaux puisque la responsabilité du fait des dommages qu ils sont susceptibles de causer est régie par l article 94 du code des obligations et des contrats. 279 V. Cass civ 25 juin 1924 et Req. 19 Fev. 1925, S I-p. 65, note MOREL. D Ip. 97, note JOSSERAND Req. 6 mars 1928, S I- p. 225, note HUGUENEY Cass.civ. 2 du 20 nov : J.C.P II Civ. 2 du 21 janv Gaz. Pal II- panorama, p. 374 obs. CHABAS Civ. 2 du 20 fev : Bull. civ. II- n 44 Civ. 2 du 26 avr ; J.C.P ;IV- p. 235 V. sur l ensemble de cette question : AUBRY et RAU, op.cit. p. 279 et suiv. MM. MAZEAUD et CHABAS : «Leçons de droit civil», op.cit., p. 575 STARCK (B) «Obligations», op.cit, p. 227 et suiv. 138

9 La généralité des termes de cet article a permis aux tribunaux tunisiens d interpréter l article 96 d une manière très large ; cette disposition a été appliquée non seulement aux véhicules à moteur, mais également aux objets les plus hétéroclites : piscine, fils électriques, puits 280. La même réflexion vaut pour la tentative faite, en son temps, par le droit français de limiter l article 1384 alinéa 1 aux seuls accidents provoqués par une chose comportant un vice interne ou par les choses dangereuses 281. Cette démarche était justifiée, à l époque, par la crainte d une extension démesurée de la responsabilité objective au détriment de la responsabilité pour faute. Cette tentative de cantonnement de l article 1384 alinéa 1 qui fut abandonnée et rejetée par la jurisprudence française depuis l arrêt Jand heur du 13 février n a jamais trouvé d échos dans le droit tunisien. Nos tribunaux ne semblent pas considérer, par exemple, le vice de la chose comme une condition nécessaire pour la mise en jeu des règles de la responsabilité du fait des choses édictée par l article 96. Le vice de la chose est, en revanche, réintroduit au niveau des causes d exonération. Rien, semble-t-il, ne peut donc limiter la notion de chose en tant qu elle permet de faire jouer les dispositions de l article 96 du C.O.C.. Toute chose inanimée quelle que soit sa nature et ses caractères intrinsèques, est susceptible de permettre l application de l article 96. Ce texte ne saurait être écarté par la seule analyse des caractères de la chose, instrument du dommage V. Cass. civ. n 8672 du 19 oct ( inédit )- Cass. civ. n 8532 du 31 mai 1973 ( inédit) Cass. civ. n 9334 du 14 mai 1984 ; Bull. civ I p. 337 Cass. Civ. n du 18 avril 1985 ; Bull. civ I- p. 212 Cass. civ. n du 6 juillet 1989 ; Bull. civ. 1989, p. 338-Cass. civ. n du 5 mai 1986 : Bull. civ. II -, p. 314 Cass. civ. n ; Bull. civ. II -, p V. à ce sujet : AUBRY et RAU ; op.cit., p. 273 et suiv. MM. MAZEAUD et TUNC. «Traité théorique et pratique de la responsabilité civile délictuelle et contractuelle». Tome. 2, éd. Montchrestien, p. 290 et suiv. STARCk (B) ; op.cit., p. 223 et suiv. D p. 57 rapport LE MARC HADOUR, concl. MATTER et note RIPERT S p. 121 note ESMEIN. 139

10 Mais que l on se garde d en conclure que, dès l intervention d une chose dans la réalisation du préjudice, la responsabilité du gardien, sur la base de l article 96, serait engagée. En effet, il ne suffit pas que la chose intervienne dans la réalisation du dommage, il faut que celui-ci soit dû au fait de la chose. Il convient dès lors de rechercher le sens réel de l expression «fait de la chose» ainsi que l attitude de la jurisprudence sur cette question déterminante puisque le sort de l action en responsabilité intentée sur la base de l article 96 du C.O.C. en dépend le plus souvent. B) Le fait de la chose Le législateur 283, soumet l application de l article 96 du Code des obligations et des contrats à la condition que le dommage soit causé par la chose elle-même. Aussi le fait de la chose est-il déterminant dans la mise en jeu des règles de la responsabilité civile fondée sur l article 96. Dans une jurisprudence déjà ancienne 284, la cour de cassation avait écarté l application des règles édictées par l article 96 du C.O.C. au motif que la chose, instrument du dommage, était inerte et en position conforme à la loi. Celle-ci ne pouvait donc avoir joué qu un rôle passif dans la réalisation du préjudice, l absence du fait de la chose aurait pour conséquence immédiate d écarter les règles de la responsabilité du fait des choses. La chose ne peut donc, selon la cour suprême, être considérée comme cause directe du dommage, que lorsqu elle est en mouvement. Une chose inerte ne peut être la cause directe du V. BOURAOUI (S) ; note in Rev. Tun. Dr II-, p. 136 et suiv. V. Cass. civ. arrêt n 1239 du 8 juin 1959, in R.J.L. 1960, p. 188 ; Bull.civ. 1959, p. 12 cass. crim. N 9350 du 2 nov ; Rev. Tun. Dr II-, p. 131 et suiv. note BOURAOUI (S). 140

11 préjudice que lorsqu elle est en position non conforme à la loi ; c est à la victime de prouver que, par sa position anormale, la chose à causé le dommage. Aussi, en présence d une chose inerte et dans une position conforme à la loi, la responsabilité civile du gardien ne sera-t-elle point engagée sur la base de l article 96 du code des obligations et des contrats. Les conditions d application de cette responsabilité, notamment, le fait de la chose n étant pas réunies. Aujourd hui, la jurisprudence fait moins appel à la notion du rôle passif de la chose, elle semble, dans des arrêts 285 récents ramener le débat relatif à la notion «fait de la chose», à la distinction classique entre le fait de la chose et le fait de l homme. Cette position de la cour de cassation consiste à distinguer les choses selon qu elles étaient ou non, au moment du dommage, conduites par l homme. Lorsque c est l action de l homme qui dirige la chose, il n y a pas lieu de mettre en jeu les dispositions particulières de l article 96 du code des obligations et des contrats, car le dommage dans une telle hypothèse, affirme la cour de cassation, «n est pas dû à la chose mais au fait de l homme». En d autres termes, une distinction doit être faite entre» le fait de la chose» qui autorise l application de l article 96 Code des obligations et des contrats et «le fait de l homme» soumis aux règles de la responsabilité du fait personnel à savoir les articles 82 et 83 du Code des obligations et des contrats V. Cass. crim. Arrêt n du 10 mars 1986 Bull. Crim Bull. crim I-p Cass. civ. N du 5 mars 1987; R.J.L. 1989, n 6 p. 4. V. Cass.civ. n 5345 du 3 mars 1982 ; Bull.Civ-II- p. 279 ; R.T.D. 1986, p. 31 note JALLOULI (A) V. Dans le même sens : Cass. civ. n du 29 déc. 1985, Bull. civ.- II-,p. 352 Cass.civ. du 10 mars 1986, Bull.civ.-I-, p. 206 Cass. civ. n du 5 mars 1987, Bull. civ., p. 312 Rappr. Tunis 13 déc. 1960, R.T.D. 1962, p. 113 et suiv. note CABRILLAC. 141

12 Derrière cette distinction entre le fait de l homme et le fait de la chose, la jurisprudence a voulu, semble-t-il, consacrer le critère du fait autonome de la chose. L article 96 ne s appliquera alors que lorsque la chose ayant un dynamisme propre a été l instrument du dommage, en dehors de toute intervention de l homme. Dans le cas contraire, c est-à-dire lorsque la chose n a été qu un instrument docile entre les mains de l homme, la responsabilité civile de l auteur du préjudice sera recherchée exclusivement sur la base de l article 83 du code des obligations et des contrats. La faute du civilement responsable est nécessaire pour mettre en jeu sa responsabilité et la preuve de celle-ci incombe au demandeur. Cette distinction, abandonnée par le droit français depuis longtemps 287, risque de marginaliser davantage l article 96 du Code des obligations et des contrats. Elle est, en outre, illogique voir même antisociale car la responsabilité du fait des choses disparaîtrait au moment où elle aurait été la plus utile ; c est-à-dire quand la chose devient plus nuisible sous l action de l homme 288 instrument entre les mains, voire les «pieds» de l homme, il n importe dès que l homme cause un préjudice par l intermédiaire d une chose, l application de l article 96 du code des obligations et des contrats s impose au juge. Par ailleurs, la consécration de la distinction «fait de l homme», «fait de la chose» conduirait inévitablement à ôter à l article précité toute utilité puisque presque toujours il y a fait de l homme presque toujours il y a fait de l homme derrière le fait de la chose. Ce serait même aller à l encontre de la volonté du législateur, en effet, cette distinction ne trouve à notre avis, aucun V. sur l ensemble de cette question : AUBRY et RAU ; op.cit., p. 281 et suiv.- MM. MAZEAUD et TUNC ; «Traité théorique et pratique», op.cit., tome 2, p. 292 et suiv. spécialt. p. 321 et suiv. MM. MAZEAUD et CHABAS ; «Leçons de droit civil», op.cit., p. 751 et suiv. spécialt, p. 577 et suiv.- VINEY, «Traité de droit civil», op.cit., p. 751 spécial, p RIPERT (G) ; «La règle morale dans les obligations civiles» ; 4 ème éd. L.G.D.J n

13 appui dans la lettre de l article 96. Cet article est venu spécialement pour opposer au dommage que l on cause par son propre fait, le dommage qui est causé par le fait des choses que l on a sous sa garde 289. L objectif non avoué des tenants de cette distinction est d une part, de restreindre le domaine d application de l article 96 du code des obligations et des contrats au profit des règles de la responsabilité civile prévue aux articles 82 et 83 Code des obligations et des contrats. D une part, de réduire considérablement l autonomie du régime de la responsabilité du gardien du fait des choses qu il a sous garde en le rapprochant de celui de la responsabilité du fait personnel. En effet, dans la mesure où, derrière le fait de la chose, il y a presque toujours celui de l homme, les deux systèmes de responsabilité se trouvent ainsi reliés à un même fondement qui est la faute. En résumé, pour que jouent les règles de la responsabilité civile du fait des choses édictées par l article 96 du C.O.C., deux conditions principales doivent être réunies : la première est l intervention d une chose, d une manière ou d une autre, dans la réalisation du dommage ; la seconde est le rôle causal de cette intervention. La participation matérielle est causale de la chose est appréciée d une manière restrictive par la jurisprudence ; celle-ci exige que la chose soit la cause «véritable» du dommage, c est à dire la cause adéquate 290. Nous avons ainsi vu, successivement, ce que l on entend par chose et par fait de la chose et étudié à cette occasion la position de la jurisprudence actuelle sur ces deux points. Mais la mise en jeu de la responsabilité civile fondée sur l article 96 du Code des obligations et des contrats nécessite encore que l on précise qui est responsable, c est à dire qui est considéré comme «gardien» de la V. CABRILLAC : note S / Tunis 13 déc in R.T.D., p. 113 et suiv. V. BOURAOUI (S) note op.cit., in R.T.D II- spécialt. p

14 chose instrument du dommage. Sur ce point, aussi important que les précédents, la jurisprudence, après avoir beaucoup hésité, semble que les précédents, la jurisprudence, après avoir beaucoup hésité, semble aujourd hui, comme nous le verrons, se stabiliser. C La personne responsable du fait de la chose Il n est point utile ici de retracer toute l évolution doctrinale 291 et jurisprudentielle sur cette question, nous nous contenterons d étudier l état actuel de la jurisprudence sur cette question. Jusqu au début des années 80, en dépit d un certain flottement, la jurisprudence semblait admettre que la qualité de gardien se confondait avec celle de propriétaire. Cette qualité de gardien était liée au pouvoir juridique exercé par ce dernier sur la chose ; par conséquent, le simple fait d avoir la chose entre les mains ne suffisait pas pour qu on en soit le gardien au sens de l article 96 du Code des obligations et des contrats. Pour avoir cette qualité, il fallait être investi d un droit de propriété sur la chose. «Le gardien «déclarait la cour de cassation», est celui qui a, à l égard de la chose, instrument du dommage, un droit de 291 V. sur l ensemble de cette question ABID (T) ; «La responsabilité u gardien des choses», R.J.L n 7, p. 21 et suiv.- ARBRY et RAU ; op.cit. p. 292-BESSON (A) ; «la notion de garde dans la responsabilité du fait des choses». thèse. Dijon 1927 DAHDOUH (H) ; thèse précit. p. 95 et suiv.- FLORAND (D) ; «La présomption de garde» ; thèse Paris XII 1985 GOLDMAN (B) ; «La détermination du gardien responsable du fait des choses inanimées» ; thèse Lyon 1946 LABASTIE-DAHDOUH (CH), Thèse précit. p. 250 et suiv-malki ; «Conférences explicatives du droit privé tunisien, Tunis 1980, p. 139 et suiv.- MM. MAZEAUD et CHABAS ; leçons, op.cit. n 516 et suiv.- MM. MAZEAUD et TUNC ; traité, op.cit. tome 2 n 1155 et suiv. TUNC (A) ; «La détermination du gardien dans la responsabilité du fait des choses inanimées» ; in J.C.P I VINEY (G) ; La responsabilité : conditions ; op.cit. n 675 et suiv. 144

