NOUVELLES TECHNIQUES : POUR QUELLES AVANCÉES EN MICROBIOLOGIE MÉDICALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOUVELLES TECHNIQUES : POUR QUELLES AVANCÉES EN MICROBIOLOGIE MÉDICALE"

Transcription

1 NOUVELLES TECHNIQUES : POUR QUELLES AVANCÉES EN MICROBIOLOGIE MÉDICALE Dr Frédérique GOURIET Fédération de Bactériologie Virologie et Hygiène hospitalière URMITE CNRS-IRD UMR

2 Immunochromatographic or agglutination assay Direct examination and culture Real-time PCR Syndrome and disease- -based sampling kits Point of care (POC) laboratory assays < 2 hours Automated blood culture monitoring Diversified culture conditions Transport Local, national and /or international alert Phenotypic identification and antibiotic susceptibility testing Core laboratory Molecular detection and identification Real-time genome sequencing Manual biochemotype and antibiogram PCR Automated biochemical phenotype and antibiogram MALDI-TOF MS Unidentified or unusual bacterium New or atypical bacterium SMS message, Laboratory website Phenotypic microarray Sequencing Metagenomics Strain 2 collection

3 Nouvelles applications de la spectrométrie de masse au laboratoire de Microbiologie 3

4 Nouvelles applications de la spectrométrie de masse au laboratoire de Microbiologie Identification de souche bactérienne identification directe sur flacon d hémocultures Identification directe sur les urines Biotypage des bactéries detection d une épidémie Surveillance d une épidémie Identification de clones Détection rapide de la résistance aux antibiotiques par MALDI-TOF Carbapénémases chez les bactéries à gram négatif

5 Apport de la Spectrométrie de masse pour le diagnostic microbiologique Analyse MALDI-TOF Micro-organisme inconnu Dépôt sur une cible Interprétation des données Banque de données 5

6 Interprétation des résultats Comparaison par souches 3 niveaux d identification Log supérieur ou égal à 2: identification d espèce Log entre 1,7 et 2,0: identification de genre Log < à 1,7: absence d identification Biologie moléculaire Incrémentation de la Base de données Bruker Biotyper 6

7 Performances des différents Spectromètre disponible pour la microbiologie

8 Problèmes d identification :Discordance MALDI_Tof et identification classique Phénotypique en spectrométrie de masse

9

10 Identification phénotypique classique / spectrométrie de masse Problèmes du choix du système d identification: Gram Tests d orientation (catalase, oxydase ) Diversité phénotypique: Base de données: nombre importants de souches par espèce Chevauchement des phénotypes Choix multiples Souches déficientes Variant Inoculum insuffisant Choix préalable inutile Colonie ou échantillon hémoculture/urines Une seule base de donnée pouvant être constituée par une seule souche par espècemodulable Profils protéiques provenant en grande partie par des protéines ribosomales Résultat rapide Coût concurrentiel

11 Détection d une épidémie N of patient year 18 souches Issues de13 patients Arbre phylogénétique position des Corynebacterium spp. comparaisons MALDI-TOF (A) et sequences partielle ARN sous unité beta de polymerase gene rpob (B). Emerging Infectious Diseases Vol. 16, No. 8, August 2010

12 Surveillance d une épidémie 622 isolats 5 clusters Cluster associations Origine Geographical Algérie, ST80 (C1) Marseille (C2-C5) Origine Clinique Patients non-mucovicidosique (C5) Patients mucovicidosique C1 and C2 : children C3 and C4 : adults Staphylococcus aureus et mucovicidose MSP Dendrogram C1 C2 C3 C4 C Distance Level Clusters identification de phénotypes

13 Epidémie et origine géographique Klebsiella pneumoniae MSP Dendrogram Marseille - France Algeria Distance Level K. pneumoniae SKP3 SKP4 SKP2 SKP8 OKP5 OKP9 SKP14 SKP7 SKP9 SKP15 SKP29 OKP15 KP61 KP74 SKP28 SKP27 KP63 OKP8 KP73 KP78 OKP10 KP62 SKP22 OKP13 SKP23 SKP26 KP80 KP70 KP76 KP77 SKP30 OKP7 OKP3 OKP6 SKP1 KP64 KP98 SKP25 KP79 SKP6 KP101 KP83 SKP17 SKP21 KP95 KP69 KP81 OKP11 KP96 KP82 SKP16 KP102 KP65 KP85 KP86 KP90 OKP4 KP67 KP87 KP88 OKP14 KP68 KP92 OKP12 KP OKP2 131 CSUR KP89 SKP NCTC P130 0

14 Détection des carbapénémases par MALDI-TOF Klebsiella pneumoniae Sensible Imipénème Test Imipénème IMP : pic spécifique à 300 m/z Intens. [a.u.] x Matrice +Nacl essai-atb-bact ultraflex 0:F8 MS Raw 0.5 Intens. [a.u.] 0.0 x IMP 1 B T0 essai-atb-bact ultraflex 0:G7 MS Raw Intens. [a.u.] 0.0 x IMP 1 B T1 essai-atb-bact ultraflex 0:M10 MS Raw 2 Intens. [a.u.] 0 x IMP 1 B T2 essai-atb-bact ultraflex 0:M20 MS Raw m/z

15 Détection des carbapénémases par MALDI-TOF Klebsiella pneumoniae NDM-1 Positive Test Imipénème IMP : pic spécifique à 300 m/z Intens. [a.u.] x essai-atb-bact ultraflex 0:F7 MS Raw Matrice +Nacl 0.5 Intens. [a.u.] 0.0 x essai-atb-bact ultraflex 0:J15 MS Raw IMP 1 B T0 Intens. [a.u.] x Disparition de l IMP à T1 essai-atb-bact ultraflex 0:A11 MS Raw IMP 1 B T1 2 Intens. [a.u.] 0 x O metabolite IMP 1 B T2 essai-atb-bact ultraflex 0:N19 MS Raw imipenem H HN S OH H N NH C 11 H 17 N 3 O 2 S carbapenemase OH H O H N O S OH H N NH C 12 H 17 N 3 O 4 S m/z

16 Détection des carbapénémases par MALDI-TOF Klebsiella pneumoniae NDM-1 Positive Test Méropénème MER: pic spécifique à 384 m/z Intens. [a.u.] x Matrice+NACL essai-atb-bact ultraflex 0:F7 MS Raw 0.5 Intens. [a.u.] 0.0 x MER 1 B to essai-atb-bact ultraflex 0:M15 MS Raw Intens. [a.u.] 0.0 x Disparition de MER à T1 MER 1 B t1 essai-atb-bact ultraflex 0:J11 MS Raw 0.5 Intens. [a.u.] 0.0 x MER 1 B t2 essai-atb-bact ultraflex 0:J21 MS Raw m/z

17 Détection des carbapénémases par MALDI-TOF Table 1. Characterization of the 149 bacterial strains analyzed and data summary of imipenem hydrolysis assay utilizing MALDI-TOF MS MALDI-TOF analysis Strain type :No. of isolates (Location of isolates [ No.of isolates]) Range of the ratio of the area of imipenem/metabolite based on the time of incubation No. of isolates detected as carbapenemase producers based on the time of incubation 2h 4h 2h 4h Carbapenem-resistant strains (70) (imipenem MIC >8 mg/l) < < K. pneumoniae KPC :1 <0.01 < K. pneumoniae NDM-1: 2 <0.01 < P. aeruginosa VIM : 2 <0.01 ND 2 2 P. aeruginosa IMP : 2 <0.01 ND 2 2 A.baumannii bla OXA23-like : 57 (Marseille [17], Algeria [40]) < < A.baumannii bla OXA24-like : 3 (Algeria) < A.baumannii bla OXA23-like + bla OXA24-like : 3 (Algeria) < < Carbapenem-susceptible strains (79) (imipenem MIC 2 mg/l) < < K. pneumoniae ESBL : 31 (Algeria) ND K. pneumoniae non ESBL : 4 (Algeria) ND Escherichia coli ATCC (1) A. baumannii : 43 (Marseille [1], Algeria [42]) Sensitivity = 100% ; Specificity = 100% (t=4h)

18 Diagnostic rapide en microbiologie médicale un véritable challenge Les tests microbiologiques améliorent la prise en charge des malades si les résultats sont disponibles dans le temps du soin. 18

19 Organisation du laboratoire central en microbiologie Regroupement géographique des laboratoires sur un seul site PRE-ANALYTIQUE ANALYTIQUE POST-ANALYTIQUE échantillons Prélèvements d environnement - réservoirs - vecteurs > Réception 24/24, 365 jours/an > Enregistrement > Dispatching inoculation automatique Inoculation Manuelle cellules animaux Identification MALDI-TOF Sérologies Automates Identification par séquençage Antibiogramme Génomique au débit automatisé Validation Expertise et conseil thérapeutique Contact avec cliniciens Limites des laboratoires cœur: résultats retardés dans les tests de routine Création de laboratoires secondaire d urgence 19

20 Objectif: laboratoire d urgence Prise en charge médicale rapide des maladies infectieuses en fournissant les résultats des analyses microbiologiques pendant que les malades sont encore en service d urgence => Résultats < 4 heures Afin de répondre à 4 questions cruciales 1 Hospitalisation nécessaire? 2 isolement requis? 3 traitement anti-infectieux nécessaire? 4 analyses complémentaires nécessaires? 20

21 Point of care à l hôpital de la Timone/ et hôpital Nord 60 cm Ordi + imp. 257 cm Placard mural L120 x h70 x p30 60 cm Smart Cycler 113 cm 153 cm Smart Cycler Placard sous paillasse L113 x h85 x p50 50 cm PSM Holten LaminAir 101 cm 66 cm 65 cm Ordi POC Timone 17,2 m 2 92 cm 60 cm Monarch Ordi Ordi 60 cm 2 étagères murales L270 x p36 Frigo bas +4 C GenXpert Micro Zeiss Axiolab Congélo bas -20 C 240 cm 210 cm Placard sous paillasse L113 x h85 x p50 2 étagères murales L160 x p36 Centri Jouan C3i Evier 20 cm 60 cm Vortex Bain Sec Bioblock Stuart 143 cm EZ1 Qiagen 21

22 Critères de sélection des analyses au POC Résultats en moins de 4 heures, transmission SMS bonne valeur prédictive dépistage par syndrome Résultats modifient la prise en charge Immunochromatographie PCR en temps réel 22

23 Exploration par syndrome Pneumonia Meningitis PNEU Flu ICT VRS ICT Mycoplasma pneumoniae PCR Whooping-cough (B. pertussis) PCR Coxiella burnetii PCR Staphylococcus aureus (ICU only) PCR Pneumocystis jiroveci PCR Legionella urinary antigen Pneumococcal urinary antigen MENIN Cytology Enterovirus PCR Herpes virus PCR Varicella zoster virus PCR Meningococcus PCR Pneumococcus PCR Cryptococcus Gynecology GYNECO HIV ICT Group B streptococcus PCR Atopobium vaginae PCR GASTRO Gastro-enteritis, diarrhoea Rotavirus adenovirus ICT Norovirus ICT Clostridium difficile - Helicobacter pylori ICT ANG Pharyngitis Group A streptococcus ICT Infectious mononucleosis MNI test Tropical fever Tropical fever Malaria PCR Malaria ICT Dengue ICT Other Others Blood exposure accident = HIV Tetanus toxin ICT Procalcitonin 23

24 Real-time PCR assays: syndrome-specific strips 190 µl sample + 10µL TISS Une barrette par patient ex: méningite Extraction EZ1 Virus card pure DNA 5 µl in all wells Strip 1 LCR code mix HSV VZV ctra crga PlyN LytA 7SL-RNA TISS Strip 2 CONTRÔLE NEGATIF - rien à rajouter prêt à l emploi Strip 3 CONTRÔLE POSITIF- Rien à rajouter prêt à l emploi 24

25 Real-time PCR assays: syndrome-specific multiplexed strips 1 patient par barrette ex: pneumonie 190 µl sample + 10µL TISS Extraction EZ1 Virus card pure DNA 5 µl cup1 cup2 cup3 Nothing to add Ready to use controls Code Coxiella burnetii M. pneumoniae Bordetella pertussis mix X 7SL-RNA TISS X 7SL-RNA X 7SL-RNA TISS patient Negative control Positive control 25

26 P.O.C: PCR en temps réel Xpert Flu Detection of Flu virus de type A and B, and H1N Preparation : 2 min Result : 77 min Xpert EV Molecular detection of enterovirus meningitis Preparation : 5 min Result : 150 min Xpert C. difficile Detection of toxigenic et epidemic strains of Clostridium difficile Preparation : 2 min Result : 47 min Xpert GBS Intrapartum detection of Streptococcus group B Preparation : 1 min Result : 52 min 26

27 Activité exponentielle Test Diagnostics % Test Diagnostics % Test Diagnostics % influenza virus RSV S. pneumoniae L. pneumophila M. pneumoniae C. burnetii B. pertussis Procalcitonin S. pyogenes EBV EV HSV-1/ S. pneumoniae N. meningitidis M. pneumoniae Rotavirus/adeno C. difficile H. pylori S. agalactiae HIV Plasmodium spp Dengue virus C. tetani Total Cohen-Bacrie S et al., PloS One 2011

28 Activité exponentielle Cohen-Bacrie S et al., PloS One 2011

29 Perspectives: POC délocalisé, Afrique Diagnostic kits Diagnostic kits I.H.U Hospitalization Consultation Emergency room P.O.C. Diagnostic kits Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille POC Core Laboratory Other Clinics, hospitals, laboratories In France and abroad Remote POC Remote, mobile POC Remote POC in patient s premices 29

30 Approche syndromique du diagnostic en microbiologie médicale Place des nouveaux outils moléculaires 30

31 Approche syndromique : kit péricardique

32 Application métagénomique Detection : Torque teno virus et papillomavirus dans le liquide péricardique pour la 1ere fois chez l homme PLoS One Apr 1;9(4):e Viral communities associated with human pericardial fluids in idiopathic pericarditis. Fancello L, Monteil S, Popgeorgiev N, Rivet R, Gouriet F, Fournier PE, Raoult D, Desnues C. 32

33 Approche syndromique : ex Kit endocardite Génome en temps réel 33

34 Application : génome en temps réel Génome en temps réel de S.epidermidis Staphylococcus epidermidis souche isolée de 3 hémocultures sur 3 chez responsable d une endocardite aortique chez un homme de 26 ans génome de 2.5-Mb :sequence unique avec 32 genes de virulence. CSUR P278 J Clin Microbiol May;51(5): Deciphering genomic virulence traits of a Staphylococcus epidermidis strain causing native-valve endocarditis. Fournier PE, Gouriet F, Gimenez G, Robert C, Raoult D.

35 remerciements Pr Michel Drancourt Dr jean-paul Casalta Dr Pierre Yves Levy Pr jean Marc Rolain Merci pour votre attention 35

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui?

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? Responsable d UF Geneviève HERY-ARNAUD (MCU-PH) 1 Qui? 2 Où? 3 Pourquoi? 4 Comment? 5 Combien? 6 Quoi? Coordination médicale Nicolas ROUZIC (PH) Coordination

Plus en détail

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV)

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) MICROBIOLOGIE 1. Strep A et Urine Slide (page 1) 2. Coloration de Gram (page 1) 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) (page 1) 4. UKNEQAS Microbiology (page 2) 5. QCMD (page 4) Les programmes 1, 2 et 3 sont organisés

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

ESCP Europe. Executive Mastère Spécialisé. Thèse Professionnelle Promotion 2012

ESCP Europe. Executive Mastère Spécialisé. Thèse Professionnelle Promotion 2012 Management ESCP Europe Médical, Gestion Hospitalière Executive Mastère Spécialisé Thèse Professionnelle Promotion 2012 Thèse professionnelle présentée par PIERRE-YVES LEVY Institut Hospitalier Universitaire

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

Diagnostic rapide : pour quelles pathologies?

Diagnostic rapide : pour quelles pathologies? Diagnostic rapide : pour quelles pathologies? XVIIème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Dr. Caroline Loïez Les bases du diagnostic bactériologique Diagnostic «classique» Diagnostic

Plus en détail

«MENINGITES INSOLITES»

«MENINGITES INSOLITES» «MENINGITES INSOLITES» Deux observations clinico-biologiques Laurent VILLENEUVE Service de Biologie Polyvalente CH AUBAGNE OBSERVATION N 1 Femme 57 ans hospitalisation Urgences CH Aubagne 09/07/2004 pour

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Place des nouvelles techniques dans l'optimisation diagnostique et thérapeutique des infections nosocomiales en réanimation

Place des nouvelles techniques dans l'optimisation diagnostique et thérapeutique des infections nosocomiales en réanimation Place des nouvelles techniques dans l'optimisation diagnostique et thérapeutique des infections nosocomiales en réanimation Laurence ARMAND Service de bactériologie CHU Bichat-Claude Bernard Schéma classique

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Identification bactérienne par MALDI-TOF : Apport pour le patient

Identification bactérienne par MALDI-TOF : Apport pour le patient Identification bactérienne par MALDI-TOF : Apport pour le patient Sabrina Scellier, Etienne Carbonnelle HEGP 6 décembre 2013 http://www.microbe-edu.org/ Pr. A. Philippon http://www.microbe-edu.org/ De

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Apports de la spectromètrie de masse en pathologie infectieuse

Apports de la spectromètrie de masse en pathologie infectieuse Apports de la spectromètrie de masse en pathologie infectieuse Michel Drancourt, MD, PhD URMITE UMR CNRS 6236 IRD 198 IFR 48 Institut Hospitalier et Universitaire POLMIT Université de la Méditerranée,

Plus en détail

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Diagnostic virologique

Plus en détail

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm

1985 2005 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm 1985 25 : Un bilan des infections acquises dans les laboratoires médicauxm Kathy FaberBouillaut Directeur de thèse : Dr A. Leprince, INRS Dpt EAM Forum St Jacques 7 octobre 26 Sommaire Introduction de

Plus en détail

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad 28/03/2013 Plan de la présentation Définitions des IRA et GEA Etiologies Grippe et norovirus La surveillance de la grippe et de la GEA en France La surveillance des

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Philippe LANOTTE Service de Bactériologie-Virologie, Hôpital Bretonneau - CHRU de Tours & Laboratoire de Microbiologie,

Plus en détail

Virologie vétérinaire

Virologie vétérinaire Virologie vétérinaire Chapitre 14 Perspectives en virologie Perspectives en virologie Diagnostic virologique de nouvelle génération Recherche des nouveaux virus : virus discovery Les virus comme agents

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy 1 Les virus et Syndromes respiratoires Problématique

Plus en détail

Adjidé C.C., Segard C., Desjonquères Q., Hirsch M.P. Rossy D., Fave M.H., Brissaud C., Sylvain K., Trouillet L. Duverlie G., Ganry O.

Adjidé C.C., Segard C., Desjonquères Q., Hirsch M.P. Rossy D., Fave M.H., Brissaud C., Sylvain K., Trouillet L. Duverlie G., Ganry O. Un nouvel outil pour mieux évaluer le risque viral environnemental : Qualification du biocollecteur Coriolis µ pour la récupération et l'identification des virus dans l'air Adjidé C.C., Segard C., Desjonquères

Plus en détail

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE)

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) o Prendre rapidement les mesures nécessaires visant à assurer une maîtrise rapide de l émergence de CPE et d

Plus en détail

L ANALYSE DE DONNÉES AU SERVICE DES UTILISATEURS. Lorène Allano 16 Avril 2013

L ANALYSE DE DONNÉES AU SERVICE DES UTILISATEURS. Lorène Allano 16 Avril 2013 L ANALYSE DE DONNÉES AU SERVICE DES UTILISATEURS Lorène Allano 16 Avril 2013 Question? Expert Aide à la décision Expériences Digitalisation Analyse automatique Visualisation Outils adapté Données numériques

Plus en détail

La culture M/12958 était une souche de Klebsiella pneumoniae qui présentait une résistance à de nombreuses classes d antibiotiques (beta-lactamines,

La culture M/12958 était une souche de Klebsiella pneumoniae qui présentait une résistance à de nombreuses classes d antibiotiques (beta-lactamines, La culture M/12958 était une souche de Klebsiella pneumoniae qui présentait une résistance à de nombreuses classes d antibiotiques (beta-lactamines, aminoglycosides, quinolones, ) dont les carbapénèmes.

Plus en détail

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Tests rapides - définitions TDR Tests de Diagnostic Rapide. TROD Tests Rapides

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

Transport des matières infectieuses par voie terrestre en Suisse

Transport des matières infectieuses par voie terrestre en Suisse Transport des matières infectieuses par voie terrestre en Suisse Dr Pascal Cherpillod (PhD) Pascal.cherpillod@hcuge.ch Tél. : 022/372 40 89 Fax : 022/372 40 88 Laboratoire de Virologie, Service des maladies

Plus en détail

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 2 ème cycle MIA infections (item 86) Année Universitaire 2009-2010 infections infections Bronchites - Bronchiolites Pneumopathies bactériennes et virales Surinfection de BPCO (Coqueluche Tuberculose Mycoses

Plus en détail

Epidémies Bactéries et virus

Epidémies Bactéries et virus Epidémies Bactéries et virus Prévenir les épidémies en EHPAD 10 février 2015 AKPABIE UHLIN ERX 1 Signaler - IAS - épidémies - MDO AKPABIE UHLIN ERX 1 Plan national d alerte sur les antibiotiques (2011

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne

Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR. Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne Bactéries Hautement Résistantes aux Antibiotiques BHR Karine ASTRUC ARLIN Bourgogne A. BMR / BHR Introduction Depuis l utilisation des ATB=> émergence des résistance BMR : Résistance à plusieurs familles

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Détections des carbapénèmases chez les Entérobactéries

Détections des carbapénèmases chez les Entérobactéries Détections des carbapénèmases chez les Entérobactéries CMI CASFM 2011 Souches Ertapénème intermédiaires ou résistantes Tests complémentaires CMI Techniques : E-test : problèmes des micro-colonies Automatisées

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Vos défis sont aussi les nôtres. à la source de la santé, la pertinence du diagnostic

Vos défis sont aussi les nôtres. à la source de la santé, la pertinence du diagnostic à la source de la santé, la pertinence du diagnostic Vos défis sont aussi les nôtres Les enjeux de la microbiologie Les dépenses liées aux traitements anti-infectieux représentent très souvent le plus

Plus en détail

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville

JNI. Pr B Lina. Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Les tests rapides grippe : leur utilisation en pratique de ville Pr B Lina Hospices Civils de Lyon, CNR des virus influenza (Sud), F69677, Bron Université de Lyon, Université Lyon 1, F69372, Lyon JNI 15

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène

Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Nouvelle grippe A(H1N1) : actualités et conduite à tenir pour les équipes opérationnelles d'hygiène Bruno Coignard pour les équipes d investigation Grippe A(H1N1) Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes BHRe

Bactéries Hautement Résistantes BHRe Bactéries Hautement Résistantes BHRe Des recommandations adaptées à des BMR particulières Entérocoques résistants aux glycopeptides (ERG) Dès 2005 (avis CTINILS puis fiches techniques) Rapport HCSP 2010

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Habilitation du personnel en Microbiologie Convergence Santé Hôpital Ajaccio 2012

Habilitation du personnel en Microbiologie Convergence Santé Hôpital Ajaccio 2012 Habilitation du personnel en Microbiologie Convergence Santé Hôpital Ajaccio 2012 Chantal Roure Sobas Laboratoire de Bactériologie Centre de Biologie Nord Hôpital de la Croix-Rousse-HCL Sommaire 1. Les

Plus en détail

Outils moléculaires de surveillance de laboratoire

Outils moléculaires de surveillance de laboratoire Outils moléculaires de surveillance de laboratoire Hugues Charest Laboratoire de santé publique du Québec Faculté de médecine, Université de Montréal Conflits d intérêts Je déclare n avoir aucun conflit

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Intérêt de la recherche de virus respiratoires par PCR multiplex dans les pneumopathies communautaires de l adulte vu aux urgences.

Intérêt de la recherche de virus respiratoires par PCR multiplex dans les pneumopathies communautaires de l adulte vu aux urgences. Intérêt de la recherche de virus respiratoires par PCR multiplex dans les pneumopathies communautaires de l adulte vu aux urgences Protocole PACSCAN N Houhou, D Das, P Hausfater, C Ficko, M Benjoar, YE

Plus en détail

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Biologie moléculaire Amplification PCR I. Dénaturation ADN 95 C II. Hybridation t = Tm III. Extension t dépend de la polymérase employée PCR «classique»

Plus en détail

d identification et de typage des orbivirus (action A1)

d identification et de typage des orbivirus (action A1) Développement d outils d d identification d et de typage des orbivirus (action A1) Stéphan ZIENTARA, Corinne SAILLEAU, Emmanuel BREARD, Cyril VIAROUGE, Kamilla GORNA, Anthony RELMY, Alexandra DESPRAT UMR

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail

Accréditation du secteur Bactériologie en pratique.

Accréditation du secteur Bactériologie en pratique. Académie SIEMENS 28 mars 2013- Paris. Accréditation du secteur Bactériologie en pratique. Patrice LAUDAT Laboratoire ARNAUD Tours plaudat@laboarnaud.fr Le contexte réglementaire : Ordonnance du 13 janvier

Plus en détail

dès l initiation de l antibiothérapie?

dès l initiation de l antibiothérapie? V ème Journée Antibio-Résistance & Infections Paris Jeudi 3 décembre 2015 Optimiser l antibiotic stewardship: dès l initiation de l antibiothérapie? François Barbier Réanimation Médicale - Centre Hospitalier

Plus en détail

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A 1. Taux de participation: Tout d abord je voudrais vous remercier d avoir rempli notre questionnaire. Grace à vos réponses

Plus en détail

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues

In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues In andout Air Strategies. From Climate Change to Microclimate. Library, Archives and Museum Preservation Issues 5-6 March 2009 Bibliothèque nationale de France Nicolas Laudinet Claim Support Manager, Ing.

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

Note technique : Détection des souches d entérobactéries productrices d une carbapénèmase

Note technique : Détection des souches d entérobactéries productrices d une carbapénèmase Note technique : Détection des souches d entérobactéries productrices d une carbapénèmase Janvier 2014 Dr. Laurent DORTET, Dr. Gaëlle Cuzon et Pr. Patrice Nordmann CNR associé de la résistance aux antibiotiques,

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAKOTOZANDRINDRAINY Njariharinjakamampionona Doctorant en Microbiologie Encadreurs : Pr RAHERIMANDIMBY

Plus en détail

Role du microbiota pulmonaire dans la mucoviscidose

Role du microbiota pulmonaire dans la mucoviscidose 29. März 2014 Role du microbiota pulmonaire dans la mucoviscidose Gaudenz Hafen, MD & MER1 Médecin assoicé Résponsable de l unité pneumologie et mucoviscidose pédiatrique Table des matières 1. Introduction

Plus en détail

Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne

Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne E. Botelho-Nevers 1, L. Papazian 2, S. Badiaga 3, M. Leone 4, P. Brouqui 5 et M. Drancourt 5 1 Service de Maladies

Plus en détail

DANS LES EAUX DE DISTRIBUTION D ABIDJAN,

DANS LES EAUX DE DISTRIBUTION D ABIDJAN, RECHERCHE DE LEGIONELLA SPP. DANS LES EAUX DE DISTRIBUTION D ABIDJAN, CÔTE D IVOIRE KOUADIO K 1,OULAI A 1,4, KAKOU-NGAZOA S 2,, KALPY C 3, MANIZAN P 1,COULIBALY E 1,3, NIAMKE S 4 et DOSSO M 1,2,3. 1. Unité

Plus en détail

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Coqueluche Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010 E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Histoire Passage de l'animal à l'homme Bordetella bronchiseptica B. pertussis & B. parapertussis Description

Plus en détail

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques 1. Taux de participation: Tout d abord je voudrais vous remercier d avoir rempli notre questionnaire. Grace à vos réponses

Plus en détail

BIOLOGIE CLINIQUE ACTUALITES ET PERSPECTIVES D AVENIR

BIOLOGIE CLINIQUE ACTUALITES ET PERSPECTIVES D AVENIR BIOLOGIE CLINIQUE ACTUALITES ET PERSPECTIVES D AVENIR Ph. Biol. Jean Darimont Pharmalouvain mars 2011 BIOLOGIE CLINIQUE 1. Technique 2. Organisation 3. Economique La Biologie Clinique est impliquée dans

Plus en détail

NON VALIDE. Vers. 1472-0 12/13 POSITIF NÉGATIF. Test Ultra Strep A. 2 min 5 min. 10x. 3 gouttes 3 gouttes

NON VALIDE. Vers. 1472-0 12/13 POSITIF NÉGATIF. Test Ultra Strep A. 2 min 5 min. 10x. 3 gouttes 3 gouttes 1 3 gouttes 3 gouttes Test Ultra Strep A 2 3 4 5 10x 2 min 5 min POSITIF NÉGATIF NON VALIDE Vers. 1472-0 12/13 Test Ultra Strep A Complexité CLIA : Dispensé UTILISATION PRÉVUE Le test OSOM MD Ultra Strep

Plus en détail

Indications «hygiène des mains»

Indications «hygiène des mains» XVIIIe Congrès national de la Société Française d Hygiène Hospitalière Strasbourg 7 et 8 juin 2007 Indications «hygiène des mains» Infections VIRALES et GALE Dr. J. Foeglé Dr ML GOETZ Service d hygiène

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE

LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE Les événements de l année en Médecine Microbiologie clinique 2012 Paris 27 janvier 2012 C.Cattoen - Valenciennes Préambule Vérification en continu du processus analytique

Plus en détail

MINISTERE DE L ECOLOGIE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE

MINISTERE DE L ECOLOGIE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE MINISTERE DE L ECOLOGIE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE PROGRAMME LITEAU - GESTION DU LITTORAL THEME 2 Contamination microbiologique et éléments toxiques Contamination virale et indicateurs de risque L étude

Plus en détail

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur Cameroun Worshop on HPV/Cervical

Plus en détail

Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville

Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville TITRE Centre Ressource en Antibiologie Les résistances bactériennes en ville : MedQual-ville Dr Sonia Thibaut Mercredi 19 Novembre 2014 1 2 Création TITRE d un réseau de LBM en ville MedQual, centre reconnu

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

2: Les enzymes de restriction

2: Les enzymes de restriction 2: Les enzymes de restriction Les enzymes de restriction sont des protéines synthétisées par des bactéries pour se protéger des infections de virus (bactériophages). Ces enzymes coupent l ADN viral à des

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli.

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Samueal Joseph, Romain Laverrière, Elias Laudato, Noé Mage Assisstants : Gisele Dewhurst, Charlotte Gehin, Miwa Umebayashi Résumé [1] L expérience consiste

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Utilisation de la métagénomique 16S pour la surveillance de l émergence de zoonoses bactériennes dans les populations animales

Utilisation de la métagénomique 16S pour la surveillance de l émergence de zoonoses bactériennes dans les populations animales Utilisation de la métagénomique 16S pour la surveillance de l émergence de zoonoses bactériennes dans les populations animales Réunion Rongeur 2014 CBGP Maxime Galan Métagénomique 16S: Pourquoi? Identification

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

C.difficile? 4 targets. OneStep - One Test. Genspeed. C.diff OneStep

C.difficile? 4 targets. OneStep - One Test. Genspeed. C.diff OneStep C.difficile? OneStep - One Test 4 targets C.diff OneStep Genspeed C.diff OneStep Prendre une longueur d avance... La nouvelle méthode de diagnostic moléculaire pour la détection de C.difficile Le test

Plus en détail

Contrôle de Qualité en Biologie Médicale. Formation. Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn

Contrôle de Qualité en Biologie Médicale. Formation. Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn Contrôle de Qualité en Biologie Médicale Formation Qualité et Biosécurité Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn Projet RESAOLAB Thiès, Août 2012 Eviter la Camisole de Force Essayer d être un Praticien

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Modification du 15 décembre 2003 Le Département fédéral de l intérieur arrête: I L ordonnance du 13 janvier 1999 sur les déclarations de médecin

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

Préparation et fixation par organe 5.00. Recherche de sédiments dans les urines 6.55

Préparation et fixation par organe 5.00. Recherche de sédiments dans les urines 6.55 Tarifs Bovins Autopsie Animal de moins de 150 kg 20.00 Animal de 150 à 400 kg 34.00 Animal de plus de 400 kg 57.00 Décérébration sur suspicion ESB 336.00 Cytologie Dénombrement cellulaire du lait 8.35

Plus en détail

Applications de la Spectrométrie de Masse au Laboratoire de Microbiologie

Applications de la Spectrométrie de Masse au Laboratoire de Microbiologie Applications de la Spectrométrie de Masse au Laboratoire de Microbiologie Pharm Biol Delphine Martiny Departement de Microbiologie CHU Saint-Pierre & Institut Jules Bordet Bruxelles, Belgique Seng CID

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail