Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques."

Transcription

1 Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des troubles du rythme cardiaque connus depuis une dizaine d années suivis et traités par un cardiologue, un cancer de la prostate en 2006 traité par radiothérapie et pour lequel il reçoit toujours des injections sous-cutanées ; sur le plan chirurgical : une chirurgie de hernie inguinale en 2000 Son épouse rapporte également qu il présente depuis 2-3 semaines une altération de l état général, qui est allée en s aggravant avec apparition progressive d une hypersomnie puis d un état stuporeux. Il ne s alimentait plus. Son épouse a essayé de le faire boire et manger sans grand succès. Elle a réussi à lui faire prendre son traitement. En l absence de son médecin elle a appelé SOS médecin qui l a adressé aux urgences via les pompiers. Dans le transport le courrier du médecin a été perdu. A son entrée, à l examen clinique, patient fébrile à 38 5, algique à la mobilisation; poids estimé par son épouse lors de la dernière pesée à 70kg ; sur le plan cardiorespiratoire pouls irrégulier à 100 bpm, tension artérielle à 12/7, polypnée à 25 sans cyanose avec à l auscultation pulmonaire des râles bronchiques de la base droite. L examen abdominal ne montre pas d anomalie particulière en dehors d un certain degré de ballonnement. On ne retrouve pas de syndrome tumoral au niveau hépato-splénoganglionnaire ou de syndrome hémorragique cutanéo-muqueux. Au TR pas d hypertrophie prostatique avec des selles de couleur normale sur le doigtier. Sur le plan neurologique patient en coma vigile, pas de signes neurologiques focaux ni de raideur méningée ou d anisocorie. Les mollets sont souples. Le bilan biologique réalisé en urgence montre à l hémogramme : leucocytes : 18G/L dont 90% de polynucléaires neutrophiles, 5% de lymphocytes, 5% de monocytes, hémoglobine : 9,1g/dl, VGM : 95fl, réticulocytes : 61G/L, plaquettes : 565G/L. Le TP est à 10% avec un INR à 5,5, un TCA à 60 avec un ratio à 2 et un fibrinogène à 6,5g/l. Bilan hépatique normal. La créatininémie est à 345µmol/L avec une urée à 25,5mmol/L. Le bilan biochimique montre: natrémie : 148mmol/L, kaliémie : 5mmol/L, calcémie : 3,5mmol/L, uricémie : 980µmol/L, protidémie : 60g/L, albuminémie : 30g/L. La protéinurie est à 4g/l. L ECG montre une fibrillation auriculaire sans signes d ischémie. La radiographie pulmonaire faite au lit montre une discrète surcharge des bases et un foyer systématisé de la base droite. Le radiologue note deux lyses osseuses une de la clavicule gauche et une de la tête humérale droite..

2 Question1 : le service de réanimation étant dans l impossibilité de prendre en charge ce patient quelles mesures pratiques (non à visée diagnostic et thérapeutique) allez- vous demander au personnel soignant pour la gestion du patient aux urgences? Expliquer leur but Fonctions vitales à assurer Surveillance Cœur : scope, TA Poumon : saturation, aspiration Neuro : conscience (Glasgow), déficit, sonde gastrique Rein : diurèse, bilan entrées/sorties

3 Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des troubles du rythme cardiaque connus depuis une dizaine d années suivis et traités par un cardiologue, un cancer de la prostate en 2006 traité par radiothérapie et pour lequel il reçoit toujours des injections sous-cutanées ; sur le plan chirurgical : une chirurgie de hernie inguinale en 2000 Son épouse rapporte également qu il présente depuis 2-3 semaines une altération de l état général, qui est allée en s aggravant avec apparition progressive d une hypersomnie puis d un état stuporeux. Il ne s alimentait plus. Son épouse a essayé de le faire boire et manger sans grand succès. Elle a réussi à lui faire prendre son traitement. En l absence de son médecin elle a appelé SOS médecin qui l a adressé aux urgences via les pompiers. Dans le transport le courrier du médecin a été perdu. A son entrée, à l examen clinique, patient fébrile à 38 5, algique à la mobilisation; poids estimé par son épouse lors de la dernière pesée à 70kg ; sur le plan cardiorespiratoire pouls irrégulier à 100 bpm, tension artérielle à 12/7, polypnée à 25 sans cyanose avec à l auscultation pulmonaire des râles bronchiques de la base droite. L examen abdominal ne montre pas d anomalie particulière en dehors d un certain degré de ballonnement. On ne retrouve pas de syndrome tumoral au niveau hépato-splénoganglionnaire ou de syndrome hémorragique cutanéo-muqueux. Au TR pas d hypertrophie prostatique avec des selles de couleur normale sur le doigtier. Sur le plan neurologique patient en coma vigile, pas de signes neurologiques focaux ni de raideur méningée ou d anisocorie. Les mollets sont souples. Le bilan biologique réalisé en urgence montre à l hémogramme : leucocytes : 18G/L dont 90% de polynucléaires neutrophiles, 5% de lymphocytes, 5% de monocytes, hémoglobine : 9,1g/dl, VGM : 95fl, réticulocytes : 61G/L, plaquettes : 565G/L. Le TP est à 10% avec un INR à 5,5, un TCA à 60 avec un ratio à 2 et un fibrinogène à 6,5g/l. Bilan hépatique normal. La créatininémie est à 345µmol/L avec une urée à 25,5mmol/L. Le bilan biochimique montre: natrémie : 148mmol/L, kaliémie : 5mmol/L, calcémie : 3,5mmol/L, uricémie : 980µmol/L, protidémie : 60g/L, albuminémie : 30g/L. La protéinurie est à 4g/l. L ECG montre une fibrillation auriculaire sans signes d ischémie. La radiographie pulmonaire faite au lit montre une discrète surcharge des bases et un foyer systématisé de la base droite. Le radiologue note deux lyses osseuses une de la clavicule gauche et une de la tête humérale droite..

4 Question 2 : concernant les troubles métaboliques, quelles mesures allez-vous mettre en œuvre en urgence? Mesures à visée diagnostique : Echo rénale : cancer de la prostate. Calcium ionisé sur probable hypercalcémie néoplasique (lyse osseuse sur cancer de la prostate)? Autre? Mesures à visée thérapeutique : Bi-phosphonates IV (calcémie néoplasique) adaptés à la fonction rénale. Hydratation (facteur favorisant l insuffisance rénale) adaptée (problème cardiaque sous jacent). Rasburicase (Fasturtec*), (alcalinisation)

5 Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des troubles du rythme cardiaque connus depuis une dizaine d années suivis et traités par un cardiologue, un cancer de la prostate en 2006 traité par radiothérapie et pour lequel il reçoit toujours des injections sous-cutanées ; sur le plan chirurgical : une chirurgie de hernie inguinale en 2000 Son épouse rapporte également qu il présente depuis 2-3 semaines une altération de l état général, qui est allée en s aggravant avec apparition progressive d une hypersomnie puis d un état stuporeux. Il ne s alimentait plus. Son épouse a essayé de le faire boire et manger sans grand succès. Elle a réussi à lui faire prendre son traitement. En l absence de son médecin elle a appelé SOS médecin qui l a adressé aux urgences via les pompiers. Dans le transport le courrier du médecin a été perdu. A son entrée, à l examen clinique, patient fébrile à 38 5, algique à la mobilisation; poids estimé par son épouse lors de la dernière pesée à 70kg ; sur le plan cardiorespiratoire pouls irrégulier à 100 bpm, tension artérielle à 12/7, polypnée à 25 sans cyanose avec à l auscultation pulmonaire des râles bronchiques de la base droite. L examen abdominal ne montre pas d anomalie particulière en dehors d un certain degré de ballonnement. On ne retrouve pas de syndrome tumoral au niveau hépato-splénoganglionnaire ou de syndrome hémorragique cutanéo-muqueux. Au TR pas d hypertrophie prostatique avec des selles de couleur normale sur le doigtier. Sur le plan neurologique patient en coma vigile, pas de signes neurologiques focaux ni de raideur méningée ou d anisocorie. Les mollets sont souples. Le bilan biologique réalisé en urgence montre à l hémogramme : leucocytes : 18G/L dont 90% de polynucléaires neutrophiles, 5% de lymphocytes, 5% de monocytes, hémoglobine : 9,1g/dl, VGM : 95fl, réticulocytes : 61G/L, plaquettes : 565G/L. Le TP est à 10% avec un INR à 5,5, un TCA à 60 avec un ratio à 2 et un fibrinogène à 6,5g/l. Bilan hépatique normal. La créatininémie est à 345µmol/L avec une urée à 25,5mmol/L. Le bilan biochimique montre: natrémie : 148mmol/L, kaliémie : 5mmol/L, calcémie : 3,5mmol/L, uricémie : 980µmol/L, protidémie : 60g/L, albuminémie : 30g/L. La protéinurie est à 4g/l. L ECG montre une fibrillation auriculaire sans signes d ischémie. La radiographie pulmonaire faite au lit montre une discrète surcharge des bases et un foyer systématisé de la base droite. Le radiologue note deux lyses osseuses une de la clavicule gauche et une de la tête humérale droite..

6 Question 3 : concernant les troubles de la coagulation, quelle est l hypothèse la plus probable pour expliquer les anomalies observées et comment allez-vous la confirmer? Comment allez vous gérer leur prise en charge en urgence puis sur le moyen terme? Surdosage AVK probable : ATCD d arythmie TP bas sans signe d IHC ni CIVD. Recherche Dosage cofacteurs Recherche ordonnances, interrogatoire médecin traitant/cardiologue Mesures à visée thérapeutique : Sur le court terme : pas de syndrome hémorragique, surveillance. A moyen terme : héparine classique à prévoir si insuffisance rénale persiste et dès que INR OK.

7 CAT devant un surdosage sous AVK HAS, avril 2008

8 Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des troubles du rythme cardiaque connus depuis une dizaine d années suivis et traités par un cardiologue, un cancer de la prostate en 2006 traité par radiothérapie et pour lequel il reçoit toujours des injections sous-cutanées ; sur le plan chirurgical : une chirurgie de hernie inguinale en 2000 Son épouse rapporte également qu il présente depuis 2-3 semaines une altération de l état général, qui est allée en s aggravant avec apparition progressive d une hypersomnie puis d un état stuporeux. Il ne s alimentait plus. Son épouse a essayé de le faire boire et manger sans grand succès. Elle a réussi à lui faire prendre son traitement. En l absence de son médecin elle a appelé SOS médecin qui l a adressé aux urgences via les pompiers. Dans le transport le courrier du médecin a été perdu. A son entrée, à l examen clinique, patient fébrile à 38 5, algique à la mobilisation; poids estimé par son épouse lors de la dernière pesée à 70kg ; sur le plan cardiorespiratoire pouls irrégulier à 100 bpm, tension artérielle à 12/7, polypnée à 25 sans cyanose avec à l auscultation pulmonaire des râles bronchiques de la base droite. L examen abdominal ne montre pas d anomalie particulière en dehors d un certain degré de ballonnement. On ne retrouve pas de syndrome tumoral au niveau hépato-splénoganglionnaire ou de syndrome hémorragique cutanéo-muqueux. Au TR pas d hypertrophie prostatique avec des selles de couleur normale sur le doigtier. Sur le plan neurologique patient en coma vigile, pas de signes neurologiques focaux ni de raideur méningée ou d anisocorie. Les mollets sont souples. Le bilan biologique réalisé en urgence montre à l hémogramme : leucocytes : 18G/L dont 90% de polynucléaires neutrophiles, 5% de lymphocytes, 5% de monocytes, hémoglobine : 9,1g/dl, VGM : 95fl, réticulocytes : 61G/L, plaquettes : 565G/L. Le TP est à 10% avec un INR à 5,5, un TCA à 60 avec un ratio à 2 et un fibrinogène à 6,5g/l. Bilan hépatique normal. La créatininémie est à 345µmol/L avec une urée à 25,5mmol/L. Le bilan biochimique montre: natrémie : 148mmol/L, kaliémie : 5mmol/L, calcémie : 3,5mmol/L, uricémie : 980µmol/L, protidémie : 60g/L, albuminémie : 30g/L. La protéinurie est à 4g/l. L ECG montre une fibrillation auriculaire sans signes d ischémie. La radiographie pulmonaire faite au lit montre une discrète surcharge des bases et un foyer systématisé de la base droite. Le radiologue note deux lyses osseuses une de la clavicule gauche et une de la tête humérale droite..

9 Question 4 : concernant le problème d anémie, quelles sont les hypothèses physiopathologiques? Quelles mesures à visée diagnostique et thérapeutique vont en découler? Hypothèse physiopathologique : Inflammatoire. Insuffisance rénale. Mesures à visée diagnostique : NFS antérieures. Bilan inflammatoire (CRP, ) thérapeutique : aucune (tolérance, cf ECG)

10 Anémie isolée VGM VGM > 80 Réticulocytes (Ret) VGM < 80 (CCMH < 31) VGM < 100 Rét < 120G/l VGM > 100 Rét < 120G/l VGM > 80 Rét > 120G/l Anémie normocytaire arégénérative Anémie macrocytaire arégénérative Anémie non microcytaire régénérative Anémie microcytaire (hypochrome)

11 Anémie microcytaire (hypochrome) ferritine basse normale / haute carence martiale synd inflammatoire? CRP, fibrinogène pertes carences non oui apport absorption électrophorèse de l hémoglobine inflammation normale anormale myélogramme thalassémie

12 Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des troubles du rythme cardiaque connus depuis une dizaine d années suivis et traités par un cardiologue, un cancer de la prostate en 2006 traité par radiothérapie et pour lequel il reçoit toujours des injections sous-cutanées ; sur le plan chirurgical : une chirurgie de hernie inguinale en 2000 Son épouse rapporte également qu il présente depuis 2-3 semaines une altération de l état général, qui est allée en s aggravant avec apparition progressive d une hypersomnie puis d un état stuporeux. Il ne s alimentait plus. Son épouse a essayé de le faire boire et manger sans grand succès. Elle a réussi à lui faire prendre son traitement. En l absence de son médecin elle a appelé SOS médecin qui l a adressé aux urgences via les pompiers. Dans le transport le courrier du médecin a été perdu. A son entrée, à l examen clinique, patient fébrile à 38 5, algique à la mobilisation; poids estimé par son épouse lors de la dernière pesée à 70kg ; sur le plan cardiorespiratoire pouls irrégulier à 100 bpm, tension artérielle à 12/7, polypnée à 25 sans cyanose avec à l auscultation pulmonaire des râles bronchiques de la base droite. L examen abdominal ne montre pas d anomalie particulière en dehors d un certain degré de ballonnement. On ne retrouve pas de syndrome tumoral au niveau hépato-splénoganglionnaire ou de syndrome hémorragique cutanéo-muqueux. Au TR pas d hypertrophie prostatique avec des selles de couleur normale sur le doigtier. Sur le plan neurologique patient en coma vigile, pas de signes neurologiques focaux ni de raideur méningée ou d anisocorie. Les mollets sont souples. Le bilan biologique réalisé en urgence montre à l hémogramme : leucocytes : 18G/L dont 90% de polynucléaires neutrophiles, 5% de lymphocytes, 5% de monocytes, hémoglobine : 9,1g/dl, VGM : 95fl, réticulocytes : 61G/L, plaquettes : 565G/L. Le TP est à 10% avec un INR à 5,5, un TCA à 60 avec un ratio à 2 et un fibrinogène à 6,5g/l. Bilan hépatique normal. La créatininémie est à 345µmol/L avec une urée à 25,5mmol/L. Le bilan biochimique montre: natrémie : 148mmol/L, kaliémie : 5mmol/L, calcémie : 3,5mmol/L, uricémie : 980µmol/L, protidémie : 60g/L, albuminémie : 30g/L. La protéinurie est à 4g/l. L ECG montre une fibrillation auriculaire sans signes d ischémie. La radiographie pulmonaire faite au lit montre une discrète surcharge des bases et un foyer systématisé de la base droite. Le radiologue note deux lyses osseuses une de la clavicule gauche et une de la tête humérale droite..

13 Question 5 : concernant les troubles du rythme cardiaque quelle hypothèse diagnostic faut il évoquer dans ce contexte? Quels examens permettront de la valider? Amylose? sur insuffisance rénale, protéinurie, hypoalbuminémie, trouble du rythme. Examens à prévoir : typage de la protéinurie par électrophorèse. Biopsie graisse péritonéale IRM cardiaque secondairement

14 Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des troubles du rythme cardiaque connus depuis une dizaine d années suivis et traités par un cardiologue, un cancer de la prostate en 2006 traité par radiothérapie et pour lequel il reçoit toujours des injections sous-cutanées ; sur le plan chirurgical : une chirurgie de hernie inguinale en 2000 Son épouse rapporte également qu il présente depuis 2-3 semaines une altération de l état général, qui est allée en s aggravant avec apparition progressive d une hypersomnie puis d un état stuporeux. Il ne s alimentait plus. Son épouse a essayé de le faire boire et manger sans grand succès. Elle a réussi à lui faire prendre son traitement. En l absence de son médecin elle a appelé SOS médecin qui l a adressé aux urgences via les pompiers. Dans le transport le courrier du médecin a été perdu. A son entrée, à l examen clinique, patient fébrile à 38 5, algique à la mobilisation; poids estimé par son épouse lors de la dernière pesée à 70kg ; sur le plan cardiorespiratoire pouls irrégulier à 100 bpm, tension artérielle à 12/7, polypnée à 25 sans cyanose avec à l auscultation pulmonaire des râles bronchiques de la base droite. L examen abdominal ne montre pas d anomalie particulière en dehors d un certain degré de ballonnement. On ne retrouve pas de syndrome tumoral au niveau hépato-splénoganglionnaire ou de syndrome hémorragique cutanéo-muqueux. Au TR pas d hypertrophie prostatique avec des selles de couleur normale sur le doigtier. Sur le plan neurologique patient en coma vigile, pas de signes neurologiques focaux ni de raideur méningée ou d anisocorie. Les mollets sont souples. Le bilan biologique réalisé en urgence montre à l hémogramme : leucocytes : 18G/L dont 90% de polynucléaires neutrophiles, 5% de lymphocytes, 5% de monocytes, hémoglobine : 9,1g/dl, VGM : 95fl, réticulocytes : 61G/L, plaquettes : 565G/L. Le TP est à 10% avec un INR à 5,5, un TCA à 60 avec un ratio à 2 et un fibrinogène à 6,5g/l. Bilan hépatique normal. La créatininémie est à 345µmol/L avec une urée à 25,5mmol/L. Le bilan biochimique montre: natrémie : 148mmol/L, kaliémie : 5mmol/L, calcémie : 3,5mmol/L, uricémie : 980µmol/L, protidémie : 60g/L, albuminémie : 30g/L. La protéinurie est à 4g/l. L ECG montre une fibrillation auriculaire sans signes d ischémie. La radiographie pulmonaire faite au lit montre une discrète surcharge des bases et un foyer systématisé de la base droite. Le radiologue note deux lyses osseuses une de la clavicule gauche et une de la tête humérale droite..

15 Question 6: concernant le problème respiratoire quelle est l hypothèse la plus probable? Quelle conséquence a-t-elle sur la prise en charge thérapeutique? Probable pneumopathie d inhalation sur : Troubles de la conscience et alimentation par son épouse. Pneumopathie de la base droite. Sur le plan thérapeutique : antibiothérapie adaptée (anaérobie).

16 Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des troubles du rythme cardiaque connus depuis une dizaine d années suivis et traités par un cardiologue, un cancer de la prostate en 2006 traité par radiothérapie et pour lequel il reçoit toujours des injections sous-cutanées ; sur le plan chirurgical : une chirurgie de hernie inguinale en 2000 Son épouse rapporte également qu il présente depuis 2-3 semaines une altération de l état général, qui est allée en s aggravant avec apparition progressive d une hypersomnie puis d un état stuporeux. Il ne s alimentait plus. Son épouse a essayé de le faire boire et manger sans grand succès. Elle a réussi à lui faire prendre son traitement. En l absence de son médecin elle a appelé SOS médecin qui l a adressé aux urgences via les pompiers. Dans le transport le courrier du médecin a été perdu. A son entrée, à l examen clinique, patient fébrile à 38 5, algique à la mobilisation; poids estimé par son épouse lors de la dernière pesée à 70kg ; sur le plan cardiorespiratoire pouls irrégulier à 100 bpm, tension artérielle à 12/7, polypnée à 25 sans cyanose avec à l auscultation pulmonaire des râles bronchiques de la base droite. L examen abdominal ne montre pas d anomalie particulière en dehors d un certain degré de ballonnement. On ne retrouve pas de syndrome tumoral au niveau hépato-splénoganglionnaire ou de syndrome hémorragique cutanéo-muqueux. Au TR pas d hypertrophie prostatique avec des selles de couleur normale sur le doigtier. Sur le plan neurologique patient en coma vigile, pas de signes neurologiques focaux ni de raideur méningée ou d anisocorie. Les mollets sont souples. Le bilan biologique réalisé en urgence montre à l hémogramme : leucocytes : 18G/L dont 90% de polynucléaires neutrophiles, 5% de lymphocytes, 5% de monocytes, hémoglobine : 9,1g/dl, VGM : 95fl, réticulocytes : 61G/L, plaquettes : 565G/L. Le TP est à 10% avec un INR à 5,5, un TCA à 60 avec un ratio à 2 et un fibrinogène à 6,5g/l. Bilan hépatique normal. La créatininémie est à 345µmol/L avec une urée à 25,5mmol/L. Le bilan biochimique montre: natrémie : 148mmol/L, kaliémie : 5mmol/L, calcémie : 3,5mmol/L, uricémie : 980µmol/L, protidémie : 60g/L, albuminémie : 30g/L. La protéinurie est à 4g/l. L ECG montre une fibrillation auriculaire sans signes d ischémie. La radiographie pulmonaire faite au lit montre une discrète surcharge des bases et un foyer systématisé de la base droite. Le radiologue note deux lyses osseuses une de la clavicule gauche et une de la tête humérale droite..

17 Question 7 : l électrophorèse des protides urinaires montre des globulines à 90%. Au vu de l ensemble du tableau, quelle(s) pathologie(s) de fond peut-on évoquer et sur quels arguments? Quel(s) examen(s) allez-vous demander pour étayer votre(vos) hypothèse(s). Détailler leur(s) objectif(s)? Myélome sur protéinurie de type «tubulaire», insuffisance rénale, lyse osseuse, hypercalcémie. Bilan à visée diagnostique : Myélogramme à la recherche d une plasmocytose médullaire. Immunofixation urinaire et dosage des CLL sériques pour recherche clonalité sur les CLL Electrophorèse des protides sanguins et immunofixation pour recherche Ig sérique monoclonale.

18 MM. Critères diagnostic IMWG Leukemia :3-9 Plasmocytome GMSI MM MM solitaire indolent symptomatique 1 + All All 3 1 et/ou 2 +All one 3 Plasmocytose (1) < 5% < 10% >= 10% >= 10% Pic serique (IgG, IgA) 0 < 30g >= 30g present (2) C alcium (3) N N N > 2.65 mmol R ein (3) N N N >177 µmol A nemie (3) N N N < 10 g or 2 g < normal B one (3) 1 IRM neg N N geodes fractures patho Pr G MARIT Université V Segalen Bx2

19 Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des troubles du rythme cardiaque connus depuis une dizaine d années suivis et traités par un cardiologue, un cancer de la prostate en 2006 traité par radiothérapie et pour lequel il reçoit toujours des injections sous-cutanées ; sur le plan chirurgical : une chirurgie de hernie inguinale en 2000 Son épouse rapporte également qu il présente depuis 2-3 semaines une altération de l état général, qui est allée en s aggravant avec apparition progressive d une hypersomnie puis d un état stuporeux. Il ne s alimentait plus. Son épouse a essayé de le faire boire et manger sans grand succès. Elle a réussi à lui faire prendre son traitement. En l absence de son médecin elle a appelé SOS médecin qui l a adressé aux urgences via les pompiers. Dans le transport le courrier du médecin a été perdu. A son entrée, à l examen clinique, patient fébrile à 38 5, algique à la mobilisation; poids estimé par son épouse lors de la dernière pesée à 70kg ; sur le plan cardiorespiratoire pouls irrégulier à 100 bpm, tension artérielle à 12/7, polypnée à 25 sans cyanose avec à l auscultation pulmonaire des râles bronchiques de la base droite. L examen abdominal ne montre pas d anomalie particulière en dehors d un certain degré de ballonnement. On ne retrouve pas de syndrome tumoral au niveau hépato-splénoganglionnaire ou de syndrome hémorragique cutanéo-muqueux. Au TR pas d hypertrophie prostatique avec des selles de couleur normale sur le doigtier. Sur le plan neurologique patient en coma vigile, pas de signes neurologiques focaux ni de raideur méningée ou d anisocorie. Les mollets sont souples. Le bilan biologique réalisé en urgence montre à l hémogramme : leucocytes : 18G/L dont 90% de polynucléaires neutrophiles, 5% de lymphocytes, 5% de monocytes, hémoglobine : 9,1g/dl, VGM : 95fl, réticulocytes : 61G/L, plaquettes : 565G/L. Le TP est à 10% avec un INR à 5,5, un TCA à 60 avec un ratio à 2 et un fibrinogène à 6,5g/l. Bilan hépatique normal. La créatininémie est à 345µmol/L avec une urée à 25,5mmol/L. Le bilan biochimique montre: natrémie : 148mmol/L, kaliémie : 5mmol/L, calcémie : 3,5mmol/L, uricémie : 980µmol/L, protidémie : 60g/L, albuminémie : 30g/L. La protéinurie est à 4g/l. L ECG montre une fibrillation auriculaire sans signes d ischémie. La radiographie pulmonaire faite au lit montre une discrète surcharge des bases et un foyer systématisé de la base droite. Le radiologue note deux lyses osseuses une de la clavicule gauche et une de la tête humérale droite..

20 Question 8 : après traitement l état du patient permet d envisager une sortie de l hôpital. Il n est néanmoins pas totalement autonome. Il refuse tout placement en maison de retraite ou de convalescence. Quelles mesures seront à mettre en place à domicile? Mesures d aide à domicile Aide ménagère, Infirmière à domicile (prise médicaments, chimiothérapie), «Adapter l intérieur»

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple - juillet 2010 - Bilan au diagnostic A visée diagnostique Bilan clinique OMS. Douleurs osseuses, tuméfactions osseuses. Bilan biologique Hématologique

Plus en détail

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques?

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques? Une femme de 62 ans consulte en juillet son médecin généraliste pour une hypodermite de la jambe droite survenue dans un contexte d insuffisance veineuse ancienne des membres inférieurs. Il prescrit un

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN 9 gr/l Hb, VGM 71 Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Nature des lésions cutanées,

Plus en détail

Vous voyez en consultation Melle S. âgée de 26 ans.

Vous voyez en consultation Melle S. âgée de 26 ans. Cas clinique 1 Vous voyez en consultation Melle S. âgée de 26 ans. Cette patiente d'origine de Taza consulte pour une asthénie d'apparition progressive depuis 6 mois associée à une dyspnée d effort. L

Plus en détail

La lettre d. Diagnostic des Gammapathies Monoclonales de Signification Indéterminée (GMSI) Les GMSI font partie du

La lettre d. Diagnostic des Gammapathies Monoclonales de Signification Indéterminée (GMSI) Les GMSI font partie du La lettre d L information biomédicale des laboratoires Oriade Noviale Novembre 2015 Diagnostic des Gammapathies Monoclonales de Signification Indéterminée (GMSI) Les GMSI font partie du même continuum

Plus en détail

Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations)

Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations) Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations) Date de création du document 2009-2010 QCM QUESTION 1/9 : Quelques heures après une brûlure grave et étendue, l'hémogramme montrera

Plus en détail

DOSSIER 1 défaillances métaboliques aigues

DOSSIER 1 défaillances métaboliques aigues DOSSIER 1 défaillances métaboliques aigues Un homme de 65 ans est pris en charge par une équipe du SAMU pour une perte de connaissance. Le médecin se trouvant sur les lieux de l'accident trouve un patient

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

MYELOME MULTIPLE CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE. CRITERES PRONOSTIQUES - Critères biologiques - Durie et Salmon

MYELOME MULTIPLE CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE. CRITERES PRONOSTIQUES - Critères biologiques - Durie et Salmon MYELOME MULTIPLE CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE CRITERES PRONOSTIQUES - Critères biologiques - Durie et Salmon FORMES CLINIQUES PARTICULIERES EVOLUTION TRAITEMENT MYELOME Maladie liée

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

Confrontations en Hématologie Cellulaire

Confrontations en Hématologie Cellulaire Confrontations en Hématologie Cellulaire (Pr Marc ZANDECKI Dr Franck GENEVIEVE) Mars 2017 (2017 CYT - 1) Vous trouverez ci-après les dossiers biocliniques des 4 observations correspondant aux frottis sanguins

Plus en détail

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Myélome Multiple DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Lésions osseuses Sécrétion Ig monoclonale Cytopénies Hypercalcémie Syndromes au diagnostic Douleurs osseuses

Plus en détail

GAMMAPATHIES MONOCLONALES

GAMMAPATHIES MONOCLONALES GAMMAPATHIES MONOCLONALES Karim E. Abou-Nassar, MD, FRCPC Hématologue CSSSG Professeur adjoint, Université d Ottawa Qu est-ce qu une gammopathie monoclonale? Prolifération de plasmocytes clonaux pouvant

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Le myélome multiple Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Historique 1 er cas rapporté à Londres en 1844 chez une femme, Sarah Newbury, âgée de 39 ans, présentant des fractures multiples et des

Plus en détail

Un homme, un pic, 3 possibilités...

Un homme, un pic, 3 possibilités... Un homme, un pic, 3 possibilités... Symposium, 17.10.2015 Dr Bauwens Déborah, Hématologue 1. Définition Plasmocytes malins dans la moelle osseuse (> 10%). Les cellules myélomateuses sécrètent une proteine

Plus en détail

Immunoglobulines monoclonales. EPU 15 décembre 2010 Arnaud Jaccard Hématologie clinique CHU Limoges

Immunoglobulines monoclonales. EPU 15 décembre 2010 Arnaud Jaccard Hématologie clinique CHU Limoges Immunoglobulines monoclonales EPU 15 décembre 2010 Arnaud Jaccard Hématologie clinique CHU Limoges Cas clinique n 1 : Femme de 65 ans Atc arthrose avec douleurs lombaires anciennes Majoration des douleurs

Plus en détail

Dossier 1. Vous voyez en consultation une patiente de 48 ans pour avis sur un hémogramme anormal. Son examen physique est normal.

Dossier 1. Vous voyez en consultation une patiente de 48 ans pour avis sur un hémogramme anormal. Son examen physique est normal. Dossier 1 Vous voyez en consultation une patiente de 48 ans pour avis sur un hémogramme anormal. Son examen physique est normal. Hémogramme : Hémoglobine : 12,4 g/dl VGM : 93 μm 3 CCMH : 33 % Réticulocytes

Plus en détail

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale.

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale. Dossier 1 Monsieur B., 72 ans, est hospitalisé en urgence pour confusion mentale. Ses antécédents sont marqués par un infarctus du myocarde antérieur étendu en avril 1998, un œdème aigu du poumon en mai

Plus en détail

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Catalogue des analyses 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Légende du dictionnaire Tube Citrate de Sodium Tube Sérum = Sec avec Activateur de coagulation (avec ou sans gel) Tube Héparine

Plus en détail

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments?

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments? Dossier 1 Un patient de 32 ans, en état de précarité, est admis pour toux chronique dans un contexte de perte de poids récente. Son principal antécédent connu est une intoxication alcoolique. La radiographie

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

EXAMEN D HEMATOLOGIE

EXAMEN D HEMATOLOGIE EXAMEN D HEMATOLOGIE PCEM2 UFR médecine : Première session du 27 mai 2010 Recommandations : 1-Vous disposez d une heure pour rédiger les réponses. 2-Lisez d abord les dossiers attentivement et notez en

Plus en détail

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle)

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Crée par - Pr Pierre HAUSFATER Relecture - Pr Jean CHASTRE - Pr Pierre HAUSFATER - Pr Olivier

Plus en détail

DIAGNOSTIC d une ANEMIE 3 étapes

DIAGNOSTIC d une ANEMIE 3 étapes DIAGNOSTIC d une ANEMIE 3 étapes 1- Est-ce bien une anémie? Hémoglobine F < 12 g/dl H < 13 g/dl 2-Quel est son mécanisme? 3-Quelle est sa cause? Analyse des constantes du Coulter Question 1: microcytaire?

Plus en détail

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique?

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique? Dossier n 4 Un homme de 66 ans vous est adressé par son médecin traitant devant la découverte lors d un examen systématique d une masse abdominale pulsatile et expansive. Ses antécédents se résument à

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

EXAMEN Tissu sanguin

EXAMEN Tissu sanguin EXAMEN Tissu sanguin PCEM2: Seconde Session Lundi 11 juin 2012 Dossier N 1 Une patiente de 35 ans consulte pour asthénie d apparition progressive. A l interrogatoire, on apprend que cette symptomatologie

Plus en détail

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations

Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations Examens utiles et inutiles chez le patient anémié Recommandations 22ans ATCD :RAS Visite d embauche GR 6,2M Hb 10,8g/dl VGM 68fl CCMH 32% Diagnostic? Bêta Thalassémie mineure Examens utiles? -Fer sérique

Plus en détail

Sarah EGUIENTA DES de pneumologie. Pr. Michael FAYON. Dr Léonie MARTIGNE CH d Angoulême CIC-0005

Sarah EGUIENTA DES de pneumologie. Pr. Michael FAYON. Dr Léonie MARTIGNE CH d Angoulême CIC-0005 Pr. Michael FAYON Sarah EGUIENTA DES de pneumologie Dr Léonie MARTIGNE CH d Angoulême CIC-0005 Histoire de la maladie 16 Février 2012 Amélie, 3 ans Hospit au CHG d Angoulême Fièvre évoluant depuis 4 jours

Plus en détail

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?...

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?... RENSEIIGNEMENTTS MEDIICAUX A REMPLIR PAR LE MEDECIN TRAITANT IDENTITE Nom.... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse......T......... N SS et adresse du centre 100% pour quelles pathologies?...

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Confrontations en Hématologie Cellulaire. (Pr Marc ZANDECKI Dr Franck GENEVIEVE) Mai 2016 (n )

Confrontations en Hématologie Cellulaire. (Pr Marc ZANDECKI Dr Franck GENEVIEVE) Mai 2016 (n ) Association de Biologie Praticienne 70 avenue des Gobelins 75013 PARIS - Tél : 01 43 31 94 87 - Fax : 01 43 37 39 92 Email : secretariatabp@orange.fr Enregistrée à la Préfecture Région Ile de France, délégation

Plus en détail

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent Énoncé D1-2007 Une femme de 68 ans, tabagique non sevrée, est hospitalisée pour altération de l état général. À l arrivée, la tension artérielle est à 140/80 mmhg, le pouls à 110/ min, elle a une polypnée

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Item 121 : La polyarthrite rhumatoïde (Evaluations)

Item 121 : La polyarthrite rhumatoïde (Evaluations) Item 121 : La polyarthrite rhumatoïde (Evaluations) Date de création du document 2010-2011 CAS CLINIQUE Scénario : Une femme de 60 ans vient consulter en se plaignant des genoux, des chevilles et de l'épaule

Plus en détail

ANEMIES. Dr A.KHELIFA, le 21/07/2009

ANEMIES. Dr A.KHELIFA, le 21/07/2009 ANEMIES Dr A.KHELIFA, le 21/07/2009 I Définition d une anémie On définit donc une anémie par un taux d hémoglobine par unité de volume de sang inférieur aux valeurs physiologiques de référence qui varient

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes

Hémopathies lymphoïdes 07/10/2009 Module Onco-Hématologie Hémopathies lymphoïdes Hématologie: Hématologie clinique: * Hospitalisation: hémopathie maligne ++ Hémopathie myéloïde: Leucémie Aigue (LA), Myélodysplasie (MDS), Syndrome

Plus en détail

Dysglobulinémie. Myélome multiple la maladie d kahler :

Dysglobulinémie. Myélome multiple la maladie d kahler : Dysglobulinémie Définition : Présence dans le sérum et/ou dans les urines d une immunoglobuline monoclonale en excès. Gammapathie monoclonales bénignes : 1- Gammapathies de signification indéterminée (MGUS)

Plus en détail

Cas Clinique n 1 - Léontine, 72 ans

Cas Clinique n 1 - Léontine, 72 ans Cas Clinique n 1 - Léontine, 72 ans Vous êtes appelé au domicile des enfants de Madame C... Léontine, 72 ans, qui vient d'arriver chez eux au décès de son mari. Cette patiente âgée est fatiguée et atteinte

Plus en détail

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Papy Muhoya-Djungayane Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Techniques hématologiques Préambule Cet ouvrage qui rassemble la plupart des techniques hématologiques utilisées dans

Plus en détail

ITEM 217 : Amylose. Questions

ITEM 217 : Amylose. Questions ITEM 217 : Amylose Questions [2004 Dossier 8-2013 Dossier 5] QCM 1 : Quelles sont les caractéristiques de la substance amyloïde? Il s agit d une substance intracellulaire Elle émet un dichroïsme jaune-vert

Plus en détail

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Alexandra Briend-Marchal Laboratoire Vebiotel France Introduction La cytométrie en

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire Question 112 I. DÉFINITION INTRODUCTION 17 II. PRINCIPAUX

Plus en détail

MYÉLOME MULTIPLE : GÉNÉRALITÉS

MYÉLOME MULTIPLE : GÉNÉRALITÉS MYÉLOME MULTIPLE : GÉNÉRALITÉS Le myélome multiple ou maladie de Kahler est une hémopathie h maligne caractéris risée e par le développement d un d clone de plasmocytes tumoraux envahissant la moelle hématopoïétique

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

3/ Comment complétez-vous le bilan chez ce patient? Justifiez chaque examen complémentaire prescrit.

3/ Comment complétez-vous le bilan chez ce patient? Justifiez chaque examen complémentaire prescrit. Alors qu il est en vacances en Auvergne, Mr B 58 ans, présente brutalement une fièvre à 40 C avec des frissons. A l arrivée aux Urgences de l Hôpital du Puy en Velay, on découvre à l examen clinique la

Plus en détail

CAS CLINIQUES EN HEMATOLOGIE APPORT DES DOSAGES FREELITE

CAS CLINIQUES EN HEMATOLOGIE APPORT DES DOSAGES FREELITE CAS CLINIQUES EN HEMATOLOGIE APPORT DES DOSAGES FREELITE 40ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Angers 2011 Xavier LELEU CHRU LILLE Homme 47 ans. Patient sans antécédent. Douleurs dorsales

Plus en détail

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent

Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Les douleurs du rachis chez l enfant et l adolescent Pierre MARY Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l enfant Pr G. Filipe Hôpital d enfants A. Trousseau 100 enfants lombalgiques 1/3 =

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

La gastrostomie endoscopique percutanée

La gastrostomie endoscopique percutanée La gastrostomie endoscopique percutanée Définition: Gastros: estomac Stomie: ouverture à la peau Percutanée: on traverse la peau Endoscopique: on va voir à l intérieur de l estomac avec un endoscope technique

Plus en détail

Cas cliniques. Docteur Mahaut Leconte DU urgence

Cas cliniques. Docteur Mahaut Leconte DU urgence Cas cliniques Docteur Mahaut Leconte DU urgence Cas n 1 Un homme âgé de 56 ans se présente aux urgences pour une douleur abdominale péri-ombilicale d apparition brutale, évoluant depuis 4 heures, associée

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 DEFICITS IMMUNITAIRES Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 Déficits immunitaires Avant tout : déficits immunitaires secondaires Infections: VIH mais aussi

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

Douleurs du myélome: apport du biologiste? Lucile Musset Département d Immunologie - CHU Pitié-Salpêtrière - Paris

Douleurs du myélome: apport du biologiste? Lucile Musset Département d Immunologie - CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Douleurs du myélome: apport du biologiste? Lucile Musset Département d Immunologie - CHU Pitié-Salpêtrière - Paris 19 sept.2012 Myélome au diagnostic Ig monoclonale? Clone plasmocytaire? CRAB? Myélome

Plus en détail

LE SANG Dr Zanotti Anatomie-Pharmacologie-Physiologie. I)Introduction

LE SANG Dr Zanotti Anatomie-Pharmacologie-Physiologie. I)Introduction 29.10.08 Dr Zanotti Anatomie-Pharmacologie-Physiologie I)Introduction LE SANG Cela constitue un moyen de communication entre les cellules des différentes parties du corps et l'environnement externe. Il

Plus en détail

Item 222 : Anémie par carence martiale

Item 222 : Anémie par carence martiale Item 222 : Anémie par carence martiale Date de création du document 01/02/2010 OBJECTIFS ENC : Diagnostiquer une anémie par carence martiale. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du

Plus en détail

Nouveaux critères de diagnostic du Myélome

Nouveaux critères de diagnostic du Myélome Nouveaux critères de diagnostic du Myélome Dr Nathalie SCHNEIDER CHU de Reims Pôle de Biologie Médicale Laboratoire Central de Biochimie 44 eme Colloque National des Biologistes des Hôpitaux 23 25 septembre

Plus en détail

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie

Cas Clinique ATCD : Mode de vie : Traitement habituel : HTA Insuffisance cardiaque Démence Myélodysplasie Cas Clinique Mme F. Jeanne, 82 ans est hospitalisée dans le service de Gériatrie le 21/01/2004. Elle est adressée par son médecin traitant pour d aggravation de sa démence et demande de placement. ATCD

Plus en détail

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra Dossier n 1 Madame A, 30 ans, primipare, a accouché par césarienne à 36 SA d un enfant en bonne santé. Elle a été hospitalisée deux semaines avant l accouchement pour une menace d accouchement. A son retour

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels Formule sanguine et frottis périphérique Rappels 1. Formule sanguine (= hémogramme) Actuellement automatisée : Globules rouges: Numération érythrocytaire Détermination de l hématocrite Taux d hémoglobine

Plus en détail

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Initiales du patient : - Inclusion Code : Page 1 DEMOGRAPHIE Sexe : 1 Masculin 2 Féminin Date de naissance : - - 19 IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Etablissement : Investigateur : CRITERES D INCLUSION

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

ÉLECTROPHORÈSE des protéines sériques

ÉLECTROPHORÈSE des protéines sériques ÉLECTROPHORÈSE des protéines sériques Interprétation, mise en évidence et typage d immunoglobulines monoclonales Jeudi 8 mars 2012 Présentée par Leïla BENTOUATI-RAHMOUN Prescription de l électrophorèse

Plus en détail

Immunoglobuline monoclonale

Immunoglobuline monoclonale 22 Item 126 Immunoglobuline monoclonale Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une immunoglobuline monoclonale. COFER Savoir détecter sur l électrophorèse un aspect d immunoglobuline monoclonale

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

Myélome multiple. (maladie de Kahler)

Myélome multiple. (maladie de Kahler) Myélome multiple! (maladie de Kahler) Clone plasmocytaire malin Myélome multiple Plan - Définition - Physiopathologie - Diagnostic - Manifestations cliniques et biologiques - Pronostic et traitement Myélome

Plus en détail

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer

Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques. P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer Interprétation de l électrophorèse des protéines sériques P Bataille Hôpital Docteur Duchenne Boulogne sur Mer Principe et Historique Séparation des constituants d un mélange protéique sous l action d

Plus en détail

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique EXPLORATION DU STATUT MARTIAL - info NUMERO 5 2013 ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique Son dosage isolé est SANS INTÉRÊT, il ne se justifie que couplé à celui de la transferrine qui permet

Plus en détail

Cas clinique n 1 Module 10 Dr DE BARI avec grille de correction

Cas clinique n 1 Module 10 Dr DE BARI avec grille de correction Cas clinique n 1 Module 10 Dr DE BARI avec grille de correction Questions abordées : Thématique principale : -Module 10 Item 157 : Tumeurs du poumon, primitives et secondaires. Thématique secondaire :

Plus en détail

Tome 1 : Terminologie médicale, anatomie, santé, nutrition

Tome 1 : Terminologie médicale, anatomie, santé, nutrition Tome 1 : Terminologie médicale, anatomie, santé, nutrition I. Anatomie A. Le fonctionnement du corps humain B. L encéphale et le système nerveux 1. Les neurones et synapse 2. Le message nerveux 3. Le système

Plus en détail

Examens biologiques et Personnes Agées

Examens biologiques et Personnes Agées Examens biologiques et Personnes Agées Martine IEHL ROBERT Centre de Soins Des Tilleroyes Rencontres Médicales Comtoises 29 Septembre 2007 Les effets du vieillissement sur les valeurs biologiques courantes

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE MYELOME MULTIPLE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE MYELOME MULTIPLE INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE MYELOME MULTIPLE Le myélome multiple est une forme de cancer qui atteint les plasmocytes. Ceux-ci résident essentiellement dans la moelle osseuse, ce sont les cellules

Plus en détail

DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION

DOSSIER DU MOIS. Novembre n 12 CORRECTION DOSSIER DU MOIS Novembre n 12 CORRECTION ANNEE 2012/2013 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE NOVEMB 2012 Mme T. âgée de 40 ans vous est adressée par son médecin traitant pour des métrorragies capricieuses

Plus en détail

HYPERCALCEMIE ET HYPERPARATHYROÏDIE PRIMAIRE. Frédéric CASTINETTI - Isabelle MORANGE Endocrinologie La Timone, Marseille

HYPERCALCEMIE ET HYPERPARATHYROÏDIE PRIMAIRE. Frédéric CASTINETTI - Isabelle MORANGE Endocrinologie La Timone, Marseille HYPERCALCEMIE ET HYPERPARATHYROÏDIE PRIMAIRE Frédéric CASTINETTI - Isabelle MORANGE Endocrinologie La Timone, Marseille 1. L hypercalcémie - Epidémiologie - Physiopathologie - Diagnostic - Prise en charge

Plus en détail

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Pr P Cathébras Médecine interne Principe général L'amaigrissement est un signe aspécifique. Il est rarement réellement isolé et la démarche

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Maladie rénale chronique de l adulte

Maladie rénale chronique de l adulte POINTS CRITIQUES DU PARCOURS DE SOINS Maladie rénale chronique de l adulte Dépister la maladie rénale chronique (MRC) Identifier la population à risque de maladie rénale chronique diabète hypertension

Plus en détail

ANRS. Echelle ANRS de cotation de la gravité des événements indésirables chez l adulte. Version n 4 du 19 octobre 2000

ANRS. Echelle ANRS de cotation de la gravité des événements indésirables chez l adulte. Version n 4 du 19 octobre 2000 ANRS Version n 4 du 19 octobre 2000 Cette échelle de cotation constitue un guide de travail destiné à vous permettre de graduer plus facilement un symptôme observé et de ne pas omettre un événement indésirable

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Biopsie ganglionnaire chirurgicale: LMNH diffus grandes cellules B

Biopsie ganglionnaire chirurgicale: LMNH diffus grandes cellules B QUIZZ LMNH ALGERIE Mlle L, 37 ans sans antécédents en dehors d une appendicectomie dans l enfance présente des adénopathies sus-claviculaires bilatérales fermes, indolores, apparues rapidement en 2 semaines

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS

FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS FAIT DIVERS : MADAME X. 56ANS Antécédents: Antécédents médicaux: Obésité morbide: poids: 165kg, taille: 159cm, BMI: 65 Arthose scapulaire droite Syndrome dépressif depuis 2003 Antécédents chirurgicaux:

Plus en détail

Exercices sur les échanges gazeux 1

Exercices sur les échanges gazeux 1 Exercices sur les échanges gazeux 1 1. ph 7.35-7.45 7.58 Alcalose pco2 35-45 23 Alcalose PO2 75-100 175 HCO3 21-28 30 alcalose Saturation artérielle 0.92-0.98 0.99 Glucose 3.9-6.0 5.5 1.1 Interprétez le

Plus en détail