15 contrôle et de direction 292. L arrêt du 23 février 1970 très net sur cette question affirmait», que le propriétaire de la chose est responsable de la garde de celle-ci, sauf s il démontre, qu en vertu d une cession régulière, la garde et la surveillance de cette chose se sont trouvées transférées à un tiers». Cet arrêt ajoutait, dans le même sens» que la garde de la chose confèrent au gardien le droit d user à son profit de cette profit de cette chose comme il l entend, ainsi que le droit de la surveiller et de la contrôler en tous temps» 293. Les tribunaux, en optant dans cette jurisprudence pour la théorie de la garde juridique, cherchaient en fait, sans l avouer explicitement, le gardien parmi ceux qui contractent une assurance pour les dommages causés par l intermédiaire des choses dont il se servent. Ceci, comme l a souligné un éminent auteur 294, est de nature à renforcer les chances des victimes de se faire indemniser et éviter que le responsable ne soit écrasé par le poids d indemnités sans commune mesure avec une faute éventuellement commise. Cette charge devient, à plus forte raison, inacceptable lorsque la responsabilité du gardien est engagée en dehors de toute faute. Les conséquences logiques et évidentes de la théorie de la garde juridique sont d une part, l exclusion du préposé en tant que gardien de la chose dont il a la surveillance et le maniement-il existe de ce fait une incompatibilité entre la qualité de gardien et celle de préposé- et d autre part, le propriétaire est présumé gardien de la chose instrument du dommage. 292 V. Cass.civ. 24 août 1961 in. R.J.L. 1962, p. 53- Tunis 25 oct. 1961, in. R.T.D , p. 63 et suiv. Cass. civ. n 6833 du 25 juin 1970 ; in R.J.L. 1970, n 6, p. 73- compar. Cass. crim. 8 mars 1976 ; Bull. Crim I- p. 188 et Cass. crim. Du 3 avril 1976 in. Bull. crim II- p. 69 n 33 Cass. Civ. N 3768 du 11 décembre 1980 ( inédit); ( arrêt implicite )- Cass. crim. N du 31 janv. 1990, Bull. crim. 1990, p. 51 et suiv V. cass. civ. N 7284 du 23 fev ; in Rev. Tun. Dr. 1972, p. 195 V. dans le même sens ELMALKI (M) ; «Conférences explicatives du droit privé tunisien. Ed. C.E.R.P. Tunis 1980, p. 139 et suiv.- Rappr. Et compar.-cass. crim. N 2930 du 11 avril 1979, Bull. crim.-ii-p. 69- Cass. crim. 22 fév Bull. crim II-, p.109- Cass. Civ. 15 avril Bull. civ.- I-, p Cass. Crim. 29 janv. 1978, R.J.L. 1978, n 7, p V. STARCK (B) ; op.cit., 4ème éd. 1991, p. 250 et suiv. n

16 Cette tendance de la jurisprudence favorable aux victimes de dommages causés par l intermédiaire d une chose semble être aujourd hui remise en cause. En effet, dans un arrêt de , la cour de cassation a affirmé que la responsabilité civile édictée par l article 96 du Code des obligations et des contrats s applique, non au propriétaire de la chose, mais à celui qui a effectivement le contrôle matériel de la chose, instrument du dommage. Le gardien est celui qui a, au moment de l accident, l usage, le contrôle et la direction de la chose. Cette théorie de la garde matérielle fera perdre au propriétaire la garde de la chose, à chaque fois qu il est établi que ce dernier a été privé de l usage, du contrôle et de la direction de la chose. Ce transfert de la chose peut être réalisé, soit avec l accord du propriétaire, soit sans l accord de ce dernier, tel par exemple en cas de vol ou d utilisation de la chose à son insu. Cet arrêt sonne-t-il le glas de la théorie de la garde juridique, adoptée jusqu à là par une jurisprudence majoritaire? Il es trop tôt pour répondre clairement à une telle interrogation et ce en dépit de l existence d un arrêt plus récent 296 qui a implicitement opté également pour la garde matérielle. Le choix entre la garde juridique ou la garde matérielle dépendra, à notre avis, de la position définitive de la jurisprudence sur le fondement de la responsabilité attachée à la garde juridique n est défendable que dans un système de responsabilité objective. Après avoir analysé, dans cette première partie, l évolution des conditions de mise en jeu de la responsabilité du fait des choses, il nous faut maintenant aborder l évolution de la responsabilité civile du fait des choses quant à son fondement. 295 V. Cass. civ. arrêt n 9334 du 14 mai 1984 ; in Bull. civ. -I V. cass. civ. Arrêt n du 6 février 1989 ; in R.J.L 1991 n 4, p. 50 V. sur l ensemble de cette question : ABID (T) : «La responsabilité du gardien des choses» ; in R.J.L 1984 n 7, p. 21 et suiv. 146

17 DEUXIEME PARTIE L EVOLUTION DU FONDEMENT DE LA REPONSABILITE EDICTEE PAR L ARTICLE 96 DU CODE DES OBLIGATIONS ET DES CONTRATS La jurisprudence dominante 297, a très tôt rattaché le fondement de l article 96 du Code des obligations et des contrats à celui de l article 83 du même code. Selon cette jurisprudence, l article 96 ne contient qu une simple présomption de faute mise à la charge du gardien de la chose, instrument du dommage 298. Dans des décisions postérieures, la cour de cassation avait affirmé, d une manière claire et sans ambiguïté, son intention de rattacher la responsabilité civile du fait des choses inanimées à la faute et ce, en dépit d une certaine résistance de quelques juridictions du fond 299. «La seule différence», affirmait la cour suprême, «entre la responsabilité découlant de l article 83 du C.O.C. et celle découlant de l article 96 du même code concerne la charge de la preuve» 300. Une telle interprétation de l article 96 n était guère favorable aux victimes de dommages accidentels causés par l intermédiaire d une chose puisqu il suffisait que les conditions d application de la responsabilité pour faute ne soient pas réunies pour que la voie de 297 V. DAHDOUH (H) ; Thèse précit. p. 26 et suiv. V. dans le même sens ; LABASTIE- DAHDOUH (CH). Thèse précit. Tome I, p. 202 et suiv V. Cass.civ. arrêt n 7773 du 29 avril 1971 ; in Rev. Tun. Dr. 1973, p. 180 ; Bull. civ II- p. 63- Cass.civ. n 9846 du 4 juin 1973, Bull. 1973, p. 68 n 31-Cass.civ. n 4959 du 17 fév Bull. civ.-i-,p Cass.civ. n 6360 du 19 mai 1982, Bull.civ.-III-, p Cass. civ. n du 11 Avril 1985, Bull.civ.-I- p Rappr. Cass. civ. 5 mars 1940 ; in R.J.L n 9 et 10, p. 62- Cass. civ. 24 août 1961 : in R.J.L 1962 n 3,p. 53- Tunis 25 oct ; in Rev. Tun. Dr , p. 62- Tun. Arrêt n du 3 janvier 1964 ( inédit )- V. sur l ensemble de cette question ELMALKI, précit, p Trib. 1 er inst. Tunis ; jug. N du 9 juill. 1979, in Rev. Tun. Dr. 1980, p. 439 note MEZGHANI (N).- Tunis; arrêt n du 5 nov. 1963, in l assurance en matière d accidents de la circulation». op.cit., p. 358 et suiv. 300 V. Cass.civ. n 9846 du 4 juin 1973 ; in Rev. Tun. Dr II-p. 131 et suiv. note BOURAOUi (S)-V. égalt. Cass.civ. n du 24 avril 1975 ; in Bull.civ II,p.221- Cass. civ. n du 27 mai 1976 ( inédit ). 147

18 l article 96 Code des obligations et des contrats, soit, en principe, fermée à la victime 301. L attitude hostile de la jurisprudence dominante à l égard d une responsabilité objective était conséquente avec la philosophie générale du système de la responsabilité civile. Il n était cependant pas certain que cette interprétation de l article 96 soit en harmonie avec la volonté du législateur telle qu exprimée dans le texte, sa rédaction militant en effet plus en faveur d une présomption de responsabilité voir même d une responsabilité de plain droit que d une simple présomption de faute, il faut donc à présent vérifier si la jurisprudence, sensibilisée par cette dysharmonie, a modifié sa position ou si le fondement de la responsabilité du fait des choses demeure toujours la faute. A- Nature de la présomption édictée par l article 96 du code des obligations et des contrats. La détermination du fondement de la responsabilité du fait des choses commande la question de savoir comment le gardien, de la chose, instrument du dommage, pourra s en décharger, c est-àdire quelle preuve il devra fournir pour s exonérer. Lorsque la responsabilité est sans faute, c est-à-dire objective, elle n est écartée qu à la condition que le gardien démontre que le dommage est dû à un événement indépendant de sa propre volonté, force majeure ou faute de la victime. En revanche, lorsqu il volonté, force majeure ou faute de la victime. En revanche, lorsqu il y a simple présomption de faute, l auteur présumé du dommage n aura qu à prouver qu il n a pas commis de faute et cette preuve est le plus souvent déduite d un jugement pénal d acquittement. 301 V. dans ce sens FERCHICHI (B) : note sous arrêt du 7 janvier 1982 ; Actualités juridiques tunisiennes 1989 n 1 et 2, p. 103 et suiv. 148

19 L analyse de la jurisprudence, rendue ces quinze dernières années, en matière de responsabilité du fait des choses, révèle, en dépit d une certaine fluctuation, que nos tribunaux s orientent clairement vers une responsabilité objective. Les tribunaux ont d abord décidé 302 que la présomption édictée par l article 96 du code des obligations et des contrats tombait devant la preuve de l absence de faute, celle-ci étant la plus souvent déduite d un acquittement du gardien par le juge pénal. Cette solution était critiquable à plus d un titre ; en effet, et abstraction faite du fondement même de la responsabilité du fait des choses, l acquittement au pénal, n empêche pas la victime ou ses ayants droit d obtenir réparation sur la base d une faute civile distincte de la faute pénale 303. L article 101 du code des obligations et des contrats dispose que «l acquittement prononcé par un tribunal pénal ne préjuge pas la question des dommages civils résultant du fait qui a donné lieu aux poursuites. La même règle s applique au cas d extinction de l action pénale par le décès du prévenu ou par amnistie». Cet article reconnaît donc, sans aucune ambiguïté, l autonomie du civil par rapport au pénal ; aussi, en cas d acquittement, le juge civil reste-t-il, à notre avis, d allouer à la victime des dommages-intérêts sur la base d une faute civile distincte de la faute pénale 304. Par l article 101 du code des obligations et des contrats, le législateur a entendu consacrer la théorie de la dualité des fautes, une faute civile pouvant exister en l absence d une faute pénale. Dire que l article 101 ne s applique qu en cas de décès de l auteur de l infraction ou en cas d amnistie comme cela a parfois été V. Cass. civ. n 2451 du 21 oct. 1980; R.J.L. 1981, n 1, p. 87. V. DAHDOUH (H) : Thèse op.cit., p. 39 et suiv. V. opinion contraire : EZZINE (Med. Moncef) : note S/Cass.civ. ch. Reunites du 16 mars 1995, in R.J.L. 1996, n 5, p. 60 et suiv. spéc., p. 72 et suiv.. 149

20 soutenu 305 nous paraît erroné et contraire à l intention du législateur clairement exprimée dans cet article. Jusque dans les années 80, seules quelques juridictions du fond avaient saisi la valeur réelle de l article 96 du code des obligations et des contrats ; elles avaient, à cet effet, manifesté une certaine résistance à l interprétation restrictive de cet article par la cour de cassation. Selon ces juridictions du fond, l article 96 avait un fondement différent de celui de l article 8 y 3 du code des obligations et des contrats et renfermait une présomption de responsabilité qui ne pouvait être combattue par le gardien qu après avoir démontré qu il avait tout fait pour éviter le dommage et que le préjudice, dépendait soit d une force majeure, soit de la faute de celui qui en était victime 306. Une telle interprétation, audacieuse à une époque où la faute régnait presque sans partage sur tout le droit de la responsabilité civile, est conforme à l intention du législateur. Ce dernier a prévu dans l article 96 des règles dérogatoires au droit commun pour venir en aide aux victimes qui n ont pas pu, ou n ont pas intérêt à invoquer les dispositions de la responsabilité du fait personnel. 305 V. Cass. civ. n du 5 mars 1987; in R.J.L n 9, p. 84 V. égalt. Sur l ensemble de cette question : ABID (T) ; article précit. in R.J.L n 7, p. 21 et du même auteur. «Problématique de l autorité du jugement pénal sur le civil et possibilité de réparation sur la base de l article 96 du C.O.C.». in R.J.L n 2, p. 9 et suiv.- AYARI (I) ; «L incidence du jugement pénal sur l action civile» ; R.J.L n 4, p. 7 et suiv. et n 2 et 3, p. 58 V. BEN HALIMA (S), «Les contradictions dans la jurisprudence de la cour de cassation» ; colloque sur «la cassation», fac. dr. Sc. Po. Du 4 au 8 avril 1988 ECHARÄ (M) ; «Le danger des accidents de la route sur la société». R.J.L n 2, p. 7 et suiv.- FERCHICHI (B) ; note in actualités jur. Tun. 1989, p. 105 et suiv. MECHRI (F) ; note in Rev. Tun. Dr. 1980, p. 441 et suiv. TRITAR (M) ; «Autorité et force de la chose jugée» ; R.J.L. 1984, p. 35 et suiv.- ZINE (M) «Quelques aspects des rapports entre l action publique et l action civile ; Rev. Tun. Dr. 1982, p. 13 et suiv.- V. en dr. Français ; PIROVANO ; «Faute civile et faute pénale, essai de contribution à l étude des rapports entre la faute des articles 1383 du c. civ. et la faute des articles du code pénal». Thèse Aix V. trib. 1 er inst. Tunis juge n du 15 nov ( inédit)- trib. 1 er inst. Tunis juge, n du 25 déc ( inédit ) trib. 1 er inst. Tunis juge n du 9 juillet 1979 ; Rev. Tun. Dr. 1980, p. 439 et suiv. note MEZGHANI (N) trib. 1 er inst. Mahdia juge n 2426 du 8 déc R.J.L n 9, p

Les fondements de la responsabilité civile délictuelle

Les fondements de la responsabilité civile délictuelle Les fondements de la responsabilité civile délictuelle Par Amandine Assaillit Octobre 2006 La responsabilité civile délictuelle est un procédé juridique permettant la mise en œuvre de la responsabilité

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Les Fiches Pratiques. La responsabilité en matière d activité sportive. Sommaire

Les Fiches Pratiques. La responsabilité en matière d activité sportive. Sommaire Crédit photo: Hervé Hamon MSJEPVA Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bourgogne www.bourgogne.drjscs.gouv.fr Les Fiches Pratiques Sommaire Avant-propos Définitions

Plus en détail

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET Notions de responsabilité L initiateur responsable! La pratique de la plongée présente des risques particuliers avec des recherches de responsabilité systématiques en cas d accident L initiateur est confronté

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

Le droit à congés payés au regard des directives européennes, du droit national et des jurisprudences de la CJUE et de la Cour de Cassation

Le droit à congés payés au regard des directives européennes, du droit national et des jurisprudences de la CJUE et de la Cour de Cassation Le droit à congés payés au regard des directives européennes, du droit national et des jurisprudences de la CJUE et de la Cour de Cassation Laurent PATE - Avocat **** Le droit à congés payés est régi non

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 4 Février 2006 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Distribution automobile - Bilan d une année de jurisprudence Le cru jurisprudentiel 2005 fut riche en enseignements

Plus en détail

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle Cass. civ. 2 e, 30 avril 2014, n 13-16.901 Contrat d assurance Droit commun Faute intentionnelle Exclusion conventionnelle de garantie Validité de la clause Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

(A propos de Cass. 2 e civ., 5 mars 2015, n 14-10.842)

(A propos de Cass. 2 e civ., 5 mars 2015, n 14-10.842) La demande de la victime d'un accident de la circulation tendant à la condamnation de l'assureur au paiement des intérêts au double du taux légal n'a pas le même objet que celle tendant à l'indemnisation

Plus en détail

Vente en ligne, CGV et clauses abusives

Vente en ligne, CGV et clauses abusives Vente en ligne, CGV et clauses abusives L examen de sites de vente aux consommateurs (B-to-C) fait apparaître de manière récurrente des clauses contractuelles dans les conditions générales de vente (CGV)

Plus en détail

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 19 JANV-FEV 2011 Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly Mots clés : C.

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

La responsabilité du fait personnel

La responsabilité du fait personnel La responsabilité du fait personnel Cas pratique : Robert est apiculteur mais, malheureusement, ses abeilles ne produisent plus de miel car n entrant pas dans leurs ruches. Elles semblent avoir perdu leur

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion INTRODUCTION Beaucoup d obligations pèsent sur les épaules du chef d entreprise. En effet, le dirigeant est amené à prendre des

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

Conclusions de Monsieur l'avocat général Hubert Liffran -------------------

Conclusions de Monsieur l'avocat général Hubert Liffran ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N N1370006 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) CONSEIL DE PRUD'HOMMES

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Compétence civile et commerciale Article 5 1 du Règlement n 44/2001 TD DIP/L. PANHALEUX

Compétence civile et commerciale Article 5 1 du Règlement n 44/2001 TD DIP/L. PANHALEUX Compétence civile et commerciale Article 5 1 du Règlement n 44/2001 TD DIP/L. PANHALEUX M. X est agent commercial en France de la société Y, dont le siège est situé au Portugal. Son contrat est résilié.

Plus en détail

Titre de la séquence : La responsabilité civile Discipline : Droit civil La responsabilité civile

Titre de la séquence : La responsabilité civile Discipline : Droit civil La responsabilité civile Titre de la séquence : La responsabilité civile Discipline : Droit civil La responsabilité civile Contexte programme : Enseignement technique de qualification 2ème degré Secteur Économie Groupe Gestion

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun.

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun. AVANT-PROPOS Force est de constater que nous vivons dans une société indemnitaire. Toute personne ayant subi un dommage veut obtenir réparation de celui-ci. L indemnisation du dommage corporel est au cœur

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

Textes de référence :

Textes de référence : L'INDEMNISATION DES VICTIMES D'ACCIDENTS LIES AUX ACTES MEDICAUX EN UKRAINE Textes de référence :! Constitution de l Ukraine : articles 3, 27, 49, 50;! Code Civil de l Ukraine du 23. 11. 1966 (avec les

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Convention internationale pour l unification de certaines règles en matière de transport de passagers par mer

Convention internationale pour l unification de certaines règles en matière de transport de passagers par mer Convention internationale pour l unification de certaines règles en matière de transport de passagers par mer 0.747.355.1 Conclue à Bruxelles le 29 avril 1961 Approuvée par l Assemblée fédérale le 1 er

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, quatorze juillet deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, quatorze juillet deux mille onze. N 52 / 11. du 14.7.2011. Numéro 2875 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, quatorze juillet deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Service Risques et Assurances de La Poste

Service Risques et Assurances de La Poste Service Risques et Assurances de La Poste Recours du tiers payeur La Poste Hypothèse de l accident l de la vie privée subi par un agent CONDITIONS DU RECOURS LA POSTE TIERS PAYEUR - atteinte à l intégritél

Plus en détail

Les responsabilités liées à l immeuble bâti Rapport français Olivia Sabard, Professeur de droit privé à l Université de Tours, membre du CRDP

Les responsabilités liées à l immeuble bâti Rapport français Olivia Sabard, Professeur de droit privé à l Université de Tours, membre du CRDP Les responsabilités liées à l immeuble bâti Rapport français Olivia Sabard, Professeur de droit privé à l Université de Tours, membre du CRDP Dans le cadre de ce séminaire consacré à l immeuble et la responsabilité,

Plus en détail

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité

l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 2. Evolution de la législation relative à l expertise judiciaire et cadre du traité l expertise judiciaire 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 13 Table alphabétique.................................................... 25 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Les principes de la responsabilité civile

Les principes de la responsabilité civile Les principes de la responsabilité civile S édition 2010 Patrice Jourdain agrégé des Facultés de droit professeur à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris I) Introduction ; Première partie Vue d'ensemble

Plus en détail

Lettre d actualité juridique en droit social

Lettre d actualité juridique en droit social Lettre d actualité juridique en droit social Juin 2012 Dans ce numéro : ACTUALITES JURISPRUDENTIELLES 1. NTIC et VIE PRIVEE : contrôle par l employeur des enregistrements effectués par un salarié au moyen

Plus en détail

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bourgogne

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bourgogne Crédit photo: Hervé Hamon MSJEPVA Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Bourgogne www.bourgogne.drjscs.gouv.fr Les Fiches Pratiques Sommaire Avant-propos Définitions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 28 mars 2013 N de pourvoi: 12-17548 ECLI:FR:CCASS:2013:C200477 Publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Odent

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 23 juin 2010 N de pourvoi: 09-14592 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Falcone, conseiller apporteur M. Sarcelet,

Plus en détail

Retour sur le principe indemnitaire en assurances de dommages Par A. Astegiano-La Rizza

Retour sur le principe indemnitaire en assurances de dommages Par A. Astegiano-La Rizza ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 21 mai-juin 2011 Retour sur le principe indemnitaire en assurances de dommages Par A. Astegiano-La Rizza Assurances de dommages Principe

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE................... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS......................... 99 TITRE III - LE PRÉJUDICE...........................................

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

La faute et les délits non intentionnels M. Benillouche

La faute et les délits non intentionnels M. Benillouche La faute et les délits non intentionnels M. Benillouche La faute, élément moral des délits non intentionnels, est définie par l article 121-3 CP dont la dernière réforme issue de la loi n 2000-647 du 10

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE?

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE? QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE? FICHE CONSEIL Page : 1/8 Au moment de la constitution d une société, les futurs associés sont conduits fréquemment à s engager pour le compte

Plus en détail

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé La société "Eurobéton" dont le siège est à Bordeaux a commandé par Internet 10 ordinateurs pour la gestion de l'entreprise sur le site du distributeur de matériel

Plus en détail

L A C L A U S E D A C Q U I S I T I O N «A S E S R I S Q U E S E T P E R I L S» D A N S L A V E N T E I M M O B I L I E R E

L A C L A U S E D A C Q U I S I T I O N «A S E S R I S Q U E S E T P E R I L S» D A N S L A V E N T E I M M O B I L I E R E L A C L A U S E D A C Q U I S I T I O N «A S E S R I S Q U E S E T P E R I L S» D A N S L A V E N T E I M M O B I L I E R E DROIT IMMOBILIER Fréquemment rencontrée dans les actes de vente immobilière,

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale (à propos de Cass. 2 ème civ., 6 févr. 2014, n 13-10.540

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 15 décembre 2011 N de pourvoi: 10-10585 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Bouthors, Me Le Prado, SCP Blanc et Rousseau,

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 A propos du bénéficiaire à titre gratuit d'un contrat d'assurance-décès (v. Cass. 2 ème civ., 1 er juin 2011, n 10-30430)

Plus en détail

1. De l exercice limité du contrôle par l employeur sur le permis à points

1. De l exercice limité du contrôle par l employeur sur le permis à points aolfq=pl`f^i= PERMIS DE CONDUIRE ET CONTRAT DE TRAVAIL Richard WETZEL Mars 2009 Depuis le 14 juillet 2002, la sécurité routière est devenue une priorité nationale. S engage ainsi une répression plus rigoureuse

Plus en détail

Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest

Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest Rapport roumain Les assurances de responsabilité : étendue des garanties Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest 1. Notion L opération d assurance est définie par

Plus en détail

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4916. Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4916 Arrêt n 13/2011 du 27 janvier 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 42, 2, alinéa 1er, de la loi du 27 avril 2007 réformant le divorce, posées

Plus en détail

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5763 Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM CCA 34 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM Bruxelles, le 20 novembre 2013 2 Avis sur des clauses relatives à la charge de

Plus en détail

Numéro du rôle : 5615. Arrêt n 25/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5615. Arrêt n 25/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5615 Arrêt n 25/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis, 1er, alinéa 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21

TABLE DES MATIÈRES. Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21 TABLE DES MATIÈRES Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction... 21 PREMIÈRE PARTIE LA PHASE D ÉLABORATION : LES DOCUMENTS COMPTABLES RÉGIS PAR LE DROIT Titre 1 - L objectif

Plus en détail

Introduction : un contentieux aux trois visages différents

Introduction : un contentieux aux trois visages différents 7 ème assises nationales de la qualité de l environnement sonore Mercredi 15 octobre 2014, 14 h 30-16 h 00 Atelier 16 / SALLE 4 Bruit de voisinage et incivilités sonores : la prévention, la médiation,

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail