Pouls des taux actuels : Finance personnelle :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pouls des taux actuels : Finance personnelle :"

Transcription

1 PAGE 1 Team Name / IA Name /Bulletin 8 Septembre 2010 Dans cette édition : 1. Votre programme de don : fiscalement intéressant 2. Voyager l`âme en paix : Question sur les assurances auto 3. Le point sur les marchés : Du pareil au même Pouls des taux actuels : Certificat de placement garantit : Banque Nouvelle-Écosse 5 ans : 2.95 % Obligation de l Ontario : juin 2016 : 2.94% Obligation de société : Manuvie échéance août 2015 : 4.0% Finance personnelle : 1. Nous pouvons maintenant vous aider à réaliser votre rêve de faire des gestes qui comptent. Que vous désiriez appuyer les arts, conserver les ressources naturelles, contribuer à la recherche médicale ou aider les enfants défavorisés du monde, vos projets caritatifs en disent long sur vous-même et sur les valeurs qui vous tiennent à cœur. Notre équipe peut vous aider à vous assurer que vos dons s inscrivent bien dans votre stratégie globale de gestion de patrimoine et appuient vos causes de façon aussi efficace que durable. Il existe une manière simple, brillante et fiscalement avantageuse de vous aider à atteindre cet idéal. C est comme si vous aviez votre propre organisme caritatif. L équipe Duhaime 343, rue Preston Bureau 300 Ottawa (Ontario) K1S 1N4 Tél. : Téléc. : (613) Serge Duhaime Vice-président Conseiller en gestion de patrimoine Tél. : (613) David Plamondon Conseiller en placement Adjoint, Planification du patrimoine Tél. : (613) Marie-France Pouliot Adjointe Tél. : (613) Pour en savoir plus sur Le programme de don nous vous invitons à notre conférence : Mercredi le 27 octobre h 30 à 13 h 30 Richardson GMP Limitée, bureau , rue Preston, Ottawa RSVP : avant le 20 octobre 2010 auprès de David Plamondon Vous utilisez votre voiture à l'extérieur du Québec? Vous prévoyez louer un véhicule en voyage? Jusqu'où vous protègent la SAAQ et votre assurance auto? Quelles précautions faut-il prendre? Itinéraire commenté. Nous vous invitons à lire l article suivant de Marc Tison qui est apparu dans La Presse du 14 août 2010.

2 PAGE 2 Article de Marc Tison La Presse - 14 août 2010 D'abord, un petit rappel avant le départ: «Votre assureur auto couvre tout ce qui est matériel. Tout ce qui est corporel est couvert par la Société de l'assurance automobile, que l'on soit responsable ou non de l'accident: c'est un régime sans égard à la faute», résume le porte-parole de la SAAQ, Gino Desrosiers. La SAAQ vous indemnisera donc pour les dommages corporels que vous subiriez dans un accident d'automobile, que vous en soyez responsable ou non, où que ce soit dans le monde. Le séjour à l'étranger ne doit cependant pas excéder six mois. Toutefois, la SAAQ ne couvre pas les dommages corporels que vous causeriez à autrui à l'extérieur du Québec. C'est votre assurance auto qui s'en charge. Voyager avec votre voiture au Canada et aux États-Unis «Les Québécois qui se rendent aux États-Unis et dans d'autres provinces au Canada sont couverts automatiquement par leur police d'assurance (dite FPQ 1) pour une durée de 40 à 60 jours, explique Caroline Phémius, de Desjardins Assurances générales. Cependant, lorsque le séjour est d'une durée supérieure, il est important d'en informer son assureur et une surprime devra être appliquée.» La Loi sur l'assurance automobile exige une couverture en responsabilité civile d'au moins $. Toutefois, «le contrat d'assurance du Québec va se réajuster automatiquement à la couverture de responsabilité civile minimale exigée dans les autres provinces ou États américains», précise Anne Morin, responsable des affaires publiques au Bureau d'assurance du Canada (BAC). Les assureurs québécois incluent habituellement une responsabilité civile de 1 million de dollars. C'est là un minimum. Si on voyage à l'extérieur du Québec - particulièrement aux États-Unis -, plusieurs assureurs recommandent de l'augmenter à 2 millions. La prime annuelle gonflera peut-être de 15 à 30$ mais, «à si peu de frais, pas la peine de s'en passer», insiste Pierre Duchesne, analyste en assurances à La Capitale assurances générales. Vous faites un détour au Mexique Vous entendez vous rendre au Mexique avec votre véhicule? La police d'assurance classique du Québec ne vous couvre qu'au Canada et aux États-Unis. Appelez votre assureur. En théorie, l'ajout de l'avenant 44 permettra d'élargir l'étendue territoriale de la police à un autre pays. Mais cet avenant est rare comme la neige à Acapulco. «Il faut souscrire une assurance avec un assureur reconnu par les autorités mexicaines, explique Pierre Duchesne. Habituellement, les gens prennent cette assurance à la frontière.» Location au Canada ou aux États-Unis Vous louez une voiture au Canada ou aux États-Unis? Une responsabilité civile minimale est peut-être incluse dans le prix de base de la location. L'agence vous proposera une (coûteuse) assurance responsabilité supplémentaire, généralement de 1 million, pour environ 14$US par jour. Toutefois, la clause responsabilité civile de votre assurance auto s'applique à la location de voiture, ce qui vous dispense de ce supplément. Elle entrerait en jeu si celle de l'agence était inexistante ou insuffisante pour couvrir les dommages à autrui et une poursuite subséquente dont vous seriez l'objet. C'est pourquoi la SAAQ, dans son dépliant Partir en toute assurance, recommande d'augmenter la couverture de responsabilité civile de votre police comme si vous utilisiez votre propre véhicule.

3 PAGE 3 Le très utile avenant 27 Vous pouvez acheter à l'agence de location une assurance dommage et vol (loss damage waiver, ou LDW), pour environ 9$US par jour. Des franchises peuvent s'appliquer. Cependant, l'avenant 27 de la police d'assurance auto couvre les dommages matériels causés aux véhicules qui ne vous appartiennent pas - y compris les voitures louées. Assurez-vous que cet avenant est inclus dans votre police, ce qui est souvent le cas lorsque le véhicule est assuré avec les protections complètes. «Cet avenant est souvent rentabilisé en une seule location», observe Anne Morin, du BAC. Pour les locations aux États-Unis, elle recommande d'apporter avec soi une copie de cet avenant en anglais. Vérifiez cependant la limite aux dommages qui sera indiquée dans l'avenant $ ou $, par exemple. La valeur du véhicule loué ne doit pas excéder ce montant. Tout comme la police dans laquelle il est inscrit, «l'avenant 27 s'applique au Canada et aux États-Unis», souligne Charlotte Sasseville, porte-parole du BAC. Vous n'avez pas d'assurance auto? Méfiez-vous de la Californie... Vous n'avez pas de voiture, donc aucune assurance auto, et vous prévoyez louer une voiture aux États-Unis? Si vous choisissez la location de base en comptant sur votre seule carte de crédit de voyageur pour vous protéger, soyez prudent... Les assurances location des cartes de crédit ne procurent habituellement aucune couverture pour la responsabilité civile. Or, la responsabilité civile incluse dans les tarifs de base varie selon les agences et les États - soit de nulle à ridiculement basse. Ainsi, selon les prix fournis par l'agence de voyages CAA-Québec, la location d'une voiture économique pour 22 jours en Californie coûte 1254$ avec la protection complète sans franchise et 829$ en location de base. Mais la responsabilité civile de cette dernière est à ce point infime qu'elle est pratiquement inexistante, prévient Philippe St-Pierre, de CAA-Québec. Sur son site internet de réservation, Hertz Canada prend pour sa part le soin de rappeler que le tarif de location de base n'inclut pas la responsabilité civile en Californie. En théorie, il existe un produit d'assurance pour les conducteurs non propriétaires: la police FPQ 2, dite Formule des conducteurs. Elle couvre la responsabilité civile et les dommages aux véhicules qui ne vous appartiennent pas. Mais rares (s'ils existent) sont les assureurs qui la proposent. «Si elle est difficile à obtenir, c'est probablement parce que le risque est difficile à tarifer», estime Charlotte Sasseville. Bref, si vous n'avez pas d'assurance auto, prenez l'assurance responsabilité civile complémentaire de l'agence de location. Formule achat-rachat en Europe Rouler dans une voiture neuve en Europe? C'est ce que vous permet la formule achat-rachat, grâce à laquelle vous prenez possession d'une voiture fraîchement sortie de l'usine, qu'on vous rachète à la fin de votre séjour. Selon les prix fournis par l'agence de voyages CAA-Québec, la location pour 22 jours d'une voiture économique, une Peugeot 207 à essence, coûtera 1 239$. Tout est compris dans ce prix: assurances multirisques sans franchise, assistance routière, aucune restriction géographique dans 38 pays, responsabilité civile de 1 million d'euros. «Ces 1 239$ vous offrent une paix d'esprit complète», commente Philippe St-Pierre. L'achat-rachat n'est possible que pour une durée minimale, habituellement 17 jours.

4 PAGE 4 Location en Europe La location semble moins coûteuse. Une voiture économique Renault Twingo à essence, en location de base, coûtera 601$ pour 22 jours, selon CAA-Québec Voyages. Mais ce tarif n'inclut que la responsabilité civile, et votre assurance auto ne franchit pas l'atlantique. Pour y ajouter l'assurance collision et vol, la facture monte à 769$. Les (lourdes) franchises peuvent être supprimées avec un supplément à ce supplément: la location tout inclus sans franchise s'élève à 1142$. «Sur place, il faut ajouter les taxes aéroportuaires et écologiques», rappelle Philippe St-Pierre. Nous ne sommes pas loin des 1239$ de la formule achat-rachat. Cependant, la carte de crédit de prestige avec assurance location permettra de réduire les frais. Carte de crédit de voyageur: précautions Les cartes de crédit or, platine et autres métaux précieux incluent habituellement des assurances pour voyageurs, parmi lesquelles une assurance collision et vol, à la location d'une auto. Avant de vous y fier aveuglément, faites tout de même quelques vérifications. Par exemple: pour quelle durée la location est-elle couverte? Si vous utilisez la carte or Ovation de la Banque Nationale avec frais annuels de 95$, la location ne doit pas excéder 31 jours. À la même institution, la carte platine avec frais annuel de 125$ repousse cette échéance à 48 jours. Vous rêvez de rouler carrosse dans une Mercedes ou une BMW? Attention, certaines polices de cartes de crédit excluent expressément certaines marques de prestige ou de luxe. D'autres contrats formulent plutôt des limites aux dommages, donc à la valeur du véhicule $ maximum, par exemple. Et bien entendu, il faut que la location ait été entièrement payée avec la carte de crédit. Mais surtout, «il faut refuser la protection fournie par le loueur, qui s'appelle la protection EDC», rappelle Caroline Phémius, de Desjardins Assurances générales. Le certificat de l'assurance Protection voyage de BMO Banque de Montréal insiste: s'il n'y a aucun endroit prévu sur les formulaires du loueur pour refuser cette protection, il faut inscrire soi-même sur le contrat en toutes lettres «Je renonce à l'assurance exonération des dommages par collision offerte par l'agence de location». À défaut de cette précaution, l'assurance collision de votre carte ne s'applique pas! «L'assurance est valide dans le monde entier, mais il arrive que, dans certains pays, des entreprises de location refusent cette protection, au Moyen-Orient notamment, souligne par ailleurs Éric Marcoux, coordonnateur au bureau de la haute direction de BMO Banque de Montréal. Il faut se renseigner avant de signer le contrat de location.» L'assurance location en option sur la carte de crédit Pour bénéficier d'une assurance location de voiture, il n'est pas essentiel de se procurer une carte de crédit de prestige, avec les frais annuels de 90$ à 150$ qui l'accompagnent habituellement. Certaines institutions financières offrent une assurance voyage en option à leur carte ordinaire. Citons par exemple la Protection voyage BMO, au coût de 29$ par année. À la location, cette option accorde la même couverture que l'assurance incluse avec la carte MasterCard BMO Air Miles Or, assure Éric Marcoux.

5 PAGE 5 Échange maison-véhicule L'échange de sa maison et de sa voiture contre les mêmes propriétés d'un étranger permet de voyager à bas prix. Tant qu'aucun problème ne survient, bien sûr. «Si vous prêtez votre véhicule à une personne en visite au Québec pour une courte durée, elle bénéficiera de la responsabilité civile liée à votre véhicule et celui-ci sera couvert pour les dommages qui pourraient être causés», décrit Caroline Phémius, de Desjardins. Cette courte durée n'étant pas définie davantage, il est impératif de communiquer avec votre assureur pour lui décrire les conditions de cet échange. «Habituellement, nous demanderons le nom du conducteur et son dossier de conduite», indique Pierre Duchesne, de La Capitale. La prime pourrait être ajustée en conséquence. Attention: vous ne pouvez prêter votre véhicule contre rémunération... ce qui s'appelle une location, aux yeux soupçonneux de votre assureur. Il y a une réciproque. Le Québécois qui emprunte le véhicule de son correspondant français devra s'informer des conditions offertes par l'assureur de celui-ci. «C'est le contrat d'assurance français qui va déterminer si le touriste québécois sera couvert pour la responsabilité civile et si le véhicule conduit là-bas sera couvert aussi en cas de dommages», explique Caroline Phémius. Responsabilité civile au volant Au Québec, 50,3% des détenteurs d'une assurance auto ont une couverture de $ pour la responsabilité civile. Pour 49,4% des assurés, cette protection est fixée à $. Enfin, 0,1% des assurés ont la protection minimale de $. Source: Bureau d'assurance du Canada Petit lexique des assurances en location de voitures CDW (collision damage waiver) : Assurance collision, qui est en fait une exonération de toute responsabilité financière pour le client si la voiture est endommagée. TP (theft protection) : Même exonération en cas de vol. LDW (loss damage waiver) : C'est la formule standard de l'exonération combinée en cas de dommages CDW ou vol TP. LC (liability cover) ou SLI (supplement liability insurance) : Assurance responsabilité civile complémentaire.

6 PAGE 6 Du pareil au même? David Andrews, CFA Directeur Stratège, Clientèle privée Phil Kwon Vice-président Groupe Stratégie de portefeuille L or atteint un nouveau sommet $ $ $ $ $ $ $ janv-2010 févr-2010 Source : Bloomberg mars-2010 avr-2010 mai-2010 juin-2010 juil-2010 août-2010 Le rendement des obligations du Trésor américain de 2 ans à un bas historique Rendement (%) Source : Bloomberg sept Vue d ensemble Le point sur les marchés 17 septembre 2010 À la déception de plusieurs d entre nous, l été tire à sa fin, les enfants sont retournés à l école, les parents sont retournés au travail et chacun reprend sa routine quotidienne. Pour leur part, les investisseurs se retrouvent avec les mêmes inquiétudes qu avant leurs vacances si bien méritées. Au cours des dernières semaines, les marchés ont manqué de confiance et de conviction; les investisseurs nous semblent demeurer dans l attente d un événement quelconque. Est-ce qu il en sera de même avec l arrivée de l automne, ou est-ce qu il y aura un catalyseur qui nous sortira de cette léthargie? Sur le plan économique, les récentes données ont été plus faibles que prévu et suggèrent une croissance plus modeste de l économie mondiale. Le taux de chômage qui s entête à demeurer élevé, un marché immobilier américain qui tarde à recouvrer la santé, et l incertitude causée par une conjoncture réglementaire et fiscale changeante ont tous pesé sur les investisseurs et miné leur confiance. Même la Réserve fédérale américaine a manqué d inspiration en décrivant les perspectives économiques d «inhabituellement incertaines». Par conséquent, les marchés boursiers font du surplace depuis le printemps. Le volume des opérations durant l été (y compris les cinq premiers jours de septembre) était 30 % plus faible que la normale, reflétant le manque de conviction des investisseurs, dans un sens comme dans l autre. Tout n est pas noir pour les investisseurs, par contre. Les faibles données économiques n ont pas nui au prix des marchandises. Les prix de l or et de l argent ont tous les deux grimpé en raison de leur attrait en tant que valeur refuge. Un petit déjeuner coûte désormais plus cher, car le prix des contrats à terme sur toutes sortes de produits le blé, le sucre, le maïs, le café augmente en raison des craintes de mauvaises récoltes liées aux conditions climatiques. De plus, la variation des données économiques a fait grimper le prix des obligations. Craignant une rechute de l économie, les investisseurs au détail ont détourné des milliards de dollars en actions vers des fonds communs d obligations au cours des trois derniers mois. La perception que les obligations gouvernementales sont une valeur sûre a poussé leur taux de rendement (lequel fluctue dans le sens inverse de leur prix) fortement à la baisse. En août, les obligations du Trésor américain de 2 ans offraient un rendement historiquement bas de 0,45 %. En d autres mots, c est de l argent qui rapporte moins d un demi-pour cent, tandis que l inflation atteint 1,2 % par année! Le marché des instruments à taux fixe reflète des perspectives économiques beaucoup plus sombres que le marché boursier et avec l arrivée des mois de septembre et d octobre, historiquement les plus difficiles, la question est de savoir lequel des deux marchés a raison? Nous sommes d avis que ce n est ni l un ni l autre. Autrement dit, les investisseurs du marché des obligations sont peut-être un peu trop pessimistes et ceux du marché boursier, un peu trop optimistes. Trois facteurs expliquent la récente ruée vers le marché obligataire. Premièrement, les investisseurs se sont rajustés à des perspectives de croissance plus modestes; toutefois, même si certaines données économiques récemment publiées sont franchement mauvaises, à notre avis elles ne justifient pas les rendements obligataires ultrafaibles que nous avons présentement.

7 PAGE 7 Les projections de bénéfices sont-elles trop élevées? 100 $ 90 $ 80 $ 70 $ 60 $ 50 $ 40 $ 01-T1 02-T1 03-T1 Source : Bloomberg BPA du S&P 500, derniers 12 mois (à gauche) Indicateurs de tendance a/a (à droite) 04-T1 05-T1 les récessions à double creux sont peu probables, l histoire montre qu elles résultent surtout de politiques monétaires inopportunes... Le dollar canadien se négocie à l intérieur d une bande 1,02 $ 1,00 $ 0,98 $ 0,96 $ 0,94 $ 0,92 $ 0,90 $ janv-2010 févr-2010 mars-2010 Source : Bloomberg avr T1 mai T1 juin T1 juil T1 août T sept-2010 Deuxièmement, cette récente reprise du marché obligataire s explique aussi par la chasse aux résultats, car c est effectivement là qu on trouve les meilleurs rendements. Troisièmement, il est possible que les investisseurs aient tout simplement perdu leur appétit pour le risque. (Après tout, ce fut une décennie minable au chapitre de la performance boursière et on ne rajeunit pas.) Quoi qu il en soit, le marché obligataire semble annoncer quelque chose qui ressemble à un double creux. En fait, les récessions à double creux sont statistiquement peu probables, l histoire montre qu elles résultent surtout de politiques monétaires inopportunes (une hausse trop rapide des taux d intérêt) plutôt que d une rechute de l activité économique en soi. Soyons clairs : nous ne souscrivons pas à l idée d une récession à double creux. Historiquement, les marchés boursiers chutent d environ 30 % lorsqu une récession économique est en vue. Or, depuis leurs sommets du mois d avril, les Bourses nord-américaines ont perdu environ 14 %, ce qui indiquerait un ralentissement plutôt qu une récession. Autrement dit, si nous nous dirigeons vers une récession, les marchés boursiers comportent toujours un risque de chute de l ordre de 15 %. Cela nous semble trop pessimiste. D un autre côté, nous sommes d avis que les projections de bénéfices faisant consensus sont encore trop élevées, compte tenu de nos perspectives d une croissance économique modeste. Actuellement, le consensus des bénéfices du S&P 500 pour 2011 se situe à 93,86 $, lequel, à notre avis, ne se justifie pas à la lumière de la récente baisse des indicateurs de tendance publiés par le Conference Board (voir la colonne de gauche). Nous nous attendons à ce que les analystes révisent à la baisse leurs projections de bénéfices pour 2011 au cours des mois à venir. En clair, c est l économie! Selon nous, l indice des acheteurs suggère une croissance du PIB de l ordre de 3,5 % à 4,0 % pour l an prochain (rien d extraordinaire, mais non récessionniste). Aux États-Unis, le taux de croissance pourrait atteindre 2,0 % pour l an prochain, en dessous de son potentiel de croissance, mais au-dessus de précédentes indications de 1,4 % au deuxième trimestre de Les consommateurs américains poursuivent leur désendettement (c.-à-d. de rembourser leurs dettes, plutôt que d en contracter de nouvelles), tandis que le taux de chômage demeure élevé. Alors que 10 % de la population se trouve sans emploi, le marché immobilier résidentiel souffrira encore pour une bonne partie de Pour leur part, les entreprises continueront de thésauriser de l argent alors que la conjoncture fiscale et réglementaire demeure nébuleuse. La situation se clarifiera peut-être si le paysage politique change en novembre, mais d ici là, la prudence règne. En outre, l augmentation des fusions et acquisitions d entreprises est favorable pour deux raisons : d une part, elle témoigne de l existence de «bonnes occasions» dans le marché des capitaux; d autre part, elle permet aux entreprises de grossir et de se renforcer. Aussi, les fusions et acquisitions annoncent peut-être le réveil de l «instinct animal» des investisseurs.

8 PAGE 8 Les pays en émergence mènent la charge janv-2009 mars-2009 mai-2009 juil-2009 S&P 500 sept-2009 nov-2009 Au Canada, le taux de financement à un jour a augmenté trois fois de suite alors que l économie continue de créer plus d emplois et de performer mieux que son voisin du Sud. Canada est parmi les quelques pays développés qui peuvent se vanter d avoir recouvré tous les emplois perdus durant la récession. L économie intérieure s est quelque peu affaiblie récemment, mais devrait continuer de profiter de la forte demande mondiale pour les ressources naturelles et du prix élevé des marchandises. Par ailleurs, le dollar canadien se négocie entre 0,94 $ US et 0,98 $ US depuis le printemps. Notre devise est intimement liée à l économie mondiale, fluctuant au gré des perspectives de croissance de celle-ci. Compte tenu de nos perspectives d une croissance modeste, notre dollar devrait se maintenir à ces niveaux. Tout récemment, la Réserve fédérale indiquait qu elle percevait une faiblesse généralisée de l économie américaine, mais qu elle demeurait confiante d un retour de la croissance en Certains investisseurs s attendaient à une deuxième ronde de mesures d assouplissement quantitatif («Quantitative Easing»), affectueusement surnommée «QE2». Une deuxième ronde d achat d obligations par la banque centrale serait sans doute déclenchée par un autre trimestre de croissance du PIB à 1,0 %, un scénario possible, mais peu probable. La Réserve fédérale préférerait ne pas accroître davantage son bilan. Elle semble plutôt se contenter de redéployer le produit d obligations hypothécaires arrivées à l échéance dans des obligations du Trésor à long terme, ce qui lui permet de maintenir la taille de son bilan et de garder le rendement des obligations faible. En effet, un rendement faible permet au gouvernement de réduire ses coûts de financement et encourage la consommation des ménages (ce qui nous ramène aux consommateurs qui tentent de se désendetter, que nous mentionnons plus haut). Il semble que la Réserve fédérale préférerait que l économie reprenne toute seule, plutôt que d avoir recours à QE2. Le cœur de l Europe (l Allemagne, la France et les Pays-Bas) devrait connaître un taux de croissance de l ordre 2,5 %, grâce à la confiance des consommateurs, surtout en Allemagne. De plus, la faiblesse de l euro a facilité les exportations et grossi le PIB européen. Encore une fois, ce sont sans doute les pays en émergence qui mèneront la charge en 2011, avec une croissance du PIB de l ordre de 9,0 % à 10,0 %, surtout grâce à des gains de productivité en agriculture et en fabrication. En matière de risque, ces pays jouissent tous d un gouvernement, d une banque centrale et de bilans d entreprise en meilleure santé que ceux des pays développés. Dans l éventualité, peu probable, d une récession à double creux, les pays en émergence seraient mieux capables de mener une politique de relance. De plus, compte tenu de telles perspectives de croissance, les devises des pays en émergence demeurent sous-évaluées. Lorsque cette sousévaluation sera découverte et exploitée, elle bonifiera les rendements aux investisseurs étrangers. De bonnes occasions janv-2010 mars-2010 mai-2010 Source : Bloomberg, Richardson GMP Limitée Indice MSCI juil-2010 Les dividendes s accumulent avec le temps $ $ $ $ $ $ $ sept-2005 mars-2006 Indice composé S&P/TSX Indice composé S&P/TSX avec dividendes sept-2006 mars-2007 sept-2007 mars-2008 sept-2008 mars-2009 sept-2009 mars-2010 sept-2010 Source : Bloomberg, Richardson GMP Limitée Nous sommes optimistes au sujet des perspectives pour les produits de base, surtout les métaux précieux. sept-2010 Sur une période de cinq ans, si on tient compte des dividendes le rendement est de 29 % au lieu de 13 %. Nous sommes d avis que des défis et des occasions se présentent aux investisseurs pour le reste de l année D une part, les défis proviendront de la conjoncture macroéconomique mondiale. Les marchés de l emploi et du logement ne sont pas prévus recouvrer rapidement aux États-Unis; le Canada devra donc tenir compte de la situation américaine dans son choix de politiques, car il ne peut se permettre de s isoler de son plus gros partenaire commercial. D autre part, les perspectives pour l Europe sont meilleures que ne semblent croire les investisseurs, lesquels sont toujours préoccupés par les problèmes de dette souveraine et de devise. La croissance économique mondiale proviendra surtout des pays en émergence, toutefois l inflation et les politiques menées pour la contrôler dans ces pays demeurent une source d inquiétude. Alors, comment constituer un portefeuille dans un tel contexte?

9 PAGE 9 1. Les actions Compte tenu de rendements quasi absents sur les dépôts en espèces et excessivement minces sur les obligations, nous croyons que ce sont les actions qui offrent le meilleur potentiel parmi les principales catégories d actifs. Dans une conjoncture où les obligations gouvernementales de 10 ans rapportent moins de 3,0 %, il nous parait plus raisonnable de détenir des actions à dividende de première qualité. Aussi, nous croyons qu il est trop tôt pour renoncer à des valeurs défensives dans les secteurs des télécommunications, des biens de consommation de base et de la technologie. D une façon générale, nous sommes d avis que des titres offrant une croissance de qualité (ceux des entreprises qui génèrent des flux de trésorerie disponible élevés) domineront dans un contexte de PIB stagnant. Si la croissance économique s accélère, un mouvement vers des valeurs offrant une croissance des bénéfices serait justifié, mais nos prévisions actuelles n indiquent rien de tel. Par ailleurs, les sociétés de placement immobilier offrent à la fois un revenu régulier et un potentiel de hausse aux investisseurs. Pour choisir dans quelle société de placement immobilier investir, il faut d abord déterminer si la tendance est inflationniste ou déflationniste. En nous basant sur notre scénario d une accélération progressive de la reprise, nous penchons plutôt pour une faible pression inflationniste et donc privilégions les sociétés de placement immobilier caractérisées par un levier financier plus grand et des baux d une durée plus courte. Dans le doute, il vaut mieux acheter des fonds indiciels cotés en Bourse (FICB). L écart de taux pour les obligations de sociétés demeure faible Écart, en points de base Source : Bloomberg, Richardson GMP Limitée 2. Les obligations Les obligations se sont révélées un havre sûr pour bien des investisseurs qui s attendaient à un fléchissement de l économie et à une deuxième ronde de mesures d assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale américaine. Nous sommes d avis que ceux qui attendent QE2 seront déçus. Monsieur Bernanke semble préconiser une reprise sans intervention. Par conséquent, il semble peu probable qu il pose un geste important à l aube des élections de novembre, par crainte qu il soit interprété comme un geste politique. Par ailleurs, les investisseurs repoussent continuellement leurs attentes d une hausse des taux d intérêt aux États-Unis. Selon la courbe de rendement des instruments à taux fixe, les titres comportant une échéance de 1 à 5 ans paraissent chers, tandis que ceux comportant une échéance entre 8 et 12 ans paraissent de meilleures valeurs. Bien entendu, une échéance plus longue implique une duration plus élevée, mais le risque d une hausse des taux d intérêt aux États-Unis avant 2012 est très faible. D autre part, l écart de taux pour les obligations de sociétés demeure faible en raison de l accumulation de liquidités au bilan des entreprises. Nous croyons que les investisseurs devraient au moins considérer les obligations de sociétés comportant des échéances entre 8 et 12 ans. 3. Les produits de bases Nous sommes optimistes au sujet des perspectives pour les produits de base, surtout les métaux précieux. L or a récemment atteint un nouveau sommet, et ce, pour trois raisons. La première est qu on prévoit un taux d intérêt réel faible pour plusieurs mois à venir; l or étant un instrument financier au même titre que des instruments portant intérêt, les investisseurs s y réfugient lorsque les taux réels sont bas, afin d éviter des rendements réels négatifs. La deuxième raison est que les investisseurs qui craignent un retour de la récession continueront d acheter de l or comme valeur sûre. La troisième raison est que l augmentation des coûts de production de l or en limitera la capacité de production. Par ailleurs, le cours des actions de producteurs d or n a pas suivi la montée du prix de cette matière première si prisée. C est pourquoi nous croyons que le meilleur moyen d investir dans l or est par le biais de titres aurifères. Pour la plupart des portefeuilles, le mieux serait sans doute un fonds coté en bourse. Les opinions exprimées dans ce rapport sont des opinions de l'auteur; le lecteur ne doit pas supposer qu'elles reflètent les opinions ou les recommandations de Richardson GMP ou de ses sociétés affiliées. Les hypothèses, opinions et estimations représentent notre jugement en date de publication de ce document et peuvent faire l objet de modifications sans préavis. Nous ne garantissons pas l intégralité ou l exactitude des renseignements contenus dans ce document, et, en conséquence, vous ne devez pas les utiliser comme référence. Avant de suivre des recommandations, vous devriez évaluer si elles sont adaptées à vos circonstances particulières et, au besoin, demander conseil à des professionnels. Le rendement passé n'est pas révélateur des résultats futurs. Richardson GMP Limitée, Membre FCPE. Richardson est une marque de commerce de James Richardson & Fils, Limitée. GMP est une marque de commerce déposée de GMP Valeurs Mobilières S.E.C. Ces deux marques sont utilisées sous licence par Richardson GMP Limitée.

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009 COMMUNIQUÉ Source : Contact : Fonds de revenu Supremex Stéphane Lavigne, CA Vice-président et chef de la direction financière (514) 595-0555 FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012

Faits saillants. Aperçu du deuxième trimestre Indications pour 2012 L Industrielle Alliance déclare ses résultats financiers pour le deuxième trimestre La rentabilité et le ratio de solvabilité atteignent les meilleures indications La croissance des affaires se maintient

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010 La grande déception Krishen Rangasamy, économiste Novembre 21 La grande déception 6 Croissance annuelle mondiale du PIB réel 5 5 % +4,4 % +3,9 % 4 +3,6 % 3 2 4 ans avant la récession 21 211 212 Prévision

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010 2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 21 L économie mondiale continue d exercer une tension sur la reprise nord américaine, puisque les préoccupations liées

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Revue des marchés Rendement des indices en 2013 Rendement (base 100) 114 110 +12,85 % +9,67 % 106 102 98 Janv. Fevr. Mars +3,34 % +0,69 % TSX S&P 500

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR AUTOMOBILE FRANÇAIS

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR AUTOMOBILE FRANÇAIS AVRIL 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR AUTOMOBILE FRANÇAIS PLACEMENT ATHENA AUTO MAI 2015 Pourquoi bienprévoir.fr est «positif» sur l industrie

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

LE GUIDE DE VOS AVANTAGES. Voici votre. carte Dollars US CIBC Visa MC

LE GUIDE DE VOS AVANTAGES. Voici votre. carte Dollars US CIBC Visa MC LE GUIDE DE VOS AVANTAGES Voici votre carte Dollars US CIBC Visa MC Voici la carte Dollars US CIBC Visa. Une carte de crédit qui offre une expérience complètement différente. Votre nouvelle carte Dollars

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Cartes de crédit avec garantie

Cartes de crédit avec garantie Cartes de crédit avec garantie Une carte de crédit avec garantie pourrait vous être utile si : Vous devez établir des antécédents en matière de crédit ou vous désirez remédier à une mauvaise cote de solvabilité

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds d actions canadiennes Fonds de croissance de dividendes TD Fonds de valeurs sûres canadiennes TD Fonds d actions canadiennes TD Fonds d actions canadiennes optimal TD

Plus en détail

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif :

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : YMCA Canada ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT I. FONDS DE PLACEMENT CONSOLIDÉ Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : Actif en dotation comprenant : a. des contributions

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014

Perspectives des FNB canadiens en 2014. Janvier 2014 Perspectives des FNB canadiens en 2014 Janvier 2014 Monthly Strategy Report October 2011 Perspectives des FNB canadiens de BMO Gestion mondiale d actifs en 2014 2 Encore une année exceptionnelle pour le

Plus en détail

Gestion de portefeuille Natcan

Gestion de portefeuille Natcan Le Fonds d investissement RÉA II Natcan Inc. www.natcan.com Mars 2012 Gestion de portefeuille Natcan Christian Cyr, CFA Premier vice-président actions de petite capitalisation ccyr@natcan.com Marc Lecavalier,

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 16 février 2006 P. 1 Mise en garde - énoncés prospectifs Certains énoncés contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Le camionnage au Canada. Principaux événements

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Le camionnage au Canada. Principaux événements PIB au prix de base T1 2015 Survol des tendances de l industrie Le camionnage au Canada Principaux événements La demande canadienne en matière de camion de gros tonnage connaît une reprise, étant à la

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Financière Banque Nationale Présentation à la conférence des chefs de la direction des banques canadiennes Présentation aux investisseurs Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Option de souscription en dollars américains

Option de souscription en dollars américains Option de souscription en dollars américains Qu il s agisse de fonds d actions canadiennes, américaines ou étrangères, de fonds de titres à revenu ou de fonds équilibrés, Fonds communs Manuvie est heureuse

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS

PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS PRÉAMBULE La Fondation juge que les déplacements des membres de sa communauté sont nécessaires et souhaitables dans une optique de recherche, d apprentissage, de dissémination

Plus en détail

GE Capital. Principaux faits nouveaux. Perspectives sectorielles. Survol des tendances de l industrie : Automobile

GE Capital. Principaux faits nouveaux. Perspectives sectorielles. Survol des tendances de l industrie : Automobile Principal indicateur de la rentabilité du secteur Survol des tendances de l industrie : Automobile Principaux faits nouveaux En février, les ventes de véhicules légers au Canada ont été fortes, soit 18

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain Pictet-Timber Meilleure visibilité sur l immobilier américain Frédéric Rollin Août 2014 L activité immobilière américaine reprend fortement et devrait accélérer en 2015. Dès lors, les prix du bois de construction

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Fonds d actions nord-américaines Fonds nord-américain de valeur RBC 19 Fonds nord-américain de croissance RBC 9

Fonds d actions nord-américaines Fonds nord-américain de valeur RBC 19 Fonds nord-américain de croissance RBC 9 FONDS RBC ET PORTEFEUILLES PRIVÉS RBC PROSPECTUS SIMPLIFIÉ Parts de série A, de série Conseillers, de série Conseillers T5, de série T, de série T5, de série T8, de série H, de série D, de série F, de

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI)

Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Le plus important fournisseur de solutions d assurance-vie au Canada en matière de planification successorale et fiscale Facilité de crédit aux fins d investissement (FCI) Tirer parti d une FCI pour générer

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE 2015 La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-12-04 REMPLACE : 2014-03-06 APPROUVÉE PAR : CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE LE : 2014-12-04

ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-12-04 REMPLACE : 2014-03-06 APPROUVÉE PAR : CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE LE : 2014-12-04 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-12-04 REMPLACE : 2014-03-06 APPROUVÉE PAR : CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉE LE : 2014-12-04 PAGE : 1 DE : 9 POLITIQUE SUR LES VOYAGES ET LES ACTIVITÉS D ACCUEIL DU CONSEIL D

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds obligations canadiennes

Plus en détail

Les avantages du CELI Franklin Templeton

Les avantages du CELI Franklin Templeton INVESTIR SANS JAMAIS PAYER D IMPÔTS Qu est-ce que le CELI? Le compte d épargne libre d impôts (CELI), qui sera ouvert au public à compter du 2 janvier 2009, est un nouveau type de compte d épargne enregistré

Plus en détail

Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014

Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014 Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014 Animatrice : Jennifer McClelland, CFA Vice-présidente et première gestionnaire de portefeuille, Actions canadiennes

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités. Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin

Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités. Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin Le 29 janvier 2014 Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin Bourse et Économie Bourse et Commodités La

Plus en détail

Avantages sociaux 2011 FAQ

Avantages sociaux 2011 FAQ Le présent document fait suite à certains commentaires d employés de MMC que nous avons reçus récemment au sujet des hausses de primes pour l année 2011. Assurance vie facultative et assurance vie facultative

Plus en détail

Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés

Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés INVESTIR Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés Nous traversons présentement une période de grande volatilité, c est-à-dire une période où les cours des marchés boursiers varient

Plus en détail