Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour )

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour 2007-2008)"

Transcription

1 Electrocardiogramme : Indications et interprétation (309) Nicolas Amabile Octobre 2005 (mise à jour ) 1. L électrocardiogramme normal 1.1. Rappel d electrophysiologie cardiaque Activité électrique cardiomyocytaire et vecteur électrique Le muscle cardiaque, comme tous les muscles du corps, se contracte sous l influence d une impulsion électrique qui le traverse périodiquement. Cette impulsion se transmet à travers le myocarde par l intermédiaire de structures tissulaires spécialisées (les voies de conduction anatomiques), mais se produit également de cardiomyocyte à cardiomyocyte par un mécanisme de propagation par contiguïté. Les cellules myocardiques sont à chaque instant chargées électriquement et se comportent comme des dipôles électriques, variant entre une charge électrique positive ou négative, en fonction du potentiel d action et de leur statut dépolarisé (potentiel positif) ou repolarisé (potentiel négatif) (Figure 1). Figure 1 : les différentes phases du potentiel d action cardiomyocytaire [0=dépolarisation ; 1= repolarisation rapide initiale ; 2=plateau ; 3=repolarisation ; 4=potentiel de repos] La charge électrique globale du cœur, résultant des multiples dipôles cardiomyocytaires, peut être représentée sous forme d un vecteur électrique, dont la direction dans l espace et l intensité varient durant le cycle cardiaque. 1

2 Activation cardiaque physiologique et conduction intracardiaque L'onde d'activation naît dans l'oreillette droite, dans le noeud sinusal de KEITH-FLACK, situé au pied de la veine cave supérieure (Figure 2a). Cette onde diffuse ensuite à travers les deux oreillettes et atteint le noeud auriculo-ventriculaire d'aschoff-tawara (Figure 2b), où elle subit une conduction décrémentielle (Figure 2c). L onde de dépolarisation subit un ralentissement à ce niveau, puis parcourt le système HIS- PURKINJE (Figure 2d). Le tronc du faisceau de His se bifurque en deux branches droite et gauche : la branche droite, unique, parcourt la bandelette anciforme du ventricule droit. la branche gauche se divise quasi immédiatement en deux faisceaux antérieur (fin et fragile) et postérieur (plus épais et résistant). À la sortie des branches du faisceau de His, l impulsion électrique s engage dans le myocarde ventriculaire à travers le réseau de Purkinje sous l'endocarde des deux ventricules. L'onde de dépolarisation atteint enfin le myocarde indifférencié (Figure 2e), qui se dépolarise de l'endocarde vers l'épicarde. Le ralentissement de l'onde de dépolarisation, au niveau du noeud auriculo-ventriculaire (durée : 0,12 à 0,20s), permet aux ventricules d'être stimulés avec un certain retard par rapport aux oreillettes, ce qui favorise le remplissage ventriculaire, passif complété en fin de diastole par la contraction auriculaire. Aux étages auriculaire et ventriculaire, la conduction se fait de proche en proche, avec une direction bien établie : Étage auriculaire : l impulsion électrique se propage de l OD vers l OG, à travers le septum interauriculaire, du plafond vers le plancher des oreillettes (durée 0,04s). Étage ventriculaire : le VD et le VG se dépolarisent dans le même temps (ce qui permet leur synchronisation mécanique) sur une durée de 0,10 s. L activation débute au niveau de la région moyenne du septum du VG vers le VD (les premières 0,02 s) puis s étend rapidement au reste des ventricules. La partie la plus basale des parois ventriculaires et du septum est la dernière activée (les dernières 0,02 s). 2

3 1.2. Principes de l ECG Figure 2 : activation électrique physiologique du myocarde Principes généraux L ECG est l enregistrement de l activité électrique cardiaque. Les premiers tracés ECG furent obtenus au début du XX éme siècle par William Einthoven. Le principe de l enregistrement moderne est, à peu de chose près, celui qui fut proposé par Einthoven : grâce à deux électrodes collées à la surface de la peau, on enregistre la différence de potentiel entre deux points diamétralement opposés par rapport au coeur, ce signal étant directement corrélé au déplacement de l impulsion électrique dans les fibres du muscle cardiaque. L activité électrique instantanée peut être définie par un vecteur orienté suivant la différence de potentiel présente dans le coeur, et de module proportionnel à celle-ci. Le couple d électrodes enregistre à chaque instant l amplitude de la projection de ce vecteur suivant leur axe : ainsi, lorsque le vecteur électrique est orienté de l électrode - à l électrode +, on observe sur l enregistreur une déflexion positive, et lorsque le vecteur est orienté en sens inverse, la déflexion est négative. À l échelle d une cellule, le détail des tracés est indiqué sur la Figure 3. L ECG a pour but de recueillir sur plusieurs dérivations (couples d électrodes) de façon simultanée, l activité électrique globale du cœur (vecteur cardiaque) : propagation dans le temps et dans l espace. 3

4 Les Dérivations de l ECG Les dérivations correspondent aux couples d électrodes présentes lors de l enregistrement. Chaque dérivation donne une image unidirectionnelle du vecteur d activation cardiaque. Cette image correspond a la projection du vecteur sur la dérivation. Un ECG standard enregistre l activité cardiaque sur 12 à 18 dérivations, qui se repartissent en 2 catégories : Dérivations périphériques Dérivations précordiales. Figure 3 : Les dérivations Considérons une cellule unique ; au repos, celle-ci est chargée uniformément ; le vecteur de dépolarisation est nul (point rouge), le tracé est donc plat (a). Une stimulation extérieure du côté gauche induit une perte de charge de ce côté ; l impulsion électrique se propage alors de gauche à droite. Le vecteur de dépolarisation associé (flèche rouge) est orienté de l électrode négative vers l électrode positive : l enregistrement présente donc une déflexion positive (b) qui est maximale lorsque la dépolarisation a atteint le milieu de la cellule. La fin de la dépolarisation se traduit par une pente descendante (c), car le vecteur est toujours orienté dans le même sens mais son amplitude diminue. Une fois la cellule dépolarisée, le tracé est plat (d). La re-polarisation de la cellule setraduit par un vecteur électrique orienté dans le sens opposé au précédent ; le tracé présente donc,dans un premier temps, une déflexion négative (e) pour ensuite redevenir plat (f). [Hurst, 1990] 4

5 Les dérivations périphériques Elles explorent le cœur dans le plan frontal. Elles correspondent aux électrodes placées sur les membres (bras droit, gauche et jambe gauche / la jambe droite est la masse). Ces dérivations sont représentées sur la figure 4A. On distingue les dérivations bipolaires et les unipolaires. Par convention internationale, les dérivations bipolaires sont dénommées I, II, III (Figure 4B) tandis que les unipolaires sont dénommées avr, avl et avf (Figure 4C).. Ces dérivations forment un triangle dans l espace, dont le cœur occupe le centre : on nomme cette construction le triangle d Einthoven. Figure 4: positions des électrodes périphériques et représentation des dérivations frontales Les dérivations DII, DIII, avf explorent la partie inférieure du cœur, tandis que les dérivations DI, avl en explorent la partie latérale gauche Les dérivations précordiales Elles explorent le cœur dans le plan horizontal. Elles correspondent aux électrodes placées sur la poitrine du patient (électrode positive exploratrice). On distingue (Figure 5A) : V1 = 4 ème espace intercostal droit au bord du sternum. V2 = 4 ème espace intercostal gauche au bord du sternum. V3 = mi-distance entre V2 et V4. V4 = intersection de la ligne horizontale passant par le 5 ème espace intercostal gauche et de la ligne médio-claviculaire (sein). V5 = intersection de la même ligne horizontale avec la ligne axillaire antérieure. V6 = intersection de la même ligne horizontale avec la ligne axillaire moyenne. D'autres dérivations peuvent être enregistrées, mais ne sont pas réalisées de façon systématique : 5

6 V7 = intersection de la ligne horizontale passant par le 5 ème espace intercostal gauche et de la ligne axillaire postérieure. V8 = intersection de l'horizontale passant par le 5 ème espace intercostal gauche et de la verticale passant par la pointe de l'omoplate. V9 = intersection de cette même horizontale avec le bord gauche du rachis. V4R = intersection de la ligne horizontale passant par le 5 ème espace intercostal droit et la ligne médio-claviculaire (symétrique de V4).V3R = à droite du sternum, à mi-distance entre V1 et V4R. VE (épigastrique) = électrode placée sous le xiphoïde, côté gauche Chacune de ces dérivations explore une zone du cœur précise (Figure 5B) : V1, V2 : Ventricule Droit et Septum inter-ventriculaire V3, V4 : Apex du VG V5, V6 : Paroi latérale du VG V7,V8,V9 : Paroi postérieure du VG. Figure 5 : Positions des dérivations unipolaires sur le thorax (A) et correspondances anatomiques entre cœur et dérivations précordiales (B) Les bonnes conditions d enregistrement de l ECG Le patient doit être couché sur le dos, immobile, en résolution musculaire maximale, dans une position confortable afin d'éliminer au maximun les ondulations de la ligne de base, et les parasites, dus aux tremblements musculaires ou aux mauvaises connexions fil-électrodes. L'étalonnage doit être correct. Habituellement on choisit une calibration de 1 cm=1 mv La vitesse de déroulement doit être identifiée. Elle est habituellement de 25 mm/seconde ; chaque millimètre correspond, dans ces conditions, à 0.04s. La ligne isoélectrique (tracée par l'appareil lorsqu'il n'enregistre aucune différence de potentiel) doit être horizontale et parfaitement nette (attention aux artefacts musculaires), 6

7 Les fils doivent êtres branchés sur les électrodes correspondantes, sinon de graves erreurs d'interprétation peuvent être commises (frequence++). Le tracé doit comporter les 12 dérivations principales au minimum, c'est-à-dire, dans l'ordre : les trois dérivations standard (D I, D II, D III), les trois dérivations unipolaires des membres (avr, avl, avf), les six dérivations précordiales de V1 à V Le tracé ECG normal Figure 6 : Le complexe ECG normal L auriculogramme ou onde P Chez le sujet normal, l impulsion électrique auriculaire nait au niveau du nœud de Keith-Flack. L onde P est une onde arrondie, positive en II où son amplitude ne doit pas dépasser 2,5mm. Elle est au mieux étudiée en II, III, et VF. Sa durée varie normalement entre 0,08 à 0,11. Elle est normalement négative en avr. Une onde P négative en I, II ou VF est anormale et doit en premier lieu faire évoquer une erreur dans la position des électrodes. Néanmoins, une onde P négative est assez fréquente chez l enfant et l adolescent (rythme du sinus coronaire). Elle est reliée au complexe QRS par l intervalle (ou espace) PR. Chez le sujet normal, toute onde P est suivie d un complexe QRS avec un espace PR compris entre 0,12 et 0,2 s : on parle de rythme sinusal L espace PR Il représente le temps que met l influx électrique pour aller du nœud sinusal au début de l activation ventriculaire. Il est mesuré du début de l onde P au début de l onde Q. Ce qui est mesuré est donc l intervalle PQ. La durée de cet intervalle varie chez l adulte de 0,12sec (3 petits carreaux) à 0,20sec (5 petits carreaux). Lorsque l espace PR est inférieur à 0,12sec, il faut suspecter une pré- 7

8 excitation ventriculaire. Lorsqu il est supérieur à 0,20 sec on fait le diagnostic de bloc AV du premier degré. La durée de PR varie avec la fréquence cardiaque, l âge (plus court chez l enfant) et l état du système nerveux autonome (plus long en cas d hypertonie vagale) Le complexe QRST Le complexe QRS correspond à la dépolarisation des ventricules. Il a une durée moyenne de 0,08sec. Elle est normalement inférieure à 0,12sec (3 petits carreaux). Son amplitude varie de 5 à 20mm. Au dessous de 5mm dans toutes les dérivations périphériques des membres on parle de microvoltage. Par contre, son amplitude > 20mm doit évoquer une hypertrophie ventriculaire L onde Q Correspond à la dépolarisation du vecteur septale. Une onde q physiologique peut se voir en DI, avl, V5, V6, correspondant a la depolarisation du septum interventriculaire basal. Sa durée est normalement inférieure à 0,04 se et son amplitude est toujours inferieure a 3 mm L onde R Est une onde positive qui, nous l avons vu, correspond à l activation de la paroi libre des ventricules. L amplitude de l onde R varie dans la dérivation considérée avec l axe électrique du cœur. Dans tous les cas l onde R dans les dérivations périphériques des membres doit être inférieure à 18mm. Dans les dérivations précordiales, l onde R en V1 doit être inférieure à 8mm avec un rapport R/S inférieure à 1 et en V6 une amplitude inférieure à 25mm. Interviennent sur la morphologie des complexes ECG, l âge, le biotype, le morphotype et la position du cœur dans le thorax L onde S Est une onde négative d une durée inférieure à 0,08sec. Elle correspond à la dépolarisation du toit du ventricule gauche. Elle se raccorde à l onde T par le segment ST qui est normalement isoélectrique (il correspond au moment où tous les cardiomyocyte sont unanimement dépolarisés) L onde T Correspond à la repolarisation ventriculaire (front de repolarisation de l endocarde vers l épicarde). Elle est asymétrique avec un versant ascendant en pente douce et un versant descendant à pente plus abrupte. L onde T est normalement positive sur toutes les dérivations sauf avr. Sa durée doit être inférieure à 0,20 sec et son amplitude doit être inférieure à 4mm en V6. Une onde T symetrique est pathologique et doit faire evoquer un trouble primitif de la repolarisation L onde U Est une onde positive faisant suite à l onde T et inconstante. Elle représente la repolarisation des fibres de His-Purkinje L intervalle QT Est un intervalle important à mesurer. Il correspond à la systole électrique du myocarde ventriculaire, ce qui comprend la durée de la dépolarisation et de la repolarisation ventriculaires. Cet intervalle a une durée qui dépend essentiellement de la fréquence cardiaque (on se sert d abaques pour calculer sa valeur normale maximale en fonction de la fréquence cardiaque). Sa durée varie entre 0,30 et 0,44sec. 8

9 Etude des axes électriques L'axe électrique du coeur Il représente l'amplitude et la direction moyenne des différentes forces électromotrices mises en jeu pendant la dépolarisation. L'axe électrique moyen, projeté sur le plan frontal, peut être calculé d'après les dérivations des membres à l'aide du triangle d'eindhoven. L'orientation du vecteur électrique est défini par l'angle qu'il fait avec l'horizontale : les deux grilles sont calculées en valeurs positives, de 0 à (sens horaire), et en valeurs négatives de 0 à 180 (sens antihoraire). Le moyen le plus simple pour calculer l'axe de QRS est de rechercher dans les 6 dérivations périphériques (D1, D2, D3, VR, VL, VF) : > la dérivation dans laquelle le complexe QRS a une amplitude nulle ou un aspect iso-diphasique : l'axe QRS a alors une direction perpendiculaire à cette dérivation. > La dérivation dans laquelle QRS possède l'amplitude la plus grande. On trouve ainsi le sens de l'axe QRS, le vecteur étant parallèle à cette dérivation et dans le même sens si QRS est positif, en sens inverse si QRS est négatif Valeurs normales L'axe éléctrique moyen de P se situe normalement entre 20 et 80. L'axe électrique moyen de QRS se situe normalement entre -30 et +90. Au-delà de -30, l'axe QRS est pathologique. Il s'agit d'une déviation axiale gauche. Au-delà de +100, il s'agit d'une déviation axiale droite pathologique Figure 7 : exemple d ECG Normal Figure 8 : Triaxe de Bailey 9

10 Calcul de l axe des QRS : La dérivation frontale dans laquelle la positivité du QRS égale sa négativité est DIII. En effet, à ce niveau le complexe QRS est iso-diphasique. Cela signifie que l axe des QRS est perpendiculaire à DIII. En avf, DII et DI, le QRS est largement positif, ce qui signifie que le vecteur électrique est dirigé vers ces dérivations. L axe des QRS est donc perpendiculaire à DIII (+ 120 ), dirigé vers D I, soit un axe de +30, ie normal. 2. L Electrocardiogramme anormal 2.1. Plan d interprétation de l ECG L interprétation doit être méthodique Elle comporte d abord l étude de la cadence ventriculaire Elle est normalement comprise entre 60 et 100 battements par minute. Au-dessous de 60 on parle de bradycardie et au-dessus de 100 on parle de tachycardie. La cadence ventriculaire peut être calculée en divisant la mesure de l intervalle RR par 60. Un autre moyen de mesurer la fréquence cardiaque est d utiliser une règle spéciale. Il faut ensuite analyser la nature du rythme On parle de rythme sinusal si les ondes P sont positives en I, II et avf et si chaque onde P est suivie d un complexe QRS. L absence d un de ces éléments (onde P négative en DII et/ou nombre d onde P différent du nombre de QRS doit faire suspecter un rythme ectopique, un trouble du rythme ou un trouble conductif auriculo-ventriculaire). On apprécie ensuite la durée et l amplitude de l onde P Si elle est présente et bien individualisée et l espace PR. Si l onde P est de durée supérieure à 0.I0 sec on parle d hypertrophie auriculaire gauche. Si l onde P a une amplitude supérieure à 2,5mm on parle d hypertrophie auriculaire droite. On mesure la durée de l intervalle PR L espace PR normal est de durée constante, compris entre 0,12 et 0,20s. En deçà, on suspecte l existence d une voie accessoire de conduction auriculo-ventriculaire. Au delà de 0,20 s, il existe un trouble de la conduction auriculo-ventriculaire. L espace PR est normalement isoelectrique. Dans certaines pathologies (péricardite a un stade précoce), il peut être sous decale. On analyse ensuite le complexe QRS Sa durée doit être inférieure à 0.12sec. Si cette durée est de 0.12 ou au-dessus on parle de QRS large, ce qui doit évoquer un trouble de la conduction intraventriculaire à type de bloc de branche droit ou de bloc de branche gauche. On apprécie ensuite l amplitude de QRS sur les différentes dérivations. Si l amplitude de QRS est inférieure à 5mm sur toutes les dérivations périphériques des membres, on parle de microvoltage (cela peut entre le cas dans les péricardites par exemple). A l inverse, l amplitude des complexes QRS peut être augmentée comme par exemple dans les hypertrophies ventriculaires. On mesure l indice de Sokolow-Lyon qui est la somme de l onde R en V5 ou V6 (on prend la plus grande) et de l onde S en V1. Lorsque cet indice est supérieur à 35mm chez l adulte, et à 45mm chez l enfant, on parle d hypertrophie ventriculaire gauche (exemple: dans l hypertension artérielle). D autres facteurs tels que le froid, le sport, l exercise physique, la respiration vont influer sur la durée et la morphologie des complexes de l ECG. On doit calculer l axe de QRS Cf. chapitre précèdent (ECG Normal) 10

11 Enfin on étudie le segment ST et l onde T de repolarisation Le segment ST est normalement isoélectrique. En cas de troubles de la repolarisation, il peut susdecalé ( au dessus de la ligne isoélectrique) ou sous-decalé. L onde T est normalement positive, asymétrique dans la plupart des dérivations. Elle est toujours négative en avr (comme l onde P). Elle est parfois normalement négative en III et en V1. On mesure l espace QT, du début de l onde Q à la fin de l onde T Quelques exemples d ECG pathologiques Il est impossible de concentrer sur quelques pages une illustration exhaustive de l ensemble des anomalies ECG existantes. Celles-ci seront reprises en détail lors des cours correspondants. Néanmoins, les paragraphes suivants vont présenter un certain nombre de traces ECG pathologiques Anomalies de l onde P Figure 9 : Erreur de positionnement des électrodes L onde P est positive en avr et négative en avl, mais a une morphologie normale en DII, DII et avf. De plus, QRS est quasi-exclusivement positif en avr (morphologie anormale) ce qui indique une inversion des électrodes des 2 bras. 11

12 Figure 10 : Rythme auriculaire ectopique L onde P est positive en avr et négative en DII, DII et avf, ce qui indique une dépolarisation auriculaire se produisant du bas vers le haut de l OD. P est positif en avr, mais le QRS est d aspect normal dans cette dérivation, ce qui exclut un problème d électrodes. Il s agit d un rythme du sinus coronaire. Figure 11 : Hypertrophie auriculaire G Il existe une durée anormale de l onde P (>0.10s), avec amplitude normale et aspect biphasique (double bosse), particulièrement visible en DII et V1. 12

13 Figure 12 : Hypertrophie auriculaire Droite La durée de l onde P est normale, mais il existe une amplitude anormale (>2,5 mm) de P en DII et V1. Figure 13 : Extrasystoles auriculaires Le rythme auriculaire de base est régulier. Il existe après le 5 e complexe une onde p prématurée, accompagnée d un complexe QRS fin après une conduction auriculo-ventriculaire normale. Il existe dans les suites immédiates un repos compensateur, puis une reprise du cycle de base (7 e et 8 e complexes). Le 9 e complexe est lié a une nouvelle onde p précoce (dépolarisation auriculaire prématurée). Figure 14 A : Fibrillation auriculaire 13

14 Figure 14 B : Fibrillation auriculaire Il existe une tachycardie irrégulière à complexes QRS fins. Il n y a pas d onde p visible, mais une trémulation de la zone isoélectrique, correspondant a une activité électrique auriculaire désorganisée. Figure 15 : Flutter auriculaire La fréquence ventriculaire est régulière (75 bpm). Le rythme est non sinusal, car il y a plusieurs ondes p pour un complexe QRS transmis (4/1). Le rythme atrial est régulier a 300 bpm. La morphologie de l onde p est anormale, avec négativité prédominante en DII et DIII et positivité en V1. Il n y a pas de retour a la ligne isoélectrique de l activité atriale avec un aspect en «toit d usine» bien visible en DII. Cet aspect est celui d un flutter auriculaire 4/1. 14

15 Anomalies du segment PR Figure 16 : Péricardite précoce : sous décalage de PR Sur cet ECG en dérivation DII, il existe un discret sous décalage de PR (il est 0,5 à 1 mm en dessous de la ligne isoélectrique, représentée par l espace T-P). Par ailleurs, il existe un sus décalage concave vers le haut de ST. Cet aspect est très évocateur de péricardite aigue débutante. Figure 17 : Allongement du PR sans blocage de l onde P Le rythme auriculaire est régulier. L espace PR est allongé, à 0,28s (Normale : 0,12-0,2s). L allongement est de durée constante, sans blocage de l onde P. Il s agit d un BAV I (1er degré). Figure 18 : Allongement progressif du PR, avec blocage de l onde P Les ondes p sont indiquées ici par des astérisques. Le rythme auriculaire est régulier et le rythme ventriculaire est irrégulier, avec des QRS fins. Il existe un allongement progressif de l espace PR, avec blocage d une onde p (onde p non suivie d un QRS). Il existe ici 4 onde p generees pour 3 onde p conduites. La morphologie changeante des ondes T s explique par la superposition des ondes T et des ondes p. Il s agit d un BAV II de type Mobitz I (ou Luciani-Wenckebach). 15

16 Figure 19 :Blocage intempestif de l onde P Le rythme auriculaire est régulier et le rythme ventriculaire est irrégulier. L espace PR est constant, mais il existe un blocage intempestif d une onde p sur quatre. Il s agit d un BAV II Mobitz II, 4 pour 1 (4 ondes p pour 1 bloquée). Figure 20 : dissociation auriculo-ventriculaire complète Le rythme des ondes p (indiquées par *) est régulier,, ainsi que le rythme ventriculaire. Les espaces PR sont complètement irréguliers : aucune onde p n est conduite jusqu au ventricule. Il y a donc blocage complet et constant de la conduction auriculo-ventriculaire : dissociation auriculo-ventriculaire. Les complexes QRS (échappement ventriculaire) sont fins, laissant penser que ce bloc A-V est nodal. Il s agit d un BAV III, probablement nodal. 16

17 Anomalies des complexes QRS Figure 21 : Déviation axiale gauche isolée L axe de QRS est calculé à -60 o. Il existe donc une déviation de l axe des QRS à gauche. En DI, le complexe QRS a un aspect Rs, alors qu il a un aspect rs en DII, DIII et avf. Il n existe pas d hypertrophie ventriculaire gauche. Il s agit d un hemi-bloc antérieur gauche (lie a l interruption de la conduction au niveau du faisceau antérieur de la branche gauche du reseau de His) Figure 22 : Déviation axiale droite isolée L axe de QRS est calculé à +100 o. Il existe donc une déviation de l axe des QRS à droite. En DI, le complexe QRS a un aspect rs, alors qu il a un aspect Rs en DII, DIII et avf. Il n existe pas d hypertrophie ventriculaire droite. Il s agit d un hemi-bloc postérieur gauche (lie a l interruption de la conduction au niveau du faisceau postérieur de la branche gauche du réseau de His). 17

18 Figure 23 : Élargissement du QRS Le rythme est sinusal ; il existe une HAD ; l espace PR est normal ; l axe des QRS est aux limites de la normale (+90 o ). Le complexe QRS est élargi (>0,12s), positif en V1 et V2, avec un aspect rr (aspect en M ). En V5-V6, l onde R n est pas dédoublée, mais on note un discret aspect ss. L onde T est negative en V1-V2-V3. Cet ECG est typique d un Bloc de Branche Droit. Par ailleurs, on note 2 complexes QRS élargis (*), non précédés d onde p, et suivi d un repos compensateur. Ils correspondent à des extrasystoles ventriculaires. Un BBD ne signe pas forcément la présence d une cardiopathie. Figure 24 : élargissement du QRS autre exemple 18

19 Le rythme est sinusal ; l espace PR est normal. L axe des QRS est discrètement dévié à gauche (-45 o ). Le complexe QRS est élargi (>0,12s), positif en V5 et V6, avec un aspect rr, sans onde S. L onde T est négative en V5-V6. Cet ECG est typique d un Bloc de Branche Gauche compliqué. Lorsque l axe des QRS est normal, on parle de BBG simple et de BBG compliqué lorsqu il existe une déviation axiale G associée.quelque soit le cas, un BBG signe toujours la présence d une cardiopathie sous jacente. Figure 25 : Hypertrophie ventriculaire Droite Il existe une amplitude des QRS anormale en V1, V2,V3, avec un rapport R/S>1. Par ailleurs, on retrouve des anomalies de repolarisation a ce niveau. Cet aspect est celui d une HVD. Figure 26 : Hypertrophie ventriculaire Gauche Il existe une amplitude des QRS anormale en V4, V5,V6. L index de Sokolow (RV5+SV1) est >35 mm et l index de Cornell (RaVL+SV3) est > 28 mm (>20 mm chez la femme). Il existe une inversion des ondes T, asymétrique, en territoire latéral (V4-V6 et DI-VL). Il s agit d une Hypertrophie Ventriculaire Gauche à type de surcharge systolique. 19

20 NB : Si les ondes T sont positives en latéral, il s agit d une HVG à type de surcharge diastolique. Figure 27 : Onde Q pathologique Il n y a pas de flèche R de V1 a V4, avec un aspect QS dans les dérivations antérieures. On retrouve également un rabotage de R dans le territoire inférieur (DII, DIII, avf). Cet aspect évoque une nécrose myocardique ancienne en antéro septal et en inférieur Anomalies du segment ST et de l onde T 20

21 Figure 28 : Inversion de l onde T Il existe des ondes T inverses, symétriques, amples dans les dérivations V2-V6. Il n y a pas de modification du segment ST associée. Il s agit d un trouble primaire de la repolarisation (car caractère symétrique ; en cas de caractère asymétrique, on parle de trouble secondaire de la repolarisation, Cf. HVG). Cet aspect correspond à une ischémie myocardique sous épicardique, liée ici à une lésion obstructive de l artère IVA proximale (Cf cours SCA) Figure 29 : Aplatissement des ondes T On retrouve ici un aplatissement diffus des ondes T, portant sur l ensemble des dérivations, avec inversion en V1-V4. Une onde U existe, particulièrement visible en V2 et V3. Cet aspect est très évocateur du diagnostic d Hypokaliémie. 21

22 Figure 30 : Sous décalage du segment ST Le segment ST présente un sous-décalage descendant dans les dérivations V3 -V6. Il n y a pas de sus-décalage associe du segment ST dans les autres dérivations, ni d HVG. Cet aspect reflète un courant de lésion sous endocardique, lie à un processus ischémique évolutif dans le territoire apico-lateral. Figure 31 : Sus décalage ischémique du segment ST Il existe un sus-décalage du segment ST convexe vers le haut, systématisé dans les dérivations inférieures (DII,DIII,VF). Un sous-décalage de ST est présent en V1-V2, correspondant a un miroir du processus ischémique. Cet ECG est typique d un courant de lesion sous-epicardique, retrouvé au cours des syndromes coronaires aigus avec sus-décalage de ST inférieur. On retrouve d ailleurs une onde Q en DIII. 22

23 Figure 32 :Sus décalage ischémique du segment ST autre exemple Un autre exemple de SCA avec sus-décalage de ST, évolutif, dans le territoire antérolatéral. Le sus-décalage de ST englobe complètement l onde R, réalisant la classique Onde de Pardee. Le miroir est discret, mais se retrouve en DIII. Figure 33 : sus-décalage ischémique de ST Un autre SCA ST+, inférieur (DII,DIII, avf), latéral haut (V5-V6) et postérieur (V7-V9). Le miroir est visible en antérieur (V1-V3). 23

24 Figure 34 : Sus décalage non ischémique du segment ST Il existe un sus décalage du segment ST concave vers le haut, en DII, DIII,VF, sans signe en miroir associe. On retrouve un sous-décalage de PR en DII. Cet aspect évoque une péricardite aigue. Figure 35 : Anomalie du segment QT L espace QT est allongé (durée= 0,56s en V2). La morphologie de l onde T est très pathologique, avec un aspect biphasique, pouvant correspondre a la fusion de l onde T et d une onde U. Les allongements du QT peuvent être génétiques, iatrogènes, métaboliques (hypokaliémie, hypercalcémie) ou d origine ischémique. 24

25 Figure 36 : Tachycardie à QRS fins Tachycardie a QRS fins, régulière, avec une frequence ventriculaire de 180 bpm. Absence d activité atriale visible. Aspect de tachycardie jonctionnelle. Figure 37 : tachycardie à QRS large Tachycardie régulière, à QRS large, monomorphe, avec fréquence ventriculaire à 200 bpm. Axe des QRS indéterminé (< -90 o ). Absence d activité atriale visible. Aspect de Tachycardie ventriculaire. 25

26 Figure 38 : Patient porteur de PMI ECG d un patient porteur d un stimulateur cardiaque double chambre (auriculaire + ventriculaire). On voit très nettement les spikes de stimulation (accident verticaux) aux étages auriculaire et ventriculaire; la stimulation à l étage ventriculaire s accompagne d un QRS élargi. 26

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de Fréquence 30-150-100-75-60-50-45-36-33-30... FC Normale : 50 à 100 bpm Bradycardie < 50 tachycardie > 100 Rythme régulier? Espace en 2 ondes R identiques (arythmie respiratoire normale). sinusal? Onde

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme 1 Nécessite des électrodes réceptrices en contact avec la peau Recueil facile et non invasif de l activité électrique globale du cœur, qui est alors

Plus en détail

Activité électrique cardiaque

Activité électrique cardiaque ECG ED 28/02/2011 Activité électrique cardiaque Onde P= dépolarisation auriculaire Intervalle PR =temps de conduction auriculo-ventriculaire QRS= dépolarisation ventriculaire Segment ST= repolarisation

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève

Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Introduction à l électrocardiogramme (ECG) Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Références Bayes de Luna A., Clinical Electrocardiography : A Textbook. New York: Futura Publishing,

Plus en détail

L'électrocardiogramme de repos normal

L'électrocardiogramme de repos normal L'électrocardiogramme de repos normal Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Les principes de base... 1 2 Enregistrement de l'ecg... 2 3 Le parallèle anatomo-électrique... 3 4 Interprétation

Plus en détail

FICHE ECG. Cellule cardiaque : contraction = dépolarisation, relâchement = repolarisation.

FICHE ECG. Cellule cardiaque : contraction = dépolarisation, relâchement = repolarisation. L électrocardiogramme : résumé : FICHE ECG Tissu myocardique = mécanique : contraction v = 0,4m/s (lent). Tissu nodal = électrique (naissance et conduction de l influx nerveux), dépolarisation rapide :

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls L E.C.G. pour les nuls Yannick GOTTWALLES La systole ventriculaire débute avec le QRS et s achève à la fin de l onde T. Elle englobe ainsi les phases de dépolarisation et de repolarisation des ventricules.

Plus en détail

Exercices applications Rappels de cours Méthodologie

Exercices applications Rappels de cours Méthodologie Exercices applications Rappels de cours Méthodologie Amphi Beauchamp 2010-2011 QCM 1 Un électrocardiogramme enregistré en conditions standards fait apparaître un rythme régulier avec un espace de 12 mm

Plus en détail

C est l enregistrement de l activité électrique du cœur, à partir d électrodes placées sur la peau. On enregistre l onde de dépolarisation qui

C est l enregistrement de l activité électrique du cœur, à partir d électrodes placées sur la peau. On enregistre l onde de dépolarisation qui C est l enregistrement de l activité électrique du cœur, à partir d électrodes placées sur la peau. On enregistre l onde de dépolarisation qui traverse le cœur et entrainant la contraction du myocarde,

Plus en détail

ELECTROCARDIOGRAMME - ECG

ELECTROCARDIOGRAMME - ECG ELECTROCARDIOGRAMME - ECG ECG = enregistrement de l activité électrique du cœur effectué en divers points du revêtement cutané. ECG 12 dérivations : - 6 dérivations des membres : D1 D2 D3 avr avl avf -

Plus en détail

Introduction à l ECG

Introduction à l ECG Introduction à l ECG Juan Sztajzel Service de Cardiologie Hôpitaux Universitaires Genève Dépolarisation et repolarisation du coeur Types de cellules cardiaques Il existe 2 types de cellules morphologiquement

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

Apprendre à lire un ECG

Apprendre à lire un ECG Apprendre à lire un ECG Comme le disait Platon : «I am not perfect.» Le tracé ECG Sur du papier millimétré : - Horizontalement : vitesse de déroulement de la feuille = 2,5cm/s 1 mm = 0,04 s, un grand carreau

Plus en détail

1. Propriétés de l activité électrique a. Automatisme

1. Propriétés de l activité électrique a. Automatisme L électrocardiogramme Définition : C est l enregistrement depuis la surface du corps de l activité électrique du cœur L enregistrement se fait sur papier milimétré avec sur l axe vertical : 1cm = 1 mv

Plus en détail

Troubles du rythme jonctionnel

Troubles du rythme jonctionnel Définition Troubles du rythme jonctionnel Nés au niveau du N.A.V.A.T. ou dans le tronc du HIS, avec : Ondes P rétrogrades, avant, pendant ou après le QRS des QRS normaux ou élargis Extrasystole jonctionnelle

Plus en détail

L ÉLECTROCARDIOGRAMME (TD n = 1).

L ÉLECTROCARDIOGRAMME (TD n = 1). 1 (TD n = 1). Un cœur vivant peut générer de l électricité. Cette électricité (qui est de l ordre de millivolt) est captée par des électrodes et enregistrée à l aide d un électrocardiographe. L électricité

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

TUTORAT DE BIOPHYSIQUE L ELECTROCARDIOGRAMME

TUTORAT DE BIOPHYSIQUE L ELECTROCARDIOGRAMME TUTORAT DE BIOPHYSIQUE L ELECTROCARDIOGRAMME Plan du cours a) Acteurs dans l ECG - positionnement des electrodes - les 12 derivations b) Correspondance entre physique realite - derivation region

Plus en détail

L'électrocardiogramme de repos normal (Evaluations)

L'électrocardiogramme de repos normal (Evaluations) L'électrocardiogramme de repos normal (Evaluations) Date de création du document : 2008-2009 QCM QUESTION 1/4 : L intervalle PR ou PQ : A - Est théoriquement isoélectrique B - Correspond à la dépolarisation

Plus en détail

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur Electrophysiologie cardiaque I. Eléments d anatomie et d histologie II. III. Electrophysiologie

Plus en détail

Activité électrique du cœur

Activité électrique du cœur Activité électrique du cœur Introduction On distingue 2 types de cellules au niveau cardiaque : les cellules du tissu nodal et les cellules myocardiques. Les cellules du tissu nodal assurent l automatisme

Plus en détail

L infirmière face à l ECG

L infirmière face à l ECG L infirmière face à l ECG CSP - Décret du 29 juillet 2004 Art. R.4311-2. 2 : De concourir à la mise en place de méthodes et au recueil des informations utiles aux autres professionnels, et notamment aux

Plus en détail

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur

L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur L électrocardiogramme (ECG) L électrocardiogramme est l enregistrement au cours du temps de l activité électrique du cœur Electrophysiologie cardiaque I. Eléments d anatomie et d histologie II. III. Electrophysiologie

Plus en détail

LECTURE DE L ECG. Dr Julien COQUIN Service d Anesthésie et de Réanimation 2 Hôpital du Haut Lévêque Pessac CHU de Bordeaux

LECTURE DE L ECG. Dr Julien COQUIN Service d Anesthésie et de Réanimation 2 Hôpital du Haut Lévêque Pessac CHU de Bordeaux LECTURE DE L ECG Dr Julien COQUIN Service d Anesthésie et de Réanimation 2 Hôpital du Haut Lévêque Pessac CHU de Bordeaux Pré-requis anatomiques et électrophysiologiques Le tracé E.C.G. = enregistrement

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

Définitions : L infarctus est dû à l occlusion d une artère coronaire. La zone infarcie devient nécrosée e ne peut donc plus se dépolarisée.

Définitions : L infarctus est dû à l occlusion d une artère coronaire. La zone infarcie devient nécrosée e ne peut donc plus se dépolarisée. L infarctus : Définitions : L infarctus est dû à l occlusion d une artère coronaire. La zone infarcie devient nécrosée e ne peut donc plus se dépolarisée. Les coronaires : http://www.adrenaline112.org/urgences/durge/dcard/idm.html

Plus en détail

Chapitre 2 : L électrocardiogramme. Professeur Christophe RIBUOT

Chapitre 2 : L électrocardiogramme. Professeur Christophe RIBUOT UEMPSfO - Physiologie Chapitre 2 : L électrocardiogramme Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan du cours L électrocardiogramme

Plus en détail

Chapitre 65. L électrocardiogramme

Chapitre 65. L électrocardiogramme Chapitre 65. L électrocardiogramme P. Arnaud http://spiral.univ-lyon1.fr/polycops/cardiologie/ OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Objectifs Niveau Sémiologie Certificat Internat Connaître les principes de l'enregistrement

Plus en détail

Excitabilité neuronale

Excitabilité neuronale Excitabilité neuronale ESIL 2009 porcher@inmed.univ-mrs.fr Sommaire 1. Electrocardiographie 2. Electroencéphalographie 3. Caractéristiques du tissu nerveux 4. Les synapses chimiques 5. L excitabilité 6.

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls MODULE SOINS INTENSIFS PRISE EN CHARGE DU BDS EN SI Le monitoring cardiaque Ferron Fred version_3_2011 1 Saunders Nursing Survival Guide ECGs and the Heart Elsevier à consommer sans modération. L E.C.G.

Plus en détail

Item 309 : Électrocardiogramme

Item 309 : Électrocardiogramme Item 309 : Électrocardiogramme Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Interprétation de l'ecg...6

Plus en détail

xplorations électriques du cœur

xplorations électriques du cœur xplorations électriques du cœur Dr. CHIALI née DIABI N. Médecin Spécialiste en Biophysique Médicale Unité des Explorations ORL, EHU 1 er Novembre 1954, Oran RAPPEL ANATOMOPHYSIOLOGIQUE 2 RAPPEL ANATOMOPHYSIOLOGIQUE

Plus en détail

INTRODUCTION. Cet examen permet une évaluation sémiologique et diagnostique pour aboutir à une action thérapeutique.

INTRODUCTION. Cet examen permet une évaluation sémiologique et diagnostique pour aboutir à une action thérapeutique. SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 INTRODUCTION... 2 I. Historique... 3 II. Cadre législatif... 3 III Rappel anatomo-physiologique... 4 1. L'activation électrique du noeud sinusal... 4 2. Conséquence des stimuli électriques...

Plus en détail

Dipôles électriques - ECG

Dipôles électriques - ECG Dipôles électriques - ECG Stage de pré-rentrée PACES 2016-2017 Basé sur le cours du Pr Salaün 1 Loi de Coulomb La loi de Coulomb s'exerce entre 2 particules chargées. Sa force F est : inversement proportionnelle

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Réponse AC Simple addition vectorielle : on vérifie que si DI = VL - VR et DIII = VF - VL, alors DI + DIII = VF - VR= DII.

Réponse AC Simple addition vectorielle : on vérifie que si DI = VL - VR et DIII = VF - VL, alors DI + DIII = VF - VR= DII. Question 1 Si l on considère un modèle très simplifié de fibre cardiaque isolée traversée par un front de dépolarisation et un point de mesure M situé à égale distance des deux extrémités de cette fibre

Plus en détail

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie

Anatomie Physiologie ECG. D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr. Anatomie Physiologie Anatomie Physiologie ECG D.SCARLATTI Chef de clinique Cardiologie I4C scarlatti.d@chu-nice.fr Anatomie Physiologie Les relais mettent un petit peu de temps à se mettre en place POSSIBLES SYNCOPES

Plus en détail

Électrocardiogramme (ÉCG)

Électrocardiogramme (ÉCG) Électrocardiogramme (ÉCG) 1. Définition L électrocardiogramme (ÉCG) est un enregistrement sur papier millimétré de l activité électrique du cœur. L ÉCG n apporte aucune information sur la fonction pompe

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012

Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Base ECG et l'interprétation du rythme William M. Vosik M.D. Milot, Haïti - Janvier 8-12, 2012 Objectifs: 1. Décrire le système de conduction de base dans le coeur 2. Apprenez les bases de l'analyse bande

Plus en détail

Dossier Médical de Base

Dossier Médical de Base Dossier Médical de Base (Tous Ages Tous Niveaux) Joueur : Nom :....Prénom :. Date de naissance : (Jour-Mois-Année). Club :... Poste : Caractéristiques : - Gardien de but - Défenseur - Milieu - Attaquant

Plus en détail

Trouble du rythme. I/ Rappel d électrophysiologie : Physio cardiaque

Trouble du rythme. I/ Rappel d électrophysiologie : Physio cardiaque Physio cardiaque Trouble du rythme I/ Rappel d électrophysiologie : 1. La cellule myocardique : c est la cellule musculaire cardiaque ces cellules sont excitables il y a 2 types de cellules cardiaques

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES Onde ou Avec CVA P P R = ou Différent du de base Normale Rythme de base sinusal différent du de base Morphologie rsr moins élargi que le de l ESV Tachycardie

Plus en détail

ELECTROCARDIOGRAMME ECG

ELECTROCARDIOGRAMME ECG ELECTROCARDIOGRAMME ECG Plan Technique de l Enregistrement ECG A quoi correspond l ECG Interprétation de l ECG ECG normal ECG anormal AQUISITION DE L ELECTROCARDIOGRAMME Enregistrement de l ECG 1887 travaux

Plus en détail

Cours Biophysique Cardiaque. L activité électrique cardiaque. Cours PCEM 2 CHR Réunion 26 octobre 2011 Dr CLERICI Gaël - Cardiologie GHSR

Cours Biophysique Cardiaque. L activité électrique cardiaque. Cours PCEM 2 CHR Réunion 26 octobre 2011 Dr CLERICI Gaël - Cardiologie GHSR Cours Biophysique Cardiaque L activité électrique cardiaque Cours PCEM 2 CHR Réunion 26 octobre 2011 Dr CLERICI Gaël - Cardiologie GHSR Plan L electrocardiogramme (ECG) est un élement de base de l examen

Plus en détail

Introduction aux ECG 12 dérivations

Introduction aux ECG 12 dérivations Introduction aux ECG 12 dérivations Identification de l infarctus aigu du myocarde Michel Philion BA ACP Mise à jour (2010,2011) Éric Hamel, EMCA(f),TA,BHSc,ACP,ICP Présentation adaptée du programme Acute

Plus en détail

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences.

Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Prise en Charge des BRADYCARDIES aux Urgences. Définition La Bradycardie est définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements / minute. La bradycardie est dite absolue si la fréquence cardiaque

Plus en détail

I. introduction L ECG est l enregistrement de l activité électrique du cœur qui se fait par. II. notion de dérivations

I. introduction L ECG est l enregistrement de l activité électrique du cœur qui se fait par. II. notion de dérivations I. introduction L ECG est l enregistrement de l activité électrique du cœur qui se fait par un galvanomètre relié au patient par des électrodes Les mouvements ioniques a travers la membrane cellulaire

Plus en détail

LES HYPERTROPHIES AURICULAIRES ET VENTRICULAIRES

LES HYPERTROPHIES AURICULAIRES ET VENTRICULAIRES LES HYPERTROPHIES AURICULAIRES ET VENTRICULAIRES Habituellement les ondes P sont le mieux visibles dans les dérivations DII et V1. Durée < 0,12 seconde (Normale : 0,085-0,015s) Amplitude < 0,25 mv (2,5

Plus en détail

Table des matières 1 DONNÉES DE BASE 1. Anatomie du cœur 1. Anatomie et physiologie du système de conduction 3

Table des matières 1 DONNÉES DE BASE 1. Anatomie du cœur 1. Anatomie et physiologie du système de conduction 3 Table des matières Avant-propos Abréviations Liste des tableaux v xn xm 1 DONNÉES DE BASE 1 Anatomie du cœur 1 Position du cœur dans le thorax 1 Les cavités cardiaques et les gros vaisseaux 1 Les territoires

Plus en détail

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004

IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG. C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 IRM CARDIAQUE SYNCHRONISATION A L ECG C.Varin - C.Virlouvet - JN. Dacher CHU Rouen Paris JFR octobre 2004 MATERIEL UTILISE Siemens Symphony 1.5T Antenne corps en réseau phasé couplée à l antenne rachis

Plus en détail

Conduction intra-cardiaque et Base de l électrocardiogramme. Dr H. Thibault Explorations fonctionnelles cardiovasculaires Hôpital Louis Pradel

Conduction intra-cardiaque et Base de l électrocardiogramme. Dr H. Thibault Explorations fonctionnelles cardiovasculaires Hôpital Louis Pradel Conduction intra-cardiaque et Base de l électrocardiogramme Dr H. Thibault Explorations fonctionnelles cardiovasculaires Hôpital Louis Pradel Vous connaissez déjà: Anatomie cœur Cycle cardiaque Couplage

Plus en détail

Exploration de l activité électrique du cœur; L ElectroCardioGramme (ECG) de repos

Exploration de l activité électrique du cœur; L ElectroCardioGramme (ECG) de repos Exploration de l activité électrique du cœur; L ElectroCardioGramme (ECG) de repos Adapté selon la recherche bibliographique du Dr.B.KERMICHE 1 PLAN I. Objectifs II. Définition et principes III. Rappel

Plus en détail

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE MOTIF DE CONSULTATION Douleur basi-thoracique gauche à type de construction survenant au repos sans irradiation

Plus en détail

Les pathologies cardiaques

Les pathologies cardiaques Ce chapitre décrit très sommairement les différentes pathologies cardiaques susceptibles d être repérées en étudiant un enregistrement Holter. Le but, ici, n est pas d analyser précisément leurs origines,

Plus en détail

L'électrocardiogramme (ECG)

L'électrocardiogramme (ECG) L'électrocardiogramme (ECG) I. Définition de l'électrocardiogramme : L'électrocardiogramme est une projection graphique de l'activité électrique du coeur : c'est une image électrique de l'activité cardiaque.

Plus en détail

ECG un outil infirmier avant tout? Dr Yannick GOTTWALLES Pôle Urgences Pasteur Hôpitaux Civils de Colmar

ECG un outil infirmier avant tout? Dr Yannick GOTTWALLES Pôle Urgences Pasteur Hôpitaux Civils de Colmar ECG un outil infirmier avant tout? Dr Yannick GOTTWALLES Pôle Urgences Pasteur Hôpitaux Civils de Colmar Pas de conflits d'intérêts pour la présentation donnée 0,04 sec 0,20 sec 1 sec 300 150 100 75

Plus en détail

Base De L électrocardiogramme

Base De L électrocardiogramme Base De L électrocardiogramme I. Définitions et Généralités Définition : C est l enregistrement depuis la surface du corps de l activité électrique du cœur. C est l examen complémentaire le plus réalisé.

Plus en détail

SYSTEME CARDIOVASCULAIRE ECG pathologique. ECG pathologique

SYSTEME CARDIOVASCULAIRE ECG pathologique. ECG pathologique 29/04/16 LEBAS Floriane L3 CR : MAROZAVA Eugénie Système cardiovasculaire Pr FRANCESCHI 12 pages ECG pathologique Plan A. Les surcharges I. Surcharges atriales II. Surcharges ventriculaires B. Bradycardie

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

Explora(ons en cardiologie. R Habbal Pathologie cardiovasculaire

Explora(ons en cardiologie. R Habbal Pathologie cardiovasculaire Explora(ons en cardiologie R Habbal Pathologie cardiovasculaire Explora(ons en cardiologie Electrocardiogramme Radiographie du thorax Echocardiographie Trans- thoracique ETO Vasculaire Epreuve d effort

Plus en détail

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006

RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 RAPPEL PHYSIOLOGIQUE et MONITORAGE ECG Dassier P, HEGP 2006 LA GENESE DU SIGNAL ECG Le myocarde à comme particularité de présente une dépolarisation spontanée. Cette activité électrique va générer une

Plus en détail

Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie?

Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie? curriculum Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie? Lucien Weiss, Jean Jacques Perrenoud Service de médecine interne et de réhabilitation, Hôpital des Trois-Chêne, Thônex/Genève

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2 Sam BAYAT MCU-PH Le débit cardiaque et son contrôle Le débit cardiaque = Fréquence cardiaque x Volume d'éjection systolique : Q & = Fc Ves La Fc

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls L E.C.G. pour les nuls Yannick GOTTWALLES 6 - Conduction, quand tu nous tiens Les troubles de la conduction cardiaque concernent par définition le tissu nodal cardiaque. Il peut être défini comme l ensemble

Plus en détail

Surcharges cavitaires Dr H.Foudad. SEVICE DE CARDIOLOGIE Hôpital militaire Constantine HMRUC 2014

Surcharges cavitaires Dr H.Foudad. SEVICE DE CARDIOLOGIE Hôpital militaire Constantine HMRUC 2014 Surcharges cavitaires Dr H.Foudad SEVICE DE CARDIOLOGIE Hôpital militaire Constantine HMRUC 2014 I. GÉNÉRALITÉS Le terme anatomique d «hypertrophie» désigne l augmentation de la masse myocardique d une

Plus en détail

Bases de la cardiologie

Bases de la cardiologie Bases de la cardiologie Date de création du document : 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie du coeur... 1 1. 1 Introduction... 1 1. 2 Anatomie externe...1 1. 3 Anatomie interne... 1 1. 3. 1 Circulation

Plus en détail

Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante.

Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante. Travail Douleur Durée: 10 minutes Travail 1 : Lors d un poste samaritain vous êtes en patrouille. Vous rencontrez la situation suivante. Pensez à haute voix et expliquez votre démarche! Maximum 3 points

Plus en détail

TUTORAT UE Biophysique Séance n 10 Semaine du 16/11/2015

TUTORAT UE Biophysique Séance n 10 Semaine du 16/11/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 10 Semaine du 16/11/2015 ECG Professeur Boudousq Séance préparée par les tuteurs du Tutorat Santé Nîmes QCM n 1 : Soit un fil d argent de résistance 20 µω, de

Plus en détail

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES

325 PALPITATIONS 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE, TISSU NODAL, GENESE DES ARYTHMIES 325 PALPITATIONS Objectifs : chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents 325 1 - ELECTROPHYSIOLOGIE

Plus en détail

Potentiel d action cardiaque

Potentiel d action cardiaque Potentiel d action cardiaque.2.4.6 sec Potentiel rapide - oreillette - faisceau de His -ventricule Potentiel lent - noeud sinusal - noeud a-v I Na I Ca-L I Ca-L I to I K1 I K I K1 I K If I Ca-T Arythmies:

Plus en détail

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010

Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque. Dr Traullé 03 février 2010 Mécanismes physiopathologiques des troubles du rythme cardiaque Dr Traullé 03 février 2010 Plan 1. Rappel anatomique 2. Electrophysiologie cellulaire la cellule myocardique les propriétés des myocytes

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010

Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr. RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Troubles du rythme et de la conduction en réanimationr RILLIARD N. IDE Octobre 2010 Physiopathologie Le cœur: Muscle creux qui, par sa contraction rythmique, assure la progression du sang à l intérieur

Plus en détail

ECG de l athlète, ce qu il faut savoir

ECG de l athlète, ce qu il faut savoir ECG de l athlète, ce qu il faut savoir Journée de la SMSB Brest 06 juin 2009 François Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1 Inserm U 642 Bilan cardiovasculaire de base, recommandations européennes

Plus en détail

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

4 e année médecine Rotation /2016 ISM Copy Module de Cardiologie. Électrocardiogramme

4 e année médecine Rotation /2016 ISM Copy Module de Cardiologie. Électrocardiogramme 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Cardiologie Électrocardiogramme Généralités Enregistre l activité électrique du cœur, c est-à-dire, la mesure et l enregistrement des potentiels

Plus en détail

PRODUIRE UN E.C.G. Formation sur l électrocardiographie destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches.

PRODUIRE UN E.C.G. Formation sur l électrocardiographie destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches. PRODUIRE UN E.C.G. Formation sur l électrocardiographie destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches mars 2007 Objectifs de formation Comprendre ce qu est un ECG Repérer l endroit

Plus en détail

Syndromes de Préexcitation, Tachycardie nodale Diagnostic, interruption et traitement préventif hors ablation

Syndromes de Préexcitation, Tachycardie nodale Diagnostic, interruption et traitement préventif hors ablation Syndromes de Préexcitation, Tachycardie nodale Diagnostic, interruption et traitement préventif hors ablation DIU d électrophysiologie et de stimulation cardiaque G. Jauvert, Clinique Bizet, Paris Syndromes

Plus en détail

Troubles du rythme et de la conduction cardiaques

Troubles du rythme et de la conduction cardiaques Troubles du rythme et de la conduction cardiaques Docteur E. MICHEL-RECH L.E.C.V. Introduction Activité électrique: constante et régulière Adaptation physiologique du débit card. Anomalies csq mineures

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE Physiopathologie / signes d alerte

INSUFFISANCE CARDIAQUE Physiopathologie / signes d alerte Physiopathologie / signes d alerte Syndrome du à l incapacité du cœur à fournir un débit sanguin suffisant pour satisfaire les besoins métaboliques de l organisme. Selon la cavité atteinte de façon exclusive,

Plus en détail

Exercices pratiques ECG

Exercices pratiques ECG Exercicespratiques ECG Dre Adriana Keta Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences 3 juillet 201 ECG L ECG : l'enregistrement sur un support papier standard de l'activité

Plus en détail

Physiologie des voies de conduction normales et de l excitation normale du cœur Électrocardiogramme normal

Physiologie des voies de conduction normales et de l excitation normale du cœur Électrocardiogramme normal 14/03/2014 LUCAS Claire L3 Système cardiovasculaire Pr Deharo 20 pages Physiologie des voies de conduction normales et de l excitation normale du cœur Électrocardiogramme normal Plan A. L'activité électrique

Plus en détail

Physiologie Cardio Vx

Physiologie Cardio Vx Physiologie Cardio Vx Anatomie du Coeur 3 Circulation pulmonaire Circulation systémique 5 ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE Auteur : Dr.M.K.Bourahli Faculté de Médecine Constantine Université Mentouri 3 Service

Plus en détail

CONCOURS DE PHYSIQUE PCEM 1. 8 Juin 2005

CONCOURS DE PHYSIQUE PCEM 1. 8 Juin 2005 Concours de Physique 8 juin 2005 1 CONCOURS DE PHYSIQUE PCEM 1 8 Juin 2005 20 QCM Pour toutes les questions à réponse numérique, on demande de sélectionner, parmi les réponses proposées, la plus proche

Plus en détail

Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue

Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Caroline Côté, inf. clinicienne, Emmanuella Julien, infirmière clinicienne Dr Annie Dore, cardiologue Analyse d une bande de rythme 1 1. Décrire la dépolarisation. Activation du potentiel électrique d

Plus en détail

François Carré. Université Rennes 1- Hôpital Pontchaillou -Inserm UMR 1099

François Carré. Université Rennes 1- Hôpital Pontchaillou -Inserm UMR 1099 ECG chez athléte, quoi de neuf? François Carré Université Rennes 1- Hôpital Pontchaillou -Inserm UMR 1099 Déclaration d intérêt Collaborations avec les sociétés: Astra Zeneca Bayer Boehringer Bouchara

Plus en détail

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir Notions d ECG 1 Compétences à acquérir Réaliser un ECG 12 dérivations Placer les électrodes d un monitoring Lire un ECG normal Reconnaître et d agir face aux troubles du rythme et de conduction les plus

Plus en détail

IVA distale. J. Farré & H. Wellens 2015

IVA distale. J. Farré & H. Wellens 2015 F, 85 ans H, 50 ans F, 85 ans IVA distale J. Farré & H. Wellens 2015 H, 50 ans IVA proximale J. Farré & H. Wellens 2015 F, 54 ans Hypocalcémie Les troubles ECG dus aux altérations de la calcémie sont

Plus en détail

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014

ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 ATELIER STIMULATION Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Généralités sur la stimulation cardiaque SOMMAIRE 2 Historique Rappel anatomique Stimulateur cardiaque Composants et structure Nomenclature Fonctionnement

Plus en détail

Physiologie des voies de conduction normales et de l'excitation normale du cœur - ECG normal

Physiologie des voies de conduction normales et de l'excitation normale du cœur - ECG normal 13/04/16 NIARE Sanaba L3 Système Cardiovasculaire Pr Deharo 12 pages Physiologie des voies de conduction normales et de l'excitation normale du cœur - ECG normal Plan A. L'activité électrique du cœur I.

Plus en détail

Electrophysiologie: mécanismes et méthodes Activité électrique du cœur

Electrophysiologie: mécanismes et méthodes Activité électrique du cœur Electrophysiologie: mécanismes et méthodes Activité électrique du cœur I. Cellule cardiaque: excitabilité, conduction, automatisme et contractilité 1.1 Anatomie et histologie cardiaque De par leur nature

Plus en détail

PROGRAMME D INTÉGRATION DE BASE EN SOINS CRITIQUES SYSTÈME CARDIAQUE. Anatomo-physiologie cardiaque NOVEMBRE 2007

PROGRAMME D INTÉGRATION DE BASE EN SOINS CRITIQUES SYSTÈME CARDIAQUE. Anatomo-physiologie cardiaque NOVEMBRE 2007 PROGRAMME D INTÉGRATION DE BASE EN SOINS CRITIQUES LES SOINS ET LA SANTÉ (MODULE B) SYSTÈME CARDIAQUE Anatomo-physiologie cardiaque NOVEMBRE 2007 CHUM - Direction des soins infirmiers page 1 de 57 TABLE

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

SOMMAIRE. SOMMAIRE... 1 Table des Illustrations... 4 Introduction générale... 6 Chapitre I... 7 Electrophysiologie cardiaque... 7. Introduction...

SOMMAIRE. SOMMAIRE... 1 Table des Illustrations... 4 Introduction générale... 6 Chapitre I... 7 Electrophysiologie cardiaque... 7. Introduction... SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 Table des Illustrations... 4 Introduction générale... 6 Chapitre I... 7 Electrophysiologie cardiaque... 7 Introduction... 8 I.1. Structure et rôle du cœur... 8 I.2. Activité électrique

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

Les troubles de la fonction sinusale et de la conduction. JS Hermida

Les troubles de la fonction sinusale et de la conduction. JS Hermida Les troubles de la fonction sinusale et de la conduction JS Hermida Tissu de Conduction et les Cellules Contractiles -Les cellules du nœud sinusal sont rassemblées dans un plexus au sein d une matrice

Plus en détail