La fracture numérique dans nos mains

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La fracture numérique dans nos mains"

Transcription

1 La fracture numérique dans nos mains Enjeux sociaux de l appropriation du téléphone portable par un groupe d adolescents. Thilo von Pape Attaché temporaire d'enseignement et de recherche Institut für Kommunikationswissenschaft und Medienforschung (IFKW) Ludwig-Maximilians-Universität München Oettingenstrasse München Allemagne Tél. ; Courriel : Veronika Karnowski Attaché temporaire d'enseignement et de recherche Institut für Kommunikationswissenschaft und Medienforschung (IFKW) Ludwig-Maximilians-Universität München Oettingenstrasse München Allemagne Tél. ; Courriel : Werner Wirth Professeur d université Institut für Publizistikwissenschaft und Medienforschung (IPMZ) Universität Zürich Andreasstrasse Zürich Suisse Tél. ; Courriel :

2 Introduction Aux dires de certains 1, la communication constituerait la societé. Une société démocratique devrait alors être accompagnée d exigences vis-à-vis des moyens de communication offerts et utilisés. Pour les médias de masse, des efforts institutionnels ont été mis en place notamment pour garantir la liberté de presse, un service public de radio et télévision, etc 2. Quant à la communication interpersonnelle, des obligations législatives assurent depuis longtemps une certaine égalité démocratique aux citoyens des différentes régions par un accès aux services de poste et de télécommunication 3. Aujourd hui, la société est confrontée à un bouleversement de la communication par les nouvelles technologies numériques d information et de communication (TIC). Des inquiétudes quant aux valeurs démocratiques de cette nouvelle «société numérique» pourraient voir le jour du fait d une «fracture numérique». Cette notion revient à l hypothèse d une «fracture des connaissances» 4 provoquée par une disparité dans l accès aux informations par les médias de masse. Ainsi, les recherches sur la «fracture numérique» se concentrent souvent sur l aspect macro-social de ce problème en l analysant selon les différences socio-économiques et géographiques entre les usagers. 5 Pourtant, les TIC sont des médias hybrides qui peuvent servir à la fois à la communication interpersonnelle et à la communication de masse. Les téléphones portables, par exemple, sont utilisés pour communiquer avec des proches n importe où et n importe quand soit par voix, texto, ou courrier électronique, mais aussi pour l envoi d images, sons et vidéos. Par conséquent, leur impact social ira aussi au-delà de celui connu des médias de masse classiques : ils sont présents dans les contacts sociaux de tous les jours. Pour mesurer cet impact, les statistiques quantitatives traditionnelles ne suffisent pas. Cette approche doit être complétée par une analyse qualitative qui sera plus attentive à la réalité complexe des usages au quotidien. Le présent article esquisse une telle perspective. Le concept de «micro-fracture numérique» sera développé ainsi qu une heuristique pour explorer ce phénomène d une façon qualitative au sein d un groupe social à partir de l exemple du téléphone portable. Celle-ci permettra dans la deuxième partie d étudier empiriquement les enjeux sociaux de l appropriation du téléphone portable dans un groupe de douze adolescents allemands. En conclusion, nous montrerons les mécanismes qui peuvent créer une telle «microfracture numérique» et nous présenterons quelques enseignements sur comment empêcher un tel développement. Approche théorique Micro-fracture numérique D après l OCDE, le terme de «fracture numérique [...] se réfère aux disparités entre individus, foyers, entreprises et aires géographiques aux différents niveaux socioéconomiques en termes d accès aux TIC et d utilisation de l Internet pour une large variété d activités» 6. L accent mis sur la «large variété d activités» auxquelles les TIC peuvent donner accès ainsi que la mention de «disparités entre individus» indiquent que ce phénomème peut avoir une dimension complexe et micro-sociale qui a été négligée dans les études existantes. L importance de la problématique sur le niveau micro-social paraît 1 MOSCO, 1996, LUHMANN, FLICHY, Le dernier exemple étant les obligations de couverture imposés par les licences UMTS (pour la consultation publique sur cette question, cf. ART, 1999). 4 TICHENOR, DONOHUE, OLIEN, 1970, cf. WIRTH, RALLET, 2004, BONFADELLI, 2002, RICE, KATZ, 2003, KALILOU, 2004, SELWYN OCDE, 2001, cf. RALLET, 2004, BONFADELLI, 2002

3 évidente non seulement en référence à la situation des adolescents utilisant des téléphones portables, mais aussi pour un raisonnement sociologique plus général et à plus long-terme : - Les statistiques sur les usages du téléphone portable par les adolescents montrent le risque que des personnes défavorisées puissent être privées d une partie de la communication interpersonnelle dans leur groupe. Ainsi, l implantation du téléphone portable dans la communication des adolescents a causé des problèmes financiers pour une partie des jeunes. Par exemple, les dépenses des jeunes allemands pour leurs téléphones portables (20 par mois en ) se reflètent dans un taux d endettement de 10,0 % parmi les jeunes consommateurs du secteur de télécommunication presque le double du taux parmi les 25 à 65 ans 8 - Cette importance des réseaux personnels médiatisés par les TICs qui se présente déjà dans les micro-milieux des jeunes peut à long terme se manifester en tant que phénomène macro-social. Ainsi des sociologues prédisent un effondrement de la sphère publique et l évolution vers une «société de réseaux» qui s annonce avec l importance croissante des réseaux électroniques. 9 Une «micro-fracture numérique» peut donc se définir comme une forme de marginalisation d individus au sein des réseaux interpersonnels qui est provoquée par une disparité dans l usage des technologies de communications connectant ces réseaux. La nature micro-sociale de cette fracture fait que son analyse ne peut pas se limiter à une comparaison en termes de statut socio-démographique, mais doit prendre en considération le contexte microsocial dans lequel se présentent ces fractures. Cette approche diverge des recherches classiques en «fracture numérique», mais a déjà été évoquée par d autres chercheurs. Ainsi, LELONG et al. incitent à «prêter attention moins aux spécificités permanentes des personnes et des objets qu aux configurations sociotechniques émergeant de leurs rencontres et de leurs agencements» 10. Une heuristique de l appropriation Le processus fondamental dans la rencontre des jeunes avec le téléphone portable est l appropriation soit le processus de son intégration dans la vie de chaque individu et de l ensemble du groupe 11. Pour analyser les enjeux sociaux de ce processus, nous avons développé l heuristique suivante. Deux dimensions de l appropriation Si le téléphone portable a connu un tel succès, c est que cet outil a su répondre aux nouvelles exigences de la vie en société. Dans une société plus individualiste 12 marquée par le recul des institutions sociales classiques (famille, associations, église), la vie quotidienne est moins structurée qu auparavant, les rencontres «spontanées» gagnant en importance. Or le téléphone mobile correspond à ce mode de vie en permettant une flexibilité continuelle de son emploi du temps fonction appelée par LING et YTTRI la «microcoordination» 13. Toutefois l énorme popularité du téléphone portable parmi les jeunes s explique non seulement par les facilités d organisation de leur vie quotidienne, mais aussi par l affirmation de leur identité sociale. Celle-ci se définit aujourd hui moins par l appartenance à certaines associations ou organisations fixes, que par l appartenance à des 7 MPFS, SCHUFA, 2005, p VAN DIJK, 2005, DAHLGREN, LELONG, THOMAS, ZIEMLICKI, 2004, pp La citation se réfère à la recherche de la fracture numérique du fait d internet, cf. VALENDUC, VENDRAMIN cf. WIRTH, VON PAPE, KARNOWSKI, BECK, 2003, DE GOURNAY, C., LING, YTTRI, 2002.

4 groupes informels ce que les sociologues ont nommé le «bricolage identitaire» 14 ou «l identité patchwork» 15. Pour gérer cette complexité identitaire, les jeunes ont découvert le téléphone portable qui leur sert donc à l «hyper-coordination» de leur vie, c est-à-dire à la gestion de leurs relations par une communication «émotionnelle et sociale» 16. Ainsi, le simple fait d avoir un téléphone mobile signifie une certaine autonomie vis-à-vis des parents 17, l échange de messages personnels, souvent codé et ritualisé, sert à affirmer des relations sociales 18, et la personnalisation de l appareil avec des logos, des façades et des sonneries constitue à la fois un signe d appartenance et de distinction sociale 19. La double fonction de «microcoordination» et d «hypercoordination» du téléphone portable correspond à une appropriation sur deux dimensions : l appropriation des usages pratiques et celle qui concerne les usages identitaires et relationnels. Reste à distinguer en quoi les jeunes s approprient cet appareil multi-fonctionnel. Trois articulations du téléphone portable SILVERSTONE et HADDON 20 constatent pour les TIC une «double articulation» entre des objets esthétiques et des médiums qui transportent des messages. Au sein de cette deuxième articulation, il est possible, pour le médium hybride qu est le téléphone portable, de distinguer entre : d une part le transport de messages interpersonnels et d autre part le transport des contenus de médias de masse comme les sonneries, les logos, les chansons MP-3 et bientôt des contenus audiovisuels par les formats «DVB-H» ou bien «DMB». On peut donc parler d une triple articulation du téléphone portable et par conséquent d une triple appropriation: Appropriation de l objet qui sert en même temps à se créer un style personnel et à s intégrer dans un groupe ou à s en distinguer. Appropriation de la communication interpersonnelle qui définit les règles de communication mais influence aussi les rapports sociaux. Appropriation des éléments de communication de masse transportés par le téléphone portable comme les sonneries et logos utilisés sur l appareil mais aussi envoyés aux autres. L appropriation se fait donc en même temps sur une dimension des usages pratiques et sur une dimension de leurs significations relationnelles. Sur chaque dimension, les jeunes s approprient les trois articulations du téléphone mobile. Usage du téléphone portable dans un groupe d adolescents Méthode qualitative Pour réaliser la nature explorative de ce projet de recherche, la méthode des entretiens qualitatifs a été choisie 21. Le guide d entretien porte sur les usages, leurs significations et la façon dans laquelle ils sont négociés au cours de l appropriation. Cette approche par des questions ouvertes et non standardisées nous a permis une plus grande ouverture pour explorer le rôle du téléphone portable dans l univers complexe de la vie quotidienne des adolescents. L inconvénient de cette approche est que les questions ouvertes et le nombre très limité d interviewés ne permettent pas d élaborer des résultats représentatifs. 14 KAUFMANN, KEUPP, LING, YTTRI, MARTIN, DE SINGLY, 2000, MARTIN, TAYLOR, HARPER, 2002, LOBET-MARIS, HENIN, 2002, FORTUNATI, 2002, KAMIBEPPU, SUGIURA, DÖRING, SILVERSTONE, HADDON, cf. BLANCHET, GOTMAN 1992, Les auteurs remercient Barbara Melzl pour la réalisation des entretiens.

5 En plus des entretiens, un court questionnaire standardisé a permis de rassembler les donnés sociodémographiques, la structure des relations amicales et la fréquence des rapports par téléphone entre les membres du groupe. La structure du groupe Le groupe est composé de douze adolescents de la région de Bavière. Il est très hétérogène, comprenant quatre filles et huit garçons entre 13 et 18 ans. Tous les membres sont encore en formation : deux sont dans un lycée d enseignement général, trois sont au collège, quatre suivent un enseignement technique et trois sont actuellement en apprentissage. Hormis une personne, ils ont tous un forfait sans abonnement. En moyenne, ils détiennent déjà leur cinquième appareil. Le groupe se définit par des rendez-vous réguliers sur un terrain de jeux de leur quartier. Pour vérifier l affiliation de chacun, il leur a été demandé individuellement de nommer les autres membres du groupe. Ils se sont tous nommés réciproquement, à l exception de deux personnes ayant qualifié une même tierce personne de «plutôt pas membre». Au sein du groupe, il y a six couples qui se considèrent mutuellement comme meilleurs amis et trois couples d amoureux. Seul un membre (le n o 9), celui déjà exclu initialement par deux membres du groupe, n est impliqué dans aucune relation amicale ni amoureuse (cf. illustration 1). Illustration 1: Structure du groupe Une première approche de la signification sociale du téléphone mobile dans le groupe réside dans la comparaison entre le sociogramme et la structure et fréquence des rapports téléphoniques par appel ou SMS (cf. illustration 2).

6 Communication par téléphone : Communication par SMS : Illustration 2: Nombre de communications par semaine dans le groupe La communication par SMS et appels téléphoniques correspond en gros à la structure du groupe. Seulement dans deux cas (5-6, 2-7), les deux cotés affirment téléphoner plus qu une fois par semaine sans être meilleurs amis, et dans quatre cas des amitiés existent sans contact téléphonique régulier. Une grande correspondance entre structure des relations et structure des rapports par téléphone mobile se présente également dans la communication par SMS. Celle-ci est toutefois plus fréquente et plus variée. Ce service, moins onéreux, semble mieux adapté pour des relations moins intenses. Finalement, on peut constater que la personne n o 9, déjà à l écart des relations amicales, ne participe à aucun échange téléphonique. Analyse du contenu des entretiens Appropriation des règles d usage La forte correspondance entre la structure des relations et des rapports par téléphone portable démontre que le médium est maintenant bien intégré dans la communication du groupe. Des normes de réciprocité existent, comme par exemple l exigence d une réponse à chaque initiative d appel : Florian : Quand j arrive au terrain de jeux, on me dit : je t ai appelé, pourquoi t as pas répondu? ou un truc du genre. C est un peu énervant. La question «pourquoi t as pas répondu?» permet d expliquer ses raisons. Un problème financier peut être une raison acceptable : Interviewer : Attends-tu une réponse rapide quand tu envoies un SMS à quelqu un? Laura : Oui, enfin à ceux à qui j écris et desquels je sais qu ils ont encore du forfait. De ceux-là, j attends une réponse. Ceux qui ignorent les appels des autres sans fournir d explication provoquent un mécontentement. Ceci peut bien-sûr être provoqué volontairement pour marquer une distance. Interviewer : Quand tu reçois un SMS, réponds-tu de suite? Laura : À l école, il y en a une qui m écrit toujours, à elle, je lui réponds pas. Mais sinon ouais. Appropriation de l objet technique Dans le processus d appropriation de l objet, les jeunes ont une plus grande liberté individuelle parce qu il n y a pas de règles de réciprocité. Le téléphone mobile est un symbole d individualité, et il n existe pas deux modèles de télephone identiques dans le groupe :

7 Holger : Quand on peut regarder n importe où et que tout le monde a le même portable que toi, tout le monde a le même, un point c est tout! Je veux être le seul avec mon portable, avoir quelque chose de particulier, quoi! Sinon tout le monde a le même et là, les autres peuvent dire : juste Holger a celui-ci! Aucun membre du groupe n accentue la valeur de prestige des appareils. Pourtant, ils expriment une concurrence tacite pour posséder le modèle le plus récent et le plus cher et une suspicion de «frime» envers certain membres du groupe : Frank : j crois que Sarah aime bien frimer avec son téléphone, [...] parce qu elle s en achète toujours de nouveaux comme son copain. Une telle critique peut aussi être exprimée directement vis-à-vis du frimeur. Le fait d avoir un nouvel appareil peut alors être défavorable au prestige parce qu on est considéré comme une «fashion victim»: Andreas : je lui dis : t es fou, d où tu as ce fric, pourquoi tu t achètes tellement de téléphones? Ca te suffit pas un? Et en fait il dit juste, qu il veut toujours un nouveau. En même temps, la pression pour avoir l appareil le plus récent est ressentie plus vivement par certains membres du groupe. C est le cas de Steffen (n o 9), déjà isolé dans le groupe. Il cache son appareil devant les autres parce qu il ne peut pas suivre dans cette course à la nouveauté. Il accepte comme conséquence d être complètement exclu de la communication par téléphone portable. Interviewer : Tu dis donc : les autres ont déjà des nouveaux téléphones. Cela te dérange-t-il?[...] Steffen : Oui, avant j étais embêté, parce que j ai encore mon premier téléphone et les autres en sont déjà à leur 5ème ou 4ème. Mais les autres pensent que je n en ai pas et du coup, j ai pas besoin de toujours avoir un autre, comme eux le font. Appropriation des contenus L appropriation des messages des médias se fait surtout en combinaison avec l appropriation de l appareil et de la communication interpersonnelle. L appareil est décoré avec des fragments de la culture pop qui sont connus des médias de masse classique. Ainsi, les logos et sonneries reprennent les mélodies connues de chansons ou de films (comme par exemple la bande originale de «Mission Impossible» ou le logo du rapper «Eminem»). Comme pour les appareils eux-mêmes, les logos et sonneries font l objet d une course à la nouveauté. Mais celle-ci peut aussi être critiquée : Sarah : Quand on veut discuter et que ça sonne d un coté puis de l autre, ça m énerve. Interviewer : [...] Tu en as déjà parlé? Sarah : Oui, souvent déjà, je leur dis : arrêtez avec vos sonneries. Sinon, j vais ailleurs. Mais je le dis sur le ton de la plaisanterie. En même temps, les sonneries et les logos sont utilisés comme symboles dans la communication interpersonnelle. En envoyant un logo ou bien une sonnerie à un ami, on peut montrer qu une amitié est «précieuse». Interviewer : Tu as une image sur ton écran, [...] tu l as tiens d où? Jan : je l ai d un copain de classe de mon ancienne école. Résumé et enseignements Dans une «société numérique» qui se base plus que jamais sur les réseaux électroniques, la cohésion sociale dépend de la participation de chacun à ces réseaux. Or, la nature interactive et interpersonnelle des médias les liant rend la question d accès plus complexe

8 qu à l époque des médias de masse classiques. Ainsi, la question des exigences démocratiques d une communication libre et égalitaire se pose d une nouvelle façon puisqu il faut l analyser aussi au niveau micro-social des réseaux interpersonnels. C est pourquoi nous avons développé dans cet article le concept de «micro-fracture numérique» à l exemple d un groupe d adolescents. L analyse des relations et des rapports téléphoniques montre que le téléphone mobile est un moyen de communication bien intégré dans les relations entre les jeunes. Pourtant le sociogramme ne suffit pas à expliquer l isolement complet d un garçon des appels et des SMS. Cet isolement s explique aussi par le choix de cacher son téléphone devant les autres, parce qu il a honte de son vieil appareil. Or, un tel effet n est pas automatique. Il est le résultat d un processus de négociation au sein du groupe qui peut provoquer mais aussi modérer le risque de fracture numérique. D un côté les membres du groupe affirment l importance du téléphone portable en tant qu objet de prestige. De l autre, ce comportement est critiqué ouvertement et la pression d avoir l appareil le plus nouveau et d être joignable tout le temps est relativisée. Pour comprendre cette dynamique, nous avons différencié le processus de négociation selon les trois axes suivants : Dans l appropriation de l objet, chacun est libre de choisir son appareil ou d en améliorer l aspect et les fonctionnalités. Pourtant une tacite concurrence les pousse à en acquérir de nouveaux, le groupe définissant ce qui est laid, joli ou bien exagéré. L appropriation de la communication interpersonnelle est déjà bien structurée par les relations existantes et par des règles de réciprocité qui prennent en compte les limites financières de chacun. En jouant avec les règles de réciprocité, chacun peut se positionner dans le groupe. L appropriation des messages de médias de masse accentue les deux autres types d appropriation. Ils servent soit à affirmer un certain style soit à valoriser une relation personnelle entre deux membres. Dans le cas présenté, la fracture se situe essentiellement au niveau de l appropriation du téléphone en tant qu objet de prestige : la valeur symbolique négative du vieil appareil compte plus que les avantages potentiels de ses fonctions de communication. Comment alors lutter contre la «micro-fracture numérique»? La question ne se pose pas seulement pour les adolescents et leurs téléphones portables, elle se pose aussi pour les groupes d amis, les familles et les clubs qui se mettent à communiquer par courrier électronique, par messages instantanés ou bien grâce à la téléphonie par Internet. Si certains de leurs membres n ont pas la technologie, les moyens financiers ou les connaissances techniques pour y participer, comment ne pas les marginaliser? D un point de vue macro-social, une solution serait d amener ces personnes à surmonter leurs restrictions. Par exemple si le problème est financier en subventionnant le matériel pour les personnes n ayant pas les moyens d acheter la technologie nécessaire, ou bien en forçant les fournisseurs des services à baisser leurs prix 22. Mais le cas des adolescents étudié ici montre qu une partie essentielle du problème réside dans le processus d appropriation par les usagers eux-mêmes. Aussi longtemps que persiste une compétition pour le téléphone portable le plus cher, les adolescents ne se laisseront pas convaincre par des offres moins coûteuses. Ainsi, les initiatives contre des forfaits surtaxés devraient être complétées par des campagnes influençant le processus d appropriation directement 23. Ceci est possible grace à une connaissance différenciée de ce processus, ce à quoi cette étude tente de contribuer. 22 Ainsi dans le sens diffusionniste (Rogers, 2003). Sur les initiatives législatives contre les services surtaxés, cf. REID, En Allemagne, le site web présente un tel projet. Il s adresse directement aux jeunes, dans leur propre langue et souvent d une façon ludique, pour rappeler les enjeux sociaux de l appropriation du téléphone portable.

9 Bibliographie AUTORITE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS (ART). Introduction de l UMTS en France : synthèse des contributions à la consultation publique, BECK, U. La Société du risque : Sur la voie d une autre modernité. Paris : Flammarion, pages. BLANCHET A., GOTMAN A.. L enquête et ses méthodes : l entretien. Paris : Armand Colin, pages. BONFADELLI H., «The Internet and Knowledge Gaps», European Journal of Communication, vol. 17, n o 1, Pp DAHLGREN, P. «Reconfiguring Civic Culture in the New Media Milieu», in CORNER, J., PELS, D. (sous la direction de): Media and Political Style: Essays on Representation and Civic Culture. London: Sage, Pp DE GOURNAY C., «Pretence of Intimacy in France», in KATZ J. E., AAKHUS M. A. (sous la direction de), Perpetual contact: mobile communication, private talk, public performance, New York, Cambridge University Press, Pp DÖRING N. «Klingeltöne und Logos auf dem Handy: Wie neue Medien der Uni-Kommunikation genutzt werden», Medien & Kommunikationswissenschaft, vol. 50, n o 3, Pp FLICHY P. L innovation technique, Paris: La Découverte, pages. FLICHY, P. Une histoire de la communication moderne, Paris : La Découverte, pages. FORTUNATI L., MAGNANELLI A. M.. «Young people and the mobile phone», Revista de Estudios de Juventud, vol. 57., Pp HEURTIN J.-Ph., «La téléphonie mobile, une communication itinérante où individuelle? Premiers éléments d une analyse des usages en France.», Réseaux, n o 90, Pp HÖFLICH R. J., RÖSSLER P., «More than JUST a telephone: The Mobile Phone and Use of the Short Message Service (SMS) by German Adolescents: Results of a Pilot Study.», Revista de Estudios de Juventud, vol. 57., Pp KALILOU S., «TIC, inégalité et pauvreté en Côte d'ivoire. Déterminants socioéconomiques de l'accès des populations aux téléphones mobiles». Colloque International «TIC et inégalités : les fractures numériques.», novembre 2004, Paris. KAMIBEPPU K., SUGIURA H., «Impact of the Mobile Phone on Junior High-School Students Friendships in the Tokyo Metropolitan Area», CyberPsychology & Behavior, vol. 8, n o 2, Pp KAUFMAN J.-C., L Invention de soi. Une théorie de l identité. Paris: Armand-Collin, pages. KEUPP H., AHBE T., GMÜR W., Höfer R., KRAUS W., MITZSCHERLICH B., STRAUS F., Identitätskonstruktionen. Das Patchwork der Identitäten in der Spätmoderne. Reinbek: Rowohlt, pages. LELONG B., THOMAS F., ZIEMLICKI C. «Des technologies inégalitaires? L intégration de l internet dans l univers domestique et les pratiques relationnelles.», Réseaux, n o , Pp LING R., YTTRI B., «Hyper-coordination via mobile phones in Norway», in KATZ J. E., AAKHUS M. A. (sous la direction de), Perpetual contact: mobile communication, private talk, public performance., New York, Cambridge University Press, Pp LOBET-MARIS C., HENIN L., «Talking without Communicating or Communicating without Talking: From the GSM to the SMS», Revista de Estudios de Juventud, vol. 57, Pp LUHMANN N. Die Gesellschaft der Gesellschaft. Frankfurt am Main: Suhrkamp, pages. MARTIN C., «Le téléphone portable chez les jeunes adolescents et leurs parents : quelle légitimation des usages?», Deuxième Workshop de Marsuoin, 4-5 décembre 2003, ENST Bretagne, Brest. MARTIN O., DE SINGLY F., «L évasion amicale. L usage du téléphone familiale par les adolescents.», Réseaux, n o 103, Pp MEDIENPÄDAGOGISCHER FORSCHUNGSVERBAND SÜDWEST (mpfs). «JIM-Studie Jugend, Information, (Multi-)Media.», 2004, MOSCO V. The Political Economy of Communication: Rethinking and Renewal. London: Sage, pages. OCDE, Understanding the Digital Divide, 2001, RALLET A. (sous la direction de), «La fracture numérique», Réseaux, n o , REID A. S., «The Rise of Third Generation Phones: The Implications for Child Protection.» Information & Communications Technology Law, vol. 14, n o 2, Pp

10 RICE R. E., KATZ J. E., «Comparing internet and mobile phone usage: digital divides of usage, adoption and dropouts», Telecommunications Policy, vol. 27, Pp SCHUFA HOLDING AG, «Schulden-Kompass 2005», 2005, SELWYN N. «Reconsidering political and popular understandings of the digital divide», new media & society, vol. 6, n o 3, Pp SILVERSTONE R., HADDON L., «Design and the domestication of information and communication technologies: Technical change and everyday life», in Silverstone R., Mansell R. (sous la direction de), Communication by Design. The PoliTIC of Information and Communication Technologies, Oxford: Oxford University Press, Pp TAYLOR A. S., HARPER R., «Age-old practices in the 'New World': A study of gift-giving between teenage mobile phone users.», Conference on Human Factors and Computing systems, CHI 2002, Minneapolis, Minnesota. TICHENOR P. J., DONOHUE G. A., OLIEN C.N., «Mass Media Flow and Differential Growth in Knowledge.», Public Opinion Quarterly, vol. 34, Pp VALENDUC G., VENDRAMIN P., «Fractures numériques, inégalités sociales et processus d appropriation des innovations.», Colloque International «TIC et inégalités : les fractures numériques.», novembre 2004, Paris, VAN DIJK, J. The Network Society. Social aspects of new media. London: Sage, pages. WIRTH W., Von der Information zum Wissen. Die Rolle der Rezeption für die Entstehung von Wissensunterschieden. Opladen: Westdeutscher Verlag, pages. WIRTH W., VON PAPE T., KARNOWSKI V., «New technologies and how they are rooted in society.» Conférence Annuelle de la International Communication Association (ICA), , New York, USA.

Diffusion et appropriation du téléphone portable par les adolescents : évolution des usages et enjeux sociaux.

Diffusion et appropriation du téléphone portable par les adolescents : évolution des usages et enjeux sociaux. Diffusion et appropriation du téléphone portable par les adolescents : évolution des usages et enjeux sociaux. Author: Thilo von Pape Institut für Kommunikationswissenschaft LMU München Oettingenstraße

Plus en détail

Synthèse enquête CESC 2010 2011 Pratique d'internet, du téléphone portable et des jeux vidéo

Synthèse enquête CESC 2010 2011 Pratique d'internet, du téléphone portable et des jeux vidéo Préambule Afin de prévenir des nouvelles pratiques d'internet, chez les adolescents, nous avons décidé de réaliser une enquête auprès de tous les élèves du collège. Cette enquête comporte 40 questions.

Plus en détail

Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile

Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile Note de synthèse Action Innocence UNAF Auteurs TNS SOFRES Fabienne SIMON Sarah DUHAUTOIS Octobre 2009 S il est souvent commenté compte tenu

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

UNITÉ 8. Les adolescents et leur cher téléphone. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 8. Les adolescents et leur cher téléphone. Bon Courage! Vol. 2 Les adolescents et leur cher téléphone La plupart des ados en France (70 % des ados de plus de 12 ans ont un téléphone portable et 95 % des 15-17 ans sont équipés) se sent complètement perdue sans le téléphone.

Plus en détail

Téléphone portable Le téléphone portable offre aujourd hui de nombreuses fonctions, notamment celle de se connecter à Internet.

Téléphone portable Le téléphone portable offre aujourd hui de nombreuses fonctions, notamment celle de se connecter à Internet. Téléphone portable Le téléphone portable offre aujourd hui de nombreuses fonctions, notamment celle de se connecter à Internet. Transmets ton numéro uniquement à des personnes proches (famille et amis)

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail

L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES :

L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES : L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES : (Synthèse) Mobile Service Innovation: A European Failure Arnd Weber, Michael Haas, Daniel Scuka Published in: Telecommunications Policy, Volume

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet

Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet Recherche qualitative : L usage des technologies de communication sur internet Rolf Wipfli Juin 2007 1. Introduction Méthodologies de Recherche en Technologies Éducatives TECFA Université de Genève Le

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Septième édition 2 e trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Une utilisation pédagogique des réseaux sociaux?

Une utilisation pédagogique des réseaux sociaux? Une utilisation pédagogique des réseaux sociaux? Depuis septembre 2011, j expérimente une utilisation à but pédagogique de Facebook. J ai d abord ouvert un «groupe 1» destiné à mes élèves du Lycée Corneille,

Plus en détail

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 LES DERNIERES TENDANCES MEDIAS ET NUMERIQUES Département Télécoms Cinéma et Comportements Médias Sommaire Contexte et Objectifs...3 Contenu du dossier...4

Plus en détail

Mitraillage publicitaire Séance 1

Mitraillage publicitaire Séance 1 Fiche pédagogique Thème : Choix et autonomie Niveau : Ecole (CM 1 et 2), Collège, lycée Durée : 50 Mitraillage publicitaire Séance 1 Personnes ressources : Infirmier scolaire, documentaliste, professeur

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Les adolescents, leur téléphone portable et l'internet mobile. Octobre 2009

Les adolescents, leur téléphone portable et l'internet mobile. Octobre 2009 Les adolescents, leur téléphone portable et l'internet mobile Octobre 2009 1. Quelle est la panoplie multi-média des adolescents en 2009? 2. Et le téléphone mobile en particulier, qui est équipé / qui

Plus en détail

Synthèse du séminaire de prospective du 21 avril 2011 «Transfert de compétences : enjeux et conditions de réussite»

Synthèse du séminaire de prospective du 21 avril 2011 «Transfert de compétences : enjeux et conditions de réussite» www.chaires-iae-grenoble.fr Synthèse du séminaire de prospective du 21 avril 2011 «Transfert de compétences : enjeux et conditions de réussite» Avec Martine Le Boulaire mleboulaire@entreprise-personnel.com

Plus en détail

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008 Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur Octobre 2008 Contexte «Internet en mobilité» renvoie aujourd hui à un potentiel d usages d encore mal identifiés. Apple a proposé

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Se déplacer dans la ville étalée : L influence des technologies mobiles au quotidien Problématisation

Se déplacer dans la ville étalée : L influence des technologies mobiles au quotidien Problématisation Se déplacer dans la ville étalée : L influence des technologies mobiles au quotidien 10 e Colloque de la Relève VRM INRS-UCS, Montréal 21-22 mai 2013 Després, Michel Candidat à la maîtrise en sociologie

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

RECHERCHE INTERNET CANADA PUBLIE SON RAPPORT SUR LA DEUXIÈME ÉTAPE D UNE ÉTUDE PORTANT SUR LES HABITUDES D UTILISATION D INTERNET DES CANADIENS

RECHERCHE INTERNET CANADA PUBLIE SON RAPPORT SUR LA DEUXIÈME ÉTAPE D UNE ÉTUDE PORTANT SUR LES HABITUDES D UTILISATION D INTERNET DES CANADIENS À diffuser immédiatement Le mercredi 24 septembre 2008 RECHERCHE INTERNET CANADA PUBLIE SON RAPPORT SUR LA DEUXIÈME ÉTAPE D UNE ÉTUDE PORTANT SUR LES HABITUDES D UTILISATION D INTERNET DES CANADIENS Un

Plus en détail

Les non-usages du téléphone portable : au-delà d une opposition binaire usagers/non-usagers. Authors : Thilo von Pape, Corinne Martin

Les non-usages du téléphone portable : au-delà d une opposition binaire usagers/non-usagers. Authors : Thilo von Pape, Corinne Martin Les non-usages du téléphone portable : au-delà d une opposition binaire usagers/non-usagers Authors : Thilo von Pape, Corinne Martin Institut für Sozialwissenschaften, FG Kommunikationswissenschaft (540G)

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

Enjeux, collaborations et impacts de la médiation culturelle Compte rendu de la Journée d étude 26 mars 2010 www.culturepourtous.

Enjeux, collaborations et impacts de la médiation culturelle Compte rendu de la Journée d étude 26 mars 2010 www.culturepourtous. Enjeux, collaborations et impacts de la médiation culturelle Compte rendu de la Journée d étude 26 mars 2010 www.culturepourtous.ca/mediation Le 26 mars 2010, Culture pour tous et le Groupe de recherche

Plus en détail

LES OUTILS D ENQUÊTE: LE

LES OUTILS D ENQUÊTE: LE LES OUTILS D ENQUÊTE: LE QUESTIONNAIRE ET L ENTRETIEN DUT 1A - Méthodo Gilles Droniou droniou@jeudevi.org Chargé de recherches, JEUDEVI www.jeudevi.org 2015/2016 DATES À RETENIR, ET AUTRES JOYEUSETÉS Achetez

Plus en détail

L Enfance des loisirs Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l enfance à la grande adolescence

L Enfance des loisirs Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l enfance à la grande adolescence L Enfance des loisirs Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l enfance à la grande adolescence Un ouvrage de Sylvie Octobre, Christine Détrez, Pierre Mercklé et Nathalie Berthomier

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Ambiguïtés, opportunités et défis pour les syndicats

Ambiguïtés, opportunités et défis pour les syndicats NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 7 OCTOBRE - AVRIL 2006 2005 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Troisième édition 2 e trimestre 2012

Troisième édition 2 e trimestre 2012 Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Troisième édition 2 e trimestre 2012 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université Paris-Dauphine, sous la direction

Plus en détail

Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une communauté d enseignants universitaires

Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une communauté d enseignants universitaires Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une Platteaux Hervé et Moura Ana Centre de Didactique Universitaire, Université de Fribourg Centre de Didactique Universitaire - Université de

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Transition du 1 er au 2 e cycle du secondaire : Une période de changement

Transition du 1 er au 2 e cycle du secondaire : Une période de changement Transition du 1 er au 2 e cycle du secondaire : Une période de changement Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : B 9.11 V 9.1 V 9.6

Plus en détail

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Matériel et méthodes... 3 3 Résultats... 4 4 Discussion... 9 4.1 Accès Internet

Plus en détail

Papier politique Promotion des compétences médiatiques et protection de la jeunesse face aux médias

Papier politique Promotion des compétences médiatiques et protection de la jeunesse face aux médias Papier politique Promotion des compétences médiatiques et protection de la jeunesse face aux médias 1. Introduction a) Le développement galopant de ces dernières années dans les domaines des technologies

Plus en détail

Version 1.0 Rémi Veillette Juin 2004

Version 1.0 Rémi Veillette Juin 2004 Version 1.0 Rémi Veillette Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES...2 1- INTRODUCTION AU SOCIOGRAMME...4 Quelques notions de sociométrie...4 Le portrait de la classe...4 L avantage d un outil

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines

Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines Communication, culture et territoires Développement culturel et patrimoines Michèle Gellereau GERiiCO-Lille3 Séminaire Communication et développement (GPB) 1er avril 2009 Introduction Liens communication/culture/développement

Plus en détail

Communication Concepts/ Méthodes/Outils

Communication Concepts/ Méthodes/Outils Mohammed DAOUDI Communication MASTER RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Communication Concepts/ Méthodes/Outils Enseignant responsable de la matière Mohammed DAOUDI Maitre-assistant assistant «A» Année

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Exercer les aptitudes cognitives pour combler le fossé des aptitudes cognitives dans l utilisation de la technologie numérique

Exercer les aptitudes cognitives pour combler le fossé des aptitudes cognitives dans l utilisation de la technologie numérique ! Exercer les aptitudes cognitives pour combler le fossé des aptitudes cognitives dans l utilisation de la technologie France Boutin, Ph.D., UQAM et Chris Chinien, Ph.D., Compétences R & D Le microprocesseur

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

1 / Comment ça marche

1 / Comment ça marche 1 / Comment ça marche? Les technologies évoluent en permanence et ouvrent la voie à de nouveaux usages de communication. En parallèle, les offres des opérateurs se diversifient. Je peux aujourd hui, à

Plus en détail

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 Bruxelles, le 16 juillet 2015 Vous pouvez désormais consulter l édition 2015 du Baromètre annuel de la société

Plus en détail

Les enjeux de la Communication Unifiée

Les enjeux de la Communication Unifiée Un profil du choix de technologie personnalisée commandé par Cisco Systems Comment les technologies informatiques répondent à la demande croissante en matière de collaboration mobile et visuelle Juillet

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Étude de l'impact des technologies dans les écoles primaires

Étude de l'impact des technologies dans les écoles primaires Étude de l'impact des technologies dans les écoles primaires Dossier pays : Portugal Il s'agit de l'un des 3 dossiers Pays regroupant les preuves disponibles concernant l'impact des technologies de l'information

Plus en détail

Habileté E Niveau 1. à la communication. professionnelle Nom : 1 ère PARTIE. Le téléphone sonne. Vous répondez.

Habileté E Niveau 1. à la communication. professionnelle Nom : 1 ère PARTIE. Le téléphone sonne. Vous répondez. Page 1 1 ère PARTIE Le téléphone sonne. Vous répondez. La voix au téléphone : Bonjour! Ici l institut de sondage FLOP. Avez-vous le temps de répondre à quelques questions? Vous : Comme ça? Par téléphone?

Plus en détail

Petit bilan sur les TBI et tablettes dans les écoles québécoises

Petit bilan sur les TBI et tablettes dans les écoles québécoises Petit bilan sur les TBI et tablettes dans les écoles québécoises Simon Collin Département de didactique des langues*, UQAM Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

DES PERSPECTIVES DES COMMUNICATIONS 1999 RADIODIFFUSION

DES PERSPECTIVES DES COMMUNICATIONS 1999 RADIODIFFUSION CODE OECD ORGANISATION DE COOPÉRATION ET ORGANISATION FOR ECONOMIC DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES CO-OPERATION AND DEVELOPMENT DES PERSPECTIVES DES COMMUNICATIONS 1999 RADIODIFFUSION Pays: France Rempli

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

1ere Edition. Baromètre SOCIAL MINDS. Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC :

1ere Edition. Baromètre SOCIAL MINDS. Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC : 1ere Edition Baromètre SOCIAL MINDS Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC : Présentation «Social Minds» est un baromètre quantitatif dont la 1 ère édition a été réalisée en Mars 2012, commandité

Plus en détail

Manuel d utilisation. «Téléphone, GSM, internet, TV : OSEZ COMPARER!»

Manuel d utilisation. «Téléphone, GSM, internet, TV : OSEZ COMPARER!» Manuel d utilisation «Téléphone, GSM, internet, TV : OSEZ COMPARER!» En fonction des besoins du consommateur, l exercice de simulation sera soit unique, soit double. Il sera unique si le consommateur désire

Plus en détail

Les enjeux pour les porteurs de projets locaux

Les enjeux pour les porteurs de projets locaux NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 23 OCTOBRE - OCTOBRE 2005 2005 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

ÉCOLE PUBLIQUE DE LA SALLE - CENTRE DE DOUANCE

ÉCOLE PUBLIQUE DE LA SALLE - CENTRE DE DOUANCE ÉCOLE PUBLIQUE DE LA SALLE - CENTRE DE DOUANCE QUESTIONNAIRE À COMPLÉTER PAR L ENSEIGNANT.E DE L ÉLÈVE* (GRILLE DE RENZULLI/HARTMAN) Nom de l élève : École : Date de naissance de l élève : Niveau : Nom

Plus en détail

Rappel de la démarche Premiers résultats (Sondages Elèves et Parents) Conclusions

Rappel de la démarche Premiers résultats (Sondages Elèves et Parents) Conclusions Rappel de la démarche Premiers résultats (Sondages Elèves et Parents) Conclusions 1 Septembre 08: Information des professeurs lors de la pré-rentrée Octobre 08: Création du groupe de réflexion «Nouvelles

Plus en détail

Introduction à la méthode d'analyse des réseaux sociaux

Introduction à la méthode d'analyse des réseaux sociaux Colloques d'épidémiologie clinique et biostatistique HUG 8 mars 2011 Gil Viry Introduction à la méthode d'analyse des réseaux sociaux FACULTÉ DES SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Plan du cours 1. Les principes

Plus en détail

Baromètre de la Société de l information (2012) Mention des sources. Accès à la télévision numérique interactive (idtv )au sein du ménage (graphique)

Baromètre de la Société de l information (2012) Mention des sources. Accès à la télévision numérique interactive (idtv )au sein du ménage (graphique) Mention des sources MÉNAGES ET PARTICULIERS Page 6 Équipement TIC Ménages (tableau) Page 7 Appareils connectés à Internet au sein du ménage (graphique) Accès à la télévision numérique interactive (idtv

Plus en détail

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Anaïs ROCCI 6T bureau de recherche Colloque «Bougeons autrement», 30/11/2011 CNFPT, Région Haute-Normandie

Plus en détail

L'utilisation de l'internet par les personnes âgées

L'utilisation de l'internet par les personnes âgées Hans Rudolf Schelling Alexander Seifert L'utilisation de l'internet par les personnes âgées Pourquoi en Suisse les personnes de 65 ans et plus utilisent ou non les technologies de l'information et de la

Plus en détail

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse.

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse. Résumé de l étude Les seniors et Internet Pro Senectute Suisse L utilisation des technologies de la communication et de l information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015 Institut

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION PARTENARIATS INSTITUTIONS-CITOYENS POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION (PICRI)

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION PARTENARIATS INSTITUTIONS-CITOYENS POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION (PICRI) Unité Développement Direction de la recherche et de l enseignement supérieur Appel à projets PICRI 2012 FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION PARTENARIATS INSTITUTIONS-CITOYENS POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION

Plus en détail

Emprunt d argent Informations aux enseignants

Emprunt d argent Informations aux enseignants Informations aux enseignants 1/7 Tâche Objectif Matériel Les élèves lisent un court texte sur le thème de l emprunt d argent. Ils répondent aux questions sur la fiche de travail. Les avantages et désavantages

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

Une nouvelle ère pour la communication des marques

Une nouvelle ère pour la communication des marques Une nouvelle ère pour la communication des marques Avril 2012 Sommaire 1. L Aéroport, un territoire de croissance 2. L Aéroport, accélérateur de la communication des marques 3. Le Digital en Aéroport,

Plus en détail

Scénario pédagogique d usage des TICE Fiche préparatoire

Scénario pédagogique d usage des TICE Fiche préparatoire Principe général Scénario pédagogique d usage des TICE Fiche préparatoire Rappelons que nous basons la construction d un scénario pédagogique sur la triple concordance entre les objectifs que l on se fixe

Plus en détail

Observation du territoire Parisien

Observation du territoire Parisien Observation du territoire Parisien Les services à la personne Septembre 2007 Le marché des services à la personne à Paris en 2005 A Paris, en 2005, 80,8 % du marché total des services à la personne en

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

Le diplôme de bachelor en Marketing

Le diplôme de bachelor en Marketing Le diplôme de bachelor en Marketing Tu aimes: Bouger Rencontrer Communiquer Dialoguer Négocier Convaincre Calculer Décider Ton profil: Tu es une personne d action qui veut travailler sur le terrain Tu

Plus en détail

DECORATEUR DE CUISINE

DECORATEUR DE CUISINE DECORATEUR DE CUISINE Objectifs : La création d un CQP a pour objectif de répondre au développement du secteur de la cuisine à usage domestique nécessitant le conseil auprès du client notamment en décoration.

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre?

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? Manon Bourligueux et Oriane Duchier Le recensement réalisé en 2012 montre que sur les 1396 étudiants en troisième année des Universités Paris

Plus en détail

Introduction de l innovation technologique dans l éducation

Introduction de l innovation technologique dans l éducation Introduction de l innovation technologique dans l éducation innovation Introduction de l innovation technologique dans l éducation Code: innovation Originaux url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/html/innovation/innovation.html

Plus en détail

Appel à contributions pour le congrès annuel de la SSCM 2016. Médias et changement social : des origines aux développements récents

Appel à contributions pour le congrès annuel de la SSCM 2016. Médias et changement social : des origines aux développements récents Appel à contributions pour le congrès annuel de la SSCM 2016 Médias et changement social : des origines aux développements récents Le changement social est souvent guidé par des idées anticipant de possibles

Plus en détail

Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique!

Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique! 0 Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique! L objectif régional est simple et ambitieux : se rapprocher au plus vite de 100 % de Bourguignons connectés, quel que soit

Plus en détail

Enquête sur le comportement du consommateur à l égard de l Internet et des technologies de la communication

Enquête sur le comportement du consommateur à l égard de l Internet et des technologies de la communication Enquête sur le comportement du consommateur à l égard de l Internet et des technologies de la communication 1. Avant-propos... 1 2. Note de synthèse... 2 3. L enquête... 3 3.1. Equipements dont disposent

Plus en détail

L ordinateur est donc maintenant aussi répandu dans les foyers de nos élèves que l était le téléphone fixe au début des années nonante!

L ordinateur est donc maintenant aussi répandu dans les foyers de nos élèves que l était le téléphone fixe au début des années nonante! Les TIC au CO Vuillonnex mai à juillet 2005 Dépouillement de l enquête «es-tu branché-e»? Auprès de 665 élèves et de 60 enseignants. réf:depouillement_enquete.doc Résultats concernant les élèves (sans

Plus en détail

QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES?

QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES? QUELS ÉCRANS UTILISENT LES 13-24 ANS ET POUR QUELS USAGES? Colloque «Les écrans et les jeunes : quelle place, quelle offre, quelles évolutions?» 9 décembre 2014 Direction des études et de la prospective

Plus en détail

Les usages des réseaux sociaux numériques en entreprise : des registres privés, et professionnels... individualisés. Karine Roudaut, Nicolas Jullien

Les usages des réseaux sociaux numériques en entreprise : des registres privés, et professionnels... individualisés. Karine Roudaut, Nicolas Jullien Les usages des réseaux sociaux numériques en entreprise : des registres privés, et professionnels... individualisés Karine Roudaut, Nicolas Jullien Structure de la présentation 1 Question 2 Cas étudié

Plus en détail

Les concepts de réseaux sociaux ou de liens sociaux sont utilisés

Les concepts de réseaux sociaux ou de liens sociaux sont utilisés Flux n 62 Octobre - Décembre 2005 pp. 31-37 Les réseaux de télécommunications instruments et outils de mesure de la sociabilité Patrice Flichy Les concepts de réseaux sociaux ou de liens sociaux sont utilisés

Plus en détail

Le Bonheur. 382 millions d articles en anglais sur Google et 133 en français

Le Bonheur. 382 millions d articles en anglais sur Google et 133 en français Le Bonheur 382 millions d articles en anglais sur Google et 133 en français Le Bonheur D une notion ésotérique et psycho- pop à une notion scientifique L Indice relatif de bonheur (IRB) est l auto évaluation

Plus en détail

Analyse des résultats des sondages

Analyse des résultats des sondages Année scolaire 2009-2010 ÉVALUATION DE LA PREMIÈRE ANNÉE DE L EXPÉRIMENTATION Analyse des résultats des sondages Direction générale de l enseignement scolaire Sous-direction des programmes d enseignement,

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

L élocution : une vraie tâche d expression orale?

L élocution : une vraie tâche d expression orale? L élocution : une vraie tâche d expression orale? Quelques pistes pour développer la compétence «expression orale sans interaction» Un des premiers objectifs de tout professeur de langues modernes est

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE SONDAGE SUR LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE Date: 27 juin 2011 Etude menée par Opinion Way pour les industriels du GITEP TICS Méthodologie Méthodologie Sondage quantitatif mené sur un échantillon de

Plus en détail