NOUVELLES TECHNIQUES : POUR QUELLES AVANCÉES EN MICROBIOLOGIE MÉDICALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOUVELLES TECHNIQUES : POUR QUELLES AVANCÉES EN MICROBIOLOGIE MÉDICALE"

Transcription

1 NOUVELLES TECHNIQUES : POUR QUELLES AVANCÉES EN MICROBIOLOGIE MÉDICALE Dr Frédérique GOURIET Fédération de Bactériologie Virologie et Hygiène hospitalière URMITE CNRS-IRD UMR

2 Immunochromatographic or agglutination assay Direct examination and culture Real-time PCR Syndrome and disease- -based sampling kits Point of care (POC) laboratory assays < 2 hours Automated blood culture monitoring Diversified culture conditions Transport Local, national and /or international alert Phenotypic identification and antibiotic susceptibility testing Core laboratory Molecular detection and identification Real-time genome sequencing Manual biochemotype and antibiogram PCR Automated biochemical phenotype and antibiogram MALDI-TOF MS Unidentified or unusual bacterium New or atypical bacterium SMS message, Laboratory website Phenotypic microarray Sequencing Metagenomics Strain 2 collection

3 Nouvelles applications de la spectrométrie de masse au laboratoire de Microbiologie 3

4 Nouvelles applications de la spectrométrie de masse au laboratoire de Microbiologie Identification de souche bactérienne identification directe sur flacon d hémocultures Identification directe sur les urines Biotypage des bactéries detection d une épidémie Surveillance d une épidémie Identification de clones Détection rapide de la résistance aux antibiotiques par MALDI-TOF Carbapénémases chez les bactéries à gram négatif

5 Apport de la Spectrométrie de masse pour le diagnostic microbiologique Analyse MALDI-TOF Micro-organisme inconnu Dépôt sur une cible Interprétation des données Banque de données 5

6 Interprétation des résultats Comparaison par souches 3 niveaux d identification Log supérieur ou égal à 2: identification d espèce Log entre 1,7 et 2,0: identification de genre Log < à 1,7: absence d identification Biologie moléculaire Incrémentation de la Base de données Bruker Biotyper 6

7 Performances des différents Spectromètre disponible pour la microbiologie

8 Problèmes d identification :Discordance MALDI_Tof et identification classique Phénotypique en spectrométrie de masse

9

10 Identification phénotypique classique / spectrométrie de masse Problèmes du choix du système d identification: Gram Tests d orientation (catalase, oxydase ) Diversité phénotypique: Base de données: nombre importants de souches par espèce Chevauchement des phénotypes Choix multiples Souches déficientes Variant Inoculum insuffisant Choix préalable inutile Colonie ou échantillon hémoculture/urines Une seule base de donnée pouvant être constituée par une seule souche par espècemodulable Profils protéiques provenant en grande partie par des protéines ribosomales Résultat rapide Coût concurrentiel

11 Détection d une épidémie N of patient year 18 souches Issues de13 patients Arbre phylogénétique position des Corynebacterium spp. comparaisons MALDI-TOF (A) et sequences partielle ARN sous unité beta de polymerase gene rpob (B). Emerging Infectious Diseases Vol. 16, No. 8, August 2010

12 Surveillance d une épidémie 622 isolats 5 clusters Cluster associations Origine Geographical Algérie, ST80 (C1) Marseille (C2-C5) Origine Clinique Patients non-mucovicidosique (C5) Patients mucovicidosique C1 and C2 : children C3 and C4 : adults Staphylococcus aureus et mucovicidose MSP Dendrogram C1 C2 C3 C4 C Distance Level Clusters identification de phénotypes

13 Epidémie et origine géographique Klebsiella pneumoniae MSP Dendrogram Marseille - France Algeria Distance Level K. pneumoniae SKP3 SKP4 SKP2 SKP8 OKP5 OKP9 SKP14 SKP7 SKP9 SKP15 SKP29 OKP15 KP61 KP74 SKP28 SKP27 KP63 OKP8 KP73 KP78 OKP10 KP62 SKP22 OKP13 SKP23 SKP26 KP80 KP70 KP76 KP77 SKP30 OKP7 OKP3 OKP6 SKP1 KP64 KP98 SKP25 KP79 SKP6 KP101 KP83 SKP17 SKP21 KP95 KP69 KP81 OKP11 KP96 KP82 SKP16 KP102 KP65 KP85 KP86 KP90 OKP4 KP67 KP87 KP88 OKP14 KP68 KP92 OKP12 KP OKP2 131 CSUR KP89 SKP NCTC P130 0

14 Détection des carbapénémases par MALDI-TOF Klebsiella pneumoniae Sensible Imipénème Test Imipénème IMP : pic spécifique à 300 m/z Intens. [a.u.] x Matrice +Nacl essai-atb-bact ultraflex 0:F8 MS Raw 0.5 Intens. [a.u.] 0.0 x IMP 1 B T0 essai-atb-bact ultraflex 0:G7 MS Raw Intens. [a.u.] 0.0 x IMP 1 B T1 essai-atb-bact ultraflex 0:M10 MS Raw 2 Intens. [a.u.] 0 x IMP 1 B T2 essai-atb-bact ultraflex 0:M20 MS Raw m/z

15 Détection des carbapénémases par MALDI-TOF Klebsiella pneumoniae NDM-1 Positive Test Imipénème IMP : pic spécifique à 300 m/z Intens. [a.u.] x essai-atb-bact ultraflex 0:F7 MS Raw Matrice +Nacl 0.5 Intens. [a.u.] 0.0 x essai-atb-bact ultraflex 0:J15 MS Raw IMP 1 B T0 Intens. [a.u.] x Disparition de l IMP à T1 essai-atb-bact ultraflex 0:A11 MS Raw IMP 1 B T1 2 Intens. [a.u.] 0 x O metabolite IMP 1 B T2 essai-atb-bact ultraflex 0:N19 MS Raw imipenem H HN S OH H N NH C 11 H 17 N 3 O 2 S carbapenemase OH H O H N O S OH H N NH C 12 H 17 N 3 O 4 S m/z

16 Détection des carbapénémases par MALDI-TOF Klebsiella pneumoniae NDM-1 Positive Test Méropénème MER: pic spécifique à 384 m/z Intens. [a.u.] x Matrice+NACL essai-atb-bact ultraflex 0:F7 MS Raw 0.5 Intens. [a.u.] 0.0 x MER 1 B to essai-atb-bact ultraflex 0:M15 MS Raw Intens. [a.u.] 0.0 x Disparition de MER à T1 MER 1 B t1 essai-atb-bact ultraflex 0:J11 MS Raw 0.5 Intens. [a.u.] 0.0 x MER 1 B t2 essai-atb-bact ultraflex 0:J21 MS Raw m/z

17 Détection des carbapénémases par MALDI-TOF Table 1. Characterization of the 149 bacterial strains analyzed and data summary of imipenem hydrolysis assay utilizing MALDI-TOF MS MALDI-TOF analysis Strain type :No. of isolates (Location of isolates [ No.of isolates]) Range of the ratio of the area of imipenem/metabolite based on the time of incubation No. of isolates detected as carbapenemase producers based on the time of incubation 2h 4h 2h 4h Carbapenem-resistant strains (70) (imipenem MIC >8 mg/l) < < K. pneumoniae KPC :1 <0.01 < K. pneumoniae NDM-1: 2 <0.01 < P. aeruginosa VIM : 2 <0.01 ND 2 2 P. aeruginosa IMP : 2 <0.01 ND 2 2 A.baumannii bla OXA23-like : 57 (Marseille [17], Algeria [40]) < < A.baumannii bla OXA24-like : 3 (Algeria) < A.baumannii bla OXA23-like + bla OXA24-like : 3 (Algeria) < < Carbapenem-susceptible strains (79) (imipenem MIC 2 mg/l) < < K. pneumoniae ESBL : 31 (Algeria) ND K. pneumoniae non ESBL : 4 (Algeria) ND Escherichia coli ATCC (1) A. baumannii : 43 (Marseille [1], Algeria [42]) Sensitivity = 100% ; Specificity = 100% (t=4h)

18 Diagnostic rapide en microbiologie médicale un véritable challenge Les tests microbiologiques améliorent la prise en charge des malades si les résultats sont disponibles dans le temps du soin. 18

19 Organisation du laboratoire central en microbiologie Regroupement géographique des laboratoires sur un seul site PRE-ANALYTIQUE ANALYTIQUE POST-ANALYTIQUE échantillons Prélèvements d environnement - réservoirs - vecteurs > Réception 24/24, 365 jours/an > Enregistrement > Dispatching inoculation automatique Inoculation Manuelle cellules animaux Identification MALDI-TOF Sérologies Automates Identification par séquençage Antibiogramme Génomique au débit automatisé Validation Expertise et conseil thérapeutique Contact avec cliniciens Limites des laboratoires cœur: résultats retardés dans les tests de routine Création de laboratoires secondaire d urgence 19

20 Objectif: laboratoire d urgence Prise en charge médicale rapide des maladies infectieuses en fournissant les résultats des analyses microbiologiques pendant que les malades sont encore en service d urgence => Résultats < 4 heures Afin de répondre à 4 questions cruciales 1 Hospitalisation nécessaire? 2 isolement requis? 3 traitement anti-infectieux nécessaire? 4 analyses complémentaires nécessaires? 20

21 Point of care à l hôpital de la Timone/ et hôpital Nord 60 cm Ordi + imp. 257 cm Placard mural L120 x h70 x p30 60 cm Smart Cycler 113 cm 153 cm Smart Cycler Placard sous paillasse L113 x h85 x p50 50 cm PSM Holten LaminAir 101 cm 66 cm 65 cm Ordi POC Timone 17,2 m 2 92 cm 60 cm Monarch Ordi Ordi 60 cm 2 étagères murales L270 x p36 Frigo bas +4 C GenXpert Micro Zeiss Axiolab Congélo bas -20 C 240 cm 210 cm Placard sous paillasse L113 x h85 x p50 2 étagères murales L160 x p36 Centri Jouan C3i Evier 20 cm 60 cm Vortex Bain Sec Bioblock Stuart 143 cm EZ1 Qiagen 21

22 Critères de sélection des analyses au POC Résultats en moins de 4 heures, transmission SMS bonne valeur prédictive dépistage par syndrome Résultats modifient la prise en charge Immunochromatographie PCR en temps réel 22

23 Exploration par syndrome Pneumonia Meningitis PNEU Flu ICT VRS ICT Mycoplasma pneumoniae PCR Whooping-cough (B. pertussis) PCR Coxiella burnetii PCR Staphylococcus aureus (ICU only) PCR Pneumocystis jiroveci PCR Legionella urinary antigen Pneumococcal urinary antigen MENIN Cytology Enterovirus PCR Herpes virus PCR Varicella zoster virus PCR Meningococcus PCR Pneumococcus PCR Cryptococcus Gynecology GYNECO HIV ICT Group B streptococcus PCR Atopobium vaginae PCR GASTRO Gastro-enteritis, diarrhoea Rotavirus adenovirus ICT Norovirus ICT Clostridium difficile - Helicobacter pylori ICT ANG Pharyngitis Group A streptococcus ICT Infectious mononucleosis MNI test Tropical fever Tropical fever Malaria PCR Malaria ICT Dengue ICT Other Others Blood exposure accident = HIV Tetanus toxin ICT Procalcitonin 23

24 Real-time PCR assays: syndrome-specific strips 190 µl sample + 10µL TISS Une barrette par patient ex: méningite Extraction EZ1 Virus card pure DNA 5 µl in all wells Strip 1 LCR code mix HSV VZV ctra crga PlyN LytA 7SL-RNA TISS Strip 2 CONTRÔLE NEGATIF - rien à rajouter prêt à l emploi Strip 3 CONTRÔLE POSITIF- Rien à rajouter prêt à l emploi 24

25 Real-time PCR assays: syndrome-specific multiplexed strips 1 patient par barrette ex: pneumonie 190 µl sample + 10µL TISS Extraction EZ1 Virus card pure DNA 5 µl cup1 cup2 cup3 Nothing to add Ready to use controls Code Coxiella burnetii M. pneumoniae Bordetella pertussis mix X 7SL-RNA TISS X 7SL-RNA X 7SL-RNA TISS patient Negative control Positive control 25

26 P.O.C: PCR en temps réel Xpert Flu Detection of Flu virus de type A and B, and H1N Preparation : 2 min Result : 77 min Xpert EV Molecular detection of enterovirus meningitis Preparation : 5 min Result : 150 min Xpert C. difficile Detection of toxigenic et epidemic strains of Clostridium difficile Preparation : 2 min Result : 47 min Xpert GBS Intrapartum detection of Streptococcus group B Preparation : 1 min Result : 52 min 26

27 Activité exponentielle Test Diagnostics % Test Diagnostics % Test Diagnostics % influenza virus RSV S. pneumoniae L. pneumophila M. pneumoniae C. burnetii B. pertussis Procalcitonin S. pyogenes EBV EV HSV-1/ S. pneumoniae N. meningitidis M. pneumoniae Rotavirus/adeno C. difficile H. pylori S. agalactiae HIV Plasmodium spp Dengue virus C. tetani Total Cohen-Bacrie S et al., PloS One 2011

28 Activité exponentielle Cohen-Bacrie S et al., PloS One 2011

29 Perspectives: POC délocalisé, Afrique Diagnostic kits Diagnostic kits I.H.U Hospitalization Consultation Emergency room P.O.C. Diagnostic kits Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille POC Core Laboratory Other Clinics, hospitals, laboratories In France and abroad Remote POC Remote, mobile POC Remote POC in patient s premices 29

30 Approche syndromique du diagnostic en microbiologie médicale Place des nouveaux outils moléculaires 30

31 Approche syndromique : kit péricardique

32 Application métagénomique Detection : Torque teno virus et papillomavirus dans le liquide péricardique pour la 1ere fois chez l homme PLoS One Apr 1;9(4):e Viral communities associated with human pericardial fluids in idiopathic pericarditis. Fancello L, Monteil S, Popgeorgiev N, Rivet R, Gouriet F, Fournier PE, Raoult D, Desnues C. 32

33 Approche syndromique : ex Kit endocardite Génome en temps réel 33

34 Application : génome en temps réel Génome en temps réel de S.epidermidis Staphylococcus epidermidis souche isolée de 3 hémocultures sur 3 chez responsable d une endocardite aortique chez un homme de 26 ans génome de 2.5-Mb :sequence unique avec 32 genes de virulence. CSUR P278 J Clin Microbiol May;51(5): Deciphering genomic virulence traits of a Staphylococcus epidermidis strain causing native-valve endocarditis. Fournier PE, Gouriet F, Gimenez G, Robert C, Raoult D.

35 remerciements Pr Michel Drancourt Dr jean-paul Casalta Dr Pierre Yves Levy Pr jean Marc Rolain Merci pour votre attention 35

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV)

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) MICROBIOLOGIE 1. Strep A et Urine Slide (page 1) 2. Coloration de Gram (page 1) 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) (page 1) 4. UKNEQAS Microbiology (page 2) 5. QCMD (page 4) Les programmes 1, 2 et 3 sont organisés

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Tests rapides - définitions TDR Tests de Diagnostic Rapide. TROD Tests Rapides

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques 1. Taux de participation: Tout d abord je voudrais vous remercier d avoir rempli notre questionnaire. Grace à vos réponses

Plus en détail

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A 1. Taux de participation: Tout d abord je voudrais vous remercier d avoir rempli notre questionnaire. Grace à vos réponses

Plus en détail

BIOLOGIE CLINIQUE ACTUALITES ET PERSPECTIVES D AVENIR

BIOLOGIE CLINIQUE ACTUALITES ET PERSPECTIVES D AVENIR BIOLOGIE CLINIQUE ACTUALITES ET PERSPECTIVES D AVENIR Ph. Biol. Jean Darimont Pharmalouvain mars 2011 BIOLOGIE CLINIQUE 1. Technique 2. Organisation 3. Economique La Biologie Clinique est impliquée dans

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Applications de la Spectrométrie de Masse au Laboratoire de Microbiologie

Applications de la Spectrométrie de Masse au Laboratoire de Microbiologie Applications de la Spectrométrie de Masse au Laboratoire de Microbiologie Pharm Biol Delphine Martiny Departement de Microbiologie CHU Saint-Pierre & Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Seng CID

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

Actualités et utilisation des analyses microbiologiques en médecine générale. TD. Huang, B. Kabamba, A. Simon ECU-UCL (Dampremy Charleroi) 2010-01-09

Actualités et utilisation des analyses microbiologiques en médecine générale. TD. Huang, B. Kabamba, A. Simon ECU-UCL (Dampremy Charleroi) 2010-01-09 Actualités et utilisation des analyses microbiologiques en médecine générale TD. Huang, B. Kabamba, A. Simon ECU-UCL (Dampremy Charleroi) 2010-01-09 Buts de la microbiologie Aide au diagnostic d infection

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Deposit form/fiche de dépôt Bacteria/ Bactéries

Deposit form/fiche de dépôt Bacteria/ Bactéries Deposit form/fiche de dépôt Bacteria/ Bactéries Strain Collection Number / Numéro de collection de la souche Other collection numbers / Autres numéros de la collection Name / Nom Intrasubspecific name

Plus en détail

Utilisation de la métagénomique 16S pour la surveillance de l émergence de zoonoses bactériennes dans les populations animales

Utilisation de la métagénomique 16S pour la surveillance de l émergence de zoonoses bactériennes dans les populations animales Utilisation de la métagénomique 16S pour la surveillance de l émergence de zoonoses bactériennes dans les populations animales Réunion Rongeur 2014 CBGP Maxime Galan Métagénomique 16S: Pourquoi? Identification

Plus en détail

Revue Médicale Suisse Diagnostic des maladies infectieuses : place des «Point of Care Tests» (POCT)

Revue Médicale Suisse Diagnostic des maladies infectieuses : place des «Point of Care Tests» (POCT) Revue Médicale Suisse Diagnostic des maladies infectieuses : place des «Point of Care Tests» (POCT) Auteur : G. Prod hom J. Bille Numéro : 3152 Sujet: Maladies infectieuses Les POCT (point of care tests)

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE. Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré

APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE. Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré APPORT DU DIAGNOSTIC MOLECULAIRE EN PATHOLOGIE INFECTIEUSE Service de Microbiologie Hôpital Robert-Debré 1 Diagnostic Bactériologique Isolement bactérie sur milieu de culture Caractérisation phénotypique

Plus en détail

Précautions standard et complémentaires : quelles mesures pour quels patients?

Précautions standard et complémentaires : quelles mesures pour quels patients? 5 ème journée des référents en antibiothérapie Précautions standard et complémentaires : quelles mesures pour quels patients? Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies

Plus en détail

Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire?

Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire? Diagnostic des infections bactériennes : quelle place pour la biologie moléculaire? Dr Ghislaine Descours Laboratoire de Bactériologie, Centre de Biologie Est DUCIV, 15 octobre 2014 Objectifs! Connaître

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA

Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes. Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Stratégies de dépistage des bactéries multirésistantes à l hôpital et en MRS: Qui? Pourquoi? Comment? Après? L exemple des MRSA Prof. Dr. Youri Glupczynski Unité d Hygiène hospitalière & Laboratoire de

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

L audit en bactériologie clinique : du concept à la réalisation

L audit en bactériologie clinique : du concept à la réalisation L audit en bactériologie clinique : du concept à la réalisation Jean-Paul Klein a, *, Pierre-Olivier Bazin b RÉSUMÉ L audit est un outil de progrès et d aide à la décision au service de l entreprise et

Plus en détail

Collection Avis et Rapports

Collection Avis et Rapports Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes aux antibiotiques importées en France par des patients rapatriés ou ayant des antécédents d hospitalisation à l étranger Collection Avis et Rapports

Plus en détail

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI

Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Quand lever un Isolement? ERG, EPC, ABRI Dr Karine BLANCKAERT Santé publique médecine -sociale Praticien hospitalier Hygiène hospitalière Coordonnateur de l antenne régionale nord pas de calais de lutte

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION NOCOSPRAY Notre concept est né de l association Nocospray + Nocolyse (machine/produit) pour une désinfection automatisée sous forme gazeuse. Il permet de traiter de façon automatisée l air et les surfaces

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE STAPHYLOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des

Plus en détail

Transfert international de patients, diffusion des BMR, et leur contrôle

Transfert international de patients, diffusion des BMR, et leur contrôle Transfert international de patients, diffusion des BMR, et leur contrôle Dr Bruno Coignard Institut de veille sanitaire (InVS), Saint-Maurice XX ème Journée Annuelle Sud-Est de Lutte contre les Infections

Plus en détail

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose

Détermination de la sensibilité aux antibiotiques. Méthode EUCAST de diffusion en gélose Détermination de la sensibilité aux antibiotiques Méthode EUCAST de diffusion en gélose Version Sommaire Page Modifications des documents Abréviations et terminologie 1 Introduction 4 2 Préparation des

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

DIAGNOSTIC PRÉNATAL NON INVASIF : LE SANG MATERNEL

DIAGNOSTIC PRÉNATAL NON INVASIF : LE SANG MATERNEL 6 LE TEST DIAGNOSTIC PRÉNATAL NON INVASIF : LE SANG MATERNEL Source : les cellules trophoblastiques Fetal cell Cell isolation Détection 5-6SA Disparition rapide après accouchement Pas de persistance après

Plus en détail

Directeur : Professeur Didier Raoult. Président : Docteur Yolande Obadia

Directeur : Professeur Didier Raoult. Président : Docteur Yolande Obadia Directeur : Professeur Didier Raoult Président : Docteur Yolande Obadia SOMMAIRE I Introduction page 2 II Bâtiment page 4 1) Construction de l IHU avec degré page 5 d avancement et étapes de suivi. 2)

Plus en détail

ANALYSE DE L ADN FŒTAL DANS LE SANG MATERNEL: APPLICATION A LA TRISOMIE 21

ANALYSE DE L ADN FŒTAL DANS LE SANG MATERNEL: APPLICATION A LA TRISOMIE 21 ANALYSE DE L ADN FŒTAL DANS LE SANG MATERNEL: APPLICATION A LA TRISOMIE 21 JM Costa 5èmes Journées de Biologie Praticienne Mazagan, 4-5 Avril 2014 LABORATOIRE CERBA, Laboratoire du réseau DIAGNOSTIC PRÉNATAL

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH CLIN Paris -Nord Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais Docteur Karine BLANCKAERT, Coordonnateur Antenne Régionale Nord-Pas-de-Calais du CCLIN Paris Nord SOMMAIRE

Plus en détail

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin Les Evolutions techniques Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin 1 Les principales étapes de l évolution technologique 1975 Southern blot 1977 Séquençage Sanger

Plus en détail

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Promoteur : CHU de Rouen (PHRC national) Partenaires : CHG de Dieppe Institut Pasteur : CNR des méningocoques Institut de veille sanitaire

Plus en détail

Validation de méthodes de l automate Urised pour la cytologie urinaire

Validation de méthodes de l automate Urised pour la cytologie urinaire 2012-2013 DUT Génie Biologique Option ABB Validation de méthodes de l automate Urised pour la cytologie urinaire MENISSIER Louise Centre Hospitalier du Mans Pôle Biologie Pathologie Unité Fonctionnelle

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Une gamme de services dédiés à la qualité cellulaire

Une gamme de services dédiés à la qualité cellulaire Une gamme de services dédiés à la qualité cellulaire Autres services Clean Cells met également en œuvre son expertise dans des programmes : d'ingénierie pour la conception de laboratoires, d'accompagnement

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

PIONEERING DIAGNOSTICS RAPPORT ANNUEL

PIONEERING DIAGNOSTICS RAPPORT ANNUEL PIONEERING DIAGNOSTICS Turning partnership into innovation Shaping a bold future Inventing health beyond borders Taking health ever higher 2014 RAPPORT ANNUEL Pioneering Diagnostics Acteur mondial dans

Plus en détail

FORMATION DE TECHNICIEN EN ANALYSES BIOMEDICALES

FORMATION DE TECHNICIEN EN ANALYSES BIOMEDICALES FORMATION DE TECHNICIEN EN ANALYSES BIOMEDICALES Contrôle continu 1 ère ère année Contrôle continu C:\Documents and Settings\demoulfr\Mes documents\site INTERNET\2009\1 année.doc Théorie : 310 h Pratique

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

altona altona RealStar EBV PCR Kit 1.0 always a drop ahead. 11/2012 altona Diagnostics GmbH Mörkenstr. 12 22767 Hamburg Germany

altona altona RealStar EBV PCR Kit 1.0 always a drop ahead. 11/2012 altona Diagnostics GmbH Mörkenstr. 12 22767 Hamburg Germany altona DIAGNOSTICS altona DIAGNOSTICS RealStar EBV PCR Kit 1.0 11/2012 altona Diagnostics GmbH Mörkenstr. 12 22767 Hamburg Germany phone +49 40 548 06 76-0 fax +49 40 548 06 76-10 e-mail info@altona-diagnostics.com

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

841 000 Capital Head Offices : 30 chemin des Mouilles 69290 GREZIEU LA VARENNE - FRANCE SIRET : 497 802 165 000 17 TVA intracee : FR 3649780216500017

841 000 Capital Head Offices : 30 chemin des Mouilles 69290 GREZIEU LA VARENNE - FRANCE SIRET : 497 802 165 000 17 TVA intracee : FR 3649780216500017 1 CATALOGUE MATERIALS ET CONSUMABLES May 2015 V6 841 000 Capital Head Offices : 30 chemin des Mouilles 69290 GREZIEU LA VARENNE - FRANCE SIRET : 497 802 165 000 17 TVA intracee : FR 3649780216500017 Tel

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2013 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR BOYER CHAMMARD Timothée Antoine Philippe Né le 4 avril 1983 à Paris 15 ème Présentée

Plus en détail

Système Pall QPoint. Présentation du dernier né des dispositifs de traitement d eau tout germe au point d utilisation. www.pall.

Système Pall QPoint. Présentation du dernier né des dispositifs de traitement d eau tout germe au point d utilisation. www.pall. 13.8924 www.pall.com/qpoint Compte-rendu de la session SF2H (Session Innovation) Pall Medical Le 31 mai 2013 traitement d eau Quick Connection, Immediate Protection. Pall Medical a présenté son système

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né MODULE 1 : SPECIFICITES DE LA MICROBIOLOGIE ET DE LA PHYSIOPATHOLOGIE APPLIQUEES A LA GYNECOLOGIE, L OBSTETRIQUE

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences

Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Patient BMR + : risques de contamination et prévention en préhospitalier et aux

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

COLLOQUE DU SNBH 2004

COLLOQUE DU SNBH 2004 COLLOQUE DU SNBH 2004 Bactériologie Nathalie Wilhelm*, Alain Le Coustumier*, Frédéric Fevrier*, Anne Le Flèche** Claude Grasmick*, Patrick Grimont** Bactéries d identification difficile ou non cultivables

Plus en détail

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD

Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE. Sandrine HENARD Prise en charge des infections à entérobactéries secrétant des BLSE Sandrine HENARD BLSE : définition Β-lactamase le plus souvent d origine plasmidique Hydrolyse les pénicillines, céphalosporines et aztréonam,

Plus en détail

Big data et sciences du Vivant L'exemple du séquençage haut débit

Big data et sciences du Vivant L'exemple du séquençage haut débit Big data et sciences du Vivant L'exemple du séquençage haut débit C. Gaspin, C. Hoede, C. Klopp, D. Laborie, J. Mariette, C. Noirot, MS. Trotard bioinfo@genopole.toulouse.inra.fr INRA - MIAT - Plate-forme

Plus en détail

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération

STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération STATION 1A Plateforme de séquençage de nouvelle génération Dr JACQUES SIMARD Le mandat de cette plateforme est d offrir l expertise à la fine pointe de la technologie afin de générer des données de séquence

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé

GUIDE DE PRÉVENTION. de la pneumonie associée aux soins de santé GUIDE DE PRÉVENTION de la pneumonie associée aux soins de santé Division des lignes directrices professionnelles et des pratiques de santé publique Centre de la lutte contre les maladies transmissibles

Plus en détail

À utiliser. dispensé de. dispense de Medicaid. concernant la UTILISATION PRÉVUE. chez. culture de. Le VRS est. moitié des. enfants sont 3, 5, 6

À utiliser. dispensé de. dispense de Medicaid. concernant la UTILISATION PRÉVUE. chez. culture de. Le VRS est. moitié des. enfants sont 3, 5, 6 À utiliser avec l'analyseur Sofia uniquement Complexité CLIA : Modérée pour les patients pédiatriques âgés entre 7 et 19 ans Complexité CLIA : DISPENSÉ DE RÉGLEMENTATION pour less enfants âgés de moins

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

Le séquençage Roche 454

Le séquençage Roche 454 Le séquençage Roche 454 www.454.com Stéphane Fénart, Arnaud Mouchon Roscoff, Avril 2012 Systèmes Genome Sequencers Une stratégie unique en séquençage nouvelle génération Pionniers en séquençage de nouvelle

Plus en détail

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705 356-3961 356-3963 356-4705 DOMAINE D APPLICATION La gélose RAPID Salmonella est un milieu chromogénique utilisé pour la recherche des Salmonella spp. lors de l'analyse des produits d alimentation humaine

Plus en détail

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Khaled Menif ; Asma Bouziri Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis 19ème Congrès National STPI 24 et 25 Avril

Plus en détail

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Congrès de la SF2H - 9 Juin 2011 S. Coudrais Biohygiéniste Unité d Hygiène et Epidémiologie - Groupement

Plus en détail

Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014

Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014 Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014 biomérieux 50 ans. Pure player de diagnostic in vitro (#1 en microbiologie clinique, #1 en contrôle industriel). > 8 000 personnes

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Génomique et métagénomique

Génomique et métagénomique synthèse Génomique et métagénomique bactériennes : applications cliniques et importance médicale Rev Med Suisse 2014 ; 10 : 2155-61 S. M. Diene C. Bertelli T. Pillonel J. Schrenzel G. Greub introduction

Plus en détail

Les antibiotiques au Patrimoine Mondial

Les antibiotiques au Patrimoine Mondial Les antibiotiques au Patrimoine Mondial Pr Pierre Dellamonica CHU de Nice Journée Rhône Alpes Auvergne - Novembre 2011 1 1 Les constats 1. Les antibiotiques sont des «médicaments miracle» qui ont sauvé

Plus en détail

Rapport de l AERES sur la structure fédérative : sous tutelle des établissements et organismes : «Du malade à la molécule» Université Aix Marseille 2

Rapport de l AERES sur la structure fédérative : sous tutelle des établissements et organismes : «Du malade à la molécule» Université Aix Marseille 2 Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur la structure fédérative : «Du malade à la molécule» sous tutelle des établissements et organismes : Université Aix Marseille 2 Juin 2011 Section des

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail