CSMA e Colloque National en Calcul des Structures Mai 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013"

Transcription

1 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA Colloqu National n Calcul ds Structurs Mai ESI, * Autur corrspondant Résumé En raison d problèms d convrgnc t ds tmps d calcul prohibitifs, ls méthods d résolution xplicit sont souvnt préférés pour la résolution d problèms non linéairs. Par aillurs, on obsrv qu, pour la plupart ds problèms quasi-statiqus, l énrgi st ssntillmnt associé aux basss fréquncs, t qu la stabilité du schéma tmporl st associé aux hauts fréquncs. L idé du Slctiv Mass Scaling st d ajoutr sulmnt d la mass artificill sur ls mods associés aux hauts fréquncs. D ctt façon, l pas d tmps critiqu augmnt sans affctr d façon significativ la répons d la structur n basss fréquncs. Cla prmt d réduir considérablmnt ls tmps d calcul. Mots clés mass scaling, résolution xplicit. 1. Introduction Au sin d ESI, nous nous intérssons particulièrmnt à la simulation d crash t ds problèms d mboutissag. Pour c gnr d applications, la stratégi rtnu st l utilisation d un schéma d résolution xplicit. Ctt approch prmt d s affranchir ds problèms d convrgnc généralmnt rncontrés avc un approch implicit. L utilisation du mass scaling standard st un stratégi bin connu pour accélérr ls calculs réalisés dans un cadr xplicit. L mass scaling augmnt la mass ds élémnts ayant l plus ptit pas d tmps critiqu [1] afin d pouvoir choisir un pas d tmps d calcul plus grand. Cla a pour fft d réduir l tmps d calcul n diminuant l nombr d itérations à fair pour un tmps d étud donné. Malhurusmnt, ct ajout d mass non physiqu dégrad considérablmnt la solution. Pour améliorr la qualité ds résultats, Olovsson [2] propos un nouvll méthod d mass scaling : l Slctiv Mass Scaling (SMS). Ctt méthod prmt d obtnir un solution cohérnt pour ls mouvmnts d corps rigids au nivau élémntair. Cla a pour fft d améliorr la précision vis-à-vis d la méthod standard d scaling tout n ayant un gain d tmps d calcul. Ctt approch a motivé d nombrux travaux tls qu cux réalisés par Cocchtti t al. [3] sur ls élémnts coqu-solid, mais ncor Asks t al. [4] pour unifir ctt approch SMS avc la méthod d micro-inrti ou d pénalité sur l inrti. Bin qu ctt méthod ait largmnt prouvé son fficacité sur ds problèms d quasistatiqu, ctt approch rst ncor difficilmnt applicabl à ds problèms d dynamiqu rapid comm l crash d un voitur. L approch qu nous proposons dans cs travaux prmt d prndr n compt plus d mods au nivau élémntair. Cla a pour fft d pouvoir obtnir ds résultats plus précis t par conséqunt d s intérssr à un gamm d problèms plus larg. 1

2 2. Stabilité du schéma xplicit Ls travaux qui suivnt s concntrnt sur ds approchs utilisant l schéma aux différncs cntrés, lqul st conditionnllmnt stabl. Cla signifi qu l pas d tmps choisi pour l étud doit vérifir la condition suivant : 2 t max (1) où max st la pulsation maximal associé à la structur étudié. On put aussi vérifir qu : max max (2) où max st la pulsation maximal parmi l nsmbl ds élémnts du maillag. Ctt drnièr condition nous prmttra par la suit d raisonnr pour l nrichissmnt dirctmnt au nivau élémntair. La pulsation maximal put êtr obtnu n résolvant l problèm suivant pour chaqu élémnt t n prnant la valur maximal d max : k m 2 Argmax(dt 0) (3) où t sont rspctivmnt ls matrics d rigidité t d mass au nivau élémntair. k m 3. Slctiv Mass Scaling 3.1. Princip L idé d bas d ctt approch st d ajoutr d la mass artificill afin d réduir ls hauts fréquncs du systèm, tout n affctant l moins possibl ls basss fréquncs. On put définir la matric d mass élémntair modifié m d ctt façon : où artificills ajoutés. m = m + λ m st la matric d mass diagonal t contint ls trms d masss (4) L princip d bas d l approch consist à définir la matric d mass ajouté λ d un tll façon qu ll n affct pas l comportmnt pour un famill d mods i : m m λ 0 i i i (5) 2

3 Olovsson [2] propos plusiurs méthods pour définir λ : Méthod I : La prmièr approch consist à utilisr la matric d raidur élémntair k. Cla nous amèn à la form suivant d mass modifié : m = m k (6) On vérifi aisémnt qu la matric λ = k prmt d vérifir la propriété (3). Définir chang tout au long d un simulation n raison d la déformation d l élémnt ou ncor l apparition d phénomèns non linéairs. Par aillurs, dans un cadr d résolution xplicit, la construction d la matric d raidur élémntair st rarmnt réalisé. On s intérss plutôt dirctmnt au calcul ds fforts intrns. λ = k n st pas pratiqu étant donné qu k Méthod II : Pour la scond approch, on construit λ n utilisant un famill d vcturs orthogonaux corrspondant aux mods d corps rigids n translation d R m T λ = I RT (7) RT n où, t n sont rspctivmnt la mass élémntair, l paramètr contrôlant la mass ajouté sur l élémnt t l nombr d nœuds sur l élémnt. m Ctt approch st intérssant vis-à-vis d l approch précédnt parc qu ll prmt d s affranchir d un rconstruction d la matric d mass tout au long du calcul puisqu ll n dépnd pas du comportmnt local. La matric d mass virtull λ comprnd dux valurs proprs : 0 t RT m n :. Cla prmt d choisir facilmnt l pas d tmps qu l on désir pour la simulation puisqu il xist un rlation simpl ntr l pas d tmps obtnu avc ctt approch t crit t l pas d tmps 2 critiqu obtnu sans scaling t crit. En fft, n utilisant ls équations (1) t (3) pour ls approchs avc t sans SMS, nous obtnons la rlation suivant : tcrit tcrit 1 (8) En fixant un pas d tmps objctif pour la simulation tobj r tcrit, on n déduit qu l on put choisir avc l xprssion suivant : t obj 2r 2 1 (9) 3

4 où r st un factur d sécurité compris ntr 0 t 1, généralmnt choisi à 0, Discussion L application d ctt approch avc la méthod II à un cas tst d poutr n flxion comm illustré à la figur 1, montr l apport d ctt approch n trms d précision vis-àvis d l approch standard d mass scaling. Dans c cas précis, nous obtnons un accélération d 4 sur l tmps d calcul pour l calcul avc SMS n comparaison avc l calcul sans mass scaling. Fig. 1. Cas tst d flxion d un poutr modélisé avc ds élémnts coqus t un comportmnt élastoplastiqu L utilisation du Slctiv Mass Scaling prmt, dans un cadr d résolution xplicit, d obtnir ds résultats précis pour un coût d calcul réduit. 4. Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Dans ls approchs introduits par Olovsson [2], la méthod I st plus précis qu la méthod II puisqu la condition (5) st vérifié aussi pour ls mods d corps rigids n rotation, n plus ds mods d corps rigids n translation. Toutfois, la méthod I st pu intérssant n trms d tmps d calcul puisqu ll nécssit un réactualisation à chaqu incrémnt d la mass. Par aillurs, la matric d raidur élémntair n st généralmnt pas disponibl dans un cod d calcul xplicit puisqu l on a sulmnt bsoin d calculr ls fforts intrns. Pour définir un nouvll approch d construction d qu ctt matric doit vérifir : λ, il faut définir ls propriétés 1. Ell doit êtr positiv afin d s assurr qu l on rajout bin d la mass. 2. L noyau n doit êtr constitué qu ds mods d corps rigids. Si ds mods d déformation s situnt dans l noyau, la condition d stabilité sur l élémnt rvindrait à cll obtnu sans scaling. Pour s n assurr, on put écrir l équation (3) dans la bas ds mods d corps rigid d k. 4

5 3. Il faut définir un condition simpl pour contrôlr l ajout d mass n fonction du pas d tmps objctif t obj désiré. En d autrs trms, on chrch λ tl qu : R R λr 0 λ m D D D où st l nsmbl ds mods d corps rigids n translation t n rotation, t l nsmbl ds mods d déformation d la matric Cla nous amèn à définir la matric d mass ajouté λ d ctt façon : où s N i l élémnt t λ m k s s N : N d i s s Tr Ni : N jd st la parti symétriqu du gradint d la fonction d form st l support d l élémnt. j. N i au nœud En choisissant ctt form pour la matric d mass ajouté λ, nous nous assurons d n pas rconstruir tout au long du calcul la matric d mass. Par aillurs, nous pouvons choisir l paramètr contrôlant la mass ajouté n utilisant l équation (9). 5. Résultats numériqus On s propos d éprouvr l approch mis n plac précédmmnt sur un cas tst d flxion 3 points d un poutr n acir. Dans l cas tst présnté à la figur 2, la poutr n acir a ls dimnsions 5mm x 5mm x 160 mm. La poutr st discrétisé avc ds élémnts hxaédriqus d 1,25 mm d côté. Quant au comportmnt matériau, un loi d comportmnt élastoplastiqu st utilisé. Ls caractéristiqus matériaux sont un dnsité massiqu d 7,8kg/dm 3, un modul d comprssibilité d 172,5 GPa, un modul d cisaillmnt d 79,61 GPa, un limit d élasticité d 100 MPa t un modul tangnt pour la loi élastoplastiqu bilinéair d 207 GPa. La poutr st n appui simpl à chacun d ss xtrémités. Un déplacmnt d 10 mm st appliqué à la poutr via un corps rigid n contact avc la poutr. L pas d tmps critiqu pour c calcul dans un configuration sans mass scaling st d 132 µs. (10) D (11) i d 5

6 Fig. 2. Illustration n fin d simulation d l ssai d flxion 3 points d un poutr n acir. Par la suit, nous allons ffctur un étud comparativ d la méthod II introduit par Olovsson [2] (noté «SMS») avc la méthod présnté ci-dssus à la sction 4 (noté «SMS nrichi»). Nous comparons cs dux approchs n trm d précision avc l calcul réalisé sans scaling (noté «rfrnc» ou courb roug). Pour c fair, nous ffctuons un étud paramétriqu n fonction du pas d tmps objctif. Ls valurs d pas d tmps objctifs 1,6ms t 3,2ms. t obj choisis sont rspctivmnt pour ls courbs vrts, blus t jauns : 0,8ms, A la figur 3, nous avons tracé l pas d tmps utilisé au cours du calcul. Nous rmarquons qu, qul qu soit l pas d tmps objctif choisi, l approch «SMS nrichi» st plus stabl t prmt d consrvr l pas d tmps fixé pour la simulation. Par aillurs, il st plus difficil pour la méthod «SMS» d rspctr l pas objctif quand sa valur dvint nttmnt plus important qu cll du pas d tmps critiqu. En d autrs trms, l approch «SMS nrichi» prmt d consrvr un valur stabl du pas d tmps tout au long du calcul qull qu soit la valur d pas tmps objctif choisi t. t obj t obj obj 6

7 Fig. 3. Pas d tmps utilisé au cours du calcul Fig. 4. Enrgi intrn Quant à la figur 4, ll rprésnt l énrgi intrn au cours du calcul pour chacun ds configurations étudiés. Ctt étud prmt d stimr la précision ds différnts approchs n fonction ds différnts pas d tmps objctifs t fixés. Comm nous obj 7

8 pouvons l obsrvr, l approch «SMS nrichi» prmt d rstitur la solution d référnc qul qu soit l pas d tmps objctif. Quant à l approch «SMS», ll prd t obj rapidmnt n précision. Ls résultats sont très imprécis pour ds valurs d 1,6ms t 3,2ms. 6. Conclusion t obj égals à Dans ctt étud, un nouvll méthod pour l Slctiv Mass Scaling a été introduit. L objctif d ctt approch st d prmttr d augmntr l pas d tmps d calcul, dans l cadr d un résolution à l aid d un schéma xplicit, sans altérr significativmnt la répons d la structur. L approch proposé st simpl, dans l sns où ll put êtr facilmnt mis n plac dans un cod xplicit xistant. Pour l instant, ctt approch st appliqué par intuition sur différnts typs d problèms. Il rst à définir un critèr prtinnt prmttant d savoir si ctt approch put êtr appliqué sur un cas ou non, sachant qu un analys modal sur l nsmbl d la structur aurait un coût d calcul prohibitif. Par aillurs, il srait intérssant d construir un stimatur d rrur ntr la solution obtnu avc l SMS t la solution sans scaling. A travrs l cas tst présnté dans c papir, nous avons pu obsrvr qu l approch mis n plac st plus robust qu l approch initial proposé pour l Slctiv Mass Scaling. Cpndant, il rst à éprouvr ctt approch sur d autrs cas afin d s n assurr. Référncs [1] T.J.R. Hughs. Th Finit Elmnt Mthod : Linar and Dynamic Finit Elmnt Analysis, Dovr Publication, [2] L. Olovsson, K. Simonsson, M. Unosson. Slctiv Mass Scaling for xplicit finit lmnt analyss. Intrnational Journal for Numrical Mthods in Enginring, volum 63, pag1436-pag1445, [3] G. Cocchtti, M. Pagani, U. Prgo. Slctiv mass scaling and critical tim-stp stimat for xplicit dynamics analyss with solid-shll lmnts. Computrs and Structurs (accpté pour publication), [4] H. Asks, D.C.D. Nguyn, A. Tyas. Incrasing th critical tim stp: micro-inrtia, inrtia pnaltis and mass scaling, Comput Mch, volum 47, pags 657-pag667,

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Physique Durée : 3h30

Physique Durée : 3h30 Banqu «Agro - Véto» A - 38 Physiqu Duré : 3h3 L usag d un calculatric st autorisé pour ctt épruv. Si, au cours d l épruv, un candidat rpèr c qui lui smbl êtr un rrur d énoncé, il l signal sur sa copi t

Plus en détail

On donne le circuit suivant avec une source de tension continue V 1 et une source de tension alternative v 2 (t) sinusoïdale.

On donne le circuit suivant avec une source de tension continue V 1 et une source de tension alternative v 2 (t) sinusoïdale. T d élctroniqu analogiqu A : iods Ex : Analys statiqu / dynamiqu d un circuit On donn l circuit suiant ac un sourc d tnsion continu V t un sourc d tnsion altrnati (t) sinusoïdal. 0 V = 0 V A 0 B = sin(

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1 P* / P* / P DEVOI SUVEILLE DE PHYSIQUE N 6 sptmbr 4 POBLEME : ASSOIATION DE IUITS On analys, à laid dun oscilloscop, l circuit ci-contr comportant un génératur d tnsion E,r ( ), rprésnté dans l cadr pointillé,

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie

BTS - groupement B - novembre 2008 - Nouvelle Calédonie BTS - groupmnt B - novmbr 8 - Nouvll Calédoni Ercic Ls partis A, B t C sont indépndants. points Un ntrpris produit n grand séri ds véhiculs élctriqus équipés d battris au nicklcadmium. On s propos d étudir

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013.

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013. Exmpls d qustions d sujts d'oraux possibls. Sssion 0. Complxs. Donnr la ou ls réponss justs. Soit A, B dux points d'affixs rspctivs : a= 5 i 5 t b = i 6 a. Soit n N;. Un argumnt d a n st n b. O appartint

Plus en détail

Fonction logarithme exercices corrigés

Fonction logarithme exercices corrigés Trminal S Fonctions Logarithms Vrai-Fau Fonction ln, EPF 6 Equation, Franc 4 4 Dérivés t ln 4 5 Primitivs t ln 6 Calcul d limits 5 6 7 Résolution (in)équations 7 8 Avc ROC 8 9 Dérivation t ncadrmnt 9 Fonction+équation,

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved.

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved. Matériau pour grff MIS Corporation. All Rights Rsrvd. : nal édicaux, ISO 9001 : 2008 atio itifs m rn pos méd int i dis c a u x 9 positifs 3/42 té ls s dis /CE ur r l E. po ou u x U SA t s t appr o p a

Plus en détail

Initiation aux problèmes de télécommunications

Initiation aux problèmes de télécommunications Initiation aux problèms d télécommunications. Etud d un outil fondamntal : la boucl à vrrouillag d phas (P.L.L.). La boucl à vrrouillag d phas (P.L.L. Phas Lock Loop) st un systèm qui prmt d assrvir la

Plus en détail

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure

Estimation expérimentale des propriétés acoustiques de surfaces végétalisées : influences de la variabilité spatiale et de la configuration de mesure CFA 14 Poitirs 22-25 Avril 14, Poitirs Estimation xpérimntal ds propriétés acoustiqus d surfacs végétalisés : influncs d la variabilité spatial t d la configuration d msur G. Guillaum, B. Gauvrau t P.

Plus en détail

Problèmes de courant continu

Problèmes de courant continu Captur résistif d tmpératur Probèms d courant continu Variation d a résistanc d un thrmistanc n fonction d a tmpératur a résistanc R d un thrmistanc, formé d un matériau smi-conductur, vari avc a tmpératur

Plus en détail

Exercice 1 :(15 points)

Exercice 1 :(15 points) TE/pé TL Elémnts d corrction du D. n 2 du Vndrdi 2 0ctobr 2012 sans documnt, avc calculatric 1h1min Ercic 1 :(1 points) À l occasion d un fstival culturl, un agnc d voyags propos trois typs d transport

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

Eléments de toiture en béton (TT) Willy Naessens 75

Eléments de toiture en béton (TT) Willy Naessens 75 Elémnts d toitur n éton (TT) Willy Nassns 75 Dscription énéral Pourquoi choisir ls lmnts d toitur n éton s élémnts d toitur n éton précontraint sont formés par 3 nrvurs spacés d 800 mm d ax n ax, rliés

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

ECHANTILLONNAGE, QUANTIFICATION CONVERSION ANALOGIQUE-NUMERIQUE NUMERIQUE-ANALOGIQUE. (Vol. 3)

ECHANTILLONNAGE, QUANTIFICATION CONVERSION ANALOGIQUE-NUMERIQUE NUMERIQUE-ANALOGIQUE. (Vol. 3) Dpt GEII IUT Bordaux I ECHANTILLONNAGE, QUANTIFICATION CONVERSION ANALOGIQUE-NUMERIQUE t NUMERIQUE-ANALOGIQUE (Vol. 3) G. Couturir Tl : 05 56 84 57 58 mail : couturir@lc.iuta.u-bordaux.fr Sommair I- Spctr

Plus en détail

Gaines. Documentation technique

Gaines. Documentation technique Gains Documntation tchniqu Hygièn ds locaux, conort t modrnité, acilité d installation, ls gains d vntilation d Etrnit ornt d multipls possibilités dans la plupart ds bâtimnts d habitation, trtiairs ou

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3.

E. Daudigeos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Clayette 4, Paule Opolon 5, G. Vassal 1, N. Lassau 2,3. CARACTERISATION DE LA CROISSANCE TUMORALE D UN MODELE DE GREFFE ORTHOTOPIQUE DE NEUROBLASTOME METASTATIQUE PAR ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET BIOLUMINESCENCE. E. Daudigos 1, V. Rouffiac 2,3, V. Claytt 4,

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Thèse. Doctorat en Sciences

Thèse. Doctorat en Sciences Ministèr d l Ensignmnt Supériur t d la Rchrch Scintifiqu Univrsité Frhat Abbas, Sétif Faculté d Tchnologi Départmnt d Elctroniqu Thès Présnté par M. LAIB Salah-Eddin Pour l Obtntion du Diplôm d Doctorat

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire A Nous avons dmandé à ds millirs d élèvs canadins comm toi d répondr à ctt important nquêt, qui prmttra à Santé Canada d miux comprndr la consommation d tabac chz ls juns. Nous t rmrcions d nous aidr dans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES

L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES L OUTIL BOND GRAPH POUR LA MODELISATION DES SYSTEMES MECATRONIQUES A. NAAMANE La Mécatroniqu Ls bond graphs Pourquoi? Outil d modélisation prformant ; Prmt d bin comprndr ls transfrts d puissanc ; Put

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

TRESORERIE GENERALE DU MAROC

TRESORERIE GENERALE DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU MAROC INSTRUCTION C1 SUR LA COMPTABILITE DENIERS DES RECETTES PERCEPTIONS ET PERCEPTIONS : S O M M A I R E TITRE I NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES EN DENIERS - Sction

Plus en détail

Traitement Numérique du Signal

Traitement Numérique du Signal Ecol ational Supériur d Tchniqus Avancés Traitmnt umériqu du Signal vrsion ichl Trré michl.trr@cnam.fr http://asytp.cnam.fr/trr/ Ecol ational Supériur d Tchniqus Avancés /94 Ecol ational Supériur d Tchniqus

Plus en détail

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS :

Je cherche la SECURITE. Je cherche la SECURITE GÉNÉRALITÉS : Soair du guid. - IMPORTANT - Passag d rou faibl Véhiculs non chaînabl un ATTENTION! Cs pags continnnt ds informations importants. Véhiculs non chaînabl un GÉNÉRALITÉS : CONTRAIREMENT AUX IDÉES REÇUES,

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

FORCE PRESSION CHAMP MAGNETIQUE...

FORCE PRESSION CHAMP MAGNETIQUE... OCE PEON CHAMP MAGNETQUE 1)Efft Pizzo Elctriqu Un forc appliqué à un lam d quartz induit un déformation qui donn naissanc à un tnsion élctriqu - CAPTEU À EET PÉZOÉLECTQUE 1- Efft piézoélctriqu Un forc

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

Phase avant-projet : intégration des réseaux et équipements techniques dans les bâtiments

Phase avant-projet : intégration des réseaux et équipements techniques dans les bâtiments Phas avant-projt : intégration ds résaux t équipmnts tchniqus dans ls C documnt contint ds rnsignmnts rlatifs aux bsoins n résaux t équipmnts tchniqus ds immubls d buraux modrns : vntilation/climatisation,

Plus en détail

La machine à courant continu

La machine à courant continu La machin à courant continu Ls machins élctriqus tournants sont ds convrtissurs d'énrgi. Lorsqu'lls transformnt d l'énrgi élctriqu n énrgi mécaniqu, on dit qu'lls fonctionnnt n motur. En rvanch, si lls

Plus en détail

Les pierres angulaires d un avenir meilleur

Les pierres angulaires d un avenir meilleur Ls pirrs angulairs d un avnir millur XELLA propos plusiurs solutions d murs innovants qui s inscrivnt parfaitmnt dans la tndanc d constructions pu énrgivors t qui sont prêts pour 2020. Photo couvrtur:

Plus en détail

jean-marc.routoure@unicaen.fr

jean-marc.routoure@unicaen.fr n u u xq u i m ut a v s r o u o c id s i v d Un long VERS UN ENSEIGNEMENT MIXTE : PARTAGE D EXPÉRIENCES! EXEMPLE D UN DISPOSITIF D ENSEIGNEMENT MIXTE JEAN-MARC ROUTOURE, CORENTIN JOREL, DIDIER ROBBES,

Plus en détail

UNIVERSITE DE LIMOGES. ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES THESE. pour obtenir le grade de

UNIVERSITE DE LIMOGES. ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES THESE. pour obtenir le grade de UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Scinc Tchnologi Santé FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES Anné : 23 THESE pour obtnir l grad d Thès N 42-23 DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Disciplin : "Elctroniqu

Plus en détail

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH Un rncontr d la communauté Rssourcs humains t managmnt d Grnobl Ecobiz n partnariat avc l ANDRH L agilité, nouvll postur managérial Confrontés aux turbulncs d un mond n mutation, ls ntrpriss chrchnt d

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE

CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE Sssion 200 Brvt d Tchnicin Supériur CONTRÔLE INDUSTRIEL t RÉGULATION AUTOMATIQUE U4 Instrumntation t Régulation Duré : 3 hurs Cofficint : 4 L utilisation d un calculatric réglmntair st autorisé. Calculatric

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003 DEA d physqu subatomqu Corrgé d l xamn d analys statstqu ds donnés t d modélsaton ssson d févrr - anné 22-23 Jérôm Baudot sur 45 ponts I- Errur sur la msur d un asymétr avant-arrèr ponts I-a La formul

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 1: Bases de la mécanique quantique

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 1: Bases de la mécanique quantique MECANIQUE QUANTIQUE Chapitr 1: Bass d la mécaniqu quantiqu Pr. M. ABD-LEFDIL Univrsité Mohammd V-V Agdal Faculté ds Scincs Départmnt d Physiqu, LPM Anné univrsitair 007-08 08 Filièrs SM 3-SMI 3 3 1 Introduction

Plus en détail

DENSITE, POPULATION CUMULEE ET TEMPS D ACCES

DENSITE, POPULATION CUMULEE ET TEMPS D ACCES DENSITE, POPULATION CUMULEE ET TEMPS D ACCES ANALYSE DES RELATIONS ENTRE MORPHOLOGIE URBAINE ET TEMPS D ACCES DANS L AIRE URBAINE DIJONNAISE Cyril Enault Boulvard Gabril 1 DIJON 3 8 39 57 37 cyril.nault@u-bourgogn.fr

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

Evolution de l étanchéité des enceintes de confinement en béton dans les centrales nucléaires.

Evolution de l étanchéité des enceintes de confinement en béton dans les centrales nucléaires. ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Parti D TITRE : Evolution d l étanchéité ds ncints d confinmnt n béton dans ls cntrals nucléairs. Tmps d préparation :...2 h 15 minuts Tmps d présntation dvant l jury :.10 minuts

Plus en détail

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1 Environnmnt institutionnl t dévloppmnt durabl: Éclairag ds concpts Et Etud comparativ ntr trois pays d l Union du Maghrb Arab (Tunisi - Maroc - Algéri) Rana Dallali 1 Résumé : L dévloppmnt durabl st un

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

COURS ING1035 - MATÉRIAUX

COURS ING1035 - MATÉRIAUX PROGRAMME DE GÉNIE DES MATÉRIAUX Not inal: /50 NOM (n majusculs): Vrsion modiié PRÉNOM : 11/12/02 ; 18h00 SIGNATURE : MATRICULE : SECTION : COURS ING1035 - MATÉRIAUX Examn inal du 10 décmbr 2002 d 9h30

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail

Propagation et réflexion d ondes internes dans l océan : le mystère de l angle critique

Propagation et réflexion d ondes internes dans l océan : le mystère de l angle critique 5 Propagation t réflxion d onds intrns dans l océan : l mystèr d l angl critiqu par Louis GOSTIAUX t Thirry DAUXOIS Laboratoir d physiqu d l ENS d Lyon UMR CNRS 567 69364 Lyon Cdx 7 Thirry.Dauxois@ns-lyon.fr

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

LA DESCRIPTION DES COURS

LA DESCRIPTION DES COURS PROGRAMME DES ÉCOLES PUBLIQUES 1998-1999 MATHÉMATIQUES LE RÔLE DE LA DISCIPLINE Ls mathématiqus sont un scinc xploratoir t analytiqu qui chrch à xpliqur t à fair comprndr tout phénomèn naturl. Ells sont

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques

ADELE 126 : Charte graphique et ergonomique des téléprocédures publiques ADELE 126 : Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus Vrsion 1 janvir 2006 Chart graphiqu t rgonomiqu ds téléprocédurs publiqus vrsion 1 Vrsion 1 2 décmbr 2005 Pag 2/47 Chart graphiqu t rgonomiqu

Plus en détail

Évaluer l impact social avec l approche SROI

Évaluer l impact social avec l approche SROI Évalur l impact social avc l approch SROI Ls Cahirs d l Institut d l Innovation t d l Entrprnuriat Social IIES Application au sctur d l Insrtion par l Activité Économiqu Collction Ouvrags & Xxxxxxxxxxxxxx

Plus en détail

Logique : Véhicule hybride Toyota Prius (centrale PSI 07)

Logique : Véhicule hybride Toyota Prius (centrale PSI 07) Scincs d l Ingéniur Lgiqu : Véhicul hybrid Tyta Prius (cntral PSI 07) Intrductin : Dans l cntxt actul d écnmi ds énrgis fssils t d réductin ds émissins d gaz ncifs, l systèm d prpulsin hybrid cnstitu un

Plus en détail

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs

B!m(bwbou.hbsef!eft! ofshjft!ev!gvuvs Mb!Ibvuf.Tbjoupohf B!m(bwbou.hbsf!ft! ofshjft!v!gvuvs Edition 2011!!!!!!!!!!!!!!Qfstqfdujwft!!!!!!!S vttjuft!!!!!!!joopwbujpo Fofshjft www.haut-saintong.com Edito Au nivau mondial, il y a trois mois ncor,

Plus en détail

Bloc 1 : La stabilité, une question d équilibre

Bloc 1 : La stabilité, une question d équilibre Bloc 1 : La stabilité, un qustion d équilibr Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Structur Un structur st un form qui résist aux forcs qui,

Plus en détail

Smart TENSTM. Instructions d utilisation

Smart TENSTM. Instructions d utilisation Smart TENS Instructions.qx6 30/10/06 16:16 Pag Smart TENSTM Instructions d utilisation L Smart TENS st un méthod d point pour soulagr la doulur, non médicamntus. C TENS numériqu st un apparil puissant,

Plus en détail

Intégration des outils Persée (Proposition d architecture) Déliverable 3.1 du projet PERSÉE - Partie 1

Intégration des outils Persée (Proposition d architecture) Déliverable 3.1 du projet PERSÉE - Partie 1 Intégration ds outils Prsé (Proposition d architctur) Délivrabl 3.1 du projt PERSÉE - Parti 1 S. Bardin and F. Hrbrtau and M. Sighiranu and G. Sutr and A. Vincnt 2 juin 2005 Participants au group Intégration

Plus en détail

La conduite après usage de cannabis et les jeunes

La conduite après usage de cannabis et les jeunes www.cclt.ca www.ccsa.ca Résumé thématiqu La conduit après usag d cannabis t ls juns L présnt résumé fait parti d'un séri d quatr documnts présntant un aprçu ds donnés scintifiqus actulls sur ls ffts d

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

Mise en œuvre d IHM multimodales dans un système de CAO. Une approche fondée sur les méthodes formelles

Mise en œuvre d IHM multimodales dans un système de CAO. Une approche fondée sur les méthodes formelles Mis n œuvr d IHM multimodals dans un systèm d CAO. Un approch fondé sur ls méthods formlls Nadjt KAMEL +* & Yamin AIT AMEUR * +Laboratoir d Rchrch n Intllignc Artificill Univrsité ds Scincs t d la Tchnologi

Plus en détail

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s Vnt à distanc t -commrc t a h c a d s t n m t r Ls compo in A l d s g a n é m d s Edition 2011 rc t d Indu Chambr d Comm stri d l Ain Obsrvat oir du Commrc Vnt à distanc t -commrc énags d l Ain, m s d

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT

DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT. Société : COCHEBAT DIMENSIONNEMENT DE L ISOLATION THERMIQUE D UN PLANCHER BAS AVEC DALLE A PLOT Société : COCHEBAT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Srvic CLT Division HTO -FL/CR Dat 2006 N affair : Clint sul Vrsion 1

Plus en détail

Transmetteur vocal SD1+

Transmetteur vocal SD1+ MANUEL D UTILISATION ET DE PROGRAMMATION Transmttur vocal SD1+ MANUEL D UTILISATION ET DE PROGRAMMATION Parfait sécurité ds logmnts d habitation, maisons t locaux d ntrpriss C manul d utilisation st particulir

Plus en détail

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes 6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Princips But : Résultats : Convnir ds documnts dont l'ntrpris va s dotr Not adrssé au prsonnl; ligns dirctrics sur la documntation Tâch confié au : Tmps total nécssair : Rprésntant

Plus en détail

Tuyaux en Polyéthylène

Tuyaux en Polyéthylène L Polyéthylèn Caractéristiqus générals Légèrté t flxibilité élvés; Excllnt résistanc aux chocs; Étanchéité absolu aux gaz t aux vapurs; Fort résistanc aux agnts atmosphériqus t aux altérations provoqués

Plus en détail

Etude et Analyse de la Combustion Turbulente dans un Moteur Alimenté en Gaz Naturel

Etude et Analyse de la Combustion Turbulente dans un Moteur Alimenté en Gaz Naturel Rv. Enrg. Rn. Vol.3 ( 93-13 Etud t Analys d la Combustion Turbulnt dans un Motur Alimnté n Gaz Naturl F. Harouadi t S. Boulahrouz* nstitut d Géni Mécaniqu, Cntr Univrsitair d Gulma, B.P 41, Gulma 4 nstitut

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 20 Les transferts thermiques dans un bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 20 Les transferts thermiques dans un bâtiment FICHE Fich à dtination d nignant T 0 L tranfrt thrmiqu dan un bâtimnt Typ d'activité Activité avc étud documntair Notion t contnu du programm d T rm Compétnc xigibl du programm d T rm Tranfrt d énrgi ntr

Plus en détail

BÂLE II ET LE RISQUE DE CRÉDIT PME : DES SIMULATIONS DE FONDS PROPRES BANCAIRES DANS LE CADRE D UN PORTEFEUILLE DE CRÉDIT

BÂLE II ET LE RISQUE DE CRÉDIT PME : DES SIMULATIONS DE FONDS PROPRES BANCAIRES DANS LE CADRE D UN PORTEFEUILLE DE CRÉDIT Tarik QUAMAR Rvu JBE BÂLE II ET LE RISQUE DE CRÉDIT PME : DES SIMULATIONS DE FONDS PROPRES BANCAIRES DANS LE CADRE D UN PORTEFEUILLE DE CRÉDIT Tarik QUAMAR, Univrsité Hassan II, Casablanca, Maroc, quamar.univ@gmail.com

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

AIR SEC, AIR HUMIDE ET AIR SATURE. L'air sec. L'air saturé. 20 La Météorologie 8 e série - n 2 - juin 1993

AIR SEC, AIR HUMIDE ET AIR SATURE. L'air sec. L'air saturé. 20 La Météorologie 8 e série - n 2 - juin 1993 La Météorologi 8 séri - n 2 - juin 199 19 L'HUMIDITE DE L'AIR ; MESURES HYGROMETRIQUES AU SOL Christian Prrin d Brichambaut Société Météorologiqu d Franc, 2 avnu Rapp 7540 Paris Cdx 07 OBSERVATION GENERALITES

Plus en détail

OPTIQUE. Introduction à l optique. La lumière sous toutes ces formes et sa propagation. Optique géométrique L OPTIQUE?

OPTIQUE. Introduction à l optique. La lumière sous toutes ces formes et sa propagation. Optique géométrique L OPTIQUE? OPTIQUE L OPTIQUE? Introduction à l optiqu Physiqu qui étudi la lumièr, ss propriétés (production, propagation, récption ) t ls phénomèns qu ll ngndr, mêm lorsqu cuxci n sont pas détctabls par l œil humain

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

L alignement stratégique : déterminant de la performance (étude empirique

L alignement stratégique : déterminant de la performance (étude empirique Résumé Ctt rchrch a pour but d démontrr qu l alignmnt stratégiqu ds TIC, avc la stratégi (précisémnt stratégi d partnariat ou pratiqu d collaboration) t la structur organisationnll d un PME, put avoir

Plus en détail

Transcription et traduction de débats parlementaires. Speech translation of parliamentary sessions

Transcription et traduction de débats parlementaires. Speech translation of parliamentary sessions Transcription t traduction d débats parlmntairs Spch translation of parliamntary sssions D. Déchlott H. Schwnk J.-L. Gauvain LIMSI/CNRS Bâtimnt 508, Univrsité d Paris-Sud, 9403 Orsay (Franc) dchlot@limsi.fr

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

COLGATE PREVIDENT 5000 PLUS TOOTHPASTE FRUITASTIC/ DENTIFRICE FRUITASTIQUE

COLGATE PREVIDENT 5000 PLUS TOOTHPASTE FRUITASTIC/ DENTIFRICE FRUITASTIQUE Vrsion 1.0 Dat d révision 09/20/2012 Dat d'imprssion 09/20/2012 SECTION 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit : COLGATE PREVIDENT 5000 PLUS TOOTHPASTE FRUITASTIC/ Numéro d la FS

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail