Regard sur les adolescents du Saguenay Lac-Saint-Jean : comprendre pour mieux les soutenir

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Regard sur les adolescents du Saguenay Lac-Saint-Jean : comprendre pour mieux les soutenir"

Transcription

1 Regard sur les adolescents du Saguenay Lac-Saint-Jean : comprendre pour mieux les soutenir Enquête interrégionale 28 Présentée aux intervenants des milieux communautaires, de la santé et de l éducation du Saguenay Lac-Saint-Jean Nadine Arbour, Josée Thivierge, Luc Laberge et Michaël Gaudreault Marco Gaudreault, Mélanie Gagnon, Suzanne Veillette, Julie Labrosse et Michel Perron ÉCOBES Recherche et transfert Pascal Lévesque et Isabelle Tremblay Organisé par le Conseil régional de prévention de l abandon scolaire (CRÉPAS)

2 Plan de la présentation 1. Mise en contexte de l enquête interrégionale L expérience scolaire et le vécu des jeunes : portrait d une décennie ( ) 3. L engagement scolaire comportemental des élèves 4. Le cumul études-travail, les habitudes de sommeil et la fatigue 5. Conclusion

3 Une enquête menée par ÉCOBES Recherche et transfert Qu est-ce qu ÉCOBES Recherche et transfert? ÉCOBES = Groupe d'étude des COnditions de vie et des BESoins de la population Rattaché au Cégep de Jonquière Centre collégial de transfert en pratiques sociales novatrices (CCTT-PSN) Trois volets d activités : recherche appliquée, formation-information et soutien technique

4 De précieux partenaires et collaborateurs Les directions de santé publique des agences de la santé et des services sociaux du Saguenay Lac- Saint-Jean, de la Capitale-Nationale et des Laurentides Le Conseil régional de prévention de l abandon scolaire (CRÉPAS) L Entente spécifique pour la persévérance et la réussite scolaires et les cheminements en science et en technologie dans la région de la Capitale- Nationale Les Partenaires de la réussite éducative des jeunes dans les Laurentides (PREL) La Conférence régionale des élus des Laurentides La Fondation Lucie et André Chagnon

5 Détails sur l enquête Enquête menée par l équipe d ÉCOBES Recherche et transfert au printemps 28 Objectif : connaître les jeunes et favoriser une vision commune de leur réalité pour mieux les soutenir Dans trois régions du Québec : Capitale-Nationale, Saguenay Lac-Saint- Jean et Laurentides 157 questions portant sur 15 dimensions de la vie des jeunes Répartition des répondants Capitale- Nationale Saguenay Lac-Saint-Jean Laurentides Laurentides (collégial) Échantillon Taux de réponse 51,9 % 67,3 % 44,8 % 12,1 %

6 La publication des résultats de l enquête Un portrait comparatif (29) Être jeune aujourd hui : habitudes de vie et aspirations des jeunes des régions de la Capitale-Nationale, du Saguenay Lac- Saint-Jean et des Laurentides Trois monographies régionales (21) 1. Comprendre les aspirations, les habiletés cognitives et l engagement scolaire des jeunes des Laurentides 2. Favoriser l engagement scolaire et l intérêt pour la science et la technologie chez les adolescents de la Capitale-Nationale 3. Regard sur les adolescents du Saguenay Lac- Saint-Jean : comprendre pour mieux les soutenir

7 Plan de la présentation 1. Mise en contexte de l enquête interrégionale L expérience scolaire et le vécu des jeunes : portrait d une décennie ( ) 3. L engagement scolaire comportemental des élèves 4. Le cumul études-travail, les habitudes de sommeil et la fatigue 5. Conclusion

8 2.1 Le Saguenay Lac-Saint-Jean (SLSJ) : une région qui change Démographie Décroissance de la population (- 6 % entre 1996 et 28) Solde migratoire des -34 positif depuis 26 Emploi et revenu Plus haut taux d emploi en 27 (56,6 %) Hausse du revenu personnel disponible (après impôt) entre 23 et 27

9 Réseau de l éducation Un réseau scolaire bien déployé Une université, quatre cégeps, quatre commissions scolaires Baisse de l effectif scolaire 13 % de moins dans les commissions scolaires de la région entre 22 et 27 Persévérance scolaire : un enjeu majeur Mobilisation de toute la collectivité régionale depuis la création du CRÉPAS en 1996

10 Taux de diplomation Taux de diplomation après 7 ans au secondaire Le taux régional est supérieur à celui de l ensemble du Québec % 75 74,9 73,6 72,6 73,9 75,8 74,6 73,7 73,4 74,3 75, ,5 72,2 69,4 68,8 69,1 68,4 68, ,8 67,6 67,3 67, Cohortes Saguenay-Lac-Saint-Jean Ensemble du Québec Source : CRÉPAS, 21

11 Diplomation des filles

12 Diplomation des garçons

13 2.2 Trois enquêtes auprès des jeunes au Saguenay Lac- Saint-Jean : 1997, 22 et 29

14 Aspirations scolaires réalistes

15 Aspirations scolaires réalistes des filles (%) ,8 a 14,6 11, a 41,2 b 37,4 c 25, bc e 47,9 43, d Secondaire ou moins Collégial Université 1997 (n = 797) 22 (n = 876) 28 (n = 684) 64, de

16 Aspirations scolaires réalistes des garçons (%) ,8 27,9 27, 38,2 a 34,9,1 a 33, b 37,2 Secondaire ou moins Collégial Université 42,9 b 1997 (n = 855) 22 (n = 992) 28 (n = 725)

17 Choix de carrière Ce que vous pensez À la question À votre avis, quelle proportion des jeunes du secondaire estiment ne pas se connaître suffisamment pour effectuer un choix de carrière éclairé? Vous avez répondu : 61 % Ce qu on observe chez les élèves : 38 %

18 Proportion des élèves âgés de 14 ans et plus affirmant avoir besoin d aide pour effectuer leur choix de carrière Manque de connaissance de soi 37,5 38,1 Manque de connaissance des carrières et des programmes de formation,6 28,4 Nature indécise de l'élève Non motivation 7,5 6,8 12,4 13, ((%) ) 22 (1 ( n? 1 n 422)? 1 422) 28 ( n? n 1 54)? 1 54)

19 Soutien parental Ce que vous pensez À la question Selon vous, la proportion de jeunes du secondaire estimant bénéficier d un soutien affectif de la part des deux parents a-t-elle diminué, augmenté ou est-elle restée inchangée entre 1997 et 28? Vous avez répondu : La proportion a diminué Ce qu on observe chez les élèves : La proportion a augmenté

20 Perception des élèves quant au soutien affectif parental reçu (%) ,9 ab 11,4 a 9,4 b 25,3 c 26,2 d 18,8 cd Faible pour les deux parents L'un moyen l'autre faible 42,1 ef 47,9e 49,1 f L'un élevé ou moyen pour les deux 12,7 g 14,5 h 22,6gh Élevé pour les deux parents 1997 (n = 1 4) 22 (n = 1 854) 28 (n = 1 4)

21 Perception des élèves quant au soutien de la mère dans leurs études (%) ,9,3 2,1 a 15,3 a 2, b 24,4 b Faible Moyen Élevé 22 (n = 1 783) 28 (n = 1 335)

22 Perception des élèves quant au soutien du père dans leurs études (%) ,1 54,1 38,6 a 31,3 a 1,2 b 14,6 b Faible Moyen Élevé 22 (n = 1 718) 28 (n = 1 293)

23 Estime de soi et détresse psychologique

24 Niveau d estime de soi globale déclaré par les filles (%) ,9 63,5 62,6 26,1 ab 2,6 a 17,7 b 13, c 16, 19,7c Faible Moyen Élevé 1997 (n = ) 22 (n = 884) 28 (n = 69)

25 Niveau d estime de soi globale déclaré par les garçons (%) ,6 66,3 64,5 26,6 23, 26,3 12,8 1,7 9,1 Faible Moyen Élevé 1997 (n = 858) 22 (n = 1 3) 28 (n = 744)

26 Proportion des élèves déclarant de la détresse psychologique (%) ,7 14,7 Garçons 11,8,3 ab 24,6 a 24,3 b Filles 1997 Garçons (n = 861) Filles (n = ) 22 Garçons (n = 1 2) Filles (n = 885) 28 Garçons (n = 749) Filles (n = 693)

27 Consommation de boissons énergisantes

28 Consommation de boissons énergisantes chez les jeunes de trois régions (%) ,1 51,1 52,9 49,7 34, 37,4 33,7 39,1 11,911,5 13,4 11,2 Jamais Occasionnellement Souvent Fréquence de la consommation Capitale Nationale (n = 1 398) Saguenay Lac St Jean (n = 1 441) Laurentides (n = 1 23) Collèges Laurentides (n = 394)

29 Tabagisme Ce que vous pensez À la question En 28, quelle proportion de nonfumeurs peut-on observer chez les élèves du secondaire? Vous avez répondu : 65 % Ce qu on observe chez les élèves : 86 %

30 Prévalence du tabagisme chez les élèves (%) ,3 ab bc 85,9 69,3 ac 1, d 9,6 e 6,7 de 29,7 fg 21,1 fh Non fumeurs Fumeurs occasionnels Fumeurs réguliers 7,5 gh 1997 (n = 1 657) 22 (n = 1 846) 28 (n = 1 425)

31 Dépendance à l alcool et aux drogues Ce que vous pensez À la question Quelle est, d après vous, la proportion de jeunes du secondaire qui ont une consommation problématique d alcool ou de drogues? Vous avez répondu : 2 % Ce qu on observe chez les élèves : 5%

32 Indice de dépendance à l'alcool et aux drogues (DEP-ADO) chez les jeunes de trois régions (%) ,587,986,3 82,7 9,1 6,8 7,9 11,8 6,4 5,3 5,7 5,6 Feu vert Feu jaune Feu rouge Indice de dépendance à l'alcool et aux drogues (DEP ADO) Capitale Nationale (n = 1 353) Saguenay Lac St Jean (n = 1 3) Laurentides (n = 989) Collèges Laurentides (n = 356)

33 Relations sexuelles Ce que vous pensez À la question Selon vous, entre 1997 et 28, la proportion de jeunes ayant déjà eu des relations sexuelles non protégées a-t-elle augmenté, diminué ou est-elle demeurée inchangée? Vous avez répondu : La proportion a augmenté Ce qu on observe chez les élèves : La proportion est demeurée inchangée

34 Prévalence des relations sexuelles non protégées chez les élèves âgés de 15 ans et plus (%) ,8 Relations sexuelles toujours protégées 56,4 55,1 52,2 43,6 44,9 Relations sexuelles pas toujours protégées 1997 (n = 446) 22 (n = 431) 28 (n = 341)

35 Proportion des filles âgées de 14 ans et plus sexuellement actives ayant utilisé la contraception orale d'urgence (COU) au cours des 12 mois précédant l enquête dans trois régions 1 9 (%) 23,6 14,2 16,8 13,3 2 1 Capitale Nationale (n = 197) Saguenay Lac St Jean (n = 22) Laurentides (n = 152) Collèges Laurentides (n = 181)

36 Désir d enracinement

37 Désir d enracinement dans leur région tel que déclaré par les élèves (%) ,1 33,7 a a 56,7 e 48,8 ef 56,7 f 27,9 21,1 bc 9,6 bd 15,4 cd Nul Moyen Élevé 1997 (n = 1 653) 22 (n = 1 875) 28 (n = 1 435)

38 Conclusion - A - L expérience scolaire et le vécu des jeunes : portrait d une décennie ( ) Que faut-il retenir?

39 Conclusion - A - L expérience scolaire et le vécu des jeunes : portrait d une décennie ( ) Expérience scolaire Les aspirations scolaires des jeunes sont en hausse Les jeunes ont besoin d aide pour effectuer leur choix de carrière Le support parental, tant de la mère que du père, s est accru Vécu psychoaffectif Si la situation des filles s est améliorée, elles sont encore plus nombreuses que les garçons à présenter un faible niveau d estime de soi et à vivre de la détresse psychologique Habitudes de vie Le tabagisme est en forte baisse Près de la moitié des jeunes de 15 ans et plus actifs sexuellement déclare ne pas toujours utiliser le condom. Cette situation stagne depuis 1997 Enracinement Le désir d enracinement des jeunes dans leur région s est accru depuis 1997

40 Plan de la présentation 1. Mise en contexte de l enquête interrégionale L expérience scolaire et le vécu des jeunes : portrait d une décennie ( ) 3. L engagement scolaire comportemental des élèves 4. Le cumul études-travail, les habitudes de sommeil et la fatigue 5. Conclusion

41 L engagement scolaire Qu est-ce que c est? C est le niveau d investissement d un élève dans ses études. Il se fractionne en trois dimensions : l engagement cognitif, l engagement affectif et l engagement comportemental. 1. L engagement cognitif Investissement cognitif dans les apprentissages, dossier scolaire, efforts intellectuels 2. L engagement affectif Sentiments suscités par l école, les enseignants, les camarades de classe, etc. 3. L engagement comportemental Actions qui favorisent les apprentissages

42 L engagement scolaire comportemental Une dimension particulière C est la dimension qui est la plus étroitement liée à la persévérance scolaire. Elle semble agir comme un facteur prédictif de l abandon scolaire Les 4 indicateurs de l engagement comportemental Le nombre d absences non motivées La participation active aux cours La réalisation des travaux et des devoirs demandés par les enseignants La perception de l énergie nécessaire à l enseignant pour discuter avec l élève

43 Les manifestations de désengagement scolaire comportemental Un jeune est faiblement engagé lorsque Il présente de 2 à 4 manifestations de désengagement scolaire 1. Depuis le début de l année scolaire, j ai manqué plus de 5 périodes de cours sans raison valable 2. Je ne participe jamais ou rarement activement aux cours (écoute attentive, prise de notes, participation aux travaux d équipe, etc.) 3. Je n ai jamais ou rarement fait le travail demandé par les enseignants (travaux, lecture, etc.) 4. Mes enseignants doivent déployer beaucoup d énergie pour discuter et négocier avec moi

44 Manifestation 1 : Nombre de périodes manquées sans raison valable depuis le début de l année scolaire % 1 9, ,5 24,8 Manifestation de désengagement 15,7 13,1 Aucune 5 périodes ou moins Plus de 5 périodes Garçons (n = 745) Filles (n = 685)

45 Manifestation 2 : Participation active aux cours % ,5 66,3 2 1 Manifestation de désengagement 1,3 1,2 12,3 5,6 Jamais Rarement La plupart du temps a a Garçons (n = 746) Filles (n = 694) 2,8 b 26,9 Toujours b

46 Manifestation 3 : Réalisation du travail demandé par les enseignants Ce que vous pensez À la question Selon vous, quelle proportion des élèves du secondaire déclarent ne jamais ou rarement effectuer les travaux scolaires demandés par les enseignants au cours de l année scolaire? Vous avez répondu : 33 % Ce qu on observe chez les élèves : 24 %

47 Manifestation 3 : Réalisation du travail demandé par les enseignants (suite) % ,7 Manifestation de désengagement a 1,4 a 27,4 14,2 47,5 46,5 Jamais Rarement La plupart du temps b Garçons (n = 745) Filles (n = 692) b 2,4 c 37,9 Toujours c

48 Manifestation 4 : Énergie exigée d un enseignant pour discuter et négocier avec l élève % ,3 a,4 a 2 1 2,4 b 13,5 b Manifestation de désengagement 7,4 6,1 Pas du tout Un peu Beaucoup Garçons (n = 732) Filles (n = 675)

49 Désengagement scolaire comportemental Ce que vous pensez À la question À votre avis, quelle proportion des élèves du secondaire manifestent des signes importants de désengagement scolaire? Vous avez répondu : 28 % Ce qu on observe chez les élèves : 14 %

50 Manifestations comportementales de désengagement scolaire au SLSJ % , a 55,2 a ,5 b b 19,7 18,3 c 9,3 c Aucune manifestation 1 manifestation De 2 à 4 manifestations Garçons (n = 712) Filles (n = 665)

51 Manifestations comportementales de désengagement scolaire chez les jeunes de trois régions % ,8 b 62,9 c 55,2 bc 25,1 23,2 25,7 19,2 bc 13,1 b 13,9 c Aucune manifestation 1 manifestation 2 à 4 manifestations Manifestations comportementales de désengagement scolaire Capitale Nationale (n = 1 348) Saguenay Lac St Jean (n = 1 379) Laurentides (n = 989)

52 Les facteurs associés à l engagement scolaire comportemental Les facteurs en question Le soutien des parents a-t-il une influence sur l engagement de l élève? La volonté d apprendre en science est-il un facteur associé à l engagement? Quels sont les facteurs qui peuvent être associés à l engagement? Pourquoi est-il important de connaître ces facteurs? Pour identifier les groupes à risque de désengagement scolaire comportemental, phénomène prédictif de l abandon scolaire.

53 Les 172 facteurs considérés dans l analyse de l engagement scolaire comportemental 15 dimensions 172 facteurs 1. Psychosociale 9 2. Santé 2 3. Culturelle Scolaire et professionnelle Intérêt pour la science et la technologie 6. Économique 3 7. Familiale École Réseau social 6 1. Loisirs Consommation de tabac Consommation d alcool et de drogues Activités délinquantes Sommeil Travail rémunéré 4

54 Parmi les 172 facteurs considérés, comment a-t-on déterminé ceux qui sont associés à l engagement scolaire comportemental? L analyse discriminante permet d identifier les caractéristiques des jeunes faiblement engagés

55 L analyse discriminante

56 % 1, 9,,,,,,, 2, 1,, 35, 14,1 Mauvaise gestion Bonne gestion Excellente gestion Échelle de gestion du temps 8,3 % ,7 22,6 46,7 Pas de relation négative Relations mitigées Relations négatives Relations avec les enseignants % ,7 22,6 46,7 Pas de relation négative Relations mitigées Relations négatives Relations avec les enseignants Portrait des garçons faiblement engagés Dimensions Scolaire et professionnelle Psychosociale Activités délinquantes Consommation d alcool et de drogues Facteurs les plus importants retenus Sa volonté d apprendre en français est plus faible Accorde moins d importance aux études Sa volonté d apprendre en science est plus faible Démontre plus d insatisfaction envers les études Perçoit plus négativement ses relations avec ses enseignants Éprouve plus de difficultés à planifier et à gérer son temps Manifeste davantage de comportements incorrects Consomme des drogues de façon plus régulière Les filles

57 Proportion de garçons faiblement engagés selon l importance accordée aux études % Très important (n = 351) a,c 21,6 8,3 a,b Assez important (n = 278) 51,7 b,c Pas très ou pas du tout important (n = 58) Garçons faiblement engagés

58 Proportion des garçons faiblement engagés selon leurs relations avec les enseignants % Pas de relation négative (n = 521) b 22,6 11,7 a Relations mitigées (n = 84) 46,7 a,b Relations négatives (n = 17) Relations avec les enseignants

59 Proportion de garçons faiblement engagés selon leur gestion du temps % , a,b Mauvaise gestion (n = 2) Bonne gestion (n = 4) 14,1 a 8,3 b Excellente gestion (n = 26) Échelle de gestion du temps

60 1 % % % 3,7 1,9 8,8 24,1 Rarement ou jamais Occasionnellement Fréquemment Filles faiblement engagées 8,2 Basse Moyenne Élevée Échelle d'amotivation 17,8 7,7 24, Faible Moyen Élevé Soutien affectif du père dans les études 4,7 Portrait des filles faiblement engagés Dimensions Activité délinquante Scolaire et professionnelle Consommation d alcool et de drogues Psychosociale Familiale École Facteurs les plus importants retenus Manifeste davantage de comportements incorrects (par exemple tricher à un examen ou répondre impoliment) Est moins motivée face à la poursuite de ses études Sa volonté d apprendre en mathématique est plus faible Consomme plus régulièrement du cannabis Consomme plus régulièrement de l alcool Éprouve plus de difficultés à planifier et à gérer son temps Perçoit un soutien affectif moindre de son père Estime davantage que les enseignants prêtent moins attention à ses questions et à ses réponses Conclusion B

61 Proportion de filles faiblement engagées selon la fréquence de comportements incorrects % Rarement ou jamais (n = 266) 1,9 a,b 8,8 a,c Occasionnellement (n = 249) 24,1 b,c Fréquemment (n = 141) Filles faiblement engagées

62 Proportion de filles faiblement engagées selon le degré d amotivation % Basse (n = 294) 3,7 a 8,2b Moyenne (n = 245) Élevée (n = 125) 24, a,b Échelle d'amotivation

63 Proportion de filles désengagées selon le soutien affectif du père dans les études % Faible (n = 152) 17,8 a,b 7,7 a Moyen (n = 27) Élevé (n = 256) 4,7 b Soutien affectif du père dans les études

64 Conclusion - B - L engagement scolaire comportemental des élèves Que faut-il retenir?

65 Conclusion - B - L engagement scolaire comportemental des élèves Que faut-il retenir? Chez les garçons, les facteurs liés à la dimension scolaire ont une grande importance Chez les filles, les facteurs sont liés à plusieurs dimensions Tant chez les filles que les garçons, les comportements incorrects, la consommation d alcool et de drogues, de même que la gestion du temps sont associés au niveau d engagement.

66 Plan de la présentation 1. Mise en contexte de l enquête interrégionale L expérience scolaire et le vécu des jeunes : portrait d une décennie ( ) 3. L engagement scolaire comportemental des élèves 4. Le cumul études-travail, les habitudes de sommeil et la fatigue 5. Conclusion

67 Cumul études-travail Ce que vous pensez À la question D après vous, les jeunes qui occupent un emploi rémunéré consacrent-ils moins, autant ou plus de temps à leurs travaux scolaires que ceux qui n occupent pas d emploi rémunéré? Vous avez répondu : Moins de temps Ce qu on observe chez les élèves: Autant de temps

68 Cumul études-travail chez les étudiants du collégial du SLSJ Heures par semaine (moyenne) Total = 47,1 Total = 61,7 28,1 Total = 33 Total = 37,6 5,9 15,9 1 9,2 9 9, ,5 22,2 24,1 Étudiants sans emploi (29,2 %) Étudiants travaillant entre 1 et 1 heures (27,5 %) Étudiants travaillant entre 11 et 2 heures (33,9 %) Étudiants travaillant 21 heures et plus (9,4 %) Cours Étude et devoirs Travail rémunéré n = 298

69 Proportion des élèves détenant un emploi rémunéré 1 durant l année scolaire % b,6 b 39,4 a 27 a 2 1 Sans emploi Avec emploi rémunéré 1 Incluant les heures de gardiennage et les petits travaux d entretien 22 (n = 1852) 28 (n = 1354)

70 Nombre d heures par semaine consacrées au travail rémunéré 1 durant l année scolaire % a 27 39,4 a 56,4 b 33,4 b c c 11,3 16,1 d 5,3 d 11,1 Aucune heure 1 heures et moins Entre 1 et 2 heures Plus de 2 heures 1 Incluant les heures de gardiennage et les petits travaux d entretien 22 (n = 1852) 28 (n = 1354)

71 Cumul études-travail chez les jeunes de trois régions Moyenne (heures/semaine) ,8 a 48,7 a 51,5 d 61,1 d 2,7 a 17,3 a 19,8 d 22,4 d 8,1 ab 6,4 a bd 16,3d 6,7 25. Capitale Nationale (n > 428) Saguenay Lac St Jean (n > 337) Laurentides (n > 283) Collèges Laurentides (n > 275) Cours Travaux scolaires Travail rémunéré

72 Conciliation études-travail Proportion des élèves en accord avec les énoncés Après le travail, je n ai pas l énergie pour faire mes travaux scolaires et étudier Je suis souvent trop fatigué à l école à cause des choses que je dois faire au travail Mon travail m empêche de consacrer le temps que je souhaiterais à mes études 32,9 % 25, % 13,8 % Avoir un travail nuit à mes études 13,6 % Je passe tellement de temps au travail que j ai du mal à trouver du temps pour étudier Mes préoccupations concernant mon travail nuisent à ma concentration dans les études 13, % 11,5 % 346 n 347

73 Sommeil Ce que vous pensez À la question En moyenne, de combien d heures de sommeil un adolescent a-t-il besoin quotidiennement? Vous avez répondu : 8,9 heures Ce qu on observe chez les élèves : 9,25 heures

74 Profil des habitudes veille-sommeil Heure et durée Habitudes veille sommeil ans ans ans Heure du coucher les jours d école 21 h h 2 22 h 43 Heure du réveil les jours d école 6 h 6 h 57 7 h 6 Durée du sommeil les jours d école 8 h 57 8 h 38 8 h 22 Heure du coucher le week end 23 h 31 h 25 1 h 4 Heure du réveil le week end 9 h 24 9 h 33 9 h 56 Durée du sommeil le week end 9 h 51 9 h 7 8 h

75 Fatigue T est-il déjà arrivé, à cause de la fatigue, de Manquer de concentration durant les cours 72,3 % Être de mauvaise humeur, susceptible 58,4 % Ne plus avoir envie d aller à l école 43, % Ne pas faire tes travaux scolaires 36, % Ne plus avoir envie de sortir 32,8 % Être découragé, déprimé 32,5 % T endormir sur ton pupitre pendant les cours 31,7 % 1435 n 1441

76 Bon et mauvais sommeil Plaintes subjectives de sommeil Petits et gros dormeurs Types du matin et types du soir Régularité du sommeil Délai élevé de l heure du coucher le week-end (> 2,5 heures) o o o Sommeil de durée insuffisante Somnolence diurne Troubles de l humeur

77 % Faible (n = 27) 15,9 a,b Moyen (n = 257) Perception du soutien des amis, a 33,1b Élevé (n = 257) % ,9 a,b Non fumeurs (n = 627) 55,8 a Fumeurs occasionnels (n = 43) Type de fumeurs (cigarette) 75, b Fumeurs réguliers (n = ) Portrait des garçons avec de mauvaises habitudes de sommeil Dimensions Alcool et drogues Consommation de tabac Culturelle Familiale Réseau social Facteurs les plus importants retenus Rapporte plus souvent une assuétude à l alcool ou aux drogues au cours des 12 derniers mois S est plus souvent enivré au cours des 12 derniers mois Est plus souvent un fumeur régulier Possède un niveau plus faible de civisme public Discute plus fréquemment avec ses parents Perçoit plus souvent un niveau plus élevé de soutien de la part de ses amis

78 Proportion de garçons avec de mauvaises habitudes de sommeil selon la consommation de tabac % , b 55,8 a 21,9 a,b 2 1 Non fumeurs (n = 627) Fumeurs occasionnels (n = 43) Fumeurs réguliers (n = ) Type de fumeurs (cigarette)

79 Proportion de garçons avec de mauvaises habitudes de sommeil selon la perception du soutien des amis % ,9 a,b Faible (n = 27) Moyen (n = 257), a 33,1b Élevé (n = 257) Perception du soutien des amis

80 % Aucun (n = 143) 18,2 a,b 35,1 a,c 1 à 4 fois (n = 268) 62,5 b,c 5 fois ou plus (n = 88) Nombre d'enivrements (5 consommations ou plus) % Aucune (n = 195) Moins de 5 heures (n = 237) 45,8 b,c 5 heures et plus (n = 225) Nombre d heures par semaine consacrées aux activités sociales % Faible (n = 193) Moyen (n = 22) Élevé (n = 265) Indice de fréquence de discussion parents/adolescents Portrait des filles avec de mauvaises habitudes de sommeil Dimensions Alcool et drogues Facteurs les plus importants retenus S est plus souvent enivrée au cours des 12 derniers mois Rapporte plus souvent une assuétude à l alcool ou aux drogues au cours des 12 derniers mois Rapporte plus souvent avoir consommé de la drogue au cours du dernier mois Loisirs Sommeil Intérêt pour les sciences Familiale Consacre un plus grand nombre d heures par semaine aux activités sociales Rapporte plus souvent de la somnolence diurne Est moins encline à penser que la science a beaucoup d importance Est moins encline à penser que la formation en science et en technologie est parmi les plus exigeantes Discute plus fréquemment avec ses parents a,c 26,6 15,9 a,b a 35,5 23,3 a 29,2

81 Proportion de filles avec de mauvaises habitudes de sommeil selon le nombre d enivrements au cours des 12 derniers mois % ,5 b,c 35,1 a,c 18,2 a,b 2 1 Aucun (n = 143) 1 à 4 fois (n = 268) 5 fois ou plus (n = 88) Nombre d'enivrements (5 consommations ou plus)

82 Proportion de filles avec de mauvaises habitudes de sommeil selon le nombre d heures par semaine consacrées aux activités sociales % Aucune (n = 195) a,c 26,6 15,9 a,b Moins de 5 heures (n = 237) 45,8 b,c 5 heures et plus (n = 225) Nombre d heures par semaine consacrées aux activités sociales

83 Proportion de filles avec de mauvaises habitudes de sommeil selon la fréquence des discussions parents/adolescents % Faible (n = 193) a 35,5 23,3 a 29,2 Moyen (n = 22) Élevé (n = 265) Indice de fréquence de discussion parents/adolescents

84 Conclusion C Les habitudes de sommeil et la fatigue Que faut-il retenir?

85 Conclusion C Les habitudes de sommeil et la fatigue Que faut-il retenir? Veiller à ce que le besoin de sommeil de l adolescent soit comblé Difficultés de concentration Troubles de l humeur Consommation de tabac, d alcool, de drogues Blessures et mortalité Reconnaître les signes de privation de sommeil et de fatigue Difficulté à se lever le matin Irritabilité en fin de journée Endormissements spontanés lors de moments libres pendant la journée Sommeil de très longue durée la fin de semaine Établir un environnement compatible avec de bonnes habitudes de sommeil

86 Plan de la présentation 1. Mise en contexte de l enquête interrégionale L expérience scolaire et le vécu des jeunes : portrait d une décennie ( ) 3. L engagement scolaire comportemental des élèves 4. Le cumul études-travail, les habitudes de sommeil et la fatigue 5. Conclusion

87 Conclusion générale Que faut-il retenir? Depuis 1997, les jeunes du SLSJ présentent des aspirations scolaires plus élevées. Ils sont aussi plus nombreux à adopter des comportements sains, favorables autant à leur santé et à leur réussite scolaire qu à leur insertion sociale. L engagement scolaire comportemental est un phénomène complexe associé à différents facteurs chez les garçons et les filles. Il importe de soutenir les jeunes dans le développement de saines habitudes de sommeil. Le SLSJ a investi de nombreux efforts au fil des ans pour accompagner les adolescents dans cette période cruciale de leur vie. Pour qu un enfant grandisse, il faut tout un village. Proverbe africain

88 Pour plus d information ÉCOBES Recherche et transfert, Cégep de Jonquière et Conseil régional de prévention de l abandon scolaire du SLSJ 3791, rue de la Fabrique Jonquière (Québec) G7X 3W1 (418) , poste 1 Site web :

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite Élèves sur le chemin de la réussite PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Mieux comprendre notre réalité pour mieux agir auprès de nos jeunes Portrait du territoire de domaine-du-roy SOYONS COMPLICES DE LA RÉUSSITE

Plus en détail

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean Rencontre régionale de mobilisation, Comité mauricien sur la persévérance et la réussite scolaires, Cap-de-la-Madeleine, 11 novembre 2009 Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple

Plus en détail

E n q u ê t e i n t e r r é g i o n a l e 2 0 0 8

E n q u ê t e i n t e r r é g i o n a l e 2 0 0 8 E n q u ê t e i n t e r r é g i o n a l e 2 0 0 8 ÊTRE JEUNE AUJOURD'HUI : HABITUDES DE VIE ET ASPIRATIONS DES JEUNES DES RÉGIONS DE LA CAPITALE-NATIONALE, DU SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN ET DES LAURENTIDES

Plus en détail

REGARD SUR LES ADOLESCENTS DU SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN : COMPRENDRE POUR MIEUX LES SOUTENIR

REGARD SUR LES ADOLESCENTS DU SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN : COMPRENDRE POUR MIEUX LES SOUTENIR E n q u ê t e i n t e r r é g i o n a l e 2 0 0 8 REGARD SUR LES ADOLESCENTS DU SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN : COMPRENDRE POUR MIEUX LES SOUTENIR Marco Gaudreault Josée Thivierge Luc Laberge Mélanie Gagnon

Plus en détail

CAPSULE DE VULGARISATION

CAPSULE DE VULGARISATION CAPSULE DE VULGARISATION Les déterminants de la persévérance scolaire retenus par R 2 Rédaction : Frédérick Tremblay, CRÉPAS Supervision : Mireille Jetté, R 2 DÉTERMINANTS DE LA PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE Il

Plus en détail

Portrait de la première cohorte d étudiants collégiaux issus du renouveau pédagogique

Portrait de la première cohorte d étudiants collégiaux issus du renouveau pédagogique Portrait de la première cohorte d étudiants collégiaux issus du renouveau pédagogique 8 e colloque du Carrefour de la réussite au collégial Montréal, 12 avril 2012 Marco Gaudreault Michaël Gaudreault Julie

Plus en détail

Santé et sécurité des étudiants qui occupent un emploi durant l année scolaire

Santé et sécurité des étudiants qui occupent un emploi durant l année scolaire Santé et sécurité des étudiants qui occupent un emploi durant l année scolaire Les effets du cumul d activités et de contraintes de travail Luc Laberge, Élise Ledoux, Chloé Thuilier, Michaël Gaudreault,

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

BOURSES VISAJ 2013-2014

BOURSES VISAJ 2013-2014 BOURSES VISAJ 2013-2014 Bourse d initiation à la recherche en sciences humaines Cette bourse a été développée afin d atteindre quatre objectifs : 1) Reconnaître, valoriser et récompenser la poursuite de

Plus en détail

Étude barométrique : «Les jeunes et leur cœur en 2012»

Étude barométrique : «Les jeunes et leur cœur en 2012» Étude barométrique : «Les jeunes et leur cœur en 2012» Comment évoluent les opinions et comportements des jeunes face au tabac? La Fédération Française de Cardiologie étudie ces questions via une enquête

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

MOTIV ACTION. Pour passer du secondaire au collégial: des compétences à développer

MOTIV ACTION. Pour passer du secondaire au collégial: des compétences à développer 5 MOTIV ACTION Pour passer du secondaire au collégial: des compétences à développer André Bélanger, psychologue au collège Bois-de-Boulogne Diane Da Sylva, psychologue au cégep de Saint-Laurent André Grégoire,

Plus en détail

Questionnaire des troubles du sommeil

Questionnaire des troubles du sommeil Questionnaire des troubles du sommeil NOM :... PRÉNOM :... Date de naissance :.../.../... Date de ce jour :.../.../... Consultez un proche si nécessaire pour répondre attentivement aux questions suivantes.

Plus en détail

Tu pourras, dans un certain temps, le consulter sur le site Internet du CRDITED du SLSJ au www.crdited02.qc.ca.

Tu pourras, dans un certain temps, le consulter sur le site Internet du CRDITED du SLSJ au www.crdited02.qc.ca. Le guide adapté de l usager est écrit dans un langage simple pour que tu puisses mieux comprendre les services qui te sont offerts par le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en trouble

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

ESTIME DE SOI ET IMAGE CORPORELLE : COMPRENDRE POUR MIEUX INTERVENIR

ESTIME DE SOI ET IMAGE CORPORELLE : COMPRENDRE POUR MIEUX INTERVENIR ESTIME DE SOI ET IMAGE CORPORELLE : COMPRENDRE POUR MIEUX INTERVENIR Marie-Ève Blackburn Chercheure ÉCOBES Recherche et transfert, Cégep de Jonquière Marie-eve.blackburn@cjonquiere.qc.ca Jacinthe Dion

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Taux de décrochage (ou sorties sans diplôme) et taux de diplomation après sept ans

Taux de décrochage (ou sorties sans diplôme) et taux de diplomation après sept ans Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire Taux de décrochage (ou sorties ) et taux de diplomation après sept ans Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec

Plus en détail

Portrait de la première cohorte d étudiants collégiaux issus du renouveau pédagogique

Portrait de la première cohorte d étudiants collégiaux issus du renouveau pédagogique Portrait de la première cohorte d étudiants collégiaux issus du renouveau pédagogique Atelier du CAPRES sur les étudiants du renouveau pédagogique Québec, 15 mars 2012 Marco Gaudreault http://www.photo-libre.fr

Plus en détail

La plateforme de cartographie interactive CartoJeunes

La plateforme de cartographie interactive CartoJeunes La plateforme de cartographie interactive CartoJeunes Isabelle Morin, professionnelle de recherche, VISAJ Jean-Guillaume Simard, enseignant-chercheur, ÉCOBES Recherche et transfert Michaël Gaudreault,

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

DES CONSÉQUENCES NÉFASTES À L ÉCOLE

DES CONSÉQUENCES NÉFASTES À L ÉCOLE LE SOMMEIL, C EST ESSENTIEL! Dormir est un besoin fondamental, au même titre que se nourrir. Aussi, il est important de vous assurer que votre enfant dort suffisamment chaque nuit. Le manque de sommeil

Plus en détail

RÉALITÉS TERRITORIALES,

RÉALITÉS TERRITORIALES, PREFAS BRETAGNE avec le concours du LABORATOIRE ESO RENNES et en partenariat avec LA CHAIRE VISAJ ET LE GROUPE ECOBES - RECHERCHES ET TRANSFERT RÉALITÉS TERRITORIALES, MOBILISATION DES ACTEURS RÉGIONAUX

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Abteilung für schulische Evaluation

Abteilung für schulische Evaluation Questionnaire pour les parents type d enseignement de votre enfant/vos enfants: (si vous avez plusieurs enfants dans cette école, remplissez svp pour l enfant aîné) école fondamentale: école maternelle

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

BOURSES VISAJ ÉDITION 2012-2013

BOURSES VISAJ ÉDITION 2012-2013 BOURSES VISAJ ÉDITION 2012-2013 Chaire UQAC Cégep de Jonquière sur les conditions de vie, la santé et les aspirations des jeunes (VISAJ) Bourse d initiation à la recherche au baccalauréat; Bourse de maîtrise;

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE L ÉQUIPE DE SANTÉ MENTALE 1 ÈRE LIGNE Avant de débuter : Vérifiez si les données d identification et les données sociodémographiques du client figurant

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées FATIGUE ET SOMMEIL Conférence de presse du 21 Mars 2007 LJ COM Pénélope BRUET / Delphine ERIAU Contact TNS Healthcare Nadia AUZANNEAU / Céline LEROY 01 40 92 45 57 / 24 15 nadia.auzanneau@tns-global.com

Plus en détail

La santé des étudiants en 2015 9 ème enquête nationale Une augmentation inquiétante de la consommation de substances addictives

La santé des étudiants en 2015 9 ème enquête nationale Une augmentation inquiétante de la consommation de substances addictives Communiqué de presse du 2 juillet 2015 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés/ Santé La santé des étudiants en 2015 9 ème enquête nationale Une augmentation inquiétante de la consommation de substances

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes

Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Bibliothèque de questions Questions spécifiques aux organismes Dans le cadre du baromètre social institutionnel, vous avez la possibilité de poser quelques questions spécifiques à votre organisme et à

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

L'usager est prêt. L'usager n'est pas prêt. Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie?

L'usager est prêt. L'usager n'est pas prêt. Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie? Outil d évaluation 1 : L usager est-il prêt à s engager dans une démarche pour mieux gérer son énergie? Nom de l usager L'usager est prêt L'usager vit un malaise par rapport à la fatigue ; il identifie

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

Le Bien-être et les jeunes professionnels

Le Bien-être et les jeunes professionnels Le Bien-être et les jeunes professionnels Contexte La conférence sur le thème le bien être et les jeunes professionnels s inscrit dans le cadre du forum de l entreprise édition 2014 sous le thème générique

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

LA TRANSITION À L'ÂGE ADULTE DES JEUNES DES CJ: DES SAVOIRS SCIENTIFIQUES QUI PEUVENT CHANGER LES PRATIQUES.

LA TRANSITION À L'ÂGE ADULTE DES JEUNES DES CJ: DES SAVOIRS SCIENTIFIQUES QUI PEUVENT CHANGER LES PRATIQUES. LA TRANSITION À L'ÂGE ADULTE DES JEUNES DES CJ: DES SAVOIRS SCIENTIFIQUES QUI PEUVENT CHANGER LES PRATIQUES. Marie Robert, Monique Séguin, Annie Desgranges et Guy Beauchamp LES RECHERCHES EN PARTENARIAT

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

Association des banquiers canadiens

Association des banquiers canadiens Association des banquiers canadiens Littératie financière : adolescents et parents Décembre 009 Données techniques Données techniques Le Strategic Counsel est heureux de présenter les résultats des deux

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes

Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes Analyse de l enquête de consommation de boissons énergisantes Territoire de Thourotte (60) 2014 Depuis 2013, la Mutuelle Familiale en partenariat avec l IRBMS sensibilise ses adhérents à la consommation

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Interventions favorisant la motivation des élèves du primaire et du secondaire

Interventions favorisant la motivation des élèves du primaire et du secondaire Interventions favorisant la motivation des élèves du primaire et du secondaire Frédéric Guay Titulaire de la chaire de recherche du Canada sur la motivation et la réussite scolaires Université Laval Véronique

Plus en détail

ENTREVUE ÉCRITE. Boucherie de détail (DEP) Boulangerie (DEP) Cuisine (DEP) Pâtisserie (DEP) Service de la restauration (DEP) Vente de voyages (DEP)

ENTREVUE ÉCRITE. Boucherie de détail (DEP) Boulangerie (DEP) Cuisine (DEP) Pâtisserie (DEP) Service de la restauration (DEP) Vente de voyages (DEP) 7, rue Robert-Rumilly Québec, G1K 2K5 ENTREVUE ÉCRITE Nom : Prénom : Date de naissance : Code permanent : Inscrit sur vos bulletins ou sur votre carte étudiante No de téléphone : COCHEZ LE PROGRAMME POUR

Plus en détail

Recherche-action en cours dans une école SIAA Approche orientante

Recherche-action en cours dans une école SIAA Approche orientante TITRE DE L EXPÉRIENCE Septembre 2003-mai 2004 Approche orientante pour élèves en difficulté d adaptation et d apprentissage ÉCOLE SECONDAIRE SIAA Polyvalente de Disraëli (822040) à Disraëli 474 élèves

Plus en détail

Les de. Le comportement tabagique des jeunes en province de Luxembourg. Résultats de l Enquête Tabac 2015. Synthèse. Observatoire de la Santé

Les de. Le comportement tabagique des jeunes en province de Luxembourg. Résultats de l Enquête Tabac 2015. Synthèse. Observatoire de la Santé Les de E nquêtes Santé Le comportement tabagique des jeunes en province de Luxembourg Résultats de l Enquête Tabac 15 Synthèse Assuétudes Observatoire de la Santé Rue du Carmel, 1 B-9 MARLOIE Tél. : +3

Plus en détail

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D.

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. La prévention, un travail d éd équipe : Le programme PEC, une intervention multimodale auprès s d adolescents d en difficulté de comportement et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. Université du Québec

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

Comment bien gérer votre temps

Comment bien gérer votre temps Comment bien gérer votre temps Bonjour, je m appelle Marie-Ève. Au secondaire, vous aviez l habitude d être en classe 30 heures par semaine, alors qu à l université, vous pouvez avoir de 15 à 25 heures

Plus en détail

Incidence des inégalités sociales sur la trajectoire des étudiants de l Université de Genève

Incidence des inégalités sociales sur la trajectoire des étudiants de l Université de Genève Incidence des inégalités sociales sur la trajectoire des étudiants de l Université de Genève Jean-François Stassen - Piera Dell Ambrogio - Jean-Marc Rinaldi jean-francois.stassen@unige.ch Inégalités sociales

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation.

UNE FILLE ENGAGÉE. Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. UNE FILLE ENGAGÉE Facteurs de succès pour l étudiante en formation non traditionnelle Un outil qui permet à l étudiante d être dynamique et proactive dans sa formation. Cet outil t est remis en début de

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

LA REUSSITE DE NOS ENFANTS CONCERTATION CONDORCET DIDEROT

LA REUSSITE DE NOS ENFANTS CONCERTATION CONDORCET DIDEROT LA REUSSITE DE NOS ENFANTS CONCERTATION CONDORCET DIDEROT Résultats du questionnaire «collégiens» La première phase de la concertation citoyenne Condorcet Diderot organisée par le Conseil Général porte

Plus en détail

Attestation d études collégiales (AEC) TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE JEE.0K

Attestation d études collégiales (AEC) TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE JEE.0K Attestation d études collégiales (AEC) TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE JEE.0K Automne 2013 Responsable de la formation : Odette Lefebvre 418 723-1880, poste 2357 Type de sanction : Attestation d études

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Enquête sur la double cohorte. 10 e année

Enquête sur la double cohorte. 10 e année Ministère de l éducation Enquête sur la double cohorte 10 e année (Cohorte de 9 e année 2000-2001) (Also available in English) école : RÉSERVÉ À L ÉCOLE N o d identité de l école : NIM de l élève : label

Plus en détail

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet DOSSIER INSCRIPTION DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité CP Centre de Loisirs de Maubourguet SOMMAIRE. Page 2 : actions proposées pour les CP. Page 3 : engagement parental et engagement de l enfant.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D INTÉGRATION

QUESTIONNAIRE D INTÉGRATION QUESTIONNAIRE D INTÉGRATION 2015-2016 0 Section à être complétée par les parents Nom de l élève : Degré : Date de naissance : En guise d introduction, nous aimerions avoir un bref historique de la situation

Plus en détail

Robert Peterson, Direction de santé publique de Lanaudière, 2013 1. Plan de la présentation

Robert Peterson, Direction de santé publique de Lanaudière, 2013 1. Plan de la présentation Plan de la présentation Les meilleures pratiques en prévention des toxicomanies et leurs conditions d efficacité Robert Peterson Geneviève Gagnon Direction de santé publique de Lanaudière 17 mai 2013 1.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL

QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL Date du questionnaire :... Envoyé par le docteur : Adresse du médecin :... NOM :...Prénom... Nom de naissance :... Né(e) le :...à... Adresse... Tél. Dom. Tél. Prof.. Port: Profession

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES?

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? En tant qu apprenti je bénéficie des mêmes droits et obligations que les autres salariés de l entreprise? Vrai. Du fait que vous soyez «salarié», vous devez vous

Plus en détail

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants

La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants La souffrance psychique des jeunes: le mal-être des étudiants Laurent Michel Délégué Général de l USEM Marie Portal Etudiante en Master 2 Promotion de la santé, ISPED Stagiaire à l USEM L USEM et les SMERS

Plus en détail

ADOS. Produit par le réseau québécois de l ACSM

ADOS. Produit par le réseau québécois de l ACSM ADOS Produit par le réseau québécois de l ACSM Bas-du-Fleuve Chaudière-Appalaches Côte-Nord Haut-Richelieu Lac-Saint-Jean Montréal Québec Rive-Sud de Montréal Saguenay Sorel/Saint-Joseph/Tracy L important

Plus en détail

Semaine de la persévérance scolaire: 10 au 14 février 2014

Semaine de la persévérance scolaire: 10 au 14 février 2014 Le grand-petit journal Semaine de la persévérance scolaire: 10 au 14 février 2014 Les Journées de la persévérance scolair e (JPS) rappellent l importance de la persévérance et de la réussite scolaire des

Plus en détail

Stratégies de recherche d emploi ou de stage

Stratégies de recherche d emploi ou de stage Stratégies de recherche d emploi ou de stage Service-conseil en gestion de carrière Service des stages et du placement 2015-2016 Pour prendre un rendez-vous: service.placement@polymtl.ca 1 Service conseil

Plus en détail

ENTREVUE ÉCRITE. Boucherie de détail (DEP) Boulangerie (DEP) Cuisine (DEP) Pâtisserie (DEP) Service de la restauration (DEP) Vente de voyages (DEP)

ENTREVUE ÉCRITE. Boucherie de détail (DEP) Boulangerie (DEP) Cuisine (DEP) Pâtisserie (DEP) Service de la restauration (DEP) Vente de voyages (DEP) 7, rue Robert-Rumilly Québec, G1K 2K5 ENTREVUE ÉCRITE Nom : Prénom : Date de naissance : Code permanent : Inscrit sur vos bulletins ou sur votre carte étudiante No de téléphone : COCHEZ LE PROGRAMME POUR

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Les jeunes conducteurs en Europe

Les jeunes conducteurs en Europe Les jeunes conducteurs en Europe Association Prévention Routière Fédération française des sociétés d assurances - FFSA - - Introduction MÉTHODOLOGIE 2 Étude «Les jeunes conducteurs européens» Méthodologie

Plus en détail

Un outil de dépistage des décrocheurs potentiels La TEDP 2.0

Un outil de dépistage des décrocheurs potentiels La TEDP 2.0 Un outil de dépistage des décrocheurs potentiels La TEDP 2.0 Présentation effectuée dans le cadre du 14 e Colloque sur l Approche Orientante Michel Janosz, Ph.D. Directeur Jonathan Lévesque, M.Sc. et Julie

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Alimentation saine, vie active, sommeil et santé mentale

Alimentation saine, vie active, sommeil et santé mentale Alimentation saine, vie active, sommeil et santé mentale Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : B 8.1 examiner la relation entre les

Plus en détail

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé?

Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Comment prendre en compte les inégalités sociales de santé? Thierry Lang Thierry Lang Inserm UPS UMR 1027 La consommation de tabac est un déterminant majeur de la mortalité en France 60,000 décès par an

Plus en détail

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014 synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 04 ÉDITORIAL La santé des français est un bien précieux, à titre individuel bien sûr, mais aussi pour notre économie et notre

Plus en détail

Guide administratif «Vers une Transition secondaire-cégep réussie»

Guide administratif «Vers une Transition secondaire-cégep réussie» Guide administratif «Vers une Transition secondaire-cégep réussie» CÉGEP de Sherbrooke Produit en collaboration par Jeannine Gouin et le Projet PRÉE OCTOBRE 2012 «À l intention de nos partenaires des écoles

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Un danger vous guette Soyez vigilant

Un danger vous guette Soyez vigilant Un danger vous guette Soyez vigilant Vous prenez un sédatif-hypnotique Alprazolam (Xanax ) Chlorazépate Chlordiazépoxide Chlordiazépoxideamitriptyline Clidinium- Chlordiazépoxide Clobazam Clonazépam (Rivotril,

Plus en détail

Tabac au féminin 24.05.12. N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions

Tabac au féminin 24.05.12. N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions Tabac au féminin 24.05.12 N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions Consommation de tabac chez la femme Dans la population féminine française générale (15-85 ans) en 2010: - 27,9% fument - Parmi

Plus en détail

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE PREFECTURE DE LA REGION MIDI-PYRENEES Profils & Parcours Ecole régionale de la 2 e chance Midi-Pyrénées Enquête de satisfaction des élèves Résultats 2008 Mars 2009 UNION EUROPÉENNE Sommaire 1 - Champ

Plus en détail

Participation. Déterminant clé du vieillissement réussi et en santé. Enjeu majeur de la politique de l Organisation mondiale

Participation. Déterminant clé du vieillissement réussi et en santé. Enjeu majeur de la politique de l Organisation mondiale Colloque RIPPH «Les défis de la participation sociale des aînés ayant des incapacités : Interagir pour des politiques, des recherches et des pratiques porteuses de changement» 31 octobre et 1 er novembre

Plus en détail

Perceptions et opinions des Canadiens à l égard de la consommation de tabac et d alcool chez les femmes enceintes

Perceptions et opinions des Canadiens à l égard de la consommation de tabac et d alcool chez les femmes enceintes La consommation de tabac et d alcool chez les femmes enceintes au Canada CENTRE D EXCELLENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DES JEUNES ENFANTS RAPPORT D ÉTUDE OMNIBUS Perceptions et opinions des Canadiens à l égard

Plus en détail