PLAN DE COMMUNICATION POUR LA PREVENTION CONTRE L EPIDEMIE DE LA FIEVRE EBOLA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DE COMMUNICATION POUR LA PREVENTION CONTRE L EPIDEMIE DE LA FIEVRE EBOLA"

Transcription

1 MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail PLAN DE COMMUNICATION POUR LA PREVENTION CONTRE L EPIDEMIE DE LA FIEVRE EBOLA

2 1. Contexte et justification La fièvre hémorragique Ebola est une maladie virale transmissible grave responsable de graves flambées épidémiques de fièvre hémorragique virale chez l homme. Elle se caractérise pour une létalité pouvant atteindre 90%. Elle pose un véritable problème de Santé publique. Les flambées de fièvre hémorragique à virus Ébola surviennent principalement dans les villages isolés d Afrique centrale et d Afrique de l ouest, à proximité des forêts ombrophiles tropicales. L Ebola est apparue pour la première fois en 1976 lors de deux flambées simultanées, à Nzara (Soudan) et à Yambuku (République démocratique du Congo RDC). Au Congo, le village atteint se situait près de la rivière Ébola, qui a donné son nom à la maladie. Le virus se transmet à l homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine. Les chauves-souris frugivores de la famille des Pteropodidae sont les hôtes naturels du virus Ébola. On ne dispose d aucun traitement ni vaccin, que ce soit pour l homme ou pour l animal. En Côte d Ivoire, un cas de fièvre Ebola a été enregistré en 1994 à Taï. Ce cas n a pas donné lieu à une épidémie. Depuis le début du mois de février 2014, une épidémie de fièvre hémorragique s est déclarée en République sœur de Guinée dans la région de N Zérékoré située à environ 150 km de la frontière ivoirienne. La confirmation biologique de l épidémie a été faite le samedi 22 mars Il s agit du virus Ebola. Les données récentes a la date du 7 avril 2014 révèlent un total de ce sont 151 cas en Guinée dont 111 décès qui ont été enregistrés en.et 16 cas au Liberia avec 10 décès... Des cas suspects ont été identifiés au Mali et au Ghana Le risque de propagation de cette épidémie aux pays limitrophes notamment la Côte d Ivoire, reste élevé du fait des mouvements importants des populations entre la Guinée et la Côte d Ivoire. Certes à ce jour (09/04/2014), aucun cas n a été enregistré en Côte d Ivoire, cependant l évolution de la situation est imprévisible et la menace d une extension de l épidémie en terre ivoirienne doit être redoutée. Au regard de cette situation préoccupante, le Gouvernement Ivoirien à travers le Ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida a pris des mesures pour protéger les populations ainsi que le personnel de sante contre cette maladie. Le présent plan de communication est élaboré en vue de contribuer à la réponse nationale à l épidémie. 2. Analyse comportementale L adoption de comportements a moindres risque pour la prévention de la FHVE en côte d Ivoire est le principal défi qui s impose aussi bien aux professionnels de la sante qu aux populations qui se trouvent confrontées à une épidémie jusque-là inconnue d elles. La Cote d Ivoire n a pas encore enregistre de cas de FHVE mais il convient de noter que les facteurs de risques de survenue d une épidémie sont présents et nécessitent d être adresses afin que l épidémie ne se déclare pas ou qu elle ne se propage pas en cas de survenue. Au nombre de ces facteurs l on peut citer :

3 - La méconnaissance de la FHVE par les populations - Les flux migratoires entre les pays affectes et la RCI - La chasse et la consommation de la viande de brousse - La défécation a l air libre - L insuffisance de la pratique systématique du lavage des mains ; - Les pratiques de manipulation des cadavres lors des cérémonies funéraires ; - Les idées reçues et la fausse croyance en la résistance de l homme noir aux microbes, bactéries et virus (la consommation de l oignon, ail, café au lait). 3. OBJECTIFS Objectif Général D ici la fin de la campagne, 100% de la population adoptent et pratiquent les comportements souhaites pour la prévention et la lutte contre la fièvre hémorragique a virus Ebola. Objectifs spécifiques Au moins 95 % des autorités politiques et administratives de leaders religieux et chefs traditionnels et de communautés appuient la campagne ; 100% des mobilisateurs de toutes les structures sélectionnées, de superviseurs, des professionnels de santé et professionnels des medias sélectionnés sont capables de transmettre des messages corrects sur la prévention et la lutte contre Ebola ; Au moins 95 % des réseaux sociaux participent à la sensibilisation de la population en faveur de la campagne ; 100% de la population et particulièrement celle des zones à risque sont informées sur les mesures de prévention et de lutte contre Ebola ; 4. RESULTATS D EFFET ET D EXTRANTS Effet 1 : les autorités gouvernementales sont impliquées dans la campagne et facilitent les actions de mobilisation et de sensibilisation des populations pour la prévention de la FHVE à travers l implication des structures des secteurs public et prives sous leur tutelle Extrant 1.1 : les différents ministères techniques sont informés sur les objectifs et Orientations stratégiques de la campagne en vue de l implication de leurs services et structures sous tutelle Extrant 1.2 : les autorités administratives, sanitaires, du MIRAH sont informes sur les objectifs de la campagne en vue de la mobilisation des acteurs (chefs traditionnels religieux, chefs de communauté, chefs de service ) et de la coordination des interventions au niveau régional et départemental Extrant1.3 : les compagnies de téléphonie mobiles contribuent à la sensibilisation des populations à travers la diffusion de SMS Extrant 1.4 les agents des eaux et forêts veillent au respect de l interdiction de la chasse, le transport et la commercialisation de la viande de brousse Extrant 1.5 les agents de l Hygiène publique en collaboration avec les collectivités locales veillent au respect de l interdiction de la commercialisation de la viande de brousse dans les maquis et restaurants

4 Effet 2 : les professionnels des medias, les religieux, les chefs traditionnels et communautaires, les ONGs Organisations a base communautaires (OBC), Organisations basées sur la foi (OBF) s approprient la stratégie gouvernementale et apportent leur soutien à la prévention et à la lutte contre la FHVE Extrant 2.1 : les autorités religieuses sont informées en vue de la mobilisation et de la sensibilisation de leurs fidèles sur les lieux de cultes Extrant 2.2 : Les leaders traditionnels et communautaires sont orientes sur la FHVE en vue de la mobilisation et de la sensibilisation de leurs communautés (y compris les chasseurs) Extrant 2.3 les ONGs OBC, OBF sont orientées sur la FHVE en vue de la sensibilisation des communautés Extrant 2.4 : les professionnels des médias nationaux sont orientés en vue de la diffusion de messages appropriés pour la prévention de la FHVE Effet 3 : les restaurateurs, les transporteurs routiers, les professionnels des pompes funèbres, les thanatopracteurs, les coopératives du secteur vivrier, les responsables des marchés de gibier sont orientés et respectent les mesures prônées par les autorités sanitaires. Extrant 3.1 : les restaurateurs, les transporteurs routiers, les professionnels des pompes funèbres et les thanatopracteurs, les coopératives du secteur vivrier, les responsables des marches de gibier sont informés sur les risques liées à leurs pratiques professionnelles et sur les mesures de prévention de la FHVE Effet 4 : les populations y compris les populations carcérales ont les connaissances nécessaires sur les modes de transmission, les mesures de prévention de la FHVE et adoptent les comportements à moindre risques d infection Extrant 4.1 : les différentes populations cibles sont informées sur les modes de transmission et de prévention de la FHVE Extrant 4.2 : les populations cibles perçoivent les risques d exposition à l infection Extrant 4.3 : les populations cibles sont capables de reconnaitre et de signaler les symptômes de la FHVE aux services de santé de leurs localités 4- AXES STRATEGIQUES : La campagne s appuiera sur les 6 axes stratégiques ci-après : Le plaidoyer : il sera mené des actions, prioritairement en direction des décideurs politico-administratifs notamment les préfets de régions et/ou de départements, les élus locaux, les leaders religieux et les responsables des établissements scolaires et universitaires. Une action spéciale de plaidoyer sera faite par le Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida auprès des ministères de l intérieur, de la communication, des postes et télécommunications, éducation nationale, enseignement supérieur, eaux et forêts, et des transports, affaires étrangères, intégration aux fins de l implication active de tous ces acteurs dans la campagne de prévention. En d autres termes, il sera mené des actions auprès des Corporations des transporteurs pour une meilleure sensibilisation de leurs membres et des voyageurs qui effectuent des déplacements réguliers entre la Cote d ivoire et les pays à risque de la sous-région. Aussi,

5 les professionnels des médias nationaux et internationaux joueront un rôle majeur dans la campagne de prévention. Par ailleurs, les entreprises de téléphonies contribueront par l émission de nombreux sms dans la campagne de prévention. En outre, des messages de sensibilisation seront conçus sur des supports CD à diffuser à travers les moyens de transport. Puis les agents des eaux et forêts devront veiller à l interdiction de la chasse de la viande de brousse. Enfin, les préfets des régions et/ou des départements s attèleront à des campagnes de proximité auprès de leur population. Les fonds additionnels seront mobilisés tant au niveau local que national pour les interventions de prévention et de lutte. La mobilisation sociale : elle va consister à identifier les leaders (présidents d association, opérateurs économiques, ONG, syndicats des transporteurs, association des femmes du vivrier, responsables des marchés de viande de brousse, restaurateurs, organisations confessionnelles, professionnels des média, chefs traditionnels et de communauté, DRS, DDS, DD de MIRAH, les responsables des morgues, le personnel des pompes funèbres, les professionnels de santé,) en vue de les impliquer dans la campagne de proximité. La communication pour le changement social et comportemental (CCSC) : Il s agira de mener des interventions de communication en vue d accroitre le niveau de connaissances et de compréhension des cibles sur les modes de transmission du virus, de développer leurs aptitudes à se protéger contre la FHVE et d agir sur leurs attitudes et pratiques en vue d un changement comportemental et social. La CCSC s appuiera essentiellement sur des actions de communication de masse et de communication de proximité en direction des cibles de la campagne, Le renforcement des capacités en communication : les acteurs de la campagne à savoir les professionnels de santé, les transporteurs, les animateurs des confessions religieuses, les réseaux des chefs de quartiers, les enseignants et inspecteurs des écoles, les mobilisateurs des Aires de santé, les superviseurs, les membres des comités de coordination à tous les niveaux et les professionnels des médias (journalistes, animateurs en langues nationales, ) seront briefés sur les messages essentiels de la campagne. Un accent sera mis sur la gestion des rumeurs. Le suivi et l évaluation : Le suivi des activités de communication sera assuré à travers des missions de supervision durant la campagne. Ce suivi sera assuré par les relais et autres animateurs communautaires de proximité. Pour ce faire, des outils simples seront élaborés et mis à leur disposition. A l issue de la campagne, l évaluation sera faite à tous les niveaux, avec la participation des structures et personnalités impliquées dans la mobilisation sociale par le Comité de crise mis en place par le MSLS. Coordination : Le niveau central coordonnera les activités à travers le Comité National de Lutte contre les Epidémies (CNLE). Au niveau des Régions et Départements, La coordination sera assurée par les préfets à travers les comités départementaux de lutte contre les épidémies. 1. CIBLE a- Cibles primaires

6 - Toute la population ivoirienne en général et celle des Villes de la zone à risque en particulier; - Chasseurs - Transporteurs - Tenanciers de maquis - Les thanatopracteurs - Les morguiers - Professionnels de santé - populations carcérales - personnel de sante pénitentiaire - b- Cible secondaire - les responsables d ONG et d associations (Croix rouge, ACF, ASAPSU ) - syndicats des transporteurs, - association des femmes du vivrier, - responsables des marchés de viande de brousse, - restaurateurs, organisations confessionnelles, - DRS, DDS, DD de MIRAH, DRENET - responsables des morgues, C- Cible tertiaire - Les préfets et sous-préfets - Les élus locaux - Les chefs traditionnels et de communauté, - Les professionnels des média, - Les leaders religieux - 5. MESSAGES Les messages porteront sur les thèmes ci-après : - Les mesures de prévention contre le virus d Ebola ; - La reconnaissance des signes de la maladie ; - La conduite à tenir lorsqu un membre de sa famille ou un voisin développe la maladie 6. CANAUX Les différentes cibles seront atteintes à travers les canaux suivants : 6-1 Communication de masse : a. -télévision nationale b. -la radio nationale c. -radios confessionnelles d. -Radios de proximité e. -la presse écrite f. -radios commerciales

7 g. -radio des nations unies h. -affichage 6-2 Communication interpersonnelle a. Les visites à domicile (ASC) b. Les causeries de groupe (OBF, ASC, OBC) c. Entretien face à face (professionnels de santé) 6-3 Canal traditionnel a. Les griots b. Les crieurs publics 6-4 les TIC a. Réseaux sociaux b. SMS 7. SUPPORTS DE COMMUNICATION a. Capsule 3 à 5 minutes b. Microprogramme (Langues nationales ) c. Affiches (12m2, 40X60, 60X80) d. Dépliants e. Boîtes à images f. Spots g. Autocollants 8. ACTIVITES

8 Effet 1 : les autorités gouvernementales sont impliquées dans la campagne et facilitent les actions de mobilisation et de sensibilisation des populations pour la prév Activités Indicateurs Source de Période Responsables Coût Partenaires vérification PLAIDOYER FHVE à travers l implication des structures des secteurs public et prives sous leur tutelle Extrant 1.1 : les différents ministères techniques sont informés sur les objectifs et Orientations stratégiques de la campagne en vue de l implication de leur structures sous tutelle Extrant 1.2 : les autorités administratives, sanitaires, du MIRAH sont informes sur les objectifs de la campagne en vue de la mobilisation des acteurs (chefs religieux, chefs de communauté, chefs de service ) et de la coordination des interventions au niveau régional et départemental Extrant1.3 : les compagnies de téléphonie mobiles contribuent à la sensibilisation des populations à travers la diffusion de SMS Extrant 1.4 les agents des eaux et forêts veillent au respect de l interdiction de la chasse, le transport et la commercialisation de la viande de brousse Extrant 1.5 les agents de l Hygiène publique en collaboration avec les collectivités locales veillent au respect de l interdiction de la commercialisation de la viand dans les maquis et restaurants Nombre de départements CR de réunions 9 au 18 avril 2014 MSLS PM ministériels impliqués Organiser des séances de plaidoyer auprès de l Assemblée Nationale, des ministres de l intérieur, de la communication, des postes et télécommunications, de l éducation nationale, de l enseignement supérieur, des eaux et forêts, des transports, MIRAH, MINESUDD, des affaires étrangères, de l intégration Nombre de structures sous tutelles impliquées Nombre de comités locaux mise en place et fonctionnels au niveau régional et départemental Nombre de compagnies de téléphonie mobile impliquées Nombre de personnes touchées à travers les SMS Nombre d opérations de saisie

9 de viande de brousse Nombre de visite de contrôles menés dans les maquis et restaurants MOBILISATION SOCIALE Effet 2 : les professionnels des medias, les religieux, les chefs traditionnels et communautaires, les ONGs Organisations a base communautaires (OBC), Organisa sur la foi (OBF) s approprient la stratégie gouvernementale et apportent leur soutien à la prévention et à la lutte contre la FHVE Extrant 2.1 : les autorités religieuses sont informées en vue de la mobilisation et de la sensibilisation de leurs fidèles sur les lieux de cultes Extrant 2.2 : Les leaders traditionnels et communautaires sont orientes sur la FHVE en vue de la mobilisation et de la sensibilisation de leurs communautés (y chasseurs) Extrant 2.3 les ONGs OBC, OBF sont orientées sur la FHVE en vue de la sensibilisation des communautés Extrant 2.4 : les professionnels des médias nationaux sont orientés en vue de la diffusion de messages appropriés pour la prévention de la FHVE Organiser 02 séances de briefing des leaders des principales confessions religieuses Nombre de confessions religieuses impliquées Nombre de lieux de cultes diffusant des messages de sensibilisation Rapport Du 10 au 30 avril 2014 ARSIP CRCI/CICR Assurer 04 séances de Briefing des professionnels des média (animateurs en langues locales et des radios confessionnelles, journalistes presse écrite, journalistes presse audiovisuelle/ radios de proximité, ) Nombre de fidèles touches Nombre d organes de presse écrites et audiovisuelles impliquées et diffusant des messages gratuitement ou à cout réduit Rapports Du 10 au 30 avril 2014 CRCI/CICR Assurer des séances de Nombre d ONGS OBC et OBF Rapports Du 10 au 30 avril

10 Briefing des ONGS OBC et OBF impliquées dans la campagne impliquées Nombre ménages touchés 2014 CRCI/CICR Effet 3 : les restaurateurs, les transporteurs routiers, les professionnels des pompes funèbres, les thanatopracteurs, les coopératives du secteur vivrier, les resp marchés de gibier sont orientés et respectent les mesures prônées par les autorités sanitaires. Extrant 3.1 : les restaurateurs, les transporteurs routiers, les professionnels des pompes funèbres et les thanatopracteurs, les coopératives du secteur vivrier, les des marches de gibier sont informés sur les risques liées à leurs pratiques professionnelles et sur les mesures de prévention de la FHVE Nombre d organisations Rapport d activités Du 10 au 30 avril touchées 2014 Organiser des séances de sensibilisation en direction des restaurateurs, les transporteurs routiers, les professionnels des pompes funèbres, les thanatopracteurs, les coopératives du secteur vivrier, les responsables des marches de gibier Nombre de corporation appliquant les mesures du gouvernement COMMUNICATION POUR LE CHANGEMENT DE COMPORTEMENT Effet 4 : les populations y compris les populations carcérales ont les connaissances nécessaires sur les modes de transmission, les prévention de la FHVE et adoptent les comportements à moindre risques d infection Extrant 4.1 : les différentes populations cibles sont informées sur les modes de transmission et de prévention de la FHVE Extrant 4.2 : les populations cibles perçoivent les risques d exposition à l infection Extrant 4.3 : les populations cibles sont capables de reconnaitre et de signaler les symptômes de la FHVE aux services de santé de l Renforcer les capacités de la ligne 143 pour un fonctionnement 24/24 Concevoir une capsule TV de sensibilisations sur la FHVE Ligne verte fonctionnelle 24/24 Capsule disponible Rapport ligne verte A partir du 14 avril Du 10 au 17 avril 2014

11 Diffuser la capsule de sensibilisations sur la FHVE Capsule diffusée à travers la télé nationale Nombre de diffusion Plan et rapport de diffusion A partir du 18 avril SCRP/CAB/MSL S Concevoir 1 microprogramme en français et en 5 langues locales (Baoulé, malinké, Yacouba, Guere, bété) Microprogramme disponible Du 10 au 17 avril 2014 Diffuser 1 microprogramme en français et en 5 langues locales sur les radios de proximités, les radios confessionnelles et la radio nationale et les radios commerciales Assurer le briefing des agents de sante communautaires, des agents communautaires, des agents de santé, des membres d OBF, griots et crieurs publiques, volontaires pour la sensibilisation des communautés Organiser des sessions de sensibilisation au sein des 384 microprogrammes Plan et rapport de diffusion Nombres d agents informes et actifs au sein des communautés Nombre de ménages touchés Nombre de villages, quartiers et lieux de cultes touches Rapport Rapports d activités A partir du 18 avril Du 20 avril à la fin de l épidémie Pendant 3 mois Du 22 avril à fin DR/DD ONGS ARSIP

12 communautés aux niveaux des villages, quartiers et sur les lieux de cultes par les agents de sante communautaires, les ONGs, les agents de santé, les membres d OBF, les griots et crieurs publiques, les volontaires Organiser 02 émissions interactives sur la Radio et Télé nationales Nombre de personnes touchées Nombre d émissions réalisées Plan et rapport de diffusion juillet Pendant 3 mois Du 22 avril à fin juillet DR/DD DR/DD Organiser au moins une émission interactive sur les Radios de proximité au niveau des 82 districts sanitaires Nombre d émissions réalisées Plan et rapport de diffusion Pendant 3 mois Du 22 avril à fin juillet DR/DD Diffuser des messages de sensibilisation sur FM, sur les radios commerciales et confessionnelles Organiser des séances de sensibilisation au sein des établissements scolaires primaires et secondaires Nombre de diffusions Nombre de d établissements scolaires primaires et secondaires touches Nombre d élèves, d éducateurs et d enseignants sensibilisés Plan et rapport de diffusion Rapports d activités Pendant 3 mois Du 22 avril à fin juillet DR/DD PNSSU MENET

13 Organiser des séances de sensibilisation au sein des universités publiques et privées Appuyer le suivi des ménages pour la détection des cas suspects par les chefs de quartier et de villages Nombre d universités touchées Nombre d étudiants, encadreurs et enseignants touchés Nombre de ménages avec cas suspects détectés Rapports d activités Rapports d activités Pendant 3 mois Du 22 avril à fin juillet DR/DD PNSSU CROU/MESR SUIVI ET EVALUATION Pendant 3 mois Du 22 avril à fin juillet DR/DD Organiser des réunions hebdomadaires de coordination de la mise en œuvre du plan de communication Nombre de réunions organisées CR de réunions Pendant 3 mois Du 22 avril à fin juillet Assurer la collecte active des données sur la communication en appui à la prévention et à la détection des cas suspects de FHV Données disponibles Rapport d activités Pendant 3 mois Du 22 avril à fin juillet DR/DD

14 Appuyer les missions de supervisions des DR et DD Organiser 02 missions conjointes de suivi de la mise en œuvre du plan de communication Nombre de missions organisées par les DR et DD Nombre de mission de suivi organisées Rapports mission Rapports de mission de Pendant 3 mois Du 22 avril à fin juillet Pendant 3 mois Du 22 avril à fin juillet DR/DD Evaluer la campagne de communication Rapport disponible d évaluation Rapport d évaluation A la fin de la campagne DR/DD 9. BUDGET 10. COORDINATION La commission communication sera chargée de la coordination de la mise en œuvre la mise en œuvre du plan au niveau centrale. Les DRSLS assureront la coordination au niveau régional et départemental. Cette coordination se fera à travers des missions de supervisions et des réunions. 11. SUIVI ET EVALUATION Le suivi et évaluation de la mise en œuvre du plan se fera à travers l organisation de réunions de coordination, des missions de suivi et des supervisions formatives Il se fera à travers une revue quotidienne des médias, les supervisions journalières et l enquête des moniteurs indépendants dont le cahier de charge sera défini par la commission communication.

15 12. PARTENAIRES

16 Primaire Qui? Comportement à risque Résultat comportemental Population generale Famille des cas suspects/victimes Personnel de santé Ignorance des symptômes Manque d hygiène personnelle (lavage des mains avec du savon, utilisation de latrines, utilisation d eau potable) Manipulation ou consommation de viandes de brousse malades ou morts Participation à des rassemblements Comportements provoqués par la panique (pas de collaboration pour le repérage des cas, désertion de la zone) Pratiques traditionnelles dangereuses (en fonction du contexte : scarification, etc.) Pas de reconnaissances des symptômes Pas d orientation des cas suspects Pas de mesure d hygiène dans l entourage des cas suspects Manipulation non hygiénique des corps Enterrement tardif des victimes Organisation de funérailles Comportements provoqués par la panique (dissimulation des personnes malades, des cadavres, pas de collaboration pour la surveillance des personnes ayant été en contact avec les victimes, pas de collaboration pour le repérage des cas, désertion de la zone) Ignorance sur la façon de procéder pour identifier les cas suspects Ignorance sur la façon de gérer les cas suspects Absence de pratiques d hygiène dans le cadre de la gestion des cas suspects Peur de gérer les cas suspects Abandon des responsabilités professionnelles Le foyer de la victime n a pas de système d assainissement approprié Enterrement tardif des victimes Pas de repérage des cas Connaissance des symptômes Amélioration de l hygiène (lavage des mains, utilisation de latrines, utilisation d eau stérilisée) Pas de manipulation ou de consommation de singes malades ou morts ou d autres animaux Pas de rassemblement Collaboration pour le repérage des cas, pas de désertion de la zone Les pratiques traditionnelles dangereuses sont évitées (en fonction du contexte) Reconnaissances des symptômes Orientation des cas suspects Adoption de mesures d hygiène dans l entourage des cas suspects Manipulation hygiénique du cadavre Enterrement rapide du cadavre Pas de funérailles Les personnes malades et les cadavres ne sont pas dissimulés, collaboration pour la surveillance des personnes qui ont été en contact avec les victimes, collaboration pour le repérage des cas, désertion de la zone Capacité à identifier les cas suspects Capacité à gérer les cas suspects Adoption de pratiques d hygiène dans le cadre de la gestion des cas suspects Confiance dans la capacité à gérer les cas suspects Mise en place d un système d assainissement approprié au foyer du cas suspect Enterrement rapide des victimes Réalisation de repérage des cas

17 Tertiaire Secondaire Personnel des pompes funèbres Manipulation non hygiénique des cadavres Enterrement tardif des victimes Manipulation hygiénique du cadavre Enterrement rapide du cadavre Thanatopracteurs Chasseurs Chassent, consomment ou commercialisent la viande de brousse Suspension de la chasse la viande de brousse Transporteurs Transportent la viande de brousse clandestinement Refusent de transporter la viande de brousse Tenanciers de maquis/restaurateurs Commercialisation de repas avec de la viande brousse Suspension de la commercialisation jusqu à nouvel ordre Les préfets et souspréfets Les élus locaux Les chefs traditionnels et de communauté, Les professionnels des média, Les leaders religieux Les participants secondaires n appuient pas les participants primaires dans les pratiques clé Les participants secondaires appuient les participants primaires dans les pratiques clé Les préfets et souspréfets Les élus locaux Les chefs traditionnels et de communauté, Les professionnels des média, Les leaders religieux Ils ne sont pas impliqués dans les activités liées à la fièvre Ebola Les chefs de village mobilisent pour mener des initiatives communautaires de lutte contre la fièvre Ebola Les dirigeants locaux animent des réunions entre homologues afin d encourager les membres de la communauté à se responsabiliser et à contribuer à la lutte contre la fièvre Ebola (préciser en fonction des contextes locaux) Exemples d activités Agent de changement Situation actuelle Activité et résultats attendus

18 Agents de santé communautaires Ils ne sont pas impliqués dans les activités liées à la fièvre Ebola Les agents de santé communautaires font du porte à porte et animent des discussions de groupe sur la prévention et la lutte contre la fièvre Ebola. Résultats: Tout le monde: Connaissance des symptômes Amélioration de l hygiène (lavage des mains, utilisation de latrines, utilisation d eau stérilisée) Pas de manipulation ou de consommation de singes malades ou morts ou d autres animaux Pas de rassemblement Collaboration pour le repérage des cas, pas de désertion de la zone Les pratiques traditionnelles dangereuses sont évitées (en fonction du contexte) Famille des cas suspects/victimes : Reconnaissances des symptômes Orientation des cas suspects Adoption de mesures d hygiène dans l entourage des cas suspects Manipulation hygiénique du cadavre Enterrement rapide du cadavre Pas de funérailles Les personnes malades et les cadavres ne sont pas dissimulés, collaboration pour la surveillance des personnes qui ont été en contact avec les victimes, collaboration pour le repérage des cas, les gens ne désertent pas la zone Personnel des pompes funèbres : Manipulation hygiénique du cadavre Enterrement rapide du cadavre

19 MESO Media Les produits média ne contiennent pas d informations sur la fièvre Ebola ou alors celles-ci sont erronées Crée une psychose: les produits média jouent avec le sensationnalisme et se concentrent sur les risques élevés de cette crise. Les medias diffusent des contre messages qui ne favorisent pas la pratique des mesures de prévention Les medias ne sont informes sur les orientations stratégiques du MSLS pour la prévention de la FHVE Les produits média présentent des informations correctes au sujet de la fièvre Ebola Les produits média sont basés sur une approche de communication positive : ils insistent sur le fait que des mesures simples permettent d éviter la contamination des familles et des personnels de santé et que tout le monde doit collaborer. Les medias ne diffusent pas d informations sur les cas suspects supposes Le CNP prend des dispositions en vue d interpeller ou sanctionner les organes de presses diffusant des informations non vérifiées sur les cas supposes d Ebola Ils évitent d évoquer les cas de décès non notifies et insistent plutôt sur les exemples de gestion réussie des cas suspects. Résultats: Tout le monde: Connaissance des symptômes Amélioration de l hygiène (lavage des mains, utilisation de latrines, utilisation d eau stérilisée) Pas de manipulation ou de consommation de singes malades ou morts ou d autres animaux Pas de rassemblement Collaboration pour le repérage des cas, pas de désertion de la zone Les pratiques traditionnelles dangereuses sont évitées (en fonction du contexte)

20 Autorités sanitaires Pas d implication dans la prévention et le combat contre la fièvre Ebola Ne partagent pas suffisamment les informations avec les media Famille des cas suspects/victimes Reconnaissances des symptômes Orientation des cas suspects Adoption de mesures d hygiène dans l entourage des cas suspects Manipulation hygiénique du cadavre Enterrement rapide du cadavre Pas de funérailles Les personnes malades et les cadavres ne sont pas dissimulés, collaboration pour la surveillance des personnes qui ont été en contact avec les victimes, collaboration pour le repérage des cas, les gens ne désertent pas la zone Personnel des pompes funèbres : Manipulation hygiénique du cadavre Enterrement rapide du cadavre Les autorités sanitaires forment les personnels de santé sur la gestion appropriée des cas de fièvre Ebola et sur les actions de suivi à mener auprès des familles Un cadre de collaboration avec les medias est mis en place Les medias disposent des informations fiables sur les mécanismes de prévention et de gestion de l épidémie Résultats: Personnel de santé : Capacité à identifier les cas suspects Capacité à gérer les cas suspects Adoption de pratiques d hygiène dans le cadre de la gestion des cas suspects Confiance dans la capacité à gérer les cas de maladie Mise en place d un système d assainissement approprié

Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014

Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014 1. Introduction Plan de réponse à l'épidémie de fièvre hémorragique Virale Ebola en Guinée Mars 2014 La Guinée a enregistré du mois de janvier au 23 mars 2014, un nombre total de 86 cas suspects de fièvre

Plus en détail

Ebola Virus Disease (EVD) Informations contextuelles

Ebola Virus Disease (EVD) Informations contextuelles Ebola Virus Disease (EVD) Informations contextuelles Ebola Virus Disease (EVD) Origines Le virus Ebola porte le nom de la Rivière Ebola qui se trouve dans ce qui était le Zaïre (maintenant la République

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

RDC : Célébration de la Journée mondiale du Paludisme sur toute l étendue du pays le 25 avril 2015

RDC : Célébration de la Journée mondiale du Paludisme sur toute l étendue du pays le 25 avril 2015 RDC : Célébration de la Journée mondiale du Paludisme sur toute l étendue du pays le 25 avril 2015 La République Démocratique du Congo a célébré, à l instar d autres pays du monde gagnés par la malaria,

Plus en détail

Lutte contre les maladies hydriques et le choléra

Lutte contre les maladies hydriques et le choléra Lutte contre les maladies hydriques et le choléra La sensibilisation de la population Guide à l intention des agents sensibilisateurs République Démocratique du Congo Mission Sud-Ouest Projet de Réduction

Plus en détail

EBOLA - STRATÉGIE DE RIPOSTE AUX FLAMBÉE S ÉPIDÉMIQUES

EBOLA - STRATÉGIE DE RIPOSTE AUX FLAMBÉE S ÉPIDÉMIQUES EBOLA - STRATÉGIE DE RIPOSTE AUX FLAMBÉE S ÉPIDÉMIQUES DR SYLVIE BRIAND, DIRECTRICE DU DEPARTMENT DE LUTTE CONTRE LES ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ, GENÈVE. 1. EBOLA, UNE MALADIE

Plus en détail

Préoccupations et représentations de la Maladie à Virus Ebola chez les appelants d un numéro vert au Burkina Faso

Préoccupations et représentations de la Maladie à Virus Ebola chez les appelants d un numéro vert au Burkina Faso Préoccupations et représentations de la Maladie à Virus Ebola chez les appelants d un numéro vert au Burkina Faso EBODAKAR 2015 Mai 2015 18 21 mai 2015, Dakar Landry Stanislas ZAONGHO, AFAFSI/Burkina Faso

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Distribution des cas confirmés, probables et suspect par préfecture, Epidémie d Ebola, Guinée, 2014

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Distribution des cas confirmés, probables et suspect par préfecture, Epidémie d Ebola, Guinée, 2014 Rapport de la Situation Epidémiologique Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola Situation au 2 juin 24 8: h Points saillants : Télimélé : Pas de nouveau cas notifié ; un () cas décédé en hospitalisation.

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES CHARGES DE COMMUNICATION DES STRUCTURES DE MISE EN OEUVRE

SEMINAIRE DE FORMATION DES CHARGES DE COMMUNICATION DES STRUCTURES DE MISE EN OEUVRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE République de Côte d Ivoire Union Discipline Travail CONSEIL NATIONAL DE SECURITE Le Secrétariat SEMINAIRE DE FORMATION DES CHARGES DE COMMUNICATION DES STRUCTURES DE MISE EN

Plus en détail

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes Ebola dans la pratique Se préparer en 10 étapes 1 1. Qu est-ce que la fièvre Ebola? Ebola est un virus filiforme qui se rencontre en Afrique sub-saharienne Hôte naturel = animaux sauvages P. ex. chauves-souris,

Plus en détail

Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola. Service d information du Gouvernement

Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola. Service d information du Gouvernement Fiche 1F0 Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola Service d information du Gouvernement Le dispositif interministériel de communication coordonné doit permettre de répondre aux objectifs

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC

Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC Deuxième Semestre 2012 Elaboré par le Ministère de la Santé

Plus en détail

FINANCEMENT DE LA SANTE QUELLE PLACE POUR LA COMMUNICATION? Reece Hermine ADANWENON / Spécialiste Chargée de Communication PRPSS/PRSS

FINANCEMENT DE LA SANTE QUELLE PLACE POUR LA COMMUNICATION? Reece Hermine ADANWENON / Spécialiste Chargée de Communication PRPSS/PRSS FINANCEMENT DE LA SANTE QUELLE PLACE POUR LA COMMUNICATION? Reece Hermine ADANWENON / Spécialiste Chargée de Communication PRPSS/PRSS 1- MECANISME FBR 2- LES STRATEGIES DE COMMUNICATION ADAPTES AUX CIBLES

Plus en détail

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR (le contenu de ce site change assez régulièrement en fonction de l'évolution du dossier) 1. SAVOIR / S'INFORMER Définition des grippes

Plus en détail

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 < retour à la liste Ce que doivent savoir les parents, les professionnels de l éducation et les élèves en fonction de l évolution de la grippe : les sites de référence

Plus en détail

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN Contexte Note conceptuelle 2013 a été une année marquante pour la nutrition, qui a fait suite à de nombreuses années de revendication

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

Position sur Ebola et les chauves-sourissouris

Position sur Ebola et les chauves-sourissouris LE RESEAU POUR CONSERVATION DES CHAUVES SOURIS D AFRIQUE (BCA) http://www.batconafrica.net/ Position sur Ebola et les chauves-sourissouris Résumé : Les chauves souris et l épidémie actuelle à virus Ebola

Plus en détail

LES DROITS DES PERSONNES ET DES POPULATIONS VULNERABLES

LES DROITS DES PERSONNES ET DES POPULATIONS VULNERABLES SEMINAIRE REGIONAL LES DROITS DES PERSONNES ET DES POPULATIONS VULNERABLES Brazzaville, Congo 1 5 décembre 2014 Titre du projet : Type de projet : Les droits des personnes et des populations vulnérables

Plus en détail

Atelier 2 renforcement des compétences et formations

Atelier 2 renforcement des compétences et formations Atelier 2 renforcement des compétences et formations 1 er thème: L eau potable Titre de la formation: La gestion intégrée des ressources en eau Cibles: les exploitants, les élus, les maîtres d ouvrages

Plus en détail

Newsletter. Au jour le jour

Newsletter. Au jour le jour CENTRE D INFORMATION ET DE COMMUNICATION GOUVERNEMENTALE N 06 - du 24 Décembre 2014 Au jour le jour 20 Décembre 2014 TOURNÉE DE SENSIBILISATION DU Dr RAYMONDE GOUDOU aux frontieres nord A la fin d une

Plus en détail

COMPTE RENDU REUNION GROUPE REGIONAL SANTE CR Nr 8 du 26 Août 2014

COMPTE RENDU REUNION GROUPE REGIONAL SANTE CR Nr 8 du 26 Août 2014 COMPTE RENDU REUNION GROUPE REGIONAL SANTE CR Nr 8 du 26 Août 2014 Une réunion de coordination du groupe régional Santé a eu lieu ce Mardi 26 Août, au bureau régional ROWCA. Les points suivants étaient

Plus en détail

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf Nouveau virus de grippe QUESTIONS / REPONSES 5 mai 2009 Fiche 5 Pour les réponses aux questions générales concernant la nature du virus ou les connaissances médicales et épidémiologiques disponibles, nous

Plus en détail

BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA

BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA Qu est-ce la boite à images? Cette boite à images est un appui visuel pour les relais communautaires, agents de santé,

Plus en détail

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 APPARITION DE LA MALADIE Dans l état actuel de la connaissance du dossier, le virus de la grippe H1N1 qui circule au Mexique se transmet d homme

Plus en détail

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Aide visuelle sur la violence sexuelle utilisée pour sensibiliser et former la population, Sud-Kivu,

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

GRIPPE AVIAIRE INFORMATIONS POUR LES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES

GRIPPE AVIAIRE INFORMATIONS POUR LES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES ETAT DE LA SITUATION: MI-OCTOBRE 2005 GRIPPE AVIAIRE INFORMATIONS POUR LES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES Originaire d Asie, la grippe aviaire actuelle - appelée également peste aviaire (= Influenza A Subtyp

Plus en détail

Démontrer l impact de la communication : étude de cas «Madagascar»

Démontrer l impact de la communication : étude de cas «Madagascar» Annexe Démontrer l impact de la communication : étude de cas «Madagascar» Vue générale et contexte Le Service de Vaccination Madagascar (PEV) a travaillé avec ses partenaires du Comité de coordination

Plus en détail

BILAN D ACTIVITES 2012 UNE BOUCHE SAINE = UNE VIE SAINE

BILAN D ACTIVITES 2012 UNE BOUCHE SAINE = UNE VIE SAINE + BILAN D ACTIVITES 2012 UNE BOUCHE SAINE = UNE VIE SAINE I PRESENTATION DE LDSDV-ONG A ADONKOI 1 Madame Moya Dina Akochi, Présidente Fondatrice de Les Dents, Souffle De Vie «LDSDV-ONG» a effectué, du

Plus en détail

REFERENCE - ENV.A.1 Communication et société civile

REFERENCE - ENV.A.1 Communication et société civile REFERENCE - ENV.A.1 Communication et société civile PROJETS SOUMIS DE LA PART DE RESEAUX EUROPEENS QUI SONT ACTIFS DANS LE DOMAINE DE LA COMMUNICATION ET DE LA SENSIBILISATION ENVIRONNEMENTALE Ligne budgétaire:

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse France RAPPORT D ACTIVITE DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE ROUGEOLE MENEE DU 11 AU 15 DECEMBRE 2012

Plus en détail

Création de la Demande en. Rodio Diallo Population Services International Le 9 février 2011

Création de la Demande en. Rodio Diallo Population Services International Le 9 février 2011 Création de la Demande en Planification Familiale Rodio Diallo Population Services International Le 9 février 2011 Plan de la Présentation Cadre Logique Exemples Résultats Leçons Apprises Défis PERForM

Plus en détail

Pandémie grippale et continuité d activité

Pandémie grippale et continuité d activité Pandémie grippale et continuité d activité I. Les notions Modes de transmission En Alsace Entreprises concernées Grippe A / H1N1 Infection humaine par un virus grippal d origine porcine. Ce virus appartient

Plus en détail

Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES

Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES Norme générale 1 Evaluation initiale et planification Services vétérinaire cliniques primaires

Plus en détail

Recherche de solutions durables

Recherche de solutions durables L un des principaux objectifs de la protection internationale est la recherche de solutions au sort des réfugiés. Pourtant, des millions de réfugiés à travers le monde s enlisent dans des situations d

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE Version du 23 avril 2008 1 Sommaire 1. RAPPEL DU CONTEXTE_ 3 2. PILOTAGE ET PERIMETRE DU PLAN

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011.

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011. ANNEXE 1 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL 211-215 Bujumbura, 19 mai 211. . Introduction Le Burundi s est doté d une politique lutte contre

Plus en détail

Routes d Apprentissage

Routes d Apprentissage Renforcercement des capacités des pays SUN pour promouvoir la nutrition à travers des Routes d Apprentissage L expérience de la Route d apprentissage au Pérou et au Sénégal En tant que mouvement global,

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Pourquoi devons-nous nous préparer? La préparation et la prévention en un clin d œil

Pourquoi devons-nous nous préparer? La préparation et la prévention en un clin d œil NOTE D ORIENTATION sur des mesures de prévention et préparation proposées aux pays/zones non affectés par l épidémie de la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest La préparation et la prévention en

Plus en détail

Le projet OpenStreetMap au Mali

Le projet OpenStreetMap au Mali Le projet OpenStreetMap au Mali Historique et contexte Origine de la communauté OpenStreetMap Mali (OSM-ML) La Communauté OpenStreetMap Mali (OSM_ML) Activités Missions Sessions de formation et cartoparties

Plus en détail

FICHE ACTION 13 (AXE 1)

FICHE ACTION 13 (AXE 1) Plan national de réduction des risques d'antibiorésistance en médecine vétérinaire FICHE ACTION 13 (AXE 1) PROMOUVOIR LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES AUPRÈS DES PROPRIÉTAIRES D ANIMAUX DE COMPAGNIE À TRAVERS

Plus en détail

D.I.C.R.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. Ce document est destiné aux habitants de Saint-Gérand-de-Vaux.

D.I.C.R.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. Ce document est destiné aux habitants de Saint-Gérand-de-Vaux. D.I.C.R.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs Ce document est destiné aux habitants de Saint-Gérand-de-Vaux. Conservez-le de manière à le retrouver très rapidement en cas de besoin.

Plus en détail

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale

État présenté par le Secrétaire général conformément à l article 153 du Règlement intérieur de l Assemblée générale Nations Unies A/C.5/56/29 Assemblée générale Distr. générale 12 décembre 2001 Français Original: anglais Cinquante-sixième session Cinquième Commission Points 106 b) et 123 de l ordre du jour Troisième

Plus en détail

ETUDE SUR LES CANAUX DE COMMUNICATION DANS SEPT REGIONS DU BURKINA FASO

ETUDE SUR LES CANAUX DE COMMUNICATION DANS SEPT REGIONS DU BURKINA FASO ETUDE SUR LES CANAUX DE COMMUNICATION DANS SEPT REGIONS DU BURKINA FASO Rapport final Christophe COULIBALY Emile Pierre BAZYOMO Suzanne COULIBALY Ouagadougou Décembre 2011 Sud Consult 01 B.P. 1452 Ouagadougou

Plus en détail

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT DECRETE : CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la

PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA FINANCE SOCIALE & SOLIDAIRE LIMA 13 & 14 MAI 2015 BREVE PRESENTATION DE LA GUINEE Contexte Socio-économique de la Guinée: La

Plus en détail

D PROCESSUS D REPORTING ET COMMUNICATION

D PROCESSUS D REPORTING ET COMMUNICATION PROCESSUS D REPORTING ET SOMMAIRE D PROCESSUS D REPORTING ET Page : 1 PROCESSUS D REPORTING ET SOMMAIRE D PROCESSUS D REPORTING ET... 1 D.1 REGLES ET PRINCIPES APPLICABLES... 3 D.2 ELEMENTS DE REPORTING

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Initiatives en matière d établissement de plans d urgence et de plans d action

Plus en détail

La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes

La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes La réponse de l UNFPA à la Crise Humanitaire au niveau des frontieres Tuniso - Libyennes United Nations Population Fund Mars Décembre 2011 Suite à la crise libyenne survenue en février 2011, la frontière

Plus en détail

SOMMAIRE PRINCIPAL. 2/ Le plan de continuité de l activité A quoi cela sert-il? ANNEXE 1 : Rappel des points clés d un PCA

SOMMAIRE PRINCIPAL. 2/ Le plan de continuité de l activité A quoi cela sert-il? ANNEXE 1 : Rappel des points clés d un PCA SOMMAIRE PRINCIPAL Préambule 1/ Ce qu il faut savoir sur le virus H1N1 2/ Le plan de continuité de l activité A quoi cela sert-il? 3/ Quand déclencher le PCA? ANNEXE 1 : Rappel des points clés d un PCA

Plus en détail

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012

EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 EXTRAIT DU : CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES BTC/CTB CTB/SEN/2012/33 DU 09/03/2012 MARCHÉ DE SERVICES POUR LE PROGRAMME DES BOURSES HORS PROJET CRÉATION ET MISE EN ŒUVRE DE DEUX MODULES D UNE FORMATION POUR

Plus en détail

Rapport d Activité IDO Janvier-Juin 2012

Rapport d Activité IDO Janvier-Juin 2012 Rapport d Activité IDO Janvier-Juin 2012 Les six premiers mois de 2012 ont été très actifs pour IDO, avec au Tchad, le recrutement de notre deuxième permanent, et une activité d inventaire, diagnostique,

Plus en détail

FOSA : C S x _ Plan _d Affaires _FR.doc District : GASABO

FOSA : C S x _ Plan _d Affaires _FR.doc District : GASABO FOSA : C S x _ Plan _d Affaires _FR.doc District : GASABO Pour des centres de santé contractés pour le financement basé sur la performance District GASABO Nom du centre de Santé x. Population de rayonnement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE 1. CONTEXTE Le bilan de l Éducation Pour Tous révèle que les pays d Afrique subsaharienne ont accompli

Plus en détail

9. Dans le cadre plus large de l accord sur les forêts, on attend du FNUF qu il:

9. Dans le cadre plus large de l accord sur les forêts, on attend du FNUF qu il: Décembre 2003 F ATELIER SUR LA CONSOLIDATION DE L ACTION RÉGIONALE MISE EN ŒUVRE DES PROPOSITIONS D ACTION GIF/FIF EN AFRIQUE Accra, Ghana, 16 18 février 2004 MISE EN ŒUVRE DES PROPOSITIONS D ACTION GIF/FIF

Plus en détail

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE République de Côte d Ivoire Union- Discipline - Travail ----------------- DÉCRET N 2007-570 DU 10 AOUT 2007 PORTANT ORGANISATION DU MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Une loi française pour financer l accès à l eau

Une loi française pour financer l accès à l eau Une loi française pour financer l accès à l eau La loi Oudin-Santini permet aux collectivités territoriales françaises de s engager dans des projets de solidarité dans le domaine de l eau. ACF, Franklin

Plus en détail

C est quoi le District Health Information Software 2?

C est quoi le District Health Information Software 2? Introduction Actions entreprises C est quoi le Health Information Software 2? Avantages Inconvénients Conclusion Le système d information sanitaire est l un des piliers du Système de Santé Il contribue

Plus en détail

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Déclaration d'alger Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Réduire le déficit des connaissances pour améliorer la santé en Afrique 23-26 juin 2008 Catalogage

Plus en détail

Informations préliminaires sur le poste. Informations générales sur la mission

Informations préliminaires sur le poste. Informations générales sur la mission : PROFIL DE POSTE Informations préliminaires sur le poste Intitulé du poste ADMINISTRATEUR BASE Pays & base d affectation GUINEE, COYAH Rattachement hiérarchique COORDINATEUR COYAH Création / Remplacement

Plus en détail

STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL)

STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL) STRATEGIE DE COMMUNICATION CONJOINTE DU SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BENIN (2012-2015) (SYNTHESE DU DOCUMENT FINAL) ACTIONS STRATEGIQUES DE COMMUNICATION AU SEIN DU SNU/BENIN SNU-Bénin INTRODUCTION Unis

Plus en détail

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Résumé Avril 2015 Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Plus en détail

interieur caravane 3.pdf 1 24/09/2014 11:52:19

interieur caravane 3.pdf 1 24/09/2014 11:52:19 interieur caravane 3.pdf 1 24/09/2014 11:52:19 Itinéraire Itinéraire du du 04 au 06 octobre 2014 du 08 au 10 octobre 2014 du 04 au 06 octobre 2014 du 15 au 16 octobre 2014 du 18 au 20 octobre 2014 du

Plus en détail

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre En Guinée, les femmes et les hommes ont des rôles et des responsabilités différents et complémentaires en assurant le bien-être alimentaire

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Côte d Ivoire. Personnes relevant de la compétence du HCR

Côte d Ivoire. Personnes relevant de la compétence du HCR À la fin de l année 2010, la Côte d Ivoire abritait près de 565 000 personnes relevant de la compétence du HCR, dont quelque 25 600 réfugiés libériens. Plus de 1 100 certificats de naissance ont été distribués

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

TDR Termes de Références

TDR Termes de Références Coalition des Entreprises de Côte d Ivoire contre le Sida Convention N : 05 / 2010 / SCSP / PUMLS C102A10315 : PARTICIPATION A LA 23 ème EDITION DE LA CAMPAGNE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA 2010 TDR

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune

Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune 10 points basés sur l expérience de terrain INITIATIVE FIÈVRE JAUNE WHO/HSE/PED/CED/2015.1. Communication

Plus en détail

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES

SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES JEUNES FILLES SUPER GO UN PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES JEUNES FILLES CONTEXTE DU PROGRAMME SUPER GO Féminisation du VIH : quelques chiffres clés (EIS-2005) 0,4% des filles de 15 à 19 ans sont infectées

Plus en détail

MINISTERE DE L'INTERIEUR MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE. Gestion des décès massifs procédure particulière

MINISTERE DE L'INTERIEUR MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE. Gestion des décès massifs procédure particulière MINISTERE DE L'INTERIEUR MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE Gestion des décès massifs procédure particulière pandémie grippale LIVRET PRATIQUE du guide ORSEC A l

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320 Groupe ISEE 1 CHEF(FE) DE PROJETS EN COMMUNICATION TITRE CERTIFIE AU RNCP SOUS LE N 320

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire»

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Search for Common Ground Côte d Ivoire, Septembre 2013

Plus en détail

CONGO DR_Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) - RDC

CONGO DR_Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) - RDC Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

Informations préliminaires sur le poste. Informations générales sur la mission

Informations préliminaires sur le poste. Informations générales sur la mission Informations préliminaires sur le poste PROFIL DE POSTE Intitulé du poste Pays & base d affectation Rattachement hiérarchique Création / Remplacement (+ nom) Durée de passation Durée de la mission COORDINATEUR

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Formation démultipliée, ou uand le formé devient formateur emple de la formation à la tenue EBOLA

Formation démultipliée, ou uand le formé devient formateur emple de la formation à la tenue EBOLA Formation démultipliée, ou uand le formé devient formateur emple de la formation à la tenue EBOLA Béatrice TURCAN, CSS hygiéniste Martine KRAEBER, IBODE hygiéniste - CHU Strasbourg Le contexte! Mars 2014

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

SEMINAIRE DE PRESENTATION DES ACTIVITES DU CIRT-BF

SEMINAIRE DE PRESENTATION DES ACTIVITES DU CIRT-BF SEMINAIRE DE PRESENTATION DES ACTIVITES DU CIRT-BF Ouagadougou, le 03 mai 2013 Hôtel Palm Beach PRESENTATION DU CIRT-BF Georges P. LALLOGO, Manager/CIRT-BF glallogo(at)cirt.bf AGENDA INTRODUCTION I. CONCEPT

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

CELEBRATION NATIONALE DES VILLAGES FDAL

CELEBRATION NATIONALE DES VILLAGES FDAL 1 Visite du Ministre de la Construction de l Assainissement et de l Urbanisme et du Représentant de l UNICEF dans le village FDAL de Lomibo (Département de Bouake) Avant la cérémonie de célébration des

Plus en détail

Application du Règlement sanitaire international (2005)

Application du Règlement sanitaire international (2005) CONSEIL EXECUTIF EB122/8 Cent vingt-deuxième session 10 janvier 2008 Point 4.5 de l ordre du jour provisoire Application du Règlement sanitaire international (2005) Rapport du Secrétariat 1. Dans la résolution

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail