«Troubles du comportement, conduites alimentaires, suicidaires» Dr E.Ponavoy Service de psychiatrie CHU Dijon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Troubles du comportement, conduites alimentaires, suicidaires» Dr E.Ponavoy Service de psychiatrie CHU Dijon"

Transcription

1 «Troubles du comportement, conduites alimentaires, suicidaires» Dr E.Ponavoy Service de psychiatrie CHU Dijon

2 Conduites suicidaires Troubles du comportement alimentaire Troubles du comportement au cours des pathologies à évolution démentielle

3 Les symptômes psychologiques et comportementaux

4 Définition SPCD = «Conduites et attitudes inadaptées aux situations et aux lieux, en référence aux normes culturelles communément admises» Ohnen 2002 Concept subjectif, variable selon les lieux, les époques, la culture et les individus Les SPCD constituent un composant majeur de la démence, quelle que soit son origine et quel que soit son stade de sévérité Polymorphisme clinique et richesse étiologique

5 Enjeux Facteur pronostic de la pathologie : les SPCD aggravent le pronostic de la démence Impact sur l entourage ++ Risque de maltraitance Première cause de placement en institution Liens avec l hospitalisation

6 Données épidémiologiques La fréquence des SPCD s élève avec l évolution de la démence Dans la maladie d Alzheimer, les SPCD sont fortement corrélés au déclin cognitif Mais les SPCD peuvent apparaître en début d évolution démentielle et sont parfois inauguraux Fréquence : Démence fronto-temporale Démence à corps de Lewy

7 Description clinique Les SPCD regroupe différentes manifestations qui s intègrent dans plusieurs registres symptomatiques : Comportemental et moteur Psychiatrique Instinctuel Nombreuses intrications Découpage théorique qui ne reflète pas le caractère global des troubles du patient

8 Registre comportemental et moteur Agitation : Correspond à une conduite active verbale, vocale ou motrice inappropriée par sa fréquence ou par sa survenue dans un contexte donné Agressive ou non agressive Attitudes d opposition, de refus Déambulation, errances, fugues Cris et vocalisations

9 Apathie : Trouble de la motivation avec diminution de l initiation motrice, de l initiation cognitive et du ressenti affectif Sorte d état d indifférence, d absence de réaction notamment sur le plan affectif Symptôme comportemental le plus fréquent au cours de la maladie d Alzheimer Distinction parfois difficile avec un trouble dépressif

10 Registre psychiatrique Troubles psychotiques Idées délirantes (vol, jalousie, abandon ) Hallucinations Délire ou hallucination au cours d une démence ne signifie pas PSYCHOSE Dépression : parfois irritabilité, troubles du comportement Anxiété : Prédominance en fin d après-midi et le soir (syndrome du coucher de soleil) Réactions catastrophes: sensibilité + + aux situations de mise en échec

11 Registre instinctuel Troubles du sommeil Problème de l adaptation des institutions aux rythmes des patients Troubles des conduites alimentaires Troubles des conduites sexuelles

12 Etiologies

13 Facteurs étiologiques Personnalité Démence SPCD Histoire individuelle Environnement Comorbidités Déficit sensoriel Iatrogénie

14 Eléments de prévention et de pris en charge

15 Approches non médicamenteuses Interventions basées sur la cognition Stimulation cognitive Réhabilitation cognitive individuelle Interventions basées sur l environnement Interventions psycho-sociales Intervention par évocation du passé Thérapie par empathie (théorie de la validation) Interventions corporelles et basées sur l activité motrice Interventions basées sur une stimulation sensorielle

16 Interventions médicamenteuses Les indications de prescription reposent sur l expérience clinique Aucun psychotrope n a d AMM pour les troubles neuropsychiatriques dans la démence.

17 Les traitements pharmacologiques peuvent être utilisés lorsque les traitements non pharmacologiques sont d efficacité insuffisante, quand la sévérité des SPCD met en danger le patient, altère son fonctionnement, ou est une menace ou une source importante de souffrance pour son entourage. «Ils devraient être utilisés en synergie avec les mesures non médicamenteuses»

18 Les thérapeutiques médicamenteuses sont donc des thérapeutiques de seconde intention

19 En conclusion

20 Les règles de communication avec un dément Rester souple, s'adapter, tolérer, Adapter l'environnement / malade Réduire les facteurs stressants Éviter changements, poursuivre les habitudes, les rituels, favoriser les automatismes Être attentif / déficits sensoriels

21 Éviter abandon, maternage, sur-stimulation, Favoriser centres d'intérêt antérieurs Respecter, valoriser, "renarcissiser", ré-autonomiser, Éviter mise en situation d'échec

22 Pour entrer en contact S'installer en face, à la même hauteur, face au jour Se nommer et nommer la personne Avoir un ton de voix normal (apaisant) Faire des phrases simples Etablir un contact physique Ecouter et décoder le non-verbal Proposer une solution alternative Savoir se mettre à l'écart (si refus de collaboration)

23 A éviter Emploi du "on", de substituts du nom Longs raisonnements, mots complexes Attitude infantilisante Vouloir faire le contraire de ce qu'il veut,

24 Merci de votre attention

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs,

Plus en détail

10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014. S.Si Naceur;MT.Benatmane; S.Ait Benamar ;A.Ouahrani.

10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014. S.Si Naceur;MT.Benatmane; S.Ait Benamar ;A.Ouahrani. 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 S.Si Naceur;MT.Benatmane; S.Ait Benamar ;A.Ouahrani. Patiente M.Amina âgée de 19 ans, célibataire, niveau d instruction moyen, sans

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES La dépression de l adolescent comment repérer et prendre en charge? QUESTIONS / RÉPONSES SOMMAIRE En quoi la dépression de l adolescent est-elle spécifique par rapport aux autres tranches d'âge?... 2 Quelle

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

Risque et conduite suicidaire chez l enfant, l adolescent et l adulte

Risque et conduite suicidaire chez l enfant, l adolescent et l adulte Risque et conduite suicidaire chez l enfant, l adolescent et l adulte Dr Charles-Alban Vieillard Psychiatre CHU de DIJON 6 mai 2016 D après le Référentiel de Psychiatrie Introduction Définitions Les conduites

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

MALADIE d ALZHEIMER Les troubles du comportement

MALADIE d ALZHEIMER Les troubles du comportement MALADIE d ALZHEIMER Les troubles du comportement Description des troubles du comportement et de l humeur Reconnaître les situations critiques et alerter Avoir des réactions adaptées RAPPEL: La MA se caractérise

Plus en détail

Doctorat HEC. Formation à la pédagogie d adultes. Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY

Doctorat HEC. Formation à la pédagogie d adultes. Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY Doctorat HEC Formation à la pédagogie d adultes Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY Septembre 2006 2 1. Présentation générale 1.1. Principes de base d une formation des doctorants à la pédagogie d

Plus en détail

Violence dans les établissements pour personnes âgées : Comment soutenir les professionnels face aux comportements troublés-troublants?

Violence dans les établissements pour personnes âgées : Comment soutenir les professionnels face aux comportements troublés-troublants? Violence dans les établissements pour personnes âgées : Comment soutenir les professionnels face aux comportements troublés-troublants? Jérôme Pellissier, écrivain, docteur en psychologie, chercheur en

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

Maladie d Alzheimer Traitements non médicamenteux: Une nécessité!

Maladie d Alzheimer Traitements non médicamenteux: Une nécessité! Maladie d Alzheimer Traitements non médicamenteux: Une nécessité! Dr Johanne Feuvrie- Thoby, Gériatre SSR, Clinique Bretéché Nantes Pourquoi?! Philippe ROBERT, coordonnateur du Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée Par Eva MILESI Diététicienne DE Janvier 2011 Pourquoi cette prise en charge

Plus en détail

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE :

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : 1 Quitter la vie sans déchoir 2 Médecine générale et personnes âgées 3 Particularités sémiologiques du sujet âgé 4 Le traitement des douleurs chez les vieillards

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

Enfant instables et hyperactifs. Compte rendu de la conférence de Paul Fernandez du 28 mars 2007 (rédigé par Agnès Guyard)

Enfant instables et hyperactifs. Compte rendu de la conférence de Paul Fernandez du 28 mars 2007 (rédigé par Agnès Guyard) Enfant instables et hyperactifs Compte rendu de la conférence de Paul Fernandez du 28 mars 2007 (rédigé par Agnès Guyard) I- Le TDAH ou THADA : trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité ( approche

Plus en détail

CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD. EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud

CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD. EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud CAT dans les états d agitation du sujet âgé en EHPAD EPU FMC Dr Fabrice Lorin Clinique Saint-Antoine Montarnaud Généralités L agitation : une des portes d entrée en psychogériatrie extrêmement fréquente

Plus en détail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail

Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail LE STRESS DANS LE MONDE DU TRAVAIL Laura Cipriani TABLE DES MATIÈRES Introduction Qu est-ce que le stress au travail? Quelles sont les causes du stress au travail? Les effets du stress au travail L évaluation

Plus en détail

L expérience du service de Pédopsychiatrie du CHU RAZI en matière d abus sexuel

L expérience du service de Pédopsychiatrie du CHU RAZI en matière d abus sexuel L expérience du service de Pédopsychiatrie du CHU RAZI en matière d abus sexuel Pr Ag Sami Othman, Dr Soumeyya Halayem, Dr Leila Robbana, Pr Ag Ahlem Belhadj, Pr Asma Bouden Service de pédopsychiatrie,

Plus en détail

TROUBLES PSYCHO-COMPORTEMENTAUX DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

TROUBLES PSYCHO-COMPORTEMENTAUX DANS LA MALADIE D ALZHEIMER TROUBLES PSYCHO-COMPORTEMENTAUX DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Ben Romdhane Imen, Homri Wided, Bram Nesrine, Labbane Raja Service de Psychiatrie C, CHU Razi RÉSUMÉ Les symptômes psycho-comportementaux de

Plus en détail

!"#$%"&'"&("))*+%,")&-+$.)/"&0&(12.*#&-3)4,"!"#$%&'()*+,#%-+.,+/0%$/%12*#$03$+/0%4%1+/$++$%56!!!"#$%&%'(%#)"*)+

!#$%&'&())*+%,)&-+$.)/&0&(12.*#&-3)4,!#$%&'()*+,#%-+.,+/0%$/%12*#$03$+/0%4%1+/$++$%56!!!#$%&%'(%#)*)+ !"#$%"&'"&("))*+%,")&-+$.)/"&0&(12.*#&-3)4,"!"#$%&'()*+,#%-+.,+/0%$/%12*#$03$+/0%4%1+/$++$%56!!!"#$%&%'(%#)"*)+!"#$%&'()"*+,-./') 0.1/.23)(2)#4-'(35(.23)6) #.2(..()78 7*+0)$89:%7,!"#$%"&C*)5.$43."%& '"&(*+884,@

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE D UNE UNITÉ COGNITIVO- COMPORTEMENTALE (UCC) DANS LE CADRE D UN NOUVEL ENSEMBLE DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR)

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE D UNE UNITÉ COGNITIVO- COMPORTEMENTALE (UCC) DANS LE CADRE D UN NOUVEL ENSEMBLE DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR) DOSSIER DE PRESSE Troyes, le 23 janvier 2015 OUVERTURE D UNE UNITÉ COGNITIVO- COMPORTEMENTALE (UCC) DANS LE CADRE D UN NOUVEL ENSEMBLE DE SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION (SSR) INTRODUCTION Un nouvel

Plus en détail

Aide au sevrage tabagique

Aide au sevrage tabagique Capitole Stop Tabac RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Décembre 4 Référentiel d auto-évaluation des pratiques en médecine générale I. PROMOTEURS Agence nationale d accréditation

Plus en détail

Orthophonie et maladie d Alzheimer. Thierry Rousseau Orthophoniste Docteur en psychologie HDR

Orthophonie et maladie d Alzheimer. Thierry Rousseau Orthophoniste Docteur en psychologie HDR Orthophonie et maladie d Alzheimer Thierry Rousseau Orthophoniste Docteur en psychologie HDR Indications de l orthophonie Le bilan orthophonique : «bilan des troubles d origine neurologique» La prise en

Plus en détail

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches?

Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Troubles du sommeil En avez-vous assez des nuits blanches? Charles M. Morin, Ph.D. Chaire de recherche du Canada sur les troubles du sommeil Professeur et Directeur, Centre d étude des troubles du sommeil

Plus en détail

ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE DÉROULEMENT

ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE DÉROULEMENT ATELIER: LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ÉQUIPE 1.0 Mot de bienvenue (5 minutes); 2.0 Les objectifs de la session (5 minutes): Présentation PPT (Acétates 1, 2). 3.0 Ce qui fait équipe (10 minutes) : Activité

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

Troubles de la mémoire : Neuropsychologie et Psychiatrie

Troubles de la mémoire : Neuropsychologie et Psychiatrie Troubles de la mémoire : Neuropsychologie et Psychiatrie 2004-2005 COURS A L'HÔPITAL CHARLES FOIX DANS L'AMPHITHEATRE JEAN VIGNALOU SESSION I. ASPECTS FONDAMENTAUX ET METHODOLOGIE 25 27 Novembre 2004 Jeudi

Plus en détail

Illustration de compétences transversales

Illustration de compétences transversales Illustration de compétences transversales 1/ Prendre en charge un bilan de la 6 ème année Recueillir et analyser les données de l élève, de ses parents, de la PMI et des enseignants. Synthétiser les données

Plus en détail

Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent

Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent Julie Émond, Bac. Sc. Inf Infirmière clinicienne en santé mentale jeunesse CSSSL Thérapeute conjugale et familiale (en

Plus en détail

Recueil de données pour personne en situation de handicap

Recueil de données pour personne en situation de handicap Recueil de données pour personne en situation de handicap A remplir par les soignants Etat Civil... Confession... N de téléphone privé... Assurance maladie... Médecin «réf.» unité... Infirmière «réf.»

Plus en détail

PROGRAMME PSYCHOÉDUCATIF RAAP

PROGRAMME PSYCHOÉDUCATIF RAAP PROGRAMME PSYCHOÉDUCATIF RAAP Guide de l intervenant Responsabilité Alimentation Action Plaisir INTRODUCTION La Clinique Notre-Dame des Victoires est une ressource externe du Centre hospitalier Robert-Giffard

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 octobre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 08/01/2007 par arrêté du 23/12/2008. RHINADVIL, comprimé enrobé Boîte

Plus en détail

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire Consultation Santé Jeunes Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire «La dépendance, elle ne me semble pas réelle. Elle n est qu illusion. Chaque homme est

Plus en détail

Comment aborder le tabagisme en entreprise?

Comment aborder le tabagisme en entreprise? Comment aborder le tabagisme en entreprise? Dr David YOUSSI Service de pneumologie Unité de tabacologie Séminaire pathologies professionnelles et environnementales 25 avril 2013 Etat d esprit avant et

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Plan. Interactions précoces. 1. Définitions. 2. Du côté de la mère (1) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 14/110/09 LIPCOM-RM)

Plan. Interactions précoces. 1. Définitions. 2. Du côté de la mère (1) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 14/110/09 LIPCOM-RM) Interactions précoces 1. Définitions - Relation mère enfant - Lien mère-enfant - Attachement 2. Du côté de la mère - Préoccupation maternelle primaire - Caregiving et style d attachement - Sensibilité

Plus en détail

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER RECOMMANDATIONS PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE NEUROLEPTIQUES - BENZODIAZEPINES CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER Dr P. LEBAIN Centre Mémoire CMRR Mémorial de Caen - Septembre 2012

Plus en détail

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER INTRODUCTION LA MALADIE D ALZHEIMER : problème majeur de santé publique 1- Vieillissement démographique : Sur le plan mondial

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Gérer le stress par l exercice

Gérer le stress par l exercice MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Gérer le stress par l exercice Aperçu de la trousse Depuis le début de votre participation au programme du Centre

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

La maladie d Alzheimer et le rôle de l' aide soignant

La maladie d Alzheimer et le rôle de l' aide soignant La maladie d Alzheimer et le rôle de l' aide soignant 1 Concernant la maladie d Alzheimer, il a été demandé aux élèves par mails de visualiser avant le cours des vidéos : You tube : les 7 réponses de l

Plus en détail

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN 1 Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences Dr Eric KILEDJIAN 2 Particularités Non spécifiques de la maladie d Alzheimer, > autres démences, > pathologie psychiatrique, > syndrome

Plus en détail

Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP)

Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP) Présentation du Questionnaire des besoins en réadaptation psychosociale (QBRP) 4ème Colloque interétablissements en psychiatrie et santé mentale, Montréal, 4-5 oct. 2007 Jocelyn Bisson, M.Sc. Conseiller

Plus en détail

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION

«Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Education Thérapeutique: quelle (trans) formation des soignants, des patients, des équipes?» Laurence ANDA CHU REUNION «Comment intégrer une démarche d' Education Thérapeutique du Patient dans notre Unité

Plus en détail

Propositions pour la formation continue

Propositions pour la formation continue Propositions pour la formation continue Collectif Alternatif Formation Collectif des 39 Constat : Le Développement Professionnel Continu (DPC) dans son concept même et dans sa mise en application ne correspond

Plus en détail

Informatisation du Dossier Médical

Informatisation du Dossier Médical Santé Publique Informatique Médicale Informatisation du Dossier Médical Philippe MASSARI Médecin des Hôpitaux Responsable de l'unité d'informatique Médicale - CHU de ROUEN Courriel : Philippe.Massari@chu-rouen.fr

Plus en détail

Introduction Monique Ferry

Introduction Monique Ferry Introduction Monique Ferry Le vieillissement démographique, qui caractérise l ensemble des pays développés, engendre une augmentation des pathologies liées à l âge. La maladie d Alzheimer est la plus fréquente

Plus en détail

Délibération n 120 du 26 septembre 2005 relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble

Délibération n 120 du 26 septembre 2005 relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble invalidant de la santé à l'école primaire Article 4 Le directeur de l école coordonne, dans l école,

Plus en détail

ATELIER MAC ou Médecines Alternatives et Complémentaires. Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU et Dominique ROUX

ATELIER MAC ou Médecines Alternatives et Complémentaires. Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU et Dominique ROUX ATELIER MAC ou Médecines Alternatives et Complémentaires Isabelle VAN PRAAGH-DOREAU et Dominique ROUX De quoi parle-t-on? Il faut différencier : Médecine alternative : discipline ou «thérapie» présentée

Plus en détail

«LES ADOLESCENTS ET LE VIRTUEL»

«LES ADOLESCENTS ET LE VIRTUEL» Enquête au point Ecoute prévention ENQUETE AU POINT ECOUTE PREVENTION «LES ADOLESCENTS ET LE VIRTUEL» QUEL USAGE FONT LES ADOLESCENTS DES JEUX VIDEOS, DE L ORDINATEUR ET DU TELEPHONE PORTABLE? Nous avons

Plus en détail

Mise à niveau des notions de probabilité nécessaire à l interprétation de l indice matériel dans un système pénal.

Mise à niveau des notions de probabilité nécessaire à l interprétation de l indice matériel dans un système pénal. Projet Staf 16 Mise à niveau des notions de probabilité nécessaire à l interprétation de l indice matériel dans un système pénal. Introduction Le recourt au statistiques et probabilités dans un système

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

MALADIE D ALZHEIMER AUX STADES LEGER ET MODERE

MALADIE D ALZHEIMER AUX STADES LEGER ET MODERE MALADIE D ALZHEIMER AUX STADES LEGER ET MODERE I Maladie d Alzheimer et classifica2on Défini2on des stades de sévérité I Approche diagnos2que Maladie d Alzheimer Critéres diagnostiques DSM IV Une altération

Plus en détail

Les addictions comportementales. Pr Thierry Bougerol

Les addictions comportementales. Pr Thierry Bougerol Les addictions comportementales Pr Thierry Bougerol Addiction et psychiatrie pourquoi la psychiatrie? comment la psychiatrie appréhende-t-elle les comportements? psychiatrie et psychologie les soins psychiatriques

Plus en détail

GRILLE D EVALUATION - MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE EIDE 2A

GRILLE D EVALUATION - MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE EIDE 2A Nom, prénom de l étudiant GRILLE D EVALUATION - MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE EIDE 2A Année de formation et promotion Date MSP 1 2 Rattrapage Lieu - Unité- Discipline Nom du Cadre Pédagogique Nom du

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. les LILAS

ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. les LILAS ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE les LILAS Les Lilas est une structure d accueil de jour thérapeutique gérée par AgeOptimum s.a.r.l. qui veille à la prise en charge individuelle ou en groupe des personnes

Plus en détail

Prise en charge des troubles psycho-comportementaux chez le sujet âgé

Prise en charge des troubles psycho-comportementaux chez le sujet âgé Prise en charge des troubles psycho-comportementaux chez le sujet âgé I. DEFINITION Chez le sujet âgé, les symptômes psychologiques et comportementaux peuvent se définir comme des conduites et des attitudes

Plus en détail

Hallucinations dans la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées

Hallucinations dans la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées Hallucinations dans la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées «Persistance de la mémoire» Désintégration de la persistance de la mémoire» S. Dali (1931) Dali (1951) Pierre Krolak-Salmon Centre

Plus en détail

Le schéma décisionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute

Le schéma décisionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute Le schéma décionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute 1 Psychiatre? Oui Non sans formation complémentaire Expérience de + de 5 ans? (avec ou sans formation) Oui Non soumise

Plus en détail

Troubles du sommeil, fatigue, hallucinations

Troubles du sommeil, fatigue, hallucinations 14 ème journée mondiale de la maladie de Parkinson 5 avril 2011 Rueil Malmaison Quelques aspects non-moteurs de la maladie de Parkinson Troubles du sommeil, fatigue, hallucinations Gilles Fénelon Hôpital

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Webinaire : Le développement du cerveau

Webinaire : Le développement du cerveau Transcription de la narration diapo 1 Explorons les capacités d apprentissage de l enfant. Narration (00 : 04,55) : Explorons les capacités d apprentissage de l enfant. Transcription de la narration diapo

Plus en détail

M.DELAPIERRE, Psychologue Hôpital Louis Mourier 1ere journée régionale de l obésité

M.DELAPIERRE, Psychologue Hôpital Louis Mourier 1ere journée régionale de l obésité M.DELAPIERRE, Psychologue Hôpital Louis Mourier 1ere journée régionale de l obésité La dimension psychologique est toujours présente dans l histoire d une prise de poids que ce soit dans les causes ou

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir Comment être aidé lorsque l on aide? Besoin de répit? Certaines structures accueillent de façon temporaire les personnes dépendantes. Elles permettent

Plus en détail

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX 1 LES DEMENCES : GÉNERALITÉS Démences vieillissement normal Vieillissement normal :

Plus en détail

Pourcentage d élèves de troisième ayant un an de retard ou plus, en %. (Source : INSEE) 1

Pourcentage d élèves de troisième ayant un an de retard ou plus, en %. (Source : INSEE) 1 L éducation différenciée a-t-elle un sens? Parmi les fondamentaux pédagogiques d Hautefeuille figure le point essentiel de la non-mixité, appelée aussi éducation différenciée. La non-mixité a été voulue

Plus en détail

L intégration de la psychiatrie à un hôpital de spécialités médico-chirurgicales L exemple des hôpitaux universitaires de Paris (AP-HP)

L intégration de la psychiatrie à un hôpital de spécialités médico-chirurgicales L exemple des hôpitaux universitaires de Paris (AP-HP) L intégration de la psychiatrie à un hôpital de spécialités médico-chirurgicales L exemple des hôpitaux universitaires de Paris (AP-HP) Emmanuel GODDAT directeur d hôpital, directeur adjoint aux relations

Plus en détail

L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier

L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier Maryse Grégoire, inf., B.Sc., M.A., conseillère cadre clinicienne, Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Plus en détail

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés

Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique et libertés Rapport adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins lors de la session de décembre 2003 Dr. François STEFANI Recueil des données par les registres du cancer Situation au regard de la loi informatique

Plus en détail

Dépression, burn-out et reprise du travail

Dépression, burn-out et reprise du travail Dépression, burn-out et reprise du travail Professeur André MIGEOTTE Professeur Patrick PAPART Avec la collaboration: Docteur Brouwers Docteur Verhaeren Introduction 1.Burn-out, troubles dépressifs et

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Catalogue des formations 2015-2016

Catalogue des formations 2015-2016 Catalogue des formations 2015-2016 valable jusque décembre 2016 Institut de Formation Aides-Soignants (IFAS) et Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) du Centre Hospitalier Compiègne-Noyon Organisme

Plus en détail

MAS «La Forêt» Maison d Accueil Spécialisée

MAS «La Forêt» Maison d Accueil Spécialisée MAS «La Forêt» Maison d Accueil Spécialisée Version 1-13/07/2012 1/18 Volet DOSSIER ADMINISTRATIF ET SOCIAL Renseignements administratifs Fiche d état civil Nom(s) : Prénoms : Sexe : F/M (barré la mention

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE

PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE PROBLEMES DANS LA VIE QUOTIDIENNE FORMATION POUR LES AIDANTS FAMILIAUX MUTUALITE FRANCAISE 25/09/2008 Dr AUGUSTE Nicolas LE SOMMEIL TRAINE AU LIT, REFUSE DE SE LEVER Perte d initiative Occasionnel ou habituel?

Plus en détail

Tout ce que vous souhaitez savoir sur la maladie d Alzheimer

Tout ce que vous souhaitez savoir sur la maladie d Alzheimer Tout ce que vous souhaitez savoir sur la maladie d Alzheimer Carol Hudon, Ph.D. 10 avril 2015 Vos questions Comment détecter les signes et symptômes de la maladie? Facteurs héréditaires. Différence entre

Plus en détail

CURES THERMALES : INDICATIONS ET PRESCRIPTION

CURES THERMALES : INDICATIONS ET PRESCRIPTION CURES THERMALES : INDICATIONS ET PRESCRIPTION Eva HAREL Mini Congrès SASPAS 07 Octobre 2014 1 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INDICATIONS, CONTRE- INDICATIONS ET EFFETS INDESIRABLES Indications Contre Indications

Plus en détail

Syndrome du bébé secoué : Tableaux cliniques

Syndrome du bébé secoué : Tableaux cliniques Syndrome du bébé secoué : Tableaux cliniques Dr Caroline Rey-Salmon UMJ Hôtel Dieu (Paris) Expert près la cour d appel de Paris Agréé par la cour de Cassation Le SBS est sous diagnostiqué Faisceau d arguments

Plus en détail

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV»

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» «LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» Textes élaborés par la Commission Formation en coordination avec la Commission Bénévolat Mars 1999 à 2002 LA FORMATION : principes généraux - Septembre 2000 Présentation

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

Présentation du site E-Phy

Présentation du site E-Phy Présentation du site E-Phy https://ephy.anses.fr/ Recherche rapide depuis la page d accueil Deux étapes : Entrer un nom, une partie du nom ou un numéro d AMM, puis choisissez le type de produit (PPP, adjuvant,

Plus en détail

Introduction aux plans expérimentaux

Introduction aux plans expérimentaux Licence 3 Semestre 5 Initiation à la recherche dans le domaine des Sciences et Techniques de la Réadaptation Introduction aux plans expérimentaux Laure HUOT laure.huot@chu-lyon.fr Unité de Recherche Clinique,

Plus en détail

Sclérose en plaques et troubles psychiatriques

Sclérose en plaques et troubles psychiatriques Sclérose en plaques et troubles psychiatriques Une compréhension multifactorielle Dr Elise Lelarge Médecin psychiatre Psychothérapeute e.lelarge@citi44.com Passer d un système Simple (simpliste) Linéaire

Plus en détail

LES RENCONTRES EHPAD DE SALBRIS

LES RENCONTRES EHPAD DE SALBRIS LES RENCONTRES EHPAD DE SALBRIS 16 JANVIER 2014 Actualités sur la Maladie d Alzheimer, Congrès des Unités Alzheimer Déc. 2013 : D. Dureuil Calcium et vitamine D en EHPAD: Dr Françoise SEVERIN Equipe EHPAD

Plus en détail

Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde.

Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde. ETUDE PERSONNELLE : Thyroïdectomie et prise de poids Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde. Cette glande s apparente à notre «Bouclier du bien-être» quotidien

Plus en détail

REFLEXION EXPLORATOIRE SUR UN REFERENTIEL DE FORMATION DES ACTEURS DU CAR POUR LA REGION DE DIOURBEL

REFLEXION EXPLORATOIRE SUR UN REFERENTIEL DE FORMATION DES ACTEURS DU CAR POUR LA REGION DE DIOURBEL 1 II e CONFERENCE INTERNATIONALE DU RESEAU «FORMATION AGRICOLE ET RURALE» (FAR) «Rôle des acteurs dans l orientation et le fonctionnement des dispositifs de formation rurale pour le développement» TUNIS

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Évolution de la communication interne

Évolution de la communication interne Évolution de la communication interne Un cas particulier : le secteur hospitalier François Nélis Responsable du Service Communication CHR de Namur 13 juin 2014 - Tu fais quoi comme boulot? - Wouaw! C est

Plus en détail

Réussir sa stratégie de sortie

Réussir sa stratégie de sortie Réussir sa stratégie de sortie Congrès annuel 1 ier novembre 2001 La Sortie Un enjeu qui se pose lorsque le placement ne performe pas comme prévu généralement moins bien! 20% des placements sont des succès

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail